Version classiqueVersion mobile

L'argent dans la culture moderne

 | 
Georg Simmel

L’argent et la nourriture1

Texte intégral

  • 1 Source : « Geld und Nahrung », in : Georg Simmel, Gesamtausgabe, t. XIII, édité sous la direction d (...)

1Ce qui nous a ébranlé dans les premiers jours de la guerre, par-delà tous les dangers, l’inquiétude et la mobilisation de toutes les forces, c’était certes bien ceci : nous éprouvions le sentiment de vivre un retournement complet de l’histoire mondiale. Nous le ressentions comme un choc physique nous poussant dans une direction totalement nouvelle, dont les buts et les contenus demeurent à vrai dire dans une obscurité impénétrable, mais depuis laquelle souffle vers nous le vent de mondes nouveaux. Cette obscurité qui pèse sur l’avenir de l’Europe n’a pas été éclaircie depuis, elle est peut-être même devenue encore plus opaque et plus trouble. Il n’y a qu’une chose que nous puissions dire de l’avenir : cet instant appelle déjà des dispositions nouvelles et pose de nouvelles exigences qui, ne serait-ce que parce qu’il aura fallu les affronter, constituent nécessairement un élément de la mise en forme de cet avenir.

2Si toutes les directives concernant le niveau de vie qui s’impose maintenant nous prêchent de ne pas économiser de l’argent mais plutôt de la nourriture, cela signifie donc un retournement bien plus fondamental et étonnant dans la conscience que nous avons de la valeur économique que ce que ces quelques mots trahissent à première vue ; cela signifie un retour en arrière par rapport à une évolution séculaire. Avec la fin de ce qu’on appelle le Moyen-Âge on a assisté à la régression de l’économie naturelle au sein de laquelle tout était produit en très grande partie en fonction des besoins privés, où les prestations étaient récompensées par le don ou l’usufruit de la terre, où les services étaient rétribués en nature et où les droits se rapportaient essentiellement à des offrandes naturelles; depuis la fin de cette époque ce n’est plus seulement comme médiateur et comme substitut que l’argent s’est insinué de plus en plus dans chaque opération économique. À travers cette fonction, il a plutôt acquis une importance qui a progressi­vement englouti l’effet immédiat des choses et a entraîné la situation que nous connaissons tous : à savoir que, pour la plupart des contemporains, tout ce qui s’achète de quelque façon n’a précisément de valeur que selon son coût. Dans le détail, cela semble incroyable. C’est parce qu’il nous nourrit que nous apprécions le pain |118|, le homard parce qu’il a bon goût, la chaise parce que nous voulons nous asseoir, et la laine parce qu’elle nous vêt. Mais dans la mesure où nous pouvons remplacer sans plus de formalité chaque quantité de ces choses lorsque nous avons suffisamment d’argent pour en acquérir une autre quantité – car, grosso modo, ce ne sont pas les objets de nos désirs qui sont difficiles à obtenir mais seulement l’argent pour en acheter de nouveaux – l’acuité de notre conscience de la valeur s’est détournée des choses pour se porter sur un argent dont la valeur peut passer à chaque moment pour la leur. Ce processus est si avancé que la possession de l’argent est, pour un nombre incalculable de nos contemporains, le but propre et ultime de toutes leurs aspirations, un but au-delà duquel ils ne se posent plus du tout de questions. Il s’agit là d’une conséquence fatale du fait que dans l’économie moderne les choses deviennent des « marchandises » et qu’étant toujours à vendre, l’importance de leur valeur se mesure à l’aune de leur prix sur le marché. On trouve jusqu’au plus profond de notre culture des phénomènes en relation avec cet état de choses. Le manque d’« idéalisme » qui caractérise le passé récent des peuples européens signifie justement que les valeurs qui ne sont pas exprimables en argent ont vu leur cote chuter. Lorsqu’on apprécie toute chose seulement d’après le prix du marché, on devient incertain et sceptique à l’égard de toutes les valeurs qui n’ont pas de prix sur un marché.

3Cette réduction au dénominateur commun argent de toutes les valeurs a aussi déterminé depuis longtemps notre concept d’épargne. Épargner signifie simplement pour nous épargner de l’argent ; et lorsqu’on usait avec économie d’objets de consommation, il tombait sous le sens qu’on épargnait leur valeur monétaire ; en tant que tels ils n’étaient en rien l’objet même du fait d’épargner, car on pouvait les remplacer à souhait à tout moment lorsqu’on avait l’argent nécessaire. C’est la raison pour laquelle le mot d’ordre qui doit guider aujourd’hui notre comportement : n’épargnez pas d’argent mais des choses, pour simple qu’il semble, constitue en fait une révolution de toute notre conception économique de la valeur – une conception qui avait en fait débordé le domaine de l’économie. Et c’est pourquoi il est si difficile, malgré la simplicité du problème, de le faire comprendre à de larges couches de la population et à les en convaincre. Ce qui allait jusque-là de soi : que l’on mange à sa faim seulement si on a de l’argent, devient un problème ; |119| le cœur et la finalité de l’économie en vigueur jusqu’à maintenant devient au contraire : avoir de l’argent pour se procurer quelque chose qui est indifférent et n’a proprement pas d’effet. Le processus colossal qui s’empare de toute la culture économique, à savoir que l’argent, simple moyen n’ayant manifestement aucune utilité pour lui-même, prend l’ampleur d’une valeur en soi et d’une fin ultime des aspirations humaines – ce processus ne manquera pas, pour autant qu’on puisse en juger aujourd’hui, de continuer à se répandre dans le monde, la productivité de l’économie mondiale et son omniprésence en arriveront à nous faire oublier que ce n’est pas l’argent qui recèle la valeur, mais les choses. Mais il se trouve qu’en ce moment, la pénurie de nos moyens de survie nous fait vivre un retour en arrière.

4L’argent a maintenant pour fonction sociale primordiale d’aider à la répartition des valeurs. Les moyens de subsistance sont limités, et il est dans l’intérêt propre de chacun qu’ils soient suffisants non seulement pour lui-même mais pour tous les Allemands. Et comme on ne peut se les procurer que contre de l’argent, ce dernier doit être autant que possible partagé comme l’exige le but recherché : faire en sorte que chacun soit en mesure de subvenir à ses besoins. Quiconque, en d’autres circonstances, dissipait son argent le faisait pour jouir des choses – hormis les cas relativement rares dans lesquels la pure dépense d’argent en tant que telle procure une jouis­sance à demi pathologique. Maintenant, en revanche, il semble que les plus aisés doivent dépenser de l’argent simplement pour le dépenser, il semble que cet argent puisse ainsi parvenir aux couches plus pauvres et permettre une répartition égale des moyens de subsistance. Comme dans l’épargne, l’accent est maintenant mis non plus sur l’argent mais sur les choses, et l’on demande maintenant de dilapider en mettant l’accent non plus sur les choses mais sur l’argent. Avec raison, on a désigné notre guerre comme le plus grand mouvement démocratique de l’histoire mondiale ; jamais encore une volonté unique n’avait dans une telle masse populaire aboli à ce point toutes les conditions, de la plus élevée à la plus basse, et l’absence de distinctions par laquelle les conditions sociales les plus élevées et les conditions sociales les plus basses ont accompli leur devoir dans notre armée au nom de la même loi est le symbole absolu de ce nivellement que nous ne pouvons, et ne devons peut-être pas non plus, réaliser effectivement au même point dans le domaine économique, mais du moins |120| jusqu’au point où chaque Allemand trouve la possibilité de subvenir matériellement à ses besoins. C’est le même trait démocratique qui, tout aussi égoïste que caritatif, domine ces deux maximes : nous devons épargner des choses pour qu’il soit donné à chacun de tenir bon physiquement, nous devons dilapider de l’argent pour qu’il ait une portée réelle pour chacun.

5Mais à l’intérieur même de la définition de l’épargne telle que nous venons de l’établir, notre époque qui reconfigure tout exige une nouvelle fois de déplacer les accents au mépris de nos habitudes. Quantitativement, les riches comme les pauvres doivent économiser dans une même mesure les substances alimentaires. Du point de vue qualitatif, en revanche, quiconque est en mesure de le faire doit se surpasser et céder autant que possible les aliments bon marché à ceux qui en sont infailliblement tributaires du fait de leur situation. Les malentendus les plus étranges ont régné depuis le début en ce domaine. Dès lors qu’on devait se restreindre et que cela valait pour tous, dans les classes aisées on conçut difficilement qu’il s’agissait de manger moins qu’auparavant – ce qui se fût révélé tout à fait possible et utile d’après l’avis de l’ensemble des physiologues et l’observation attentive par chacun de son propre corps ; on comprit qu’il fallait vivre plus simplement. Les gens qui étaient habitués à la salade de homard, aux jeunes carottes et aux perdrix se mirent à manger d’un jour à l’autre du hareng, des carottes rassies et du hachis de mou et furent convaincus de venir ainsi d’autant plus en aide à leur patrie que cela avait mauvais goût. La bonne approche consiste exactement en l’inverse. Tant que les aliments pas chers n’étaient pas limités sur le marché, il se pouvait bien que s’astreindre à la simplicité fût pour les riches une vertu. Mais maintenant que leur masse est limitée et à peine augmentable, les riches doivent autant que possible y renoncer, au bénéfice de ceux qui ne peuvent pas s’en payer de plus chers. Il n’était pas clair à tous ces gens aisés et bien intentionnés que la réduction de leur mode de vie rend toujours plus limitées les réserves des denrées dont les pauvres dépendent et qu’ils entraînent leur prix à la hausse parce qu’ils augmentent la concurrence dont elles font l’objet. Celui qui a la liberté de choisir entre un niveau de vie plus bas ou plus élevé doit maintenant choisir le niveau le plus élevé encore compatible avec son budget pour soulager dans leur quête de moyens de subsistance toutes les couches du peuple qui ne peuvent pas dépasser les niveaux inférieurs de la concurrence (et ceux-ci |121| ne sont même pas nécessairement les plus bas). La personne aisée qui mangeait jusqu’à maintenant du hareng vert, de vieilles carottes et du hachis de mou par prédilection ou par avarice ne peut plus désormais se le permettre et doit plutôt céder tous ces moyens de subsistance, puisqu’elle peut justement prétendre à mieux, aux couches plus ou moins larges qui n’ont pas la liberté de se permettre autre chose. Encore une fois, donc, le concept d’épargne doit être différencié : veiller à ce que rien ne se perde, éviter que la consommation ne dépasse les besoins réels, bref la restriction quantitative doit être complétée par une approche qualitative là où c’est possible d’un point de vue pécuniaire. Il ne suffit pas qu’on dispense de l’argent aux couches pauvres par des distributions prodigues : on doit viser aux mêmes fins également de l’autre côté et s’assurer pour cela que le pauvre puisse aussi acheter avec cet argent autant d’aliments qui lui soient accessibles que possible en ne rendant pas plus rares les réserves à sa portée.

  • 2 Simmel pense au troisième chapitre de sa Philosophie de l’argent, consacré à la croissance exponent (...)

6J’ai décrit il y a des années la relation existant entre les dépenses alimentaires des pauvres et celles des gens aisés2. Les besoins des masses impliquent que de nombreux biens sont produits à une échelle qui fait chuter ce qu’on nomme leur « valeur de rareté » à un minimum relatif : ils ne peuvent précisément pas coûter davantage que ce que les niveaux de revenu les plus bas peuvent encore payer. Il est donc établi que les riches, qui eux aussi ont incontestablement besoin de ces produits, se les procurent précisément à ce prix bon marché, tandis qu’ils pourraient sans peine accepter un prix bien plus élevé si seulement on le leur demandait. Le niveau de vie des familles aisées serait peu affecté dans l’éventualité où le prix du pain et des pommes de terre, du pétrole et de la laine, de la bière et des épingles augmenterait dans des proportions importantes, pour la simple raison que plus on monte dans l’échelle des revenus, plus ces besoins élémentaires constituent une petite partie des besoins d’ensemble. Dans la mesure où le pauvre doit acheter ces produits élémentaires et tire de ce fait leur prix vers le bas |122|, celui qui lui est abordable, il les rend bon marché pour le riche et, alors même qu’il doit dépenser tous ses revenus pour eux, il fait par là que le riche conserve la plus grande partie des siens pour des désirs de luxe. À partir de considérations semblables, un économiste italien a proposé comme remède à tous les inconvénients sociaux un système de prix différentiels : il s’agirait de compenser l’iniquité des distinctions de fortune en obligeant les riches à payer un même objet plus cher que le pauvre ; il serait ainsi possible de le proposer moins cher qu’auparavant à ce dernier afin de rehausser son niveau de vie. On ne discutera pas de la fantaisie extravagante de ce plan ; la portée de sa motivation profonde tient à ce qu’il correspond aux exigences auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui : à savoir que les nantis doivent céder les moyens de subsistance bon marché aux gens sans moyens, qu’ils doivent effectivement dépenser plus que nécessaire, cependant qu’ils ne devraient pas manger plus que nécessaire. Jusqu’à maintenant, les pauvres ont permis aux riches de vivre à bien moindres frais qu’ils ne pourraient le faire sans l’existence de la consommation de masse. On en est maintenant arrivé au point où la richesse a pour signe distinctif qu’elle ne peut plus revendiquer pour soi que ce à quoi la pauvreté doit renoncer ; on en est arrivé au point où la bienséance sociale et le devoir politique révèlent leur liaison indissoluble.

Notes

1 Source : « Geld und Nahrung », in : Georg Simmel, Gesamtausgabe, t. XIII, édité sous la direction de Klaus Latzel, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2000, p. 117-122. Les indications de pages renvoient à cette édition. Ce texte a été initialement publié dans le supplément illustré du numéro 74 de Der Tag, le 28 mars 1915. Il s’inscrit dans les écrits de guerre de Simmel.

2 Simmel pense au troisième chapitre de sa Philosophie de l’argent, consacré à la croissance exponentielle des revenus (le superadditum) qui s’affranchissent des relations de stricte indigence à la matière. Cf. Philosophie des Geldes, in : Gesamtausgabe, t. VI, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1989, notamment p. 277 sq. ; trad. fr. de Sabine Cornille et Philippe Ivernel, Paris, Presses universitaires de France, 1987, p. 255 sq.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search