Version classiqueVersion mobile

L’industrie du silex du ve au ive millénaire dans le sud-est du Bassin parisien

 | 
Anne Augereau

Conclusions générales

Texte intégral

1Au terme de cette étude, il convient de dresser le bilan de sa contribution à la connaissance des sociétés néolithiques régionales du Ve au IVe millénaire qui, issues de la néolithisation, évoluent précocement, semble t-il, vers une nouvelle organisation définie comme résultant d’un processus de changements structurels locaux. La figure 115 résume l’évolution des industries lithiques du secteur Seine-Yonne en mettant l’accent sur les caractères traditionnels et les caractères innovants.

Néolithisation

2En ce qui concerne ce premier point, la question était de savoir quels arguments pouvait apporter l’étude lithique à la problématique des modalités de colonisation de cette région. S’est-elle effectuée à partir du Rubané alsacien et, par voie de conséquence, simultanément à la colonisation du nord du Bassin parisien avec le Rubané récent (Duhamel, Prestreau 1988) ? S’agit-il au contraire d’une colonisation secondaire lors de la phase d’expansion du Rubané récent du Bassin parisien (Constantin 1985) ? L’industrie lithique du Rubané du sud-est du Bassin parisien (Balloy/Les Réaudins, Barbey/Le Buisson Rond, Passy/Les Graviers et Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux) présente de grandes ressemblances avec celle du Rubané récent de Picardie. Cela s’exprime dans les techniques et les méthodes de débitage laminaire, dans la typologie des troncatures et des bitroncatures géométriques de la catégorie des armatures de faucille, dans la typologie des bitroncatures de la catégorie des armatures de flèche. Toutefois, le Rubané du sud-est du Bassin parisien possède des traits propres. Il s’agit essentiellement de la grande proportion de pièces retouchées sur éclat (grattoirs et denticulés) et de certaines bitroncatures parmi les armatures de flèche comme les pièces triangulaires sans retouche inverse rasante et enfin les faucilles sur troncature oblique à dos. Les ressemblances plaident en faveur d’une filiation directe entre les industries lithiques du Rubané récent du Bassin parisien et celles du Rubané régional. Les dissemblances montrent une évolution du Rubané régional par rapport au Rubané récent. Ces attributs du Rubané régional vont d’ailleurs se généraliser au cours de son évolution.

3Les résultats obtenus sur les séries lithiques étudiées semblent donc cadrer avec l’hypothèse retenue par C. Constantin (1985) selon laquelle le sud-est du Bassin parisien aurait été colonisé à partir des foyers du Rubané récent du nord dans leur phase d’expansion. Les innovations constatées dans l’industrie lithique du Néolithique ancien régional qui, par la suite, vont se répandre dans l’ensemble du Bassin parisien, plaideraient en faveur d’une position chronologique de ce groupe légèrement postérieure au Rubané récent. Les caractères communs aux deux groupes, qui sont des caractères forts, comme les méthodes de débitage et la forme de certaines armatures de flèche entre autres, pourraient s’accorder avec l’idée d’une colonisation, très rapprochée dans le temps, du nord et du sud-est du Bassin parisien.

4Reste néanmoins le problème de Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux. Ce site se distingue des autres séries par des traits techniques particuliers comme la présence d’un débitage de lames par percussion directe tendre, et une méthode de débitage laminaire moins élaborée générant des produits aux dimensions moins calibrées. Plusieurs hypothèses ont été émises pour expliquer ce fait : s’agit-il d’un héritage mésolithique ? Certaines caractéristiques rappelant celles des étapes plus récentes du Néolithique ancien régional (Villeneuve-Saint-Germain), Villeneuve-la-Guyard constitue-t-il un foyer d’innovations précoces ? Les caractéristiques de ce site sont-elles à rapprocher de celles du Rubané moyen alsacien ou champenois ? Si tel était le cas, la thèse de la colonisation à partir du Rubané récent serait à rediscuter. La réponse à cette question serait à rechercher dans une étude comparative des industries rubanées d’Alsace et de Champagne. Les séries de l’Yonne primitivement attribuées au Rubané par P. Parruzot et G. Bailloud comme Armeau, Cheny ou Chaumont sont également à réexaminer.

5Pour ce qui est des relations entre le Néolithique et le Mésolithique, elles sont loin d’être résolues. Je n’ai pu d’ailleurs aborder cette question qu’indirectement, les séries mésolithiques étant trop rares ou chronologiquement trop anciennes (Mésolithique moyen de Véron dans l’Yonne) [Carré 1991]. J’ai tenté néanmoins de poser le problème par une approche comparative concernant la confrontation des caractéristiques des industries du Néolithique ancien régional avec les industries Rubané récent du nord du Bassin parisien d’une part, et avec la série mésolithique disponible (Noyen) d’autre part. Par rapport au Rubané récent, le Néolithique ancien régional possède un caractère original dans la forte proportion de débitage d’éclats, avec des grattoirs et des denticulés. Ce type de production existe déjà dans le Mésolithique de Noyen, et il va prendre une importance croissante dans le Villeneuve-Saint-Germain. Peut-on alors attribuer l’inflation de l’industrie sur éclats à un apport local préexistant et intégré aux pratiques de taille néolithiques (fig. 115, hypothèse 1) ? Ou l’industrie sur éclat est-elle une évolution logique du bagage technique de populations éloignées des foyers danubiens originels (fig. 115, hypothèse 2) ? Cette évolution aurait pu être d’autant plus nécessaire que la matière première locale est de qualité moyenne pour la réalisation d’un débitage laminaire élaboré. On peut aussi envisager que les activités liées aux industries lithiques dans le sud-est du Bassin parisien nécessitaient plus particulièrement un outillage lourd. De plus, les réseaux de distribution de silex de bonne qualité, comme le silex à grain fin et le silex tertiaire, ont pu être insuffisants face à la demande, rendant obligatoire la taille de la matière première immédiatement disponible. Le faible nombre de lames en silex à grain fin et en silex tertiaire permettrait de favoriser cette hypothèse. En fin de période, où l’on constate une baisse numérique des produits laminaires, l’approvisionnement en grandes lames en silex tertiaire de bonne qualité aurait pu rendre peu à peu superflue la fabrication de lames en silex local et ce dernier serait alors réservé à un usage domestique et immédiat. Dans ce cas, l’industrie de l’éclat perd sa signification de tradition technique localement transmise. Malgré tout, la faible représentation numérique de l’industrie laminaire du Néolithique ancien régional et sa disparition précoce par rapport au nord-est du Bassin parisien notamment, montreraient que l’héritage technique danubien se manifeste comme un phénomène en surimpression. L’évolution ultérieure, dans le Villeneuve-Saint-Germain régional, révélerait une grande analogie avec le Villeneuve-Saint-Germain du reste du Bassin parisien d’une part, et le groupe belge de Blicquy d’autre part. Dans toutes ces régions, on enregistre un accroissement des modules de débitage laminaire, une diversification de la typologie des burins sur lame et une augmentation de leur nombre, une transformation typologique similaire des bitroncatures géométriques sur lame de la catégorie des flèches (bitroncatures trapézoïdales longues), une augmentation notable de l’approvisionnement du silex tertiaire qui donne des lames longues très régulières, et enfin une élévation du taux de grattoirs et de denticulés sur éclat. Si l’on excepte l’hypothèse d’un débitage par prèssion dans le groupe de Blicquy, ces observations tendent quand même à indiquer une évolution partagée des caractères des industries lithiques de toute l’aire qui va de la Belgique au sud du Bassin parisien et appuie l’idée de l’homogénéité culturelle du Villeneuve-Saint-Germain et du groupe de Blicquy (Constantin 1985). De plus, la présence de silex tertiaire sous forme de produits importés dans le sud-est du Bassin parisien et en Belgique atteste de contacts entre ces régions et le centre du Bassin parisien, zone plus riche en affleurements tertiaires (ouest de la Picardie, Gâtinais, Île-de-France…). L’échange de lames en silex tertiaire a accompagné, voire renforcé cette cohésion culturelle. Des hypothèses sur la nature socioculturelle de ces contacts peuvent être émises au travers des caractères de ces lames régulières (haut degré de technicité, matière première non locale, taille hors place dans la plupart des sites...) : elles pourraient procéder d’une production techno-économiquement spécialisée, c’est-à-dire issue de groupes autres que les consommateurs locaux. Dans l’avenir, il faudrait néanmoins tenter de préciser la nature de ces échanges entre producteurs et consommateurs : s’agit-il de productions « familiales » échangées par la suite ou s’agit-il de productions destinées à l’exportation dès leur conception ?

FIG. 115
Schéma évolutif simplifié des industries lithiques du sud-est du Bassin parisien au cours du Néolithique.

6Quant à la possible participation méridionale à la formation et à l’évolution du Néolithique ancien régional, dans l’état actuel de la recherche, elle n’aurait laissé en apparence aucune trace dans l’industrie lithique. Mais les jalons manquent pour asseoir définitivement cette assertion, et l’étude typo-technologique des industries lithiques des sites de la Loire moyenne, dont l’influence semble se faire sentir dans la céramique de la période finale du Villeneuve-Saint-Germain, permettrait peut-être d’éclairer la question.

Néolithique moyen régional et Chalcolithique européen

7Il s’agissait de savoir si les caractères lithiques du Néolithique moyen régional s’inscrivaient ou non dans la continuité des pratiques antérieures et s’ils pouvaient se situer dans le processus général d’évolution définissant le Chalcolithique européen. Dans le sud-est du Bassin parisien, l’étude lithique laisse soupçonner, dès le Villeneuve-Saint-Germain final à Passy/La Sablonnière, les prémices d’une évolution des industries annonçant les caractères généraux des industries ultérieures. Cette série peut être néanmoins rattachée au Néolithique ancien par certains aspects, comme la pratique d’un débitage laminaire par percussion indirecte, l’approvisionnement en grandes lames en silex tertiaire et la typologie des troncatures et des bitroncatures sur lame de la catégorie des faucilles. Mais les méthodes de débitage laminaire se simplifient et des éléments innovants apparaissent comme les grandes bitroncatures (tranchets) et les petites bitroncatures sur éclat de la catégorie des armatures de flèche tranchantes. Par la suite, ces éléments seront très répandus dans le groupe de Cerny. Il est donc intéressant de constater que ces éléments innovants surviennent dans une ambiance « danubienne » se manifestant, pour les industries lithiques, dans le débitage laminaire et aussi dans l’architecture (maisons). On peut se demander si ce n’est pas dès ce moment-là, à l’extrême fin du Villeneuve-Saint-Germain, que les sociétés néolithiques locales amorcent un changement dans l’organisation de l’acquisition des outils en silex qui trouvera son aboutissement au groupe de Noyen correspondant, à l’échelle de l’Europe, au Chalcolithique.

8Dès la transition entre le groupe de Villeneuve-Saint-Germain et le groupe de Cerny, à Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures, la rupture avec l’organisation de la production antérieure des outillages semble totalement consommée : on constate l’arrêt de l’approvisionnement en silex exogènes et la disparition des méthodes de taille élaborées comme le débitage de lames par percussion indirecte. Au groupe de Cerny-Barbuise (enceintes de Balloy/Les Réaudins et de Barbuise-Courtavant/ Les Grèves de Frécul), le concept de lame demeure un temps, mais selon des techniques et des méthodes de taille extrêmement simplifiées (lames par percussion dure en silex local). Le corollaire en est que les armatures de faucille (bitroncatures avec ou sans lustré), bien représentées dans le Néolithique ancien, disparaissent dès les débuts du Cerny.

9Du point de vue lithique, c’est donc un abandon progressif et, à terme, total des caractères danubiens de l’industrie que l’on constate à partir de la fin du Villeneuve-Saint-Germain du secteur Seine-Yonne. Dans les autres domaines de la société, des mutations d’envergure se manifestent aussi. Tout d’abord, la fin du Villeneuve-Saint-Germain et les débuts du Cerny dans le sud-est du Bassin parisien sont marqués par l’investissement de nouveaux biotopes comme les fonds de vallée (Bassée) et les rebords de plateau (Mordant 1986a ; 1986b), encore peu recherchés par les populations antérieures, du moins dans cette zone géographique. Peu à peu, l’habitat en lui-même se modifie et les premières enceintes à fossé interrompu apparaissent (Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures). Les pratiques funéraires semblent également changer dans les modes d’inhumation (de l’inhumation repliée à l’inhumation allongée) et, dans la région, le domaine des morts se trouve séparé de celui des vivants par la construction de nécropoles comme Balloy ou Passy Richebourg. Les diagrammes polliniques établis dans la séquence stratigraphique de Noyen (travaux C. Leroyer in Augereau et al. 1993) montrent qu’à ce moment-là les premières traces de déforestation sont perceptibles dans ce secteur. Dans l’approvisionnement carné, la part de la chasse augmente avec une chasse au grand gibier, le cerf essentiellement (Tresset 1993 ; 1996).

10D’une manière générale, l’économie qui se met en place à cette période semble indiquer une plus grande ouverture vers les potentialités régionales et une emprise élargie des populations sur leur milieu naturel. Si cette dernière idée se confirme, cela reviendrait à montrer que le passage au Néolithique moyen s’exprimerait dans cette région comme l’affirmation de l’identité de la communauté locale, selon les contraintes locales, aux dépens d’une appartenance culturelle plus large. L’enceinte, édifice monumental fermé, de même que la construction d’enclos funéraires monumentaux, pourraient symboliser cette appropriation du terroir environnant (Augereau et al. 1993). Du point de vue lithique en contexte d’habitat, le tarissement de l’acquisition de silex de bonne qualité est lié à la disparition de la taille laminaire par percussion indirecte, caractéristique des périodes anciennes, sans qu’il soit encore possible de dire lequel est la conséquence de l’autre. On exploite ce qui est disponible : le silex campanien, et petit à petit les connaissances et les savoir-faire propres aux sociétés danubiennes occidentales vont disparaître, disparition favorisée sans doute par l’étiolement des contacts avec les groupes originels, par une conversion des options socio-économiques des communautés et par l’aptitude moyenne de la matière première locale à une méthode de débitage élaborée. Le fonctionnement sans doute complexe des réseaux d’acquisition des silex de bonne qualité devient caduc, de même que la participation de tailleurs de lames performants qui vont peu à peu disparaître. La simplification de la production des outillages en contexte domestique traduirait peut-être, dans cette ambiance, une meilleure adaptation des techniques et des méthodes de taille à la matière première locale, et aussi un revirement du système technique dans sa globalité. Il faut rappeler, à ce propos, que les armatures de faucille à lustré disparaissent avec le débitage laminaire élaboré. Les outils à moissonner, bien identifiés au Néolithique ancien, ne sont plus présents de manière aussi évidente au Néolithique moyen. Si quelques classes d’outils ont pu remplir ce rôle, comme les pièces à bord abattu, il faut admettre que les techniques de récolte ont changé au point de ne plus laisser les mêmes traces sur les équipements. Un processus de mutations socio-économiques et techniques s’opère, qui transparaît dans les données archéologiques. Par ailleurs, il serait fondamental de déterminer si la transformation de la technique et de l’économie lithique participe, dans sa totalité, de ce processus de transformations locales, ou si au contraire certains aspects ont eu un rôle dynamique (cause). En définitive, cela revient à rechercher si les modifications visibles dans l’économie et les techniques du silex sont une cause ou une conséquence de l’évolution socio-économique des sociétés néolithiques.

11Pourquoi à ce moment-là, dans cette seconde moitié du Ve millénaire, la société néolithique locale est-elle soumise à de tels changements ? Aucune réponse convaincante n’est actuellement proposée. On peut penser que l’organisation socio-économique de la société danubienne, trop rigide, a atteint ses limites. On peut imaginer qu’elle a usé toutes ses facultés d’adaptation et que les territoires sur lesquels les groupes danubiens se sont préférentiellement installés ont atteints leur limite et se sont épuisés. À la fin du Villeneuve-Saint-Germain, une reconversion socio-économique serait devenue indispensable. Il reste bien entendu à rechercher les traces de cette crise et à en déterminer la nature. Des éléments pourraient être réunis dans l’étude de la pathologie humaine et dans les aspects économiques de l’approvisionnement carné.

12En tout état de cause, se manifesterait dans le sud-est du Bassin parisien une évolution interne et nécessaire de la société néolithique, s’inscrivant dans un processus graduel dont l’origine est apparente, dans les industries lithiques, dès l’extrême fin du Villeneuve-Saint-Germain. Plus précisément, le développement d’un outillage en silex plus lourd comme les grandes bitroncatures (tranchets), à la fin du Villeneuve-Saint-Germain, pourrait participer à l’exploitation extensive du terroir qui semble se profiler à cette époque et qui va se préciser à la période suivante, celle du groupe de Cerny. D’ailleurs, l’importance du trancher ou, en termes technologiques, de la grande bitroncature, pourrait transparaître dans la gestion du débitage d’éclats au groupe de Cerny-Barbuise (enceinte de Balloy) : des produits de débitage spécifiques sont réservés à la fabrication de ces pièces et il n’est pas impossible qu’ils soient issus d’une chaîne opératoire secondaire destinée à obtenir des supports de tranchets. Des études complémentaires permettront de préciser cette hypothèse.

13L’ensemble des données archéologiques et en particulier les données lithiques rendraient plutôt compte d’une évolution structurelle locale qui va trouver son complet aboutissement à l’époque du groupe de Cerny-Barbuise où l’occupation extensive de l’ensemble de la région est accomplie (Mordant 1986a ; 1986b). Néanmoins, des influences externes ont pu jouer un rôle dans le processus de mutation de la structure de production lithique et qui transparaissent au travers de la stylistique céramique et de certaines pratiques funéraires (Mordant 1980a). Ces impacts extérieurs ont-ils eu une incidence dans le domaine de la production des outillages en roche dure ? Rien dans l’état actuel de la recherche ne permet d’affirmer que les groupes Grossgartach, Rössen et/ou Épirössen aient pu exercer une quelconque influence dans la mise en place des caractères de l’industrie lithique Cerny et plus particulièrement du groupe de Cerny-Barbuise. Toutefois, en contexte Épirössen du nord-est du Bassin parisien, on enregistre aussi un développement de l’industrie sur éclat avec grattoirs et tranchets, à Berry-au-Bac notamment (Dubouloz 1988). Mais le faible investissement technique de ce genre de production ne permet pas d’y voir un marqueur culturel et, de plus, l’émergence d’un outillage massif dans le nord du Bassin parisien peut également émaner d’une évolution interne de la société, comme dans le sud. Il s’agirait donc d’une convergence et non d’une filiation (fig. 115).

14Quant à des relations avec les régions au sud du Bassin parisien, il est vrai que l’on enregistre une grande régularité des industries lithiques Cerny depuis le Bassin de la Loire jusqu’au nord-ouest du Bassin parisien. L’hypothèse de l’homogénéité de la sphère Cerny et de sa grande extension géographique, émise par C. Constantin (1990), en est d’ailleurs renforcée. Reste le groupe de Cerny-Barbuise qui se trouve être le seul à posséder la petite bitroncature géométrique sur éclat (armature tranchante) à retouche rasante. Ailleurs, les groupes Cerny sans exception n’ont que des géométriques à retouche abrupte. Par hypothèse, j’ai mis cette particularité en parallèle avec le type de chasse pratiquée, en l’occurrence une chasse sélective orientée vers le cerf (Tresset 1993). Ce type d’armatures de trait existe à Chassey (Côte-d’Or) [Thévenot 1991] et, plus loin, au Chasséen méridional. Il n’est pas improbable que l’armature tranchante à retouche rasante ait pénétré dans le sud-est du Bassin parisien par la Bourgogne. On note d’ailleurs dans le lithique de Chassey (Thévenot 1991) la combinaison d’éléments rappelant le Chasséen (débitage laminaire sur silex blond, pièces foliacées amygdaloïdes…) et l’Épirössen (pièces foliacées triangulaires) ainsi qu’une industrie sur éclat avec grattoirs et tranchets, comparable à celle du groupe de Cerny. Encore plus que le sud-est du Bassin parisien, la Bourgogne paraît être un réceptacle de l’interpénétration culturelle à partir duquel l’idée de l’armature tranchante à retouche rasante a pu parvenir en Bassin parisien. Il n’en reste pas moins que, si l’apparition de ce type d’armature dans le groupe de Cerny-Barbuise est le résultat d’un échange d’idées par contacts intercommunautaires, la pratique d’activités spécifiques comme la chasse au cerf a pu guider l’adoption d’armes de chasse spéciales, empruntées à d’autres contextes culturels. On voit que dans ce cas précis, il n’y a pas lieu de séparer l’approche structurelle de l’approche culturelle comme le propose J. Dubouloz (1991). Cette hypothèse demande néanmoins à être étayée par l’étude de la relation type de chasse/type de flèche dans les milieux Cerny ne possédant pas l’armature à retouche tranchante et dans le Chasséen de Bourgogne.

15Au groupe de Noyen, en revanche, la typologie des armatures de flèche semble dégagée des contingences économiques. L’apparition des types foliacés ne correspond pas à un renouvellement des types de chasse et les activités cynégétiques dans le secteur Seine-Yonne s’inscrivent dans la continuité de celles du Cerny, avec un goût prononcé pour le cerf (Tresser 1987 ; 1993 ; 1996). D’autres groupes culturels comme le Michelsberg dans le Nord et le Néolithique moyen bourguignon possèdent des armatures semblables sans qu’il y ait analogie, loin s’en faut, dans les animaux chassés et dans la participation des activités cynégétiques à l’approvisionnement carné. Au Néolithique moyen II, la circulation des types d’armatures de flèche semble donc purement culturelle, de l’ordre de l’échange d’idées entre groupes liés par une identité commune transparaissant notamment dans la céramique.

16En fin de période, le groupe de Noyen illustre l’aboutissement du processus de simplification technique. En contexte domestique, l’industrie de la lame a totalement disparu et il n’existe aucune trace du fractionnement de la chaîne opératoire en plusieurs sous-chaînes consacrées à la production d’outils spécifiques, comme cela semble être le cas dans le groupe de Cerny-Barbuise. La gestion du débitage se limite à la différenciation des outils par la retouche. Quant à l’industrie minière orientée vers la fabrication de haches, qui semble apparaître à cette période dans la région, les données actuelles tendent à montrer un faible niveau de compétence des tailleurs et une exploitation d’affleurements peu profonds pour des besoins locaux. On ne peut écarter néanmoins l’éventualité d’une diffusion des produits miniers vers les régions proches pauvres en silex (Ardennes notamment) et donc l’existence de réseaux d’échange, dépassant l’échelle locale. Toutefois, les résultats montrent qu’il est prématuré de dire que l’organisation de la production des outillages au groupe de Noyen se rapproche des caractères du Chalcolithique européen définis comme les débuts des artisanats spécialisés et de la différenciation sociale.

17En conclusion et dans l’état actuel des recherches, il semblerait que le processus des changements structurels mis en évidence dans le secteur, et dont l’évolution de la structure des outillages est un exemple, trouverait ses racines dans l’histoire intrinsèque des sociétés néolithiques régionales, à un moment où, la néolithisation achevée, les populations se voient amenées, selon des contraintes qui échappent encore, à réaliser leur autonomie culturelle et socio-économique. Mais ceci ne reste qu’une hypothèse et, là encore, il reste à déterminer les éléments dynamiques de ce processus évolutif, et notamment de mieux évaluer la part des facteurs intrinsèques et extrinsèques intervenant dans ce phénomène.

Spécialisation artisanale : aspects socio-économiques de la production des outillages

18Par contraste avec les périodes suivantes, l’activité de taille relativement spécialisée serait une caractéristique des étapes anciennes du Néolithique régional. La chaîne opératoire laminaire par percussion indirecte présente plusieurs particularités qui permettent d’avancer cette hypothèse. Tout d’abord, elle est quantitativement minoritaire et contraste fortement avec la production majoritaire d’éclats, techniquement simple, attestant ainsi de l’existence probable de tailleurs relativement spécialisés intra- ou/et extracommunautaires. D’autre part, elle est en partie réalisée dans des silex exogènes, impliquant de ce fait un mode d’acquisition et de gestion des matériaux prémédité dans le long terme. Enfin, elle suppose plus d’investissement technique que l’industrie de l’éclat. Sa réussite dépend en effet d’un entraînement pratique répété, au moins pendant une durée d’apprentissage, permettant de faire face aux réactions prévisibles et imprévisibles de la matière première. Par ailleurs, la mise en évidence à Barbey/Le Chemin de Montereau de secteurs où la taille laminaire a été dominante, permet de poser le problème du mode de production et de distribution des produits. L’ensemble de ces critères autoriserait à parler d’une production issue de tailleurs performants, ayant un bon niveau de compétence technique, spécialisés dans la fabrication, d’une partie au moins, des lames. Cette structure de production lithique, tendant vers une économie des matières premières, au sens où l’entend C. Perlès (1991), disparaîtra à la transition entre le Néolithique ancien et le Néolithique moyen, à un moment où l’on commence à percevoir les premiers signes d’une évolution structurelle des sociétés.

19L’apparition puis la disparition de la production spécialisée des outillages semble un aspect fondamental de l’histoire des techniques de taille des roches dures. Mais il convient de définir exactement la nature de la spécialisation. Il y a spécialisation techno-économique lorsque la production est issue d’individus ou de groupes différents des consommateurs. C’est surtout au travers des caractères des produits laminaires en silex tertiaire que l’existence d’une telle production au Néolithique ancien pourrait être proposée. Quant à la taille des lames en silex local ou en silex à grain fin, elle procéderait d’une simple spécialisation technique, marquée peut-être par une division du travail selon le sexe et selon l’âge. Semblant donc émerger avec le Néolithique, l’activité de taille spécialisée, qu’elle soit de nature technique ou techno-économique, signifie la mise en œuvre de rapports socio-économiques complexes tant dans l’acquisition des matériaux siliceux et dans l’apprentissage des savoir-faire que dans les modalités de distribution des produits et leur utilisation (Binder et al. 1990). Cet investissement, aussi bien technique que socio-économique est plus considérable qu’il n’y paraît dans la mesure où il suppose obligatoirement l’existence de structures et de règles sociales permettant son accomplissement. Dans le cas du Néolithique ancien du sud-est du Bassin parisien, ces structures organisent les rapports entre producteurs et utilisateurs à l’échelle du village (relations entre les tailleurs spécialistes et les autres membres de la communauté pour la production de lames en silex local et en silex à grain fin, par exemple), à l’échelle régionale (relations entre plusieurs communautés) et enfin à l’échelle suprarégionale (modalités d’acquisition des silex exogènes et/ou des produits en silex exogènes comme les lames en silex tertiaire). L’unité villageoise se trouve ainsi comprise dans un réseau d’échanges de matériaux (Binder et al. 1990) et également d’échanges sociaux et culturels. De ce point de vue, la société du Néolithique ancien paraît organisée à la fois au niveau local mais aussi au niveau suprarégional. La cohésion culturelle déjà remarquée par ailleurs en est un autre aspect.

20La fin de cette structure de production lithique domestique avec le groupe de Cerny n’est donc pas un épiphénomène. Elle témoigne de changements profonds ayant affecté l’ensemble de la société. D’une part, le faible investissement technique des industries sur éclat en silex local indique une modification de la place de la production des outillages au sein du système technique : elle est beaucoup moins coûteuse en énergie et en temps ; elle est devenue expéditive. D’autre part, si les activités artisanales mettant en œuvre des outils lithiques ne changent pas (ce qui reste à vérifier) la manière de les accomplir s’en trouve forcément modifiée. Le cas des armatures de faucille en est un exemple. Au delà, c’est tout le système technique qui se transforme. Des précisions sur l’évolution du système technique pourraient être acquises en mettant en corrélation la structure de production lithique avec la structure fonctionnelle des outillages et l’ensemble des données techno-économiques. Enfin, les rapports sociaux dans le domaine de la fabrication des outillages sont en mutation et la production semble alors organisée au sein de l’unité domestique. En contexte d’extraction, aucune forme de spécialisation n’est décelable et la production de haches est organisée à l’échelle locale.

21C’est dans cette perspective systémique que doit se placer maintenant la recherche sur le Néolithique en Bassin parisien. Des problématiques communes à l’ensemble des disciplines concernées sont à construire visant à préciser la nature des systèmes techniques et sociaux et la dynamique intrinsèque et extrinsèque de leur évolution.

Quelques propositions

22Il restera à replacer ces faits et ces systèmes locaux dans la dimension historique et à en rechercher les causes. Pour être menée efficacement, cette recherche devra se réaliser à grande échelle, celle de l’Europe précisément, où, au-delà des particularités et des adaptations locales, on perçoit une certaine communauté culturelle dont les manifestations ont déjà été remarquées et qualifiées par nombre de néolithiciens : la colonisation danubienne, le courant méditerranéen, le Chalcolithique… Dans mon travail, je postule que ces grands courants affectant le continent, ou du moins de très larges régions, ont eu une incidence dans la constitution des groupes culturels locaux. La comparaison de leurs structures sociales, techniques et économiques, et de leur évolution, dont la caractérisation devrait constituer une priorité dans la recherche actuelle, permettra d’en extraire les constantes et les correspondances. Ces dernières serviront de matière à la construction de schémas explicatifs. In fine, on pourra réellement rendre compte de la genèse et de la dynamique évolutive des cultures européennes dont les contours ont été dessinés grâce aux études typocéramiques. Il faudra analyser le Néolithique européen dans son interaction entre une mosaïque culturelle et une entité continentale, traversée de grands courants (Constantin et al. 1997a ; Lichardus-Itten, Démoulé 1997). Cela revient à rechercher les liens entre ces processus locaux et l’émergence du Chalcolithique européen défini par J. Lichardus et al. (1985). Pour ces auteurs, le Chalcolithique ancien, tel qu’il est perceptible dans les steppes pontiques et dans le bassin des Carpates et qui correspond au Néolithique moyen II de la terminologie française, se définit par l’émergence d’un nouvel état socio-économique : diversification des produits de l’élevage, perfectionnement des techniques agricoles, augmentation de la chasse, début des artisanats spécialisés et des différenciations sociales, etc.

23Il est certain qu’au Néolithique moyen dans le Bassin parisien, on assiste à l’éclosion d’un nouvel état socio-économique prenant naissance dès le Néolithique moyen I correspondant, en terminologie européenne, au Protochalcolithique, (en milieu Cerny particulièrement). En effet, par rapport à la période précédente, la fin du Ve millénaire est le cadre de la mise en place des principales options techno-économiques des groupes régionaux du Néolithique moyen, accompagnées d’économies de subsistance spécifiques. Le nord-est du Bassin parisien, dans la vallée de l’Aisne, voit l’émergence d’une économie fondée sur l’élevage du porc alors que l’entité Chasséen ancien/Cerny privilégie l’élevage des bovins. Ces différences économiques s’accompagnent de différences techniques dans la représentation de certaines classes d’outils lithiques particulières, obtenues par la mise en œuvre de méthodes de taille spécifiques (lames par percussion indirecte au nord-est dont certaines portent des lustrés, tranchets au nord-ouest et au sud-est). Il est possible que ces associations techno-économiques forment un système et traduisent une opposition entre agriculteurs au nord-est et éleveurs au nord-ouest et au sud-est.

24Le début du IVe millénaire confirme ces tendances, et les communications nord-est/sud-est du Bassin parisien sont plus marquées. Elles se manifestent dans le domaine de la culture matérielle (typologie des flèches, formes céramiques) et peut-être aussi dans le domaine économique (particularités de l’approvisionnement carné du site de Noyen avec l’importance des restes de porc). On peut imaginer qu’à cette période, l’existence d’agriculteurs et d’éleveurs a pu prendre la forme d’une complémentarité économique, s’accomplissant par des échanges de céréales et de bétail. Celle-ci aurait favorisé les contacts entre les populations du sud-est et du nord-est, et conduit les communautés du groupe de Noyen à modifier leurs références dans les signes extérieurs de leur identité (poterie, flèche) mais aussi à adopter, dans un premier temps partiellement, d’autres modes économiques (élevage du porc). On peut se demander également si cette complémentarité économique entre sud et nord du Bassin parisien, encore à prouver, n’a pas induit la mise en place d’une organisation suprarégionale du système économique, régulant les échanges, et elle-même régie par une nouvelle structure socioculturelle. En d’autres termes, il s’agit ici de déterminer quels en sont les fondements politiques. Enfin, si ces hypothèses se confirment un jour, il faudra encore rechercher le moteur de ces évolutions : compétition territoriale ou crise économique et structurelle. Rien n’interdit d’imaginer d’ailleurs, si l’on admet la valeur sociale et idéologique de la chasse et des instruments qui lui sont liés, que le changement d’identité culturelle sensible dans la modification radicale des armatures de flèche du groupe de Noyen, est un phénomène traduisant l’aboutissement de la suprématie, au moins idéologique, d’une entité culturelle sur l’autre.

25La recherche future consistera à éprouver ces propositions en les confrontant à de nouvelles données afin de mieux cerner la part des déterminismes naturels et techno-économiques et la part des facteurs exogènes dans l’émergence des principaux caractères structurels et culturels des sociétés du début du IVe millénaire. Parallèlement, on s’attachera à dégager les implications de ce modèle, de manière à lui donner un caractère prédictif, et ainsi de tracer de nouvelles pistes de recherches. La notion de « chalcolithisation », encore équivoque, s’en trouvera peut-être mieux précisée.

Table des illustrations

Légende FIG. 115 Schéma évolutif simplifié des industries lithiques du sud-est du Bassin parisien au cours du Néolithique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23458/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search