Version classiqueVersion mobile

Peindre contre le crime

 | 
Thomas Kirchner

IX. Nicolas-Thérèse-Benoît Frochot – commanditaire et auteur du programme iconographique

Texte intégral

1Si frappantes que soient les concordances entre l’exposé de Kant et le tableau de Prud’hon, il est assez peu probable que l’artiste ait eu connaissance des textes du philosophe allemand, même s’il avait sûrement eu vent des véhémentes discussions agitant les cercles érudits autour du libre arbitre. Il n’a sans doute pas suivi directement les interrogations juridico-philosophiques sur le sens de la condamnation, abordées par exemple dans les écrits de Beccaria, ni les amendements législatifs avec leur portée et leurs implications. Il en va autrement des questions artistiques, telles la valeur pédagogique et la mission politique de l’art. En sa qualité de membre de la Commune des Arts, Prud’hon a peut-être ici participé personnellement aux débats. Dans le domaine de l’art, il pouvait aussi s’appuyer sur les conseils et avis de Quatremère de Quincy, qui lui fit part des idées de Winckelmann sur l’importance de l’allégorie. En outre, il a vraisemblablement été conseillé par sa collaboratrice et compagne Constance Mayer, même si son influence est difficile à établir dans le détail. Ces aspects artistiques jouent à maints égards un rôle essentiel dans le tableau, mais ils n’en sont pas la caractéristique exclusive, car on les rencontre dans plusieurs de ses œuvres. À l’inverse, les questions philosophiques et juridiques complexes, et parfois assez ardues, n’apparaissent dans aucun de ses autres travaux. Comment Prud’hon a-t-il donc pu adopter dans sa peinture une position aussi explicite sur des problématiques cruciales des Lumières et concevoir un programme aussi savant et cohérent ? Où a-t-il puisé ses connaissances sur les discussions relatives à la théorie et à la philosophie du droit, sur le problème central du libre arbitre, sur la responsabilité du criminel face à ses actes, sur la conscience, sur les écrits de Kant ? Tout laisse penser que Nicolas-Thérèse-Benoît Frochot l’a guidé dans tous ces domaines, et qu’il est même le véritable auteur du programme iconographique. C’est lui qui semble tirer toutes les ficelles.

  • 147 Sur la carrière politique de Frochot, voir biographie extraite du Dictionnaire des parlementaires f (...)

2Né à Dijon en 1761, Frochot étudie le droit dans sa ville natale et y exerce comme notaire. En mars 1789, il est élu député aux États généraux, puis fait partie jusqu’en septembre 1791 de l’Assemblée constituante, où il participe à la réforme de l’ancien système judiciaire147. Après des séjours en province et un emprisonnement sous la Terreur, il rejoint le Corps législatif entre décembre 1799 et mars 1800. Nommé préfet du département de la Seine par Napoléon Bonaparte en mars 1800, il est bientôt chargé également du système pénitentiaire. À ses yeux, législation et système pénitentiaire vont de pair. Parallèlement à l’incarcération, il accorde une importance capitale à la resocialisation du délinquant :

  • 148 Nicolas-Thérèse-Benoît Frochot, Rapport et projet présentés par le Préfet du département de la Sein (...)

« […] nos lois nouvelles […] en n’admettant que la condamnation temporaire, assurent à tout détenu l’espoir de rentrer dans la société. Il est évident que sous une telle législation, les détenus doivent être considérés plutôt comme des malades à guérir, que comme des êtres à séquestrer, et que c’est pour l’administration publique un devoir de les rendre dignes de leur future réintégration dans l’état civil148. »

  • 149 Ibid.
  • 150 Pierre Giraud, Observations sommaires sur toutes les prisons du département de Paris, s.l., 1793. L (...)
  • 151 Pierre Giraud, « Au citoyen Frochot, Préfect du department de la Seine », ibid., [p. iii].
  • 152 Sur Giraud et sa carrière mouvementée d’architecte des prisons du département de la Seine, voir Car (...)

3Le 13 brumaire an X (4 novembre 1801), Frochot rédige un rapport à l’attention du ministre de l’Intérieur, dans lequel il expose son concept et suggère aussi des solutions pour réintégrer le criminel dans la société civile149. C’est dans ce contexte, en prairial de l’an X (mai-juin 1802), que Pierre Giraud, architecte du département de la Seine, lui dédie une étude sur l’état des prisons parisiennes qu’il avait menée en 1793 à la demande du gouvernement central150. Par la réédition de son enquête de 1793, il veut, selon ses propres mots, réagir à l’interruption brutale en l’an IX des travaux sur les prisons151. En fait, il lui importe surtout de consolider sa position fragile, sans cesse remise en question au cours des années précédentes. Il souhaite proposer à Frochot ses services d’architecte pour la restructuration des prisons, retrouver la position qu’il avait occupée avant son renvoi en février 1794 et qu’il a obstinément briguée depuis152. Il connaît sûrement les intentions du préfet quand il souligne, dans sa dédicace, l’aspect humanitaire des réformes suggérées, qui avait conduit le département à lui confier l’étude publiée en 1793 :

  • 153 Giraud, 1802 (note 150), [p. ii].

« [L]es premiers regards [du département] se portèrent sur les objets qui touchoient à l’humanité. En conséquence, il m’ordonna de visiter toutes les prisons, de lui faire un rapport détaillé de leur situation, et de lui présenter des projets d’amélioration153. »

4Giraud insiste ensuite sur son engagement personnel, se décrivant comme

  • 154 Ibid.

« [...] animé du même zèle, du même esprit que cette administration, composée d’hommes aussi recommandables par leur talent, leurs vertus personnelles et leur probité [...]154 ».

  • 155 Voir Passy, 1867 (note 5), p. 288. En 1812, le budget du département de la Seine s’élevait à 3 520  (...)
  • 156 Voir Lormail, 2002 (note 91), t. 1, p. 12 et suiv.

5La démarche de Frochot auprès du ministre de l’Intérieur est couronnée de succès. À partir du 1er vendémiaire an XI (22 septembre 1803), ses compétences s’étendent au système pénitentiaire155. Le Code d’instruction criminelle de 1808, qui définit la position de l’inculpé dans la procédure judiciaire, place en même temps l’emprisonnement au cœur du dispositif de sanction. Il marque ainsi le point de départ d’une réforme des prisons comme instrument d’éducation et de réintégration du criminel dans la société156.

6De par ses diverses fonctions, Frochot participe donc à l’élaboration du nouveau système pénal et connaît la littérature correspondante, notamment l’ouvrage de Beccaria et les textes de Montesquieu et de Voltaire. En tant que préfet, il veille à l’application des nouvelles lois, en particulier du Code pénal et du Code d’instruction criminelle. Il est également au courant des débats philosophiques sur lesquels se fonde le travail législatif.

  • 157 Sur la réception précoce des ouvrages de Kant en France, voir l’avant-propos de François Picavet da (...)
  • 158 Voir Karl Vorländer, « Kants Stellung zur Französischen Revolution », dans Philosophische Abhandlun (...)
  • 159 Voir Jean Ferrari, « L’œuvre de Kant en France dans les dernières années du xviiie siècle », Les ét (...)
  • 160 Outre la publication déjà mentionnée de Nicolas François de Neufchâteau, de l’an VIII (note 139), i (...)
  • 161 Voir Mémoires de l’Institut national des sciences et arts. Sciences morales et politiques, t. 5, Pa (...)
  • 162 Voir ibid., t. 4, Paris, Baudouin, an XI, p. 544-606.
  • 163 Voir ibid., t. 5, p. 11, et Virgile Rossel, Histoire des relations littéraires entre la France et l (...)
  • 164 Voir Schrecker, 1939 (note 158), p. 415-424, et Azouvi/Bourel, 1991 (note 157), p. 105-112. Il conv (...)
  • 165 Voir Ferrari, 1981 (note 159), p. 405.

7Les aspects juridiques traités dans le tableau de Prud’hon sont donc sûrement à mettre au crédit de Frochot. Il semble toutefois qu’il ait exercé une influence bien plus étendue encore. Il pourrait aussi avoir fait le lien avec les écrits de Kant. Les ouvrages du philosophe allemand furent très tôt accueillis en France157. Beaucoup le considéraient comme celui qui avait fourni la légitimation la plus convaincante de la Révolution française158. Ses textes furent discutés à Strasbourg dès la fin des années 1770. Ils trouvèrent en la personne de l’abbé Grégoire un fervent admirateur, qui allait bientôt s’employer à faire connaître le philosophe en France. La réception de son œuvre s’accéléra peu avant le tournant du siècle159. Ses livres furent traduits et surtout commentés dans la Décade philosophique, le Magasin encyclopédique et le Spectateur du Nord ; des ouvrages essentiels parurent à leur sujet160. Mais le plus important fut sans doute les débats intenses – et parfois les controverses – dont le système kantien fit l’objet à l’Institut national. Joseph-Marie Dégérando prononça ainsi une conférence sur Kant devant la classe de Sciences morales et politiques de l’Institut161, tandis qu’Antoine-Louis-Claude Destutt de Tracy commenta La métaphysique de Kant le 7 floréal an X (27 avril 1802)162. Sébastien Mercier, lui aussi, consacra quatre exposés à Kant163. Il faut mentionner en outre le colloque organisé à Paris par Wilhelm von Humboldt le 8 prairial an VI (27 mai 1798)164. On proposa même d’élire Kant membre étranger de l’Institut de France ; certes assez élevé, le nombre de voix en sa faveur resta néanmoins insuffisant. Nicolas François de Neufchâteau, le membre de l’Institut déjà cité, joua un rôle majeur d’intermédiaire. En 1810 parut pour la première fois le De l’Allemagne de Mme de Staël, qui allait révéler Kant à un plus large public. Bien que la première édition eût été détruite sur ordre de Napoléon, hormis quatre exemplaires, le livre fut réédité dès 1813, puis en 1814 et 1815, et put jouir d’une ample diffusion. Les discussions étaient aussi suivies en haut lieu. Napoléon demanda ainsi à Charles-François-Dominique de Villers, dont les écrits sur Kant étaient débattus à l’Institut, de lui présenter un bref résumé de la philosophie kantienne165.

  • 166 Voir Édouard Montagne, Histoire de la Société des gens de lettres. Préface de Jules Claretie, Paris (...)

8Frochot peut avoir été confronté directement à ces débats à l’Institut national, mais ceux-ci peuvent aussi lui avoir été rapportés par François de Neufchâteau. Beaucoup de points communs unissaient les deux hommes. Appartenant à l’élite politique, ils avaient sûrement de fréquentes occasions de se voir. Ils étaient en contact direct à la Société en faveur des savants et des hommes de lettres, fondée en l’an XI, à l’initiative notamment de François de Neufchâteau, pour soutenir les gens de lettres166. La Société, dont faisait aussi partie l’abbé Grégoire, élit Frochot président aux côtés de François de Neufchâteau ; les réunions leur permettaient donc d’échanger régulièrement, surtout en ces années où l’intelligentsia française se penchait avec attention sur l’œuvre d’Emmanuel Kant. Leurs échanges portèrent probablement aussi sur les écrits du philosophe. Et la question de la responsabilité du criminel devait spécialement intéresser Frochot. C’est peu après qu’il confia la commande à Prud’hon.

9La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, de Prud’hon, s’inscrit par conséquent dans un débat central qui agitait les savants avec une véhémence croissante depuis la seconde moitié du xviiie siècle : l’homme est-il libre de ses actes ? Dans la logique des événements révolutionnaires, la réponse se devait d’être affirmative. Si la Révolution n’avait pas été le résultat du libre arbitre, elle n’aurait guère pu exprimer la prétention morale d’inaugurer une ère nouvelle dans l’histoire de l’humanité. La question du libre arbitre revêtait également une signification primordiale dans le cadre du système judiciaire. Comment toutes les victimes de la Révolution, au premier rang desquelles Louis XVI, auraient-elles pu être guillotinées si les actes dont on les accusait n’émanaient pas du libre arbitre ?

10Si le tableau est donc directement lié aux réformes législatives, notamment aux mutations engendrées par le nouveau Code pénal, il semble que dans la composition se soient aussi introduits des problèmes essentiels discutés à Paris vers l’an X, surtout autour d’Emmanuel Kant. Et, sous tous ces aspects, c’est en Frochot qu’il convient de voir le véritable auteur des réflexions abordées. De toute évidence, il avait une idée très précise du message attendu du tableau lorsqu’il passa commande à Prud’hon.

Notes de fin

147 Sur la carrière politique de Frochot, voir biographie extraite du Dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny), URL : http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/12359.

148 Nicolas-Thérèse-Benoît Frochot, Rapport et projet présentés par le Préfet du département de la Seine, au Ministre de l’Intérieur ; sur les moyens d’exécuter dans ce département les lois relatives à l’établissement des prisons et au classement des détenus, s.l., s.d. [1802], p. iii.

149 Ibid.

150 Pierre Giraud, Observations sommaires sur toutes les prisons du département de Paris, s.l., 1793. Le texte imprimé est inséré dans un manuscrit avec le titre suivant, écrit à la main : « Plans généraux des prisons et maisons d’arrêt du département de la Seine, adoptés par les divers Ministres de l’intérieur qui se sont succédés et par les administrations centrales, composés en 1791 et 1792, par P. Giraud, architecte des prisons », Prairial an 10 (1802). Il comporte en outre une dédicace manuscrite à Frochot, ainsi que dix plans coloriés avec notes explicatives.

151 Pierre Giraud, « Au citoyen Frochot, Préfect du department de la Seine », ibid., [p. iii].

152 Sur Giraud et sa carrière mouvementée d’architecte des prisons du département de la Seine, voir Caroline Sollpelsa, Le xixe siècle et la question pénitentiaire : un siècle d’expérimentations architecturales dans les prisons de Paris, 4 vol., thèse de doctorat, université François Rabelais, Tours, 2016, t. 1, p. 172-183 et t. 4, p. 110-118 ; sur une approche juridique du système carcéral et de la sanction, voir Lormail, 2002 (note 91), ici surtout t. 1, p. 2-92.

153 Giraud, 1802 (note 150), [p. ii].

154 Ibid.

155 Voir Passy, 1867 (note 5), p. 288. En 1812, le budget du département de la Seine s’élevait à 3 520 224 francs, dont 1 088 360 francs alloués au financement des prisons ; voir ibid., p. 284.

156 Voir Lormail, 2002 (note 91), t. 1, p. 12 et suiv.

157 Sur la réception précoce des ouvrages de Kant en France, voir l’avant-propos de François Picavet dans Immanuel Kant, Critique de la raison pure. Nouvelle traduction française. Avec un avant-propos sur la philosophie de Kant en France, de 1773 à 1814, des notes philologiques et philosophiques, Paris, Félix Alcan, 1888, p. i-xxxvii ; Louis Wittmer, Charles de Villers, 1765-1815. Un intermédiaire entre la France et l’Allemagne et un précurseur de Mme de Staël, Genève/Paris, Georg/Hachette, 1908, p. 67-136 ; Maximilien Vallois, La formation de l’influence kantienne en France, Paris, Félix Alcan, 1924, p. 1-236 ; François Azouvi et Dominique Bourel, De Königsberg à Paris. La réception de Kant en France (1788-1804), Paris, Vrin, 1991 ; Jean Ferrari, Margit Ruffing, Robert Theis et Matthias Vollet (dir.), Kant et la France, Hildesheim, Olms, 2006.

158 Voir Karl Vorländer, « Kants Stellung zur Französischen Revolution », dans Philosophische Abhandlungen. Hermann Cohen zum 70. Geburtstag, Berlin, Bruno Cassirer, 1912, p. 247-269, et Paul Schrecker, « Kant et la Révolution française », Revue philosophique de la France et de l’étranger, t. 128, 1939, no 9/12, p. 394-426.

159 Voir Jean Ferrari, « L’œuvre de Kant en France dans les dernières années du xviiie siècle », Les études philosophiques, no 4, 1981, p. 399-411.

160 Outre la publication déjà mentionnée de Nicolas François de Neufchâteau, de l’an VIII (note 139), il convient de citer ici en priorité les écrits de Charles-François-Dominique de Villers, Philosophie de Kant, ou principes fondamentaux de la philosophie transcendantale, 2 t. en 1 vol., Metz, Collignon, 1801 ; de Johannes Kinker, Essai d’une exposition succincte de la Critique de la raison pure, Amsterdam, Changuion & Den Hengst, 1801, et de Joseph-Marie Dégérando, Histoire comparée des systèmes de philosophie, relativement aux principes des connaissances humaines, t. 2, Paris, Henrichs, 1804, p. 167-244.

161 Voir Mémoires de l’Institut national des sciences et arts. Sciences morales et politiques, t. 5, Paris, Baudouin, an XII, p. 11.

162 Voir ibid., t. 4, Paris, Baudouin, an XI, p. 544-606.

163 Voir ibid., t. 5, p. 11, et Virgile Rossel, Histoire des relations littéraires entre la France et l’Allemagne, Paris, Librairie Fischbächer, 1897 (réimpression Genève, Slatkine, 1970), p. 88.

164 Voir Schrecker, 1939 (note 158), p. 415-424, et Azouvi/Bourel, 1991 (note 157), p. 105-112. Il convient de citer en outre un article de Gersdorf publié en 1802 dans le Magasin encyclopédique, où l’auteur tente d’arbitrer entre deux appréciations différentes de Kant ; voir de Gersdorf, « Kant jugé par l’Institut. Observations sur ce jugement, par un disciple de Kant ; et remarques sur tous les trois, par un observateur impartial », Magasin encyclopédique, 8e année, 1802, t. 4, p. 145-160.

165 Voir Ferrari, 1981 (note 159), p. 405.

166 Voir Édouard Montagne, Histoire de la Société des gens de lettres. Préface de Jules Claretie, Paris, Librairie mondaine, 1889, Préface, p. viii-x.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search