Version classiqueVersion mobile

Ils apprenaient la France

 | 
Anne-Marie Thiesse

6. Le tourisme sauveur de la France

Texte intégral

1Le copieux manuel consacré à la Haute-Provence (Eisenmenger et Cauvin 1914), publié juste avant la Première Guerre mondiale consacre un chapitre fourni à l’avenir de la région, partant d’un constat pessimiste sur sa désertification déjà avancée. Les solutions proposées visent clairement à reconstituer un état précédent, supposé idéal :

L’Avenir de la Haute-Provence
Sommaire du chapitre :
Le présent est peu brillant. Les progrès de l’agriculture sont insuffisants, l’industrie n’existe plus, la montagne se dégrade et les habitants désertent le pays. L’avenir serait pourtant riant si la population savait tirer un meilleur parti des ressources du pays. (...) Ces transformations assureraient le bien-être à la population. Celle-ci ne tarderait pas à devenir plus nombreuse et resterait fidèlement attachée à la terre natale. (Eisenmenger et Cauvin 1914 : 220-221.)

2Le corps du chapitre fait sentir un vif engouement des auteurs du manuel pour la construction d’équipements hydro-électriques : ils imaginent avec enthousiasme des barrages sur tous les cours d’eau et des galeries souterraines, mais la destination de tous ces kilowatts laisse songeur. L’hydro-électricité créera l’industrie, disent-ils, mais ils n’envisagent pas d’autre industrie que l’artisanat à domicile, qu’on ne savait pas si gourmand en énergie :

L’industrie familiale pourrait s’établir dans la Haute-Provence : la force distribuée à domicile permettrait d’utiliser les bois indigènes ou étrangers, d’établir des coutelleries, de travailler l’os, l’ivoire, etc., ainsi qu’on le voit dans le Jura. Cette industrie répondrait à l’esprit et au goût de la population. En attendant, il serait facile de réaliser sans grands frais et sans l’intervention de l’État un certain nombre d’améliorations, de créer des oseraies dans les iscles, d’employer les loisirs de l’hiver à la confection de paniers en osier, de développer l’industrie de la dentelle qu’une heureuse initiative a fait naître à Sisteron ou encore d’utiliser le buis des montagnes comme on le fait à Moustiers. (Eisenmenger et Cauvin 1914 : 232.)

3La solution d’avenir industrielle proposée réside dans la reprise d’un modèle suisse lui-même déjà en grand déclin. Mais le modèle suisse inspire aussi un autre projet pour le futur : le tourisme.

La création du chemin de fer Grenoble-Côte d’Azur à voie large et pour trains rapides permettrait de faire connaître les Alpes de Provence au grand public hivernant sur la Riviera. La Haute-Provence est encore ignorée et pourtant peu de régions possèdent un ensemble aussi complet de tout ce qui peut séduire les voyageurs : variété infinie des sites tour à tour imposants et sévères, calmes et gracieux, gorges fantastiques, panoramas grandioses, torrents, lacs et cascades, et surtout un climat d’une luminosité incomparable. A cette région déjà pénétrée par un certain nombre de grandes voies touristiques, il manque un aménagement rationnel des hôtels, des villages et des stations thermales. Il ne faut pas oublier que les étrangers laissent annuellement en France une somme égale au revenu des valeurs mobilières : plus d’un milliard en 1912. De cette somme, la Haute-Provence mériterait d’avoir une plus large part.
Le tourisme peut rapporter à la région des bénéfices incalculables. Il entraîne non seulement une circulation plus grande de l’argent, mais encore l’utilisation des ressources, la création de grandes voies nouvelles, la transformation des habitudes, l’amélioration des hôtels, la canalisation des eaux de consommation, le développement de l’hygiène. (Eisenmenger et Cauvin 1914 : 233-235.)

4Les bénéfices escomptés ne sont pas seulement monétaires : le tourisme amènerait, selon la formule helvétique « propre en ordre », une meilleure hygiène locale. Il serait justifié par la beauté des sites, ce qui entraîne la reprise du dithyrambe émerveillé sur la petite patrie, et ne devrait son retard qu’à l’insuffisance d’équipements corrects. La fin du chapitre consacré à l’avenir de la Haute-Provence reprend ce thème de l’hygiène, physique et morale, qui doit transformer le pays et lui attacher ses habitants :

Donner à la population plus de bien-être en lui fournissant le moyen de l’acquérir par le travail, lui inspirer le souci de l’hygiène, le désir d’embellir le milieu dans lequel elle vit, doit être la préoccupation constante de tous ceux qui s’intéressent à l’avenir de la Haute-Provence. C’est là le seul moyen d’attacher au sol une population qui l’abandonne, de lui faire aimer la petite patrie tout en lui permettant de travailler plus utilement encore à la prospérité de la grande. (Eisenmenger et Cauvin 1914 : 235.)

5La présentation des bienfaits du tourisme s’accompagne souvent d’un appel au militantisme actif des populations pour cette grande cause. Un manuel de géographie du Nord (Pilant 1933) signale que la région est certes dépourvue de sites naturels attractifs, mais qu’elle peut attirer les amateurs de vieilles pierres et qu’elle bénéficie en tout cas du tourisme « mortuaire » consécutif aux boucheries de la Grande Guerre :

Les souvenirs historiques fourmillent dans notre région. N’est-elle pas la terre des Communes du Moyen-Age ? (...) Enfin les lieux où luttèrent nos soldats, unis à ceux de Belgique, de Grande-Bretagne, des Dominions, sont devenus lieux de pèlerinage, parcourus chaque année par des milliers de personnes (Arras et ses environs, N.D. de Lorette).
Il est inutile de souligner l’importance du tourisme et quel élément de prospérité il constitue pour les cités où il est florissant. Mais pour faire connaître les richesses touristiques de notre région, une propagande est nécessaire. C’est aux intéressés (compagnies de chemin de fer et de navigation, syndicats de commerçants, syndicats d’initiative surtout) à l’entreprendre. (Pilant 1933 : 120.)

Les videnda régionaux

6Les manuels de géographie de l’Entre-deux-guerres consacrent systématiquement un développement au tourisme et à ses bienfaits pour les populations locales. Le manuel d’Élie Reynier donne une appréciation on ne peut plus positive du tourisme en Ardèche, déplorant seulement l’insuffisance de structures appropriées :

  • 1 Une note infrapaginale indique que c’est le Syndicat d’initiative qui a fourni plusieurs photograp (...)

Le tourisme, quoiqu’insuffisamment aménagé encore, apporte une activité et des profits appréciables : le Vivarais, sans avoir de glaciers, de pics élevés, de paysages grandioses, est extrêmement varié : grottes et cagnons (sic) calcaires du Chassezac et de l’Ardèche, gorges profondes du Haut- Vivarais et du Tanargue, cratères et coulées basaltiques de la Cévenne, sucs volcaniques du plateau. Le Syndicat d’Initiative du Vivarais à Vals1, les syndicats locaux (Sainte-Agrève, Lalouvesc, les Vans, Vernoux), attirent un nombre toujours plus grand de visiteurs, et les séjours d’été dans la montagne se multiplient. (Reynier s.d. : 22.)

7L’exercice proposé ensuite aux écoliers leur demande de « tracer un voyage pittoresque dans le département, d’un jour, de plusieurs jours, en partant d’un centre déterminé ». Beaucoup de manuels de l’Entre-deux-guerres incitent les écoliers à recenser les videnda régionaux, sites pittoresques ou monuments « à voir ». Par conséquent les élèves doivent s’initier à la rédaction de brochures pour syndicats d’initiative.

8Il est fréquemment demandé aux écoliers de faire le récit d’une promenade scolaire, ou la description d’un panorama à partir d’un point de vue. Pour guider ce travail rédactionnel, des modèles leur sont fournis. L’ouvrage consacré en 1935 à la Haute-Savoie expose bien sûr longuement aux écoliers la richesse touristique du département, les bienfaits qui en découlent et la nécessité d’améliorer encore l’équipement d’accueil de la région. Mais le livre offre aussi une série de « lectures », textes paradigmatiques de l’écriture sur la région. Ils sont rédigés pour la plupart à la première personne du pluriel, donnés sans noms d’auteurs ni indications de provenance, mais leur style laisse à penser qu’il s’agit de récits de promenades faits par de grands élèves, probablement des normaliens, et retravaillés par les auteurs du manuel :

Du haut du Salève
(...) Nous grimpons un sentier abrupt à même la falaise de calcaire jaune, friable, traître au pas et qui fit du Salève une alpe plus homicide que bien d’autres plus élevées. (...) Nous voici dans les prés. (...) Quel admirable belvédère ! A droite toute la plaine du Léman jusqu’aux crêtes du Vuache et du Jura. (...) A gauche, les Bornes aux mamelons semblabes à des taupinières. (...) On arrive à Cruseilles, tout étonné, car cette montagne étrange, pareille à nulle autre, finit alors qu’on s’y attend le moins. (Rosset 1935 : 142-143.)

9Le texte suivant, « Le Chablais vu du Léman », retrace une excursion en bateau de promenade et permet d’énumérer la liste des vues à ne pas manquer, des commentaires indispensables et des métaphores appropriées :

Retournons. Dans le couchant, le lac semble d’or fondu. Les côtes se piquent de points lumineux. Une à une les cimes s’éteignent et longtemps la Dent d’Oche veille, fanal obstiné sur son chaos de rocs et d’éboulis. (Ibid. : 144.)

10La lecture retraçant « L’ascension du Mont-Blanc » est l’occasion pour les écoliers d’apprendre que le parcours des sommets part de refuges précis et s’accompagne d’une réflexion métaphysique sur les effrayants infinis ainsi que de considérations toutes kantiennes sur le sublime :

On accède généralement au Mont-Blanc par la cabane des Grands Mulets ou par la cabane de l’Aiguille du Goûter. (...) On part avant le jour de l’un ou de l’autre refuge... A la lumière d’une lanterne portée par le guide, la caravane lentement enfonce les pointes de ses crampons dans la neige dure. (...) Puis le ciel pâlit et les montagnes apparaissent tels des monstres ténébreux sur les glaciers livides. Le cœur bat dans la poitrine, le corps se penche sur la pente raide, les oreilles bourdonnent et l’on avance sans parler car on est engagé dans la lutte où doit vaincre celui qui est fort et volontaire. (...) Du sommet (...) le regard se perd sur un océan pétrifié de montagnes dont les vagues démesurées se perdent à l’infini... (...) Le vent mord les visages sous la laine du bonnet rabattu. (...) On a l’impression qu’un souffle vous emporterait comme fétu dans l’espace, par-delà ces pointements noirs ou blancs qui sont tous des monts de trois ou quatre mille mètres.
Solitude effroyable et sublime que les bruits de la vallée n’atteignent pas et que les brumes assiègent par vagues furieuses à moins que, dans les beaux jours, une lumière souveraine ne la transforme en une écharpe de cristal, jetée dans le lac serein de l’espace. (Rosset 1935 : 145.)

11Quant à l’évocation du lac d’Annecy, par-delà les lourdeurs d’un style « primaire » marqué qui file et refile la métaphore éculée des reflets-pierres précieuses, elle montre comment tisser le réseau des « marqueurs » de la petite patrie : paysage varié dans son unité, vignoble, référence Scandinave pour un paysage de la France du Sud, allusions aux hommes illustres, points de vue, vieilles pierres et renvois aux profondeurs de l’histoire.

Le lac d’Annecy semble perpétuellement paré pour une cérémonie princière. (...)
Le couchant le constelle de rubis. Il est tantôt d’émeraude et tantôt de saphir.

12Le soir, lorsque les hôtels du rivage le ponctuent de leurs feux, il paraît serti de topazes, d’améthystes et de grenats. (...)
A l’arrière-saison, les pampres de Chavoires le festonnent de feuilles et de grappes dorées.
Dans les journées d’hiver, toutes ouatées de neige, ses eaux glauques ont le calme, l’impassible splendeur des fiords norvégiens. (...)
Les poètes et les écrivains, Taine et Theuriet l’ont chanté.
Mais le lac garde un secret.
Il faut, pour le déceler, monter à la Puya par un de ces soirs d’automne dont la mélancolie évoque invinciblement les passés révolus.
Parmi les châtaigniers et les chênes noueux dont les feuilles roussies font déjà sur le sol un tapis léger, voyez la lune, à son lever, éclairer un à un les créneaux démantelés du Parmelan et ce qui reste du donjon en ruines de la Tournette. Les contours indécis du lac se précisent peu à peu, et, entre deux troncs tordus, à travers les branches menues et demi-dépouillées, vous ne sauriez manquer d’apercevoir, pour peu que vous y prêtiez attention, la barque fugitive de la druidesse Vélléda, glissant silencieusement sur les flots sereins.
Le lac d’Annecy est notre vieux lac gaulois. (Rosset 1935 : 146.)

13Les textes de ce genre fournissent donc un ensemble complet et élaboré de thèmes et d’expressions pour la composition française, mais plus encore sans doute pour la rédaction de brochures touristiques. Le manuel Petite géographie et histoire du département de la Drôme publié en 1941 donne aux écoliers les exercices suivants :

Visite en groupe (ou visite individuelle) au Syndicat d’initiative local où tous renseignements seront aimablement fournis.
Rédaction : Rédigez et illustrez un projet de prospectus touristique pour votre localité. (Méjean 1941a : 31.)

14Ces exercices s’appliquent au chapitre « Tourisme et villégiature » où il est expliqué, en toute occultation du grand déplacement de population de 1940 et de la situation pour le moins particulière de 1941, que :

Le tourisme et la villégiature constituent depuis quelques années un élément de la prospérité économique d’un pays. Le passage et le séjour prolongé d’étrangers ou d’habitants d’autres régions se traduisent par un apport d’argent dans le département, par un gain supplémentaire, non seulement pour les hôteliers et commerçants et les services de transport, mais encore pour les agriculteurs qui, indirectement, nourrissent les visiteurs. (Méjean 1941a : 30.)

15Et le manuel de recenser les monuments historiques, les sites, et les ressources climatiques permettant séjours estivaux et hivernaux. Le développement du ski dans le Vercors est noté avec satisfaction et la partie Géographie de l’ouvrage s’ouvre d’ailleurs par un cliché photographique sur les sports d’hiver. Cela dans le temps où la Drôme en général, le Vercors en particulier, commencent à attirer une population engagée dans d’autres luttes que le développement du tourisme ! L’auteur de la Géographie drômoise publie la même année un manuel consacré aux Basses-Alpes, Petite géographie et histoire du département des Basses-Alpes, où il insiste également sur les bienfaits du tourisme et les nécessités de le développer. Une « lecture à commenter » en clôture du chapitre fournit les éléments d’une brochure touristique sur le canon du Verdon :

Les sites grandioses du Verdon ne commencent qu’en aval du pont de Soleil, deux kilomètres après avoir quitté la route de Castellane à Draguignan. Le lit de la rivière se resserre tout à coup entre ses deux rives surélevées et forme une gorge pittoresque que suit la route menant à Rougon et à Moustiers Sainte-Marie. Plus loin vers l’aval le grand canon faufile sa faille formidable et tragique entre les murailles de roc à pic dépassant parfois 500 à 600 mètres. Parmi les rocs polis par le courant, les blocs énormes où l’écume se heurte et bondit rageusement, l’eau glauque se rue avec des luisances d’acier, des reflets d’émeraude et d’aigue-marine. Du haut de la route de la Palud, le long des crêtes qui suivent les sinuosités du fantastique couloir, c’est le vertige. En bas, si l’on a osé se risquer à dévaler le précipice, parmi les anfractuosités, en s’accrochant aux racines et aux buissons, c’est l’écrasement.
Le grand canon du Verdon est une incomparable merveille, beaucoup plus grandiose et plus extraordinaire que les gorges du Tarn. (Méjean 1941b : 40.)

16Rien ne manque des éléments à mentionner : le parcours, les points de vue, les chiffres à citer, les incontournables métaphores joaillères, l’effroi du spectateur, et même la publicité comparative à propos des rivales gorges du Tarn...

17Un ouvrage de la même collection, publié en 1942 (Plandé 1942), célèbre lui aussi les attraits de son département, l’Aude, et les possibilités de tourisme archéologique, balnéaire et thermal. Les écoliers du Centre et du Sud-Ouest sont au même moment incités à dresser la liste des curiosités touristiques de leur région (Audrin, Moreau et Timbal 1941) tandis que les élèves de Haute-Loire apprennent qu’à défaut « d’aspects aussi prestigieux que la mer, la haute montagne ou les glaciers », leur département offre des panoramas grandioses, des châteaux en nids d’aigle, ainsi qu’un chef-lieu doté d’un site volcanique exceptionnel et d’une protection mariale non moins réputée. (Anonyme s.d.b, Mon département, la Haute-Loire : 32.) Entre autres exercices, il est prescrit aux enfants de « tracer le parcours d’une excursion intéressante dans (leur) commune. Que permet-elle de voir ? » (Ibid. : 59.) Ces développements touristiques sont bien évidemment parfaitement inadaptés à la situation de l’Occupation. Leur présence indique en fait que les chapitres consacrés à la question étaient devenus d’usage dans tous les manuels de la période antérieure.

  • 2 Pour une présentation des publications du Touring Club, cf. Catherine Bertho Lavenir (Bertho La ve (...)

Le recensement des monuments historiques, des sites, des hommes illustres et des ressources gastronomiques et bachiques, que les écoliers étaient appelés à lire et à compléter, prend dans l’Entre-deux-guerres une fonction nouvelle. L’initiation des enfants à l’amour de la petite patrie se double désormais d’un apprentissage du discours à usage extérieur sur le pays. Les Lectures géographiques (Ozouf et Ozouf 1936), « ouvrage destiné à compléter tous les manuels de Géographie de la France » offrent aux maîtres une riche anthologie de textes consacrés aux différentes régions vidaliennes : outre des extraits de romans régionalistes contemporains et de grandes monographies géographiques, on y trouve des articles empruntés à des publications du Touring Club2. Il n’est pas étonnant que les auteurs de manuels remercient les syndicats d’initiative locaux pour avoir fourni l’illustration photographique : à l’admiration des autochtones et des touristes sont proposés les mêmes éléments, selon les mêmes perspectives. Les monuments historiques se voient généralement en contre-plongée - du haut de ces pierres, les siècles vous contemplent -, tandis que la nature apparaît essentiellement par des paysages « liquides » bordés d’arbres : cascades, cours d’eaux, lacs encadrés de rocs, selon une esthétique picturale des années 1850 largement vulgarisée au xxe siècle. L’initiation à la mise en valeur touristique de la région, toutefois, n’est pas la seule explication d’un élément qui tient dans les manuels de l’Entre-deux-guerres une place éminente : le folklore.

Notes

1 Une note infrapaginale indique que c’est le Syndicat d’initiative qui a fourni plusieurs photographies illustrant le chapitre.

2 Pour une présentation des publications du Touring Club, cf. Catherine Bertho Lavenir (Bertho La venir 1996).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search