Version classiqueVersion mobile

L’industrie du silex du ve au ive millénaire dans le sud-est du Bassin parisien

 | 
Anne Augereau

Première partie. Cadres et problématiques, matériaux et méthodes

Chapitre 4. Méthodologie et terminologie

Texte intégral

4.1 Gestion du débitage et des matières premières

1La restitution de la structure d’un assemblage lithique ne peut se borner à la description des chaînes et des schémas opératoires dont la finalité est de procurer des produits de taille transformables en outils, retouchés ou non. La notion de gestion du débitage offre la possibilité de reconstituer des comportements spécifiques en tenant compte des données technologiques et typologiques qui permettent de mettre en lumière des modalités de choix des supports d’outils. Pour ce faire, la restitution de la gestion du débitage, parallèlement à la description des chaînes opératoires, intègre bien sûr l’étude typométrique, typologique et, dans un second temps, fonctionnelle, des produits retouchés ou non. Cette démarche doit être appliquée pour chaque type de matière première reconnue. Finalement, on est conduit à définir la gestion de la ou des matière(s) première(s) pour chaque assemblage lithique étudié. On notera que les notions de gestion du débitage et des matières premières, inspirées des travaux de D. Binder (1983 ; 1987), ne se superposent pas totalement à celles d’économie du débitage et d’économie des matières premières définies par M.-L. Inizan (1984) et C. Perlés (1984b ; 1991). Ici, une valeur générique sera attribuée au terme de gestion, l’économie des matières premières, par exemple, recouvrant la mise en évidence de gestion différentielle des débitages issus de plusieurs matières premières présentes dans un assemblage.

2Ce travail a été conduit en trois étapes.

  1. La première a consisté en un classement de toutes les pièces lithiques selon une grille reproduisant les catégories d’artefacts correspondant aux étapes des chaînes opératoires reconnues. Cette opération a été répétée pour toutes les familles de matières premières distinguées. Au préalable, l’identification de l’intention de production est indispensable (production de lames, d’éclats, de pièces façonnées, etc.) de même que la reconstitution mentale des chaînes opératoires, à l’aide d’une bonne connaissance d’ensemble des séries et d’une expérience personnelle étendue. De ce fait, chaque reste de taille a été associé à une étape de la chaîne technique (dégrossissage, préparation, plein débitage, réfection, finition, etc.). La quantification des matières premières est de la sorte immédiatement possible de même que les formes sous lesquelles elles sont parvenues sur les sites (blocs partiellement ou totalement taillés sur place, produits semi-finis, finis, etc.).

  2. Les témoins des différentes chaînes opératoires ont été ensuite soumis à une analyse technologique qui a permis de reconstituer les différentes méthodes de taille, de la préparation ou mise en forme jusqu’au produit fini, utilisé puis rejeté. Interviennent également les données métriques des produits, retouchés ou bruts de taille dans le cas des débitages, de même que des critères techniques visant à les caractériser d’un point de vue qualitatif. Dans le cas de la taille laminaire, ont été plus particulièrement observés les produits issus du plein débitage c’est-à-dire, par convention, les lames brutes et retouchées à trois pans ou plus de trois pans (section trapézoïdale ou polygonale). La rythmique du débitage par l’observation des codes opératoires lisibles sur les faces supérieures de ces lames a été dans certains cas établie. Cette méthode, exploitée en premier lieu par D. Binder (1983 ; 1984 ; 1987), consiste à lire le schéma diacritique (Dauvois 1976) de l’ordre des enlèvements précédant le détachement de la lame considérée. Au final, elle permet de déterminer l’organisation du débitage et ainsi de préciser la régularité des schémas opératoires mis en œuvre. Faute de temps, la reconnaissance des techniques de taille, parallèle à cette démarche, ne s’appuie pas sur une approche expérimentale réalisée dans les mêmes matières premières que celles utilisées par les néolithiques. Mes observations reposent sur une expérience empirique fondée sur la connaissance de larges séries archéologiques et expérimentales et de discussions personnelles avec des archéologues, des lithiciens et des tailleurs modernes (J. Pelegrin notamment). Dans le but d’une caractérisation générale des industries néolithiques du Bassin parisien, cette expérience suffit. Néanmoins, la résolution d’un certain nombre de questions soulevées par cette première approche rend la constitution d’un protocole expérimental indispensable.

  3. Enfin, pour chaque chaîne opératoire et pour chaque matière première, a été dressée la liste typologique quantifiée des pièces retouchées et façonnées.

3La synthèse de ces informations a conduit à spécifier la gestion du débitage pour chaque matière première identifiée puis, plus largement, à définir les structures de production lithique par période.

4.2 Classification des produits et des restes de taille

4.2.1 Industries en contexte domestique

4Une grille d’analyse à double entrée faisant intervenir d’une part les matières premières et d’autre part les classes technologiques d’artefacts permet d’obtenir la configuration générale des séries lithiques et leur classement de la façon suivante :

  • débitage : nucléus à lames, nucléus à éclats, percuteurs et bouchardes, éclats de percuteur, esquilles (éclat entier inférieur à 1 cm de long), débris d’éclat, éclats corticaux, éclats partiellement corticaux, éclats sans cortex, éclats de préparation de crêtes, lames à crête et fragments, lames sous crête, lames à deux pans (entière, fragment mésial, distal, proximal), lames à trois pans (entière, fragment mésial, distal, proximal), lames à plus de trois pans (entière, fragment mésial, distal, proximal), éclats de préparation de bord de plan de frappe, tablettes (partielles, totales), éclats de flancs, pyramidions ;

  • transformation des produits : éclats de retouche, chutes de burin, éclats retouchés, lames retouchées, microburins ;

  • façonnage : éclats de façonnage, pièces façonnées, pics, haches taillées, haches polies ;

  • nodules aménagés.

4.2.2 Industries en contexte minier : l’exemple de Villemaur-sur-Vanne (Aube)

5L’étude de ce type d’industrie passe d’abord par la reconnaissance de l’intention de production (Pelegrin 1995b). Un certain nombre d’indices permettent d’établir un diagnostic : nature des éclats de taille dominants (façonnage, débitage, etc.), fréquence relative de restes de taille caractéristiques (nucléus à lames, à éclats, etc.), types des produits abandonnés, etc. Ensuite, le traitement analytique des séries, souvent extrêmement abondantes, consiste à classer les artefacts selon une fiche d’enregistrement. Cette méthode permet d’obtenir une analyse directe des centaines de kilogrammes de restes de taille et donne une bonne image des ensembles fouillés. La fiche d’enregistrement a été élaborée en premier lieu d’après l’observation des restes de taille de Villemaur-sur-Vanne/Le Grand Bois Marot, issus essentiellement d’une production de haches. Établie avec la collaboration de J. Pelegrin (UMR 7055 du CNRS), elle est divisée en plusieurs catégories d’éclats qui correspondent à autant d’étapes de fabrication des haches, et se fonde sur la reconstitution mentale de la chaîne opératoire et la connaissance de la matière première. Les données ont été saisies par mesures pondérales, méthode la mieux adaptée à ce type de structure et aux conditions du sauvetage. L’étude postérieure de Villemaur-sur-Vanne/Les Orlets, où le produit recherché reste en majorité la hache mais où l’on rencontre également une activité secondaire orientée vers la fabrication de lames et d’éclats, a nécessité l’ajout d’autres catégories d’éclats non attribuables d’une manière certaine aux étapes de façonnage de haches.

6Les éclats sont classés de la manière suivante :

  • éclats très épais (épaisseur supérieure à 15 mm) corticaux ou partiellement corticaux taillés par percussion dure ; dans le cas de la chaîne opératoire de façonnage de haches du Grand Bois Marot, ces éclats proviennent de la phase de dégrossissage des blocs (ébauches de stade 1) ; aux Orlets, ils sont indifféremment issus de la phase de dégrossissage des ébauches ou de la phase de préparation des nucléus à lames ou à éclats ;

  • éclats épais (épaisseur comprise entre 15 et 5 mm) partiellement corticaux ; au Grand Bois Marot, ils correspondent à la première étape de la mise en forme des ébauches (stade 2) au percuteur dur puis tendre ; aux Orlets, ils peuvent appartenir également à la mise en forme des nucléus ;

  • éclats épais sans cortex ou avec cortex en partie distale ; ces éclats, de même que les catégories qui vont suivre, sont caractéristiques de la taille bifaciale ; détachés au percuteur tendre, ils présentent en effet des angles à la corniche aigus, des négatifs d’enlèvements convergents et une courbure importante ; les talons montrent souvent les proximaux des négatifs des enlèvements de la face opposée de l’ébauche ; ils peuvent donc être attribués, dans les deux minières, à la fin de la mise en forme des ébauches (ébauches de stade 2) ;

  • éclats minces (épaisseur inférieure à 5 mm) sans cortex ou cortex en partie distale ; ils sont également caractéristiques de la taille bifaciale et peuvent être rapportés dans les deux minières à la phase de régularisation des ébauches (stade 3) préparant au polissage ;

  • ésquilles de façonnage bifacial ;

  • éclats de finition du tranchant : petits éclats très minces portant, transversalement par rapport à leur axe d’enlèvement, les négatifs des éclats de façonnage des bords ;

  • divers : blocs, nucléus, pièces retouchées, ébauches de haches, pics d’extraction... Parmi les ébauches, trois stades de façonnage, correspondant à différentes étapes de la mise en forme, ont été distingués :

  • ébauches de stade 1 : ébauches abandonnées au stade du dégrossissage du bloc de silex au percuteur dur ; le tranchant et la base ne peuvent être distingués (fig. 111, n° 1) ;

  • ébauches de stade 2 : ébauches abandonnées au stade de la mise en forme au percuteur dur puis tendre ; le tranchant et la base peuvent être distingués (fig. 112, nos 1, 2) ;

  • ébauches de stade 3 : ébauches abandonnées au stade de la régularisation des arêtes et des faces au percuteur tendre ; le tranchant et la base sont achevés (fig. 112, n° 3).

7La taille expérimentale réalisée par J. Pelegrin (UMR 7055 du CNRS) a été effectuée sur de la matière première dûment choisie, d’après l’observation des restes de taille, des produits et des rejets de puits, parmi les bancs de silex des deux minières. Dans un premier temps, elle a permis de valider les classes technologiques établies empiriquement pour la classification des éclats de taille.

  • 1 – Pour les données du Grand Bois Marot, voir Augereau 1995b.

8Dans un second temps, la comparaison des données expérimentales et archéologiques du Grand Bois Marot, seule minière où les amas de façonnage apparaissent presque intégralement conservés, a permis de dresser des estimations du temps de travail et des nombres d’ébauches produites, pour chaque amas étudié. Les méthodes permettant de calculer ces estimations ne sont pas exposées en détail. Ce sont les résultats réunis aux Orlets qui sont présentés, même si la conservation du site est moins propice à ce type d’approche quantitatives1.

9Enfin, la taille expérimentale s’est avérée particulièrement utile dans la détermination du niveau de compétence technique des tailleurs de Villemaur. Les types de préparation des enlèvements des ébauches expérimentales et archéologiques au stade de la régularisation ont été comparés en observant plus particulièrement les talons des éclats minces sans cortex issus des deux productions. A priori, il s’agit de l’étape du travail la plus délicate car elle prépare au polissage des pièces, et l’on peut penser qu’à ce moment-là le tailleur met en œuvre le maximum de son savoir-faire technique. Les restes de façonnage qui en proviennent sont donc susceptibles d’apporter les résultats les plus significatifs sur le niveau de technicité. La confrontation des résultats obtenus sur le matériel archéologique et expérimental est particulièrement parlante : elle permet d’avancer l’hypothèse de tailleurs néolithiques ayant une faible fréquence de pratique par rapport à un expérimentateur qui a développé une grande expérience de la taille bifaciale, de l’ordre de plusieurs centaines de pièces. La comparaison d’une série ancienne avec le travail d’un tailleur actuel hautement compétent est donc extrêmement fructueuse. Cela permet de situer le matériel archéologique par rapport à un « étalon » expérimental établi d’après l’observation archéologique (Pelegrin 1991a) et de déterminer ainsi un niveau de compétence.

4.3 Identification des techniques de taille

10La reconnaissance des techniques de débitage ne repose pas sur la formulation d’un diagnostic technique effectué sur chaque produit. L’identification de chaque technique de taille implique l’édification d’une liste de critères élaborés par abstraction rationnelle (fondée sur les enseignements de la taille expérimentale) dans laquelle rentrent ou ne rentrent pas les produits observés. Au préalable, les hypothèses sont guidées par l’expérience personnelle de l’observateur qui doit être la plus large possible. C’est donc à l’aide d’une démarche associant une bonne maîtrise théorique des diverses techniques de taille et une connaissance approfondie de l’ensemble du matériel archéologique étudié que les diagnostics techniques peuvent être établis. Comme le souligne J. Pelegrin « les techniques et leurs paramètres sont limités » (1991b : 122) et c’est par l’observation de l’association entre différents critères, par élimination d’hypothèses incompatibles avec les caractères observés en fonction des données expérimentales disponibles que l’on peut prétendre reconnaître les techniques de taille au sein d’une série archéologique.

4.3.1 Débitage par percussion indirecte

11Cette technique a été essentiellement mise en œuvre pour le débitage laminaire du Néolithique ancien. Elle nécessite une préparation soignée du bloc de silex. Mais le détachement des produits est facilité par le contrôle du point d’impact avec le chasse-lame (Bordes 1947). L’angle entre la corniche et le plan de frappe du nucléus peut se situer entre 70 et 900. Cette technique peut donner des lames très régulières, minces et étroites, à bulbe diffus et à extrémité distale aiguë, qui peuvent se confondre avec des lames par pression. En revanche, la rectitude, typique de la pression, est rarement atteinte, la percussion indirecte donnant plutôt des lames globalement arquées ou discrètement ondulées (Pelegrin 1988a). Les talons sont parfois concaves si le plan de frappe a été préparé par de petits enlèvements centripètes ou si la lame a été débitée à partir du contre-bulbe concave du négatif de la tablette (Cahen et al. 1986). Seule la percussion indirecte permettant de débiter dans une surface concave, cette caractéristique, couplée avec une épaisseur notable du talon, est un bon indice de reconnaissance de cette technique. Un accident parfois fréquent est la fracture en languette des lames au premier tiers de leur longueur s’accompagnant, sur la partie distale, d’ondulations marquées, fait rarissime dans le cas d’un débitage par pression (Pelegrin 1988a). Si elle ne donne pas une épaisseur régulière aux lames, la percussion indirecte permet en revanche un bon contrôle de la standardisation de la largeur des produits.

4.3.2 Débitage par percussion directe tendre organique

12Les expérimentations montrent que sa réussite dépend de l’isolement du point d’impact. Voici les critères qui ont permis d’attribuer à cette technique quelques produits laminaires du Néolithique ancien, provenant principalement du site de Villeneuve-la-Guyard.

13Les angles de chasse à la corniche des lames sont aigus (entre 50 et 700) de même que ceux des bords des plans de frappe sur les nucléus rapportés à cette technique. Ces angles sont incompatibles avec un débitage par percussion indirecte. L’obliquité du plan de frappe permet aussi de dégager une saillie sur le bord permettant un bon isolement du point d’impact.

14Les corniches sont abrasées, opération indispensable pour permettre un bon « accrochage » du percuteur au moment de l’impact, la trajectoire idéale du percuteur devant être tangentielle au point d’impact. Cette préparation est secondaire dans le cas d’un débitage par percussion indirecte et n’a été d’ailleurs que rarement observée sur les lames issues de cette technique.

15Les talons sont larges (largeur du talon presque égale à la largeur maximale de la lame) mais peu épais. Ils ont une morphologie linéaire et présentent parfois des microfissures ; une lèvre à la jonction face d’éclatement/talon est parfois observable.

16Les produits présentent des dimensions moins standardisées que ceux obtenus par percussion indirecte.

4.3.3 Débitage par percussion dure

17Cette technique de taille laisse sur les produits des stigmates caractéristiques : présence de cônes incipients sur les talons, talons larges et épais, morphologie irrégulière des produits. Cette technique a été appliquée à l’ensemble du débitage d’éclats, sans préparation du bloc par enlèvements hiérarchisés. Les éclats obtenus sont plutôt courts et épais, avec de forts talons en aile d’oiseau. Les nucléus résiduels sont de forme polyédrique. Les lames des séries Cerny sont également obtenues par percussion directe à la pierre : elles présentent des talons épais et de morphologie peu régulière avec un cône incipient bien marqué. Leur courbure est quasiment nulle et leur extrémité distale est fréquemment obtuse voire rebroussée. Les dimensions sont peu standardisées.

4.3.4 Débitage par percussion tendre à la pierre

18Par débitage à la pierre tendre, on entend l’utilisation de percuteurs tels que des galets de calcaire, des blocs de grès ou des fragments de silex à cortex épais. Récemment mise en évidence pour certains débitages de lames du Tardiglaciaire du Bassin parisien et d’Europe du Nord (Madsen 1983 ; Pelegrin 1991b ; Valentin 1995), les critères de reconnaissance de cette technique ont été décrits principalement par J. Pelegrin (2000). Parmi les plus évidents, on peut citer la présence fréquente d’un esquillement du bulbe depuis le talon et un bulbe marqué par de fines ondulations régulières (bulbe « ridé »). Certains stigmates observés sont proches de ceux obtenus par percussion tendre organique (présence d’une lèvre notamment) ; d’autres rappellent la percussion à la pierre dure (fissurations fréquentes du point d’impact).

19La percussion tendre à la pierre n’a pas été reconnue antérieurement dans le Néolithique du sud-est du Bassin parisien pour la bonne raison que dans l’inventaire des techniques de taille préhistoriques son existence n’était ni attestée ni circonscrite de manière formelle. Aussi, il faudrait vérifier si certaines des lames attribuées initialement à la percussion tendre organique, notamment à Villeneuve-la-Guyard, ne répondraient pas à ces critères. Toutefois, les parties proximales des lames ainsi diagnostiquées présentent dans leur grande majorité l’ensemble des critères de reconnaissance de la percussion tendre organique : grande fréquence de la lèvre, talons lisses et linéaires sans fissuration, angles à la corniche fermés, bulbes effacés, etc. L’esquillement du bulbe et l’ondulation sur le bulbe n’ont pas été observés. Bien qu’une vérification s’impose, on peut considérer, en l’attente, que la majorité des lames non détachées par percussion indirecte ou par percussion dure ont été obtenues par percussion tendre organique.

4.4 Typologie

20La typologie lithique intéresse exclusivement les supports aménagés par une retouche ou un façonnage et exclut les produits non retouchés ou non façonnés, même si ces derniers ont pu être utilisés. Reposant sur l’observation empirique d’un ensemble d’objets hétéroclites, elle se fonde sur la constatation (que l’on ne peut prêter au hasard) de la répétition de certaines formes géométriques ou les caratéristiques d’une ligne de retouche, « intentions réalisées, préfigurées par le cerveau humain » (Bordes 1967 : 25). Néanmoins, plusieurs degrés de préfiguration doivent être distingués. En effet, les bitroncatures géométriques, par exemple, procèdent de schémas, de formes conceptuelles beaucoup plus rigoureuses que le simple denticulé où la position et la localisation de la retouche sont aléatoires. Aussi, toutes les classes et les types de pièces retouchées n’ont pas la même valeur culturelle.

21Plusieurs critères objectifs doivent guider l’observateur. La nomenclature la plus couramment utilisée s’appuie sur un ensemble de caractères morphotechniques de la retouche, à l’exclusion des caractères fonctionnels dont les études tracéologiques ont montré qu’ils ne se superposaient pas forcément avec les caractères morphotechniques (Tixier 1963 ; Gassin, Binder 1988 ; Caspar 1988). Ces caractères ont été principalement définis par F. Bordes (1961) puis précisés par J. Tixier et al. (1980) et par D. Binder (1987) : localisation (distale, proximale, etc.), délinéation (convexe, concave, denticulée, etc.), position (directe, inverse, alterne, etc.), inclinaison (abrupte, oblique, rasante, etc.), étendue (marginale, moyenne, envahissante, etc.), morphologie (écailleuse, scalariforme, parallèle, etc.). Cette approche permet de discerner les procédés et les résultats de la retouche et ainsi de déterminer les niveaux de complexité investis dans la transformation des produits. Aussi, la mise en évidence de ces degrés de complexité nécessite plusieurs niveaux de lecture typologique. De la typologie analytique (Laplace 1966), au moins trois niveaux peuvent être retenus : le groupe typologique, la classe et le type primaire, et, éventuellement, le type secondaire qui correspondent à autant de degrés de finesse de distinction typologique. Comme tous les outils ne s’inscrivent pas dans un degré de préfiguration élevé, tous les groupes et classes d’outils n’incluent pas obligatoirement des types primaires et secondaires.

22Si les niveaux de lecture typologique sont hiérarchisés, les critères présidant à leur définition ne le sont pas et le même ordre de différenciation peut intervenir dans la détermination d’un groupe, d’une classe et dans celle d’un type inclus dans un groupe différent. De même, le choix des critères prééminents dans la constitution du groupe, de la classe et du type varie. Aussi, les groupes typologiques distinguent deux ensembles principaux : les pièces façonnées et les pièces retouchées sur produits de débitage.

23Généralement taillées sur bloc, les pièces façonnées présentent une retouche envahissante à couvrante. Elles sont obtenues par toute une série d’enlèvements qui transforment le volume de départ en une forme totalement indépendante. Parmi elles, on trouve les pics, les lames de haches – taillées ou polies et/ou bouchardées – ainsi que certains tranchets bifaciaux à retouche couvrante. Les ébauches de haches taillées se distinguent des pics par un rapport de la largeur sur l’épaisseur qui, dans le cas des haches, doit être supérieur à 1,7. Le façonnage des ébauches de haches est toujours bifacial alors que celui des pics peut être bifacial ou trifacial. Les tranchets bifaciaux se distinguent des haches en silex taillé et des pics par un rapport largeur/épaisseur supérieur à 2, par une symétrie moindre des arêtes médianes que celles des haches, par une ligne de tranchant rectiligne (celle des haches est fréquemment convexe) et par la présence d’un coup de tranchet (Inizan et al. 1995 : 87), simple ou multiple, antérieur ou postérieur à la fin du façonnage du corps.

4.4.1 Détermination des groupes

24Les pièces retouchées sur produits de débitage se répartissent en dix groupes faisant appel à plusieurs critères de différenciation empiriques, non équivalents d’un groupe à l’autre. La définition de ces groupes s’inspire des travaux de D. Binder (1987).

La régularité de la retouche

25Elle isole les pièces à retouche irrégulière. Sur ces dernières, la retouche est souvent très limitée et de position, de localisation, d’inclinaison et d’étendue très variables sur une même pièce ; il peut s’agir de retouche due à l’utilisation ou d’enlèvements spontanés lors du débitage ou dus au piétinement. A l’opposé, la régularité de la retouche se définit par son caractère continu sur au moins le tiers du développé d’un des bords et par une constance de l’inclinaison, de la position et de l’étendue de la ligne de retouche.

La combinaison de la localisation et de la position de la retouche

26Elle isole les grattoirs qui se définissent par une retouche, toujours directe, distale ou proximale, de délinéation convexe avec, en coupe longitudinale, une légère concavité de la face inférieure sur la partie opposée au front de grattoir.

La morphologie générale

27Elle permet de mettre à part les géométriques et les foliacées, la retouche des autres groupes d’outils ne les inscrivant pas dans une forme géométrique stéréotypée. Parmi les géométriques, on trouve des outils dont l’aménagement a consisté à inscrire la pièce dans une figure géométrique prédéterminée (triangle, trapèze, segment de cercle) ; la retouche s’organise en bitroncature opposée dont l’une des troncatures peut se superposer partiellement ou totalement à une trace de piquant-trièdre (supports laminaires exclusivement). Sur éclat, ces pièces sont plus communément inventoriées comme armatures de flèche tranchantes ou à tranchant transversal lorsqu’elles sont petites, et trancher lorsqu’elles sont de grande taille. Quant aux foliacées, elles sont aménagées par retouche bifaciale rasante, continue sur tout le pourtour de la pièce, dégageant une extrémité aiguë ; la retouche, envahissante à couvrante, est taillée par pression (enlèvements rasants et subparallèles) ou par percussion (enlèvements écailleux).

L’obliquité de la retouche

28Elle permet de séparer pièces à retouche abrupte et pièces à retouche oblique ou rasante. De plus, retouche abrupte et retouche oblique ne procèdent pas du même geste technique, que ce soit dans la façon de maintenir la pièce que dans le maniement du retouchoir ; en effet, la retouche oblique ou rasante peut être obtenue par percussion simple et par pression alors que la retouche abrupte peut être aménagée par percussion simple mais aussi par percussion sur enclume.

La présence d’une technique spéciale

29Il peut s’agir du coup de burin ou de l’esquillement des retouches. Les pièces esquillées résultent de l’utilisation d’un éclat ou d’un segment de lame dont un bord est posé sur une enclume ou une matière à travailler, et dont le bord opposé est percuté. Les esquillements du bord percuté sont provoqués par les coups, ceux du bord opposé par les contrecoups. Mais selon la durée de l’utilisation, le poids du percuteur et la dureté de l’enclume ou de la matière à travailler, les esquillements n’ont pas le même développement : on observe qu’un seul bord peut être esquillé jusqu’à la totalité du pourtour de la pièce. En outre, les esquillements peuvent être couvrants à marginaux, lamellaires à courts, bifaciaux à unifaciaux. L’hypothèse de retouche d’utilisation est hautement probable. Il ne m’a pas paru approprié de proposer un classement des pièces esquillées suivant que la retouche intéresse les faces planes ou élimine le bord de l’éclat ou de la lame (Crémillieux, Livache 1976).

4.4.2 Détermination des classes

30Elle intègre les critères suivants.

La nature du support

31Ce critère, qui sépare pièces retouchées sur lames et pièces retouchées sur éclat, paraît fondamental puisqu’il permet de replacer l’outil dans une chaîne technique. Le groupe des géométriques se scinde en trois classes : les petites bitroncatures sur éclats (armatures de flèche tranchantes), les grandes bitroncatures sur éclats (tranchets), les bitroncatures sur lame (armatures de faucille et de flèche).

La répartition et la localisation de la retouche

32Le groupe des pièces à retouche oblique se divise ainsi en racloirs et en pointes. Le racloir se définit par une ligne de retouche continue, d’étendue moyenne, directe, inverse, alterne ou alternante, de position distale (à l’exclusion des pièces à retouche directe distale de délinéation convexe qui sont classées parmi les grattoirs), proximale ou latérale. Dans le cas des pointes, la retouche converge en pointe dégageant une extrémité aiguë ; de même, dans le cas du groupe des pièces à retouche abrupte, un outil à bords abattus convergents dégageant une mèche forme un perçoir, et un outil à retouche abrupte transversale (distale ou proximale) forme une troncature ; on distingue les troncatures de certains bords abattus présentant une retouche continue de l’extrémité distale à l’extrémité proximale selon l’angle que forme la ligne de retouche : si cet angle est supérieur à 450, la pièce sera classée parmi les troncatures. Les pièces à bords abattus doubles opposés se différencient des perçoirs d’après la convergence et la continuité des deux bords retouchés : la retouche des perçoirs est convergente et continue, celle des bords abattus double est discontinue et les deux lignes de retouche ne convergent pas.

La délinéation de la retouche

33Elle permet d’individualiser les classes des denticulés. Il s’agit d’éclats épais retouchés par une coche clactonienne simple ou par plusieurs coches clatoniennes contiguës.

4.4.3 Détermination des types

34La constitution des types primaires et secondaires fait intervenir des critères propres à la retouche comme sa position, sa délinéation, son inclinaison, son orientation, etc. Ce sont essentiellement l’inclinaison et la position de la retouche qui permettent de définir les types de petites bitroncatures sur éclat (par exemple, bitroncature géométrique sur éclat à retouche abrupte directe, bitroncature géométrique sur éclat à retouche rasante bifaciale). On mettra en évidence ici aussi la présence d’une retouche complémentaire (par exemple, burin d’axe sur troncature, tranchet sur éclat à bulbe aminci, bitroncature triangulaire sur lame à retouche inverse rasante, etc.).

35La détermination des types fait également intervenir la typométrie : grattoir sur éclat épais, grattoir sur lame long, bitroncature trapézoïdale longue, courte, etc. Un éclat retouché est dit épais lorsque son épaisseur est supérieure à 8 mm (Binder 1987). Une pièce retouchée sur lame est courte lorsque sa longueur est inférieure à 30 mm. Enfin, les armatures trapézoïdales sont dites courtes lorsque leur longueur ne dépasse pas 20 mm. Quant aux lamelles à bord abattu étroites, leur largeur ne doit pas excéder 8 mm. La détermination tient compte aussi, dans certains cas, de la forme géométrique : trapèzes, segments de cercle, triangles, etc.

36Les dénombrements par types ne concerneront que certaines classes de pièces retouchées. À ce sujet, il faut rappeler la distinction émise par F. Bordes (1950) entre « outil caractéristique » et « outil dominant ». L’outil caractéristique possède une forte valeur culturelle ou chronologique, sans qu’il soit pour autant numériquement important, dans la mesure où les types s’excluent ou évoluent d’une manière significative d’une période à l’autre, d’une culture à l’autre. Dans le cas des industries lithiques du secteur Seine-Yonne, les types d’outils caractéristiques intéressent les classes suivantes, dont les types primaires ou secondaires seront utilisés.

Les burins sur lame

37Ils peuvent être d’angle, d’axe, dièdre ou transversal ; simple, double ou multiple ; sur troncature, sur cassure, à bord abattu.

Les bitroncatures géométriques sur lame

38Sur le plan fonctionnel, cette classe recouvre deux ensembles d’objets distincts : les armatures de flèche et les armatures de faucille. L’attribution fonctionnelle comme élément de faucille repose sur la présence d’un lustre caractéristique sur certaines pièces bitronquées. Par extension, les pièces présentant une bitroncature de type similaire seront attribuées à cette catégorie fonctionnelle. À l’opposé, certains types de bitroncatures, présentent, sur la partie présumée agissante, des fractures que l’on peut rapprocher des types de fractures d’impact définies par les tracéologues (Odell 1978 ; Moss 1983) : fracture en coup de burin, fracture transverse par flexion... Ces dernières sont également parfois présentes sur les petites bitroncatures sur éclat dont il est question dans les paragraphes suivants.

39Il est vrai que l’observation isolée de ces stigmates est insuffisante pour établir un diagnostic fonctionnel comme armature de projectile, et que le cheminement méthodologique conduisant à la fonction arme de trait et ses modalités est autrement complexe (Albarello 1986). Néanmoins, la récurrence des observations sur ces pièces autorise à leur attribuer cette fonction au sens large, sans présumer pour autant des modes d’emmanchement et de projection des flèches. Au préalable, il faut signaler que les supports des bitroncatures proviennent pour la plupart de la segmentation de lames par la technique du microburin (Inizan et al. 1995 : 84-85). Le piquant-trièdre est parfois observable sur une des troncatures. Les retouches basilaires inverses ne concernent que les pièces attribuées à la fonction projectile. La base est soit distale soit proximale, selon le segment de lame choisi comme support. On parlera alors de retouche basilaire s’opposant à la partie présumée agissante.

40Parmi la catégorie fonctionnelle des armatures de faucille, on trouve : des bitroncatures obliques trapézoïdales ou en segment de cercle, à retouche directe simple, avec ou sans dos ; des bitroncatures droites ; des bitroncatures obliques à base droite avec ou sans dos (fig. 42-45).

41Dans la catégorie fonctionnelle des armatures de flèche, on distingue : des bitroncatures triangulaires à troncature basilaire concave ou rectiligne avec ou sans retouche inverse rasante, des bitroncatures trapézoïdales longues à troncature basilaire concave ou rectiligne avec ou sans retouche inverse rasante, des bitroncatures trapézoïdales courtes à retouche abrupte avec ou sans retouche basilaire inverse rasante. On notera au passage que ces formes géométriques sont toutes de type asymétrique par rapport à l’axe de débitage du support (fig. 46-48).

Les troncatures sur lame

42Certaines troncatures sur lame présentent un lustre. Dans l’analyse, l’ensemble des représentants de cette classe sera relié à certains types de bitroncatures sur lame, pour lesquels on enregistre également cette particularité (catégorie fonctionnelle des armatures de faucille). La typologie des troncatures distingue des troncatures courtes ou longues, droites ou obliques, avec ou sans dos – le dos pouvant être courbe (le bord abattu est dans la continuité de la troncature) ou segmenté (au point de jonction entre la troncature et le bord abattu, la corde de la retouche forme un angle de rupture).

Les bords abattus sur lame

43Il peut s’agir de lame à bord abattu simple à retouche directe ou croisée ; lame à bord abattu double opposé, retouche directe ou alterne ; lamelle étroite à bord abattu simple à retouche directe ou croisée ; lamelle étroite à bord abattu double opposé, retouche directe ou alterne (fig. 41, 96).

Les bitroncatures géométriques sur éclat

44On trouve des bitroncatures à retouche directe, ou directe sur un bord et croisée sur l’autre, abrupte ou oblique, avec ou sans retouche proximale inverse rasante (amincissement du bulbe), et des bitroncatures à retouche rasante bifaciale. Ces pièces sont principalement représentées par les armatures tranchantes connues dans le Cerny (fig. 85, 86).

Les classes de foliacées

45Dans cette classe, on trouve des pointes foliacées triangulaires à bords convexes ou rectilignes, à base rectiligne ou concave, des pointes foliacées amygdaloïdes trapues à base rectiligne ou légèrement concave, des pointes foliacées amygdaloïdes allongées à base convexe ou concave (fig. 106, 107).

Les grandes bitroncatures sur éclat

46Cette classe rassemble des pièces retouchées sur éclat épais, aménagées par retouche transversale (bitroncature) visant à inscrire la pièce dans une forme trapézoïdale, plus rarement triangulaire. Ces objets, plus communément appelés tranchets, ne comportent pas forcément de coup de tranchet ; un bord latéral utilisé brut de débitage sert fréquemment de partie active. De plus, le coup de tranchet peut intervenir comme mode de réaffûtage du tranchant, au cours de l’utilisation. On peut y distinguer des grandes bitroncatures à retouche transversale directe ou bifaciale, moyenne à envahissante, avec ou sans amincissement du bulbe par retouche inverse rasante (fig. 82, 83, 101, 102).

Les pics

47Ils peuvent être simples ou avec une extrémité biseautée par un coup de tranchet.

Les haches

48Elles présentent des morphologies, des dimensions, des façonnages et des matières premières très variés. En plus des différents stades d’ébauches, on trouve, pour les haches en silex, des petites haches taillées dont la longueur n’excède pas 10 cm, des microhaches polies (longueur inférieure à 5 cm), des haches polies à section lenticulaire ou ellipsoïdale qui sont, en contexte domestique, fréquemment retaillées ou réutilisées en percussion. Dans le grès quartzite, il existe des petites haches façonnées par bouchardage (après une phase de mise en forme par percussion ?) puis parfois polies. Bouchardage et polissage interviennent dans le façonnage des haches en roche tenace dont le polissage du tranchant est particulièrement soigné. Lorsque la section des haches est piano-convexe, elles seront dénommées herminettes.

4.5 Gestion et traitement des données

49L’utilisation de techniques statistiques et informatiques dans ce travail se justifie par la richesse et l’abondance des séries étudiées qui, de plus, s’étendent sur une échelle chronologique assez longue. Ces techniques permettent en effet de mettre en évidence d’une manière synthétique les caractéristiques de séries définies par un grand nombre de variables et d’individus ainsi que leurs relations éventuelles, chose plus difficile avec des procédures plus classiques.

50Le traitement de l’information peut être considérablement facilité par la constitution de bases de données, sortes de catalogues d’où l’on extrait les données à l’envi, sur critères dûment choisis. La facilité de la combinaison des interrogations permet d’expérimenter des « idées de corrélations » avec un résultat quasi immédiat et de livrer un corpus de données qu’il serait fastidieux, sinon impossible, de présenter sans l’aide de l’outil informatique.

51Forcément réductrice de l’information, puisque limitée à un certain nombre de critères de description et de modalités, la constitution d’une base de données doit comprendre un ensemble de champs le plus large possible. Aussi, les matériaux étudiés dans ce travail, principalement les produits de débitage, ont été regroupés dans une base de données réunissant 38 champs regroupés en 6 types de critères de description :

  • références de l’objet : département, site, lieu-dit, n° de structure, n° de couche, n° d’inventaire de l’objet ;

  • datation relative de la structure, de la couche ou du site d’où provient l’objet ;

  • données sur l’aspect du produit : matière première, patine, étendue du cortex, type de produit ou de support, sa morphologie et son état de conservation ;

  • données métriques : longueur, largeur, épaisseur maximales, largeur au talon, angle de chasse, etc. ;

  • données technologiques : préparation et morphologie du talon, morphologie du point d’impact, préparation de la corniche, section du produit ou du support, délinéation des bords et des nervures, parallélisme des nervures, morphologie de l’extrémité distale, courbure du produit, sens du débitage ;

  • caractères de la retouche et attribution typologique en classes.

52Au total, environ 7 000 fiches ou enregistrements, se répartissant entre plusieurs bases (produits laminaires retouchés ou non, éclats retouchés ou non), ont été remplies et exploitées.

4.5.1 Statistique

53Lors de l’analyse des dimensions des produits de débitage, l’étude des distributions de fréquences et des paramètres de la distribution (moyenne, écart-type, variance, coefficient de variation, etc.) a été largement exploitée. Elle a permis de mettre en évidence des tendances dans le choix de supports d’outils et d’évaluer le degré de standardisation et de calibration de certaines productions laminaires. Bien souvent, ce premier degré d’analyse suffit pour caractériser les populations observées. Mais lorsque les écarts des distributions et des paramètres de la distribution sont trop ténus, l’utilisation de tests statistiques visant à comparer la distribution de deux ou plusieurs échantillons archéologiques s’impose. Il faut alors s’interroger sur la pertinence des écarts de distribution des variables, quantitatives ou qualitatives, entre les différentes productions lithiques : sont-ils dus au hasard de l’échantillonnage ou rendent-ils compte d’une organisation distributionnelle des échantillons ?

54Dans le cas de variables quantitatives (séries de mesures regroupées en classes), parmi les tests paramétriques, ont été principalement utilisés : le test de Student (rapport de la différence des moyennes à leur erreur standard) et le rapport des variances estimées des populations (F), dont Snédécor a donné les valeurs limites de F au-dessus desquelles la divergence entre les deux écarts-types est trop grande pour être imputée au hasard. Quelques tests non paramétriques ont été également employés dans le cas de variables quantitatives et qualitatives (fréquence des caractères d’une variable). Il s’agit du test du Khi-2 et du test de Kolmogorov-Smirnov. Le test de Kolmogorov-Smirnov est d’une extrême simplicité : il s’agit de comparer les distributions cumulatives de fréquences des deux échantillons (fréquences cumulées). On peut alors caractériser la divergence entre les deux distributions par le plus grand des écarts, appelé Dn, entre les fréquences cumulées des deux échantillons, c’est-à-dire tout simplement la plus grande différence en valeur absolue entre les deux fonctions. Les seuils limites de Dn sont donnés par tous les programmes informatiques comportant ce test. Le grand intérêt de ce test est que la distribution de la statistique Dn ne dépend pas, au contraire du Khi-2, de la distribution théorique de l’ensemble de la population. De plus, on raisonne sur l’ensemble des fonctions de distributions et plus seulement sur la loi normale (Mouchart 1978). D’autre part, il permet le traitement de petits échantillons car on connaît la distribution exacte de Dn pour toute taille d’échantillons. Dans le cas de données archéologiques où la population d’origine est mal cernée par rapport à l’échantillon ciblé et où la loi normale est souvent peu applicable (Djindjian 1991), on voit d’emblée l’intérêt d’utiliser de telles méthodes. Sans l’ériger en panacée, l’emploi de méthodes statistiques non paramétriques apparaît comme un secteur à explorer en archéologie.

55La corrélation et la régression (diagramme de dispersion, droites de régression, calcul du coefficient de corrélation R) ont été utilisées pour mettre en évidence les relations mutuelles de plusieurs variables quantitatives continues. Par exemple, on essaye de connaître les dépendances entre la longueur et la largeur ou la largeur et l’épaisseur de certains produits de débitage de manière à en tirer des éléments sur les modalités et/ou la gestion du débitage.

56Enfin, parmi les techniques couramment utilisées en archéologie, celles concernant l’analyse de données ont été mises en oeuvre. Essentiellement descriptives, elles visent à mettre en évidence la structure contenue dans un ensemble de données défini par de multiples variables et/ou individus et qu’il serait impossible de percevoir sans l’aide d’un outil mathématique puissant permettant de représenter l’information dans un espace réduit (techniques de réduction de données en représentations graphiques multidimensionnelles ou en représentations arborescentes).

57Celles paraissant donner les meilleurs résultats en archéologie, et qui ont été utilisées dans ce travail, sont l’analyse factorielle et la classification automatique (Djindjian 1977 ; Decormeille, Hinout 1982 ; Mohen, Bergougnan 1984). Dans le domaine de la classification automatique, des classifications ascendantes hiérarchiques (CAH) ont été appliquées à l’étude de la distribution en classes des pièces retouchées sur lame du Rubané au Cerny. L’algorithme choisi repose sur la distance du Khi-2 comme coefficient de similarité, et la moyenne des distances pondérées comme critère d’agrégation des classes. Parmi les techniques d’analyse factorielle, c’est celle basée sur la distance du Khi-2 –l’analyse factorielle des correspondances (AFC), développée en France par J.-P. Benzecri (1973) et introduite en archéologie par F. Djindjian (1977)– qui a été appliquée à l’étude de la distribution en classes des pièces retouchées sur éclat du Rubané au groupe de Noyen. Mon but était de déterminer si la répartition en classes des pièces retouchées du Rubané au groupe de Noyen du secteur Seine-Yonne était liée ou non au diachronisme des cultures. En d’autres termes, les groupes chronoculturels en présence pouvaient-ils s’ordonner selon les proportions relatives des différentes classes d’outils retouchés ? Théoriquement, ces deux approches, la classification automatique et l’analyse factorielle des correspondances, sont complémentaires. Aussi, des analyses factorielles pour l’étude diachronique des pièces retouchées sur lame et des classifications ascendantes hiérarchiques pour celle concernant les pièces retouchées sur éclat ont été également effectuées.

58D’autre part, les structurations présentées sont le fruit de multiples analyses correspondant à autant de retours vers les données de manière à obtenir la structure la plus claire. N’ont été exposés ici que les résultats les plus cohérents. Mais il est certain qu’une approche complètement aboutie nécessiterait encore un remodelage des données et de nouvelles analyses.

59Rappelons pour finir que l’analyse statistique fournit simplement une image, cohérente ou non, une représentation graphique réduite des données : ce n’est pas une méthode d’étude, c’est une technique de représentation. Ce sont aux concepts et aux méthodes archéologiques à proprement parler que revient la recherche des explications d’ordre anthropologique de la structuration des données.

4.5.2 CaIcul des similarités et analyse cladistique. tabl. lxxi

60Deux techniques ont été utilisées dans l’établissement des relations entre les groupes danubiens occidentaux du point de vue des caractères de l’industrie lithique. L’une a consisté à calculer un indice d’affinité globale (indice de similarité), l’autre, encore peu répandue en archéologie, applique les préceptes de l’analyse cladistique. Sur la base du tableau LXXI, le calcul de l’indice de similarité a consisté à comparer les différents groupes grâce à un indice simple fréquemment utilisé en écologie : l’indice de Dice. Ce coefficient de similarité s’exprime de la façon suivante : Dice = 2C/A+B où A est le nombre de caractères du groupe culturel A, B celui du groupe culturel B et C le nombre de caractères communs aux deux groupes.

  • 2 – Version 1.60, F. James Rohlf ed.

61La matrice triangulaire obtenue a ensuite été traitée par le logiciel NTSYS-PC (Numerical Taxonomy and Multivariate Analysis System2) afin d’obtenir un arbre de classification, représentation qui permet une visualisation plus aisée des relations. Le logiciel propose plusieurs méthodes de construction d’arbre, mais c’est la méthode dite « UPGMA », largement répandue et considérée comme une des plus simples, qui a été choisie.

62Pour les mêmes données, les résultats obtenus avec une analyse cladistique sont sensiblement différents de ceux procurés par l’indice de similarités. Cette technique, utilisée couramment en systématique et en biologie, a été proposée par un entomologiste allemand (Willi Hennig) en 1950. Mais ce n’est que dans les années soixante-dix, avec la publication en langue anglaise de ses travaux, que cette méthode s’est répandue en France dans les milieux paléontologiques, bien qu’issue d’une approche en grande partie opposée aux habitudes paléontologiques (Tassy 1991). Elle est maintenant couramment utilisée dans l’établissement des relations de parenté entre les organismes et l’on trouve aussi des analyses cladistiques dans les sciences humaines dès 1977 (Platnick, Cameron 1977), notamment en linguistique.

63Contrairement à la réflexion évolutionniste néodarwinienne, le raisonnement cladistique se fonde non plus sur la recherche des relations d’ancêtres à descendants, mais sur la recherche des relations de parentés entre groupes. Il implique donc la recherche de critères de parenté et la question est de savoir si les états d’un caractère dans deux ou plusieurs entités sont homologues. La réponse passe par la mise en évidence du partage de traits dérivés : deux espèces sont dites étroitement apparentées lorsqu’elles partagent un caractère commun dérivé, hérité d’une espèce ancestrale commune (Tassy 1991). Aussi, le grand avantage de l’analyse cladistique est qu’elle rend mieux compte des « innovations » ou, pour parler en terme de systématique, des « évolutions partagées de caractères ». En d’autres termes, et à l’inverse de la proximité globale, le calcul des similarités entre des variables ou individus donnés s’établit ici sur une hiérarchisation des observations qui favorise les caractères évolués au détriment des caractères ancestraux ou hérités. On perçoit d’emblée l’intérêt de ce genre d’analyse pour préciser les degrés de filiation entre des ensembles culturels dont le décryptage est au centre des débats sur le Néolithique. La méthode, dont l’une des principales qualités qu’on lui reconnaît est de fournir une représentation critiquable des relations de parenté entres les groupes que l’on étudie, est donc transposable à toutes les disciplines qui intègrent la notion d’évolution dans le temps et dans l’espace, qu’elle soit biologique ou culturelle.

  • 3 – Ces définitions sont tirées de Goujet, Matile (1988) et de Goujet et al. (1991).

64Voici la définition de quelques notions utilisées en systématique cladistique qui, moyennant des aménagements, peuvent être utiles à des objectifs archéologiques3 :

  • apomorphie : état dérivé d’un caractère (caractères innovés au sein des faciès géographiques ou chronologiques d’un groupe culturel, par exemple) ;

  • cladogramme : schéma dichotomique exprimant une hypothèse sur les parentés phylogénétiques entre les taxa d’un groupe (ou entre les faciès géographiques ou chronologiques d’un groupe culturel, par exemple) ;

  • convergence : ressemblance, dans des taxa differénts (ou dans des faciès géographiques ou chronologiques d’un groupe culturel), entre caractères ayant évolué indépendamment à partir de caractères initialement non homologues ;

  • parallélisme : phénomène au cours duquel une même condition apomorphe d’un caractère est atteinte à plusieurs reprises par différents taxa (ou faciès géographiques ou chronologiques d’un groupe culturel) à partir d’un même caractère ancestral ;

  • parcimonie (principe de) : principe selon lequel, entre plusieurs hypothèses scientifiques, il faut toujours choisir la plus simple car c’est celle qui implique le moins d’apriorisme et qui est, par conséquent, la plus facilement réfutable. En cladistique, principe selon lequel, parmi plusieurs cladogrammes, il faut toujours choisir le plus simple, c’est-à-dire celui faisant appel au minimum de dichotomies. Ce principe est peut-être le plus délicat à appliquer en archéologie car, dans ce domaine, le choix de l’hypothèse la plus économique peut conduire à masquer un trait économique, technique..., peu répandu mais non moins fondamental. La solution à ce problème tient dans le choix rigoureux des données à analyser, dans un énoncé explicite du problème à soumettre à l’analyse et dans une démarche itérative entre la technique et les critères descriptifs mis en œuvre ;

  • plésiomorphie : état initial d’un caractère (caractères ancestraux au sein des faciès géographiques ou chronologiques d’un groupe culturel, par exemple) ;

  • synapomorphie : présence chez plusieurs espèces ou groupes d’espèces (ou au sein de faciès géographiques ou chronologiques d’un groupe culturel, par exemple) du même état apomorphe d’un caractère ;

  • symplésiomorphie : présence chez plusieurs espèces ou groupes d’espèces (ou au sein de faciès géographiques ou chronologiques d’un groupe culturel, par exemple) du même état plésiomorphe d’un caractère.

65Ces définitions semblent pouvoir être directement appliquées à l’archéologie. Certains termes, comme parallélisme ou convergence, sont d’ailleurs fréquemment employés. Bien entendu, l’évolution et les caractéristiques des espèces biologiques sont soumis à leurs propres règles, et les systèmaticiens ont développé un vocabulaire précis et touffu pour désigner les différents cas de figures rencontrés lors d’une analyse. C’est pourquoi, si les principes de cette démarche prennent racine en archéologie, un important travail de définition terminologique est à concevoir, visant à construire des outils capables d’expliquer les structures obtenues. C’est à l’aide d’un va-et-vient incessant entre la problématique archéologique, les données archéologiques et la technique cladistique que l’on pourra réellement expérimenter cette approche en tant que méthode de formalisation de l’information sur l’évolution des sociétés disparues. Par conséquent, qu’on veuille bien considérer l’analyse cladistique sur l’industrie lithique des groupes danubiens occidentaux présentée dans ce travail comme un premier essai encourageant.

  • 4 – Je remercie S. Tillier, du Laboratoire de biologie des invertébrés marins et malacologie du MNHN, (...)

66Dans la pratique, pour l’analyse des groupes danubiens occidentaux, les données présentes ont été codées en 1, les points douteux signalés avec un ?, l’absence du caractère avec un 0 (tabl. LXXI). Le cladogramme de la figure 74 a été effectué par le programme Hennig 86 (version 1.5, James S. Farris, 1988)4. Il est basé sur le principe de parcimonie. L’arborescence obtenue (cladogramme) montre donc une hypothèse sur le degré de probabilité des relations entre les groupes culturels.

67Mais une dernière question se pose qui pourrait bien limiter la portée de l’approche cladistique en archéologie. En paléontologie, en zoologie et en biologie, on travaille théoriquement sur des espèces, genres, ordres et classes bien définis grâce à la classification linnéenne, et la cladistique interviendrait ici comme une forme de recherche de l’évolution des espèces. Or en archéologie, la caractérisation des groupes culturels est justement l’objet des investigations et différentes approches peuvent donner lieu à des définitions divergentes. Mais il faut savoir que le cladisme a bouleversé la classification linnéenne et certaines divisions du monde animal, aussi répandues que la classe des reptiles ou des oiseaux, ont été totalement remises en cause. Aussi, la cladistique paraît non seulement comme une méthode pour reconstituer l’histoire des espèces mais également comme une relecture du monde vivant et fossile (Janvier et al. 1980). À terme, elle pourrait devenir un outil de déchifffage des données participant au renouveau de toutes les disciplines intégrant par essence la notion d’évolution. Néanmoins, en archéologie, la collecte et l’interprétation des données devront se fonder uniquement sur les méthodes et les concepts des sciences humaines, c’est-à-dire ceux visant à restituer et à comprendre les faits humains.

Notes

1 – Pour les données du Grand Bois Marot, voir Augereau 1995b.

2 – Version 1.60, F. James Rohlf ed.

3 – Ces définitions sont tirées de Goujet, Matile (1988) et de Goujet et al. (1991).

4 – Je remercie S. Tillier, du Laboratoire de biologie des invertébrés marins et malacologie du MNHN, pour la mise à disposition du logiciel, ainsi que P. Lozouet pour son aide précieuse dans la réalisation de cette analyse.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search