Version classiqueVersion mobile

Peindre contre le crime

 | 
Thomas Kirchner

VII. La physiognomonie et le caractère du criminel

Texte intégral

  • 127 Voir à ce sujet Kirchner, 1991 (note 122).
  • 128 Ainsi, à la demande de François Cabuchet, qu’il immortalisa aussi dans un portrait, Prud’hon avait (...)

1Comment expliquer cette accentuation du « caractère », inhabituelle dans la peinture d’histoire française ? Ou, plus précisément, comment expliquer que le tableau ait pu se soustraire, voire résister, à la lecture appliquée jusqu’alors au genre historique ? Selon les conceptions traditionnelles, l’action constitutive de toute œuvre relevant du genre noble repose sur les affects des différents acteurs. Le mode de représentation est l’« expression des passions127 ». Or, la tentative d’interpréter le tableau de Prud’hon dans ce sens reste vaine, même si le peintre s’est certainement inspiré de la doctrine classique des affects128. En effet, ni le criminel ni les figures allégoriques ne laissent percevoir une passion susceptible d’éclairer l’action représentée. Seul le caractère du protagoniste en fournit la clé. C’est le caractère qui déclenche l’action, et non une passion. Dans une lettre à son ami Jean-Raphaël Fauconnier, Prud’hon livre des réflexions générales à ce propos :

  • 129 Pierre-Paul Prud’hon à Jean-Raphaël Fauconnier, s.d. (vers 1786-1787), dans Lettres, 1857-1858 (not (...)

« On s’occupe même des passions que présente le sujet ; mais ce à quoi on ne pense plus et qui étoit le but principal de ces maitres sublimes qui vouloient faire impression sur l’ame, c’est de marquer avec force le caractère dû à chaque figure qui, venant à etre emise dans le sentiment de ce meme caractère, porte avec elle une vie et une vérité qui frappent et ébranlent le spectateur. On voit, dans les tableaux et sur les théatres, des hommes qui montrent des passions, mais qui, faute d’avoir le caractère propre de ceux qu’ils representent, [n’ont] toujours l’air que de jouer la comedie ou de singer ceux qu’ils devroient etre129. »

2Longtemps jugé d’une importance secondaire et considéré surtout comme un moyen d’expression réservé à la catégorie inférieure de la peinture de genre, le « caractère » se voyait désormais attribuer le rôle principal au sein de la structure narrative.

3Dans la seconde moitié du xviiie siècle, la question du caractère et de sa correspondance avec l’aspect extérieur d’une personne suscitait un intérêt croissant, et pas uniquement dans le monde de l’art. En peinture, il s’agissait surtout de construire une action sous une forme convaincante à partir du caractère individuel de chacun des acteurs. Une peinture morale – telle qu’on la réclamait avec une insistance accrue – ne semblait possible que si l’action représentée était en accord avec le caractère du protagoniste. En revanche, il était impossible de qualifier de morale la conduite d’un débauché, même si celle-ci avait des répercussions positives, car elle n’émanait pas d’un désir de moralité, le mobile de l’action n’était pas moral.

  • 130 Voir Robert Darnton, Le grand massacre des chats. Attitudes et croyances dans l’ancienne France, tr (...)
  • 131 Voir à ce sujet le compte rendu de la visite de Gall, reproduit entre autres dans Jean-Gaspard Lava (...)
  • 132 Ibid., t. 1, Paris, Prudhomme, 1806, p. 14.

4Ces développements furent étayés – et peut-être rendus possibles – par une discipline de plus en plus populaire : la physiognomonie. Elle prétendait pouvoir lire sans équivoque le caractère d’un individu en analysant son aspect extérieur, et en particulier les traits de son visage. Outre les artistes, les criminalistes aussi espéraient tirer parti de la physiognomonie. Ainsi, dans les dossiers de la police et des tribunaux, apparaissaient de plus en plus souvent des données relatives à la physionomie des personnes observées ou des délinquants inculpés130. En plus d’identifier les individus, l’objectif était de dresser un portrait le plus précis possible du criminel (présumé). C’est dans ce but, par exemple, que Franz Gall se rendit en 1805 dans les prisons de Berlin et de Spandau pour étudier les détenus et leurs délits afin d’établir un lien entre l’apparence physique et le penchant criminel131. L’éditeur français de l’ouvrage de Lavater, Moreau de la Sarthe, aurait lui-même vérifié les principes de la physiognomonie dans les établissements pénitentiaires132.

  • 133 Voir à ce sujet Thomas Kirchner, « Physiognomie als Zeichen. Die Rezeption von Charles Le Bruns Men (...)
  • 134 Louis-Jean-Marie Morel d’Arleux, Dissertation sur un traité de Charles Le Brun, concernant le rappo (...)

5Même si les prétentions de la physiognomonie furent bientôt rejetées comme indéfendables et fantaisistes, cette méthode n’en constitua pas moins le fondement d’un système artificiel et consensuel de signes qui associait les différents traits de caractère à des manifestations expressives spécifiques133. Tel était l’état des discussions au début du siècle. Prud’hon eut également recours à cette discipline. En effet, il exacerba l’expression du buste de Caracalla, utilisé comme modèle pour son criminel, en lui ajoutant notamment les traits qui caractérisent Néron dans l’édition luxueuse, tout juste publiée (1806), des études physiognomoniques de Charles Le Brun (ill. 25 en bas). L’empereur y figure comme l’incarnation même de l’homme immoral, dont le visage porte « les signes qui decelent un mechant homme134 ». À propos des commissures étonnamment tombantes de ses lèvres, on peut lire :

  • 135 Morel d’Arleux, 1806 (note 134), p. x.

« Les coins surbaissés de la bouche exhalent son mépris pour les hommes, et signalent en même-tems les débordemens de sa voracité135 »

6– une description qui s’applique tout à fait à l’assassin de Prud’hon. Et dans le chapitre « Des vertus et des vices » du quatrième volume des Physiognomische Fragmente de Lavater, dont la traduction française venait elle aussi de paraître (Fragments physiognomoniques, 1803), l’auteur écrit à propos des têtes correspondantes (ill. 26) :

  • 136 Jean-Gaspard Lavater, Essai sur la physiognomonie, destiné à faire connoître l’homme et à le faire (...)

« 5 et 6 sont des esprits foibles et grossiers, vides d’idées et pleins de prétentions, méprisans et méprisables, incapables d’aimer et indignes de l’être136. »

7Il convient de citer enfin l’illustration de Le Brun pour « Le Mépris » dans son traité sur les passions de l’âme (ill. 27). L’expression du visage y est décrite en ces termes :

  • 137 Charles Le Brun, Sur l’expression generale et particuliere, Amsterdam/Paris, De Lorme/Picart, 1698, (...)

« Par le sourcil froncé et abaissé du côté du nez, et de l’autre côté fort élevé, l’œil fort ouvert, et la prunelle au milieu, les narines retirées en haut, la bouche fermée, et les coins un peu abaissés, et la lèvre de dessous excedant celle de dessus137. »

ill. 25. Louis-Pierre Baltard d’après Charles Le Brun, Têtes d’Antonin et de Néron, 1806, estampe, 56 × 38 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, cote DA-39 (B)-FOL, planche E 81841

ill. 25. Louis-Pierre Baltard d’après Charles Le Brun, Têtes d’Antonin et de Néron, 1806, estampe, 56 × 38 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, cote DA-39 (B)-FOL, planche E 81841

Source : Bibliothèque nationale de France

ill. 26. Têtes physiognomoniques, dans Jean-Gaspard Lavater, Essai sur la physiognomonie, 1803, t. 4, p. 82, monographie imprimée, Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, cote SMITH LESOUEF R-1744

ill. 26. Têtes physiognomoniques, dans Jean-Gaspard Lavater, Essai sur la physiognomonie, 1803, t. 4, p. 82, monographie imprimée, Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, cote SMITH LESOUEF R-1744

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

ill. 27. Bernard Picart d’après Charles Le Brun, Le Mépris, illustration pour Charles Le Brun, Sur l’expression generale et particuliere, Paris, E. Picart, 1698, p. 10, Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, cote V-23892

ill. 27. Bernard Picart d’après Charles Le Brun, Le Mépris, illustration pour Charles Le Brun, Sur l’expression generale et particuliere, Paris, E. Picart, 1698, p. 10, Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, cote V-23892

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

8Si l’insistance sur le caractère individuel visait initialement à mettre en évidence la spécificité de la personne agissante, l’unicité et, par suite, la non-répétabilité de l’action, l’approche s’inversait désormais. La définition de certains signes dans le sens d’une langue physiognomonique conduisit nécessairement à une simplification et à une accentuation des types d’expression. La physiognomonie, même involontairement, participa ainsi de manière déterminante à forger une image stéréotypée et schématique du criminel. La possibilité présumée de décrire avec précision les traits de caractère d’un délinquant et les particularités physiognomoniques correspondantes entraîna une désindividualisation du criminel, et par conséquent aussi de l’acte délictueux. Le résultat de ce processus fut une image figée du criminel clairement et immédiatement identifiable en tant que tel, comme on peut le voir dans le tableau de Prud’hon, et qui trouve son contre-exemple positif dans l’homme « régénéré » brandissant les Droits de l’homme de Jacques-Louis Pérée, de 1795 (ill. 28).

ill. 28. Jacques-Louis Pérée, L’homme régénéré, 1795, estampe, 41,5 × 29 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, cote RESERVE QB-370 (25)-FT 4

ill. 28. Jacques-Louis Pérée, L’homme régénéré, 1795, estampe, 41,5 × 29 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, cote RESERVE QB-370 (25)-FT 4

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Notes de fin

127 Voir à ce sujet Kirchner, 1991 (note 122).

128 Ainsi, à la demande de François Cabuchet, qu’il immortalisa aussi dans un portrait, Prud’hon avait établi une liste d’expressions physionomiques exemplaires afin de fournir au jeune médecin du matériel visuel pour sa thèse, Essai sur l’expression de la face dans l’état de santé et de maladie. Voir Victor Nodet, « Un document sur Prud’hon », Annales de Bourgogne, t. 11, 1923, no 4, p. 181-188.

129 Pierre-Paul Prud’hon à Jean-Raphaël Fauconnier, s.d. (vers 1786-1787), dans Lettres, 1857-1858 (note 120), p. 165 et suiv.

130 Voir Robert Darnton, Le grand massacre des chats. Attitudes et croyances dans l’ancienne France, trad. Marie-Alyx Revellat, Paris, Les Belles Lettres, 2011, 1984, p. 247-251, qui reproduit quelques-uns des formulaires établis par la police parisienne à partir des individus observés. De même, dans les « Extraits des arrets portant condamnation à des peines afflictives ou infamantes, rendus pendant les sessions de la Cour d’assises des deuxième, troisième et quatrième trimestres de 1819 de la Cour Royale de Caen – Département de l’Orne », Paris, Archives nationales, BB 19 43, sous la rubrique « Signalemens des condamnés » sont mentionnés, outre les mensurations, des traits physionomiques assez précis des inculpés ; à ce sujet, voir également La Cour de cassation 1790-1990, cat. exp. Paris, Cour de cassation, 1990-1991, p. 62, cat. 106. Vers la fin du xixe siècle, cet intérêt se systématise, notamment lorsqu’on commence à photographier les têtes des guillotinés pour mettre en évidence, à l’aide de cette « collection de visages », les traits distinctifs des criminels ; voir Arasse, 1987 (note 92), p. 174 et suiv. Cependant, Arasse oublie que ces efforts sont attestés dès la fin du xviiie siècle, concomitamment à la rédaction des grands traités de physiognomonie.

131 Voir à ce sujet le compte rendu de la visite de Gall, reproduit entre autres dans Jean-Gaspard Lavater, L’art de connaître les hommes par la physionomie, éd. par Moreau de la Sarthe, t. 2, Paris, Prudhomme, 1806, p. 56-62.

132 Ibid., t. 1, Paris, Prudhomme, 1806, p. 14.

133 Voir à ce sujet Thomas Kirchner, « Physiognomie als Zeichen. Die Rezeption von Charles Le Bruns Mensch-Tier-Vergleichen um 1800 », dans Frankreich 1800. Gesellschaft, Kultur, Mentalitäten, sous la dir. de Gudrun Gersmann et Hubertus Kohle, Stuttgart, Franz Steiner, 1990, p. 34-48.

134 Louis-Jean-Marie Morel d’Arleux, Dissertation sur un traité de Charles Le Brun, concernant le rapport de la physionomie humaine avec celle des animaux, Paris, Chalcographie du musée Napoléon, 1806, p. vi. Néron était aussi l’incarnation du mal pour Hogarth et Piranèse. Dans A Rake’s Progress (La carrière d’un libertin) de Hogarth, planche 3, dans la galerie des empereurs romains, seul le portrait de Néron est intact, apparaissant ainsi comme la figure emblématique de la déchéance morale de Tom Rakewell. (Je remercie Werner Busch pour cette aimable information.) Et sur la planche 2 de la deuxième édition des Carceri de Piranèse, au centre de laquelle est représentée une scène de supplice, les inscriptions se rapportent à des Romains assassinés directement ou indirectement par Néron ; voir Bredekamp, 1988 (note 89), p. 34 et suiv. et p. 41.

135 Morel d’Arleux, 1806 (note 134), p. x.

136 Jean-Gaspard Lavater, Essai sur la physiognomonie, destiné à faire connoître l’homme et à le faire aimer, t. 4, La Haye, I. van Cleef, 1803, p. 82.

137 Charles Le Brun, Sur l’expression generale et particuliere, Amsterdam/Paris, De Lorme/Picart, 1698, p. 11.

Table des illustrations

Titre ill. 25. Louis-Pierre Baltard d’après Charles Le Brun, Têtes d’Antonin et de Néron, 1806, estampe, 56 × 38 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, cote DA-39 (B)-FOL, planche E 81841
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/24632/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 757k
Titre ill. 26. Têtes physiognomoniques, dans Jean-Gaspard Lavater, Essai sur la physiognomonie, 1803, t. 4, p. 82, monographie imprimée, Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, cote SMITH LESOUEF R-1744
Crédits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/24632/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1011k
Titre ill. 27. Bernard Picart d’après Charles Le Brun, Le Mépris, illustration pour Charles Le Brun, Sur l’expression generale et particuliere, Paris, E. Picart, 1698, p. 10, Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, cote V-23892
Crédits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/24632/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre ill. 28. Jacques-Louis Pérée, L’homme régénéré, 1795, estampe, 41,5 × 29 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, cote RESERVE QB-370 (25)-FT 4
Crédits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/24632/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 897k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search