Version classiqueVersion mobile

L’industrie du silex du ve au ive millénaire dans le sud-est du Bassin parisien

 | 
Anne Augereau

Seconde partie. Étude des séries lithiques du Néolithique ancien au Néolithique moyen II

Chapitre 6. Le groupe de Cerny

Texte intégral

1Le Cerny sera traité en deux ensembles : la série de Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures puis celles de Balloy/Les Réaudins et de Barbuise-Coutavant/Les Grèves de Frécul. Cette distinction repose sur l’hypothèse, à Châtenay/Les Pâtures, d’une étape initiale du Cerny, les deux autres ensembles s’intégrant au Cerny-Barbuise, plus récent. Il a paru nécessaire d’observer Châtenay de manière isolée, afin de percevoir d’éventuels caractères discriminants dans l’industrie du silex et de confirmer ou d’infirmer cette hypothèse.

6.1 Châtenay-sur-Seine/ Les Pâtures

2Cette série est malheureusement très restreinte : on compte seulement 160 artefacts en silex dont 33 pièces retouchées (tabl. XXVIII, XXIX). Néanmoins, plusieurs constatations peuvent être faites. Tout d’abord, la matière première est exclusivement locale. Il s’agit du silex de la craie campanienne, grisâtre à taches grenues et à patine blanche, vraisemblablement ramassé sur les versants de la vallée à proximité des affleurements. Les silex allochtones ou rares, présents dans toute la séquence du Néolithique ancien, ont totalement disparu.

3Ensuite, si une petite proportion de produits laminaires subsiste, la technique de taille par percussion indirecte caractérisant le Néolithique ancien n’existe déjà plus. Les quelques lames (7 pièces entières contre une centaine d’éclats) ont été débitées par percussion directe probablement tendre (inclinaison de l’angle à la corniche des talons, bulbe très peu marqué, etc.). Elles sont en moyenne de petit module (longueur minimum : 30 mm, longueur maximum : 85 mm, moyenne : 55 mm), mais on peut isoler des lames et des lamelles, ce que confirme l’observation des rares nucléus (4 pièces) à lames et lamelles (fig. 75). Ils comprennent 3 nucléus à lames de forme prismatique ou pyramidale, présentant une faible préparation (large plage corticale). L’angle de frappe est assez aigu et les plans de frappe sont lisses. Le débitage croisé à plans de frappes orthogonaux est attesté pour une de ces pièces (fig. 75, no 3). Le quatrième nucléus a produit des lamelles (dimensions du dernier enlèvement : 38 x 7 mm) [fig. 75, no 1].

FIG. 75
Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures (Seine-et-Marne), enceinte Cerny : nucléus à lames et à lamelles, silex local. 1, 2 nucléus à lamelles ; 3, 4 nucléus à lames.

dessin P. Pihuit/Inrap.

4Les outils retouchés sur lames et lamelles sont rares : 3 pièces sur 32 outils sur produits de débitage soit 9,4 % (fig. 76). Deux pièces sont à retouche latérale sinueuse abrupte dont une est aménagée sur lamelle (fig. 76, nos 2, 3). Le dernier exemplaire est une petite pointe allongée (21,8 x 4,9 x 1,7 mm) dont le bord gauche est abattu par une retouche directe abrupte très régulière (fig. 76, no 1). Cette pièce s’apparente aux armatures tardenoisiennes, fréquentes dans ce contexte de transition entre le Néolithique ancien et moyen du Bassin parisien, par exemple dans les Yvelines à Sonchamp (Tarrête, Degros 1984). Pour G. Bailloud (1976), leur présence plaide en faveur de l’hypothèse d’une néolithisation tardive du secteur sud du Bassin parisien, aux débuts du Cerny, idée reprise par D. Mordant (1984a). Pour ma part, et compte tenu des découvertes récentes de sites du Néolithique ancien (Balloy, Barbey, etc.), j’y verrais plutôt un indice de l’intégration postérieure de groupes de populations hétéroclites, néolithisés ou non, dans un processus de fusion culturelle locale qui verra sa complète réalisation au Cerny-Barbuise. Mais les éléments manquent pour étayer cette hypothèse, notamment ceux concernant les preuves archéologiques de l’existence de groupes à différents degrés de néolithisation au Néolithique ancien.

FIG. 76
Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures (Seine-et-Marne), enceinte Cerny : industrie laminaire en silex local. 1 lamelle à bord abattu ; 2, 3 lames à coches.

dessin P. Pihuit/Inrap.

5Enfin, les outils retouchés sur éclat représentent 90,6 % (29 pièces) de l’ensemble. Un pic et un outil discoïdal complètent l’inventaire (tabl. XXIX ; fig. 77).

FIG. 77
Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures (Seine-et-Marne), enceinte Cerny : silex local. 1 grande bitroncature sur éclat à retouche transversale moyenne directe, à bulbe aminci ; 2 pic.

dessin P. Pihuit/Inrap.

6L’effectif est réduit mais on peut néanmoins affirmer que l’on n’est déjà plus en présence d’une organisation de production tendant vers l’économie des matières premières : le silex est exclusivement d’origine locale et, si deux chaînes opératoires subsistent, celle des lames change pour une simplification du débitage. Le corollaire en serait la disparition des spécialistes de la taille laminaire, la chaîne opératoire de débitage des lames se satisfaisant d’une modeste percussion directe probablement tendre sur des petits nucléus peu préparés.

7On verra que ces caractères se retrouvent dans leur intégralité à Barbuise-Courtavant/Les Grèves de Frécul et à Balloy/Les Réaudins. Dans l’état actuel des données, il n’est donc pas possible de percevoir, au travers des industries lithiques, une périodisation du Cerny. Quoi qu’il en soit, une nouvelle ordonnance de la fabrication des outils en silex se met en place que l’on pourrait qualifier, selon les critères de C. Perlès (1991), de production différenciée de supports d’outils. La pertinence de cette notion pour caractériser les industries Cerny sera confortée par l’étude de Barbuise-Courtavant et de Balloy/Les Réaudins.

6.2 Le Cerny-Barbuise : Balloy/Les Réaudins et Barbuise-Courtavant

6.2.1 La matière première

8Comme à Châtenay, la matière silicifiée utilisée à Balloy et à Barbuise-Courtavant est essentiellement d’origine locale (99,9 % des artefacts en silex) et provient de la craie campanienne qui affleure sur les versants de la vallée. Parmi le matériel archéologique, les cortex roulés sont rares, ce qui exclurait un approvisionnement parmi les alluvions de la Seine. Cependant, ils possèdent assez couramment une altération due à une exposition plus ou moins prolongée à l’air libre, caractéristique de rognons ramassés sur les versants après érosion des pentes. Les affleurements les plus proches des deux enceintes se situent à quelques centaines de mètres mais il n’est pas certain qu’ils étaient accessibles pour les occupants.

9A Balloy, d’après l’examen macroscopique des produits de taille et lorsque la patine n’est pas trop intense, on peut néanmoins isoler deux secteurs d’approvisionnement (tabl. XXXIV).

10– La grande majorité des artefacts a été taillée dans un silex rêche au toucher, gris-beige à plages translucides à noir, à zones grenues (Mauger 1985), à cortex crayeux souvent épais (0,5 à 1 mm) ; c’est le silex crétacé que l’on trouve en abondance dans les horizons du Campanien tout le long de la vallée (formation C4-6g à C4-6j, d’après la carte géologique de Montereau 1/50 000, XXV-17).

  • 1 – En raison de la patine, souvent épaisse et de couleur uniformément blanche, l’importance de ce si (...)

11– 3,7 % des produits de la taille sont façonnés dans un silex de même texture mais de couleur gris-jaune translucide à marron et à cortex plus fin lessivé (inférieur à 0,5 mm)1. Ce silex appartient au sommet du Campanien supérieur (C4-6k) qui affleure exclusivement dans la région de Montereau (voir carrières de Tréchy et de Courcelles à quelques kilomètres au nord-est de Montereau). Cette matière première et sa localisation précise avaient déjà été reconnues par M. Mauger qui la qualifie de silex « typique des falaises de Montereau, châtain à zones mates » ou « brun foncé translucide » (Mauger 1985 : 196, 197). V. Krier (1990 ; 1996) parle également des silex gris blond du Campanien supérieur de la région de Montereau.

12L’identification de ce silex, appelé silex campanien jaune, et sa provenance semblent particulièrement intéressantes pour la connaissance du territoire élargi des Cerny de Balloy. Il faut noter que les témoins de la chaîne opératoire mise en œuvre pour ce silex sont comparables, dans leurs nature et composition, à ceux issus du silex prélevé dans l’environnement immédiat du site (silex campanien noir). En effet, les taux de restes de taille et de produits retouchés ne diffèrent pas d’une matière première à l’autre. Il en va de même des proportions des diverses méthodes et techniques de taille utilisées. Le silex jaune ne fait donc pas l’objet d’un traitement particulier et ne procède pas d’une stratégie d’acquisition différente (sous forme d’échange intrarégional de produits finis, par exemple). Ce fait établi et étant donné l’abondance, aux abords de l’enceinte, de silex de qualité identique (aussi bien du point de vue de la morphologie que de la texture et donc de l’aptitude à la taille des rognons), il faut bien admettre que les Cerny de Balloy avaient à faire du côté de Montereau et que la collecte de silex n’intervenait probablement que secondairement.

13Ce secteur montrolais, où apparaissent les contreforts de l’île-de-France, présente en effet des biotopes particuliers. C’est ce qu’on appelle actuellement le Montois par opposition à la Bassée, qui désigne uniquement la plaine alluviale. Le Montois se caractérise, d’un point de vue géologique, par la présence de formations tertiaires des plateaux riches en calcaire dur (Bartonien avec le calcaire de Champigny qui affleure sur les versants de l’interfluve entre la Seine et le ru de l’Étang), mais surtout en grès (grès de Fontainebleau du Stampien affleurant en rebord de plateau tout le long de la vallée, grès-quartzite à grains très fins de l’Yprésien présent au nord de Courcelles et à Montigny-Lencoup). Il est probable que les grès de Fontainebleau ont fourni la matière première pour la fabrication des instruments de broyage de Balloy (meules, molettes, broyons) qui sont abondants dans le fossé mais également dans l’aire interne de l’enceinte. D’autre part, les rares lames de haches polies de Balloy sont façonnées dans du grès-quartzite. La région de Montereau, et plus précisément les environs de Courcelles, constituent donc les points d’approvisionnement en grès les plus proches de Balloy. Cette caractéristique a pu être un facteur d’attraction supplémentaire pour les Cerny, en plus d’un potentiel écologique différent (végétaux, faune).

14Du point de vue des modalités de l’approvisionnement en silex, il faut noter que, parmi les éclats entiers provenant des éléments du fossé d’enceinte, on compte seulement 7 % d’éclats complètement corticaux. Ceci est également vrai pour le silex campanien jaune (6,8 % d’éclats complètement corticaux). Les premières étapes du débitage ont donc été effectuées hors place et seuls des blocs déjà dégrossis ont été taillés sur le site.

15Enfin, il faut signaler la présence d’une unique lame (retouchée) en silex tertiaire et d’une lame en silex à grain fin comparable à celui utilisé au Néolithique ancien. La présence d’une occupation du Néolithique ancien sur le site fait douter de l’appartenance au Cerny de ces deux éléments. Néanmoins, un burin sur lame et une petite bitroncature géométrique (armature tranchante), de types comparables au reste de l’industrie, ont été façonnés dans ce silex à grain fin. Le taux de silex non strictement local représente 0,01 % du total (tabl. XXXIV).

6.2.2 Les méthodes de débitage

6.2.2.1 Modalités du débitage d’éclats

16Le débitage d’éclats est majoritaire : 97,6 % du total des produits de débitage à Balloy et 95,1 % à Barbuise-Courtavant. Parmi les supports d’outils sur produits de débitage, les proportions d’éclats sont comparables : les pièces retouchées sur éclat occupent en effet 95,4 % de l’outillage retouché à Balloy et 86 % à Barbuise-Courtavant. Les éclats ont été débités à l’aide d’un percuteur dur (présence de cônes incipients, simples ou multiples, sur les talons). La préparation des blocs est minimale, restreinte à l’ouverture d’un plan de frappe, puis éventuellement d’un ou de plusieurs autres au cours de la taille, sans stratégie de débitage préétablie. La conduite de la taille est menée d’une manière aléatoire, avec parfois l’enlèvement d’une tablette pour reformer un angle adéquat, jusqu’à ce que le nucléus ne présente plus aucun angle propice au détachement des éclats.

17D’une manière générale, ce débitage, comme la plupart des débitages d’éclats néolithiques, se caractérise par un investissement technique minimal : il n’y a aucune préparation systématique des blocs avant le détachement des éclats qui permettrait d’obtenir des produits correspondant à un standard préétabli. La taille s’effectue à l’avenant.

6.2.2.2 Gestion du débitage d’éclats
TABL. LXXIII

18Les grattoirs sont les plus nombreux : 35 % (soit 931 grattoirs) de l’ensemble des pièces retouchées sur éclat à Balloy, et 44,6 % à Barbuise-Courtavant (fig. 78, 79). Viennent ensuite les pièces à retouche irrégulière : 13,2 % à Balloy et 17,6 % à Barbuise-Courtavant. Les denticulés sont proportionnellement moins abondants qu’au Néolithique ancien : 12,9 % à Balloy et seulement 5,4 % à Barbuise-Courtavant (fig. 80, nos 1-4). Le taux de burins est assez élevé (9,2 % et 5,4 %) (fig. 80, nos 5-8). Les autres groupes typologiques ne dépassent guère les 5 % (pièces à retouche oblique, perçoirs, pièces à retouche abrupte, tranchets, etc.). Il faut noter que tranchets bifaciaux et grandes bitroncatures sont absents à Barbuise-Courtavant mais il faut peut-être voir là l’effet de l’échantillonnage, l’enceinte n’ayant pas été intégralement fouillée.

TABL. LXXIII
Classification des pièces retouchées sur éclat du groupe de Cerny-Barbuise.

FIG. 78
Barbuise-Courtavant/Les Grèves de Frécul (Aube), enceinte Cerny-Barbuise : industrie sur éclat en silex local : grattoirs.

FIG. 79
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie sur éclat en silex local : grattoirs.

FIG. 80
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie sur éclat en silex local. 1-4 denticulés ; 5-8 burins.

19L’analyse factorielle a montré que l’enceinte de Balloy et celle de Barbuise-Courtavant étaient très proches sur l’axe 1 (fig. 72), vraisemblablement en raison de leur taux important commun de grattoirs (ces deux sites regroupent en effet les taux les plus élevés de grattoirs), de burins et de pièces à retouche abrupte.

20C’est surtout d’après la série de Balloy, particulièrement abondante, que l’étude détaillée de l’outillage retouché sur éclat a été menée. Mais étant donné le faible investissement technique qui caractérise les industries sur éclat, il a paru inutile de présenter une typologie détaillée de chaque classe d’outils. Seules certaines classes, qui semblent a priori porteuses de plus d’informations techniques que les autres ou qui représentent une caractéristique de l’ensemble de l’outillage, seront décrites avec plus de détails. Il s’agit des grattoirs, des grandes bitroncatures et des petites bitroncatures (armatures de flèche tranchantes).

21D’après un échantillon de 573 grattoirs de Balloy, soit 61,5 % de l’effectif total des grattoirs, les types les plus courants sont les suivants (fig. 79) :

  • le grattoir distal à front convexe qui regroupe la grande majorité des grattoirs : 71,7 % de l’ensemble ; il présente une retouche d’étendue moyenne ou marginale (76,4 % et 22,6 % de ce groupe) ;

  • le grattoir distal à front denticulé : 6,1 % de l’ensemble des grattoirs ;

  • le grattoir distal à front sinueux (5,9 %) dont l’étendue de la retouche se répartit entre moyenne et marginale dans les mêmes proportions que pour le grattoir distal à front convexe ;

  • enfin, le grattoir circulaire convexe (5,7 %), sinueux (0,7 %) ou denticulé (0,4 %).

22L’ensemble de ces types réunit 90,2 % des grattoirs de l’échantillon observé. Le reste se répartit entre des grattoirs doubles (1,6 % soit 9 pièces) et proximaux (0,9 % soit 5 pièces) qui, comme on peut le constater, sont extrêmement rares. Comme on pouvait s’y attendre, la distribution des dimensions des grattoirs, prises sur un échantillon de 463 pièces entières, est assez proche de celle de l’ensemble des pièces retouchées sur éclat et suit une loi normale. En effet, les distributions en classes des grattoirs présentent des répartitions analogues avec les mêmes classes dominantes. Les moyennes sont également assez similaires (fig. 81).

FIG. 81
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : classification des dimensions de quelques outils rétouchés sur éclat. Il faut remarquer surtout les différences de distribution des classes regroupant les effectifs les plus nombreux.

23Cependant, les variances des grattoirs sont globalement plus faibles que celles de la totalité des outils retouchés sur éclat, et les rapports des variances estimées indiqueraient que ces écarts sont significatifs (longueur : F = 1,69 ; largeur : F = 1,38 ; épaisseur : F = 1,67). Mais on ne peut pas parler pour autant d’une sélection systématique d’éclats pour les supports de grattoirs. En effet, en ce qui concerne la largeur et la longueur, l’action de la retouche et de l’utilisation a dû, dans une certaine mesure, homogénéiser les dimensions. On peut néanmoins avancer l’hypothèse selon laquelle certains produits, les plus grands, les plus petits, les plus épais et les plus minces, ont été écartés d’emblée du groupe des supports de grattoirs potentiels. Il n’y a donc pas eu de choix préférentiel de supports mais plutôt élimination des éclats de débitage présentant des dimensions extrêmes. De plus, quel que soit l’intervalle de classe choisi pour l’épaisseur (5 ou 2 mm), la distribution des mesures reste unimodale.

  • 2 – Prises selon l’axe de débitage du support et non pas selon l’axe morphologique de la pièce. La pl (...)

24Les tranchets (6,9 % de l’ensemble des outils retouchés sur éclat soit 183 pièces) se répartissent entre les grandes bitroncatures simples sans coup de tranchet (87 pièces) [fig. 82, 83] et les grandes bitroncatures avec coup de tranchet (96 pièces) [fig. 84]. La plupart des grandes bitroncatures sans coup de tranchet se caractérisent par un abattement par percussion dure (présence fréquente de cônes incipients à proximité des zones retouchées) des bords distaux et proximaux du support avec ou sans amincissement préalable du bulbe par retouche rasante (76,4 % des pièces). La retouche est donc transversale par rapport à l’axe de débitage de l’éclat. On rencontre plus rarement une retouche bifaciale envahissante (23,5 % soit 12 pièces) pour lequel l’axe de débitage du support reste indéterminé. Les moyennes de la longueur et de la largeur des grandes bitroncatures sans coup de tranchet2 diffèrent nettement de celles de l’ensemble des pièces retouchées (longueur : m = 38,6 mm ; largeur : m = 60,6 mm). De même, les distributions en classes de ces deux dimensions montrent, pour les longueurs, un déplacement des effectifs vers les petites valeurs (classes 29 < 39 et 39 < 49 mm) [fig. 81], et pour les largeurs, vers les grandes valeurs (classe 69 < 79 mm). Les grandes bitroncatures sans coup de tranchet sont donc globalement plus courtes et plus larges que, par exemple, les grattoirs ; mais elles présentent une épaisseur comparable à celle de l’effectif total des pièces retouchées sur éclat (m = 15,05 mm). Si, pour la longueur, ce phénomène de réduction générale des dimensions est imputable à l’action de la retouche, il n’en est pas de même pour la largeur. En effet, les bords latéraux des supports des grandes bitroncatures sans coup de trancher correspondent à l’extrémité distale, c’est-à-dire la partie active (présence, sur ce tranchant, d’émoussés et d’esquillements caractéristiques de l’utilisation), et à l’extrémité proximale de l’outil. En général, ils ne sont pas retouchés et l’on peut penser que la largeur extrême du support de départ est conservée. Le rapport de la différence des moyennes à son erreur standard entre la largeur des grandes bitroncatures sans coup de tranchet et celle de l’ensemble des pièces retouchées (t = 16,83) indique que cet écart est hautement significatif. Le choix des supports des grandes bitroncatures sans coup de tranchet s’est donc préférentiellement effectué parmi les produits de débitage les plus larges.

FIG. 82
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie sur éclat en silex local : grandes bitroncatures. 1 à retouche transversale directe envahissante, à bulbe aminci ; 2 à retouche transversale directe moyenne, sans bulbe aminci ; 3 à retouche transversale bifaciale envahissante ; 4 à retouche transversale directe moyenne, à bulbe aminci.

FIG. 83
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie sur éclat en silex local : grandes bitroncatures. 1, 2 à retouche transversale directe moyenne, à bulbe aminci ; 3 à retouche bifaciale moyenne.

FIG. 84
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie sur éclat en silex local : grandes bitroncatures. 1 à retouche transversale directe moyenne, sans bulbe aminci, avec amorce de coup de tranchet ; 2 à retouche transversale directe moyenne, sans bulbe aminci, avec amorce de coup de tranchet ; 3 à retouche bifaciale envahissante avec coups de tranchet ; 4 à retouche bifaciale envahissante avec amorce de coup de tranchet.

25Le schéma opératoire de fabrication des bitroncatures avec coup de trancher (89 pièces entières) est sensiblement identique à celui des grandes bitroncatures sans coup de tranchet pour 39,1 % de l’effectif (abattement des bords distaux et proximaux du support avec ou sans amincissement préalable du bulbe par retouche rasante), mis à part, bien évidemment, le coup de tranchet. Mais c’est un façonnage bifacial envahissant ou couvrant qui regroupe une majorité de pièces (56,2 %). On rencontre également un façonnage trifacial sur une pièce. Dans ces deux derniers cas, l’axe de débitage du support est difficilement déterminable. Enfin, trois pièces ont une retouche directe envahissante, réalisée sur les bords latéraux du support.

  • 3 – Comparaison des mesures selon l’axe morphologique des outils retouchés.

26Du point de vue typométrique, les bitroncatures avec coup de tranchet ne se distinguent pas des grandes bitroncatures sans coup de tranchet3, sauf par une moyenne des épaisseurs plus élevée (bitroncatures avec coup de tranchet : m = 19,2 mm ; bitroncatures sans coup de tranchet : m = 15 mm). Cette observation est confirmée par le rapport de la différence des moyennes des épaisseurs à leur erreur standard (t= 7). La bitroncature avec coup de tranchet est donc un outil globalement plus massif que la bitroncature sans coup de tranchet. Mais plutôt que d’y voir des outils franchement différents dans leur conception, il pourrait s’agir de plusieurs états successifs d’un même groupe d’objets, l’épaisseur des pièces avec coup de tranchet permettant le ravivage par coup de tranchet de la grande bitroncature de départ. Toutefois, des différences fonctionnelles ne sont pas à écarter.

27Les supports des petites bitroncatures géométriques (35 individus), plus communément appelées armatures de flèche tranchantes ou à tranchant transversal, sont essentiellement constitués d’éclats. Le support laminaire est rare, voire inexistant : seulement 6 pièces sur 35 seraient retouchées sur lame sans qu’il soit possible d’en être tout à fait certain. Pour cette raison, cette classe typologique sera traitée globalement. Les petites bitroncatures se répartissent entre trois types (fig. 85, 86) :

  • bitroncatures à retouche bifaciale oblique ou rasante, très probablement par pression : 11 pièces soit 31,4 % de l’effectif ; parmi cette classe, 3 armatures seraient retouchées sur lame ; l’armature de Barbuise-Courtavant appartient à ce type (fig. 85, nos 1, 5-7, 9 ; fig. 86, nos 7-9, 12, 15) ;

  • bitroncatures à retouche abrupte, directe, ou directe sur une troncature et croisée sur l’autre, par percussion : 17 pièces soit 48,6 % de l’effectif avec également 3 pièces sur un support laminaire hypothétique (fig. 85, nos 1, 2, 8, 10, 12-14 ; fig. 86, nos 3, 4, 6, 11, 16) ;

  • bitroncatures par retouche directe abrupte ou oblique et retouche inverse rasante : 7 pièces soit 20 % de l’effectif (fig. 85, nos 3, 4, 11 ; fig. 86, nos 1, 2, 5, 13). La retouche envahissante est rare.

FIG. 85
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : petites bitroncatures géométriques de la catégorie fonctionnelle des armatures de flèche. 1 sur lame à retouche directe abrupte ; 2 sur lame (?) à retouche directe abrupte ; 3 sur éclat à retouche directe abrupte et retouche inverse rasante ; 4 sur éclat à retouche directe oblique et retouche inverse rasante ; 5-7 sur lame (?) à retouche bifaciale rasante ; 8 sur éclat à retouche directe abrupte sur une troncature et croisée sur l’autre ; 9, 15 sur éclat à retouche bifaciale rasante ; 10, 12, 13 sur éclat à retouche directe abrupte ; 11 sur lame à retouche directe oblique et retouche inverse rasante ; 14 sur éclat à retouche directe abrupte sur une troncature et croisée sur l’autre.  pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.

FIG. 86
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : petites bitroncatures géométriques de la catégorie fonctionnelle des armatures de flèche (silex local). 1, 2, 5, 13 sur éclat à retouche directe abrupte et retouche inverse rasante ; 3, 6, 11 sur éclat à retouche directe abrupte ; 4 ébauche sur éclat à retouche directe abrupte ; 7-10, 12, 15 sur éclat à retouche bifaciale rasante ; 14 sur éclat à retouche directe rasante et retouche inverse rasante ; 16 sur éclat à retouche abrupte, directe sur une troncature et croisée sur l’autre.

28Les petites bitroncatures (armatures tranchantes) sont des pièces de dimensions restreintes, ce que traduisent des moyennes nettement plus basses par rapport à celles des autres classes typologiques. Mais c’est surtout par des variances faibles que cette classe se distingue des autres. La fabrication de petites bitroncatures (armatures de flèche tranchantes) correspondrait donc à un schéma métrique beaucoup plus précis que le reste des outils retouchés. Cette caractéristique est certainement à mettre en rapport avec les impératifs de l’emmanchement et de la balistique, corrélatifs à la fonction de ces pièces (armes de trait). De plus, la distribution de l’épaisseur se juxtapose presque parfaitement à celle du reste des pièces retouchées sur éclat (fig. 87). Au travers de l’étude de cette dimension, on peut penser que, parmi les produits de débitage, les éclats de petite taille ont été systématiquement réservés à cet usage.

FIG. 87
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : classification des dimensions des armatures de flèche géométriques par rapport au reste des pièces retouchées sur éclat.

29La distribution de la métrique des pièces retouchées sur éclat reste, dans l’ensemble, assez normale. Une gestion des produits de débitage s’observe néanmoins au travers des choix de supports : il semblerait que les produits les plus larges aient été spécialement réservés à la fabrication de grandes bitroncatures. De même, les plus petits et les plus minces sont systématiquement destinés aux petites bitroncatures (armatures de flèche). Des raisons fonctionnelles sont probablement à l’origine de ces choix. À l’opposé, il n’existe pas de grattoirs présentant ces dimensions extrêmes. Une question se pose : les grattoirs et les grandes bitroncatures s’inscrivent-ils dans la même chaîne opératoire ? À quel moment du processus technique peut-on différencier la fabrication des grattoirs et celle des grandes bitroncatures ? Simplement au moment du choix du support, ou en amont dans la mise en œuvre de chaînes opératoires distinctes ? S’agit-il de chaînes opératoires imbriquées ou totalement indépendantes et quel est le degré de complexité de cette imbrication ? Une observation plus détaillée des supports de ces classes d’outils ainsi que la détermination des codes opératoires et l’étude plus poussée des nucléus pourraient apporter des éléments de réponse à ces questions.

6.2.2.3 Modalités du débitage laminaire

30C’est surtout d’après la série de Balloy, où l’effectif est le plus important, que sera définie la production laminaire du Cerny-Barbuise. À Balloy, les productions laminaires perdent encore de leur importance par rapport au Néolithique ancien de Passy/La Sablonnière. Cette évolution est sensible au travers de deux aspects. D’un point de vue quantitatif tout d’abord, puisque parmi les pièces retouchées, les lames ne représentent plus que 4,6 % des outils soit 129 pièces retouchées sur lame (fig. 70). Sur le plan qualitatif, on constate ensuite que les techniques de débitage laminaire changent radicalement.

31La technique de débitage utilisée semble être, dans la majorité des cas, la percussion dure. En effet, 88,3 % des talons des lames brutes et retouchées présentent un ou plusieurs cônes incipients bien marqués desquels part le bulbe renflé de forme conique parfois détouré (fig. 88, nos 1-3). L’épaisseur des talons est en moyenne assez forte : 5,5 mm pour les lames brutes, 6,1 mm pour les lames retouchées (fig. 92). La morphologie de l’extrémité proximale confirme également ce diagnostic : on rencontre un taux important de talons en « aile d’oiseau » de même que des talons triangulaires épais ou irréguliers ; les corniches sont fréquemment écrasées ou esquillées. L’ensemble de ces caractéristiques représente indiscutablement les stigmates de l’utilisation d’un percuteur dur. Le pourcentage assez élevé d’extrémités distales obtuses ou rebroussées peut être interprété comme une conséquence de cette technique de débitage (36 % des lames brutes et retouchées) ; il en va de même de la fréquence des lames de profil rectiligne (49,3 %).

32Mais certaines lames échappent à ce diagnostic : leurs talons sont plus minces et de forme piano-convexe, avec parfois la présence d’une petite lèvre sur l’angle formé par la rencontre du revers et de la surface du talon (fig. 88, no 5 ; fig. 89, no 6). Les points d’impact sont invisibles et les bulbes diffus. Bien que rare (on peut estimer leur importance à environ 6,8 % des lames), l’hypothèse d’une percussion directe tendre pour le débitage de ces produits est à envisager.

FIG. 88
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie laminaire en silex local : lames brutes.

FIG. 89
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie laminaire en silex local : lames brutes et lames à crête. 1, 3, 5 lames brutes ; 2, 4 lames à crête ; 6 lame brute avec lustre.

  • 4 – Le percuteur dur a également servi à cette opération (esquillement des arêtes des crêtes, contre- (...)

33Les nucléus à lames sont peu nombreux (19 pièces dont 18 observables) [fig. 90], ce qui rend la description détaillée des méthodes de débitage difficile. Dans un premier temps, on constate que la recherche de produits de grande longueur est évidente dans le choix de rognons allongés, de forme grossièrement cylindrique. Sur le plan morphologique, les nucléus sont coniques (6 pièces), prismatiques (10 pièces) ou polyédriques, et à plan de frappe unipolaire (12 pièces), bipolaire opposé (5 pièces) ou multipolaire (1 pièce). La préparation, lorsqu’elle est encore lisible (13 pièces ont permis cette observation), est la plupart du temps sommaire : 3 nucléus présentent les résidus d’une crête frontale, 6 ceux d’une double crête ; 4 nucléus n’ont fait l’objet d’aucune préparation évidente. Lorsque le nucléus est préparé, il semble que ce soit surtout la base qui ait été aménagée pour prolonger le cintrage et la convexité naturels d’une partie du bloc de départ. Les lames à crêtes, somme toute assez rares (24), sont souvent partielles ou à un seul versant préparé, l’autre restant cortical4. D’où d’importantes plages corticales observées sur les nucléus (14 nucléus gardent des résidus de cortex ou ont des dos complètement réservés ; seulement 4 nucléus sont sans cortex). De même, les produits laminaires présentent des pans corticaux dans 53,2 % des cas.

FIG. 90
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : nucléus à lames en silex local.

34L’aménagement du plan de frappe s’effectue par l’enlèvement d’une tablette et reste lisse pendant le débitage dans dix cas. Sept nucléus ont un plan de frappe repris par des enlèvements centripètes. La préparation du bord du plan de frappe avant le détachement des lames est extrêmement rare (7,6 % seulement de talons facettés sur 26 pièces brutes et retouchées) ; on ne peut parler d’abrasion de la corniche mais plutôt d’un écrasement qui a pu d’ailleurs se produire au moment de l’impact.

35Le diagramme des classes d’angles de débitage, mesuré à la corniche des produits laminaires, est assez étalé : 90,7 % des lames se répartissent sur 3 classes dont les effectifs sont équivalents (classes des 61 à 900) [fig. 91]. Le choix d’un angle de débitage précis paraît donc indifférent, ce qui se conçoit assez bien dans le cas d’une percussion dure.

FIG. 91
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : angle à la corniche des lames brutes et retouchées.

36L’ensemble cohérent de ces observations indique un débitage laminaire peu élaboré, par comparaison avec celui du Néolithique ancien. La préparation des nucléus est sommaire : on s’est contenté, dans la plupart des cas, de corriger, au minimum, les courbures naturelles des rognons, choisis de préférence allongés, et donc susceptibles de fournir des produits laminaires. Aussi, peu de soin a été apporté au détachement des lames. Ces caractéristiques sont largement liées au choix du percuteur dur comme outil de taille majoritaire. Cette technique autorise une précision moindre de l’impact, et son poids et sa dureté permettent de conduire le débitage après une faible préparation des blocs.

37D’une manière générale, ces modalités de taille ont généré des produits laminaires de morphologie assez irrégulière (fig. 88, 89). Le tableau LXXIV présente les indices qualitatifs des lames Cerny de l’enceinte de Balloy avec, en vis-à-vis, ceux des lames en silex local des villages du Néolithique ancien de Balloy et de Passy/La Sablonnière afin de mieux percevoir l’évolution des produits laminaires. Les lames Cerny montrent des indices beaucoup plus bas que les lames du Néolithique ancien. Il existe en effet beaucoup de lames à bords sinueux ou convexes, notamment parmi les lames brutes (52,5 % de bords sinueux ou convexes pour l’ensemble des lames). Le parallélisme des nervures est moyen : seulement 33,3 % de nervures parallèles pour les lames brutes et 41,9 % pour les lames retouchées. D’autre part, elles sont souvent sinueuses (68 % des lames brutes et 54,8 % des lames retouchées). Enfin, les lames à trois pans sont minoritaires (44,4 %) et les lames à pan cortical abondent (plus de 50 % des lames brutes et retouchées).

Balloy Rubané

Passy/La Sablonnière (VSG)

Balloy enceinte Cerny

A
B
C
D

8
2,3
1,5
3,6

1,7
2,9
1,3
3,2

0,8
0,5
0,8
1,1

TABL. LXXIV
Comparaison des indices qualitatifs des lames du Rubané, du Villeneuve-Saint-Germain et du Cerny. A nombre de lames à bords parallèles rectilignes/nombre de lames à bords sinueux : B nombre de lames à nervures rectilignes/nombre de lames à nervures sinueuses ; C nombre de lames à trois pans/nombre de lames à deux pans ; D nombre de lames sans cortex/nombre de lames à pan cortical.

38Du point de vue de la métrique, l’industrie laminaire de Balloy se caractérise par la présence de lames de dimensions plus grandes aux côtés de pièces de taille plus modeste (fig. 92). La moyenne des longueurs se situe à 62 mm pour les lames brutes et à 60,9 mm pour les lames retouchées, valeurs plus élevées que pour le Néolithique ancien (fig. 69). Mais c’est surtout par leur largeur et leur épaisseur que les lames Cerny se distinguent de celles des périodes précédentes. Il existe en effet un taux important de pièces larges et épaisses, ce qui génère des moyennes assez élevées : largeur de 23,7 mm pour les lames brutes et 25,4 mm pour les lames retouchées ; épaisseur de 8,1 mm pour les lames brutes et 9,2 mm pour les lames retouchées. De même, les variances sont très lâches par rapport à celles calculées d’après les séries du Néolithique ancien. Ces écarts entre les dimensions des lames des périodes anciennes et celles de Balloy sont assez parlants pour que l’on puisse se passer de tests statistiques. Du point de vue métrique, les lames Cerny de Balloy se caractérisent donc par des dimensions peu calibrées, conséquence de la technique de débitage mise en œuvre.

FIG. 92
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : classification des dimensions des lames brutes et retouchées.

39Pour résumer les observations énoncées dans les pages précédentes, les caractéristiques de la méthode laminaire du Cerny sont étroitement liées au choix de la technique de taille : la percussion dure. Cette technique donne des lames irrégulières, peu calibrées, issues de blocs allongés sommairement mis en forme. Les quelques lames de Barbuise-Courtavant correspondent également à ce schéma. Ce type de débitage avait déjà été mis en évidence à Étaples dans le Pas-de-Calais (Bostyn 1986).

6.2.2.4 Gestion du débitage laminaire

40L’importance numérique des supports laminaires diminue par rapport au Néolithique ancien : seulement 4,6 % d’outils retouchés sur lame à Balloy. À Barbuise-Courtavant, ils sont proportionnellement plus nombreux (10,8 %) mais l’effectif étant beaucoup plus réduit, on peut penser qu’ils ont d’emblée plus de poids. Ils se répartissent entre les classes typologiques consignées dans le tableau LXXV. À Balloy, les burins dominent (29 % soit 38 burins), (fig. 93) suivis des grattoirs (26 % soit 34 grattoirs) et des lames à bords abattus (19 % soit 25 pièces) [fig. 94, 95]. À Barbuise-Courtavant, les pièces à bords abattus sont les plus nombreuses avec 4 pièces, puis viennent les burins. Les grattoirs sur lame sont absents mais là encore, la petitesse de l’effectif interdit d’en tirer une conclusion.

TABL. LXXV
Classification des pièces retouchées sur lame du groupe de Cerny-Barbuise.

FIG. 93
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie laminaire en silex local : burins. 1 burin d’axe sur cassure ; 2, 8 burins d’angle sur cassure ; 3 burin d’axe à bord abattu ; 4, 5 burins d’angle à bord abattu ; 6 burin d’axe sur bord brut ; 7 burin d’angle sur troncature.

FIG. 94
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie laminaire en silex local : grattoirs.

FIG. 95
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie laminaire en silex local : lames à bord abattu.

41La typologie des burins sur lame Cerny est beaucoup plus variée que celle des burins du Néolithique ancien. Si les burins d’angle simples, sur troncature ou sur cassure, sont majoritaires (23 pièces soit 60,5 % de l’ensemble de ce groupe) [fig. 93, nos 2, 4, 5, 7, 8], on trouve également des burins doubles d’angle sur troncature simple ou deux troncatures opposées (3 pièces). Les burins d’axe, sur troncature (4 pièces) [fig. 93, no 3], sur cassure (1 pièce) [fig. 93, no 1] ou sans préparation (2 pièces) [fig. 93, no 6] représentent 21 % de l’effectif. Il existe enfin 4 burins dièdres et 1 burin transversal. Les 34 grattoirs sont tous façonnés en bout distal de lame. Parmi eux, on peut distinguer les types suivants dont les effectifs sont déséquilibrés :

  • les grattoirs simples distaux sont largement majoritaires (31 pièces soit 91,2 % de l’effectif des grattoirs) ; leur front est convexe dans la plupart des cas ; on compte seulement trois fronts denticulés et un front rectiligne ;

  • les grattoirs distaux à deux bords retouchés sont rares, soit 2 pièces (fig. 94, no 8) ;

  • enfin, 1 grattoir distal porte un bord latéral retouché.

42Près de la moitié des lames à bord abattu présentent un dos rectiligne (12 pièces sur 25) [fig. 95, nos 2-4, 6-8], 8 autres sont à dos convexe (fig. 95, no 1) et 5 à dos sinueux (fig. 95, no 5).

43À titre indicatif, les troncatures sont soit droites (2 pièces) [fig. 96, nos 3, 5], soit obliques (2 pièces également) [fig. 96, no 4]. Enfin, 2 des perçoirs sont d’un type particulier : ils se caractérisent par deux bords abattus rectilignes convergents formant un long bec ou rostre (fig. 96, nos 1, 2).

FIG. 96
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie laminaire en silex local : diverses pièces retouchées. 1210 perçoirs ; 35 troncatures simples droites ; 46 troncatures simples obliques ; 78 lames retouchées ; lame à retouche marginale.

6.2.3 Les pièces façonnées

44À Balloy, parmi le matériel en silex, on trouve 79 nodules aménagés, 101 pics et ciseaux dont 25 ébauches, 6 « hachettes » taillées et 8 autres pièces façonnées (tabl. XXXVII ; fig. 97). À Barbuise-Courtavant, 5 pics et 1 fragment de hachette taillée ont été répertoriés.

FIG. 97
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : pièces façonnées en silex local : 1‑4 pics ; 5, 6 hachettes.

45Les nodules aménagés se caractérisent par quelques enlèvements sur un petit galet de silex, aménageant une pointe ou un biseau. La base est généralement réservée.

46Les 101 pics et ciseaux de Balloy, dont seulement 66 sont complets, présentent, pour 86,4 % de l’effectif, une extrémité en forme de biseau (57 pics) [fig. 97, nos 1-4]. Les pièces à deux extrémités pointues sont donc rares (9 pièces soit 13,6 % des pics). Le biseau est façonné par des retouches bifaciales dans 34 cas. On rencontre également des enlèvements transversaux ou axiaux de type « coup de trancher » sur 23 pièces. Ce dernier type semble propre au Cerny : on le connaît dans la sépulture 2 de Noyen-sur-Seine (Mordant, Mordant 1978) et dans la sépulture 1 de Marolles-sur-Seine/Les Gours-aux-Lions (Mordant, Mordant 1970) ; il n’existe pas dans le Néolithique ancien ni dans le groupe de Noyen. Le façonnage est bifacial, plus rarement trifacial, au percuteur dur, et donne des sections triangulaires, quadrangulaires ou irrégulières.

47Les pics sont parfois assez longs et étroits (3 pièces de longueur supérieure à 115 mm excédant trois fois la largeur), mais la plupart se situent entre 60 et 110 mm de long pour un rapport longueur/largeur aux alentours de 2,5 (fig. 97, nos 2-4).

48Les « hachettes » en silex, taillées par percussion dure, ne sont jamais polies (fig. 97, nos 5, 6). Il s’agit de petites pièces courtes et trapues (la longueur est égale à deux fois la largeur), à la section lenticulaire ou ellipsoïdale, aux bords convexes. Il en existe un fragment à Barbuise-Courtavant.

49Les rares haches polies en grès-quartzite (3 pièces provenant du fossé d’enceinte) se caractérisent par une section arrondie à l’extrémité proximale, et lenticulaire sur l’extrémité distale.

50Enfin, il faut souligner la présence des fragments de deux pièces polies en roches tenaces dont une est fortement altérée.

6.2.4 Gestion de la matière première

51Pour résumer, les industries du silex Cerny-Barbuise se caractérisent par la présence d’au moins trois chaînes opératoires réalisées dans une matière première locale. Le débitage d’éclats (le plus courant) est effectué au percuteur dur ; il donne la majeure partie des supports d’outils retouchés, surtout des grattoirs mais aussi des grandes bitroncatures et des petites bitroncatures géométriques pour lesquelles sont sélectionnés les produits les plus larges pour les premières, et les plus petits pour les secondes. Il n’est pas exclu que, dans la réalité, cette chaîne opératoire se scinde en deux, la première visant à obtenir des supports de grattoirs, la seconde les supports des grandes bitroncatures.

52La chaîne opératoire laminaire, effectuée sur du silex local, se distingue par sa simplicité : les nucléus, sommairement préparés, sont débités par percussion dure. Les lames sont donc assez irrégulières et peu calibrées. Les outils retouchés sur lame sont essentiellement représentés par des burins, puis des grattoirs et des bords abattus.

53Enfin, les pièces en silex façonnées sur bloc sont nombreuses. Parmi elles, on trouve surtout des pics à extrémité en biseau assez caractéristiques ainsi que quelques hachettes taillées.

54À cela, il faut ajouter de rares lames de haches polies en grès-quartzite local originaire de la région de Montereau. On trouve également quelques fragments de pièces polies en roches tenaces.

6.3 Une production différenciée de supports d’outils

6.3.1 Homogénéité et particularités des industries Cerny

55En 1980, D. Mordant invitait à mettre en parallèle le Cerny du Bassin parisien et l’Épirössen de Franche-Comté sur la base de la typologie céramique et de certaines pratiques funéraires comme les inhumations allongées. Mais il faut constater que les caractéristiques de l’industrie lithique des niveaux X et Xb de Gonvillars (Pétrequin 1970) sont très différentes de celles du Cerny. La base de l’outillage retouché y est constituée de lames et de lamelles ayant donné essentiellement des « couteaux » ainsi que des grattoirs à retouche périphérique que l’on retrouve également dans le Cortaillod du plateau Suisse (Bailloud, Mieg de Boofzheim 1976 ; Baudais et al. 1986 ; Winiger 1993). On y rencontre aussi des « racloirs-scies » sur plaquette de silex. Quant aux armatures de flèche, elles consistent en des pointes triangulaires à base rectiligne ou concave, dans la tradition Rössen, totalement absentes des corpus des groupes Cerny. En revanche, plus au sud, les niveaux proto-Cortaillod de la grotte des Planches (Piningre 1985) ont livré une industrie sur éclat et sur lamelle débités au percuteur dur avec de très nombreux grattoirs. De plus, l’armature tranchante à retouche rasante y est présente.

56Quant aux comparaisons avec les industries du Rössen et de l’Épirössen des pays Rhénans, elles ne sont pas plus concluantes : L. Fiedler (1979) indique, à Aldenhoven 1, une industrie dominée par les lames débitées par percussion indirecte avec de nombreux grattoirs, des bitroncatures obliques et quelques perçoirs. Il note cependant une abondance relative des grattoirs sur éclat et mentionne au moins un trancher. Les armatures de flèche sont en majorité des foliacées triangulaires, à base droite ou concave, mais une pièce bitronquée à retouche abrupte sur éclat existe. À Heidelberg-Neueheim, dans le Bade-Würtemberg, l’industrie lithique est essentiellement constituée de lames et de lamelles, parfois très régulières, retouchées en grattoirs, perçoirs et bords abattus (Alföldy-Thomas, Spatz 1988). En basse Alsace, à Entzheim (Schmitt 1974), les lames par percussion indirecte semblent également l’emporter, bien que l’industrie du silex soit très pauvre. Grattoirs et perçoirs sont abondants et les armatures de flèche sont d’un type comparable à ceux que l’on connaît en Allemagne (foliacées triangulaires à base concave ou convexe).

57Dans le nord du Bassin parisien – dont on a vu, au Néolithique ancien, le partage de caractères ancestraux avec le sud dans le domaine de la technologie lithique – la conception des outillages en roche dure de la période de l’Épirössen demeure soumise aux influences nord-orientales. À Berry-au-Bac/La Croix Maigret (Demoule, Ilett 1978 ; Dubouloz et al. 1982 ; Dubouloz 1988), si la proportion d’outils retouchés sur lame est en baisse par rapport au Néolithique ancien, on compte quand même près de 25 % de lames parmi les produits. Il s’agit essentiellement de grattoirs et de lames appointées ou à un bord retouché qui seraient héritées des industries Rössen des pays du Rhin et bien représentées à Entzheim en basse Alsace. Il faut signaler à ce sujet la pérennité du débitage de ces lames par percussion indirecte dans tout le domaine rhénan au Rössen, et il semblerait que cela soit aussi le cas en contexte Épirössen de l’Aisne, au contraire des industries des groupes Cerny. Les armatures sont essentiellement triangulaires à base rectiligne ou concave et s’inscrivent parfaitement parmi les types Rössen. On trouve néanmoins quelques rares petites bitroncatures à retouche abrupte rectiligne (armatures tranchantes), comparables à celles du Cerny. Les grattoirs sur éclat sont assez abondants (21 % des outils retouchés) ; en revanche les tranchets sont rares (une seule pièce). Plus au nord, à Givry (Michel, Tabary-Picavet 1979) dans le Hainaut belge, l’industrie du silex est affiliée également à la tradition Rössen (industrie laminaire, type des armatures de flèche, etc.). On remarque néanmoins la présence d’un grand nombre de tranchets d’un type analogue à ceux du Cerny-Barbuise (façonnage direct transversal par rapport à l’axe du support, bulbe aminci) et, comme dans l’Aisne, de quelques flèches tranchantes à retouche abrupte (petites bitroncatures).

58À la lumière de ces comparaisons, il devient évident que l’industrie lithique des groupes Cerny du sud-est du Bassin parisien marque une rupture nette avec la sphère nord-orientale d’ascendance Rössen. En revanche, on constate une remarquable homogénéité des outillages en silex des groupes Cerny dans tout le Bassin parisien. Pour la plupart des auteurs, ces industries sont dominées par l’outillage sur éclat. Cependant, si la composante laminaire importante des industries plus anciennes s’est considérablement réduite, elle n’en persiste pas moins.

59Dans le Cerny éponyme, à Cerny/Parc aux Bœufs (Bailloud 1964 ; 1971) et à Videlles (Bailloud, Coiffard 1967), si la production laminaire est minoritaire, elle fournit, comme dans le Cerny-Barbuise, une part des burins et des bords abattus. Le grattoir sur éclat est l’outil retouché dominant et les tranchets à façonnage transversal et bulbe aminci sont bien représentés. Les armatures sont à tranchant transversal, du type petite bitroncature à retouche abrupte. G. Bailloud mentionne également quelques flèches tranchantes à retouche rasante mais leur taille et leur épaisseur les placeraient plutôt parmi les petits tranchets. Dans le Cerny du Bassin de la Loire et dans le groupe de Chambon, l’outillage sur éclat est dominant sur la plupart des sites avec grattoirs et tranchets, et les petites bitroncatures à retouche abrupte (armatures tranchantes) constituent les principales armes de trait (Constantin 1985 ; Manolakakis 1985 ; Constantin, Manolakakis 1991). Mais ces auteurs n’ont pas enregistré la présence ou l’absence de lames. Pourtant, dans la publication de Montgasteau en Eure-et-Loir, A. Haricot (1980) a figuré plusieurs lames dont certaines à bord(s) abattu(s). C’est en outre un des seuls sites de cet horizon à présenter une petite bitroncature (armature tranchante) à retouche rasante. D’autre part, le site de Muides (Loir-et-Cher) a livré une industrie laminaire qui rappelle les caractéristiques techniques de celle de l’enceinte Cerny de Balloy (Irribarria 1996 ; Creusillet 1997) : les nucléus sont faiblement préparés ; les plans de frappe sont lisses ; la percussion directe dure prévaut dans le débitage. Cette industrie se caractérise aussi par un débitage d’éclats centripètes qui a donné la plupart des grandes bitroncatures (tranchets), par ailleurs assez nombreuses. H. Cailliau et C. Verjux (1988) signalent quelques rares lames à Abilly (Indre-et-Loire). À Fossé (Loir-et-Cher), les diagrammes de corrélation entre la longueur et la largeur des produits montrent l’existence d’éclats « longs » et « laminaires » que les auteurs n’ont pas isolés en tant que lames (Dépriée, Pichard 1980). Plus au sud, Dangé dans la Vienne (Airvaux, Leduc 1984) montre, aux côtés de la panoplie classique des grattoirs et des tranchets, une production laminaire en tous points semblable à celle de l’enceinte Cerny de Balloy (nucléus peu préparés, à plan de frappe incliné aménagé par des enlèvements centripètes). Les lames sont peu régulières et leurs dimensions peu standardisées (de 30 à 130 mm de longueur). D’une manière générale, l’industrie du silex du groupe de Chambon présente peu de différences avec les industries Cerny : industrie sur éclat à dominance de grattoirs, présence d’un débitage laminaire peu élaboré, abondance des burins et des bords abattus fréquemment sur lame, présence des grandes bitroncatures (tranchets) et des petites bitroncatures pour les armatures de flèche (tranchantes).

60On pourrait encore multiplier les exemples pour asseoir l’homogénéité globale des industries Cerny. Signalons simplement que dans les sites bas-normands (Ernes, Condé, Cairon : Chancerel et al. 1992 ; Ghesquière, Marcigny 1998), la situation n’est pas différente (bien que certains auteurs aient identifié une production de lames par percussion indirecte qui serait héritée de la tradition danubienne) : débitage d’éclats, débitage de lames peu élaboré, tranchets, armatures tranchantes exclusivement à retouche abrupte, etc. Il en est de même dans les Pays-de-la-Loire où les sites de La Bajoulière (Maine-et-Loire) et du Port-aux-Ânes (Loire-Atlantique) livrent grattoirs sur éclat, lames par percussion dure, burins, tranchets et flèches tranchantes à retouche abrupte (Marchand 1999). Enfin, dans le Nord, à Étaples (Hurtrelle, Piningre 1976 ; 1978), F. Bostyn (1986) parle de production d’éclats allongés obtenus par un processus de débitage simple qui n’est pas sans rappeler celui de Balloy. On peut étendre cette observation à la fosse Cerny de Fresne-lès-Montauban dans le Pas-de-Calais (Blancquaert, Desfossés 1992). À Étaples et à la Montagne de Lumbres (Piningre 1977 ; 1980), les petites bitroncatures à retouche abrupte (armatures tranchantes) sont présentes ainsi que les grandes bitroncatures (tranchets) et de nombreux couteaux à dos.

61Toutefois, dans cette homogénéité globale, certains sites funéraires Cerny présentent des particularités dans les mobiliers lithiques associés aux défunts. Ces particularités résident dans la présence d’objets non Cerny tels que les armatures de flèche perçantes et les lames régulières. Ainsi, dans la nécropole d’Orville (Loiret), rapportée au Cerny éponyme, les armatures tranchantes à retouche abrupte sont les plus nombreuses. On trouve également un trancher bifacial dans l’une des tombes (sépulture 13). Toutefois, certaines tombes, notamment les sépultures 8 et 10, contiennent des lames régulières, débitées par percussion tendre ou par percussion indirecte, ainsi que des armatures perçantes à base concave (Simonin et al. 1997). À Gron (Yonne), en contexte Cerny-Barbuise, les lames régulières débitées par percussion tendre ou par percussion indirecte, de même que les armatures perçantes, ne sont pas rares aux côtés d’armatures tranchantes à retouche oblique ou rasante et d’un tranchet sur éclat (Müller et al. 1997). On peut faire la même remarque pour Passy : la sépulture 4.1 regroupait des armatures tranchantes à retouche oblique, des armatures perçantes, des tranchets sur éclat, et au moins une lame régulière (Duhamel 1997). Seule la nécropole de Balloy, attribuée pour l’essentiel au Cerny-Barbuise, ne comporte aucun élément non Cerny (Mordant 1997a). Les lames régulières, de même que certaines armatures perçantes, rappellent évidemment les éléments lithiques du Rössen et de l’Épirössen. Toutefois, des pièces analogues sont également présentes dans le Chasséen de Bourgogne, en particulier à Chassey (Thévenot 1991), ainsi qu’en contexte funéraire à Monéteau dans l’Yonne (fouille A. Augereau, inédit). Dans l’état actuel des données, il n’est pas possible de dire si les particularités de certains ensembles funéraires Cerny sont à mettre au compte de différences chronoculturelles et/ou contextuelles. Il semblerait donc que, mis à part les contextes funéraires, les industries du silex des groupes Cerny présentent une identité caractérisée sur l’ensemble de l’aire d’extension de cette culture. Il convient toutefois de mettre l’accent sur une exception. En effet, les sites de l’Aisne attribués au Cerny : Juvincourt-et-Dammarie, Berry-au-Bac (Pommepuy, Le Bolloch 1989 ; Allard et al. 1995), ont livré une production laminaire par percussion indirecte dans le silex tertiaire. Bien que les effectifs soient réduits, cette différence paraît comme hautement significative dans la mesure où la mise en œuvre d’un débitage laminaire par percussion indirecte témoigne d’un investissement technique important. Ainsi, contrairement aux autres régions du Bassin parisien, le nord-est se distingue par une continuité dans les débitages laminaires entre groupe de Villeneuve-Saint-Germain et groupe de Cerny (Augereau, Bostyn 1997).

6.3.2 Caractéristiques des industries Cerny

62En excluant le Cerny de l’Aisne, on peut caractériser les industries lithiques du Cerny par les traits suivants :

  • le silex utilisé est principalement local ; la part des matières premières exogènes est dérisoire ;

  • ces industries comportent toujours une proportion de lames numériquement minoritaire (aux alentours de 5 % parmi les supports d’outils retouchés), débitées par percussion directe à partir de blocs allongés après une faible préparation ; les lames, peu régulières et peu standardisées, sont le plus fréquemment retouchées en burins, bords abattus et grattoirs ;

  • le débitage d’éclats par percussion dure est majoritaire avec essentiellement des grattoirs (il est vrai peu fréquents à Étaples) et des éclats à retouche irrégulière ;

  • les tranchets sont toujours présents ; il s’agit de types spécifiques : avec ou sans coup de tranchet (grande bitroncature), façonné par retouche directe abrupte ou semi-abrupte, transversalement par rapport à l’axe du support ; le bulbe est fréquemment aminci par retouche rasante ; le tranchet à façonnage bifacial envahissant est plus rarement attesté ;

  • les armatures de trait sont toutes du type petite bitroncature géométrique sur éclat.

63Selon les critères établis par C. Perlès (1991), et par comparaison avec la structure de la production lithique du Néolithique ancien, on peut dire qu’au Cerny, s’il s’agit toujours d’une production différenciée de supports d’outils, elle est notablement simplifiée :

  • on observe toujours deux chaînes opératoires mais la production laminaire est très simplifiée (percussion directe au percuteur dur et parfois tendre) ;

  • la matière première est exclusivement locale ;

  • une partie des produits issus des deux chaînes opératoires fournit des supports pour des classes d’outils retouchés différentes : les éclats donnent des grattoirs mais également des grandes bitroncatures, des denticulés, des pièces esquillées ; les lames donnent aussi des grattoirs mais surtout des lames à bord abattu et des burins.

64Dans le secteur Seine-Yonne, on note une simplication croissante de la fabrication des outils en roches dures. Ceci exprime également une modification profonde de l’organisation de la production des outils de silex.

65Si l’on considère que le débitage de lames par percussion indirecte est le fait de tailleurs relativement spécialisés (intra-ou intercommunautaires, comme expliqué dans le chapitre précédent), l’extinction de cette pratique pourrait suggérer que la totalité de la production des outils de silex est maintenant une affaire individuelle, en réponse à des besoins immédiats. Les implications socio-économiques du passage d’une structure tendant vers l’économie des matières premières, même peu développée comme celle du Néolithique ancien local, à une production différenciée de supports d’outil seront abordées ultérieurement.

6.4 Les flèches Cerny : la chasse ou la guerre ?

66Cette tête de chapitre a été choisie par référence à une approche ethnoarchéologique de P. et A.-M. Pétrequin (1990b) en Irian Jaya (île de Nouvelle-Guinée). D’après l’inventaire de la variabilité des flèches de deux villages, ces auteurs ont montré qu’à la répartition des types de flèches et à leur procédé de fabrication correspond une répartition des fonctions de ces outils en relation avec le degré de transformation de l’environnement et les types d’économie de subsistance.

  • 5 – En l’absence d’études techno-typologiques approfondies dans la plupart de ces régions (sauf en Pr (...)

67Or, dans l’homogénéité globale des industries Cerny, le Cerny-Barbuise se singularise par la présence d’armatures de flèche tranchantes de type petite bitroncature à retouche rasante, probablement par pression. Ce caractère et une représentation synthétique des attributs lithiques Cerny ont été figurés sur une carte de France (fig. 98) aux côtés des principaux traits industriels des groupes culturels environnants ou proches dans le temps5. On y constate que ni le groupe de Chambon (sauf à Montgasteau), ni le Cerny du nord du Bassin parisien, ni le Cerny éponyme, ni le Cerny de l’ouest ne comportent de telles armatures mais seulement des petites bitroncatures à retouche abrupte ou semi-abrupte. On peut légitimement s’interroger sur cet état de fait. Le Chasséen septentrional, notamment à Bercy (Paris) et à Bouviers (Eure) où, dans l’état actuel des investigations, seul le type à retouche abrupte a été rencontré, ne possède pas de pièces à retouche rasante. Il en est de même à Jonquières (Blanchet, Petit 1972 ; Blanchet 1984) et à Chérence (Martinez 1984), dans les périodes les plus anciennes du Chasséen septentrional. En outre, la carte montre que ce type de flèche à retouche rasante existe dans le Chasséen méridional provençal (Phillips 1972 ; Courtin 1974 ; Binder 1983 ; 1991a), rhodanien (Brunet 1988 ; Beeching 1991b), languedocien (Vaquer 1990 ; 1991) et du Quercy (Niederlander et al. 1966 ; Glottes, Giraud 1991) aux côtés de pièces à retouche abrupte et de foliacées.

FIG. 98
Cartographie schématique des principaux types d’industries lithiques en France dans la seconde moitié du Ve millénaire av. J.-C.

68Au travers de ce rapide panorama, on peut penser que, parmi les industries lithiques Cerny de la France du Nord, deux groupes s’individualisent sur la base de leurs armatures de flèche. Ils peuvent avoir une valeur chronologique et/ou régionale.

691 – Les groupes Cerny sans petites bitroncatures à retouche rasante qui rassemblent le Cerny du nord de la France, le Cerny de l’ouest, le groupe de Chambon et le Cerny éponyme. À cet ensemble on peut rattacher, dans une certaine mesure, une partie du Chasséen septentrional. Il faut signaler que le Néolithique moyen I de la façade atlantique possède exclusivement des petites bitroncatures à retouche abrupte ou semi-abrupte. On pourrait imaginer que cet ensemble Cerny-Chasséen septentrional aurait pu être influencé par l’ensemble des groupes atlantiques apparentés au Chasséen pour la fabrication de leurs armes de chasse, hypothèse qui ne semble pas contredite par les études typocéramiques.

702 – Le groupe de Cerny-Barbuise, à petites bitroncatures à retouche abrupte et également à retouche rasante, serait plus directement en relation avec la sphère méridionale relayée par le Chasséen de Chassey (Thévenot 1991) où sont présents tous ces types de flèches aux côtés de pièces d’ascendance Rössen.

71La distinction entre petite bitroncature à retouche rasante et petite bitroncature à retouche abrupte repose implicitement sur la mise en œuvre de techniques de fabrication différentes. Car si la forme générale des petites bitroncatures est globalement la même, qu’elles soient plutôt triangulaires ou plutôt trapézoïdales, celles à retouche rasante représentent un investissement technique plus important : les retouches sont faites généralement par pression, conférant à la pièce un meilleur équilibre et une plus grande symétrie entre les bords principaux et entre les deux faces. En revanche, les pièces à retouche abrupte ou semi-abrupte sont faites par percussion. Ces dernières sont fréquemment torses.

72Ces degrés d’investissement techniques supposeraient des destinations distinctes pour ces divers types d’armatures. Selon P. et A.-M. Pétrequin (1990b), les flèches de guerre des Dani d’Irian Jaya procèdent d’une fabrication plus soignée que les flèches de chasse. Si aucune trace de conflits n’est décelable dans le secteur Seine-Yonne, on enregistre au Cerny-Barbuise une augmentation sensible de la chasse et notamment de la chasse au cerf (Tresset 1988b ; 1993). De plus, A. Tresset (1993) a pu démontrer que le spectre des animaux sauvages consommés correspondait, à cette période, à un mode de chasse sélectif justement orienté vers cet animal. Le cerf est considéré, encore aujourd’hui, comme un symbole hautement territorial et sa chasse procède d’un choix socioculturel caractérisé (Vigne 1993). Des craches de cerf, ainsi que des canines de sanglier, sont fréquemment associées à des armatures de flèche dans de nombreuses tombes Cerny. I. Sidéra les interprète comme des trophées symbolisant la valeur à la chasse du défunt (Sidéra 1997). En outre, ce développement de la chasse au cerf s’accompagne d’un début d’ouverture du paysage et de la construction d’enceintes et des premières nécropoles monumentales. En définitive, tout ce passe comme si le groupe humain marquait son emprise sur le territoire (Augereau et al. 1993) et, en dehors des nécessités purement économiques de la chasse au cerf, on pourrait imaginer que cette activité affirmait également l’identité ethnique du groupe, exigeant aussi la fabrication d’armes spéciales, plus élaborées que pour la chasse ordinaire.

73Cette hypothèse s’intègre à la théorie d’une « idéologie de la chasse » ou « idéologie du sauvage », renvoyant au Mésolithique et refaisant surface au Cerny, fondée sur la présence d’objets travaillés sur des dents ou des os d’animaux sauvages dans les mobiliers funéraires (Jeunesse, Arbogast 1997). Ainsi, contrairement à ce que pensent les auteurs à l’origine de cette théorie, ces conceptions ne s’opposent pas mais sont complémentaires. En effet, l’ouverture plus large vers le milieu a pu s’accompagner d’une ouverture vers les populations occupant ou connaissant mieux ce milieu –en l’occurrence d’éventuels mésolithiques ou leurs descendants– mais aussi vers les populations animales. La théorie de systèmes, développée par les ethnologues et les historiens et notamment B. Gille (1979), enseigne que les différentes sphères constitutives du social et leurs manifestations sont étroitement imbriquées. Il n’est pas exclu, et surtout pas antinomique, que l’émergence de la symbolique de la chasse ait eu une origine économique, comme par exemple la nécessité d’exploiter de nouveaux milieux pour pallier une insuffisance et, par conséquent, s’en emparer physiquement mais aussi idéologiquement. C’est ainsi que l’on pourrait expliquer les fondements de cette « idéologie de la chasse et du sauvage » qui ne peut être apparue ex nihilo. C’est bien ce que défend I. Sidéra lorsqu’elle parle du transfert de la chasse du domaine matériel au domaine idéel, phénomène en puissance dans le Rubané et trouvant sa complète expression au Cerny (Sidéra 2000).

74Dans le même ordre d’idée, le modèle établi dans la Baliem sud par P. et A.-M. Pétrequin (1990b) sur les populations actuelles de Papous cadre assez bien à la situation en milieu chasséen méridional. La diversité des outils cynégétiques dans le sud de la France s’accompagne d’une relative faiblesse de la chasse mais d’une grande diversité des animaux chassés : lagomorphes, petits mammifères à fourrure, grand gibier, oiseaux, etc. (Geddes 1980 ; Poulain 1985 ; Pahin 1987 ; Helmer 1991). D’après ces auteurs, il s’agirait d’une chasse d’appoint, d’ordre plus culturel qu’alimentaire (recherche de la fourrure et des plumes, approvisionnement en matières premières osseuses, etc.) intervenant dans une économie fondée sur une gestion complexe du terroir. Pour A.-M. et P. Pétrequin, la diversité accrue des flèches, que l’on observe par exemple dans le village de Tangma, correspond à une pratique de la guerre importante mais aussi à une chasse essentiellement orientée vers l’acquisition de matières animales ayant lieu au sein d’une économie de production très développée. L’idée d’une corrélation entre la variabilité des types de flèches et l’organisation économique se profile également pour les cultures néolithiques. Aussi, pour corroborer cette hypothèse, il faudrait déterminer l’économie des groupes Cerny ne possédant pas la petite bitroncature à retouche rasante par pression. Des hypothèses sur la manière dont ces groupes ont forgé leur identité culturelle pourraient être ainsi formulées.

75Ces idées ne constituent pour le moment que des pistes d’une recherche qui devra multiplier les observations concertées sur les techniques de fabrication des armatures de flèche, les spectres de chasse, les modes d’exploitation des matières animales, la technologie et la typologie des objets osseux, l’état du milieu naturel, et ce dans les diverses régions concernées. Déjà, on relève la similarité entre les petites bitroncatures à retouche rasante du Cerny-Barbuise et celles du Chasséen méridional. L’hypothèse de la simple convergence paraît insuffisante mais il n’est pas impossible que la mise en pratique, dans les deux régions, d’une chasse intervenant dans une économie de production dominante ait entraîné la circulation de types d’armatures spécifiques. D’un autre côté, le rapprochement entre les groupes Cerny sans petite bitroncature à retouche rasante et les Chasséens septentrionaux et les groupes adantiques, devra être vérifié, entre autres, sur la base de leur économie respective.

6.5 Une autonomie technique précoce

76À l’examen de la cartographie des industries lithiques de la seconde moitié de Ve millénaire (fig. 98), on peut faire la remarque suivante : un des outils caractéristiques du Cerny semble être le tranchet, trait déjà remarqué par G. Bailloud (1964 ; 1971 ; 1976). Le type propre au Cerny (façonnage transversal par bitroncature, bulbe aminci) ne paraît exister ni à l’Épirössen – ou alors en un seul exemplaire (à Berry-au-Bac, 1 tranchet sur près de 270 outils retouchés) – ni dans les divers faciès du Chasséen méridional (Courtin 1974 ; Binder 1991a ; Vaquer 1990 ; 1991) et du Bassin rhodanien (Brunet 1988 ; Beeching 1991a ; 1991b), ni au Néolithique moyen I atlantique (Joussaume 1976 ; 1978). On pourrait très probablement étendre cette remarque aux pics et, dans cette tranche chronologique, l’outillage dit campignien serait donc un caractère distinctif du Cerny.

77Tout d’abord, parce que d’autres groupes culturels immédiatement postérieurs possèdent le tranchet, comme le Chasséen septentrional, il faut se demander si cette particularité a une valeur uniquement culturelle. En effet, à Bercy, dans le 12e arrondissement de Paris (Augereau 1993), à Louviers (Augereau 1995c) ou aux étapes anciennes du Chasséen de Jonquières (Blanchet, Petit 1972 ; Blanchet 1984) et de Chérence (Martinez 1984), les tranchets sont nombreux. Il en est de même en Belgique à Givry au Poströssen (Michel, Tabary-Picavet 1979). Par ailleurs, le Cerny correspond à une période où le paysage commence à s’ouvrir dans la vallée de la Petite-Seine (travaux C. Leroyer in Augereau et al. 1993) et la corrélation tranchets/début d’ouverture du paysage peut être rappelée. Sur le plan fonctionnel, les résultats des analyses sur les tranchets de Balloy sont globalement identiques à ceux réunis à Passy/La Sablonnière : d’après les 37 pièces avec des traces déterminables, la majorité d’entre elles (27) a travaillé sur de la matière minérale meuble en percussion lancée (travaux V. Beugnier et S. Philibert in Allard et al. à paraître). On enregistre toutefois un nombre non négligeable d’objets ayant servi au travail des matières végétales : 9 pièces sont concernées qui se répartissent entre le bois (7) et les plantes non ligneuses dures (2). Comme pour Passy/La Sablonnière, on peut envisager des outils appropriés à l’exploitation d’un territoire en voie d’anthropisation : outils aratoires pour la plupart, instruments adaptés à l’exploitation et à l’entretien d’un couvert végétal secondaire pour les autres. Toutefois, l’hypothèse agricole est en contradiction avec d’autres données et d’autres interprétations développées pas ailleurs. En effet, le Cerny se caractérise par l’importance de l’élevage du bœuf et A. Tresset (1997) envisage une économie essentiellement pastorale. De surcroît, l’identification des outils à moissonner n’est pas encore établie pour le Cerny alors qu’elle existe dans d’autres cultures (lames lustrées de l’Épirössen et du Michelsberg notamment) où les tranchets sont rares ou absents et où une économie agricole est mieux perceptible. Aussi, si cette idée n’est pas à écarter, d’autres pistes fonctionnelles doivent être explorées pour cerner la place du tranchet dans le système technique néolithique.

78De manière générale, le développement de l’outillage lourd semble associé aux premières manifestations de l’anthropisation du paysage. Dans les régions où les études environnementales sont bien développées, comme dans le bassin de la Drôme, on enregistre une situation analogue : le Chasséen marque l’expansion d’un espace très humanisé, au point que l’hypothèse d’une situation de crise due à une pression démographique sur l’environnement a été évoquée (Brochier 1991). Les haches polies en roches tenaces n’y sont pas rares, quoique A. Beeching (1991a) les assimile plutôt à des biens de prestige. Ailleurs, d’autres pièces macrolithiques ont pu remplir une fonction similaire, et notamment les pièces en aphanite vosgienne de Plancher-lès-Mines, désignée plus récemment comme « pélite-quartz » (Piningre 1974 ; Jeudy et al. 1995 ; Pétrequin, Jeunesse 1995), celles en roches tenaces du Centre-Ouest, ou encore l’outillage de type languedocien du Chasséen du bassin de la Garonne (Vaquer 1990) qui comporte des tranchets. Dans ce contexte, le tranchet apparaîtrait comme la réponse technique en vigueur dans le Bassin parisien à la mise en valeur d’un territoire en voie d’anthropisation.

79Ce qui précède n’a pas la prétention d’apporter des réponses définitives au problème de la fonction des outillages néolithiques ni à celui de leur place dans le système technique. Il s’agit d’hypothèses de travail qui permettraient peut-être d’orienter les études tracéologiques et les expérimentations afférentes. Dans l’attente de nouveaux résultats, on mesure ici le haut intérêt à mener une étude comparative sur les relations type d’outillage/type d’environnement/type d’économie dans cette seconde moitié du Ve millénaire, comme le préconisent A. Beeching (1991a ; 1991b) et J.-L. Brochier (1991) pour le bassin de la Drôme.

80Enfin, la carte montre que les régions en marge des foyers de colonisation néolithiques, comme le secteur Seine-Yonne où l’industrie lithique de tradition danubienne paraît plutôt surimposée, passent dès cette seconde moitié du Ve millénaire aux industries type « production différenciée de supports d’outils ». Il s’agit principalement du centre-ouest, du nord-ouest du Bassin parisien et bien entendu du sud-est du Bassin parisien. Ailleurs, où l’occupation rubanée est ancienne et bien ancrée (essentiellement au nord-est du Bassin parisien, en Alsace, en Lorraine et en Champagne), les industries de l’Épirössen conservent une économie des matières premières héritée des traditions techniques rubanées.

81Cet état de fait traduirait une autonomie technique précoce de ces régions par rapport aux organisations techniques danubiennes et méditerranéennes, liée au développement d’une autonomie économique et peut-être culturelle. En effet, la disparition des spécialistes de la taille par percussion indirecte et la désagrégation des réseaux de diffusion des roches exogènes, notamment le silex tertiaire, montrent une désaffection pour ces processus d’acquisition des supports d’outils fortement marqués culturellement. Ce fait, dont on ne peut pas encore dire s’il résulte de l’étiolement des contacts entre les populations du Bassin parisien ou s’il l’a favorisé, serait lié à un changement dans l’identité culturelle des communautés du sud-est de cette région.

82Une des causes de cette évolution pourrait être en partie imputée aux conditions naturelles environnantes. Ainsi, la qualité des matières siliceuses disponibles dans le secteur Seine-Yonne, très abondantes mais d’aptitude moyenne à un débitage laminaire de haute technicité (présence de zones granuleuses partiellement silicifiées dans les rognons), a sans doute compté dans les choix techniques des populations du début du Néolithique moyen. Par ailleurs, les transformations socio-économiques que l’on peut deviner au travers de l’évolution de l’approvisionnement carné –accroissement de la chasse et particulièrement de la chasse au cerf– (Tresset 1988b), de l’environnement –début de déforestation– (C. Leroyer in Augereau et al. 1993), de l’architecture et du domaine spirituel –construction d’enceintes et de nécropoles monumentales– (Mordant 1992a) ont dû induire des modifications dans le système technique, conduisant à l’abandon de la fabrication d’outils légers comme les lames. En fait, à cette période, il semblerait que la société néolithique subisse dans tous les domaines (économie, architecture, société, religion, etc.) des changements d’importance traduisant une situation de rupture avec les foyers de la colonisation danubienne locale. On peut supputer, à l’origine de ces transformations, un état de crise ayant rendu caduque l’organisation antérieure (Augereau et al. 1993). Dans ce contexte, l’analyse lithique montrerait que les traditions techniques antérieures vont se perdre au profit d’une amplification des méthodes de taille moins investies techniquement et peut-être mieux adaptées aux conditions naturelles locales (matière première locale de qualité médiocre) et au système socio-économique en évolution. Dans cette optique, le groupe de Cerny-Barbuise apparaît dans le prolongement d’un processus d’évolution techno-économique amorcé dès l’extrême fin du Néolithique ancien (Passy/La Sablonnière) et dans la continuité des premières industries du début du Néolithique moyen I (Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures). L’hypothèse d’une apparition successive des éléments constitutifs du Cerny-Barbuise à partir de la transition Néolithique ancien/Néolithique moyen I, défendue par D. Mordant (1986a) et P. Duhamel et M. Prestreau (1991), trouverait ici des arguments supplémentaires. Aussi, s’inscrivant dans la problématique sur l’émergence d’un Chalcolithique, il semblerait que l’on puisse privilégier l’idée d’un processus de changement local lié à une conversion des relations intercommunautaires et des options socio-économiques des populations, peut-être sous la pression du milieu naturel. Les moteurs de cette évolution restent encore inconnus.

Notes

1 – En raison de la patine, souvent épaisse et de couleur uniformément blanche, l’importance de ce silex parmi le matériel archéologique a été certainement sous-estimée.

2 – Prises selon l’axe de débitage du support et non pas selon l’axe morphologique de la pièce. La plus grande longueur de l’outil correspond donc, dans la plupart des cas, à la plus grande largeur du support.

3 – Comparaison des mesures selon l’axe morphologique des outils retouchés.

4 – Le percuteur dur a également servi à cette opération (esquillement des arêtes des crêtes, contre-bulbes très marqués).

5 – En l’absence d’études techno-typologiques approfondies dans la plupart de ces régions (sauf en Provence avec les travaux de D. Binder, et dans le Languedoc avec ceux de F. Briois), il est bien évident que cette représentation est schématique et a l’inconvénient de gommer les nuances et originalités locales.

Table des illustrations

Légende FIG. 75 Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures (Seine-et-Marne), enceinte Cerny : nucléus à lames et à lamelles, silex local. 1, 2 nucléus à lamelles ; 3, 4 nucléus à lames.
Crédits dessin P. Pihuit/Inrap.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 76 Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures (Seine-et-Marne), enceinte Cerny : industrie laminaire en silex local. 1 lamelle à bord abattu ; 2, 3 lames à coches.
Crédits dessin P. Pihuit/Inrap.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 77 Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures (Seine-et-Marne), enceinte Cerny : silex local. 1 grande bitroncature sur éclat à retouche transversale moyenne directe, à bulbe aminci ; 2 pic.
Crédits dessin P. Pihuit/Inrap.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende TABL. LXXIII Classification des pièces retouchées sur éclat du groupe de Cerny-Barbuise.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 78 Barbuise-Courtavant/Les Grèves de Frécul (Aube), enceinte Cerny-Barbuise : industrie sur éclat en silex local : grattoirs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 79 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie sur éclat en silex local : grattoirs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 80 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie sur éclat en silex local. 1-4 denticulés ; 5-8 burins.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 81 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : classification des dimensions de quelques outils rétouchés sur éclat. Il faut remarquer surtout les différences de distribution des classes regroupant les effectifs les plus nombreux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 82 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie sur éclat en silex local : grandes bitroncatures. 1 à retouche transversale directe envahissante, à bulbe aminci ; 2 à retouche transversale directe moyenne, sans bulbe aminci ; 3 à retouche transversale bifaciale envahissante ; 4 à retouche transversale directe moyenne, à bulbe aminci.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 83 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie sur éclat en silex local : grandes bitroncatures. 1, 2 à retouche transversale directe moyenne, à bulbe aminci ; 3 à retouche bifaciale moyenne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 84 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie sur éclat en silex local : grandes bitroncatures. 1 à retouche transversale directe moyenne, sans bulbe aminci, avec amorce de coup de tranchet ; 2 à retouche transversale directe moyenne, sans bulbe aminci, avec amorce de coup de tranchet ; 3 à retouche bifaciale envahissante avec coups de tranchet ; 4 à retouche bifaciale envahissante avec amorce de coup de tranchet.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 85 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : petites bitroncatures géométriques de la catégorie fonctionnelle des armatures de flèche. 1 sur lame à retouche directe abrupte ; 2 sur lame (?) à retouche directe abrupte ; 3 sur éclat à retouche directe abrupte et retouche inverse rasante ; 4 sur éclat à retouche directe oblique et retouche inverse rasante ; 5-7 sur lame (?) à retouche bifaciale rasante ; 8 sur éclat à retouche directe abrupte sur une troncature et croisée sur l’autre ; 9, 15 sur éclat à retouche bifaciale rasante ; 10, 12, 13 sur éclat à retouche directe abrupte ; 11 sur lame à retouche directe oblique et retouche inverse rasante ; 14 sur éclat à retouche directe abrupte sur une troncature et croisée sur l’autre.  pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 86 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : petites bitroncatures géométriques de la catégorie fonctionnelle des armatures de flèche (silex local). 1, 2, 5, 13 sur éclat à retouche directe abrupte et retouche inverse rasante ; 3, 6, 11 sur éclat à retouche directe abrupte ; 4 ébauche sur éclat à retouche directe abrupte ; 7-10, 12, 15 sur éclat à retouche bifaciale rasante ; 14 sur éclat à retouche directe rasante et retouche inverse rasante ; 16 sur éclat à retouche abrupte, directe sur une troncature et croisée sur l’autre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 87 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : classification des dimensions des armatures de flèche géométriques par rapport au reste des pièces retouchées sur éclat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende FIG. 88 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie laminaire en silex local : lames brutes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 89 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie laminaire en silex local : lames brutes et lames à crête. 1, 3, 5 lames brutes ; 2, 4 lames à crête ; 6 lame brute avec lustre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 90 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : nucléus à lames en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 91 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : angle à la corniche des lames brutes et retouchées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 92 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : classification des dimensions des lames brutes et retouchées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende TABL. LXXV Classification des pièces retouchées sur lame du groupe de Cerny-Barbuise.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 93 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie laminaire en silex local : burins. 1 burin d’axe sur cassure ; 2, 8 burins d’angle sur cassure ; 3 burin d’axe à bord abattu ; 4, 5 burins d’angle à bord abattu ; 6 burin d’axe sur bord brut ; 7 burin d’angle sur troncature.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 94 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie laminaire en silex local : grattoirs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 95 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie laminaire en silex local : lames à bord abattu.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 96 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : industrie laminaire en silex local : diverses pièces retouchées. 1210 perçoirs ; 35 troncatures simples droites ; 46 troncatures simples obliques ; 78 lames retouchées ; lame à retouche marginale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 97 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), enceinte Cerny-Barbuise : pièces façonnées en silex local : 1‑4 pics ; 5, 6 hachettes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende FIG. 98 Cartographie schématique des principaux types d’industries lithiques en France dans la seconde moitié du Ve millénaire av. J.-C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23448/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search