Version classiqueVersion mobile

Ils apprenaient la France

 | 
Anne-Marie Thiesse

3. La tautologie Montesquieu

Texte intégral

1Les inventaires enthousiastes des beautés variées de la région qu’on trouve dans les manuels ne sont pas sans évoquer les « blasons » du corps de la Femme dans la poésie amoureuse. Il s’y révèle en tout cas une forte anthropomorphisation de la petite patrie :

Dans cette portion de terre provençale, d’une beauté parfois sévère et farouche, parfois douce et caressante, mais toujours harmonieuse et prenante, tous les paysages, toutes les cultures, tous les climats se rencontrent. (Eisenmenger et Cauvin 1914 : Avant-propos.)

2Élie Reynier a, en savant et en fils amoureux de son pays, éprouvé la rudesse prenante de la terre vivaroise. (Blanchard et Faucher, in Reynier s.d. : Avant-propos.)

Enfant,
Maintenant tu connais un peu mieux ton pays. Tu as pu te rendre compte dans ce petit livre qu’à l’image de la France, il présente, aussi bien dans son histoire que dans sa physionomie et ses richesses, le double caractère de modération et de variété. (...)
Enfant ! lorsque tu quitteras l’école pour embrasser une carrière, demeure en ta petite patrie.
Elle est bonne nourricière, et nulle part tu ne goûteras mieux que dans cette nature modeste et familière, parmi ces hommes laborieux et calmes, la joie de vivre et de travailler. Elle est jolie, elle est bonne, et son climat est un des plus salubres qui soient au monde. (Lavoille 1928 : Conclusion.)

3Mère ou fiancée (il semble qu’elle puisse être à la fois l’une et l’autre), la petite patrie a les traits physiques ou moraux d’une femme du pays. Symétriquement, les manuels développent un discours selon lequel une longue familiarité avec le sol et le climat a forgé le caractère physique et moral des habitants. Effet Montesquieu éventuellement modernisé par la géographie humaine :

  • 1 Les passages en italique sont soulignés dans le texte original.

La Race :
Les populations de la Haute-Provence résultent de nombreux mélanges. Aux hommes primitifs au crâne dolichocéphale ou allongé, sont venus se mêler des hommes au crâne brachycéphale ou rond. (...) Mais le milieu physique, le sol, le climat, les occupations, ont agi sur les populations, les ont façonnées pour ainsi dire, et ont créé un type particulier présentant des différences sensibles suivant la région.
L’habitant des montagnes est en général brun ou châtain, de taille moyenne ; il est trapu, d’allure lente, de caractère calme, réfléchi, obstiné, très attaché au passé. Il a le goût du travail, de l’épargne, mais aussi l’esprit processif. L’habitant de la plaine est d’allure plus légère, d’esprit plus mobile, plus enthousiaste ; ce qui le caractérise surtout c’est l’entrain, la gaîté, la faculté de saisir les ridicules, la verve frondeuse, la raillerie mordante et imagée. Tous les deux doivent au climat un esprit clair et net, soucieux surtout des réalités, peu enclin à la rêverie, une grande sobriété, un attachement tout particulier au sol natal et à la famille. (Une note infrapaginale ajoute ici : « Les Basses-Alpes ont produit peu de poètes, d’artistes, mais surtout des érudits, des historiens, des médecins, des géomètres, des naturalistes »)1. (Eisenmenger et Cauvin 1914 : 154.)

4Les cieux clairs et nets de la Haute-Provence, qui à la différence des brumes du Nord n’offrent pas de support à la rêverie, auraient donc produit des esprits à leur image. Mais les auteurs de cette caractérologie locale, on l’a indiqué plus haut, décrivent la terre provençale selon un champ sémantique emprunté au portrait moral et physique d’un personnage féminin. L’explicitation de l’ethnotype vivarois, dans le manuel géographique d’Élie Reynier, met en œuvre de manière encore plus serrée ces transferts de registres sémantiques, qui anthropomorphisent la nature et naturalisent l’homme, en un perpétuel jeu de reflets :

  • 2 Les passages en italique sont soulignés dans le texte original.

Ce pays si âpre et si accidenté, rocailleux, aux versants raides, au sol granitique pauvre, n’a pu fournir des récoltes variées et appréciables que grâce à des qualités de patience, de ténacité invincible, de résignation courageuse, qui caractérisent le paysan vivarois. (...) Ce travail ardu et tenace, la dissémination des hameaux et des fermes, font comprendre le caractère en apparence rugueux et peu sociable, parfois violent, du paysan ardéchois, sa fidélité aux vieux procédés de culture et de vie matérielle, comme aux croyances et aux pratiques anciennes, la frugalité de ses mœurs, et sa valeur morale élevée, son esprit de droiture et d’indépendance.
De même s’expliquent son amour passionné de la terre et de la propriété, son attachement à l’argent, pendant longtemps si difficile à gagner et si rare, son goût de la chicane2. (Reynier s.d. : 16-17.)

5Le pays est âpre et rocailleux comme le paysan ardéchois est âpre au gain et rugueux. Le sol granitique est pauvre, comme ceux qui le cultivent, et font montre d’une ténacité aussi invincible que la résistance de ce granit à l’érosion. Les versants raides sont à l’image de l’homme qui y vit, droit et abrupt dans ses relations, parfois violent comme l’orage qui emporte sa terre. L’énoncé de l’exercice proposé aux écoliers qui suit cette caractérisation de la terre vivaroise et de ses habitants précise, si besoin en était, la parenté entre le sol et les hommes :

Cherchez, dans la lecture de romans ruraux (G. Sand, R. Bazin, Moselly, Eug. Le Roy, etc.) les caractères du pays et du paysan, leurs ressemblances et leurs différences avec notre région et ses habitants.

6Le caractère du pays, c’est celui du paysan, et réciproquement. Si la nature fait l’homme à son image et lui imprime ses traits, l’homme fait la nature et lui confère ses valeurs morales. Et c’est une figure féminine, allégorie de la terre et suprême achèvement de la race, qui en sa jeune beauté, est généralement le symbole de ce double mimétisme. Le dernier texte de la Géographie d’Élie Reynier, emprunté au Peuple de Michelet, vient sur ce mode donner le complément du chapitre consacré par l’auteur à la formation du paysan vivarois sous l’effet des déterminations du sol :

Il est plus d’un pays, en France où le cultivateur a sur la terre un droit qui certes est le premier de tous, celui de l’avoir faite. Je parle sans figure. Voyez ces rocs brûlés, ces arides sommets du midi ; là, je vous prie, où serait la terre sans l’homme ? La propriété y est toute dans le propriétaire. Elle est dans le bras infatigable qui brise le caillou tout le jour, et mêle cette poussière d’un peu d’humus. Elle est dans la forte échine du vigneron qui, du bas de la côte, remonte toujours son champ qui s’écoule toujours...
Je sentis tout cela lorsque, au mois de mai 1844, allant de Nîmes au Puy, je traversais l’Ardèche, cette contrée si âpre où l’homme a créé tout. La nature l’avait faite affreuse, grâce à lui, la voilà charmante ; charmante en mai, et même alors un peu sévère, mais toujours d’un charme moral d’autant plus touchant. (...) Justement, c’était la grande récolte ; à ce beau moment de l’année, on travaillait la soie, le pauvre pays semblait riche ; chaque maison, sous la sombre arcade, montrait une jeune dévideuse, qui, tout en piétinant sur la pédale du dévidoir, souriait de ses jolies dents blanches et filait de l’or. (Michelet, Le Peuple, 1re partie, chap. i, in Reynier s.d. : 34.)

7Les propos tenus par les auteurs de manuels sur le paysage et le paysan ne sont en rien leur création. Ils reprennent des formulations plus anciennes qui ont trouvé au xixe siècle leur forme définitive et dont l’œuvre de Michelet offre sans doute les plus belles réussites, stylistiquement parlant. Plus originale est l’insertion de ces topoï entre des passages érudits consacrés à la formation géologique de la région ou aux statistiques récentes de la production.

Les leçons d’ethnotype

8Certains éléments des ethnotypes, donnés comme spécificités locales, sont en fait des caractérisations sociales convenues, générales sur l’ensemble du territoire : le paysan (et plus particulièrement le paysan de montagne) est supposé lent, réfléchi, âpre au gain, procédurier, attaché aux vieux usages. D’autres sont la reprise d’ethnotypes que des personnages illustres ou des succès littéraires ont rendus célèbres et transformés donc en marques identitaires valorisantes. Témoin cette présentation de la « race landaise », en conclusion d’un texte qui porte en exergue un hommage à Camille Jullian :

Dans les aspects variés de son histoire, on retrouve les traits de la race landaise : susceptible, changeante, défiante, fière de son terroir où elle a souffert, particulariste et éprise d’indépendance, mais non dépourvue d’esprit pratique, fertile en vaillants capitaines et marins, moins riche en poètes et en artistes. Elle a gardé jalousement à travers les vicissitudes son parler, ses mœurs et ses coutumes. Comme l’a écrit avec raison un de ses illustres enfants, Pierre Benoît, « ce petit paysan gascon, au nez busqué, aux mollets de coq, tel que le vieux Dumas nous l’a dépeint dans son éternel portrait de d’Artagnan » est le symbole des qualités de la race. (Laroquette et Prigent 1933 : Conclusion.)

9L’ethnotype normand est une glose de son illustration par la littérature réaliste :

Tout le monde connaît ce villageois madré et cossu que Maupassant et tant d’autres ont immortalisé. Ce n’est pas le premier venu. Il n’est pas de ceux que la caricature peut rendre ridicules. Il a un portefeuille sous sa blouse, du foin dans ses bottes, du linge fleurant la lavande dans son armoire normande : il ne s’en vante pas, mais il le sait... Le paysan, en tout pays, est prudent, mais la prudence du paysan normand, va, dit-on, jusqu’à la méfiance à l’égard de l’inconnu, le « horsain ». Son premier mouvement est de se tenir sur la défensive, comme le premier geste de ses aïeux devait être de porter la main à la garde de leur épée.
Nul n’excelle comme lui dans l’art de parler sans se compromettre. Le Normand n’a pas le mensonge facile et ingénu des races ensoleillées, mais il tourne sept fois sa langue avant de dire le fond de sa pensée. Laborieux et économe, il n’aime pas conter ses affaires à ceux qu’elles ne regardent pas, ce qui est d’ailleurs une des formes de sa discrétion.
Beaucoup de citadins se figurent encore le bonhomme normand avec un « casque à mèche » et sa compagne avec le bonnet cauchois : tout cela n’existe plus que dans les opérettes. Ce qui, au contraire, est bien vivant, ce sont ses habitudes d’hospitalité plantureuse. La tempérance n’y trouve pas toujours son compte, et le trou normand est parfois une chausse-trape où plus d’une raison culbute, mais l’intention est bonne même lorsque la main tremble un peu. Malheureusement, la pente qui mène à l’alcoolisme est glissante, et beaucoup la descendent qui ne s’en aperçoivent qu’au fond du fossé. Aussi la race normande perd-elle de sa prestance : la graine de cuirassiers ou de grenadiers ne lève plus comme autrefois. (Albert-Petit, in Risson et Lechevalier s.d. : 47-48.)

10L’ethnotype du Normand dur à la tâche, âpre au gain et guère soucieux d’idéal, peut sans grand effort être accommodé au cadre départemental :

Les habitants de la Seine-Inférieure sont généralement actifs, intelligents et très entendus aux affaires industrielles et commerciales. Ils sont d’un caractère paisible et réservé ; leur esprit positif est réfractaire aux idées hasardeuses, comme aux entreprises téméraires. (Cusson et Gaillard 1888 : 11.)

11La page en regard indique benoîtement les manifestations historiques de l’ethnotype : trop occupés à leurs affaires industrielles et commerciales, sans doute, et en vertu probablement de leur esprit paisible, les habitants de la Seine-Inférieure n’auraient pas eu le temps de s’adonner aux passions révolutionaires. Ils préfiguraient Guizot quand le reste du pays s’enflammait encore pour Rousseau :

La grande Révolution française laissa peu de traces dans ce beau pays paisible tout occupé de travail, et le département de la Seine-Inférieure, créé en 1790, devint un centre actif où fleurirent l’agriculture, le commerce et l’industrie.

12D’autres caractérisations régionales se construisent plutôt comme des « contre-ethnotypes », qui permettent de doter les habitants d’une région à identité psychologique peu illustre de qualités qui sont, en fait, le contre-pied d’un ethnotype bien connu, dévalorisé pour les besoins de la cause. L’ethnotype assurément le plus fameux sur l’ensemble du territoire national, celui du Méridional vivace et fougueux, se transforme en repoussoir dès lors qu’il s’agit de caractériser les habitants des régions situées plus au nord.

  • 3 Les passages en italique le sont dans le texte original.

Un mot suffit à définir leur caractère (des Berrichons) : ils ont avant tout le sens pratique. Ils laissent à d’autres l’ivresse des folles rêveries et l’enthousiasme des projets aventureux.
Leur intelligence est faite surtout d’esprit critique. Le jugement, le bon sens y réfrènent les écarts d’une imagination d’ailleurs assez pauvre. De là cette prudence, cette réserve méfiante, cette aversion instinctive pour les innovations qui va parfois jusqu’à la routine. (...) Quoi qu’il en soit, la philosophie douce et calme des Berrichons se rehausse volontiers d’une pointe de fine ironie à l’égard des rêveurs et des agités. Les moqueries s’exercent particulièrement aux dépens des gens du Midi, amoureux, comme chacun sait, des gestes larges et des phrases violemment colorées. Tandis que le Méridional s’agite, gesticule, vibre, hurle, bondit, tonitrue, la face placide de ses interlocuteurs s’épanouit discrètement, un éclair de malice réprimée filtre sous les paupières mi-closes, et le coin des lèvres se plisse en un imperceptible retroussis. (...)
Ces qualités de droiture, de sincérité, d’honnêteté, de réalisme avisé, de pénétrante finesse, font de ces Berrichons des hommes d’affaires accomplis. On leur reproche, à la vérité, d’être économes à l’excès, et « têtus comme leurs moutons ». Mais ce sont défauts qui valent presque des qualités.
On peut dire, en somme, que les Berrichons manquent d’imagination et d’initiative, et qu’ils souffrent d’une hypertrophie de la raison et de la persévérance. Au demeurant, ce sont gens loyaux, calmes, doux, modérés et de bonne compagnie3. (Tortrat, Jouin et Redon 1927 : 109-110.)

13De l’art de transformer la représentation canonique du paysan « de partout » en ethnotype original, grâce au concours involontaire du Méridional ! Il faut préciser que les Méridionaux s’irritent de ce rôle qu’on leur fait tenir bien malgré eux et les auteurs d’un manuel consacré aux Bouches-du-Rhône ouvrent leur chapitre « Les Hommes et les problèmes humains » par une longue réfutation de l’ethnotype provençal, en insistant sur la profonde tristesse du paysage et du paysan :

  • 4 Une note infrapaginale renvoie ici à Edmond Jaloux, Marseille, Émile Paul, 1926.
  • 5 Une note infrapaginale renvoie ici à Michelet, sans précisions.

On a fait du Provençal, depuis la fin du xixe siècle, un portrait caricatural, sinon déformé. Daudet en a une grande part de responsabilité, avec son Tartarin. Très vite s’est répandu le type d’un Provençal vantard et hâbleur, léger et paresseux, sans compter d’autres accusations encore plus graves. Cet empressement à élever une fiction en génie ordinaire d’un groupe fait irrésistiblement penser au sérieux avec lequel les guides du château d’If racontent les sombres années de captivité du comte de Monte-Cristo. (...)
On ne s’est pas rendu compte que la légèreté provençale n’est qu’un masque commode ; la cordialité, l’hospitalité - « plus apparente que réelle » -, la gaieté un reflet éphémère. (...) On n’a vu que l’extérieur, qu’un côté du caractère provençal. C’est en méconnaître la complexité. « D’un côté l’ardeur, la passion, l’éloquence, le tapage même ; de l’autre une pensée grave, recueillie, volontiers mélancolique, repliée sur soi-même : Mirabeau et Vauvenargues4. »
Il y a une tristesse provençale. Calcaires décharnés, pins tordus, oliviers argentés, ceps poussiéreux, stridences monotones des cigales, garrigues... grisaille et tristesse... « La vraie Provence est triste » note encore Edmond Jaloux.
C’est une race résistante que ces Provençaux. « Cette belle lumière, ce climat puissant trempe admirablement l’homme ; elle lui donne la force sèche, la plus résistante5. » Un homme petit, sec, solide, comme l’olivier d’Aix, comme le Ligure de Strabon. Une race sobre : du pain, de l’ail et des oignons, quelques anchois, des pois chiches, le tout à l’huile d’olive - repas courants naguère encore ; pas d’ivrognes. Une race dure au travail, toujours en lutte contre la sécheresse ou l’averse torrentielle, contre la chaleur persistante d’un été long ou la brusque gelée nocturne à la tombée du mistral. (Pierrein et Guiral 1945.)

14L’insistance sur la tristesse de la nature et des hommes permet d’équilibrer l’ethnotype méridional, entre exubérance et mélancolie, comme l’attestent les grands hommes et par conséquent de le conformer à l’ethnotype français, comme équilibre harmonieux des contraires, ce qui permet de faire du paysan provençal un paysan comme les autres, pourvu des mêmes qualités d’ardeur à la tâche et de frugalité. Il n’en demeure pas moins que le recours à la caractérisation dépréciative du Provençal est un procédé trop commode pour ne pas être abondamment utilisé :

  • 6 Les termes mis en italique l’ont été par nous.

Il y a donc une harmonie préétablie entre le tempérament girondin et la terre girondine ou ce que, d’un terme plus compréhensif, j’appellerai la nature de la Gironde.
Le Girondin n’a ni l’ardeur bruyante, ni les révoltes, ni les élans désordonnés du Méridional : tous ses mouvements sont empreints de douceur et d’optimisme... « J’accepte de bon cœur et reconnaissant ce que la nature a fait pour moi et m’en agrée et m’en loue. » Montaigne définit ainsi cet état d’âme que symbolise « le milieu ».
Le Girondin, qui ne connaît donc pas les passions sous leurs formes violentes, sait unir cependant à la modération la constance, la fermeté et la noblesse. (...) Or, cette grandeur sereine est dans les choses mêmes.
Voyez à Bordeaux, « mélange, dit Victor Hugo, de Versailles et d’Anvers », voyez le croissant que décrit avec tant de magnificence le fleuve puissant, mais apaisé, qui a perdu sa fougue pyrénéenne et ne sort plus de son lit aux approches de la ville, même dans ses jours les plus terribles. (...) Je ne sais rien de plus émouvant que la majesté des pins (...) maintenant sans effort apparent leur grâce si svelte contre l’assaut du vent, tordus à la lisière juste à peine pour éveiller le sentiment d’une vie profonde, presque humaine. (...)
Si la philosophie (des Bordelais) est descendue du ciel sur la terre, ce n’est pas pour ramper dans les bas-fonds, mais pour se tenir à des hauteurs moyennes d’où elle ne perd de vue ni l’idéal, ni le réel.
Elle est comme un sous-produit spirituel de leur vin, et c’est le vin qui explique, en fin de compte, la Gironde et les Girondins. (...) Le vin de Bordeaux exige, pour être goûté, une sensibilité toute pénétrée d’intelligence et c’est par lui que se réalise dans le tempérament girondin cette synthèse délicate de la sensualité et de la spiritualité qui en fait la valeur infinie.
Ainsi, la Gironde, plaisant coin de terre de France, aux visages si divers, étalé glorieusement sous un ciel doux et clément, bannit de l’âme de ses habitants tous les excès : ceux de la passion, ceux de la joie ou de la tristesse, ceux même de la vertu. Mais elle les induit à une humanité vraie, c’est-à-dire sans humilité feinte, comme sans fausse grandeur6. (Auriac, in Got 1934, Introduction : xvii-xxi.)

  • 7 Le terme « race » est communément utilisé à l’époque dans le discours régionaliste, dans une accep (...)

15L’Inspecteur général de l’Instruction publique qui se livre à ce long panégyrique de la terre et de l’âme girondine, tout entières forgées par l’idéal du juste milieu, connaît ses classiques. Il ne s’agit pas en l’occurrence des écrivains illustres qu’il cite, mais des éléments fondamentaux de la caractérisation d’une petite patrie : paysages, éléments naturels, tempérament des habitants et philosophie déployée dans l’histoire - dans le cas présent est implicitement évoquée une politique -, grands hommes du cru, sans oublier le vin, synthèse la plus achevée des vertus de la terre et des valeurs de la « race7 ». Tous sont en étroite symbiose, déterminés par le même principe qui les forme et qu’ils prouvent : ici, le juste milieu, aussi éloigné des passions du Sud que des froideurs du Nord. C’est très probablement à partir de la référence aux Girondins de la Première République, valorisante sous la Troisième pour ce qu’elle est associée au refus « des excès de la vertu » et surtout connue sur l’ensemble du territoire national, que se définit l’ethnotype girondin de la « juste mesure », appliqué ensuite aussi bien à la nature qu’aux habitants passés ou présents de la région. Un opportun renvoi à l’ancien maire de Bordeaux ami de la Boëtie permet de désigner comme inhérente à l’âme girondine cette « sagesse du milieu ». La théorie du baron de la Brède, Président à mortier du Parlement de Guyenne, est encore reprise mais dans sa causalité alternative : le climat, la nature, forment le tempérament, mais ce tempérament s’applique aux éléments naturels anthropomorphisés. La Garonne devenue Gironde se conforme à l’esprit girondin, perd « sa fougue pyrénéenne » et s’apaise en atteignant Bordeaux.

16La Loire elle aussi s’imprègne du génie des lieux qu’elle traverse : capricieuse et caprine en ses débuts auvergnats, elle se fait châtelaine en entrant dans le Jardin de la France et prend les atours d’une dame du temps jadis :

Les pays de Loire frappent par leur distinction.
Voici donc enfin des rivières qui cheminent en cadence entre des ondulations symétriques ! Voici une architecture simple des coteaux ! Et voici que sans vain artifice d’ornement, cette savante simplicité tire du jeu des ombres et des lumières le parti le plus harmonieux.
(...) La Loire ne roule pas les pépites d’or qu’il faudrait pour se payer de riches étoffes.
Mais si, pour habiller la colline, il lui manque quelques mètres de cette bonne soie à gros grains des champs de blé, elle osera sans fausse honte une applique en velours côtelé de vignes. Heureuse audace, presqu’un ornement ! et pourtant le tour est si discret de ton que la ligne seule prend de l’importance.
Il y a bien cette enfance auvergnate, en nourrice, chez les chèvres... Caprices !
Mais, dès son entrée dans la vallée, comme on entre dans le monde, l’allure change de ton. Bannie toute rusticité de mauvais goût, au profit d’une belle tenue d’aristocrate campagnarde !
La Loire s’en ira de château en château, noblement.
... Et, sans doute, pour que rien ne manque à la manière classique, parfois, aussi, ces violentes colères de reine de tragédie. (Constantin-Weyer, in Rougé, Dupuis et Millet 1936 : 11.)

17Seule la fidélité au patrimoine culturel qui la fait parfois Bérénice peut expliquer les déchaînements de la Loire, puisqu’elle pousse d’ordinaire l’allégeance à l’esprit du lieu jusqu’à calquer son pas sur celui des habitants de ses berges :

La Loire coule à la paresseuse et l’on ne comprendrait pas qu’elle apportât plus de fièvre à son voyage. Ce qui semble parfaitement rationnel, c’est que ses eaux soient rares et que des bancs de sable s’y insèrent. Il est peu fréquent de voir, à Blois, des gens se hâter dans la rue, et il serait contraire à la logique locale que le fleuve fît des bonds dans son lit. Lorsque le caprice lui en prend, on doit lui en faire un reproche sévère. Ses mœurs détonnent en effet dans une ville où le calme est bien porté. (Docteur Graux, in Rougé, Dupuis et Millet 1936 : 14.)

18Admirable tautologie Montesquieu qui permet de célébrer, par des épithètes morales, une petite patrie qui souffre par trop de déficit en éléments naturels pittoresques :

  • 8 Les mots en italique sont soulignés dans le texte initial.

Notre pays meusien n’a point de sites comparables à ceux des Alpes, des Vosges ou des Pyrénées ; ses horizons ne sauraient égaler ceux, immenses et splendides de nos côtes ; son climat, son ciel sont loin d’approcher en douceur et en lumière ceux de la Côte d’Azur.
Et pourtant, nous l’aimons, notre Meuse.
Pourquoi ? (...)
N’est-elle pas, Notre Meuse, la terre maternelle féconde et nourricière, aux hommes rudes comme notre sol, simples comme notre milieu, forts et droits comme les chênes de nos forêts, hospitaliers comme les chaudes maisons blotties aux creux de nos vallons8 ? (Thiéry 1929 : 52.)

19La terre est comme les hommes qui la peuplent, les hommes sont à l’image de la terre : l’identité se substitue à la relation de causalité, montrant bien que le matérialisme, physique ou historique, régulièrement invoqué pour expliquer les relations intimes entre un sol et ses habitants, n’est que la caution vaguement scientifique d’une tautologie posée a priori.

Le sang de la race et les génies du lieu

  • 9 On peut encore observer, dans la stratégie de communication des organismes régionaux, des exemples (...)
  • 10 On trouve ce même principe, plus ou moins explicité, au fondement de la plupart des « Géographies (...)

20Deux productions locales tiennent dans les blasons lyriques de la petite patrie une place éminente, parce qu’elles font l’objet d’une reconnaissance valorisante à l’extérieur : le vin et les grands hommes. Toutes deux sont supposées être, également, la quintessence du génie local, sous sa double forme humaine et naturelle. Le vin naît du sol, certes, mais il est aussi l’esprit de la race, selon une logique qui ne peut se formuler que dans le cadre de la tautologie Montesquieu. Et si les grands hommes sont les résultats les plus achevés du tempérament local, ils sont aussi produits naturels du sol, à l’instar des récoltes les plus prestigieuses, dont le vin, justement9. Ce que montrent bien les relevés sur le genre de grands hommes produits par la petite patrie : hommes d’action ou poètes, marins ou savants10. L’association entre grands hommes et vins locaux comme produits d’excellence de la petite patrie est poussée parfois jusqu’à la fusion. Un texte de manuel destiné aux petits enfants des pays de Loire explique ainsi qu’en buvant les vins de Touraine on peut voir flotter dans son verre l’esprit des grands hommes locaux, qui justement ont imprégné leur esprit de ces crus :

Les amis de la treille en buvant nos vins verront flotter dans leur verre un peu du génie de nos grands Tourangeaux : avec les Rabelais et les Balzac, les Descartes, les Paul-Louis Courier, les Courteline, les René Boylesve et tant d’autres dont l’âme s’imprégna de nos crus généreux. (Mirault, in Rougé, Dupuis et Millet 1936.)

21On pourrait s’étonner de trouver dans des ouvrages destinés à un jeune public des éloges vibrants du vin, s’il ne s’agissait en fait de déclarations identitaires anthropomorphisant le sang de la vigne devenu le plus illustre rejeton de la terre natale :

Le Vin jaune
Tu as la fermeté et l’éclat de ma race
Vin jaune, roi des vins, vin libre de Comté !
Pour te mûrir il faut, sur l’ardeur de l’été,
Qu’octobre finissant pose un baiser de glace.

La feuille tombe alors et la grappe dorée
Semble un beau fruit trop lourd, oubliée du pressoir ;
Son sang ne jaillit pas tumultueux et noir
Mais coule, chevelure aux cuves dénouée.

(...)

Tu es le verbe ailé, la strophe dans nos fêtes,
Cru de Château-Chalon, d’Arbois ou Pupillin ;
Si, pour prendre un essor le vin pâle du Rhin
S’appuie au froid cristal, toi, joyau ! tu reflètes,

  • 11 L’index nominum du volume indique que l’auteur de ce poème est « Jurassien d’origine, directeur d’ (...)

Coulant comme un métal dans nos verres rustiques,
La jeunesse et l’amour unis par les saisons,
Et nous croyons tenir, vin, quand nous te buvons
Tout le soleil des jours, tout l’or des Amériques !
André-E. Maillet11. (Boibessot 1927 : 117.)

22On notera que le vin du Jura porte haut la fierté nationale face au rival germanique. Ce poème est prudemment suivi d’un texte sur « les Conséquences de l’intempérance » alors que l’auteur de l’anthologie scolaire girondine fait suivre ses abondants éloges des vins de Bordeaux de deux avertissements médicaux sur la nécessité de leur consommation pour la préservation de la race (consommation avec modération, certes, mais cela va sans dire puisque tout le manuel ne cesse de déclarer que la modération est la caractéristique girondine par excellence) :

Le Vin de Bordeaux et la Race
Le vin de Bordeaux finit par donner à celui qui en fait sa boisson quotidienne certains caractères spéciaux. Un esprit vif, animé, aimable ; une grande sensibilité, un peu de vanité, une forte confiance en soi-même, une grande facilité d’assimilation et peut-être une mobilité de caractère excessive : tels sont les traits de l’homme qui fait chaque jour usage du vin. Et, en réalité, ne sont-ce pas là quelques-uns des caractères de ces populations gasconnes qui, dans notre Sud-Ouest, s’abreuvent depuis d’innombrables générations de nos vins généreux ?... Elles seront aimables et hospitalières, généreuses, et même quelquefois prodigues : elles aiment la gaieté, les spectacles et les discours ; elles sont tolérantes et ont horreur des excès ; elles se passionnent pour toutes les belles choses sans avoir toujours la patience de les réaliser...
L’usage quotidien du vin de Bordeaux non seulement ne fatigue pas mais même contribue à l’heureux développement de l’individu et de la race. (Professeur Arnozan, in Got 1956 : 279.)

23Le texte suivant va plus loin encore dans l’eugénisme dyonisiaque, faisant du vin de Bordeaux le sang régénérateur des Girondins :

Tonique agréable du corps et de l’esprit, le vin de Bordeaux est un précieux stimulant du labeur et de la joie de vivre.
Le vin de Bordeaux est un élixir de longue vie, dit-on, et cela est vrai puisqu’on vit vieux dans la Gironde qui est le département où il y a le plus de nonagénaires et même de centenaires. (Professeur Portmann, in Got 1956 : 279.)

  • 12 On trouve dans quelques manuels des notices sur les eaux minérales locales et leurs bienfaits. Ain (...)

24L’édition de 1934 du manuel présente aux écoliers un texte intitulé « La grande parade des vins de Bordeaux » qui porte en exergue une autre déclaration médicale : « Les vins de Bordeaux sont les plus équilibrés, les plus distingués, les plus suaves comme les plus hygiéniques, les plus digestifs, les plus toniques de notre France, cette terre promise dont Bordeaux serait le jardin. » (Dr Paul Ramain, in Got 1934 : 157.) Les médecins de la Troisième République n’étaient jamais en manque de superlatifs dès lors qu’il s’agissait de recommander, en tant qu’autorité scientifique, une eau minérale12 ou un vin devant être distingué de produits concurrents et analogues. L’enjeu est bien commercial comme le souligne une note infrapaginale du manuel girondin : « la liste des crus classés de la Gironde, dressée par le syndicat des Courtiers en vins près la Bourse de Bordeaux, spécialiste de la dégustation et de l’appréciation des vins, a été établie en 1855. » L’initiative bordelaise a été officialisée et généralisée par l’instauration, sur le territoire national, des appellations reconnues et judiciairement protégées qui associent strictement un produit alcoolisé et une localisation géographique. La délimitation administrative des appellations d’origine contrôlée a été établie en 1908, et en 1935 est formé un Comité national des appellations d’origine. La place tenue dans les manuels des années 1920-1930 par les éloges du vin local tient pour une bonne part à l’importance de l’enjeu identitaire concernant la production vinicole durant ces années-là. Cela explique que le manuel girondin offre à son jeune public, pour l’essentiel de milieu populaire, un long texte intitulé « Ordonnance des vins de Bordeaux dans un grand dîner » où l’on apprend qu’une entrée de cervelles gratinées doit être appuyée par un Haut-Brion, que le poulet crapaudine appelle le Mouton-Rothschild ou le Rauzan-Ségla, et que le Château Haut-Bailly couronne les foies gras. (Got 1934 : 167-168.) Un cliché photographique du long chapitre viticole présente d’ailleurs aux écoliers une série d’étiquettes de grands crus.

25L’école laïque n’a pas l’exclusivité de l’initiation enfantine à l’appréciation des crus locaux. L’abbé Civrays, doyen de la Faculté des lettres d’Angers, et auteur d’un manuel à l’usage des écoles catholiques du département, Simples leçons sur l’Histoire de l’Anjou et la Géographie du Département de Maine-et-Loire (Abbé Civrays 1922), s’abandonne avec plaisir à une évocation de la vigne et du vin d’Anjou « léger, transparent, assez capiteux, gardant une saveur de fruit, et, suivant l’expression de nos vignerons, un bouquet de terroir ».

26Autre série d’appellations d’origine contrôlée, la liste des grands hommes locaux fait rarement défaut dans les manuels scolaires.

  • 13 Étudiant les premiers musées d'ethnographie régionale en France, Isabelle Collet a souligné la pla (...)

27Les grands hommes sont produits de haute valeur de la terre où ils sont nés ; la gloire qu’ils ont nationalement ou internationalement rejaillit sur leur petite patrie13. Mais, en vertu de la tautologie Montesquieu, la connaissance des grands hommes permet de lire et d’énoncer les caractéristiques de leur sol natal et du tempérament de ses habitants.

  • 14 Les passages en italique sont soulignés dans le texte original.

Châtelleraudais, Loudunais, Mirebalais sont des pays du Centre-Ouest de la France. Le Centre-Ouest de la France est non un lieu de passage indifférent et passif dans l’histoire. C’est une harmonie de pays, dans une région isthmique de haute signification européenne, où l’on a pris parti entre les races, les langues, les États, les politiques.
Aussi ces pays ont-ils produit des hommes représentatifs, ont-ils été des « patries de grands hommes », comme on disait jadis si heureusement, hommes grands dans les lettres, comme les Sainte-Marthe, Théophraste Renaudot ; grands dans la science, comme René Descartes, étudiant et maître à l’Université de Poitiers ; grands dans l’action comme Richelieu. « Pays » désigne les hommes et les lieux, la parenté du milieu et de l’esprit. On se connaît mieux soi-même en se sentant d’un pays. On connaît mieux les autres en se connaissant bien soi-même. Le souvenir des précurseurs indique des buts, des méthodes, suscite l’émulation14. (Tourneur, in Souché s.d. : Préface.)

28Il est même des cas où l’énumération des grands hommes est donnée comme ultime recours pour dire le génie du lieu, alors que la caractérisation du pays et de ses habitants tourne à l’aporie, peut-être parce que l’ethnotype disponible se définit trop par la négative. Cela concerne notamment Lyon, ville à laquelle est attachée une connotation de froideur et de mystère inquiétant. Le manuel scolaire d’Henry Joly qui lui est consacré ne résout qu’en fin d’ouvrage la question de l’identité lyonnaise, posée dès le début comme une énigme troublante par un texte de Sébastien Charléty :

Le Lyonnais ne correspondant ni à une donnée physique claire, ni à une individualité historique immuable, ce serait forcer la nature que de lui découvrir les frontières naturelles qui lui manquent et la vérité que de choisir arbitrairement entre ses frontières historiques qui ont tant varié. Cet être indécis, indéterminé, existe pourtant, mais à sa manière, qui n’est pas celle de l’Auvergne ou de la Provence ou de la Bretagne. Ici, le corps est insignifiant, la tête seule importe. (...) Une ville devait y naître (au confluent du Rhône et de la Saône) et elle y est née. C’est en elle que se sont réunies et concentrées les énergies humaines qui ont imprimé leur marque aux données naturelles. Il y a eu un « Lyonnais » dans la mesure où Lyon a grandi, s’est affirmé. Les hommes sont devenus lyonnais, bien moins pour être nés dans tel village de la civitas, du pagus, du comté ou de la province, que pour être venus des quatre coins de l’horizon participer à la vie collective de ce rendez-vous international. Ils y ont pris des habitudes communes, nées d’intérêts semblables ; ils y ont contracté une manière d’agir, un tour d’esprit particuliers et originaux, nés de la forme de vie qui leur fut imposée par leur présence sur ce coin de terre.
(...) Ces hommes se sont fondus en une population spéciale qui diffère de ses voisins les plus proches, inquiétante énigme pour l’historien qui l’étudie, pour le préfet qui l’administre, pour l’étranger qui passe. (Charléty « Les régions de France », in Joly 1944, ii : 11.)

29Le territoire lyonnais serait donc un être monstrueux, à tous égards hydrocéphale, peuplé d’individus venus de partout et pourtant semblables : collectivité artificielle et difforme, faites d’apports multiples et disparates, Frankenstein parmi les naturelles merveilles hexagonales. Quatre-vingt-dix pages plus loin, au terme de l’exposé d’histoire lyonnaise, c’est la version Métropolis de la capitale des Gaules qui surgit d’un texte proposé en lecture aux écoliers :

Les Lyonnais
On peut enfin se demander, après avoir décrit Lyon, quels sont chez les Lyonnais les traits de caractère les plus intéressants pour des visiteurs dominés par le souci du progrès scientifique (...).
A voir circuler et s’activer cette foule uniforme, grave et dont les visages fermés s’égayent rarement au-delà d’un demi-sourire ironique, on discerne une population d’une homogénéité morale remarquable, malgré le nombre croissant des étrangers qui s’y incorporent, une population d’esprit posé, de froid bon sens. Dans cette population la pensée est à ce point anonyme et collective, que Lamartine écrit : « Lyon a montré souvent un grand peuple, rarement de grands hommes. » Cette population paraît absorbée dans un labeur silencieux, âpre, tenace. (Lévy-Schneider « Introduction à Lyon 1906- 1926 », in Joly 1944 : 99-100.)

  • 15 On expliquera ultérieurement comment ce manuel publié en 1944 a reçu un ultime ajout historique no (...)

30Fort heureusement pour l’identité lyonnaise, l’illustre poète bourguignon se trompait lourdement en déniant à Lyon une production locale de grands hommes. Le chapitre suivant du manuel en donne un long relevé, selon les catégories usuelles (hommes de guerre, voyageurs, hommes d’État, artistes, savants et inventeurs, écrivains). Et la conclusion de cette liste, qui devait être initialement la conclusion de l’ouvrage15, donne enfin la caractérisation du type lyonnais, et, par là même du paysage et du climat.

La liste des hommes célèbres, auxquels Lyon et le Lyonnais ont donné naissance, est significative ; plus qu’une longue analyse, elle marque bien le double aspect du génie de la ville.
Pauvre en hommes de guerre et en hommes d’État, elle est aussi moins abondante en artistes que ne le laisseraient supposer sa richesse et son importance démographique. Au contraire, elle a donné naissance à de nombreux savants et poètes, marquant ainsi une alliance originale de sens pratique et de rêve.
Le Lyonnais, travailleur acharné et sans gaieté, est tourné vers le réel. Aussi, parmi la foule laborieuse qui peuple ses ateliers, ses laboratoires, s’est-il levé toute une moisson de savants, d’inventeurs, qui ont enrichi la science et l’industrie de réalisations pratiques. Il est symbolique de constater que le premier chemin de fer ait été construit entre Lyon et Saint-Étienne, pour des fins économiques. Peu de régions de France, en-dehors de Paris, ont été, plus que Lyon et le Lyonnais, un foyer de fondations ou d’inventions variées ; entre autres : première classification scientifique des plantes vers 1722 ; premier bateau à vapeur remontant la Saône en 1783 ; premier métier à tisser en 1806 ; première machine à coudre en 1829 ; principes de l’électro-dynamique découverts par André-Marie Ampère après 1820 ; principes de l’aviation moderne posés par Louis Mouillard dès 1881 ; enfin, invention du cinématographe par les frères Lumière en 1895. Cette âpreté au travail, cette ingéniosité scientifique ne constituent qu’un des aspects du caractère lyonnais.
Cité de brumes, aux façades sévères, Lyon est aussi une ville restée mystique, où la vie religieuse, sous toutes ses formes, est restée intense et qui a donné naissance à des poètes et des philosophes. La floraison en a été remarquable surtout à l’époque de la Renaissance et à l’orée du xixe siècle ; ce qu’on a pu appeler « l’école mystique de Lyon », J.B. Willermoz, Ballanche, Blanc Saint-Bonnet, Cl. J. Bredin, les philosophes J.-J. Ampère, Ozanam, les poètes V. de Laprade, J. Soulary, rejoignent à travers le temps, Maurice Scève, Louise Labbé, Pernette du Guillet.

  • 16 Le passage mis en italique l’а été par nous.

Ainsi se précise le double aspect, réaliste et mystique, d’une des villes les plus originales de France. Isolée dans son labeur et son rêve, elle a profondément marqué le pays qui l’entoure ; son influence ne fait que croître et s’étend, désormais, sur une région économique beaucoup plus vaste que l’ancien Lyonnais16. (Joly 1944 : 107-108.)

31On a là une variation du topos sur la « colline qui travaille et la colline qui prie », mais modernisée en ce qu’elle déduit rétroactivement de l’existence d’une forte industrie chimique et métallurgique lyonnaise un constant caractère d’innovation scientifique. Quant à l’appellation « école mystique de Lyon », qui présente l’avantage d’avoir quelque renommée nationale, elle est appliquée également rétroactivement à l’ensemble de la production culturelle lyonnaise, non sans quelque audace. Et la détermination par les grands hommes de l’ethnotype lyonnais induit la caractérisation de la ville, « cité de brumes, aux façades sévères », à l’image de ses habitants. Mais l’alliance entre brumes et netteté sévère, mysticisme et science, rêverie et action nous ramène une fois de plus à cette notion d’équilibre, de balance entre les contraires qui est, semble-t-il, l’ethnotype français par excellence... à l’intérieur de la nation. Le Lyonnais, superficiellement une inquiétante énigme, s’avère finalement pour l’œil averti une quintessence du Français.

32La référence aux grands hommes peut se révéler utile pour prouver l’attachement naturel et ancien à la France d’une province qui a pu connaître dans l’histoire une certaine indépendance, voire à une période toute récente, être le lieu de tendances sécessionnistes. La Petite Histoire de Bretagne de Jacques Levron, publiée en 1946, insiste longuement sur l’indéfectible attachement de la Bretagne à la France, qui n’entre pas en contradiction avec l’ethnotype du Breton fier et indépendant, comme le prouvent heureusement les grands hommes de la province. Dès les premières pages, le manuel énonce que :

les Bretons ne séparent pas l’amour de leur pays de celui de la France. La longue lignée des valeureux marins, de grands chefs et d’illustres écrivains qui sont nés sur son sol a servi la France et fait honneur à notre patrie autant qu’à la Bretagne. (Levron 1946 : 9.)

33Le manuel a pour dernier chapitre la présentation des grands hommes, dont la catégorie d’appartenance est déterminée par les qualités de la race :

Peuple énergique et intrépide, les Bretons comptent naturellement un nombre considérable d’hommes célèbres qui se sont illustrés surtout comme marins, explorateurs ou soldats, (ibid. : 126.)

34Et la conclusion de reprendre la leçon martelée tout au long de l’ouvrage :

La Bretagne ne peut se passer de la Mère-Patrie. Les Bretons, souvent susceptibles, jaloux de leur indépendance, fiers de leurs qualités, n’ont jamais hésité à servir cette patrie, (ibid. : 136.)

35Notons que les critères déterminant le classement comme « grand homme local » ont connu des variations au cours de la Troisième République, la sélection devenant plus rigoureuse et les produits douteux étant rejetés. Le manuel de Caumont présente ainsi pour son édition des Vosges en 1877 une liste surabondante de « personnages marquants », à commencer par les saints les plus obscurs, suivis par des « ostéologistes rebouteurs de père en fils », des pisciculteurs, un rédacteur du Code civil, quelques parlementaires, un graveur et un quarteron de généraux. La quantité importe encore plus que la qualité :

Notre département est encore un de ceux qui ont fourni le plus de célébrités et d’hommes notables de toutes les catégories.
Nous mettrons au premier rang ceux qui se sont distingués par leur piété et que l’Église compte au nombre de ses saints ; saint Romaric, saint Déodat, saint Hydulphe, saint Leudin et saint Gondebert (...) ; saint Amé, saint Adelphe, sainte Mactfelde, sainte Gebertrude, saint Elphe (...), etc. (Mangeonjean, in Caumont 1877 : 225.)

36Mais assez vite s’impose un label de qualité qui entraîne une importante réduction des effectifs : le grand homme local est un grand homme national né dans la petite patrie, à défaut un second couteau de la scène française. Il est assurément plus glorieux de mettre en avant Descartes qu’un membre de l’Académie, mais les corps constitués étoffent utilement les troupes d’hommes illustres. En fait, le grand homme local répond au critère de statufiabilité. La laïcisation de l’enseignement n’est sans doute pas étrangère à la disparition des ermites et martyrs aux pittoresques prénoms, mais Rome ne leur eût peut-être pas accordé systématiquement sa bénédiction. Les saints laïques, inventeurs à la Palissy et grands bienfaiteurs de l’humanité à la Pasteur, tiennent les panthéons locaux aux côtés des capitaines courageux, des maréchaux émérites et des artistes de pinceau ou de plume. Le rattachement de l’Alsace à la France permettra opportunément de rapporter à la grande patrie, par le biais de la petite, une gloire de l’humanité : l’homme né fortuitement à Mayence qui inventa à Strasbourg l’imprimerie.

Notes

1 Les passages en italique sont soulignés dans le texte original.

2 Les passages en italique sont soulignés dans le texte original.

3 Les passages en italique le sont dans le texte original.

4 Une note infrapaginale renvoie ici à Edmond Jaloux, Marseille, Émile Paul, 1926.

5 Une note infrapaginale renvoie ici à Michelet, sans précisions.

6 Les termes mis en italique l’ont été par nous.

7 Le terme « race » est communément utilisé à l’époque dans le discours régionaliste, dans une acception très vague. Le vocable est appliqué aux habitants d’un territoire quelconque, fût-il d’étendue limitée. On évoque les races auvergnate, lorraine, normande ou limousine, peut-être par emprunt aux appellations affectées aux bovins, sans autre explicitation que celle de l’ethnotype.

8 Les mots en italique sont soulignés dans le texte initial.

9 On peut encore observer, dans la stratégie de communication des organismes régionaux, des exemples de cette association entre grands hommes et vins du cru. Un encart publié dans le quotidien Libération du 27 août 1996, signé par le conseil régional de Bourgogne, célèbre ainsi les grands hommes de la région, qui, adaptation à la modernité fin-de-siècle, sont désormais de sexe féminin. « Claudie André-Deshays est la première Française à accomplir le tour de la Terre dans l’espace. Elle est Bourguignonne. De même. Jeanne Baret avait été avec Bougainville la première Française, et même la première femme au monde à accomplir le tour de la Terre. Elle était Bourguigonne. Le conseil régional de Bourgogne rappelle l’exploit de Jeanne Barret et adresse à Claudie André-Deshays ses vœux chaleureux pour la pleine réussite de sa mission. » Dans les jours suivants, des encarts publicitaires de même format célèbrent dans le même quotidien les vins de Bourgogne.

10 On trouve ce même principe, plus ou moins explicité, au fondement de la plupart des « Géographies littéraires » publiées dans la première moitié du xxe siècle. Le principe pouvait être parfois poussé à l’extrême, par l’établissement d’une relation entre types de production culturelle et nature géologique du sol : « Rémy de Gourmont, théoricien peu timide, voulait établir une “carte intellectuelle de la France” et distinguait une “région des poètes, une région des savants, une région des philosophes”. Aux poètes le terrain primaire, aux “hommes de forte intellectualité” le jurassique, le crétacé aux mystiques de la religion, de la politique ou de la poésie. Enfin, le terrain volcanique représenterait la stérilité... tempérée par quelque rare floraison : Pascal. » (Auguste Dupouy, Géographie des lettres françaises, Paris, 1942 : 171. L’auteur se réfère à Rémy de Gourmont, Épilogues, 3e série, 1905.)

11 L’index nominum du volume indique que l’auteur de ce poème est « Jurassien d’origine, directeur d’école à Arbois et a chanté, avec enthousiasme, certains aspects caractéristiques du pays ».

12 On trouve dans quelques manuels des notices sur les eaux minérales locales et leurs bienfaits. Ainsi sont énumérées les propriétés de l’eau de la Roche-Posay dans le manuel de l’Inspecteur de l’Enseignement primaire Souche, consacré à Loudun et Chatellerault (Souché 1941).

13 Étudiant les premiers musées d'ethnographie régionale en France, Isabelle Collet a souligné la place importante dévolue dans les musées cantonaux ou départementaux aux grands hommes locaux, à l'époque où les places publiques et les rues se garnissent de statues. Cf. Isabelle Collet, « Les premiers musées d'ethnographie régionale en France », dans Muséologie et ethnologie. Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1987 : 87.

14 Les passages en italique sont soulignés dans le texte original.

15 On expliquera ultérieurement comment ce manuel publié en 1944 a reçu un ultime ajout historique non prévu dans le plan initial.

16 Le passage mis en italique l’а été par nous.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search