Version classiqueVersion mobile

Beautés arbitraires

 | 
Isabelle Tillerot

Prélude. Avant Kant

Texte intégral

  • * Le lecteur trouvera dans la bibliographie les adresses url complètes des ouvrages et documents simp (...)
  • 1 Emmanuel Kant, Kritik der Urteilskraft, Berlin et Libau, Lagarde et Friederich, 1790 ; Critique du (...)

1Beautés arbitraires. L’ambiguïté des termes ainsi réunis me laissa d’abord curieuse et perplexe. Si ces beautés avaient été énoncées, elles ne pouvaient être vaines et sans raison. C’était un siècle avant Kant et la consécration du beau universel*1. Le sentiment du beau – qui ne désigne rien qui se rapporte à l’objet, puisque ce qui plaît dans l’objet beau, c’est sa représentation – avait été compris par le philosophe comme l’acte de conscience qui en juge. Ce beau valable pour tous les hommes surgissait sans concept ni règle pour en juger, idée sans laquelle « toute représentation de la beauté disparaît ». L’adhésion nécessaire et universelle qu’il exigeait hors de toute logique n’était qu’une prétention, mais à tout le moins cette possibilité en droit, non en fait, était une certitude.

2Le jugement esthétique avait donc sa clarté propre qui n’était pas conceptuelle. « Le beau est ce qui plaît dans le seul jugement […]. Il suit de là qu’il doit plaire sans aucun intérêt. » Le plaisir attaché à la représentation n’était pas un élément de connaissance, le jugement de goût pas davantage un jugement de connaissance, mais Kant reconnaissait une valeur universelle au sentiment de plaisir suscité par l’objet considéré comme beau. Puisqu’il n’y avait nul critère universel du goût, « impossible et contradictoire en soi », « l’accord aussi parfait que possible de toutes les époques et de tous les peuples sur le sentiment produit par la représentation de certains objets » aurait seul pu fonder un critère empirique (sensation) sans concept « universellement communicable ». Le jugement de goût, par lequel une chose était déclarée belle, pouvait y prétendre grâce au libre jeu des facultés fondamentales de l’imagination et de l’entendement.

3Pour qu’il lui soit adéquat, l’assentiment libre et désintéressé qu’il supposait en chacun tenait à la distinction de deux sortes de beauté, une beauté libre et une beauté adhérente, l’une suffisante en soi, l’autre dépendant d’un concept. « Les fleurs sont des beautés libres de la nature. » Peu importe qu’on sache ce qu’elles sont, comme, parmi les formes qui « plaisent librement et pour elles-mêmes », les « rinceaux des encadrements », qui « ne signifient rien par eux-mêmes ». Le jugement de goût, selon qu’il opérait d’après ce qu’il perçoit ou d’après ce qu’il conçoit, était pur lorsqu’il portait sur une beauté libre, appliqué quand il considérait une beauté adhérente. L’imagination, libre de toute contrainte conceptuelle dans le jugement esthétique, fécondait l’entendement contemplatif, lequel pouvait en retour saisir le jeu de l’imagination et exprimer l’ineffable produit dans l’âme par la représentation. L’antinomie contradictoire du goût était résolue dans la perception sensible. Sans doute le jugement de goût n’était-il, « en tant que représentation intuitive singulière rapportée au sentiment de plaisir, qu’un jugement particulier ». Néanmoins, « le pur concept rationnel du supra-sensible », fondement de l’objet en soi et du sujet le contemplant, permettait de lui donner sa valeur universelle.

4Or, dans ce beau universellement valable, reposant sur le fait que « la finalité dans la forme de l’œuvre paraisse aussi libre de toute contrainte de règles arbitraires que si c’était un produit pur et simple de la nature », la beauté arbitraire s’était évanouie. Ces beautés arbitraires et universelles s’étaient pourtant enchevêtrées, et les premières avaient peut-être permis aux secondes d’exister. Le goût, défini par Kant comme « la faculté de juger de ce qui rend notre sentiment lié à une représentation donnée, universellement communicable, sans le secours d’aucun concept », impliquait que l’on juge par soi. S’il avait pour pierre de touche l’assentiment universel, c’est que le jugement de goût, subjectif et ressenti, découlait de la sensation de l’accord entre l’imagination libre et l’entendement, sensation qui pouvait être universellement partagée. Toutefois, la notion de goût était précisément celle qui avait permis d’ébranler un siècle plus tôt l’idée de beauté universelle.

  • 2 La Lettre sur la comète rédigée en 1682 est remaniée et publiée sous divers titres. Pierre Bayle, (...)

5L’intrigue me sembla alors fascinante. « Que ne pouvons-nous voir ce qui se passe dans l’esprit des hommes lorsqu’ils choisissent une opinion2 ! » Si cent millions d’entre eux continuaient de croire que les comètes étaient causes de tous les désastres du monde, Pierre Bayle estima qu’il était temps de mettre en cause ces « opinions fabuleuses », de « contredire la vénérable Antiquité » et de cesser de « s’en reporter à la Tradition ». Ce fut un peu l’histoire des beautés arbitraires, invoquées comme telles pour dénoncer l’accoutumance irréfléchie à une idée du beau. Certaines des beautés anciennes admises par tous depuis des milliers d’années n’étaient que des beautés particulières. Elles n’obéissaient à aucune règle divine, ni à aucun fondement absolu. Elles n’étaient unies qu’à l’homme singulier qui les avait exprimées et à l’habitude qu’on s’en était faite. Avant toute explication adventice, le sens équivoque du mot « arbitraire », les paradoxes du goût et ceux du beau me convainquirent d’étudier les beautés arbitraires méconnues prises en elles-mêmes. Je ne savais quelles belles insoupçonnées de la pensée, de l’art et de l’imagination elles se révéleraient.

Notes de fin

* Le lecteur trouvera dans la bibliographie les adresses url complètes des ouvrages et documents simplement référencés ici par la mention [en ligne].

1 Emmanuel Kant, Kritik der Urteilskraft, Berlin et Libau, Lagarde et Friederich, 1790 ; Critique du jugement, première trad. française de Jules Barni, Paris, Ladrange, 1846. Nous avons utilisé la traduction de Florence Khodoss, Paris, Presses universitaires de France, 1955. Les citations sont tirées de la première partie, Critique du jugement esthétique (§ 1 à 59).

2 La Lettre sur la comète rédigée en 1682 est remaniée et publiée sous divers titres. Pierre Bayle, Lettre à M. L. A. D. C., docteur de Sorbonne, où il est prouvé par plusieurs raisons tirées de la philosophie et de la théologie que les comètes ne sont point le présage d’aucun malheur, Cologne, P. Marteau, 1682 ; Pensées diverses, écrites à un docteur de Sorbonne, à l’occasion de la comète qui parut au mois de décembre 1680, Rotterdam, R. Leers, 1683 ; 2e éd., 1699, avec Addition aux Pensées diverses sur les comètes ; 3e éd., 1704, Pensées diverses, écrites à un docteur de Sorbonne, à l’occasion de la comète qui parut au mois de décembre 1680 ; 4e éd., 1721 ; 5e éd., Amsterdam, H. Uytwerf, 1722 ; 6e éd., 1749, p. 10 ; éd. Pierre Rétat, Paris, Société des textes français modernes, 1994 ; éd. Joyce et Hubert Bost, Paris, Flammarion, 2007.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search