Version classiqueVersion mobile

Peindre contre le crime

 | 
Thomas Kirchner

I. Le tableau et sa genèse

Texte intégral

  • 1 Charles Blanc, « P.-P. Prud’hon », Le cabinet de l’amateur et de l’antiquaire. Revue des tableaux e (...)
  • 2 Horace, Odes, III, 2, v. 32 (« Mais rarement le Châtiment / Quoique en boitant, a manqué le coupabl (...)

1Un jour, probablement de l’année 1804, Pierre-Paul Prud’hon – à en croire la légende1 – est invité à dîner chez le préfet du département de la Seine, Nicolas-Thérèse-Benoît Frochot. Au cours du repas, Frochot cite un vers d’Horace : « Raro antecedentem scelestum deseruit pede poena claudo2. » Ce passage des Odes doit constituer le sujet d’une peinture destinée à orner la salle d’audience de la Cour criminelle (Cour d’assises) au Palais de Justice de Paris. Prud’hon demande aussitôt à se retirer dans le cabinet du préfet et brosse en l’espace d’un quart d’heure une première esquisse :

  • 3 Blanc, 1844 (note 1), p. 463 et suiv.

« L’image de son sujet avait déjà traversé son cerveau. Avec les yeux de sa pensée, il avait vu le crime poursuivi, “antecedentem scelestum”, et la justice fendant les airs3. »

  • 4 Sur Copia et sa collaboration avec Prud’hon, voir Philippe Bordes, « Un graveur disponible, Jacques (...)

2Pierre-Paul Prud’hon a suivi sa formation à l’Académie de Dijon auprès de François Devosge. En 1784, il reçoit une bourse pour étudier à Rome. N’étant pas membre de l’Académie de France à Rome, il reste en marge de la colonie d’artistes français œuvrant dans la Ville éternelle. Même à Paris, où il s’installe en 1788, il demeure quelque peu isolé. Après la Révolution, il s’engage aux côtés de Jacques-Louis David dans la Commune des Arts. Il exécute à cette époque une série de dessins dans lesquels il embrasse les idéaux de la Révolution, et qu’il fait graver par Jacques-Louis Copia4. En dépit de succès répétés – il obtient en 1798 un atelier au Louvre –, il n’a pas encore acquis la notoriété escomptée. Il faut attendre la période napoléonienne pour que ses suaves allégories rencontrent de nombreux amateurs et lui valent, entre autres, la position de professeur de dessin de l’impératrice Marie-Louise.

  • 5 Sur le personnage de Frochot, voir Louis Passy, Frochot. Préfet de la Seine. Histoire administrativ (...)
  • 6 Ibid., p. 36.

3Comme Prud’hon, Frochot5 est bourguignon. Ce juriste, qui a essentiellement bâti sa carrière avec la Révolution, jouira plus tard de la protection de Napoléon. Le peintre et l’homme politique, qui se connaissent depuis 1795, sont surtout liés, semble-t-il, par leur région natale. Prud’hon fait partie du cercle intime des amis de Frochot, ceux « de Nogent », que le préfet invite à dîner une fois par semaine dans sa maison de campagne de Nogent-sur-Marne6. On évoque parfois aussi leur amitié commune pour Antoine-Chrysostome Quatremère de Quincy, que Frochot fait nommer secrétaire du conseil général de la Seine à l’été 1800. Quelques travaux modestes réalisés pour diverses instances de l’État ont probablement contribué à qualifier Prud’hon pour la commande du Palais de Justice.

  • 7 Musée du Louvre, département des Arts graphiques, Cabinet des dessins ; voir Jean Guiffrey, L’Œuvre (...)
  • 8 Cité d’après Prud’hon. La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, sous la dir. de Sylv (...)

4On connaît deux projets de composition différents. Dans le dessin Thémis et Némésis (ill. 1)7, couramment considéré comme le « premier projet », Némésis à gauche – personnification de la Vengeance terrestre – a saisi par les cheveux deux criminels, que Prud’hon décrit dans une lettre à Frochot du 10 floréal an XIII (30 avril 1805) comme « le crime et la scélératesse8 » ; elle les traîne devant le trône de Justitia (la Justice), flanquée de Fortitudo (la Force), Prudentia (la Prudence) et Temperantia (la Modération). Au pied du trône gisent les indices, les victimes du crime, une femme et son enfant, dont la vision fait reculer d’effroi les assassins.

ill. 1. Pierre-Paul Prud’hon, Thémis et Némésis, 1804, crayons noir et blanc, estompe sur papier bleu décoloré, 40,8 × 51 cm, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Cabinet des dessins, inv. 32589-recto

ill. 1. Pierre-Paul Prud’hon, Thémis et Némésis, 1804, crayons noir et blanc, estompe sur papier bleu décoloré, 40,8 × 51 cm, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Cabinet des dessins, inv. 32589-recto

Photo © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Martine Beck-Coppola

  • 9 Musée du Petit Palais ; voir Guiffrey, 1924 (note 7), no 357. Avec des arguments convaincants, Sylv (...)
  • 10 Voir ibid., p. 27 et suiv.

5Une seconde esquisse de même thématique dénote un changement surtout dans la partie gauche9 : Prud’hon renonce ici à la figure de la « scélératesse ». Eugène Delacroix a reconnu comme possible modèle de cette scène un dessin du Louvre attribué à Raphaël, La calomnie d’Apelle, alors largement diffusé par des reproductions10.

6Dans sa lettre à Frochot du 10 floréal, Prud’hon explique sa composition après avoir émis quelques réflexions sur la commande :

« Trouver un sujet qui soit en rapport avec la destination d’une salle de justice criminelle, et les fonctions des magistrats qui doivent y siéger ; présenter à la fois des victimes, des juges et des coupables ; rendre ces objets avec cette énergie d’expression qui donne à l’âme une commotion forte, et y laisse une trace profonde, serait, si je ne me trompe, atteindre le but que l’on se propose dans l’exécution du tableau qui doit être placé dans cette salle.
[…] Figurés-vous la vangeance publique, Némésis à l’aile de vautour, chargée de la poursuite des coupables, traînant au pied du tribunal de la justice le crime et la scélératesse : la justice armée du glaive, entourée de la force, la prudence et la modération, prononce l’arrêt foudroïant qui les frappe de mort. La victime ensanglantée du crime, le poignard dans le sein, gissant sans mouvement sur les marches du tribunal même, et sous les yeux de l’homicide : il est saisi de crainte et frissonne d’horreur ! »

7Et, sur l’impression recherchée, l’artiste remarque :

  • 11 Pierre-Paul Prud’hon à Nicolas-Thérèse-Benoît Frochot, 3 mai 1805, Gazette des Beaux-Arts, t. 6, 18 (...)

« Ajoutés, pour sentir l’effet de ce tableau terrible, la présence des juges, l’arrivée des coupables, l’éloquence mâle des orateurs, les émotions diverses peintes sur les visages d’une assemblée nombreuse et vous avouerés qu’il serait difficile à l’imagination de n’être pas vivement frappé d’un tel ensemble11. »

  • 12 Musée Condé, Chantilly ; voir Guiffrey, 1924 (note 7), no 368.

8Le « second projet », suivi d’exécution, adopte une autre thématique (ill. 2)12. Le criminel, qui vient manifestement de dépouiller et d’assassiner sa victime – désormais un homme –, fuit vers la gauche le lieu de son forfait. Il tient encore dans sa main droite l’arme du meurtre, un poignard, et dans la gauche le motif de son acte, une bourse qu’il a dérobée à sa victime. L’homme nu gît sur le sol, à proximité directe du tueur qui l’a également dépouillé de ses vêtements. La vision de la victime fait prendre conscience à l’assassin du caractère criminel de son acte. Il est effrayé par ses conséquences, symbolisées par les personnifications de la Justice et de la Vengeance divine qui ont vraiment l’air de le poursuivre – sans qu’il s’en rende compte. La scène se déroule dans un paysage nocturne, rocheux, austère et inhospitalier, que la lune éclaire d’une lueur dramatique. Dans une lettre à Frochot du 5 messidor an XIII (24 juin 1805), Prud’hon intitule sa composition : « La Justice divine poursuit constamment le Crime ; il ne lui echappe jamais. » Il la décrit en ces termes :

  • 13 Cité d’après cat. exp. Prud’hon, 1986 (note 8), p. 32.

« Couvert des voiles de la nuit, dans un lieu écarté et sauvage, le Crime cupide égorge une Victime, s’empare de son or, et regarde encore si un reste de vie ne serviroit pas à décéler son fortfait : L’insensé ! il ne voit pas que Némésis, cette agente terrible de la Justice, comme un vautour fondant sur sa proie, le poursuit, va l’atteindre et le livrer à son inflexible compagne13. »

ill. 2. Pierre-Paul Prud’hon, La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, 1805, crayons noir et blanc sur papier bleu, 40 × 50,5 cm, Chantilly, musée Condé, inv. DE485

ill. 2. Pierre-Paul Prud’hon, La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, 1805, crayons noir et blanc sur papier bleu, 40 × 50,5 cm, Chantilly, musée Condé, inv. DE485

Photo © RMN-Grand Palais (domaine de Chantilly) / Michel Urtado

  • 14 Ibid., p. 16-18.

9Tout laisse penser – si l’on veut prêter foi à la légende évoquée plus haut – que Prud’hon a conçu Thémis et Némésis à l’occasion du dîner chez Frochot, et qu’il a abandonné ultérieurement cette composition au profit de la version finalement exécutée. Les deux lettres de Prud’hon à Frochot du 10 floréal an XIII (30 avril 1805, sur Thémis et Némésis) et du 5 messidor de la même année (24 juin 1805, sur La Justice divine poursuit constamment le Crime) rendent une telle chronologie vraisemblable. Cependant, une lettre de Prud’hon à son amie Constance Mayer, du 5 novembre 1804, prouve que le projet retenu avait déjà atteint à ce moment-là un stade d’élaboration relativement avancé14. Par conséquent, il convient d’admettre que les deux compositions différentes correspondent à deux solutions discutées un certain temps en parallèle, et que la décision fut prise après le 30 avril 1805, date de la lettre de Prud’hon décrivant le projet Thémis et Némésis.

  • 15 Charles Robert (= Anatole de Montaiglon), « Exposition annuelle de l’association des artistes peint (...)
  • 16 Voir cat. exp. Prud’hon, 1986 (note 8), p. 29-31.

10Le choix final en faveur de la seconde solution est généralement expliqué par les faiblesses supposées de la première composition, dont les figures allégoriques trop prédominantes rendraient la scène irréaliste et donc moins percutante15, par la meilleure efficacité de la thématique sélectionnée, par sa plus grande proximité avec une pensée révolutionnaire évoquée sans plus de précision, mais aussi par le potentiel novateur de la scène aux personnages réduits16.

  • 17 Résumé ibid., p. 48-52.
  • 18 Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture et gravure, des artistes vivans, expo (...)
  • 19 Les « Prix décennaux » devaient récompenser les réalisations les plus remarquables, dans les scienc (...)
  • 20 Quatre compositions peintes respectivement par Auguste Vinchon, Jean-Charles Tardieu, Alexandre-Vic (...)

11L’histoire du tableau (ill. 3) est rapide à retracer17 : le 9 juin 1806, Prud’hon annonce à Frochot qu’il a peint la toile et qu’il compte l’exposer l’année même au Salon. Pourtant, l’œuvre n’est montrée qu’en 1808. Le titre mentionné dans le catalogue du Salon, La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, est toujours en usage aujourd’hui18. Lors d’une visite de l’exposition, Napoléon décore Prud’hon de la Légion d’honneur. À la fin du Salon, la peinture rejoint son lieu de destination au Palais de Justice. En 1810, le tableau est proposé par la classe des Beaux-Arts de l’Institut de France pour les « Prix décennaux » institués par Napoléon, mais non décernés, et reçoit une mention élogieuse19. En 1814, pendant la Première Restauration, il est transféré au Louvre et exposé au Salon la même année. Il revient ensuite à son emplacement initial, pour en être définitivement retiré en 1815. Comme l’attestent une lettre de Prud’hon du 17 novembre 1815 au successeur de Frochot, le comte de Chabrol, et une lettre du premier président Séguier adressée au même destinataire, la place vacante doit être occupée par une Crucifixion. Prud’hon s’efforce d’obtenir la commande, tout en demandant l’autorisation de garder dans son atelier La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, dans l’attente d’une décision définitive concernant son nouvel emplacement. Cette dernière requête lui est accordée. Exposée à partir de 1818 au musée du Luxembourg, la peinture rejoint le Louvre au début des années 1820. En échange, la Ville de Paris reçoit en 1826 quatre scènes de Crucifixion pour le Palais de Justice20.

ill. 3. Pierre-Paul Prud’hon, La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, 1808, huile sur toile, 244 × 294 cm, Paris, musée du Louvre, département des Peintures, inv. 7340

ill. 3. Pierre-Paul Prud’hon, La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, 1808, huile sur toile, 244 × 294 cm, Paris, musée du Louvre, département des Peintures, inv. 7340

Photo © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi

  • 21 En 1855, Étienne-Jean Delécluze, élève et biographe de Jacques-Louis David, remarquait ainsi rétros (...)

12Dans l’ensemble, le tableau est accueilli favorablement. Certes, on regrette de ne pas y trouver la grâce corrégesque que l’on attend manifestement de Prud’hon. On déplore en outre, dans la représentation du criminel, l’absence de « noblesse » que requiert un tableau d’histoire. Quelques incorrections anatomiques sont également relevées. Mais, de façon générale, la critique note que Prud’hon, avec cette œuvre, a franchi le pas vers la grande histoire21.

13Dans son commentaire du Salon de 1808 – tout à fait dans la tradition de la théorie artistique albertienne –, Victor Fabre transpose le tableau en récit : une nuit, un jeune homme traverse une contrée désertique et rocailleuse, peut-être pour trouver sur les lèvres de sa bien-aimée la récompense du long chemin parcouru ; le criminel l’attend derrière les rochers, le tue ou l’agresse si violemment qu’il tombe, baigné dans son sang.

  • 22 Mercure de France, littéraire et politique, no 381, 5 novembre 1808, p. 263 et suiv.

« Déjà le scélérat s’est emparé de cet or dont la soif l’a poussé au meurtre : sa main gauche serre avidement la bourse de sa victime ; dans sa droite brille le poignard. Il fuit. Une crainte vague, compagne inséparable du crime, le poursuit, malgré lui, l’agite : mais il semble se dire : “Je suis seul, personne n’a pu me voir.” Misérable ! ne vois-tu pas toi-même cette Vengeance divine qui plane sur la tête coupable ? D’une main, elle avance sur toi ce flambeau dont les clartés inexorables pénètrent jusqu’au fond des cœurs ; de l’autre, elle s’apprête à saisir ta hideuse chevelure : et son regard indigné donne le signal à la Justice dont le glaive se lève et va frapper. Encore quelques instans, et l’innocence est vengée22. »

Notes de fin

1 Charles Blanc, « P.-P. Prud’hon », Le cabinet de l’amateur et de l’antiquaire. Revue des tableaux et des estampes anciennes, des objets d’art, d’antiquité et de curiosité, t. 3, 1844, p. 463 et suiv. D’abord publié sous le titre « Études sur les peintres français. P.-P. Prud’hon », Le National, 10 septembre 1842.

2 Horace, Odes, III, 2, v. 32 (« Mais rarement le Châtiment / Quoique en boitant, a manqué le coupable »).

3 Blanc, 1844 (note 1), p. 463 et suiv.

4 Sur Copia et sa collaboration avec Prud’hon, voir Philippe Bordes, « Un graveur disponible, Jacques-Louis Copia », dans Pierre-Paul Prud’hon. Actes du colloque organisé au musée du Louvre par le Service culturel le 17 novembre 1997, sous la dir. de Sylvain Laveissière, Paris, La Documentation française, 2001, p. 105-127.

5 Sur le personnage de Frochot, voir Louis Passy, Frochot. Préfet de la Seine. Histoire administrative (1789-1815), Évreux, Imprimerie d’Auguste Hérissey, 1867 ; Jean Riche, Frochot. Préfet de la Seine sous le Premier Empire. Sa carrière pendant l’époque révolutionnaire, [Dijon], 1961 ; moins instructif dans le contexte qui nous intéresse ici : Alexandre Burtard, « Sur la piste des orientations artistiques de Nicolas Frochot, premier préfet de la Seine sous le Consulat et l’Empire », Livraisons de l’histoire de l’architecture, cahier 26, 2013, p. 25-41, URL : http://journals.openedition.org/lha/151.

6 Ibid., p. 36.

7 Musée du Louvre, département des Arts graphiques, Cabinet des dessins ; voir Jean Guiffrey, L’Œuvre de Pierre-Paul Prud’hon, Paris, Armand Colin, 1924 (= Archives de l’art français. Recueil de documents inédits, nouvelle période, 13), no 358.

8 Cité d’après Prud’hon. La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, sous la dir. de Sylvain Laveissière, cat. exp. Paris, musée du Louvre, Paris, Réunion des musées nationaux, 1986 (= Les dossiers du département des Peintures, 32), p. 19.

9 Musée du Petit Palais ; voir Guiffrey, 1924 (note 7), no 357. Avec des arguments convaincants, Sylvain Laveissière voit dans cette feuille une version ultérieure, dans cat. exp. Prud’hon, 1986 (note 8), p. 21-23.

10 Voir ibid., p. 27 et suiv.

11 Pierre-Paul Prud’hon à Nicolas-Thérèse-Benoît Frochot, 3 mai 1805, Gazette des Beaux-Arts, t. 6, 1860, p. 311 et suiv. Voir aussi cat. exp. Prud’hon, 1986 (note 8), p. 19.

12 Musée Condé, Chantilly ; voir Guiffrey, 1924 (note 7), no 368.

13 Cité d’après cat. exp. Prud’hon, 1986 (note 8), p. 32.

14 Ibid., p. 16-18.

15 Charles Robert (= Anatole de Montaiglon), « Exposition annuelle de l’association des artistes peintres-sculpteurs, graveurs, etc. Quatrième article. Pierre-Paul Prud’hon », Moniteur des arts, 10 janvier 1847, p. 186.

16 Voir cat. exp. Prud’hon, 1986 (note 8), p. 29-31.

17 Résumé ibid., p. 48-52.

18 Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture et gravure, des artistes vivans, exposés au Musée Napoléon le 14 octobre 1808, second anniversaire de la bataille d’Jéna, Paris, Dubray, 1808, p. 74, cat. 484. Dimensions du tableau : 2,43 × 2,92 m.

19 Les « Prix décennaux » devaient récompenser les réalisations les plus remarquables, dans les sciences et les arts, de la première décennie de gouvernement de Napoléon. La classe des Beaux-Arts de l’Institut de France proposa comme meilleur tableau d’histoire la Scène de déluge d’Anne-Louis Girodet, mais Napoléon préférait Le rapt des Sabines de Jacques-Louis David. Outre la peinture de Prud’hon, plusieurs œuvres firent l’objet d’une mention élogieuse : Le rapt des Sabines de David, Phèdre de Pierre-Narcisse Guérin, Télémaque de Charles Meynier et Les trois âges de François Gérard. Voir Rapports et discussions de toutes les classes de l’Institut de France, sur les ouvrages admis au concours pour les prix décennaux, Paris, Baudouin et Cie, 1810, en particulier : « Rapports du jury chargé de proposer les ouvrages susceptibles d’obtenir les prix décennaux, avec les rapports faits par la classe des Beaux-Arts de l’Institut de France », p. 1-64. La liste ne fut pas reprise sous cette forme par le gouvernement et, finalement, les prix ne furent pas attribués ; voir à ce sujet François Benoit, L’art français sous la Révolution et l’Empire. Les doctrines, les idées, les genres, Paris, L.-Henry May, 1897 (réimpression Genève, Champion, 1975), p. 195 et suiv. et p. 198 et suiv., et M. F. Boyer, « Napoléon et l’attribution des grands prix décennaux (1810-1811) », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, 1847-1848, p. 67-72.

20 Quatre compositions peintes respectivement par Auguste Vinchon, Jean-Charles Tardieu, Alexandre-Victor de Lassus et Pierre-Justin Ouvrié.

21 En 1855, Étienne-Jean Delécluze, élève et biographe de Jacques-Louis David, remarquait ainsi rétrospectivement, non sans ironie : « La sévérité de style et la gravité des sujets étaient devenues des conditions si impérieuses depuis que les doctrines de l’école de David avaient été généralement adoptées, que le pauvre Prudhon, qui n’avait fait et n’aimait réellement à faire que des sujets gracieux et érotiques, se vit forcé de concevoir et d’exécuter le tableau de “la Vengeance et la Justice” pour obtenir la faveur d’être placé au nombre de ce qu’on appelle les “peintres d’histoire”. » Étienne-Jean Delécluze, Louis David. Son école et son temps. Souvenirs, Paris, Macula, 1983, p. 304.

22 Mercure de France, littéraire et politique, no 381, 5 novembre 1808, p. 263 et suiv.

Table des illustrations

Titre ill. 1. Pierre-Paul Prud’hon, Thémis et Némésis, 1804, crayons noir et blanc, estompe sur papier bleu décoloré, 40,8 × 51 cm, Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, Cabinet des dessins, inv. 32589-recto
Crédits Photo © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Martine Beck-Coppola
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/24602/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre ill. 2. Pierre-Paul Prud’hon, La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, 1805, crayons noir et blanc sur papier bleu, 40 × 50,5 cm, Chantilly, musée Condé, inv. DE485
Crédits Photo © RMN-Grand Palais (domaine de Chantilly) / Michel Urtado
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/24602/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre ill. 3. Pierre-Paul Prud’hon, La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime, 1808, huile sur toile, 244 × 294 cm, Paris, musée du Louvre, département des Peintures, inv. 7340
Crédits Photo © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/24602/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search