Version classiqueVersion mobile

Ils apprenaient la France

 | 
Anne-Marie Thiesse

4. La miniature historique

Texte intégral

1Les hommes célèbres « du pays » (dira-t-on que les femmes célèbres sont là aussi rares qu’au Panthéon ?) sont supposés parangons des vertus de la race, aïeux de qualité supérieure. A leurs Vies parallèles est accordée une fonction pédagogique éminente :

(J’ai) donné une bonne place aux biographies des grands hommes qui ont honoré le pays et personnifié au plus haut degré les qualités des ancêtres. Il faut, en effet, faire vivre les enfants avec les âmes les plus nobles du temps passé, et je n’hésite pas à dire qu’un manuel d’histoire locale pour les enfants doit être une espèce de Plutarque de la province ou du département. (...) Et ces grands hommes ne sont pas seulement la gloire de la province, mais une partie de la gloire de la France. Les connaître, c’est donc pénétrer dans l’histoire même de la patrie et dans les meilleurs enseignements de cette histoire. (Fabre 1925 : Avant-propos.)

  • 1 Le manuel de Hay, qui ordonne strictement le programme par mois (avec pour chacun révisions et not (...)
  • 2 La première phrase est donnée sans nom d’auteur ; en ce qui concerne la seconde, nous n’avons pu e (...)

2Les biographies de grands hommes locaux sont donc, pour l’enseignement du premier degré, autant de De viris illustribus parvae patriae... ad majorem Patriae gloriam. Si la petite patrie est digne des éloges les plus extrêmes, on l’а dit, c’est qu’elle est composante de la merveilleuse mosaïque française et résumé idéal de la nation. Semblablement, l’histoire locale n’est tenue pour signifiante que dans le cadre de l’histoire nationale, dont elle doit être le meilleur concentré. Elle peut ainsi être donnée comme adjuvant de l’histoire nationale, comme dans le manuel de Julien Hay, Histoire de France comprenant des notions d’histoire de la Mayenne (Hay 1907)1 qui porte en exergue deux phrases indiquant clairement le mode d’usage de l’ouvrage : « L’histoire locale doit venir en aide à l’histoire générale » et « C’est par la petite patrie que le cœur s’attache à la grande patrie » (J.J. Rousseau)2. Les chapitres de l’histoire nationale sont ici suivis de leurs applications dans le département.

L’Histoire de France illustrée

3L’histoire locale s’écrit donc comme version miniaturisée de l’histoire nationale :

Ce petit livre est offert à tous ceux qui, en Berry, étudient ou enseignent l’histoire. Aux uns, il permettra de mieux comprendre les faits généraux, de s’y intéresser davantage, en les mettant, pour ainsi dire, plus près d’eux. Aux autres, il permettra, suivant un conseil judicieux, souvent renouvelé par les autorités scolaires, de faire place à l’histoire locale dans leurs leçons.
Qu’est-ce que l’histoire locale ? Ce ne peut être, à mon avis, que l’histoire de la province, surtout si la province, est, comme le Berry, d’étendue restreinte, et a possédé une individualité propre, sans cesser, à aucun moment, de participer à la vie du pays tout entier. Il convient d’y ajouter les faits dont la commune ou le canton aurait été le théâtre ; mais l’instituteur pourra les résumer en quelques lignes, quand ils en vaudront la peine. (...)
Dans nos écoles, on doit demander à l’histoire locale de rendre familier le passé du Berry absolument ignoré, on peut l’affirmer, et pourtant si plein d’intérêt, et d’autre part, d’éclairer, d’illustrer l’histoire de France. Chacun des faits relatés dans les récits qui suivent répond à ce double besoin. J’ai retenu seulement, des annales de la province, ce qui pourrait figurer dans les annales du pays lui-même. Tout ce qui était trop particulier, tout ce qui n’offrait qu’un intérêt purement local a été sacrifié. (...) Si les pages qui vont suivre pouvaient donner aux jeunes générations de nouvelles raisons d’aimer la petite et la grande patrie, ce me serait une précieuse récompense. (Perchaud 1905 : Préface.)

4Ces propos d’un Inspecteur de l’Enseignement primaire datent de 1905 et sont donc antérieurs à la circulaire Maurice Faure de 1911 qui apporte un solide soutien officiel à l’enseignement de l’histoire et de la géographie locales. Mais, comme il en est fait état ici, les autorités pédagogiques, déjà, encouragent les instituteurs à dispenser des leçons sur le local et n’hésitent pas, au besoin, à mettre la main à la plume pour faciliter cet enseignement. La volonté d’écrire l’histoire locale à l’usage des écoles primaires dans le cadre de l’histoire nationale est particulièrement manifeste dans la division en chapitres de ce volume, qui calque celle des manuels nationaux, à quelques différences près. Il y a ainsi quelques dédoublements de chapitres nationaux lorsque leur illustration locale est notable : Jacques Cœur fait l’objet d’un chapitre entier, de même que Bourdaloue, le général Bertrand et George Sand. Les grands hommes sortent de la division à laquelle ils sont historiquement affectés pour faire l’objet d’un long développement, sans que l’ordonnancement chronologique usuel soit modifié.

5La première leçon du manuel berrichon de 1905 indique « qu’au temps des Gaulois, nos ancêtres se nommaient Bituriges. (...) Ils ressemblaient aux autres Gaulois. De haute taille, la barbe et les cheveux blonds, la peau blanche, ils étaient braves, hospitaliers, passionnés pour les aventures et les combats ». La suite immédiate nous apprend que ces Gaulois « comme les autres » étaient de la plus haute qualité, qu’ils conquirent une bonne partie de l’Europe, bâtirent plusieurs villes, dont Bordeaux et une cité transalpine appelée Milan en souvenir de la petite patrie de son fondateur... Châteaumeillant ! Inventeurs de l’art d’étamer les métaux, experts dans la culture du lin, « nos ancêtres Bituriges » faisaient également d’excellents jambons fumés que leur enviaient les peuplades voisines. Bref, les lointains ancêtres des Berrichons avaient à peu près tout fait, hormis découvrir l’Amérique. Il n’est donc pas étonnant que d’autres ancêtres moins lointains, ceux qui figurent en milieu de volume, aient été les inventeurs du sentiment national et de la première Union sacrée :

  • 3 Le terme souligné l’est dans le texte original.

(durant la guerre de Cent ans), en plusieurs points du Berry, les habitants, nobles, bourgeois, paysans, se réunissent pour résister aux envahisseurs par leurs propres moyens. C’est à Issoudun et à Bourges que l’on trouve surtout ces groupements fraternels dans lesquels nous voyons surgir un sentiment tout nouveau, le patriotisme3. (Perchaud 1905 : 30.)

6Fraternité, liberté, union des ordres sociaux : le Berry est à ce point idéal résumé de la nation que le patriotisme et la République y sont préfigurés, avec quatre bons siècles d’avance. D’ailleurs, au moment de la formation des départements, et du partage du Berry en Indre et Cher, « chose digne de remarque, la plupart des localités limitrophes demandaient à faire partie du Berry ». (Perchaud 1905 : 81.) Le résultat est qu’à l’image de la France, le Berry départementalisé a ses frontières ratifiées par la nature, les populations et l’esthétique géométrique : « Le Berry était désormais plus régulier de forme, plus homogène dans ses parties, et comme toutes ses annexions étaient désirées par les habitants, il n’y eut, pour ainsi dire, aucun étranger introduit en Berry. » (ibid. : 83.) En dignes descendants du peuple biturige, ce пес plus ultra de la gallitude, et des patriotes quasi démocrates de la guerre de Cent ans, les volontaires berrichons devaient former le fer de lance de la résistance aux tyrans ennemis :

Les volontaires de certaines régions se montraient turbulents ; plusieurs séditions s’étaient produites parmi ceux du Midi. Rien de semblable dans les bataillons du Cher et de l’Indre, où une discipline exacte, un courage à toute épreuve, un esprit militaire excellent ne cessèrent pas un instant de régner. Dès qu’ils eurent élu leurs chefs, ils employèrent tout leur temps à des tirs et à des marches d’entraînement sans jamais se laisser distraire de leurs patriotiques occupations. (...) L’année suivante, le bataillon du Cher contribua, par une charge magnifique, au succès de la bataille de Fleurus. (...)
Les volontaires du Cher et de l’Indre ont montré dans la défense de la patrie et de la liberté d’admirables qualités. Ils furent des soldats modèles, leur exemple doit être toujours devant les yeux des jeunes générations, (ibid. : 84-85.)

7Le procédé usuel du recours à l’ethnotype-repoussoir méridional permet de présenter le caractère discipliné et ordonné des volontaires berrichons comme une caractéristique de la race que les jeunes générations doivent cultiver. L’aboutissement de l’histoire du Berry, présenté succinctement dans les dernières pages, est sans doute la clé de cet ethnotype affirmé au fil des chapitres historiques : Bourges est ville d’arsenaux, et les grandes entreprises industrielles sont nombreuses dans le département, ainsi que les centres ferroviaires. Respect de l’ordre et de la discipline, mais aussi esprit démocratique ne sont pas inconnus des ouvriers berrichons : l’histoire locale s’écrivant à rebours construit les ancêtres à la ressemblance des fils.

  • 4 Ce recours aux anecdotes s’inscrit dans une pédagogie qui, comme le spécifiait Lavisse en préface (...)
  • 5 L’abolition du Concordat a peut-être eu le mérite de protéger les esprits enfantins des fantasmes (...)

8Les Lectures sur l’histoire du Berry sont riches en anecdotes plaisantes ou moralisantes4 à l’historicité douteuse : quelques années plus tard, les récits apocryphes et les historiettes fantaisistes disparaîtront des manuels pour ne plus subsister - mais durablement - que dans les guides touristiques de grande diffusion. Cependant les productions aberrantes de la légende dorée locale n’ont pas encore été éliminées en 1905 : les écoliers ont donc droit à l’horrifique histoire de Saint Greluchon, alias Corusculus, Romain amoureux de la chrétienne Rhodène. Pour se soustraire à la concupiscence de son fiancé, la jeune vierge se coupa avec des ciseaux nez, lèvres et oreilles, sauvant sa foi et provoquant la conversion de son amoureux5 ! (ibid. : 11.)

  • 6 En octobre 1901, Camille Bloch présente devant la Société d’histoire moderne une communication sur (...)

9La grande différence entre le manuel berrichon publié en 1905 et les ouvrages pédagogiques ultérieurs porte sur la sélection de l’information historique, qui devient beaucoup plus rigoureuse. Cette épuration témoigne d’une formation plus solide des enseignants et de la production d’un grand nombre de travaux savants sur l’histoire locale et régionale depuis le début du siècle6. Mais la conception de l’histoire locale comme illustration de l’histoire nationale n’est pas modifiée. Le manuel que l’ancien directeur de l’École normale d’instituteurs de la Haute-Loire consacre en 1925 à l’histoire de son département donne en notes infrapaginales une surabondance de références érudites et des indications précises de sources qui tendent à l’emporter sur le texte même et rendent la lecture du manuel fort ardue. L’ouvrage s’achève en outre par une longue bibliographie savante sur la région. Mais la table des matières est analogue à celle des manuels nationaux, et l’auteur précise bien en son avant-propos que l’histoire locale est celle de la province et du département dans le cadre de l’histoire de France :

Parmi ces personnes (les destinataires de l’ouvrage), la circulaire ministérielle du 24 février 1911 classe forcément tous ceux qui ont à enseigner l’histoire dans nos écoles, et plus particulièrement les institutrices et les instituteurs qui, souvent isolés dans d’humbles localités dépourvues de bibliothèque, ne savent où puiser les éléments mêmes d’un enseignement qu’on les oblige à donner. On a dit à ces isolés, il est vrai : « Rédigez vous-mêmes une monographie communale qui sera le noyau de vos leçons d’histoire locale. » Mais il y a des communes qui n’ont pas d’histoire. Beaucoup n’ont qu’une histoire réduite à quelques faits épars, sans lien aucun avec ce qui est réellement l’histoire. Enfin, un hameau et une commune rurale ont peu vécu de leur vie propre, mais de celle de leur province, de leur département, de la France. C’est donc l’histoire de la province et du département, liée à celle de la France, qu’il faut présenter aux enfants, en se bornant d’ailleurs aux grandes pages et aux choses essentielles dignes de mémoire. (Fabre 1925 : iv.)

10On pourrait alors s’interroger sur l’intérêt de présenter une histoire locale à laquelle est déniée toute autonomie. Mais, et c’est le corollaire constant de cette présentation de l’histoire locale qui l’ampute de tout ce qui ne relève pas du national, l’histoire de la petite patrie est donnée comme quintessence de l’histoire de France. Le principe de construction de la nation en poupées-gigognes fait de chaque petite patrie l’idéale miniature de la France, des origines à nos jours...

D’ailleurs, presque toutes les pages de l’histoire du département sont des illustrations de la grande histoire de France. Adhémar de Monteil résume presque à lui seul la première croisade. La féodalité laïque ou seigneuriale a laissé sur nos coteaux, dans nos vallées, sur nos montagnes, des châteaux dont les ruines imposantes sont les témoins d’un régime social qui a duré mille ans ; et nulle part ailleurs qu’ici, ce régime féodal n’a laissé des monuments aussi nombreux et aussi éloquents. (...) Nulle part ailleurs encore, cette féodalité, que les manuels élémentaires ne signalent point par son nom, n’a fait sentir aussi bien qu’ici sa tyrannie si admirablement hiérarchisée, ainsi que ses bienfaits. Où trouver, hors de chez nous, pour l’histoire des mouvements des communes, un ensemble de preuves plus frappantes et plus instructives que la charte des franchises du Puy en 1218 et les chartes de Chapteuil, d’Auzon, de Roche-en-Régnier, d’Artias, de Saint-Didier, etc. ? Enfin, les guerres de religion ne forment-elles point dans tout le département un drame complet et saisissant qui résume dans toutes ses manifestations, parfois obscures et toujours horribles, hélas ! l’accès de fanatisme odieux qui ensanglanta la France pendant quarante ans ?

Sur toutes ces questions, donner un enseignement qui ne partirait pas de l’histoire locale, pour s’élever graduellement, comme disent les traités de pédagogie, du connu à l’inconnu, ce serait vouloir négliger les illustrations, pour ainsi dire matérielles, qui rendent cet enseignement intelligible et vivant. Pour m’en tenir à un exemple, je ne comprendrais pas un maître qui, ayant à exposer les empiètements patients de la royauté capétienne dans les provinces les plus reculées et les plus modestes, ne commencerait pas par lire à ses élèves le traité de paréage que Philippe-le-Bel imposa à l’évêque du Puy en 1307. (Fabre 1925 : v.)

11Les tables des matières des manuels locaux alignent donc systématiquement les débuts préhistoriques, les époques gauloise et romaine, les invasions barbares, la féodalité, la guerre de Cent ans, les guerres de Religion, l’Ancien Régime, la Révolution et l’Empire. Le rattachement à la France, à quelque époque qu’il ait lieu, apparaît plutôt comme un non-événement, un enchaînement naturel. Les Glanes bigourdanes, lectures d’histoire locale (Escoula 1930) présentent ainsi « Le pays et Comté de Bigorre des origines à 1607 », puis « Le pays des Quatre-Vallées des origines à 1473 » avant de traiter de leur histoire commune après la réunion de l’un et de l’autre à la Couronne de France : cependant le plan de chaque partie est bien celui des manuels nationaux. Les spécificités bigourdanes ne sont pas totalement niées, mais elles relèvent d’une partie intitulée « Archéologie contemporaine » qui est en fait d’ordre ethnographique, tandis que le volume s’achève par les biographies des grands hommes du cru, tous éminents patriotes, et particulièrement le dernier, à savoir le maréchal Foch.

12Le rattachement à la Couronne de France peut même être présenté comme aboutissement d’un préalable désir de patrie française unissant localement noblesse et peuple. Ainsi les Dauphinois sont-ils crédités du précoce sentiment patriotique dont les Berrichons s’accordaient la primeur :

  • 7 Les caractères mis en capitales le sont dans le texte original.

L’Union française
Au cours de ces luttes entre la France et l’Angleterre (durant la guerre de Cent ans), les gentilshommes dauphinois prennent souvent parti pour le roi de France, particulièrement pour le Roi de Bourges (futur Charles vu) et avec les milices du Dauphiné combattent glorieusement à Poitiers, à Verneuil, à Orléans. Pour la première fois apparaît en France le patriotisme populaire.
Au milieu du xive siècle, le dernier membre de la dynastie des Dauphins, Humbert il, qui n’a pas d’enfant, désigne comme son héritier un fils du roi de France et Charles v est le premier Dauphin royal. Il vient passer quelques mois à Grenoble.
Les deux comtés du Sud : Valentinois et Diois sont rattachés au Dauphiné en 1423. A partir de ce moment l’histoire de notre région se confond à peu près avec celle de la France7. (Méjean 1941a : 68.)

13Un texte adjacent, emprunté à un historien local, corrige quelque peu cette vision naturellement patriotique de l’entrée du Dauphiné dans la nation française. Sous le titre « Cession du Dauphiné à la France », il rappelle que le Dauphin abdiqua ses pouvoirs entre les mains du fils du roi de France en échange de 10 000 livres de rente et du paiement de ses lourdes dettes...

14Une dizaine de pages plus loin, le chapitre consacré aux Croisades traite de la répression de l’hérésie albigeoise en termes particulièrement virulents à l’égard des guerriers du Nord :

  • 8 Un texte joint, emprunté à un historien local, indique qu’un des Croisés du Nord, las de la guerre (...)

L’hérésie des Albigeois est surtout développée dans le Languedoc, mais elle déborde aussi en Provence et dans le Sud de notre département. La direction de la croisade, qui groupe surtout des guerriers du Nord de la France, est confiée à un seigneur de l’Ile-de-France, Simon de Montfort, dur et autoritaire. La répression de l’hérésie, menée avec fanatisme, est atroce et n’épargne pas notre région. Dans le Diois et le Valentinois, une partie de la population est favorable aux Albigeois. Certains seigneurs, Guillaume d’Adhémar, seigneur de Montélimar, par exemple, les soutiennent. Simon de Montfort vient attaquer Montélimar, y pénètre, puis assiège la Tour de Crest où s’étaient réfugiés les partisans de Guillaume d’Adhémar. (Méjean 1941a : 808.)

  • 9 Le manuel présenté a été publié en 1941. Mais, comme on le précisera ultérieurement, les manuels p (...)

15La dénonciation de la Croisade des Albigeois sera, dans les années 1970, un passage obligé de la Croisade occitane contre l’impérialisme français. Ici9 la stigmatisation de la cruauté des barons du Nord s’inscrit plutôt dans le cadre d’une histoire républicaine, forgée au xixe siècle, attentive à déceler dans l’histoire de France le progrès vers une nation de citoyens, vers la tolérance, vers l’union patriotique. Les exactions du fanatisme, à l’occasion des guerres de Religion, notamment, y sont régulièrement déplorées tandis que sont soulignés les temps forts du processus démocratique et patriotique : vaillante résistance aux envahisseurs romains, chartes communales, États généraux et cahiers de doléances, etc. Le traitement des grandes insurrections de l’Ouest, sous la Révolution, est d’ailleurs dans les manuels locaux objet de la plus grande prudence, attribuant la révolte à des malentendus et la répression à la nécessité de sauver la nation.

Les reliques familiales

16Auteurs et préfaciers arguent souvent que l’histoire locale serait plus vivante que l’histoire nationale. Le raisonnement paraîtrait curieux (qu’est-ce qu’une histoire vivante ?) s’il ne renvoyait à l’habituel jeu d’assimilation local/concret/populaire/familial versus national/abstrait/intellectuel/social. L’histoire locale, c’est en fait pour l’écolier l’émouvante histoire de ses ancêtres qui ont eu l’heureuse idée de participer aux grands chapitres de l’Histoire et qui ont laissé à proximité immédiate de l’école des originaux en trois dimensions des illustrations du manuel national. La circulaire ministérielle de 1911 explicite longuement cette conception de l’histoire locale qui couple des principes pédagogiques et une représentation de la nation en usant abondamment du registre de l’émotion immédiate et du spectaculaire :

Ce qui fait que l’histoire apparaît généralement à l’enfant comme une étude difficile et peu attrayante, c’est qu’elle lui est trop souvent présentée d’une manière abstraite et sans liens avec la réalité qu’il peut concevoir. On ne l’y intéresse vraiment qu’à la condition de solliciter sa curiosité ou de provoquer son émotion. C’est surtout pour lui que l’histoire doit être, suivant le mot de Michelet, une résurrection. Et comment réussira-t-on mieux à la rendre telle à ses yeux qu’en la plaçant dans le cadre de son existence quotidienne, qu’en lui rappelant les faits dont sa région a été le théâtre, en lui racontant la vie de ceux de ses aïeux dont la mémoire a mérité de survivre, en lui montrant, tout près de lui, des sites, monuments, ruines, vestiges divers, propres à faire naître des visions évocatrices et de fortes impressions ? (...) Le dolmen de la lande évoquera le souvenir de la préhistoire. A la vue de l’antique château dont la silhouette se profile sur le ciel, de la cathédrale ou de l’abbaye, de la modeste église de village, de la vieille maison commune, un commentaire sobre, mais imagé, fera apparaître et revivre en quelque sorte le Moyen-Age. La statue du glorieux soldat qui se dresse sur la place publique illustrera le récit familier des héroïques épopées de la Révolution et de l’Empire. Ainsi placés, non dans un cadre imprécis et vague, mais dans leur milieu même, les faits deviendront plus impressionnants, les personnages plus réels. Ainsi nourrie pour ainsi dire des sucs du terroir, l’histoire nationale sera plus vivante et mieux comprise.

17La métaphore organique finale, qui passe implicitement sans doute par l’image du vin-sang de la race, anthropomorphise l’histoire nationale comme vivante synthèse (ou mère gigogne) de ses réalisations locales. L’Inspecteur d’Académie de l’Aisne, qui cite cet extrait de la circulaire ministérielle en préface d’un manuel d’histoire (Camus, Camus, Henin et Pieuchard, s.d.) renchérit :

  • 10 Le passage mis en italique l’a été par nous.

(L’histoire locale), c’est l’étude de l’histoire nationale appuyée sur la connaissance des faits du passé qui ont laissé des traces dans la région, dans la ville voisine. Chaque chapitre de l’histoire de France trouve ici son feuillet initial ; les généralités historiques y sont matérialisées, illustrées, rapprochées du pays qu’habitent les enfants, et mieux mises par suite à la portée de leur curiosité, de leur intelligence et de leur sensibilité10.

18Michel Bréal (Bréal 1872 : 100-102) insistait déjà sur la nécessité de cette perception intime et domestique de l’histoire, aux fins d’un solide patriotisme :

Il faut que l’histoire, à ses premières pages, nous prenne par nos sentiments intimes. Parlez à l’enfant de ses ancêtres et de la contrée qu’il habite ; faites-lui voir de vieux édifices, d’anciennes églises, les restes des châteaux d’autrefois. (...) Élevons donc des Français qui sachent l’histoire de leurs foyers, et qui soient fiers de leurs héros domestiques.

19Les manuels, donc, décrivent la vie de « nos ancêtres » dans « notre région », à l’ombre des monuments laissés sur « notre territoire familier », en une sorte de généalogie familiale attestée par les souvenirs des aïeux laissés dans la maison ancestrale :

  • 11 Les caractères mis en italique l’ont été par nous.

De nos plus lointains ancêtres, il ne nous reste que des armes et des outils assez rudimentaires : haches et couteaux de silex, flèches et hameçons faits d’os éclatés ou taillés. Les populations qui suivirent élevèrent un peu partout des collines artificielles ou tumuli, comme à Saint-Pierre Montlimart, d’énormes pierres fichées en terre ou menhirs, comme celles de Nidevelle, à Saint-Georges de Sept voies ou celle du Pont-Germillon11. (Abbé Civrays 1922.)

20L’abondance des possessifs, qui placent rédacteur du manuel, lecteurs et personnages historiques en une même communauté, conduit à une sorte de compression du temps... et de l’espace : dans le cadre de cette « histoire vivante », les origines de l’humanité se sont effectuées dans le département. Et les grands ancêtres ont eu l’heureuse idée de laisser à leurs descendants des vestiges de leur passage dans chaque lieu-dit. En tout cas, à défaut de savoir grand-chose sur eux, on n’ignore pas qu’ils avaient le même caractère que leurs rejetons modernes :

  • 12 Les mots mis en italique l’ont été par nous.

Aux premiers temps du monde, des hommes vécurent sur les plateaux dénudés de nos régions. Nous retrouvons dans le sol, à faible profondeur, des silex travaillés qui furent leurs outils et leurs armes, des coquillages et de petits cailloux percés qui constituèrent leurs parures.
Puis, la température s’étant refroidie, ces hommes primitifs cherchèrent des refuges et des abris le long des falaises crayeuses qui affleurent en maints endroits du département.
Ils devinrent des troglodytes, vivant des produits de la chasse et de la pêche.
Ils habitaient des grottes (boves, creuttes ou crouttes) encore utilisées de nos jours dans le Laonnois et le Soissonnais.
Un lent adoucissement du climat ayant amélioré les conditions de vie, nous voyons apparaître les premiers cultivateurs.
Groupés en peuplades disciplinées et nombreuses, ces populations, dont l’histoire est peu connue, élevèrent des monuments formés de grosses pierres.
Ce sont des menhirs : Pargny, La Bouteille ; les dolmens et tables druidiques : Coucy, Caranda, Vauxrezis, Mauchamps ; les alignements : Orgeval ; les allées couvertes : Pinon. Certains érudits supposent que ces vestiges indestructibles servaient de remparts à des villages ; d’autres croient que c’étaient des temples grossiers où nos aïeux adoraient le soleil.
Les tombelles (buttes ou tumuli) sont probablement les lieux de sépulture des chefs de clans et des prêtres. On en remarque encore beaucoup dans le nord du département où les terroirs comportent fréquemment un lieu-dit portant ce nom.
Des légendes situent sous ces tertres les sépultures de personnages fameux, mais les fouilles effectuées n’ont pas prouvé la véracité des traditions locales12. (Abbé Civrays 1922 : 5.)

21Dès la nuit des temps, donc, « notre département » a probablement eu ses grands hommes, mais si les terroirs portent encore trace en leur sein et leur nom des sépultures de notables préhistoriques, si les traditions locales rapportent les hauts faits des hommes illustres du néolithique, les preuves scientifiques n’ont pas encore été apportées. D’autres auteurs ne s’encombrent pas des mêmes précautions. L’Inspecteur de l’Enseignement primaire Souché, dans son manuel sur Loudun et Chatellerault (Souche 1941) affirme à deux reprises que les dolmens locaux « servaient à abriter des chefs illustres ». Pour étayer ses dires, il cite un extrait de l’Histoire de France de Lavisse, par G. Bloch, parue chez Hachette en 1900. La référence était peut-être encore en usage à l’époque où l’Inspecteur Souché fit ses études, elle était largement dépassée lors de la publication du manuel, en 1941. La nécessité de fournir des hommes illustres à la toute petite patrie explique sans doute ici la mauvaise foi historique.

22Ces fantasmes sur les ancêtres préhistoriques jouxtent la présentation, par clichés photographiques, de grottes, pointes moustériennes et menhirs. L’iconographie est généralement reprise à des publications de sociétés savantes, comme le Bulletin de la Société préhistorique française. Érudition et discours convenu sur la petite patrie vont souvent de pair dans ces manuels, dans un mélange qui n’est hétérogène que pour le regard porté ultérieurement. Ainsi le manuel consacré par Élie Reynier à l’Ardèche présente-t-il, à l’issue de la première leçon d’histoire, consacrée aux peuples préhistoriques et à l’Helvie, deux textes. L’un est un sonnet d’un poète local intitulé le Dolmen « que nos lointains aïeux dressèrent autrefois » et où vont danser les fées ; l’autre est un extrait de l’Histoire de la Gaule, de Camille Jullian.

23Un exercice proposé aux écoliers haut-marnais leur demande d’étudier la constance du caractère de leurs ancêtres à travers les âges. Ce caractère est préalablement défini par l’ethnotype, lui-même déterminé comme application locale de l’ethnotype français, et analogue, selon la tautologie Montesquieu, à la caractéristique du « pays » :

  • 13 Les mots en italique le sont dans le texte original.

Enfant,
Maintenant tu connais un peu mieux ton pays. Tu as pu te rendre compte dans ce petit livre qu’à l’image de la France, il présente, aussi bien dans son histoire que dans sa physionomie et ses richesses, le double caractère de modération et de variété13. (Lavoille 1928 : 38.)

24Et le manuel de demander aux élèves du cours supérieur de :

Rechercher dans le passé de la Haute-Marne les circonstances où nos ancêtres ont fait preuve de prudente sagesse et de pondération, de bon sens pratique ; donner des exemples de leur vaillance, de leur persévérance, de leur activité laborieuse (conquête romaine, invasions barbares, mouvement communal, réforme, révolutions, guerres, etc.).

25Inutile de préciser que pour chaque chapitre de l’histoire nationale (conquête romaine, invasions barbares, etc.) nos ancêtres ont rempli leur devoir de participation et ont effectivement fait allégeance à l’ethnotype de sagesse et de modération.

26Vaillamment, donc, chaque petite patrie se maintient au cœur de l’Histoire à travers les âges (les déambulations de Vercingétorix, Saint-Louis, Jeanne d’Arc et Napoléon permettent opportunément de mettre au centre des événements la plupart des départements). Au cœur de l’Histoire et au cœur de la France : la plupart des écoliers apprendront que c’est précisément tout près de chez eux qu’est né le sentiment national, pendant la guerre de Cent ans.

La guerre de Cent ans
C’est dans notre région que se décida le sort de la Patrie
C’est encore en Poitou que, pendant la guerre de Cent ans, va se jouer le sort de la France : crise terrible où faillit sombrer le pays. Mais depuis un siècle le Poitou confondait ses destinées avec celles de la France, et c’est sur le sol poitevin et dans les cœurs poitevins que la monarchie française et l’idée nationale vont trouver leurs plus solides appuis. (...) Pendant les cent ans de guerre anglo-française, Loudun resta « front de France » et fut l’imprenable clef stratégique de Poitou, Touraine et Anjou. (Souche 1941 : 29.)

L’excès des malheurs fit naître un sentiment inconnu au Moyen Age : le patriotisme. On cessa d’être Normand pour devenir Français. (Baradel et Fallourd 1909.)

27Même les petits Alsaciens, devenus Français depuis peu, apprennent que l’attachement patriotique à la France remonte à la guerre de Cent ans, proposition qui, concernant leur terre natale, est pour le moins hasardeuse :

Devant l’ennemi commun tous les Français ont senti la nécessité de s’unir. Jusqu’alors ils avaient vécu isolés sur leur coin de terre, indifférents les uns aux autres. Pour la première fois, au-dessus de la petite province qu’ils habitaient, ils ont vu la grande Patrie qu’il fallait défendre aux côtés de Duguesclin et de Jeanne d’Arc. (Anonyme s.d.a, Petite histoire d’Alsace et de Strasbourg.)

L’histoire locale à l’épreuve de l’Histoire

28Les événements de l’histoire contemporaine affectent peu la conception scolaire de l’histoire locale, même si une évolution pédagogique, analogue à celle qui affecte les manuels nationaux, est manifeste. Comme on l’a indiqué précédemment, les manuels postérieurs à la Première Guerre mondiale sont débarrassés des anecdotes historiques les plus sujettes à suspicion, et un réel effort y est mené pour présenter aux écoliers des documents (photographies, transcriptions de manuscrits). Les exercices prévoient même des collectes et des recherches par les écoliers. Le chapitre « Préhistoire » précède désormais le chapitre « Temps des Gaulois », cependant que la fin des manuels porte sur les combats de 1914-1918.

  • 14 Présentation d’esprit identique, mais avec des prudences rhétoriques (distinction entre légende et (...)

29Le retour de l’Alsace-Lorraine à la France entraîne la production rapide pour cette petite patrie retrouvée de manuels locaux reproduisant la division historique adoptée pour l’Histoire de France, avec toutefois un ajout concernant la guerre de Trente ans. Le manuel Histoire de l’Alsace en 21 leçons (Waechter et Bouchot 1924) fait suivre chaque chapitre d’histoire locale d’un tableau encadré et intitulé : « Événements correspondants de l’histoire nationale ». L’histoire alsacienne, de ce fait, semble être depuis les origines partie intégrante de l’histoire nationale. D’ailleurs le manuel Lectures alsaciennes publié par Christian Pfister en 1916 et utilisé dans les écoles après la fin de la guerre souligne longuement que l’Alsace faisait autrefois partie de la Gaule et que les Alsaciens des origines parlaient le celtique. Ces authentiques Gaulois étaient en butte aux menaces des envahisseurs venus de l’Est et, précurseurs des inventeurs de la ligne Maginot, avaient donc bâti une Heidenmauer pour se protéger14.

Dans cette vaste enceinte les Gaulois de l’Alsace mettaient à l’abri leurs femmes et leurs enfants, leurs troupeaux, toutes les fois que le pays était envahi par les Germains de la rive droite du Rhin. Quand l’ennemi était repoussé ou s’était retiré, la population redescendait dans la plaine et reprenait ses occupations ordinaires. On devine qu’à de nombreuses reprises les barbares germains ravagèrent l’Alsace dans les siècles qui précédèrent la naissance de Jésus-Christ. (Pfister 1916 : 33.)

30La propagande revancharde avait bien appris aux Français que les « Boches » étaient l’ennemi héréditaire : on ne savait pas qu’il fallait remonter la chaîne des âges jusqu’aux aïeux antéchristiques...

31Si les manuels alsaciens glissent rapidement sur la période 1870- 1918, il va sans dire que les événements les plus récents, à commencer par l’entrée victorieuse des troupes françaises à Strasbourg, y font l’objet d’un long et enthousiaste développement. Peut-être pour récompenser l’Alsace d’apporter à la France une pièce illustre à son Panthéon (Gutemberg), peut-être aussi pour marquer solennellement son entrée dans la Patrie, les manuels alsaciens ne manquent de faire figurer Pasteur parmi les grands hommes dont peut s’enorgueillir la région, grâce au petit Joseph Meister et à l’épouse d’origine strasbourgeoise de l’illustre savant.

32Les manuels des années 1930 s’inscrivent encore résolument dans les perspectives dessinées par la circulaire ministérielle de 1911, à laquelle les auteurs se réfèrent parfois explicitement. Au demeurant, les diverses instructions ministérielles de l’Entre-deux-guerres font preuve d’une grande continuité. Rien d’étonnant à cela puisque la conception des rapports entre le national et le local ne varie guère sous la Troisième République. Il est plus remarquable que l’histoire locale se trouve, sous Vichy, investie de la même fonction que sous la Troisième République. La circulaire ministérielle du 9 octobre 1940, émanant de Jacques Chevalier, Secrétaire général à l’Instruction publique, reprend pour le fond les propos de Maurice Faure abondamment diffusés et réutilisés par les Inspecteurs de l’Entre-deux-guerres. Mais le Secrétaire général de l’État français feint, en bonne logique de la Révolution nationale, d’ignorer l’abondant travail réalisé en ce domaine par la République :

J’ai inscrit au programme quelques leçons sur l’histoire et la géographie locales. J’attends beaucoup de cette étude qui, par la suite, pourra être développée. Il faut que les enfants des écoles connaissent le petit pays où ils sont appelés à vivre. Les maîtres pourront organiser des promenades à des lieux historiques, faire admirer des monuments ou des curiosités naturelles. L’histoire locale intéresse les enfants souvent plus que l’histoire générale puisqu’ils peuvent voir les lieux où les faits historiques se sont passés. Il faut leur dire le rôle joué par leur ville ou leur province, leur montrer le château ou l’abbaye qui a dominé la vie locale, leur expliquer les particularités géographiques de la région où ils vivent. Cet enseignement est difficile car il n’existe pas partout de petits livres bien faits sur l’histoire et la géographie locales. (Chevalier « Préface » in Anonyme s.d.b, Mon département, la Haute-Loire.)

33Avec une rhétorique plus plate, c’est bien, on le voit, le discours habituel. D’ailleurs, les auteurs du manuel consacré à la Haute-Loire en ces années vichystes ne s’y trompent pas, qui indiquent en préface à leur ouvrage leurs intentions et le mode d’usage du manuel selon des formules caractéristiques du régime précédent, à l’exception d’un terme qui renvoie à l’idéologie pétainiste.

C’est pour répondre aux vœux du Ministre que ce petit ouvrage a été composé. (...)
La géographie reprend le même plan qui a servi pour l’étude de la France entière. De la sorte une foule de termes auront déjà été expliqués et l’étude locale fournira surtout des exemples pour mieux comprendre la géographie de la grande patrie. (...)
L’histoire reproduit de même les titres du manuel d’histoire de France au cours moyen. Il sera facile au maître de replacer ainsi dans l’ensemble de la vie nationale les faits de l’histoire locale. (...)
Un questionnaire a été rédigé, à la fin du volume, pour diriger le travail de recherche sur place. On a voulu initier l’enfant aux méthodes d’observation et l’amener à fournir un travail personnel dans l’étude du milieu où il vit. Il y trouvera les suggestions utiles pour l’établissement d’une monographie assez complète de sa commune. Rien de plus éducatif que d’exciter et de diriger ainsi sa curiosité en l’attirant à l’observation des phénomènes physiques et humains qu’il a constamment sous les yeux et qu’il ne voit que si son attention a été alertée.
Puissent les enfants de nos écoles se laisser gagner par ces leçons et grandir dans la connaissance et l’amour de leur petite province, base de l’amour pour la grande patrie. (Anonyme s.d.b : « Préface ».)

  • 15 Le pétainisme maurassien impose dans les débuts de la Révolution nationale le recours au terme pro (...)

34C’est bien évidemment l’expression « petite province » qui signale la soumission à l’air du temps15. Mais le manuel s’intitule Mon département, la Haute-Loire, ce qui prouve assez, et la force du département dans la conscience nationale, et la superficialité des changements introduits par Vichy en regard de la continuité avec la période précédente.

35La page précédant la préface porte en encadré une citation du maréchal Pétain : « L’attachement à la petite patrie, non seulement n’ôte rien à l’amour de la grande, mais contribue à l’accroître. »

  • 16 Ainsi raccourcie, la formule pétainiste apparaît comme une simple variante de la formule du minist (...)

36D’une manière générale, les manuels donnant en référence cette citation de Pétain (extraite d’un discours prononcé le 8 décembre 1940), la tronquent systématiquement de sa fin : « en opposant une résistance invincible à tout ce qui peut nous déclasser, nous niveler, nous déraciner. » C’est peut-être là le signe d’une allégeance mitigée à la Révolution nationale, qui garderait la référence IIIe République à la petite patrie16, en omettant les expressions stigmatisant l’œuvre de cette même République.

37L’enseignement de l’histoire locale sous Vichy s’inscrit donc dans le droit fil de la période précédente, même si quelques collections spécialisées sont lancées pour l’occasion. Ainsi de la « Collection régionaliste Terroirs de France » des Éditions France Nouvelle qui publie quelques manuels sur des départements du sud de la France, sous des couvertures illustrées par Peynet. La formule maréchalienne de légitimation de l’histoire locale, qui se plaque sur la page titre de la collection, est une autre variante de l’expression Troisième République :

L’École et le Terroir
Comment les attacher l’un à l’autre ?
« Notamment en donnant à l’enseignement de la géographie et de l’histoire un tour concret, un caractère local et régional qui ajoutera les clartés de la connaissance à l’amour du pays. »
Maréchal Pétain, L’Éducation nationale.

  • 17 Le contingent de papier alloué à l’édition en 1942 ne représente que 15 % de la consommation d’ava (...)

38La collection ne publie sous Vichy que quelques volumes (Drôme, Aude, Basses-Alpes). D’autres volumes de la même série, reprise par Bordas, paraîtront après la Libération. La collection « Petite histoire des Provinces françaises », lancée chez Arthaud sous l’Occupation ne couvrira pas non plus l’ensemble annoncé, mais se continuera elle aussi après 1944. La lenteur du service de censure et plus encore la pénurie de papier17 limitent fortement les publications vichystes. D’autre part, le temps mais aussi des directives claires ont sans doute manqué pour élaborer une nouvelle conception de l’histoire nationale et de l’histoire locale.

  • 18 Il y a de lourdes références à la Révolution nationale et force citations du Maréchal dans la conc (...)
  • 19 Le récit de la révolte drômoise est assez ambigu, notant alternativement l’ampleur de la répressio (...)

39On peut en fait supposer que les volumes qui paraissent entre 1940 et 1944 avaient pour l’essentiel été conçus auparavant, ou bien reprennent le modèle antérieur18. Dans l’introduction de son manuel bourbonnais publié en 1941, Marcel Génermont précise que l’ouvrage avait été conçu dès 1937 et que l’auteur avait reçu les encouragements de l’Inspecteur d’Académie d’alors mais que « les alertes de 1938, la mobilisation de 1939 et les événements qui suivirent » en avaient retardé la réalisation (Génermont 1941). Les modifications les plus notables, outre les inévitables « citations » du Maréchal, concernent une accentuation dans certains volumes du rôle - bénéfique - de l’Église au cours de l’histoire de France. Mais il n’y a même pas, en général, de stigmatisation de la Révolution française dans son ensemble. Le volume portant sur la Drôme (Méjean 1941a) achève son parcours local des événements historiques par l’évocation du coup d’État du 2 décembre 1851 et la répression de l’opposition républicaine drômoise19. Précisons que ces manuels, s’ils évoquent la défaite de 1940 (ce n’est pas toujours le cas, certains arrêtant l’exposé historique au xixe siècle), le font alors très succinctement et font silence sur la coupure du pays en zones et la durable occupation allemande.

40Il n’y a en définitive pas de modèle proprement vichyste des manuels d’histoire locale. Un exemple montre plaisamment la continuité d’un discours à travers les bouleversements historiques de l’époque, qui affectent ostensiblement, mais superficiellement l’ouvrage. Il s’agit du manuel d’Henry Joly, Petite Histoire de Lyon et du Lyonnais, paru dans la collection « Petites histoires des Provinces françaises » chez Arthaud. La quatrième de couverture porte un petit texte inscrivant la collection dans le cadre du décret du 23 novembre 1940 sur l’enseignement de l’histoire locale dans les écoles primaires. La page de garde donne le numéro du visa de censure et du visa de contrôle des papiers. Le copyright est de 1944. Mais l’ouvrage n’a pu, de toute évidence, paraître au cours du premier semestre 1944. Il comporte donc une double fin. La première conduit l’histoire de Lyon, traitée fort rapidement à partir du milieu du xixe siècle, jusqu’en 1940.

L’année 1939 a vu revenir la guerre et l’invasion. En juillet 1940, Lyon a connu de nouveau l’occupation étrangère. Mais la ville d’entre Rhône et Saône, qui devait fêter en 1943 son second millénaire et dont la longue histoire comporte tant de pages sombres, garde toute sa foi dans l’avenir de la France. (Joly 1944 : 95.)

41L’occupation étrangère semblerait n’avoir eu lieu qu’au cours du mois de juillet 1940... Suit un chapitre consacré aux hommes illustres du Lyonnais. L’ouvrage se serait arrêté là, s’il était sorti au printemps 1944. La parution n’ayant eu lieu qu’à l’automne, le rajout in extremis et fort visible d’un feuillet, après la série des grands hommes, donne une nouvelle fin à l’histoire. Elle reprend donc en 1939, évoque la défaite, la zone libre, l’arrivée des troupes allemandes en novembre 1942, la Résistance et sa répression, la Libération.

Délivré de l’ennemi, ayant recouvré son Conseil municipal, Lyon répare déjà ses ruines et, confiantes dans la victoire proche, la ville et sa région participent, de tout leur labeur, à la reconstruction de la Patrie.

42Ce feuillet non numéroté, qui n’est pas mentionné dans la table des matières, clôt un ouvrage qui, rappelons-le, s’ouvre par le double visa de censure de l’Occupation. Un autre ouvrage de la même collection, consacré à la Bourgogne, paraîtra en 1945, la principale adaptation au changement historique étant la suppression en quatrième de couverture de la référence aux instructions ministérielles de 1940.

43Dans l’histoire de l’histoire locale à usage scolaire, la période vichyste n’est ni une parenthèse, ni le moment d’élaboration d’un nouveau paradigme. Il n’y a là que la récupération d’un enseignement ayant fait ses preuves, ostensiblement mais sommairement « maréchalisé ». D’une manière générale, en fait, le discours régionaliste fleurissant sous la Troisième République a fait l’objet d’une réappropriation rapide par la propagande pétainiste qui l’a abondamment utilisé en lui rajoutant la célébration du Maréchal et la stigmatisation de cette même République. (Thiesse 1991 : chapitre 8.)

44Dans les années postérieures à la Libération se poursuivent des collections lancées avant la Seconde Guerre mondiale, selon les mêmes principes. Il y a même parfois tout simplement réimpression de volumes publiés dans les années 1930. La notion d’histoire vivante est reprise dans les premiers manuels de la Quatrième République, comme l’indique, dès le titre, l’ouvrage de l’Inspecteur de l’Enseignement primaire Maréchal, L’histoire vivante, essai de méthode active, Brie et Gâtinais (Maréchal 1947). L’Inspecteur général Troux, dans sa préface à l’ouvrage rappelle la série des instructions ministérielles qui, depuis 1911, ont recommandé l’enseignement de l’histoire et de la géographie locales. Le programme de 1945 s’inscrit dans cette continuité et recommande d’utiliser au maximum « toutes les ressources de la commune ou des communes voisines (églises, monuments, vestiges, ruines, lieux historiques, monnaies, médailles, etc.) pour initier les enfants à l’histoire locale, au cours de promenades et de séances d’activités dirigées ». Et l’Inspecteur général d’ajouter que lesdites instructions ne prêchent que des convertis et que les instituteurs s’accordent pour la plupart sur les recommandations formulées autrefois par l’Inspecteur d’Académie Blanguernon :

Un événement de l’histoire nationale ou générale peut rester vague à l’enfant, qui vit surtout par l’imagination et les sens : caractérisez-le au contraire par une de ses conséquences ou de ses particularités régionales ; le fait devient alors assimilable, et l’attention éveillée, retenue, le confie au souvenir. Une institution se manifeste dans les faits qui l’illustrent et la commentent : prenez ces faits de préférence encore dans l’histoire de la région : ce sont les ancêtres de nos élèves qui ont vécu, et sous les formes particulières au petit pays, les temps barbares, la féodalité, l’Ancien Régime, la Révolution ; et l’enfant sentira passer en lui le frisson de la race.

45La conception de l’histoire locale forgée par la Troisième République est aussi reprise sans grandes modifications dans les manuels destinés aux élèves de l’enseignement catholique. La présentation d’ensemble est similaire, si ce n’est que les différents chapitres font la part belle au rôle de l’Église dans la construction de la Nation (de ce fait, les développements consacrés à la Chouannerie sont traités avec une certaine prudence). L’Abbé Civrays, auteur des Simples leçons sur l’Histoire de l’Anjou, reprend ainsi dans sa lettre-préface le discours typique des Inspecteurs d’Académie, à cette mièvrerie près que la petite patrie y devient maman :

En menant (ce travail) à bout, je me suis souvent répété ce mot d’un contemporain : « La France, c’est la mère ; mais la province, c’est la maman ». Tous, tant que nous sommes, nous aimons à nous dire fils de France, mais aussi fils de Bretagne, de Flandre, de Lorraine, d’Alsace, de Provence, de Gascogne ou d’Anjou. Nous avons tous une petite patrie dans la grande, dont les paysages, les coutumes, les costumes, le langage, l’accent, nous sont familiers, et dont nous nous plaisons à parler avec fierté. Les enfants de nos écoles doivent étudier l’histoire et la géographie de la province où ils sont nés, pour trouver dans cette étude des raisons de lui donner plus d’affection encore.
Voilà pourquoi la première partie de ce petit volume a été comprise de manière à servir de complément régional, pour l’Anjou, à l’exposé des grandes époques de l’histoire de France : Origines, Période romaine, Féodalité, xvie, xviie siècles, etc.
Dans une seconde partie, c’est la figure même, les traits physiques de cette bonne terre où ils vivent, ses ressources, ses habitants, que j’ai voulu mettre sous les yeux de nos petits écoliers et leur faire mieux connaître.
(...) Que (ce petit manuel) fasse aimer davantage aux petits Angevins leur Anjou ; j’aurai conscience, alors, d’avoir fait œuvre utile, puisque j’aurai contribué pour ma petite part, à fortifier dans leur cœur l’amour de la grande patrie commune, la France. (Abbé Civrays 1922 : Préface.)

46Le chanoine Crosnier, directeur diocésain de l’Enseignement libre en Anjou, auquel s’adresse la lettre-préface, montre bien par sa réponse, également publiée en introduction au manuel, que le discours Troisième République sur l’amour conjoint de la petite et de la grande patrie n’est pas plus laïque que catholique : « Votre livre, si bien fait pour exprimer l’amour de la petite et de la grande patrie, se recommande de lui-même aux écoliers de notre Anjou catholique. » (Crosnier, in Abbé Civrays 1922 : Préface.)

47Il convient cependant de signaler le cas de L’Histoire de Bretagne, due à l’abbé Henri Poisson (Poisson 1930), qui s’inscrit dans une tout autre perspective que la célébration de la petite patrie pour la plus grande gloire de la grande. Bien au contraire, ce manuel de 1930 ne cesse de célébrer la farouche lutte des Bretons contre les Francs et les Français et il incite les écoliers à prendre part au combat séparatiste. L’ouvrage porte un « imprimi potest » du vicaire général Gayet et cite en troisième de couverture les prescriptions des archevêques et évêques de Rennes, Quimper et Vannes rendant obligatoire l’enseignement de l’histoire et de la géographie locales dans les écoles libres de leurs diocèses. Mais le livre est édité par l’Imprimerie commerciale de Bretagne et le lecteur comprend rapidement que l’idéologie développée est moins celle d’un haut clergé soucieux de composer avec les institutions de la France que celle du mouvement nationaliste breton. La préface rédigée par l’archiviste-bibliothécaire Quilgars évoque d’ailleurs d’entrée des référents locaux pour le moins païens :

L’Histoire des ancêtres et des patries, surtout quand cette histoire est celle des Bretons et de la Bretagne, glorieuse entre toutes, presque sainte, devrait être gravée dans tous les cœurs et transmise avec respect de génération en génération, devoir qu’enseignaient avec raison les vieux Druides.

  • 20 L’épopée bretonne du Barzaz-Breiz, publiée par Theodor-Hersart de la Ville-marqué en 1837 et reman (...)

48Certes, le manuel s’attache longuement à présenter les saints bretons, mais comme champions de la farouche résistance contre les ennemis de l’Est, plutôt que comme propagateurs du christianisme. Saint Hervé, « patron des bardes », tient à peu près le même rôle que Nominoë, « père de la Patrie bretonne ». Saint Yves, official de Tréguier, est donné comme « défenseur de la Bretagne » pour s’être opposé aux prétentions du roi de France qui voulait lever dans son royaume une taxe sur les biens de l’Église et étendre la mesure à la Bretagne. Le rattachement de la Bretagne à la France est présenté comme une défaite imputable à « de grands seigneurs, qui, pour des motifs inavouables d’ambition abandonnèrent la cause bretonne ». Trahison des élites renouvelée au moment de la Révolution car « le Tiers État breton, composé surtout de bourgeois des villes imbus des idées erronées de Jean-Jacques Rousseau, (...) sacrifia l’intérêt de la Bretagne à ses ambitions ». Suit, bien sûr, un exposé apologétique de la Chouannerie. Mais l’auteur, prudemment, insiste ensuite sur le loyalisme des fiers Bretons à laquelle la France doit tant : « Depuis la nuit du 4 août 1789, la Bretagne a perdu son autonomie et son histoire se confond avec celle de la France. Elle l’a toujours loyalement servie, au prix du meilleur sang de ses fils chaque fois qu’elle a fait appel à son dévouement pour sa défense. » Mais les valeureux Bretons, selon l’abbé Poisson, sont bien mal récompensés par une France ingrate et éternellement ennemie qui les a persécutés dans leur foi au moment des inventaires et a proscrit « le vieux parler de nos aïeux dans les écoles primaires ». L’ouvrage s’achève par « l’hymne national breton » : Bro Goz ma Zadou (vieux pays de mes pères), donné en breton et en français. L’exorde final au petit lecteur est une invite à se rappeler le souvenir des grands héros : Judicaël, Morvan, Nominoë, Alain, Montfort et à participer au « mouvement pour la résurrection de la Bretagne ». « Enfant, toi qui a appris l’histoire de notre beau pays, sois fier de ta race », clame l’auteur de cette Histoire de Bretagne, version Barzaz Breiz20. La quatrième de couverture est illustrée par une Bretonne avec sa coiffe, des hermines, des croix celtiques et l’inscription en majuscules Breiz. On peut douter que l’épiscopat breton ait recommandé l’usage dans les écoles de ce manuel, significatif surtout de l’engagement de quelques ecclésiastiques dans un mouvement nationaliste qui conduira certains d’entre eux à la collaboration avec l’Allemagne nazie.

Notes

1 Le manuel de Hay, qui ordonne strictement le programme par mois (avec pour chacun révisions et notions nouvelles) fournit (p. 305-306) une série de « sujets donnés au certificat d’études depuis 1895 » dans le département, dont celui-ci : « Nous avons deux patries : la petite ou le pays natal et la grande ou la France. Quels devoirs avons-nous à remplir vis-à-vis de chacune d’elles ? »

2 La première phrase est donnée sans nom d’auteur ; en ce qui concerne la seconde, nous n’avons pu en trouver l’origine dans l’œuvre de Rousseau ; son éventuel caractère apocryphe témoignant alors du zèle d’un pédagogue républicain. On trouve dans d’autres manuels une citation en exergue de Rousseau qui peut être à l’origine de la déclaration de style IIIе République attribuée par Hay à l’auteur de l’Émile : « Pour Émile, les deux premiers points de géographie seront la ville où il demeure et la maison de campagne de son père ; ensuite les lieux intermédiaires, ensuite les rivières du voisinage. »

3 Le terme souligné l’est dans le texte original.

4 Ce recours aux anecdotes s’inscrit dans une pédagogie qui, comme le spécifiait Lavisse en préface de plusieurs de ses manuels, concevait « l’enseignement de l’histoire aux tout-petits comme une suite d’histoires racontées par les grands-pères aux petits enfants ».

5 L’abolition du Concordat a peut-être eu le mérite de protéger les esprits enfantins des fantasmes sexuels sadiques du légendaire religieux, mais certains auteurs de manuels ont ultérieurement imposé aux enfants d’autres visions tout aussi horribles et peut-être encore plus prégnantes, parce que dépourvues de comique involontaire (descriptions d’épidémies de peste ou de massacres, par exemple).

6 En octobre 1901, Camille Bloch présente devant la Société d’histoire moderne une communication sur « L’organisation des études d’histoire locale en France ». L’année suivante, Pierre Caron y lit un rapport sur « L’organisation des études locales d’histoire moderne ». En 1903, Henry Berr publie, dans la Revue de synthèse historique qu’il dirige, une « Synthèse des études relatives aux régions de la France », article exposant l’intérêt et le programme d’une étude systématique des régions françaises. Berr entreprend de publier en conséquence une série de monographies historiques régionales. Jeunes historiens, Lucien Febvre (La Franche-Comté, 1911) et Marc Bloch (L’Ile-de-France, 1913) exposent là leurs premiers travaux d’importance.

7 Les caractères mis en capitales le sont dans le texte original.

8 Un texte joint, emprunté à un historien local, indique qu’un des Croisés du Nord, las de la guerre, vint se retirer en « hermite » près de Tain, y planta de la vigne et fut ainsi à l’origine d’une des fiertés viticoles locales.

9 Le manuel présenté a été publié en 1941. Mais, comme on le précisera ultérieurement, les manuels publiés entre 1940 et 1944 ne diffèrent pas sur l’essentiel des manuels de la Troisième République et ne mettent pas en œuvre une autre conception de l’histoire locale et nationale.

10 Le passage mis en italique l’a été par nous.

11 Les caractères mis en italique l’ont été par nous.

12 Les mots mis en italique l’ont été par nous.

13 Les mots en italique le sont dans le texte original.

14 Présentation d’esprit identique, mais avec des prudences rhétoriques (distinction entre légende et histoire) dans le manuel Petite histoire d’Alsace et de Strasbourg, à l’usage des écoles, Strasbourg, Libraires éditeurs A. Vix et Cie, s.d.a : « Les origines de la ville de Strasbourg se perdent dans la légende. Du temps des Celtes on trouve à son emplacement le Bois sacré avec ses trois hêtres qui ombragent l’hautel (sic) druidique. Autour de cet endroit se serait formé bien avant la naissance de Jésus-Christ une cité gauloise. L’histoire nous parle seulement de la forteresse romaine Argentoratum, c’est-à-dire de la partie de la ville comprise entre l’église Saint-Étienne, la place du Broglie, le Temple neuf et des maisons 8 et 10 dans la rue du Vieil Hôpital. Elle a servi de rempart contre les invasions périodiques de tribus germaines. »

15 Le pétainisme maurassien impose dans les débuts de la Révolution nationale le recours au terme province pour désigner les divisions de la France souhaitables pour l’époque contemporaine. En janvier 1941 est créée une commission du Conseil national pour élaborer un projet de division de la France en 20 provinces. Le projet fait long feu. Cf. Pierre Barrai, « Idéal et pratique du régionalisme dans le régime de Vichy », Revue française de sciences politiques, vol. xxiv, n° 5, octobre 1974.

16 Ainsi raccourcie, la formule pétainiste apparaît comme une simple variante de la formule du ministre radical Maurice Faure dans sa circulaire de 1911 : « L’amour du sol natal, comme je le disais à la Chambre des Députés, est le plus solide fondement de l’amour de la patrie. »

17 Le contingent de papier alloué à l’édition en 1942 ne représente que 15 % de la consommation d’avant-guerre ; le chiffre passe à 4 % en 1943 et à peine 1 % pour le premier semestre de 1944. Cf. Pascal Fouché, l’édition française sous l’Occupation, Paris, Université Paris vu, 1988.

18 Il y a de lourdes références à la Révolution nationale et force citations du Maréchal dans la conclusion de la 3e édition, en 1941, du manuel de Souché (A.), Inspecteur de l’Enseignement primaire. Notre Petite Patrie, Loudun et Chatellerault, les pays loudunais, mirebalais et chatelleraudais, Poitiers, La Vienne et le Poitou, Histoire locale illustrée, Loudun, Imprimerie-Librairie H. Robert, 100 pages. Mais le fonds du volume, de toute évidence conçu avant la guerre, appartient au modèle usuel. Et l’auteur de préciser liminairement : « L’idée directrice qui relie et anime nos leçons d’histoire : la continuité de l’effort français à travers tous les régimes pour construire, maintenir ou relever la France. » (caractères soulignés dans le texte original). En fait, il y a allégeance ostensible au nouveau régime et déni à celui-ci de toute originalité « révolutionnaire ».

19 Le récit de la révolte drômoise est assez ambigu, notant alternativement l’ampleur de la répression et le grand nombre de prisonniers remis en liberté, ainsi que le vote majoritaire du département pour le rétablissement de l’Empire. Mais par ailleurs, nombre d’éléments mettent l’accent sur l’ancrage du sentiment républicain parmi les paysans et singulièrement les montagnards drômois, qui sont dans ce genre d’ouvrages supposés les plus fidèles détenteurs des vertus de la race. Une note infrapaginale, propre à flatter certains amours-propres locaux, note que le canton de Vernoux, dans l’Ardèche, fut le seul de toute la France à voter contre l’Empire : reprise, sans doute, d’une référence locale valorisante sous la Troisième République, et probablement souvent rappelée alors. Le canton de Vernoux compte par ailleurs une importante population protestante.

20 L’épopée bretonne du Barzaz-Breiz, publiée par Theodor-Hersart de la Ville-marqué en 1837 et remaniée au fil des rééditions dans le sens d’une violente charge nationaliste hostile aux Francs et aux Français, a nourri la production poétique et historique des intellectuels bretons hostiles à l’intégration nationale, tant à la fin du xixe siècle que dans les années 1930.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search