Version classiqueVersion mobile

L’industrie du silex du ve au ive millénaire dans le sud-est du Bassin parisien

 | 
Anne Augereau

Première partie. Cadres et problématiques, matériaux et méthodes

Chapitre 3. Cadre conceptuel : technologie et ethnologie préhistorique

Texte intégral

1Les études Ethiques représentent un élément essentiel pour la connaissance des phénomènes techniques, économiques et sociaux dont la stylistique céramique fournit le cadre chronocuhurel. Ainsi, nos axes d’étude sont construits sur la recherche des liens organiques entre ces deux niveaux d’analyse se fondant sur l’hypothèse qu’il existe des relations complexes entre le « paysage culturel », donné par la stylistique céramique, et le système socio-économique qu’il reste à préciser. Par exemple, on peut admettre que les rapports sociaux intercommunautaires pressentis dans l’approche chronoculturelle sont en corrélation avec les rapports techno-économiques inter- et intracommunautaires.

2Cette option de recherche ne peut se concrétiser, dans un premier temps, que dans un cadre d’étude à l’échelle microrégionale et diachronique. Cette démarche repose sur plusieurs constats anthropologiques qui font l’objet d’un rapide rappel dans les pages suivantes.

3.1 Les enseignements de l’anthropologie sociale

3En premier lieu, un constat anthropologique déjà ancien indique que le système socio-économique architecturant les sociétés humaines, qu’elles soient anciennes ou actuelles, est conditionné par les choix de subsistance opérés en fonction des potentiels naturels locaux (Mauss 1991a). Les comportements techniques, économiques, sociaux mais aussi spirituels, politiques et juridiques qui sont associés à ce système sont étroitement liés aux termes de cette relation entre milieu naturel et choix de subsistance, à laquelle il faut ajouter un autre paramètre fondamental, celui de l’histoire des groupes humains considérés à l’échelle locale mais aussi suprarégionale. On voit que l’approche microrégionale se justifie d’emblée dans les termes de cette relation.

4En second lieu, une société humaine se définit par un ensemble de « techniques, industries et métiers [formant] le système technique d’une société, essentiel à cette société » (Mauss 1947 : 29). La notion de système technique est importante à intégrer car elle induit que la mise en œuvre d’une technique, visant à obtenir un produit ou un résultat, n’est pas autonome mais en étroite interdépendance et en interaction avec d’autres activités techniques et économiques (Mauss 1947 ; Gille 1979 ; Lemonnier 1983). Ainsi, tout acte technique intègre des savoir-faire, des portions de chaînes opératoires, des outils, etc., utilisés dans d’autres chaînes techniques qui interviennent en amont, en aval ou parallèlement à la chaîne technique considérée. Le tout forme un ensemble de structures cohérentes et interdépendantes, notions dont P. Lemonnier (1983) souligne l’importance pour une approche « systémique » des techniques. En Préhistoire, la taille des roches dures, par exemple, représente un sous-système en interdépendance avec les autres parties du système technique comme les outillages en matières dures animales, la zootechnie et les techniques de boucherie, les modes d’exploitations des milieux, les données environnementales, les agencements architecturaux, etc., comme l’a déjà affirmé C. Perlés (1985 ; 1992).

5Ce « milieu technique », comme le nomme A. Leroi-Gourhan (1988 ; 1989), caractérise un groupe humain, une société, fait partie de son identification culturelle. Ainsi, le système technique est intimement lié aux systèmes social, économique, mental et spirituel, à tel point que les innovations techniques ne sont possibles que lorsqu’elles sont compatibles non seulement avec le système économique, mais également avec le système de représentations sociales. Une théorie dynamique des systèmes montre d’ailleurs que l’évolution d’une partie d’un système se répercute à plus ou moins long terme sur les autres parties puis sur les autres systèmes (Gille 1979). Ainsi, il existerait un lien organique entre système technique et société, entre technique et culture. Pour les sociétés passées comme pour les sociétés vivantes, des interactions sous-tendent les différents aspects matériels des groupes culturels, comme l’a bien montré P. Pétrequin pour le Néolithique des lacs jurassiens (Pétrequin 1986 ; 1989).

6En second lieu, la notion de « fait social total », élaborée par M. Mauss (1947), indique que chaque fait humain observé, qu’il soit d’ordre matériel ou spirituel, s’accomplit selon des règles religieuses, juridiques, économiques et sociales propres à une société donnée, et connues et reconnues par tous ses membres. Il s’agit d’un phénomène social à part entière, qui comprend en lui-même toutes les conditions propres à une société, caractère également vrai pour les actes techniques. La définition d’une technique comme « un acte traditionnel efficace » (Mauss 1991b) contient les arguments en faveur de cette idée. D’une part parce que le terme « traditionnel » implique qu’une technique est connue et partagée par tous les membres de la communauté, qu’elle s’accomplit en fonction des conditions sociales, économiques, mentales, environnementales, etc., partagées par cette communauté, même si la connaissance pragmatique n’en revient qu’à quelques-uns. Elle fait partie des pratiques collectives, des héritages communiqués de génération à génération par l’éducation. D’autre part, et surtout, parce que la mise en œuvre d’une technique et ses modalités contribuent à perpétuer l’organisation socio-économique et la division du travail, à reproduire la société dans sa globalité.

7Il y a du social, du culturel, voire du spirituel dans toutes action humaine, même la plus matérielle. Le problème reste de percevoir les interactions entre les différents systèmes, de savoir comment les phénomènes techniques peuvent renseigner sur les autres aspects de la société, comment s’opère l’articulation entre forces productives et rapports sociaux de production, pour reprendre des termes marxistes. Si l’on reprend la définition de « l’acte traditionnel efficace » de M. Mauss, toutes les étapes observables de la mise en œuvre des moyens d’action sur la matière sont chargées de significations économique, sociale et culturelle : l’étude des instruments et des matières premières, la description des processus techniques (chaînes opératoires, gestes, etc.), l’enquête sur les acteurs et leurs connaissances et, bien sûr, l’analyse des produits finis et semi-finis (Lemonnier 1983 ; 1992). En d’autres termes, plutôt qu’une analyse « horizontale » des techniques humaines, ce serait une quête pas à pas des interactions entre faits techniques et société qu’il faudrait privilégier. Car la culture ne s’illustre pas uniquement dans ce que C. Lévi-Stauss (1973) appelle le signe et A. Leroi-Gourhan le style, mais également à tous les instants de l’action concrète de l’homme sur le monde physique (Lemonnier 1992). Cette conception constitue d’ailleurs l’objet de la technologie culturelle telle que la conçoit P. Lemonnier (1983 ; 1991) pour qui l’étude de la relation entre système technique et organisation sociale, au travers de la description des différentes techniques et leurs produits, et la reconstitution du système technique, représente le but final de cette discipline.

8Cette conception peut être appliquée à l’archéologie et plus particulièrement dans le cadre d’études de technologie lithique. C’est par la combinaison de différentes approches, la reconstitution des chaînes opératoires –préliminaire à l’identification des processus techniques– et de la structure économique des productions lithiques l’expérimentation et les données de l’ethnoarchéologie que le préhistorien peut espérer accéder, mais partiellement et sous forme d’indices plutôt que de certitudes, à la reconstitution des relations entre système technique et système socio-économique.

3.2 Chaîne opératoire et ethnologie préhistorique

9Parallèlement à la lecture technologique des restes lithiques, au sens de J. Tixier (Tixier et al. 1980), la notion de chaîne opératoire – dont la définition de A. Leroi-Gourhan est la plus complète (Leroi-Gourhan 1989 : 164) – peut servir de trame et de grille d’analyse, et ainsi rapporter chacun des éléments matériels récoltés à une « séquence » ou une « opération » (Pelegrin et al. 1988 ; Karlin et al. 1991). La typologie permet d’appréhender la transformation finale des produits issus de la série de gestes organisés en méthode (Tixier 1984a ; Tixier et al. 1980), que la technologie a permis de reconstituer.

10Cette trame restituée, il s’agit ensuite de tenter de l’interpréter en termes socio-économiques et de structures d’organisation de la production. D’un point de vue théorique, le processus de taille des roches dures peut se décomposer en quatre grands sujets d’observation (Cahen et al. 1980), dans les faits, étroitement imbriqués, et desquels se dégagent diverses interrogations socio-économiques : l’acquisition des matières premières, leur transformation en produits, la diffusion des produits et, enfin, leur destination et leur utilisation. Ces différents aspects doivent s’analyser conjointement, en y ajoutant l’étude du fractionnement spatial des chaînes opératoires, intrasite ou intersite (De Grooth 1991).

3.2.1 Acquisition des matières premières

11Les investigations sur l’acquisition des matières premières repose sur deux questions simples : d’où viennent-elles ? Quelles ont été leurs modalités d’acquisition ?

12La réponse à la première question passe d’abord par une connaissance approfondie des ressources lithiques environnantes au site et/ou à la microrégion étudiés, à l’échelle macroscopique dans un premier temps, puis microscopique (pétrographie, micropaléontologie, étude des éléments-traces, etc.). On peut ainsi déterminer si le volant des matières lithiques taillées est d’origine locale (dans un rayon de moins de 5 km autour du site, selon les terminologies de Demars 1982 et Geneste 1985), régionale ou lointaine. Se pose ensuite le problème des stratégies d’acquisition de ces matériaux. En ce qui concerne les populations sédentarisées comme les néolithiques, et donc plus ou moins affectées à un terroir limité (Binder et al. 1990), la présence de témoins en matière première exogène suppose l’existence d’un territoire économique et de modes d’acquisition des matériaux, bruts ou manufacturés, prémédités dans le long terme. Ceux-ci peuvent recouvrir plusieurs formes : échanges, trocs à l’occasion de contacts entre communautés, expéditions sur les lieux d’affleurements de ces silex, colportage, etc. Toutes ces hypothèses, auxquelles il est difficile de donner une réponse définitive à l’heure actuelle, amènent à se poser la question du contrôle social et économique des ressources lithiques et de leur circulation : toutes les communautés ont-elles librement accédé aux matériaux ? Y a-t-il eu au contraire des intermédiaires et quel statut avaient-ils ?

13De multiples modes d’approvisionnement en matière siliceuse ont été mis en évidence : ramassage de rognons dans les dépôts de bas de versants, collecte dans les alluvions du plus proche cours d’eau, extraction en puits de mines, en carrière à ciel ouvert, en front de taille, etc. Là encore, ramasser des galets ou des rognons autour du village ou entreprendre le creusement d’un puits à un endroit spécifique, modes d’acquisition qui coexistent dans le Néolithique moyen du Bassin parisien, ne peuvent avoir la même signification socio-économique, même si la provenance reste locale.

3.2.2 Transformation des matières premières

14La question du processus de transformation de la matière première recouvre l’identification de l’intention de production et la reconnaissance des techniques et des méthodes de taille ainsi que la description des outillages. Des savoir-faire et les produits de ces savoir-faire, caractérisant une unité villageoise et/ou un groupe culturel donné, sont mis en évidence. Les concepts énoncés par J. Pelegrin (1990 ; 1991b ; 1995a) et S. Ploux (1991a et b) sur le savoir cognitif et psychomoteur dont résultent les activités de taille des roches dures permettent de hiérarchiser des méthodes et techniques de taille selon l’engagement des savoir-faire idéatoires (analyse de la situation et des contraintes en fonction des concepts et des connaissances, évaluation et sélection de la modalité la plus adaptée en fonction du registre des modalités connues) et moteur (exécution de la modalité choisie, réalisation pratique des connaissances et du savoir-faire) qu’elles supposent (Pelegrin 1995a). On peut ainsi mettre en évidence, au sein d’un ou de plusieurs assemblages lithiques, des niveaux de compétence technique plus ou moins élevés puis, éventuellement, des performances différentes, dont la pratique moderne des roches dures permet de préciser le degré de complexité (Pelegrin 1988a ; 1991b). Les savoir-faire peuvent être reconnus également dans la gestion des étapes « à risque » de la taille que l’on peut rapprocher des « moments stratégiques » de l’ethnologie des techniques dont P. Lemonnier (1983) donne la définition suivante : « Une opération sera dite stratégique si son accomplissement est nécessaire à la poursuite du processus, si elle ne peut être différée, annulée ou remplacée sans en remettre gravement le résultat en cause. » (Lemonnier 1983 : 17). Il en est ainsi, par exemple, de la phase de régularisation des ébauches de haches néolithiques en contexte minier. Cette phase, décisive dans le façonnage puisqu’elle prépare la pièce au polissage, se réalise par l’enlèvement d’éclats fins visant à donner une bonne convexité aux faces et une bonne symétrie aux arêtes latérales et aux lignes médianes. Le soin apporté à cette opération, déterminé grâce à l’étalon expérimental, (établi par J. Pelegrin en l’occurrence, pour l’étude des minières du Pays d’Othe), est symptomatique du degré de savoir-faire.

15Comment peut-on interpréter, en termes de structure de production, le ou les niveaux de compétence identifiés au sein d’un assemblage lithique préhistorique ? Tout d’abord, un constat anthropologique, établi par A. Testard (1985), indiquerait que le travail de la pierre est réservé aux hommes dans les sociétés de chasseurs-cueilleurs. Cette division du travail selon le sexe serait également vraie dans les sociétés d’agriculteurs-éleveurs actuelles où le travail des matières dures et, plus généralement, la fabrication des instruments destinés à couper, trancher, percer, etc. sont plutôt des tâches masculines (Condominas 1982 ; Godelier 1985 ; Pétrequin, Pétrequin 1988). Les contre-exemples étant rarissimes, on peut étendre ce constat aux sociétés passées. Ensuite, parmi le volant de tailleurs masculins, certains peuvent faire preuve de savoir-faire supérieurs que l’on reconnaît, à l’examen des séries lithiques, dans la présence de pièces de haute technicité contrastant avec le reste de l’industrie. Plusieurs hypothèses doivent être envisagées. La première intègre la destination fonctionnelle des différentes productions : un même tailleur, suivant la fonction qu’il réserve à ses produits, peut employer plusieurs méthodes de taille à différents moments. La seconde tient compte d’une division du travail selon l’âge : les tailleurs les plus compétents sont également les plus âgés, ceux ayant acquis un bon niveau de savoir-faire idéatoire et moteur grâce à une expérience de longue date. Cette hypothèse a été formulée pour les sociétés de chasseurs-cueilleurs magdaléniens (Pelegrin et al. 1988 ; Pigeot 1988 ; Karlin et al. 1991 ; Ploux 1991a et b). Mais dans le cas des sociétés à économie de production dominante, comme le Néolithique, d’autres hypothèses doivent être envisagées.

16La grande question qui préside aujourd’hui à l’interprétation de la structure des productions néolithiques est celle de la spécialisation des activités techniques, de taille ou autres (Lichardus et al. 1985 ; Manolakakis 1996). Plusieurs formes de spécialisation peuvent être considérées. Les deux principales sont la spécialisation techno-économique et la spécialisation technique. Pour la première, c’est-à-dire une production destinée à la vente ou à l’échange, et perpétrée par un groupe d’individus, V. Roux et J. Pelegrin (1989) affirment, dans une étude sur les séquences de taille et de production de perles en cornaline à Cambay (Gujurat, Inde), que la spécialisation techno-économique se caractérise par des niveaux de compétence technique élevés dont l’acquisition des savoir-faire nécessite des durées d’apprentissage longues (Roux 1991). Pour eux, « la relation entre degré de technicité et spécialisation passe par la durée d’apprentissage » (Roux, Pelegrin 1989 : 45). L’investissement en temps que représente la durée d’apprentissage dénote donc une plus ou moins grande spécialisation techno-économique.

17Toutefois, la réciproque n’est pas vraie : un faible niveau de compétence technique ne signe pas une absence de spécialisation techno-économique. On citera l’exemple donné par V. Roux et J. Pelegrin eux-mêmes dans lequel les mauvais tailleurs de perles de Cambay, ceux dont la durée d’apprentissage se limite à quelques jours, sont tout aussi spécialisés que les bons tailleurs : ils produisent exclusivement pour vendre. Aussi, le seul critère de haute compétence technique ne suffit pas, voire n’est pas nécessaire pour identifier une production issue d’une spécialisation techno-économique. En fait, d’après les études d’un certain nombre d’auteurs, l’hypothèse d’une spécialisation techno-économique ou spécialisation artisanale peut être avancée lorsqu’un certain nombre de critères sont réunis : production, au moins en partie, pour des consommateurs autres que les producteurs, existence d’ateliers spécialisés dans certaines étapes de la fabrication des produits, et surtout, fondements de la production résidant dans la distribution et l’échange des produits (Miller 1987 ; Torrence 1986 ; De Grooth 1991).

18Dans le domaine de la taille des roches dures préhistoriques, la seule détermination, au sein d’un assemblage lithique, de pièces de haute technicité s’avère donc insuffisante pour conclure à l’existence d’une production techno-économiquement spécialisée. Toutefois, la présence d’individus performants au sein d’une communauté est hautement significative de rapports sociaux complexes. En effet, si seules quelques personnes détiennent un savoir-faire nécessaire à l’ensemble de la communauté, leur pratique leur confère forcément un statut particulier, ne serait-ce que dans les termes de la redistribution d’une partie de leur production. Ils n’en tirent pas forcément du profit mais, éventuellement, un certain prestige. Les tailleurs d’herminettes de Langda (Irian Jaya, île de Nouvelle-Guinée, Indonésie) en sont un bon exemple (Pétrequin, Pétrequin 1990a). Il s’agirait là d’une spécialisation technique, certains individus étant plus compétents que d’autres pour accomplir des tâches nécessitant un savoir-faire particulier.

3.2.3 Aspect spatial

19Cet aspect représente un argumentaire important dans la détermination des structures de productions lithiques. L’analyse du fractionnement des chaînes opératoires dans les divers ateliers de taille du Néolithique ancien de Pologne centrale, en relation avec l’exploitation minière, a montré l’existence de sites spécialisés dans l’acquisition des matières premières, dans la transformation des matériaux en produits ensuite redistribués à des groupes non producteurs (Lech 1982 ; 1987 ; Schild et al. 1985). Dans ce cas, il semblerait bien que l’on puisse parler de spécialisation techno-économique. Ainsi, en recherchant le mode de répartition géographique des étapes de fabrication d’objets lithiques, se pose la question de l’organisation spatiale de la production. Celle-ci peut être fonction de rapports sociaux précis comme le révèle l’enquête ethnoarchéologique menée par P. et A.-M. Pétrequin (1990a) sur la répartition des haches et des herminettes en Irian Jaya. En effet, la finition de certaines herminettes en roches particulièrement fissibles (basalte) est laissée aux soins de « spécialistes à temps partiel » et est effectuée au village, au contraire des opérations de dégrossissage réalisées sur le lieu d’acquisition de la matière première. Il semble donc bien se dessiner l’hypothèse d’une relation entre division spatiale de la chaîne opératoire de fabrication, niveaux de compétence technique et degrés de spécialisation artisanale.

3.2.4 Diffusion, destination et utilisation des produits

20Ces thèmes d’étude concernent l’analyse des outils lithiques en eux-mêmes par l’établissement de listes typologiques morphotechniques (Bordes 1950 ; 1961), la quantification des types et leur répartition géographique. Dans tout ce qui précède, l’importance de la notion de diffusion et de destination des produits transparaît puisqu’il y a spécialisation techno-économique si les objets sont consommés par d’autres individus que les producteurs. Dès le premier niveau de l’analyse, celui des matières premières, la forme sous laquelle parvient le matériau (rognon brut, préparé, produit fini ou semi-fini, etc.) à un groupe humain donné est déjà un élément d’information pour la compréhension de l’organisation socio-économique de la production.

21Quant à l’utilisation des outils lithiques, dont les récents travaux de B. Gassin (Gassin, Binder 1988 ; Gassin 1996) ont montré quels éclaircissements pouvaient apporter les études de traces à la compréhension de la gestion du débitage et de l’économie des matières premières au Néolithique, elle reste à ce jour une question encore peu explorée dans le secteur Seine-Yonne. Toutefois, un programme collectif de recherche existe depuis 1998, portant sur ces questions pour l’ensemble du Bassin parisien (Allard et al. à paraître). Les données sont encore en cours d’élaboration et les protocoles expérimentaux devront notamment être développés pour véritablement asseoir les résultats.

22C’est pourquoi le problème de la fonction des outils lithiques ne sera pas abordé sous cet angle. Toutefois, on me permettra de faire quelques remarques concernant la relation entre style et fonction des outils, notamment au travers d’un exemple dont la valeur de signe culturel a été établie (Wiessner 1983 ; Lemonnier 1987) et la fonction connue : les armatures de flèche. P. Lemonnier (1987) a clairement démontré que l’identité culturelle pouvait s’exprimer, chez les Anga de Nouvelle-Guinée, dès les « premiers degrés du fait », dès les étapes purement techniques de confection de ces outils. Si les représentations symboliques manifestées dans la fabrication des flèches échappent définitivement aux archéologues, on peut néanmoins s’interroger sur leur valeur de signe culturel, de « fossile directeur », en recherchant les corrélations existant entre style, fonction et économie. C’est ce qu’ont tenté de faire, avec succès, P. et A.‑M. Pétrequin (1990b) en étudiant la variabilité des flèches de deux villages d’Irian Jaya caractérisés par des économies de subsistance différentes.

23Pour résumer, la détermination des structures de production lithiques en milieu néolithique doit faire la synthèse sur les données de l’analyse technologique et typologique mais aussi du contexte économique des cultures étudiées, de l’analyse spatiale des restes et des produits de taille, des modes d’approvisionnement en matières premières, de la quantification des différents types de production.

24Enfin, il faut souligner que l’ensemble de cette recherche ne s’inscrit pas dans le « temps bref » de l’histoire (Karlin et al. 1991) mais bien dans le temps long, celui incluant à la fois l’histoire des relations de l’homme avec son milieu naturel et « l’histoire sociale, celle des groupes et des groupements » (Braudel 1966 : 13).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search