Version classiqueVersion mobile

Peindre contre le crime

 | 
Thomas Kirchner

II. Élaboration du sujet et de la composition

Texte intégral

  • 23 Pierre-Paul Prud’hon à Constance Mayer, 5 novembre 1804, reproduit dans cat. exp. Prud’hon, 1986 (n (...)
  • 24 À ce propos, voir en outre une esquisse à l’huile du tableau conservée au J. Paul Getty Museum, Los (...)
  • 25 Gustave (= Auguste) Jal, Mes visites au Musée Royal du Luxembourg, ou coup-d’œil critique de la gal (...)
  • 26 Sur cette double fonction de la ligne, voir Werner Busch, « Akademie und Autonomie. Asmus Jakob Car (...)

1La disposition du tableau a été définie relativement tôt. Un dessin conservé à Chantilly (ill. 2) présente déjà les caractéristiques essentielles de la composition finale. Seules quelques petites corrections, néanmoins déterminantes, seront encore apportées. Ainsi, sur les conseils de Constance Mayer, Prud’hon retourne sur le dos la victime qui gisait sur le ventre (ill. 4)23, puis il modifie le contour du corps en plusieurs étapes jusqu’à obtenir la courbure régulière de la solution définitive24. Pour ce faire, il a toutefois négligé l’anatomie humaine et étiré le torse de la figure nue au-delà des proportions réelles, ce qui lui fut aussitôt reproché par un critique25. On constate une déformation analogue dans les figures de la Justice et de la Vengeance divine, dont les contours ont également été privés de toute ligne anguleuse afin de les inscrire dans un arrondi régulier proche d’un arc de cercle. Cette intervention concerne le corps de chaque figure, mais elle vaut aussi pour la ligne circonscrivant leurs deux silhouettes, progressivement fondues en une forme harmonieuse. Les riches drapés masquant l’apparente immatérialité des figures ont facilité leur inscription dans un contour curviligne. Pourtant, l’observation des deux corps révèle là aussi une élongation anormale qui enfreint les règles de l’anatomie humaine. Comme le montre sa démarche créatrice, Prud’hon s’est volontiers accommodé de ce non-respect de l’anatomie pour obtenir des lignes courbes régulières, mais il en a surtout fait un moyen d’expression en soi, car ces licences anatomiques possèdent une signification qui va au-delà de l’aspect physique et purement représentatif26. C’est l’harmonie entre la victime et les créatures allégoriques vengeresses qui s’exprime dans la correspondance des courbes décrivant les contours de leurs corps respectifs. Cette harmonie, qui transparaît aussi dans les physionomies des trois figures, est troublée par l’assassin tant au niveau du fond que de la forme. Non seulement son corps refuse de s’enfermer dans un contour fluide et homogène, non seulement son visage est repoussant, mais il semble aussi peser sensiblement sur l’orchestration de la scène et presque déséquilibrer la composition par son mouvement de fuite aussi impétueux qu’indécis. Ce facteur de trouble fait apparaître le meurtrier comme un élément perturbateur, quelqu’un qui risque de rompre l’équilibre interne du tableau et celui des hommes. Il faut à la composition toute la présence dominante des deux figures allégoriques pour parer au danger et neutraliser ce mouvement périlleux.

ill. 4. Pierre-Paul Prud’hon, La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, 1804-1808, crayons noir et blanc, estompe sur papier bleu décoloré, 40,2 × 50,4 cm, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Cabinet des dessins, inv. RF14-recto

ill. 4. Pierre-Paul Prud’hon, La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, 1804-1808, crayons noir et blanc, estompe sur papier bleu décoloré, 40,2 × 50,4 cm, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Cabinet des dessins, inv. RF14-recto

Photo © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Martine Beck-Coppola

  • 27 Lubomír Konečný, « Pierre-Paul Prud’hon’s “La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime” (...)
  • 28 Voir Mario Praz, Studies in Seventeenth-Century Imagery, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 21 (...)
  • 29 Le spectacle de la vie humaine ; ou Leçons de sagesse, exprimées avec art en 103. tableaux en taill (...)
  • 30 Le spectacle de la vie humaine, 1755 (note 29), p. 79.

2La forme artistique correspond ainsi parfaitement au contenu du tableau. Concernant l’invention de l’image, plusieurs sources sont à mentionner. Il semble en premier lieu que Prud’hon se soit inspiré d’une édition illustrée des Odes d’Horace27, la plus remarquable étant celle d’Otto van Veen, parue pour la première fois à Anvers en 160728. Prud’hon s’est probablement servi de l’édition de 1755 en plusieurs langues, publiée aussi à l’évidence pour le marché français et enrichie de textes de Jean Le Clerc29. Associée à un autre vers (« Culpam poena premit comes »), l’ode citée par Frochot est accompagnée d’une illustration qui offre d’étonnantes similitudes avec la structure de la composition de Prud’hon et pourrait tout à fait lui avoir fourni une première idée (ill. 5)30. Un criminel qui vient de tuer deux hommes de son épée fuit le théâtre de son acte, poursuivi par une figure qui le harcèle. Les victimes gisent sur le sol, disposées au tout premier plan de la scène. À l’arrière-plan, on devine le sort qui attend le meurtrier : on y voit un personnage pendu. L’ode, citée en entier dans le texte latin, est réduite en français à quatre lignes :

  • 31 Ibid., p. 78.

« Les méchans se punissent l’un l’autre.
Tragiques instrumens des vengeances célestres,
Monstres dont la fureur se déborde sur tous :
Regardez ces boureaux inhumains comme vous,
Bien-tôt vous sentirez leurs atteintes funestres31. »

ill. 5. Otto van Veen, Le spectacle de la vie humaine ou Leçons de sagesse exprimées avec art en 103 tableaux en taille douce dont les sujets sont tirés d’Horace par l’ingénieux Othon Vænius accompagnés non-seulement des principales maximes de la morale, en vers françois, hollandois, latins & allemands, mais encore par des explications très belles sur chaque tableau par feu le savant & très célébre Jean Le Clerc, La Haye, chez Jean van Duren, 1755, p. 79, Paris, Bibliothèque nationale de France, cote 16-R-6982

ill. 5. Otto van Veen, Le spectacle de la vie humaine ou Leçons de sagesse exprimées avec art en 103 tableaux en taille douce dont les sujets sont tirés d’Horace par l’ingénieux Othon Vænius accompagnés non-seulement des principales maximes de la morale, en vers françois, hollandois, latins & allemands, mais encore par des explications très belles sur chaque tableau par feu le savant & très célébre Jean Le Clerc, La Haye, chez Jean van Duren, 1755, p. 79, Paris, Bibliothèque nationale de France, cote 16-R-6982

Source : Bibliothèque nationale de France ; voir aussi archive.org / Getty Research Institute

3Et Jean Le Clerc explique à ce propos :

  • 32 Ibid., p. 80.

« C’est une vérité incontestable, que tous les méchans qui demeurent dans l’impénitence, sont punis. La justice éternelle n’en dispence pas un, et quand les boureaux ont achevé de tourmenter les coupables, ils sont à leur tour condamnez aux supplices, parce qu’ils ne sont pas plus innocens que les autres. Les horreurs contenuës dans ce tableau, nous prouvent ce que je viens d’avancer. Voyez cette ville embrasée : nombrez ces hommes, ces femmes et ces enfans assassinez ; contemplez ces gibets et ces rouës, ils ne sont pas moins le châtiment que les effets de nos crimes ; la punition suit le mal, comme l’ombre suit le corps. Si cette déesse de la vengeance ne marche pas toûjours aussi vîte que le méchant, parce qu’elle est boiteuse, elle le suit pourtant sans cesse, et quand elle se fait attendre long-tems, c’est une marque qu’elle a médité sur le genre de supplice dont elle veut punir ces persécuteurs inhumains, qui ont été les instrumens de la justice divine32. »

4Plus encore qu’Horace, Le Clerc décrit ici tous les éléments qui constituent la composition de Prud’hon. Seule est laissée de côté la question (également absente de l’illustration de Van Veen) de l’aspect de la faute du bourreau. Il serait même tentant d’imaginer que Frochot avait en tête ce commentaire de Le Clerc lorsqu’il cita l’ode d’Horace comme sujet de sa commande à l’artiste.

  • 33 Blanc, 1844 (note 1).
  • 34 Voir Bénigne Gagneraux, 1756-1795. Un peintre bourguignon dans la Rome néo-classique, cat. exp. Dij (...)
  • 35 Helen Weston, « Prud’hon: Justice and Vengeance », The Burlington Magazine, t. 117, 1975, p. 361 ; (...)

5Prud’hon semble s’être également inspiré de deux autres motifs. Charles Blanc fut le premier, en 1842, à vouloir reconnaître dans la peinture le meurtre d’Abel par Caïn33. En effet, plusieurs exemples montrent que Prud’hon s’est appuyé sur le modèle iconographique du premier crime de l’humanité. Deux d’entre eux sont proches de notre tableau, et pas seulement d’un point de vue chronologique. Ainsi, même s’il n’est pas pleinement convaincant, un dessin de Bénigne Gagneraux (ill. 6)34 – ancien élève de Devosge à l’Académie de Dijon, à l’instar de Prud’hon – comporte certains éléments essentiels qui caractérisent aussi la composition de Prud’hon, de sorte que l’on pourrait supposer que celui-ci le connaissait (hypothèse toutefois guère vraisemblable) : au centre, Abel assassiné est étendu le dos au sol, tandis qu’à gauche Caïn fuit le lieu du crime en tournant son visage effrayé vers le spectateur ; dans la partie supérieure droite, Dieu le Père, suspendu dans le ciel, maudit le meurtrier. On a en outre fait allusion à une peinture de même sujet par François-Xavier Fabre, élève de David (ill. 7), qui avait fait fureur au Salon de 1791 – où Prud’hon était également représenté par un dessin35. La figure gisante d’Abel pourrait, elle aussi, avoir influencé la formulation prud’honienne.

ill. 6. Bénigne Gagneraux, Dieu maudissant Caïn après le meurtre d’Abel, xviiie siècle, dessin à la plume, 55,7 × 44,3 cm, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, inv. PM2555

ill. 6. Bénigne Gagneraux, Dieu maudissant Caïn après le meurtre d’Abel, xviiie siècle, dessin à la plume, 55,7 × 44,3 cm, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, inv. PM2555

Photo © Beaux-Arts de Paris, Dist. RMN-Grand Palais / image Beaux-arts de Paris

ill. 7. François-Xavier Fabre, La mort d’Abel, 1791, huile sur toile, 147 × 198,5 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.60

ill. 7. François-Xavier Fabre, La mort d’Abel, 1791, huile sur toile, 147 × 198,5 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.60

Photo © Musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole / Frédéric Jaulmes

  • 36 Voir Thomas W. Gaehtgens et Jacques Lugand, Joseph-Marie Vien. Peintre du Roi (1716-1809), Paris, A (...)
  • 37 Régis Bertrand, « Le cadavre comme victime. Pierre-Paul Prud’hon, La Justice et la Vengeance divine (...)

6Il convient de mentionner un autre motif, auquel est également redevable l’Abel de Fabre. Il s’agit de la figure, éprouvée dans les cercles académiques, de l’homme tué qui semble jeté sur le dos sans ménagement sur un terrain inégal ou un rocher. Intégré dans différents contextes thématiques – par exemple, en tant que cadavre d’Hector dans une esquisse à l’huile de Joseph-Marie Vien36 –, ce motif doit être interprété comme une formule de représentation d’un homme assassiné et, de surcroît, violenté. Ainsi s’explique aussi la nudité de la victime dans le tableau de Prud’hon, peu justifiée par l’action relatée. Tout comme la position contredisant l’anatomie humaine, la nudité faisait manifestement partie du propre de l’homme sans défense, martyrisé37. Cette vulnérabilité de la victime est encore soulignée par son caractère androgyne.

  • 38 Grasse, musée des Beaux-Arts.
  • 39 Paris, musée Carnavalet. Ce dessin est probablement une esquisse pour le rideau de scène de l’opéra (...)
  • 40 Voir Pierre Manuel, La police de Paris dévoilée, 2 vol., Paris/Strasbourg/Londres, J. B. Garnery, a (...)

7Pourtant, la référence à l’iconographie de Caïn et Abel n’explique pas encore le motif de la découverte du crime, ni surtout celui de la poursuite imminente du criminel. Prud’hon ne s’est pas contenté de recourir à un modèle iconographique et de le séculariser ; il lui a superposé une thématique participant directement du contexte révolutionnaire. C’est-à-dire du besoin, à forte portée idéologique, d’inventer un mode de représentation artistique à même de traduire en image la poursuite des opposants à la Révolution. Sur l’estampe Le Tems donnant les cendres à la noblesse et au clergé (ill. 8), exécutée probablement au début de 1790, Chronos en plein vol marque le front d’un prélat avec les cendres des privilèges et des lettres de noblesse brûlés. Sur une feuille sans doute légèrement postérieure (vers le milieu de l’année 1790, ill. 9), cette mission a déjà largement trouvé une formulation définitive : la figure allégorique (dans le cas présent, « l’Ange de la France ») poursuit les opposants à la Révolution (ici, « les mauvais citoyens de Paris ») qui s’enfuient devant elle. La légende nous dit que tout a été « dessiné d’apres nature, à Paris » et « gravé à Versailles, par Sans-souci », et que la feuille s’adresse « aux généraux de toute armée antipatriotique ». Inspiré de l’iconographie d’Adam et Ève chassés du paradis, ce motif n’aura de cesse d’être réutilisé quand il s’agira de symboliser, même dans des compositions plus amples, à la fois la poursuite des antirévolutionnaires et la victoire de la Révolution. On le rencontre ainsi dans un dessin d’Alexandre-Évariste Fragonard, La République française (1794)38, et c’est aussi ce motif que reprend Jacques-Louis David dans Le triomphe du peuple français (1794, ill. 10)39. On pourrait encore citer d’autres exemples, notamment dans le contexte de l’assassinat de Marat. Quant à la figure de la Vengeance divine, armée d’un flambeau, qui découvre le crime, on en trouve une préfiguration dans le frontispice de l’ouvrage de Pierre Manuel, révolutionnaire et député de la Convention, La police de Paris dévoilée (1794-1795, ill. 11), où une figure allégorique dévoile les crimes – en l’occurrence, de la police prérévolutionnaire40.

ill. 8. Anonyme, Le Tems donnant les cendres à la noblesse et au clergé, 1790, estampe, 19 × 24 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, cote RESERVE QB-370 (18)-FT 4

ill. 8. Anonyme, Le Tems donnant les cendres à la noblesse et au clergé, 1790, estampe, 19 × 24 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, cote RESERVE QB-370 (18)-FT 4

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

ill. 9. Anonyme, L’Ange de la France chasse les mauvais citoyens de Paris, 1790, estampe, Paris, Bibliothèque nationale de France, cote QB-1 (1790-06-19)-FOL / M-99973

ill. 9. Anonyme, L’Ange de la France chasse les mauvais citoyens de Paris, 1790, estampe, Paris, Bibliothèque nationale de France, cote QB-1 (1790-06-19)-FOL / M-99973

Source : Bibliothèque nationale de France

ill. 10. Jacques-Louis David, Le triomphe du peuple français, 1794, dessin à la plume, 21,5 × 44,3 cm, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Cabinet des dessins, inv. RF71

ill. 10. Jacques-Louis David, Le triomphe du peuple français, 1794, dessin à la plume, 21,5 × 44,3 cm, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Cabinet des dessins, inv. RF71

Photo © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michèle Bellot

ill. 11. Anonyme, frontispice de La police de Paris dévoilée de Pierre Manuel, Paris, chez J. B. Garnery / Strasbourg, chez Treuttel / Londres, chez De Boffe, 1794-1795, Paris, Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire et sciences de l’homme, cote 8-Z LE SENNE-11891 (1)

ill. 11. Anonyme, frontispice de La police de Paris dévoilée de Pierre Manuel, Paris, chez J. B. Garnery / Strasbourg, chez Treuttel / Londres, chez De Boffe, 1794-1795, Paris, Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire et sciences de l’homme, cote 8-Z LE SENNE-11891 (1)

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

8Le motif du meurtre d’Abel par Caïn autorisait tout à fait une telle fusion avec des réflexions révolutionnaires. En effet, le tableau de Fabre pouvait lui aussi être interprété comme l’évocation du fratricide biblique, mais également comme la représentation du crime commis contre son prochain et, par conséquent, comme une œuvre militant pour la « Fraternité » tout juste intégrée dans la triade des valeurs révolutionnaires.

  • 41 Je remercie Rolf Reichert de m’avoir aimablement communiqué cette information.
  • 42 Je remercie Martin Schieder de m’avoir aimablement communiqué cette information.

9La bourse que le meurtrier tient à la main, et qui constitue manifestement le mobile de son acte, suggère un lien avec un autre criminel : Judas, qui a trahi Jésus pour de l’argent et ainsi entraîné sa crucifixion. Judas incarne la trahison de l’humanité. Dans toutes les représentations de la Cène, il est reconnaissable à la bourse aux trente deniers (ill. 12). Il semble pourtant que Judas n’ait joué qu’un rôle secondaire dans l’iconographie révolutionnaire41 ; de même, la Cène est un sujet peu traité dans la France du xviiie siècle42.

ill. 12. Philippe de Champaigne, La Cène (détail), 1652, huile sur toile, 158 × 233 cm, Paris, musée du Louvre, département des Peintures, inv. 1124

ill. 12. Philippe de Champaigne, La Cène (détail), 1652, huile sur toile, 158 × 233 cm, Paris, musée du Louvre, département des Peintures, inv. 1124

Photo © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Adrien Didierjean

10La composition de Prud’hon dérive donc d’un contexte historique et idéologique qu’il est possible de décrire avec précision. À travers ses activités au sein de la Commune des Arts et son engagement artistique en faveur de la Révolution (ill. 13), nous connaissons sa position politique dans les années qui suivent 1789. Même si Prud’hon s’est servi de l’iconographie de la Révolution française, La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime s’intègre parfaitement dans l’époque de Napoléon, dont l’artiste fut très tôt un fervent admirateur (ill. 14).

ill. 13. Pierre-Paul Prud’hon, La Liberté, 1793-1799, estampe, 21,5 × 14 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, cote RESERVE FOL-QB-201 (139)

ill. 13. Pierre-Paul Prud’hon, La Liberté, 1793-1799, estampe, 21,5 × 14 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, cote RESERVE FOL-QB-201 (139)

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

ill. 14. Pierre-Paul Prud’hon, Allégorie relative à Buonaparte generalissime des armées, 1794, estampe, 41,5 × 55 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, cote RESERVE FOL-QB-201 (140)

ill. 14. Pierre-Paul Prud’hon, Allégorie relative à Buonaparte generalissime des armées, 1794, estampe, 41,5 × 55 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, cote RESERVE FOL-QB-201 (140)

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Notes de fin

23 Pierre-Paul Prud’hon à Constance Mayer, 5 novembre 1804, reproduit dans cat. exp. Prud’hon, 1986 (note 8), p. 17 ; voir Guiffrey, 1924 (note 7), no 369.

24 À ce propos, voir en outre une esquisse à l’huile du tableau conservée au J. Paul Getty Museum, Los Angeles, ainsi qu’un dessin de la victime dans une collection particulière, reproduits dans cat. exp. Prud’hon, 1986 (note 8), ill. 17 et 22.

25 Gustave (= Auguste) Jal, Mes visites au Musée Royal du Luxembourg, ou coup-d’œil critique de la galerie des peintres vivans, Paris, Ladvocat, 1818, p. 61.

26 Sur cette double fonction de la ligne, voir Werner Busch, « Akademie und Autonomie. Asmus Jakob Carstens’ Auseinandersetzung mit der Berliner Akademie », dans Berlin zwischen 1789 und 1848. Facetten einer Epoche, cat. exp. Berlin, Akademie der Künste, Berlin, Frölich & Kaufmann, 1981, surtout p. 88-90.

27 Lubomír Konečný, « Pierre-Paul Prud’hon’s “La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime” and the Emblem Tradition », dans The Iconology of Law and Order (Legal and Cosmic), sous la dir. d’Anna Kérchy, Attila Kiss et György E. Szónyí, Szeged, JATE Press, 2012, p. 193-198, est jusqu’à présent le seul à avoir envisagé les livres d’emblèmes comme possible source de la composition de Prud’hon et à avoir indiqué l’édition d’Horace illustrée par Otto van Veen.

28 Voir Mario Praz, Studies in Seventeenth-Century Imagery, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 21964, p. 23 et suiv. ; A Bibliography of French Emblem Books of the Sixteenth and Seventeenth Centuries, sous la dir. d’Alison Adams, Stephen Rawles et Alison Saunders, t. 2, Genève, Droz, 2002, p. 540-543, F. 592.

29 Le spectacle de la vie humaine ; ou Leçons de sagesse, exprimées avec art en 103. tableaux en taille douce, dont les sujets sont tirés d’Horace par l’ingénieux Othon Vænius : accompagnés non-seulement des principales maximes de la morale, en vers françois, hollandois, latins et allemands, mais encore par des explications très belles sur chaque tableau par feu savant et très célébre Jean Le Clerc, La Haye, Jean van Duren, 1755. Voir John Landwehr, Emblem Books in the Low Countries 1554-1949. A Bibliography, Utrecht, Haentjens Dekker & Gumbert, 1970, no 689.

30 Le spectacle de la vie humaine, 1755 (note 29), p. 79.

31 Ibid., p. 78.

32 Ibid., p. 80.

33 Blanc, 1844 (note 1).

34 Voir Bénigne Gagneraux, 1756-1795. Un peintre bourguignon dans la Rome néo-classique, cat. exp. Dijon, musée des Beaux-Arts, 1983, p. 162 et suiv., cat. 91, et Maîtres français, 1550-1800. Dessins de la donation Mathias Polakovits à l’École des Beaux-Arts, cat. exp. Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, 1989, p. 294 et suiv., cat. 126.

35 Helen Weston, « Prud’hon: Justice and Vengeance », The Burlington Magazine, t. 117, 1975, p. 361 ; sur le tableau, voir Philippe Bordes, « François-Xavier Fabre, peintre d’histoire – I », The Burlington Magazine, t. 117, 1975, p. 95 et suiv.

36 Voir Thomas W. Gaehtgens et Jacques Lugand, Joseph-Marie Vien. Peintre du Roi (1716-1809), Paris, Arthena, 1988, p. 204, cat. 260. L’esquisse conservée au musée des Jacobins, Morlaix, a été exécutée vers 1785.

37 Régis Bertrand, « Le cadavre comme victime. Pierre-Paul Prud’hon, La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime (1804-1808) », dans La mort à l’œuvre. Usages et représentations du cadavre dans l’art, sous la dir. d’Anne Carol et Isabelle Renaudet, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2013, surtout p. 119-121, indique quelques autres modèles possibles dont Prud’hon pourrait s’être inspiré pour la figure de la victime, mais son article s’appuie par erreur sur la copie inachevée de Prud’hon pour Sommariva, qui se trouve aujourd’hui au musée de Saint-Omer.

38 Grasse, musée des Beaux-Arts.

39 Paris, musée Carnavalet. Ce dessin est probablement une esquisse pour le rideau de scène de l’opéra La réunion du dix août, ou L’inauguration de la République française, présenté pour la première fois le 5 avril 1794 ; voir Jacques-Louis David. 1748-1825, cat. exp. Paris, musée du Louvre et Versailles, château, Paris, Réunion des musées nationaux, 1989-1990, p. 294 et suiv., cat. 124.

40 Voir Pierre Manuel, La police de Paris dévoilée, 2 vol., Paris/Strasbourg/Londres, J. B. Garnery, an II. Écrivain clandestin avant la Révolution, Manuel dirigea un temps le département « Librairie » de la police de Paris ; il fut élu à la Convention nationale en 1792 comme député de la Seine. Sur ce personnage, voir Gudrun Gersmann, « Vom Untergrundschriftsteller zum Revolutionär – die Karriere des Pierre Manuel », dans Aufklärung – Politisierung – Revolution, sous la dir. de Winfried Schulze, Pfaffenweiler, Centaurus, 1991 (= Bochumer Frühneuzeitstudien, 1).

41 Je remercie Rolf Reichert de m’avoir aimablement communiqué cette information.

42 Je remercie Martin Schieder de m’avoir aimablement communiqué cette information.

Table des illustrations

Titre ill. 4. Pierre-Paul Prud’hon, La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, 1804-1808, crayons noir et blanc, estompe sur papier bleu décoloré, 40,2 × 50,4 cm, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Cabinet des dessins, inv. RF14-recto
Crédits Photo © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Martine Beck-Coppola
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/24607/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre ill. 5. Otto van Veen, Le spectacle de la vie humaine ou Leçons de sagesse exprimées avec art en 103 tableaux en taille douce dont les sujets sont tirés d’Horace par l’ingénieux Othon Vænius accompagnés non-seulement des principales maximes de la morale, en vers françois, hollandois, latins & allemands, mais encore par des explications très belles sur chaque tableau par feu le savant & très célébre Jean Le Clerc, La Haye, chez Jean van Duren, 1755, p. 79, Paris, Bibliothèque nationale de France, cote 16-R-6982
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France ; voir aussi archive.org / Getty Research Institute
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/24607/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre ill. 6. Bénigne Gagneraux, Dieu maudissant Caïn après le meurtre d’Abel, xviiie siècle, dessin à la plume, 55,7 × 44,3 cm, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, inv. PM2555
Crédits Photo © Beaux-Arts de Paris, Dist. RMN-Grand Palais / image Beaux-arts de Paris
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/24607/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre ill. 7. François-Xavier Fabre, La mort d’Abel, 1791, huile sur toile, 147 × 198,5 cm, Montpellier, musée Fabre, inv. 825.1.60
Crédits Photo © Musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole / Frédéric Jaulmes
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/24607/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 762k
Titre ill. 8. Anonyme, Le Tems donnant les cendres à la noblesse et au clergé, 1790, estampe, 19 × 24 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, cote RESERVE QB-370 (18)-FT 4
Crédits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/24607/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre ill. 9. Anonyme, L’Ange de la France chasse les mauvais citoyens de Paris, 1790, estampe, Paris, Bibliothèque nationale de France, cote QB-1 (1790-06-19)-FOL / M-99973
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/24607/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre ill. 10. Jacques-Louis David, Le triomphe du peuple français, 1794, dessin à la plume, 21,5 × 44,3 cm, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Cabinet des dessins, inv. RF71
Crédits Photo © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michèle Bellot
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/24607/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre ill. 11. Anonyme, frontispice de La police de Paris dévoilée de Pierre Manuel, Paris, chez J. B. Garnery / Strasbourg, chez Treuttel / Londres, chez De Boffe, 1794-1795, Paris, Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire et sciences de l’homme, cote 8-Z LE SENNE-11891 (1)
Crédits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/24607/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre ill. 12. Philippe de Champaigne, La Cène (détail), 1652, huile sur toile, 158 × 233 cm, Paris, musée du Louvre, département des Peintures, inv. 1124
Crédits Photo © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Adrien Didierjean
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/24607/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 807k
Titre ill. 13. Pierre-Paul Prud’hon, La Liberté, 1793-1799, estampe, 21,5 × 14 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, cote RESERVE FOL-QB-201 (139)
Crédits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/24607/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre ill. 14. Pierre-Paul Prud’hon, Allégorie relative à Buonaparte generalissime des armées, 1794, estampe, 41,5 × 55 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, cote RESERVE FOL-QB-201 (140)
Crédits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/24607/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search