Version classiqueVersion mobile

La culture des sentiments

 | 
Dominique Pasquier

3. L’art d’aimer

Texte intégral

24. Princesse Hélène et Prince Nicolas

Ce que dit Hélène

  • 1 De ce point de vue, Hélène fonctionne exactement selon le même principe narratif que les soap oper (...)

1De toutes les séries « collège », Hélène et les garçons est celle qui est allée le plus loin dans l’exploration du thème de l’amour. D’autres séries, comme Beverly Hills, s’intéressent aussi beaucoup à la question, mais elles n’en font jamais le fondement exclusif de toutes les intrigues : les histoires sentimentales constituent une trame de fond, sur laquelle se déroulent d’autres histoires mettant en scène la sociabilité – fêtes, sorties –, les relations avec la famille, l’univers de l’école et des petits boulots. De plus, l’amour y est traité principalement sous l’angle de la séduction : recettes, manœuvres, échecs ou réussites. Dans Hélène au contraire, la principale question posée à propos de l’amour est celle du maintien du couple. Comment faire pour rester ensemble malgré les tentations amoureuses et les différences de perspective entre hommes et femmes sur la vie en couple ? En partant de ce principe, la série explore tous les pièges des jeux de l’amour : José est amoureux de deux filles en même temps, Christian ne peut pas résister à ses pulsions de séducteur, Nicolas tombe dans les pièges d’une femme plus âgée que lui, Hélène retrouve un ancien flirt, Laly éprouve un attrait physique irrésistible pour un beau mannequin rencontré à la cafétéria, José et Christian draguent la même fille, Johanna s’aperçoit que Christian la trompe, Linda aime toujours Sébastien qui l’a quittée, Christian sombre dans le désespoir après le départ de Johanna, etc. Désir, soupçon, rivalité, tromperie, rupture, réconciliation, pardon, rancune, jalousie, douleur, chaque nouvelle la gamme de sentiments qui en relève, est déclinée à travers ses répercussions sur les différents personnages de la série1.

25. « Les couples dans Hélène et las garçons »

2Les parents se sont du coup souvent mépris sur la série : ils l’ont prise pour un simple marivaudage. Or, les personnages ne sont pas volages, ils sont mis à l’épreuve, ce qui est bien différent. En réalité, toute la série tourne autour de la question du couple. Dans Hélène et les garçons, aimer c’est toujours vouloir entamer une vie à deux. Le désir sexuel joue un rôle négligeable dans cette configuration : les couples se forment à partir d’un attrait physique mais ils ne perdurent jamais sur cette base. Au contraire, le pouvoir de séduction physique est destructeur : il constitue une menace permanente par sa potentialité à détourner le couple de sa force centrifuge.

3D’où un paradoxe pour les personnages féminins : il faut être belle pour plaire à l’autre, mais parce qu’on est belle on risque de plaire à d’autres. La beauté est donc traitée dans la série comme une valeur à double tranchant, les héroïnes y consacrent une partie de leur temps et beaucoup de leur énergie : séances interminables dans la salle de bains, hésitations devant la garde-robe – les soldes constituent d’ailleurs les seules occasions de sortir du campus – , efforts dans la salle de gymnastique, régimes incessants.

4Johanna – Vous avez entendu comment Christian m’appelle ? Ma grosse ! Ça veut dire qu’au fond de lui, il me trouve grosse, OK ? Alors je me suis dit : Johanna, si tu veux que ton Cricri te préfère à cette fille, il faut que tu maigrisses. Et j’ai commencé mon entraînement. D’abord 30 km de vélo par jour...

5Tant que ces efforts sont destinés au partenaire régulier, ils sont présentés comme nécessaires et justes : ils font partie des devoirs féminins dans le couple. En revanche, chercher à plaire – pour se plaire à soi-même – ou, pire, pour plaire aux hommes en général, est une chose hautement condamnable : la chose peut arriver, presque par malchance. Mais elle doit garder un caractère totalement imprévisible.

  • 2 A une exception près toutefois : quand un comédien décide de quitter la série – par lassitude ou à (...)

6Dans la cafétéria, Cupidon lance ses flèches : Laly – qui est souvent touchée – tombe amoureuse d’un beau mannequin qu’elle vient d’apercevoir alors qu’elle attendait Sébastien. Pour les fans de la série le suspense commence : comment va-t-elle parvenir à concilier cette fatalité (elle est tombée amoureuse malgré elle et ne peut s’empêcher de l’être) avec son destin qui est d’aimer celui avec lequel elle est en couple depuis déjà bien des épisodes ? Le scénario est immuable. Pour aller au bout de cette histoire, Laly devra mentir à Sébastien, et même mentir à ses amies : elle va rencontrer en cachette le nouvel amoureux. Sébastien va se douter de quelque chose, Laly aura peur qu’il ne la quitte. Les garçons d’un côté, les filles de l’autre vont d’abord les protéger, en rassurant le premier et en gardant cachée l’aventure de la seconde, puis, de concert, ils vont entreprendre de les réconcilier. A la fin de l’épisode – ou quelques épisodes plus tard s’il y a eu des complications, comme par exemple une concurrence entre filles ou entre garçons pour séduire un nouveau ou une nouvelle –, le couple de départ est reformé, plus fort qu’auparavant car il vient de vaincre une épreuve. Toutes ces trahisons à récidive ne compromettent absolument pas une règle de principe : c’est dans le couple avec un partenaire régulier et durable que l’on peut espérer être heureux. Les amours passagères ne sont là que pour le confirmer. Les scénaristes de la série sont très prudents sur ce point. Chaque tromperie est une leçon de morale, l’occasion d’avertir des dangers innombrables qui menacent l’amour véritable. Les coupables ne sont jamais traités comme des fautifs puisque ce qui leur arrive est plus fort qu’eux et qu’ils savent vite reconnaître leur erreur. Et les histoires finissent toujours bien, c’est-à-dire qu’elles finissent toujours en couple2. La structure narrative d’Hélène est donc très proche de celle des romans sentimentaux qu’a étudiés Janice Radway : c’est un voyage à la découverte de l’amour au cours duquel différentes épreuves doivent être surmontées avant de parvenir à la constitution du couple (Radway 1984). A ceci près que dans le cas d’une série diffusée à un rythme quotidien il faut sans cesse recommencer ce parcours initiatique pour tenir le long terme de la diffusion.

7Dans ce schéma, fondé sur les ressorts narratifs classiques du mélodrame, (ordre/désordre/restauration de l’ordre), Hélène et Nicolas forment un couple à part. Ils ont été conçus par l’auteur de la série comme « des personnages tout blancs », incarnant à la fois une fiabilité totale en amitié (on peut toujours compter sur eux) et une stabilité complète en amour (depuis qu’ils sortent ensemble, ils ne se sont pratiquement jamais trompés). Ce couple à qui il n’arrive jamais rien que de très positif plaît beaucoup aux enfants les plus jeunes du public d’Hélène, mais suscite une certain agacement chez les plus âgées qui le jugent trop attendu. En fait, si l’on en croit les courriers des correspondantes ayant entre 12 et 14 ans, contrairement aux autres couples, Hélène ou Nicolas leur plaisent plus individuellement qu’ensemble. Leur amour est trop acquis.

8Sereins ou menacés, les couples mis en scène dans Hélène et les garçons sont en tout cas présentés comme indispensables à l’équilibre individuel. La stigmatisation de la solitude est omniprésente. Les personnages de méchants (Nathalie, Thomas Fava, Arielle) sont soit seuls, soit condamnés à des couples éphémères, marqués par la prééminence du sexe sur l’amour. Et parce qu’ils sont seuls, ils sont malheureux et méchants. Nathalie, personnage classique de la peste prête à tout pour voler les amoureux des autres filles, a dans la série une histoire édifiante. Physiquement, elle correspond aux standards habituels de la série : elle est jolie, grande, mince, habillée court. Mais, fait très remarquable, elle ne rit jamais, ce qui est d’autant plus flagrant que les autres comédiennes sont bien obligées d’accompagner les rires préenregistrés de la bande-son, et donc rient sans cesse. Elle parle peu aussi, d’abord parce qu’elle ne se confie jamais, mais surtout parce qu’elle provoque le silence autour d’elle. Ses seules paroles sont des flèches : elle révèle qu’elle vient de voir Christian ressortir de sa chambre à minuit (effondrement de Johanna) ou qu’elle a croisé José au bras d’une autre fille que Bénédicte. Sa parole est donc positionnée comme inverse et symétrique de celle des autres : là où les autres se taisent (on fait tout pour cacher ce qui ferait mal à l’un des partenaires d’un couple) elle parle, là où les autres parlent (le devoir de se confier fait partie des relations entre filles), elle se tait. Cette incapacité à intégrer les normes du groupe féminin, et donc à se faire des amies, est au fondement de son incapacité à être en couple. Nathalie plaît aux hommes, qui la trouvent désirable, mais ils ne souhaitent jamais rester avec elles. C’est une femme pour la nuit, – elle aura d’ailleurs un rôle très actif quand un décor de discothèque, le Nelly’s, sera intégré dans les derniers épisodes de la série. La plupart des héros masculins d’Hélène ont à un moment ou à un autre cédé aux charmes de Nathalie, mais ils se méfient tous d’elle. Elle veut avoir pour avoir, et non pour aimer. Or dans Hélène, le principe de conquête n’est pas admis comme un but en soi, y compris d’ailleurs chez les personnages masculins (qui, à chaque fois qu’ils s’y essaient, le regrettent amèrement). A fortiori donc encore moins chez une femme : Nathalie n’a en fait rien de ce qui fait le principe de complémentarité femme/homme dans la série : elle ne sait pas écouter les autres, elle ne cherche pas à les protéger, elle ne peut pas rassurer.

26. L’homme de ma vie : paroles d’une chanson

9Au cours de la troisième saison de la série, les scénaristes décidèrent de faire entrer Nathalie dans le jeu du couple : elle tombe amoureuse de Kanu, un beau métis qui s’est introduit dans la bande et joue de la musique avec les garçons. Changement radical : la Nathalie qui aime – et est aimée en retour – est métamorphosée. Non seulement elle se met à parler avec les filles mais elle va jusqu’à confier la douleur de n’avoir pas su aimer jusqu’alors. Elle devient attentive aux autres, et surtout à celui qu’elle aime, qu’elle se met à voir dans la journée et non la nuit comme elle le faisait avec les hommes auparavant. Cette conversion très inattendue et qui ne durera en fait que quelques semaines de diffusion, prouve a contrario l’efficacité d’un message qui revient, mais plus insidieusement, dans toutes les intrigues : l’amour et l’amitié sont deux sentiments profondément imbriqués l’un dans l’autre. Le couple s’inscrit dans une vie de groupe avec d’autres couples, il ne fonctionne pas sur le mode du face à face intime.

10Dans Hélène les couples ne sont pas mariés et ils ne vivent pas ensemble. Les filles habitent dans une chambre, les garçons dans une autre. Et José qui est le seul à vivre en dehors du campus n’habite pas pour autant avec Bénédicte, sa fiancée officielle. Cette ségrégation sexuelle a son utilité narrative : elle permet de jouer des différences entre les modalités d’expression féminines et masculines. Et de montrer que les deux sexes n’ont pas toujours les mêmes perspectives sur la vie en couple. Prenons un exemple, tiré d’un épisode, intitulé « Coup de foudre ». Les quatre garçons sont dans leur chambre et discutent d’une nouvelle aventure de Christian, le personnage du macho. Face à Christian, Nicolas et Sébastien, des hommes fidèles à leurs partenaires féminines, et José, qui est sans arrêt pris entre son amour pour Bénédicte et ses pulsions séductrices. La discussion tourne donc autour du thème des conflits entre l’amour et le désir, elle exprime le point de vue masculin sur la question, mais en tenant compte des différentes attitudes possibles qu’un garçon peut avoir :

11José – Quel séducteur ce Christian, dis-moi, il te les faut toutes ?

12Christian – Non pas toutes, seulement les jolies. Ce n’est pas de ma faute si je suis une bête sexuelle.

13Nicolas – Juste pour ma gouverne comme cela, qu’est-ce que ça t’apporte ce genre d’aventure ? Franchement c’est sans intérêt.

14Christian – Sans intérêt ? mais tu plaisantes Nicolas, au contraire ça me fait du bien de savoir qu’une fille mignonne craque sur mon petit corps adoré.

15Sébastien – Mais Christian, la tendresse et l’amour qu’est-ce que tu en fais ?

16Christian – Rien, rien, rien. Non c’est uniquement physique. Je prends, je me sers, je goûte, je savoure et je jette quand c’est fini.

17José – Il est pire que moi, je ne suis jamais allé jusque-là.

18Nicolas – Heureusement pour toi. C’est vrai, écoute, c’est vraiment sans intérêt.

19Christian – Il ne faut pas être comme cela avec les filles. Vous êtes trop à leurs pieds... Vous rampez trop devant elles... Regardez-moi avec Johanna ! Il n’y a pas de problème ! ! ! Pourquoi ? Parce que je la mène à la dure... C’est tout ! ! !

20Du côté des filles, on retrouve la même diversité d’attitudes. Hélène, personnage central dans toutes les crises amoureuses, prône le pardon et défend des positions très maternelles. Elle conseille à la partenaire trompée : « Allez, fais comme nous, laisse le doute et pardonne. Tu as raison, pleure, c’est encore ce qu’on a inventé de mieux pour être un petit peu moins malheureuse. Tu sais quand on aime quelqu’un et que cette personne vous aime, ça a toujours ses bons et ses mauvais côtés. Sous prétexte qu’ils sont grands et costauds, on croit que les garçons c’est du solide, mais souvent ce ne sont que de petits enfants fragiles. » Un autre personnage féminin comme Johanna sera plus offensif et conseillera à la victime de réagir en rendant Christian jaloux à son tour : « Avec les garçons c’est toujours pareil, il ne faut jamais leur laisser croire qu’ils sont les seuls, sinon ils se laissent aller ! L’amour c’est comme une fleur sauf que ça s’arrose avec des petits drames plutôt qu’avec de l’eau. » Dans la sphère féminine la question est de continuer à séduire, jour après jour, celui qu’on aime, de combattre efficacement le besoin de séduction masculin, de trouver des remèdes aux épreuves. Et chacune le fait à sa manière.

  • 3 Les histoires de bague vont alors se multiplier. Même Cricri, qui fait souvent souffrir Johanna pa (...)

21Malgré les distances spatiales, l’idée de la vie commune est très présente. Simplement, au lieu d’être posée comme une réalité – ce qui sera le cas dans Le miracle de l’amour, série qui prit la suite d’Hélène et les garçons et où les différents couples cohabitent dans une même maison, avec des chambres attribuées à chacun, chambres que l’on ne voit d’ailleurs jamais –, la vie commune est proposée comme un projet, un objectif pour le couple. La réalisation de cet objectif passe par le mariage. Le principe de la série est de montrer tous les obstacles sentimentaux qu’un couple doit surmonter avant de stabiliser son amour. Il n’est donc pas question de mettre fin à cette exploration en délivrant le couple par un mariage, symbole suprême de stabilité pour l’avenir. La série n’aurait plus de sens. En revanche, l’idée de cet engagement définitif plane sur beaucoup d’intrigues. Dans leur chambre, les filles dressent des projets d’avenir : elles se voient vivre dans une grande maison avec leur mari et une ribambelle d’enfants et d’animaux. Les garçons, de leur côté, donnent des signes. Nicolas offre une bague à Hélène pour son anniversaire. Ce cadeau, chargé de symboles, suscite une émotion considérable parmi les héroïnes de la série dans l’épisode – et bien encore plus chez celles qui le regardent3.

27. « J’ai 9 ans et demi, je ne suis pas mariée »

22Quant aux enfants, ils sont là même s’ils ne sont pas nés. Les garçons les désirent autant que les filles. Lorsque Linda perd le bébé qu’elle attendait dans un accident de voiture, Sébastien est aussi affecté qu’elle. Et la grossesse supposée de Rosy, pourtant mal venue, puisque celle-ci ne connaît le père que depuis quelques épisodes et qu’ils n’ont ni l’un ni l’autre de travail ou de logement, est prise en charge collectivement. Les unes tricotent de la layette, les autres cherchent des petits boulots pour leur donner un peu d’argent. Rosy qui au départ se demandait si elle allait garder l’enfant est vite remise sur le droit chemin : pas question d’avorter, il n’y a rien de plus beau qu’un bébé.

23La série pose donc des questions bien précises : peut-on se passer du couple ? Les hommes et les femmes ont-ils les mêmes intérêts dans le couple ? Quel y est le rôle d’une femme ? Comment arriver à former et maintenir un couple ?

24A toutes ces questions elle apporte des réponses qui sont loin d’être anodines. Oui, dit-elle, le couple est une nécessité absolue, car c’est là seulement que l’amour prend toute sa dimension. Mais elle dit aussi que le couple est fragile, car la sollicitation amoureuse est forte, surtout pour les garçons. Le couple est à la fois un destin – le seul destin souhaitable – et une structure relationnelle toujours menacée.

25Elle réaffirme aussi la différence entre les genres : les hommes n’éprouvent pas les mêmes émotions que les femmes, ils n’ont pas les mêmes mots pour parler, ils n’ont pas le même comportement face aux situations. Les mêmes événements ne suscitent pas les mêmes interprétations ou les mêmes sentiments dans les sphères féminines et masculines.

  • 4 Plusieurs travaux ont souligné le fait que les consommateurs des médias ont tendance à accentuer l (...)

26Elle réaffirme enfin les différences de rôles selon les sexes4. Dans Hélène et les garçons, la division des rôles hommes-femmes est extrêmement traditionnelle. Le linge, la couture, la cuisine sont des domaines féminins. Hélène recoud les boutons des chemises de Nicolas et lui tricote un pull lorsqu’il part au service militaire (« ce n’est pas bien de se faire réformer sans raison valable », explique Hélène. « Le plus beau pull-over des boutiques ne vaudra jamais celui que vous a tricoté la femme que vous aimez ! Même si les deux manches ne sont pas de la même longueur », s’exclame Nicolas). Les garçons, eux, réparent les robinets qui fuient, circulent en moto, et protègent les filles des dangers extérieurs. A chacun son rôle.

27Mais en même temps il n’y a pas de domination de l’homme sur la femme : les héroïnes de la série ne sont pas soumises, au contraire c’est souvent elles qui mènent le jeu. Mais elles ont besoin des héros masculins pour exister vraiment. Elles pourraient être autonomes mais elles ont choisi d’être dépendantes. Elles ne trouveront leur accomplissement ni dans les études ni dans une carrière professionnelle, elles le trouveront dans un univers domestique librement consenti.

28Ainsi, sous des dehors apparemment peu pédagogiques, la série envoie un grand nombre de messages sur la nécessité et les manières de vivre à deux. Et les petites correspondantes sont très intéressées par toutes ces questions. Pour les fans le couple est un destin. C’est ce qui les séduit dans Hélène et les garçons : « Vous êtes faits l’un pour l’autre, vous allez bien ensemble, vous êtes en harmonie » écrivent-elles. « Le grand amour cela existe », explique Adeline dans sa lettre. Ce destin n’est pas à discuter, il est une nécessité incontournable comme dans le roman sentimental. Les correspondantes sont capables d’aimer des individualités et d’avoir des préférences, mais il leur est impossible d’envisager un personnage sans son partenaire amoureux : même quand elles écrivent à un comédien une lettre enflammée, elles évoquent celle qui partage ses amours à l’écran et lui transmettent leurs amitiés. Il n’y a pas d’histoire individuelle, il n’y a que des histoires à deux, ou plutôt des histoires qui doivent se terminer à deux. Comme le montre la lettre de Florence, 14 ans, qui s’adresse à chaque acteur sur un feuillet séparé, le sens d’un personnage est construit par son partenaire amoureux :

29à Nicolas : « Patrick, quelle chance d’avoir Hélène elle est très belle » ;

30à José : « Philippe, dommage de s’être fâché avec Bénédicte, une si jolie fille » ;

31à Bénédicte : « José ! Il te trompe avec d’autres filles, ce n’est pas possible ! » ;

32à Laly : « Laly, quelle chance d’avoir trouvé un autre fiancé ! Mais Sébastien est toujours amoureux de toi » ;

33à Laurent : « Quelle chance pour toi d’avoir trouvé Laly elle est superbe et tu ne vas pas t’ennuyer » ;

34à Sébastien : « Tu n’as pas de chance d’aimer Laly alors que tu as Linda » ;

35à Bruno : « Adeline est très belle, tu as de la chance » ; à Olivier : « Tu as une drôle de fiancée ! Mais un bébé c’est génial ! »

36Regarder Hélène c’est donc regarder comment un couple se forme – qu’est-ce qui fait qu’une femme est attirée par un homme, car l’entrée dans le couple est une décision féminine dans la série –, comment il fonctionne – quels sont les droits et les devoirs de chacun des partenaires – , et surtout comment il parvient à se maintenir en dépit des obstacles. Les correspondantes savent bien que pour que l’histoire continue il faut que les scénaristes créent du danger amoureux, mais elles n’en sont pas moins fermes pour autant sur les issues qu’il faut donner à ces rebondissements. Janice Radway l’avait déjà constaté à propos des lectrices assidues de romans roses : on ne s’aventure pas dans une histoire qui ne se termine pas comme elle le devrait (Radway 1984). C’est ainsi que Linda, destinée par les scénaristes à occuper provisoirement des places laissées vacantes, en quelque sorte un personnage sexuel intérimaire, est très mal perçue par certaines fans qui lui reprochent précisément de n’être dans aucune destinée de couple :

Nous sommes toutes écœurées par Linda Lacoste car elle est toujours en train de piquer le copain des autres que ce soit dans Hélène ou dans Premiers baisers. Avant dans Hélène, c’était Cricri, et puis Sébastien, maintenant dans Premiers baisers c’est Luc. Nous on trouve que c’est bien plus beau quand la fille reste fidèle au même garçon que faire le rôle d’une s... (10 signatures, Haute-Garonne).

37Les couples sont donnés au départ par le scénario, et acceptés comme tels par les fans. Il est extrêmement rare qu’une correspondante écrive pour suggérer un changement de distribution. Ce qui a été décidé devient vite une règle. Lorsqu’un nouveau personnage comme Olivier est introduit dans la bande, il faut quelques épisodes avant de le fixer dans un partenariat amoureux ; les correspondantes font part de leurs préférences – certaines préfèrent Taxi à Rosy –, mais une fois que les choses sont nouées – Olivier sort avec Taxi – il n’y a pas à revenir dessus. Dès qu’il a été établi, le couple est accepté avec une étonnante facilité. La phrase « vous allez bien ensemble » qui est si souvent écrite aux couples déjà anciens sera désormais aussi adressée à Olivier et Taxi.

38Une fois formé le couple devient un état.

Chère Hélène, ... Je suis heureuse que dans le feuilleton Bénédicte et Fabrice sont ensemble et que Sébastien et Laly se sont remis ensemble. Nous sommes déçus que dans le feuilleton tu passes tes examens. Dans le feuilleton, José est un vrai dégoûtant parce qu’il a laissé tomber Bénédicte. C’est de sa faute, maintenant il l’a regretté (Géraldine, petite ville, Pas-de-Calais).
Moi je suis très contente que Laly ait retrouvé son amoureux Sébastien car je trouve qu’ils font un très beau couple et je voudrais que Bénédicte retourne avec José son amoureux car c’est triste de les voir tous deux séparés. Ce qui est bien aussi c’est que Adeline a retrouvé un nouvel amour fort avec Bruno et j’espère que Nathalie changera et qu’elle redeviendra comme avant la gentille Nathalie (Béatrice, 14 ans, village, Vosges).

39Cet être ensemble n’est toutefois pas uniforme. Pour les correspondantes, chaque couple a son identité propre. Là encore, les perceptions sont très arrêtées comme on peut le voir dans cette description faite par deux petites Ardéchoises, Léa, 10 ans et sa sœur Chloé, 11 ans :

40Hélène et Nicolas : « Presque vieux couple » ;

41Laly et Sébastien : « Très beau couple ! » ;

42José et Bénédicte : « Ils se trompent, ils se séparent, mais ils s’aiment malgré tout comme des oufs ! » ;

43Adeline et Christophe : « Couple complice » ;

44P.S. 1) Au fait Hélène et Nico dans la vie c’est pas du pipeau ! et Laly et Sébastien ont l’air de s’entendre plus que bon ! Enfin, si vous voulez que ça reste Amour Secret c’est votre problème ;

45P.S. 2) Ce serait bien s’il y avait un mariage dans la série.

Experts et confidents : former le couple

  • 5 Sur les appels des auditeurs de l’émission « Love in Fun » – dont le slogan était « L’amour avec h (...)

46Les petites correspondantes sont très sensibles à la dimension des apprentissages de manières de couple. Et quand elles écrivent à ce sujet ce n’est jamais pour parler de sexualité mais toujours de problèmes liés au relationnel. On est donc très loin des courriers qui sont envoyés aux magazines ou des appels que reçoivent les émissions de radio pour adolescents, dans les thèmes évoqués du moins, car la démarche relève du même esprit : on vient demander conseil5.

47Les héros de la série sont perçus comme des experts en matière de couple, pas comme des experts en pratiques sexuelles. Le seul acte physique qui soit évoqué dans les lettres est le baiser, et encore l’est-il de façon extrêmement prude. En grande partie, c’est une réponse aux contenus proposés par la série : même si ses héros sont présentés comme ayant une vie sexuelle ensemble – et les jeunes correspondantes l’ont bien compris comme cela – , celle-ci n’est jamais abordée pour elle-même, comme si elle était secondaire, presque inintéressante, par rapport à la grammaire des sentiments amoureux. Le répertoire musical d’Hélène a certainement aussi contribué à accentuer le phénomène. Elle chante les amours préadolescentes, la peur du premier baiser, les garçons qu’on aime en secret, l’espoir fou de rencontrer un homme pour toujours, l’angoisse de ne pas trouver l’amour. Dans tout cela aucune référence à la sexualité ou au plaisir physique. Pourtant, c’est en écoutant ses chansons, dans les concerts ou seules le soir dans leur chambre, que les jeunes fans disent éprouver les émotions sentimentales les plus fortes (« j’adore toutes tes chansons, elles sont si vraies que quelquefois j’ai l’impression d’être dedans en train de jouer un rôle. Quand je t’entends chanter cela me fait tout drôle »).

48Cet univers amoureux très romantique se retrouve totalement dans les courriers, même dans ceux envoyés par des adolescentes de 16 ou 17 ans. Or, si ces adolescentes aiment de façon désincarnée c’est en fait qu’elles aiment sans avoir de partenaire : l’immense majorité des lettres parlant d’amour évoquent des amours contrariées, impossibles, inabouties. Les obstacles ne viennent pas de l’extérieur. Ce ne sont pas les parents qui s’opposent aux amours, ni l’environnement qui ne permet pas de côtoyer des garçons. Les obstacles viennent d’une autre tragédie, celle de la difficulté de communiquer entre les sexes. Dans un contexte social où la permissivité sexuelle est plus grande et où les cloisonnements entre les deux sexes sont bien moins nombreux, il reste quelque chose d’irréductible : comment comprendre les sentiments du sexe opposé ? Les lettres sont très intéressantes de ce point de vue.

49Aux comédiens sont plutôt posées des questions sur les attentes qu’ont les hommes à l’égard des femmes – et souvent par des adolescentes un peu plus âgées que la moyenne des correspondantes. Quelle part doit jouer le physique dans l’attraction amoureuse ? La question est souvent posée à Nicolas :

Chez une fille est-ce que la beauté vient au premier rang de ton choix ? C’est sûr d’avoir un beau physique ça aide. Tout le monde aime plaire, c’est un comportement humain mais certains se la jouent macho, j’ai horreur de cela. As-tu déjà abusé de ton pouvoir de séduction pour plaire à une fille, ou est-ce que tu préfères que les choses se passent naturellement ? Pour toi, les qualités morales, la spontanéité, la gentillesse, l’humour, ces qualités peuvent-elles être plus importantes que la beauté ? Que penses-tu des filles qui veulent se donner un genre, qui se mettent trois tonnes de maquillage et qui mettent des habits provocateurs ? Il y a un mot pour les définir mais c’est trop grossier. Accordes-tu beaucoup d’importance aux habits ? Parmi toutes les filles avec qui tu travailles laquelle trouves-tu la plus jolie ? (...) Si tu es d’accord pour une correspondance avec moi j’aimerais que tu ne me considères pas comme une fan, j’ai horreur de ce mot, mais comme quelqu’un qui a envie de faire une nouvelle connaissance. Si je tiens à cette correspondance c’est tout d’abord pour te connaître et aussi pour que je puisse te confier des choses (Delphine, 16 ans).

50Comment concilier les relations d’amour et d’amitié avec les garçons ?

Cher Patrick (Nicolas dans la série), J’ai lu l’article sur toi dans Télé Club Plus et j’ai découvert que tes idées rejoignaient beaucoup les miennes. Je m’appelle Karine et j’ai 18 ans. Il est vrai que les garçons et les filles gardent le souvenir de leur premier amour. C’est normal car c’est leur première expérience dans la vie. Les filles n’aiment pas faire ce premier pas mais pour ma part c’est à cause de ma timidité. Je suis très sensible et j’ai peur de la réponse du garçon. L’amitié entre filles et garçons j ’y crois car je connais un garçon depuis 10 ans. Il était mon voisin pendant 7 ans et on s’adorait sans pour autant sortir ensemble. On peut toujours ou le plus souvent faire confiance à un garçon qu’on connaît plus qu’à une fille. Les filles se font mal entre elles. Elles se tirent dans les pattes et j’en ai fait l’expérience. Une fille peut facilement piquer le copain de sa meilleure amie mais cela dépend beaucoup de l’amitié qu’il y a entre elles. Une fille n’est pas obligée de se maquiller pour plaire à un garçon. Pour ma part je ne me maquille jamais sauf pour sortir le soir et encore pas tout le temps. Personnellement je préfère sortir avec un garçon plus âgé que moi car je me sens sécurisée et aussi parce qu’ils sont plus matures que les jeunes de 16, 17 ans. Il est vrai que j’aimerais que l’on me surprenne et que l’on me fasse des folies par amour. Mais je pense que cela arrivera plus tard, je suis jeune et j’ai le temps. J’aimerais avoir une photo dédicacée de toi.

51Dans leurs lettres, les correspondantes puisent des arguments aussi bien dans les exemples proposés par la série que dans les interviews données à la presse par les comédiens. Ces dernières mettent l’accent sur les failles de la vie amoureuse hors écran des héros. Eux aussi ont du mal à trouver le bonheur en amour. Ils peuvent donc comprendre et aider. Olivier Sevestre, un comédien introduit dans quelques épisodes de la troisième saison d’Hélène et les garçons, a ainsi reçu un courrier très abondant après s’être livré dans le fanzine à des confidences sur les difficultés de sa vie sentimentale. Pendant quelques semaines il va recueillir des aveux de rupture ou de solitude, comme ceux de Sandrine qui lui écrit de Bretagne :

D’après ce que j’ai lu dans une revue, jusqu’ici quand t’es amoureux, c’est là que commencent les ennuis et c’est presque maladif. Je sais que ça ne me regarde pas mais j’ai le même problème que toi. Au début de l’année scolaire un mec voulait sortir avec moi mais j’avais tellement peur (car c’était la première fois) que je lui ai répondu « peut-être » et ça a été la défaite assurée. Il y a quelques jours une amie m’a dit qu’Hervé le garçon dont je viens de te parler m’aimait toujours. Alors là j’ai fait une connerie j’ai été lui raconter que je sortais avec un mec (mais ce n’est pas vrai). Alors t’as vu il n’y a pas que toi qui fais le contraire de ce qu’il faut faire ! Et tu as raison ce n’est pas que le physique qui compte, c’est toute une alchimie. Tu vois si tu avais mon âge je voudrais bien une histoire d’amour avec toi (mais ce n’est qu’un rêve). Je voulais encore te dire qu’il ne faut pas être aussi timide que moi, car tu es un mec hyper mignon et t’as l’air sympa. Alors tente ta chance. Si je pouvais te rencontrer un jour je te le dirais en face, mais j’habite en Bretagne. Je t’attends avec impatience. De toute manière je suis sûre que tu ne le feras jamais « car tu t’en fous de moi ». Enfin essayons ! Bon je te quitte en t’envoyant un wagon de baisers.

52La série, elle, montre quelque chose qui est tout aussi important : des couples dont les partenaires ont réussi à se déclarer l’un à l’autre. Leur vie amoureuse est peut-être chaotique mais en tout cas, ils se sont avoué à un moment qu’ils s’aimaient. Or, si l’on en croit le volume important de lettres sur ce sujet, c’est visiblement un des problèmes centraux de la vie amoureuse des correspondantes. Comment le dire ? Comment le faire sentir ? Comment plaire ? Toutes ces questions se posent à dix ans comme à vingt ans avec toujours l’idée que les stars maîtrisent des techniques de séduction qu’elles pourraient transmettre. C’est alors aux comédiennes que les correspondantes s’adressent.

Chère Agnès, je voudrais que tu me dises comment je dois faire pour draguer un garçon qui s’appelle Jean-Christophe. Comment on fait du charme à un garçon ? Mets le mot sur un bout de papier à lettre (Maud, 14 ans).
Hélène, maintenant je te pose la question : comment faut-il faire pour séduire un homme comme tu l’as fait avec Nicolas ? Réponds-moi vite (Sabrina, 10 ans).
Chère Hélène, c’est à toi que j’écris car je trouve que c’est toi la plus belle et la plus raisonnable de la série. Aussi je voudrais avoir des conseils sur ton maquillage, tout ce que tu utilises comme couleurs pour les yeux, le visage et les lèvres (dans la série). J’ai 14 ans et si tu savais ce que je t’envie avec ton Nicolas ! Moi cela fait deux ans que je ne suis plus sortie avec un garçon et je peux te dire que je commence à perdre patience. Aide-moi please (Jamila, Belgique).
Hello Hélène, ... Si au moins dans la vie c’était aussi facile que dans la série ! Rosy alias Gabrielli a réussi à conquérir le cœur d’Olivier alias Olivier. Moi je n’arrive pas à conquérir le cœur de Lionel le garçon dont je suis amoureuse depuis plus de trois ans et demi. Hélène je t’en supplie aide-moi, comment dois-je faire ? Donne-moi des idées (20 ans).
Chère Lynda, Salut, ça va ? moi ça va. Je t’écris cette lettre pour te demander des conseils pour rendre un garçon fou de moi. Voilà le problème. En cours, je lui souris et lui aussi. Et aussi on s’amuse bien tous les deux. Un jour, ma copine lui a demandé s’il était amoureux de moi et il lui a répondu « non ». J’ai essayé plusieurs possibilités, mais toujours rien. Aussi je lui ai fait une lettre et il l’a déchirée, c’est comme si il m’avait déchiré le cœur à jamais. Et pour le rendre amoureux de moi, je dis que tel garçon est beau. J’ai oublié de te dire mon prénom et mon âge. Je m’appelle Élodie et j’ai treize ans. Au cas où ça t’intéresserait, je vais te dire son nom. Il s’appelle Adrien et il a onze ans. Je suis folle de lui. Je voulais aussi te demander si je pourrais avoir ta photo dédicacée. Je te trouve super canon. Une fois, Adrien a dit en rigolant que je n’étais pas belle. Je t’en supplie Lynda aide-moi, je souffre trop de douleur. Fais de ton mieux pour trouver une solution. Merci d’avance (petite ville, Cher).

53En fait, les correspondantes ont le sentiment que les stars détiennent un secret : le secret de l’expérience amoureuse. Finalement, ce qu’on leur envie peut-être le plus c’est d’avoir déjà surmonté la peur de la rencontre avec l’autre sexe.

Hélène, tu sais je t’envie des fois. Tu fais un beau couple avec Patrick. J’ai fait des jeux dans des livres et on a presque les mêmes choses en commun. Je vais te demander comment c’est de devoir embrasser un garçon que tu connais à peine ? Est-ce que tu sors avec quelqu’un ? Moi non mais je voudrais bien sortir avec un copain à moi. As-tu peur quand tu embrasses Patrick Puydebat ? Est-ce qu’un appareil ça gêne pour embrasser ? (13 ans, Luxembourg.)
Chère Hélène, Je m’appelle Claudia j’ai 14 ans et je suis une de tes fans. Tu sais, je trouve que tu es une fille à donner des conseils, alors je vais te demander un conseil. Voilà cela fait à peu près quatre à cinq mois que j’aime à la folie un garçon qui s’appelle Marc. Il a le même âge que moi, on est dans la même année mais pas dans la même classe. Le problème c’est que je veux sortir avec lui. J’ai déjà essayé de lui demander mais quand on s’est retrouvés tous les deux il est devenu tout rouge et il a dit qu’il était pressé. Alors je n’ai pas pu lui demander ; mais lui il le sait que je veux sortir avec lui et parfois on se regarde tous les deux en face et il me fait un petit sourire et moi aussi. Hélène, tout le monde me dit d’avoir de la patience et d’attendre mais moi je n’en peux plus d’attendre je ne sais pas quoi faire. Aide-moi Hélène (Suisse).

54En réalité, il semble être plus facile de confier tous ces troubles amoureux à une star lointaine qu’à un proche de l’entourage (« cela m’a soulagée de te parler de tout cela »). Comme l’expliquent les correspondantes, elles ne souhaitent pas en parler avec leurs parents (« surtout ne dis rien de tout cela à ma famille ») et les amies, souvent mises dans la confidence, ne peuvent guère aider, car elles aussi sont à la recherche de conseils sur les comportements à tenir dans les jeux complexes de l’amour.

Cher Philippe, ... Je vais te dire des choses que je n’ai jamais dit à part à ma meilleure amie. Pour moi en fait tu es un autre ami à qui je peux me confier. Ça fait deux ans que je suis folle amoureuse d’un garçon qui a eu 18 ans au mois de février, je ne le connais pas trop, je ne lui ai jamais adressé la parole, mais je l’aime quand même. Je lui ai demandé de sortir avec moi mais la première fois il m’a dit non parce qu’il était pris. Puis cette année j’étais à la piscine et il y était, mes copines étaient avec moi, et cette fois-ci il me demande de sortir avec moi mais moi je ne voulais plus sortir avec lui je croyais que c’était une blague et maintenant je m’en veux. Je ne sais plus quoi faire. Il s’appelle Pierre-Olivier, je sais que ça fait un peu bon chique bon jarre (sic). Mais il est super cool, mignon, bien fringué (Aurélie, ville moyenne, Sud-Ouest).

Les jeux de l’amour et du hasard : maintenir le couple

55Maintenir le couple est aussi difficile que le former. C’est une autre leçon que les correspondantes tirent de leur expérience de la série, et qui apparaît constituer une des dimensions les plus importantes de son pouvoir émotionnel. L’histoire d’un couple est une histoire dont le suspense est considérable. Elle plaît tout particulièrement aux préadolescentes. Dans la série elles ont le choix : en dehors d’Hélène et Nicolas, tous les couples traversent à un moment ou un autre des problèmes liés à l’infidélité d’un des partenaires – qui est l’unique cause possible de séparation. Certains sont même voués à un état de crise endémique. Les auteurs de la série préparent ces séquences avec soin : pendant une dizaine d’épisodes ils mettent en scène la découverte de l’attrait l’un pour l’autre, puis ils s’emploient à mettre le nouveau couple en péril. Prenons l’exemple de Laly et Sébastien, qui illustre bien ce processus, et que j’ai pu suivre dans les courriers.

56Laly a été introduite dans Hélène et les garçons en novembre 1992 pour remplacer Cathy – qui avait arrêté définitivement la série. Laly reprend la place de Cathy dans un sens tout à fait littéral puisqu’elle s’installe dans son lit dans la chambre des filles. Son partenaire naturel ne peut être autre que Sébastien, arrivé lui aussi en novembre 1992 pour remplacer dans les mêmes conditions Etienne. Or, Sébastien a été introduit dans la série déjà muni d’une partenaire de couple, Linda, une jeune Australienne mannequin – dans la vie comme dans la série conformément aux économies de scénario régulièrement pratiquée par les auteurs. Laly, elle, est seule : elle a perdu son fiancé dans un accident de moto, un traumatisme dont elle garde des traces et qui la rend réticente à tout nouvel amour malgré les manœuvres incessantes de Johanna, qui estime que Linda, toujours partie aux quatre coins du monde pour son travail (elle a en fait reçu peu de courrier et les producteurs ont décidé de ne pas lui donner une place trop importante dans la série), n’est pas une femme pour Sébastien. Il faudra une bonne dizaine d’épisodes pour que le couple Laly et Sébastien soit officiellement formé à l’écran (« Laly et Sébastien : quand la moto mène à l’amour », titre Télé-Star qui fait allusion au fait que Laly s’avouera enfin son amour pour Sébastien lorsque ce dernier aura lui aussi un accident de moto).

  • 6 Dans les soap operas des années de l’après-guerre, les personnages féminins qui nourrissaient des (...)

57Pour les fans, ces épisodes de préparation au couple ont été passionnants, et comme à leur habitude elles soutiennent plutôt au départ le couple existant, à savoir Sébastien et Linda : « Linda je trouve que tu vas très bien avec Sébastien et j’espère que ça va durer parce que avec Laly, Sébastien penche un peu. Enfin bon » (Carole, ville moyenne, Seine-Maritime). En même temps, dès que le scénario s’oriente vers une formalisation du couple Sébastien/Laly, elles l’intègrent immédiatement, peut-être parce que, comme l’écrit une petite correspondante de 12 ans, « Linda n’avait qu’à pas travailler autant ». La vieille malédiction amoureuse des femmes ayant une carrière professionnelle, qui a fait les beaux jours des soap operas américains, n’est pas loin6. D’incertain, le couple Laly/Sébastien devient aussi naturel que s’il avait toujours existé. Comme l’écrit à Laly, Nathalie, 11 ans :

J’aimerais savoir si toi et Sébastien Courivaud sont aussi unis dans la vie ? Je l’aime beaucoup aussi et je trouve que vous allez très bien ensemble ! Très belle, comique, fidèle dans la série et bien sûr belle aussi dans ta vie naturelle et Sébastien beau et aussi fidèle = couple formidable. Vous ressemblez à deux amours romantiques faits l’un pour l’autre.

58Lorsque, une saison d’épisodes plus tard, les scénaristes introduisent de nouveau Linda revenue pour reconquérir Sébastien – ce à quoi elle parviendra – , les correspondantes n’hésitent plus entre les deux : c’est Laly qu’elles défendent bien que cette dernière ait déjà trompé Sébastien plusieurs fois et se montre de plus en plus capricieuse avec lui. Elles commencent par prévenir Laly des dangers qui la guettent :

Salut Laly, je trouve que tu vas bien avec Sébastien. J’espère que tu vas enfin avoir ton permis moto dans la série et rester fidèle à Sébastien. Et fais attention à Linda, elle risque de te le prendre, surtout fais beaucoup d’exercice (Ludivine, petite ville, Haute-Saône).

59Elles lui disent qu’elles sont de son côté :

Salut Laly, je m’appelle Nathalie j’ai 13 ans et je regarde tous les soirs Hélène et les garçons. Je me demande pourquoi (dans le feuilleton) Sébastien t’as quitté pour Linda. Je sais qu’elle est très belle mais quand même ! ! J’espère que cela va s’arranger dans la série entre Laly et Sébastien car ils vont bien ensemble » (village, Gard).

28. « Il y a toujours une fragilité »

60Elles confient leur déception à Hélène :

Hélène, Je crois que en ce moment ça va mal pour Laly, Sébastien et Linda, c’est dommage que Laly et Sébastien se sont séparés parce qu’ils allaient bien ensemble mais Laly a dit qu’elle et Sébastien ne seraient que des amis et que pour Sébastien cela ne l’empêche pas de sortir avec Linda.
Je sais que quand la première fois qu’elle a su cela, cela lui a fait un choc Enfin, elle a retrouvé la belle vie joyeuse. (Sabrina, 10 ans).

61Elles réconfortent Laly :

Ce qui me ferait énormément plaisir c’est que tu reviennes avec Sébastien dans la série, car je suis sûre que dans la vie ce ne serait pas possible. J’ai eu beaucoup de peine que toi et Sébastien ne sortiez plus ensemble dans la série mais je sais que ce n’est que du cinéma (Stéphanie, 13 ans, village, Pas-de-Calais).

62Sans oublier l’amoureux délaissé par Linda pour Sébastien :

A Emmanuel Dassier, Je m’appelle Caroline j’ai 13 ans je te trouve super beau et dans la série je trouve Linda complètement bête, choisir Seb alors qu’il est déjà avec Laly (en plus) et alors qu’elle a un super beau garçon et super gentil à côté d’elle (toi !). En plus, tu es beaucoup plus beau que Seb ! ! ! (agglomération urbaine, Loire.)

63Le fait qu’un couple se dispute ne le rend pas moins fort, c’est même le contraire. Si l’histoire du couple est aussi prenante c’est bien parce qu’elle est difficile et chaotique. Les disputes, les scènes de jalousie, les tromperies, les menaces de rupture, ce sont tous ces dangers qui donnent un sens à la vie du couple.

64Des petites écolières de Sevran (elles ont entre 9 et 11 ans) l’ont très bien formulé dans une rédaction sur Hélène et les garçons proposée en classe par leur institutrice :

Johanna me fait rire et son Christian, et quand ils se disputent j’adore et quand ils se réconcilient j’aime bien.
Ce que j’aime bien c’est quand les garçons trompent les filles comme Christian et Johanna.
J’aime bien parce que c’est un peu drôle et des fois un peu triste, mais c’est beau l’amour dans ce feuilleton.
Je regarde des fois après les devoirs. J’aime bien parce que des fois c’est triste, des fois c’est gai. Il y a des départs et des retrouvailles.
Oui je regarde Hélène et les garçons parce qu’il y a de l’ambiance et que quelquefois c’est triste. J’adore quand les garçons trompent les filles.
Je le regarde et j’aime bien ce feuilleton parce qu’il y a de l’humour et parfois de la tristesse ou de l’amour Et aussi parce que les garçons trompent les filles comme Christian qui l’a fait à Johanna.
J’aime parce qu’il y a beaucoup de suspense et ça montre comment se comportent les fillancés (sic) et aussi les scènes d’amour, beaucoup de jalousie.

65On ne juge pas la force d’un couple sur sa capacité à être ensemble au jour le jour, épisode après épisode, mais sur sa capacité à vouloir être ensemble en dépit précisément de tous les pièges de l’amour. Les fans vivent ces aventures avec plus d’intensité que les autres. Pourtant elles savent bien que les problèmes de couple font partie des nécessités scénaristiques (« j’espère que les scénaristes ne vous sépareront pas »). Mais le plaisir qu’il y a à se faire peur en imaginant des ruptures dont on espère toutefois qu’elles ne seront pas définitives joue, si l’on en croit les courriers, une fonction importante dans la relation à la série. Véronique (15 ans, village, Puy-de-Dôme) résume bien cette ambiguïté : « Dans votre série il y a des moments tragiques et des moments de bonheur et c’est ça que j’adore ». Les correspondantes ne sont donc pas très différentes des petites écolières de Sevran qui disaient aimer la série parce qu’on y voyait des disputes qui se terminaient par des réconciliations (« j’aimerais bien que tu trompes Sébastien dans la série et que vous vous aimiez encore après. Pourrais-tu lui dire que je le trouve mignon ? »).

66Mais en même temps, étant beaucoup plus impliquées dans les histoires, elles éprouvent des émotions plus fortes, presque insupportables parfois :

Chaque jour qui passe je regarde votre série et mon cœur fait boum, boum. Votre série est tellement romantique, il y a toujours une fragilité. Quand il s’agit d’un copain qui trompe sa petite amie, il a peur de la blesser, de lui avouer, de lui faire du mal et il ne sait pas comment s’y prendre pour tout lui expliquer, lui avouer son flirt avec la fille avec qui il a flirté. J’ai eu tellement peur quand Sébastien a dû dire à Laly qu’il était sorti avec Linda, mon cœur s’est mis à battre trop bas et j’avais très envie de pleurer. Quand je vous regarde et que vous riez ou pleurez, je fais pareil comme vous, je rie ou je pleure. Il faut dire que je suis sensible (Yamina, agglomération parisienne).

  • 7 Ces lettres, venues surtout de Kabylie, n’évoquent pourtant jamais les tromperies que subit Bénédi (...)

67Toutefois, il y a des disputes que l’on supporte mieux que d’autres parce qu’elles font partie des scénarios attendus. Deux des couples de la série, celui de Johanna et Christian, et celui de José et Bénédicte, vivent dans un état de crise endémique. On sait qu’ils ne vont pas se séparer définitivement mais leur entente ou leurs réconciliations ne durent jamais longtemps. Pour être ensemble ils doivent se déchirer. Dans ces deux couples c’est l’homme qui a l’initiative, c’est-à-dire que c’est lui qui commence à tromper. Les infidélités féminines existent mais toujours en réponse. Christian est un macho, José est un dragueur impénitent. Leurs compagnes prennent ces défauts masculins avec philosophie : elles en souffrent mais ne les quittent pas. Bénédicte est plus soumise que Johanna, ce qui lui vaut d’ailleurs de recevoir du Maghreb, où la série est diffusée par satellite, un nombre important de lettres écrites par de jeunes garçons d’une vingtaine d’années7. Mais elles sont capables toutes les deux d’affirmer une forte personnalité quand la situation l’exige. Et de toute façon, la résolution des intrigues indique bien que si elles ont souvent le mauvais rôle de femmes trompées elles n’en sont pas moins indispensables à l’équilibre affectif de leurs infidèles compagnons : Christian, quitté par Johanna, se drogue, José, lâché par Bénédicte, est au désespoir. Sans elles, ils ne sont rien.

29. « Scènes et gifle »

68Dans les débuts de la série, le couple Johanna-Christian a drainé une part importante du courrier des fans, presque autant que celui d’Hélène et Nicolas si l’on en croit les responsables du courrier. Plus d’un an après leur départ, les fans parlent encore d’eux avec nostalgie (« Christian et Johanna me faisaient beaucoup rire et beaucoup pleurer. Ça me faisait rire quand Johanna avait quelque chose en tête et faisait tout pour réussir, et Christian c’était quand il s’énervait. J’ai pleuré quand Christian s’est aperçu qu’il aimait vraiment Johanna. Les amours turbulents de Cri cri d’amour et Johanna me manquent »).

69Après le départ de Johanna et de Christian durant l’été 1993, les problèmes de José et Bénédicte vont tenir une place très importante : Bénédicte et Adeline se présentent toutes deux devant José en le sommant de choisir (José finira par donner les clés de son appartement à Bénédicte), Bénédicte a une aventure avec Kanu qui plonge José dans les affres de la jalousie, Bénédicte surprend José en train d’embrasser une autre fille, etc. Dans l’ensemble, les correspondantes aiment beaucoup les scènes à rebondissements entre José et Bénédicte, et les aiment d’autant plus qu’elles n’ont pas de doute sur l’issue qui en découlera.

Salut Laure, j’aime bien quand tu te disputes avec José c’est marrant ; j’adore les disputes de José et Bénédicte car ils finissent toujours par se réconcilier. Quel suspense !
Chère Laure, j’aime beaucoup ta prestation dans Hélène et les garçons et tes problèmes avec José (Philippe Vasseur) arrivent toujours à bien s’arranger pour votre bonheur et le bonheur de vos fans (Christine, village, Territoire-de-Belfort).

70Lorsque durant l’été 1994, Bénédicte gifla José qu’elle venait de surprendre en train d’en embrasser une autre, l’enthousiasme fut à son comble : cette gifle suscita un courrier abondant et résolument favorable à Bénédicte (à l’exception d’une petite Dieppoise de 11 ans qui estima que Bénédicte était « trop dure avec José »).

Chère Laure, Je m’appelle Christelle j’ai 20 ans. Je suis très fière de toi, comme dans le feuilleton José t’en fait voir de toutes les couleurs il fait tout pour te rendre jalouse, mais tu ne te laisses pas faire et moi ce que j’aime en toi c’est ça. Avoir du caractère.
Salut Laure je m’appelle Jessica j’ai 11 ans. Tu sais tu es ma préférée dans Hélène et les garçons. J’ai bien aimé « Brouillés » un des épisodes où tu as joué. En fait c’est parce que tu as envoyé balader José (Philippe). Je suis sûre que tu te demandes pourquoi tu es ma préférée eh bien je n’en sais rien, pourtant j’aime bien les autres mais c’est toi (petite ville, Eure).
Salut Béné, Nous aimons l’art et particulièrement quand tu as donné des baffes à José.
Ma petite Bénédicte, Comment vas-tu Laure ? Dans la série Bénédicte a des problèmes à cause de José, les baffes c’était génial c’est bien fait il les a méritées toutes les deux ; maintenant que Bénédicte est seule il faut qu’elle se trouve un nouveau petit ami, j’espère qu’elle le trouvera (Anthony, village, Charente).

L’amour pour toujours : le couple idéal

71Si les disputes plaisent autant comment expliquer l’engouement de certaines correspondantes pour le couple de Nicolas et Hélène, un couple stable, sans tensions et qui n’a pratiquement jamais d’histoires d’amour à l’extérieur ? Tout d’abord, il faut rappeler qu’Hélène et Nicolas plaisent souvent à des enfants très jeunes. Celles qui sont plus âgées aiment moins. Il n’est pas rare de tomber sur des lettres d’adolescentes de 14 ou 15 ans qui expriment une certaine lassitude à l’égard de ce couple sans histoires. Il faut aussi tenir compte de « l’effet Hélène » dans l’intérêt pour ce couple : cette dernière est on le sait aussi adulée comme chanteuse, elle est, en tant que confidente, au centre de la série, et la presse lui consacre énormément d’articles. Enfin, et la presse a justement joué là un rôle très important, plusieurs articles ont laissé entendre qu’Hélène et Nicolas n’étaient pas amoureux que dans la série, et que ce couple à l’écran avait une vie de couple aussi en dehors des tournages. Le fanzine publié par AB Productions Télé Club Plus n’a non seulement pas confirmé cette information mais il s’est même employé à la démentir, à la fois pour protéger la vie privée de sa vedette, mais surtout parce qu’il semblait infiniment plus judicieux de laisser planer un mystère susceptible d’entretenir l’intérêt des fans. Consigne avait donc été donnée de présenter Hélène et Nicolas comme des amis et non des amants. En même temps, le fait qu’il existe un doute – en réalité, le couple existait vraiment – était fort utile : c’est pour poser la question à Hélène qu’un très grand nombre de correspondantes ont envoyé une lettre, et elles sont extrêmement nombreuses à expliquer que cette rumeur est au cœur des débats entre fans.

  • 8 Patrick Puydebat est le nom du comédien qui joue le rôle de Nicolas.

72Aussi une bonne partie du courrier adressé au couple est-elle consacrée à ce thème. Patrick8 et Hélène sont-ils vraiment amoureux et les baisers qu’ils s’échangent dans la série doivent-ils être considérés comme de vrais baisers ? Ce sont les deux questions qui reviennent le plus souvent. S’il n’y avait qu’une chose à demander ce serait celle-là. Parfois en s’excusant de leur indiscrétion, d’autres fois en témoignant d’avance du plaisir qu’elles auraient à recevoir une réponse positive à leur question, d’autres fois encore en se faisant le simple écho d’une rumeur, les correspondantes s’interrogent. Ce qui ressort c’est bel et bien l’idée que « ce serait encore mieux si c’était vrai » : toujours ce même espoir de construire un monde réel en démontant les artifices de l’écran.

Les amours du couple idéal
Dans les magazines ils disent qu’Hélène est amoureuse de toi est-ce la vérité ? Si c’est le cas vous faites un très bon couple, je suis contente pour Hélène et pour toi Patrick, toutes mes félicitationss, vive les petits enfants ! Quand vous déciderez-vous à officialiser cette nouvelle ? (Marie, 10 ans.)
Hélène, je suis heureuse que tu reviennes dans Le miracle de l’amour car je trouve que tu y joues parfaitement bien. Selon les rumeurs il paraîtrait que tu sors avec Patrick Puydebat ton partenaire dans Le miracle de l’amour. Si c’est vrai tu as fait un très bon choix, car il est vraiment très mignon (Jessica, Belgique).
Si vous vous aimez en réalité avec Nicolas (Patrick), eh bien, vous êtes pour moi le plus beau couple de l’univers (Corinne, village, Bouches-du-Rhône).
Dans beaucoup de journaux ils disent que toi et Patrick Puydebat vous vous aimez est-ce vrai ? Si tu préfères garder ton jardin secret ne réponds pas à cette question indiscrète (Hélène, village, Ardennes).
J’ai dit à ma meilleure amie qui t’adore aussi « c’est quand même pas possible qu’ils ne sortent pas ensemble », mais comment ils font pour s’embrasser s’ils ne sortent pas ensemble... Ce que j’adore dans la série c’est quand tu es seul avec Hélène. C’est très beau (Sabrina, 14 ans, Belgique).
Est-ce que c’est vrai que tu aimes « Nicolas » ? Si tu ne veux pas me le dire cela ne fait rien (Stéphanie, 12 ans, petite ville, Doubs).

Est-ce que c’est vrai que tu sors avec Patrick Puydebat ? Si tu sors avec je te félicite car il est très mignon et très marrant (Sabrina, ville moyenne, Loire-Atlantique).
Est-ce que cela te gêne quand tu embrasses Patrick Puydebat sur la bouche devant les caméras ? L’aimes-tu vraiment Patrick ? T’es-tu fait des amis grâce à la série ? (Magali.)
Au fait tout le monde dit que tu es en train de tomber amoureuse de Nicolas. Si ma question n’est pas trop indiscrète, donne-moi une réponse si tu en as envie, mais si c’est le cas je trouve ça super parce que vous allez bien ensemble (Gaëlle, 11 ans, village, Eure).
J’aimerais que tu me dises s’il y a quelque chose entre toi et Patrick. Je sais que tu es fatiguée de répéter que vous êtes juste copains mais s’il y a vraiment quelque chose tu peux me le dire je ne le répéterai pas (Angélique.12 ans, ville moyenne, Hérault).
Patrick dans les séquences dans lesquelles tu dois embrasser Hélène ressens-tu quelque chose lorsque tu lui donnes un baiser ? (Loic, Paris.)
Salut Patrick alias Nicolas alias Pat (comme tu veux) je m’appelle Virginie et j’ai 15 ans. Je trouve que tu vas bien avec Hélène mais il y a des rumeurs comme quoi vous êtes ensemble et elle a dit que ce n ’est pas vrai. A ce qu’il paraît tu lui dis tout le temps que c’est la femme de ta vie et elle n’est pas d’accord (agglomération parisienne).
Toi et Hélène vous allez si bien ensemble que l’on pourrait croire que vous sortez, ensemble dans la vie réelle. J’aimerais tant plus tard avoir un copain comme toi. Je voudrais te dire que j’aimerais beaucoup jouer avec toi et Hélène mais je ne peux pas je suis un peu grosse. P.S. est-ce vrai que Hélène et toi vous ne vous parlez pas pendant le tournage OUI NON. Entoure (Aurore, 12 ans).
Il y a quelque chose que je voudrais savoir c’est si toi et Nicolas êtes réellement amoureux car j’ai lu que vous viviez ensemble (Catherine,13 ans).
Je suis abonnée à Télé Club Plus et dans le numéro 23 le titre s’appelle « Hélène et Nicolas toujours amoureux »... Est-ce que c’est vrai ? Ou les journalistes parlent des épisodes ? Ma cousine et moi s’intéressons beaucoup à toi et nous aimerions te poser quelques questions : quel est ton parfum ? Quels sont les prénoms que tu donnerais à tes enfants ? Es-tu marraine ? Allons-nous voir un bébé dans les épisodes qui suivent ? Es-tu vraiment blonde ? Pendant ces vacances, Marie et moi avons une cousine de 6 mois (Maud) et pensons souvent à toi avec un bébé (Marion et Marie, 14 et 12 ans, Var).
Je suis fan de la série Hélène et les garçons et je voudrais savoir si toi et Nicolas étiez ensemble dans la vie comme dans la série parce qu’une copine m’a dit que tu étais célibataire et que tu étais juste une bonne amie avec Nicolas (Angélique, village, Vendée).
Si ce que dit la presse est vrai je te souhaite beaucoup de bonheur avec Patrick, si c’est faux excuse-moi (Marion, village, Haute-Vienne).
Juste une question : Patrick Puydebat sort-il vraiment avec toi ? Ecris-moi et donne-moi la réponse (Julie, 10 ans, Luxembourg).

73Mais l’attrait du couple Nicolas et Hélène c’est aussi et peut-être surtout sa capacité à incarner dans la série la promesse du mariage et de la fondation d’une famille. Sans doute d’ailleurs parce qu’ils sont les seuls à témoigner à l’écran de la qualité qui rend le mariage possible : la fidélité. Au début, dans les tout premiers épisodes de la série, le cœur d’Hélène balance entre José – qui est très amoureux d’elle – et Nicolas – qui sort avec Nathalie sans s’avouer qu’il aime Hélène. Le couple définitif sera formé très vite, et de façon beaucoup plus durable qu’aucun autre dans la série puisqu’il ne se séparera que lors du départ d’Hélène dans Le miracle de l’amour, départ dû à une nouvelle tournée de concerts. Hélène fait preuve d’une fidélité sans faille si l’on excepte cet épisode malheureux avec Thomas Fava qui a suscité le courrier que l’on sait. Elle aura au cours des épisodes suivants des tentations, parfois même des flirts, mais elle ne trompera plus jamais Nicolas en dépit des sollicitations (José, Jacques, Jimmy). Nicolas, fidèle sur le fond, a deux aventures, l’une avec Arielle présentée dans la série comme une « vieille » de quarante ans qui a tout fait pour le séduire, et l’autre avec Nathalie qui durant tous les épisodes n’a de cesse qu’elle ne le reconquière (elle le fait pendant une longue absence à l’écran d’Hélène qui fait alors sa première tournée de concerts). A chaque fois Hélène pardonne à Nicolas, ce qui est en rupture avec le fonctionnement des autres couples où généralement l’infidélité est punie par une tromperie équivalente du partenaire (« Tu es si belle, si douce, si gentille et si cool et toi au moins tu ne penses pas qu’aux garçons comme toutes mes copines » (Martine, 14 ans)). On notera aussi que ces rares tromperies impliquent toujours des personnages de méchants dans la série (Thomas Fava, Nathalie et Arielle), et donc des personnages avec qui l’amour ne peut pas exister, ce qui en atténue certainement l’importance aux yeux des fans, et même peut-être les excuse. A chaque fois il y a une manipulation diabolique.

74Ainsi, si les disputes des autres couples amusent, une brouille entre Nicolas et Hélène prendrait une tout autre signification : elle rendrait impossible les rêveries de mariage que suscite ce couple-là précisément. (« Cher Patrick, ... J’espère que dans les nouveaux épisodes qui seront diffusés dans quelque temps tu ne feras pas de mal à Hélène (en amour). Enfin, ce n’est pas toi qui choisis les scénarios » (Sandy, petite ville, Marne). Il n’est pourtant pas question dans la série de mariage entre Nicolas et Hélène. Certes, Nicolas a offert à Hélène une bague pour son anniversaire, une intrigue qui a suscité un immense émoi chez les correspondantes. Mais après tout José en fera autant avec Bénédicte et Christian avec Johanna dans de futurs épisodes. Hélène elle-même ne parle pas du mariage comme un but qu’elle poursuit avec Nicolas (« ce n’est pas parce qu’on se marie qu’on s’aime mieux », dit-elle dans un épisode). Mais elle fait en réalité mieux : elle se comporte comme le ferait une femme mariée. Non seulement sa relation avec Nicolas n’est entamée par aucun événement extérieur – rien ne peut remettre en question le fait qu’ils soient ensemble –, mais elle a aussi envers lui des attitudes maternelles que seule une femme mariée aurait pour son époux : elle lui tricote un chandail lors de son départ au service militaire, recoud les boutons de ses chemises, lave son linge, et le soigne lorsqu’il est malade. C’est ce qui vaut au couple d’incarner chez les plus jeunes des correspondantes l’image du couple parental :

Je vous écris pour savoir si vous pourriez m’envoyer une photo dédicacée de vous pour ma fille de 2 ans et demi qui vous adore. Elle aime vous regarder à la télévision et en plus elle ne dort qu’avec des tee shirts d’Hélène et quand elle vous voit avec Nicolas elle dit « papa et maman bizous, beau maman ». Alors imaginez... (agglomération parisienne.)

75Hélène reçoit des dessins faits par des enfants de 4 ou 5 ans qui la représentent en robe de mariée à côté de Nicolas (il est toujours dessiné plus petit qu’elle) devant une église, avec sur l’un d’entre eux cette légende « Nicolas ve tu épouser Hélène oui Hélène ve tu épouser Nicolas oui. » Nicolas reçoit des lettres écrites par des mères ou des grandes sœurs racontant les désirs naïfs d’enfants voulant l’avoir comme mari :

Salut Patrick, je m’appelle Magali et j’ai 16 ans. Ce n’est pas pour moi que je t’écris mais pour ma petite cousine Charlene qui aura 6 ans le 5 octobre prochain. Je sais qu’elle est très amoureuse de toi ou plutôt de Nicolas (désolée mais elle n’a que 6 ans). Quand elle parle de toi elle dit « mon mari quand je serai grande » ou « mon chéri » enfin des mots de petite fille (petite ville, Savoie).

76Les correspondantes plus âgées sont moins directes : leur désir de mariage se satisferait d’un mariage entre Hélène et Patrick, moins d’ailleurs comme un mariage par procuration que comme une issue de conte de fées à l’histoire qui a été racontée. Contrairement aux fans de soap operas qui réclament souvent des mariages entre les personnages du feuilleton, les correspondantes d’Hélène voudraient un mariage « en vrai », qui puisse relancer l’histoire d’Hélène là où elles souhaitent la suivre, c’est-à-dire hors de l’écran.

30. 4 ou 8 enfants ?

Le mariage
Au fait est-ce que c’est vrai que tu vas te marier avec Nicolas. Réponds-moi si ça te gêne pas. J’ai 10 ans (Sandrine, village, Loire-Atlantique).
J’espère que tu te marieras un jour avec Nicolas (Jessica, 10 ans, village, Bas-Rhin).
Chère Hélène, je voudrais le demander quelque chose : c’est vrai que tu vas être maman, je l’ai entendu à la radio. Si c’est vrai je te félicite. Hélène sera une bonne maman. Si c’est pas vrai, à la radio ils sont des menteurs (Gaétan, village, Loire-Atlantique).
Je te souhaite d’avoir un gentil mari et une belle maison dans la campagne (Stella, 14 ans, petite ville, Bouches-du-Rhône).
Envoie-moi si tu veux bien une photo de Hélène et toi en mariés. Merci (Sandrine).
Dessin : deux cœurs entrelacés Hélène + Patrick = Amour et famille.
Est-ce que c’est vrai que Nicolas et toi allez vous marier ? (Laetitia, petite ville, Loire-Atlantique.)
Hélène j’aimerais savoir si toi et Patrick vous allez vous marier ?
Je regarde très souvent Hélène et les garçons. Aimerais tu avoir Nicolas pour époux ? (Hélène, village, Sarthe.)
Je voulais te dire que tu es très bien avec Patrick Puydebat (Nicolas). J’espère que tu vas te marier avec lui (Aurélie, petite ville, Vosges).
Lettre intitulée Mariage. Salut Hélène salut Nicolas êtes-vous pressés pour le mariage ? Vous allez vous déguiser en quoi, où allez-vous faire votre lune de miel ? (Maud.)
Voudrais-tu te marier avec Nicolas ? Hélène tu fais un beau couple avec lui ! ! ! (Christelle, village, Saône-et-Loire.)

77A Hélène on demande aussi si elle aimerait avoir des enfants, combien et comment elle les appellerait. On lui parle des désirs d’en avoir soi-même ou de s’en occuper (« tu sais je voudrais être puéricultrice » ; « plus tard je serai institutrice car j’aime les enfants »). Plusieurs correspondantes ont même écrit leur lettre sur du papier de carterie décoré de la photo d’un bébé dans les bras de son père (« je vous écris cette lettre parce que dessus y est dessiné un très beau bébé qui symbolise la joie de naître »). A Nicolas on parle aussi de cette chose grave qu’est l’engagement dans une vie de famille : « As-tu l’esprit de famille ? Est-elle importante à tes yeux ? Est-ce que tu rêves de fonder une famille et d’avoir des enfants (question bête !) ? Aimes-tu les enfants ? »

78Finalement, les lectures du couple par les correspondantes sont un curieux mélange. Il y a du conte de fées, surtout chez les plus jeunes. Les couples de la série parlent de l’amour pour toujours, de l’idée qu’il y a un homme ou une femme pour la vie, que la rencontre amoureuse est un destin auquel personne ne peut résister. Et cette idée est profondément rassurante. En même temps ces histoires pour petites filles sages intègrent une certaine fascination pour le caractère dramatique de la vie en couple. Les princes charmants peuvent être trompés ou tromper, ils peuvent partir, rompre, crier. Le couple est aussi un couple ordinaire qui se déchire. Dans le fond n’est-ce pas un des messages forts reçus de la série ? Le couple doit passer par des crises graves. Et c’est cette fragilité qui le rend aussi intéressant. Comme si, en somme, la vie était entrée dans les contes.

Déclarations d’amour aux comédiens

  • 9 Les analyses de Dominique Blanc sur les journaux intimes des lycéennes montrent aussi que les amou (...)

79Du conte de fées, il y en a aussi dans les rêveries amoureuses de certaines des correspondantes à propos des comédiens de la série. Francesco Alberoni (1994) a étudié, dans un ouvrage sur l’imaginaire amoureux féminin, le rôle que joue le rêve d’un idéal dans la vie amoureuse des adolescentes9. On retrouve dans les lettres où des correspondantes déclarent leur amour à un comédien bien des choses qui confirment ses analyses.

80Pour Alberoni – et c’est là toute l’originalité de son approche –, l’amour pour les idoles est un phénomène social et non psychologique. La capacité des femmes à tomber amoureuses d’hommes lointains et inaccessibles témoigne d’une aspiration à la perfection, de la recherche courageuse d’un modèle idéal d’homme et d’existence, d’un modèle désigné par les forces sociales. En aimant une idole, l’adolescente épouse le désir de la multitude. « L’érotisme féminin prend son essor à l’occasion d’un grand vol nuptial auquel toutes sont appelées à participer et qui a pour enjeu l’objet suprême du désir collectif » (Alberoni 1994 : 69). Les médias ont joué un rôle très important dans la progression de cette forme d’imaginaire amoureux :

Tout de nos jours semble agrandi, exagéré à travers la lentille grossissante du cinéma et de la télévision, lesquels transmettent à la petite fille un modèle de vie extraordinairement élevé qu’elle intériorise, cultive en son cœur et voudrait ensuite réaliser. Jadis, quand les gens avaient leur village pour tout horizon et qu’ils n’étaient exposés qu’à un nombre limité de rencontres, l’idéal érotique et le niveau d’aspiration sociale étaient aussi moins élevés. Un homme vivant dans le même village pouvait alors plus facilement les incarner (ibid. : 135-136).

31. « Je te quitte avec la plume de mon stylo mais pas avec le cœur »

81Mais en même temps, comme il le souligne, ces idoles des médias ne sont pas aimées parce qu’ils sont de grands chanteurs ou de grands comédiens, ni parce qu’ils sont riches ou célèbres. Ils sont aimés parce qu’ils représentent un idéal, parce qu’ils sont ceux qui ont été désignés comme les plus désirables. « Les yeux de l’adolescente se tournent se tournent vers celui sur qui tous les regards sont braqués, son cœur s’embrase au désir de la multitude... Ce choix ne procède pas d’une décision autonome, il lui est dicté par la communauté » (Alberoni 1994 : 61). Les courriers montrent effectivement que le fait de savoir que d’autres fans, peut-être des centaines, peut-être des milliers, sont elles aussi amoureuses de la même vedette, accroît l’intensité des sentiments (toutes mes copines sont folles de toi, tu es notre acteur préféré). Aimer le même acteur est un lien social fort qui n’engendre pas de rivalité particulière entre meilleures amies : au contraire, cette passion partagée renforce dans la conviction d’avoir élu celui qui méritait d’être élu. C’est un amour sans exclusivité, un amour mis en commun. « Ça doit être bien d’être une star, tu es aimé par beaucoup de fans et c’est pour cela que je t’admire. Il a suffi d’un regard et tu es devenu l’idole de toute une génération » (Cécile, 13 ans).

82Pour Alberoni, le phénomène est spécifiquement féminin :

L’érotisme facilite les rêveries amoureuses des adolescentes mais rend difficile celles des adolescents. Une gamine de quinze ans peut rêver qu’elle rencontre au cours d’une fête un chanteur célèbre qui la regarde, lui sourit, l’invite à sortir avec lui et tombe amoureux d’elle. C’est improbable mais ce n’est pas impossible. Un garçon du même âge ne peut pas faire la même chose car il sait que la grande chanteuse, dans le meilleur des cas, ne lui adressera qu’un sourire de sympathie. (...) Les garçons s’intéressent aux filles réelles qui sont dans leur entourage, pas aux stars (ibid. : 19).

83On pourrait même aller plus loin qu’il ne le fait et supposer que cette rêverie amoureuse féminine dirigée vers une idole lointaine reste un mystère que les garçons ne comprennent pas. Comme l’explique Cora, dans sa lettre à un des héros secondaires d’Hélène et les garçons qui lui a renvoyé par courrier une photo dédicacée : « Tu sais je garde toujours sur moi la carte que tu m’as envoyée, je ne m’en sépare jamais. Mon frère me dit que “ c’est pas la fin du monde qu’une star t’écrive ”, mais il n’y connaît rien ! »

  • 10 On mettra à part les lettres pathologiques, envoyées parfois quotidiennement par quelques hommes n (...)

84Les déclarations épistolaires dans les courriers mettent donc en scène une adolescente et un comédien. Ce sont des lettres un peu à part dans l’ensemble du corpus. Les petites filles parlent beaucoup d’amour dans leurs lettres mais jamais sous la forme d’une déclaration. D’autre part, les garçons qui, déjà, écrivent très peu dans leur ensemble, sont encore moins nombreux à envoyer des déclarations d’amour à des comédiennes et ceux qui le font avouent être dans des situations de solitude ou de détresse particulières (handicaps, perte d’un être cher, problèmes relationnels avec les femmes)10.

85Dans sa version ordinaire, la déclaration d’amour est beaucoup moins pathétique. Même dans les lettres les plus enflammées, la distance et le jeu ont leur place (« je n’ai que 13 ans et toi 23. Nous avons dix ans de différence et si je t’aime encore à l’âge de 20 ans je viendrai te voir, tu en auras 30. Bisous, alors rendez-vous devant la Tour Eiffel dans 7 ans »). On se déclare mais sans prendre la chose totalement au sérieux : de toute façon, comme l’expliquent bien celles qui écrivent, il s’agit d’une relation dont on rêve tout en sachant qu’il s’agit d’une rêverie. L’adolescente sait qu’elle aime de façon unilatérale, que la réciprocité est improbable voire impossible. Elle est consciente que c’est une chimère, mais cette chimère lui procure des émotions qui sont, elles, bien tangibles.

Tu m’as redonné la raison de vivre, quand je dis redonner raison de vivre c’est-à-dire que j’ai eu une grosse déception amoureuse, je voulais me suicider, heureusement que j’avais ma copine qui me soutenait. Et puis elle a dû partir pendant un mois et ma crise a recommencé. Et puis un jour ma petite sœur a regardé Hélène et les garçons et je t’ai vu et j’ai été illuminée ! Et depuis ce jour je ne pense plus qu’à toi le jour et la nuit je rêve de toi, tu es mon prince charmant qui m’enlève des griffes de l’enfer. J’ai acheté un magazine sur toi pour connaître ta véritable personnalité et identité, c’est exactement comme je t’imaginais. Tu es célibataire toi aussi. J’aimerais en savoir plus sur toi. J’espère que tu me répondras (on dit que l’espoir fait vivre, alors autant en profiter !) (Sarah, 16 ans).

86L’amour pour un comédien est toujours fondé au départ sur une attirance physique. Ce sont les cheveux, le regard, le corps, les muscles qui ont déclenché le coup de foudre. Même si elles l’ont vu sur un écran, c’est un être de chair qu’elles aiment. Les considérations psychologiques viendront après, lorsque la fan travaillera à mieux connaître celui qu’elle aime. De ce point de vue, ces lettres sont donc différentes des autres qui mettent surtout l’accent sur des considérations psychologiques. En retour, la correspondante se définit d’ailleurs aussi par son physique.

32. « L’espoir est toujours là »

Salut Olivier. Dès que je t’ai vu dans Hélène et les garçons ça a été le déclic, tu es tellement mignon. Toi qui aimes les brunes aux cheveux longs et qui ont du caractère tu ne dois pas aller très loin car j’en suis une. Tu as de beaux yeux, tu as un beau sourire, j’adore tes manières. Olivier, je t’aime très fort, je pense toujours à toi. Quand je te vois dans Hélène et les garçons je rougis. Plus tard je veux être comédienne. Je t’aime. Je pense à toi tous les jours. J’ai plein de posters de toi. Je vais venir je sais pas quand à ab Productions. Je suis sexy, je me maquille, je me parfume beaucoup. J’adore la musique, par exemple Ace of Base. Tu t’habilles super bien. Tes un beau mec (Natacha, 14 ans, ville moyenne, Corrèze).

87La relation amoureuse aux comédiens est donc fortement marquée par leur apparition physique. Alors que les confidences sentimentales sont nourries par les images construites par la presse, des images d’hommes faillibles, solitaires, à la recherche du bonheur, là c’est vraiment l’image télévisuelle qui a déclenché le sentiment amoureux. Et même si ces fans vont comme les autres s’informer dans les magazines et collectionner tout ce qui a trait à leur idole, bref travailler tous les aspects de sa personnalité, leur relation est érotisée par un corps, un visage, des yeux, des cheveux. L’homme idéal représente d’abord un idéal physique.

88Mais comment espérer que cette attirance physique soit réciproque ? En fait, il semble que cette considération ne freine pas l’envol amoureux vers l’idole :

Mon cher Olivier, je te regarde tous les jours dans Hélène et les garçons et c’est toi le garçon que je regarde le plus, je te trouve si craquant je te dévore des yeux. J’aimerais tellement te rencontrer, pouvoir parler avec toi te connaître, te voir en chair et en noce (sic), pouvoir te toucher, te regarder, te parler. J’ai lu dans un magazine que tu n’étais pas difficile en ce qui concerne les filles. Alors moi je suis blonde, j’ai les yeux marrons, je fais 1 m 60 et 59 kg et je tiens à te dire j’ai des lunettes, j’espère que cela ne te dérange pas trop. Je suis gentille, douce, fidèle, romantique mais j’ai deux défauts, je suis maladroite et je m’accroche beaucoup aux garçons. Il y a plein de garçons qui me courent après mais moi je ne les trouve pas si beaux que ça et puis ils ne m’intéressent pas, toi c’est différent tu as l’air si gentil, si tendre si doux et en plus tu as un très gros avantage, tu es hyper, super craquant. J’aime beaucoup les garçons qui pratiquent la musculation et c’est toi qui me fais craquer (Delphine, 20 ans, village, Finistère).

89Et puis, il y a tous ces obstacles irrationnels que les correspondantes évoquent toujours lorsqu’elles essayent d’imaginer ce qui empêcherait de consolider des liens réels avec leur idole : l’âge, la distance géographique, les emplois du temps surchargés...

Patrick, bonjour, je m’appelle Sandrine, j’ai 16 ans je suis une de tes fans, je t’adore, et je devrais même dire que tu me fais complètement craquer. S’il y aurait une chose que j’aimerais par-dessus tout ce serait de me marier avec toi mais le seul problème c’est que tu vas me dire que je suis trop jeune pour toi, si je ne me trompe pas tu dois avoir environ 25 ans. Bon, d’accord, sais que je suis trop jeune, mais si tu changes d’avis dans quelques années fais moi signe. Par contre, j’ai appris par des copines que tu sors avec Hélène Rollès, je ne sais pas exactement si c’est vrai mais en tout cas je peux te dire que si c’est vrai, eh bien, tu as raison car elle est hyper mignonne et vous formez un très beau couple tous les deux.

90Comme l’explique Sandrine à la fin de sa lettre, la fan amoureuse est confrontée à des rivales qu’elle est obligée d’accepter. La presse a beau faire planer un doute persistant sur la solidité des relations dans lesquelles l’idole est engagée, elle est néanmoins obligée de prêter aux vedettes une vie amoureuse bien remplie. C’est un des attributs de leur pouvoir : en amour, ils ont de l’expérience et du succès. Mais il y a pire que les confidences des journalistes : tous les jours la fan voit son aimé en embrasser une autre, voire plusieurs autres, dans la série télévisuelle. Toutes ces femmes, qu’elles soient aimées pour elles-mêmes ou pour un rôle, ce qui n’est jamais facile à trancher, confèrent aux comédiens une aura de séducteurs qui entre pour beaucoup dans l’amour que leur vouent les correspondantes. Les aimer c’est connaître d’emblée la jalousie, l’espoir, l’envie d’être une autre.

Salut mon Philippe mon love you, C’est moi Siya qui t’écris pour te dire je t’aime. J’adore dans la série Hélène et les garçons que tu te disputes avec Bénédicte. Tu m’as fait rire dans la série quand tu étais dépanneur avec ton déguisement bleu et ton chiffon tu étais trop beau comme d’habitude. Tu dois avoir du succès auprès des filles et des femmes. Dans ta photo tu es très beau avec ta chemise de peintre. Elle me fait râler Bénédicte quand elle t’embrasse, tu dois bien embrasser avec ta bouche de merveille (petite ville).

91En réalité, les fans sont assez fair play avec les rivales de l’écran, dans la mesure, où en les choisissant, leur idole fait preuve de goût. Il ne faut pas oublier que ces partenaires amoureuses télévisuelles sont aussi pour les correspondantes des idoles avec lesquelles elles aimeraient entretenir des liens, dont elles comparent les avantages physiques et les chances de former un nouveau couple (« tu es le plus mignon de la bande des garçons », « parmi toutes les filles de l’équipe c’est toi la plus belle »). Que ces êtres admirables tombent amoureux les uns des autres n’a en soi rien d’étonnant.

Nicolas (Bikialo), Je trouve que tu étais fait pour jouer dans Hélène et les garçons. Ça se voit tout de suite quand on te regarde. Tu as un physique de rêve, tu dois avoir des tas de filles autour de toi. Mais il n’y en a qu’une qui va vraiment avec toi c’est Manuela Lopez. Vous faites un couple de rêve !
Vous êtes si beau ensemble, vous êtes comme deux oiseaux au printemps. Franchement tu es beaucoup plus beau que tous les garçons que je connais. Tous les soirs je rêve de toi et grâce à toi je fais de très jolis rêves (Béatrice, petite ville, Hautes-Alpes).

33. « Si seulement tu avais un frère jumeau... »

92Dans une autre lettre envoyée à Patrick Puydebat par Natacha on voit à quel point l’idole permet d’éprouver des sentiments par procuration y compris à travers les aventures amoureuses qui lui sont attribuées dans la série ou dans les magazines. Le mariage d’Hélène et de Patrick serait le mariage de toutes les fans de Patrick avec lui :

Salut Patrick tu es mon chéri. Je voudrais une photo dédicacée de toi. Je suis très fidèle à toi et je pense toujours à toi. Tu as de beaux yeux. C’est quand que tu vas te marier avec Hélène c’est marqué dans tous les magazines que j’achète. Je veux que tu fais un enfant à Hélène. Je t’aime, je t’aime, je t’aime. Je suis coiffée comme Hélène, je me maquille j’ai beaucoup de pattes d’éléphant comme Hélène. Je veux que tu te maries avec elle s’il te plaît. Je t’aime je voudrais que tu sois mon mari à moi (Natacha, 12 ans, ville moyenne, Corrèze).

93Pour Alberoni, les rêveries sur les idoles masculines ne sont pas des rêveries compensatoires. L’intérêt pour les stars n’est pas lié au manque d’amour réel ou à une frustration. Les adolescentes peuvent concilier les deux formes d’amour, « celui qu’elles portent à la personne en chair et en os qui fait partie de leur entourage, et celui qu’elles vouent à leur lointaine idole ». Mais en même temps, l’amour porté à l’idole est plus fort, supérieur à celui porté aux garçons de l’entourage. C’est aussi, semblent indiquer les courriers aux comédiens, que cet amour ne peut être perturbé par rien d’extérieur. C’est une relation sans risque. Elle ne peut pas être déçue (le fait que l’idole ne réponde pas à la lettre d’amour n’est jamais pris comme un signe de désintérêt), elle ne peut pas faire souffrir (la fan se sent aimée autant qu’elle aime), et surtout elle ne demande pas d’avoir à se décider sur la sexualité. Elle permet de parler du corps sans avoir à le donner. Si les correspondantes n’hésitent pas à se vendre comme des êtres sexués (« je me maquille, je suis sexy, je suis bien roulée, je porte du parfum, tous les garçons me courent après ») ou même à évoquer très directement l’acte sexuel (« toi sur moi et moi sur toi et dans 9 mois nous serons trois, beau prince charmant qui vient poser ses lèvres sur les miennes dans mes rêves les plus fous »), c’est parce qu’elles savent bien que ces propos ne les engageront jamais à passer à l’acte. Avec leurs petits amis elles n’ont pas la même attitude. Ce qui leur permet d’ailleurs, comme elles sont plusieurs à le raconter, de créer une compétition active entre les deux univers : « Ma sœur Erika t’aime tellement qu’elle dort avec ta photo sous l’oreiller et moi Deborah aussi ! ! ! Nos fiancés sont jaloux quand ils voient que l’on embrasse tes posters » (17 ans, lettre à Cricri).

34. « Oh, mon amour »

94Aimer une idole est donc aussi une manière de différer l’engagement dans la sexualité. De se donner un homme avec qui l’on rêve de faire l’amour, plutôt que d’avoir à décider ou non de le faire en réalité. Contrairement aux autres lettres, les lettres de déclaration sont écrites seules (jamais de lettre groupée) et, d’après ce qu’en disent les correspondantes, tard le soir (« on est le 25 août à 23 h 02 »). Comme pour les lycéennes étudiées par Dominique Blanc, ces correspondances intimes tardives constituent un moment privilégié pour le fantasme sexuel :

Cher Patrick, voilà j’ai 14 ans et je suis folle amoureuse de toi. Je rêve même de toi la nuit. Pas plus tard qu’hier j’ai rêvé que tu m’embrassais longuement et tendrement, c’était génial ! ! ! Si je savais sculpter la pierre je ferais la statue de l’amour qui aurait ton visage beau comme la mer que je regarderais de l’aube à la fin du jour. Mais malheureusement je ne sais qu’écrire ces mots pour te dire « je t’aime ». Il est presque minuit, démon de minuit. Non ! Stop ! Je suis trop jeune pour cela. C’est l’heure où les filles de mon âge vont dormir. Par la pensée tu vas entrer dans mes songes, Bonne nuit, homme de mes rêves (Nathalie, petite ville, Nord).
Sébastien je suis amoureuse de toi, j’adore ta façon de t’habiller, je t’aime vraiment à la folie. Télé Star a publié un poster de toi avec un cheval. Je le regarde chaque soir avant de dormir et je te parle de mes problèmes. J’adore tes petites fossettes quand tu ris, je te trouve hyper canon encore mieux que les top models tels que Greg Hansen ou Albert Delègue. J’adore ton nom, car mon premier flirt s’appelait Sébastien (Carine, Pas-de-Calais).

  • 11 La même remarque se vérifie pour les quelques lettres adressées par des garçons à des comédiennes. (...)

95Si les amours sont collectives, elles ne sont pas indifférenciées. On choisit l’idole pour son physique mais le personnage qu’elle incarne à l’écran fixe les contours de la relation amoureuse. On pourrait ainsi opposer les déclarations faites à Sébastien Roch et celles que reçoit Patrick Puydebat, deux comédiens qui ont visiblement un fort pouvoir de séduction auprès des correspondantes11. Le premier joue dans la série le rôle de Christian alias Cricri : c’est un passionné de musique et un macho qui n’hésite pas à tromper – toujours en cachette – sa partenaire Johanna. A l’écran il affiche une sexualité beaucoup plus marquée que celle des autres garçons : on le voit embrasser longuement ses partenaires, mais aussi les caresser et même dans certains épisodes être allongé à leurs côtés dans des tenues plus ou moins déshabillées. Il est aussi le seul à ne pas se raser de près. En amour, c’est un personnage fougueux et passionné, souvent malheureux, toujours insatisfait. A Sébastien Roch on parle de frissons et de désirs de toucher (et ce à tous les âges si on en juge par une lettre de Charlene, 8 ans, qui lui demande de lui faire un gros câlin serré).

Christian, lors de ta première apparition dans Hélène et les garçons j’ai tout de suite craqué sur toi. La moitié de mon cœur s’est déchirée (Sylvie, 12 ans, petite ville, Haute-Loire).
Oh mon amour, depuis le premier jour où j’ai croisé ton regard, j’ai été suffoqué par ton charme secret. C’était dans Hélène et les garçons. Mon Dieu je m’en souviens comme si c’était hier. Ton regard innocent m’a lancé des éclairs de feu. Mon seul désir est de sentir ta poitrine chaude contre mon cœur. Je suis sûre que tu es ma destinée comme Adam l’était pour Eve. Chaque fois que je te vois tu me donnes des frissons et tu me fais craquer. Quand je regarde mon classeur rempli de photos et d’interviews, je tremble d’amour pour toi (Emilie, 14 ans, ville moyenne, Meurthe-et-Moselle).

96A l’inverse, Patrick Puydebat qui joue le rôle de Nicolas, le fiancé d’Hélène dans la série, incarne la stabilité et la fidélité. Hélène est la femme de sa vie, les autres filles ne l’intéressent pas, leur couple est solide et discret : pas de baisers passionnés, mais plutôt des attentions, de la tendresse, une confiance mutuelle qui les met à l’abri de toutes les épreuves. Les correspondantes sont fortement influencées par ces images du personnage lorsqu’elles se déclarent. Nicolas est un homme qui suscite des rêveries sur le mariage :

Patrick, je m’appelle Vanessa et j’ai 13 ans. Je t’écris pour te dire que je t’adore, et que je te trouve super. Tu sais à force de dire à mes copines que tu es beau et que je suis amoureuse de toi, elles t’aiment toutes. Quand j’aurai 18 ou 20 ans j’aimerais avoir un petit copain exactement comme toi, si seulement tu avais un frère jumeau ce serait super. Dans la série tu es le seul garçon à ne pas aller avec d’autres filles. J’aimerais bien être à la place d’Hélène pour la vie mais je sais que ce n’est pas possible. P.S. Le métier que je veux faire c’est puéricultrice car j’adore les enfants. J’espère que toi aussi. Tout le monde dit que je serai mannequin parce que je mesure 1 m 60 et que je pèse 43 kg à mon âge (petite ville, Moselle).

97Toutefois, ces amours différentes mènent toutes deux au désir d’enfant. On peut faire des propositions très directes à Christian : « Je voudrais savoir quel est ton type de fille. Moi je suis blonde aux yeux marron, alors ça te dit ? » et lui demander quelques lignes plus loin « Au fait, combien tu voudrais de gosses ? » Que la déclaration au comédien se fonde ou non sur l’aveu d’un trouble sexuel, elle se profile toujours à travers l’idée du couple. La capacité du séducteur à être en couple est très importante. Seul, il ne plairait pas autant.

98Le physique des comédiens suscite du plaisir et provoque des émotions érotiques. Il n’est pas vécu comme un obstacle. Au contraire, il est un support nécessaire pour que s’éveille l’imaginaire amoureux. Celui des comédiennes est plus compliqué à gérer pour les fans car il crée une tension avec leur désir de ressembler en tout point à leur idole. La beauté d’Hélène engendre de la distance, presque de la frustration. Comme on peut le voir dans ces extraits, Hélène incarne un idéal physique, mais c’est un modèle trop parfait pour que les correspondantes puissent espérer un jour l’atteindre.

Je te trouve super belle, tu es mince, j’aimerais être comme toi plus grande. / Tu as de beaux cheveux. Je voudrais le poids précis que tu fais car je te trouve très belle. Même sans maquillage je te trouve très belle. / Tu es tellement belle que j’aimerais te ressembler mais moi je ressemble à moi. Dans l’enveloppe tu trouveras une photo de moi et tu verras que je ne suis pas aussi belle que toi. / Je t’adore tu es la plus belle, tu es une fée, tu es splendide. On dit toujours que personne n’est parfait mais je trouve que tu es la personne la plus parfaite de la terre. / J’adorerais être à ta place, être aussi belle que toi et être admirée par des milliers de garçons. Tu chantes « je suis une fille comme les autres » mais tu n’es pas une fille comme les autres, tu es tellement belle. / Tu es la plus belle du monde entier, plus belle que Claudia Schiffer ou Naomi Campbel. J’adore tes longs cheveux de sirène et ton beau corps élancé.

99En réalité, la beauté des comédiennes menace le sentiment de proximité et de similarité que les fans sont parvenues à instaurer avec elles. On a là des préadolescentes, vivant souvent dans un milieu rural, qui s’adressent à une femme de 27 ans qui incarne à leurs yeux la mode parisienne. Les distances sont nécessairement grandes : « Voici ma photo, bien sûr je ne porte pas toujours de lunettes. Maintenant que tu as vu comment j’étais est-ce que tu pourrais me dire si je pourrais un jour devenir comme toi ? Portais-tu des lunettes pour lire quand tu étais petite ? » écrit Carine, 11 ans (petite ville, Val-d’Oise).

100Mais même sur ce point, pourtant difficile, les fans effectuent tout un travail de rapprochement (On s’entraîne le plus possible pour te ressembler (et ça marche !)). Elles s’habillent comme Hélène (« je suis comme toi j’aime bien les vêtements dans lesquels on se sent bien, on a quelque chose en commun : on aime toutes les deux les pantalons à pattes d’éléphant. Si cela ne te dérange pas envoie-moi tous les ans les affaires que tu aimes. Pour mieux te connaître »). tfi a d’ailleurs commercialisé une gamme de vêtements « Hélène » qui a connu un certain succès. Et dans les écoles primaires, tous les enseignants disent avoir eu dans leurs classes, entre 1992 et 1994, des dizaines d’enfants vêtues et coiffées comme Hélène.

101Car la coiffure a tenu une place centrale dans les pratiques d’imitation. Si l’on en croit d’autres recherches, le phénomène n’est pas particulier à la série. Blumer dans son travail sur les jeunes spectateurs de cinéma dans les années 1930 soulignait déjà que les références à la chevelure et aux coiffures des vedettes étaient extrêmement fréquentes dans les essais de ses étudiantes. Karen Klitgaard, qui travaille sur la réception de Beverly Hills au Danemark – pays où cette série a suscité un phénomène aussi important qu’Hélène et les garçons en France – note que les adolescentes fans de la série ont toutes adopté la coiffure de Kelly, allant même jusqu’à suivre les évolutions de sa coupe de cheveux, saison d’épisodes par saison d’épisodes (Klitgaard 1996).

102Dans les courriers, cette question des cheveux revient sans cesse. C’est le symbole absolu du pouvoir de séduction d’Hélène, et quelque chose que toutes les enfants ont désespérément tenté de copier :

Les cheveux d’Hélène
Je suis la maman de Stéphanie elle aura 7 ans le 24 septembre prochain. Comme vous, elle a de longs cheveux avec deux mèches plus courtes qui encadrent son visage, qu’elle appelle ses « hélènes » ! Beaucoup de personnes lui disent qu ’elle vous ressemble et elle en est très fière car elle vous aime beaucoup. Ses deux idoles sont vous-même et Barbie.
Je suis blonde comme toi avec la même coupe de cheveux long, d’ailleurs à l’école on m’appelle « mini Hélène ».
Tu ne connais pas un shampooing qui fait pousser les cheveux longs ? Je te pose cette question car toi tu as de longs et beaux cheveux (Vanessa).
Demain je vais chez le coiffeur car c’est bientôt la rentrée des classes eh bien je fais la même coupe que toi, je vais amener une photo de toi et dire que je veux la même coupe que toi (Cindy).
Je suis contente d’avoir les mêmes cheveux que toi, même si je n’ai que les cheveux comme toi et rien d’autre.
J’ai essayé de me coiffer comme toi mais je n’y arrive pas, pourtant j’ai des cheveux qui ressemble aux tiens. J’aurais voulu que tu sois ma sœur ou ma cousine. J’espère que plus tard j’aurai un fiancé beau comme le tien (Lydia, 11 ans, Finistère).
Tu sais pour moi tu es ma meilleure amie mais tu ne le sais pas. Je te surnomme Lena c’est comme ça que je t’appelle avec ma cousine. J’ai toujours voulu être comme toi mais je suis brune, ma cousine a de la chance elle est blonde et elle s’est fait la même coupe que toi (Michèle, 14 ans, agglomération urbaine, Hérault).
J’ai des grands cheveux comme toi, tu sais plus tard je veux être comme toi. Je voudrais que tout le monde entier te ressemble, tu es tellement simple et gentille (Sabrina, 9 ans, agglomération parisienne, Val-d’Oise).
Voilà, j’ai les cheveux qui m’arrivent à la taille. Je voudrais me faire la même coiffure que toi, je sais qu’il faut que je les coupe mais j’ai peur du résultat. Je voulais te demander si tu pouvais m’envoyer une photo où l’on voit bien ta coupe de cheveux (Anne, 14 ans, village, Aisne).
J’ai les cheveux un peu trop courts par rapport à toi mais je suis tout de même allée chez le coiffeur pour me faire ta coupe (Pauline, 10 ans, village, Lot-et-Garonne).

103Finalement, les idoles, masculines comme féminines, agissent par leur présence comme des déclencheurs d’émotions. Et d’émotions qui ont été peu étudiées dans l’énorme littérature sur les jeunes et la télévision. Il ne s’agit pas là de peur, d’anxiété ou d’agressivité. Il s’agit de sensualité, de troubles amoureux, de chocs érotiques. Bref d’émotions liées au plaisir physique. Tous ces sentiments sont éprouvés avec autant d’intensité que s’ils se produisaient face à des personnes réelles. « Quand je te vois à la télévision, je ne bouge plus », écrit Annissa. « Ta voix, quand tu chantes, me donne des frissons partout, tu me fais ressentir des sentiments », dit Alexandra. « Quand je te vois j’ai mon cœur qui bat trop bas », confie Sabrina. Sans compter toutes ces lettres où les correspondantes parlent des larmes qu’elles versent en écoutant les chansons du générique, de leur gorge serrée quand le feuilleton commence, ou de leur envie de s’évanouir quand elles ont vu Hélène apparaître sur scène lors de son concert. La star charrie un flot d’émotions par son corps. Elle entraîne dans un univers de sentiments si forts qu’ils sont parfois insoutenables. Mais elle est la seule à permettre ainsi de libérer des pulsions et des affects que la vie sociale conduit à réprimer. Pour toutes ces jeunes enfants, la télévision est d’abord une expérience émotionnelle. Une expérience du plaisir.

Notes

1 De ce point de vue, Hélène fonctionne exactement selon le même principe narratif que les soap operas. Il y a très peu d’action. C’est la circulation de l’information qui constitue l’élément dramatique central : le spectacle ce sont les réactions des personnages, les manières de discuter un problème, la mise en œuvre des solidarités. Voir Allen 1985 et Matelski 1988. L’important n’est pas ce qui se passe – « c’est un monde de solutions narratives évidentes » dirait Eco –, mais ce qui est éprouvé.

2 A une exception près toutefois : quand un comédien décide de quitter la série – par lassitude ou à la suite d’un désaccord sur un contrat – , le couple dont il faisait partie éclate, cette fois durablement. Les scénaristes mettent en scène une crise majeure où les choses vont plus loin que d’habitude (Johanna surprend Cricri couché avec Arielle dans le garage) puis ils s’emploient à recycler au plus vite le partenaire esseulé dans une nouvelle histoire à deux tout en faisant passer l’information dans le fanzine et la presse de programme : il ne faut pas compter sur une issue heureuse entre Cricri et Johanna, cette dernière – qui dans la série est partie au Texas voir sa mère malade – souhaite arrêter les tournages pour s’occuper de son mari et de sa petite fille. Une telle information est indispensable pour faire accepter du public l’idée qui se profile dès les épisodes suivants : Cricri d’abord fou de douleur d’avoir perdu Johanna, va retrouver le bonheur avec Linda.

3 Les histoires de bague vont alors se multiplier. Même Cricri, qui fait souvent souffrir Johanna par ses infidélités, s’y met. Dans un épisode intitulé « Un joli coco », il travaille la nuit dans un garage pour pouvoir acheter à Johanna une bague. Cette dernière, qui le soupçonnait bien sûr de sortir tous les soirs pour retrouver une nouvelle maîtresse, reçoit la bague les larmes aux yeux. Non seulement il ne la trompait pas, mais il rend son engagement public. Le statut de fiancée officielle s’acquiert en effet devant les yeux de tous : la bague n’est jamais donnée dans l’intimité, mais devant les amis, substituts des témoins familiaux des cérémonies d’engagement matrimonial.

4 Plusieurs travaux ont souligné le fait que les consommateurs des médias ont tendance à accentuer les différences sexuelles par rapport à ce que suggèrent les contenus. Deux enquêtes sur la réception des feuilletons radiophoniques dans les années 1940 montraient leur rôle de repères dans la constitution de l’identité sexuelle des femmes au foyer. Les auditrices étudiées par Herta Herzog tirent de l’écoute de ces feuilletons le sentiment que le foyer est le véritable lieu où une femme doit tenir sa place dans la société (Herzog 1941). Warner et Henry, peu de temps après, arrivent aux mêmes conclusions en comparant un groupe d’auditrices assidues et de non auditrices : les soaps radio confortent chez les premières l’idée que la cellule domestique est un univers protecteur face à un monde extérieur vécu comme hostile (Warner et Henry 1948). Une recherche menée dans les années 1960 par Marie-José Chombart de Lauwe sur la relation des enfants aux personnages d’enfants présentés par les médias (l’enquête porte sur un corpus presse, édition et télévision) montre que la division des rôles sexués est radicalisée au niveau de la réception. La manière dont se fait la description de l’aspect physique d’un personnage, par exemple, dépend beaucoup plus du sexe de l’enfant qui répond que des caractéristiques du personnage lui-même. (Chombart de Lauwe 1969.) Dans le même ordre d’idée, les travaux sur la publicité télévisuelle montrent que les enfants sont bien plus sensibles aux messages sur l’ordre familial et sexuel qu’à ceux qui concernent le produit. D’une publicité pour des couches, un enfant retient les images de la bienveillance maternelle (la mère s’inquiète du bien-être de son bébé) et non celles qui concernent les performances du produit vendu. Les images publicitaires sont un instrument de socialisation aux archétypes de rôles. Voir Sultan et Satre 1988 ; Kapferer 1985.

5 Sur les appels des auditeurs de l’émission « Love in Fun » – dont le slogan était « L’amour avec humour, le sexe sans complexe » –, voir Rui 1995. Les deux magazines de conseil sentimental et sexuel de la presse pour adolescents les plus lus sont Miss et Bravo Girl ! Ils abordent tous deux la sexualité de façon très technique. Bravo Girl ! tout particulièrement traite les pratiques sexuelles de façon extrêmement crue, en dépit du jeune âge de ses lectrices.

6 Dans les soap operas des années de l’après-guerre, les personnages féminins qui nourrissaient des ambitions de carrière professionnelle étaient systématiquement accablés de problèmes de stérilité, faisaient des fausses couches ou perdaient leurs enfants. Il faut attendre les années 1970 pour que disparaisse cette malédiction sur la maternité des femmes qui travaillent. (Allen 1985 et Matelski 1988.)

7 Ces lettres, venues surtout de Kabylie, n’évoquent pourtant jamais les tromperies que subit Bénédicte (jouée par Laure Guibert), mais celle-ci est visiblement considérée, en tant que personne humaine, par ces correspondants masculins qui ont en moyenne 15 à 20 ans, comme une femme douce avec laquelle il est possible de parler de soi. Laly n’a pas reçu de courrier du Maghreb pendant la période de l’analyse.

8 Patrick Puydebat est le nom du comédien qui joue le rôle de Nicolas.

9 Les analyses de Dominique Blanc sur les journaux intimes des lycéennes montrent aussi que les amours non déclarées de la vie réelle occupent une large place. Et qu’elles s’entremêlent très étroitement avec les rêveries amoureuses sur les stars : « Si Hervé est bien réel on découvre aussi qu’il est un personnage de fiction. Il ne saurait trop souffrir de la rupture annoncée précédemment : il n’a jamais su qu’il était le protagoniste d’une relation. Ici, comme avec les vedettes, tout est dans le regard. Il faut oser regarder et l’on tombe amoureuse d’une image. C’est ce que disent au fond toutes ces photos d’hommes désespérément beaux qui s’attirent des légendes comme “Où tu veux quand tu veux”. Et on comprend pourquoi on peut aussi rompre avec l’image d’une star » (Blanc 1995 : 103).

10 On mettra à part les lettres pathologiques, envoyées parfois quotidiennement par quelques hommes nettement plus âgés, et qui d’ailleurs sont moins des lettres de déclaration amoureuse que des récits où l’écrivant se met en scène comme étant déjà le compagnon de vie de la vedette.

11 La même remarque se vérifie pour les quelques lettres adressées par des garçons à des comédiennes. Hélène, Bénédicte et Lynda ne reçoivent jamais de déclarations enflammées, on les trouve belles, douces, compréhensives, on aurait envie de trouver une compagne comme elles. En revanche Laly et Adeline qui ont des rôles amoureux beaucoup plus turbulents à l’écran suscitent des déclarations plus explicites. On voudrait « les tenir dans ses bras, les embrasser, les serrer contre soi ».

Table des illustrations

Légende 24. Princesse Hélène et Prince Nicolas
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2503/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende 25. « Les couples dans Hélène et las garçons »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2503/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende 26. L’homme de ma vie : paroles d’une chanson
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2503/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende 27. « J’ai 9 ans et demi, je ne suis pas mariée »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2503/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende 28. « Il y a toujours une fragilité »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2503/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende 29. « Scènes et gifle »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2503/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende 30. 4 ou 8 enfants ?
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2503/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende 31. « Je te quitte avec la plume de mon stylo mais pas avec le cœur »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2503/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende 32. « L’espoir est toujours là »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2503/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende 33. « Si seulement tu avais un frère jumeau... »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2503/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Légende 34. « Oh, mon amour »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2503/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 494k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search