Version classiqueVersion mobile

Les gisements précolombiens de la Baie Orientale

 | 
Dominique Bonnissent

Remerciements

Texte intégral

1Cette intervention d’archéologie préventive réalisée par l’Afan (Association pour les fouilles archéologiques nationales), devenue Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) a été conduite dans des conditions optimales sur les gisements de la Baie Orientale à Saint-Martin grâce à la coordination et au soutien de nombreux intervenants que nous tenons à remercier tout particulièrement ici.

2Antoine Chancerel, alors conservateur régional de l’Archéologie à la Drac de Guadeloupe a eu la lourde tâche de gérer cette première opération d’envergure sur l’île de Saint-Martin, dans un contexte alors totalement étranger aux pratiques de l’archéologie préventive. Ses efforts ont créé un précédent dont l’archéologie bénéficie encore aujourd’hui.

3Françoise Audouze, directeur de recherche au CNRS et rapporteur des trois études successives de ces gisements – diagnostic, évaluation et fouille – à la Commission d’archéologie d’outre-mer du 25 février 2002, a émis un avis décisif extrêmement favorable qui a porté ce travail tout au long de la publication. André D’Anna et Jean-Pierre Giraud, en tant que conseillers scientifiques, nous ont guidée durant l’élaboration du manuscrit qui a vu le jour grâce à un financement mis en place conjointement par le ministère de la Culture et de la Communication (Drac de Guadeloupe), l’Inrap et l’AAHE (Association archéologique Hope Estate).

4Cet ouvrage a quant à lui été entièrement financé par le programme interinstitutionnel « Documents d’archéologie française » (ministère de la Culture, ministère de la Recherche, CNRS, Inrap, fondation Maison des sciences de l’homme), vers qui vont nos vifs remerciements. La réalisation de cette monographie est ainsi le fruit d’un important travail de collaboration avec Bernard Mandy, Nelly Le Masne de Chermont et Alain Dagand dont le professionnalisme permet d’aboutir à un document de grande qualité.

5Christophe Hénocq, président de l’AAHE et directeur du Musée de Saint-Martin, nous a fait bénéficier des moyens humains et matériels du musée et de l’AAHE afin d’étudier au mieux ces gisements exceptionnels. Le Dr. François Petit nous a laissé toute liberté, comme il le fait depuis des années, pour l’utilisation des infrastructures de la carrière de Grand Case afin de traiter le mobilier archéologique. En effet, les deux gisements totalisent plus d’une tonne de matériel qu’il a fallu étudier et conditionner sur place. L’aménageur, la société financière Griselle II, représenté par Bernard Barthelmebs, a toujours facilité nos recherches.

6Les différents auteurs de cette publication ont consacré bien plus que le temps qui leur était imparti par leur institution pour la réalisation de leur contribution. Leur investissement dans ce projet permet de présenter aujourd’hui des études pleinement abouties, et je les remercie pour l’importance de leur implication.

7Enfin, je salue le courage et la ténacité de l’équipe de recherche qui a travaillé dans des conditions très difficiles sur le terrain ; aussi bien mes collaborateurs Afan/Inrap que les membres de l’AAHE, archéologues amateurs très efficaces.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search