Version classiqueVersion mobile

L’industrie du silex du ve au ive millénaire dans le sud-est du Bassin parisien

 | 
Anne Augereau

Seconde partie. Étude des séries lithiques du Néolithique ancien au Néolithique moyen II

Chapitre 7. Le groupe de Noyen

Texte intégral

1Le groupe de Noyen est représenté par les sites de retranchement de Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères et de Grisy-sur-Seine / Les Rouqueux, situés en Bassée. La production de haches en contexte minier sera également abordée au travers du site de Villemaur-sur-Vanne/Les Orlets (Aube).

7.1 Une simplification technique accrue

2Les modes d’approvisionnement en matières siliceuses du groupe de Noyen ne différent pas radicalement de ceux du Cerny-Barbuise. En revanche, les méthodes de débitage perdent encore en complexité car, à la différence du Cerny-Barbuise où le concept de lame demeure même si les techniques changent, les témoins d’une production laminaire sont extrêmement ténus.

7.1.1 Matières premières

3Comme au groupe de Cerny-Barbuise, la matière première siliceuse taillée est locale pour une écrasante majorité : 99,4 % à Grisy et 99,8 % à Noyen (tabl. XLI, XXXVIII). Il s’agit toujours du silex campanien, noir ou jaune, affleurant dans un rayon de quelques kilomètres autour des sites. On trouve également quelques pièces en calcaire (1 à Noyen, 3 à Grisy) dont on connaît des affleurements aux alentours de Montereau dans la falaise tertiaire des contreforts de l’île-de-France. Un percuteur en grès quartzite a aussi été trouvé à Noyen.

4Grisy se singularise par la présence d’une vingtaine de pièces fabriquées dans un silex indéterminé, d’origine probablement secondaire, à patine blanche et à grain assez fin (1,1 % des artefacts). Cette matière première pourrait provenir d’affleurements crétacés locaux non reconnus. Enfin, quelques pièces en silex tertiaire existent également (8 pièces à Grisy, soit 0,4 % des artefacts, et 4 pièces à Noyen, soit 0,1 % des artefacts). Cette part de silex non local, comme le silex tertiaire, au sein des deux séries disponibles du groupe de Noyen, peut être considérée comme un épiphénomène peu significatif d’un point de vue économique. D’une part, ils sont très faiblement représentés ; d’autre part, contrairement au Néolithique ancien, ils n’ont pas fait l’objet, pour la plupart, d’un traitement particulier : la répartition entre éclats bruts et pièces retouchées en silex tertiaire, par exemple, est globalement la même que pour le silex secondaire. Les produits sont débités au percuteur dur, selon les mêmes modalités que les silex locaux. On ne retrouve pas les nucléus correspondants. Cependant, à Grisy, il existe deux fragments de lames régulières en silex tertiaire qui rappellent les lames connues dans le Néolithique ancien. Elles peuvent témoigner d’une occupation du Néolithique ancien antérieure complètement arasée à laquelle il faudrait adjoindre une armature de flèche de type bitroncature triangulaire asymétrique sur lame, comparable par exemple à celles de Balloy/ Les Réaudins. On peut aussi les interpréter comme des importations provenant des populations du Bassin parisien taillant, à cette période et selon les mêmes modalités, cette matière première (groupes Michelsberg). Une telle hypothèse a été illustrée dans le Chasséen de Bercy (Paris, 12e arrondissement) [Augereau 1993]. Si elle se vérifiait pour le sud-est du Bassin parisien, cela représenterait un élément d’importance pour la caractérisation de l’organisation techno-économique du groupe de Noyen. Mais dans l’état actuel des recherches, rien ne permet de trancher.

7.1.2 Un indice laminaire particulièrement bas

5À la différence du Cerny-Barbuise, les indices d’un débitage laminaire dans le groupe de Noyen sont extrêmement faibles. En effet, la figure 99 atteste d’une dispersion de la longueur par rapport à la largeur relativement continue. Elle montre également l’existence de quelques pièces allongées, voire laminaires, à proximité des droites des indices 2 et 3. Mais il n’existe aucun nucléus à lames ou reste de taille laminaire. En fait, l’examen de ces quelques produits plus longs révèle qu’il s’agit d’éclats souvent torses et présentant une faible courbure. De plus, leur face supérieure porte couramment les négatifs d’enlèvements plus courts, fréquemment rebroussés. Enfin, le coefficient de corrélation entre la longueur et la largeur est assez élevé (R = 0,4), si l’on tient compte des prélèvements destinés aux supports d’outil retouchés et de la variabilité des blocs de matière première de départ. La corrélation entre la longueur et l’épaisseur est encore meilleure (R = 0,6) de même que celle entre la largeur et l’épaisseur (R = 0,6). Ces corrélations caractérisent une conduite de débitage peu sophistiquée où l’on n’a pas tenté d’influer, par la mise en œuvre de modalités appropriées, sur les lois géométriques de décroissance des trois dimensions des produits à mesure que le débitage progresse. L’ensemble de ces observations autorise à penser qu’il n’existe pas, dans le groupe de Noyen, de prédétermination évidente d’un débitage laminaire indépendant du débitage d’éclats. La production de pièces relativement allongées interviendrait d’une manière aléatoire au cours de la taille courante des éclats.

FIG. 99
Diagramme de corrélation de la longueur par la largeur des éclats bruts de débitage du groupe de Noyen : l’exemple de Grisy.

6Il convient néanmoins de signaler qu’à Noyen, il existe 4 nucléus à lamelles (longueur du dernier enlèvement inférieure à 55 mm) auxquels pourraient correspondre quelques points sous la droite de l’indice 2 du diagramme de corrélation et quelques pièces retouchées de la figure 100. Ce sont de petits blocs ou fragments de bloc de forme conique ou cylindrique, sans préparation spécifique, desquels ont été tirées une dizaine de lamelles à partir d’un seul plan de frappe unipolaire ou de plusieurs multipolaires. L’un d’entre eux est pris sur un ancien nucléus polyédrique à éclats. Dans ce contexte, le débitage lamellaire paraît techniquement peu élaboré. Par rapport au débitage d’éclats, seul le choix du bloc de départ change et, peut-être, l’emploi d’un percuteur moins lourd. Là encore, la production de lamelles semble épisodique et sans particularité technique.

FIG. 100
Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères (Seine-et-Marne), retranchement du groupe de Noyen : industrie sur support laminaire en silex local : diverses pièces retouchées. 1, 5 burins ; 2, 4 lames retouchées ; 3 perçoir ; 6‑8 grattoirs.

7Accentuant de manière irréversible le processus d’autonomie technique amorcé à la transition entre le Néolithique ancien et le Cerny (enceinte de Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures), c’est donc ce faible investissement dans les méthodes de débitage qui définit désormais les industries du Néolithique moyen II du secteur Seine-Yonne. Car dans le même temps, les cultures le plus souvent mises en parallèle avec le groupe de Noyen, comme le Michelsberg du nord du Bassin parisien, semblent toujours soumises aux influences nord-orientales. Elles présentent en effet une industrie laminaire élaborée encore importante (Hamard 1989 ; 1993 ; Augereau, Hamard 1991) dans laquelle on peut reconnaître une affinité avec les productions Ethiques du Michelsberg rhénan (Lüning 1967 ; Fiedler 1979 ; Schmitt 1974). Il semble en être de même pour le Michelsberg belge, notamment à Spiennes, où une production de lames de belle facture, quoique numériquement plus modeste, est attestée (Hubert 1971 ; Heinzelin et al. 1977 ; Fourny et al. 1987).

8D’autres régions françaises sont gagnées, dans cette première moitié du IVe millénaire, par ce phénomène de simplification technique. C’est le cas de la Bourgogne et de la Franche-Comté où, avec l’émergence du Néolithique moyen bourguignon, l’outillage en matière siliceuse devient essentiellement à base d’éclats débités par percussion dure (Thévenot 1986 ; Chastel, Voruz 1988 ; Piningre 1990). Quant au Chasséen septentrional, si une chaîne opératoire laminaire indépendante est bien attestée à Canneville dans l’Oise (Hamard 1987), en revanche, à Boury (Lombardo et al. 1984) et à Catenoy (Blanchet et al. 1984), seule une fabrication d’éclats laminaires peut être envisagée parmi une production abondante d’éclats courts. À Louviers (Eure), quelques lames régulières débitées par percussion tendre ont été mises en évidence dans l’un des secteurs du site (Augereau 1995c). De rares pièces analogues existent également à Paris Bercy (Augereau 1993). Elles évoquent les petites lames relativement régulières du Néolithique moyen du nord du Bassin aquitain et notamment celles de Chauvigny/Plan Saint Pierre dans la Vienne (Fouéré 1994). Il est inutile de revenir sur le Chasséen méridional qui montre dans ses étapes récentes une technologie directement héritée du Chasséen ancien.

7.1.3 Composition des pièces retouchées et fluctuation du choix des supports d’outils

9D’après l’analyse factorielle, Grisy et Noyen se trouvent proches sur l’axe 1. Sur les deux sites, les grattoirs dominent (39,4 % à Noyen et 30,7 % à Grisy) suivis des denticulés et pièces à retouche irrégulière (sans compter les débris et les indéterminés) [tabl. XXXIX, XLII]. Les tranchets et grandes bitroncatures sont en nombre comparable à Noyen (3,8 %) et à Grisy (4,6 %). Leur typologie est assez semblable à celle du Cerny-Barbuise (tabl. LXXVI ; fig. 101, 102). Les burins sont rares (1,4 % à Noyen et 1,5 % à Grisy) de même que les pointes et les perçoirs. Cependant, au contraire du Cerny-Barbuise où la morphologie de ces classes est hétérogène, il s’agit d’outils mieux standardisés dont de « vraies » pointes façonnées par retouche rasante et dégageant une véritable extrémité pointue (fig. 103, nos 1- 4), et de « vrais » perçoirs à retouche abrupte libérant une mèche bien individualisée (fig. 103, nos 5-10). Les autres outils consistent en pièces peu standardisées comme les pièces esquillées, les pièces à retouche oblique, à retouche large, etc.

Façonnage direct abrupt ou oblique et bulbe aminci

66,6 %

Façonnage direct abrupt ou oblique sans bulbe aminci

16,6 %

Façonnage bifacial envahissant

16,6 %

TABL. LXXVI
Types de grandes bitroncatures dans le groupe de Noyen.

FIG. 101
Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères (Seine-et-Marne), retranchement du groupe de Noyen : industrie sur éclat : grandes bitroncatures. 1 à retouche transversale bifaciale envahissante ; 2 à retouche transversale bifaciale ; 3 à retouche transversale bifaciale envahissante ; 4 à retouche transversale directe moyenne, à bulbe aminci. ? pièce en silex tertiaire ; autres : pièces en silex local.

FIG. 102 
Grisy-sur-Seine/Les Rouqueux (Seine-et-Marne), enceinte du groupe de Noyen : industrie sur éclat en silex local : grandes bitroncatures. 1 à retouche transversale bifaciale envahissante ; 2 à retouche transversale directe envahissante à bulbe aminci ; 3 à retouche transversale bifaciale moyenne.

FIG. 103
Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères (Seine-et-Marne), retranchement du groupe de Noyen : industrie sur éclat en silex local : pointes et perçoirs. 1-4 pointes ; 5-10 perçoirs.

10Cette composition des pièces retouchées sur éclat du groupe de Noyen est assez proche de celle que l’on observe dans le Michelsberg de l’Aisne ou au Chasséen septentrional (Augereau, Hamard 1991 ; Hamard 1993). Néanmoins, ce dernier présente une abondance de pièces à dos, plutôt rares dans le groupe de Noyen (Lombardo et al. 1984 ; Verret 1987 ; Hamard 1987 ; 1993 ; Augereau 1993 ; 1995c).

  • 1 – Prises selon l’axe de débitage de la pièce.

11En ce qui concerne les supports d’outils retouchés, il semblerait que les industries du groupe de Noyen se définissent par des choix métriques plus disparates de ce qu’on observe au Cerny-Barbuise. À la différence de l’enceinte de Balloy, les éclats les plus larges ne sont pas systématiquement réservés pour la fabrication des tranchets et des grandes bitroncatures. En effet, même si les effectifs des largeurs1 des grandes bitroncatures et des tranchets de Noyen et de Grisy se placent plutôt parmi les classes des valeurs hautes (classes 38 < 45 et 45 < 52 mm) [fig. 104], on n’enregistre pas de juxtaposition nette entre la distribution des largeurs des différentes classes d’outils retouchés (voir également fig. 105). De plus, la différence entre les largeurs moyennes des tranchets et bitroncatures et celles de l’ensemble des autres classes de pièces retouchées est peu marquée, à l’inverse de Balloy (tabl. LXXVII) : entre 3 et 6 mm pour le groupe de Noyen et jusqu’à 19 mm pour le Cerny de Balloy.

FIG. 104
Classification des dimensions des pièces retouchées du groupe de Noyen.

FIG. 105
Classification des dimensions des pièces retouchées du groupe de Noyen.

Balloy :
Cerny

Grisy

Noyen fd

Largeur moyenne de l’ensemble des pièces retouchées (en mm) : M1

40,9

38,9

37,5

Largeur moyenne des tranchets et grandes bitroncatures (en mm) : M2

60,6

42,3

43,5

M1 – M2

19,7

3,4

6

TABL. LXXVII
Différence des largeurs moyennes des grandes bitroncatures et de l’ensemble des pièces retouchées dans les groupes de Cerny et de Noyen.

12Les tests statistiques effectués pour les deux périodes sur les différences de la moyenne des largeurs des grandes bitroncatures par rapport à celle des grattoirs, dont la répartition métrique est représentative de l’ensemble des pièces retouchées, confirment cette impression (tabl. LXXVIII). À Balloy, la différence des moyennes est hautement significative puisque t (rapport de la différence des moyennes à son erreur standard) est nettement supérieur aux seuils de confiance. En revanche à Grisy, même si les effectifs sont plus limités, l’idée d’un prélèvement systématique d’un certain type d’éclat pour les supports de tranchets et grandes bitroncatures peut être définitivement écartée. Quant aux longueurs, si elles sont situées parmi les classes des plus faibles valeurs (classe 28 < 36 mm essentiellement) [fig. 104], c’est en raison de l’opération de retouche qui a réduit les longueurs des supports. Finalement, les tranchets et grandes bitroncatures du groupe de Noyen apparaissent comme des pièces généralement plus petites que celles du Cerny-Barbuise.

TABL. LXXVIII
Comparaison des largeurs moyennes des grandes bitroncatures et des grattoirs des groupes de Cerny et de Noyen. L’effectif des tranchets et des grandes bitroncatures de Noyen étant très restreint, c’est celui de Grisy qui a été utilisé dans ce test. t = rapport de la différence des moyennes (m), à son erreur standard (Sd) ; v = variances.

13Pour ce qui est de la métrique des autres classes d’outils retouchés, les répartitions des dimensions des grattoirs et des pièces à retouche irrégulière sont globalement les mêmes que celles de l’ensemble des pièces retouchées (fig. 104). Les distributions sont normales avec des maximums situés dans les classes 44 < 52 et 52 < 60 mm pour la longueur, 31 < 38, 38 < 45 et 45 < 52 mm pour la largeur, et 10 < 13,5 et 13,5 < 17 mm pour l’épaisseur.

14Celles des pointes et des perçoirs semblent plus fluctuantes (fig. 105), avec des distributions en classes assez dispersées, sans qu’il y ait de choix de support préférentiel. Cependant, ces outils sont plus abondants parmi les classes de petites valeurs que les autres classes d’outils retouchés. En ce qui concerne la longueur, c’est la classe 36 < 44 mm qui détient les effectifs les plus importants (près de 25 % des pointes et perçoirs). De même, les maximums de largeurs se situent dans la classe 24 < 31 mm et ceux de l’épaisseur dans la classe 10 < 13,5 mm.

15En revanche, les plus grandes épaisseurs paraissent caractériser essentiellement les denticulés, avec des taux importants de pièces parmi les classes 17 < 20,5 et 20,5 < 24 mm. Mais malgré cette tendance, la distribution en classes de cette dimension reste très dispersée. Par ailleurs, les denticulés présentent peu de pièces parmi les classes de grandes longueurs (à partir de la classe 60 < 68 mm) et la majorité appartient aux classes 44 < 52 et 52 < 60 mm (70 % des denticulés).

16À l’exemple des périodes anciennes, les armatures de flèche du groupe de Noyen, en l’occurrence le groupe des foliacées, sont bien calibrées (fig. 105). En effet, la distribution des dimensions se répartit sur un minimum de classes, celles présentant les plus petites valeurs. Les longueurs sont localisées dans les classes 36 < 44 et 44 < 52 mm pour 80 % des armatures, les largeurs dans les classes 10 < 17 et 17< 24 mm (80 % également des effectifs) et les épaisseurs dans celle 3 < 6,5 mm pour près de 95 % des pièces.

17Mais en définitive, les choix dimensionnels des supports ne procèdent pas de conceptions arrêtées. Les multiples tests statistiques tentés pour affermir ces observations sur l’ordonnance métrique de certaines classes d’outils retouchés sont tous négatifs sauf dans le cas, et on pouvait s’y attendre, des foliacées. Tout au plus, peut-on interpréter le prélèvement des denticulés parmi les éclats plutôt épais ou les plus fortes largeurs moyennes des tranchets et grandes bitroncatures comme des tendances sans caractère systématique. C’est d’ailleurs une des différences essentielles entre les industries du groupe de Noyen et celles du Cerny-Barbuise où le choix des supports de tranchets et de grandes bitroncatures, par exemple, se révèle bien défini. Il en est de même pour les pointes, les perçoirs et les burins dont les supports semblent disparates, d’après ce que l’on peut en juger sur des effectifs aussi réduits.

18En conclusion, au groupe de Noyen, c’est essentiellement la retouche qui différencie les classes de pièces retouchées les plus courants, le gabarit des supports d’outils retouchés étant assez flottant. À quelques nuances près, la configuration générale de l’industrie domestique du groupe de Noyen se rapprocherait assez bien d’une production indifférenciée de supports d’outils telle que l’a défini C. Perlès (1991). En effet, il n’existe qu’une seule chaîne opératoire simple (débitage d’éclats par percussion dure) dans une matière première locale et les types d’outils se distinguent essentiellement par la retouche.

  • 2 – Mais il est à noter que certaines catégories d’outils comme les armatures de flèche gardent une i (...)

19Dune extrême simplicité technique, la production d’outils retouchés sur éclats est quasi exclusive et ne peut être considérée comme une caractéristique culturelle. Corrélée avec l’abandon des méthodes laminaires, elle suppose plutôt une modification dans l’organisation de la production des outillages en relation avec des changements d’ordre économique (adaptation de la fabrication des outils à la matière première et aux activités), culturel (affaiblissement progressif des structures techno-économiques suprarégionales) et social (disparition de la production plus spécialisée du débitage laminaire). Cette simplification progressive des modalités de l’activité de débitage domestique, depuis les débuts du Cerny, pose la question de la représentation culturelle de la fabrication de l’outil de silex et indiquerait que le groupe humain ne considère plus ce domaine de ses activités comme un vecteur de son identité ; à ses yeux, il est devenu purement fonctionnel2.

20Cette déperdition graduelle en charge culturelle de la fabrication de l’outil à usage domestique n’est pas l’apanage du Bassin parisien. Dans les autres régions françaises, on enregistre, à des rythmes et à des degrés différents, une perte totale ou partielle des méthodes laminaires sophistiquées d’origines diverses (septentrionale ou méditerranéenne) au profit du développement des industries sur éclat. Ainsi, vers 4 000 av. J.-C., la Bourgogne et la Franche-Comté, comme on l’a déjà évoqué, voient l’essor d’un outillage sur éclat avec de nombreux grattoirs, couteaux à dos et des racloirs sur plaquette de silex. Cet outillage succède à l’industrie laminaire sur silex blond du Chasséen de Bourgogne, à celles de l’Épirössen du nord du Jura et du Chasséen type Vallon des Vaux du sud du Jura. En Centre-Ouest (Joussaume 1976 ; 1989) et en Armorique (L’Helgouach 1976 ; 1989a ; 1989b), une grande quantité de grattoirs sur éclat et de couteaux à dos existe dès le Néolithique moyen I atlantique. Ensuite, le groupe des Matignons affiche un accroissement significatif de ce type de production. Plus au sud-ouest, avec le groupe de Roquefort, est signalée la multiplication d’une industrie légère à base de grattoirs sur éclat accompagnée de quelques rares lamelles (Roussot-Larroque 1991). Sans vouloir multiplier les exemples, dans le Midi, si l’industrie laminaire par pression sur silex blond perdure pendant un millénaire, on constate, vers 3400 av. J.-C., une régression de la diffusion de ce matériau et une hausse de l’industrie sur éclat ou sur grandes lames robustes en silex lacustre (Gutherz, D’Anna 1989).

21Déjà remarquée par ailleurs, cette évolution technique peut avoir plusieurs explications. Pour J. Chastel et J.-L. Voruz (1988), à propos du Néolithique moyen bourguignon, elle a deux causes complémentaires dont la première est d’ordre fonctionnel. L’émergence d’un outillage massif traduirait un besoin accru en bois végétal nécessaire au développement des constructions architecturales lié à une pression démographique intense. Il est vrai que dans le secteur Seine-Yonne, à partir du Néolithique moyen, on construit beaucoup –en témoignent les nombreuses enceintes fouillées ou simplement repérées– et la démographie semble en pleine expansion. Mais encore faudrait-il démontrer que grattoirs et denticulés sont destinés au travail du bois.

22La seconde hypothèse est d’ordre culturel. En effet, dans toute la France, ce développement de l’industrie sur éclat s’accomplit après l’intégration des traditions culturelles exogènes, que traduisent les étapes du Néolithique ancien puis de l’expansion chasséenne. En même temps, s’épanouit une identité régionale forte qui réussit la fusion entre un substrat local et les divers courants culturels d’origine méridionale et/ou nord-orientale (Mordant 1982 ; 1986b ; Hénocq-Pochinot, Mordant 1991) : groupe de Noyen pour le sud-est du Bassin parisien, Néolithique moyen bourguignon pour la Bourgogne et la Franche-Comté et, plus tardivement, amorce de l’émergence des groupes régionaux pour le Midi, groupes du Néolithique moyen II de l’Ouest, etc. La mise en place de cette mosaïque culturelle, qui s’enracine dès les débuts du Néolithique moyen pour certaines régions comme le sud-est du Bassin parisien, se généralise à toute l’Europe occidentale à partir de 3600 av. J.-C. (Voruz 1991). Partout, à plus ou moins longue échéance, cela se manifeste, dans le domaine du lithique, par une autonomie technique graduelle ayant pour conséquence l’abandon des schémas conceptuels antérieurs et la « perte progressive, par manque de contacts, de la symbolique des formes » (Chastel, Voruz 1988 : 109). Dans cette évolution, le sud-est du Bassin parisien ferait figure de précurseur puisque l’autonomie semble intervenir plus tôt qu’ailleurs, dès les débuts du Cerny (Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures), sinon dès l’extrême fin du Néolithique ancien (Passy/La Sablonnière).

7.2 Armatures de flèche et identité culturelle

23Le groupe de Noyen institue, par l’abandon des méthodes laminaires, la prépondérance absolue d’habitudes techniques ancestrales existant depuis la fin du Mésolithique et caractérisées par un fond commun invariable résistant aux courants culturels successifs : une production d’éclats majoritaire dominée par les grattoirs et les denticulés. En revanche, l’étonnante variance typologique des pointes de flèche, qui accompagne les mouvements culturels, atteste à quel point elles représentent un support privilégié de l’identité culturelle. Il est remarquable de constater que les types d’armature s’excluent d’une période à l’autre, et que celles du groupe de Noyen appartiennent à un genre inconnu dans les corpus des groupes Cerny, celui des armatures perçantes foliacées dont certaines sont manifestement façonnées par pression (fig. 106, 107). Leur attribution typologique est large : elles se répartissent entre armatures amygdaloïdes allongées, à base convexe ou concave, armatures amygdaloïdes courtes, à base rectiligne ou concave, armatures triangulaires à bords rectilignes ou convexes, à base concave ou rectiligne (tabl. LXXIX).

FIG. 106
Grisy-sur-Seine/Les Rouqueux (Seine-et-Marne), enceinte du groupe de Noyen : industrie sur éclat : foliacées. 1,5 amygdaloïdes allongées, base convexe ou concave ; 2,4 amygdaloïdes trapues, base rectiligne ; 3 triangulaire, base concave, bords convexes ; 6 triangulaire, base rectiligne, bords convexes (cette pièce pourrait représenter également une grande bitroncature à retouche bifaciale transversale envahissante).  pièce en calcaire ; autres : pièces en silex local.

FIG. 107
Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères (Seine-et-Marne), retranchement du groupe de Noyen : industrie sur éclat en silex local : foliacées. 1‑3 fragments amygdaloïdes à base convexe ou concave (?) ; 4 fragment d’ébauche amygdaloïde trapue à base convexe (?) ; 5 amygdaloïde allongée, base convexe ; 6 amygdaloïde trapue, base rectiligne ; 7, 9 triangulaires, base concave, bords convexes ; 8 amygdaloïde allongée, base concave ; 10 triangulaire, base rectiligne, bords rectilignes ; 11 triangulaire, base concave, bords rectilignes.

Grisy F

Noyen fd

Total

Armatures amigdaloïdes trapues, base rectiligne ou concave

2

2

4

Armature amigdaloïde allongée, base convexe

1

0

1

Armatures amigdaloïdes allongées, base concave

1

2

3

Armatures triangulaires, bords convexes, base rectiligne ou concave

2

2

4

Armatures triangulaires, bords rectiligne, base rectiligne ou concave

0

2

2

TABL. LXXIX
Typologie des foliacées du groupe de Noyen. F = fosses d’enceinte fd = fosses fermant le méandre

24L’ensemble de ces types existe dans le Michelsberg de la vallée de l’Aisne et des Ardennes et également dans le Néolithique moyen bourguignon (Hamard 1989 ; Augereau, Hamard 1991 ; Piningre 1986 ; 1990 ; Thévenot 1986 ; Chastel, Voruz 1988). En revanche, le Michelsberg rhénan et belge ne présenterait que les formes triangulaires (Lüning 1967 ; Schmitt 1974 ; Fiedler 1979 ; Hubert 1971 ; Heinzelin et al. 1977 ; Fourny et al. 1987). Quant au Chasséen septentrional, on y rencontre quelques rares armatures foliacées à base convexe, mais la grande majorité des têtes de flèches sont des petites bitroncatures à tranchant transversal (Blanchet et al. 1984 ; Lombardo et al. 1984 ; Verret 1987 ; Augereau 1993 ; 1995c).

25Au contraire de ce qui ressort de l’étude de la céramique (Mordant 1982 ; 1986b), les industries lithiques du groupe de Noyen ne recèlent plus d’éléments chasséens, encore sensibles au Cerny-Barbuise dans la conception des armes de chasse. Mais ils ne semblent pas remplacés par un apport nord-oriental issu du Michelsberg rhénan. En fait, la typologie des armatures de trait de cet horizon chronologique montre une certaine homogénéité dans la frange est du Bassin parisien (Néolithique moyen bourguignon, groupe de Noyen, Michelsberg de l’Aisne et des Ardennes) en s’opposant au Chasséen septentrional (petites bitroncatures : armatures tranchantes).

26La communauté typologique des flèches de ces groupes culturels ne s’accompagne pas d’une correspondance avec les types de chasse. Alors que la vallée de la Petite-Seine voit l’avènement de la chasse au cerf qui représente près de 80 % des restes d’animaux chassés (Tresset 1987 ; 1988a), le Michelsberg de l’Aisne montre une activité cynégétique plus diversifiée avec un taux important d’ossements d’aurochs et de sanglier (Arbogast et al. 1991). Il faut ajouter que les pratiques de chasse du Chasséen septentrional se rapprocheraient de celles du Michelsberg de l’Aisne (Arbogast et al. 1991). Dans le Néolithique moyen bourguignon, on a non seulement pratiqué la chasse de façon plus intensive, mais on a également privilégié le sanglier et le chevreuil aux dépens du cerf et de l’aurochs (Chaix 1989).

27Il semblerait donc que seuls les habitants de la vallée de la Seine aient réellement pratiqué une chasse sélective. L’unité typologique des armatures de trait que l’on constate dans la frange est du Bassin parisien à cette période pourrait plutôt renvoyer à une explication d’ordre véritablement culturel, l’emportant sur les modes économiques. Les groupes de cette zone géographique sont reliés par la présence d’éléments céramiques d’origine nord-orientale (Michelsberg) se métissant, pour les ensembles les plus méridionaux, avec une part plus importante d’influences chasséennes et orientales. À l’opposé, l’ouest du Bassin parisien constitue un ensemble bien à part, soumis aux ascendants atlantiques, avec des types de flèche différents. On peut proposer comme hypothèse que l’armature de flèche représente dès lors un vecteur culturel à lui seul, indépendant des usages cynégétiques et des degrés d’anthropisation des milieux naturels qu’elles supposent, variables d’un secteur à l’autre.

7.3 Premières haches polies en silex et premières minières. L’exemple de Villemaur-sur-Vanne/ Les Orlets (Aube)

28Les productions lithiques à usage domestique du groupe de Noyen ne semblent donc pas relever d’une activité spécialisée, qu’elle soit simplement technique ou techno-économique. Mais cette dernière pourrait s’être transposée à d’autres activités comme par exemple la fabrication de lames de hache en silex en contexte minier. Dans le groupe de Noyen apparaissent en effet les premières haches en silex local que l’on retrouve sous forme de fragments repris en nucléus ou en percuteur dans les fosses des retranchements. Elles sont néanmoins peu nombreuses : seulement deux fragments à Grisy et sept à Noyen fd (fig. 108). Il est probable également que la fabrication de tels outils soit à mettre en relation avec une évolution des activités techno-économiques, comme par exemple une exploitation agricole plus intense des terroirs. Écartons d’emblée l’idée d’une fabrication de ces haches dans les sites d’habitat : il n’existe aucun éclat de façonnage de hache parmi les restes de taille domestique de Noyen et de Grisy. On peut donc supposer qu’elles ont été fabriquées hors place, et grâce à l’archéologie des grands travaux, la fouille de plusieurs minières à silex en Bassin parisien ces dernières années (Jablines, Serbonnes, minières du Pays d’Othe) révèle maintenant toutes les potentialités d’études de ce genre de site.

FIG. 108
Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères (Seine-et-Marne), retranchement du groupe de Noyen : pièces façonnées en silex local : haches polies et hache taillée. 1 fragment de hache polie (apex) ; 2 fragment de hache polie (tranchant) ; 3, 4 fragments de haches polies retaillées ; 5 hache polie réutilisée en percussion ; 6 hache taillée.

29Les recherches sur l’exploitation minière de matière siliceuse se trouvent au cœur des préoccupations concernant l’étude du système socio-économique des sociétés néolithiques. En effet, par leur témoignage direct d’une activité spécifique hors village, les exploitations minières conduisent à la question de la structure économique et sociale de l’acquisition, de la transformation puis de la diffusion des matières siliceuses dans le système technique néolithique (Lech 1981 ; 1987 ; Jeudy et al. 1995 ; Pétrequin et al. 1996). Plus spécifiquement, les études lithiques en contexte d’extraction se situent à la croisée de trois aspects complémentaires (Edmonds 1990 ; Pelegrin 1995c ; 1995d), visant à caractériser le mode de contrôle économique et social de l’activité minière :

  • la recherche de l’organisation spatiale de la taille, qui peut être fonction de rapports sociaux précis, comme par exemple l’exploitation individuelle, collective, communautaire, familiale... des matériaux extraits (Lech 1982 ; Pétrequin 1989) ;

  • la mise en évidence des méthodes et techniques de fabrication des pièces, et du degré de technicité ; cet aspect est sous-tendu par la question des niveaux de compétence technique des tailleurs et d’une éventuelle spécialisation technique de la taille en contexte minier, et de la division du travail ;

  • la caractérisation puis la répartition des produits issus de la minière qui témoignent du rayonnement économique du complexe minier et de ses modalités ; on aborde ici le problème de la spécialisation techno-économique au regard de la diffusion des produits miniers (locale, régionale, lointaine) et de ses modalités (échange, troc, commerce, etc.). La région Seine-Yonne regorge de silex et les minières furent probablement nombreuses. Le premier site fouillé dans le secteur a été celui de Serbonnes (Yonne), situé sur l’interfluve entre

30la Bassée et la vallée de l’Yonne (Hascoët, Mendoza y Almeida 1990). La production principale semble avoir été la lame de hache. L’aspect de la matière première exploitée, appartenant au Campanien supérieur, correspond tout à fait aux haches de Grisy et de Noyen : il s’agit d’un silex assez rêche au toucher, patinant en blanc, comportant d’importantes zones plus grenues de couleur grise. Mais malheureusement, les niveaux de sols sont très érodés et les amas de taille subsistant dans le sommet des puits sont rares et peu documentés (quelques dizaines d’éclats récoltés). Une étude technologique approfondie est donc impossible.

31Plus au nord-est, le complexe minier du Pays d’Othe dans l’Aube (Labriffe et al. 1990 ; Labriffe, Thébault 1992 ; 1995) a fait l’objet de recherches plus systématiques : trois minières y ont été explorées en effectuant des décapages extensifs dans le cadre de l’opération de sauvetage réalisée sur l’autoroute A 5. La craie coniacienne comporte, dans ce secteur, des bancs de silex de bonne qualité, de couleur gris brun à jaune brun, de grain fin homogène, et à cortex fin crayeux jaune à blanc. À l’évidence, la matière première des haches de Noyen et de Grisy ne provient pas du Pays d’Othe. Mais c’est là que les données sur la production lithique en contexte d’extraction sont, à ce jour, les mieux documentées et cet exemple sera choisi pour illustrer cet aspect de la technologie lithique de la deuxième partie du Néolithique moyen.

32La minière de Villemaur-sur-Vanne/Le Grand Bois Marot présente des états de surface particulièrement bien conservés avec de nombreux amas de taille presque intégralement préservés (Labriffe et al. 1990 ; Labriffe, Thébault 1992 ; 1995). Un certain nombre d’entre eux ont été prélevés et étudiés, et ont permis de mettre au point des méthodes d’étude réunissant ainsi des renseignements consistants sur les modalités de la transformation en ébauches de hache de la matière extraite (Augereau 1995b). D’après les quelques artefacts lithiques typiques (racloirs à encoches), elle serait datée d’une période plus récente que le groupe de Noyen : le Néolithique final. En revanche, la minière située sur le versant opposé de la vallée, Villemaur-sur-Vanne/Les Orlets (Labriffe 1992a ; Labriffe et al. 1995 ; Labriffe, Thébault 1995), appartiendrait à l’horizon chronologique du groupe de Noyen. Les structures de surface sont cependant moins bien préservées qu’au Grand Bois Marot mais les artefacts lithiques, piégés essentiellement dans les remplissages sommitaux des puits, y sont abondants. Dans un souci méthodologique, les données des Orlets seront systématiquement confrontées à celles du Grand Bois Marot, où les informations sont les plus complètes. Par comparaison, quelques hypothèses générales sur les processus de la production de haches et les modalités de la transformation des matériaux siliceux extraits au groupe de Noyen pourront être énoncées.

33Au Grand Bois Marot, la production est unique : la lame de hache. Cette identification découle d’un certain nombre d’observations. D’une part, les artefacts composant les amas ont été reconnus comme étant des éclats de taille bifaciale ; d’autre part, l’abondance d’ébauches de pièces bifaciales épaisses sur le décapage a été d’emblée remarquée, de même que l’extrême rareté de nucléus à lames (un nucléus en silex exogène trouvé en surface) et des produits correspondants. Enfin, les ramassages en surface de la minière réalisés par des amateurs locaux comprennent de nombreuses ébauches de haches et quelques lames polies (collections Dijon et Voisin, notamment).

34Aux Orlets, l’intention de production reste en majorité la hache. On rencontre néanmoins une activité secondaire minoritaire, orientée vers la fabrication de lames et d’éclats. Une autre méthode de débitage a été aussi mise évidence. Elle se rapprocherait de la méthode Levallois (une dizaine de nucléus) : les nucléus sont préparés, à partir des bords, par enlèvements centripètes unifaciaux ou bifaciaux. De la préforme ainsi obtenue, on a tiré de deux à cinq éclats. Ce type de chaîne opératoire n’est connu actuellement pour le Néolithique qu’à Muides, dans le groupe de Chambon (Creusillet 1997) et à Canneville (Oise) en contexte Chasséen septentrional (Hamard 1987). Les restes de taille sont essentiellement conservés dans le sommet des puits où ils ont été piégés, les amas de surface étant absents. Comme au Grand Bois Marot, ils contiennent un taux important d’éclats de façonnage de pièces bifaciales, les restes correspondants aux autres chaînes opératoires étant rares et de toute façon difficilement distinguables de ceux issus des phases de dégrossissage des ébauches. L’étude de la composition des restes a confirmé cette première impression.

7.3.1 Composition des restes de taille et organisation de la production

35Nous avons tenté de déterminer si toutes les étapes de la chaîne opératoire de fabrication des ébauches prêtes à polir étaient représentées au sein des restes de taille. En effet, en recherchant le mode de répartition géographique des étapes du travail, on pose la question de l’organisation spatiale de la production. Le problème reste d’interpréter les résultats en termes socio-économiques (Lech 1981 ; 1982) : y a t-il une division spatiale du travail et comment s’inscrit-elle dans la structure socio-économique de la production minière ? Les tailleurs sont-ils les mineurs ? Comme l’ont démontré R. Schild, H. Krolik et M. Marczak à Tomaszow, en Pologne centrale (1985), il devrait être possible de répondre à ces questions en corrélant les résultats de l’analyse lithique avec d’autres données comme la gîtologie du silex, le système d’exploitation des bancs, l’organisation des puits entre eux, la diffusion des produits finis, etc.

36La méthode a été mise au point avec la collaboration de J. Pelegrin (CNRS, UMR 7055) sur la minière du Grand Bois Marot, où les amas sont très abondants et très riches. Les résultats obtenus permettent de valider ceux réunis aux Orlets, plus partiels.

  • 3 – On trouvera le détail de la composition des restes de taille des deux minières de Villemaur dans (...)

37D’une manière générale, la composition des restes de taille (poids en grammes des catégories techniques) varie faiblement d’une structure à l’autre et d’une minière à l’autre3 (fig. 109). Les différentes phases de façonnage des haches, clairement mises en évidence au Grand Bois Marot grâce à la conservation exceptionnelle des amas, et certifiées par l’unité de la production, se retrouvent aux Orlets dans des proportions voisines. Dans ce dernier site, la représentation pondérale des éclats corticaux, épais ou très épais, taillés par percussion dure, est assez homogène ; elle regroupe en effet de 15 % (structures 36 et 121) à 25 % (structure 18) du poids total des artefacts. Au Grand Bois Marot, on a sensiblement les mêmes pourcentages : 15 % (structure 36) à 25 % (structure 65) du poids total des éclats de taille sont constitués d’éclats corticaux. Ces restes proviennent de la phase de dégrossissage des blocs avant la mise en forme des ébauches ou, aux Orlets, avant le débitage d’éclats ou de lames. Les éclats épais à très épais partiellement corticaux, également détachés par percussion dure, sont généralement plus abondants aux Orlets qu’au Grand Bois Marot : ils forment de 43 % (structure 136) à 65 % (structure 36) du poids des éclats aux Orlets, alors qu’ils n’en représentent que 32 % à 44 % au Grand Bois Marot. Ceci peut s’expliquer par le fait que, aux Orlets, un certain pourcentage de ce type d’éclats provient des chaînes opératoires secondaires (débitages de lames et d’éclats), gonflant ainsi les effectifs de cette catégorie par rapport aux autres et notamment par rapport aux catégories d’éclats caractéristiques de la taille bifaciale. En revanche, au Grand Bois Marot, ils peuvent tous être attribués à la phase intermédiaire entre le dégrossissage et la mise en forme des ébauches.

FIG. 109
Minières de Villemaur-sur-Vanne : composition des restes de taille archéologiques et expérimentaux (expérimentation : J. Pelegrin/CNRS, MAE).

38Les catégories d’éclats que nous allons décrire sont caractéristiques de la taille bifaciale et peuvent être assignées, aux Orlets et a. fortiori au Grand Bois Marot, à la chaîne opératoire de façonnage des ébauches.

39La phase de mise en forme s’effectue au percuteur tendre. Elle donne des éclats moins épais sans cortex ou portant du cortex en partie distale, avec des angles à la corniche aigus, des négatifs d’enlèvements convergents et une courbure importante. Les talons montrent souvent les proximaux des négatifs des enlèvements de la face opposée de l’ébauche. Aux Orlets, la représentation pondérale des éclats de cette phase enregistre quelques variations avec 5 % du poids des artefacts pour la structure 100, à 15 % pour la structure 136. De plus, ils sont moins représentés qu’au Grand Bois Marot (15 % à 22 % du poids des artefacts). Mais étant donné l’existence aux Orlets de chaînes opératoires secondaires, il a fallu isoler les éclats sans cortex ne montrant pas de manière évidente les critères de reconnaissance d’éclats de façonnage de hache. Cette distinction, qui n’est pas sans effet sur la représentation des autres catégories d’éclats, et notamment les éclats provenant de façon certaine du façonnage de hache (éclats épais et minces sans cortex ou portant du cortex en partie distale issus de la mise en forme et de la finition des ébauches de hache), n’a pas été jugée pertinente au Grand Bois Marot.

40La phase de régularisation (éclats minces, épaisseur inférieure à 5 mm, cortex absent ou partie distale offrant les mêmes caractéristiques que la catégorie précédente) est bien homogène avec 5 % (structure 100) à 8 % (structure 136) du poids total des restes aux Orlets. Pour les mêmes raisons évoquées au paragraphe précédent, elle est moins abondante qu’au Grand Bois Marot où seule la chaîne opératoire de façonnage des haches est attestée.

41Quant au poids d’esquilles de taille bifaciale, aux Orlets, il varie d’une structure à l’autre (de 2 à 5 % du poids des éclats). En outre, il est globalement moins élevé qu’au Grand Bois Marot. Ceci tient au mode de prélèvement sur le terrain des assemblages lithiques. Au Grand Bois Marot, les structures 36 et 65, qui ont fait l’objet d’une fouille manuelle en place, fournissent un taux d’esquilles comparable à celui de la taille expérimentale où tous les petits éclats ont été ramassés. Aux Orlets, aucune fouille en place n’a été effectuée et certains ensembles ont été collectés lors du creusement de la tranchée d’exploration à la pelle mécanique. Par conséquent, beaucoup des plus petites pièces n’ont pas été recueillies.

42Malgré l’hétérogénéité de la production qui caractérise les Orlets, ainsi que les différences de matière première et la mauvaise conservation des structures de surface, la distribution des éclats attribués à la taille bifaciale semble proportionnellement conforme à celle du Grand Bois Marot. L’ajout d’une catégorie supplémentaire (éclats épais sans cortex ne présentant pas les caractères habituels de restes de façonnage) et le taux plus important d’éclats partiellement corticaux, difficilement imputables à une chaîne opératoire plutôt qu’à l’autre, réduisent la représentation des éclats de mise en forme et de régularisation d’ébauche. Mais par comparaison avec le Grand Bois Marot –où l’on peut penser que la répartition des artefacts est plus représentative de la chaîne opératoire bifaciale grâce à la conservation en place des amas de taille et à l’homogénéité de la production– l’ensemble des catégories d’éclats apparaît de manière proportionnelle dans les deux minières. La répartition des restes de taille des deux minières est cohérente avec celle des produits de la taille expérimentale effectuée par J. Pelegrin (UMR 7055 du CNRS) [on trouvera le détail de la composition des restes de taille des tests expérimentaux réalisés dans le silex des deux minières de Villemaur dans les tableaux LXXXI et LXXXII]. Au Grand Bois Marot, les tests ont été réalisés sur deux catégories de rognon représentant les deux pôles extrêmes de la matière première disponible :

43– des rognons oblongs assez irréguliers dits rognons branchus à tétons selon la terminologie de V. Krier (1990 ; 1996), de volume important (poids d’environ 5 à 6 kg) ; la phase de dégrossissage, plus importante, a donné un fort volume d’éclats lors de la taille expérimentale ;

44– des rognons plats (épaisseur moyenne : 30 mm), de poidsplus faible (2 à 3 kg), nécessitant une phase de dégrossissagemoins importante qui a donc généré moins de restes.

TABL. LXXXI
Villemaur-sur-Vanne/Le Grand Bois Marot : distribution pondérale des artefacts issus de la taille expérimentale effectuée par J. Pelegrin (en grammes).

TABL. LXXXII
Villemaur-sur-Vanne/Les Orlets : distribution pondérale des artefacts issus de la taille expérimentale des blocs 1, 2, 8, 9 et 10 (taille d’ébauches de hache) effectuée par J. Pelegrin.

45Au total, six tests ont été réalisés dont la finalité était précisément de façonner des ébauches de hache prêtes à polir.

46Aux Orlets, une dizaine de blocs a été testée. Ils proviennent des deux bancs principaux exploités (bancs 3 et 4) qui ont livré approximativement les mêmes types de rognons : il s’agit pour la plupart de gros nodules plats, légèrement branchus sur les bords, pesant de 2 à 6 kg pour les plus volumineux. Ce sont essentiellement ces types de blocs qui ont intéressé les mineurs, puisqu’il ne reste, parmi les rejets de puits, que les « parties stériles » de ces rognons (fragments gélifractés, fragments de blocs testés, gros éclats, etc.). En revanche, des rognons oblongs de taille beaucoup plus petite, moins fréquents dans les bancs, se retrouvent en abondance dans les rejets de puits (Labriffe et al. 1995). Cette dernière catégorie de blocs n’a pas été testée lors de la taille expérimentale. Pour les Orlets, J. Pelegrin a accompli la taille de cinq ébauches de hache prêtes à polir, de deux nucléus de type Levallois et de deux nucléus à lames. Aux Orlets comme au Grand Bois Marot, la taille expérimentale donne une répartition pondérale par catégorie d’éclats assez proche de celle du matériel archéologique (fig. 109, colonnes de droite). On trouve en effet environ 20 % du poids des restes parmi les éclats corticaux, 41 % parmi les éclats épais partiellement corticaux, 13 % parmi les éclats épais sans cortex ou portant du cortex sur la partie distale (la phase de mise en forme des ébauches) et 8 % parmi les éclats minces sans cortex ou portant du cortex sur la partie distale (régularisation). Les catégories définies empiriquement se trouvent donc validées.

47En conclusion, et par comparaison avec les données de la taille expérimentale, on peut avancer que la chaîne opératoire de façonnage des haches est complète aux deux minières et que la fabrication des ébauches prêtes à polir s’est effectuée sur le site d’extraction, du moins pour les structures traitées. Cette observation se trouve d’ailleurs confirmée par le repérage, lors des tris, de quelques éclats de finition des tranchants, fins, allongés, avec des négatifs convergents.

7.3.2 Niveaux de compétence technique et préparation des arêtes de l’ébauche au stade de la régularisation

48V. Roux et J. Pelegrin (1989) ont montré que chez les fabricants actuels de perles en cornaline du Gujarat (Inde), le degré de savoir-faire peut être corrélé à différents niveaux de spécialisation techno-économique. Toutefois, un faible niveau de compétence technique ne signifie pas une absence de spécialisation économique. La spécialisation se manifeste, en effet, par les modes de production et de distribution des produits (Miller 1987 ; De Grooth 1991).

49A propos des degrés de savoir-faire, on peut apporter des éléments de réflexion par l’observation des talons des éclats minces sans cortex ou corticaux en partie distale.

50Ces éclats correspondent à la phase finale du façonnage des ébauches au percuteur tendre (régularisation). A priori, il s’agit de l’étape du travail la plus délicate car elle prépare au polissage des pièces et l’on peut penser qu’à ce moment-là, le tailleur mobilise le maximum de son savoir-faire et de sa compétence technique, notamment dans les modalités préparant le détachement des éclats. Les restes de façonnage qui en proviennent sont donc susceptibles d’apporter les résultats les plus significatifs sur le niveau de compétence technique.

51Trois catégories de talons correspondant à deux degrés de préparation ont été déterminées :

  • les talons corticaux, surtout représentés parmi le matériel archéologique ; les éclats correspondants sont très probablement des enlèvements accidentels issus de la phase de dégrossissage au percuteur dur ;

  • les talons lisses ou dièdres, sans préparation de la corniche avant détachement de l’éclat ;

  • les talons facettés, préparés transversalement par facettage, de manière à enlever les aspérités de la corniche et ainsi d’accroître la précision de l’impact tout en préservant le percuteur.

52Les résultats présentés sur la figure 110 montrent qu’au Grand Bois Marot, les talons lisses ou dièdres sont les plus abondants pour l’ensemble des structures : de 73,8 % (structure 1) à 79,4 % (structure 36). Les talons facettés ne dépassent pas 16 % des artefacts (structure 1). La préparation soignée des bords de l’ébauche avant l’enlèvement des éclats de régularisation est donc relativement rare.

FIG. 110
Villemaur-sur-Vanne/Les Orlets (Aube), minière à silex : types de talon parmi les éclats de régularisation d’ébauches de haches archéologiques, et les éclats expérimentaux : éclats minces, cortex absent ou en partie distale (expérimentation : J. Pelegrin/CNRS, MAE).

53Les proportions s’inversent pour le matériel expérimental où le tailleur a exécuté son travail d’une manière soignée, dans l’objectif d’obtenir une ébauche bien équilibrée, de convexités régulières, et présentant des bords et un tranchant symétriques afin de soulager l’étape de polissage : la régularisation transversale par facettage et l’abrasion longitudinale des arêtes ont été la plupart du temps effectuées. On compte en effet 68,4 % de talons facettés pour seulement 30,2 % de talons lisses. Fort de cette expérience, J. Pelegrin a réalisé la taille expérimentale des Orlets en préparant le moins possible les bords des ébauches. C’est pourquoi le graphique de la figure 110a révèle un écart moins grand entre le taux de talons lisses et celui de talons facettés des données archéologiques et des données expérimentales. Néanmoins, la différence reste importante : de 15 à 25 % de talons facettés parmi les éclats archéologiques contre près de 40 % pour les éclats issus de l’expérimentation. On remarquera enfin que, par rapport au Grand Bois Marot, le pourcentage de talons lisses est encore plus fort aux Orlets : il oscille entre 77 et 90 % du total des pièces alors qu’il ne dépasse pas 77 % au Grand Bois Marot.

54Ainsi, aux Orlets et au Grand Bois Marot, la préparation du détachement des enlèvements à risque lors de la régularisation des ébauches est une méthode occasionnellement mise en œuvre, comme l’atteste la rareté des talons facettés parmi les éclats minces, du moins pour les échantillons observés. Cette remarque est corroborée par l’extrême degré d’usure des percuteurs en bois de cerf (Sidéra 1991). Aussi, cette particularité n’est pas sans conséquence sur la forme finale de l’ébauche, moins régulière et moins équilibrée qu’une pièce dont la phase de régularisation est soigneusement menée. Les phases de polissage en seraient rendues de ce fait plus pénibles et plus longues.

55L’observation de quelques pièces polies (onze pièces) provenant du Grand Bois Marot (collections Dijon et Voisin notamment) montre qu’il existe différents degrés de polissage : les arêtes peuvent être simplement atténuées et lorsque le polissage est plus envahissant, il affecte surtout le tranchant et laisse apparents quelques négatifs d’enlèvements de façonnage sur les corps. En outre, le polissage des tranchants est plus fin que celui des corps. Ces derniers présentent un aspect de verre dépoli.

56Finalement, c’est surtout le polissage du tranchant qui a fait l’objet d’un soin particulier, comme on le constate d’ailleurs couramment sur un grand nombre de haches polies d’origines diverses. On peut penser que le même soin a été apporté au façonnage des tranchants lors de la taille, et les rares éclats minces sans cortex ou avec du cortex en partie distale indiquant une préparation pourraient provenir de leur régularisation. Cette hypothèse, qui demande à être étayée, pourrait laisser penser que, pour un niveau de compétence technique globalement peu élevé, les efforts ont été surtout concentrés sur la future partie active de l’ébauche, sur laquelle va être effectué en priorité le polissage. Pour corroborer cette hypothèse, des analyses complémentaires restent à faire en élargissant le champ des investigations à l’ensemble des collections de surface disponibles et en systématisant l’approche technologique des restes de taille archéologiques. Des tests expérimentaux supplémentaires sont également à envisager avec d’autres tailleurs, notamment des débutants et des tailleurs pratiquant occasionnellement. L’observation de la morphologie des ébauches issues du travail de chaque tailleur, puis la comparaison des temps de polissage nécessaires pour leur production respective permettraient d’établir un étalonnage plus complet des niveaux de compétence technique.

7.3.3 Causes d’abandon des ébauches et « pièces déviantes »

57La conservation des amas de surface du Grand Bois Marot a permis, par comparaison avec la taille expérimentale, de proposer une estimation des temps de travail et du nombre d’ébauches abandonnées par rapport à celles emportées – et donc conformes aux standards des lames prêtes à polir. On a pu ainsi établir une fourchette d’évaluation du taux de réussite et de ratage de fabrication. Par opposition avec la production d’un tailleur de bonne compétence comme J. Pelegrin, le nombre de pièces défectueuses du Grand Bois Marot semblait assez important : entre 15 et 50 % des ébauches ont été jugées non satisfaisantes et ainsi rejetées sur place, la moyenne devant se situer aux alentours de 30 % (Augereau 1995b). Pour donner une échelle de grandeur, au Grand Pressigny, le taux de nucléus « livres de beurre » de facture maladroite a été évalué à 10-15 %, dans le cadre d’une production de grandes lames autrement plus complexe (Kelterborn 1980). Ces observations confortaient l’hypothèse de tailleurs peu performants, exerçant occasionnellement, ce qui était déjà décelable dans l’étude des degrés de préparation des enlèvements à risque. Une telle analyse est impossible aux Orlets où l’on ne dispose d’aucun amas de taille complet ou subcomplet. Mais on peut approcher indirectement cette question par l’étude des causes d’abandon des ébauches. Le tableau LXXX montre que plus de la moitié des ébauches de stade 2 (ébauches au stade de la mise en forme) et de stade 3 (ébauches au stade de la régularisation) récoltées lors de la fouille des Orlets et du Grand Bois Marot ont été rejetées à la suite d’événements prévisibles et évitables pour un tailleur entraîné (Pelegrin 1995b) et que l’on peut qualifier de maladresses : enlèvements scalariformes ou trop profonds rendant impossible la poursuite du façonnage, choix de blocs inadaptés (trop minces, trop irréguliers, présentant des trous, etc.), cassures dues à un mauvais maintien de l’ébauche lors de certains enlèvements à risque, etc.

TABL. XXX
Causes d’abandon des ébauches de hache des minières du Pays d’Othe.

58Ces résultats appuieraient l’idée de tailleurs peu performants pratiquant très occasionnellement, de manière intermittente (Pelegrin 1995d), et d’une absence de spécialisation technique de la production d’ébauches de hache prêtes à polir. Toutefois, il faut s’interroger sur la pertinence de ces ébauches pour apporter des éléments sur la compétence des producteurs. En effet, leur grande majorité (150 ébauches sur 160) appartient à la catégorie des « pièces déviantes », au sens de G. Chauchat (1991), c’est-à-dire non conformes aux standards de production recherchés et cumulant des caractéristiques aberrantes. Du point de vue du choix du support d’une part, la grande majorité de ces pièces a été façonnée sur de petits blocs, oblongs à plats, ou sur de petites plaquettes qui appartiennent à un autre banc, peu exploité car de médiocre qualité en raison d’une proportion importante de blocs Taillés (fig. 112). Par ailleurs, ce type de bloc est abondant dans les rejets de puits alors que la majorité des blocs de bon volume a été extraite puis taillée. Ces ébauches ont donc été fabriquées dans des rebuts d’extraction.

59Du point de vue métrique, une partie de ces ébauches montre des rapports longueur/largeur, longueur/épaisseur ou largeur/épaisseur anormaux par comparaison avec les pièces a priori peu. déviantes. D’après les quelques ébauches attestées comme non déviantes, les standards de ces rapports oscillent entre :

  • 2 et 3 pour l’indice longueur/largeur (la longueur est égale à 2 ou 3 fois la largeur) ;

  • 3,5 et 5,2 pour l’indice longueur/épaisseur (la longueur est égale à 3,5 ou 5,2 fois l’épaisseur) ;

  • 2,2 et 3 pour l’indice largeur/épaisseur (la largeur est égale à 2,2 ou 3 fois l’épaisseur).

60Les ébauches nettement déviantes présentent dans la plupart des cas un ou plusieurs de ces indices non conformes à ces standards. Elles sont soit trop minces par rapport à la largeur du tranchant, soit trop épaisses (ce qui donne des pièces à tranchant obtus), soit trop courtes par rapport à la largeur, soit trop minces par rapport à la longueur (ce qui donne des pièces trop fragiles et donc non fonctionnelles). Pourtant, bon nombre d’entre elles ont été menées jusqu’à la fin du stade 2 (mise en forme) et, dans certains cas, la phase de régularisation a été entamée. Enfin, la plupart d’entre elles sont torses, avec des arêtes latérales sinueuses, des tranchants obtus et/ou déjetés, des lignes médianes décalées, etc., en raison de réfléchissements répétés, d’enlèvements trop profonds, de choix de blocs présentant des diaclases visibles en surface du cortex, ou trop irréguliers ou encore à l’évidence trop petits (fig. 111, no 1 et 112). Elles sont donc impropres au polissage, même celles dont la phase de régularisation a été menée assez loin. À l’opposé, les ébauches les moins déviantes, une dizaine sur 160, cumulent un certain nombre de caractères de régularité, moins fréquents sur les autres ébauches (fig. 111, nos 2, 3). Il s’agit de pièces à bords relativement rectilignes, à tranchant large et rectiligne, et à apex pointu ; les lignes médianes des deux faces sont approximativement symétriques et centrales ; la convexité des deux faces est acceptable. Leur module oscille entre un standard de grandes dimensions (165 x 90 x 32 mm) [fig. 111, no 3] et un autre plus réduit (en moyenne : 107,5 x 52,8 x 23 mm) auquel se rapportent la plupart des ébauches identifiées comme peu déviantes (fig. 111, no 2). Enfin, pour la plupart, elles ont été abandonnées à la suite de cassures dues à des diaclases internes. Toutefois, le rejet consécutif à une cassure due au mauvais maintien du bloc ou pour faute technique notoire (réfléchissements répétés, enlèvements trop abrupts, outrepassés, etc.) existe également.

FIG. 111
Villemaur-sur-Vanne/Les Orlets (Aube), minière à silex : 1 exemple d’ébauche de stade 1 ; 23 exemples d’ébauche de hache peu déviante, stade 2/3 ; cause d’abandon : cassure.

FIG. 112
Villemaur-sur-Vanne/Les Orlets (Aube), minière à silex : exemples d’ébauche de hache déviante ; 1 stade 2 ; cause d’abandon : bloc inadapté (trop mince) ; 2 stade 2 ; cause d’abandon : réfléchissements répétés ; 3 stade 2/3 ; causes d’abandon : cassure, réfléchissements répétés.

61Les ébauches déviantes ne se caractérisent donc pas uniquement par une accumulation de fautes techniques prévisibles. Le choix de rebuts d’extraction, de blocs inadaptés dès le départ et sur lesquels le façonnage a été parfois mené assez loin, rend insuffisante l’hypothèse d’un manque de pratique de l’ensemble des tailleurs ayant œuvré aux Orlets. En fait, tout se passe comme si les portions de matière première jugées inadaptées à la fabrication de haches fonctionnelles ont été abandonnées à des tailleurs débutants. On pourrait imaginer que les tailleurs les moins expérimentés, plus jeunes, ont récupéré les déchets de l’extraction pour s’exercer à la taille.

62Ces observations pourraient indiquer que les restes de taille présents sur le site sont uniquement issus de ces tailleurs débutants et que tous les matériaux extraits propres à la production ont été emportés et taillés ailleurs. Toutefois, si cette hypothèse était vraie, la distribution en catégories techniques des éclats divergerait plus nettement de celle de la taille expérimentale. D’autre part, l’abondance relative des éclats de régularisation n’est pas en rapport avec le nombre d’ébauches de stade 3, qui se chiffre à quelques individus (seulement 11 sur 160 ébauches de tous stades). Enfin, il existe quelques pièces non déviantes, délaissées pour des causes techniques non prévisibles, et qui, à l’évidence, ont été taillées sur le site.

63Ainsi, dans l’état actuel des investigations, ces résultats ne remettent pas en cause le faible niveau de compétence dans la fabrication des ébauches de hache. Au travers de ces données, il est possible d’imaginer que les équipes de tailleurs étaient composées de quelques artisans suffisamment efficaces et de jeunes, débutants et apprentis, dont l’apprentissage se faisait par imitation des adultes sur des blocs de qualité inférieure. Cette hypothèse permettrait d’expliquer le « gaspillage » apparent de matière première et le bas niveau global de savoir-faire.

7.3.4 Organisation de l’exploitation minière

64On ne peut déduire d’emblée une absence de spécialisation techno-économique de la production minière et, pour examiner efficacement cette hypothèse, d’autres éléments que la détermination des niveaux de compétence doivent être pris en compte (Pelegrin 1995d). Du point de vue de l’organisation de la production tout d’abord, et d’après l’étude de la composition des restes de taille, l’ensemble de la chaîne opératoire, excepté le polissage, semble s’être déroulé à proximité immédiate du lieu d’extraction de la matière première. À ce stade du travail, on aurait donc une division spatiale faible : il ne semble pas exister d’ateliers extérieurs spécialisés dans différentes étapes de fabrication comme on peut le supposer à Bretteville-le-Rabet (Desloges 1986).

65Du point de vue des modalités de l’extraction, il est certain que les minières de Villemaur se caractérisent par des systèmes d’exploitation peu complexes, conditionnés par la gîtologie du silex et sa qualité (Labriffe, Thébault 1995 ; Labriffe et al. 1995). Aux Orlets, les structures d’extraction ont des profondeurs comprises entre 0,3 et 5,6 m ; dans les secteurs où les gisements de matière première sont profonds, le puits se limite à un simple forage étroit permettant de repérer les bancs de silex ; l’exploitation est ensuite minimale et s’effectue par élargissement relativement restreint. Ce système d’exploitation opportuniste est sans doute en partie lié à la qualité aléatoire des quatre bancs de silex repérés. Les deux premiers –les moins profonds– sont constitués de rognons irréguliers de petites dimensions qui ont été faiblement utilisés. Le banc 3 comprend de nombreuses plaquettes faillées. Le banc 4, qui représente sans doute le mobile principal de l’extraction, est de meilleure qualité mais il est composé de blocs de dimensions et de formes variées. On est donc dans un cas de figure très différent de ce qui a été observé dans la zone sud de Jablines où le banc de silex inférieur a été presque complètement exploité par un système de galeries rayonnantes accessibles par des puits de 4 à 7 m de profondeur et de 2,5 m de diamètre (Bostyn, Lanchon 1992). Á Jablines, le système d’exploitation systématique tend vers l’exhaustivité et contraste fortement avec celui mis en évidence à Villemaur. Il se combine de surcroît avec la grande qualité d’une partie de la production composée de haches standardisées dont la longueur avoisine 30 cm ; à Villemaur, les mesures donnent des haches ne dépassant pas 15 cm de longueur, dans le meilleur des cas.

66Le système d’exploitation de Villemaur/Les Orlets s’apparenterait plutôt au cas de figure décrit pour la minière de Tomaszow, en Pologne centrale, au Néolithique ancien, système que R. Schild, H. Krolik et M. Marczak (1985) qualifient de non méthodique : le rapport entre le volume des puits et le volume de matière première extraite est extrêmement variable ; les puits sont abandonnés avant la fin de leur exploitation. À partir de ces données, les auteurs envisagent que la mine ait été accessible par de nombreuses unités sociales différentes, composées de quatre à cinq personnes, sans contrôle de la part d’une entité sociale précise.

67Quant à la diffusion des produits, et dans l’état actuel des recherches, aucune hache en silex de Villemaur n’est signalée, à ma connaissance, hors du Pays d’Othe où, en revanche, elles existent en abondance dans les collections de surface (Labriffe 1992b). Il n’est pas impossible néanmoins qu’une partie de la production soit parvenue dans les Ardennes, région pauvre en silex. Toutefois, la proximité de cette région avec le Pays d’Othe n’en ferait pas une diffusion à longue distance. Enfin, d’après les prospections de P.-A. de Labriffe (1992b), la plupart des vallées adjacentes à la vallée de la Vanne, où des sites d’habitat ont été également repérés, présentent une ou plusieurs minières.

68L’ensemble de ces observations, appuyées par des comparaisons avec d’autres minières, permet de se prononcer sur l’organisation techno-économique de la production minière du Pays d’Othe. L’absence de segmentation spatiale de la chaîne de production, le niveau de compétence globalement bas, la qualité aléatoire de la matière première conditionnant un système d’exploitation opportuniste, la médiocrité des produits issus de la minière, courts et peu standardisés, l’abondance des sites d’extraction dans la plupart des vallées occupées au Néolithique convergent vers l’hypothèse d’une exploitation casuelle des gisements de silex satisfaisant aux besoins locaux. Si diffusion il y a eu, elle n’a pu être que limitée. Une organisation semblable peut être évoquée pour la minière de Serbonnes (Yonne) [Hascoët, Mendoza y Almeida 1990], contemporaine de celle des Orlets, où le silex, peu abondant et de qualité médiocre, représente un argument en faveur d’une exploitation par des locaux non spécialisés. L’idée d’une spécialisation techno-économique n’est donc pas recevable en l’état actuel des données, ni même celle d’une spécialisation technique.

69Dans l’avenir, les résultats devront être confrontés à l’ensemble des données archéologiques disponibles. On pourrait ainsi déboucher sur un modèle d’intégration sociale de l’activité minière néolithique dans le Pays d’Othe, à l’exemple de ceux proposés par J. Lech en Pologne (1981) et par P. Pétrequin et al. en Franche-Comté (1996 ; Pétrequin, Jeunesse 1995). Dans cette perspective, l’examen approfondi des collections de surface, l’affinement des résultats de l’étude lithique, la recherche des habitats et des structures funéraires joints à un programme sur le paléoenvironnement devraient permettre de cerner les modes de production, de diffusion et d’utilisation des produits miniers au cours du temps.

7.4 Approche microrégionale

70Dans le secteur Seine-Yonne, le passage au Néolithique moyen et son évolution paraissent marqués par un processus de changements structurels des sociétés néolithiques régionales dont les prémices seraient sensibles dès la fin du Néolithique ancien (Passy/La Sablonnière). En contexte d’habitat, il semblerait que l’acquisition des outillages –procédant en partie d’une activité relativement spécialisée, au moins d’un point de vue technique, sinon techno-économique (production de technicité élevée, circulation de produits comme ceux en silex tertiaire)– soit une caractéristique des périodes anciennes (Néolithique ancien). Le passage au Néolithique moyen marquerait sa disparition et la structure de production lithique domestique au groupe de Noyen ne semble pas comporter de trace de spécialisation.

71En contexte minier, la spécialisation n’est pas plus avérée. Au contraire, l’ensemble des données converge vers l’identification d’une exploitation par des populations locales pour satisfaire des besoins locaux, éventuellement régionaux.

72De cette étape date aussi l’expansion des constructions monumentales comme les enceintes, sur un vaste territoire. D’un point de vue social, on peut penser que l’édification d’ouvrages de grande ampleur nécessite un fonctionnement hiérarchisé des sociétés. On peut y apporter une interprétation complémentaire, d’ordre symbolique : l’élévation d’ouvrages imposants dans le paysage pourrait représenter une manifestation emblématique de l’appropriation définitive du territoire par les descendants des premiers colons. De plus, la notion d’enceinte-monument (Dubouloz et al. 1991) s’opposant à celle d’enceinte-village, ainsi que les particularités de certains dépôts couplées avec la disparition, au Néolithique moyen II, des structures funéraires monumentales de type Passy, indiqueraient que « l’enceinte […] cumule, en quelque sorte, les fonctions temporelles et spirituelles » (Mordant in Dubouloz et al. 1991 : 226) et renforcent la valeur de symbole de ce document archéologique.

73En conséquence, la multiplication des enceintes au Néolithique moyen II dans le secteur Seine-Yonne signerait l’aboutissement de la prise de possession des terroirs qui transparaît dans les données économiques et environnementales. En effet, le groupe de Noyen achève l’accomplissement d’une économie fondée sur une exploitation accrue des potentialités naturelles environnantes amorcée au début du Cerny : essor de la chasse au cerf (travaux A. Tresset in Augereau et al. 1993), anthropisation plus marquée du paysage (travaux C. Leroyer in Augereau et al. 1993), utilisation plus appropriée des matières premières locales pour la fabrication des outils, etc. En outre, ce processus d’autarcie technique, économique et culturelle n’est pas contredit par les données de la céramique, où l’emploi du dégraissant de silex paraît être une caractéristique propre au secteur Seine-Yonne (Hénocq-Pochinot, Mordant 1991).

74La simplification de la technique lithique domestique (culminant au groupe de Noyen) et la production minière à destination locale, peut-être régionale, s’intègrent logiquement au phénomène de régionalisation qu’indique l’ensemble des données archéologiques. La plus grande insertion des communautés humaines dans leur environnement, que traduit l’exploitation accentuée du milieu naturel, a sans doute favorisé le relâchement des liens supraculturels et l’abandon progressif des techniques étrangères aux substrats locaux initiaux, en même temps que la fabrication des outillages évoluait en fonction de ces nouvelles conditions économiques et s’adaptait aux matières premières locales. Leur exploitation approfondie, dont l’extraction minière pourrait être un des aspects, était en pleine expansion.

7.5 Systèmes techniques et dynamiques économiques

75Il semblerait que les composantes techniques du groupe de Noyen puissent au moins en partie s’expliquer par des tendances évolutives locales dont les frémissements sont perceptibles relativement tôt, sans qu’il soit nécessaire de faire appel à des modèles diffusionistes. Toutefois, sur le plan des industries lithiques, certains éléments techniques et typologiques ne sont pas l’apanage du sud-est du Bassin parisien et l’approche microrégionale diachronique ne justifie pas tout. Notamment, un des aspects remarquables de l’évolution des industries lithiques est l’apparition massive, dès la fin du Néolithique ancien du sud-est du Bassin parisien, de nouvelles classes d’outils comme les tranchets. Comme on l’a vu, cet outil est largement connu dans d’autres régions de la moitié nord de la France. Il tend tout de même à s’exclure des séries dont l’économie lithique est fondée sur un débitage laminaire complexe tel qu’en contiennent les cultures Rössen, Épirössen et Michelsberg dans le nord et le nord-est du Bassin parisien et les pays Rhénans. On a déjà publié une approche comparative de la représentation proportionnelle du trancher par rapport aux lames et aux denticulés pour les cultures de Cerny, de Rössen, de l’Épirössen et les séries anciennes du Chasséen septentrional (Augereau 1997). Une rupture technique entre les économies lithiques du Cerny et du Chasséen s’opposant aux cultures d’ascendance nord-orientale avait été évoquée : importance des tranchets pour les premières, importance des lames retouchées, et notamment des lames par percussion indirecte pour les secondes. Ces différences, sensibles dans les proportions variables de ces classes d’outils obtenues par la mise en œuvre de méthodes de taille spécifiques, se doublent de dynamiques économiques propres aux deux ensembles : économie de subsistance centrée sur l’élevage du bœuf pour le bloc Cerny-Chasséen, économie plus diversifiée pour le bloc Rössen-Épirössen avec des restes de porc plus nombreux (Méniel 1984 ; Poulain 1984 ; Tresser 1988a ; 1988b). On en déduisait des systèmes de production contrastés, où l’association bœuf/tranchets s’opposerait à l’association porc/lames.

76On pourrait facilement étendre cette approche aux ensembles du Néolithique moyen II en intégrant les séries du groupe de Noyen : Noyen, Grisy, du Michelsberg : Maizy, Bazoches-sur-Vesles dans l’Aisne (Hamard 1993), Maizy dans les Ardennes (Hamard 1989), Gué-du-Plantain en Belgique (Heinzelin et al. 1977), et du Chasséen septentrional : Louviers dans l’Eure, Bercy à Paris, Canneville, Jonquières, Boury-en-Vexin dans l’Oise (Hamard 1987 ; 1993 ; Verret 1987). Là encore, importance des tranchets et des lames ont tendance à s’exclure, l’une caractérisant toujours l’ensemble Cerny-Chasséen-groupe de Noyen, l’autre les cultures nord-orientales (Rössen, Épirössen, Michelsberg). De même, sur le plan de l’économie carnée, la focalisation de l’élevage sur le bœuf distingue Cerny, Chasséen et groupe de Noyen alors que la place importante du porc est propre au groupe Rössen-Épirössen-Michelsberg (Méniel 1984 ; Hachem 1989 ; Tresset 1988a ; 1988b ; Arbogast et al. 1991).

77Ces associations bœuf/tranchets et porc/lames, peuvent signaler des systèmes techno-économiques différents (fig. 113). En collaboration avec A. Tresset (archéozoologue, CNRS), un modèle a pu être proposé. Ainsi, les lames retouchées portant fréquemment des lustrés de céréales dénoteraient une activité céréalière plus développée dans les cultures concernées, si toutefois leur fonction comme outil à moissonner est confirmée par la tracéologie. Cette hypothèse n’est pas antinomique avec un élevage du porc développé, car il est admis que cet animal consomme avec profit les sous-produits agricoles d’origine végétale (Laurens 1976). Cette hypothèse est d’ailleurs appuyée par l’étude des courbes d’abattage qui indiquent une mise à mort précoce : les porcs nourris des sous-produits agricoles ont en effet une croissance pondérale plus rapide (Tresset 1988a ; 1996). À l’inverse, le bloc Cerny-Chasséen-groupe de Noyen s’individualise par une économie pastorale fondée sur l’élevage du bœuf pour la viande, probablement de type extensif comme l’attestent les courbes d’abattage (Tresser 1996 ; 1997) et la présence des tranchets. Le cadre d’utilisation des tranchets reste pour le moment inconnu ; il ne semble pas que l’on puisse, à la suite des résultats de la tracéologie, maintenir l’hypothèse d’outils utilisés dans l’entretien des pâturages bovins et des prairies. Le travail des matières minérales meubles en percussion lancée est, dans l’état des données, l’utilisation la plus fréquemment associée à ces pièces. Pour le moment, aucun lien fonctionnel ne peut être envisagé entre l’élevage du bœuf et l’utilisation des tranchets. L’hypothèse d’outils aratoires pour ces derniers paraît d’ailleurs contradictoire avec celle d’une agriculture peu développée et d’une économie fondée sur l’élevage extensif du bœuf. Reste que cette corrélation est récurrente et qu’il conviendra d’expliquer la place des tranchets dans le système technique du Cerny, du Chasséen septentrional et du groupe de Noyen. La poursuite de l’approche techno-fonctionnelle est la seule pouvant fournir des éléments de réponse. La recherche devra se concentrer sur cette question.

78Quoi qu’il en soit, l’hypothèse est que le Bassin parisien et ses marges voient la mise en place, dès la moitié du Ve millénaire et au moins jusqu’au début du IVe millénaire, d’un clivage techno-économique en correspondance avec les cultures et leur extension géographique : des pasteurs au sud, à l’ouest et au nord-ouest du Bassin parisien aux cultures du Cerny, du Chasséen septentrional et dans le groupe de Noyen ; des activités plus diversifiées avec une part plus importante de la céréaliculture au nord et au nord-est dans les cultures Rössen, Épirössen et Michelsberg (fig. 113).

FIG. 113
Matrice ordonnée des principales caractéristiques des outillages et de l’élevage sur différents sites de la fin des Ve et IVe millénaires dans le Bassin parisien (établie en collaboration avec I. Sidéra/CNRS et A. Tresset/CNRS).

79Toutefois, dans ce tableau, plusieurs exceptions apparaissent. Noyen, notamment, s’éloigne du bloc Chasséen/groupe de Noyen par une proportion de restes de porc relativement conséquente qui le rapproche des ensembles Michelsberg contemporains (Tresser 1988a). De même, le site Épirössen de Givry, en Belgique, comme le site Michelsberg de Bazoches, dans l’Aisne, se caractérisent par une bonne représentation des tranchets aux côtés des lames. Ces systèmes ne sont sans doute pas aussi contrastés qu’il n’y paraît et doivent être considérés comme des tendances.

80La seconde évolution remarquable, dans les industries lithiques du Néolithique du sud-est du Bassin parisien, est celle de la forme des armatures de flèche. On est tout d’abord frappé par leur changement entre Cerny et groupe de Noyen. En effet, les sites Cerny (Balloy et Barbuise-Courtavant) présentent exclusivement des armatures tranchantes et aucune perçante n’est connue. À l’opposé, les sites du groupe de Noyen (Noyen et Grisy) ne comportent que des perçantes, triangulaires allongées ou amygdaloïdes. On assiste donc, dans cette région, à une modification radicale des types de flèche qui s’excluent d’une période à l’autre.

81Dans les autres entités culturelles, c’est au contraire une certaine stabilité des armatures qui prévaut. Ainsi dans la séquence chasséenne (Bercy, Louviers, et les sites de l’Oise : Jonquières, Catenoy, Boury-en-Vexin), le groupe d’armatures dominant est celui des tranchantes avec quelques perçantes, très minoritaires. De même, la séquence Épirössen-Michelsberg de l’Aisne (Berry-au-Bac, Maizy, auxquels on peut également ajouter Bazoches-sur-Vesle) montre aussi une stabilité relative des groupes d’armatures, mais cette fois-ci avec les perçantes dominantes (triangulaires courtes à Berry-au-Bac, triangulaires allongées et amygdaloïdes à Maizy et Bazoches-sur-Vesle) et quelques tranchantes.

82On peut se demander si la variabilité chronologique, culturelle et spatiale des types d’armatures de flèche s’accompagne d’un changement dans les types de chasse pratiqués. Aucune corrélation entre les types de flèche et les types de chasse n’existe en Bassin parisien de la fin du Ve millénaire aux débuts du IVe (fig. 114). En effet, l’observation des spectres cynégétiques indique un clivage géographique nord-sud au sein du Bassin parisien où le cerf prédomine au sud alors que la chasse semble plus diversifiée au nord (aurochs, chevreuil). Ce clivage peut s’expliquer en partie au travers des biotopes différenciés, qu’il reste toutefois à préciser. La variabilité des types de flèche montre au contraire des clivages chronoculturels, qui semblent indépendants des types de chasse.

FIG. 114
Corrélation entre les types de flèches et les types de chasses au Néolithique moyen du Bassin parisien (établie en collaboration avec A. Tresset/CNRS).

83La relation chasse/flèche semble donc échapper à une logique techno-économique. Ce constat établi, on est tout de même frappé par le fait que, si les types de chasse semblent stables d’une région à l’autre entre la fin du Ve et le début du IVe millénaire, les armatures de flèche du sud-est du Bassin parisien changent radicalement alors que, dans les autres régions, les types dominants, déjà présents à la fin du Ve millénaire, se maintiennent. Indépendant des déterminismes naturels (tels que l’on peut les percevoir au travers des biotopes que reflètent les animaux chassés) mais aussi, dans une moindre mesure, des déterminismes techno-économiques (puisqu’on enregistre les mêmes outils et les mêmes options économiques au Cerny et dans certains sites du groupe de Noyen), ce changement indiquerait plutôt une modification de l’identité culturelle, d’ailleurs également perceptible au travers des types céramiques : au groupe de Noyen, on abandonne les armatures tranchantes caractéristiques du Cerny pour adopter les mêmes armatures que celles du Michelsberg du nord-est du Bassin parisien (perçantes bifaciales), lesquelles proviendraient d’une évolution des types Rössen et Épirössen. Aussi, ce profond ancrage culturel des armatures de flèche, phénomène particulièrement sensible dans cette région, tendrait à souligner l’aspect idéologique de l’activité de chasse pour laquelle on change d’instrument en fonction des affinités culturelles développées tout en maintenant les types de chasse. Comme dans les sociétés traditionnelles actuelles à économie de production, la chasse au Néolithique moyen ne recouvre pas seulement une fonction économique : elle se réfère également au domaine de l’idéologie.

84On a déjà mentionné pour la culture de Cerny à quel point cet aspect idéologique, voire social de la chasse est sensible au travers de l’observation des contextes sépulcraux. Si l’on admet ces aspects, le changement des armes cynégétiques ne serait donc pas un phénomène anodin. Pour le groupe de Noyen, il reste à déterminer les fondements de ce changement d’identité. Si l’on tente d’envisager l’ensemble des éléments décrits en terme de système, on pourrait penser, par hypothèse, que cette modification s’est effectuée à la faveur de contacts entre les populations du sud et du nord du Bassin parisien dont l’opposition économique agropastorale, qui se mettrait en place à la fin du Ve millénaire et se développerait au début du IVe, aurait donné lieu à des échanges de biens de consommation et d’idées.

85Pour finir, il faut remarquer que le système proposé est en contradiction avec les théories soutenues par C. Jeunesse (1998c) sur le groupe de Noyen qui serait partie prenante de la formation et de la diffusion de la culture de Michelsberg. L’exemple des armatures de flèche devrait suffire à démontrer que le groupe de Noyen est issu pour partie du Michelsberg et non pas l’inverse. Les armatures foliacées caractérisant le Michelsberg et le groupe de Noyen constituent des évolutions des armatures perçantes triangulaires du Rössen et de l’Épirössen, substrat de la culture de Michelsberg. Cette donnée, de même que leur apparition soudaine dans la vallée de la Petite-Seine où elles remplacent de manière radicale les armatures tranchantes constitutives du Cerny, indiquent que l’invention et la diffusion de l’armature perçante amygdaloïde ou triangulaire reviennent à la culture de Michelsberg.

Notes

1 – Prises selon l’axe de débitage de la pièce.

2 – Mais il est à noter que certaines catégories d’outils comme les armatures de flèche gardent une identité culturelle caractérisée, comme on le verra en conclusion.

3 – On trouvera le détail de la composition des restes de taille des deux minières de Villemaur dans les tableaux XLIII et XLIV.

Table des illustrations

Légende FIG. 99 Diagramme de corrélation de la longueur par la largeur des éclats bruts de débitage du groupe de Noyen : l’exemple de Grisy.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 100 Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères (Seine-et-Marne), retranchement du groupe de Noyen : industrie sur support laminaire en silex local : diverses pièces retouchées. 1, 5 burins ; 2, 4 lames retouchées ; 3 perçoir ; 6‑8 grattoirs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 101 Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères (Seine-et-Marne), retranchement du groupe de Noyen : industrie sur éclat : grandes bitroncatures. 1 à retouche transversale bifaciale envahissante ; 2 à retouche transversale bifaciale ; 3 à retouche transversale bifaciale envahissante ; 4 à retouche transversale directe moyenne, à bulbe aminci. ? pièce en silex tertiaire ; autres : pièces en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 102 Grisy-sur-Seine/Les Rouqueux (Seine-et-Marne), enceinte du groupe de Noyen : industrie sur éclat en silex local : grandes bitroncatures. 1 à retouche transversale bifaciale envahissante ; 2 à retouche transversale directe envahissante à bulbe aminci ; 3 à retouche transversale bifaciale moyenne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 103 Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères (Seine-et-Marne), retranchement du groupe de Noyen : industrie sur éclat en silex local : pointes et perçoirs. 1-4 pointes ; 5-10 perçoirs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 104 Classification des dimensions des pièces retouchées du groupe de Noyen.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 105 Classification des dimensions des pièces retouchées du groupe de Noyen.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende TABL. LXXVIII Comparaison des largeurs moyennes des grandes bitroncatures et des grattoirs des groupes de Cerny et de Noyen. L’effectif des tranchets et des grandes bitroncatures de Noyen étant très restreint, c’est celui de Grisy qui a été utilisé dans ce test. t = rapport de la différence des moyennes (m), à son erreur standard (Sd) ; v = variances.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 106 Grisy-sur-Seine/Les Rouqueux (Seine-et-Marne), enceinte du groupe de Noyen : industrie sur éclat : foliacées. 1,5 amygdaloïdes allongées, base convexe ou concave ; 2,4 amygdaloïdes trapues, base rectiligne ; 3 triangulaire, base concave, bords convexes ; 6 triangulaire, base rectiligne, bords convexes (cette pièce pourrait représenter également une grande bitroncature à retouche bifaciale transversale envahissante).  pièce en calcaire ; autres : pièces en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 107 Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères (Seine-et-Marne), retranchement du groupe de Noyen : industrie sur éclat en silex local : foliacées. 1‑3 fragments amygdaloïdes à base convexe ou concave (?) ; 4 fragment d’ébauche amygdaloïde trapue à base convexe (?) ; 5 amygdaloïde allongée, base convexe ; 6 amygdaloïde trapue, base rectiligne ; 7, 9 triangulaires, base concave, bords convexes ; 8 amygdaloïde allongée, base concave ; 10 triangulaire, base rectiligne, bords rectilignes ; 11 triangulaire, base concave, bords rectilignes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 108 Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères (Seine-et-Marne), retranchement du groupe de Noyen : pièces façonnées en silex local : haches polies et hache taillée. 1 fragment de hache polie (apex) ; 2 fragment de hache polie (tranchant) ; 3, 4 fragments de haches polies retaillées ; 5 hache polie réutilisée en percussion ; 6 hache taillée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 109 Minières de Villemaur-sur-Vanne : composition des restes de taille archéologiques et expérimentaux (expérimentation : J. Pelegrin/CNRS, MAE).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende TABL. LXXXI Villemaur-sur-Vanne/Le Grand Bois Marot : distribution pondérale des artefacts issus de la taille expérimentale effectuée par J. Pelegrin (en grammes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende TABL. LXXXII Villemaur-sur-Vanne/Les Orlets : distribution pondérale des artefacts issus de la taille expérimentale des blocs 1, 2, 8, 9 et 10 (taille d’ébauches de hache) effectuée par J. Pelegrin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 110 Villemaur-sur-Vanne/Les Orlets (Aube), minière à silex : types de talon parmi les éclats de régularisation d’ébauches de haches archéologiques, et les éclats expérimentaux : éclats minces, cortex absent ou en partie distale (expérimentation : J. Pelegrin/CNRS, MAE).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende TABL. XXX Causes d’abandon des ébauches de hache des minières du Pays d’Othe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 111 Villemaur-sur-Vanne/Les Orlets (Aube), minière à silex : 1 exemple d’ébauche de stade 1 ; 23 exemples d’ébauche de hache peu déviante, stade 2/3 ; cause d’abandon : cassure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende FIG. 112 Villemaur-sur-Vanne/Les Orlets (Aube), minière à silex : exemples d’ébauche de hache déviante ; 1 stade 2 ; cause d’abandon : bloc inadapté (trop mince) ; 2 stade 2 ; cause d’abandon : réfléchissements répétés ; 3 stade 2/3 ; causes d’abandon : cassure, réfléchissements répétés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende FIG. 113 Matrice ordonnée des principales caractéristiques des outillages et de l’élevage sur différents sites de la fin des Ve et IVe millénaires dans le Bassin parisien (établie en collaboration avec I. Sidéra/CNRS et A. Tresset/CNRS).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 114 Corrélation entre les types de flèches et les types de chasses au Néolithique moyen du Bassin parisien (établie en collaboration avec A. Tresset/CNRS).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23453/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search