Version classiqueVersion mobile

Théorie critique de la propagande

 | 
Pierre-François Noppen
, 
Gérard Raulet

Introduction

Pierre-François Noppen et Gérard Raulet

Texte intégral

1Avec le recul, il apparaît que l’intérêt pour la propagande dans toutes ses formes était en quelque sorte déjà inscrit dans le programme du jeune Karl Marx, de même probablement que dans celui de toute critique sociale. On ne saurait en effet engager des efforts conscients pour transformer la réalité, ainsi que Marx en formule l’exigence dans la fameuse onzième des Thèses sur Feuerbach, sans s’interroger sur la manière d’y parvenir. Qu’il s’agisse d’organiser les prolétaires en corps révolutionnaires, de former des syndicats ouvriers, ou d’éduquer les citoyens aux vertus civiques, la question de savoir comment mettre en œuvre des processus capables d’amender les institutions ou d’en créer de radicalement nouvelles s’accompagne forcément d’une réflexion sur la manière dont on peut efficacement communiquer des perspectives ou des explications susceptibles de gagner l’adhésion et de mobiliser les efforts des groupes et des populations concernés. Car développer des perspectives d’émancipation qui soient porteuses est une chose, les disséminer à grande échelle en est bien une autre.

2Notre ouvrage se penche sur un moment charnière dans l’histoire des rapports de la critique sociale à la question de la propagande, celui où la propagande en tant que telle devint ouvertement suspecte. Ce changement de perspective fut motivé par la confluence de deux phénomènes : la montée de l’autoritarisme sur la scène politique européenne et allemande en particulier, laquelle au tournant des années 1930 était toujours très durement secouée par les conséquences de la Première Guerre mondiale, d’une part, et, d’autre part, le développement de ce qu’on appelle aujourd’hui communément les « nouvelles technologies de l’information et de la communication », bref de nouveaux médias – au premier chef la radio et le cinéma.

3Les principaux acteurs de la Théorie critique ont été les pionniers d’une prise en compte des nouveaux médias. Avec la Théorie critique, on voit la perspective changer rapidement et radicalement. À travers toute une série d’échanges et de débats, on voit prendre forme une double réaction : la première déplace la perspective du propos des propagandistes vers les moyens de propagande afin d’examiner les mécanismes de la manipulation. La seconde s’interroge sur l’impact des médias eux-mêmes sur les populations et cherche à évaluer dans quelle mesure ils préparent le terrain pour l’autoritarisme. C’est ce tournant qu’entend documenter le présent collectif sur « les théories critiques de la propagande ».

4Jusqu’à récemment, la nature précise et l’importance de la contribution de Siegfried Kracauer aux efforts investis autour de l’Institut de recherches sociales pour déchiffrer les mécanismes de la propagande demeurait, à bien des égards, nébuleuse. La publication en 2013 de Totalitäre Propaganda, le manuscrit de Kracauer sur la propagande fasciste et nazie, commandé par l’Institut, puis mis de côté, est venu compléter le puzzle. Elle a donné l’occasion d’un examen plus complet des théories critiques de la propagande. Comme il fallait s’y attendre, les efforts déployés pour rendre justice au manuscrit de Kracauer, qui fut traité de manière très désinvolte par Adorno, conduisent plusieurs contributeurs à tenter de cerner la nature précise des oppositions, des tensions ou des différences entre sa théorie critique de la propagande et celles qui vont se développer au sein de l’Institut. Ils contribuent par là à l’histoire de la Théorie critique et des fronts théoriques en son sein. L’enjeu est décisif. En effet, le manuscrit de Kracauer, rédigé en 1937-1938, intervient au début de l’évolution qui va se produire pendant l’exil et qui conduit des Études sur l’autorité et la famille de 1936 au chapitre sur l’industrie culturelle de La dialectique de la raison et à The Authoritarian Personality qu’Adorno publiera en 1950, au débouché d’une importante série de recherches empiriques menées aux États-Unis : notamment l’étude sur la musique radiodiffusée Current of Music d’Adorno, à laquelle sont consacrées ici les contributions de Pierre Arnoux et de William Ross, et la série des Studies in Prejudice.

  • 1 Cette étude a été récemment publiée en français : Leo Löwenthal et Norbert Guterman, Les prophètes (...)

5Les Studies in Prejudice virent le jour grâce à la ténacité de Franz Neumann et aux relations qu’il entretenait avec l’American Jewish Committee. D’abord sceptique, Horkheimer prit en charge avec Adorno le volet psychologique de l’étude sur l’antisémitisme. À partir de ce moment, début 1943, le projet sur l’antisémitisme fut indissociable de la rédaction de La dialectique de la raison que Horkheimer et Adorno réalisèrent en commun, non sans signaler leur dette envers Leo Löwenthal, l’auteur des Prophets of Deceit, une étude des discours des agitateurs isolationnistes d’extrême droite1. Pour sa part, Adorno s’associa aussi à un autre volet de la recherche : l’analyse des discours et des publications des agitateurs antisémites qui pullulaient dans le sud des États-Unis. Il se consacra à ceux de Martin Luther Thomas d’une façon que Horkheimer jugea peu conforme aux canons scientifiques américains, mais au bout du compte plus féconde du point de vue qualitatif. Adorno expérimentait là une pratique de la sociologie à laquelle il restera fidèle. Il résuma ses analyses sur les agitateurs dans la communication « Anti-Semitism and Fascist Propaganda » qu’il présenta lors d’un congrès de psychiatrie en juin 1944 à San Francisco et qu’il publia en 1946 dans le collectif Anti-Semitism: A Social Disease dirigé par le psychanalyste Ernst Simmel. Les inclinations psychanalytiques d’Adorno se confirmèrent dans « Freudian theory and the pattern of fascist propaganda », publié en 1951 par Geza Roheim dans le volume III de Psychoanalysis and Social Sciences. Adorno déploya beaucoup d’efforts diplomatiques pour que se constituât à Berkeley le Public Opinion Study Group, qui apportait au projet de l’Institut les compétences de psychanalystes confirmés – R. Nevitt Sanford, Else Frenkel-Brunswik et Daniel J. Levinson.

6L’impact de ces entreprises « de terrain » sur la Théorie critique ne saurait être sous-estimé. Il a été bien plutôt l’occasion pour cette dernière, quelles que soient ses préventions à l’égard de la recherche empirique américaine, de préciser, voire même de modifier ses présupposés. On pense en particulier à la conception mécanique de la manipulation, relevant d’un schéma stimulus-réponse, qu’Adorno va abandonner au profit de la conception d’un récepteur actif, grâce à sa confrontation avec la sociologie américaine et non pas contre elle. L’essai de Pierre Arnoux expose dans le détail, à partir du matériau de Current of Music et de l’étude de la rubrique astrologique du Los Angeles Times, comment évolue l’attitude d’Adorno envers le rapport de la théorie à l’empirie. Son « antipositivisme » ne fait guère de doute, mais la culture populaire, ou plus exactement la culture de masse, fait bouger les lignes. C’est véritablement la mise à l’épreuve de la Théorie critique.

  • 2 Le Groupe de recherche sur la culture de Weimar a publié dans sa collection « Philia » l’édition fr (...)

7On aurait dû s’attendre, écrit Stéphanie Baumann au début de sa contribution, à ce que Totalitäre Propaganda soit une analyse des films de propagande nazis. Ces derniers font incontestablement partie du champ et Kracauer était sans doute le plus en mesure de les placer au cœur de sa théorie de la propagande. Il se trouve qu’il ne l’a pas fait. Si ses écrits sur le cinéma sont connus, il nous est apparu en revanche décisif d’intégrer dans le périmètre de l’étude la radio. Il ne l’ignorait certes pas, même si c’est plutôt Walter Benjamin qui fut un des premiers théoriciens critiques à la pratiquer et à la théoriser. Dans le contexte des réflexions de la Théorie critique sur l’industrie culturelle pendant l’exil, c’est cependant la radio qui va passer au premier plan. C’est pourquoi nous avons délibérément mis l’accent sur cette entrée dans la réalité médiatique2. Elle pose du reste une question théorique décisive, directement dans la ligne des réflexions benjaminiennes sur le média : la propagande se contente-t-elle d’instrumentaliser le vecteur ou est-elle – et jusqu’à quel point – inhérente à la nature même du média ? Il y aurait un « inconscient technique » dont la nature serait comparable à celui des cadres a priori de la connaissance chez Kant. Les moyens d’expression et de diffusion sont aussi, intrinsèquement, des moyens de connaissance qui transforment notre « apperception ». Que Kracauer soit passé, selon Adorno, à côté du phénomène de la réclame est, à l’aune de la radicalité de ces réflexions, de peu d’importance. Car s’il en est ainsi, même l’inquiétude quant à la manipulation des ressorts inconscients change radicalement de registre : il ne s’agit plus d’une ingérence, mais d’une mutation anthropologique. Du reste, chez Benjamin, la notion d’inconscient optique a un sens positif, alors que pour Adorno elle relève plutôt du « contexte d’aveuglement total » (Verblendungszusammenhang).

  • 3 Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, La dialectique de la Raison. Fragments philosophiques, traduit (...)

8Pas de quoi l’ébranler quant à sa conviction profonde : la propagande est un aspect, au même titre que l’industrie culturelle, du processus général conduisant la raison à la domination. Mais les conflits portaient aussi, au sein de l’Institut de recherches sociales, sur les masses et sur la question de savoir si elles constituent le terreau préalable au déploiement de la propagande ou si, au contraire, cette dernière est largement responsable de leur émergence. La notion même de « masse », en relation avec celles de foule ou encore de « peuple », est du même coup au cœur du débat. Patrick Vassort estime nécessaire, et il a raison – a fortiori dans le contexte actuel –, de rappeler les repères historiques et étymologiques fondamentaux. Les tensions concernaient en outre la prédominance d’une approche psychologique ou d’une approche sociologique. Si Kracauer fait sienne la conception horkheimerienne de l’intériorisation de la domination, elle demeure concurrencée chez lui par une autre approche : l’étude des mécanismes idéologiques l’emporte largement sur l’approche de psychologie sociale. Ce que Kracauer appelle un « effet de miroir » (Spiegelreflex) pour décrire le moyen par lequel la propagande totalitaire attribue à l’adversaire ses propres machinations correspond néanmoins indubitablement à ce que les auteurs de la Dialektik der Aufklärung nomment « fausse projection », désignant par là le mécanisme par lequel les juifs sont les victimes d’un transfert paranoïde3. C’est aussi la thèse que Leo Löwenthal et Norbert Guterman mettent au centre de Prophets of Deceit, leur contribution aux Studies in Prejudice.

9Notre projet de recherche et le présent volume qui en est issu poursuivent la ligne du Groupe de recherche sur la culture de Weimar, qui consiste à pratiquer l’histoire des idées de façon pleinement herméneutique tout en posant toujours la question de la pertinence historique et politique des problématiques et des stratégies discursives. Il était donc inévitable qu’ils s’inscrivent dans le débat actuel sur le populisme. D’abord, il semble qu’un parallèle s’impose entre le contexte des années 1930 et le nôtre, alors qu’on voit se dessiner une confluence entre les nouveaux médias – fournissant autant de nouveaux moyens de propagande – et la montée d’un nouvel autoritarisme. Dans ce contexte, les réflexions de l’École de Francfort sur la question de la propagande trouvent une nouvelle actualité. John Abromeit, en particulier, entend tirer des débats sur la propagande au sein de la Théorie critique des instruments d’analyse théorique du phénomène actuel du populisme. Un des problèmes que formule son approche est non seulement la nécessaire distinction entre les formes et les origines du totalitarisme et (ou) de l’État autoritaire – une question qui est au cœur des débats de la Théorie critique dans les années 1940. Se pose aussi la question du bien-fondé de l’assimilation (au moins tendancielle) du totalitarisme et du populisme. Du même coup s’impose la distinction, fondamentale dans les travaux sur la propagande, entre les approches qui traitent le récepteur (la masse) comme passif et celles qui estiment que le récepteur est partie prenante dans le discours propagandiste. Les assimilations auxquelles procède Abromeit relancent la question de l’œuf et de la poule qui est au cœur de la problématique d’une théorie critique de la propagande. On est là au cœur du débat actuel.

  • 4 Ernst Bloch, « Critique de la propagande », cf. infra dans ce volume.

10Le texte d’Ernst Bloch, « Critique de la propagande », publié ici pour la première fois en traduction française et introduit par Lucien Pelletier, saisit bien les espoirs que nombreux fondèrent dans le potentiel de dissémination des nouveaux médias. Pour développer une propagande efficace, on doit cesser de se répandre en statistiques ou en explications et apprendre du « fasciste Jung4 » quels signes, quelles images et surtout quels archétypes (Urbilder) trouvent dans l’inconscient collectif l’écho le plus retentissant. En somme, Bloch nous rappelle combien il importe d’apprendre la manière de parler aux hommes.

11Les éditeurs adressent leur remerciements chaleureux à Iain Macdonald, professeur au département de philosophie de l'université de Montréal, ainsi qu'au Centre canadien d'études allemandes et européennes, qui ont rendu possible la rencontre dont est issu ce volume.

Notes

1 Cette étude a été récemment publiée en français : Leo Löwenthal et Norbert Guterman, Les prophètes du mensonge. Étude sur l’agitation fasciste aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2019.

2 Le Groupe de recherche sur la culture de Weimar a publié dans sa collection « Philia » l’édition française de Current of Music : Theodor W. Adorno, Current of Music. Éléments pour une théorie de la radio, traduit par Pierre Arnoux, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme / Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2010.

3 Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, La dialectique de la Raison. Fragments philosophiques, traduit par Éliane Kaufholz, Paris, Gallimard, 1974, p. 195.

4 Ernst Bloch, « Critique de la propagande », cf. infra dans ce volume.

Auteurs

Pierre-François Noppen, professeur à l’université de Saskatchewan, département de philosophie. Publications récentes : « L’idée d’une rationalité mimétique. L’argument de “La dialectique de la raison” », in : Katia Genel (dir.), La dialectique de la raison. Sous bénéfice d’inventaire (Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017) ; « Adorno on Mimetic Rationality: Three Puzzles » (Adorno Studies, 2017).

Gérard Raulet, professeur émérite d’histoire des idées allemandes à l’université Paris Sorbonne. Publications en philosophie politique, sur la Théorie critique et l’anthropologie philosophique. Récents ouvrages : Geschichte der politischen Ideengeschichte, en collaboration avec Marcus Llanque (Baden-Baden, 2018) ; Das befristete Dasein der Gebildeten. Benjamin und die französische Intelligenz (Konstanz University Press, 2019).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search