Version classiqueVersion mobile

Descendants de Chouans

 | 
Bernadette Bucher

Au lecteur

Texte intégral

1En 1793, la République nouvellement établie donna l’ordre de brûler les forêts, taillis, haies vives et landes à genêts ; de détruire les moulins à vent, d’aplanir les talus et combler les fossés dans tout l’Ouest contre-révolutionnaire, qui, au nord et au sud de la Loire, devint ce qu’on appela la Vendée. Ces assauts contre le paysage du bocage constituaient une stratégie militaire pour débusquer et exterminer les paysans rebelles qui, pour des raisons encore débattues par les historiens d’aujourd’hui, livraient une longue et sanguinaire guérilla aux côtés de la noblesse et du clergé (les « Blancs ») contre l’armée républicaine (ou « Bleus »). Malgré le lourd tribut en vies humaines (y compris femmes et enfants) et le pillage et la destruction systématique de la campagne insurgée, les mesures incendiaires de la Convention n’ont guère changé le paysage du bocage avec sa mosaïque de prairies et de champs entourés de haies vives, ses landes à genêts, son labyrinthe de chemins creux cachés sous la voûte feuillue des arbres qui les bordent, son habitat dispersé de hameaux, fermes isolées, châteaux et bourgades commerçantes.

  • 1 La Chouannerie se distingue des insurrections vendéennes par deux critères : géographique d’abord, (...)
  • 2 Pour reprendre l’expression de Bourdieu (1979).

2C’est sur les hommes que les guerres de Vendée ont laissé leur empreinte la plus durable, en créant le mythe encore vivace de la Vendée « chouanne », malgré l’origine distincte de ces deux mouvements contre-révolutionnaires1. Tel le dieu Janus, le mythe du Vendéen, alias Chouan, a deux faces : l’une incarne le paysan retardé, incapable de penser par lui-même, berné par son seigneur et par son prêtre, et réfractaire aux lumières de la civilisation urbaine ; l’autre, héros fidèle, farouche et rusé, préférant la mort à la soumission et à la trahison, symbole d’une résistance inébranlable contre les empiétements d’un pouvoir tyrannique. Intimement lié à l’interprétation de la Révolution française, ce mythe vendéen se répercute au-delà des frontières régionales de l’Ouest rebelle, imprégnant la perception de la vie rurale moderne par la culture officielle, nationale et urbaine. Cette cristallisation autour du politique n’a cessé d’obscurcir la perception d’une culture -certains diraient civilisation, « habitus2 », ou mode d’existence -originale des peuples du Bocage. Celle-ci, loin d’être figée dans un passé éternel, doit se saisir dans le devenir, à travers des discontinuités et métamorphoses remarquables qu’il est temps de mettre au jour.

  • 3 Sur l’expression « révolution verte », voir Dagognet 1973.

3Près de deux siècles après les guerres de Vendée, il a fallu la révolution silencieuse des années soixante et soixante-dix, pour changer radicalement ce tableau du Bocage. Plus efficaces que les matières incendiaires du xviiie siècle, les bulldozers et tronçonneuses électriques, dans le cadre de la politique nationale du remembrement, remodelèrent le paysage : haies abattues, talus, fossés et chemins creux aplanis, pour regrouper les terres, faciliter la mécanisation de l’agriculture et l’expansion des zones urbaines et industrielles. L’ironie est que cette fois nos descendants de Vendéens rebelles virent, dans ces nouvelles attaques contre leur paysage ancestral, une chance longtemps attendue de se moderniser. Ils anticipèrent même ce changement. Tel le phénix légendaire attisant de ses ailes le bûcher sur lequel il s’immole avant de renaître de ses cendres, bien des cultivateurs ont pris l’initiative d’abattre les haies, symbole à leurs yeux d’un passé révolu. Le résultat fut une révolution verte3 assez spectaculaire, qui, en vingt ans, transforma une région dite « arriérée », avec une économie paysanne de quasi-subsistance, en une société diversifiée de fermiers mécanisés et d’ouvriers d’usine, renversant par là même la structure sociale et divisant l’ancienne communauté paysanne.

4Cette métamorphose aurait pu porter un coup mortel à ce qui passe pour l’identité de la Vendée bocaine, et l’engloutir dans le complexe urbain, national et international, à la grande joie des uns, et à l’indifférence ou la consternation nostalgique des autres. L’aspect le plus remarquable de ce renouveau est qu’il fit surgir toute une panoplie de pratiques culturelles hautes en couleur, inséparables du boom techno-économique moderne et solidement ancrées dans le tuf d’une longue histoire mouvementée. Les réseaux de sociabilité actuels s’étendent bien au-delà des limites étroites de la commune. Toute une économie non officielle y foisonne, à l’instar d’un ancien système d’échange généralisé, le coublage, accompagné de nouveaux codes de civilité, entre les membres des nouvelles catégories sociales. Enfin, de grands rites communautaires, riches d’invention, prolifèrent, attirant des foules, tous azimuts, avec un art médiatique consommé, tels les mariages en vidéo, les chasses à courre, le spectacle Son et Lumière du Puy-du-Fou ou le lancement du Fleury-Michon sur l’Atlantique.

  • 4 En ce sens, l’image du phénix est emblématique non pas seulement des métamorphoses d’un espace soc (...)

5Mon but n’est pas seulement de décrire ces métamorphoses, mais d’en saisir et expliquer la dynamique sous-jacente. Aussi ne faut-il point chercher ici une thèse centrale, visant à démontrer avec des preuves irréfutables les causes ultimes du « phénomène Vendée ». On y trouvera au contraire un entrelacs de thèmes unis dans une démarche non causaliste et polyphonique. Il serait également vain d’attendre une monographie sur une région, voire un village, puisque ce pays-ci n’en a pas et n’en a jamais eu, au sens où on l’entend ailleurs, tout du moins depuis la fin du Moyen Âge. Par contre, derrière les métamorphoses économiques, sociales et politiques de ce coin de monde, le lecteur y retrouvera sans peine un dilemme existentiel plus général auquel, plus que jamais, ont à faire face les individus au sein des sociétés contemporaines : se transformer pour ne pas périr, mais sans cesser de se reconnaître. Au moment où, au seuil d’une identité encore à faire, la vieille Europe doit redéfinir ses frontières et où les ethnies reprennent le pas sur les nations, n’est-il pas urgent d’approfondir comment et par qui se construisent ces « zones d’identité » et comment elles s’articulent les unes aux autres4 ?

6Ici, la dimension sémantique et qualitative de l’ethnologie doit compléter l’analyse des données quantitatives socio-économiques pour tempérer la prétention à l’objectivité que ces dernières inspirent parfois. Nommer, définir une population, c’est déjà la « re-connaître » comme étant suffisamment semblable à elle-même ou différente des autres pour être « identifiée ». Aussi, paradoxalement, ce livre ne se préoccupe-t-il d’identité que pour mieux dissoudre les notions mêmes d’immobilisme et de continuité qui s’y logent. On y verra comment l’identité se fabrique et s’incorpore, en tant que mythe, dans une réalité mouvante, jalonnée de ruptures, que ce mythe voile, tout en agissant sur elle, dans un perpétuel entrechat. Pour démêler comment mythe et histoire se construisent et s’entrelacent avec les données ethnographiques en perpétuel devenir, il faudra susciter, en les confrontant les unes aux autres, les voix multiples, parfois contradictoires qui s’élèvent aussi bien du passé le plus ancien que de la modernité. Il ne s’agit donc pas d’opposer mythe et réalité comme le vrai au faux, mais de rendre intelligible la différence ou singularité culturelle. C’est envisager celle-ci à la fois d’un point de vue comparatif et dans ses rapports dialectiques avec la société globale, présente et passée, sans escamoter les discontinuités et volte-face qui caractérisent son histoire.

Note de l’éditeur

7En accord avec les intéressés certains noms de famille et de lieux ont été changés, ils sont signalés par deux astérisques.

8Seule la première occurrence des mots du glossaire est suivie d’un astérisque dans le texte.

Notes

1 La Chouannerie se distingue des insurrections vendéennes par deux critères : géographique d’abord, la Chouannerie s’étendant sur un vaste territoire de l’Ouest entre la Perche au nord jusqu’à la basse Bretagne au sud ; militaire ensuite, la Chouannerie n’ayant jamais eu de bataille rangée ou d’armée organisée. Pour une discussion du problème, cf. Furet & Ozouf 1988, article « Chouannerie ».

2 Pour reprendre l’expression de Bourdieu (1979).

3 Sur l’expression « révolution verte », voir Dagognet 1973.

4 En ce sens, l’image du phénix est emblématique non pas seulement des métamorphoses d’un espace social particulier, mais des rapports entre histoire, ethnologie et biologie. Car le problème de l’identité individuelle se pose à la fois au niveau social et culturel, et à celui des changements physiologiques auxquels le corps est soumis. Comment se reconnaître aujourd’hui, quand les millions de cellules qui forment le corps sont neuves ?

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search