Version classiqueVersion mobile

« Belle comme Vénus »

 | 
Marlen Schneider

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est le fruit de nombreuses rencontres, d’échanges enrichissants et du soutien d’amis, de collègues et d’institutions qui ont accompagné mes recherches dès le début. Martin Schieder et Philippe Bordes m’ont transmis leur curiosité scientifique et l’envie de mieux comprendre l’art du portrait dans la société française du xviiie siècle. Je ne saurais assez les remercier pour leurs conseils, leur regard critique et leur engagement dans l’aventure d’une thèse en cotutelle franco-allemande. Ces échanges connaissent un merveilleux aboutissement dans la préface que Philippe a bien voulu rédiger pour le présent volume. Michèle-Caroline Heck et Thomas Kirchner m’ont également fait des retours précieux lors de la soutenance en juin 2015, qu’ils reçoivent toute ma gratitude. Que cette thèse, dont le manuscrit allemand fut publié fin 2018 (Berlin, Deutscher Kunstverlag), puisse paraître dans une traduction française me rend très heureuse et contribue – je l’espère – à la visibilité de la recherche allemande auprès du public francophone. Ceci n’aurait pas été possible sans l’aide généreuse de la Fondation Marianne et Roland Michel qui m’a récompensée avec le Prix Marianne Roland Michel 2016. Je remercie tous les membres du jury de l’encouragement et de la valorisation de mon travail que cette distinction représente. C’est un grand honneur et un plaisir pour moi que, grâce à Thomas Kirchner, ce livre voie le jour dans la collection Passages du Centre allemand d’histoire de l’art Paris. Mon parcours académique et personnel doit beaucoup à cette institution : j’y ai fait des expériences formatrices et mes recherches ont grandement profité des conseils des collègues et – à ne pas oublier – des ressources de sa bibliothèque, qui était un lieu de travail privilégié.

2Transposer un texte scientifique allemand dans un français élégant n’est pas une tâche facile, surtout si l’original n’est pas sans imprécisions et défauts stylistiques. Je félicite et remercie Aude Virey-Wallon pour son travail précis et attentif ainsi que pour sa souplesse face à mes remarques et préférences. L’accompagnement du processus éditorial par Mathilde Arnoux et son équipe, notamment Sira Luthardt, était d’un professionnalisme impressionnant. Je leur suis très reconnaissante de leur patience, de leurs relectures minutieuses, de leurs conseils et de leur efficacité. Finalement, un très grand merci à Olivier Grussi et Guillaume d’Estève de Pradel pour leurs relectures, ainsi qu’à Jacques-Antoine Bresch pour la mise en page.

3Marlen Schneider

4Grenoble, janvier 2020

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search