Version classiqueVersion mobile

L’industrie du silex du ve au ive millénaire dans le sud-est du Bassin parisien

 | 
Anne Augereau

Seconde partie. Étude des séries lithiques du Néolithique ancien au Néolithique moyen II

Chapitre 5. Le Néolithique ancien

Texte intégral

5.1 Rubané
Balloy/Les Réaudins, Barbey/ Le Buisson Rond, Passy/Les Graviers et Villeneuve-la-Guyard/ Les Falaises de Prépoux

1Le regroupement de ces quatre ensembles se justifie par une ressemblance dans les caractères techniques et typologiques de l’industrie du silex contrastant avec ceux de Barbey/Le Chemin de Montereau d’une part, et de Passy/La Sablonnière d’autre part. Par ailleurs, les données typocéramiques permettraient d’inclure ces sites dans une étape initiale du Néolithique ancien régional dans laquelle Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux serait l’occupation la plus récente. Une discussion en cours sur la situation chronologique de Villeneuve-la-Guyard (Rubané ou étape formative du groupe de Villeneuve-Saint-Germain) a conduit à l’intégrer à ce chapitre pour estimer la distance de ses caractères techno-typologiques par rapport à ceux des autres sites.

5.1.1 Les matières premières taillées

2Le silex local gris-noir de la craie campanienne est la matière première la plus couramment débitée dans ces quatre sites du Néolithique ancien régional : il représente en effet 95 à 99,5 % de la totalité des restes et des produits de taille, et 80,8 à 97 % des produits de plein débitage bruts ou retouchés (supports de lames et éclats).

3Dans la plupart des cas, ce silex a été récolté aux abords immédiats des sites, sur les bas des versants (cortex altérés). À Villeneuve-la-Guyard, la taille des galets de rivière arrachés à ces formations est attestée par la présence de cortex roulés. La quasi-totalité du débitage d’éclats a été réalisée dans le silex local campanien. En revanche, l’industrie laminaire a été taillée dans plusieurs matières premières dont certaines ne semblent pas locales. Le tableau XLVI résume les proportions des différents silex parmi les restes de débitage laminaire par site. C’est encore le silex local qui domine : il concerne 75 à 89 % de la totalité des restes de taille laminaire et 69 à 86,7 % des produits de débitage bruts et retouchés. Mais le silex à grain fin est relativement bien représenté avec 10,1 à 24 % de la totalité des restes et 13 à 26,4 % des produits de débitage bruts et retouchés. En revanche, le silex tertiaire est extrêmement rare (1 lame à Passy/Les Graviers, 3 au Buisson Rond et 3 à Villeneuve-la-Guyard). A Balloy, la présence de cette matière première reste incertaine (petits fragments de lames très patinés).

TABL. XLVI
Répartition par matière première des restes et des produits de la taille laminaire dans le Rubané.

4Dans tous les sites, il semblerait que, avec le silex local, la totalité des étapes de la chaîne opératoire soit présente. On trouve en effet l’ensemble des restes correspondants (crêtes, éclats de préparation de crête, éclats de réfection, nucléus, etc.). Toutefois, en l’absence d’expérimentations sur le même silex, il est difficile d’affirmer que les proportions de présence de ces pièces indiquent que la taille ait été entièrement réalisée sur place. Pour le silex à grain fin, on rencontre quelques restes de taille : 1 éclat de préparation à Balloy, 15 à Barbey, 2 nucléus à Passy, des lames à crêtes, etc. À Villeneuve-la-Guyard, on décompte seulement 2 nucléus et aucun autre reste. Néanmoins, en dépit de leur rareté, la seule présence de quelques restes de taille de cette matière première (nucléus, éclats de préparation) suffit pour supposer qu’une partie des lames en silex à grain fin a été produite sur place. En revanche, le silex tertiaire paraît peu exploité à l’intérieur des habitats : aucun reste de taille n’est présent, si ce n’est un éclat de réfection à Balloy.

5.1.2 Les débitages laminaires : techniques et méthodes de taille

5.1.2.1 Unité du débitage laminaire

5L’observation des restes et des produits de taille laminaire de Balloy, Barbey et Passy révèle une remarquable ressemblance dans le déroulement du débitage et dans les caractéristiques des produits. En revanche, on peut mettre en évidence quelques particularités dans la conduite de la taille laminaire de Villeneuve-la-Guyard, même si son aspect général ne la distingue pas radicalement des autres séries.

6La technique de débitage par percussion indirecte domine, que ce soit dans le silex local ou dans le silex à grain fin. Elle a été diagnostiquée pour 92,3 % des lames brutes et retouchées à Balloy, 91 % à Barbey/Le Buisson Rond et 86 % à Passy/Les Graviers. La partie proximale de la plupart de ces pièces présente en effet les caractéristiques suivantes (fig. 23- 25, 28, 39-41,43-45) :

7– les talons sont épais et parfois concaves ; ils sont en majorité lisses (de 96,6 % à Villeneuve-la-Guyard à 97,8 % à Passy de talons lisses par série) ; la quasi-absence de talons facettés, de même que la rareté relative de la réduction de la corniche, sont en effet de bons indices d’un débitage par percussion indirecte : selon les séries, seulement 20 à 30 % des lames brutes et retouchées présentent une corniche abrasée ;

  • l’angle à la corniche est proche de l’angle droit et varie peu : excepté à Villeneuve-la-Guyard, 84 à 86 % des pièces se situent dans la classe 81°-90° (fig. 22) ;

  • les bulbes sont souvent diffus suivis d’ondes de percussion à l’aspect « tremblé » ;

  • l’accident de taille le plus courant est la fracture des lames au premier tiers de leur longueur.

FIG. 22
Angle à la corniche des lames brutes et retouchées du Rubané (tous silex).

8De l’analyse des nucléus, en silex local, de Balloy (8 pièces) [fig. 23, nos 7, 8], de Barbey/Le Buisson Rond (1 pièce) et surtout de Passy/Les Graviers où l’effectif est plus important (17 pièces) [fig. 27], doublée de l’observation des restes et des produits de taille, on peut déduire la méthode de débitage. Tout d’abord, la préparation des nucléus s’est effectuée, pour une majorité d’entre eux (fig. 26), par l’aménagement de deux crêtes axiales ou d’une crête frontale, réalisées par percussion indirecte (6 nucléus sur 8 à Balloy, 14 sur 17 à Passy) [fig. 25, no 14 ; fig. 27]. Les traces de préparation par trois crêtes existent également (Passy). La faible proportion de cortex sur les nucléus est une conséquence de cet apprêt soigné : la plupart des pièces (6 à Balloy, 15 à Passy) ne présentent qu’une plage corticale résiduelle ou pas de cortex. L’aménagement du plan de frappe a été réalisé par l’enlèvement d’une tablette ; puis le bord de celui-ci a été préparé par l’enlèvement d’un petit éclat permettant le calage du chasse-lame dans la plupart des cas (3 cas à Balloy, 12 à Passy). À la fin du débitage, le plan de frappe se rétrécit et son angle avec la surface laminaire devient plus obtus (80°à 99°). Au cours du débitage, la réfection de l’angle de chasse est donc parfois nécessaire. La modalité la plus courante consiste en l’enlèvement de tablettes partielles (fig. 25, no 13). Plus rarement, une tablette totale épaisse emporte toute la largeur du plan de frappe. Dans la plupart des cas, l’orientation du débitage a été unipolaire, les nucléus à deux plans de frappe opposés étant très minoritaires.

FIG. 23
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), habitat rubané : industrie laminaire : nucléus, lames à crête, lames brutes. 1-469 lames brutes ; 5 lame à crête ; 78 nucléus à lames.  pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.

9La lecture des codes opératoires sur les lames brutes et retouchées à trois pans de Passy/Les Graviers, où les effectifs sont les plus abondants, indique que les lames présentant le code opératoire 1-2-3 (débitage de la gauche vers la droite) sont les plus nombreuses (tabl. XLVII). Elles regroupent 61,4 % des lames brutes et retouchées en silex local et 53,1 % des lames brutes et retouchées en silex à grain fin. Les lames de code 3-2-1 (de la droite vers la gauche) sont beaucoup plus rares : 12,9 % des lames en silex local et 15,6 % de celles en silex à grain fin. Quelques lames, assez abondantes, témoignent de l’emploi du code 2-1-2’ : 25,7 % des lames en silex local et 31,3 % des lames en silex à grain fin.

TABL XLVII
Codes opératoires des lames à trois pans de Passy/Les Graviers.

FIG. 25
Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : industrie laminaire en silex local : restes de débitage et lames brutes. 1-3 microburins ; 48 éclats de préparation de plan de frappe ; 1214 lames à crête ; 13 tablette ; 5-79-11 lames brutes.

FIG. 26
Représentation des modes de préparation des nucléus à lames en silex local du Rubané.

FIG. 27
Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : nucléus à lames en silex local.

FIG. 28
Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : industrie laminaire en silex à grain fin : restes de débitage et lames brutes. 1 éclat de préparation de crête ; 2 éclat de préparation de plan de frappe ; 3 lame à crête ; 4-11 lames brutes ; 12 tablette.

FIG. 29
Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : nucléus à lames en silex à grain fin.

10Ces données sont difficiles à interpréter en termes de rythme de débitage. En effet, dans l’hypothèse d’un balayage en aller-retour, de la gauche vers la droite pour la première série de lames puis de la droite vers la gauche pour une seconde série, on devrait trouver un nombre sensiblement égal de lames de code 1-2-3 et de lames de code 3-2-1. Or, ces dernières sont en déficit. De même, dans l’hypothèse d’un balayage unilatéral, de la gauche vers la droite pour toutes les séries successives, les lames de code 1-2-3 et 2-1-2’ devraient être en nombre équivalent. Il est probable que les deux modalités ont coexisté mais il n’en reste pas moins que le faible effectif des lames de code 3-2-1 demeure inexpliqué. Par ailleurs, parmi les lames à plus de trois pans, il n’est pas rare de noter des codes 5-1-2-3-4 ou 3-4-1-2, le dernier enlèvement lisible se rapportant au premier enlèvement de la série suivante, débutant à gauche, à laquelle appartient la lame observée. La modalité la plus fréquente pourrait avoir été l’enlèvement de séries successives de la gauche vers la droite, selon un rythme unilatéral, sans que toutefois on puisse être affirmatif.

11On note cependant que parmi les lames en silex à grain fin, le code 2-1-2’ est plus fréquent que parmi les lames en silex local. Il caractérise en effet 31,3 % des lames. Mais les effectifs des pièces en silex à grain fin étant beaucoup plus réduits, cette constation reste délicate à interpréter. Il serait néanmoins intéressant de vérifier si le débitage du silex à grain fin fait l’objet de schémas opératoires différents.

12Enfin, quelques éléments sur les opérations de réfection des nucléus peuvent être évoqués : sur les nucléus, l’enlèvement du pyramidion, à partir duquel une crête partielle a été réaménagée, est parfois effectué, permettant le contrôle de la carène ; les pyramidions existent d’ailleurs parmi les restes de débitage. Les éclats de flanc axiaux sont relativement nombreux, attestant de l’entretien rigoureux du cintre du nucléus.

13L’ensemble de ces éléments témoigne de modalités de débitage relativement élaborées. Les nucléus sont réguliers, de forme conique ou cylindrique. L’exhaustion peut être appréhendée sur les nucléus par l’étude de la largeur des derniers négatifs d’enlèvements réussis : la moyenne de cette dernière oscille autour de 13,7 mm à Balloy, jusqu’à 18,5 mm à Villeneuve-la-Guyard. Celle de Passy est intermédiaire entre ces deux valeurs (16,6 mm). Mis à part à Balloy, où l’effectif est plus restreint, les moyennes des largeurs des derniers enlèvements lisibles sur les nucléus en silex local sont légèrement inférieures à celles enregistrées sur les produits retouchés (17,1 mm). Le débitage n’a donc pas été poursuivi au-delà de cette limite.

5.1.2.2 Particularités du débitage laminaire de Villeneuve-la-Guyard

14La représentation des principales caractéristiques des nucléus en silex local de la figure 26 donne une bonne image des différences entre les pièces de Villeneuve-la-Guyard et celles des autres séries du Néolithique ancien. À Villeneuve-la-Guyard, la trace d’une préparation par double crête est visible dans seulement trois cas, la majorité des pièces ne portant qu’une seule crête ou pas de crête (fig. 30). La préparation des blocs semble donc moins poussée qu’à Barbey, Balloy ou Passy/Les Graviers et cette observation est appuyée par la forte proportion de cortex sur les nucléus (50 % des pièces présentent une plage corticale importante, en général localisée sur le dos du nucléus, et 36,4 % un cortex résiduel).

FIG. 30
Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux (Yonne), habitat rubané : nucléus à lames, silex local.

15D’une manière, générale, on peut répartir les 19 nucléus à lames de Villeneuve-la-Guyard en trois types principaux :

  • 7 nucléus en silex local à plan de frappe lisse, très incliné (entre 45°et 70°), à dos fréquemment réservé (fig. 30) ;

  • 10 nucléus en silex local à plan de frappe préparé par enlèvements centripètes, dont l’angle en fin de débitage oscille entre 85°et 95° ;

  • enfin, 2 nucléus en silex à grain fin du même type que les précédents mais très réguliers.

16En concordance avec les observations faites sur les nucléus, les lames de Villeneuve-la-Guyard présentent un certain nombre de traits propres :

  • contrairement aux autres séries, on constate la présence de quelques lames brutes en silex local dont la longueur dépasse 85 mm (jusqu’à 110 mm) [fig. 31] ; mais la rareté des lames aussi longues (3 pièces sur 101), qui ne sont pas de surcroît des produits de plein débitage, interdit d’aller plus loin dans l’interprétation ;

  • d’après l’étude métrique univariée, il semble acquis que Villeneuve se caractérise par une distribution des dimensions des lames plus dispersée – surtout les lames brutes en silex local – que les autres séries du Néolithique ancien de ce groupe ;

  • enfin, on constate une répartition plus étalée de l’angle à la corniche des lames brutes et retouchées ; en effet, si la majeure partie des pièces se situe dans la classe 80°et 90° (53,9 % des cas), il existe une proportion importante de pièces avec des angles aigus qui, pour la plupart d’entre elles, sont en silex local (14 % entre 51°et 70°) (fig. 22) ; la comparaison de la distribution en classes de l’angle à la corniche des lames brutes et retouchées de Villeneuve-la-Guyard avec celle de Passy en effectuant le test de Kolmogorov-Smirnov (test non paramétrique) montre que ces différences de répartition sont significatives (tabl. XLVIII).

FIG. 31
Classifications des longueurs des lames brutes et retouchées en silex local et en silex à grain fin des sites du Rubané.

TABL. XLVIII
Comparaison des distributions des angles à la corniche des lames de Passy/Les Graviers et de Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux en utilisant le test de Kolmogorov-Smirnov (lames brutes et retouchées, tous silex). = plus grand des écarts entre les fréquences cumulées des deux échantillons.

17D’après l’ensemble de ces résultats, il semblerait que trois méthodes de débitage laminaire aient été mises en œuvre à Villeneuve-la-Guyard.

18– Un débitage laminaire par percussion indirecte dans le silex local correspondrait aux lames présentant des talons lisses, assez épais (points d’impacts étalés), des angles ouverts à la corniche ; les quelques nucléus à deux crêtes offrant des bords de plans de frappe préparés et des angles à la corniche obtus évoquent cette méthode. 71,1 % des lames brutes et retouchées en proviendraient (fig. 24, nos 1-4).

19– Un débitage laminaire par percussion directe tendre est à envisager pour une petite proportion de lames en silex local (17,1 % des pièces brutes et retouchées) présentant des talons linéaires et parfois une lèvre et un bulbe diffus, des corniches abrasées et des angles à la corniche plus aigus (fig. 24, nos 9-12). Parmi ces lames, on enregistre également une part beaucoup plus importante de pièces avec une corniche préparée par abrasion longitudinale ou transversale : 77,6 % des produits bruts et retouchés identifiés comme issus d’une percussion tendre affichent cette caractéristique. Parmi les autres lames de Villeneuve, on n’en compte que 28,9 %, pourcentage comparable à ceux calculés sur les différentes séries où la percussion indirecte prévaut. Les nucléus à plan de frappe très incliné en silex local se rapporteraient à cette méthode de débitage. Celle-ci ne semble pas exister d’une manière aussi évidente dans les autres séries du Néolithique ancien.

20– Enfin, un débitage laminaire par percussion indirecte dans le silex à grain fin peut être également isolé : il a livré 11,8 % des produits laminaires bruts et retouchés, dont les plus réguliers (fig. 24, nos 5-8).

5.1.3 Caractéristiques des produits et gestion des débitages laminaires

5.1.3.1 Étude métrique des produits laminaires

21L’étude des longueurs se fonde uniquement sur les pièces entières alors que celle des largeurs et des épaisseurs inclut les fragments de dimensions appréciables.

Étude métrique univariée

• Lames brutes en silex local

22Du point de vue métrique, les lames brutes en silex local de Barbey, Passy, Balloy et également de Villeneuve-la-Guyard sont relativement petites.

23Les longueurs ne dépassent pas 85 mm de long –sauf à Villeneuve où trois pièces atteignent jusqu’à 110 mm– avec une moyenne générale à 52 mm. La distribution en classes des longueurs (fig. 31) montre que, pour l’ensemble des séries, le maximum des effectifs se situe dans la classe 45 < 60 mm (40 % des lames par série). Cependant, à Villeneuve, on note une proportion plus élevée de lames dans les classes de plus petites valeurs : la catégorie 30 < 45 mm regroupe environ 30 % des pièces.

24Les largeurs diffèrent peu d’un site à l’autre avec une moyenne générale aux alentours de 19 mm. La distribution en classes est unimodale sur l’ensemble des sites (fig. 32) avec le plus fort taux de pièces dans les classes 16 < 19 mm (25 à 30 % des effectifs) et 19 < 22 mm (mêmes pourcentages). Toutefois, Villeneuve se distingue avec seulement 15 % de lames dans la classe 16 < 19 mm.

FIG. 32
Classifications des largeurs des lames brutes et retouchées en silex local et en silex à grain fin des sites du Rubané.

25Quant aux épaisseurs, la moyenne globale est située à 6,2 mm et la distribution des mesures est unimodale pour toutes les séries avec une majorité des effectifs dans la classe 4 < 6 mm (environ 40 à 50 % des pièces) [fig. 33]. Ici encore, Villeneuve-la-Guyard se distingue avec la présence de quelques lames plus épaisses (6 < 8 mm).

FIG. 33
Classifications des épaisseurs des lames brutes et retouchées en silex local et en silex à grain fin des sites du Rubané.

26Villeneuve-la-Guyard semble donc s’individualiser par une distribution des mesures plus dispersée. Cette donnée et d’autres qui seront analysées dans un prochain chapitre font de Villeneuve-la-Guyard un ensemble original.

• Lames retouchées en silex local

27Les longueurs des pièces retouchées sur lame en silex local sont bien entendu plus réduites en raison de la segmentation puis de la retouche comme le montre la distribution en classes qui se déplace vers les plus petites valeurs (30 < 45 mm) [fig. 31]. Cependant, les taux de pièces de longueurs élevées ne sont pas négligeables, notamment à Villeneuve où la classe 45 < 60 mm rassemble près de 35 % des lames retouchées en silex local. Dans cette dernière série, la rareté relative de la retouche distale (faiblesse numérique des grattoirs) aurait eu pour conséquence une faible réduction de la longueur des produits retouchés par rapport aux lames brutes.

28En ce qui concerne la largeur, la moyenne globale des lames retouchées en silex local (17,9 mm) est légèrement inférieure à la moyenne globale des lames brutes (19,1 mm). Toutefois, l’action de la retouche n’explique pas entièrement cette variation. En effet, les pièces à retouche latérale sont rares (bords abattus, notamment) sauf à Villeneuve. Aussi, cette série se différencie encore par une distribution des mesures plus étalée, au profit des classes de petites valeurs (13 < 16 et 10 < 13 mm) [fig. 32], conséquence de l’abondance des lames et lamelles à bords abattus.

29Pour les épaisseurs, les moyennes sont assez semblables à celles calculées d’après les lames brutes (5,6 mm). La distribution en classes des épaisseurs des lames retouchées en silex local est unimodale pour l’ensemble des séries (fig. 33). Cependant, on enregistre des écarts d’effectifs par comparaison avec la distribution des lames brutes. Ainsi, si la répartition des épaisseurs des supports retouchés de Passy suit globalement celle des lames brutes, on note à Villeneuve un déplacement des effectifs vers les classes de plus petites valeurs (4 < 6 mm). A contrario, à Balloy et à Barbey, les plus grandes épaisseurs (6 < 8 mm) sont plus abondantes pour les lames retouchées que pour les lames brutes.

• Lames brutes en silex à grain fin

30L’étude métrique des lames brutes et retouchées en silex à grain fin est délicate en raison de la faiblesse des effectifs. Cependant, des écarts sont apparus entre les paramètres statistiques des lames en silex local et ceux des pièces en silex à grain fin (moyenne, variance, écart-type). Malgré la ténuité de ces différences, on peut poser comme hypothèse que cette production laminaire est caractérisée par des dimensions légèrement divergentes des pièces en silex local.

31Tout d’abord, les dimensions des lames brutes en silex à grain fin sembleraient plus réduites que celles des pièces en silex local. Les longueurs offrent une moyenne générale à 48,3 mm (contre 52,1 mm pour les lames brutes en silex local).

32L’étude de la distribution en classes des longueurs est très malaisée en raison de l’effectif extrêmement restreint de certaines séries. À titre indicatif, ces lames apparaissent dans les histogrammes de la figure 31 mais il reste hasardeux d’en tirer des conclusions sur la métrique des pièces en silex à grain fin. À Villeneuve, où l’effectif est le plus ample (10 pièces), on observe une répartition des lames sensiblement voisine de leurs homologues en silex local avec un regroupement d’une majorité de pièces (8) dans les catégories 30 < 45 et 45 < 60 mm.

33Les largeurs sont globalement plus petites que celles des lames brutes en silex local avec une moyenne globale à 17,4 mm (19,1 mm pour les lames brutes en silex local). La distribution en classes des largeurs est unimodale – sauf à Passy (fig. 32) – mais la petitesse des effectifs empêche d’approfondir les commentaires. Tout au plus, on peut considérer que les classes de petites valeurs (10 < 13 et 13 < 16 mm) apparaissent plus fournies que pour les lames brutes en silex local.

34Les épaisseurs semblent aussi inférieures à celles calculées sur les pièces en silex local et donnent une moyenne générale de 5 mm (6,2 mm pour le silex local). Malgré l’effectif réduit, la distribution en classes des mesures semble plus cohérente que pour les autres dimensions (fig. 33). Par rapport aux lames en silex local, on enregistre un déplacement des mesures vers les classes de petites valeurs (2 < 4 et surtout 4 < 6 mm). En outre, on constate que la série de Villeneuve ne comporte aucune lame brute en silex à grain fin dans la classe 2 < 4 mm alors que cette dernière en réunit près de 20 % parmi les lames retouchées. Ainsi, l’ensemble des produits de petite épaisseur aurait été prélevé comme supports à retoucher ; on les retrouve en effet parmi les bitroncatures de la catégorie des armatures de flèche.

• Lames retouchées en silex à grain fin

35Les longueurs présentent une moyenne globale de 39,2 mm, réduite, par rapport aux lames brutes, du fait de l’action de la retouche (48,3 mm pour les lames brutes en silex à grain fin).

36Les largeurs sont nettement inférieures à celles des autres lames avec une moyenne générale de 16,7 contre 17,4 mm pour les lames brutes de ce même silex et 19,1 pour les lames retouchées en silex local. La distribution en classes des largeurs des lames retouchées est variable d’un site à l’autre et les courbes sont parfois bimodales (fig. 32). Mais là encore les effectifs réduits rendent les observations peu probantes. Néanmoins, la classe 16 < 19 mm est toujours bien dotée. La confrontation de la distribution des largeurs des lames retouchées avec celle des lames brutes en silex à grain fin montre qu’il n’existe pas d’écart très significatif entre les deux populations. Par rapport aux lames retouchées en silex local, les classes de petites largeurs (10 < 13 et 13 < 16 mm) seraient globalement mieux représentées parmi les pièces en silex à grain fin. Cependant, cette remarque est à nuancer à Villeneuve. En outre, dans les sites où le nombre de lames en silex à grain fin est le plus élevé (Passy et Villeneuve), la distribution des largeurs de ces pièces est moins étendue que pour celles en silex local.

37L’étude de l’épaisseur des lames retouchées en silex à grain fin montre des moyennes légèrement inférieures à celles des pièces en silex local (5 mm de moyenne globale). La distribution en classes des épaisseurs est peu dispersée et paraît proche de celle des lames brutes (fig. 33). Elle ne paraît pas non plus très différente de celle rencontrée pour les lames retouchées en silex local, ce que semblent indiquer les séries les mieux pourvues (Passy et Villeneuve).

38La comparaison des produits en silex à grain fin avec ceux en silex local montre que les lames en silex à grain fin ont souvent des moyennes plus basses et sont plus représentées dans les catégories de petites valeurs. Des tests statistiques ont été effectués sur les populations de lames de plein débitage non retouchées pour contrôler la pertinence de ces différences. En ce qui concerne la longueur et la largeur, le test de Student (comparaison des moyennes) et le rapport des variances estimées (comparaison des écarts-types) indiquent que les écarts entre les mensurations des lames en silex à grain fin et en silex local ne sont pas statistiquement significatifs. En revanche, la comparaison de la moyenne des épaisseurs confirme globalement la pertinence des écarts entre ces deux échantillons de lames (tabl. XLIX). Un meilleur contrôle de l’épaisseur semble attesté lors du débitage des lames en silex à grain fin. Par ailleurs, l’étude métrique bivariée, exposée dans les pages qui suivent, irait dans le sens d’une moins grande corrélation entre les dimensions des lames en silex à grain fin qu’entre celles des lames en silex local.

TABL. XLIX
Comparaison des épaisseurs moyennes des lames brutes en silex local et en silex à grain fin du Néolithique ancien. t = rapport de la différence des moyennes (m), à son erreur standard (Sd) v = variances

Étude métrique bivariée

39La série de Barbey/Le Buisson Rond, trop restreinte, a été éliminée de l’étude métrique bivariée.

• Étude de la dispersion de la longueur par la largeur

40Elle montre des nuages de points relativement groupés, de forme ellipsoïdale, attestant d’une corrélation moyenne entre ces deux dimensions (fig. 34). Cette observation est surtout vraie pour Passy/Les Graviers et Villeneuve-la-Guyard où les effectifs sont les plus élevés. La dispersion des pièces y paraît assez homogène, entre la droite matérialisant le rapport 2 (la longueur est égale à deux fois la largeur) et le rapport 3,5 (la longueur est égale à trois fois et demi la largeur). D’une manière générale, au cours du débitage, la largeur des lames semble croître, jusqu’à un certain point, avec la longueur.

FIG. 34
Dispersion de la longueur par la largeur des lames brutes et retouchées en silex local et en silex à grain fin des sites du Rubané. R = coefficient de corrélation.

41Toutefois, il n’existe aucune lame brute en silex à grain fin parmi les lames grandes (longueur supérieure à 70 mm) et larges (largeur supérieure à 22 mm), notamment à Villeneuve, où certains points s’éloignent significativement du reste. D’autre part, les coefficients de corrélation de la longueur par la largeur des lames brutes en silex à grain fin sont particulièrement faibles (R = 0,13 à Passy et R = 0,04 à Villeneuve) par rapport à ceux concernant les produits bruts en silex local (R = 0,29 à Passy et R = 0,67 à Villeneuve). On peut déduire de ces éléments, sinon un meilleur contrôle de la calibration des lames en silex à grain fin lors du débitage, du moins l’existence de fourchettes dimensionnelles plus étroites pour ces produits.

• Étude de la dispersion de la longueur par l’épaisseur

42Elle donne des nuages de points assez groupés, sauf à Balloy où le nuage est plus dispersé (fig. 35). La comparaison de la dispersion de la longueur par l’épaisseur des lames brutes en silex local avec celle des lames brutes en silex à grain fin montre que les pièces les plus longues (> 70 mm) et les plus épaisses (> 10 mm) sont celles en silex local. Malgré la faiblesse des effectifs, on peut constater qu’il n’existe en effet aucune pièce longue et épaisse parmi les lames brutes en silex à grain fin.

FIG. 35
Dispersion de la longueur par l’épaisseur des lames brutes et retouchées en silex local et en silex à grain fin des sites du Rubané. R = coefficient de corrélation.

43Parmi les produits retouchés, les produits en silex local sont groupés dans un nuage de longueur moyenne (de 20 à 70 mm pour Passy et Villeneuve-la-Guyard ; 15 à 80 mm à Balloy) mais d’épaisseur variable (2 à 15 mm). En revanche, les lames retouchées en silex à grain fin, si elles ont une longueur variable mais ne dépassant pas 70 mm (une seule pièce à Villeneuve atteint 78 mm), présentent systématiquement une épaisseur inférieure à 8 mm (une seule pièce à Villeneuve atteint 10 mm). Ainsi, les lames en silex à grain fin sont courtes ou longues en fonction de la retouche, mais elles ont une épaisseur s’inscrivant dans une fourchette relativement étroite. Cette observation confirmerait le meilleur contrôle de l’épaisseur des lames en silex à grain fin lors du débitage.

• Étude de la dispersion de la largeur par l’épaisseur

44Pour cette étude, on a considéré plus particulièrement les lames de plein débitage, c’est-à-dire les produits à trois pans ou plus (fig. 36). D’une manière générale, les nuages de points sont plus dispersés que dans le cas des études longueur/largeur ou longueur/épaisseur. La corrélation serait donc plus lâche entre la largeur et l’épaisseur. On observe que les lames brutes en silex à grain fin sont rares parmi les lames larges et épaisses où l’on rencontre en majorité des pièces en silex local (largeur > 22 mm, épaisseur > 7 mm). De même, les pièces retouchées en silex à grain fin sont exceptionnelles parmi ces modules de lames alors que les produits retouchés en silex local peuvent être minces et étroits à larges et épais.

FIG. 36
Dispersion de la largeur par l’épaisseur des lames brutes et retouchées en silex local et en silex à grain fin des sites du Rubané. R = coefficient de corrélation.

45D’une manière générale, l’étude métrique bivariée apporte un complément d’information aux conclusions de l’étude métrique univariée. La plus grande calibration des produits en silex à grain fin semble se confirmer, surtout d’après l’étude des corrélations de la longueur par l’épaisseur et de la largeur par l’épaisseur.

5.1.3.2 Analyse qualitative des produits de débitage

46On peut constater des différences dans la qualité des produits issus des deux matières premières principales (silex local et silex à grain fin) par le calcul d’un certain nombre de rapports (tabl. L) :

  • indice A : nombre de lames à bords parallèles-rectilignes/nombre de lames à bords sinueux ;

  • indice B : nombre de lames à nervures rectilignes/nombre de lames à nervures sinueuses ;

  • indice C : nombre de lames à trois pans/nombre de lames à deux pans ;

  • indice D : nombre de lames sans cortex/nombre de lames à pan cortical.

TABL. L
Indices qualitatifs des produits laminaires. A nombre de lames à bords parallèles rectilignes/nombre de lames à bords sinueux ; B nombre de lames à nervures rectilignes/nombre de lames à nervures sinueuses ; C nombre de lames à trois pans/nombre de lames à deux pans ; D nombre de lames sans cortex/nombre de lames à pan cortical.

47Dans toutes les séries, y compris Villeneuve-la-Guyard, l’ensemble des pièces en silex à grain fin, brutes et retouchées, présente des indices plus élevés que les lames en silex local. Les lames à trois pans y sont plus nombreuses, de même que les lames à bords parallèles et à nervures rectilignes. D’autre part, parmi les pièces en silex à grain, les lames à pan cortical fin sont rares. Ce caractère indique certainement une préparation plus intense et/ou un débitage plus productif des nucléus dans ce silex (voir par exemple fig. 23, nos 2, 3 ; fig. 24, nos 5-8 ; fig. 28 ; fig. 40, nos 1-4 ; fig. 44 ; fig. 45, nos 2, 9-11). Toutefois, alors que l’analyse sur l’ensemble des produits, retouchés ou non, révèle une plus grande abondance des lames à trois pans parmi le silex à grain fin, les proportions s’inversent lorsque l’on examine uniquement les outils retouchés (sauf à Villeneuve-la-Guyard). Mais cette observation, inexpliquée pour le moment, ne contredit en rien l’hypothèse d’une meilleure qualité des lames en silex à grain fin.

48L’ensemble de ces constatations signifierait que le traitement du silex à grain fin a été spécialement soigné. Dès lors, les écarts-types et les variances plus basses des dimensions des produits bruts dans ce matériau, que l’on a évoqué, peuvent être expliqués comme les indices d’un meilleur contrôle du débitage permettant une calibration supérieure des produits. Les quelques nucléus en silex à grain fin sont d’ailleurs particulièrement réguliers et les nervures des négatifs d’enlèvements sont presque parfaitement parallèles (fig. 29). Il n’est pas impossible non plus que la finesse de grain de cette matière première plus homogène que le silex local permette un meilleur contrôle du débitage et l’obtention de produits plus réguliers.

5.1.3.3 Processus de débitage laminaire : comparaisons

49Il a semblé utile, dès ce stade de l’étude, de rechercher dans quelle mesure la technologie laminaire de ces quatre sites du Néolithique ancien du sud-est du Bassin parisien s’apparente ou non avec celle des groupes danubiens occidentaux. Ceci afin d’apporter ou non des indices corroborant la théorie de l’industrie du premier Néolithique local qui serait issu d’une colonisation danubienne. C’est pourquoi, avec les éléments disponibles dans les publications, les caractères généraux de la séquence de réduction laminaire du Néolithique ancien du sud-est du Bassin parisien ont été comparés avec ceux :

  • du Rubané récent du Bassin parisien, notamment dans la vallée de l’Aisne : Cuiry-lès-Chaudardes/Les Fontinettes (Plateaux 1981) et Chassemy /Le Grand Horle (Plateaux 1990), Missy-sur-Aisne/Le Culot (Charrier 1986 ; Plateaux 1990), Menneville/Derrière le Village (Plateaux 1987 ; 1991), Berry-au-Bac/Le Chemin de la Pêcherie et La Croix Maigret (Demoule, Ilett 1978 ; Dubouloz et al. 1983 ; Plateaux 1991 ; Ilett, Plateaux 1995) ;

  • du Villeneuve-Saint-Germain : Trosly-Breuil (Diepeveen et al. 1992) et Longueil-Sainte-Marie (Bostyn et al. 1993) dans l’Oise ; Villeneuve-Saint-Germain/Les Grèves, Fontenoy/Le Barrage, Cys-la-Commune dans l’Aisne (Plateaux 1991) ; Saint-Étienne-en-Coglès en Ille-et-Vilaine (Cassen et al. 1998) et Poses dans l’Eure (Bostyn et al. 1997) ;

  • des cultures rubanées d’Alsace : Rosheim, Ensisheim, Sierentz, Rouffach, etc. (Sainty 1990 ; Mauvilly 1993a ; 1993b ; 1997) ;

  • des groupes de la Céramique linéaire du bassin du Bas-Rhin : Goddelau, Bruchenbrücken et Schwanfeld pour le Rubané le plus ancien (Gronenborn 1997), Müddersheim pour le Rubané récent (Schietzel 1965) ;

  • de l’Omalien ou Rubané de Belgique : Rosmeer (Ulrix-Closset, Rousselle 1982 ; Cahen et al. 1986 ; 1987), Blicquy/Petite Rosière (Deramaix 1990), Aubechies/Coron Maton (Constantin et al. 1980), Liège/Place Saint-Lambert (Otte 1984), Ornai (Cahen étal. 1986 ; 1987), Harduémont (Vanderhoeft et al. 1996 ; Burnez-Lanotte, Allard 1998), Vaux-et-Borset/Gibour (Caspar, Burnez-Lanotte 1998) ;

  • du groupe de Blicquy de Belgique : Blicquy/Couture de la Chaussée (Cahen, Van Berg 1979), Ormeignies/Le Bois Blanc (Constantin et al. 1982) et Dérodé du Bois de Monchy (Constantin et al. 1977), Irchonwelz/La Bonne Fortune (Constantin et al. 1978a ; 1978b ; Cahen étal. 1986 ; 1987), Vaux-et-Borset/Gibour et À La Croix Marie-Jeanne (Caspar, Burnez-Lanotte 1994).

50Il semblerait que la technologie du silex du Néolithique ancien du sud-est du Bassin parisien trouve ses meilleures comparaisons, dans ses grandes lignes, avec celles du Rubané récent du Bassin parisien de l’Aisne et du groupe de Blicquy du Hainaut, en dépit de leur plus forte proportion de lames.

• Rubané

51À Cuiry-lès-Chaudardes, les modules laminaires y sont proches (moyennes : 50 x 18 x 4 mm) et l’aspect des nucléus est identique (nucléus pyramidaux ou cylindriques avec un angle de débitage proche de l’angle droit). La préparation du plan de frappe par l’enlèvement d’éclats centripètes est courante, de même que la réfection de l’angle d’attaque par le retrait d’un éclat d’avivage. Ces procédés sont également clairement attestés dans certaines séries du Rubané du nord-ouest comme à Rosmeer, en contexte de la Céramique linéaire de Rhénanie à Müddersheim et dans les sites du Rubané le plus ancien. De même, la préparation par crête axiale est avérée sur l’ensemble de ces sites.

• Groupe de Blicquy

52Si la séquence de réduction laminaire semble comparable à celle observée dans le Néolithique ancien du sud-est du Bassin parisien, les modules laminaires y sont plus élevés. D’après D. Cahen et M. Otte, le groupe de Blicquy pourrait avoir utilisé la technique de débitage par pression ; mais sa proportion n’est pas cernée et l’expérimentation a montré que certains stigmates de la percussion indirecte et de la pression se confondent parfois (Tixier 1984b ; Pelegrin 1984a ; 1988a). Par ailleurs, les stigmates pertinents du débitage par pression, comme une épaisseur faible et constante des lames (Tixier 1976 ; 1984b ; Pelegrin 1984a ; Binder 1983 ; 1984), ne semblent pas toujours présents sur certaines lames de Blicquy/Couture de la Chaussée (Cahen, Van Berg 1979 : fig. 34, nos 1, 7, 8) et d’Irchonwelz (Constantin et al. 1978a ; 1978b) ni sur celles de Vaux-et-Borset (Caspar, Burnez-Lanotte 1994 ; 1997). En conséquence, l’hypothèse de la taille par percussion indirecte n’est pas non plus à écarter pour certaines lames du groupe de Blicquy, comme l’envisagent J.-P. Casparet, L. Burnez-Lanotte (1997) à Vaux-et-Borset.

• Industries omaliennes

53La plupart de ces industries présenteraient aussi quelques points communs : les nucléus sont préparés par double crête ; la technique de débitage utilisée est la percussion indirecte ; le contrôle du cintre et de la carène s’effectue par des éclats de flanc. Les modules de débitage sont également comparables. Mais la séquence de réduction du Rubané Omalien possède des caractéristiques très particulières qui l’éloignent des autres industries danubiennes : les plans de frappe sont invariablement lisses et l’entretien de l’angle de plan de frappe se fait par l’enlèvement systématique de tablettes totales épaisses emportant toute la section du nucléus, procédé très rarement usité dans le Néolithique ancien local (Cahen et al. 1986).

• Villeneuve-Saint-Germain

54Les sites de Trosly-Breuil, de Berry-au-Bac/Le Chemin de la Pêcherie, de Saint-Étienne-en-Coglès, de Poses, etc., ont livré les restes d’une industrie laminaire témoignant de modalités de taille assez comparables. Mais les modules des lames sont beaucoup plus élevés et la matière première la plus couramment taillée est le silex tertiaire. Comme ces caractères, on le verra, se retrouvent également à Barbey/Le Chemin de Montereau et à Passy/La Sablonnière, la mise en parallèle du Villeneuve-Saint-Germain avec ces derniers sites du sud-est semble plus assurée qu’avec Balloy/Les Réaudins, Barbey/Le Buisson Rond, Passy/Les Graviers et Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux.

5.1.3.4 Gestion des débitages laminaires

Régularité des produits retouchés

55D’après le tableau L résumant les indices qualitatifs des produits laminaires, on constate que les pièces retouchées dans les deux principaux types de silex montrent des indices qualitatifs relativement plus hauts que les lames brutes (sauf pour les outils retouchés en silex à grain fin de Barbey où l’effectif est extrêmement réduit). Les produits à bords parallèles ont été préférentiellement choisis comme support à retoucher, de même que ceux à nervures rectilignes et sans cortex. Cependant, la section ne semble pas avoir compté dans le choix des supports, le rapport entre le nombre de lames à trois pans sur le nombre de lames à deux pans étant parfois plus faible pour les lames retouchées que pour les lames brutes. Aussi, on peut penser qu’un certain nombre de produits de plein débitage ont pu servir comme éléments d’outil, bruts de débitage.

Distribution des principales classes de pièces retouchées sur lame par type de silex.tabl. li

56Comme l’indique le tableau LI, il ne semble pas y avoir de gestion typologique nette des produits issus des différents types de silex. Tout au plus peut-on observer des tendances. Dans le silex local, la classe dominante est celle des grattoirs, sauf à Villeneuve-la-Guyard où, de toute façon, les grattoirs sont peu abondants : 7 grattoirs sur 10 à Barbey (70 %), 50 sur 59 à Passy (84,7 %), 21 sur 31 à Balloy (67,7 %) sont en silex local. Viennent ensuite les troncatures et bitroncatures de la catégorie des armatures de faucille (7 sur 12 faucilles à Balloy, 3 sur 8 à Barbey, 31 sur 34 à Villeneuve-la-Guyard soit 91,1 %, et 26 sur 35 à Passy soit 74,3 %) et les burins (7 sur 16 Balloy, 26 sur 35 à Villeneuve-la-Guyard soit 74,3 %, et la totalité à Passy). Les lames à bords abattus sont, dans une écrasante majorité, en silex local : à Villeneuve-la-Guyard, les 17 bords abattus sont tous en silex local. Il en est de même pour les bitroncatures de la catégorie des armatures de flèche : à Villeneuve-la-Guyard, 11 pièces sur 12 sont en silex local et à Passy, 10 sur 15. L’unique bitroncature attribuable à une armature de flèche de Barbey est également en silex local. À Balloy, il faut tout de même ajouter, en plus des deux pièces en silex local, trois bitroncatures dont la matière première reste problématique (silex tertiaire ?).

TABL. LI
Distribution des principales classes des pièces retouchées sur lame par type de silex dans le Rubané.

57Pour le silex à grain fin, les classes dominantes sont les mêmes mais dans des proportions légèrement différentes : les grattoirs restent importants, ils sont cependant en nombre plus limité. Excepté à Passy, où ils sont en plus grand nombre, ce déficit en grattoirs est compensé par une représentation plus importante des burins : 9 burins sur 35 sont dans ce silex à Villeneuve-la-Guyard (25 %), 9 sur 16 à Balloy et la totalité à Barbey où ils sont néanmoins très peu nombreux (3 pièces). Les troncatures et bitroncatures de la catégorie des armatures de faucille sont également bien représentées : à Barbey, 5 faucilles sur 8 sont dans ce silex, à Balloy, 5 sur 12 et à Passy, 9 sur 35 (25,7 %), mais seulement 3 sur 31 à Villeneuve-la-Guyard (8,8 %). De plus, certains types de bitroncatures de la catégorie des armatures de faucille sont spécifiquement en silex à grain fin (bitroncatures trapézoïdales et en segment de cercle). Ainsi, on ne note pas de gestion différenciée nette des supports retouchés en fonction de la matière première. On peut seulement remarquer que les armatures de flèche et les bords abattus sont fabriqués préférentiellement dans le silex local et que certains types de bitroncatures de la catégorie des armatures de faucille sont en silex à grain fin.

Étude métrique univariée des principales classes de pièces retouchées sur lame
fig. 37-39

58L’analyse typométrique fait tout d’abord ressortir les lamelles à bords abattus de Villeneuve-la-Guyard dont certaines présentent des retouches croisées (fig. 41, nos 1-5). Elles constituent une caractéristique propre à ce site. En effet, à Villeneuve, la distribution en classes des largeurs est bimodale, avec un pic secondaire centré sur les classes des petites valeurs (4 < 7 et 7 < 10 mm) [fig. 38].

FIG. 37
Classifications des longueurs de quelques lames retouchées des sites du Rubané (tous silex).

FIG. 38
Classifications des largeurs de quelques lames retouchées des sites du Rubané (tous silex).

59Par ailleurs, les troncatures et les bitroncatures géométriques, toutes catégories fonctionnelles confondues (armatures de faucille et de flèche), tendraient à avoir des dimensions mieux calibrées que les autres outils retouchés. Pour les troncatures et bitroncatures de la catégorie des faucilles, c’est surtout l’épaisseur qui prime dans la sélection des supports : la distribution de l’épaisseur de ces pièces est homogène et moins étalée que d’autres classes (grattoirs, burins...) (fig. 39). Dans tous les sites, le pic est centré sur la classe 4 < 6 mm qui regroupe 50 % (Balloy, Passy, Villeneuve) à 90 % des effectifs (Barbey). La calibration de l’épaisseur des faucilles se conçoit aisément pour des outils à emmanchement multiple utilisés latéralement pour la qualité du fil tranchant d’un des bords.

FIG. 39
Classifications des épaisseurs de quelques lames retouchées des sites du Rubané (tous silex).

FIG. 40
Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : industrie laminaire : grattoirs. pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.

60Pour les géométriques de la catégorie des flèches, l’épaisseur et la longueur sont bien standardisées, et si la largeur est plus fluctuante, c’est dans des proportions faibles. Pour Villeneuve et Passy, séries les plus abondantes (18 pièces chacune), les longueurs des bitroncatures de la catégorie fonctionnelle des armatures de flèche se déplacent nettement vers les classes des plus petites valeurs (classes 20 < 27 et 27 < 34 mm) [fig. 37]. Une seule classe réunit donc des deux tiers aux trois quarts des effectifs et atteste de ce fait d’une bonne standardisation de cette mesure pour ces outils. Il est à noter que les rares pièces de Barbey et de Balloy répondent à ce schéma. En ce qui concerne leur largeur, la calibration semble moins nette que pour la longueur mais dans les deux séries observables (Passy et Villeneuve) le maximum des effectifs se situe dans la classe 16 < 19 mm (respectivement : 30 et 60 % des pièces) [fig. 38]. Enfin, leur épaisseur montre une distribution beaucoup moins dispersée que pour les autres types d’outils retouchés : seulement deux classes (2 < 4 et 4 < 6 mm) réunissent 100 % des armatures (fig. 39). Dans ce cas, on peut penser que ce sont les contraintes de l’emmanchement mais aussi de la balistique (armes de trait) qui imposent une bonne calibration de ces pièces.

5.1.4 Typologie des pièces retouchées sur lame

61Dans tout le Néolithique ancien régional, les pièces retouchées sur lame sont minoritaires par rapport aux supports éclats. À Barbey/Le Buisson Rond, elles représentent néanmoins 15,6 % de l’ensemble de l’outillage retouché sur produits de débitage et jusqu’à 27,4 % à Balloy. Cette caractéristique représente la principale différence avec les industries du Rubané récent du Bassin parisien et de la Céramique linéaire de Rhénanie où le support laminaire est essentiellement recherché (65 % des outils retouchés dans l’Aisne ; Fallet 1978 ; Plateaux 1981 ; 1987 ; 1990).

62La fréquence des classes et des types des pièces retouchées sur lame de Balloy, Barbey/Le Buisson Rond, Passy/Les Graviers et Villeneuve-la-Guyard est plutôt variable d’un site à l’autre (tabl. LII). À Balloy et Passy, ce sont les grattoirs qui dominent (aux alentours de 30 %) alors qu’à Villeneuve-la-Guyard, ce sont les burins (20,2 %) puis les troncatures et bitroncatures de la catégorie des armatures de faucille (19,7 %). Ces dernières sont particulièrement abondantes à Barbey (23,5 %). La représentation des armatures de faucille et des burins ainsi que celle des lames à retouche marginale abrupte est d’ailleurs fluctuante d’un site à l’autre. L’abondance relative de lames et de lamelles à bords abattus semble être une caractéristique propre à Villeneuve-la-Guyard (17 pièces soit 9,8 %) (fig. 41, nos1-7). Cette importance des grattoirs sur lame et, en second lieu, des troncatures et bitroncatures de la catégorie des armatures de faucille, caractérise également le Rubané récent du Bassin parisien (Plateaux 1990) et l’Omalien de Belgique (Cahen et al. 1986 ; 1987 ; Deramaix 1990) de même que les sites de la Céramique linéaire de Rhénanie (Löhr, Zimmermann 1977 ; Schietzel 1965 ; Dohrn-Ihmig 1979), de Bavière (De Grooth 1987) et du Limbourg hollandais (Bohmers, Bruijn 1958-1959 ; Newell 1970). Toutefois, on ne retrouve pas, dans le sud-est du Bassin parisien, le fort taux de pièces esquillées sur lame qui marque les séries du Rubané récent de la vallée de l’Aisne. Dans le Rubané alsacien, les grattoirs arrivent en deuxième position après les armatures de flèche (Mauvilly 1997) et dans le Rubané le plus ancien d’Europe centrale, leur représentation est très variable (Gronenborn 1997). Dans le groupe de Blicquy et dans le Villeneuve-Saint-Germain, les grattoirs sont abondants, mais les burins plus nombreux, aux dépens des éléments de faucille.

TABL. LII
Classification des pièces retouchées sur lame (Rubané).

FIG. 41
Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux (Yonne), habitat rubané : industrie laminaire : bords abattus, perçoirs, lames à retouche marginale. 1-5 lamelles à bords abattus ; 6, 7 lames à bords abattus ; 8‑10, 12 perçoirs ; 11, 13‑15 lames à retouche marginale. ★ pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.

63L’attribution typologique détaillée des pièces retouchées sur lame a porté sur les troncatures et bitroncatures de la catégorie fonctionnelle des armatures de faucille, sur les bitroncatures géométriques de la catégorie des armatures de flèche et enfin sur les burins.

5.1.4.1 Troncatures et bitroncatures sur lame : armatures de faucille

64Les troncatures et les bitroncatures sur lame se répartissent entre les principaux types figurés dans le tableau LIII. Les fragments dont le type n’est pas déterminable n’ont pas été pris en compte. Les pourcentages ne sont mentionnés que pour les séries présentant un effectif minimal de 30 individus, à savoir Passy/Les Graviers et Villeneuve-la-Guyard.

TABL. LIII
Typologie des troncatures et des bitroncatures sur lame de la catégorie des armatures de faucille (Rubané).

65Les troncatures simples obliques sont les plus nombreuses (fig. 42, no 7 ; fig. 44, no 5 ; fig. 45, nos 3, 5 et 7). Sur l’ensemble des sites, elles rassemblent près de la moitié des armatures de faucille (sauf à Barbey/Le Buisson Rond où les effectifs sont extrêmement réduits) et à Passy/Les Graviers, elles atteignent 70,6 % des pièces. On rencontre également quelques troncatures obliques à dos courbe à Barbey/Le Buisson Rond (1 pièce) et à Villeneuve-la-Guyard (2 pièces). Les bitroncatures obliques à dos courbe et/ou à base droite existent dans tous les sites dans des proportions comparables, aux alentours de 15 % (fig. 42, no 9-11 ; fig. 45, no 1). Les bitroncatures trapézoïdales ou en segment de cercle, très fréquemment en silex à grain fin, sont présentes systématiquement (1 à 3 exemplaires par série) [fig. 42, nos 13-15 ; fig. 43, nos 6, 8, 9 ; fig. 44, nos 3, 6]. Enfin, par rapport aux troncatures et bitroncatures obliques, les troncatures droites, simples ou à dos, sont rares : seulement 18 % de l’ensemble des séries (fig. 44, no 4 ; fig. 45, nos 4, 6).

FIG. 42
Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux (Yonne), habitat rubané : industrie laminaire : burins, troncatures, bitroncatures de la catégorie fonctionnelle des armatures de faucille. 1, 6 burins simples d’angle sur troncature ; 2 burin d’axe sur cassure ; 3 burin d’angle multiple sur troncature ; 4, 5 burins doubles d’angle sur troncature ; 7 troncature oblique ; 8 troncature oblique à dos segmenté ; 9-11 bitroncatures obliques à base droite ; 12 burin double opposé d’angle sur troncature ; 13, 14 bitroncature en segment de cercle ; 15 bitroncature trapézoïdale. pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.

FIG. 43
Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : industrie laminaire : bord abattu, troncatures et bitroncatures de la catégorie fonctionnelle des armatures de faucilles. 1 lame à bord abattu ; 2-5, 7, 10‑13, 15 troncatures obliques simples ; 6, 9 bitroncatures trapézoïdales ; 8 bitroncature en segment de cercle ; 14 bitroncature oblique à base droite. ★ pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.

dessin P. Pihuit/Inrap.

FIG. 44
Barbey/Le Buisson Rond (Seine-et-Marne), habitat rubané : industrie laminaire en silex à grain fin : produits bruts et retouchés. 1 bitroncature trapézoïdale courte à retouche abrupte (catégorie fonctionnelle des armatures de flèche) ; 2, 6 bitroncatures en segment de cercle ; 3 bitroncature trapézoïdale ; 4 troncature droite ; 5 troncature oblique (2 à 6 : catégorie fonctionnelle des armatures de faucille) ; 7 burin double d’angle ; 8 grattoir ; 9 fragment de lame brute ; 10 perçoir ; 11, 12 burins d’angle sur troncature.

FIG. 45
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), habitat rubané : industrie laminaire : troncatures, bitroncatures, burins. 1 bitroncature oblique à base droite ; 2 bitroncature trapézoïdale ; 3, 5, 7 troncatures obliques (1 à 7 : catégorie des armatures de faucille.) ; 4, 6 troncatures droites ; 8, 9, 11, 13 burins d’angle sur troncature ; 10 burin d’angle sur cassure ; 12 burin double d’angle sur cassure. pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.

66D’une manière générale, certains types de troncatures et de bitroncatures de la catégorie des faucilles de ces sites du Néolithique ancien régional s’apparentent, dans une certaine mesure, à celle des mêmes catégories d’outils retouchés du Rubané récent du Bassin parisien et d’Alsace, de l’Omalien et du groupe de Blicquy : on constate, dans ces ensembles, une bonne représentation des troncatures obliques simples et des bitroncatures trapézoïdales. Ces dernières font partie d’ailleurs des traits distinctifs des groupes danubiens occidentaux par rapport aux groupes de la Céramique linéaire de Rhénanie (Plateaux 1981) et des étapes ancienne et moyenne du Rubané d’Alsace (Mauvilly 1997). Corrélativement, les troncatures droites sont rares dans le Rubané récent et dans le groupe de Blicquy (Constantin et al. 1977 ; 1978a ; 1978b ; 1982 ; Cahen et al. 1986 ; 1987 ; Cahen, Van Berg 1979 ; Caspar, Burnez-Lanotte 1998). En revanche, elles semblent plutôt nombreuses dans l’Omalien (Destexhe-Jamotte 1970 ; Cahen et al. 1986 ; 1987), dans le Rubané ancien et moyen d’Alsace (Mauvilly 1997) et dans le Rubané le plus ancien d’Europe centrale (Gronenborn 1997).

67Le Néolithique ancien local se distingue du Rubané récent, de l’Omalien des groupes rubanés alsaciens et du Bassin rhénan par la présence de troncatures et de bitroncatures à dos, rares dans le Rubané récent de Picardie, mais abondantes dans le Villeneuve-Saint-Germain de cette même région (où, toutefois, leur module est plus élevé) et dans le groupe de Blicquy. En outre, les éléments de faucille en segment de cercle s’avéreraient absents des corpus omaliens, rubanés et blicquiens. Il pourrait s’agir d’une caractéristique régionale propre au sud-est du Bassin parisien.

68In fine, on retrouve associés, parmi les armatures de faucille de ces quatre sites du Néolithique ancien local, des types connus dans les ensembles du Rubané récent du Bassin parisien et d’Alsace (bitroncatures trapézoïdales) avec d’une part des éléments plus ubiquistes dans les groupes danubiens occidentaux (troncatures obliques simples), et d’autre part des éléments propres au groupe de Blicquy et au Villeneuve-Saint-Germain du reste du Bassin parisien (troncatures obliques à dos, également présentes à Passy/La Sablonnière).

5.1.4.2 Bitroncatures géométriques sur lame : armatures de flèche

69Cette classe de pièces retouchées sur lame est toujours faiblement représentée. Dans ces conditions, la présence ou l’absence de tel ou tel type au sein des ensembles n’est peut-être pas significative. Les conclusions que l’on peut en tirer pour caractériser ce groupe ne sont que des hypothèses demandant vérification par l’examen d’autres séries, à découvrir.

70Parmi les armatures de flèche du Néolithique ancien, il existe huit types de bitroncatures géométriques, tous sur lame (tabl. LIV). Les bitroncatures triangulaires asymétriques sont les plus nombreuses (22 pièces soit 71 % des armatures de l’ensemble des sites). Leur base est rectiligne ou concave à très concave, avec ou sans retouche inverse rasante (fig. 46, nos 2-4 ; fig. 47, nos 2-6 ; fig. 48, nos 1, 3, 4, 6, 7, 9-11, 13). Il est intéressant de noter qu’à Passy/Les Graviers, deux secteurs s’individualisent par les bitroncatures géométriques de la catégorie des armatures de flèche. Le groupe nord, avec les structures 1, 2 et 3 de ce site, renferme uniquement des pièces à retouche inverse rasante, qu’elles soient triangulaires ou trapézoïdales (fig. 48, nos 1, 3, 4, 6). Au sud, dans la structure 6, les bitroncatures géométriques sans retouche inverse rasante de la base sont au contraire les plus nombreuses (fig. 48, no 7, 9-11, 13). Les données de la céramique indiqueraient un écart chronologique entre ces deux ensemble (la structure 6 serait plus récente). Quant aux bitroncatures asymétriques trapézoïdales longues, avec ou sans retouche inverse rasante, elles sont peu nombreuses (4 pièces) : on les rencontre à Balloy et à Passy/Les Graviers (fig. 46, no 1 ; fig. 48, nos 5, 8). Enfin, on connaît en faible nombre, à Balloy, Barbey et Villeneuve-la-Guyard, de petites bitroncatures trapézoïdales courtes par retouche directe abrupte (fig. 44, no 1 ; fig. 46, no 5 ; fig. 47, nos 7, 9).

TABL. LIV
Typologie des bitroncatures géométriques sur lame de la catégorie des armatures de flèche (Rubané).

FIG. 46
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), habitat rubané : industrie laminaire : pièces retouchées. 1 bitroncature trapézoïdale longue à troncature basilaire concave et retouche inverse rasante ; 2 bitroncature triangulaire à troncature basilaire rectiligne et retouche inverse rasante ; 3, 4 bitroncatures triangulaires à troncature basilaire concave et retouche inverse rasante ; 5 bitroncature trapézoïdale courte à retouche abrupte (1 à 5 : catégorie fonctionnelle des armatures de flèche) ; 6-8 perçoirs ; 9-15 lames à retouche marginale. ★ pièces en silex à grain fin ; pièces en silex tertiaire ; autres : pièces en silex local.

FIG. 47
Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux (Yonne), habitat rubané : industrie laminaire : bitroncatures, grattoirs, lames retouchées, pièces esquillées. 1 petite bitroncature à retouche abrupte ; 2 bitroncature trapézoïdale courte à retouche inverse rasante ; 3 bitroncature triangulaire à troncature basilaire rectiligne ; 4-6 bitroncatures triangulaires à troncature basilaire concave et retouche inverse rasante ; 7, 8 bitroncature triangulaire à troncature basilaire rectiligne et retouche inverse rasante ; 9 bitroncature trapézoïdale courte à retouche abrupte (1 à 9 : catégorie fonctionnelle des armatures de flèche) ; 10, 11, 13, 14 grattoirs ; 12, 16 lames retouchées ; 15 pièce esquillée. pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.

FIG. 48
Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : industrie laminaire : bitroncatures de la catégorie fonctionnelle des armatures de flèches. Microhache polie. 1 à 6 stations 1-2-3 ; 7 à 15 station 6. 1, 4, 7 bitroncatures triangulaires à troncature basilaire rectiligne et retouche inverse rasante ; 2 lamelle à bord abattu ; 3, 6 bitroncatures triangulaires à troncature basilaire concave et retouche inverse rasante ; 5 bitroncature trapézoïdale longue à troncature basilaire concave et retouche inverse rasante ; 8 bitroncature trapézoïdale longue à troncature basilaire rectiligne et retouche inverse rasante ; 9‑11, 13 bitroncatures triangulaires à troncature basilaire concave sans retouche inverse rasante ; 12 bitroncature trapézoïdale courte à retouche abrupte ; 14 bitroncature triangulaire à troncature basilaire concave sans retouche inverse rasante, sur éclat ; 15 microhache polie. pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.

71Les bitroncatures triangulaires symétriques, nombreuses en contexte de la Céramique linéaire de Rhénanie (Löhr, Zimmermann 1977 ; Schietzel 1965 ; Dohrn-Ihmig 1979) et en Alsace (Thévenin et al. 1978 ; Sainty et al. 1984 ; Mauvilly 1997), présentes dans l’Omalien (Constantin et al. 1980 ; Cahen et al. 1986 ; 1987 ; Deramaix 1990) et en Champagne sur le site de Larzicourt (Chertier 1980), n’existent pas dans le secteur Seine-Yonne. Il faut rappeler que l’absence de ce type de pièces est aussi un signe distinctif du Rubané récent du Bassin parisien par rapport à ces groupes globalement plus anciens.

72Les bitroncatures triangulaires asymétriques à retouche inverse rasante sont communes à l’ensemble des groupes danubiens occidentaux, à savoir le Rubané récent du Bassin parisien, le Rubané d’Alsace, le groupe de Villeneuve-Saint-Germain, le groupe de Blicquy et l’Omalien. Celles avec une forte concavité de la base semblent plutôt spécifiques au groupe de Blicquy (Constantin et al. 1977 ; 1978a ; 1978b ; 1982 ; Cahen, Van Berg 1979 ; Cahen et al. 1986 ; 1987 ; Caspar et al. 1989). En revanche, les bitroncatures triangulaires asymétriques sans retouche inverse rasante semblent absentes de ces groupes, mais on les connaît dans le Villeneuve-Saint-Germain du nord du Bassin parisien (site de Trosly-Breuil essentiellement) ainsi qu’à Passy/La Sablonnière. Les bitroncatures trapézoïdales longues sont présentes aussi dans le Rubané récent du nord du Bassin parisien et dans l’Omalien, mais elles semblent absentes dans le groupe de Blicquy et dans le Villeneuve-Saint-Germain du nord du Bassin parisien. On ne les trouve pas non plus à Barbey/Le Chemin de Montereau ni à Passy/La Sablonnière. Les bitroncatures trapézoïdales courtes existent dans le Rubané récent à Cuiry-lès-Chaudardes (Plateaux 1990). On les connaît aussi dans le plus ancien Rubané d’Europe centrale, dans le Rubané d’Alsace, dans l’Omalien, à Harduémont notamment (Vanderhoeft et al. 1996). Celles à retouche abrupte sont fréquemment rattachées aux traditions mésolithiques locales (Mauvilly 1997 ; Gronenborn 1997).

73Comme pour les types de faucille, ce groupe de sites du Néolithique ancien local combinerait, parmi ses armatures de flèche, des éléments répandus dans le Rubané récent du Bassin parisien et dans l’Omalien (bitroncatures trapézoïdales longues et courtes) avec des types présents dans l’ensemble des groupes danubiens occidentaux (bitroncatures triangulaires asymétriques à retouche inverse rasante) ou seulement dans les ensembles du Villeneuve-Saint-Germain extérieurs à la région (bitroncatures triangulaires asymétriques sans retouche inverse rasante).

5.1.4.3 Burins sur lame

74On trouvera, dans le tableau LV, l’ensemble des types de burins sur lame rencontrés dans ce groupe de sites du Néolithique ancien de la région. Les pourcentages ne seront donnés que pour Villeneuve-la-Guyard où l’effectif minimal est atteint (34 burins). Les fragments de burins dont le type est indéterminé ne sont pas pris en compte.

TABL. LV
Typologie des burins sur lame (Rubané).

75Dans tous les sites, ce sont les burins simples d’angle sur troncature qui dominent (fig. 42, nos 1, 5, 6 ; fig. 44, nos 11, 12 ; fig. 45, nos 8, 9 ; fig. 49, nos 10, 12, 13). À Balloy, ils représentent 9 burins sur 15 et à Barbey 3 sur 4. À Passy/Les Graviers, ils sont proportionnellement moins nombreux (3 burins sur 9) et à Villeneuve-la-Guyard, ils rassemblent près de la moitié des pièces (44,1 % des burins). Les burins simples d’angle sur cassure sont assez bien représentés et se placent en seconde position : 30,6 % de la totalité des burins sur l’ensemble des sites. Ils constituent le type secondaire (fig. 42, no 2 ; fig. 45, no 10 ; fig. 49, nos 11, 15). Le restant des types ne regroupe que quelques pièces : les burins doubles d’angle, sur troncature ou indéterminés, sont au nombre de 4 dont 1 à Balloy, 2 à Villeneuve-la-Guyard et 1 à Passy (fig. 42, nos 3, 4 ; fig. 45, no 12 ; fig. 49, no 14) ; les burins dièdres d’angle sont aussi rares (2 pièces dont 1 à Villeneuve-la-Guyard et 1 à Passy) et les burins d’axe, sur cassure ou indéterminés, n’existent qu’en très petit nombre (1 pièce à Balloy et 1 à Villeneuve-la-Guyard).

FIG. 49
Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : industrie laminaire : burins et perçoirs. 1‑9 perçoirs ; 10, 11, 15 burins d’angle sur cassure ; 12 burin d’angle sur troncature ; 13 grattoir-burin sur cassure ; 14 burin double d’angle sur troncature. pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.

76On remarquera tout d’abord que ce sont les burins d’angle, le plus souvent simples, rarement doubles ou dièdres, qui composent l’écrasante majorité des pièces (de 87,9 % des burins à Villeneuve-la-Guyard à la totalité des pièces à-Balloy et à Barbey). Les burins simples d’angle, sur cassure, sur troncature ou indéterminés, regroupent 88,7 % du total des burins de l’ensemble des sites réunis. À Balloy, ils caractérisent 14 burins sur 15, à Passy/Les Graviers 7 sur 9 et à Barbey/Le Buisson Rond, les 4 burins appartiennent tous à ces types. Quant à Villeneuve-la-Guyard, les burins simples d’angle regroupent 30 burins sur 34, soit 88,2 % des pièces. Enfin, les burins d’axe, simples ou dièdres, représentent un taux dérisoire, à peine 3,2 % de la totalité des pièces de l’ensemble des sites, soit 2 burins (1 à Balloy et 1 à Villeneuve-la-Guyard). On peut donc dire que, dans ce groupe de sites, la typologie des burins est peu diversifiée. Les types de burins d’angle sur cassure ou sur troncature sont comparables à ceux enregistrés au Rubané récent du Bassin parisien et à l’Omalien où ils constituent une innovation par rapport aux séries de la Céramique linéaire de Rhénanie et du Limbourg hollandais (Plateaux 1981). Dans le groupe de Blicquy et dans le Villeneuve-Saint-Germain du nord du Bassin parisien, ces types de burins d’angle existent également, mais dans des proportions beaucoup moins élevées au profit d’autres types comme les burins d’axe ou dièdres d’axe. Ces derniers types sont aussi plus nombreux à Barbey/Le Chemin de Montereau et à Passy/La Sablonnière que dans le groupe de sites du Néolithique ancien, étudiés dans ce chapitre (Balloy, Barbey/Le Buisson Rond, Passy/Les Graviers et Villeneuve-la-Guyard).

77Finalement, la typologie des principales classes de pièces retouchées sur lame de ces quatre sites combine des éléments que l’on retrouve dans plusieurs groupes danubiens occidentaux. Avec le Rubané récent du Bassin parisien et d’Alsace, ils ont en commun les faucilles sur troncature simple oblique et sur bitroncature trapézoïdale, les armatures de flèche sur bitroncature triangulaire asymétrique à retouche inverse rasante et sur bitroncature trapézoïdale longue et courte ainsi que les burins d’angle. Dans l’Omalien, ces mêmes types se retrouvent, sauf les faucilles sur bitroncature trapézoïdale. Le type d’armature de flèche trapézoïdale courte à retouche abrupte est également partagé par tous ces groupes. Il est toutefois représenté en un petit nombre d’exemplaires.

78Avec le groupe de Blicquy, ils partagent les faucilles sur troncature simple oblique et les faucilles sur troncature oblique à dos, les armatures de flèche sur bitroncature triangulaire asymétrique à retouche inverse rasante et sur bitroncature trapézoïdale courte et les burins d’angle.

79Enfin, les types communs avec le Villeneuve-Saint-Germain sont les faucilles sur troncature simple oblique et sur troncature oblique à dos, les armatures de flèche sur bitroncature triangulaire asymétrique à retouche inverse rasante et sur bitroncature triangulaire asymétrique sans retouche inverse rasante, et les burins d’angle.

80En revanche, les armatures de flèche triangulaires symétriques et les faucilles sur troncature droite, connues dans l’Omalien et dans le Rubané alsacien et du bassin du Rhin, sont absentes pour les premières et très rares pour les secondes. De même, les burins d’axe, abondants dans le groupe de Blicquy et dans le Villeneuve-Saint-Germain du nord du Bassin parisien –et présents à Barbey/Le Chemin de Montereau et à Passy/La Sablonnière– sont quasiment inexistants, comme dans le Rubané et dans l’Omalien.

81Par rapport aux groupes danubiens occidentaux, le caractère original de ces quatre sites semble être les faucilles sur bitroncature en segment de cercle, fréquemment fabriquées dans le silex à grain fin.

5.1.5 Le débitage d’éclats

82Ces industries du Néolithique ancien se caractérisent par une proportion d’éclats fortement majoritaire par rapport aux produits laminaires : près de 75 % des artefacts en silex sont en effet constitués d’éclats et de nucléus à éclats. Parmi les pièces retouchées, les pourcentages sont proches : de 66 % à 84,4 % sont sur éclat.

83On peut résumer de la façon suivante les principales caractéristiques du débitage d’éclats, constantes d’un site à l’autre : il a été réalisé sur le site, dans le silex local dans son immense majorité ; la technique utilisée est la percussion dure ; la préparation des rognons est minimale, réduite à l’ouverture d’un plan de frappe par l’enlèvement d’un éclat ; la conduite du débitage s’effectue à l’avenant, d’une manière opportuniste. Les éclats obtenus sont plutôt courts et épais, avec de forts talons en aile d’oiseau. Les nucléus résiduels sont de forme polyédrique.

84En première analyse, le débitage laminaire et le débitage d’éclats, dans le silex local, représenteraient deux chaînes opératoires totalement indépendantes. Il n’est pas exclu cependant que certaines pièces sur éclat soient retouchées sur des restes de taille issus des premières opérations de dégrossissage des blocs de matière première, avant la mise en forme des nucléus à lames proprement dite. Il s’agirait principalement des supports épais corticaux ou partiellement corticaux. Aussi, les rares éclats retouchés en silex à grain fin (4 pièces sur 66 à Barbey, 15 sur 1 042 à Passy/Les Graviers) proviennent probablement des phases de mise en forme des nucléus à lames. Toutefois, pour le silex local, les éclats retouchés semblent proportionnellement trop nombreux pour provenir tous de cette phase préliminaire du débitage laminaire. Par ailleurs, les nucléus à éclats existent dans des proportions correspondantes au nombre d’éclats et de pièces retouchées sur éclat.

85La répartition en classes des outils retouchés sur éclat est dans l’ensemble assez homogène (tabl. LVI). Excepté à Villeneuve-la-Guyard, le taux de grattoirs est important : 27,2 % à 36,6 % de l’ensemble des outils retouchés sur éclat (fig. 50). Les séries présentent toutes une forte proportion de denticulés : 26,5 % à Balloy, jusqu’à 37,9 % à Barbey/Le Buisson Rond (fig. 51). C’est un dénominateur commun à l’ensemble de la séquence du Néolithique ancien (40,1 % de denticulés à Barbey/Le Chemin de Montereau) [tabl. XVIII, XXI]. Les grattoirs et les denticulés réunissent presque les deux tiers des pièces retouchées sur éclat dans la plupart des sites : 65,1 % de l’ensemble des pièces retouchées sur éclat à Barbey, 64,6 % à Passy et 63 % à Balloy. À Villeneuve-la-Guyard, ils ne représentent que 47,9 % de par une faiblesse en grattoirs, mais le taux de denticulés est proche de ceux des autres sites (33,3 %).

TABL. LVI
Classification des pièces retouchées sur éclat (Rubané).

FIG. 50
Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : industrie sur éclat : grattoirs.  pièce en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.

FIG. 51
Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux (Yonne), habitat rubané : industrie sur éclat : denticulés (silex local).

86Viennent ensuite les pièces à retouche irrégulière, toujours assez nombreuses : 9,1 % à Barbey, jusqu’à 19 % à Passy (fig. 53, no 8). L’intentionnalité de la retouche reste douteuse : il peut s’agir aussi de retouche d’utilisation.

87Le restant des classes ne dépasse jamais 10 %. Le taux de pièces esquillées est assez constant : de 4,6 (Balloy) à 9,1 % (Barbey) [fig. 52, nos 1,2], Les pièces à retouche abrupte, à retouche oblique et à retouche large représentent des pourcentages avoisinants : de 0,7 (Passy) à 3,8 % (Balloy), pour les premières ; de 2,2 (Passy) à 7,6 % (Barbey), pour les secondes ; et, pour les dernières, de 3,8 (Balloy) à 10,9 % (Villeneuve) où le taux est le plus fort (fig. 52, no 3).

FIG. 52
Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux (Yonne), habitat rubané : divers. 1 pièce esquillée sur éclat de débitage ; 2 pièce esquillée sur éclat de gel ; 3 pièce épaisse à retouche large.

88Quant aux classes d’outils présentant une technique spéciale (burins) ou une morphologie de la partie active plus stéréotypée (pointes et perçoirs), elles sont aussi peu abondantes. Les burins vont de 0,7 % (Passy : 7 pièces) [fig. 53, nos 5, 7] à 7,6 % (Barbey : 5 pièces). Bien qu’à Villeneuve les burins soient numériquement plus nombreux (34 pièces), ils ne constituent que 6,3 % du total des outils retouchés sur éclat. Les pointes et perçoirs sont absents à Barbey. Ailleurs, ils représentent de 1,7 (Balloy : 4 pièces) à 3,1 % (Villeneuve : 17 pièces) de l’ensemble (fig. 53, nos 1-3).

FIG. 53
Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : industrie sur éclat : perçoirs, radoirs, burins, pièces à retouche irrégulière. 1-3 perçoirs ; 4, 6 racloirs ; 5, 7 burins ; 8 pièce à retouche irrégulière.

5.1.6 Synthèse : gestion des matières premières

89Dans le Néolithique ancien des sites étudiés ici, au moins deux types de silex différents ont été reconnus. Ils ont été utilisés dans l’exécution d’au moins quatre chaînes opératoires.

Débitage dans le silex local

• Débitage d’éclats par percussion dure

90Il a donné la majorité des outils retouchés qui sont essentiellement représentés par des grattoirs et des denticulés.

• Débitage de lames par percussion indirecte

91La totalité de la chaîne opératoire de ce mode de débitage a été réalisée dans les sites. Elle se caractérise par une conduite de débitage relativement soignée : préparation par crête frontale ou, plus rarement, par double crête dorso-frontale, aménagement du plan de frappe par enlèvements centripètes et réfection par tablettes partielles, entretien de la carène et du cintre par l’enlèvement de pyramidions et d’éclats de flancs axiaux, rythmique de débitage consistant au débitage d’environ cinq lames de la gauche vers la droite, plus rarement de la droite vers la gauche. Les produits obtenus sont de petites lames, aucune –excepté à Villeneuve-la-Guyard– ne dépassant 85 mm de longueur et les moyennes se situant à 52 x 19 x 6 mm pour les lames brutes, et à 40 x 18 x 5,6 mm pour les lames retouchées. Leur régularité est moyenne. Les produits retouchés sont essentiellement des grattoirs. La quasi-totalité des bitroncatures de la catégorie des armatures de flèche est confectionnée dans ce silex, de même que les bords abattus, abondants à Villeneuve-la-Guyard. On compte aussi beaucoup de burins ainsi que des troncatures et des bitroncatures de la catégorie des armatures de faucille.

• Débitage de lames par percussion directe tendre

92Il semble uniquement représenté à Villeneuve-la-Guyard. Les nucléus sont moins intensément préparés et leurs plans de frappe, lisses, sont fortement inclinés. Les produits débités sont moins bien calibrés et moins réguliers que ceux taillés par percussion indirecte dans ce même silex.

93Une étude plus détaillée permettrait de montrer si cette chaîne opératoire a donné lieu à une gestion du débitage différente de celle des produits par percussion indirecte dans le silex local.

Débitage dans le silex à grain fin

94Seul un débitage laminaire par percussion indirecte a été reconnu dans ce silex. Il semble avoir été effectué, au moins en partie, sur les lieux de l’habitat. En raison de la rareté ou de la mauvaise conservation des nucléus, les modalités de débitage dans ce silex restent mal définies. Toutefois, ils ne semblent pas radicalement différents de ceux mis en évidence pour le silex local. Par rapport aux lames en silex local, les produits bruts et retouchés en silex à grain fin apparaissent cependant plus réguliers et encore mieux calibrés, ce qui peut être dû à la qualité plus homogène de cette matière première. Leurs dimensions moyennes sont également légèrement plus petites : 48 x 17 x 5 mm pour les lames brutes, 39,2 x 16,7 x 5 mm pour les lames retouchées. La gestion du débitage a donné quelques grattoirs mais surtout une quantité de burins plus importante que dans le silex local. Par ailleurs, les bitroncatures en segment de cercle de la catégorie des armatures de faucille sont exclusivement dans ce silex.

Débitage dans le silex tertiaire ?

95Enfin, il existe à Balloy quelques fragments de lames, brutes ou retouchées, dont le type pétrographique reste incertain. Il semblerait que l’attribution à un silex tertiaire puisse être retenue. La rareté des pièces bien conservées empêche de déterminer précisément les caractéristiques des produits. On peut dire que la taille de ce silex ne semble pas avoir été exécutée à proximité des structures d’habitat fouillées (absence de reste de taille). Quelques grattoirs et trois bitroncatures de la catégorie des armatures de flèche seraient issus de cette matière première.

5.2 Villeneuve-Saint-Germain. L’exemple de Barbey/Le Chemin de Montereau

96Ce site est marqué par une répartition différentielle des restes et des produits de débitage entre deux secteurs. Il servira de base à une discussion sur l’organisation socio-économique de la production des outillages en silex au Néolithique ancien. Deux ensembles de structures, distants de 350 m, se distinguent selon des critères fonctionnels (fig. 10) :

  • le secteur nord, regroupant les structures 143, 135, 137, 138, 139, 142 et 146 dont certaines sont associées aux restes d’un bâtiment, la structure 143 se différenciant des autres par une orientation nord-sud et par une situation à l’écart ;

  • le secteur sud, regroupant les structures 133, 134 et 136, et dont l’analyse Ethique indiquerait une surreprésentation des activités de taille.

5.2.1 Proportions des différentes matières premières taillées et partition de l’espace

  • 1 – Quelques éclats, retouchés ou non, en silex tertiaire et en silex à grain fin proviendraient des (...)

97Le débitage d’éclats dans le silex local est largement majoritaire au Chemin de Montereau comme sur tous les sites du Néolithique ancien de la région. Ses caractéristiques sont les mêmes que pour les autres séries du Néolithique ancien1.

98En revanche, la répartition par matière première des témoins de l’industrie laminaire mérite d’être décrite (tabl. LVII). Tout d’abord, à la différence des quatre sites étudiés précédemment, le silex tertiaire est bien représenté, à la fois sous forme de produits mais également par des restes de taille. Si les nucléus sont absents, une lame à crête et de nombreux éclats de préparation et de réfection de nucléus ont été répertoriés (fig. 54). À Barbey/Le Chemin de Montereau, une partie de la chaîne opératoire dans ce silex s’est donc effectuée sur place.

TABL. LVII
Répartition des restes et des produits de la taille laminaire par matière première à Barbey/Le Chemin de Montereau (Villeneuve-Saint-Germain).

FIG. 54
Barbey/Le Chemin de Montereau (Seine-et-Marne), habitat Villeneuve-Saint-Germain, secteur sud : industrie laminaire en silex tertiaire, restes de débitage. 1, 2 éclats ; 3-6, 10, 11 éclats de préparation ou de réfection de nucléus ; 7, 8 éclats de préparation de plan de frappe ; 9 lame à crête.

FIG. 55
Barbey/Le Chemin de Montereau (Seine-et-Marne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire en silex tertiaire : burin, lame retouchée, lames brutes. 1 burin d’angle sur troncature ; 2 lame retouchée ; 3-5 lames brutes.

dessin P. Pihuit/Inrap.

99La proportion de restes des différents silex varie d’un secteur à l’autre. À la différence du secteur nord, le silex à grain fin domine parmi les restes de taille laminaire du secteur sud : il regroupe en effet 106 artefacts soit 48,2 % des témoins laminaires et toutes les étapes de la chaîne opératoire sont clairement attestées pour ce silex. Cette importance du silex à grain fin est une des particularités du secteur sud de Barbey. Dans la zone nord et dans tous les autres sites du Néolithique ancien de la région, il est toujours en plus faible proportion et dans la plupart des cas, les déchets de la chaîne opératoire y sont rares. Compte tenu de ces observations, il semblerait bien que le secteur sud du site ait été le cadre de la taille intensive du silex à grain fin. L’hypothèse d’un atelier de débitage dans cette zone est étayée par les éléments suivants (tabl. LVII et LVIII) :

  • pour tous les types de silex, le pourcentage de lames retouchées est bas au Chemin de Montereau/secteur sud (5,9 %) au profit d’un fort taux de restes de taille (46,8 %) ; au contraire, au Chemin de Montereau / secteur nord, ces catégories sont quantitativement équivalentes : 23, 2 % pour les restes et 23, 8 % pour les lames retouchées ;

    • 2 – On fera remarquer que, comme pour les autres séries du Néolithique ancien, les produits laminaire (...)

    les lames régulières sont plus rares au Chemin sud qu’au Chemin nord ; l’application aux produits bruts et retouchés des indices de régularité définis dans le chapitre précédent montre que, sauf en ce qui concerne la proportion de lames à pan cortical par rapport aux lames sans cortex (indice D), les indices qualitatifs des produits laminaires du secteur sud sont effectivement légèrement inférieurs à ceux du secteur nord2.

TABL. LVIII
Indices qualitatifs des produits laminaires de Barbey/Le Chemin de Montereau (Villeneuve-Saint-Germain). A nombre de lames à bords parallèles rectilignes/nombre de lames à bords sinueux ; B nombre de lames à nervures rectilignes/nombre de lames à nervures sinueuses ; C nombre de lames à trois pans/nombre de lames à deux pans ; D nombre de lames sans cortex/nombre de lames à pan cortical.

100Cette rareté des supports laminaires retouchés et des lames régulières dans la zone sud pourrait indiquer que cette production était redistribuée dans d’autres secteurs d’activités à l’intérieur ou à l’extérieur du village. L’idée d’une partition de l’activité de taille à Barbey peut donc être proposée.

5.2.2 Méthodes de taille et caractéristiques des produits

101Comme dans les autres sites du Néolithique ancien, la technique de débitage laminaire par percussion indirecte est prédominante à Barbey/Le Chemin de Montereau, secteurs nord et sud, dans tous les silex répertoriés. Elle est clairement attestée pour 76 % des lames brutes et retouchées, ce qui représente néanmoins un pourcentage légèrement plus faible que pour les séries précédentes. La percussion dure existe pour quatre lames et la percussion directe tendre concernerait une vingtaine de lames. Il est regrettable que la plupart des 9 nucléus retrouvés soient mal conservés (brûlés) ou repris en nucléus à éclats et/ou en percuteur. Néanmoins, si l’on se base sur la synthèse des informations recueillies sur l’ensemble des pièces, on peut dire qu’elle ne s’éloigne pas notablement de celle mise en évidence auparavant. La préparation par crête frontale est hautement probable pour certains nucléus, notamment en silex à grain fin. Cependant, au contraire de Balloy/les Réaudins, Barbey/Le Buisson Rond, Passy/Les Graviers et Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux, la plupart des lames à crête en silex local du Chemin nord n’ont qu’un seul pan préparé, ce qui indiquerait une faible préparation des nucléus avant débitage. Comme dans les quatre séries précédentes, le plan de frappe est aménagé par une tablette puis le point d’impact est préparé par l’enlèvement d’un petit éclat. Toutefois, la rareté des tablettes, des éclats de flancs et des pyramidions dans le silex local pourrait indiquer que le contrôle des courbures des nucléus au cours du débitage était moins rigoureux que pour les séries vues précédemment.

102Du point de vue de la métrique, il existe au Chemin nord un groupe de lames brutes formant un nuage distinct de la majorité des pièces (fig. 56). Parmi elles, on compte deux lames en silex local et trois lames en silex à grain fin. Il s’agit de produits de plein débitage dont la longueur est supérieure à 80 mm (fig. 58, nos 9, 10). La longueur moyenne des lames en silex local varie peu par rapport à celles enregistrées dans les séries précédentes : 52,7 mm à Barbey/Le Chemin de Montereau ; 48,8 mm à Villeneuve-la-Guyard, série où l’effectif est le plus important. En revanche, celle des lames en silex à grain fin est sensiblement plus élevée : 56,7 mm. Malheureusement, le test de comparaison des écarts-types des longueurs des lames du Chemin nord montre que cet écart n’est pas significatif d’un point de vue statistique : 14,338 pour les lames en silex à grain fin, 11,466 pour les lames en silex local.

FIG. 56
Barbey/Le Chemin de Montereau (Seine-et-Marne) : dispersion de la longueur par la largeur des lames brutes en silex local, en silex tertiaire et en silex à grain fin des secteurs nord et sud.

FIG. 57
Barbey/Le Chemin de Montereau (Seine-et-Marne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire en silex local : troncatures, bitroncatures, burins, perçoir, lames à bords abattus. 1 bitroncature triangulaire à troncature basilaire concave (catégorie fonctionnelle des armatures de flèche) ; 2, 4 bitroncatures en segment de cercle ; 3 troncature oblique à dos ; 5, 6 troncatures obliques ; 7 troncature droite (2 à 7 : catégorie fonctionnelle des armatures de faucille) ; 8 burin dièdre d’angle ; 9 burin d’axe sur bord brut ; 10 burin d’angle sur troncature ; 11 burin transversal ; 12 perçoir ; 13 lame à bord abattu double opposé.

dessin P. Pihuit/Inrap.

FIG. 58
Barbey/Le Chemin de Montereau (Seine-et-Marne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire en silex à grain fin : troncatures et bitroncatures de la catégorie fonctionnelle des armatures de faucille, burins, lames à retouche marginale, lames brutes. 1 troncature droite rectiligne à dos ; 2 lame à bord abattu ; 3 bitroncature oblique à base droite et dos ; 4, 5 burins d’angle sur troncature ; 6, 7, 9 lames brutes ; 810 lames à retouche marginale.

dessin P. Pihuit/Inrap.

103Ce type de pièces n’est pas présent au Chemin sud (fig. 56). Mais dans l’hypothèse d’un atelier de taille, l’absence de ces grandes lames n’est guère étonnante. On peut penser en effet que la plupart des lames produites ont été redistribuées.

104Par ailleurs, les lames brutes en silex tertiaire présentent une longueur moyenne beaucoup plus grande que celles issues des autres types de matériaux (76,7 mm). De même, leur largeur moyenne est plus haute mais l’épaisseur est similaire. Il faut noter parmi elles une lame très régulière atteignant 111 mm de longueur conservée, qui paraît éloignée des autres sur le diagramme de corrélation de la figure 56 (secteur nord). Cette dernière et quelques fragments de lames en silex tertiaire sont toutes des produits de plein débitage : il s’agit de lames à trois pans, sans cortex (fig. 55). Ce type de production n’existait pas dans les séries traitées précédemment. Toutefois, la longueur moyenne des lames retouchées en silex tertiaire (45,8 mm) n’est pas significativement plus élevée que celle des pièces en silex local et à grain fin (respectivement : 43,2 et 46,3 mm). La production de lames longues ne semble donc pas liée à la fabrication d’outils plus grands. En poussant le raisonnement, on peut penser que ces grandes lames de plein débitage en silex tertiaire ont été produites soit pour elles-mêmes –auquel cas elles doivent donc être considérées comme des éléments d’outils au même titre que les produits retouchés– soit pour obtenir des outils retouchés par une mise au calibre par segmentation avant la retouche. Dans ce dernier cas, elles constitueraient une réserve de supports laminaires.

105Bien que peu nombreuses, l’existence de ces lames de plein débitage de grandes dimensions en silex tertiaire paraît significative étant donné qu’elles étaient absentes dans les sites du Néolithique ancien décrits précédemment. Ce serait donc une caractéristique de Barbey/Le Chemin de Montereau. On en connaît aussi à Passy/La Sablonnière (cf. chap. 6) et à Montereau (Tarrête 1970). Ces lames sont comparables à celles recueillies dans les sites à proximité des affleurements éocènes : Échilleuses (Simonin 1985 ; 1988), Jablines (Lanchon 1987 ; Bostyn étal. 1991), Rungis (Bostyn 1994 ; 2001). L’augmentation de la longueur des lames ou le développement des grandes lames régulières en silex tertiaire sont des traits également mentionnés pour le Villeneuve-Saint-Germain de l’Aisne (Plateaux 1990). Dans le groupe de Blicquy, on enregistre aussi une hausse de la longueur des produits par rapport au Rubané (Cahen et al. 1986 ; 1987). Par ailleurs, en Hainaut, de grandes lames en silex « chocolat » sont signalées à Vaux-et-Borset dans les structures appartenant au groupe de Blicquy (Caspar et al. 1989 ; Caspar, Burnez-Lanotte 1994).

5.2.3 Inventaire typologique sommaire

5.2.3.1 Pièces retouchées sur lame
tabl. lix

106À l’inverse des séries antérieures, les grattoirs sont ici peu nombreux : 5 grattoirs, soit 5,95 % des pièces retouchées sur lame. On notera aussi que les bitroncatures géométriques appartenant à la catégorie des armatures de flèche sont extrêmement rares (une seule pièce). Il s’agit d’une armature triangulaire asymétrique à base concave, sans retouche inverse rasante (fig. 57, no 1).

TABL. LIX
Classification des pièces retouchées sur lame de Barbey/Le Chemin de Montereau (Villeneuve-Saint-Germain).

107Par comparaison avec la plupart des sites du Néolithique ancien régional, les spécificités de Barbey/Le Chemin de Montereau résident dans une prépondérance des burins et des armatures de faucille (troncatures et certains types de bitroncatures géométriques) parmi l’outillage retouché sur support laminaire. Respectivement, ces classes représentent 40,5 et 22, 6 %, soit 63,1 % de l’ensemble des pièces retouchées sur lame, alors que dans les séries traitées précédemment, ces deux classes ne dépassaient pas 39,9 % (Villeneuve-la-Guyard). De même, le maximum des burins représentait 20,2 % de l’ensemble des pièces retouchées sur lame (Villeneuve-la-Guyard), pour un minimum de 4,7 % (Barbey/Le Buisson Rond).

108La typologie des burins semble plus diversifiée que dans les séries précédentes. Ils restent en majorité d’angle, sur cassure, sur troncature ou sur extrémité brute, le plus souvent simples, plus rarement doubles ou dièdres : 87,9 % soit 29 pièces (fig. 55, no 1 ; fig. 57, nos 8, 10 ; fig. 58, nos 4, 5). On compte néanmoins 4 burins d’axe (12,1 % des burins) [fig. 57, nos 9, 11].

109On constate, comme élément caractéristique, la présence d’un grand nombre de burins dans l’ensemble des sites Villeneuve-Saint-Germain : Montereau (Tarrête 1970), Échilleuses (Simonin 1988 ; Plateaux 1990), Jablines (Bostyn et al. 1991), Trosly-Breuil (Diepeveen et al. 1992), Saint-Étienne-en-Coglès (Cassen et al. 1998), Poses (Bostyn et al. 1997) et dans le groupe de Blicquy : Blicquy/Couture de la Chaussée (Cahen, Van Berg 1979), Ormeignies (Constantin et al. 1977 ; 1982), Irchonwelz (Constantin et al. 1978a ; 1978b ; Cahen et al. 1986 ; 1987). Comme dans le sud-est du Bassin parisien, ils sont moins abondants dans l’Omalien et dans le Rubané récent, de même que dans les étapes ancienne et moyenne du Rubané d’Alsace (Cahen et al. 1986 ; 1987 ; Plateaux 1987 ; 1990 ; Mauvilly 1997). M. Plateaux (1990) note également une diversification de la typologie des burins dans le Villeneuve-Saint-Germain de la Picardie, de même que dans le groupe de Blicquy (Cahen et al. 1986 ; 1987).

110Parmi les armatures de faucille, les troncatures obliques dominent : 68,4 % soit 13 pièces, avec notamment 2 pièces à dos et base droite (fig. 57, nos 3, 5 ; fig. 58, no 3). Les bitroncatures obliques en segment de cercle ne regroupent que 3 pièces (fig. 57, nos 2, 4). Il faut signaler la présence de 5 troncatures droites rectilignes (fig. 58, no 1).

111Finalement, certains caractères typologiques de Barbey/Le Chemin de Montereau paraissent proches de ceux du Villeneuve-Saint-Germain et du groupe de Blicquy. En effet, comme au Chemin de Montereau, on constate dans ces groupes culturels une augmentation des dimensions des lames et l’apparition de grandes lames régulières en silex tertiaire, une diversification des types de burins et une diminution du taux des grattoirs sur lame au profit d’une augmentation de celui des burins.

5.2.3.2 Pièces retouchées sur éclat
tabl. lx

112La distribution en classes des pièces retouchées sur éclat de Barbey/Le Chemin de Montereau est très voisine de celle enregistrée pour les sites précédemment étudiés. Les grattoirs et les denticulés dominent : ils constituent 67,3 % de l’ensemble des pièces. Les autres classes ne dépassent jamais les 10 %, sauf les pièces à retouche irrégulière qui atteignent 12,1 %.

Effectifs

%

Denticulés
Grattoirs
Pièces à retouche irrégulière
Burins
Pièces à retouche oblique
Pièces esquillées
Pointes et perçoirs
Pièce à retouche abrupte

162
110
49
32
27
18
5
1

40,1
27,2
12,1
7,9
6,7
4,5
1,2
0,3

TOTAL

404

100

TABL. LX
Classification des pièces retouchées sur éclat de Barbey/Le Chemin de Montereau (Villeneuve-Saint-Germain).

5.2.4 Économie des matières premières et spécialisation

Tendance à l’économie des matières premières

113Il semblerait bien que l’on ait affaire, au Néolithique ancien de Balloy/les Réaudins, Barbey/Le Buisson Rond, Passy/Les Graviers, Villeneuve-la-Guyard et Barbey/ Le Chemin de Montereau/Les Falaises de Prépoux, à une structure de production des outils s’approchant de « l’économie des matières premières » (Perles 1984b ; 1991). Les industries se caractérisent en effet par la présence de plusieurs chaînes opératoires dont une complexe (lames par percussion indirecte), et par plusieurs matières premières dont certaines sont rares ou exogènes (silex à grain fin et silex tertiaire) dans lesquelles a été réalisée la chaîne opératoire complexe. Enfin, les produits des différentes chaînes opératoires ont fourni des supports pour des types d’outils retouchés spécifiques (production différenciée de supports d’outils) :

114– éclats dans le silex local : grattoirs et denticulés ;

115– lames dans le silex local : grattoirs mais aussi bitroncatures et troncatures de type armature de faucille et armature de flèche, burins ;

116– lames dans le silex à grain fin : abondance des burins, présence de quelques grattoirs mais surtout exclusivité des bitroncatures en segment de cercle.

117L’économie des matières premières ne paraît pas être complètement développée au Néolithique ancien de la région. En effet, d’une part, le silex local a servi à la fois pour le débitage d’éclats et pour une partie du débitage laminaire, et il y a peu de variation entre les traitements laminaires des différentes matières premières – la meilleure régularité des produits en silex à grain fin peut être liée à la plus grande homogénéité de cette matière première. D’autre part, les produits des différentes chaînes opératoires laminaires n’ont pas donné des classes et types d’outils spécifiques et il n’y a donc pas de production de supports d’outils nettement différenciée. Néanmoins, par contraste avec les périodes suivantes (groupes de Cerny et de Noyen) où le débitage laminaire élaboré et les silex exogènes (silex tertiaire, notamment) vont disparaître, l’économie des matières premières existe en tant que tendance au Néolithique ancien.

118Cette tendance à l’économie des matières premières s’opère principalement sur l’opposition –d’abord d’ordre qualitatif– entre chaînes opératoires laminaires et débitage d’éclats. En effet, les chaînes opératoires laminaires témoignent d’un investissement technique plus important. D’une part, elles sont en partie réalisées dans des silex non locaux ou rares, impliquant de ce fait un mode d’acquisition des matériaux prémédité dans le long terme. D’autre part, l’incontournable nécessité des phases de préparation des blocs, quasi absentes lors d’un débitage d’éclats au percuteur dur, et la gestion du volume de silex tout au long de la taille, impliquent nécessairement la mise en œuvre de savoir-faire idéatoire et moteur plus élaborés dont la réussite dépend d’un entraînement pratique répété, au moins pendant un apprentissage d’une certaine durée (Ploux 1991a et b ; Pelegrin 1991c).

119Débitage de lames et débitage d’éclats sont aussi marqués par une opposition quantitative. De par son importance numérique, le débitage d’éclats apparaît comme une production répondant à des besoins en supports robustes adaptés aux activités : il ne peut être considéré comme un substitut occasionnel aux produits laminaire (la destination fonctionnelle des lames et des éclats a été certainement différente et, à ce titre, il faut rappeler que la quasi-totalité des armatures de flèche et de faucille est fabriquée sur lame). À l’opposé, les chaînes opératoires laminaires sont quantitativement minoritaires par rapport à la production d’éclats, attestant ainsi de l’existence de tailleurs expérimentés peu productifs parmi le volant de tailleurs potentiels.

120Cette forte opposition, aussi bien quantitative que qualitative, indiquerait que ces productions n’ont pas été réalisées, en tout ou en partie, par les mêmes tailleurs : il semble peu probable que les tailleurs d’éclats n’aient qu’occasionnellement fait preuve d’un niveau technique élevé pour confectionner quelques lames et des tailleurs plus performants devaient exister parmi l’ensemble des tailleurs potentiels. De plus, on a observé, à Barbey/Le Chemin de Montereau, une partition spatiale de l’activité de taille laminaire comprenant des secteurs où la production de lames en silex exogènes ou rares a été plus intense qu’ailleurs, suggérant l’existence de lieux spécifiques pour le débitage laminaire. Il reste à se demander si la production des outillages est marquée par une spécialisation technique, celle des lames, aux côtés d’une production d’éclats non spécialisée, ou si l’on peut discerner une spécialisation techno-économique. En d’autres termes, quel est le statut socio-économique des différents tailleurs ?

Tendance à la spécialisation

121Divers auteurs ont déjà évoqué l’idée d’une spécialisation de l’activité de taille au Néolithique en croisant les données techniques avec les données spatiales à l’échelle du site ou de la microrégion. Il faut citer les notions de « pôle domestique » et de « pôle artisanal » invoquées pour la taille des lames chasséennes par pression en silex blond (Gassin, Binder 1988 ; Binder 1991a). J. Lech (1982 ; 1987 ; 1990) propose, pour la production minière en Pologne centrale, l’hypothèse de tailleurs spécialistes à temps partiel, (part-time specialists), qui exerceraient périodiquement et redistribueraient le surplus, acquérant ainsi un certain prestige. Les références sont également nombreuses pour les périodes danubiennes. En Belgique, D. Cahen (1988) et à sa suite I. Jadin (1990) mettent en évidence à Darion, au côté d’un débitage domestique, un débitage spécialisé destiné à l’exportation. A. Zimmermann montre dans la vallée du Merzbach des relations de dépendance entre les habitats, fondées sur l’approvisionnement en outils de silex (Zimmermann 1995). M.E. De Grooth (1987 ; 1990) envisage divers modes de production des outils (production domestique, lignagère, conjoncturelle et supralocale) et recherche des indices de leur présence dans la répartition spatiale des restes de taille durant les différentes phases d’occupation du village d’Elsloo. Toutefois, la définition du mode de production conjoncturel (loose mode of production), qui se caractériserait par la présence de tailleurs érigés en spécialistes uniquement en raison de leur dextérité « accidentelle », paraît irrecevable compte tenu des études sur la transmission du savoir-faire, les niveaux de compétence et la notion de fait social total, enseignée par nombre d’anthropologues (Mauss 1947 ; Leroi-Gourhan 1971 ; 1973 ; Gille 1979 ; Lemonnier 1983). Les comportements techniques ne peuvent être accidentels et sont étroitement liés aux comportements économiques, sociaux, juridiques et religieux, eux-mêmes conditionnés par les choix de subsistance de la communauté.

122En ce qui concerne le secteur Seine-Yonne, le schéma et les hypothèses qui suivent peuvent être proposés, en reprenant les différents types de silex (fig. 59).

FIG. 59
Schéma hypothétique de l’organisation de la production des outils de silex au Néolithique ancien dans le sud-est du Bassin parisien.

• Le débitage d’éclats dans le silex local

123Il serait fonction d’une production domestique (domestic mode of production pour M.E. De Grooth 1987 ; 1990). En effet, sa simplicité technique, à la portée de jeunes adolescents, empêche de considérer qu’elle est le résultat d’une division du travail selon l’âge. On pourrait donc proposer comme hypothèse que l’outillage sur éclat en silex local du Néolithique ancien, de confection expéditive et contrastant avec la complexité du débitage laminaire en silex local et en silex à grain fin, est une production exécutée par des jeunes et, peut-être, une classe d’adultes qui ne s’impliqueraient pas plus, le reste de leur vie, dans d’autres productions.

• Le débitage laminaire par percussion indirecte dans le silex local

124Il donne les lames les moins régulières, et serait également une production domestique, mais cette méthode de taille est plus complexe et nécessite un savoir-faire plus important que celle du débitage d’éclats. On peut penser qu’elle est le fruit d’une division du travail selon l’âge, même si chaque unité d’habitation taille ses propres outils. En Irian Jaya (Indonésie), dans la Mumyeme, ce sont effectivement des hommes assez âgés et donc plus expérimentés qui réalisent la finition des haches au village (Pétrequin, Pétrequin 1990a).

• Le débitage laminaire par percussion indirecte dans le silex à grain fin

125Au regard de la meilleure qualité des produits laminaires et de leur rareté, du caractère moins accessible de la matière première, de l’existence, au moins à Barbey/Le Chemin de Montereau, de lieux où la taille de ce silex a été privilégiée, on doit s’interroger sur la nature de cette production par rapport aux autres. Auparavant, il faut insister sur le fait que les produits de débitage en silex à grain fin restent très peu nombreux. Dans l’ensemble nord de Passy/Les Graviers – structures 1, 2 et 3 (fig. 8), formant au moins une unité d’habitation, on compte 50 lames brutes et retouchées en silex à grain fin. Si l’on estime que la durée de vie de l’habitation fut approximativement de 25 ans et qu’il manque de 60 à 90 % des dépôts initiaux, cela donne entre 2,5 et 5 lames par an pour cette unité. À Balloy, on obtient entre 1 et 4,1 lames par an et par habitation et à Villeneuve-la-Guyard entre 1,2 et 4,6 lames. Cette donnée, associée aux autres, permet de proposer plusieurs interprétations, se référant à diverses formes de spécialisation technique.

126En premier lieu, on peut envisager, et c’est l’hypothèse la plus économique, les tailleurs de silex local se procurant occasionnellement du silex à grain fin.

127On peut aussi concevoir des expéditions organisées par les membres d’une unité villageoise s’approvisionnant en silex à grain fin puis, à leur retour, taillant et redistribuant les produits à leurs congénères et aux villages voisins. Barbey/Le Chemin de Montereau pourrait représenter cette unité. Ce cas de figure sous-entend l’existence de spécialistes locaux échangeant leurs produits dans la région. Mais les données ne permettent pas vraiment d’entretenir cette hypothèse. D’une part, la partition spatiale est peu tranchée à Barbey et, dans les autres sites, des témoins de la chaîne opératoire laminaire dans le silex à grain fin existent, toujours en faible nombre, attestant d’une taille sur place. D’autre part, il y a peu de différences entre la production laminaire en silex à grain fin et en silex local, les données techniques indiquant la mise en œuvre de savoir-faire et de méthodes de taille proches.

128On peut aussi proposer l’existence de tailleurs itinérants en provenance des régions d’affleurements de ce type de silex, passant régulièrement dans les villages et débitant les lames en silex à grain fin à la demande. Ceci permettrait d’expliquer la présence de restes de taille de cette matière, toujours en petite quantité, sur l’ensemble des sites du Néolithique ancien. Dans cette hypothèse, Barbey/Le Chemin de Montereau, au centre de la confluence des vallées majeures, la Seine et l’Yonne, représenterait un lieu privilégié de contact avec ces tailleurs itinérants. Mais là encore, cette hypothèse est difficilement admissible dans la mesure où les variations techniques entre le débitage laminaire dans le silex local et celui dans le silex à grain fin sont trop faibles et que les méthodes de taille dans ces deux silex convergent de manière trop évidente pour soutenir la thèse de l’existence de tailleurs extérieurs au groupe.

129On peut enfin envisager la présence, au sein de la communauté, de tailleurs spécialisés dans la taille et la redistribution du silex à grain fin. Cette hypothèse tient compte de toutes les données : la présence d’une faible proportion de témoins de ce débitage dans tous les sites, la mise en évidence, dans le site de Barbey/Le Chemin de Montereau, d’une aire de taille privilégiée dont une partie des produits a semble-t-il été redistribuée, le soin accru apporté à l’exploitation de cette matière première et, enfin, le faible débit de ces produits, entre une et cinq lames par an et par habitation. Sont réunies ici les conditions pour identifier la présence d’une classe d’adultes spécialisés au sein de la communauté dont le savoir-faire s’exprimerait parcimonieusement sur de rares rognons de silex de qualité supérieure. Cette spécialisation intracommunautaire est sans doute restée circonstancielle : l’extrême rareté des produits dans cette matière première indique en effet que la quête ou la dotation de ce silex n’étaient peut-être pas un moteur social et économique essentiel.

• Acquisition des lames en silex tertiaire

130Le mode de production supralocal de M.E. De Grooth pourrait se rapporter à l’acquisition des lames en silex tertiaire pour lesquelles on ne trouve pas, dans la plupart des habitats, les restes de taille correspondants, mais seulement des produits finis. Cependant, les hypothèses sur les formes de la spécialisation ne peuvent être formulées de la même manière que pour le silex à grain fin, notamment en ce qui concerne les grandes lames de Barbey/Le Chemin de Montereau, que l’on retrouve aussi à Passy/La Sablonnière. En effet, on connaît quelques sites subcontemporains, à proximité de ces affleurements, où a été abondamment taillé ce silex (Jablines, Trosly-Breuil, Rungis) et que F. Bostyn (1994 ; 1995) appelle « sites producteurs », par opposition aux « sites receveurs » dont feraient partie les habitats du secteur Seine-Yonne. On aurait donc là un mode d’acquisition de ces grandes lames en silex tertiaire sous forme d’échanges, de troc, dont il reste à rechercher les modalités. F. Bostyn (1994) propose un schéma dans lequel l’acquisition des lames en silex tertiaire s’inscrit dans des réseaux d’échanges complexes entre lames en silex tertiaire, lames en silex de Ghlin et bracelets de schiste ; les sites producteurs de bracelets en schiste seraient au centre de la transaction. L’échange des lames en silex tertiaire (ou de Ghlin pour le groupe belge de Blicquy) serait alors un moyen de se procurer des bracelets en schiste auprès des sites producteurs de bracelets, lesquels redistribueraient une partie de leurs acquisitions de lames en silex tertiaires à des sites receveurs comme ceux situés dans le secteur Seine-Yonne (clown-the-line-exchange, Renfrew 1984). Dans ce schéma, le secteur Seine-Yonne se situerait à la fin de la chaîne de l’échange.

131Toutefois, ce modèle ne peut être appliqué à Barbey/Le Chemin de Montereau car, même si les nucléus sont absents et si, en termes de quantité de restes et de produits, cette matière première occupe une place très secondaire, le silex tertiaire y a fait l’objet d’une taille sur place. Cette affirmation est corroborée par la présence d’éclats de préparation et de réfection de nucléus à lames. La théorie du down-the-line-exchange n’explique pas tout. Il faut donc envisager soit un approvisionnement direct, soit un déplacement des producteurs vers les lieux de consommation. La seconde hypothèse sera privilégiée sur la base suivante : la rareté des restes de la chaîne opératoire laminaire, parmi lesquels on trouve une majorité d’éclats de préparation et de réfection de nucléus à lames, et l’absence de nucléus pourraient indiquer que les blocs de silex arrivaient déjà partiellement préparés ; sur place, ils auraient fait l’objet d’une légère remise en forme pour un débitage à la demande avant d’être emportés vers d’autres consommateurs. Ainsi, aux portes de la Bassée et du Sénonais, le site de Barbey a pu fonctionner, entre autres, comme un lieu d’accueil et d’échanges avec les représentants des populations taillant le silex tertiaire, une plaque tournante en quelque sorte, bien que ce terme soit largement inapproprié pour les périodes concernées. Les produits taillés à Barbey ont pu être ensuite redistribués dans les fins fonds de la Bassée et du Sénonais. L’hypothèse d’intermédiaires supplémentaires, éventuellement des tailleurs itinérants, peut être ajoutée au modèle proposé par F. Bostyn. Avant d’adopter cette hypothèse, il est clair qu’elle demande à être étayée par la multiplication d’observations similaires sur d’autres sites. Quoi qu’il en soit, on doit maintenant admettre, pour le Danubien, des relations complexes intra- et intersites avec des installations témoignant de fonctions complémentaires et interdépendantes. Ce type d’organisation dans l’approvisionnement lithique a d’ailleurs été mis en évidence dans la vallée du Merzbach : le village rubané de Langweiler 8 y jouerait un rôle de place centrale tissant des relations privilégiées avec la zone d’exploitation du silex de Rijckholt et redistribuant une partie des produits aux habitats dépendants (Zimmermann 1995).

132Quelles que soient les formes de l’échange, il reste encore à s’interroger sur les fondements de la production : s’agit-il de lames destinées à l’exportation dès les prémices de leur conception ? S’agit-il simplement de productions issues des groupes régionaux proches des affleurements tertiaires et échangées par la suite ? Ce débat est fondamental dans la discussion sur l’existence d’une production techno-économiquement spécialisée. Le premier cas, celui des lames destinées à l’exportation dès leur conception, signerait réellement une production techno-économiquement spécialisée et placerait les sociétés Villeneuve-Saint-Germain dans une organisation quasi commerciale. Le second n’en est pas moins lourd de conséquences : on peut en effet imaginer que ces échanges ont participé à maintenir la cohésion sociale et culturelle de l’entité Villeneuve-Saint-Germain/Blicquy, du sud du Bassin parisien à la Belgique.

Une structuration complexe

133Au Néolithique ancien du sud-est du Bassin parisien, la structuration de la production des outillages paraît complexe, par contraste avec les périodes suivantes. Complexité technologique et économique à partir de laquelle une trame de relations socio-économiques se tisse à la fois entre membres de la communauté (division du travail selon l’âge), entre unités villageoises appartenant à un même territoire élargi (spécialisation technique intracommunautaire) et entre groupes géographiques d’origine différente (échange, troc, spécialisation technique et/ou techno-économique à l’échelle suprarégionale, etc.). Cette structuration caractérise tout le Néolithique ancien du sud-est du Bassin parisien jusqu’à Passy/La Sablonnière qui, tout en présentant des caractères évolués, appartient bien à ce type d’organisation.

134La plupart des néolithiciens abordent l’étude de chaque site du Néolithique ancien du Bassin parisien comme une entité indépendante et socio-économiquement autonome. Dans cette optique, l’idée d’une société égalitaire constituée d’individus libres et indépendants ayant un égal accès aux ressources naturelles n’est pas loin (Dubouloz et al. 1989 ; Coudart 1998 ; Coudart et al. 1999). Or l’idée de partition spatiale des activités, ainsi que celle de complémentarité et/ou diversité fonctionnelle inter- et intrasite au Néolithique ancien, se dessinent peu à peu pour le Néolithique danubien à la lumière des études technologiques mais également économiques (Hachent 1997). En Rhénanie, une hiérarchisation des habitats rubanés a d’ailleurs été mise en évidence sur le plateau d’Aldenhoven pour des périodes plus anciennes : des sites centraux et des sites secondaires entretiendraient entre eux des relations de dépendance fondées sur des formes de spécialisations artisanales et/ou économiques propres à chaque unité villageoise (Zimmermann 1995 ; Lüning 1998). D’après ces observations, on doit intégrer le fait que la signification culturelle intrinsèque des différents sites n’est certainement pas équivalente, en Rhénanie comme dans le Bassin parisien, et ce probablement pour l’ensemble des groupes danubiens.

5.3 Fin du Villeneuve-Saint-Germain
Passy/La Sablonnière

135L’industrie lithique du Néolithique ancien de Passy/La Sablonnière s’inscrit, dans ses grandes lignes, dans la tradition des industries du Néolithique ancien régional, s’approchant de « l’économie des matières premières ». Cependant, un certain nombre d’innovations marquantes sont reconnues, qui préfigurent les caractères des industries postérieures.

5.3.1 Variations des éléments traditionnels

136L’approvisionnement en matières premières siliceuses pour l’industrie laminaire procède, dans l’ensemble, de la même stratégie que pour les sites déjà étudiés (tabl. LXI). Le silex local est majoritaire, suivi du silex à grain fin. Pour ces deux matières premières, l’ensemble de la chaîne opératoire s’est déroulé sur place. Au contraire, le silex tertiaire n’est présent que sous forme de produits finis, notamment de grandes lames régulières, de plein débitage, semblables à celles de Barbey/Le Chemin de Montereau (fig. 60).

TABL. LXI
Répartition des restes et des produits de la taille laminaire par matière première à Passy/La Sablonnière (fin du Villeneuve-Saint-Germain).

FIG. 60
Passy/La Sablonnière (Yonne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire en silex tertiaire : lames brutes.

• Lames brutes et retouchées

137Cependant, les lames de La Sablonnière présentent des dimensions moyennes plus élevées, par comparaison avec celles des autres séries. C’est particulièrement sensible pour la longueur, la largeur et l’épaisseur ne subissant pas, dans la plupart des cas, d’évolution notable. Ainsi, la longueur moyenne des lames brutes en silex local (fig. 61) atteint 65,8 mm alors qu’elle ne dépasse pas 53,6 mm dans les autres séries (Balloy/Les Réaudins et Barbey/Le Buisson Rond). Par contre, la moyenne de la longueur des lames retouchées dans ce même silex est assez similaire : 44 mm (43,2 au maximum à Barbey/Le Chemin de Montereau). Si la calibration des produits bruts est plus lâche, les modèles dimensionnels des outils retouchés en silex local semblent persister à La Sablonnière. Les lames brutes en silex à grain fin présentent également une longueur moyenne plus élevée (fig. 62) : 67,4 mm (le maximum, pour les quatre premières séries étudiées, était de 48,8 mm, à Villeneuve-la-Guyard). Mais il faut rappeler que déjà, à Barbey/Le Chemin de Montereau, la moyenne de la longueur des lames brutes en silex à grain fin atteignait 56,7 mm. Quant aux lames retouchées dans ce même silex, la longueur moyenne se situe à 56,2 mm, valeur plus haute qu’ailleurs. Les lames brutes en silex tertiaire, bien que peu nombreuses, présentent une moyenne supérieure (89 mm) mais les lames retouchées ont été réduites : 43,5 mm de longueur moyenne, valeur comparable aux autres populations de lames retouchées du Néolithique ancien régional. Il faut tout de même remarquer que la moyenne de la largeur des lames retouchées en silex tertiaire (17 mm) est nettement inférieure à celle des lames brutes (21,2 mm). Les pièces à retouche latérale sont pourtant rares (1 pièce sur 5 lames retouchées en silex tertiaire). Ceci pourrait vouloir dire que les lames de grande largeur ont été réservées pour être utilisées brutes de débitage.

FIG. 61
Passy/La Sablonnière (Yonne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire en silex local : lames brutes.

FIG. 62
Passy/La Sablonnière (Yonne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire en silex à grain fin : lames brutes.

138Cette moins grande standardisation de la longueur des lames a comme conséquence une distribution des mesures plus étalée que pour les autres séries du Néolithique ancien. Un test de Khi-2, réalisé sur la distribution en classes de la longueur des lames brutes en silex local de Passy/La Sablonnière et de Passy/Les Graviers, montre que cette différence est hautement significative (tabl. LXII). Proportionnellement, la distribution en classes des longueurs de l’ensemble des lames retouchées en silex local est légèrement plus étendue à La Sablonnière qu’aux Graviers mais le test de Khi-2 est, comme on pouvait s’y attendre du fait de la retouche, moins concluant (tabl. LXIII).

TABL. LXII
Comparaison en utilisant le test du Khi-2 des distributions de la longueur des lames brutes du Villeneuve-Saint-Germain de Passy/La Sablonnière et du Rubané de Passy/Les Graviers. DDL = nombre de degrés de liberté (nombre de classes moins une).

TABL. LXIII
Comparaison en utilisant le test du Khi-2 des distributions de la longueur des lames retouchées du Villeneuve-Saint-Germain de Passy/La Sablonnière et du Rubané de Passy/Les Graviers. DDL = nombre de degrés de liberté (nombre de classes moins une).

139Cette moins bonne calibration globale de la longueur des produits lors du débitage serait logiquement à mettre en parallèle avec un changement dans les modalités de taille laminaire. Si la technique par percussion indirecte domine toujours pour 80 % des lames brutes et retouchées, la méthode de débitage semble se modifier. Mais les effectifs de nucléus sont malheureusement très réduits (10 pièces seulement) pour tirer des conclusions définitives sur les opérations de préparation à La Sablonnière. On peut seulement noter que les lames à crêtes n’ont souvent qu’un seul pan préparé, que les nucléus comportent une plage corticale importante dans 5 cas sur 10 et que les plans de frappe sont bruts, sans préparation par enlèvements centripètes, également dans 5 cas sur 10. En accord avec ces remarques, les éclats de préparation sont rares par comparaison avec les autres sites : seulement 5,4 % d’éclats de préparation parmi la totalité des témoins de la taille laminaire à La Sablonnière contre, par exemple, 28,1 % à Barbey/Le Buisson Rond. D’autre part, l’aspect des nucléus en silex local paraît globalement moins régulier que dans les autres séries du Néolithique ancien (fig. 63).

FIG. 63
Passy/La Sablonnière (Yonne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire : nucléus à lames en silex local.

140L’ensemble de ces remarques constitue un faisceau de présomptions qui orienterait vers l’idée d’un amoindrissement de la qualité des opérations de préparation des nucléus. Cependant, ceci ne s’accompagne pas d’une baisse globale des indices de régularité des lames brutes et retouchées (tabl. LXIV). Comme on pouvait s’y attendre, ce sont les lames en silex tertiaire qui présentent les rapports les plus forts, confirmant ainsi leur plus grande qualité comparativement aux produits dans les autres matières. Il faut remarquer, en outre, la faiblesse de l’indice B pour les lames en silex à grain fin qui contredit curieusement l’indice élevé A pour les mêmes pièces. Rien, pour le moment, ne permet d’expliquer ce fait.

Silex local

Silex tertiaire

Silex à grain fin

Total

A
B
C
D

1,7
2,9
1,3
3,2

3
1,1
2,8
2,4

6
8
3
7

2,2
2,7
1,6
2,9

TABL. LXIV
Indices qualitatifs des produits laminaires de Passy/La Sablonnière (Villeneuve-Saint-Germain). A nombre de lames à bords parallèles rectilignes/nombre de lames à bords sinueux ; B nombre de lames à nervures rectilignes/nombre de lames à nervures sinueuses ; C nombre de lames à trois pans/nombre de lames à deux pans ; D nombre de lames sans cortex/nombre de lames à pan cortical.

• Pièces retouchées sur lame

141Parmi l’outillage retouché, la première différence à considérer avec les autres séries du Néolithique ancien est la baisse notable du nombre d’outils retouchés sur lame par rapport aux outils sur éclat : ils ne regroupent ici que 12,1 % de l’ensemble des pièces retouchées sur produits de débitage alors qu’ils atteignaient près de 30 % dans le village Néolithique ancien de Balloy/Les Réaudins.

142La répartition en classes des pièces retouchées sur lame (tabl. LXV) est très proche de celle enregistrée à Barbey/Le Chemin de Montereau avec un fort taux de burins (25 %) et de troncatures et bitroncatures de la catégorie des faucilles (21,5 %). Ce pourcentage de burins est comparable à ce que l’on connaît dans les groupes de Blicquy et de Villeneuve-Saint-Germain. Comme à Barbey/Le Chemin de Montereau, la typologie des burins sur lame de La Sablonnière est plus diversifiée qu’à Balloy, Barbey/Le Buisson Rond, Passy/Les Graviers et Villeneuve-la-Guyard : sur les 19 pièces, si les burins simples d’angle dominent toujours (14 individus) [fig. 64, nos 1, 3, 4, 6, 7, 10], on compte deux burins dièdres d’angle, 2 burins simples d’axe (fig. 64, nos 5, 8) et enfin 1 burin dièdre d’axe (fig. 64, no 9), soit 15,8 % de burins d’axe.

TABL. LXV
Classification des pièces retouchées sur lame de Passy/La Sablonnière (Villeneuve-Saint-Germain).

FIG. 64
Passy/La Sablonnière (Yonne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire : burins. 1, 6, 7, 10 burins d’angle sur troncature ; 2 burin d’axe sur cassure ; 3, 4 burins d’angle sur cassure ; 5 burin d’axe ; 8 burin d’axe sur bord brut ; 9 burin dièdre d’axe.  pièces en silex à grain fin ; pièce en silex tertiaire ; autres : pièces en silex local.

143En revanche, la typologie des troncatures et des bitroncatures géométriques appartenant à la catégorie des armatures de faucille est identique à celle des autres sites (fig. 65) :

  • les troncatures obliques sont les plus nombreuses (8 cas sur 16 armatures) avec le type simple (5 pièces) [nos 4, 7, 8, 11], à dos courbe et/ou base rectiligne (4 pièces) [nos 3, 10] ;

  • les bitroncatures trapézoïdales et en segment de cercle concernent 2 pièces (nos 5, 6) ;

  • enfin, les troncatures droites sont au nombre de 5 ; parmi elles, on remarque une bitroncature droite, type absent des inventaires des autres sites du Néolithique ancien (no 1).

FIG. 65
Passy/La Sablonnière (Yonne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire : troncatures et bitroncatures de la catégorie fonctionnelle des armatures de faucille. 1 bitroncature droite ; 2, 9 troncatures droites à dos ; 3 troncature oblique à base droite ; 4, 7, 8, 11 troncatures obliques ; 5 bitroncature en segment de cercle ; 6 bitroncature trapézoïdale ; 10 troncature oblique à dos courbe ; 12 troncature droite. ★ pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.

144L’allure générale des bitroncatures de la catégorie des armatures de flèche sur lame (4 pièces) rappelle celle des autres sites du Néolithique ancien. Il s’agit du type triangulaire asymétrique à base rectiligne ou concave, mais leur façonnage paraît beaucoup moins soigné que les précédents (fig. 66, nos 1-4) ; la retouche des troncatures est souvent abrupte, écailleuse et irrégulière ; la troncature distale présente parfois une délinéation convexe comme celles découvertes dans les sites de Trosly-Breuil (Plateaux 1990 ; Diepeveen et al. 1992), d’Échilleuses (Simonin 1988) et de Maisse (Direction des Antiquités préhistoriques 1987) ; en outre, la retouche inverse de la base, pratiquée sur la majorité des armatures du Néolithique ancien de la région, a totalement disparu.

FIG. 66
Passy/La Sablonnière (Yonne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire et sur éclat en silex local : catégorie fonctionnelle des armatures de flèche. 1, 3 bitroncatures triangulaires à troncature basilaire rectiligne sans retouche inverse rasante, sur lame ; 2, 4 bitroncatures triangulaires à troncature concave sans retouche inverse rasante, sur lame ; 5‑7 bitroncatures géométriques, sur éclat.

5.3.2 Les originalités de l’outillage retouché sur éclat et de l’outillage façonné

145C’est d’abord parmi l’outillage retouché sur éclat que les principaux éléments originaux de Passy/La Sablonnière ont été enregistrés (tabl. LXVI). En effet, on voit l’apparition à La Sablonnière de petites bitroncatures de la catégorie des armatures de flèche (3 pièces) [fig. 66, nos 5-7] qui n’existent pas dans les autres sites, la totalité des flèches de ces derniers étant façonnées sur lame. Ce sont des pièces « à tranchant transversal », assez grossières, fabriquées selon le même schéma opératoire que les grandes bitroncatures sur éclat par retouche abrupte abattant les bords distal et proximal. La retouche, écailleuse voire scalariforme, a probablement été réalisée par percussion. Ce type de flèche est totalement absent des corpus rubanés, omaliens, du groupe de Blicquy et des autres sites du Néolithique ancien de la région. Dans le Villeneuve-Saint-Germain, il existe un type de flèche tranchante mais il est façonné sur lame et présente, à la base, une encoche ; c’est le cas à Trosly-Breuil (Plateaux 1990 ; Diepeveen et al. 1992). Le second élément marquant est la présence, en grand nombre, de pièces de la classe des grandes bitroncatures sur éclat (fig. 67) et de la classe des tranchets à retouche bifaciale envahissante dont le support ne peut être déterminé. La classe des grandes bitroncatures sur éclat est particulièrement abondante dans la zone nord du site (structures 1 et 2) [fig. 12] où elle rassemble 22,6 % des pièces retouchées sur éclat, soit 66 individus. Dans la zone sud, le pourcentage est nettement inférieur (3,1 %). Cette disparité entre les secteurs nord et sud de La Sablonnière pourrait s’expliquer par des différences fonctionnelles sans exclure toutefois une variabilité chronologique.

Effectifs

%

Denticulés
Grattoirs
Pièces à retouche irrégulière
Grandes bitroncatures
Pièces à retouche oblique
Pièces à retouche large
Burins
Pièces esquillées
Pointes et perçoirs
Pièces à retouche abrupte
Petites bitroncatures (flèche)

142
135
84
64
34
22
18
16
11
10
3

26,3
25
15,6
11,9
6,3
4,1
3,3
3
2
1,9
0,6

TOTAL

539

100

TABL. LXVI
Classification des pièces retouchées sur éclat de Passy/La Sablonnière (Villeneuve-Saint-Germain). Il faut ajouter à ce décompte deux foliacées à pédoncule qui semblent intrusives.

FIG. 67
Passy/La Sablonnière (Yonne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie sur éclat en silex local : grandes bitroncatures. 1, 5 bitroncatures à retouche transversale moyenne directe, sans bulbe aminci ; 2 bitroncature à retouche transversale envahissante directe, à bulbe aminci ; 3 bitroncature à retouche transversale envahissante bifaciale ; 4 bitroncature à retouche transversale moyenne directe, à bulbe aminci ; 6 bitroncature à retouche transversale moyenne bifaciale.

  • 3 – Sauf une seule pièce à Villeneuve-la-Guyard, qui peut parfaitement être intrusive étant donné que (...)

146Les grandes bitroncatures de La Sablonnière se répartissent entre plusieurs schémas opératoires, tous présents dans les industries postérieures comme les groupes de Cerny-Barbuise et de Noyen, auxquels il faut ajouter les tranchets bifaciaux (tabl. LXVII). Habituellement, l’outillage macrolithique dit « campignien » (Nougier 1950 ; Cauvin 1960 ; 1971) dans lequel sont en principe rangées ces classes d’outil, est considéré comme une caractéristique propre au Néolithique moyen et notamment à la culture de Cerny (Bailloud 1964 ; 1971). Si quelques rares pics et les ciseaux sont systématiquement présents dans les autres sites du Néolithique ancien du secteur Seine-Yonne, aucun tranchet ni aucune grande bitroncature n’y ont été rencontrés3. Leur apparition en grand nombre à La Sablonnière, à la fin du Néolithique ancien régional, montre donc que cet aspect constitutif du « phénomène campignien » (Cauvin 1971) apparaît dans des industries encore très marquées par les traditions du Néolithique ancien. Une situation similaire peut être évoquée pour le site de Courcelles-sur-Viosne dans le Val-d’Oise où l’on trouve des tranchets de type comparable (Degros et al. 1984). F. Bostyn a recensé les sites du groupe de Villeneuve-Saint-Germain présentant des tranchets. Il s’agit de Léry dans l’Eure (Bostyn 1994), d’Échilleuses dans le Loiret (Simonin 1985 ; 1988), de Courcelles-sur-Viosne dans le Val-d’Oise (Degros et al. 1984), de Rungis dans le Val de Marne (Bostyn 1994), de Gurgy dans l’Yonne (Delor 1996 ; Bostyn 1994), etc. Ces pièces sont presque systématiquement associées à des éléments céramiques à cordons, observation faite également à Passy/La Sablonnière. F. Bostyn en conclut que la présence de tranchets caractérise l’étape finale du groupe de Villeneuve-Saint-Germain, conclusion qui semble aussi s’appliquer au sud-est du Bassin parisien.

Types

Effectifs

%

Retouche transversale directe moyenne bulbe aminci
Retouche transversale directe moyenne sans bulbe aminci
Retouche transversale directe envahissante bulbe aminci
Retouche bifaciale moyenne
Tranchets bifaciaux, retouche bifaciale envahissante
Autres

22
22
9
9
9
4

29,3
29,3
12
12
12
5,3

TOTAL

75

100

TABL. LXVII
Types de grandes bitroncatures et de tranchets à Passy/La Sablonnière (Villeneuve-Saint-Germain).

147Par comparaison avec les séries de Balloy, Barbey/Le Buisson Rond, Passy/Les Graviers et Villeneuve-la-Guyard, celle de Passy/La Sablonnière montre un certain nombre d’éléments originaux, comme par exemple une moins bonne calibration du débitage de lames en silex local et en silex à grain fin, un nombre moins élevé de supports laminaires parmi les pièces retouchées, un taux de burins sur lame plus important, et l’absence de retouche inverse rasante sur bitroncatures de la catégorie des armatures de flèche. En commun avec Barbey/Le Chemin de Montereau, il possède la présence de grandes lames en silex tertiaire et une typologie plus diversifiée des burins sur lame. Ses caractères spécifiques résident dans un grand nombre de grandes et de petites bitroncatures sur éclat (tranchets et armatures de flèche) et de tranchets bifaciaux. Ces deux derniers traits se retrouveront dans les industries Cerny et l’on peut se demander, dès ce stade de l’analyse, si La Sablonnière ne comporte pas, en germe, les éléments constitutifs des périodes plus récentes.

5.4 Variabilité de l’industrie du silex : interprétations et hypothèses

5.4.1 Les facteurs de la variabilité

148Nous nous proposons, à cette étape de l’étude, de synthétiser les conclusions faites sur les variations intersites de l’industrie du silex du Néolithique ancien des sites étudiés, et de les replacer, pour certains aspects, dans le contexte néolithique régional.

5.4.1.1 Variabilité technologique

Proportions des différentes matières silicieuses

149Le silex local reste majoritaire sur tous les sites : entre 80 % et 97 % des supports retouchés. Toujours abondantes, les lames brutes et retouchées en silex local représentent environ 70 % (Balloy : Les Réaudins, Barbey/Le Buisson Rond) à 84 % (Passy/Les Graviers et Villeneuve-la-Guyard/ Les Falaises de Prépoux) de l’ensemble des lames (fig. 68). À Barbey/Le Chemin de Montereau et à Passy/La Sablonnière, le pourcentage de lames en silex local est le plus faible : respectivement 57,1 et 53,9 %. Ce déficit de produits en silex local s’effectue au profit d’une production de pièces en silex à grain fin dont la représentation est plus forte dans ces sites que dans les autres : 33,1 % (Barbey/Le Chemin de Montereau) et 39,7 % (Passy/La Sablonnière), alors qu’ailleurs, elle ne dépasse pas 26 % (Barbey/Le Buisson Rond). Cette variation peut avoir plusieurs causes : à Barbey/ Le Chemin de Montereau, la surreprésentation des lames en silex à grain fin pourrait être due à l’existence d’un atelier de taille de ce silex qui transparaît dans les données spatiales. En outre, certains sites n’ont peut-être pas eu un accès aussi aisé à cette matière première, quelle que soit la forme de l’approvisionnement, direct ou indirect. Enfin, il pourrait s’agir en même temps d’une variabilité chronoculturelle, les sites les plus récents ayant simplement une connaissance plus approfondie des territoires, locaux ou régionaux, voir lointains, susceptibles de fournir ce silex de meilleure qualité (quelle que soit, là encore, la forme de l’approvisionnement, direct ou indirect).

150A Barbey/Le Chemin de Montereau et à Passy/La Sablonnière, la proportion de lames en silex tertiaire est également plus importante que dans la plupart des autres séries : 9,8 % (Barbey/Le Chemin de Montereau) et 6,3 % (Passy/La Sablonnière). Ce type de production semble très rare dans la plupart des séries du premier groupe, à savoir Barbey/Le Buisson Rond (2,4 % soit trois lames), Passy/Les Graviers (0,2 % soit une lame) et Villeneuve-la-Guyard (0,7 % soit trois lames). Il convient toutefois de rappeler qu’à Balloy, une proportion non négligeable de lames pourrait avoir été taillée dans ce silex : 7,1 % de l’ensemble des lames de ce site soit une quinzaine de pièces. Quoi qu’il en soit, ces pièces se différencient de par leurs dimensions et leur régularité des grandes lames régulières de Barbey/Le Chemin de Montereau et Passy/La Sablonnière, dont la longueur, lorsqu’elle est conservée, atteint une moyenne d’au moins 78 mm.

151Pour finir, on peut mettre l’accent sur la relative similarité de la représentation des différents silex entre les séries de Barbey/Le Chemin de Montereau et de Passy/La Sablonnière. Parmi la totalité des lames, le silex local intéresse entre 55 et 65 % de la production laminaire (fig. 68). Le silex à grain fin est aussi constant : 35 à 45 % des lames sont taillées dans ce silex. Enfin, le silex tertiaire représente 6,2 à 10 % des lames. Ailleurs, le taux des divers silex est beaucoup plus fluctuant et, du point de vue de la représentation des matériaux siliceux, un rapprochement pourrait être envisagé entre ces deux sites, d’autant plus qu’ils sont les seuls à posséder les grandes lames en silex tertiaire.

FIG. 68
Proportion des différents silex parmi les lames brutes et retouchées du Néolithique ancien.

Techniques de taille laminaire

152La percussion indirecte domine sur l’ensemble des sites du Néolithique ancien : elle concerne environ 90 % des lames dans tous les types de silex. Seul Villeneuve-la-Guyard se distingue par une forte proportion de lames en silex local débitées par percussion directe tendre (17,1 % des lames brutes et retouchées) dont les nucléus correspondants ont été reconnus. D’après ce que l’on peut en juger lorsque les nucléus à lames sont bien conservés ou en nombre suffisant, les modes de préparation des nucléus sont assez similaires : la confection de crêtes frontales ou dorso-frontales est courante et le plan de frappe est aménagé par de petits enlèvements centripètes (sauf dans le cas de la percussion tendre de Villeneuve où les plans de frappe sont lisses). Il est plus difficile de se prononcer pour Barbey/Le Chemin de Montereau et Passy/La Sablonnière où les nucléus à lames sont rares et souvent très altérés. D’après l’étude métrique des produits de débitage, on peut néanmoins enregistrer, à Passy/La Sablonnière, une baisse de la calibration de la longueur des lames en silex local dont le test de Khi-2 confirme la pertinence. Ceci semble s’accompagner d’une préparation moins élaborée des nucléus, révélée par l’abondance des plages corticales sur les quelques pièces observées, par la fréquence de plans de frappe lisses et par la rareté des éclats de préparation.

• Différences qualitatives

153Cette divergence de l’industrie laminaire de Passy/La Sablonnière transparaît clairement dans la représentation graphique des moyennes des dimensions des lames du Néolithique ancien (fig. 69). On y constate en effet que la moyenne de la longueur des lames brutes en silex local et en silex à grain fin est nettement plus élevée que dans les autres séries du Néolithique ancien : respectivement, 65,8 et 67,4 mm. Il en est de même pour les lames retouchées en silex à grain fin : 56,2 mm. Toutefois, la moyenne de la longueur des lames retouchées en silex local de La Sablonnière n’est pas sensiblement différente que ce que l’on trouve ailleurs : 44 mm. Cela s’expliquerait soit par la pérennité des modèles dimensionnels des outils retouchés qui donnerait lieu à une mise au calibre des supports, soit par l’existence de dimensions limites dans l’utilisation des outils, qui occasionnerait, après plusieurs réaffûtages, la mise au rebut des pièces retouchées.

FIG. 69
Variation des dimensions moyennes des lames en silex local et à grain fin du Néolithique ancien au groupe de Cerny.

154Le même phénomène s’observe à Barbey/Le Chemin de Montereau où la longueur moyenne des lames brutes et retouchées en silex à grain fin est légèrement plus grande que celle des autres séries. On pourrait rapprocher Barbey et Passy/La Sablonnière car une augmentation de la longueur moyenne des lames en silex à grain fin semble caractériser les deux séries, bien que la différence des moyennes entre Le Chemin de Montereau et les autres sites soit très ténue.

155D’une manière plus générale, il faut indiquer que les moyennes des largeurs et épaisseurs des lames, qu’il s’agisse des produits bruts ou retouchés, en silex à grain fin ou en silex local, sont, elles, presque parfaitement superposables et qu’elles ne montrent pas de différence notable à La Sablonnière.

• Différences quantitatives

156Outre ces différences qualitatives, l’industrie laminaire du Néolithique ancien est également soumise à des variations quantitatives. La figure 70 montre que la proportion de supports laminaires, parmi l’outillage retouché, change d’un site à l’autre. À Balloy, à Barbey/Le Buisson Rond et à Villeneuve-la-Guyard, les pièces retouchées sur lame regroupent 25 à 34 % des outils sur produits de débitage. À Passy/Les Graviers, le pourcentage est plus faible (15,6 %), de même qu’au Chemin de Montereau (17,2 %) et à La Sablonnière (12,1 %). Il semblerait donc que les sites considérés comme les plus anciens, à savoir Balloy, Barbey/Le Buisson Rond et Villeneuve-la-Guyard, possèdent une plus forte proportion d’outils retouchés sur lame. Passy/Les Graviers ne répond pas à ce schéma puisque l’on ne compte que 15,6 % de pièces retouchées sur lame. Quoi qu’il en soit, les supports laminaires paraissent en diminution constante tout au long du Néolithique régional. Lors du Cerny, ils ne représentent plus que 9,4 % à Châtenay/Les Pâtures, 11,9 % à Barbuise-Courtavant et 4,7 % à Balloy-Cerny. L’outillage retouché et non retouché laminaire disparaîtra presque totalement à la transition Cerny/groupe de Noyen, les quelques pièces de Noyen fd étant des éclats laminaires et non pas de vraies lames. Aucun reste de débitage laminaire n’a d’ailleurs été retrouvé à Noyen. Ce phénomène est déjà tangible à Passy/La Sablonnière (12,1 % de pièces retouchées sur lame). Il pourrait même s’amorcer au Chemin de Montereau où, par comparaison avec la plupart des autres sites du Néolithique ancien (sauf Passy/Les Graviers), l’industrie laminaire est en baisse notable. Néanmoins, la mise en évidence d’un atelier de taille dans un secteur de ce site pourrait faire penser que les produits ont été redistribués dans les zones d’activités et expliquerait ce déficit en pièces retouchées sur lame.

FIG. 70
Proportion des supports laminaires et des supports éclats parmi les pièces retouchées du Néolithique ancien au groupe de Noyen.

157De ces données, quelques éléments ressortent nettement, caractérisant la variabilité de l’industrie du silex du Néolithique ancien régional. Il s’agit tout d’abord de la présence de grandes lames de plein débitage en silex tertiaire, signe distinctif de deux sites seulement : Barbey/Le Chemin de Montereau et Passy/La Sablonnière. En second lieu, La Sablonnière se distingue aussi par une modification des modes de préparation des nucléus à lames en silex local, générant une baisse de la calibration des produits de débitage. Cela se traduit par une augmentation des modules laminaires moyens, en silex local mais aussi en silex à grain fin, phénomène qui pourrait également concerner le débitage laminaire dans le silex à grain fin de Barbey/Le Chemin de Montereau. Toutefois, sur ce dernier site, les nucléus sont très mal conservés et les données sont beaucoup moins parlantes. Il faut également rappeler que Villeneuve-la-Guyard présente, au contraire des autres sites, une proportion importante de lames débitées par percussion directe tendre. Enfin, Passy/La Sablonnière se particularise par une faiblesse en supports laminaires retouchés, fait peut-être caractéristique aussi de Barbey/Le Chemin de Montereau, avec toutes les réserves que suggèrent les données spatiales déjà mentionnées.

5.4.1.2 Gestion des débitages dans le contexte régional : évolution ou variabilité fonctionnelle ?

158Afin de replacer la gestion des produits de débitage retouchés du Néolithique ancien dans une évolution globale des industries, et d’en dégager les spécificités, des techniques informatiques de traitement des données ont été mises en œuvre. Il s’agit de la classification ascendante hiérarchique et de l’analyse factorielle, analyses dans lesquelles ont été intégrés le site de Balloy/Les Réaudins (enceinte Cerny), pour l’outillage retouché sur lame, et la totalité des séries d’habitat étudiées dans ce travail, pour l’outillage retouché sur éclat.

Pièces retouchées sur lame : classification automatique

159La classification ascendante hiérarchique (distance du Khi-2, moyenne des distances pondérées) porte sur les proportions des principales classes d’outils retouchés sur lame en y incluant les sites du Néolithique ancien et Cerny-Barbuise (enceinte Cerny de Balloy). L’arbre hiérarchique montre un premier nœud (fig. 71) isolant Balloy/Les Réaudins (enceinte Cerny) et Barbey/Le Chemin de Montereau des autres sites. Ce premier groupe se définit d’après la présence d’une grande quantité de burins (29,4 % à Balloy (enceinte Cerny) et 40,1 % à Barbey/Le Chemin de Montereau) qui sont peu représentés dans les autres ensembles.

FIG. 71
Représentation de la composition de l’outillage sur lame du Néolithique ancien au groupe de Cerny par une classification ascendante hiérarchique (distance du Khi-2, moyenne des distances pondérées).

160Le second nœud, plus significatif, regroupe l’ensemble des sites du Néolithique ancien (Balloy, Barbey/Le Buisson Rond, Passy/Les Graviers, Villeneuve-la-Guyard, Barbey/Le Chemin de Montereau et Passy/La Sablonnière) en les opposant à Balloy/Les Réaudins-enceinte Cerny. Les variables contribuant à la formation de ce nœud sont les grattoirs et les lames à bords abattus, particulièrement nombreuses à Balloy (enceinte Cerny) [19,4 %], qui s’opposent aux troncatures et bitroncatures de type faucille du Néolithique ancien. Malgré l’absence de lustré caractéristique sur les lames à bords abattus Cerny-Barbuise, un transfert de fonction pourrait être envisagé.

161Le troisième nœud établit une distinction à l’intérieur du Néolithique ancien avec les grattoirs, nombreux à Balloy (34,5 %), Barbey/Le Buisson Rond (29,4 %) et Passy/Les Graviers (31,1 %), et les burins à Barbey/Le Chemin de Montereau (40,5 %), Passy/La Sablonnière (25 %) et Villeneuve-la-Guyard (20,2 %). Il est remarquable que le premier groupe renferme presque toutes les séries du Néolithique ancien traitées dans le premier chapitre, à savoir Balloy, Barbey/Le Buisson Rond et Passy/Les Graviers. Seul Villeneuve-la-Guyard se retrouve aux côtés de Barbey/Le Chemin de Montereau et de Passy/La Sablonnière. Il faut également signaler que la particularité de Villeneuve-la-Guyard [abondance des lames à bord(s) abattu(s)] ne semble pas avoir pesé, dans la classification, pour l’isolement de cette série par rapport aux sites du Néolithique ancien de Balloy, Barbey/Le Buisson Rond et Passy/Les Graviers. Il faut cependant considérer ce caractère comme une originalité importante de Villeneuve-la-Guyard.

162En outre, l’arbre hiérarchique distingue plusieurs ensembles à l’intérieur du premier groupe du Néolithique ancien. En effet, Le Buisson Rond s’écarte de Balloy et de Passy/Les Graviers à cause de sa faiblesse en lames à retouche marginale. Ensuite, Balloy et Les Graviers se différencient en raison des taux légèrement inégaux de grattoirs, de troncatures et bitroncatures de type faucille et de lames à retouche marginale. En première analyse, ces dissemblances n’indiquent pas forcément une différence chronologique même si les sites concernés ne sont pas strictement contemporains. Dans l’état actuel de la recherche et sur la base d’observations éparses pouvant indiquer une partition spatiale des activités au Néolithique ancien, des distinctions d’ordre fonctionnel intersites, qu’il reste bien entendu à étayer, pourraient plutôt être invoquées.

163Il faut également remarquer l’avant-dernier nœud de la hiérarchie qui isole Passy/La Sablonnière des autres sites du Néolithique ancien. Il est notable que ce soit la présence de bords abattus à La Sablonnière qui contribue, entre autres choses, à la formation de ce nœud. Cette observation permettrait de rapprocher La Sablonnière de Balloy-enceinte Cerny et indiquerait la position chronologique intermédiaire de La Sablonnière.

164En conclusion, la représentation par classification automatique de la composition de l’outillage retouché sur lame isole les sites du Néolithique ancien de Balloy, Barbey/Le Buisson Rond et Passy/Les Graviers desquels Villeneuve-la-Guyard est cependant séparé. Cet ensemble se caractérise par une forte proportion de grattoirs alors que le Néolithique ancien de Barbey/Le Chemin de Montereau et de Passy/La Sablonnière se singularise par les burins. Villeneuve-la-Guyard, également riche en burins, présente aussi une forte proportion de lames à bord(s) abattu(s) que l’analyse ne fait cependant pas ressortir comme une caractéristique essentielle. Ces divergences peuvent indiquer des différences fonctionnelles et une variation, qualitative ou quantitative, des activités menées sur ces sites. Par ailleurs, l’accroissement du taux de burins, enregistré au Chemin de Montereau et à La Sablonnière, est un caractère déjà remarqué dans le nord du Bassin parisien lors du passage du Rubané récent au Villeneuve-Saint-Germain (Plateaux 1990 ; Bostyn 1994 ; 1995) et l’hypothèse de séquences évolutives parallèles pour ces deux régions n’est pas à exclure. De même, les burins sur lame sont plus nombreux dans le groupe de Blicquy que dans l’Omalien.

165Enfin, le groupe de Cerny-Barbuise (enceintes Cerny de Balloy et de Barbuise-Courtavant) est bien isolé avec une forte contribution des grattoirs et des lames à bords abattus et, dans une moindre mesure, des burins sur lame.

166Mais, mis à part ces grands traits, les différences de composition des classes de pièces retouchées sur lame mises en évidence par l’arbre hiérarchique dans le Néolithique ancien, avec notamment la position de Villeneuve-la-Guyard, ne paraissent pas significatives en termes chronoculturels. Cependant, il serait trop aisé d’interpréter ces écarts de représentation des classes de pièces retouchées comme aléatoires, et dus aux disparités des effectifs. Il faudrait plutôt envisager une répartition spatiale des activités inter- et intrasites en relation avec les divers outils retouchés (Cahen et al. 1986) et, dans cette hypothèse, ce serait donc d’une variation fonctionnelle des industries sur lame dont rendrait compte en partie cette classification. Une étude tracéologique des industries lithiques permettrait de vérifier cette supposition et autoriserait à aborder la structure fonctionnelle globale des outillages. Par confrontation avec la technologie et la tracéologie d’autres catégories d’outils, en os par exemple, quelques idées sur l’évolution du système technique pourraient être alors émises.

Pièces retouchées sur éclat : analyse factorielle des correspondances

167L’analyse factorielle des correspondances a été réalisée sur l’ensemble des séries, incluant le groupe de Cerny (Châtenay/Les Pâtures, Barbuise-Courtavant, Balloy/Les Réaudins enceinte Cerny) et le groupe de Noyen (Noyen fd, Grisy). Les armatures de flèche (petites bitroncatures et foliacées), jugées trop discriminantes, ont été éliminées dans les collections en comportant. Une telle analyse avait déjà été présentée dans un précédent article (Augereau et al. 1993) mais les séries prises en compte n’étaient pas complètes.

168La représentation graphique isole nettement les sites du Néolithique ancien (fig. 72). En effet, l’analyse fait apparaître plusieurs ensembles en concordance avec les données chronoculturelles (les trois premiers axes représentent 80,7 % de l’inertie totale) :

  • un premier groupe réunit toutes les séries du Néolithique ancien sauf Passy/La Sablonnière et elles définissent 55,8 % de l’axe 1 avec une forte contribution des denticulés (45,4 %) qui sont particulièrement nombreux : jusqu’à 40,1 % des pièces retouchées sur éclat à Barbey/Le Chemin de Montereau ; il faut noter en effet qu’à partir du Cerny, à Châtenay/Les Pâtures, ils chutent à moins de 11,1 % et par la suite, ils n’excéderont pas 13,3 % de l’ensemble des pièces retouchées sur éclat ;

  • Passy/La Sablonnière, qui participe pour 85,3 % à la formation de l’axe 2, s’éloigne des autres industries du Néolithique ancien en raison de son taux important de grandes bitroncatures (81,8 % de l’inertie expliquée par l’axe 2) ; cette série conserve malgré tout un nombre élevé de denticulés ;

  • Balloy-enceinte Cerny (43,2 % de l’inertie expliquée par l’axe 1) et Barbuise-Courtavant sont très proches sur l’axe 1, vraisemblablement en raison de leur taux avoisinant de grattoirs (ces deux sites regroupent en effet les taux les plus élevés de grattoirs), de burins et de pièces à retouche abrupte ;

  • Grisy et Noyen sont voisins sur l’axe 1 à cause de leur nombre assez faible de denticulés et sont légèrement distants sur l’axe 2 ; cela s’expliquerait en partie par un taux un peu plus élevé de grandes bitroncatures à Grisy –ces dernières contribuant fortement à la formation de cet axe– et par la présence, à Noyen, de quelques tranchets, absents à Grisy.

FIG. 72
Représentation de la composition de l’outillage sur éclat du Néolithique ancien au groupe de Noyen par une analyse factorielle des correspondances.
AB Pièces à retouches abruptes
BI Pièces à retouches larges
BT Grandes bitroncatures
BU Burins
DE Denticulés
EI Pièces à retouches irrégulières
ES Pièces esquillées
GR Grattoirs
OB Pièces à retouches obliques
PC Perçoirs et pointes
TR Tranchets
BAL Balloy/Les Réaudins
BAR Barbuise-Courtavant/Les Grèves de Frécul
CDM Barbey/Le Chemin de Montereau
GRI Grisy/Les Rouqueux
LBR Barbey/Le Buisson Rond
LRE Balloy/Les Réaudins
NOY Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères
PGR Passy/Les Graviers
PSB Passy/La Sablonnière
VLG Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux

169On remarquera la position centrale des pièces à retouche irrégulière dont le pourcentage est assez constant tout au long de la séquence.

170La composition des pièces retouchées sur éclat du Néolithique ancien de Balloy, de Barbey/Le Buisson Rond, de Passy/Les Graviers, de Villeneuve-la-Guyard et de Barbey/Le Chemin de Montereau montre une certaine cohésion en s’opposant nettement à celle des autres sites du Néolithique régional. Seul Passy/La Sablonnière se distingue des séries du Néolithique ancien par l’abondance des grandes bitroncatures, également présentes dans le groupe de Cerny et le groupe de Noyen. Cette cohésion de la composition des pièces retouchées sur éclat du Néolithique ancien, surprenante étant donné le faible investissement technique requis pour ce type de production, se cristallise autour de la prépondérance des grattoirs mais surtout autour d’un nombre élevé de denticulés, que l’analyse factorielle fait ressortir comme un trait distinctif de cette période. Mais le médiocre investissement technique manifesté dans la fabrication de grattoirs et de denticulés interdit de les considérer comme des marqueurs culturels forts. En fait, la cohérence de l’analyse factorielle pourrait plutôt s’interpréter comme une remarquable cohésion fonctionnelle des industries sur éclat par période.

171Un taux important de denticulés a été remarqué dans l’Omalien de Belgique et surtout dans le groupe de Blicquy où l’on connaît également un fort taux de grattoirs (Cahen, Van Berg 1979 ; Cahen et al. 1986 ; 1987). En revanche, ils sont peu représentés dans les étapes anciennes du Rubané récent du Bassin parisien (Plateaux 1990) mais sont en nette augmentation à partir de l’étape finale du Rubané récent dans le nord du Bassin parisien à Missy-sur-Aisne (Charrier 1986). Plus tard, ils représentent environ 15 % des outils retouchés à Trosly-Breuil en contexte Villeneuve-Saint-Germain (Plateaux 1990) de même qu’à Longueil-Sainte-Marie dans l’Oise (Bostyn et al. 1993). Cette importance des denticulés est également un trait du site de Poses dans l’Eure (Bostyn et al. 1997). Dans le Rubané plus oriental, en Alsace notamment, ils semblent totalement absents, de même que dans le plus ancien Rubané d’Europe centrale (Mauvilly 1997 ; Gronenborn 1997).

172Rappelons que dans le secteur Seine-Yonne, l’outillage sur éclat est quantitativement majoritaire depuis les étapes présumées initiales du Néolithique ancien puisqu’il réunit 73 % des pièces retouchées sur support débité dès cette période, taux d’ailleurs comparable pour le groupe de Blicquy, et jusqu’à près de 100 % pour le groupe de Noyen. Cette particularité existe dans la région dès le Mésolithique, notamment dans le site d’occupation de berge de Noyen où l’outillage retouché est essentiellement constitué de grattoirs sur éclat et de denticulés (Augereau 1989a). La fabrication d’un outillage massif dans de telles proportions serait donc une pratique ancienne dans ce secteur, ce qui ne semble pas être le cas dans le nord du Bassin parisien (Hinout 1964 ; 1984 ; Rozoy 1971) –sauf peut être en ce qui concerne le groupe Ardennien (Rozoy 1978)– et la Belgique (Gob 1976 ; Ulrix-Closset et al. 1981).

173En conclusion, la composition des pièces retouchées sur éclat du Néolithique ancien d’après l’analyse factorielle permet de distinguer deux groupes, dont le second n’est représenté que par un seul site :

  • un groupe formé par les séries de Balloy, Barbey/Le Buisson Rond, Passy/Les Graviers, Villeneuve-la-Guyard et Barbey/ Le Chemin de Montereau, ce groupe se définissant par une représentation identique des grattoirs et des denticulés ;

  • Passy/La Sablonnière, s’écartant de cet ensemble par la présence, en grand nombre, de grandes bitroncatures sur éclat.

174Étant donné que les grandes bitroncatures sur éclat sont une des caractéristiques des périodes ultérieures et notamment du groupe de Cerny (Balloy/Les Réaudins enceinte Cerny et Barbuise-Courtavant), l’existence de ces pièces à La Sablonnière peut signifier deux choses. Soit elle indique que ce site correspond à une étape de transition annonçant les industries Cerny, soit La Sablonnière constitue un foyer d’innovations précoce en milieu Néolithique ancien. Ces deux hypothèses ne s’excluent pas forcément et il n’est pas impossible que l’émergence massive de cet outillage macrolithique traduise des changements d’envergure dans l’organisation techno-économique des sociétés de type danubien annonçant le Néolithique moyen. De surcroît, on constate une grande homogénéité dans la fonction de ces outils, qu’ils datent du Villeneuve-Saint-Germain ou du Cerny.

175Une première hypothèse avait été énoncée sur la fonction de ces outils : ils auraient pu, emmanchés en herminette, servir pour le défrichement des terroirs environnants. Ce serait d’ailleurs un outil particulièrement bien adapté à ces fonds de vallée où taillis, broussailles et perchis devaient dominer (Pétrequin, Pétrequin 1988 ; 1990a). Cette idée, déjà émise par J. Cauvin (1971) pour expliquer le développement du phénomène campignien, s’est trouvée renforcée par les études récentes où l’on enregistre, dans les diagrammes polliniques, un début d’ouverture du paysage à la transition Néolithique ancien/Cerny (travaux C. Leroyer in Augereau et al. 1993). Mais les premiers résultats techno-fonctionnels sur les tranchets de La Sablonnière amènent à réorienter cette hypothèse. En effet, les 19 tranchets de Passy analysés qui ont livrées des traces montrent une grande unité de leur utilisation : il s’agit de pièces dévolues, dans leur presque totalité (17 pièces), au travail des matières minérales meubles, comme la terre ou l’argile, et fabriquées en percussion lancée (Philibert 2000). Lorsque les données sont disponibles, un emmanchement en herminette est attesté. Le cadre d’utilisation de ces pièces doit être précisé en multipliant les expérimentations pour cerner les matières d’œuvre et le maniement de ces outils. Aucune hypothèse sérieuse ne peut en l’état être proposée bien que la première idée venant à l’esprit est celle d’outils utilisés dans le cadre de travaux agricoles tel que bâton à fouir ou binette.

176Dans leur grande majorité, les résultats des études fonctionnelles sur les tranchets de Balloy sont comparables à ceux de Passy (travaux V. Beugnier et S. Philibert in Allard et al. à paraître). Une partie des caractères techno-fonctionnels du groupe de Cerny pourrait s’enraciner dès le Néolithique ancien de Passy/La Sablonnière. Il reste bien entendu à préciser et à expliquer ces modifications par le développement des études tracéologiques sur les tranchets et des approches environnementales.

5.4.1.3 Variabilité typologique

177Trois classes typologiques ont été plus particulièrement observées : les troncatures et les bitroncatures de la catégorie des armatures de faucille, les bitroncatures de la catégorie des armatures de flèche, et les burins sur lame. Ces trois classes sont en effet les plus investies techniquement et sont donc susceptibles de faire mieux ressortir les variations.

• Troncatures et bitroncatures – armatures de faucille

178La typologie des troncatures et des bitroncatures sur lame de la catégorie des armatures de faucille semble peu varier d’un site à l’autre (tabl. LXVIII). Ce sont toujours les troncatures simples obliques qui dominent avec des taux allant de 31,25 % des faucilles (Passy/La Sablonnière : 5 faucilles sur 16) à 70,6 % (Passy/Les Graviers : 24 faucilles sur 34). Les troncatures obliques à dos, avec ou sans base droite, sont toujours présentes dans des proportions comparables (1 à Balloy, 4 à Passy/Les Graviers, 8 à Villeneuve-la-Guyard, 4 à Passy/La Sablonnière), de même que les bitroncatures trapézoïdales et en segment de cercle (1 à Balloy, 3 à Passy/Les Graviers, à Villeneuve-la-Guyard et à Barbey/Le Chemin de Montereau, 2 à Passy/La Sablonnière). Toutefois, Barbey/Le Buisson Rond se distingue par un taux plus faible de troncatures simples obliques au profit d’une meilleure représentation des trapèzes et des segments de cercle. Mais dans ce cas, cette variation peut être due à la faiblesse numérique de l’échantillon, cette série ne comportant que 9 pièces de cette classe. En conclusion, il semblerait que la représentation typologique des armatures de faucille soit assez constante dans les séries du Néolithique ancien de la région.

TABL. LXVIII
Variabilité typologique des troncatures et des bitroncatures sur lame de la catégorie des armatures de faucille du Néolithique ancien (tous silex).

• Bitroncatures – armatures de flèche

179La variabilité typologique des bitroncatures de la catégorie des armatures de flèche est plus difficile à appréhender étant donné que cette classe d’outils est toujours très faiblement représentée (tabl. LXIX) [au maximum 13 pièces à Passy/Les Graviers, 1 seule à Barbey/Le Chemin de Montereau], rendant aléatoires les interprétations en termes de présence/ absence. On remarquera toutefois que les bitroncatures triangulaires à retouche inverse rasante sont présentes à Balloy (3 pièces sur 5 armatures), Barbey/Le Buisson Rond (1 pièce sur 2 armatures), Passy/Les Graviers (6 pièces sur 13 armatures) et à Villeneuve-la-Guyard (7 pièces sur 11 armatures), où elles semblent être le type le plus courant. Mais elles n’existent pas à Passy/La Sablonnière ni à Barbey/Le Chemin de Montereau où l’on ne compte qu’une seule armature (triangulaire sans retouche inverse rasante). Les trapézoïdales longues sont une caractéristique de Balloy (1 pièce) et de Passy/Les Graviers (3 pièces) ; elles sont absentes ailleurs. Les trapézoïdales courtes se trouvent à Balloy (1 pièce), à Barbey/Le Buisson Rond (1 pièce) et à Villeneuve-la-Guyard (2 pièces). Quant aux bitroncatures triangulaires sans retouche inverse rasante, elles constituent un trait spécifique de Passy/Les Graviers (4 pièces), de Villeneuve-la-Guyard (2 pièces), de Barbey/Le Chemin de Montereau (1 pièce) et de Passy/La Sablonnière (4 pièces sur 9 armatures) où, d’ailleurs, on ne rencontre aucun des autres types susmentionnés. Il est remarquable, en outre, que cette dernière série soit la seule à posséder les bitroncatures sur éclat (3 pièces).

TABL. LXIX
Variabilité typologique des bitroncatures de la catégorie des armatures de flèche du Néolithique ancien (tous silex).

180D’une manière générale, les sites de Balloy, Barbey/Le Buisson Rond, Passy/Les Graviers et Villeneuve-la-Guyard sont les seuls à présenter les bitroncatures trapézoïdales longues et courtes et/ou les bitroncatures triangulaires à retouche inverse rasante. Au contraire, Passy/La Sablonnière, a priori plus récent, ne possède que des bitroncatures triangulaires sans retouche inverse rasante et c’est aussi la seule série à détenir des armatures sur éclat. Quant à Barbey/Le Chemin de Montereau, il est difficile de se prononcer sur la signification de son unique armature, du type triangulaire sans retouche inverse rasante, dont le type est exclusif à Passy/La Sablonnière mais existe aussi à Passy/Les Graviers et à Villeneuve-la-Guyard.

• Burins sur lame

181La disparité des effectifs de burins sur lame parmi les séries du Néolithique ancien (4 burins à Barbey/Le Buisson Rond, 15 à Balloy, 33 au Chemin de Montereau, etc.) pourrait faire douter de la variabilité typologique de cette classe d’outils (tabl. LXX). Les burins simples d’angle sont partout les plus nombreux : 14 burins sur 15 à Balloy, 4 burins sur 4 à Barbey/Le Buisson Rond, 30 sur 34 à Villeneuve-la-Guyard, 22 sur 33 à Barbey/Le Chemin de Montereau, etc. Les burins doubles d’angle sont déjà plus rares (seulement 1 pièce à Passy/Les Graviers, 2 à Villeneuve-la-Guyard et 4 au Chemin de Montereau), de même que les burins dièdres d’angle (1 à Passy/Les Graviers et à Villeneuve-la-Guyard, 3 au Chemin de Montereau et 2 à La Sablonnière). Mais c’est surtout dans la représentation des burins d’axe que l’on constate une variation. Très rares parmi les quatre premiers sites traités (1 burin simple d’axe à Balloy et à Passy/Les Graviers), ils prennent plus d’importance à Barbey/Le Chemin de Montereau (4 burins simples d’axe soit 12,1 % des burins sur lame) et à Passy/La Sablonnière (3 burins d’axe soit 15,7 % des burins). Ces effectifs sont bien sûr très réduits et le plus grand nombre de burins d’axe au Chemin de Montereau et à La Sablonnière peut être fortuit, dû au hasard des échantillonnages et aux disparités des effectifs, d’autant que, dans ces deux sites, le nombre des burins est plus important, occasionnant de ce fait une typologie plus étendue. Mais à titre d’hypothèse, on maintiendra malgré tout que la diversification de la typologie des burins sur lame à Barbey/ Le Chemin de Montereau et à Passy/La Sablonnière est un caractère distinctif de ces deux séries, d’autant plus qu’elle se vérifie ailleurs, sur d’autres sites du groupe de Villeneuve-Saint-Germain (Bostyn 1994).

TABL. LXX
Variabilité typologique des burins sur lame du Néolithique ancien (tous silex).

5.4.1.4 Interprétations

182Le récapitulatif sur la variabilité techno-typologique des industries qui vient d’être donné, ainsi que l’analyse de l’industrie du Néolithique ancien régional exposée tout au long de ce chapitre, montrent que chaque site, où même chaque structure ou groupe de structures, a ses particularités qui laissent le champ libre à toute forme d’interprétation. Il convient toutefois de tenter de tirer des constantes, des traits généraux, qui permettent d’établir des regroupements et de caractériser leur spécificité dont l’interprétation en termes d’évolution chronoculturelle et/ou fonctionnelle sera alors possible. De cette étude, deux groupes principaux semblent se dégager, qui peuvent avoir une signification chronologique ou fonctionnelle.

• Premier groupe : Néolithique ancien A

183Ce que l’on désignera sous l’appellation de Néolithique ancien A, rassemblerait les séries de Balloy/Les Réaudins, Barbey/Le Buisson Rond et Passy/Les Graviers. Elles ont en commun :

  • la représentation des différentes matières premières taillées avec une dominance du silex local et l’utilisation, pour le débitage laminaire, d’un silex à grain fin beaucoup plus rare ;

  • les techniques et méthodes de taille laminaire : préparation des nucléus par crêtes, aménagement des plans de frappe par enlèvements centripètes, entretien des angles de chasse par tablettes partielles, entretien de la carène par l’enlèvement du pyramidion permettant l’aménagement d’une nouvelle crête, entretien du cintre par l’enlèvement d’éclats de flanc, débitage par percussion indirecte, etc. ;

  • le débitage de produits laminaires aux modules moyens courts ;

  • la présence d’un style de débitage plus régulier dans le silex à grain fin ;

  • une typologie des burins sur lame peu diversifiée avec en majorité des burins d’angle ;

  • la présence, parmi les bitroncatures géométriques de la catégorie des armatures de flèche, de pièces trapézoïdales longues et courtes, et de triangulaires à retouche inverse rasante ;

  • une bonne représentation des pièces retouchées sur lame par rapport aux pièces retouchées sur éclat qui restent, malgré tout, largement majoritaires ;

  • une industrie de l’éclat dans le silex local dominée par les grattoirs et les denticulés.

184A ces séries, on peut adjoindre celle de Villeneuve-la-Guyard, qui possède la plupart des caractères mentionnés, mais se distingue par la présence d’une méthode de débitage par percussion directe tendre et une grande fréquence, parmi les pièces retouchées sur lame, de pièces à bords abattus.

• Second groupe : Néolithique ancien B

185Le Néolithique ancien B n’est représenté pour le moment que par le seul site de Passy/La Sablonnière. Ce dernier se distingue des séries précédentes par les éléments suivants :

  • la présence de grandes lames en silex tertiaire ;

  • l’accroissement des modules laminaires moyens, manifestation d’un moindre contrôle de la calibration des produits lors de la taille, qui va de paire, pour le débitage dans le silex local, avec un amoindrissement des opérations de préparation des nucléus ;

  • l’augmentation du taux de burins sur lame et la diversification de leur typologie (burins d’angle et burins d’axe) ;

  • la disparition, parmi les bitroncatures géométriques de la catégorie des armatures de flèche, des pièces trapézoïdales longues et courtes, et des triangulaires à retouche inverse rasante au profit de l’exclusivité des bitroncatures triangulaires sans retouche inverse rasante, pour les types sur lame, et des bitroncatures sur éclat ;

  • la baisse notable de la production laminaire, sensible, notamment, dans les faibles pourcentages des pièces retouchées sur lame parmi l’outillage sur produits de débitage ;

  • l’apparition, en grand nombre, de bitroncatures sur éclat (tranchets et armatures de flèche).

186Barbey/Le Chemin de Montereau sera provisoirement ajouté à ce groupe Néolithique ancien B, bien qu’il ne possède pas, loin s’en faut, tous les critères désignés. L’argument principal tient dans la présence sur ce site de ces grandes lames en silex tertiaire qui semblent être un caractère fondamental. D’autres indices, ténus, viendraient à l’appui de cette hypothèse : l’augmentation des modules moyens des lames en silex à grain fin, l’accroissement du pourcentage des burins sur lame ainsi qu’une typologie plus variée de ces derniers, et la baisse numérique des pièces retouchées sur lame. Ce dernier trait peut toutefois être rattaché aux spécificités fonctionnelles du site. Si la distinction entre le groupe A et le groupe B correspond à une séquence évolutive de l’industrie du Néolithique ancien local, Barbey/Le Chemin de Montereau pourrait représenter une étape de transition.

5.4.2 Industrie du silex et néolithisation

187Avant de mettre à l’épreuve l’hypothèse de la séquence évolutive de l’industrie du silex du Néolithique ancien, il faut s’arrêter un moment sur les relations entre mésolithiques et néolithiques au niveau local. Un des caractères du Néolithique ancien régional réside dans la dominance numérique des outils retouchés sur éclat qui existe déjà en contexte mésolithique à Noyen. Néanmoins, le problème de la néolithisation du sud-est du Bassin parisien est encore difficile à résoudre pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les caractères du Mésolithique restent délicats à généraliser même si les découvertes de Noyen et de Véron ont considérablement augmenté la documentation sur cette période (Mordant, Mordant 1989 ; 1992 ; Mordant 1992b ; Carré 1991). D’autre part, l’approche lithique apportera des renseignements partiels qui nécessiteront d’être corrélés avec les données sur l’approvisionnement carné, le mode d’implantation des sites, l’évolution de l’occupation du territoire, les datations radiocarbones (Marinval-Vigne, Mordant 1989). En ce qui concerne l’industrie du silex, et sur la base des connaissances acquises grâce aux fouilles de Noyen et de Véron, on peut néanmoins souligner les points suivants :

  • les trapèzes à retouche inverse plate n’existent pas, ni dans les couches supérieures de Véron (Carré 1991), ni dans l’occupation principale de Noyen où d’ailleurs les armatures sont très rares ; en revanche, la technique du microburin est attestée à Véron ;

  • l’occupation mésolithique principale de Noyen, datée entre 6400 et 6100 av. J.-C. (Gif-6989, sommet de la couche 9), est caractérisée par une importante proportion de débitage d’éclats parmi lesquels on rencontre essentiellement des grattoirs et des denticulés (Augereau 1989a) ; les rares lames associées ne semblent pas débitées par percussion indirecte ;

  • la couche 9 supérieure de Noyen appartenant au Mésolithique final présente, en revanche, une industrie de lames associée à une armature trapézoïdale à retouche abrupte (Augereau 1989a).

188La comparaison plus détaillée de l’industrie laminaire du Mésolithique final de Noyen et du Néolithique ancien régional montre que le Mésolithique de Noyen se caractérise par une production de lamelles selon des schémas opératoires peu standardisés. La détermination de la technique de taille, qui demande confirmation, s’oriente vers l’hypothèse d’une percussion directe, peut-être à la pierre tendre. À l’opposé, le premier Néolithique régional voit le développement d’une industrie laminaire standardisée par percussion indirecte. Ces données sont incompatibles avec l’idée d’une filiation technique entre Mésolithique et Néolithique sous l’angle des productions laminaires. Toutefois, la série de Noyen est très restreinte et les conclusions ne seront définitivement admises qu’en présence d’éléments de comparaison plus nombreux. Par ailleurs, la couche 9 supérieure est datée entre 5400 et 4990 av. J.-C. (Gif-6991), datations comparables à celles obtenues, par exemple, sur la structure 1 de la maison 1 de Balloy, appartenant au Néolithique ancien (5300/4900 av. J.-C.). Deux datations radiocarbones et quelques lames mésolithiques sont insuffisantes pour pousser la discussion plus loin. En effet, il est encore trop tôt, faute de données, pour envisager une contemporanéité, une coexistence, entre mésolithiques et néolithiques, les uns occupant de préférence le fond de la vallée (les mésolithiques de Noyen), les autres installés plus fréquemment dans les zones à couverture limoneuse telles que l’interfluve entre la Seine et l’Yonne, ou à quelques centaines de mètres du cours principal du fleuve.

189Malgré tout, la faible représentation numérique de l’industrie laminaire du Néolithique ancien régional, sa disparition précoce par rapport au nord-est du Bassin parisien notamment, et la prédominance du débitage d’éclats fournissant une industrie dominée par les grattoirs et les denticulés, trait existant dès le Mésolithique, montreraient que l’héritage technique danubien se manifeste comme un phénomène en surimpression plutôt que comme une pratique qui va prendre racine. Bien que partielles, ces données pourraient constituer un indice en faveur de l’assimilation rapide des populations mésolithiques.

5.4.3 Confrontations et traitement des données

190Pour vérifier l’hypothèse d’une séquence évolutive de l’industrie du silex du Néolithique ancien local, il est difficile de s’appuyer sur les données chronologiques, relatives ou absolues. En effet, les datations radiocarbones ne permettent pas de percevoir la périodisation du Rubané récent du Bassin parisien et des groupes dérivés. L’analyse céramique, quant à elle, tendrait à monter que certains sites du Néolithique ancien du sud-est du Bassin parisien, s’ils contiennent des éléments rubanés récents comme les motifs en T, les décors en chevrons, les formes en bombe, présentent également des matériaux évolués comme les décors digités, les bords encochés, etc. Selon les options des divers auteurs, ces documents sont interprétés soit comme des arguments appuyant l’hypothèse de la succession chronologique du Rubané récent du Bassin parisien et du Villeneuve-Saint-Germain (Constantin 1985 ; Constantin, Lasserre 1983), soit au contraire comme des indices en faveur de leur équivalence chronologique et culturelle (Duhamel, Prestreau 1988).

191Du point de vue des données lithiques, les caractères des industries du Néolithique ancien régional ont été confrontés avec ceux des groupes danubiens occidentaux (Rubané récent du Bassin parisien, Villeneuve-Saint-Germain, Omalien, groupe de Blicquy). Le Rubané alsacien n’a pas été pris en compte pour plusieurs raisons. La principale est que cette région est caractérisée par une grande rareté de la matière première siliceuse qui a obligé les néolithiques à s’approvisionner, directement ou indirectement, à plus ou moins longue distance. Cette contrainte donne à l’industrie du silex une configuration particulière qui se manifeste notamment dans une exploitation intensive et exhaustive des nucléus et dans des modules de débitage plus courts. Aussi, les caractères techno-morphologiques des productions sont différents en raison d’une contrainte externe et l’on a préféré, dans cet exercice de comparaison, se référer à des séries évoluant dans des conditions équivalentes sur le plan des ressources en silex. Toutefois, tous les auteurs s’accordent pour dire que ces industries se situent bien dans les habitudes danubiennes, notamment dans le caractère laminaire des productions, dans la typologie des armatures de faucille et de flèche, et dans l’abondance des pièces esquillées.

192Plusieurs techniques de traitements des données ont été utilisées afin de préciser les corrélations techno-typologiques entre ces groupes, pour mieux saisir l’origine des caractères danubiens de l’industrie du premier Néolithique de la région Seine-Yonne d’une part, et d’éclaircir les filiations entre les industries lithiques des groupes danubiens occidentaux d’autre part. Plutôt qu’une comparaison site à site, une démarche synthétique a été préférée : au travers de diverses publications, on a tenté de tirer les caractères généraux des industries de ces différents groupes culturels. Forcément réductrice, cette démarche a l’inconvénient de comporter un risque de simplification. Toutefois, elle permet de synthétiser les données, et ainsi de gommer les particularités de chaque site, source de bruit qui, à cette échelle d’analyse, n’ont pas de valeur culturelle sensible. L’étude a donc consisté dans un premier temps à ordonner les informations disponibles par groupes culturels à partir des sites publiés suivants :

  • Rubané récent du Bassin parisien : Cuiry-Iès-Chaudardes/Les Fontinettes (Plateaux 1981) ; Chassemy /Le Grand Horle (Plateaux 1990) ; Missy-sur-Aisne/Le Culot (Charrier 1986 ; Plateaux 1990) ; Menneville/Derrière le Village (Plateaux 1987 ; 1990) ; Berry-au-Bac/Le Chemin de la Pêcherie et La Croix Maigret (Demoule, Ilett 1978 ; Dubouloz et al. 1983 ; Plateaux 1990 ; Ilett, Plateaux 1995) ; Pont-Sainte-Maxence (Alix et al. 1997) ;

  • groupe de Villeneuve-Saint-Germain du nord du Bassin parisien : Trosly-Breuil (Diepeveen et al. 1992) ; Villeneuve-Saint-Germain/Les Grèves, Fontenoy/Le Barrage, Cys-la-Commune (Plateaux 1990) ; Longueil-Sainte-Marie/La Butte de Rhuis (Bostyn et al. 1993) ;

  • Omalien : Rosmeer (Ulrix-Closset, Rousselle 1982 ; Cahen et al. 1986 ; 1987) ; Blicquy-Ormeignies/Petite Rosière (Deramaix 1990) ; Aubechies/Coron Maton (Constantin et al. 1980) ; Liège/Place Saint-Lambert (Otte 1984) ; Omal (Cahen et al. 1986 ; 1987) ;

  • groupe de Blicquy : Blicquy/Couture de la Chaussée (Cahen, Van Berg 1979) ; Ormeignies/Dérodé du Bois de Monchy et Le Bois Blanc (Constantin et al. 1977 ; 1982) ; Irchonwelz/La Bonne Fortune (Constantin et al. 1978a ; 1978b ; Cahen étal. 1986 ; 1987) ; Vaux-et-Borset (Caspar, Burnez-Lanotte 1994).

193Quant aux séries du Néolithique ancien du sud-est du Bassin parisien, elles ont été réparties, comme on l’a déjà évoqué, en deux groupes qui pourraient correspondre à au moins deux stades évolutifs :

  • groupe A : Balloy/Les Réaudins, Barbey/Le Buisson Rond, Passy/Les Graviers et Villeneuve-la-Guyard/les Falaises de Prépoux : ces sites représenteraient une étape ancienne du Néolithique ancien régional rattachée au Rubané final ;

  • groupe B : Barbey/Le Chemin de Montereau et Passy/La Sablonnière ont été réunis car ils comportent, dans l’industrie laminaire, des éléments contrastant avec certains traits du groupe précédent, comme la présence de grandes lames en silex tertiaire, une augmentation des burins sur lame et une diversification de leur typologie, et une baisse de la calibration des produits laminaires en silex local. Ils constitueraient par ailleurs une séquence plus récente du Néolithique ancien régional : Barbey se situerait dans le plein développement du groupe de Villeneuve-Saint-Germain et Passy/La Sablonnière dans une étape finale. Les bitroncatures sur éclat de Passy/La Sablonnière, caractères a priori non danubiens, ont été éliminés de l’analyse. Elles sont de surcroît beaucoup trop discriminantes.

194L’ensemble des caractères par groupes a été reporté dans le tableau LXXI. Son examen détaillé montre tout d’abord que le Néolithique ancien du groupe A partage de nombreux points communs avec le Rubané récent du Bassin parisien, tel que défini dans la vallée de l’Aisne : techniques laminaires et, plus précisément, taille de lames courtes, également caractéristiques de l’Omalien. D’un point de vue typologique, ils possèdent l’un et l’autre les armatures de flèche sur bitroncature trapézoïdale longue et sur bitroncature trapézoïdale courte, ainsi que les armatures de faucille sur bitroncature trapézoïdale. En revanche, le Néolithique ancien du groupe A comporte des originalités comme l’abondance de grattoirs et de denticulés sur éclat.

TABL. LXXI
Comparaison des industries lithiques des groupes danubiens occidentaux. (0 : caractère absent ; 1 caractère présent). Ces données ont été utilisées pour calculer les indices de similarité entre ces groupes et pour effectuer une analyse dadistique.

195Toujours d’après ce même tableau, le Néolithique ancien B du sud est du Bassin parisien et le Villeneuve-Saint-Germain, notamment celui localisé dans le nord du Bassin parisien (vallée de l’Aisne et de l’Oise) montrent de nombreuses similitudes :

  • on enregistre tout d’abord dans les deux régions un accroissement des modules des produits laminaires ;

  • la taille du silex tertiaire existe dans les deux cas ; dans sud-est du Bassin parisien, cette matière première arriverait soit sous forme de produits finis, soit débitée par des individus autres que les consommateurs locaux, alors qu’elle fait l’objet d’un débitage sur les habitats situés dans les zones d’affleurements tertiaires du Ludien et du Lutétien de la vallée de l’Aisne (Plateaux 1990 ; Blanchet et al. 1989) ;

  • parmi les outils retouchés sur lame, on note le nombre grandissant des burins et leur diversification typologique ; les armatures de flèche présentent plus rarement des retouches inverses rasantes et l’on voit l’apparition des premières armatures sur éclat ;

  • enfin, dans le sud-est et le nord du Bassin parisien, l’importance numérique des outils retouchés sur lame diminue au profit d’une progression des grattoirs et des denticulés sur éclat.

196Ce parallélisme des caractères lithiques Rubané récent/ Néolithique ancien du groupe A, puis Villeneuve-Saint-Germain du nord du Bassin parisien/Néolithique ancien du groupe B, amène à formuler l’hypothèse d’une évolution équivalente des industries lithiques de ces deux régions.

197Dans les zones intermédiaires, comme le nord de la Seine-et-Marne, le Gâtinais, le Val-d’Oise, les étapes initiales du Néolithique ancien semblent manquer et les sites seraient plutôt à mettre en situation avec le groupe Néolithique ancien B/Villeneuve-Saint-Germain du nord. Ainsi, à Courcelles-sur-Viosne (Degros et al. 1984), il existe quelques grandes lames très régulières en « silex brun ». À Jablines/La Pente de Croupeton (Bostyn et al. 1991), dont la céramique est proche de celle de Barbey/Le Chemin de Montereau et est rattachée au groupe de Villeneuve-Saint-Germain, les lames sont de grandes dimensions et les auteurs avancent l’hypothèse de la percussion indirecte pour leur débitage. Si la matière première préférentiellement taillée est celle issue des formations bartoniennes proches, on trouve une proportion non négligeable de pièces en silex « bleu » à patine blanche « très lisse au toucher », qui pourrait correspondre au silex à grain fin. En outre, les outils retouchés sur éclat (74 %) sont majoritaires par rapport aux outils sur lame (26 %) avec une forte proportion de burins parmi les lames et de grattoirs et denticulés parmi les éclats. Enfin, on rencontre les mêmes types de flèches et d’armatures de faucille.

198Plus au sud-ouest, le site d’Échilleuses (Simonin 1985 ; 1988) offre les mêmes caractéristiques : présence d’un silex à grain fin, grandes lames en silex tertiaire probablement débitées par percussion indirecte, abondance des burins parmi les pièces retouchées sur lame, fréquence des grattoirs et des denticulés sur éclat, même typologie des faucilles et des armatures de flèche (à l’exception des armatures tranchantes à base encochée qui n’existent pas dans le secteur Seine-Yonne). Ces dernières sont présentes, en revanche, à Vaux-et-Borset dans le groupe de Blicquy (Caspar, Burnez-Lanotte 1994).

199Quant au Villeneuve-Saint-Germain de l’ouest, présent en Normandie et en Bretagne, là encore les mêmes particularités peuvent être mises en évidence. Ainsi, à Jort dans le Calvados (Chancerel et al. 1992), à Léry et à Poses dans l’Eure (Bostyn et al. 1997, Bostyn 1994), l’outillage sur éclat domine avec grattoirs et denticulés. Parmi l’outillage sur lame, les burins sont abondants. Les importations de lames en silex tertiaire existent. Seul le site de Léry, probablement le plus récent dans la séquence du Villeneuve-Saint-Germain local, comporte des tranchets. Quant au Villeneuve-Saint-Germain breton, illustré par le site de Saint-Étienne-en-Coglès en Ille-et-Vilaine (Cassen et al. 1998), les caractères de son industrie lithique ne dérogent pas aux règles des productions du groupe de Villeneuve-Saint-Germain, bien que la pénurie de matière première de bonne qualité dans la région lui confère certaines particularités, notamment dans la dominance de la production laminaire : longues lames en silex importé, importance des burins.

200Les sites du Néolithique ancien du groupe B (Passy/La Sablonnière et Barbey/Le Chemin de Montereau) paraissent donc comporter de nombreux points communs, pour ce qui est de l’industrie lithique, avec les sites du Villeneuve-Saint-Germain du Bassin parisien. Cette homogénéité s’accompagne d’une diversification de l’implantation des habitats (Lanchon 1984 ; Manolakakis 1985). Une légère augmentation du taux d’animaux chassés et notamment du gros gibier, dont la chasse est attestée à Jablines, reste à vérifier sur les autres sites. L’ensemble de ces données indiquerait qu’à cette période, le groupe humain commence à exploiter les territoires environnants. La circulation du silex tertiaire, que l’on peut attribuer à des tailleurs itinérants, et la structure générale de la production des outillages ont probablement accompagné cette ouverture sur un espace plus large. L’industrie du silex du Néolithique ancien du groupe A partage de nombreux traits avec celle du groupe de Blicquy mais s’en distingue par d’autres (hypothèse des lames par pression du groupe de Blicquy, entre autres). Néanmoins, avec Passy/La Sablonnière et Barbey/Le Chemin de Montereau, les ressemblances sont plus étroites : tendance à l’allongement des modules laminaires, taux comparables de burins sur lame, et de grattoirs et denticulés sur éclat, typologie similaire des éléments de faucilles et des armatures de flèche. Les lames en silex tertiaire sont également mentionnées dans les corpus blicquyens, notamment à Vaux-et-Borset (Caspar et al. 1989 ; Caspar, Burnez-Lanotte 1994) et dans certains sites du Hainaut (Constantin et al. 1991). Elles semblent d’ailleurs y parvenir sous forme de produits finis. Comme avec le secteur Seine-Yonne, on peut donc envisager des relations d’ordre économique entre le Hainaut et le Bassin parisien. Cette donnée renforce l’idée d’une communauté entre Villeneuve-Saint-Germain et groupe de Blicquy. Il faut signaler au passage que, dans cette hypothèse, l’idée d’une contemporanéité de l’Omalien et du groupe de Blicquy et, par extension, du Rubané récent du Bassin parisien et du Villeneuve-Saint-Germain, est difficilement soutenable.

201Si l’idée d’une évolution parallèle des industries lithiques des groupes danubiens occidentaux semble plausible, il convient à présent de mettre à l’épreuve cette hypothèse par l’utilisation de techniques de traitement de données. Deux ont été appliquées sur les éléments réunis dans le tableau LXXI : le calcul des similarités globales et l’analyse cladistique.

5.4.3.1 Indice des similarités globales entre les industries lithiques des groupes danubiens occidentaux

202Sur la base des informations données par le tableau LXXI, les indices de similarité globale (indices de Dice) entre les industries comparées ont été calculés. Les résultats donnent la matrice du tableau LXXII.

TABL. LXXII
Indices de similarités entre les industries lithiques des groupes danubiens occidentaux.

203Les indices de similarité sont assez forts, aucun n’étant inférieur à 0,45. Une communauté s’observe donc dans les productions lithiques de l’ensemble ces groupes. D’après les divers auteurs (Plateaux 1981 ; Cahen et al. 1986 ; 1987), ces industries s’inscrivent dans la lignée, enrichie de caractères évolués, des séries de la Céramique linéaire de Rhénanie (Löhr, Zimmermann 1977 ; Dohrn-Ihmig 1979) –surtout Müddersheim (Schietzel 1965)– du Limbourg hollandais (Bohmers, Bruijn 1958-1959 ; Newell 1970) et du Rubané d’Alsace (Thévenin et al. 1978 ; Sainty et al. 1984 ; Mauvilly 1997). Il semblerait que l’on puisse parler de phylum entre ces diverses industries et, du point de vue de l’industrie lithique, l’idée de tradition technique commune pour l’ensemble des groupes danubiens occidentaux est donc légitime. Le secteur Seine-Yonne n’échappe pas à cette tradition mais avec des caractéristiques régionales marquées.

204La représentation graphique des similarités donne l’arborescence de la figure 73. Sur l’arbre, l’Omalien est isolé des autres groupes. Plus précisément, il constitue l’ensemble rubané qui montre le plus de différences lithiques avec le Néolithique ancien A du secteur Seine-Yonne, avec un indice de similarité égal à 0,65. Quelque trois cents ans plus vieux, il présente encore des éléments archaïques (armatures de flèche symétriques notamment, modules des éléments de faucilles...). Il comporte en outre des particularités techniques très marquées dans la séquence de réduction des nucléus à lames (réfection des angles de chasse par tablettes complètes, nucléus à lames sur éclat). Cependant, il faut noter que les modalités techniques du débitage laminaire de certains sites du Rubané belge, notamment Rosmeer (Ulrix-Closset, Rousselle 1982), et celles du Néolithique ancien A convergeraient.

205En revanche, l’arborescence montre que le groupe de Blicquy est placé sur l’embranchement qui réunit les autres ensembles. L’indice entre ce groupe et le Néolithique ancien A est d’ailleurs légèrement plus élevé (0,70) et le tableau LXXI révèle qu’il en paraît particulièrement proche par beaucoup d’aspects significatifs : modes de préparation des nucléus à lames, modes de préparation et d’entretien des plans de frappe, typologie des bitroncatures de type flèche, etc. Le trait le plus frappant réside sans doute dans le taux comparable de pièces retouchées sur éclat (près de 70 % pour le groupe de Blicquy) et dans la représentation des principales classes d’outils sur éclat, les grattoirs et les denticulés. Cependant, un rapprochement direct peut difficilement être établi sur cette base. Les industries sur éclat à dominance de grattoirs et de denticulés sont, dans le sud-est du Bassin parisien, une caractéristique ancienne puisqu’elles existent dès le Mésolithique (occupation de berge de Noyen). Par conséquent, l’importance des grattoirs et des denticulés sur éclat dans ces deux entités serait plutôt à interpréter comme une convergence dont une origine techno-économique similaire n’est néanmoins pas à exclure.

206Toutefois, le groupe de Blicquy constitue une branche distincte sur l’arbre. Il se démarque en effet par plusieurs points fondamentaux. Outre les « quartiers d’orange » et les polyèdres, absents des corpus Villeneuve-Saint-Germain et du Néolithique ancien du sud-est du Bassin parisien et qui apparaissent comme des caractéristiques locales, c’est la qualité du débitage laminaire, particulièrement élaborée, donnant des lames aux modules élevés qui présente le trait le plus divergent. Une différence de qualité dans les matières premières siliceuses est insuffisante pour expliquer ces disparités puisque, dans le secteur Seine-Yonne, le Néolithique ancien B voit le développement des grandes lames.

207Si l’on exclut la forte similarité entre le Néolithique ancien A et B du sud-est du Bassin parisien (0,81), l’un semblant issu de l’autre, c’est en définitive avec le Rubané récent du nord du Bassin parisien que l’indice de similarité du Néolithique ancien A du sud est le plus élevé (0,79), et la représentation graphique les regroupe. En effet, ils réunissent sans conteste le maximum de ressemblances :

  • dans les modalités des débitages laminaires, avec notamment les deux styles de débitage dont un très régulier ;

  • dans la typologie et la représentation des principales classes et types d’outils retouchés sur lame (grattoirs, troncatures et bitroncatures de type faucille et flèche, burins).

208Mais le tableau LXXI montre que le Néolithique ancien A du sud-est du Bassin parisien comporte des particularités :

  • les bitroncatures type armatures de faucille en segment de cercle seraient absentes ailleurs (ce point reste néanmoins à vérifier) ;

  • les pièces esquillées, outil retouché principal dans le Rubané récent de l’Aisne, y sont très rares ;

  • l’ensemble de l’industrie est numériquement dominé par les pièces retouchées sur éclat, au contraire des ensembles rubanés récents.

209Pour finir, l’accent sera mis sur l’indice de similarité particulièrement fort (0,90) entre le Néolithique ancien B du sud-est du Bassin parisien et le Villeneuve-Saint-Germain du nord. Ceci étayerait l’hypothèse, déjà évoquée, d’une évolution parallèle des industries lithiques du Néolithique de ces deux secteurs.

210En conclusion, le calcul des similarités globales rapproche nettement le Néolithique ancien A du secteur Seine-Yonne du Rubané récent du nord du Bassin parisien. C’est surtout sur la base des caractéristiques de l’industrie laminaire que ce rapprochement peut être effectué. Car cette parenté, si elle est bien réelle, est limitée par les spécificités de l’industrie de l’éclat, propre au secteur Seine-Yonne.

211Cette première approche comparative des industries lithiques du Néolithique ancien du Bassin parisien et ses abords est fondée sur le calcul d’un indice de similarité globale qui ne hiérarchise pas les caractères. On verra, dans le paragraphe suivant, qu’une analyse cladistique sur les mêmes données permet de mieux cerner les degrés de filiation entre ces groupes culturels et nuance fortement les interprétations.

5.4.3.2 Approche cladistique

212Un autre type d’analyse a été entrepris sur les mêmes données que le précédent : une analyse cladistique, méthode mise au point en systématique phylogénétique. Le grand avantage de l’analyse cladistique est qu’elle rend mieux compte des « innovations » ou, pour parler en terme de systématique, des « évolutions partagées de caractères », au contraire du calcul des proximités globales qui ne hiérarchise pas les caractères. Le tableau LXXI a donc été rentré dans le programme Hennig 86 (cfi supra § 4.5.2) fondé sur le « principe de parcimonie », qui consiste à choisir le modèle se référant à la plus petite quantité d’information non prouvée pour l’expliquer (en d’autres termes le modèle le plus simple, faisant appel au minimum de dichotomies).

213Comparé à l’arbre obtenu en calculant les indices de similarité (fig. 73), on constate que le cladogramme (fig. 74) dessine trois branches principales : le Rubané de Belgique (Omalien), le Rubané récent du Bassin parisien et l’ensemble Villeneuve-Saint-Germain/Blicquy. Il isole l’Omalien et le Rubané récent du Bassin parisien du reste. Si l’Omalien présente des particularités fortes (« entretien des angles de chasse par tablettes épaisses », « nucléus à lames sur éclat », « armatures de flèche symétriques », caractères 5, 14 et 15 du tableau LXXI), le Rubané récent du Bassin parisien n’en possède qu’une (caractère 28 : « pièces esquillées sur lame »). Il en résulte que sur le cladogramme l’Omalien est un groupe bien individualisé alors que le Rubané récent du Bassin parisien présente une structuration beaucoup moins nette. Ces deux groupes possèdent toutefois des caractéristiques qui tendent à les rapprocher.

FIG. 73
Représentation graphique des indices de similarité entre les industries lithiques des groupes danubiens occidentaux.

FIG. 74
Cladogramme montrant les relations des industries lithiques des groupes danubiens occidentaux. Les « innovations partagées » sont notées par un cercle noir, les caractères propres à chaque groupe par un cercle gris. Signification des caractères reportés sur l’arbre : 1 taille des silex tertiaires ; 3 plans de frappe lisses ; 4 plans de frappe par enlèvements centripètes ; 5 entretien des angles de chasse par tablettes épaisses ; 6 entretien des angles de chasse par tablettes obliques ; 9 technique de débitage par percussion indirecte ; 10 technique de débitage par pression ; 12 modules laminaires courts ; 13 modules laminaires élevés ; 14 nucléus à lames sur éclat ; 15 armatures de flèche symétriques ; 17 armatures de flèche asymétriques triangulaires sans retouche inverse rasante ; 19 armatures de flèche trapézoïdales courtes ; 20 armatures tranchantes à base encochée ; 21 armatures de flèche sur éclat ; 23 faucilles sur troncature oblique à dos ; 27 burins d’axe sur lame ; 28 pièces esquillées sur lame ; 30 grattoirs sur éclat ; 33 polyèdres (cf. tabl. LXXI pour l’ensemble des caractères utilisés pour l’analyse).

214Par contraste avec les groupes précédents, le second nœud rassemble le Néolithique ancien A du sud-est du Bassin parisien, le groupe de Blicquy, le Néolithique ancien B du sud-est du Bassin parisien et le Villeneuve-Saint-Germain du nord. Le programme justifie ce regroupement par des particularités communes qu’il considère comme des innovations (caractères apomorphes des systématiciens) : « faucilles sur troncatures obliques à dos », caractère 23 ; « grattoirs sur éclat », caractère 30. Le caractère 17 (« armatures de flèche asymétriques triangulaires sans retouche inverse rasante ») est une caractéristique commune au Néolithique ancien A et B du sud-est du Bassin parisien et au Villeneuve-Saint-Germain du nord du Bassin parisien. Il serait cependant absent dans le groupe de Blicquy.

215De même, le groupement supérieur (le groupe de Blicquy, le Néolithique ancien B du sud-est du Bassin parisien et le Villeneuve-Saint-Germain du nord) est expliqué par les innovations suivantes : « modules laminaires élevés » et « burins d’axe sur lame » (caractères 13 et 27). Le Blicquy s’individualise par la technique de débitage par pression (caractère 10). Toutefois, comme cela a déjà été dit, l’identification de cette modalité de détachement des produits n’est pas certaine : le matériel princeps mériterait d’être revisité conjointement à la réalisation de tests expérimentaux sur le matériau original.

216Enfin, le regroupement Néolithique ancien B du sud-est du Bassin parisien/Villeneuve-Saint-Germain du nord est fondé sur la « Taille des silex tertiaires » (caractère 1) et les « Armatures de flèche sur éclat » (caractère 21). Le Villeneuve-Saint-Germain du nord est bien défini par l’apparition des armatures tranchantes à base encochée (caractère 20).

217L’analyse cladistique semble donc confirmer l’évolution entrevue avec des méthodes plus classiques. En effet, les critères considérés comme déterminants dans l’étude typo-technologique traditionnelle sont désignés par l’analyse comme des caractères apomorphes, replacés ainsi dans le temps et dans l’espace, c’est-à-dire dans une dimension historique.

218Ainsi, d’après la matrice des similarités globales, le Néolithique ancien A se trouvait aux côtés du Rubané récent du Bassin parisien et de l’Omalien. Mais l’analyse cladistique montre que, s’il contient encore des caractères archaïques comme les modules laminaires courts, les burins d’angle, et les armatures de flèche trapézoïdales longues et courtes –qui le placent, sur le cladogramme, à proximité du Rubané récent du Bassin parisien et de l’Omalien– il comporte déjà des éléments caractéristiques des autres groupes : armatures de flèche asymétriques triangulaires sans retouche inverse rasante, faucilles sur troncatures obliques à dos, et grattoirs sur éclat. Ce dernier caractère paraît, dans la région, comme une caractéristique ancestrale. Mais rien n’empêche de penser que le sud-est du Bassin parisien renferme en son sein les germes d’une évolution « naturelle » des industries lithiques que les régions proches adopteront progressivement par la suite, peut-être sous l’impulsion de dynamiques différentes : la généralisation des industries sur éclat à dominance de grattoirs.

219D’autre part, la cladistique renforce l’idée d’une progression parallèle des industries lithiques du Néolithique ancien du groupe B du sud-est et du Villeneuve-Saint-Germain du nord en mettant en évidence les « évolutions partagées » suivantes : apparition des burins d’axe sur lame, élévation des modules laminaires puis développement de la taille du silex tertiaire, et éclosion des armatures de flèche sur éclat.

220Il manque toutefois un enracinement des différents ensembles qui consiste, en systématique, en la recherche du degré de parenté des groupes avec « l’ancêtre commun », en l’occurrence le Danubien. C’est pourquoi il faudrait représenter les résultats sous la forme d’une trifurcation. De ce fait, des investigations supplémentaires sont nécessaires en incluant les données de l’ensemble des industries danubiennes au sens large.

221Cet essai, dont les cladistes jugeraient, à raison, qu’il mérite d’être amélioré en discutant tous les critères un à un, permet cependant de préciser les résultats du simple calcul des proximités globales. Il autorise à formuler l’hypothèse selon laquelle les industries lithiques du Néolithique ancien A du sud-est du Bassin parisien, si elles restent proches des groupes archaïques comme le Rubané récent du Bassin parisien, révèlent l’apparition d’innovations marquantes qui vont se généraliser à l’ensemble du Bassin parisien par la suite. Cette conclusion, conforme aux positions de C. Constantin (1985) sur la typologie céramique, a l’intérêt d’être formalisée grâce à l’analyse cladistique.

5.4.4 Proposition pour l’évolution de l’industrie du silex

222Pour terminer cette étude sur l’industrie du silex du Néolithique ancien du sud-est du Bassin parisien, nous proposons la séparation en trois étapes (pour le moment encore hypothétiques) de l’évolution de cette industrie.

2231 – Une première étape du Néolithique ancien avec les sites de Balloy/Les Réaudins, Passy/Les Graviers, Barbey/Le Buisson Rond et Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux serait à rapprocher du Rubané final, tel que défini par C. Constantin et M. Ilett (1997). C’est à cette période que s’installe la structure de production des outillages tendant vers « l’économie des matières premières » qui définira toute la séquence jusqu’à la transition avec le groupe de Cerny. Les caractéristiques de l’industrie laminaire (débitage par percussion indirecte de petites lames, existence de deux styles de débitage dont un plus régulier, typologie des armatures de flèche et de faucille, etc.) se rapprochent de celles du Rubané récent du nord du Bassin parisien. Cependant, les pratiques de taille régionales (héritées des populations mésolithiques ?) restent prépondérantes, comme l’industrie sur éclat à forte proportion de grattoirs et de denticulés. Par ailleurs, ce groupe comporte déjà des caractères absents des corpus rubanés récents, comme les troncatures obliques à dos de la catégorie des armatures de faucille et les bitroncatures triangulaires sans retouche inverse rasante de la catégorie des flèches, qui tendront à se répandre dans l’ensemble du Bassin parisien par la suite. Non seulement ces résultats confortent l’hypothèse émise par C. Constantin et M. Ilett d’un Rubané final bien représenté dans le sud-est du Bassin parisien, mais ils montrent également que cette étape se caractérise par une industrie lithique spécifique. D’autres sites de l’Yonne, comme Armeau (Nougier, Champault 1953 ; Parruzot 1957), Champlay (Merlange 1982) et Charmoy (Carré 1982a ; 1982b), peuvent être intégrés à cet horizon – bien qu’une étude techno-typologique détaillée n’ait pas encore été engagée. Ils ont la même proportion d’outils retouchés sur éclat par rapport aux outils retouchés sur lame, les mêmes types de bitroncatures géométriques et de troncatures (armatures de flèche et de faucille), etc. Mais l’absence d’analyses précises interdit de pousser plus loin les comparaisons. Il faut tenir compte également des spécificités de Villeneuve-la-Guyard. Ce site se distingue des autres séries par plusieurs aspects : faiblesse des grattoirs sur lame et sur éclat, abondance des burins et des lames et lamelles à bords abattus, etc. Mais c’est surtout dans la mise en œuvre d’une méthode de débitage laminaire par percussion directe tendre dans le silex local que Villeneuve diffère des autres. Globalement, la préparation des blocs est moins élaborée et la conduite du plein débitage s’en trouve modifiée (forte inclinaison des plans de frappe) donnant lieu à des produits laminaires moins standardisés et moins réguliers. Ce type de taille évoquant dans une certaine mesure la modification des méthodes laminaires sensible à Passy/La Sablonnière, Villeneuve-la-Guyard pourrait représenter un foyer d’innovations techniques précoces qui se généraliseront plus tard. Cette hypothèse va dans le même sens que l’attribution de Villeneuve-la-Guyard par certains auteurs à une « étape formative » du groupe de Villeneuve-Saint-Germain (Constantin et al. 1995).

2242 – L’étape moyenne du Néolithique ancien ne serait malheureusement représentée que par un seul site, Barbey/Le Chemin de Montereau. Les résultats de l’étude de cette série ne peuvent donc être généralisés. Ils sont ici exposés à titre d’hypothèse. Dans l’état actuel de la recherche, l’analyse de Barbey/Le Chemin de Montereau, qui se situerait, d’après les éléments céramiques, dans le plein développement du groupe de Villeneuve-Saint-Germain, montre plusieurs différences par rapport aux sites du groupe précédent : présence de grandes lames en silex tertiaire, augmentation des modules laminaires moyens en silex à grain fin, accroissement du taux des burins parmi les outils retouchés sur lame et diversification de leur typologie, et baisse du pourcentage de supports laminaires parmi l’outillage retouché. La présence des grandes lames en silex tertiaire montrerait que l’organisation de la production lithique se complexifie avec l’approvisionnement en produits finis dans ce silex exogène, témoignant de contacts avec les groupes à proximité des affleurements éocènes. D’autre part, la spécialisation technique d’une partie de l’activité de taille, suggérée par le faible nombre de pièces de haute technicité, dans des matériaux allochtones ou rares (silex tertiaire et silex à grain fin) s’accompagnerait d’une spécialisation spatiale intrasite à partir de laquelle on peut supposer une redistribution des produits intra- et interhabitats et, peut-être, une spécialisation techno-économique. Cette organisation de la production lithique laisserait sous-entendre l’existence de réseaux de relations socio-économiques à l’échelle locale, régionale, voire lointaine. De ces rapports à longue distance (révélés par les modes d’approvisionnement en produits siliceux mais dont l’échange de silex ne fut pas forcément le moteur) semble résulter une certaine cohérence de l’industrie du silex à cette période dans tout le Bassin parisien auquel on peut rattacher, avec certaines réserves, l’ensemble blicquien du Hainaut belge.

2253 – Enfin, l’étape finale du Néolithique ancien serait présente à Passy/La Sablonnière, site rapporté à l’extrême fin du groupe de Villeneuve-Saint-Germain. Les mêmes réserves peuvent être évoquées sur le risque de généralisation des résultats à partir de ce seul site. Toutefois, on constate que si l’organisation de la production évoquée au paragraphe précédent persiste, on relève déjà l’apparition de certains traits caractéristiques des périodes suivantes comme les armatures de flèche tranchantes sur éclat ou les grandes bitroncatures (tranchets). L’industrie laminaire dans le silex local subit une évolution qualitative et quantitative (moins bonne standardisation des lames, baisse notable du taux de supports laminaires parmi les pièces retouchées, etc.) suggérant les prémices de la désaffection progressive pour cette méthode de débitage qui se confirmera dans les périodes suivantes. Passy/La Sablonnière pourrait représenter un stade de transition entre les sites du Néolithique ancien, fortement marqués par la technique danubienne de l’Europe occidentale, et le Cerny où s’accomplira définitivement la rupture avec la technique danubienne. De plus, quelques éléments nouveaux parmi l’outillage retouché sur éclat (bitroncatures sur éclat) annoncent déjà certains traits spécifiques du Néolithique moyen I (groupe de Cerny). Car, si une bonne partie de la technologie du silex du Néolithique ancien de l’ensemble du Bassin parisien montre une filiation avec celle de la sphère danubienne occidentale, le sud-est se démarquera nettement du nord dès les débuts du Néolithique moyen.

226Il reste un dernier problème à aborder : les relations du Néolithique ancien du Bassin parisien avec le courant méditerranéen. Cette question a fait l’objet d’un colloque à Liège en 1988 (Rubané et Cardial) et la littérature archéologique est ponctuée par l’évocation de possibles contacts entre les populations du nord et du sud de la France.

227L’essentiel des hypothèses se fonde sur les constatations de parenté morphologique, stylistique et parfois technique d’éléments céramiques (Lichardus-Itten 1986 ; Roussot-Larroque et al. 1987 ; Van Berg 1990). On a également invoqué des analogies dans certaines techniques de retouche des armatures de flèche (Roussot-Larroque, Thévenin 1984) et dans l’hypothétique débitage par pression du Blicquy qui trouverait un parallèle dans le Chasséen méridional (Van Berg 1990).

228Les rapprochements céramiques sont légitimes si l’on admet que la poterie constitue un vecteur de l’identité culturelle visible et ostentatoire (notion de « signe » de C. Lévi-Strauss, 1973). Mais les comparaisons directes à si longue distance dans le domaine du lithique sont plus ardues. D’un point de vue technologique tout d’abord, la reconstitution des chaînes opératoires, mêmes si elle peut mettre en évidence des styles se rapportant à une culture, est un travail sur les manières d’obtenir tel objet et non sur l’objet lithique lui-même, vecteur potentiel et ostentatoire de l’identité culturelle au même titre que le vase. D’autre part, les contraintes inhérentes aux matières premières locales confèrent aux industries des originalités propres dans les modalités de débitage, mêmes si les techniques sont comparables. Ainsi, aucune particularité commune flagrante entre les méthodes de débitage et leurs produits des groupes danubiens occidentaux et des groupes méridionaux ne saute aux yeux, comme par exemple la similitude évidente dans le débitage laminaire du Grand Pressigny et celui des ateliers de Vassieux-en-Vercors pour une période plus récente : les analogies sont seulement du domaine du possible et peuvent ressortir de convergences. On objectera que les technologies du Néolithique ancien, du Rubané récent, du groupe de Blicquy ont été directement comparées. Mais la distance géographique séparant ces groupes est moins grande et le contexte culturel, justifié par l’étude céramique, est proche : il s’agit des groupes danubiens occidentaux. D’autre part, leur affinité est largement créditée par les données de l’architecture, des pratiques funéraires et de l’économie, et les analogies dans le lithique sont manifestes.

229C’est donc plutôt vers la composition globale de l’outillage retouché, les proportions des différentes classes d’outils et la typologie qu’il faut se tourner pour comparer efficacement, à longue distance, le lithique du nord et du sud. À ce sujet, rien de définitif ne peut, pour le moment, être avancé. Des investigations poussées s’avèrent indispensables, notamment dans les régions intermédiaires (vallée du Rhône, Bourgogne, Aquitaine, etc.). Ainsi, on pourra espérer, de proche en proche et sur la base d’une comparaison techno-typologique solide de l’industrie lithique, percevoir les convergences et les corrélations (ou leur absence) entre les courants danubien et méditerranéen.

Notes

1 – Quelques éclats, retouchés ou non, en silex tertiaire et en silex à grain fin proviendraient des phases de préparation de blocs pour la taille laminaire plutôt que des débitages d’éclats indépendants dans ces matières premières exogènes.

2 – On fera remarquer que, comme pour les autres séries du Néolithique ancien, les produits laminaires en silex exogènes du Chemin de Montereau sont globalement plus réguliers que ceux en silex local.

3 – Sauf une seule pièce à Villeneuve-la-Guyard, qui peut parfaitement être intrusive étant donné que le site comporte également une occupation Cerny-Barbuise.

Table des illustrations

Légende TABL. XLVI Répartition par matière première des restes et des produits de la taille laminaire dans le Rubané.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 22 Angle à la corniche des lames brutes et retouchées du Rubané (tous silex).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 23 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), habitat rubané : industrie laminaire : nucléus, lames à crête, lames brutes. 1-469 lames brutes ; 5 lame à crête ; 78 nucléus à lames.  pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende TABL XLVII Codes opératoires des lames à trois pans de Passy/Les Graviers.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 25 Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : industrie laminaire en silex local : restes de débitage et lames brutes. 1-3 microburins ; 48 éclats de préparation de plan de frappe ; 1214 lames à crête ; 13 tablette ; 5-79-11 lames brutes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 26 Représentation des modes de préparation des nucléus à lames en silex local du Rubané.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 27 Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : nucléus à lames en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 28 Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : industrie laminaire en silex à grain fin : restes de débitage et lames brutes. 1 éclat de préparation de crête ; 2 éclat de préparation de plan de frappe ; 3 lame à crête ; 4-11 lames brutes ; 12 tablette.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 29 Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : nucléus à lames en silex à grain fin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 30 Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux (Yonne), habitat rubané : nucléus à lames, silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 31 Classifications des longueurs des lames brutes et retouchées en silex local et en silex à grain fin des sites du Rubané.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende TABL. XLVIII Comparaison des distributions des angles à la corniche des lames de Passy/Les Graviers et de Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux en utilisant le test de Kolmogorov-Smirnov (lames brutes et retouchées, tous silex). = plus grand des écarts entre les fréquences cumulées des deux échantillons.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 32 Classifications des largeurs des lames brutes et retouchées en silex local et en silex à grain fin des sites du Rubané.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 33 Classifications des épaisseurs des lames brutes et retouchées en silex local et en silex à grain fin des sites du Rubané.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende TABL. XLIX Comparaison des épaisseurs moyennes des lames brutes en silex local et en silex à grain fin du Néolithique ancien. t = rapport de la différence des moyennes (m), à son erreur standard (Sd) v = variances
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 34 Dispersion de la longueur par la largeur des lames brutes et retouchées en silex local et en silex à grain fin des sites du Rubané. R = coefficient de corrélation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 35 Dispersion de la longueur par l’épaisseur des lames brutes et retouchées en silex local et en silex à grain fin des sites du Rubané. R = coefficient de corrélation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 36 Dispersion de la largeur par l’épaisseur des lames brutes et retouchées en silex local et en silex à grain fin des sites du Rubané. R = coefficient de corrélation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende TABL. L Indices qualitatifs des produits laminaires. A nombre de lames à bords parallèles rectilignes/nombre de lames à bords sinueux ; B nombre de lames à nervures rectilignes/nombre de lames à nervures sinueuses ; C nombre de lames à trois pans/nombre de lames à deux pans ; D nombre de lames sans cortex/nombre de lames à pan cortical.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende TABL. LI Distribution des principales classes des pièces retouchées sur lame par type de silex dans le Rubané.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 37 Classifications des longueurs de quelques lames retouchées des sites du Rubané (tous silex).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 38 Classifications des largeurs de quelques lames retouchées des sites du Rubané (tous silex).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 39 Classifications des épaisseurs de quelques lames retouchées des sites du Rubané (tous silex).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 40 Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : industrie laminaire : grattoirs. pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende TABL. LII Classification des pièces retouchées sur lame (Rubané).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 41 Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux (Yonne), habitat rubané : industrie laminaire : bords abattus, perçoirs, lames à retouche marginale. 1-5 lamelles à bords abattus ; 6, 7 lames à bords abattus ; 8‑10, 12 perçoirs ; 11, 13‑15 lames à retouche marginale. ★ pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende TABL. LIII Typologie des troncatures et des bitroncatures sur lame de la catégorie des armatures de faucille (Rubané).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 42 Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux (Yonne), habitat rubané : industrie laminaire : burins, troncatures, bitroncatures de la catégorie fonctionnelle des armatures de faucille. 1, 6 burins simples d’angle sur troncature ; 2 burin d’axe sur cassure ; 3 burin d’angle multiple sur troncature ; 4, 5 burins doubles d’angle sur troncature ; 7 troncature oblique ; 8 troncature oblique à dos segmenté ; 9-11 bitroncatures obliques à base droite ; 12 burin double opposé d’angle sur troncature ; 13, 14 bitroncature en segment de cercle ; 15 bitroncature trapézoïdale. pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 43 Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : industrie laminaire : bord abattu, troncatures et bitroncatures de la catégorie fonctionnelle des armatures de faucilles. 1 lame à bord abattu ; 2-5, 7, 10‑13, 15 troncatures obliques simples ; 6, 9 bitroncatures trapézoïdales ; 8 bitroncature en segment de cercle ; 14 bitroncature oblique à base droite. ★ pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 44 Barbey/Le Buisson Rond (Seine-et-Marne), habitat rubané : industrie laminaire en silex à grain fin : produits bruts et retouchés. 1 bitroncature trapézoïdale courte à retouche abrupte (catégorie fonctionnelle des armatures de flèche) ; 2, 6 bitroncatures en segment de cercle ; 3 bitroncature trapézoïdale ; 4 troncature droite ; 5 troncature oblique (2 à 6 : catégorie fonctionnelle des armatures de faucille) ; 7 burin double d’angle ; 8 grattoir ; 9 fragment de lame brute ; 10 perçoir ; 11, 12 burins d’angle sur troncature.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 45 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), habitat rubané : industrie laminaire : troncatures, bitroncatures, burins. 1 bitroncature oblique à base droite ; 2 bitroncature trapézoïdale ; 3, 5, 7 troncatures obliques (1 à 7 : catégorie des armatures de faucille.) ; 4, 6 troncatures droites ; 8, 9, 11, 13 burins d’angle sur troncature ; 10 burin d’angle sur cassure ; 12 burin double d’angle sur cassure. pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende TABL. LIV Typologie des bitroncatures géométriques sur lame de la catégorie des armatures de flèche (Rubané).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 46 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), habitat rubané : industrie laminaire : pièces retouchées. 1 bitroncature trapézoïdale longue à troncature basilaire concave et retouche inverse rasante ; 2 bitroncature triangulaire à troncature basilaire rectiligne et retouche inverse rasante ; 3, 4 bitroncatures triangulaires à troncature basilaire concave et retouche inverse rasante ; 5 bitroncature trapézoïdale courte à retouche abrupte (1 à 5 : catégorie fonctionnelle des armatures de flèche) ; 6-8 perçoirs ; 9-15 lames à retouche marginale. ★ pièces en silex à grain fin ; pièces en silex tertiaire ; autres : pièces en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 47 Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux (Yonne), habitat rubané : industrie laminaire : bitroncatures, grattoirs, lames retouchées, pièces esquillées. 1 petite bitroncature à retouche abrupte ; 2 bitroncature trapézoïdale courte à retouche inverse rasante ; 3 bitroncature triangulaire à troncature basilaire rectiligne ; 4-6 bitroncatures triangulaires à troncature basilaire concave et retouche inverse rasante ; 7, 8 bitroncature triangulaire à troncature basilaire rectiligne et retouche inverse rasante ; 9 bitroncature trapézoïdale courte à retouche abrupte (1 à 9 : catégorie fonctionnelle des armatures de flèche) ; 10, 11, 13, 14 grattoirs ; 12, 16 lames retouchées ; 15 pièce esquillée. pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 48 Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : industrie laminaire : bitroncatures de la catégorie fonctionnelle des armatures de flèches. Microhache polie. 1 à 6 stations 1-2-3 ; 7 à 15 station 6. 1, 4, 7 bitroncatures triangulaires à troncature basilaire rectiligne et retouche inverse rasante ; 2 lamelle à bord abattu ; 3, 6 bitroncatures triangulaires à troncature basilaire concave et retouche inverse rasante ; 5 bitroncature trapézoïdale longue à troncature basilaire concave et retouche inverse rasante ; 8 bitroncature trapézoïdale longue à troncature basilaire rectiligne et retouche inverse rasante ; 9‑11, 13 bitroncatures triangulaires à troncature basilaire concave sans retouche inverse rasante ; 12 bitroncature trapézoïdale courte à retouche abrupte ; 14 bitroncature triangulaire à troncature basilaire concave sans retouche inverse rasante, sur éclat ; 15 microhache polie. pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende TABL. LV Typologie des burins sur lame (Rubané).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 49 Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : industrie laminaire : burins et perçoirs. 1‑9 perçoirs ; 10, 11, 15 burins d’angle sur cassure ; 12 burin d’angle sur troncature ; 13 grattoir-burin sur cassure ; 14 burin double d’angle sur troncature. pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende TABL. LVI Classification des pièces retouchées sur éclat (Rubané).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 50 Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : industrie sur éclat : grattoirs.  pièce en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 51 Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux (Yonne), habitat rubané : industrie sur éclat : denticulés (silex local).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 52 Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux (Yonne), habitat rubané : divers. 1 pièce esquillée sur éclat de débitage ; 2 pièce esquillée sur éclat de gel ; 3 pièce épaisse à retouche large.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 53 Passy/Les Graviers (Yonne), habitat rubané : industrie sur éclat : perçoirs, radoirs, burins, pièces à retouche irrégulière. 1-3 perçoirs ; 4, 6 racloirs ; 5, 7 burins ; 8 pièce à retouche irrégulière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende TABL. LVII Répartition des restes et des produits de la taille laminaire par matière première à Barbey/Le Chemin de Montereau (Villeneuve-Saint-Germain).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 54 Barbey/Le Chemin de Montereau (Seine-et-Marne), habitat Villeneuve-Saint-Germain, secteur sud : industrie laminaire en silex tertiaire, restes de débitage. 1, 2 éclats ; 3-6, 10, 11 éclats de préparation ou de réfection de nucléus ; 7, 8 éclats de préparation de plan de frappe ; 9 lame à crête.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 55 Barbey/Le Chemin de Montereau (Seine-et-Marne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire en silex tertiaire : burin, lame retouchée, lames brutes. 1 burin d’angle sur troncature ; 2 lame retouchée ; 3-5 lames brutes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende TABL. LVIII Indices qualitatifs des produits laminaires de Barbey/Le Chemin de Montereau (Villeneuve-Saint-Germain). A nombre de lames à bords parallèles rectilignes/nombre de lames à bords sinueux ; B nombre de lames à nervures rectilignes/nombre de lames à nervures sinueuses ; C nombre de lames à trois pans/nombre de lames à deux pans ; D nombre de lames sans cortex/nombre de lames à pan cortical.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 56 Barbey/Le Chemin de Montereau (Seine-et-Marne) : dispersion de la longueur par la largeur des lames brutes en silex local, en silex tertiaire et en silex à grain fin des secteurs nord et sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 57 Barbey/Le Chemin de Montereau (Seine-et-Marne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire en silex local : troncatures, bitroncatures, burins, perçoir, lames à bords abattus. 1 bitroncature triangulaire à troncature basilaire concave (catégorie fonctionnelle des armatures de flèche) ; 2, 4 bitroncatures en segment de cercle ; 3 troncature oblique à dos ; 5, 6 troncatures obliques ; 7 troncature droite (2 à 7 : catégorie fonctionnelle des armatures de faucille) ; 8 burin dièdre d’angle ; 9 burin d’axe sur bord brut ; 10 burin d’angle sur troncature ; 11 burin transversal ; 12 perçoir ; 13 lame à bord abattu double opposé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 58 Barbey/Le Chemin de Montereau (Seine-et-Marne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire en silex à grain fin : troncatures et bitroncatures de la catégorie fonctionnelle des armatures de faucille, burins, lames à retouche marginale, lames brutes. 1 troncature droite rectiligne à dos ; 2 lame à bord abattu ; 3 bitroncature oblique à base droite et dos ; 4, 5 burins d’angle sur troncature ; 6, 7, 9 lames brutes ; 810 lames à retouche marginale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende TABL. LIX Classification des pièces retouchées sur lame de Barbey/Le Chemin de Montereau (Villeneuve-Saint-Germain).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 59 Schéma hypothétique de l’organisation de la production des outils de silex au Néolithique ancien dans le sud-est du Bassin parisien.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende TABL. LXI Répartition des restes et des produits de la taille laminaire par matière première à Passy/La Sablonnière (fin du Villeneuve-Saint-Germain).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 60 Passy/La Sablonnière (Yonne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire en silex tertiaire : lames brutes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 61 Passy/La Sablonnière (Yonne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire en silex local : lames brutes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 62 Passy/La Sablonnière (Yonne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire en silex à grain fin : lames brutes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende TABL. LXII Comparaison en utilisant le test du Khi-2 des distributions de la longueur des lames brutes du Villeneuve-Saint-Germain de Passy/La Sablonnière et du Rubané de Passy/Les Graviers. DDL = nombre de degrés de liberté (nombre de classes moins une).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende TABL. LXIII Comparaison en utilisant le test du Khi-2 des distributions de la longueur des lames retouchées du Villeneuve-Saint-Germain de Passy/La Sablonnière et du Rubané de Passy/Les Graviers. DDL = nombre de degrés de liberté (nombre de classes moins une).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 63 Passy/La Sablonnière (Yonne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire : nucléus à lames en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende TABL. LXV Classification des pièces retouchées sur lame de Passy/La Sablonnière (Villeneuve-Saint-Germain).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 64 Passy/La Sablonnière (Yonne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire : burins. 1, 6, 7, 10 burins d’angle sur troncature ; 2 burin d’axe sur cassure ; 3, 4 burins d’angle sur cassure ; 5 burin d’axe ; 8 burin d’axe sur bord brut ; 9 burin dièdre d’axe.  pièces en silex à grain fin ; pièce en silex tertiaire ; autres : pièces en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 65 Passy/La Sablonnière (Yonne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire : troncatures et bitroncatures de la catégorie fonctionnelle des armatures de faucille. 1 bitroncature droite ; 2, 9 troncatures droites à dos ; 3 troncature oblique à base droite ; 4, 7, 8, 11 troncatures obliques ; 5 bitroncature en segment de cercle ; 6 bitroncature trapézoïdale ; 10 troncature oblique à dos courbe ; 12 troncature droite. ★ pièces en silex à grain fin ; autres : pièces en silex local.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 66 Passy/La Sablonnière (Yonne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie laminaire et sur éclat en silex local : catégorie fonctionnelle des armatures de flèche. 1, 3 bitroncatures triangulaires à troncature basilaire rectiligne sans retouche inverse rasante, sur lame ; 2, 4 bitroncatures triangulaires à troncature concave sans retouche inverse rasante, sur lame ; 5‑7 bitroncatures géométriques, sur éclat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 67 Passy/La Sablonnière (Yonne), habitat Villeneuve-Saint-Germain : industrie sur éclat en silex local : grandes bitroncatures. 1, 5 bitroncatures à retouche transversale moyenne directe, sans bulbe aminci ; 2 bitroncature à retouche transversale envahissante directe, à bulbe aminci ; 3 bitroncature à retouche transversale envahissante bifaciale ; 4 bitroncature à retouche transversale moyenne directe, à bulbe aminci ; 6 bitroncature à retouche transversale moyenne bifaciale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 68 Proportion des différents silex parmi les lames brutes et retouchées du Néolithique ancien.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 69 Variation des dimensions moyennes des lames en silex local et à grain fin du Néolithique ancien au groupe de Cerny.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 70 Proportion des supports laminaires et des supports éclats parmi les pièces retouchées du Néolithique ancien au groupe de Noyen.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 71 Représentation de la composition de l’outillage sur lame du Néolithique ancien au groupe de Cerny par une classification ascendante hiérarchique (distance du Khi-2, moyenne des distances pondérées).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 72 Représentation de la composition de l’outillage sur éclat du Néolithique ancien au groupe de Noyen par une analyse factorielle des correspondances.AB Pièces à retouches abruptes BI Pièces à retouches larges BT Grandes bitroncatures BU Burins DE Denticulés EI Pièces à retouches irrégulières ES Pièces esquillées GR Grattoirs OB Pièces à retouches obliques PC Perçoirs et pointes TR Tranchets BAL Balloy/Les Réaudins BAR Barbuise-Courtavant/Les Grèves de Frécul CDM Barbey/Le Chemin de Montereau GRI Grisy/Les Rouqueux LBR Barbey/Le Buisson Rond LRE Balloy/Les Réaudins NOY Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères PGR Passy/Les Graviers PSB Passy/La Sablonnière VLG Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende TABL. LXVIII Variabilité typologique des troncatures et des bitroncatures sur lame de la catégorie des armatures de faucille du Néolithique ancien (tous silex).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende TABL. LXIX Variabilité typologique des bitroncatures de la catégorie des armatures de flèche du Néolithique ancien (tous silex).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende TABL. LXX Variabilité typologique des burins sur lame du Néolithique ancien (tous silex).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende TABL. LXXI Comparaison des industries lithiques des groupes danubiens occidentaux. (0 : caractère absent ; 1 caractère présent). Ces données ont été utilisées pour calculer les indices de similarité entre ces groupes et pour effectuer une analyse dadistique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende TABL. LXXII Indices de similarités entre les industries lithiques des groupes danubiens occidentaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 73 Représentation graphique des indices de similarité entre les industries lithiques des groupes danubiens occidentaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 74 Cladogramme montrant les relations des industries lithiques des groupes danubiens occidentaux. Les « innovations partagées » sont notées par un cercle noir, les caractères propres à chaque groupe par un cercle gris. Signification des caractères reportés sur l’arbre : 1 taille des silex tertiaires ; 3 plans de frappe lisses ; 4 plans de frappe par enlèvements centripètes ; 5 entretien des angles de chasse par tablettes épaisses ; 6 entretien des angles de chasse par tablettes obliques ; 9 technique de débitage par percussion indirecte ; 10 technique de débitage par pression ; 12 modules laminaires courts ; 13 modules laminaires élevés ; 14 nucléus à lames sur éclat ; 15 armatures de flèche symétriques ; 17 armatures de flèche asymétriques triangulaires sans retouche inverse rasante ; 19 armatures de flèche trapézoïdales courtes ; 20 armatures tranchantes à base encochée ; 21 armatures de flèche sur éclat ; 23 faucilles sur troncature oblique à dos ; 27 burins d’axe sur lame ; 28 pièces esquillées sur lame ; 30 grattoirs sur éclat ; 33 polyèdres (cf. tabl. LXXI pour l’ensemble des caractères utilisés pour l’analyse).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23443/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search