Version classiqueVersion mobile

Descendants de Chouans

 | 
Bernadette Bucher

I. Avant, après la révolution verte : en quête de la communauté

1. Géopolitique et histoire-mythe

Texte intégral

  • 1 La Vendée est, par sa taille, le 22e département français et le 46e pour sa population. Bien que c (...)

1Située juste au sud de la Bretagne, la Vendée est un département de l’ouest de la France, étirant son territoire sur cent kilomètres de côtes le long de l’Atlantique jusqu’à la Charente-Maritime et autant vers l’est jusqu’aux Deux-Sèvres (soit entre 46°17’ et 47° degré de latitude nord et 2°52’ et 4°38’ de longitude ouest). En tout, la Vendée occupe 6 720 km2, ce qui représente un peu plus de 1,2 % du territoire français1.

2Par-delà ces limites strictement administratives, le terme de Vendée englobe pourtant une entité géopolitique beaucoup plus vaste et problématique, riche de sens acquis au cours d’un passé mouvementé et quasi légendaire, inséparable du mythe fondateur de la nation, la Révolution française. Mon terrain d’étude est situé au cœur même de cette région controversée et doit se définir d’abord dans cette géographie historique et hautement politique.

Géographie historique : les sens de la Vendée

  • 2 Sous l’Ancien Régime, dans un but militaire, la province du Poitou était divisée en deux parties : (...)

3Le département actuel de la Vendée a été découpé dans la partie le plus à l’ouest de l’ancienne province du Poitou, appelée bas Poitou2. La Vendée, qui tire son nom d’une petite rivière, n’a jamais été une province sous l’Ancien Régime, mais en a acquis le renom après la Révolution, à cause des fameuses guerres qui portent son nom et opposèrent les « Blancs » (d’après la couleur du drapeau royaliste) ou « Chouans », aux « Bleus », ainsi nommés à cause de l’uniforme des soldats de la garde républicaine. Qu’elles qu’en furent les raisons profondes, ces guerres ont commencé par des révoltes paysannes déclenchées dans l’Ouest, comme dans d’autres régions de France, à propos de la crise des subsistances et de la circulation des grains sur lesquelles se sont greffées deux mesures particulièrement impopulaires prises par le gouvernement révolutionnaire. La première, en janvier 1791, oblige les prêtres à prêter serment à la Constitution civile du Clergé, sous peine de suspension. La seconde, par la loi du 20 et 23 février 1793 (Lefebvre 1968 : 341-348 ; Seboul 1975 : 244 ; Martin 1987 : 26-27), organise une levée en masse de 300 000 hommes pour combattre l’Autriche et l’Angleterre. Des envoyés spéciaux ont pleins pouvoirs pour le recrutement dans chaque canton.

  • 3 De telles rébellions éclatèrent par exemple de façon sporadique dans le Nord, l’Alsace, la Corrèze (...)

4Comme plusieurs historiens l’ont montré, les provinces de l’Ouest n’étaient pas les seules à se soulever contre ces mesures rigoureuses. La désobéissance civile contre le serment et le service militaire, ainsi que la question de la circulation des grains provoquèrent des émeutes et des rébellions armées un peu partout en France3. Ce qui distingue celles des provinces de l’Ouest est l’intensité et le succès de leurs luttes contre la Garde républicaine. Celles-ci dégénérèrent, pour des raisons que nous verrons plus loin, en une guerre civile, connue sous le nom de « guerres de Vendée », de mars 1793 jusqu’à l’amnistie générale de décembre 1799, ordonnée par Bonaparte, alors Premier Consul. De nouveaux troubles éclatèrent en mai-juin 1815 jusqu’à la Restauration de Louis XVIII, le dernier épisode ayant lieu en 1830, pendant la seconde Restauration (Aubin, Bossis et al. 1982 : 292-303 ; Secher 1986 ; Martin 1987).

  • 4 L’armée vendéenne catholique, accompagnée de femmes et enfants, traversa la Loire pour s’aventurer (...)
  • 5 Voici la définition du mot Chouan dans le dictionnaire Littré : « nom que l’on donne, pendant la R (...)

5Cesdites « guerres de Vendée » ne se cantonnèrent nullement au département actuel de ce nom. La Vendée dite « militaire », théâtre du conflit, s’étendait sur le territoire actuel des départements du Maine-et-Loire, de la Sarthe, de la Loire-Atlantique et la partie orientale des Deux-Sèvres, chevauchant ainsi trois provinces : le bas Poitou, l’Anjou et la Bretagne méridionale, en tout environ 10 000 km2 (Secher 1986 : 31). Dès 1793, les Conventionnels attribuèrent sans distinction le nom de « Vendéens » à tous les « brigands » qui, d’abord au sud de la Loire, puis aussi au nord4, y compris les « Chouans » de Bretagne, osèrent prendre les armes contre la Garde nationale et l’armée républicaine. Très vite, les termes « ennemis de la Révolution », « Vendéens » et « Chouans » devinrent interchangeables dans le vocabulaire révolutionnaire, avant même que ces deux mouvements n’aient vraiment de rapports. Même pour les historiens modernes, le nom de Vendée reste encore synonyme d’Ouest contre-révolutionnaire. Ainsi La Vendée de Tilly traite des Mauges angevines dans le Maine-et-Loire actuel ; Les Paysans de l’Ouest de Paul Bois, qui s’attache aussi au problème des origines sociales de la Contre-Révolution, concerne la Sarthe. Malgré l’effort des historiens de la « Chouannerie » bretonne pour distinguer clairement ces deux mouvements (Sutherland 1982), on trouve le terme couramment appliqué à la Vendée depuis le début du xixe siècle5. Les Vendéens mêmes se disent volontiers « Chouans », non seulement comme attraction touristique mais aussi comme signe d’identité culturelle et politique.

6La situation se complique encore, dès qu’on aborde la question des zones écologiques. Le département de la Vendée en contient trois distinctes. La plus grande, le Bocage, était jadis la région des « Blancs » ou « Chouans », la Plaine, au contraire, celle des « Bleus ». Quant au Marais, le nord-ouest se battit avec les « Blancs », mais le sud-est resta fidèle aux « Bleus ». Les dimensions écologique, politique et géographique du terme Vendée ne se superposent donc pas forcément. Elles coïncident au contraire sur le terrain de mon enquête qui s’étend sur quatre cantons de la Vendée orientale - Chantonnay, Pouzauges, La Châtaigneraie et Les Herbiers - au cœur même du Bocage rebelle. Pour saisir les répercussions du mythe vendéen sur les transformations contemporaines, il faut d’abord explorer les résonances qui nous parviennent à travers l’historiographie.

Historiographie et mythe vendéen

7Le mythe d’une mentalité vendéenne intellectuellement en veilleuse, voire « arriérée », est encore très répandu dans le reste de la France, aussi bien dans les médias issus de la capitale, émissions de radio ou films de télévision, que dans les écrits universitaires. Cette opinion provient du fait que depuis le xixe siècle, l’ancienne Vendée a prouvé sans défaillance son attachement au passé par une série de comportements cléricaux et conservateurs : en politique, l’importance des votes à droite, aux élections aussi bien départementales que nationales, la faible représentation des syndicats de gauche, en particulier la cgt, et les tendances « corporatistes » dans les associations agricoles ; le cléricalisme qui se manifeste par la présence à la messe, la scolarisation dans les écoles paroissiales, et la forte participation dans les organisations catholiques comme la jac* (Jeunesse agricole catholique) ; enfin, sur le plan démographique et sociologique, la stabilité relative de la famille, avec son faible taux de divorce et sa forte natalité.

  • 6 Notons que ces clichés sont aussi insultants pour les Français qui votent à droite que pour les au (...)

8La question est de savoir si ces conduites sociales et électorales « conservatrices » reflètent nécessairement une mentalité arriérée6. A. Siegfried, le fondateur de la géographie électorale en France, n’est pas le seul historien responsable de ce tableau. L’attachement au passé et la continuité supposée de l’ouest de la France avec la tradition sont reconnus comme des faits indéniables depuis les débuts de l’historiographie de l’Ouest chouan. Aussi bien côté royaliste que jacobin, les versions des événements les plus opposées convergent toutefois pour créer l’image du Chouan rebelle à ceux qu’il considère, à tort ou à raison, comme ses ennemis, mais docile envers ses maîtres, aristocrates et prêtres, fidèle au roi et à Dieu, comme le dit la légende inscrite au bas de l’emblème de la Vendée : deux cœurs enlacés sous une torche allumée.

9Dans la version royaliste, les paysans, horrifiés par l’exécution du roi et l’anticléricalisme révolutionnaire, prirent spontanément les armes pour défendre l’Église et leurs seigneurs. Cette thèse dresse un tableau idyllique des nobles du bas Poitou, attachés à leurs terres, vivant une vie simple loin des frivolités de la Cour, passant le plus clair de leur temps à chasser avec leurs paysans et à les guider, pour le plus grand bien de tous, vers le développement de l’agriculture et de l’élevage.

  • 7 Par exemple, Tilly (1964 : 7) cite cette remarque caractéristique d’un membre de la Convention, Le (...)

10Quant aux Jacobins, d’après les généraux républicains et les politiciens qui écrivaient pro domo pour se laver des massacres perpétrés sous la Terreur, les soulèvements de l’Ouest proviennent d’une série de facteurs complémentaires : l’ignorance, la stupidité et le fanatisme des masses de paysans abrutis, la traîtrise et la rapacité des prêtres et des nobles, la corruption des administrateurs régionaux7. Dans les deux versions, les paysans ne semblent guère avoir de volonté propre. La littérature favorable renforce l’argument jacobin que les paysans se sont laissé endoctriner et fanatiser par les maîtres de l’Ancien Régime. Ainsi, dans ses Mémoires, la marquise de La Rochejaquelein, veuve d’un des généraux « blancs », établit un parallèle entre l’obéissance des paysans vendéens pendant la Contre-Révolution et leur participation aux battues collectives organisées par les propriétaires terriens et annoncées par les prêtres le dimanche à la messe :

Les chasseurs postaient les tireurs qui se conformaient strictement à tout ce qu’on leur ordonnait. Dans la suite, on les menait au combat de la même manière et avec la même docilité (souligné par mes soins, 1815 : 42).

11A l’autre extrême, un député de la Convention explique en termes similaires le changement assez curieux de ferveur religieuse dans l’Ouest, ancien bastion du protestantisme au xvie et au xviie siècle, en une armée de catholiques dévots au XVIIIe :

Vers le milieu du xvie siècle, des ecclésiastiques qui avaient toute sa confiance, ayant embrassé la secte de Calvin, il (le paysan) suivit leur exemple... A la fin du xviiie siècle on a vu le même peuple, conduit par des prêtres catholiques, prodiguer avec enthousiame son sang pour le maintien de cette religion que deux siècles auparavant il avait voulu détruire (cité par Chassin 1973, I (1) : 42-43).

12Le rôle de l’ouvrage monumental d’A. Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la IIIe République, publié juste avant la Deuxième Guerre mondiale, reste crucial pour comprendre la pérennité du mythe vendéen. L’interprétation qu’il en donne a marqué des générations de jeunes Français sur les bancs de l’école et même de l’université. L’influence de Siegfried ne provient pas tant des explications variées qu’il fournit du « mystère de l’Ouest » mais, comme le note Le Roy Ladurie, de la manière tautologique dont Siegfried pose le problème : Pourquoi le Bocage de l’Ouest est-il resté conservateur et clérical (comme il l’a été pendant la Révolution) ? Pourquoi a-t-il suivi la tradition de l’Ancien Régime « qui est hiérarchique, catholique et conservatrice », au lieu d’embrasser « la tradition républicaine ou démocratique qui est laïque, égalitaire et d’avant-garde » (1972 : 75) ? Siegfried relève plusieurs facteurs allant du métayage jusqu’à la fragmentation des terres en petites parcelles entourées de haies et au rôle moteur des prêtres et des nobles, sans oublier le je-ne-sais-quoi de la personnalité ethnique qu’il appelle « la race » (1913 : VII et XXVII).

  • 8 La superficie moyenne des fermes dans l’ancien Ouest insurgé était de 8,65 hectares en 1892 ; 9,3 (...)
  • 9 Tilly constate à peu près la même chose dans les Mauges angevines (1964 : 55, 76-77).

13Plus d’une génération a passé avant que l’historien P. Bois, dans Les Paysans de l’Ouest (1960), ne mette à l’épreuve les thèses de Siegfried, et, après une microanalyse menée dans le Bocage de la Sarthe, les réfute l’une après l’autre. D’après Bois, il n’y a aucune relation directe entre la taille des fermes ou le type de faire-valoir et l’incidence de la Contre-Révolution. La notion que l’Ouest rebelle était une aire de très petites fermes est fausse. Cette erreur provient de l’aspect physique du Bocage, avec ses parcelles de terre entourées de haies vives. En réalité, malgré cette fragmentation, l’étendue moyenne de chaque ferme dépassait la moyenne nationale8. Le métayage était loin de dominer (seulement 19 %) et en tout cas, moins important que dans bien des régions de France qui ne se révoltèrent pas, comme l’Aquitaine et le Massif central (1960 : 21). Quant à l’influence politique de la noblesse et du clergé sur la paysannerie, il n’y a aucune preuve qu’elle ait été plus importante ici qu’ailleurs. Contrairement aux suppositions de Siegfried, avant la Révolution, dans la région chouanne les nobles étaient en minorité parmi les propriétaires terriens. 51 % de la terre (sans compter les bâtiments) appartenaient à des bourgeois (1960 : 150). Il n’y a cependant aucune corrélation directe dans un sens ou dans l’autre, entre ce type de propriété terrienne et l’attitude politique des fermiers ; la petite-bourgeoisie marchande dominait la scène économique de la Sarthe, dans la partie chouanne aussi bien que bleue (ibid.)9.

14La démonstration de Bois porte sur une analyse comparative des corrélations entre les facteurs économiques et les attitudes politiques exprimées par le vote de la IIIe à la Ve République, dans deux parties opposées de la Sarthe : le côté « chouan » à l’ouest, et républicain, à l’est. Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, il n’y a pas plus de lien entre votes conservateurs de l’ouest et économie retardataire qu’entre votes de gauche et économie progressiste. De 1851 à 1879 le revenu agricole de l’ouest monte et dans la période de dépression qui suit, entre 1879 et 1910, l’attitude politique ne change pas. Il n’y a donc aucune corrélation apparente entre les conditions économiques et le vote politique (ibid. : 85).

15Mais le coup le plus dur porté par Bois au mythe de la continuité vendéenne est sa découverte que la division, sur la carte de la Sarthe, entre Chouans et républicains après la Révolution est exactement l’inverse de celle qui sépare les attitudes politiques ressortant des Cahiers de doléances avant la Révolution. Seule la région chouanne produit des cahiers vraiment hostiles à la noblesse et au clergé, avec en particulier des attaques virulentes contre la propriété ecclésiastique et les droits féodaux (ibid. : 96). Ainsi, une discontinuité historique radicale remet en cause le lien causal (ou plutôt tautologique) postulé entre la Contre-Révolution et une paysannerie d’Ancien Régime soumise et catholique fervente. Avec Bois, l’attention se porte sur les événements qui, entre 1789 et 1793, ont eu assez de poids pour faire tourner casaque aux Vendéens et les convaincre de prendre les armes contre le nouveau régime dont les premières mesures, telles que la suppression de certains droits féodaux particulièrement odieux, répondaient à leurs vœux.

  • 10 D’autres historiens, tels Sutherland (1982), Sutherland & Le Goff (1984) et Tackett (1982) soulign (...)

16Un deuxième renversement important opéré par Bois dans la perception de la Vendée est sa réhabilitation quasi chayanovienne* du rôle des paysans dans les révoltes, acteurs, non simples suiveurs, et l’importance qu’il attribue à une personnalité sociale et économique de la paysannerie, ce qu’il appelle « une civilisation originale du Bocage » (344-356). Dénonçant la notion que les paysans ont suivi passivement leurs maîtres, Bois montre qu’ils ont pris au contraire des initiatives et, dans certains cas, poussé les nobles et les prêtres à résister ou à combattre en 179310. D’après lui, la clef de ce phénomène se trouve dans l’émergence d’une conscience de classe paysanne, unie sous la menace d’une attaque urbaine et bourgeoise contre la cohésion de la communauté. Que cette réaction « chouanne » ait éclaté dans la Sarthe à l’ouest plutôt qu’à l’est, viendrait de causes sociales, elles-mêmes assises sur des facteurs économiques.

  • 11 Le Goff & Sutherland arrivent à des conclusions semblables : « Le paysan s’est battu parce que les (...)

17D’après Bois, il y avait alors deux peuples distincts du Bocage de la Sarthe. A l’ouest, les paysans étaient relativement prospères et indépendants, ce qui leur permit d’acheter des biens du clergé mis en vente à la Révolution. Les bénéficiaires de ces ventes furent pour les deux tiers la petite-bourgeoisie locale, pour le reste la paysannerie, les perdants, la noblesse et la bourgeoisie extérieure avec des pertes respectives de six à sept et de dix à quinze pour cent de leur propriété11. A l’est, si l’on retrouve les mêmes perdants, les gagnants sont uniquement la petite-bourgeoisie rurale. Les paysans ne pouvaient se permettre d’acheter, malgré des prix beaucoup plus bas que dans l’ouest (152-53). Ce sont donc les paysans de l’ouest qui eurent à payer une bonne partie des droits seigneuriaux de mutation, alors que dans l’est, les paysans possédaient très peu de terres. En fin de compte, le bilan des réformes fut surtout négatif pour les paysans de l’ouest, et leur déception à l’égard de la Révolution d’autant plus forte que leur attente était plus grande. La région chouanne aurait donc été celle où, comme dans l’ouest, les paysans étaient suffisamment unis pour combattre les intrusions du monde extérieur citadin, alors que dans l’est, cette cohésion interne ne s’est pas produite, à cause de la présence de tisserands qui, installés en grand nombre parmi la paysannerie, dépendaient des marchands des villes et subissaient l’influence urbaine.

18Avec ce dernier point, Bois ouvre la quête jamais achevée des origines sociales des guerres civiles de l’Ouest, depuis les arguments de Cobban (1964), Faucheux (1964) et Tilly (1964) jusqu’à ceux de Sutherland (1982). Tous semblent s’entendre sur le caractère antibourgeois des révoltes et la conscience collective ressentie par les paysans d’avoir des intérêts communs menacés par des citadins. Mais ce qui sépare ces historiens est leur interprétation respective de la relation bourgeois/paysans.

19Tilly analyse l’urbanisation avant et après la Révolution en Anjou et compare les variations locales d’attitude envers la Révolution dans deux microrégions de l’Anjou, les Mauges « chouans », et le Val-Saumurois républicain, dimorphisme politique qui se perpétua ici tout au long du xixe et du xxe siècle (1964 : 156), comme dans la Sarthe et la Vendée, entre « Bleus » et « Blancs », ou en Bretagne entre « Rouges » et « Blancs ». Mais l’argument de Tilly concernant l’industrie textile (en particulier la production du lin), contredit celui de Bois. Pour celui-ci, la présence de tisserands dans la Sarthe orientale rendit la communauté rurale vulnérable à l’influence urbaine, menaçant son homogénéité en l’associant à la révolution urbaine, alors que pour Tilly cette industrie textile à domicile a eu l’effet inverse. Elle a encouragé la méfiance, voire l’hostilité paysanne à l’égard des villes, entraînant du même coup la réaction chouanne. Sur ce point du moins, les deux thèses s’annulent mutuellement. Mes propres recherches dans les archives locales, tout en confirmant l’importance de l’industrie textile sous d’autres rapports, comme nous le verrons au chapitre suivant, ne montrent aucune corrélation dans un sens ou dans l’autre.

20D’autres auteurs, tels Sutherland (1982) et Tackett (1986), doutent que le degré d’urbanisation ait joué un rôle déterminant dans les positions politiques prises sous la Révolution. Sutherland, qui a étudié les vrais « Chouans » de Bretagne, montre que l’influence urbaine y était aussi faible en pays bleu qu’en pays chouan :

Sans aucun doute, il existait en haute Bretagne, un marché urbain de produits agricoles et textiles, et donc une attraction vers la ville, mais son influence n’a pas commercialisé le monde rural. De plus, ces traits de la structure sociale ne semblent pas avoir déterminé la réaction politique des communautés rurales à la Révolution. La géographie des manufactures de toile ne coïncide pas avec celle du républicanisme rural (ma traduction, 1982 : 306).

  • 12 S’appuyant sur la Statistique de la France (1878 : 76-79) et une carte de la distribution de la po (...)

21Tackett, qui a systématiquement analysé les réactions au serment à travers toute la France, limite encore les thèses de Tilly et de Bois, sur d’autres points. Sur le plan national, aucune donnée ne montre de rapport net entre le nombre de prêtres réfractaires et l’isolement géographique, l’habitat ou la structure sociale et économique. L’habitat dispersé du Bocage n’est pas propre à l’Ouest, mais s’étend sur une vaste étendue « au sud d’une ligne entre Rouen et Genève », et la corrélation entre sa présence et le serment est négligeable (1982 : 196)12. De même les corrélations comme entre les régions dites « réfractaires », c’est-à-dire où les prêtres refusèrent de prêter serment, et celles où le métayage domine ne se vérifient pas dans toute la France.

  • 13 Ce type de cahiers reflète très bien l’opinion des élites urbaines qui les avaient rédigés, à la d (...)

22Se tournant alors vers la dimension religieuse des révoltes, Tackett compare les réactions de l’Ouest à l’égard du serment et la Constitution civile à celles d’autres régions de France. Un des facteurs semble nous ramener aux tautologies de Siegfried : l’Ouest était l’une des « zones de France les plus cléricalisées ; le recrutement du clergé était en augmentation dans les dix dernières années avant la Révolution et les vicaires parmi les plus riches du royaume » (297). Mais un facteur plus étonnant est que les élites urbaines s’y montrèrent parmi les plus radicales de France, autant que dans le Bassin parisien. L’auteur en donne à preuve le grand nombre de mesures anticléricales proposées par le tiers état13 dans les Cahiers de doléances des États généraux : suppression des dîmes et des vœux monastiques, vente des biens ecclésiastiques et élections par les laïques des curés et évêques (266), où l’on reconnaît sans peine les réformes mêmes qui furent promulguées, après la Révolution, par la Constitution civile.

23Sous cet angle, le renversement des attitudes politiques avant et après la Révolution révélerait un conflit très net entre les élites urbaines et la paysannerie rurale. Tackett rejoint donc ici Bois et Tilly dans la thèse d’une réaction antibourgeoise et anti-urbaine de la Chouannerie, mais sous un aspect plus particulièrement religieux. Pour Tackett ce qui serait propre à l’Ouest est la coexistence d’une paysannerie assez fortement cléricalisée et d’une bourgeoisie urbaine particulièrement rationaliste, anticléricale, voltairienne, voire radicale, n’ayant d’égale que celle de la région parisienne (263-79). Pourtant, après avoir examiné chacune des hypothèses expliquant la réaction au serment dans la France entière, y compris l’influence du protestantisme et du jansénisme, Tackett conclut en toute honnêteté que :

Aucune carte de l’Ancien Régime rencontrée jusqu’à présent ne coïncide avec la géographie du serment - ni la carte du jansénisme, ni celles du protestantisme, du recrutement clérical, du type d’habitat, des révoltes paysannes, ni des structures sociales ou économiques... En somme, rien dans le passé ne semble prouver de corrélations avec le serment autant que le serment en montrera après coup avec les pratiques religieuses aux dix-neuvième et vingtième siècles (traduit et souligné par mes soins, 299).

24Comme la dernière remarque tend à le suggérer, le constat d’échec concernant les causes des insurrections de l’Ouest mène à se demander si la question elle-même était bien posée. Quelles que soient ces causes, les différentes hypothèses les trouvent dans des conditions préexistantes au conflit, comme si l’Ouest insurrectionnel avait été en quelque sorte prédéterminé à agir comme il l’a fait. Les études comparatives d’autres régions de France affaiblissent considérablement ce déterminisme. En outre ce débat porte sur le découpage historique où se situent ces causes : dans l’Ancien Régime pour Siegfried, après la Révolution entre 1789 et 93 pour Bois, sans prêter grande attention, ni au déroulement du conflit lui-même, ni à l’attitude du camp adverse : la répression. C’est l’objet d’une phase plus récente de l’historiographie de la Vendée visant le rôle de la Convention dans les guerres de Vendée.

  • 14 Dès 1963, Dehergne en faisait aussi état.
  • 15 Techniquement, si l’on s’en tient à la définition du génocide donnée à l’article 2 de la conventio (...)

25Deux ouvrages mettent ces événements traumatiques particulièrement en lumière : Le génocide franco-français. La Vendée vengée de Secher (1986) et La Vendée et la France de J.-Cl. Martin (1987)14. Même si Martin dénie que le terme de « génocide » s’applique au cas vendéen15, les événements qu’il décrit confirment que le gouvernement révolutionnaire a essayé d’annihiler l’entière population vendéenne. Il peut paraître surprenant qu’il ait fallu tant de temps aux historiens pour reconnaître que, comme dans toute guerre civile, il y a deux camps en présence.

  • 16 Sur cette question, il faut voir évidemment Furet 1978.

26Il semble pour le moins curieux d’en vouloir trouver exclusivement les causes dans la nature intrinsèque des vaincus. Ce n’est pas non plus que les documents aient manqué. Ceux dont se servent Martin et Secher ont été disponibles depuis le xixe siècle, non seulement dans les archives nationales, parlementaires ou militaires, mais aussi en librairie, tel que dans l’ouvrage monumental de Chassin, publié à la fin du siècle dernier. Écrit par un ardent républicain, Études documentaires sur la Révolution française donne de longs extraits tirés des textes officiels qui, sous la Convention, ordonnèrent les massacres. En fait, le phénomène Vendée s’imbrique si étroitement à l’interprétation de la Terreur et par là même, de la Révolution française que pendant longtemps, quiconque se hasardait à parler de l’aspect boucherie insensée, voire génocidaire de la guerre civile de l’Ouest, se voyait automatiquement taxé de réactionnaire et avait de grandes chances de l’être16. Pourtant les rapports officiels de la Convention sont assez éloquents.

  • 17 Un décret du 4 avril 1794 ordonne la destruction de tous les moulins à vent (qui perchés sur des c (...)

27Un décret de la Convention d’août 1793, œuvre des sans-culottes, stipule en quinze articles les méthodes à suivre pour réussir la destruction totale de la Vendée rebelle. La région -villages, haies, moulins à vent, récoltes17 - doit être rasée, la population entière, y compris femmes et enfants, exterminée, soit par la famine (qu’on enlève ou brûle bétail, récoltes et grains), soit par les armes. Aucun prisonnier ne doit être épargné. Ainsi Westermann, après sa victoire de Savenay put se vanter de son obéissance auprès du Comité de salut public :

Suivant les ordres que vous m’avez donnés, j’ai écrasé les enfants sous les pieds des chevaux, massacré des femmes qui, au moins pour celles-là, n’enfanteront plus de brigands. Je n’ai pas un prisonnier à me reprocher. J’ai tout exterminé (Secher 1986 : 150).

28Ceux qui ont échappé au massacre doivent être déportés ou « dispersés sur tous les points de la France, sinon exportés (sic) à Madagascar » (Chassin, V (2), 74 ; V (1), 188 ; V (2), 285-86 ; V (3), 167 ; Martin 1987 : 198). Tout ce qui appartient aux rebelles doit être saisi, ce qui donne pleine liberté aux troupes et administrateurs de piller à loisir leurs victimes.

29Les descriptions venant des deux camps évoquent parfois de sinistres échos du récent holocauste : massacres en masse prémédités d’hommes, femmes et enfants, soit devant le peloton d’exécution, soit brûlés vifs dans des fours à pain, soit, comme à Nantes, par noyades collectives, la guillotine prenant trop de temps. Les victimes étaient transportées dans des charrettes à bœufs, exécutées en masse, puis enterrées à la sauvette dans des fosses communes. Le nombre de ces victimes est évalué entre 2 000 et 3 000 à Avrillé, Sainte-Gemme et Ponts-de-Cé, environ 3 600 à Nantes, entre le 5 décembre 1793 et le 3 février 1794 et de 4 000 à 5 000 à Fontenay-le-Comte (Martin, 1987 : 210). Les noyades en masse dans la Loire à Nantes furent organisées par Lamberty et Fouquet, sur le conseil et avec l’assentiment de Barère et des sans-culottes à Paris. Ces noyades avaient généralement lieu la nuit. Les victimes, y compris femmes et enfants, étaient transportées dans des péniches percées de trous, momentanément recouverts par des planches qu’on enlevait au milieu du fleuve. Le bilan de ces noyades varie entre 1 800 et 4 800 morts. La plupart des victimes étaient nues, dépouillées de leurs possessions par leurs bourreaux.

30Des efforts concertés pour mener à bien la « solution finale » du « problème vendéen » reprirent à la fin de 1793, puis de nouveau en 1794 et 1795, comme les décrets n’étaient pas exécutés assez vite au gré des révolutionnaires parisiens. Le 3 août, Danton veut lever 300 000 hommes pour écraser la Vendée. Un décret de la Convention nationale ordonne que « les brigands de la Vendée soient exterminés avant la fin du mois d’octobre, le salut de la patrie l’exige » (1987 : 197). Toute agglomération abritant les rebelles doit être rasée. Le Conventionnel Fayau réclame des mesures plus sévères : « On n’a pas assez incendié la Vendée. 11 faut que pendant un an, nul homme, nul animal ne trouve sa subsistance sur ce sol » (Ancien Moniteur, Gazette nationale, t. XVIII, 376). En février 1794, Turreau, avec l’accord de Robespierre, signe l’ordre suivant : « Ce qui reste de vivant dans cette région maudite doit disparaître, la face du pays changer : ce sera une autre contrée, une contrée neuve, sans hommes, sans habitants autochtones » (souligné par moi, cité par Dehergne 1963 : 122).

31Pour exécuter ces mesures draconiennes, des commissions militaires sont établies dans les villes telles que Le Mans, Angers, Nantes, Fontenay-le-Comte et les tristement célèbres « colonnes infernales » envoyées pour réduire la Vendée en cendres. Comme les ordres voulaient qu’on rase toute ville ou village accusé de cacher des rebelles, « les patriotes » (c’est-à-dire ceux qui restaient fidèles à la Révolution) tombèrent victimes de ces mesures incendiaires, comme les autres. Dans une situation typique des guérillas, tout habitant du territoire insurgé devint par là même un « Vendéen », alias « Chouan » et partant, ennemi public.

  • 18 Comme le dit un des rédacteurs du Journal de la Montagne : « Nous n’avons à faire maintenant qu’à (...)

32C’est ce processus d’aliénation créé par la politique de répression parisienne qui, selon Martin, précipita la naissance de la « Vendée » comme entité politique et, l’on pourrait ajouter, culturelle. Pour combattre la guerre civile qui éclatait ici et là dans le reste de la France, les gouvernants à Paris dénoncèrent la Vendée comme l’ennemi intérieur, s’en servant comme d’un bouc émissaire et une excuse pour organiser la Terreur, seul moyen de garder un pouvoir chancelant18. Ainsi dès le début, la Révolution dénia tout caractère populaire aux soulèvements paysans de l’Ouest et les assimila à la conspiration royaliste alliée à l’étranger (Angleterre, Autriche...), avant même qu’elle n’entre en jeu.

33Vue sous ce jour, la quête des sources de l’identité supposée contre-révolutionnaire, catholique et royaliste de l’Ouest dans l’Ancien Régime peut paraître quelque peu gratuite. La tentative d’annihilation, même si elle a échoué, peut avoir été un catalyseur assez puissant sur la population visée, pour créer après coup des liens idéologiques, émotionnels et culturels parmi les descendants des victimes, et perpétuer une méfiance, voire un antagonisme entre eux et les pouvoirs officiels issus de la capitale. De même, la forte natalité du xixe siècle s’explique peut-être davantage par le besoin de compenser les pertes considérables en vies humaines des générations précédentes, que par une obéissance à l’Église. Comme nous le verrons plus loin, certaines données ethnographiques appuieraient l’hypothèse que l’attitude conservatrice de la Vendée au cours du xixe siècle a été la conséquence plutôt que la cause du « phénomène vendéen ».

34En outre, les archives locales révèlent dans l’histoire politique et religieuse de la région, d’autres revirements brusques qui remettent en question, sur un autre plan, la constance présumée de la Vendée. Le plus frappant est sans aucun doute l’importance du protestantisme au xvie et au xviie siècles, sur le terrain même qui, seulement quelques générations plus tard, enfanta une population de catholiques présumés dévots, voire fanatiques. Mais écoutons le témoignage oral des Vendéens eux-mêmes sur leur propre histoire et confrontons leur perception des événements passés avec ceux qui ressortent des archives locales.

Souvenirs vivants et réprimés : de protestants à Chouans

  • 19 Je remercie à cet égard feu la comtesse de Chabot, MM. de Raignac et Gauducheau, et Mme van den Br (...)

35Rarement ai-je posé aux Bocains de questions directes sur la Chouannerie ou la Révolution. Il y avait déjà assez à apprendre sur les changements contemporains et le passé récent. Et puis le danger était trop grand que les gens façonnent leur récit d’après ce qu’ils croyaient que je voulais entendre. A part les notables cultivés et les historiens locaux19, il est curieux que seuls des protestants ou des Vendéens se disant « plutôt bleus » aient entamé d’eux-mêmes le sujet des guerres de Vendée et leur interprétation.

36Par contre, l’évocation de celles-ci surgissait aux moments les moins prévisibles, au milieu de discussions d’événements courants. L’opposition Chouans/« Bleus », en particulier, reste très vivante, aussi bien parmi les agriculteurs que les salariés, qu’ils se considèrent comme descendants d’un côté ou de l’autre. Cette évocation des temps héroïques de la Chouannerie sert aux Vendéens d’une sorte de schème pour expliquer ou commenter des conflits politiques ou sociaux contemporains tels que les grèves, les relations avec le gouvernement ou entre catégories sociales différentes, par exemple les ouvriers et les agriculteurs, bourgeois et nobles, employeurs et employés, ou entre catholiques et minorité protestante. Il est remarquable aussi que les deux groupes tendent à assimiler la division protestants/catholiques à la dichotomie « Bleus »/Chouans, comme si la distinction religieuse reflétait une attitude politique prenant racine dans les temps révolutionnaires. En cela, on peut voir que les Vendéens ont incorporé le mythe national chouan dans leur propre sens de l’identité.

37Or, l’aspect le plus énigmatique du phénomène vendéen est justement que deux siècles avant la Révolution, pendant les guerres de religion au xvie siècle, le Bocage ait été un des bastions du calvinisme en France et cela jusque vers la moitié du xviie siècle. Pendant cette période, la région était sous contrôle protestant, sans que les archives fassent mention de rébellions paysannes en faveur de l’Église battue en brèche. Écoutons cette histoire telle qu’elle émerge des archives locales.

38La diffusion du calvinisme en Vendée a dû précéder le passage de Calvin à Poitiers en 1534, car les persécutions contre les protestants avaient déjà commencé dans la région à peu près à cette époque. Malgré la répression, le succès du protestantisme dans nos quatre cantons est d’autant plus remarquable que deux siècles plus tard leurs habitants vont risquer leur vie comme Chouans pour défendre leurs prêtres refusant de prêter serment. L’histoire des moines et des évêques de Luçon (1869) de Du Tressay fait un rapport détaillé du sort de chaque paroisse où se situait mon étude. Cette chronique de la vie quotidienne des prêtres dans leurs paroisses nous fournit un étonnant contraste avec l’image stéréotypée de la Vendée d’Ancien Régime.

39Le 4 mai 1564, par exemple, le curé de Saint-Germain-l’Aiguiller doit demander à l’évêque de l’excuser de ne plus pouvoir dire la messe. Les habitants de Mouilleron-en-Pareds ont menacé de lui couper la tête, s’il le faisait. De toute façon, son église est presque entièrement détruite. A Mouilleron même, le curé se plaint que les protestants ont saisi ses biens et son église pour y faire le prêche, et l’empêchent d’exercer son ministère. La même année, le curé des Redoux, venu à Luçon sur les ordres de l’évêque, doit aussi s’excuser de ne pas résider dans sa paroisse : sa maison et son église sont en ruine depuis deux ans. Il a bien essayé de réparer l’autel, mais les protestants l’en ont empêché, le menaçant de le tuer s’il continuait. Du Tressay note à ce sujet que la paroisse des Redoux est située entre celles de Pouzauges, Mouilleron, Chavagnes et Monsireigne, « qui ont tous des ministres de la prétendue Réforme » (Du Tressay 1869 : 92-96).

40Cette situation semble générale. Les curés de Saint-Jacques-de-Pouzauges, Tillay, Le Tallud, Saint-Gemme-des-Bruyères ne peuvent davantage exercer leur ministère. L’évêque de Luçon reçoit les plaintes des curés de Puybéliard, Mouchamps (sous l’autorité des seigneurs de Soubise), Saint-Vincent-Sterlanges, Monsireigne et Saint-Fulgent contre leurs paroissiens qui leur interdisent de dire la messe, et les menacent d’expulsion ou même de mort. L’évêque transmet ces doléances au roi, mais la persécution des prêtres catholiques continue, sans aucune mention que leurs paroissiens essaient de les défendre (Du Tressay 1869 : 98-99).

  • 20 Il faut noter ici que, le catholicisme étant resté la religion officielle dominante en France, dom (...)

41L’interruption de la pratique catholique et la domination protestante se sont maintenues dans la région longtemps après l’Édit de Nantes (1598) qui, près de deux siècles avant la Révolution, garantissait une relative liberté de culte aux protestants et aux catholiques, à l’intérieur de certaines règles et limites géographiques20. Comme le note Richelieu, évêque de Luçon, dans une lettre au Garde des sceaux d’octobre 1617 : « En ces quartiers où l’hérésie a pris plus forte racine qu’en aucun endroit de ce royaume » (1933 : 213). Parmi les églises réformées du bas Poitou mentionnées dans les registres paroissiaux entre 1598 and 1685, on en trouve un grand nombre dans les régions mêmes du Bocage oriental et du sud du haut Bocage où les révoltes paysannes contre la Révolution éclatèrent un peu plus d’un siècle après la Révocation de l’Édit de Nantes (1685) : Le Boupère, Cezais, La Châtaigneraie, Chantonnay, Puybéliard, La Jaudonnière, Mouilleron, Mouchamps, Bazoges, Saint-Fulgent, Les Herbiers, Les Touches-de-Chavagnes (Les Redoux), Montournais, Rochetrojoux, Tillay (Romane-Musculus 1946 : 40-49). Cette énumération ne compte pas les châteaux dont les seigneurs utilisaient la chapelle privée pour y tenir le culte protestant, ce qui était leur droit. Bien des fiefs en effet possédaient le droit féodal, garanti par l’Édit de Nantes, d’avoir une chapelle au château (droit de haubert), et nul n’avait juridiction d’empêcher les seigneurs protestants d’y tenir le culte. Mais bon nombre d’entre eux abusaient de ce droit. Par exemple, ils font exercer le culte dans leur château, même s’ils n’ont pas fief de haubert* ; ou bien, s’ils en ont un, célèbrent le culte en public et non chez eux, ou bien encore, dans tous leurs fiefs, même si un seul est de haubert. Enfin si le fief a plusieurs héritiers, chacun d’entre eux prétend à ce droit, bien qu’il ne puisse se multiplier (du Croissy 1865 : 23). De ce fait, le nombre des temples ne reflète pas vraiment l’importance de la domination protestante dans la région, qui est fortement reliée au système manorial.

42Un autre indice de cette domination est le grand nombre d’églises détruites et de paroisses dans lesquelles, pendant plusieurs décennies, quelquefois jusqu’au milieu du xviie siècle, la pratique religieuse catholique a été suspendue sans aucune protestation ou lutte de la population. Un document des Archives nationales (G8) donne un inventaire des églises et de la propriété ecclésiastique détruite par les partisans de la « soi-disant religion réformée », et un registre des plaintes du diocèse de Luçon contre les « seigneurs catholiques qui refusent de payer les dîmes. Parmi les églises encore en ruine à la fin du xvie siècle se trouvent Mouilleron-en-Pareds, Bouilledroux, La Jaudonnière, Saint-Jacques-de-Pouzauges, La Meilleraie. Seules les églises de Sigournais et de Saint-Florent sont reconstruites.

43D’après les évaluations de du Croissy, seulement dix pour cent de la population du Poitou resta protestante au xviie siècle, mais, parmi la noblesse, les chiffres s’élèvent à près de cinquante pour cent et, dans le diocèse de La Rochelle, à plus de soixante-dix pour cent. Les prêtres locaux envoient de nouvelles plaintes aux évêques de Luçon concernant les infractions à l’Edit. La plupart accusent certains seigneurs récalcitrants de faire tenir le culte protestant illégalement. Il restait environ vingt temples protestants légaux dans le seul diocèse de Luçon.

  • 21 Dans le système féodal, les roturiers pouvaient tenir fiefs. Au xvie siècle, bien des seigneurs de (...)
  • 22 C’est du moins l’opinion de ceux qui, tel du Tressay au xixe siècle, considèrent le protestantisme (...)

44Vu le rôle important joué ici dans la diffusion du protestantisme, par les détenteurs de fiefs, nobles ou roturiers21, il s’agit de savoir dans quel esprit la masse de la population (paysans et artisans) a participé à cette rébellion politique et religieuse contre l’Église et la Monarchie. Les paysans n’ont-ils été vraiment que des suiveurs menés par les élites, comme on dira d’eux au moment de la Contre-Révolution22 ? Si c’est le cas, il faut noter que cette fois les meneurs présumés sont des notables, propriétaires terriens, nobles ou bourgeois cultivés, révoltés contre l’Église, ce qui, de toute façon, renverse les données d’une continuité supposée entre les deux événements.

  • 23 Le Parc Soubise est maintenant le lieu de rencontre du Rallye-Chouan pour la chasse à courre au ch (...)

45Sans aucun doute la majorité des seigneurs propriétaires embrassa la nouvelle religion, comme ils le firent dans les diocèses de Luçon et La Rochelle et d’une grande partie du Poitou. Les plus importants étaient les seigneurs du Parc Soubise à Mouchamps23, Jean l’Archevesque, et sa mère, Michelle de Saubonne qui, exilée de la cour, introduisit le protestantisme aux environs de 1536 (Fillon et Rochebrune 1887 : 35-38). Mais la liste des protestants détenteurs de fiefs est longue, aussi bien nobles, comme Ladouespe, Bejarry, Marchegay, que roturiers, comme les Loyau, familles qui, encore aujourd’hui, détiennent une importante propriété terrienne.

  • 24 Pendant la Renaissance, Fontenay-le-Comte était un centre culturel très pénétré par l’évangélisme. (...)

46On peut se demander ce qui a poussé ces seigneurs à se faire protestants. Si certains pouvaient avoir d’ardentes convictions comme celles exprimées par le poète et soldat Agrippa d’Aubigné dans ses Tragiques, on pourrait aussi attribuer leur conversion à l’influence intellectuelle de la Renaissance et du mouvement évangélique qui rayonnait depuis Fontenay-le-Comte, alors brillant centre culturel24. L’existence d’une longue tradition régionale d’opposition au pouvoir ecclésiastique et de rébellion fiscale suggère des raisons plus séculières et pragmatiques.

47Dès la première guerre de religion (1560-63), les nobles protestants utilisent leurs privilèges pour refuser de contribuer à la dette nationale. Ils préconisent au contraire qu’elle soit payée pour un tiers par le tiers état et pour deux tiers par le clergé, « attendu que les prétendus biens de l’Église ne lui appartiennent pas », mais appartiennent « au commun du royaume et que les gens de l’Église n’en ont que l’usufruit ». Pour résoudre la crise financière, la noblesse du Poitou recommande donc de vendre pour 800 000 ou un million de livres en biens ecclésiastiques (Bonnemère 1886 : 67), suggestion qui, curieusement, anticipe les mesures prises par la Révolution de 1789. Pendant les États généraux tenus à Pontoise en 1561 sans le clergé (en session à Poissy avec le clergé protestant), la noblesse et le tiers état « n’étant plus entravés par la présence du troisième ordre, donnèrent ample carrière à leurs justes réclamations » (ibid. : 66) contre le clergé, poussant à sa réforme.

  • 25 Par exemple, les archives privées du Parc Soubise à Mouchamps révèlent de continuelles disputes et (...)
  • 26 Pendant presque toute la période médiévale, ce qui est maintenant la Vendée, en tant que partie du (...)

48Même avant la Réforme, il y avait des mouvements de rébellions anticléricales dans le bas Poitou. Dès le xve siècle, des révoltes éclatèrent contre le haut clergé, accusé de rapacité. Les menaces de Louis XII de fonder une Église gallicane indépendante de Rome trouvent un appui dans le bas Poitou où Jean Bouchet, Poitevin qui venait fréquemment à Fontenay-le-Comte, écrivit « La déploration de l’Église militante », pamphlet gallican (Fillon et Rochebrune 1887 : 5-6). Ce soutien au gallicanisme va de pair avec le refus répété de payer les dîmes prélevées par les abbayes locales sur les terres25 aussi bien que les impôts royaux, tels que la gabelle. La rébellion à cet égard englobait la population générale. Depuis l’intégration du Poitou au royaume de France au xiiie siècle26, le Bocage vendéen s’est toujours battu pour ne pas payer les impôts du roi. Au xive siècle, avec d’autres régions de l’Ouest, le futur Bocage chouan refuse de payer la gabelle imposée par Philippe le Bel et se bat avec tant de vigueur que le roi fait de la région rebelle une zone franche appelée « Marches communes de Bretagne et du Poitou », exemptée de gabelle. Au xvie siècle, lorsque Henri II veut rétablir l’impôt sur le sel, il doit lui aussi capituler devant l’opposition du Bocage (Isidore-Massé 1829 ; Mollat 1968). L’ironie est que les Chouans, par leur sobriquet, se rattachent aux faux-sauniers qui, tel Jean Chouan, bûcheron-sabotier, imitaient le cri du chat-huant pour prévenir les contrebandiers de l’approche des gabelous*.

  • 27 Le même phénomène se produisit dans d’autres parties de l’Ouest. En 1548, une rébellion éclata con (...)

49Dans son Histoire des paysans, Bonnemère (1856) souligne que sous l’Ancien Régime, bien avant la Révolution, les paysans de l’Ouest se sont battus aux côtés des nobles contre les autorités. Des nobles appauvris du Poitou, du Maine et de l’Anjou, organisés en bandes, sillonnaient la campagne pour piller les voyageurs. François Ier, par exemple, dut envoyer des conseillers faire face au problème. Douze nobles y eurent la tête tranchée, leurs biens confisqués et leurs châteaux détruits27.

50Il est clair en tout cas qu’à part le protestantisme des manoirs nobles ou roturiers, la majorité de la population a accepté, sans résistance populaire, la nouvelle religion. La règle « cujus regio, ejus religio » semble avoir prévalu. « Chaque pays, chaque coutume », comme le disent encore les Bocains. Dans une lettre adressée au cardinal de Lorraine le 3 novembre 1560 pour lui expliquer l’absence de certains curés à une cérémonie à laquelle ils étaient conviés, l’évêque de Luçon, René de Daillon révèle une participation générale de la population :

« Les habitants de Pouzauges et de Mouilleron (souligné par moi) continuans (sic) leur mauvaise vie et faisans de mal en pis... j’ay sceu par leurs voysins curés et vicaires que les habitants des lieux les avaient gardez d’y venir et de telle facon intimidez qu’ils n’ausaient partir de leurs villes, et encore pour faire plus de démonstration de leur mauvaise voulonté, ilz ont envoyé à M. le Président de Poictiers des articles pour estre leux aux Estats de Poictiers, si estranges que le dit président pour l’énormité d’iceux n’en a voulu permettre la lecture » (Fonds FR 15871 : 87. Arch. hist. du Poitou, tome xxvii : 36, cité par Blandin 1961).

  • 28 L’industrie textile s’est développée dans la région au xve siècle sous l’influence des tisserands (...)
  • 29 L’importance de Fontenay-le-Comte comme centre culturel est liée très nettement au succès de l’ind (...)

51Une des raisons de cette alliance entre seigneurs et habitants des lieux provient, dans une certaine mesure, de la création récente de la métairie qui, en remodelant le paysage, a enfanté le bocage et, par la même occasion, ébranlé, puis détruit l’organisation de la communauté rurale médiévale (cf. le chapitre 3). Mais une seconde route importante par laquelle la Réforme s’est répandue est l’industrie et le commerce textiles qui occupaient une grande partie de la population des villes, bourgs et hameaux des cantons actuels de Pouzauges, La Châtaigneraie, Chantonnay et des Herbiers, stimulant la production de lin, de laine et d’un peu de chanvre dans tout le Bocage. A cette production locale s’ajoutait la laine espagnole28. La plupart du drap qui y était tissé aboutissait dans les entrepôts des marchands de Fontenay-le-Comte29, tel que Rodolphe Landvot (ou Landvogt), originaire de Mayence, qui domina le commerce des étoffes manufacturées à Fontenay et dans le Bocage jusqu’en 1534 où il disparaît soudain au début des persécutions contre les protestants (Fillon et Roche-brune 1887 : 21). Ces marchands possédaient des comptoirs à La Rochelle, entrepôt et centre d’exportation principal vers l’Amérique pour l’industrie textile du Bocage. Ce port devint en même temps un terrain d’élection pour la Réforme dont l’influence rayonnait à travers les routes régulières du commerce entre la côte et l’intérieur. On peut imaginer les pressions que ces marchands pouvaient exercer sur les cardeurs et tisserands qui travaillaient pour eux, sans parler du rapport étroit entre paysans et artisans comme nous le verrons plus loin (chap. 2).

  • 30 On peut en dire autant de Mouilleron-en-Pareds où, d’après Fillon et Roche-brune, les gens se fire (...)
  • 31 A la fin du xixe siècle, Fillon et Rochebrune remarquaient que le calvinisme des seigneurs, « basé (...)

52Dans les paroisses protestantes les plus importantes - Mou-champs, Saint-Prouant, Mouilleron-en-Pareds, Pouzauges, La Châtaigneraie, Breuil-Barret -, une grande proportion de la population travaillait pour l’industrie textile en tant que producteurs de lin et de laine, cardeurs ou tisserands. Dans bien des cas, comme à Mouchamps, il est difficile de dire qui des puissants seigneurs protestants du Parc Soubise ou des marchands de drap avait le plus d’influence30. C’est seulement vers la fin du xviie siècle que l’effet de la Contre-Réforme se fit sentir et que la communauté protestante se rétrécit. La Révocation de l’Édit de Nantes en 1685 lui porta un coup fatal. Après cette date, le bas Poitou ne contenait plus qu’environ 8 à 10 000 calvinistes affiliés à quinze temples. Les autres émigrèrent en Angleterre, en Allemagne et aux Pays-Bas. Parmi les nobles, beaucoup se convertirent, laissant seulement une petite minorité protestante31. Parmi le peuple, elle fut plus importante, surtout dans le triangle Pouzauges/Mouchamps/Mouilleron, c’est-à-dire au cœur de la région étudiée.

53Ces faits, on le voit, démentent l’image d’une éternelle Vendée peuplée de catholiques dévots, toujours prêts à se battre pour l’Église et la Monarchie. Pourtant les Bocains eux-mêmes partagent cette image, lorsqu’ils opposent Chouans catholiques, auxquels ils s’identifient, aux Bleus protestants, supposant que ces derniers ont toujours été une minorité et donc, selon leur expression, « à part », c’est-à-dire différents, avec toutes les valeurs négatives que cela comporte dans la culture bocaine, comme nous le verrons plus loin. Mais alors, comment expliquer que nos Vendéens aient changé si vite de camp pour se battre un siècle plus tard en faveur de l’Église ? Les protestants de 1793 se sont-ils automatiquement rangés auprès des « Bleus », comme les deux groupes religieux le croient ? La Contre-Révolution serait-elle en fait une seconde guerre de religion ? Ni les archives historiques ni les données ethnographiques ne permettent de répondre affirmativement.

54Le pasteur Romane-Musculus qui étudia le sort des protestants de la région sous la Révolution, tout en supposant qu’ils devaient en général soutenir la République, concède :

Il est possible qu’une partie du menu peuple protestant rural, tout au moins au début, n’avait pas été nettement républicain, tandis que la bourgeoisie protestante libérale, plus théiste que chrétienne, fut quelquefois assez pressée, comme la bourgeoisie catholique, d’exercer les fonctions en vue enlevées à la noblesse (1954 : 231).

  • 32 L’administrateur et commissaire des Herbiers, Martineau, rapporte qu’une douzaine de ses gardes na (...)

55Romane-Musculus suggère aussi qu’un certain nombre d’entre eux durent fuir les « colères locales » dirigées contre eux en tant qu’acquéreurs de biens d’Église ou d’émigrés, généralement achetés à bas prix, mais on peut en dire autant des non-protestants, comme Maignen ou l’abbé Dillon, dont nous verrons un peu plus tard le rôle pendant les élections. Les documents montrent aussi que pendant les guerres de Vendée, les protestants ont souffert autant que les catholiques, soit comme victimes des colonnes infernales, soit comme membres de la Garde nationale32. La religion n’est donc pas un critère de participation à l’action militaire pour ou contre la Révolution. On trouve des protestants des deux côtés. Plusieurs furent exécutés par les républicains comme « ennemis du peuple » (c’est-à-dire comme Chouans ou Blancs). Ainsi, le maire de Saint-Hilaire-de-Vouhuis, Jean-Louis Coursin, protestant accusé de fournir des armes aux « brigands » et son frère, Louis, notable de Saint-Germain-le-Prinçay, furent tous deux guillotinés à La Rochelle, le 26 octobre 1793. Jacques Auguste de La Douespe, sieur de La Briffardière (au Boupère), parent de Jacques Louis Etienne Deladouespe, commissaire du Directoire à Mouchamps, a vu son château (Le Plessis-l’Amiral à Sainte-Gemme-des-Bruyères) incendié par les Bleus. Il réussit à s’enfuir, mais repris, fut exécuté à Fontenay-le-Comte le 1er décembre 1793. Ainsi périt aussi Daniel François de La Douespe, sieur du Fougerais, marié à Julie Nairac, riche protestant de Bordeaux qui était revenu millionnaire des Caraïbes. Plutôt libéral, il prête d’abord son château de l’Oie à la « société itinérante des amis de la Constitution » pour sa première session, le 19 février 1791. Deux années plus tard, en mars 1793, il le prête aux troupes royalistes et les suit dans la fameuse « virée de Galerne », au nord de la Loire. Fait prisonnier avec les « Blancs » le 2 janvier 1794, il est exécuté à Angers le 6 juin (1953 : 236).

56Un fait plus étonnant encore est que presque tous les chefs militaires de la Contre-Révolution descendent de protestants : Royraud, Bonchamp, Sapinaud, Suzannet, Chantreau, Bejarry, La Rochejaquelein, Tinguy, Marcounay, Lepinay, des Nouhes, etc. Leurs grands-parents ou arrière-grands-parents furent, soit des nobles ou bourgeois convertis au catholicisme au moment de la Révocation, soit de ces « religionnaires endurcis » dénoncés à l’évêque de Luçon ou à l’intendant de Poitiers (ibid.).

57Le cas de Daniel de La Douespe, mentionné plus haut, qui flirta avec la Révolution avant de transformer son manoir en repaire de rebelles, pose une autre question. Loin d’être exceptionnel, ce renversement d’attitude par rapport à la Contre-Révolution semble avoir été général. Dans un premier temps, les seigneurs, protestants ou catholiques, achetèrent des biens ecclésiastiques mis en vente et cherchèrent à se faire élire à l’Assemblée nationale comme le firent par exemple un Gabriel de Baudry d’Asson ou Brachain dans la région de La Châtaigneraie. Ce dernier, après avoir été général de la Garde nationale en septembre 1789, rejoint la rébellion, dirige même l’insurrection de Bressuire en 1792, l’année suivante devient chef de l’armée de Royrand et meurt à Luçon sur le champ de bataille (Baguenier des Ormeaux 1892). Ce point renforce l’argument de Bois selon lequel la noblesse et les prêtres ont été plus suiveurs que meneurs des soulèvements. On peut le vérifier dans notre microrégion. Comme dans d’autres parties de l’Ouest, la rébellion est partie d’une base populaire avant de gagner l’aristocratie et les prêtres. Les causes de ces rébellions n’avaient rien d’idéologique. Comme ailleurs, elles surgirent du problème des subsistances, en particulier de la rareté et la cherté des céréales.

58Les premiers soulèvements commencèrent pendant l’hiver 1789-90, à Mouilleron-en-Pareds, Cheffois, Bressuire, Mouchamps - au cœur de mon terrain - en protestation contre les décrets ordonnant la libre circulation des grains. Les révoltes les plus importantes furent dans le bourg et les hameaux de la commune de Mouilleron. Les gens prirent d’assaut les greniers et distribuèrent les grains. Des pamphlets circulèrent accusant l’Assemblée nationale d’affamer le peuple et proposant d’établir un impôt sur le blé, la création de greniers publics et la nomination de contrôleurs assurant une juste répartition dans chaque paroisse. La femme du Dr Gallot, député du Poitou à l’Assemblée nationale, vint en personne à Mouilleron pour essayer de calmer les rebelles ; mais ses efforts furent arrêtés par le curé Guilloteau qui était aussi le maire. Poursuivi comme un des chefs de la rébellion, il fut condamné in absentia en juillet 1790 au bannissement pour trois ans (Chassin 1973, GI : 99-100). Cela n’empêcha pas les habitants de continuer la rébellion ouverte et d’occuper la mairie jusqu’à ce que le général Lecomte la reprenne le 15 septembre 1793. Après ces premières révoltes, de nouveaux troubles éclatèrent dans les années suivantes au point que, par exemple, il fut impossible de tenir l’assemblée primaire concernant le vote de la constitution de 1793 (Chassin 1973, V, 2 : 515).

59L’événement traumatique qui déclencha la répression de la Vendée et fit d’elle un bouc émissaire, fut la défaite cinglante du général républicain Marcé au croisement de l’Oie le 19 mars 1793, près de Saint-Vincent-Sterlanges, dans le canton de Chantonnay. Les rebelles, embusqués sur les collines, usant d’une tactique classique de guérilla, tombèrent sur les troupes républicaines, dont peu réussirent à s’échapper. La plupart des autres communes du canton de Chantonnay (comme Saint-Prouant, Puy-béliard, Rochetrojoux) étaient également soulevées. Entre Saint-Prouant et Le Boupère, la forêt de La Pelissonnière où l’équipage actuel, appelé très à propos Rallye-Chouan, chasse le chevreuil à courre (cf. chap. 7) servait de repaire aux rebelles. Il en était de même des autres forêts de la région où les paysans et ouvriers chassent maintenant à courre avec les anciens seigneurs : celles du Parc Soubise, à Mouchamps, et de Mervent, près de Vouvant. Le 23 juin 1793 par exemple, Sandoz, commandant en chef à Luçon, annonça que, la nuit précédente, un de ses détachements avait tué quelques « brigands » et enlevé des chevaux de Saint-Prouant et que le boulanger, leur chef, fut exécuté à Fontenay-le-Comte (Brochet 1899).

60Dans le canton de La Châtaigneraie, les troupes républicaines stationnées au chef-lieu ont eu bien du mal à déloger les insurgés qui occupaient Cheffois, dans les environs. L’adjudant général Chalbos, à la tête de l’armée de La Châtaigneraie rapporte au général d’Ayat :

Vous avez vu par mes dernières dépêches que je me disposais à attaquer les ennemis, retranchés au Rocher de Cheffois... Il...a été décidé que les ennemis seraient chassés de Cheffois aujourd’hui. J’ai donné le signal d’attaque. Les brigands ont résisté quelque temps, mais ils ont bientôt suivi à toutes jambes le gros de leur troupe qui avait pris la fuite à notre apparition (Chassin 1973, V, 1 : 187).

61Ce jour-là Chalbos se vante d’avoir « balayé Cheffois et ses environs », « tué 12 à 15 de ces coquins » et « envoyé à la prison 9 hommes, 3 femmes et 2 enfants ». Pourtant, le 12 avril, il écrit de nouveau au général d’Ayat :

J’ai encore une fois nettoyé Cheffois et ses environs. Nous avons pris des chevaux, un porte-manteau plein d’argenterie, 20 hommes dont les trois quarts sur le champ de bataille et une femme ; ils sont tous dans les prisons (ibid. : 188).

62Hentz et Francastel, responsables des massacres de Nantes, écrivirent aux administrateurs du département que la ville de Mouchamps, cet ancien foyer de zélés protestants, a été reprise par les royalistes pendant la marche des « colonnes infernales de Turreau » le 1er mars 1794 (1973, V, 4 : 332-33).

  • 33 A propos du serment, Billaud (1960) donne les statistiques suivantes :
    (...)

63Les statistiques des prises de serment montrent une énorme majorité de prêtres réfractaires dans les cantons de Chantonnay (82 %) et des Herbiers (85 %) ; un pourcentage un peu moins important dans celui de La Châtaigneraie (65 %) ; et seulement 54 % à Pouzauges, à cause de la présence inhabituelle de plusieurs prêtres « progressistes », tels que l’abbé Dillon qui sera élu à l’Assemblée nationale et jouera un rôle politique (Billaud 1960 ; Tackett 1982 : 360)33. Certains prêtres réfractaires s’enfuirent en Espagne, comme les curés de Saint-Sulpice-en-Pareds et du Talluds - (Sainte-Gemme) qui avaient été arrêtés (Brochet 1909 : 61 & 125). D’autres restèrent cachés par leurs paroissiens et continuaient de dire la messe et de donner les sacrements en secret, comme le curé Fumolleau de Chavagnes-les-Redoux qui devint ainsi une sorte de centre « réfractaire » de la région.

  • 34 Par exemple, Loyau de Monsireigne acheta une métairie appartenant à l’abbaye de Trizay aux Redoux (...)
  • 35 On donnait le nom de « colonnes infernales » aux troupes républicaines envoyées par l’Assemblée na (...)

64Comme dans d’autres régions de la Vendée militaire, la vente des biens du clergé et des émigrés a profité aux notables, non aux paysans. Certains de ces acheteurs étaient du côté des « Bleus », comme Maignen du Talluds-Sainte-Gemme, député montagnard, qui vota la mort du roi, ou l’abbé Dillon, de Pouzauges, qui passait pour révolutionnaire. Mais d’autres, comme Loyau de Monsireigne ou Majou du manoir des Touches34, sympathisèrent avec les « Blancs » et participèrent même activement à l’insurrection (Aubin, Bossis et al. 1982 : 250). Finalement toute la région succomba aux fameuses « colonnes infernales »35. Des documents officiels suivent leurs méandres dans la région :

Le 15 (septembre), Beffroy ayant rallié sa petite armée à Saint-Hermand, dirigeait lui-même sa colonne de gauche sur Chantonnay qu’il reprenait le lendemain matin, après avoir fait brûler le village et le château de Sigournais. Sa colonne du centre, sous Bard, occupait Bazoges ; celle de droite, sous Lecomte, prenait Mouilleron (Chassin 1973, V, 3 : 79).

65Les troupes incendièrent La Meilleraie, Pouzauges, Le Bou-père, des fermes isolées à Rochetrojoux, Sainte-Gemme-des-Bruyères. A Bourneau, un détachement de troupes républicaines, stationnées depuis avril 1793 jusqu’à ce que les Vendéens reprennent Fontenay-le-Comte, brûlèrent les landes à genêts et les haies et exécutèrent un grand nombre de gens. Les quelques noms des victimes dont on a conservé la trace indiquent qu’il s’agissait de gens du peuple. Louis Charron, l’aubergiste de Cezais dont l’établissement avait été réquisitionné par la Garde républicaine en 1792, est décapité à Fontenay en mai 1794. Quand les colonnes infernales, conduites par le général Dufour, mirent le feu au château de la Motte, les villageois qui l’avaient défendu furent exécutés (Brochet 1909). A Bazoges et à Thouarsais-Bouildroux, un des centres les plus riches de la région, l’armée républicaine pille, incendie et massacre la population. Parmi les victimes, on trouve les noms de Jacques Chevallereau, chiffonnier à Thouarsais, décapité à Fontenay ; Mathurin David, 25 ans, porte-drapeau, probablement exécuté pour avoir arboré le drapeau blanc, emblème des royalistes, chef d’accusion décrété suffisant par la Convention pour justifier une condamnation à mort ; Jean Roy (56 ans) et Jean Grolleau (ibid.).

66Après le passage incendiaire des colonnes infernales à travers la Vendée, un rapport des ingénieurs de la commission de l’Agriculture en 1795, donne cette description sinistre du pays :

« Tout le pays de Chantonnay et de La Châtaigneraie ne présente que des ruines. Les agents y ont fait quatre lieues sans rencontrer une âme vivante et quand ils ont commencé à voir dans les campagnes quelques habitants épars, ils les ont vus fuir avec tous les signes de l’effroi. Depuis Machecoul jusqu’à Nantes, il n’y a qu’un seul hameau qui ait échappé aux flammes » (Archives nationales, F10, 232 (8), cité par Dehergne 1963 : 123).

  • 36 Jacques Etienne Louis Deladouespe, gentilhomme campagnard de La Bobinière à Mouchamps, resta un ar (...)

67Peut-être l’indication la plus claire de la participation populaire aux insurrections provient des lettres de Jacques Etienne Louis Deladouespe36, républicain et commissaire du canton de Mouchamps sous le Directoire. En 1798, dans une lettre à son beau-frère Loyau à qui il relate la manière relativement calme avec laquelle se passent le désarmement et la pacification de la région, il fait une remarque assez révélatrice :

Ceux qui apportent leurs armes n’ont pas l’air fort contents. Ils jurent contre les chefs qui, disent-ils, les leur ont mis à la main pour ensuite les abandonner en faisant leurs propres affaires (An VIII, Deladouespe 1904 : 157).

68Quelques jours plus tard, il ajoute que la quantité d’armes doit avoir été énorme, à en juger par celles qui sont livrées : « de 60 à 80 fusils par commune, et presque tous de munition et de fabrication anglaise. Plusieurs métayers en ont rendu jusqu’à quatre ou cinq, au reste, tout paraît tranquille dans l’intérieur » (16 germinal an VIII, 1904 : 160). Les gens n’en continuent pas moins de refuser de payer les impôts :

On disait ici, il y a quatre jours, que deux volontaires envoyés pour cet objet (pour percevoir les contributions arriérées) dans une métairie de la Verie y avaient été massacrés ; mais on m’a dit depuis qu’on n’aurait trouvé aucune trace positive de leur mort, mais qu’ils auraient disparu on ne sait de quelle manière (Le 4 germinal, an VIII, 1904 : 149).

69La résistance fiscale semble avoir réussi. Quelques mois plus tard, Deladouespe note que « le peuple s’obstine à ne pas payer l’arriéré des contributions », refusant de payer ceux de l’an VII et VIII, « mais paraît de bonne volonté à s’acquitter des contributions de l’an IX ». Puis la rumeur court que les premières sont remises (Frimaire an IX, 1904 : 178).

70De nouveaux troubles éclatèrent ici et là pendant les deuxième et troisième guerres de Vendée, en 1815, lorsque des bandes de paysans occupèrent Pouzauges et Chantonnay, enfin vers 1830, les rébellions organisées par les légitimistes contre Louis-Philippe (Aubin, Bossis et al. 1982 : 293 ; 304-305), mais rien de comparable à l’insurrection massivement populaire de la « Grande Guerre ».

71De protestant à Chouan : tel est l’étonnant renversement qui marqua l’histoire du Bocage. Le plus révélateur et le plus troublant dans ce phénomène est peut-être qu’il ne soit pas facilement reconnu ou même envisagé, ni par les historiens de la Révolution et de la Vendée ni par la population actuelle. Confrontés à cet épisode de leur histoire, la plupart de mes informateurs nièrent que leurs ancêtres pussent avoir jamais été protestants pendant les guerres de religion, ou que la majorité de la population ait pu être sous leur contrôle à quelque moment de l’histoire. Si cela s’est passé, m’a-t-on répondu, ce devait être plus au nord, au sud ou à l’ouest, mais non « de par chez nous ». D’une certaine façon, ils n’ont pas tort. Comparé au reste de la France, il n’y a pas eu ici de « guerre de religion » à proprement parler, au moins au xvie siècle, mais c’est parce que dans la plupart des paroisses, la population semble avoir très vite atteint un consensus, sans résistance ou même avec zèle, pour se défaire de leurs prêtres, se passer de messe et d’églises pendant plusieurs décennies, parfois même presque un siècle, avec en général l’approbation tacite, sinon l’encouragement des notables. Reste encore à savoir comment la population a pu changer si rapidement, en à peine trois générations.

  • 37 Cf. supra pp. 26-28 et Tackett 1982 : 263-79, 297.

72Une explication assez simple et souvent invoquée est que la Contre-Réforme lancée par Richelieu, évêque de Luçon, et appuyée par les missions des Mulotiers et du père Montfort, a été plus forte dans cette région qu’ailleurs et qu’ainsi la population y devint plus fervente pour le catholicisme. On a déjà vu Tackett (1982) caresser un moment l’idée d’une influence cléricale plus grande après la Révocation, avant de reconnaître qu’il n’y a eu aucun lien direct entre le protestantisme, l’influence des missions catholiques et la Contre-Révolution37. Dans son étude du diocèse de La Rochelle au xviie et au xviiie siècle, Pérouas atteint les mêmes conclusions en s’appuyant sur des données plus locales. D’après cet auteur, le prêche du père de Montfort et la diffusion des missions catholiques n’ont pas affecté profondément le Bocage. En fait, dans certaines régions, comme dans le pays de Pareds (qui, en gros, recouvre nos quatre cantons), la vie religieuse continuait d’être irrégulière, à cause de l’état déplorable des routes et des églises et le manque d’éducation des prêtres locaux. La population semblait s’intéresser davantage aux croyances magiques et aux pratiques rituelles qu’aux articles de foi (Pérouas 1964 : 168-201).

  • 38 Le livre de Favret-Saada (1977) confirme la pérennité de l’intérêt pour la magie et la sorcellerie (...)

73L’ethnographie contemporaine du Bocage révèle une attitude également ambiguë à l’égard de la religion. Pendant ces années de terrain parmi les Bocains, je n’ai jamais rencontré de grande ferveur religieuse, sauf parmi certains notables. Dans les conversations privées, même au moment des fêtes liturgiques, de la mort ou de la naissance, on ne trouve guère de préoccupation pour l’au-delà, de temps réservé à la méditation, à la prière, ou à une réflexion sur les articles de la foi. Le surnaturel, lorsqu’on en parle, est interprété plus volontiers en termes de magie ou de sorcellerie qu’en termes de symbolisme catholique38. Peu de gens ont une idée claire des différences entre le dogme catholique et protestant. Les seules à être avancées, surtout côté catholique, s’expriment en termes de conduites, de succès matériel et de « traits de caractère », frisant la caricature.

74Tout cela n’empêche pas les Bocains d’invoquer la « ferveur religieuse », en réponse à ce point épineux de leur histoire : « C’est justement parce qu’on a dû être opprimé par les protestants dans le passé que la deuxième fois, on s’est battu pour défendre nos églises. » Comme nous l’avons vu, les données historiques contredisent cette thèse. Notons que, même si c’était le cas, le mystère du retournement d’attitude religieuse et politique entre les deux époques n’en serait pas moins grand, puisque les Chouans se battirent avec les nobles et l’armée royale catholique, alors qu’au xvie siècle, leurs ancêtres se soumirent au protestantisme des élites nobles ou bourgeoises en révolte contre la Monarchie et l’Église. L’enquête ethnographique ne révèle du reste aucune tradition orale d’oppression des catholiques par les protestants. Par contre, les persécutions des protestants au xviie siècle, pendant la Contre-Réforme, restent vivaces dans la mémoire collective sous forme d’anecdotes et de souvenirs, comme l’épisode des « Chauffeurs » brûlant les pieds des non-convertis, ou l’évocation des lieux qu’on appelait « le désert » où ils continuaient de pratiquer en secret leur culte. C’est alors que la Monarchie et l’Église, dans un effort conjoint, interdirent les mariages mixtes et prescrivirent des cimetières séparés pour les protestants, imposant ainsi une forme de ségrégation religieuse parmi les vivants et les morts, et semant par là même les germes de discordes et de préjugés entre protestants et catholiques.

75Il est donc clair que s’il existe une continuité entre le présent et le passé, elle ne se traduit pas en termes de fidélité à la Monarchie et à l’Église, comme le mythe, des deux côtés, le prétend. La relation entre culture et histoire, passé événementiel et identité de la Vendée actuelle, doit se poser en termes de revirements et de ruptures, non de continuité irréversible. Les transformations contemporaines ne se mesurent pas à l’aune d’un seul « avant la révolution verte », dans sa continuité avec un Ancien Régime homogène, mais à une série d’événements traumatiques dont nous verrons bientôt le premier dans la création même du Bocage. Le chapitre suivant éclairera ces revirements politiques et religieux à la lumière de témoignages oraux et de documents historiques. Nous y explorerons les fondements et la genèse de l’ancienne « communauté » bocaine et les trouverons dans la création humaine du paysage physique et social du Bocage au xvie siècle, juste au moment où la Réforme s’étend dans la région. En déchiffrant les codes de conduite et les systèmes de valeur à l’œuvre dans la vie quotidienne et en cherchant comment ils se sont formés, on pourra saisir les liens complexes qui les rattachent aux conditions économiques, sociales et politiques auxquelles les Bocains ont dû faire face pendant des siècles. Cela nous aidera à élucider ensuite les transformations plus récentes des dernières décennies. Le reste du livre montrera comment les Bocains d’aujourd’hui vivent ce mythe de la Vendée, non pas à travers un attachement morbide au passé, qui ne semble guère les préoccuper, mais par la création dynamique d’une nouvelle culture rurale originale, dans le sillage du boom économique de la révolution verte et l’industrialisation d’après-guerre.

Notes

1 La Vendée est, par sa taille, le 22e département français et le 46e pour sa population. Bien que celle-ci soit par sa densité, bien en dessous de la moyenne nationale (67 au km2 contre 95), c’est une des plus denses parmi les régions rurales. Le taux d’urbanisation y est bien inférieur à la moyenne nationale. En 1975, quand je commençais mes recherches, seulement 45 % de sa population vivait dans des centres urbains, contre 73 % pour le reste de la France (Chauvet & Renard 1978 : 12).

2 Sous l’Ancien Régime, dans un but militaire, la province du Poitou était divisée en deux parties : le haut Poitou, avec Poitiers pour capitale, et le bas Poitou (capitale : Fontenay-le-Comte). Les frontières entre les deux furent fixées en 1670 (Archives départementales, inventaire 1898). Pour plus ample information sur la création du département de la Vendée, cf. Faucheux 1951-53.

3 De telles rébellions éclatèrent par exemple de façon sporadique dans le Nord, l’Alsace, la Corrèze, la Bourgogne, le Vivarais et les Cévennes, la région de Toulouse et des villes telles que Grenoble, Bordeaux, Angoulême... (Tackett 1982 ; Martin 1987 : 45-49).

4 L’armée vendéenne catholique, accompagnée de femmes et enfants, traversa la Loire pour s’aventurer au nord jusqu’à Pontorson et Granville, à l’ouest, et Angers, La Flèche et Le Mans, à l’est. On estime qu’environ 80 000 personnes participèrent à cette équipée, appelée « virée de Galerne » (Aubin, Bossis et al. 1982 : 271-272).

5 Voici la définition du mot Chouan dans le dictionnaire Littré : « nom que l’on donne, pendant la Révolution et après 1830, à des bandes qui, dans l’ouest de la France, faisaient la guerre de partisans contre la Révolution de 1793 et années suivantes, et plus tard en 1832. »

6 Notons que ces clichés sont aussi insultants pour les Français qui votent à droite que pour les autres. Est-ce que cela ne sous-entend pas qu’inversement les Français qui votent à gauche ont nécessairement des familles désunies, avec peu d’enfants et beaucoup de divorces ?

7 Par exemple, Tilly (1964 : 7) cite cette remarque caractéristique d’un membre de la Convention, Lequinio, énumérant les causes de la guerre : « 1) l’ignorance, le fanatisme et l’asservissement du peuple des campagne ; 2) l’orgueil, la richesse et la perfidie des ci-devant nobles. 3) la scélératesse et l’hypocrisie des prêtres ; 4) la faiblesse des administrations, l’intérêt particulier des administrateurs et leurs coupables arrangements pour leurs parents, leurs fermiers ou leurs amis » (An III : 10-11).

8 La superficie moyenne des fermes dans l’ancien Ouest insurgé était de 8,65 hectares en 1892 ; 9,3 dans la Sarthe ; 10,52 dans le Maine-et-Loire et 12,59 en Vendée même. La Mayenne battait le record avec 13,39 hectares.

9 Tilly constate à peu près la même chose dans les Mauges angevines (1964 : 55, 76-77).

10 D’autres historiens, tels Sutherland (1982), Sutherland & Le Goff (1984) et Tackett (1982) soulignent eux aussi que les prêtres suivaient en général l’opinion de leurs paroissiens plutôt que l’inverse.

11 Le Goff & Sutherland arrivent à des conclusions semblables : « Le paysan s’est battu parce que les changements ont aggravé sa situation en tant que paroissien, citoyen et contribuable » (1984 : 125, ma traduction), et plus loin : « Le dommage matériel causé par la Révolution dépassait tellement ses bénéfices que de défendre le prêtre local contre les autorités révolutionnaires devint un moyen de manifester son mécontentement » (ibid.).

12 S’appuyant sur la Statistique de la France (1878 : 76-79) et une carte de la distribution de la population dispersée donnée par E. Le Roy Ladurie & A. Zysberg (1983 : 1321), Tackett trouve un coefficient de 0.233 corrélation entre la proportion de prêtres assermentés et la dispersion de la population en France et de 0.100, en excluant les départements bretons (1982 : 196n).

13 Ce type de cahiers reflète très bien l’opinion des élites urbaines qui les avaient rédigés, à la différence des cahiers préliminaires rédigés dans les paroisses, au niveau local.

14 Dès 1963, Dehergne en faisait aussi état.

15 Techniquement, si l’on s’en tient à la définition du génocide donnée à l’article 2 de la convention de 1948 concernant les « crimes contre l’humanité », Martin a raison. Cette définition s’applique seulement aux groupes nationaux, ethniques, raciaux et religieux, non à ceux que relient une cause politique, ce qui exclurait la tentative d’extermination des Vendéens pendant la Terreur. Mais n’est-ce pas là pousser les distinctions un peu loin ?

16 Sur cette question, il faut voir évidemment Furet 1978.

17 Un décret du 4 avril 1794 ordonne la destruction de tous les moulins à vent (qui perchés sur des collines, servaient aux rebelles de signaux codés, transmis par rallye de bout en bout du territoire insurgé). Les députés Hertz, Francastel et Prieur signèrent le texte suivant (Chassin 1973, tome IV : 328) : « Considérant que, dans le même moment où le Salut Public exige la destruction de tous les moulins de la Vendée, il est nécessaire de redoubler de surveillance pour mettre en activité tous les moulins à vent et à eau dans les districts voisins de la Vendée... Tous les propriétaires ou fermiers des terrains à 50 toises à droite et à gauche des routes de Nantes à Angers, Nantes à Vannes, Nantes à Rennes, Rennes à Laval, seront tenus de faire abattre sur-le-champ, genêts et taillis de quelque âge qu’ils soient, à la distance de 50 toises et de faire, également à la même distance, aplanir tous les talus et revers de fossés qui peuvent faciliter l’embuscade des brigands et gêner les mouvements de la cavalerie. »

18 Comme le dit un des rédacteurs du Journal de la Montagne : « Nous n’avons à faire maintenant qu’à un seul genre d’ennemis, soit sur les frontières, soit dans la Vendée, à Lyon ou à Marseille ; c’est la guerre des Républicains contre ceux qui veulent la royauté » (28 août 1793), cité par J.-Cl. Martin (1986 : 190).

19 Je remercie à cet égard feu la comtesse de Chabot, MM. de Raignac et Gauducheau, et Mme van den Brock d’Obrenan qui m’ont communiqué des archives, des notes ou des récits sur l’histoire locale d’avant et après la Révolution.

20 Il faut noter ici que, le catholicisme étant resté la religion officielle dominante en France, domination établie au moyen de persécutions meurtrières des protestants, on tend souvent à oublier que le but principal de l’Édit n’était pas tant de faire un geste libéral de tolérance à l’égard de ces derniers, mais de regagner, pour les catholiques, une position qu’ils avaient perdue en maints endroits, surtout dans le Poitou, les Charentes (La Rochelle, en particulier, étant devenue refuge et place-forte des protestants) et une grande partie de la future région chouanne.

21 Dans le système féodal, les roturiers pouvaient tenir fiefs. Au xvie siècle, bien des seigneurs de la région n’étaient pas nobles. Ils pouvaient porter le nom d’« écuyer » ou de « Sieur » sans pour autant posséder de titres de noblesse.

22 C’est du moins l’opinion de ceux qui, tel du Tressay au xixe siècle, considèrent le protestantisme comme un « mal », ou qui voulaient à tout prix maintenair intacte la réputation de la Vendée comme parangon du catholicisme :
« Ce mal (le protestantisme) se répandit surtout dans les classes élevées de la société... Dans certaines régions, le peuple se fit protestant par imitation, par crainte ou par intérêt. Au fond, il resta généralement catholique ou indifférent... Dans les contrées plus tourmentées par l’hérésie, les traditions populaires prouvent le peu d’estime que la multitude professait pour la secte » (1869 : 101).
S’il y a en effet méfiance, voire hostilité entre protestants et catholiques depuis plusieurs siècles, au point de respecter un tabou complet de mariages mixtes jusqu’à une date assez récente (cf. chapitre suivant), cela ne prouve en rien qu’il en fût de même quand la majorité de la population était protestante. Il semble plus probable que cette situation se soit développée peu à peu, après la Révocation de l’Édit de Nantes, quand le catholicisme a été rétabli et que seule une minorité refusa de se convertir, surtout au xixe siècle sous la Restauration.

23 Le Parc Soubise est maintenant le lieu de rencontre du Rallye-Chouan pour la chasse à courre au chevreuil, comme nous le verrons plus en détail au chapitre 7.

24 Pendant la Renaissance, Fontenay-le-Comte était un centre culturel très pénétré par l’évangélisme. C’est là où Rabelais passa plusieurs années de sa jeunesse, entouré par des humanistes tels que le cordelier Pierre Lamy, ami et correspondant de Guillaume Budé et de Lefebvre d’Etaples, Seneschal Tiraqueau et des hommes de loi comme J. Boisson et Malet. Marguerite de Navarre, sœur de François Ier, elle-même fortement imprégnée d’évangélisme, touchait les bénéfices de la châtellenie de Fontenay et, en tant que telle, y envoyait ses agents qui devinrent vite protestants (Fillon & Rochebrune 1887 : 20-24).

25 Par exemple, les archives privées du Parc Soubise à Mouchamps révèlent de continuelles disputes et procès avec l’abbaye de La Grainetière, voisine du Parc, les seigneurs du lieu refusant de payer les dîmes aux moines et se disputant pour savoir qui devait toucher les rentes et droits féodaux sur certaines fermes.

26 Pendant presque toute la période médiévale, ce qui est maintenant la Vendée, en tant que partie du Poitou, se trouvait sous la domination des puissants comtes de Poitou, parmi lesquels les Plantagenêts. Ce n’est qu’au xiiie siècle que le roi de France essaie d’annexer le Poitou à la couronne. A partir de 1204, le roi était aussi comte de Poitou, mais son pouvoir était encore précaire, par suite de l’occupation anglaise (1360-1373), puis des rébellions féodales au cours du xve siècle (Aubin, Bossis et al. 1982 : 120-140).

27 Le même phénomène se produisit dans d’autres parties de l’Ouest. En 1548, une rébellion éclata contre les exactions des gabelous en Saintonge et Angoumois, ainsi que dans la région de Bordeaux. Des paysans, appelés « Piteaux » et « Guitres » prirent les armes et incendièrent la campagne (Bonnemère 1856 : 482). A la même époque, un gentilhomme mena une révolte paysanne en basse Bretagne. En Anjou, les paysans creusèrent des tranchées et élevèrent des forteresses autour des bourgs pour se protéger des exactions des agents royaux. Au xviie siècle, pendant la Fronde, certains gentilshommes appauvris menèrent les « jacqueries » paysannes contre les autorités (ibid. : 518).

28 L’industrie textile s’est développée dans la région au xve siècle sous l’influence des tisserands normands réfugiés aux environs de Mouilleron-en-Pareds, après la défaite d’Azincourt en 1416 (Aubin, Bossis et al. 1982 : 153, 159).

29 L’importance de Fontenay-le-Comte comme centre culturel est liée très nettement au succès de l’industrie et du commerce textiles. Leur déclin entraîna aussi celui de l’influence culturelle de la ville.

30 On peut en dire autant de Mouilleron-en-Pareds où, d’après Fillon et Roche-brune, les gens se firent protestants sous l’influence des prévôts Du Châtellier-Portault, dont l’un, le capitaine La Tour avait été le compagnon de Soubise en Italie et devint plus tard le confident de Coligny, tous deux puissants seigneurs protestants, tandis que l’aîné des deux frères épousa la fille du conseiller Antoine Fumée du Parc Soubise en 1560 (1887 : 38-41).

31 A la fin du xixe siècle, Fillon et Rochebrune remarquaient que le calvinisme des seigneurs, « basé sur l’intérêt de caste », disparut plus rapidement que celui des « bourgs manufacturiers » qui, d’après lui, persista plus longtemps « parce qu’il est entré dans le cœur de ses habitants mêlé à des instincts de liberté » (1887 : 42-43).

32 L’administrateur et commissaire des Herbiers, Martineau, rapporte qu’une douzaine de ses gardes nationaux, dont dix protestants, furent tués par cinq cents des hommes de Charette :
« Je vous apprendrai avec bien du chagrin que 500 de ses soldats en se retirant chez eux par Mouchamps, en ont égorgé la garde qui fit feu sur eux et qui a mieux aimé périr toute entière que de voir le sol de sa commune souillé par des brigands... Voilà encore dix à douze hommes qui sont morts à leur poste.. Ce sont, excepté deux, de malheureux protestants qui ont péri » (Chassin 1973, V, 3 : 385).

33 A propos du serment, Billaud (1960) donne les statistiques suivantes :
Image
et Tackett (1982 : 360), les prises de serments de mars 1791 et septembre 1792 :
Image

34 Par exemple, Loyau de Monsireigne acheta une métairie appartenant à l’abbaye de Trizay aux Redoux pour 42 000 F et Majou, du château des Touches, aussi des Redoux, acquit les terres et bâtiments des Farinières pour 25 000 F et la ferme du presbytère pour 9 100 F. Plus tard, Majou, accusé d’avoir aidé les « Blancs », fut fait prisonnier à Saint-Fulgent et passé au peloton d’exécution à Fontenay-le-Comte avec son jardinier. Ses biens furent confisqués par la République (notes d’archives communiquées par M. Gauducheau).

35 On donnait le nom de « colonnes infernales » aux troupes républicaines envoyées par l’Assemblée nationale pour détruire la Vendée.

36 Jacques Etienne Louis Deladouespe, gentilhomme campagnard de La Bobinière à Mouchamps, resta un ardent républicain pendant toute la crise. Il fut administrateur de la Vendée à Fontenay de 1792 à 1796, puis commissaire du canton de Mouchamps sous le Directoire. Entre temps, il transforma son nom de « de Ladouespe » en Deladouespe, mais appartenait en fait à la même famille protestante noble que ceux du même nom qui participèrent à la rébellion (Deladouespe 1904 ; Chassin 1973, « La Vendée patriote », IV : 40).

37 Cf. supra pp. 26-28 et Tackett 1982 : 263-79, 297.

38 Le livre de Favret-Saada (1977) confirme la pérennité de l’intérêt pour la magie et la sorcellerie dans le Bocage. Il serait pourtant tendancieux d’en conclure que ces croyances et ces pratiques occupent une place prépondérante dans la vie du Bocage par rapport aux grandes villes comme Paris, Londres ou New York, où se trouvent les plus grandes librairies et centres de magie, noire ou blanche.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search