Version classiqueVersion mobile

Ils apprenaient la France

 | 
Anne-Marie Thiesse

2. Les gigognes patriotiques

Texte intégral

  • 1 Il ne semble pas que l’enseignement de sciences naturelles ait fait l’objet d’enseignements locali (...)

1L’enseignement des mathématiques à l’école primaire a pu faire l’objet de quelques adaptations régionales, dans le cadre d’énoncés de problèmes faisant référence à des usages locaux. Mais bien évidemment c’est surtout dans le cadre d’autres disciplines qu’ont été élaborés les savoirs locaux : histoire, géographie ou français1.

  • 2 Cette série de monographies départementales, comme l’indiquent les préfaces de certains volumes, p (...)

2Les manuels scolaires à usage local paraissent de prime abord d’une grande diversité. Il existe bien des collections éditoriales qui annoncent le projet de couvrir l’ensemble du territoire, mais dans la quasi-totalité des cas l’entreprise n’est pas parvenue à terme. Deux exceptions au moins doivent être mentionnées qui reprennent à l’usage des écoliers le principe des monographies départementales publiées chez Hachette par Adolphe Joanne autour de 18802. La première concerne des publications des éditions Delagrave, datant des années 1875-1880 : elles s’intitulent Lectures courantes des Écoliers français à l’usage des écoles des deux sexes, par Caumont, et ont pour complément le Troisième Livre de Géographie, par E. Levasseur et G. Niox. Il s’agit en fait de manuels « nationaux » comportant un chapitre intitulé « Notre département ». Ces deux ouvrages ont donc des éditions départementales qui ne varient entre elles que pour une partie bien définie. Le second cas est une série de Géographies départementales, couvrant l’ensemble de la France métropolitaine, l’Algérie, la Tunisie et les « colonies françaises » (en fait, la Martinique, la Guadeloupe, la Réunion, les Indes françaises et Madagascar). Cette collection, lancée dans les années 1880 chez Guérin, Nicolle et Cie, est encore rééditée, avec quelques remaniements et par un nouvel éditeur (Lesot) dans les années 1930 ; les ouvrages sont des brochures d’une dizaine de pages seulement, illustrées de cartes administratives, et rédigées par des directeurs d’École normale et des Inspecteurs primaires.

3Dans la grande majorité des cas, l’initiative est locale, de même que l’éditeur. Les auteurs sont généralement des enseignants : instituteurs, professeurs d’école primaire supérieure, d’École normale ou de lycée, ou des Inspecteurs d’Académie. Fréquemment, les ouvrages portent plusieurs signatures et les auteurs adressent des remerciements rendant hommage à l’aide apportée par des collègues, ce qui indique l’existence de réseaux professionnels d’étude du local. Mais les préfaces mentionnent aussi souvent le soutien actif apporté par d’autres groupements : syndicats d’initiative, ingénieurs des Ponts-et-Chaussées, sociétés archéologiques ou littéraires, revues, etc. La publication, faite généralement par un libraire-éditeur local, ou par un quotidien régional, a bénéficié quelquefois du soutien financier du conseil général. Dans plusieurs cas, il est indiqué que la vente des ouvrages se fait au profit des pupilles de l’École publique.

  • 3 On peut signaler un cas au moins de manuel d’histoire locale, réédité dans une présentation plus l (...)

4A considérer la présentation matérielle de ces manuels, il est clair qu’il n’existe aucun modèle officiel : les formats, les mises en page, l’ampleur même des volumes varient considérablement puisqu’on trouve aussi bien des opuscules d’une dizaine de pages que de copieux livres dépassant les 500 pages, des in-4°, des in-8° ou même des in-12o3. La conception des ouvrages est elle aussi fort variable, puisqu’on trouve des publications où le texte est constitué essentiellement par l’auteur, ou les auteurs, du manuel, tandis que d’autres sont surtout des anthologies. Le mélange - dans des proportions diverses - des textes d’auteurs et des textes cités est le cas fréquent. Les manuels peuvent relever d’une discipline seulement, ou de plusieurs conjointement. Nombre de manuels de géographie, en effet, présentent en deuxième partie un exposé historique ; d’autre part, des manuels de lecture destinés à servir de support à l’enseignement de la langue et de la littérature offrent aussi des textes géographiques et historiques.

5Les goûts et les compétences des auteurs semblent avoir été déterminants pour le caractère généraliste ou spécialisé des publications. La diversité formelle, toutefois, va de pair avec une forte cohérence des discours tenus, dont le fondement est la conception des rapports entre petite et grande patrie.

Les emboîtements successifs

6Le manuel Lectures courantes des écoliers français de Caumont présente, on l’a signalé, un chapitre variable consacré au département, lequel s’insère dans le volume à une place significative. La table des matières énonce en effet tour à tour : la Famille, la Maison, le Village, Notre Département, Notre Pays. Par élargissements successifs, l’enfant va du cercle le plus immédiat vers l’espace le plus vaste. La même méthode des emboîtements spatiaux est reprise de manière systématique par de nombreux manuels ultérieurs, comme la Géographie de la Haute-Marne publiée en 1928 (Lavoille 1928). Ce livre s’ouvre par une série de pages blanches sur lesquelles l’écolier doit tracer les cartes de la salle de classe, de l’école, du quartier, de la commune, du territoire communal, du canton, avant de découvrir, déjà imprimée, la carte du département. Cette démarche répond au souci pédagogique de partir du connu et du concret pour aller progressivement vers l’inconnu et l’abstrait, mais ce système d’inclusions enchaînées permet aussi de transposer à chaque étape le mode d’appréhension affective et morale attaché à la première. L’amour du citoyen pour la patrie doit être, au terme d’un processus d’agrandissement et de maturation, analogue à celui de l’enfant pour sa famille ; l’attachement à la France est censé être la transposition de l’attachement de l’écolier pour son sol natal. Cette perception de la démarche pédagogique appropriée à l’éducation patriotique n’est pas spécifique à la France de la Troisième République et elle correspond à une idée assez commune dans tous les pays européens qui ont mis en place un enseignement de masse. Les pays Scandinaves, comme l’indique le sociologue Orvar Löfgren (Löfgren 1989 : 19), ont adopté une démarche similaire :

In the Scandinavian countries regionalism has often functioned as a stable and more integrating than threatening element in the national landscape. In some ways the province or region has had the role of providing a micro-level model for patriotism. By learning to love your home region - one part of the national whole - you prepared yourself for national feelings on a higher level, this was general idea in school education at the beginning of the twentieth century.

7Les pays germaniques ont asssigné la même fonction à la Heimatkunde (enseignement sur la « petite patrie ») et l’idéologue suisse de Montenach adopte des propos identiques à ceux des pédagogues français dans son ouvrage de 1916 L’éducation nationale dans ses rapports à la tradition, la région et la beauté (De Montenach 1916 : 19) : « le peuple a besoin d’une petite patrie pour mieux aimer la grande, pour la comprendre. »

8Dès 1891, la préface de l’Histoire de la Bretagne rédigée par Ch. V. Langlois, et présentée « comme complément pour les écoles des cinq départements bretons de l’Histoire de France de M. Ernest Lavisse », affirme longuement la nécessité de l’attachement au sol natal pour l’éducation patriotique :

  • 4 En italique dans le texte.

La France est une et indivisible, mais elle est composée de parties qui ont leur unité. Nous sommes Français, mais nous sommes aussi Bretons, Normands, Picards, Flamands, Lorrains, Bourguignons, Provençaux, Languedociens, Gascons. Nous avons tous une petite patrie dont nous aimons les paysages familiers, les costumes, les coutumes, l’accent, et dont nous sommes fiers. Aimer cette petite patrie, rien n’est plus légitime, rien n’est plus naturel, rien n’est plus propre à fortifier l’amour de la France, notre patrie commune.
La grande voix de la France, qui a toutes les inflexions, depuis les plus douces jusqu’aux plus puissantes, est faite de voix distinctes, qui chantent à l’unisson. Chacune de nos vieilles provinces joue sa partie dans ce concert, et contribue à l’harmonieuse perfection de l’ensemble. Enlever la Bretagne, ou la Normandie, ou la Gascogne, à la France, ce serait mutiler non seulement son territoire, mais aussi son génie. C’est pour cela que la perte de l’Alsace-Lorraine a été une si grave atteinte à l’intégrité de la patrie.
Chacune de nos vieilles provinces a de glorieuses annales qui lui sont propres, mais qui contribuent cependant à la gloire de la France entière. Étudions-les pour avoir plus de raisons encore d’être atttachés au sol natal, pour nous rendre mieux compte de la place et de l’importance de notre4, pays dans l’ensemble du Pays.
Des notions d’histoires (sic) provinciale sont donc le complément nécessaire de l’histoire de France. (Langlois 1891.)

9Quatre décennies plus tard, l’Inspecteur d’Académie en résidence à Bordeaux, dans sa préface aux Visages de la Gironde, énonce avec un lyrisme fougueux cette conception des inclusions successives qui mène de l’amour du sol natal à celui de la France et même de l’Humanité toute entière :

Ainsi l’enfant de chez nous retrouvera à l’École cette nature qui lui est familière et qui imprègne déjà mystérieusement toute son existence. Il y prendra de plus en plus conscience de sa race et de son pays. Les connaissant mieux, il les sentira plus beaux et plus dignes de son affection ; il prendra peu à peu la fierté d’être de chez lui ; il verra grandir en lui, pour la terre de ses ancêtres, un amour qui, pour être de plus en plus raisonné, n’en deviendra que plus fervent.
Il n’est pas à craindre qu’à trop fréquenter les siens il verse dans je ne sais quel nationalisme local, dans je ne sais quel orgueil grossier, qui glisserait ensuite rapidement dans le ridicule et, chose plus grave, risquerait bientôt d’être aussi agressif que mesquin. Bien au contraire : par une conséquence qui n’est contradictoire qu’en apparence avec le dessein poursuivi, il élargira son cœur et son esprit bien au-delà des limites du pays familier. (...)
(Nos écoliers) apprendront par là qu’être Girondin, c’est d’abord sans doute être Aquitain ou Gascon, mais c’est aussi participer à la grande communauté française, et même à la grande communauté humaine. La connaissance de leur histoire particulière leur montrera par les faits les relations qui, dans tous les temps, ont uni leur région aux diverses parties de l’Europe et du monde. Et il sera démontré une fois de plus que l’amour du sol natal, quand il est intelligemment cultivé, loin de rétrécir le cœur, le fait rayonner sur la terre entière. (Jolly, in Got 1934 : xxvi-xxvii.)

10L’Inspecteur d’Académie des Hautes-Pyrénées, dans sa Lettre-préface aux Glanes Bigourdanes, lectures d’histoire locale, mêle également pédagogie du concret et nécessité d’enracinement du sentiment national dans le cadre familier :

(Ce recueil) n’est pas seulement un hommage rendu aux vertus de la race et au labeur des fiers ancêtres : à travers les événements dont au cours des siècles l’ancienne province natale fut le théâtre, on comprend toujours mieux la formation de la grande Patrie ; la connaissance de l’histoire régionale et locale fortifie, en l’éclairant, le sentiment national.
Nous sommes tous d’accord avec les Instructions de 1923 lorsqu’elles disent que la comparaison du passé et du présent est un des moyens de rendre vivant et sensible l’enseignement historique prescrit par les programmes de l’école élémentaire ; lorsqu’elles recommandent de montrer et de commenter aux écoliers les monuments ou débris de monuments de chaque époque et d’illustrer l’histoire générale par les souvenirs empruntés à l’histoire locale. Nous convenons que les faits historiques ne prennent leur relief, n’acquièrent leur authentique signification et leur vraie portée que s’ils ont pu d’abord être placés, grâce à des évocations aussi nettes que possible, dans le cadre d’horizons familiers. (Filhol, in Escoula 1930 : 8-9.)

Région ou département ?

  • 5 Selon les multiples projets de découpage régional de la France proposés depuis le milieu du xixe s (...)

11La représentation de l’espace national comme série d’emboîtements analogiques, de même que la perception de l’histoire comme accomplissement progressif de l’harmonie présente, donnent un traitement particulier à une question qui pourrait paraître cruciale et qui est en fait rapidement éludée dans ces manuels : celle de l’entité spatiale dans laquelle s’inscrivent ces ouvrages. La petite patrie est-elle pays, canton, département, province ou région ? On pourrait penser qu’à l’époque où triomphe la géographie vidalienne, les auteurs de manuels se réfèrent par prédilection aux catégories de « pays » ou de « région ». Tel est souvent le cas, mais le cadre adopté est généralement le département, sans que cette décision soit véritablement explicitée. Et ce, même lorsque le titre de l’ouvrage mentionne une province historique ou une région géographique. Le département, objet de tant de critiques depuis le xixe siècle, constamment stigmatisé pour son artificialité, semble s’imposer tout naturellement. Certes, le respect marqué de la légalité républicaine incite à adopter ce cadre spatial. De surcroît, le système de formation des maîtres dans les écoles normales, la gestion départementale de leur carrière les poussent à penser leur environnement dans cet espace administratif, qui est celui de leur univers professionnel. Mais la vraie raison est peut-être la naturalisation du département, auquel a fini par s’attacher un ensemble de représentations affectives et mentales, tandis que font défaut d’autres cadres référentiels aussi clairement définis. La non-coïncidence des frontières géographiques, historiques et culturelles, et par conséquent l’impossibilité de discerner des espaces cohérents de moyenne grandeur, peut faire d’une entité artificielle, dès lors qu’elle devient officielle et se prolonge, un espace dans lequel s’inscrivent pratiques et représentations. Les provinces d’Ancien Régime, aux statuts disparates, n’étaient guère susceptibles de concurrencer les départements, hormis sous la plume de monarchistes engagés. Quant aux régions régulièrement proposées pour être substituées aux départements, leur tracé semblait singulièrement hasardeux5 et leur identité douteuse dès lors que des contours précis étaient déterminés.

12Cependant le département retenu comme point d’ancrage du sentiment pour « notre pays natal » n’est pas posé comme exclusif des autres définitions spatiales passées ou présentes. Ainsi l’instituteur René Escoula, qui intitule son manuel Glanes bigourdanes, précise-t-il dès l’introduction que « le département des Hautes-Pyrénées fut formé en 1790 par la réunion de l’ancien Pays et Comté de Bigorre et de territoires environnants empruntés surtout à l’ancien Pays des Quatre-Vallées », dont le livre retracera l’histoire, avant de proposer « une courte promenade archéologique à travers les vestiges du passé de chez nous, que nul, chez nous, ne devrait ignorer ». (Escoula 1930 : 11-12.) Et l’auteur de conclure son introduction par une déclaration d’amour au département-province-pays-petite patrie :

Puissent ces Glanes bigourdanes évoquer avec suffisamment de force et d’attrait le riche et passionnant passé de notre chère petite patrie haut-pyrénéenne, et, aidant à la connaître davantage, contribuer à la faire encore mieux aimer.

13L’Inspecteur général de l’Instruction publique Auriac, dans sa préface aux Visages de la Gironde souligne longuement le caractère purement girondin, jusque dans son matériau, du manuel, mais il ajoute qu’ajuste titre l’auteur a débordé le cadre départemental pour exprimer l’âme du « pays » (au sens affectif du « pays de chez nous ») par la réunion de tous les « pays » (au sens vidalien) inclus dans le département ou adjacents :

Il convenait que dans cet ouvrage tout fût girondin : Armand Got s’est imposé cette règle absolue. Les textes sont donc d’écrivains du « pays » ou inspirés par le « pays » ; les éditeurs sont de Bordeaux ; le papier même est fabriqué en Gironde !
Seulement, sous le nom de Gironde, M. Got entend non pas seulement notre département, mais tout ce qui, dans le vaste pays dont Bordeaux est le centre, trouve en Gironde son expression complète et comme son entéléchie. Les Landes ont chez nous leur symbole : les pins et les lacs. L’Entre-deux-Mers et la large vallée que s’est creusée le fleuve continuent et précisent la région agenaise. Le Périgord finit en une forme splendide sur les rives de la Dordogne girondine, du côté de Saint-Émilion et du château de Montaigne. L’Angoumois et la Saintonge se retrouvent dans les verdures, les coteaux modérés, les marais gras et fertiles du Blayais. On ne s’est donc pas donné la peine puérile de couper les textes, au moment où ils enjambaient des frontières artificielles, et, si le livre déborde la Gironde proprement dite, c’est pour en retrouver les caractères propres partout où ils s’affirment (...). Les Visages sont ainsi mieux qu’une géographie littéraire du département de la Gironde : ils en sont la synthèse spirituelle. (Auriac, in Got 1934 : xv-xvi.)

14La démarche exactement inverse, mais avec un résultat similaire, est énoncée dans le Tableau de la Géographie de la Région du Nord (Pilant 1933), publié un an plus tôt que le manuel girondin. L’auteur de ce manuel géographique, qui affiche la référence vidalienne dès le titre de l’ouvrage, consacre un chapitre liminaire à discuter la question de la division territoriale à adopter. Il commence par présenter certaines catégories, pour les réfuter : les bassins fluviaux (réunions de régions hétérogènes), les provinces (formations artificielles issues des aléas de l’histoire), les départements (formations articielles de l’Assemblée constituante, créés pour faire disparaître les particularismes locaux et donc composés de territoires empruntés à plusieurs provinces). L’auteur du manuel présente ensuite « les véritables unités géographiques » : le pays et la région naturelle. Le géographe évoque la constitution de régions économiques et la nécessité d’un découpage en régions du territoire. Mais l’auteur, à travers une citation, atteste la force du département : « depuis cent ans que l’ancien système dure, il a créé une mentalité particulière, une tradition locale, et pour ainsi dire un esprit de clocher. » Et de préciser :

Plusieurs pays présentant entre eux un air de famille, ayant des rapports fréquents, forment une région. C’est elle qui est la base de l’étude géographique de la France, c’est elle qui est l’objet de ce livre.
Logiquement, nous devrions borner notre étude à la Région du Nord, dont l’unité est faite de plusieurs éléments : plaine à la fois agricole et industrielle, prédominance du climat maritime, réseau hydrographique orienté vers le nord, forte concentration des populations.
Nous adopterions ainsi le point de vue des instructions officielles accompagnant le programme des écoles normales du 18 août 1920, lesquelles recommandent l’étude de la « région naturelle », telle que les géographes la délimitent. Mais à nous limiter de la sorte, nous laisserions de côté une partie du département du Pas-de-Calais, Artois, Boulonnais, qui est intimement liée à la plaine flamande.
Aussi nous porterons nos regards vers le sud. L’unité de notre étude en sera certes un peu troublée, mais notre tâche serait incomplète si nous procédions autrement. (Pilant 1933 : 9.)

15L’auteur de la Nouvelle Géographie du Département du Rhône et de la Région lyonnaise (Rousset 1932) commence son ouvrage par des « Notes pour les maîtres » où il explique qu’il traite du département dans le cadre de la région mais que « les vraies divisions géographiques sont les pays déterminés et nommés par les populations avant l’intervention des géographes » et qu’il traitera donc des « pays » inclus dans le département du Rhône ou adjacents lorsqu’ils sont soumis à l’influence de Lyon. Mais aller vers l’unité territoriale de base, c’est tout aussitôt repartir vers des horizons plus larges :

Après avoir, par exemple, célébré comme il convient les crus réputés du Beaujolais et ses beautés naturelles, l’attrait du Mont d’Or ou la beauté un peu sauvage des Monts de Tarare, (le maître) ne manquera pas de faire sentir que ces pays donnent aux autres leurs produits réputés mais ne peuvent vivre que grâce à d’autres pays et ne sauraient se passer d’eux. (...) Le gône lyonnais est redevable au petit berger de la Dombes, le canut vit grâce au labeur lointain des Japonais ou des Chinois qui élèvent le ver à soie ou des bûcherons canadiens qui abattent les sapins géants.

16Peu importe, somme toute, que les auteurs se réclament du département ou de la région, puisqu’en fait ils traitent, sans grande difficulté intellectuelle, l’un et l’autre. Le manuel publié par l’Inspecteur de l’enseignement primaire Lyonnet et intitulé Le Département du Jura, porte d’ailleurs en sous-titre : « Étude de géographie régionale ».

17La confusion entre département, région et « pays de chez nous » est poussée à ses limites par l’Inspecteur de l’enseignement primaire H. Thiéry. En 1927, il publie un manuel intitulé Notre Lorraine (Thiéry 1927) qui décline jusqu’à saturation les références régionales : la table des matières énumère « Plateaux et collines de Lorraine ; Lacs lorrains, forêts lorraines, campagnes lorraines, sous le ciel lorrain, villages lorrains, la capitale lorraine ; Lorraine : terre maternelle ». Deux ans plus tard, il publie un manuel géographique, Le Département de la Meuse (Thiéry 1929), dont la première page est un ahurissant étalage de chauvinisme départemental. Encadrée entre deux bandeaux « Un livre bien meusien », s’étale la liste de toutes les personnes ayant participé à l’ouvrage, depuis l’auteur jusqu’aux vendeurs du libraire en passant par les ouvriers imprimeurs et relieurs : le caractère « bien meusien » de chacun est explicitement souligné. La page suivante déclare à propos du département qui a fait l’objet d’une déclaration identitaire aussi extrémiste :

Créé en 1789 (il s’appelait alors Barrois et ne prit le nom de Meuse qu’en 1790), le département de la Meuse fut formé par la réunion de pays séparés les uns des autres par la nature et qui ne se ressemblent guère (Barrois- Argonne-Vallée de Meuse-Woëwre).
C’est donc une création tout à fait artificielle.

18La construction « en matriochkas » du territoire national amène à définir chaque petite patrie comme un modèle réduit de la France, pourvu de ses deux attributs d’excellence : la beauté et la variété. De même que la France est le plus beau pays du monde et la merveilleuse harmonie de la diversité, de même chaque petite patrie départementale est un joyau naturel aux différentes facettes. Ainsi l’exposé peut-il aisément concilier la référence scientifique aux pays selon la terminologie de Vidal de la Blache, la prise en compte des différences au sein de l’unité territoriale donnée comme « notre pays natal », et le lyrisme extatique sur le miracle naturel qui en fait une terre bénie de la nature.

19La Nouvelle Géographie du département du Rhône et de la Région lyonnaise (Rousset 1932 : 5-6) donne aux écoliers, comme résumé de la première leçon, la clé de la félicité locale : « la Région lyonnaise occupe une situation privilégiée sur les grandes routes naturelles internationales formées par les vallées du Rhône et de la Saône. » Le miracle naturel est explicité, mais sobrement. En revanche, les auteurs de La Haute-Provence, Étude de géographie régionale (Eisenmenger et Cauvin 1914), qui citent Vidal de la Blache dans l’introduction et ont inscrit sur la couverture même de l’ouvrage une citation du géographe Jean Brunhes, poussent fort loin l’éloge émerveillé de leur région qui serait, à travers ses pays, un résumé idéal de l’Europe et bien plus encore :

La Haute-Provence, qui comprend tout le département des Basses-Alpes, la partie orientale de celui du Vaucluse et une bande septentrionale de celui du Var, est une région fort variée et très pittoresque. En la parcourant, on passe de la haute montagne avec ses sommets vertigineux, ses champs de neige, ses torrents et ses cascades écumantes, ses prairies et ses bois, par une série de gradations insensibles, aux plaines ensoleillées où les céréales abondent, où les figuiers, les amandiers, les oliviers mûrissent leurs fruits, où la vigne étale ses grappes vermeilles, où les coteaux sont tapissés de lavandes et de thyms aux parfums pénétrants.
Ici, c’est la Suisse avec ses panoramas grandioses, ses beautés sauvages, ses sombres forêts, ses pâturages ; là, c’est l’Italie avec ses montagnes arides et rocailleuses dévastées par les torrents ; ailleurs, ce sont les plateaux californiens et leurs canons fantastiques. Voici maintenant, dans la partie méridionale, des paysages qui rappellent ceux de la Grèce et de l’Espagne par la pureté de l’air, l’éclat de la lumière, la végétation semi-tropicale.
Dans cette portion de terre provençale, d’une beauté parfois sévère et farouche, parfois douce et caressante, mais toujours harmonieuse et prenante, tous les paysages, toutes les cultures, tous les climats se rencontrent. Il est peu de régions qui offrent de plus violents contrastes et une plus grande originalité ; il en est peu aussi dont l’étude géographique puisse présenter autant d’intérêt et soit plus féconde en résultats. (Eisenmenger et Cauvin 1914 : Avant-propos.)

20Le jardin d’Eden est aussi aubaine de géographes... Le dithyrambe s’achève par un retour à la modestie qu’impose le régionalisme patriotique. La Haute-Provence (ou le département des Basses-Alpes, puisqu’il est indiqué que le volume est spécifiquement destiné aux instituteurs de ce département et qu’il leur est dédié) est une des plus admirables merveilles de la nature, mais les autres régions le sont aussi pour la plus grande gloire de la patrie française :

Nous serions infiniment heureux si ce petit livre pouvait contribuer non seulement à faire connaître une région qui est si digne de l’être, mais encore à faire comprendre aux enfants de nos écoles que toute région est douée d’une véritable vie, et que leur place est marquée dans l’évolution du pays natal comme elle est marquée dans la grande Patrie.

21L’énumération des beautés diverses de la petite patrie est un élément primordial des manuels locaux. Le premier texte de l’anthologie Visages de la Gironde est ainsi consacré à décrire longuement le principal charme du département (pays ?) : sa variété, bien évidemment.

Le Pays girondin
L’un des attraits du département de la Gironde provient de la variété de ses paysages : la mer et la forêt, les pâturages et les vignobles, des colmatages plats et des régions vallonnées. La contrée se présente sous les aspects les plus divers. Comment dire toute la beauté de nos cours d’eau ? (...)
Le pays offre donc toute la gamme des sites : solitudes immenses où l’homme a l’impression d’être perdu ; grandeur sauvage des dunes plantées de pins géants ; tristesse des marais, lorsqu’à travers la pluie, on aperçoit des troupeaux mornes, blottis sous la bourrasque ; riante gaîté de ces vignobles médoquins où, en tête des règes, sont plantés des rosiers, etc. (Brutails, in Got 1934 : 3-4.)

22La représentation de la petite patrie comme idéal résumé au second degré de l’Europe amène même ici en note de bas de page une citation de Mauriac qui introduit une comparaison pour le moins poussée avec l’Italie et la Norvège : « Les deux aspects essentiels de la campagne girondine : landes et vignobles... forêts et vignes, régions aussi différentes que peuvent être l’Italie et la Norvège. » (François Mauriac.)

23Le reste de la note infrapaginale est une énumération des pays (vidaliens) du « département formé par la Basse-Guienne », illustration s’il en est de la confusion généralement entretenue dans ces manuels entre pays, département, province et région. Ajoutons que le préfacier du volume, l’ancien ministre de l’Instruction publique Anatole de Monzie, n’hésite pas à parler « des charmes flamands de la région du Nord » (de la Gironde)...

24Une petite patrie digne de ce nom doit en fait être, à l’instar de la grande, alliance de Nord et Sud, jamais tout uniment l’un ou l’autre. Le Vivarais, par conséquent, se voit gratifier de paysages Scandinaves :

Ainsi formé de roches cristallines, volcaniques et calcaires, de plateaux élevés et d’arêtes déchiquetées, de vallées sauvages et de petites plaines fécondes, sous des cieux ici provençaux et là presque norvégiens, le Vivarais ne saurait passer, semble-t-il, pour une région naturelle ; il est comme écartelé entre les Alpes, le Massif central, le couloir rhodanien, le Midi méditerranéen.
Cependant, ce pays, dès les débuts de son histoire et malgré des divisions ecclésiastiques et administratives secondaires, a été fortement individualisé, a eu sa vie propre et originale : ce ne peut être l’effet du hasard. (Reynier, Le Pays de Vivarais, in Ozouf et Ozouf 1936 : 21.)

  • 6 Un feuillet initial indique : « on trouvera en un petit fascicule à la fin de cet exemplaire la tr (...)

25Avant même que l’Alsace soit redevenue terre française, elle fait l’objet d’un manuel scolaire qui la pourvoit des spécificités de toutes les petites patries. Elle est présentée, à l’instar de la mère patrie, comme une terre bénie du ciel, infiniment riche et admirable dans sa diversité, synthèse miraculeuse du Nord et du Midi, réunissant tout ce qui est nécessaire au bonheur humain. Ce manuel colligé par Christian Pfister, professeur à l’Université de Paris (il le sera ensuite à Strasbourg), est publié pour la première fois en 1916 sous le titre Lectures alsaciennes6. Le premier texte expose longuement les motifs de l’amour que doit inspirer l’Alsace à ses enfants :

Aimez-vous l’Alsace ? C’est un beau pays, une terre bénie du ciel. Douée d’une nature généreuse, avec ses montagnes fières et riantes, ses coteaux plantés de vigne, sa plaine féconde, elle captive par son charme propre, ainsi que par les merveilles du travail humain, quiconque l’a entrevue une fois. La neige blanchit cinq mois durant les hautes cimes des Vosges, élevées comme un rempart naturel du côté de l’Ouest, vers la Lorraine, tandis que du côté de l’Est le Rhin a un cours si pressé, si rapide que les navires ne le remontent pas. Les collines, qui enlacent les montagnes boisées de leurs pampres verdoyants, distillent le vin, richesse de ses plus fiers habitants. La plaine unie, étendue entre le grand fleuve et les coteaux, ondule, quand la moisson approche, comme une mer d’épis blonds, sous les caresses de la brise. Villes et vallées y sont si industrieuses qu’elles font vivre deux fois plus de population que ne peuvent en nourrir sur l’ensemble du territoire toutes les récoltes d’un sol riche. Telle nous apparaît l’Alsace. (Grad, in Pfister 1916 : 3-4.)

26Ce premier hymne à la petite patrie est suivi d’une chanson en dialecte (avec traduction française) sur l’amour du pays natal et se prolonge par un texte de Vidal de la Blache insistant sur le caractère remarquable du climat, la pureté de l’air, et les traits tout méridionaux d’une nature où l’arrivée du printemps est beaucoup plus précoce qu’en Allemagne :

Un trait de nature méridionale se prolonge par la lisière orientale des Vosges. Le châtaignier y atteint son extrême limite vers le Nord. La faune alsacienne compte même plusieurs animaux d’origine franchement méridionale, genette et lézard vert entre autres, qui retrouvent leur Midi dans la zone calcaire et sèche des collines sous-vosgiennes.
L’homme a prospéré aussi, il a profité de cette clémence accueillante de la nature. La clarté du ciel et la douceur de vivre ont mis en lui de la gaieté. « Le naturel de ce peuple est la joie », écrivait le premier intendant français qui gouverna l’Alsace. Pour bien des peuples venus de contrées plus ingrates et plus sombres, ce pays a marqué le commencement d’une émancipation de la vie besogneuse, l’épanouissement joyeux dans une nature qui invite à la fécondité et en donne l’exemple. (Vidal de la Blache, in Pfister 1916 : 6-7.)

27Il est difficile ici de résister au plaisir de citer l’un des deux poèmes liminaires de l’Anthologie classique d’écrivains comtois qui, en vers exécrables, expose admirablement la conception de la petite patrie comme abstract de la France, variété qui confine à l’universel puisqu’elle enferme en ses profondeurs historiques et géologiques les origines de l’homme et de la civilisation :

Petite Patrie
Dans ces vers c’est à toi, surtout, que j’ai pensé,
O petit coin de terre où m’a jeté la vie ;
Où, si loin que la trace puisse en être suivie,
De tous ceux dont je sors la poussière a passé,

Où vieillit, sous le voile ajouré des glycines,
La maison qui les vit naître, vivre et mourir ;
Où, même impatient du large à parcourir,
Le cœur reste attaché par toutes ses racines,

Province, que Paris traite négligemment,
Quand c’est, en abrégé, la France toute entière,
Ce morceau de Comté qui borde la frontière,
ce Jura, diamant parmi le diamant,

Escalier de géants, où la nature étage,
De plateaux en plateaux, un ensemble divin ;
La plaine pour le blé, le coteau pour le vin,
Et tout ce qu’en avare, ailleurs, elle partage ;

La montagne, les eaux, l’herbage, la forêt,
Ce que nous offrent champ, vigne, verger, parterre ;
Au point que, séparés du reste de la terre,
Tout ce qu’elle a de biens encor nous sourirait.

C’est chez nous que l’homme a laissé sa trace,
Au profond de nos lacs, au sommet de nos monts :
Trésors ensevelis sous d’éternels limons,
Ruines de colère où le temps met sa grâce ;

Balbutiements confus de la vie et des arts,
Restes mystérieux d’époques disparues,
Ou bien apparaissant sous le soc des charrues,
Dans le creux du sillon le profil des Césars.

Creusez, creusez encore, et, nourrice sacrée,
Vous trouverez la mer, son sel et ses parfums,
Sous les débris épars de tant d’âges défunts,
Sous l’écorce par tant de guerres labourée.

Tout cela, c’est la France, elle-même, que j’ai
Sous les yeux, ses jardins, son charme, son histoire ;
Tout ce qui lui survint de tristesse ou de gloire,
C’est, vous dis-je, la France entière, en abrégé.

  • 7 Les passages mis en italique l’ont été par nous.

Et je t’aime, et ces vers te sont une humble offrande,
Toi qu’on ne peut aimer d’un amour trop fervent,
Que je ne quitterai pas plus mort que vivant,
Ma petite patrie, enclose dans la grande7.
Georges Trouillot. (Boibessot 1924.)

28Le premier texte de lecture illustrative fourni dans le manuel Géographie et histoire de l’Aude est intitulé d’ailleurs tout bonnement : « L’Aude, résumé de la France » :

Dans l’étroitesse de ses frontières, l’Aude nous offre la plaine et le désert, les coteaux et les causses, les forêts et les landes, la mer et la montagne. Multitude innombrable des aspects, perspective d’un nombre aussi incroyable que distinct, c’est dans cet espace restreint, le résumé du paysage français. Dans cette composition, tout est présent depuis la mer latine jusqu’au sommet des pics neigeux, au point que le voyageur, ignorant des beautés de cette terre d’Aude va d’étonnement en étonnement. Le paysage est si condensé et si varié, qu’on est surpris de découvrir dans des sites si proches autant de perfection. (Girou, in Plandé 1941.)

Chérir pour servir

29Le manuel scolaire est une initiation à l’admiration amoureuse et à son expression. C’est qu’en fait l’écolier est supposé ne pas savoir reconnaître spontanément les merveilles de sa petite patrie, trop familières pour être vraiment perçues : l’objet du manuel est donc de lui énumérer les beautés de l’objet d’amour et leur formulation idoine. Le manuel La Haute-Savoie, étude géographique édité par le Syndicat des instituteurs met en scène, dans sa préface, le petit écolier inconscient du privilège qui l’a fait naître au milieu des plus grandes richesses naturelles. Aussi l’enfant doit-il apprendre à connaître les épithètes convenues qu’il faut appliquer à ces splendeurs afin d’être l’égal, en matière d’évaluation, des touristes fortunés qui savent aimer la montagne :

  • 8 Les passages mis en italique l’ont été par nous.

Mon enfant,
Tu as le privilège de vivre dans une des plus belles régions de la terre : la nature lui a dispensé les parures les plus variées et les plus somptueuses.
Chaque jour, en venant à l’école, en trottinant le long des chemins, tu passes auprès de merveilles que tu dédaignes parce que tu ne les a jamais vraiment regardées.
Pourquoi, toi qui l’habites, n’apprendrais-tu pas à connaître ton pays ?
Chaque année ramène des milliers d’étrangers venus de toutes parts, faire chez nous provision d’air pur ; l’été escalader nos monts, l’hiver sillonner nos pentes avec luges et skis.
Ils l’apprécient, eux, la Savoie, et savent qu’elle vaut d’être connue.
Pas de vastes plaines, aux routes rectilignes, aux horizons monotones : à chaque tournant, un paysage nouveau !
Le vert des sapins ou des riches pâtures, le bleu des lacs, les sauts des torrents, les escarpements rocheux, la blanche pureté des neiges charment qui sait les voir.
Tout comme les peuples et les hommes, les choses disent leur histoire et nulle n’est plus captivante peut-être que celle des montagnes et du sol savoyards.
Ce petit livre te la contera, les gravures te montreront les plus beaux sites, le texte te suggérera, espérons-nous, de nombreuses réflexions8. (Rosset 1935 : Avant-propos.)

30L’initiation à l’admiration se termine dans cette préface par une réflexion sociale, qu’on pourrait croire liée au cadre syndical de publication de l’ouvrage, si cette invite au respect pour les humbles n’était fréquente dans les avertissements de manuels scolaires régionaux. Elle conclut en incitant l’écolier à se conformer à l’ethnotype savoyard, en l’occurrence la caractérisation commune aux paysans de montagne :

Tu verras aussi que si la nature est chez nous magnifique, elle est souvent bien dure aux paysans qui l’affrontent. Tu comprendras les difficultés vaincues par les vieux Savoyards pour tirer de leur région les richesses actuelles et, comme eux, tu voudras être persévérant, tenace, opiniâtre au labeur.

31Le regard extérieur serait plus pertinent que le regard familier pour saisir les beautés environnantes et pourrait donc servir de référence pour l’initiation à l’amour du sol natal : cette idée n’est pas rare dans les réflexions sur la petite patrie. Les manuels de lecture qui prennent la forme d’anthologies fournissent donc aux écoliers un ensemble copieux de textes laudateurs consacrés à leur petite patrie et par conséquent, la liste de ses merveilles et la manière appropriée de les percevoir. Certains auteurs d’anthologies précisent même explicitement qu’un de leurs buts est de livrer aux écoliers des modèles de description destinés à l’exercice scolaire de composition française :

Nous pensons que les éducateurs pourront trouver dans ce recueil de quoi faciliter à leurs élèves le travail si difficile de la composition française en leur donnant des modèles de description d’autant plus accessibles que les sujets sont plus familiers. Nous croyons aussi que ces Lectures éclaireront d’un jour plus vif les leçons de Géographie régionale. Enfin, nous espérons qu’elles feront mieux saisir les beautés trop souvent insoupçonnées de ce Pays, aux aspects si variés.
Mais par dessus tout, nous serions pleinement heureux si nos jeunes Lorrains, connaissant mieux leur Lorraine, lui vouaient un amour filial - dont ne pourrait que bénéficier la Grande Patrie - qui les portât à la vouloir toujours au premier rang dans les tâches laborieuses et pacifiques comme elle le fut toujours dans les tâches guerrières. (Thiéry 1927, préface du tome 1 : x.)

32Mais le devoir d’admiration s’énonce à tout propos, enrichissant à l’occasion l’élève en clichés convenus et comparaisons consacrées. Une leçon de géographie physique peut ainsi se terminer, par le biais d’une analogie forcée entre géologie et architecture, en une leçon de morale : plus me sont chers mes petits alpages savoyards que les splendides demeures des rois.

Conclusion : Notre pays est un édifice :

  1. Il a des fondations : les roches cristallines qui existent partout à une profondeur plus ou moins grande ;
  2. Les matériaux de construction ont été déposés sur le socle cristallin par les mers secondaires. Ce sont les sédiments ;
  3. Les mouvements de l’ère tertiaire ont soulevé et plissé ces sédiments. Ils ont aussi donné à notre pays son architecture ;
  4. Les eaux courantes et les glaciers ont sculpté et sculptent encore, dans leurs moindres détails, les façades de l’édifice.

Avec ses coupoles, ses flèches, ses remparts, ses magnifiques pièces d’eau, ses parterres de fleurs, notre pays n’est-il pas mille fois plus beau que le plus beau palais du monde ? (Rosset 1935 : 13.)

33Grâces soient rendues au Grand Architecte qui fit des Savoyards un peuple élu que pourrait envier le Roi des Rois... Ce texte, qui offre un modèle aisément reproductible dans les rédactions (et, au prix de quelques allègements, dans les brochures touristiques), fait suite à un exposé savant sur les ères géologiques, le principe du plissement des sédiments et le soulèvement alpin. La juxtaposition de passages érudits, nourris souvent de savoirs récents, et d’envolées lyriques sans retenue, est en effet caractéristique de ces manuels. Le discours sur la petite patrie n’est pas à classer dans un enseignement de second ordre : il s’insère bien au contraire dans la modernité pédagogique.

34Préfaces et conclusions sont souvent des adresses directes aux écoliers pour les exhorter à chérir intensément la petite patrie dont le manuel leur fait découvrir les beautés :

Écoliers du Cantal !
Ce livre a été écrit pour vous.
Puisse-t-il vous aider à mieux connaître, à mieux comprendre, à mieux aimer votre belle région ! Puisse-t-il contribuer à faire de vous des hommes et des femmes fidèles à leur terroir et qui diront fièrement avec le sanflorain de Belloy, auteur dramatique du xviiie siècle : « Plus je vis d’étrangers, plus j’aimais ma patrie. » (Perrier et Marion s.d. : 18.)

35A la suite de cette exhortation, trois écrivains illustres sont cités pour étayer cet amour de la petite patrie auvergnate, en une synthèse détonante qui réunit Vallès, Olivier de Magny et Lamartine (dont le rattachement au Cantal paraît quelque peu hasardeux !).

36Un manuel d’histoire normande s’achève par la reproduction et le commentaire d’une médaille symbolisant « La Normandie, nourrice des hommes », destinés à préciser aux écoliers les emblèmes identitaires de leur région :

En ce court tableau, l’artiste a symbolisé la patrie normande par une jeune bergère occupée à tricoter : devant elle, les troupeaux de vaches ; derrière elle, les clos de pommiers ; dans le fond, la plaine grasse que cultive le laboureur et que couvrent encore les dépouilles de la dernière récolte sous forme de meules de blé. Tout dit la fertilité de la terre. Cette médaille fut donnée en récompense à l’exposition de Rouen. Puisse ce livre d’histoire contribuer à faire aimer davantage aux jeunes générations normandes le pays qui les a vu naître ! (...) Cette rapide histoire des fastes de l’illustre Normandie fortifiera peut-être encore le sentiment qui attache le Normand au souvenir de sa province si pleine de charmes, et lui fait dire Notre France sans doute, mais aussi, avec un accent de jalouse affection : Ma Normandie. (Baradel et Fallourd 1909 : 90.)

37Ce sentiment effusif importe tant que les manuels ne cessent de présenter leur objectif aux écoliers. Ainsi l’Anthologie classique d’écrivains comtois débute-t-elle par un long poème qui présente simultanément le principe de conception, le mode d’usage et la finalité du manuel scolaire local :

Régionalisme français
Amis, en proclamant, chaque jour, l’attirance
De nos petits pays, si grands par leur beauté,
Nous faisons mieux connaître et mieux chérir la France,
Dans toute sa splendeur et son intimité.

Unissons nos efforts, afin de bien poursuivre
Notre noble dessein ; sachons mettre en valeur
Les sites merveilleux où nous aimons à vivre,
Sans égoïsme étroit, sans esprit querelleur.

Chantons nos horizons, tourmentés ou paisibles,
Bornés, plus ou moins loin, par les rocs des plateaux,
Par les glaciers géants des monts inaccessibles,
Par l’onde mugissante ou par d’humbles coteaux.

Chantons nos océans, nos fleuves, nos rivières,
Nos cascades, nos lacs, nos sources, nos ruisseaux,
Qui, comme les forêts, les landes, les clairières,
Ont tenté bien souvent la lyre et les pinceaux.

Célébrons, en gourmets, nos vignes et nos treilles,
Nos jardins, nos vergers, nos ruches, nos moissons,
Nos belles basses-cours, nos crèches sans pareilles,
Notre abondant gibier, nos savoureux poissons.

Célébrons nos cités, leur luxe, leurs lumières,
Leurs parcs majesteux, leurs vastes monuments,
Ainsi que nos vieux bourgs, nos hameaux, nos chaumières,
Asiles du bonheur et des plaisirs charmants.

Chantons de nos aïeux les naïves coutumes,
Le patois, les refrains, les danses, les pipeaux ;
Remettons en honneur, s’il se peut, leurs costumes :
Blouses, sabots sculptés, coiffettes et chapeaux.

Chantons les souvenirs des temps les plus antiques :
Abris mystérieux, silex, marbres épars ;
Nos ravissants joyaux, nos trésors artistiques :
Cathédrales, moutiers, châteaux, puissants remparts.

Évoquons fièrement tous nos hommes illustres
Dont la science, la foi, l’amour de l’idéal
Feront vibrer les cœurs durant de nombreux lustres
Et vénérer partout le nom du sol natal.

Exaltons nos héros si dignes de mémoire
Qui, jadis, ont tenu notre sort entre leurs mains,
Et nos soldats d’hier auréolés de gloire
Qui brisèrent le choc d’ennemis inhumains.

  • 9 Les passages mis en italique l’ont été par nous.

En proclamant ainsi, chaque jour, l’attirance
De nos petits pays, si grands par leur beauté,
Nous ferons mieux connaître et mieux chérir la France
Dans toute sa splendeur et son intimité9.
Edmond Chapoy. (Boibessot 1924 : 1-2.)

38Des paysages, une géographie, une histoire, des produits du terroir, des hommes illustres et un folklore : tels sont les éléments, en relation d’analogie, d’une petite patrie. Relation d’analogie plutôt que complémentarité car les divers marqueurs identitaires d’un terroir sont supposés n’être pas le fruit du hasard. Ils sont censés émaner de la même force créatrice, qui détermine les hommes tout autant que la terre et ses produits.

Notes

1 Il ne semble pas que l’enseignement de sciences naturelles ait fait l’objet d’enseignements localisés - la question de la géologie locale étant prise en charge par l’enseignement de la géographie. Quant à l’enseignement de l’agriculture, qui a subi de fortes variations selon les périodes et les régions, il a été décidé de ne pas le prendre en considération ici.

2 Cette série de monographies départementales, comme l’indiquent les préfaces de certains volumes, peut fournir un support aux maîtres pour les leçons de géographie.

3 On peut signaler un cas au moins de manuel d’histoire locale, réédité dans une présentation plus luxueuse et sans appareil pédagogique, pour servir de livre de prix. Il s’agit de l’ouvrage de Risson (F.), Inspecteur primaire au Havre, et Le-chevalier (A.), Instituteur à Cuverville en Caux, Étude géographique sur le Département de Seine-Inférieure (cours moyen-supérieur des écoles primaires), s.l., s.d. (circa 1905-10). La réédition en livre de prix est faite à Paris, par la Société d’édition et de publication Juven, collection Notre Belle France. La reliure rouge est ornée d’une Normande en coiffe.

4 En italique dans le texte.

5 Selon les multiples projets de découpage régional de la France proposés depuis le milieu du xixe siècle, le nombre de régions françaises varie du simple au décuple, les contours différant considérablement d’une carte à l’autre. On notera que le découpage régional de la France n’a abouti qu’au prix d’un maintien du département, les régions actuelles n’étant que des agrégats départementaux.

6 Un feuillet initial indique : « on trouvera en un petit fascicule à la fin de cet exemplaire la traduction allemande des Lectures alsaciennes ». Le fascicule Elsässische Lektüren, imprimé en caractères gothiques, se trouve effectivement encarté à la fin.

7 Les passages mis en italique l’ont été par nous.

8 Les passages mis en italique l’ont été par nous.

9 Les passages mis en italique l’ont été par nous.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search