Version classiqueVersion mobile

Ils apprenaient la France

 | 
Anne-Marie Thiesse

5. Notre Terre parmi les Ères jusqu’au désert annoncé

Texte intégral

1L’ascension d’un monument historique opportunément rénové par les édiles municipaux permettrait donc d’embrasser du regard l’histoire locale, résumé idéal, vivant et spectaculaire (« belle épopée française des temps héroïques ») de l’histoire nationale. Le principe du panorama est à dire vrai peu développé en matière d’histoire, et il est apparemment calqué ici sur les chapitres d’ouverture des premiers manuels de géographie.

2La découverte d’un paysage à partir d’un escarpement fait partie, depuis la première moitié du xixe siècle au moins, du mode d’approche en usage dans les guides de voyage et adopté par les « vues » peintes ou gravées. Il n’est donc guère étonnant que les plus anciens manuels de géographie de la Troisième République utilisent le procédé du panorama, sous forme de causerie-promenade, pour introduire la description du département.

Figurez-vous, mes amis, que vous êtes avec moi sur l’un des sommets les plus élevés de la chaîne des Vosges, sur le Ballon d’Alsace ou de Saint- Maurice, à 1 244 mètres au-dessus du niveau de la mer. Regardons au midi : nous apercevons d’abord le col de Valdieu et l’importante place forte de Belfort destinée à défendre ce passage ; plus loin les montagnes du Jura, et bien au-delà, en Suisse, plusieurs sommets des Alpes bernoises (...), à l’est, cette belle plaine arrosée par le Rhin que vous voyez d’ici comme un long ruban d’étoffe blanche et brillante, c’est l’Alsace, cette chère et malheureuse Alsace que la guerre de 1870-1871 nous a fait perdre. Au nord s’étend la dorsale des Vosges qui est la nouvelle limite entre la France et l’Allemagne ; nous allons la suivre. (Caumont 1877 : 193.)

3Le cours de géographie commence alors comme parcours de la ligne de crête et se poursuit en un inventaire fastidieux des éléments caractéristiques du département : cours d’eau, divisions administratives du département et ressources économiques, climat, etc. La géographie du département est encore l’association d’un guide de voyage et d’un texte analogue à ceux des annuaires statistiques des décennies antérieures :

Charmes (3 026 habitants), après avoir été la possession des comtes de Toul, passa sous la domination des ducs de Lorraine en 1285 ; cette ville fut plusieurs fois saccagée pendant nos guerres du xve et du xviie : pont de douze arches construit sur la Moselle au temps du duc Léopold ; hôpital ; fabriques de plâtre, fours à chaux, brasserie. Bettoncourt, ancienne seigneurie, château et parc. Chamagne, ancienne seigneurie ; maison où est né le célèbre paysagiste Claude Gellée. Porson (1 480 habitants), verrerie importante et siège de la communauté des sœurs-institutrices de la Providence. (Caumont 1877 : 211.)

  • 1 Comme le note l’Inspecteur d’Académie A. Ferrand en préface à l’ouvrage de G. Lavoille, Notice géo (...)

4Les événements historiques, dans ces premiers manuels, sont mêlés aux descriptions géographiques, selon une logique de l’annuaire statistique qui fait suivre l’énumération des voies de communication par la série des hommes remarquables. Cependant, dès les premières décennies du xixe siècle, l’enseignement de la géographie se modifie sensiblement et prend un tour nettement plus savant. Géologie et géographie humaine, avec leur vocabulaire spécifique, viennent étoffer la géographie physique, elle-même beaucoup plus érudite. Les savoirs universitaires en matière de géologie sont partiellement transférés sur les manuels primaires, pour le plus grand plaisir peut-être de quelques enseignants, mais non sans difficultés pour les écoliers confrontés brutalement aux terrains dévoniens ou permiens et aux trilobites en tous genres1.

La petite patrie anadyomène

5Géographie et histoire sont désormais distinguées, la première précédant souvent, dans le même manuel, la seconde selon le principe de la détermination des possibles historiques par les données matérielles. Toutefois, comme le souligne expressément la phrase en exergue du manuel consacré à la Haute-Provence, en 1914 : « La Géographie n’est pas un inventaire, elle est une histoire. » (Jean Brunhes.)

6La géographie, de fait, se donne alors comme une histoire, depuis les origines de la Terre jusqu’à l’époque contemporaine et cette histoire s’ouvre sur des perspectives d’avenir (développements possibles des ressources locales). La débauche d’érudition des premiers manuels « scientifiques » fait place dans l’Entre-deux-guerres à une évaluation plus raisonnable des capacités d’acquisition des écoliers. En outre, l’exposé des origines prend une place nettement plus réduite que l’étude des réalités contemporaines. Mais les manuels qui maintiennent un long exposé géologique l’écrivent comme le récit de vie d’un être organique :

Une vieille histoire
Le Savoyard croit ses montagnes éternelles. Celui qui revient au pays à la fin de sa vie les retrouve telles que les ont contemplées il y a vingt siècles les antiques Allobroges. Leur aspect n’a-t-il donc jamais changé ? Ne le croyez pas. Les montagnes naissent, vivent et meurent comme les hommes. Mais leur histoire est beaucoup plus longue. (...)
Ère primaire. (...) La croûte terrestre s’est ridée comme la pelure d’une vieille pomme. L’une d’elles a formé un bourrrelet montagneux sur l’emplacement du Mont-Blanc actuel. (...)
Ère secondaire. Arrive l’Ère Secondaire. Des trombes d’eau s’abattent. La Chaîne du Mont-Blanc s’use, s’aplanit, se transforme en un plateau semblable au plateau des Ardennes. (...) Ces deux premières périodes sont pleines de mystère. Que de jours ont passé sur ces étranges paysages qu’aucun œil humain n’a vus !
Ère tertiaire. L’histoire de notre pays, durant l’Ère Tertiaire, est plus extraordinaire encore. (...) (Suit un long exposé pédagogique sur le plissement des sédiments).
Ère quaternaire. (...) Puis vinrent des périodes de grand froid. (...) A quatre reprises, les glaciers sont descendus dans la plaine en suivant les vallées. Le glacier du Rhône a cheminé jusqu’à Lyon. Ces reptiles monstrueux et étincelants portaient sur leur dos des quantités colossales de débris rocheux arrachés aux versants des vallées. (...) Au moment de l’avant-dernière avancée des glaciers se place le plus grand événement de cette longue histoire. L’homme apparaît. Les premiers hommes qui ont vécu dans notre pays ont habité les pentes des montagnes. (...)
Une aube nouvelle se levait sur la terre. (Rosset 1935 : 10-12.)

7De la même manière que le récit préhistorique place chaque petite patrie au cœur de l’humanité naissante, l’exposé géologique la met au centre des phénomènes constitutifs de l’écorce terrestre. La petite patrie vosgienne est la première terre à sortir des ondes, dans le fracas des fureurs d’Hadès :

L’origine de la terre lorraine est très reculée dans l’histoire géologique de la terre. Le plateau lorrain résulte de deux formidables convulsions qui ébranlèrent l’écorce terrestre. Aucune terre n’émergeait encore en Europe lorsque la première de ces convulsions fit sortir des eaux les Vosges. Ce soulèvement fut suivi ensuite d’un affaissement lent et tout disparut dans la mer. Longtemps après, les terres immergées émergèrent à nouveau, mais lentement et longuement. En se retirant, la mer déposa des couches épaisses de matériaux divers, des sédiments, grès, marnes et argiles, calcaires en les superposant sur les flancs de la crête principale, formée, elle, de granit et de schistes. Ces dépôts constituent le plateau lorrain. (Thiéry 1929 : 6.)

8La formation de la terre nourricière de la petite patrie peut même être présentée comme élément fondateur d’un fécondant printemps géologique, par une nature anthropomorphisée, et pourvue d’une toponymie :

Quand le Rhin se fut frayé un passage près de Bingen, les glaciers et les neiges disparurent. Une plaine fertile se forma peu à peu. Les cimes des Vosges se couvrirent de forêts vertes et envoyèrent de belles rivières dans la plaine, se réunissant d’abord dans le lit de l’Ill qui se jeta à son tour dans le Rhin. Ce superbe affluent du Rhin a donné à l’Alsace son nom et sa fertilité. (Anonyme s.d.a, Petite histoire d’Alsace et de Strasbourg.)

L’injonction monographique

9Le recours aux termes caractéristiques de la géographie vidalienne est systématique dans les manuels des années 1920-1930, mais dans des acceptions variables. Les manuels donnant en référence dans leur titre un nom de département appellent généralement « régions naturelles » ce que les manuels donnant en référence dans leur titre une région appellent « pays ». Ainsi, le manuel d’Élie Reynier sur l’Ardèche désigne-t-il comme « régions naturelles » : « la Montagne, le Haut-Vivarais, la Cévenne, le Bas-Vivarais, le Coiron et la Région rhodanienne. » Le manuel de J.M. Rousset sur « le Rhône et la Région lyonnaise » passe en revue les « Pays géographiques de la Région lyonnaise » : « le Beaujolais, le Mâconnais, le Massif de Tarare, le Charollais et le Brionnais, le Lyonnais, le Mont d’Or, le Massif du Pilat, le Pays Noir, les Pays du Dauphiné, le Bugey, la Plaine de la Dombes, la Bresse. »

  • 2 Les illustrations photographiques apparaissent dans les manuels en fait dès avant la Première Guer (...)

10Les manuels postérieurs à la Première Guerre mondiale font preuve d’un souci de scientificité et de pédagogie : mise en place d’un vocabulaire spécifique, présentation de nombreuses données chiffrées, apprentissage de la lecture de cartes, présentation de croquis, documents et clichés photographiques2. Les listes d’exercices proposés aux écoliers préparent à l’observation ainsi qu’à la collecte d’informations et de matériaux. Dans ce cadre est réutilisé le principe du panorama comme but privilégié de l’excursion scolaire. Les écoliers du Nord doivent ainsi « monter sur un tertre ou sur un édifice dominant le pays. Observer et noter ce que l’on voit. Le décrire, oralement ou par écrit ». (Blanchard et Saint-Léger 1948.)

11Les bibliographies des ouvrages ne manquent pas de renvoyer à Vidal de la Blache, aux grandes monographies universitaires et aux travaux des sociétés savantes locales. Mais ces références coexistent avec des ouvrages beaucoup plus anciens et scientifiquement dépassés ou bien des récits de voyage documentés, comme la série rédigée par Ardouin-Dumazet. Certains manuels donnent même des extraits de ces publications, destinés à fournir des exercices de dictée ou de lecture.

12L’enseignement de la géographie locale est donc en fait placé sous le double signe de l’apprentissage du raisonnement et de l’initiation à l’observation, censés rendre la géographie aussi vivante que l’histoire. Certains manuels édités dans les années 1920-1930 se présentent même comme de grands cahiers avec des rubriques pré-imprimées, que les élèves doivent compléter. L’Inspecteur de l’Enseignement primaire Coisy, co-auteur avec l’instituteur Lapique du Département de l’Eure (Coisy et Lapique, s.d.) précise dans son introduction que le dispositif adopté, prévoyant de larges espaces destinés à être complétés par les élèves, est en fait une incitation à l’écriture de monographies locales par les enseignants et leur classe :

Le maître doit faire sans cesse appel à l’esprit d’observation de l’élève, afin de stimuler son intelligence, de faciliter l’acquisition et la conservation de ce qu’il n’est pas permis d’ignorer. Ainsi, dès le cours élémentaire, une place plus large qu’autrefois doit être accordée à l’examen très simplement raisonné et commenté des faits géographiques locaux, puis régionaux : c’est du Village même que l’on doit partir à la conquête des notions fondamentales, des éléments, du b.a. ba de la géographie. Au cours supérieur et en fin d’études primaires, on étudie, de façon précise, déjà scientifique, les faits observés soit en promenade, soit sur des gravures ou des cartes bien établies (d’état-major, par exemple). Ces travaux entrepris afin de bien voir, donc de bien comprendre et connaître le cadre où l’on habite, peuvent être menés jusque dans les cours complémentaires, en travail d’équipe, au cours de séances d’activités dirigées. Pourquoi ne pas caresser le projet d’une belle collection de monographies locales, issues de l’enthousiaste collaboration de tous les enfants et de tous les maîtres de chaque département ?

13Dans ce manuel normand, de nombreuses pages en « écriture guidée » doivent être complétées avec les éléments collectés par la classe concernant la toponymie, les ressources locales, les activités agricoles et industrielles, cependant que des espaces sont réservés pour l’iconographie (photos, croquis, dessins ou cartes). L’amour de la petite patrie n’est pas délaissé au profit de la seule démarche scientifique puisque le manuel se clôt par les paroles de J’irai revoir ma Normandie et la photographie on ne peut plus emblématique d’une coquette chaumière derrière des pommiers en fleurs.

  • 3 Audrin (E.), Moreau (Ch.), Timbal (L.), Cahier complémentaire de géographie et d’histoire. Ma comm (...)
  • 4 Ce manuel est le seul à notre connaissance à prendre en considération une division administrative (...)

14Ce même procédé est repris dans le Cahier complémentaire de géographie et d’histoire3, publié en 1941, qui énonce le système de construction de l’espace par emboîtements successifs sur le même mode lancinant que les comptines enfantines : « Ma commune, ma commune dans son canton, mon canton dans son arrondissement, mon arrondissement dans son département, mon département dans sa ou ses régions naturelles, mon département dans son gouvernement4, mon gouvernement et les grandes régions naturelles de la France, mon gouvernement dans la France. » Le volume se compose de pages quadrillées où sont données des informations aux écoliers et posées des questions auxquelles ils doivent répondre dans l’espace laissé libre. Le questionnaire est particulièrement copieux et porte sur la composition de la population, les « vieux usages, vieilles coutumes », les costumes, les coiffes, les recettes locales, les vieilles légendes et vieilles chansons et même « le patois de ma commune » (une question précise : « s’il existe une frontière linguistique, tracez la »). Les questions sur les activités locales s’ouvrent tout bonnement par la rubrique « le domaine de mon père », qui suppose une population locale tout entière composée de (petits) propriétaires...

15La conception du manuel/cahier a été abondamment utilisée dans la collection de « Notices géographiques et historiques illustrées » dirigée par les universitaires Raoul Blanchard et Daniel Faucher dans l’Entre-deux-guerres. Les deux mêmes auteurs l’explicitent après la Libération dans leur Cahier de géographie locale (Blanchard et Faucher 1948) :

Les petites recherches auxquelles nous convions maîtres, élèves et parents eux-mêmes doivent aboutir à une rédaction qui constituera une sorte de monographie géographique de la commune et de la petite région à laquelle elle appartient. (...) Dès 1923, nous marquions l’intérêt spécial qui pouvait s’attacher à l’observation du milieu local : « Dites-vous bien, faisions-nous remarquer aux élèves, que la géographie n’est pas seulement dans le manuel qui porte ce nom. Vous avez sous les yeux des faits géographiques. Votre maison, votre rue, votre village, votre ville, la vie de vos parents sont des faits géographiques. »

16De même que l’histoire locale est donnée comme résumé vivant et quasi familial de l’histoire nationale, de même la géographie locale est présentée comme illustration vivante et familière de la géographie nationale. Mais la démarche, là encore, n’a pas pour seul but explicite une pédagogie de l’observation et du raisonnement qui « exercera sa vertu propre dans la formation intellectuelle de l’enfant ». La sempiternelle antienne de l’amour du sol natal que la connaissance doit fortifier résonne jusque dans les débuts de la Quatrième République :

  • 5 Ce Cahier de géographie locale, au terme d’un long questionnaire que doivent remplir les écoliers, (...)

En ce qui concerne le milieu rural, à l’étude duquel ce cahier veut donner une base solide, nous avons l’espoir que lorsque l’élève le connaîtra mieux, il l’aimera davantage. L’horizon familier ne lui paraîtra plus un horizon borné. Les choses qui l’entourent deviendront capables de parler à son intelligence et à son imagination, comme un reflet de celles qui sont éparses dans le monde. Il y prendra un sens nouveau des liens qui l’unissent à sa terre natale et à ceux qui l’y ont précédé. Par delà cette terre étroite, il n’oubliera pas la France, certes, mais il donnera au nom de sa patrie, comme au nom du petit « pays » auquel il se rattache, la profondeur émouvante de leur vraie signification5.

17Les Inspecteurs généraux de l’Instruction publique Cressot et Troux reprennent le thème dans une publication de la même période, destinée aux maîtres d’école, La géographie et l’histoire locales (Cressot et Troux 1946). L’ouvrage, destiné aux enseignants doit les guider dans l’étude du milieu et la rédaction de monographies. La préface reprend avec une remarquable fidélité tous les arguments déployés depuis les débuts de la Troisième République pour convaincre les instituteurs de s’adonner aux études locales, mêlés aux références plus modernes à la « pédagogie active » : il faut que l’instituteur connaisse le milieu où il vit, qu’il s’y attache assez pour faire partager son amour aux enfants et endiguer l’exode rural. Et ce travail lui permettra, fût-ce à un niveau modeste, de participer à la communauté des savants :

Souhaitons que chaque région compte bientôt une pléiade de chercheurs unis par une émulation cordiale, dans une collaboration féconde. Souhaitons que ces recherches leur procurent, au-delà et au-dessus d’une satisfaction de culture personnelle, un moyen de vivifier leur enseignement, d’attacher leurs élèves au sol natal, de s’attacher eux-mêmes à ce sol et à ses habitants, de participer à la fois à la science du savant et à celle du praticien, de réaliser enfin leur destinée d’homme et d’éducateur, qui est de connaître et d’aimer pour servir.

La France rurale et le triangle des Bermudes

18La perpétuation, à travers les décennies et les modes pédagogiques, du même discours sur le nécessaire amour de la petite patrie témoigne sans conteste d’une remarquable homogénéité idéologique, par-delà leurs divergences politiques, des enseignants de la Troisième République. Ils ont été à l’évidence tout imprégnés d’une conception de l’identité nationale qui fonde l’appartenance à la communauté nationale sur l’ancrage dans des communautés territoriales originelles, égales en droits ou en beautés et tenues pour équivalentes. Mais cette représentation de la Nation, parce qu’elle repose implicitement sur la mythique harmonie d’une non moins mythique France rurale, est inapte à rendre compte du changement et de la mobilité, sociale ou géographique. De là le traitement pour le moins parcimonieux et souvent péjoratif réservé au monde industriel et urbain, de là surtout l’obsession constante dans les manuels scolaires de l’exode rural, énoncé moins comme un phénomène de tranferts de population que comme une mortelle hémorragie démographique.

19Le thème de la perte de population apparaît dès la première décennie du xxe siècle dans les manuels. Il n’est pas lié à des considérations d’hygiène physique, comme dans les manuels de la fin du xixe siècle qui énonçaient avec insistance les ravages de l’alcoolisme et ses liens avec la mortalité précoce. Le mal dénoncé, inlassablement désormais, est l’exode rural qui vide la France : ses campagnes, à dire vrai, mais elles sont tenues pour la France véritable. Les discours sur la dépopulation, qui dénoncent l’attrait factice et fatal des villes sur les jeunes ruraux, s’articulent sur ce fantasme d’une disparition des forces vives de la nation happées par un insatiable Minotaure qui laisserait le pays exsangue :

Les conséquences de cette émigration si active sont navrantes. Partout des fermes abandonnées, des hameaux désertés, des villages en partie ruinés, des champs livrés à la vaine pâture. L’immigration étrangère ne cesse de grandir : en raison des grands travaux (routes, canaux, voies ferrées), un certain nombre d’Italiens et d’Espagnols se fixent dans le pays, mais bien peu se font naturaliser. (Eisenmenger et Cauvin 1914.)

20L’immigration ouvrière étrangère n’est pas initialement présentée comme une menace contre l’identité locale par intrusion d’un élément allogène ; elle apparaît plutôt comme une conséquence inéluctable de l’amoindrissement de la population autochtone, sans pouvoir réparateur puisque ces étrangers refusent la naturalisation. Après la Première Guerre mondiale, la grande lamentation sur le dépeuplement de la France s’amplifie et l’impute désormais à une déplorable baisse de la natalité aussi bien qu’à l’attrait des paradis artificiels urbains :

Lentement, mais progressivement, le pays se dépeuple. Non seulement, beaucoup de ses fils l’abandonnent, mais parmi ceux qui restent, trop peu fondent de ces beaux foyers aux nombreux enfants, espoir de l’avenir. Il y a chez nous trop de célibataires souvent inutiles, de familles de fils ou de fille unique et même de familles où jamais n’a retenti le joyeux rire d’un bébé.
Pourtant la terre meusienne est féconde et généreuse ; elle paie au centuple les soins qu’on lui donne et jamais laboureur meusien n’a vu sa huche vide. Chaque famille meusienne pourrait avoir un enfant de plus que celui-ci trouverait encore dans notre bonne terre de quoi s’assurer une vie large et surtout indépendante.
Il y a là une grave question à résoudre - une question de vie ou de mort pour notre pays.
Puisse l’avenir réparer le tort immense causé déjà par le suicide lent et incompréhensible d’une belle race qu’on représente par ailleurs comme de souveraine énergie. (Thiéry 1929 : Conclusion.)

21La hantise de la dépopulation est telle que même les manuels présentant les départements à forte concentration industrielle, en expansion démographique, s’adjoignent au chœur des lamentations : il est toujours quelque canton rural en dépérissement, fût-ce dans un département dont le nombre d’habitants, grâce à l’émigration issue d’autres régions, est en forte expansion. Ainsi le constat du triplement de la population du Rhône en un siècle, loin de donner lieu à satisfaction, est-il suivi par un long exposé sur la dépopulation des zones rurales locales et leurs funestes conséquences :

On constate dans tout le département une stagnation, voire une diminution de la population des petites communes rurales sans industrie ou éloignées des centres attractifs. Certaines communes de montagne, isolées, ont perdu la moitié de leurs habitants. Cette diminution est due pour une part aux pertes subies pendant la Grande Guerre de 1914 et pour l’autre part à l’abandon des professions rurales. Seuls les centres industriels voient leur population s’augmenter, grâce au développement de l’industrie, à l’attrait des villes et à l’arrivée d’étrangers : Italiens, Espagnols, Polonais, Arméniens, etc. (73 243 en 1931). C’est d’ailleurs un phénomène d’ordre général inquiétant pour l’équilibre économique du pays : les campagnes se vident au profit de quelques centres urbains et surtout de villes comme Lyon, centre puissant d’attraction. Le recensement de 1931 le fait constater à nouveau.
Ce phénomène a les conséquences suivantes :

  1. Certaines fermes tombent en ruines et des champs autrefois cultivés sont en friche.
  2. La main-d’œuvre agricole manque ; certaines cultures sont abandonnées et les prairies naturelles gagnent sur les terres labourées. L’élevage se développe d’autant plus que le lait, le beurre, les fromages et la viande sont de plus en plus recherchés. (...)

La production industrielle dépasse parfois les besoins ou manque de débouchés et il y a alors crise de chômage. Si l’agriculture manque de bras, l’industrie en a trop. (Rousset 1932 : 132-133.)

22Les manuels publiés sous le régime de Vichy sonnent encore plus fort le tocsin devant la fièvre hémorragique qui viderait les campagnes :

  • 6 Il s’agit ici d’un résumé de chapitre, précédé par un texte de l’écrivain local Maria Borrely, int (...)

Le département des Basses-Alpes est un département qui se dépeuple. Il a perdu presque la moitié de ses habitants en un siècle, par la faiblesse du nombre des naissances et surtout par l’émigration.
Les régions les plus frappées par la dépopulation sont les régions montagneuses et particulièrement celles du Sud, plus sèches et plus pauvres.
Les émigrants Bas-Alpins se fixent surtout dans les plaines et les villes du Midi de la France. Mais certains d’entre eux sont partis jusqu’en Amérique6. (Méjean 1941b : 45.)

  • 7 Les passages en italique sont soulignés dans le texte original.

Dans toutes les Alpes, depuis des siècles, des montagnards abandonnent le pays, dans lequel la vie est rude, pour se fixer dans des régions plus favorisées. Cependant, jusqu’au xixe siècle, les départs ont été relativement peu nombreux et la population des campagnes a augmenté jusque vers 1860 ou 1870. A partir de cette époque commence le déclin. (...) Aujourd’hui, le département de la Drôme compte parmi les départements les plus frappés par la dépopulation7. (Méjean 1941a : 33.)

  • 8 Les passages en italique sont soulignés dans le texte original.

Dans quelle mesure nos campagnes se dépeuplent-elles ? De belles régions françaises sont devenues des régions de mort : la vallée de la Garonne, la vallée du Rhône, la région parisienne. Le résultat, c’est l’abandon des villages et la colonisation par l’étranger. (...) La ruine et la mort sont à nos portes. Il nous faut, de toute notre volonté de vivre, assurer la survivance de la race et l’indépendance et la fécondité de la terre : il nous faut créer des vocations agricoles8. (Souche 1941 : 87.)

23Ce dernier exemple pousse à l’extrême la thématique usuelle puisqu’il transforme les régions industrielles attractives de main-d’œuvre en triangles des Bermudes démographiques, et les désigne comme « régions de mort ». L’accroissement local de population est en fait donné comme perte, ce qui montre bien que l’exode rural est perçu comme hémorragie mortelle et non comme transfert territorial de population.

24Alors que s’amorce le baby-boom, les manuels de l’Occupation dénoncent avec une virulence extrême la diminution de la natalité et ses funestes conséquences. Avec force graphiques et moult calculs, l’auteur de la Géographie et histoire de l’Aude ne cesse de répéter que la situation démographique du département est « lamentable » :

En 1940-41, on a décompté 36 000 élèves d’âge scolaire. Mais, dans ce total, figurent 5 800 étrangers : il resterait donc à peine 30 000 jeunes Français et Françaises, dont certains, en nombre impossible à évaluer, sont fils de naturalisés. La réalité paraît effroyable pour l’avenir de la région audoise. (...) Donc, en faisant état des circonstances les plus favorables, la population scolaire d’origine française serait passée en 40 ans de 57 000 à 32 000, soit une diminution de 45 % (la population du département a diminué de 12 %).
Cet affaiblissement dénonce le mal qui ronge la France : une diminution désastreuse des naissances a préparé une génération aux effectifs misérables. Déjà, le nombre des mariages que pourra donner cette génération est fixé, à un nombre ridiculement bas.
Si la volonté de vivre à tout prix ne l’emporte pas, si la révolution familiale n’aboutit pas, les statistiques scolaires descendront à des chiffres qui ne laisseront plus à personne aucune illusion. (Plandé 1941 : 73.)

Les étrangers en nos sillons

25Il est clair que l’intégration des étrangers de facto et de jure (il est impossible d’évaluer le nombre d’enfants de naturalisés) ne fait nullement partie des représentations de la petite et de la grande patrie. Le manuel lyonnais (Rousset 1932), dont l’auteur ne cesse de proclamer l’impératif de solidarité humaine universelle, présente avec sympathie, ce qui est rare, les ouvriers des industries de la région lyonnaise, mais à condition qu’elles soient « traditionnelles ». L’exposé s’accompagne cependant d’une mise en œuvre d’ethnotypes nationaux marquée par une xénophobie sélective :

Le mineur de la Loire est exposé à de multiples dangers dont les deux principaux sont l’explosion de grisou et les éboulements. C’est une rude vie que la sienne. Il était autrefois recruté dans les rudes populations de la Haute- Loire et de l’Ardèche. On lui reprochait un amour immodéré du vin, mais que de sérieuses qualités compensaient ce défaut : endurance remarquable, habileté professionnelle, courage à toute épreuve dans les situations difficiles, cœur généreux pour toutes les misères de ses camarades. Seul le noyau de vieux mineurs est resté fidèle à la mine qui doit recruter aujourd’hui ses ouvriers parmi les étrangers. Si les Polonais font d’excellents ouvriers, par contre, les Algériens et les Marocains restent des travailleurs médiocres physiquement et moralement. (Rousset 1932 : 91.)

26Seuls les manuels consacrés au département du Nord, publiés avant ou après la Seconde Guerre mondiale, présentent les immigrations qui s’y sont mêlées comme des apports à la population locale. Ce traitement spécifique de la question n’est sans doute pas imputable à une moindre xénophobie des auteurs de manuels septentrionaux. Mais ils sont les seuls à valoriser la production industrielle locale et à la présenter comme source de fierté pour une région souvent dédaignée pour le manque de charme de ses sites et de son climat. Le Nord, ne cessent-ils de répéter, est le département de province le plus actif, le plus peuplé, le plus riche et celui qui paie le plus d’impôts. Dans la mesure où l’industrie et l’activité urbaine sont données pour marque d’excellence d’un département, les forces qui y concourent, quelle que soit leur origine, sont créditées par contrecoup d’une valeur positive, à l’inverse de ce qui se produit pour le reste de la France, où l’espace rural est fortement privilégié par rapport à la modernité industrielle et urbaine. Ainsi le manuel consacré aux Bouches-du-Rhône et publié en 1945, qui met l’accent sur l’ancrage dans la terre provençale, insiste-t-il longuement sur la désertification des villages. L’accroissement démographique général du département dû à l’immigration française ou étrangère est présenté comme un problème plutôt que comme un bienfait :

Problèmes humains
Villages en ruines sur les hauteurs, bastides désertes, n’est-ce pas le symbole même du déclin du peuplement indigène dans le département ? Si les Bouches-du-Rhône ont considérablement accru leur population, c’est en effet uniquement à l’apport extérieur qu’elles le doivent. Le mouvement intérieur de la population accuse un déficit depuis 1870.
La natalité moyenne, dans le département, est une des plus faibles de France ; après avoir été longtemps supérieure à la moyenne française, elle est tombée aujourd’hui nettement au-dessous (suit un tableau de chiffres). Ce qui place le département des Bouches-du-Rhône à l’avant-dernier rang des départements français. Certes, la mortalité a diminué, elle aussi, rapidement, mais insuffisamment pour laisser un excédent positif. (...)
C’est dire toute l’importance de l’immigration. L’immigration française dans le département est difficile à évaluer exactement, mais considérable à coup sûr : c’est un des plus grands centres attractifs de la population française avec la région parisienne. (...) L’immigration coloniale est plus récente : c’est surtout après 1900 qu’elle prend une certaine place dans les statistiques. (...)
Quant à l’immigration étrangère, elle s’est largement développée après 1870. (...) Ces étrangers présentaient un véritable intérêt économique. (...) Si l’on comptait parmi eux 60 % de manœuvres - donc aisément remplaçables - en revanche 35 % d’ouvriers qualifiés et 5 % de spécialistes étaient d’un apport utile pour le département.
Malheureusement, certains de ces étrangers n’apparaissaient pas facilement assimilables ; moins en raison de leur origine ethnique que de leur comportement. Au reste, le nombre de demandes de naturalisations était de 7 000 environ en 1935.
Mais nous voilà loin finalement du peuplement indigène provençal, noyé dans cet afflux d’Alpins et de Corses, d’Algériens, d’Italiens et d’Espagnols ou d’Arméniens. Comment retrouver les caractères originaux de la race dans ce microcosme méditerranéen ?
Par ailleurs, ce flot se porte principalement vers les villes, et vers Marseille surtout ; ainsi s’accentue régulièrement le déséquilibre de la population dans les Bouches-du-Rhône. (Pierrein et Guiral 1945 : 147-149.)

Crise et châtiment

  • 9 Ce manuel de lecture, version très modernisée de l’archétypal Tour de France par deux enfants est, (...)

27L’obsession de la dépopulation est assez forte pour que des développements sur les funestes conséquences de l’exode rural apparaissent dans les rares manuels soucieux de prendre en compte la modernité. Les Merveilles de France9, qu’Yvonne Ostroga et Marielle Jean- Brunhes (Ostroga et Jean-Brunhes 1939) proposent aux écoliers de découvrir à travers un parcours du pays qui inventorie ses richesses, comprennent les nouveautés technologiques les plus prestigieuses (paquebot Normandie, aérodromes, tsf, production de houille blanche). Mais le chapitre central est consacré à l’agriculture. Il prend la forme d’une discussion entre écolières groupées autour de leur institutrice, la jeune Martine déclarant sa vocation de fermière :

Le visage de l’institutrice s’éclaira d’un joyeux sourire :

  • Tu as raison, petite fille, ne quitte pas la campagne, dit-elle. On la délaisse trop, ajouta-t-elle en se tournant également vers les autres jeunes filles. Aussi la campagne se dépeuple-t-elle.
  • Mais, dit une des jeunes filles étourdiment, il faut bien aussi des travailleurs et des travailleuses en ville pour les autres métiers...
  • Certes, répondit l’institutrice, ces autres activités sont loin d’être inutiles.
  • Et puis on gagne plus à la ville.
  • C’est vrai, répondit l’institutrice, quand on a du travail. Mais celui-ci devient de plus en plus aléatoire. Aujourd’hui nous assistons au spectacle suivant : à la ville, pas assez de travail pour tous les ouvriers industriels, et beaucoup de ceux-ci sont en chômage. A la campagne, pas assez de travailleurs français, l’on est obligé d’embaucher des ouvriers agricoles étrangers.
  • A la ferme le chef de culture est polonais, dit une des jeunes filles.
  • Et ceci est très fréquent, répondit l’institutrice. Malgré ces « remplaçants » la campagne se dépeuple. Et comme il y a moins de paysans, les petits artisans - forgerons, menuisiers, bourreliers, charrons, etc. - et les petits commerçants des hameaux et des villages ont aussi moins de travail. Dans le Midi de la France, il y a des villages où il n’y a plus un seul habitant. Les maisons sont vides et tombent en ruine.
  • Papa me dit toujours que si l’on cultivait plus méthodiquement la terre de France, nous n’aurions pas besoin d’acheter tant de céréales, de légumes et de fruits à l’étranger, dit une des jeunes filles.
  • Nous pourrions en tout cas en acheter beaucoup moins et dépenser ainsi moins d’argent à l’extérieur, expliqua l’institutrice.
  • Mais que faut-il faire pour que l’on ne quitte pas la terre et qu’on la cultive bien partout ?
  • Améliorer la vie à la campagne, dit l’institutrice, en amenant à la ferme l’eau et l’électricité. Adapter l’activité agricole à la région, par exemple, ne pas s’entêter à faire pousser avec beaucoup de peine des céréales dans une région où l’élevage doit mieux réussir et puis surtout, termina l’institutrice en serrant tendrement Martine contre elle, la terre de France a besoin de bons bras et de cœurs vaillants pour s’occuper d’elle et il faut souhaiter que parmi la jeunesse il y ait beaucoup de petites Martines... (Ostroga et Jean-Brunhes 1939 : 63-65.)

28La crise économique est en fait fréquemment présentée dans les manuels des années 1930 comme conséquence et châtiment de l’exode rural, selon une conception du pays qui ne tient pas l’industrialisation comme facteur de développement. On n’envisage pas de croissance de la production industrielle - et l’offre d’emplois serait déjà excessive par rapport à la demande. Si nombre de manuels géographiques sont soucieux d’indiquer des perspectives d’avenir pour les différentes petites patries, s’ils exhortent les écoliers à y œuvrer, ils ne les envisagent pas autrement que dans le cadre d’une amélioration des activités agricoles et artisanales. L’avenir comme aménagement du présent, d’un présent déjà obsolète, l’avenir comme résurrection du passé. Avec ce correctif toutefois que les manuels accordent une large place à un secteur d’activités en expansion effective, en lequel sont placés les plus grands espoirs, parce qu’il permet un apport de ressources sans changer - pense-t-on - le visage traditionnel du pays : le tourisme.

Notes

1 Comme le note l’Inspecteur d’Académie A. Ferrand en préface à l’ouvrage de G. Lavoille, Notice géographique et historique illustrée du département de la Haute-Marne, 1928 : « (Une des difficultés essentielles de l’enseignement de la géographie) était premièrement l’abus possible de la nomenclature et du vocabulaire technique qui finissait par faire de la géographie un domaine fermé aux profanes, au même titre que la géométrie analytique ou la chimie organique. »

2 Les illustrations photographiques apparaissent dans les manuels en fait dès avant la Première Guerre mondiale.

3 Audrin (E.), Moreau (Ch.), Timbal (L.), Cahier complémentaire de géographie et d’histoire. Ma commune, série B : Berry, Poitou, Angoumois, Périgord, Quercy, Édition rurale. Il existe également, en parallèle, une édition urbaine.

4 Ce manuel est le seul à notre connaissance à prendre en considération une division administrative instituée quelque temps par le régime de Vichy, les autres manuels de la période ignorant superbement les changements introduits ou imaginés par l’État français.

5 Ce Cahier de géographie locale, au terme d’un long questionnaire que doivent remplir les écoliers, et qui porte essentiellement sur le monde rural, se termine par des pages blanches à compléter selon les instructions fournies par les auteurs : « On rassemblera ici ce qui, d’après la monographie établie grâce aux questionnaires précédents, paraîtra le mieux caractériser la commune et la vie de ses habitants. On tâchera de dire si elle est prospère ou non ; on notera les améliorations qui paraissent souhaitables pour que la commune soit plus vivante, plus riche, plus agréable à habiter. On y pourra exprimer l’attachement que lui manifestent ses habitants. »

6 Il s’agit ici d’un résumé de chapitre, précédé par un texte de l’écrivain local Maria Borrely, intitulé « Le village abandonné ». Les caractères en italiques et en capitales le sont dans le texte initial.

7 Les passages en italique sont soulignés dans le texte original.

8 Les passages en italique sont soulignés dans le texte original.

9 Ce manuel de lecture, version très modernisée de l’archétypal Tour de France par deux enfants est, à travers des récits de voyages effectués par de jeunes gens dans les régions « vidaliennes », un inventaire des sites, traditions et ressources de la France des années 1930. Fille du géographe Jean Brunhes et futur chercheur au Centre d’ethnologie française, Marielle Jean-Brunhes a dirigé la conception de ce manuel réédité en 1942 et 1943.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search