Version classiqueVersion mobile

Ils apprenaient la France

 | 
Anne-Marie Thiesse

Introduction

Entrées d'index

Texte intégral

1La Troisième République, assurément, a été un temps fort d’affirmation de l’identité nationale. Mais, contrairement à une opinion fort répandue sur cette période, la célébration de l’identité française ne s’est pas effectuée par une dénégation des identités locales, tout au contraire. Loin d’être opposés frontalement, le national et le local ont été alors désignés comme parfaitement solidaires, le second étant même proposé comme fondement le plus irréfutable du premier. La thématique régionaliste, omniprésente sous la Troisième République, a engendré un ensemble profus de discours, d’écrits, d’œuvres littéraires et artistiques, de commémorations et de fêtes qui témoignent d’un intense travail de mise en scène des identités locales (Thiesse 1991). Par un paradoxe qui n’est qu’apparent, la synthèse la plus élaborée, en tout cas la plus consciente, de ce grand ouvroir identitaire a été fournie par l’institution scolaire. L’École primaire républicaine, qui a parfois été dépeinte comme le théâtre d’un combat sans merci mené par des jacobins acharnés contre les cultures régionales, a tout au contraire cultivé le sentiment d’appartenance locale comme pro-pédeutique indispensable au sentiment d’appartenance nationale. De nombreux manuels scolaires spécifiquement destinés à faire connaître aux enfants leur « petite patrie » pour mieux les préparer à l’appréhension de la « grande Patrie » ont été publiés. Consacrés à un département ou à une région, ces manuels avaient pour objet de fournir à leur public scolaire, maîtres et élèves, non seulement un savoir sur le local, mais aussi un modèle pour sa description et sa mise en valeur. La patrimonialisation des identités locales qu’ils ont opérée a été d’une profonde et durable portée : elle perdure encore aujourd’hui, même si elle se manifeste désormais plutôt en dehors de l’institution scolaire. Surtout, la lecture de ces ouvrages permet de dégager les principes et les modalités d’une représentation des identités locales au service d’une pédagogie du sentiment patriotique.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search