Version classiqueVersion mobile

Ils apprenaient la France

 | 
Anne-Marie Thiesse

Illustrations

Texte intégral

1. L’école de la République n’enseigne pas d’autre langue que le français. Mais l’éducation patriotique passe par l’amour du sol natal, la vénération du patrimoine ancestral et l’affection nostalgique pour le patois ou les accents du terroir.

2. La fabrication d’ethnotypes se fait par référence à des critères physiques ou à des traits psychologiques. Les habitants d’une petite patrie départementale ou régionale sont décrits comme race ou type spécifique. Les clichés posés illustrent les lieux communs du discours sur la Province.

3. Le bon type local est celui qui reproduit fidèlement une figure littéraire nationalement connue. Le pêcheur d’Islande est plus conforme à l’ethnotype que le marin ordinaire.

4. Le mouvement régionaliste s’épanouit sous la Troisième République. Les mises en scène folkloriques agrémentent fréquemment les fêtes urbaines et les cérémonies officielles.

5. L’éthnotype régional le plus célèbre est celui du Méridional tonitruant et excessif. Il est fréquemment utilisé comme repoussoir pour construire les ethnotypes à valeur positive des autres régions.

6. A la différence du Méridional exubérant, l’Arlésienne est discrète et élégante. Fille des lettres et des arts, elle s’adonne en costume d’apparat aux cueillettes nobles.

7. L’Alsacienne en costume devient après la Première Guerre mondiale allégorie de la France. L’Alsace est décrite comme une région française que tout, depuis son histoire la plus ancienne jusqu’à son climat, oppose à l’Allemagne.

8. Le grand homme local est incarnation des « vertus de la race » et ornement des places publiques. Le héros d’un roman universellement connu est illustration exemplaire de sa petite patrie.

9. Théodore Botrel a fait la célébrité de Paimpol en chantant son inexistante falaise. La petite patrie armoricaine rend hommage à celui qui a su faire connaître par-delà les frontières les stéréotypes sur la Bretagne.

10. La gloire nationale et internationale des grands hommes rejaillit sur le sol qui les a enfantés. Leurs faits illustres et les vertus qui leur sont prêtées peuvent être utilisés pour caractériser leur pays natal et ses habitants.

11. Le grand homme contemporain est généralement un roturier qui s’est illustré dans les arts, les sciences ou la défense de la Patrie. Le grand homme historique est plutôt de sang noble ou royal.

12. La dénonciation de l’alcoolisme prend progressivement moins d’importance que les lamentations devant la désertification des campagnes et la baisse de la natalité. Les illustrations du comique paysan qui tournent en dérision des ruraux supposés arriérés et grossiers jouent encore avec la figure de l’ivrogne en blouse et sabots.

13. Le vin local est célébré comme le sang pur du terroir, l’élixir régénérateur de la race et sa consommation est présentée comme une nécessité hygiénique et patriotique.

14. La délimitation administrative des appellations d’origine contrôlée, qui associe strictement un vin et un terroir, est établie en 1908. Un comité national des appellations d’origine est formé en 1935.

15. On suppose qu’il y a continuité entre les grands ancêtres qui. depuis la nuit des temps, ont laissé des vestiges de leur activité, et les populations actuelles. Le patrimoine local serait en t’ait un patrimoine familial.

Sources des illustrations

11. Types creusois. Carte postale.*

22a). Type du vieux paysan rasé de la Haute-Loire.*

32b). Type de la paysanne dévote de la Haute-Loire.*

43. La vie à la mer. Un bon type breton. Carte postale.*

54. Inauguration de l’Exposition de Clermont-Ferrand. Carte postale.*

65. Oh ! Ces Méridionaux ! Carte postale.*

76. Arles. Types d’Artésiennes. Carte postale.*

87. Maison alsacienne. Intérieur. Carte postale.*

98. Auch. Statue de d’Artagnan. Carte postale.*

109. Paimpol. Monument Botrel. Carte postale.*

1110. Besançon historique. Carte postale.

1211a). Gaston de Foix. Gravure d’Adolphe Joanne. L’Ariège. Hachette. Coll. particulière.

1311b). Tombeau de Philibert le Beau. Gravure d’Adolphe Joanne. L’Ain, Hachette. Coll. particulière.

1412. Sourire du Morvan. Carte postale.**

1513a). La chanson d’Arbois. Carte postale.*

1613b). Le Biou. Carte postale.*

1714. La chambre des réputés. Carte postale.**

1815. Carnac. génat de Kermario. Carte postale.**

19* © Musée des Arts et Traditions populaires. Fonds Charles-Brun, cliché mnatp. Tous droits réservés.

20** Collection Mission du Patrimoine ethnologique. Tous droits réservés.

16. L’histoire locale est écrite comme illustration exemplaire de l’Histoire nationale. Le patrimoine monumental apparaît comme preuve de la place éminente tenue par la petite patrie dans l’Histoire de France.

17. Si le type local est déterminé par l’esprit du lieu, les caractéristiques sont continues à travers les âges. Les paysans contemporains sont alors conservatoires vivants des époques révolues.

18. Société savantes et guides de voyage ont effectué l’inventaire des curiosités naturelles remarquables. Les manuels scolaires s’efforcent d’apprendre aux enfants l’émerveillement devant les paysages familiers.

19. Le dithyrambe sur l’admirable beauté des sites est de rigueur dans la description des petites patries. L’esthétique de référence valorise les escarpements et les éléments liquides.

20. Le tourisme est longtemps salué comme le sauveur de la France rurale qui apporterait la prospérité économique en conservant les traditions locales. Le spectacle folklorique, construit à partir de traditions plus ou moins récentes, appropriées à la consommation externe, devient une attraction touristique majeure.

21. Rare et pittoresque au début du siècle, le tourisme des cimes apparaît dans les décennies suivantes comme appréciable facteur de développement des régions de montagne. Un manuel scolaire de 1941 souligne la nécessité d’accroître les séjours sportifs dans le Vercors.

22. Les notables locaux en expédition touristique font œuvre militante pour la promotion de leur petite patrie. Modernité de l’équipement technique et profession de foi régionaliste ne se contredisent nullement.

23. La célébration répétitive de la France rurale et traditionnelle contraste avec la faible représentation du monde industriel et de la modernité.

24. Les productions agricoles traditionnelles sont emblématiques d’une petite patrie, au même titre que les monuments historiques.

26. Dans l’Entre-deux-guerres, le folklore est valorisé comme patrimoine vivant. La collecte ethnographique et la mise en valeur des vieux usages sont désignées comme devoir patriotique.

Sources des illustrations

2116. Lordat. Gravure d’Adolphe Joanne, L’Ariège, Hachette. Coll. particulière.

2217. Un vieux Chouan. Carte postale.*

2318. Colonnes naturelles de Sachas. Gravure d’Adolphe Joanne, Les Hautes Alpes, Hachette. Coll. particulière.

2419a). Sisteron. Gravure d’Adolphe Joanne, Les Basses Alpes, Hachette. Coll. particulière.

2519b). Nantua. Gravure d’Adolphe Joanne, L’Ain, Hachette. Coll. particulière.

2620a). La Savoie touristique. Carte postale.*

2720b). La Bourrée. Carte postale.*

2821a). Le Club alpin. Carte postale.*

2921b). Le Cantal pittoresque. Carte postale.*

3022. Saint-Bertrand-de-Comminges. Carte postale.*

3123. Les Vosges illustrées, le laitier. Carte postale.**

3224. La traite des brebis près de Roquefort. Gravure d’Adolphe Joanne. L’Aveyron, Hachette. Coll. particulière.

3325. Le battage du blé. Carte postale.**

3426. Le musée basque. Carte postale.*

35* © Musée des Arts et Traditions populaires. Fonds Charles-Brun, cliché mnatp. Tous droits réservés.

36** Collection Mission du Patrimoine ethnologique. Tous droits réservés.

Table des illustrations

Légende 1. L’école de la République n’enseigne pas d’autre langue que le français. Mais l’éducation patriotique passe par l’amour du sol natal, la vénération du patrimoine ancestral et l’affection nostalgique pour le patois ou les accents du terroir.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende 2. La fabrication d’ethnotypes se fait par référence à des critères physiques ou à des traits psychologiques. Les habitants d’une petite patrie départementale ou régionale sont décrits comme race ou type spécifique. Les clichés posés illustrent les lieux communs du discours sur la Province.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende 3. Le bon type local est celui qui reproduit fidèlement une figure littéraire nationalement connue. Le pêcheur d’Islande est plus conforme à l’ethnotype que le marin ordinaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende 4. Le mouvement régionaliste s’épanouit sous la Troisième République. Les mises en scène folkloriques agrémentent fréquemment les fêtes urbaines et les cérémonies officielles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende 5. L’éthnotype régional le plus célèbre est celui du Méridional tonitruant et excessif. Il est fréquemment utilisé comme repoussoir pour construire les ethnotypes à valeur positive des autres régions.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Légende 6. A la différence du Méridional exubérant, l’Arlésienne est discrète et élégante. Fille des lettres et des arts, elle s’adonne en costume d’apparat aux cueillettes nobles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Légende 7. L’Alsacienne en costume devient après la Première Guerre mondiale allégorie de la France. L’Alsace est décrite comme une région française que tout, depuis son histoire la plus ancienne jusqu’à son climat, oppose à l’Allemagne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 633k
Légende 8. Le grand homme local est incarnation des « vertus de la race » et ornement des places publiques. Le héros d’un roman universellement connu est illustration exemplaire de sa petite patrie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Légende 9. Théodore Botrel a fait la célébrité de Paimpol en chantant son inexistante falaise. La petite patrie armoricaine rend hommage à celui qui a su faire connaître par-delà les frontières les stéréotypes sur la Bretagne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Légende 10. La gloire nationale et internationale des grands hommes rejaillit sur le sol qui les a enfantés. Leurs faits illustres et les vertus qui leur sont prêtées peuvent être utilisés pour caractériser leur pays natal et ses habitants.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Légende 11. Le grand homme contemporain est généralement un roturier qui s’est illustré dans les arts, les sciences ou la défense de la Patrie. Le grand homme historique est plutôt de sang noble ou royal.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Légende 12. La dénonciation de l’alcoolisme prend progressivement moins d’importance que les lamentations devant la désertification des campagnes et la baisse de la natalité. Les illustrations du comique paysan qui tournent en dérision des ruraux supposés arriérés et grossiers jouent encore avec la figure de l’ivrogne en blouse et sabots.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Légende 13. Le vin local est célébré comme le sang pur du terroir, l’élixir régénérateur de la race et sa consommation est présentée comme une nécessité hygiénique et patriotique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende 14. La délimitation administrative des appellations d’origine contrôlée, qui associe strictement un vin et un terroir, est établie en 1908. Un comité national des appellations d’origine est formé en 1935.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende 15. On suppose qu’il y a continuité entre les grands ancêtres qui. depuis la nuit des temps, ont laissé des vestiges de leur activité, et les populations actuelles. Le patrimoine local serait en t’ait un patrimoine familial.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Légende 16. L’histoire locale est écrite comme illustration exemplaire de l’Histoire nationale. Le patrimoine monumental apparaît comme preuve de la place éminente tenue par la petite patrie dans l’Histoire de France.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 887k
Légende 17. Si le type local est déterminé par l’esprit du lieu, les caractéristiques sont continues à travers les âges. Les paysans contemporains sont alors conservatoires vivants des époques révolues.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 817k
Légende 18. Société savantes et guides de voyage ont effectué l’inventaire des curiosités naturelles remarquables. Les manuels scolaires s’efforcent d’apprendre aux enfants l’émerveillement devant les paysages familiers.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Légende 19. Le dithyrambe sur l’admirable beauté des sites est de rigueur dans la description des petites patries. L’esthétique de référence valorise les escarpements et les éléments liquides.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende 20. Le tourisme est longtemps salué comme le sauveur de la France rurale qui apporterait la prospérité économique en conservant les traditions locales. Le spectacle folklorique, construit à partir de traditions plus ou moins récentes, appropriées à la consommation externe, devient une attraction touristique majeure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende 21. Rare et pittoresque au début du siècle, le tourisme des cimes apparaît dans les décennies suivantes comme appréciable facteur de développement des régions de montagne. Un manuel scolaire de 1941 souligne la nécessité d’accroître les séjours sportifs dans le Vercors.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende 22. Les notables locaux en expédition touristique font œuvre militante pour la promotion de leur petite patrie. Modernité de l’équipement technique et profession de foi régionaliste ne se contredisent nullement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Légende 23. La célébration répétitive de la France rurale et traditionnelle contraste avec la faible représentation du monde industriel et de la modernité.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 799k
Légende 24. Les productions agricoles traditionnelles sont emblématiques d’une petite patrie, au même titre que les monuments historiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 922k
Légende 25.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 950k
Légende 26. Dans l’Entre-deux-guerres, le folklore est valorisé comme patrimoine vivant. La collecte ethnographique et la mise en valeur des vieux usages sont désignées comme devoir patriotique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2491/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 468k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search