Version classiqueVersion mobile

La culture des sentiments

 | 
Dominique Pasquier

4. Des modèles controversés : Hélène dans la cellule familiale

Texte intégral

35. Une chambre de fan

1La relation des enfants à Hélène et les garçons a été fortement médiatisée par la relation que leurs propres parents entretenaient non seulement avec ce programme précis, mais aussi avec la télévision en général. Il est important de prendre en compte cette double dimension pour comprendre comment la série s’est insérée dans la cellule familiale et comment elle s’y est insérée de façon très variée selon les milieux sociaux.

Télévision et dynamiques familiales

  • 1 Patrick Champagne soulignait déjà en 1971, dix ans avant les premières études sur les contextes do (...)

2Les études de réception, après s’être intéressées au départ à la relation texte-lecteur, c’est-à-dire à la négociation des messages et à la construction sociale des interprétations, se sont dans un deuxième temps souciées des contextes de réception. Quelques études, trop rares, ont alors abordé la question du contexte domestique et se sont penchées sur le rôle de la télévision dans les dynamiques familiales1. David Morley a fait figure de pionnier, en 1986, avec une recherche fondée sur une observation soutenue des pratiques télévisuelles de seize familles d’un quartier ouvrier de la banlieue londonienne (Morley 1986). On pourrait, dit-il, analyser aujourd’hui les modes de vie familiaux simplement en étudiant les négociations qui s’opèrent autour de la télévision. Les négociations entre parents et enfants, celles entre mari et femme, celles aussi entre membres masculins et féminins du foyer. Qu’il s’agisse de décider du choix d’un programme, de la pièce où il va être regardé (question qui se pose de plus en plus avec le multiéquipement), ou même tout simplement de la place où on l’on va s’asseoir, à chaque fois, apparaissent des rapports de force, des conflits, des compromis, tous révélateurs du statut des différents membres de la cellule familiale. L’ouvrage de Morley débouche sur une conclusion principale : il y a un antagonisme profond entre les hommes et les femmes à propos de la télévision. Ils n’ont ni les mêmes goûts en matière de programmes ni la même relation à l’objet télévisuel. La télévision est dominée par des figures masculines, le père de famille d’abord, et après lui les fils. Ce sont eux qui détiennent le pouvoir d’imposer leurs choix, eux qui occupent les meilleures places, eux qui ont la plus grande maîtrise technique des objets : ils font marcher le magnétoscope et détiennent la télécommande. Pour eux la télévision est aussi un média lié à la détente. Les femmes, au contraire, entretiennent une relation culpabilisée à la télévision : d’un côté, elles ont intériorisé l’idée que leurs programmes préférés, les séries et les feuilletons, sont des programmes méprisés par les hommes et elles les regardent quand elles sont seules ou avec d’autres femmes, leurs filles, leur mère, des voisines. Elles ont aussi le sentiment que le temps passé devant la télévision est un temps dérobé au travail domestique qu’elles devraient accomplir. Enfin, contrairement aux hommes, elles aiment parler en regardant la télévision et parler de la télévision avec leur entourage. En somme, elles investissent la télévision comme un média socialement différent de celui des hommes, plus axé sur la communication et le rapprochement. Et en même temps pernicieux puisqu’il les pousse à faillir à leur rôle féminin et maternel.

36. « Ma cousine et moi »

3Morley a eu l’immense mérite de montrer que la télévision permet de comprendre beaucoup de choses sur le fonctionnement des familles. Mais les résultats qu’il propose sont évidemment très liés aux caractéristiques sociales des familles qu’il a observées. On aurait des fonctionnements moins antagonistes et surtout une prééminence masculine moins forte dans d’autres milieux sociaux. Ce qu’il ne souligne pas.

4Un autre travail, celui de James Lull, offre une version pour le coup excessivement optimiste des interactions familiales autour de la télévision (Lull 1988 et 1990). Le petit écran est, selon lui, un support fondamental à la vie de famille. La grille des programmes rythme les routines domestiques (le dîner pendant les informations télévisées), les échanges verbaux sur les programmes ont permis de développer les discussions familiales sur de nombreux sujets et de parler plus facilement de soi, les interdits et les règles posés par les parents à leurs enfants leur permettent d’asseoir leur autorité, et les pratiques d’écoute collective renforcent la proximité physique entre les différents membres de la famille. Toutes ces observations ne sont pas inexactes, mais cette vision d’une famille soudée autour du poste, comme elle ne l’avait jamais été avant lui, pêche évidemment par angélisme. Comme si la télévision avait sauvé la vie familiale.

5Le travail de David Buckingham échappe sans doute aux travers des deux précédents (Buckingham 1996). Il constate lui aussi que la télévision a pris une importance croissante dans la régulation des relations familiales mais il analyse les discours tenus par les différents membres de la famille comme étant révélateurs d’enjeux identitaires qui dépassent la télévision en tant que telle. Le discours sur la télévision est souvent un discours sur l’éducation, dit-il. Du côté des parents, il exprime la relation à un idéal éducatif (contrôler la télévision c’est se comporter en « bons parents » qui se soucient de l’avenir de leurs enfants) ; du côté des enfants il exprime le désir d’autonomie et d’indépendance face à l’autorité adulte au sein du foyer (pouvoir regarder ce qu’on veut quand on veut c’est être grand). Comme le souligne Buckingham, il faut aussi mettre en relation ces discours familiaux sur la télévision avec les contextes sociaux dans lesquels ils sont tenus. C’est dans les classes moyennes que l’idée de limiter la place de la télévision dans la vie familiale et surtout dans la vie des enfants est la plus courante, car c’est là que la télévision est le plus souvent perçue comme concurrente ou contraire à d’autres formes d’éducation et d’accès au savoir.

6C’est indéniablement une piste qui reste à creuser. La cellule familiale est une cellule sociale. Le statut qu’elle donne à la télévision, la place qu’elle lui accorde dans les routines domestiques, les règles qui sont élaborées à son sujet, tous ces éléments sont pris dans des logiques culturelles et sociales différenciées. Il y a de très nombreuses manières d’intégrer la télévision dans les dynamiques familiales. Et c’est toujours parce que la famille est une cellule sociale qu’elle ne gérera pas de façon uniforme les mêmes contenus. Les interactions familiales autour d’Hélène et les garçons le montrent bien : la série engendre des relations entre parents et enfants très différentes selon les milieux sociaux, non seulement parce que les messages qu’elle véhicule ne provoquent pas les mêmes jugements chez tous les adultes, mais aussi parce que la série réactive des positions sur le média télévisuel lui-même. Dans la relation à un programme se joue toujours aussi une relation à la télévision. Or, la relation à la télévision varie grandement selon les milieux sociaux.

  • 2 Médiamétrie mesurait en 1995 138 minutes d’écoute moyenne quotidienne pour les csp Plus contre 209 (...)

7Les chiffres d’audience montrent une première chose, simple, mais néanmoins importante : en haut de l’échelle sociale on regarde moins la télévision qu’ailleurs. L’écart est de plus d’une heure par jour2. Il est donc conséquent. Mais ce que les études d’audience sont impuissantes à mesurer est sans doute beaucoup plus intéressant : la télévision n’est pas seulement plus regardée dans les familles populaires, elle y tient aussi une place différente dans les rythmes familiaux.

8Il faut les outils de l’ethnologue pour le comprendre. Il faut pénétrer avec Olivier Schwartz dans ces familles ouvrières du Nord où le téléviseur « de proportions généralement imposantes, encastré dans un meuble qui le valorise, aspire à lui tout l’espace du salon, les fauteuils tournés vers lui et lui rendant comme un culte muet avant même que les spectateurs viennent s’y loger et célébrer, soir après soir, la grande cérémonie télévisuelle » (Schwartz 1990 : 95). Or, cette « grande divinité du foyer » comme l’appelle Schwartz n’est pas uniquement un symbole ostentatoire chargé de témoigner aux regards extérieurs d’une entrée réussie dans l’univers de la consommation. Ce qui distingue un foyer de cadre d’un foyer d’ouvrier n’est pas tant le fait que l’un cherche à minimiser l’occupation de l’espace par la télévision en reléguant le poste dans la chambre conjugale tandis que l’autre en fait au contraire l’objet magique central autour duquel va s’organiser la pièce principale, que le statut fondamentalement différent qu’ils accordent l’un et l’autre au média lui-même. Chez les premiers, la télévision est allumée pour regarder des programmes précis à des heures précises. Une partie des rituels familiaux, dont les repas, se déroulent sans elle. On lui a donné une certaine place dans la vie familiale mais cette place est délimitée, limitée. Il y a d’autres choses, la lecture, la musique, les sorties, la présence d’invités extérieurs à la famille. Chez les seconds elle est allumée tout le temps, qu’on la regarde ou non, et bien souvent on la regarde distraitement, en même temps que d’autres activités : les repas, le travail scolaire, les tâches ménagères, tout cela se fait devant elle. Elle est intégrée à l’intimité familiale, à toutes ses routines domestiques. Elle accompagne la vie de famille, comme fondue dans ses rythmes et ses réseaux.

  • 3 Cette étude menée entre 1996 et 1998 s’inscrivait dans le cadre d’une recherche comparative europé (...)

9Là encore il faut des enquêtes spécifiques pour mesurer cette particularité. Dans l’étude menée récemment en France sur les jeunes et les écrans on voit ainsi apparaître toute une culture familiale autour de la télévision au sein des familles les plus populaires3. Au niveau statistique tout d’abord. L’écoute collective, qui d’ailleurs apparaît être plus importante dans toutes les couches sociales que ne le laissent habituellement penser les discours alarmistes sur l’atomisation familiale avec le multiéquipement, est nettement plus fréquente dans les milieux défavorisés : 71 % des enfants de ces familles disent regarder la télévision tous ensemble en famille (contre 55 % des enfants des milieux les plus favorisés). On constate aussi que la télévision est un lien fort entre la mère et l’enfant dans les familles populaires, surtout pour les filles : l’enfant regarde ses émissions préférées avec sa mère dans 45 % des cas (contre 34 % chez les plus favorisés), et ils sont 53 % à parler de télévision avec elle contre 45 % des enfants favorisés.

10La partie qualitative de cette enquête sur les jeunes et les écrans permet d’approfondir un certain nombre d’autres questions et d’observer plus concrètement les dynamiques familiales autour de la télévision. La répartition des postes dans l’espace géographique du foyer détermine par exemple tout un ensemble de configurations d’autorité et d’affectivité qui sont tout à fait intéressantes à étudier. Un enfant, même très jeune, est parfaitement capable d’expliquer ce qu’il a le droit de regarder sur quel poste, quels jours et à quelles heures. Chaque écran a un usage familial spécifique...

  • 4 L’enquête en milieu rural a été fondée sur l’interview de 52 enfants scolarisés dans trois village (...)

11Prenons le cas des familles en milieu rural4. Ce sont des familles pour la plupart modestes et où le taux de multiéquipement s’est révélé étonnamment élevé. Sans doute parce que dans les campagnes la télévision est plus qu’ailleurs une ouverture sur des mondes différents, cosmopolites. Une ouverture sur la ville avant d’être une ouverture sur le monde.

37. « Les grands, eux, ne comprennent pas ce qu’on peut ressentir nous »

12Première télévision : la télévision de la « salle ». C’est toujours le poste le plus récent, le plus grand et le plus cher. S’il n’y a qu’un magnétoscope il est relié à cette télévision. Le poste est placé dans la pièce qui est à la fois le lieu où l’on mange et où l’on se tient en dehors des repas. Il est allumé un grand nombre d’heures dans la journée, parfois même en permanence. Cette télévision est placée sous le contrôle et l’autorité des parents, et plus particulièrement de celle du père de famille. Les enfants peuvent la regarder, mais ils n’ont pas toujours le droit de la manipuler seuls et le choix de la chaîne et du programme appartient d’abord à leur père. En rentrant de l’école, ils font souvent leurs devoirs sur la grande table, le poste allumé sur des dessins animés ou des séries pour adolescents. Mais quand le père arrive ils doivent s’incliner : il va changer de chaîne. En quelque sorte reprendre son pouvoir. C’est aussi le seul poste autour duquel s’effectue une écoute vraiment collective en famille au moment des repas : actualités régionales, jeux, journal de 20 heures. La famille parle tout en mangeant et en regardant la télévision, elle parle de ce qu’elle voit à la télévision, mais aussi par moments de tout autre chose. Il n’y a pas de règles et personne n’est contraint au silence pour mieux écouter sauf parfois pour certaines informations régionales particulièrement intéressantes ou spectaculaires. La télévision fait partie de l’ambiance.

13Le deuxième poste est en général placé dans la chambre des parents. Les enfants le définissent comme « la télévision à ma mère » ou comme la télévision qui est « dans la chambre à ma mère ». Il est vrai que cette télévision constitue souvent un repli pour la mère lorsqu’elle ne veut pas regarder la même chose que son mari le soir ou le week-end (souvent à cause des programmes sportifs), mais il faut en réalité comprendre la définition qu’en donnent les enfants de façon plus large. C’est une télévision qui évoque l’amour maternel parce qu’il leur arrive de la regarder allongés dans le lit de leurs parents. C’est, pour les petits, la télévision des dessins animés des matins, le dimanche, le mercredi ou pendant les vacances scolaires. Elle est parfois aussi regardée avec les parents lorsqu’il y a des programmes qui font peur comme Aux frontières du réel, le samedi soir. Ce poste-là est chargé en affection familiale, on se blottit ensemble devant lui, entre frères et sœurs, parfois toute la famille. Ce sont des moments forts. C’est l’avant-dernier poste en termes d’achat, et s’il y a un deuxième magnétoscope, il est là.

14Dans certaines familles un troisième poste est placé dans la chambre de l’aîné des enfants. Pour les plus âgés, le poste a parfois été acquis avec l’argent des premiers salaires. Ce sont des jeunes d’une vingtaine d’années qui vivent encore chez leurs parents car ils ne sont pas mariés, et la télévision a fait partie des premiers équipements qu’ils se sont achetés en devenant plus autonomes financièrement. Dans d’autres cas, plus fréquents, c’est du recyclage : une vieille télévision, parfois en noir et blanc, qui a atterri dans cette chambre après avoir successivement occupé sa place dans la salle, puis dans la chambre parentale. Souvent, c’est une télévision qui sert surtout à brancher les consoles de jeux vidéo : c’est pour des jeux avec le frère ou la sœur aînés que ce poste est le plus utilisé, et dans ce cas il est fortement investi par les plus petits qui se sentent ainsi considérés comme des grands. Les parents n’utilisent jamais cette télévision, c’est un territoire d’enfants qui est régi par leurs propres règles.

  • 5 Enquête réalisée en juin 1996 sur 100 élèves du lycée Montaigne à Paris.

15La spatialisation des usages de la télévision n’est évidemment pas la même dans d’autres milieux sociaux. L’enquête de Dominique Mehl sur des collégiens et lycéens parisiens d’origine sociale favorisée semble ainsi indiquer que les adolescents qu’elle a interrogés ont une plus grande latitude dans l’utilisation du poste principal, car d’une part les mères sont plus nombreuses à travailler et à être absentes au moment du retour de l’école, et d’autre part, dans l’ensemble, les parents regagnent leur foyer plus tard5. Pendant qu’ils sont seuls, les adolescents jonglent entre les devoirs, le goûter et les coups de fil aux amis pour arriver à suivre les séries « collège ». Dans la soirée, après le dîner, qui se passe rarement devant la télévision, certains programmes sont choisis en famille, des films, des magazines ou des documentaires. Toutefois, comme dans les familles précédentes, la prééminence masculine s’exerce dès qu’il y a des programmes de sport qui sont toujours regardés sur la meilleure et la plus grande télévision. Les membres féminins du foyer se replient alors sur le deuxième poste.

  • 6 Enquête sur 25 élèves de CM2 scolarisés dans un établissement de la zone d’éducation prioritaire d (...)
  • 7 Monographie sur 6 familles turques et arabes immigrées. Mémoire de fin d’études de l’Institut d’ét (...)

16On trouve dans l’enquête de Maguy Chailley6 ou celle d’Hasret Alkan7 auprès de jeunes enfants et de familles immigrées de milieux très défavorisés des usages encore différents. Le père qui rentre impose son programme. Si le foyer est équipé d’une parabole, ce qui est souvent le cas, il va vouloir que ses enfants regardent avec lui des programmes arabes ou turcs diffusés par satellite. Parce qu’il estime que les télévisons occidentales, même si elles ont plus de moyens techniques (« sur Arab Sat on nous parle des inondations, sur les chaînes ici on voit les images, c’est plus intéressant bien sûr »), ne rendent pas bien compte des questions religieuses ou politiques touchant au pays d’origine. La mère, elle, a beaucoup regardé ces chaînes arabes dans la journée car elle est souvent restée seule et cette culture, l’humour des sitcoms égyptiennes par exemple, lui est plus proche – ou parfois tout simplement plus compréhensible par la langue – que ce qu’elle peut voir sur les chaînes françaises. En même temps, elle assure plus souvent que le père la médiation entre la culture d’origine et la culture de résidence pour ses enfants. Elle sait que la télévision du pays de résidence peut contribuer à améliorer l’intégration de ses enfants.

17Le père veut que ses enfants regardent les programmes non occidentaux, la mère le souhaiterait mais sait que ce n’est pas acquis. Les enfants sont ambivalents : ils aiment voir à la télévision les baisers, les corps dévêtus, une certaine liberté de ton entre hommes et femmes. Et tout cela ils vont le trouver dans les séries occidentales. Mais la pression paternelle est forte dans ces foyers. Comme l’est le regard de la mère qui fait que les enfants disent éteindre la télévision dès qu’il y a une scène de baiser pour ne pas la choquer et rallumer pour voir la suite, quand elle a quitté la pièce. Ces enfants ou ces adolescents sont dans une situation complexe, pris entre leur famille et la société de leurs pairs où les sujets de conversation communs sont les séries et les émissions de « tout le monde ». Or, il est plus facile de ne pas avoir vu que d’avoir vu autre chose que les autres. La télévision est un lien pour l’enfant entre la vie avec sa famille et la vie avec ses pairs.

18Dans toutes les familles s’exercent aussi des formes de contrôle de la télévision. Les résultats de l’enquête « Les jeunes et l’écran » mettent en évidence plusieurs choses intéressantes sur ce point. La première est qu’avec le téléphone – mais dans ce cas c’est un contrôle motivé par des raisons de coût –, la télévision est le média soumis au plus grand nombre de règles et d’interdits. Il apparaît aussi que le contrôle sur la télévision est beaucoup plus souvent exercé par la mère que par le père. Celui-ci n’intervient souvent que pour avoir l’utilisation à sa guise du poste principal, alors que les interventions de la mère visent à freiner la concurrence de la télévision avec d’autres activités qu’elle estime plus intéressantes ou plus importantes (travailler, lire, aller dehors quand il fait beau, ne pas se coucher trop tard...). Enfin, le contrôle est plus important dans les familles aisées que dans les familles populaires, ne serait-ce d’ailleurs que parce que dans ces dernières les parents regardent eux-mêmes beaucoup la télévision dans les pièces communes de la maison. Cette différence a certainement joué dans les variations importantes que l’on peut repérer dans l’écoute conjointe parents/enfants autour d’Hélène et les garçons.

38. « Mes frères n’aiment pas. Ma maman te regarde »

19Le jeu sur les interdits est un véritable sport familial. Les enfants y excellent comme bien des parents ont pu le constater à propos des séries pour adolescents diffusées à l’heure de la sortie des écoles. Il suffit de suivre la gestion par les enfants des séquences goûter/devoirs/ séries/bain entre 17 heures et 19 heures pour le constater : toutes les obligations, scolaires notamment, sont expédiées en fonction des temps morts que donnent les coupures publicitaires ou les séries les moins intéressantes. Cette gymnastique suscite beaucoup d’agacement chez certaines mères. Les enfants savent aussi exploiter les conflits entre adultes à propos de la télévision. Ils vont regarder le mercredi chez leurs grands-parents des émissions qu’on leur interdit de voir à la maison, ou demandent l’autorisation à leur père de voir un programme, quand ils savent que leur mère risque de le leur refuser. En réalité, les enfants ont fort bien compris que les différends à propos de la télévision étaient sous-tendus par d’autres enjeux touchant à leur éducation, aux relations entre leurs parents, aux différences de traitement entre garçons et filles au sein de la famille, aux rivalités au sein de la fratrie. Ils apprennent à composer – souvent habilement – avec les désaccords qu’ils perçoivent dans leur entourage. La télévision est une manière comme une autre de s’initier à la gestion de la vie de groupe en famille car les problèmes de régulation de la télévision ne se posent pas uniquement entre les parents et les enfants, ils sont aussi pris dans des dynamiques de fratrie. Les relations qu’ont les enfants entre eux et les relations que les parents entretiennent avec leurs différents enfants jouent un rôle important dans toutes les négociations autour du petit écran.

Hélène, entre mères et filles

  • 8 En réalité, le seul point commun aura sans doute été l’opposition rencontrée sur le terrain scolai (...)

20Une série comme Hélène et les garçons permet d’observer finement la complexité de ces négociations familiales. Elle a touché un public d’enfants issus de tous les milieux sociaux. Mais les uns l’ont regardée dans un climat familial d’hostilité et les autres en y étant au contraire encouragés. Ce qui fait une sérieuse différence, comme on va le voir, tant au niveau du statut que l’enfant accorde à la série dans sa vie, qu’à celui de la mise en scène sociale de sa position de téléspectateur d’Hélène8.

21La série permet donc d’observer concrètement comment, au sein d’une famille, le même programme peut engendrer tout un ensemble de prises de positions à la fois spectatorielles et morales. Les garçons ont vite compris qu’ils ne devaient pas avoir l’air de s’y intéresser : il se joue là quelque chose qui relève de la sentimentalité féminine et qui menace leur propre identité masculine, vis-à-vis des membres féminins du foyer. Ils vont quand même jeter un coup d’œil sur la série mais en prenant des prétextes (« je regarde parce que le poste est allumé dessus à cause de ma sœur ») et en s’en moquant le plus ouvertement possible (« avec mon frère on regarde pour se marrer »). Beaucoup de petites fans se plaignent effectivement dans leurs lettres des réflexions et des plaisanteries de leurs frères quand elles regardent Hélène.

22Les petites filles, jusqu’à l’adolescence, ne cachent pas qu’elles aiment le programme et qu’elles en tirent des émotions fortes. Et les discussions avec elles montrent bien que la dimension traditionnelle de la série sur tout ce qui touche aux rôles sexués n’est pas étrangère à son succès. Elles trouvent aussi la série romantique car on y dit que les hommes ont besoin des femmes – et l’inverse –, et que l’amour est la chose la plus importante du monde. Ces messages les rassurent. Lorsqu’elles regardent le programme elles aiment être entourées d’autres filles qui partagent leur plaisir. Les grandes sœurs sont des prosélytes actives avec leurs plus jeunes sœurs, parfois même elles arrivent à convaincre un petit frère. Elles n’ont ni honte d’aimer fort une série de télévision, ni honte d’aimer celle-ci en particulier.

23Les pères sont distants. Très rares sont ceux qui ont regardé la série, ne serait-ce que quelques instants, et même s’ils en ont entendu parler ou s’ils ont remarqué les posters dans la chambre de leurs filles, cela les intéresse peu. Ils sont indifférents, ni moqueurs comme leurs fils, ni obligés de prendre parti comme leurs femmes. Sans doute aussi parce que Hélène et les garçons est doublement stigmatisé comme un programme pour les enfants et pour les femmes.

24L’attitude des mères – et des grand-mères – est la plus complexe et la plus intéressante à étudier. Il n’y a pas de position en général, comme il y a une position généralement favorable chez les filles, et généralement négative chez les garçons. Leur attitude dépend de leur relation à la télévision, et de leur relation spécifique à cette série-là. Mais on notera que la plupart des mères se sont engagées, que ce soit pour ou contre Hélène et les garçons.

39. Habits Hélène. Le catalogue des Trois Suisses 1994

25Prenons d’abord le cas des mères « contre » Hélène. Elles se recrutent dans les classes moyennes et supérieures : c’est dans ces familles-là que le débat entre mères et filles a été le plus vif. Leurs critiques se fondent à la fois sur la forme et sur les contenus. La série leur semble mal jouée, les rires enregistrés insupportables, la platitude des dialogues affligeante. Mais surtout elles supportent mal son caractère réactionnaire et stéréotypé, le fait qu’on y voit des étudiants qui ne s’intéressent à rien d’autre qu’aux amourettes, des personnages féminins qui ne s’inquiètent que de plaire aux hommes comme si c’était là l’objectif ultime de la vie de toute femme, des discours sur la famille, la fidélité et le couple qu’on croirait sortis des années cinquante (« Elles sont là à glousser dans leur chambre, à ne s’intéresser qu’aux garçons, ça donne une vision des femmes tellement idiote, c’est monstrueux. ») Dans le fond, elles ont un peu honte que leurs filles puissent s’y intéresser, comme si se jouait là l’échec d’un projet éducatif, qui passe certes par une certaine sélectivité en matière de télévision – elles souhaiteraient que leurs enfants regardent des émissions de qualité –, mais aussi par la transmission de modèles féminins plus ambitieux et moins traditionnels que ceux-là. Toutes ces mères croient à la nécessité que les filles fassent des études et s’impliquent dans une vie professionnelle. La série leur pose évidemment un problème de ce point de vue, puisqu’elle ne cesse de dire que la seule chose intéressante et importante dans la vie d’une femme c’est la réussite du couple et de la famille.

26C’est invraisemblable, vous avez vu ces décors, c’est sorti de nulle part, on dirait que c’est construit en sucre. Quant aux histoires c’est monstrueux, « je t’aime je t’aime pas », des petits bizous sur la bouche, on pense qu’à draguer, c’est invraisemblable de montrer ça à des enfants qui vont être confrontés au sida. Rien sur la vie, sur la société, pas un mot sur le chômage, l’échec scolaire. Alors que le pays est en crise, c’est dangereux même, comment voulez-vous qu’ils soient responsables dans la vie après ? Je me bats avec Catherine pour qu’elle arrête de regarder cela, mais toutes ses copines regardent alors elle m’en veut. II y a une autre série, à la même heure, Seconde B, qui est beaucoup mieux faite, au moins ça dit des choses sur les problèmes des jeunes, ça peut lui apprendre quelque chose. Je ne peux pas dire que je trouve cela formidable non plus mais au moins ça peut lui apprendre quelque chose, la mettre en garde contre certaines choses. Si on n’y fait pas attention la télévision ça peut rendre complètement idiot, il faut apprendre à choisir ce qu’on regarde (37 ans, directrice de production audiovisuelle à mi-temps).

27Les propos de la mère de Catherine – qui a 10 ans – reflètent bien l’argumentation souvent employée contre Hélène. Mais son attitude n’est pas typique, car elle a pris la peine de regarder plusieurs épisodes pour se faire un avis, et s’est même renseignée sur les séries diffusées par les autres chaînes. La plupart du temps, les réactions négatives à propos d’Hélène sont moins informées et plus épidermiques. Au mieux quelques scènes aperçues sur l’écran (souvent des passages liés à la bande-son de rires préenregistrés qui ont attiré l’attention), mais plus souvent un article de journal très critique ou une discussion avec une autre mère ont suffi à déclencher les hostilités. Il faut dire aussi que la pression des enfants pour acquérir des objets dérivés de la série (objets de papeterie, posters ou images à coller dans des albums) pose vite aux parents la question d’encourager ou non la passion de leurs enfants en lui prêtant un concours financier.

28Qu’elles aient vu ou non la série, toutes ces mères en ont entendu parler, et sont confrontées à l’engouement de leurs filles pour Hélène. Beaucoup se sont contentées de manifester verbalement leur désaccord, souvent, si l’on en croit les témoignages des enfants elles-mêmes, par des plaisanteries visant à ridiculiser la série ou les chansons d’Hélène :

Ma mère m’embête tout le temps. Quand je descend de ma chambre pour regarder Hélène et les garçons elle dit « encore ces bêtises d’Hélène » et le lendemain dans la cuisine elle chante « Hélène je m’appelle Hélène, je suis une fille comme les autres » (Delphine, 11 ans, ville moyenne, Essonne).

29D’autres sont allées plus loin et interdisent à leurs enfants de regarder la série. Les fillettes écrivent, confient et expliquent :

Je n’ai pas le droit de regarder vos épisodes alors parfois je les regarde en cachette (Catherine, 9 ans).
Maman ne veut pas que je regarde à la télé Hélène et les garçons parce que je suis trop petite pour le regarder, mais des fois je regarde tout doucement quand même, mais pas souvent... (Anne Laure, 8 ans.)
Mes parents ne veulent pas que je regarde votre série car ils disent que ça contrarie pour l’école. Alors tous les jours à l’école, mes copines me racontent ce qui s’est passé (Carole, 12 ans).

30Dans plusieurs des familles observées, les mères ont d’ailleurs dit qu’elles utilisaient l’interdiction de regarder Hélène comme punition pour de mauvaises notes à l’école.

31En réalité, il ressort des courriers et des entretiens que les fidèles d’Hélène contrariées par leur entourage familial, même quand elles ont le droit de regarder la série, souffrent beaucoup de ne pas trouver autour d’elles d’interlocuteurs. « Bien » regarder Hélène c’est en parler. Cette dimension collective est essentielle dans la relation à la série. Muriel, 12 ans, le formule à sa manière dans une lettre adressée à Hélène :

Je vais te parler un peu de mes problèmes :
1) il y a deux mois environ que je porte des lunettes
2) j’ai un appareil
3) ma mère ne veut pas que je parle de toi à la maison. Ça me rend triste.

32Dans ces familles, les enfants ne peuvent donc pas devenir de « vraies » fans, puisqu’elles ne peuvent ni extérioriser leur amour pour la série ni acheter des objets. La série fait partie d’un univers lié à l’école, aux amies, parfois à une grand-mère qui permet de regarder les épisodes que la mère a interdits. C’est en tout cas un univers qui se situe en opposition aux parents. Une sorte de jardin secret cultivé en dépit des oppositions familiales. Il n’est d’ailleurs pas impossible que cette dimension d’interdit ait contribué à accentuer l’intérêt pour la série.

33Les enfants des familles aisées écrivent rarement à Hélène. C’est aussi qu’elles redoutent de recevoir une réponse chez elle qui les trahirait (« le problème c’est que dans ma famille je suis la seule à t’aimer vraiment et je ne pense pas leur parler de la lettre que je t’écris. Alors je vous mets une enveloppe timbrée pour la réponse à une autre adresse pour cette raison, je voudrais vraiment que cela reste entre nous »). Elles n’ont pas non plus l’espoir d’aller assister à un des concerts car c’est une démarche qui supposerait l’accord et même la compagnie de leurs parents. Elles n’ont donc accès à aucune des deux formes de contact sur lesquelles d’autres fans fondent leur espoir d’engager une relation personnelle avec Hélène. On comprend bien d’ailleurs en lisant les courriers que le fait de regarder la série, serait-ce assidûment, n’est nullement suffisant pour se targuer d’être une fan. C’est tout le travail qui est accompli ensuite, et surtout aux yeux de tous, qui est susceptible d’opérer la qualification. Ce qui caractérise la fan c’est justement le fait qu’elle sorte de sa condition de téléspectatrice.

34Dans les familles de milieu populaire, on est aux antipodes de ce schéma. Les parents n’ont non seulement pas fait d’opposition à la série, ils l’ont encouragée. Les mères regardent les épisodes avec leurs enfants, les pères achètent des places de concert, les marraines ou les tantes offrent des CD, des livres ou des vêtements « Hélène ». Il ne faudrait pas croire que tous ces témoignages bienveillants à l’égard de la série soient uniquement destinés à faire plaisir aux enfants. La série n’est pas tolérée par les adultes, elle est aimée par eux aussi, ce qui est bien différent. Et l’on trouve dans les courriers de très nombreuses preuves de cette particularité. A commencer par les lettres écrites par de jeunes femmes, mères d’un enfant trop petit encore pour être capable d’écrire ou même d’envoyer un dessin. Elles sont sincèrement enthousiastes. On voit bien, dans les extraits qui suivent, tout ce qui sépare ces mères d’origine populaire des mères des classes moyennes et supérieures précédemment évoquées : elles n’ont pas honte de se passionner pour une série de télévision, au contraire, et sont contentes que leurs propres enfants s’y intéressent autant à un âge très précoce. De plus, ce que montre la série leur plaît et les intéresse, et visiblement, le moment passé à regarder l’épisode le soir avec un enfant est un moment de grande connivence, chargé en amour et en affection. Un moment partagé.

Des moments partagés
Cher Nicolas, je pense que je peux te tutoyer car nous avons à peu près le même âge. Je voudrais d’abord te dire que la série Hélène et les garçons où tu joues est vraiment géniale et que ton rôle te va super bien. Tu vois j’ai 24 ans mais je n’ai pas honte de regarder tous les soirs cette série qui est géniale. Et d’ailleurs je ne suis pas la seule à la regarder car mon fils Steve de 3 ans et demi n’en rate aucun non plus et il sait très bien à quelle heure c’est et qui sont les personnages. J’ai même dû lui acheter l’album autocollant de Hélène et les garçons (petite ville, Gers).
Bonjour Hélène, comment ça va ? Je me permets de te tutoyer car je pense que l’on doit avoir le même âge. J’ai 27 ans je suis maman d’une petite fille de 3 ans qui est folle de toi. Elle connaît toutes tes chansons par cœur. Sa chambre est remplie de tes posters, elle a la casquette avec ton nom, des habits avec ta photo sur le tee-shirt. ... Lorsqu’elle a eu ses trois ans j’ai accouché d’un petit garçon il s’appelle Christophe (c’est elle qui a choisi son prénom en regardant Hélène et les garçons). Comme cadeau je lui ai fait un grand gâteau avec l’image de son idole (toi). Je t’envoie la photo du gâteau car elle m’a dit de te l’envoyer avec une photo d’elle... Gros bisous. Continue comme ça. Tu es formidable. Ma fille veut se laisser pousser les cheveux comme toi (ville moyenne, Haute-Garonne).
Il y a quelques mois il vous appelait Héhé et maintenant c’est Hélène. Il vous reconnaît même sur un livre en tournant les pages même si la photo est minuscule il est vraiment fasciné, ébloui par vous. Eh oui ça semble incroyable mais c’est vrai (mère de Nicolas, 19 mois, à Valence dans la Drôme).
Bonjour je m’appelle Marion et j’ai deux ans et depuis quelques mois déjà je suis une très très grande fan. Hélène je n’arrête pas de dire à mon papa et à ma maman Hélène est belle et gentille. Récemment mon papa a acheté un poster d’Hélène qu’il a accroché sur la porte de ma salle de jeux et lorsque je passe auprès je l’embrasse et même que des fois je coiffe sa longue chevelure.
Je m’appelle Michael j’ai 6 ans et je ne sais pas encore bien écrire c’est pour cela que j’ai demandé à ma maman de te dire que je t’aime beaucoup. Je rêve tout le temps à toi. Gros bisous (Belgique).
Je suis une femme de 35 ans et je suis la mère de deux filles de 12 ans et demi et 8 ans et demi. Notre plus grande joie à toutes les trois c’était de vous retrouver tous les soirs pendant 20 minutes qui passaient d’ailleurs à une rapidité fulgurante. J’ai plein de compliments à faire à chacun de vous et je ne sais pas si vous n’allez pas rire en lisant cela (suivent deux pages dithyrambiques sur chaque acteur) (petite ville, Charente).
Je suis une maman de 21 ans avec un petit garçon de 24 mois. Quand il vous regarde il est fou il veut pas qu’on change de chaîne sinon il se met en colère. Je crois qu’il est peut être le plus jeune de vos admirateurs (agglomération parisienne).
Je suis la maman de Jennifer qui a deux ans mais qui a commencé à être fan à deux mois (ville moyenne, Gironde).
Si vous pouviez recevoir les bizous qu’elle fait à travers la télé et sur les livres vous n’en auriez jamais reçu autant. Moi-même je n’en ai pas autant ne croyez pas que je suis jalouse, au contraire, je suis fière. J’ai ma sœur qui s’appelle Jacqueline, elle a les cheveux longs pour ma fille c’est tatie Hélène (elle attend un bébé si c’est une fille elle s’appellera Hélène).

35Du côté des enfants elles mêmes les témoignages sont parfaitement concordants. De très nombreuses lettres font allusion à une écoute commune avec les parents :

Jamais je n’oublie de vous regarder. Ma mère Françoise est comme moi, à 18 h 30 elle est devant son poste de télévision et on n’est là pour personne. Je connais toutes tes chansons et maman les chante avec moi (Karine).

36Dans les familles plus aisées, la présence des parents devant l’écran créait une gêne chez les enfants, car c’était un regard désapprobateur. Là c’est le contraire, la famille se soude autour d’Hélène :

Je ne rate aucun épisode, car ma grand-mère me les enregistre. Toute ma famille t’aime bien et regarde ton feuilleton, ce qui est dommage c’est que mes parents ne sont pas toujours à la maison pour te regarder.

40. « Toute la famille connaît Hélène »

37En fait, la « fanitude » ne peut se développer que dans les familles où elle est encouragée, en l’occurrence donc, dans des familles où les adultes ne tiennent pas de discours critique sur la série, prennent plaisir à regarder des épisodes avec leurs enfants et acceptent de financer l’achat des objets dérivés, même si celui-ci représente un effort financier :

Malgré que mes parents sont pauvres j’ai ton gel douche et ton shampooing, les deux sentent très bon. J’ai ton poster grandeur nature. Je travaille dur à mon école pour que mes parents me récompensent et m’achètent les belles choses que tu fais (Cendrine, petite ville, Yonne).

41. Gâteau d’anniversaire « Hélène »

38Plus encore, elle ne peut se développer que dans des familles où l’amour de quelque chose qui vient de la télévision n’est pas considéré comme ridicule ou dégradant. En un mot dans des familles qui portent un regard positif sur le petit écran.

39Hélène est associée à tous les grands rituels familiaux. Ludivine, 9 ans, envoie les photos de son anniversaire : on y voit un immense gâteau en forme de guitare, réalisé par sa mère et décoré en son centre d’une photo d’Hélène et Nicolas. Plus étonnantes encore les photos du déjeuner de la communion de Sabrina : devant la place de chaque invité, un menu où Hélène est dessinée propose des plats en l’honneur des personnages de la série. Repas de mariage, dîner de Noël, fête d’anniversaire, Hélène est un membre de la famille. On l’invite, en sachant qu’elle ne viendra pas mais qu’elle sera là quand même à travers les multiples hommages qui lui sont rendus dans l’intimité du foyer. La série a été un moyen de créer un lien entre parents et enfants, et surtout entre mères et filles. Elle est une occasion d’intimité et de complicité.

  • 9 Jean-Claude Passeron et François de Singly montrent que si « chaque classe a ses terrains privilég (...)
  • 10 C’est ce que tendent à montrer les premiers résultats comparatifs de l’enquête « Les jeunes et l’é (...)

40Or, si elle a pu ainsi faire lien, c est que ces mères d’origine populaire, même si elles ont sans doute au départ regardé la série parce que leur fille la regardait, en sont venues à y prendre un plaisir personnel. Elles le disent dans leurs lettres : l’univers d’Hélène leur plaît. Elles ne le trouvent ni ridicule, ni contestable. Dans les interviews elles disent trouver les personnages sympathiques, surtout les personnages féminins. « C’est mignon », « ce sont des filles rigolotes », « elles sont jolies et gentilles »... On ne trouve dans leur discours aucune trace des jugements très négatifs et très critiques que portent l’immense majorité des mères des classes moyennes et supérieures. Les mères de milieu populaire ne se disent pas gênées par tout ce que la série propose sur la division sexuelle des rôles et des tâches, alors que, on l’a vu, c’était quelque chose qui choquait profondément la presse et les parents originaires des classes moyennes et supérieures9. Il y a de la lutte des classes autour de la télévision en France, et sans doute plus que dans d’autres pays10.

42. Menu « Hélène »

  • 11 La thèse principale d’Olivier Schwartz est que la rigoureuse division des rôles est la seule grand (...)

41Si cet univers ne rebute pas les femmes d’origine plus populaire c’est aussi qu’elles vivent elles-mêmes dans des contextes familiaux où la division des rôles sexuels est restée beaucoup plus traditionnelle et où les objectifs de consolidation du foyer constituent un « programme biographique positif » pour reprendre les mots d’Olivier Schwartz (Schwartz 1990 ; voir aussi Singly 199311). Ces personnages féminins qui ont surtout envie d’avoir un mari et des enfants ne suscitent pas chez elles le rejet qu’ils provoquent chez des mères plus acquises aux idéaux de l’émancipation féminine par l’éducation et le travail. D’où d’ailleurs aussi l’impact de la série auprès de la génération des grand-mères, qui, toutes classes sociales confondues, ont souvent pris le parti des enfants sur la série : elles y ont retrouvé un univers préféministe et pré-soixante-huitard qui à bien des égards leur rappelle leur jeunesse. Et d’après plusieurs témoignages d’enfants, il semblerait qu’elles aient souvent laissé leurs petites-filles regarder chez elles la série lorsque les parents y étaient hostiles.

Réfléchir les modèles féminins

42Dans la cellule familiale, Hélène et les garçons a donc été un objet de confrontation entre deux générations de femmes. En aimant la série, les petites filles ont signifié quelque chose à leurs mères. Elles ont parlé de leur difficulté à gérer les nouveaux modèles féminins qui leur sont proposés par la société. Elles ont parlé d’un retour à un partage des rôles sexués où les attributions féminines n’empiètent pas sur les territoires traditionnellement masculins, où les deux sexes ne sont pas en concurrence mais en complémentarité. Elles ont parlé de la nécessité de faire de la réussite du couple un objectif central. Tout cela n’est pas forcément facile à entendre pour des femmes qui ont grandi avec la montée du féminisme. Leurs filles adorent une série qui condamne l’avortement, alors qu’elles ont milité pour le rendre légal. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’Hélène ait parfois occasionné de véritables casus belli.

43Mais en même temps, il est important d’entendre ce message, de comprendre son sens et ses limites. Tout d’abord, on notera qu’Hélène et les garçons a recruté ses téléspectateurs les plus fidèles chez des enfants très jeunes, et surtout des filles entrant dans la préadolescence. Les adolescents regardaient aussi, mais avec moins de passion et plus d’ironie. La jeunesse du public a d’ailleurs été un sujet d’étonnement pour les producteurs de la série – et de déception pour les annonceurs. On visait les adolescents, et ce sont des enfants de l’école primaire qui ont été les plus enthousiastes. Or, les observations menées dans les familles l’ont bien montré, ces jeunes téléspectateurs ne regardent pas la série simplement pour faire comme leurs aînés : ils sont sincèrement intéressés par ce qu’elle raconte, et tout particulièrement par les intrigues amoureuses et les scènes de baiser. Ils cherchent à résoudre à l’aide de la série tout un ensemble de questions qu’ils se posent sur la vie sentimentale et sexuelle et à trouver la signification exacte de mots qu’ils ont entendus ou d’images qu’ils ont vues, sans savoir ce qu’ils recouvrent exactement. La curiosité des enfants à l’égard de la sexualité, si elle n’est probablement pas plus précoce qu’auparavant, est aujourd’hui instruite très tôt par des éléments qui ont été puisés dans les différents médias, de l’affichage dans la rue à des programmes pour adultes aperçus sur le petit écran. Il y a donc comme une sorte d’effet en boucle : les médias suscitent des questions et l’enfant va en chercher la réponse dans les médias. Un processus qui relève de ce que Joshua Meyrowitz a appelé le brouillage des frontières entre l’enfance et l’âge adulte par la confrontation que la télévision procure aux jeunes téléspectateurs avec les coulisses des rôles parentaux et des rôles sexuels (Meyrowitz 1985). On a là de très jeunes téléspectateurs qui en savent trop sans en savoir assez. Et qui aimeraient en savoir plus.

44Le fait qu’ils se soient dirigés tous ensemble vers la série qui présentait les rôles sexués de la façon la plus traditionnelle n’est pas non plus un hasard. Ces enfants sont issus d’une génération qui a expérimenté la redéfinition des territoires masculins et féminins, leurs mères ont souvent fait des études, beaucoup travaillent, et mènent une vie plus indépendante que celle de leurs propres mères. Ces enfants ont aussi été massivement confrontés aux changements qui se sont opérés dans les structures familiales, montée du divorce et de la cohabitation, foyers monoparentaux, familles recomposées. Or, la naissance aux rôles sexués suppose que l’enfant dispose de repères simples sur l’identité et les tâches dévolues à chacun des sexes. Comme le montrent bien les travaux d’Eleanor Maccoby, vers 6/7 ans un enfant commence à éprouver le besoin de radicaliser les différences entre les sexes pour se préparer à son futur rôle de partenaire sexuel (Maccoby 1988). C’est à cet âge que la nécessité d’une ségrégation des identités sexuées est la plus forte. On en a d’ailleurs une formidable confirmation en voyant combien est étanche la frontière entre garçons et filles, que ce soit au niveau des échanges ou des jeux, au sein des écoles primaires, pourtant maintenant presque toujours mixtes. Le besoin de ségrégation sexuelle demeure, mais celle-ci, qui était autrefois concrètement mise en œuvre par des murs entre l’école des garçons et celle des filles, et par une division beaucoup plus traditionnelle des tâches imparties à chacun des sexes au sein du foyer, passe désormais par d’autres moyens. Elle est comme réinventée par les enfants, car si elle est moins présente dans leur entourage quotidien, elle n’en est pas moins aussi nécessaire qu’auparavant.

45Il ne fait pas de doute qu’une série comme Hélène ait de ce point de vue présenté un modèle rassurant, parce que simple et tranché. Ce qui ne veut pas dire que ces petites filles tournent définitivement le dos aux valeurs féministes promues par leurs mères. On notera d’ailleurs que les modèles féminins proposés par la série, s’ils ne parlent pas le langage et n’épousent pas l’idéologie du féminisme, n’en sont pas moins des femmes ayant une vie sexuelle libre, jouissant d’une indépendance réelle par rapport à leur famille, et mises en position de choisir leur avenir. On n’a donc pas affaire à une fiction sur la domination masculine, qui n’aurait sans doute pas eu sa place sur une chaîne de télévision occidentale dans les années 1990. Au contraire, on a là quelque chose de légèrement décalé, une histoire qui mêle les temps d’avant et ceux d’aujourd’hui, en suggérant qu’il y a à prendre dans les deux. Et c’est ce message-là qui a plu, car il envoyait des repères moins complexes sur les identités sexuelles, ayant intégré en quelque sorte les acquis de l’émancipation féminine tout en proposant un modèle féminin de vie qui n’emprunte rien à celui des hommes. Une reconnaissance de l’irréductibilité des différences entre les sexes sur fond de libération de la femme. Dans Hélène on croit au prince charmant, mais il n’y a ni parents tyranniques, ni soumission de la femme. Que ce programme ait séduit les préadolescentes n’a finalement rien d’étonnant : elles sont à l’âge où l’éveil à l’amour se fait au nom des idéaux romantiques de l’amour pour toujours et de l’homme idéal. En grandissant, elles prendront plus de distances. A 15 ans on regarde aussi Hélène et les garçons mais en disant haut et fort que la série est ridicule.

46Le propre de la fiction est de permettre de jouer à s’essayer dans des modèles différents de ce que l’on est ou de ce que l’on souhaite être. D’explorer des identités alternatives. Et si les modèles féminins les plus conventionnels sont ceux qui ont le plus attiré les jeunes téléspectateurs c’est peut-être aussi qu’il est devenu plus difficile de les observer ailleurs qu’à la télévision. Pour des adolescentes que le système scolaire forme à l’entrée sur le marché du travail et dont l’entourage fournit de moins en moins d’exemples de dévouement féminin à des causes exclusivement domestiques, il y a sans doute quelque chose de rassurant à emprunter le temps d’un feuilleton des personnalités de femmes qui ressemblent à ce qu’on attendait d’elles quelques décennies plus tôt. Tout comme il y a sans doute aussi un certain plaisir pour les jeunes garçons à voir, ne serait-ce qu’à l’écran, ces personnages qui incarnent un éternel féminin. N’est-ce pas après tout la force des médias ? Ils peuvent montrer des situations sociales qui n’existent pas encore tout comme montrer des situations qui n’existent plus. Et plaire pour les deux raisons.

  • 12 La petite maison dans la prairie raconte la vie familiale d’un groupe de pionniers à la fin du siè (...)

47Mais aussi, le débat autour d’Hélène a eu lieu en France et au début des années 1990. La série a indéniablement répondu à un moment précis et dans un pays précis aux aspirations d’une classe d’âge précise. Elle n’aurait pas forcément eu le même impact quelques années plus tôt ou plus tard. On pourrait développer une analyse comparable à celle que propose Jostein Gripsrud à propos du succès de Dynasty en Norvège il y a quelques années (Gripsrud 1995). Dynasty, dit-il, est devenu un feuilleton culte parce que la société norvégienne traversait alors une période de transformations culturelles et sociales très importantes : elle rejetait le moralisme familial, la ruralité et le puritanisme de la décennie précédente (durant laquelle le grand succès télévisuel avait été La petite maison dans la prairie12) pour se tourner vers de nouvelles valeurs plus individualistes et moins puritaines. Dynasty, monde sans scrupule fondé sur le capitalisme et l’argent, répondait aux attentes liées à cette transformation.

  • 13 Voir la postface de la troisième édition de Fortune et infortune de la femme mariée, Paris, puf, 1 (...)
  • 14 Observations fondées sur les lettres envoyées de Norvège à Hélène et sur un travail de recherche m (...)
  • 15 Je remercie Florence Defloraine et Dacha qui ont fait circuler 70 questionnaires sur Hélène à Kiev
  • 16 C’est ce qui apparaît dans les lettres envoyées d’Algérie aux comédiennes de la série.

48A sa manière, Hélène et les garçons s’est aussi située à un moment précis de la réflexion sur l’identité féminine en France. La série a été diffusée en Norvège à peu près au même moment qu’en France, et avec un succès presque aussi grand, mais elle n’a pas là-bas suscité de tels antagonismes entre mères et filles, ni engendré de polémique dans la presse. Mais, comme on le sait, l’émancipation des femmes Scandinaves est plus ancienne, tout comme l’est leur entrée massive sur le marché du travail. De plus, un certain nombre des tensions entre charges domestiques et vie professionnelle sont prises en charge par des structures publiques plus nombreuses, et une conversion plus importante des hommes à un partage effectif des tâches domestiques (qui reste en France beaucoup plus de l’ordre du discours que de la réalité comme l’ont montré Kaufmann (1992 et 1997) et Singly (199713)). Un pays comme la Norvège a donc quelques raisons de moins se prêter à ce type de débat. Ce que les jeunes Norvégiens disent avoir aimé dans Hélène, ce sont les images de la femme française – mince, séduisante, séductrice – et ces jeux amoureux qui leur semblent illustrer le french love14. Les jeunes Ukrainiens ont été eux aussi très sensibles à cette dernière dimension mais moins sous l’angle de la grammaire amoureuse que sous celui de la liberté des mœurs : ils parlent tous des baisers échangés en public, qui sont chez eux chose impensable15. En Algérie, où la série était reçue par satellite dans certaines régions, notamment la Kabylie – d’où vient une bonne partie du courrier algérien –, les adolescents parlent moins des histoires amoureuses que des relations amicales entre les héros de la série, surtout celles entre sexes différents16. Bref, selon les pays les lectures d’Hélène ont beaucoup varié. Là où les petites Françaises voyaient un retour aux valeurs traditionnelles du couple, d’autres ont pu voir des modèles d’émancipation sexuelle. Dallas s’était prêté à des interprétations tout aussi polymorphes (Liebes et Katz 1990).

49Le débat autour d’Hélène est donc historiquement et socialement situé, que ce soit au niveau collectif ou individuel. En France, il s’est posé dans des termes différents d’ailleurs, entre des adultes, d’origine moyenne ou aisée, soucieux de promouvoir une relative abolition du partage des rôles sexués, et des enfants inquiètes de saisir la spécificité du rôle féminin dans un environnement où il est en pleine mutation. Il s’est aussi posé dans une classe d’âge bien précise, chez des petites filles qui découvraient la différence des sexes et tentaient de la construire sur la base d’oppositions claires. Pour elles, la série a été un modèle de vie, une référence forte. Mais c’est aussi une référence éphémère : à l’entrée dans la préadolescence, la série, même si elle est souvent regardée tout aussi assidûment, n’a plus le même rôle. Elle ne sert plus de modèle, elle sert de support à la définition de soi dans la société des pairs.

Notes

1 Patrick Champagne soulignait déjà en 1971, dix ans avant les premières études sur les contextes domestiques de réception de la télévision, combien il était important de mettre en relation le langage de la télévision avec le fait qu’elle est regardée au sein du foyer : « Pour comprendre la signification et la fonction que les diverses classes sociales confèrent à la télévision, il faut sans doute prendre en compte le fait qu’on la regarde chez soi, en famille. ... La télévision, par opposition à la radio ou à l’électrophone, fait l’objet d’un mode de réception familial » (Champagne 1971).

2 Médiamétrie mesurait en 1995 138 minutes d’écoute moyenne quotidienne pour les csp Plus contre 209 pour les autres csp. Le découpage de Médiamétrie est grossier puisqu’il ne comporte que deux catégories, csp+ et autres csp. Mais toutes les autres enquêtes montrent un écart important entre les consommations télévisuelles des individus les plus favorisés et des moins favorisés. Il faut aussi rappeler que les familles ouvrières se sont équipées en télévision et en magnétoscopes aussi rapidement que les familles moyennes ou supérieures, alors que pour tous les autres biens ménagers elles avaient un retard d’équipement de plusieurs années. La télévision a très vite été un média présent dans les milieux populaires.

3 Cette étude menée entre 1996 et 1998 s’inscrivait dans le cadre d’une recherche comparative européenne, et comportait un ensemble de terrains qualitatifs et une enquête par questionnaire auprès d’échantillons nationaux représentatifs dans les onze pays d’Europe occidentale participant au projet. Pour des résultats détaillés voir Pasquier et als 1998 ; Jouët et Pasquier 1999.

4 L’enquête en milieu rural a été fondée sur l’interview de 52 enfants scolarisés dans trois villages de moins de 300 habitants en Seine-Maritime. Les entretiens ont eu lieu au sein des écoles. Elle a aussi comporté des entretiens avec un certain nombre de parents, à leur domicile. Je remercie Pascal Guéret de son aide précieuse sur le terrain.

5 Enquête réalisée en juin 1996 sur 100 élèves du lycée Montaigne à Paris.

6 Enquête sur 25 élèves de CM2 scolarisés dans un établissement de la zone d’éducation prioritaire des Mureaux (Chailley 1999).

7 Monographie sur 6 familles turques et arabes immigrées. Mémoire de fin d’études de l’Institut d’études politiques de Paris (Alkan 1996).

8 En réalité, le seul point commun aura sans doute été l’opposition rencontrée sur le terrain scolaire face à des enseignants largement hostiles à la série, même si là encore il est probable que les oppositions aient été moins fortes du côté des enseignants travaillant dans des zones défavorisées, plus habitués sans doute à ce (suite) que leurs élèves accordent une grande place à la télévision dans leurs discussions, leurs jeux, leurs échanges et leurs vêtements.

9 Jean-Claude Passeron et François de Singly montrent que si « chaque classe a ses terrains privilégiés de conformisme et de novation, d’autoritarisme et de permissivité, dans l’élevage de ses rejetons », ce qui interdit de « pouvoir énoncer les caractéristiques de classe en termes d’un “bilan global” de socialisation », les adolescents dont le père est ouvrier ont la plus faible distance à la division sexuelle des tâches ». (Passeron et Singly 1984.)

10 C’est ce que tendent à montrer les premiers résultats comparatifs de l’enquête « Les jeunes et l’écran ». Les oppositions sociales autour de la télévision sont nettement plus marquées en France qu’elles ne le sont dans les autres pays, en ce qui concerne le volume et le type de consommation, les interactions parents/ enfants à propos de la télévision, et le contrôle parental. Voir Pasquier et als 1998.

11 La thèse principale d’Olivier Schwartz est que la rigoureuse division des rôles est la seule grande constante des familles ouvrières. Il analyse les intérêts que peuvent trouver les femmes de milieu ouvrier à garder leur fonction tutélaire dans le champ familial et à protéger le système des identités sexuelles différenciées : « La régularité avec laquelle elles continuent d’intérioriser ce rôle, ce qu’on pourrait appeler leur fidélité au rôle, suppose que celui-ci pour une majorité d’entre elles a constitué le seul programme biographique positif dont elles aient pu disposer. Penser pour elles un véritable avenir social passant par le métier et le travail, ç’aurait été les engager dans une voie traditionnellement masculine et donc les mettre en concurrence avec les hommes. D’où une menace sur le principe même du partage entre le masculin et le féminin. Or, les rôles sexuels offrent une garantie minimale d’exclusivité dans la jouissance de certains territoires, et dans l’accès aux signes de l’identité » (Schwartz 1990). Voir aussi Singly 1993. Dans cet article François de Singly pose l’hypothèse qu’il n’y a pas féminisation de la société (par la psychologisation de celle-ci) mais au contraire alignement sur les valeurs masculines (le travail est à son tour devenu un lieu de constitution de l’identité féminine). Ce changement s’est fait essentiellement sur le dos des classes populaires. Une valeur comme la virilité n’est plus indispensable pour les mâles des classes moyennes et supérieures, mais sa dévalorisation met en péril l’identité des hommes des classes populaires qui était très liée à leur mode de relation à l’univers du travail.

12 La petite maison dans la prairie raconte la vie familiale d’un groupe de pionniers à la fin du siècle dernier aux États-Unis.

13 Voir la postface de la troisième édition de Fortune et infortune de la femme mariée, Paris, puf, 1997 (4e édition).

14 Observations fondées sur les lettres envoyées de Norvège à Hélène et sur un travail de recherche mené dans le cadre d’une maîtrise de sociologie à l’université d’Oslo (Jacobsen 1996). Dans son ensemble le courrier venu de l’étranger ne sera pas traité ici.

15 Je remercie Florence Defloraine et Dacha qui ont fait circuler 70 questionnaires sur Hélène à Kiev.

16 C’est ce qui apparaît dans les lettres envoyées d’Algérie aux comédiennes de la série.

Table des illustrations

Légende 35. Une chambre de fan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende 36. « Ma cousine et moi »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2504/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Légende 37. « Les grands, eux, ne comprennent pas ce qu’on peut ressentir nous »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2504/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende 38. « Mes frères n’aiment pas. Ma maman te regarde »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2504/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende 39. Habits Hélène. Le catalogue des Trois Suisses 1994
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2504/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Légende 40. « Toute la famille connaît Hélène »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2504/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende 41. Gâteau d’anniversaire « Hélène »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2504/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 42. Menu « Hélène »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2504/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 238k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search