Version classiqueVersion mobile

L’industrie du silex du ve au ive millénaire dans le sud-est du Bassin parisien

 | 
Anne Augereau

Première partie. Cadres et problématiques, matériaux et méthodes

Chapitre 2. Cadre chronoculturel

Texte intégral

1Deux terminologies chronoculturelles sont actuellement en vigueur pour le Néolithique de la France du Nord : la terminologie européenne (Lichardus et al. 1985) et la terminologie française (Mordant 1986a ; 1986b ; Pétrequin, Pétrequin 1986). Un tableau de correspondance des termes (tabl. XLV) permet de fixer l’état actuel de la chronologie du secteur Seine-Yonne par rapport à l’ensemble du Bassin parisien d’une part, et par rapport à l’ensemble de l’Europe d’autre part. Ce cadre, qui pourrait paraître définitif, n’est, pour le moment, qu’une hypothèse à vérifier. En effet, les relations Rubané récent du Bassin parisien/Villeneuve-Saint-Germain représentent un thème de recherche actuel (Constantin 1985 ; 1986 ; Constantin et al. 1995 ; Ilett et al. 1995). En outre, la position chronologique et culturelle du groupe de Cerny, et notamment du groupe de Cerny-Barbuise, par rapport aux cultures Rössen et issues du Rössen rhénan est encore problématique (Mordant 1980a ; 1986a ; Lichardus 1992 ; Jeunesse 1995a ; 1998b). Enfin, la périodisation de certains groupes comme le Villeneuve-Saint-Germain repose encore trop sur la typologie céramique (Lichardus-Itten, comm. pers.).

TABL. XLV
Schéma chronologique simplifié.

d’après Lichardus et al. 1985.

2Cette double terminologie recouvre deux conceptions différentes, mais toutefois complémentaires, de la recherche néolithique. La première, qui utilise la terminologie européenne, reconnaît, dans la moitié nord de l’Europe, deux états socio-économiques successifs : le Néolithique puis le Chalcolithique. Le Néolithique, issu de la colonisation danubienne, introduirait l’économie de production et serait fondé sur l’exploitation égalitaire des ressources naturelles, égalité qui reste d’ailleurs à définir et donc à démontrer. Le Chalcolithique représente une tranche chronologique débutant vers le milieu du Ve millénaire. Elle serait marquée par des changements structurels importants, observés en premier lieu dans les steppes pontiques et dans le bassin des Carpates, parmi lesquels est couramment cité le développement d’une hiérarchie sociale et d’artisanats spécialisés (Lichardus et al. 1985). Cette approche, purement chronologique, permet d’observer un certain nombre de constantes simultanément à travers l’Europe. La seconde conception, à laquelle je souscris, tente de dépasser cet aspect chronologique pour essayer de percevoir les processus de transformation des sociétés issues de la néolithisation et de déterminer vers quel type d’organisation socio-économique elles tendent. Il ne s’agit pas de démontrer si l’on est ou non en présence, au niveau local, d’un Néolithique ou d’un Chalcolithique européen, mais de déterminer quels sont les caractères des groupes néolithiques locaux et surtout comment et pourquoi ils ont émergé (Constantin et al. 1997a).

3En définitive, il est peut-être un peu prématuré de vouloir replacer la chronologie du secteur Seine-Yonne, et même celle du Bassin parisien, par rapport à l’ensemble de l’Europe sans en avoir perçu la dynamique évolutive. Un tel objectif ne peut être réalisé, dans un premier temps, qu’à une échelle microrégionale, de façon à saisir les contraintes et les conditions inhérentes à ce processus. En effet, de nombreux constats anthropologiques montrent que la structure des sociétés humaines est conditionnée par les choix de subsistance opérés en fonction des potentiels naturels locaux. Ainsi, les comportements techniques, économiques et sociaux sont étroitement liés à la relation entre milieu naturel et choix de subsistance. Pour ma part, j’ai tenté de mettre en évidence la manière dont se transforment les industries Ethiques du secteur Seine-Yonne et quelles sont les étapes marquantes de cette évolution. Je propose également quelques hypothèses sur la dynamique des changements techniques observés, en faisant appel aux données d’autres disciplines (approvisionnement carné, paléoenvironnement, architecture, etc.).

4Dans cette perspective, l’aspect culturel reste toutefois fondamental : la structure des sociétés ne peut s’expliquer seulement par les déterminismes naturel et économique. La part des facteurs exogènes ou régionaux, dans laquelle s’inscrit l’histoire des relations entre les groupes humains à l’échelle locale, régionale et suprarégionale, a été autant influente, voire déterminante dans certains cas. D’ailleurs, la position géographique du sud-est du Bassin parisien, ouvert à la fois vers la Brie au nord par la vallée de la Seine, vers la Champagne au nord-est en remontant le cours de cette même rivière, vers le Gâtinais et le bassin de la Loire à l’ouest par la vallée du Loing et vers la Bourgogne au sud par l’Yonne et ses affluents, le situe à l’intersection des divers courants de civilisations du Bassin parisien au cours du Néolithique. À de multiples reprises, s’impose à la réflexion le problème des contacts entre les différentes entités culturelles pour tenter de résoudre les problèmes d’identification des groupes régionaux. Ces phénomènes ont concerné de vastes territoires, et il est nécessaire de résumer de la situation du sud-est du Bassin parisien par rapport à l’ensemble de la moitié nord de la France d’une part et par rapport à l’Europe d’autre part.

2.1 Néolithisation du Bassin parisien et rapports avec le Mésolithique

5S’il semble admis que le passage à l’économie de production en Europe tempérée soit l’aboutissement d’un phénomène de colonisation qui trouve ses racines au Proche-Orient, la question des relations entre les colons et les autochtones, en l’occurrence les Mésolithiques, reste à étudier. Dans le Bassin parisien, le problème est souvent posé au travers de la comparaison entre les armatures de flèche mésolithiques et néolithiques (Roussot-Larroque, Thévenin 1984 ; Thévenin 1995 ; 1996 ; Gob 1983 ; 1990 ; Ducrocq 1991 ; Marchand 1999) . Jusqu’à récemment, selon que l’on minimisait ou que l’on exaltait les ressemblances constatées, les interprétations proposées oscillaient entre deux conceptions opposées, aujourd’hui presque abandonnées : le modèle résolument diffusioniste de l’adoption du mode de vie néolithique, avec soit une mise à l’écart temporaire des groupes mésolithiques (Bailloud 1971 ; 1982), soit une absorption immédiate ou une disparition inexpliquée (Demoule 1989) ; et l’idée d’une néolithisation autonome des substrats mésolithiques (Newell 1970 ; Rozoy 1978). Actuellement, divers chercheurs (Van Berg 1990 ; Gallay 1995 ; Roussot-Larroque 1993 ; Otte 1996 ; Jeunesse 1998a ; Marchand 1999 ; Sidéra 2000) mettent en lumière la complexité du phénomène de néolithisation : d’une part, son origine pourrait être polyphylétique avec une participation, dominante, du courant centre-européen (danubien) et celle du courant méditerranéen qui aurait pu « céramiser » très tôt les Mésolithiques ; d’autre part, on envisage de plus en plus une interaction constante, sous la forme d’influences réciproques, entre populations mésolithiques et néolithiques ; enfin, l’histoire des relations entre mésolithiques et néolithiques s’inscrirait sur une longue période, presque trois millénaires, aboutissant, à terme, à un métissage où l’apport mésolithique se manifesterait dans le domaine de l’idéologie (« idéologie du sauvage » perceptible dans le mobilier de certaines tombes du Néolithique moyen : craches de cerf, défenses de suidé) [Jeunesse 1997 ; Sidéra 2000].

6Évidemment, il ne s’agit encore que d’hypothèses de travail. Il est probable que le problème n’a sans doute pas partout la même explication, et on ne peut manquer de prôner, une fois de plus, l’intérêt des approches régionales pluridisciplinaires telles que celles amorcées dans le Jura (Cupillard et al. 1991) avant de brosser un tableau général du processus de néolithisation.

7Malheureusement, dans le secteur Seine-Yonne, les données sont encore trop partielles pour aborder d’une manière efficace cette question. Les découvertes de Noyen-sur-Seine en Seine-et-Marne (Mordant, Mordant 1989 ; 1992) et de Véron dans l’Yonne (Carré 1991) permettent cependant d’ouvrir la discussion. Même si à Noyen, où un niveau mésolithique assez récent a été mis en évidence, l’interconnexion Mésolithique-Néolithique est encore difficile à saisir, on peut néanmoins évoquer indirectement le problème, en ce qui concerne l’industrie lithique, par une approche comparative des caractéristiques techniques et typologiques du Néolithique ancien régional avec les industries mésolithiques disponibles –en l’occurrence Noyen– et les industries des groupes danubiens occidentaux qui sont censés être à l’origine de la néolithisation de ce secteur. Avec toute la prudence requise quant à l’interprétation des phénomènes observés et des données comparées, on pourra peut-être estimer, par hypothèse, le degré de pénétration de la civilisation néolithique dans le sud-est du Bassin parisien et mieux percevoir la part des traditions autochtones dans la production des outillages.

2.2 Néolithique ancien : Rubané récent, Rubané final et Villeneuve-Saint-Germain

8Il semblerait, en l’absence de données contradictoires, que la colonisation du Bassin parisien se soit réalisée à une époque assez tardive, contemporaine d’un Néolithique moyen/récent des pays du Rhin (terminologie européenne) [tabl. XLV]. Deux principaux groupes culturels figurant le premier Néolithique en Bassin parisien ont été définis : le Rubané récent du Bassin parisien et le groupe de Villeneuve-Saint-Germain.

9C’est essentiellement G. Bailloud (1964) qui a précisé les caractères du Rubané récent du Bassin parisien, premier groupe néolithique identifié dans cette région, dont les liens typologiques les plus probables sont à chercher parmi le Rubané alsacien et celui du Rhin moyen. Il offre cependant quelques innovations dans le domaine des techniques décoratives comme le décor au peigne par impression pivotante et le décor en T. Il semblerait que le Rubané récent du Bassin parisien succède directement au Rubané moyen champenois. Il serait donc contemporain de l’étape V de la Céramique linéaire (selon la chronologie de Meier-Arendt 1966). Les récents développements de la recherche permettent d’envisager non seulement une origine commune entre le Rubané alsacien, le Rubané de la Marne et le Rubané récent du Bassin parisien, c’est-à-dire les groupes rubanés du sud de la plaine du Rhin supérieur, regroupés sous l’appellation « Rubané du Sud-Ouest », mais également une évolution parallèle, perceptible notamment dans les traditions funéraires (Jeunesse 1995b).

10L’abondance du matériel céramique dans la vallée de l’Aisne a permis de préciser les tendances évolutives du Rubané récent du Bassin parisien (Constantin, Ilett 1997). La variation quantitatives des techniques décoratives semble être un élément pertinent. En effet, les auteurs constatent une augmentation de la fréquence du peigne à dents utilisé en impressions pivotantes aux dépens du peigne à deux dents en impressions séparées, une augmentation du nombre de dents sur les peignes (trois dents, puis quatre et cinq et enfin six), une baisse progressive des décors combinant impressions et incisions, le développement du motif de l’échelle et du triangle incisés et du motif en guirlande en fin de séquence, etc. Dans le sud-est du Bassin parisien et notamment dans le secteur Seine-Yonne, on ne rencontrerait que l’étape finale de cette périodisation.

11Quant au groupe de Villeneuve-Saint-Germain, il a été caractérisé par C. Constantin et J.-P. Demoule, il y a maintenant plus de vingt ans (Constantin, Demoule 1982), par rapprochement avec le groupe de Blicquy, bien documenté. Le groupe de Villeneuve-Saint-Germain se définit par la présence de bracelets en schiste, de céramique dégraissée à l’os, de vases de forme globulaire à bord vertical ou légèrement rentrant et de décors en arêtes de poisson. Il appartient à une vaste entité géographique bien homogène qui rassemble, en outre, le groupe de Marcilly (Eure-et-Loir, défini par G. Bailloud en 1964) et le groupe belge de Blicquy. Le groupe de Villeneuve-Saint-Germain, d’extension plus vaste que le Rubané récent du Bassin parisien, a été reconnu jusqu’aux rivages de la Manche, de la Basse-Normandie et dans le bassin de la Loire (Lanchon 1984 ; Constantin 1985 ; 1986). Depuis peu, des éléments Villeneuve-Saint-Germain ont été reconnus jusqu’en Bretagne, à Saint-Étienne-en-Coglès en Ille-et-Vilaine (Cassen et al. 1998).

12Du point de vue de la typologie céramique, le Villeneuve-Saint-Germain se distingue du Rubané récent du Bassin parisien par la présence, en grande quantité, de décors plastiques parmi lesquels les bords encochés, les décors en V entre les anses et le rebord réalisés par pincements à l’aide d’un poinçon ou par cordons rapportés, les gros boutons appliqués et les cordons en relief (Lanchon 1984 ; Constantin 1985).

13Par confrontation avec la périodisation du groupe de Blicquy, C. Constantin (1985) discerne trois étapes dans le groupe de Villeneuve-Saint-Germain :

  • une première qui, lors de la rédaction de la thèse de C. Constantin (1985), était encore hypothétique, se caractériserait par la présence de décors au peigne et d’arêtes de poisson, et de décors modelés sous le bord ;

  • une seconde étape qui voit l’apparition du décor en V par pincements au-dessus des anses ;

  • enfin, une troisième étape qui se distingue par l’éclosion massive des cordons en relief.

14Une « étape formative » du groupe de Villeneuve-Saint-Germain est envisagée par C. Constantin et M. Ilett (Ilett et al. 1995) avec le site de Villeneuve-la-Guyard, dans l’Yonne. Elle serait caractérisée par une abondance d’éléments rubanés (motifs de la croix imprimée, de l’échelle, du triangle, emploi du peigne à deux dents, etc.) et d’éléments propres au groupe de Villeneuve-Saint-Germain (V pincés notamment).

15Les liens typologiques du Villeneuve-Saint-Germain avec le Rubané récent du Bassin parisien, et plus généralement avec l’ensemble des groupes danubiens occidentaux, à savoir le groupe de Blicquy, le Rubané récent du Bassin parisien et l’Omalien, ne sont pas, actuellement, remis en cause. Beaucoup d’éléments présents dans le Villeneuve-Saint-Germain existent aussi dans le Rubané récent du Bassin parisien (Lanchon 1984 ; Constantin 1985) comme les marmites à col, les décors en guirlande, en damiers et en T, ainsi que les impressions pivotantes au peigne et les bracelets rainurés en terre cuite. On constate également au Villeneuve-Saint-Germain une multiplication des mamelons non perforés, parfois jumelés, qui sont déjà présents, en plus faible nombre, dans le Rubané récent du Bassin parisien. On peut donc dire que le Villeneuve-Saint-Germain est issu, pour une bonne part, du Rubané récent du Bassin parisien, et C. Constantin (1985) et Y. Lanchon (1984) envisagent une succession directe Rubané récent/Villeneuve-Saint-Germain. Une certaine analogie avec l’Epicardial a fait invoquer des influences méridionales pour expliquer l’existence de certains éléments typologiques, comme les cordons en relief, dans le Villeneuve-Saint-Germain (Lanchon 1984 ; Lichardus-Itten 1986). En revanche, C. Constantin (1986) juge superflu de faire appel à des influences allochtones pour justifier la présence de ces éléments déjà connus dans les étapes plus anciennes. La question méditerranéenne ponctue d’ailleurs la littérature sur le Néolithique ancien du Bassin parisien. M. Lichardus-Itten (1986) voit, dès le Rubané récent, des influences méridionales dans la typologie céramique (décors au peigne et technique pivotante, décors en T). Les relations entre les courants danubien et méditerranéen sont hautement probables sur la base d’indices certes ténus mais bien réels. Notamment, les fameuses céramiques du Limbourg et de la Hoguette, dont les analogies avec la céramique cardiale ont été soulignées (Van Berg 1990), ont permis de relancer le débat. Une confrontation des données radiocarbones du Néolithique danubien et méditerranéen montre la cohérence chronologique de l’hypothèse d’influences méditerranéennes précoces pour expliquer la présence de ces céramiques particulières, dès les premières étapes du Rubané du Rhin et du Bassin parisien (Jeunesse 1995c). C’est sans doute dans les zones intermédiaires, entre les foyers originels de colonisation, que la progression chronologique et culturelle des relations nord-sud pourrait être mise en évidence, ce que certains auteurs appellent l’observation des phénomènes de « périphérisation » (Lanchon 1984 ; Lichardus-Itten 1986 ; Jeunesse et al. 1991).

16La question des dates radiocarbones, en ce qui concerne les relations entre Rubané récent du Bassin parisien et Villeneuve-Saint-Germain, et qui a donné lieu à une polémique entre partisans du diachronisme et partisans du synchronisme, n’est pas abordée ici (Bailloud 1983 ; Constantin, Lasserre 1983 ; Cahen, Gilot 1983). L’optique nouvelle qui consiste à paralléliser le groupe de Villeneuve-Saint-Germain et Rubané récent auxquels succéderait le Rubané final (Jeunesse 1998-1999) n’a pas encore reçu suffisamment d’arguments. Avant d’être prise sérieusement en considération, elle demande vérification systématique microrégion par microrégion. Mon point de vue, fondé sur l’expérience et sur les données évolutives obtenues d’après l’étude lithique, rejoint celui de C. Constantin pour qui Rubané récent et Villeneuve-Saint-Germain, de même qu’Omalien et groupe de Blicquy, se succèdent dans le temps. Mais on le verra, ce point de vue est à préciser en prenant en compte les analogies clairement enregistrées entre l’industrie lithique du Rubané récent de Picardie et celle des étapes anciennes du sud-est du Bassin parisien. Par ailleurs, et comme le souligne C. Jeunesse, l’idée d’un chevauchement partiel entre Rubané et Villeneuve-Saint-Germain n’est pas à écarter, ne serait-ce que dans la perspective d’une meilleure appréciation de cette phase de transition et des mécanismes ayant conduit à la mise en place du groupe de Villeneuve-Saint-Germain (Jeunesse 1998b).

17En ce qui concerne le secteur Seine-Yonne, P. Parruzot (1957) et à sa suite G. Bailloud (1964) avaient rattaché les sites d’Armeau, de Chaumont et de Cheny, dans l’Yonne, à l’ensemble du Rubané récent du Bassin parisien. En 1985, C. Constantin propose d’exclure le premier site pour l’attribuer à l’étape ancienne du Villeneuve-Saint-Germain. Pour appuyer cette hypothèse, il invoque la présence, dans ce site, d’éléments inhabituels pour le Rubané récent du Bassin parisien comme l’anse en ruban, des décors en V par impressions digitées au-dessus des anses ainsi qu’une forte proportion de céramique fine non décorée. Pour C. Constantin et selon les matériaux disponibles à l’époque, le Rubané récent du Bassin parisien tel qu’il a été défini en Picardie n’existerait peut-être pas dans l’Yonne. Cette conception est toutefois à nuancer grâce aux nouvelles découvertes effectuées à Étigny, dans l’Yonne (opération A. Augereau, inédit) où l’on constate la présence de décors caractéristiques du début de la séquence du Rubané récent (peigne à deux dents ; travaux en cours K. Meunier, doctorante, université de Paris I).

18Depuis quelques années, la documentation a considérablement augmenté. Il faut citer les fouilles des villages danubiens de Passy (fouilles H. Carré), de Villeneuve-la-Guyard (fouilles M. Prestreau), de Balloy/Les Réaudins (fouilles D. Mordant) et de Barbey (fouilles S. Renaud) dont les industries lithiques sont étudiées dans cet ouvrage. La découverte et la fouille de ces sites permettent de préciser la première étape du Villeneuve-Saint-Germain que C. Constantin pressentait dans sa thèse (1985). Elles ont permis, par ailleurs, de réfuter l’hypothèse du synchronisme entre le groupe de Villeneuve-Saint-Germain et le groupe d’Augy-Sainte-Pallaye, défendue par Y. Lanchon (1984), pour qui l’argument principal résidait dans une séparation géographique des deux groupes, l’Augy-Sainte-Pallaye caractérisant seulement le sud-est du Bassin parisien (Constantin, Lanchon 1992).

19Dans le secteur Seine-Yonne, l’exacte position chronologique et culturelle du groupe d’Augy-Sainte-Pallaye est très difficile à établir. Il semble se confondre avec l’étape finale du Villeneuve-Saint-Germain représentée à Passy/La Sablonnière (Carré 1986) et avec un Cerny ancien que D. Mordant (1986a) entrevoit dans l’enceinte des Pâtures à Châtenay-sur-Seine. Le flou entourant la définition de ce groupe a conduit en 1987, au colloque de Blois, à supprimer cette appellation en l’attente d’autres données sur la transition entre les groupes de Villeneuve-Saint-Germain et de Cerny. Les sites de la Loire moyenne, qui ont servi à caractériser l’Augy-Sainte-Pallaye, sont alors attribués au groupe de Cerny sud (Constantin, Manolakakis 1991) ou Cerny à cordons (Constantin 1990). Pour P. Duhamel et M. Prestreau, l’appellation Cerny à cordons s’applique à une étape initiale du Cerny, antérieure au Cerny classique (1997).

20La première périodisation du Néolithique danubien du secteur Seine-Yonne est due à H. Carré (1980). Il propose quatre étapes dont la première serait marquée par l’arrivée des colons rubanés qui auraient apporté avec eux les décors en T et en triangles incisés. Les étapes suivantes seraient caractérisées par le développement du décor en V, d’abord réalisé au poinçon ou au doigt puis par pincements et enfin à l’aide de cordons rapportés. En 1986, H. Carré souligne l’importance du cordon pour définir les étapes récentes du Néolithique danubien de l’Yonne.

21P. Duhamel et M. Prestreau (1988) sont, pour leur part, partisans d’une étape très ancienne du Villeneuve-Saint-Germain dans le secteur Seine-Yonne, contemporaine du Rubané récent du Bassin parisien. Celle-ci serait présente à Villeneuve-la-Guyard où des éléments sont rattachables au Rubané récent du Bassin parisien, comme les formes en bombes à col évasé et les décors fréquents en T, en chevrons et en bandeaux incisés. Des caractères Villeneuve-Saint-Germain existent également (décors digités en V, arêtes de poisson, bords encochés, etc.). Pour P. Duhamel et M. Prestreau, Villeneuve-la-Guyard appartiendrait à une étape de transition entre un Rubané originel de l’Yonne qu’il reste à préciser et un Villeneuve-Saint-Germain mieux caractérisé par la séquence de Passy, dans laquelle de possibles influences méridionales ne sont pas exclues (cordons).

22Dans cette hypothèse, le secteur Seine-Yonne représenterait, dès cette période, un foyer danubien autonome qui participerait par la suite à la formation du Villeneuve-Saint-Germain de l’ensemble du Bassin parisien. C. Constantin (1986), au contraire, est adepte d’une progression de la civilisation néolithique à partir du Rubané récent, du Bassin parisien vers l’ouest, le sud et le sud-est et aboutissant au Rubané final puis au groupe de Villeneuve-Saint-Germain (Constantin 1986 ; Ilett et al. 1995).

23Pour l’étude des industries lithiques, six séries sont disponibles. Elles ont été regroupées en trois ensembles qui pourraient correspondre à autant d’étapes chronologiques.

241 – Le premier ensemble est représenté par les sites de Balloy/Les Réaudins, de Barbey/Le Buisson Rond, de Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux et de Passy/Les Graviers. En ce qui concerne le lithique, ce regroupement est justifié par le fait que l’industrie de ces sites présente une certaine homogénéité. De plus, d’après la céramique, cet ensemble correspondrait à une étape ancienne du Néolithique local : ces sites ont en commun la présence de formes en bombe à col légèrement éversé, les décors en T, l’emploi du peigne à deux dents et les décors incisés. La céramique du Limbourg existe à Balloy et à Villeneuve-la-Guyard. Il n’est pas impossible qu’elle soit présente également à Passy/Les Graviers. Par ailleurs, à Balloy et à Barbey/Le Buisson Rond, il existe des fragments de bracelet en calcaire à section en D qui trouvent des parallèles dans le Rubané récent du Bassin parisien, à Missy-sur-Aisne (Auxiette 1989). Dans le secteur Seine-Yonne, la présence de bracelets en calcaire semble exclure systématiquement celle de bracelets en schiste, connus en revanche à Barbey/Le Chemin de Montereau et Misy-sur-Yonne/Le Bois des Refuges (Mordant, Mordant 1977) et associés à de la céramique décorée par pincements en V. Cette exclusion bracelet en calcaire/bracelet en schiste plaiderait en faveur de l’hypothèse de deux étapes successives dans le Néolithique ancien régional. On soulignera la place particulière au sein de cet ensemble du site de Villeneuve-la-Guyard, probablement à la fin de la séquence du plus ancien Néolithique local.

252 – Il a paru nécessaire de présenter indépendamment la série de Barbey/Le Chemin de Montereau pour plusieurs raisons. En premier lieu, la configuration du site, isolant deux secteurs, un secteur nord et un secteur sud, se prêtait à une étude de la répartition des produits et restes de taille par matière première. Elle a fait ressortir une partition spatiale des débitages laminaires qui servira de base à une discussion sur la structure de production lithique au Villeneuve-Saint-Germain. En second lieu, les caractères techniques et typologiques de cette série se différencient à la fois de ceux du groupe précédent et de ceux de Passy/La Sablonnière dont il sera question dans le paragraphe suivant. Enfin, l’étude céramique (Meunier 1999) ainsi que la présence d’un fragment de bracelet en schiste indiqueraient une étape du Villeneuve-Saint-Germain pleinement constitué avec la diminution des caractères rubanés (impressions au peigne) et le développement des motifs en V parmi lesquels on trouve quelques cordons.

263 – Les ensembles de Passy/La Sablonnière se distinguent des séries précédentes, et notamment de celles du premier ensemble, par des différences techniques et typologiques importantes qui seront présentés dans un chapitre spécial. Par ailleurs, ce site appartiendrait à une étape finale du Villeneuve-Saint-Germain régional avec une abondance de cordons rapportés en relief (Carré 1986).

27Les caractères de l’ensemble des séries du Néolithique ancien de la région seront ensuite confrontés pour tenter d’en préciser la variabilité et de l’expliquer en termes de processus évolutif.

28Il est clair que cette périodisation, encore en cours d’élaboration, sur laquelle s’appuient en partie les regroupements de sites énoncés, ne représente pour le moment qu’une hypothèse de travail. Les différences techno-typologiques entrevues dans l’industrie lithique de ces groupes de sites peuvent effectivement avoir une signification chronologique. Elles peuvent également avoir un autre sens, fonctionnel par exemple, qui n’exclut pas d’ailleurs la succession chronologique. L’affinement de la périodisation du Néolithique ancien permettra de préciser, dans un avenir peut-être proche, la valeur chronologique et/ou fonctionnelle de ces différences.

2.3 Cerny, Néolithique moyen I et Protochalcolithique

29Le groupe de Cerny a été défini en 1964 par G. Bailloud, et érigé trente ans plus tard au rang de culture (Constantin et al. 1997b). Il est caractérisé par l’apparition d’habitats de hauteur, en rebord de plateau ou sur éperons, par une industrie macrolithique dite « campignienne » et par une diversification des rituels funéraires. Bien que descendant du Villeneuve-Saint-Germain par les formes céramiques et l’utilisation du décor au peigne, diverses influences sont aussi mises en évidence dans le groupe de Cerny : des influences Rössen au travers de certains décors incisés et poinçonnés et des influences méridionales qui s’exprimeraient dans la mode des décors plastiques et des boutons au repoussé. Ce groupe occuperait largement l’ensemble du Bassin parisien. En 1971, G. Bailloud précise que le groupe de Cerny serait le résultat d’une double acculturation : d’une part, celle des descendants des immigrants danubiens accomplissant alors leur complète adaptation au milieu naturel local et en même temps ouverts aux influx externes (Chasséen et Rössen), d’autre part, celle des populations mésolithiques locales non encore néolithisées introduisant l’outillage dit « campignien » que l’auteur rattache au complexe du « Mésolithique forestier de l’Europe du Nord ». En 1974, il individualise le Cerny type Barbuise sur la base des décors au peigne à front courbe et à la spatule, inconnus ailleurs. C. Constantin (1985) différencie ensuite plusieurs faciès au sein du groupe de Cerny, dont certains se sont avérés avoir une valeur chronologique et d’autres une valeur régionale. Ils se distinguent d’après la proportion plus ou moins importante de différentes composantes issues des influences Villeneuve-Saint-Germain, de l’Augy-Sainte-Pallaye, du Chasséen et des groupes rhénans.

30– Le Cerny éponyme (Cerny C de Constantin), que l’on trouve maintenant également sous l’appellation de Cerny Videlles ou Cerny ancien, se caractérise principalement par l’abondance des décors de boutons au repoussé et de décors poinçonnés. En 1986, D. Mordant supposait déjà une antériorité de ce faciès sur le Cerny-Barbuise (Mordant 1986a), hypothèse également émise pour les vallées de l’Yonne (Duhamel, Prestreau 1991) et de l’Aisne (Constantin 1992), et corroborée par une classification et une comparaison de la céramique des deux faciès (Louboutin, Simonin 1997).

  • Le Cerny type Barbuise (Cerny B de Constantin) est sans doute le mieux caractérisé avec un taux élevé de céramique dégraissée à l’os, un décor spécifique à la spatule, une localisation des sites en fond de vallée et la construction d’enceintes. Son extension géographique concerne tout le Bassin parisien, du nord au sud et d’est en ouest ; il semble toutefois mieux représenté dans le bassin Seine-Yonne.

  • Le Cerny de Jersey (Cerny J) ne paraît pas réunir un grand nombre de caractères spécifiques. Il s’individualise surtout par l’absence des attributs présents dans les autres faciès et par sa localisation géographique dans les îles anglo-normandes. Aujourd’hui, il semble pouvoir être rattaché au Castellic breton.

31L’existence d’un Cerny sud, créé en 1984 par Y. Lanchon Lanchon 1984, 1992), qui se définirait principalement par l’abondance de cordons en relief et occuperait la frange sud du Bassin parisien, a fait l’objet de multiples rebondissements. Ardent partisan de ce faciès, encore appelé Cerny à cordons ou à décors plastiques, C. Constantin (1990) précise qu’il occuperait tout le bassin de la Loire moyenne, le bassin de la Saône, l’Allier, etc., marquant une poussée expansionniste de la civilisation néolithique dans les régions où aucune occupation rubanée antérieure n’a été détectée. Le groupe de Chambon, situé au sud-ouest de l’aire Cerny, est alors considéré comme une étape récente du Cerny sud. Mais en 1994, C. Constantin réfute cette appellation pour attribuer les éléments typologiques soit au groupe de Villeneuve-Saint-Germain, soit au groupe de Chambon (Constantin 1997). Les conséquences de cette reconsidération sont que le groupe de Villeneuve-Saint-Germain voit son aire d’extension encore augmentée vers le sud et que le groupe de Chambon est reconnu comme une entité spécifique. L’originalité de ce dernier résiderait plutôt dans la présence d’influences méridionales (groupe de Montbolo, culture de Vasi a Bocca Quadrata) [Irribarria 1996 ; 1997]. Il n’en reste pas moins que l’on éprouve des difficultés à attribuer certains éléments –notamment ceux présentant des décors plastiques dans le sud-est du Bassin parisien– à l’un des deux faciès définis supra. La suppression du Cerny sud, de même que celle de l’Augy-Sainte-Pallaye, est, à ce titre, préjudiciable.

32On a souvent invoqué une forte influence orientale dans le groupe de Cerny. Les décors poinçonnés ont notamment été désignés comme un marqueur de cette influence. Toutefois, l’analyse de plusieurs éléments tend à montrer que l’impact oriental est ponctuel, et que le Cerny revêt une stylistique céramique propre et indépendante (Dubouloz, Lanchon 1997). Les pratiques funéraires ont été en partie héritées d’une poussée occidentale des cultures rhénanes, notamment la mode des inhumations allongées. Mais elles révèlent également un particularisme régional dans lequel les composantes danubienne et mésolithique ont été certainement décisives (Jeunesse 1997). Une autre composante, probablement importante mais souvent négligée, est la composante méridionale. Cordons en V, en arceau, boutons sur le bord, bords encochés, etc., qui servent à définir le Cerny sud ou Cerny à cordons, sont présents dans les cultures cardiales, épicardiales et postcardiales languedociennes, pyrénéennes, catalanes, etc. (Guilaine 1997). Plutôt que des courants d’influences sud/nord –ou nord/sud–, J. Guilaine propose de voir, dans cette communauté de caractères, le signe d’une une assimilation réciproque des traits culturels nord et sud.

33C’est dans le secteur Seine-Yonne, où les sites fouillés sont aujourd’hui nombreux et bien documentés, que la culture de Cerny semble pouvoir être la mieux définie. Tous les faciès reconnus par C. Constantin, mis à part le Cerny J, semblent coexister dans le secteur Seine-Yonne. L’hypothèse d’une séquence évolutive du Cerny est envisagée (Mordant 1986a ; 1997b ; 1997c ; Duhamel, Prestreau 1991 ; 1997), dans laquelle on reconnaît trois phases.

341 – Le Cerny éponyme, ou Cerny Videlles, caractérisé par les lignes de boutons au repoussé et les décors poinçonnés, a été repéré dans toutes les vallées et en rebord de plateau grâce aux prospections au sol. Parmi les sites fouillés, il faut citer Marolles-sur-Seine/Les Gours-aux-Lions (Mordant, Mordant 1977), hormis la maison d’architecture danubienne, Misy-sur-Yonne/Le Bois des Refuges (Mordant, Mordant 1970), un lambeau de niveau d’occupation à Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures (Mordant 1986a), Châtenay-sur-Seine/ Les Sécherons (fouilles P. Gouge, inédit) et l’habitat de Passy/Richebourg (Duhamel, Prestreau 1991 : 94, fig. 3). On soupçonne aujourd’hui que les grandes nécropoles monumentales classiquement attribuées au Cerny-Barbuise ont probablement été fondées avant, dès le Cerny ancien. Les ensembles funéraires de Marolles/Les Gours-aux-Lions et de Châtenay/Les Sécherons illustrent ce phénomène (Mordant 1997b). Par ailleurs, la récente corrélation chronologique et typologique du fameux vase importé de la sépulture 4.1 de Passy/Richebourg suggère une fondation de la nécropole dès le Cerny ancien (Jeunesse 1998b).

352 – Le Cerny-Barbuise semble le mieux structuré. Il est systématiquement associé à la construction d’enceintes (Barbuise-Courtavant : Piette 1974 ; 1989 ; Villeneuve-la-Guyard : Duhamel, Prestreau 1987 ; Balloy/Les Réaudins : Mordant 1992a ; Augereau, Mordant 1993), et les nécropoles monumentales à enclos semblent pouvoir lui être attribuées en partie (Passy/Richebourg et La Sablonnière : fouilles H. Carré, P. Duhamel et M. Fonton, Duhamel 1997 ; Balloy/Les Réaudins : Mordant 1991 ; 1997a). Selon D. Mordant (1986a), le Cerny-Barbuise pourrait être postérieur au Cerny Videlles dans la mesure où on y trouve des éléments novateurs comme l’enceinte et le plat à pain. D’autre part, il fonde l’occupation extensive des milieux naturels et notamment des fonds de vallée.

363 – La fin du Cerny-Barbuise serait marquée par un faciès composite où des éléments issus soit du Rössen III (Cannes-Écluse), soit du Chasséen ancien (fosse de Marolles/ Le Chemin de Sens) sont présents. Des équivalents existent dans la vallée de l’Yonne (Duhamel, Prestreau 1997).

37Un autre faciès du Cerny existe pour le moment à l’état d’hypothèse. Qualifié de Cerny à cordons par les uns (Duhamel, Prestreau 1991 ; 1997), ou de Cerny à décors plastiques par les autres (Mordant 1997b), il se confond avec l’ex-Augy-Sainte-Pallaye et mêlerait, sur le plan typocéramique, des éléments traditionnels Villeneuve-Saint-Germain (cordons) et des nouveautés (boutons au repoussé, décors au poinçon, plat à pain, etc.). Dans l’Yonne, il pourrait représenter une étape initiale du Cerny (Duhamel, Prestreau 1997). Bien que mal documentée sur le plan céramique, l’enceinte de Châtenay/Les Pâtures pourrait, par hypothèse, s’intégrer à ce faciès avec des bols hémisphériques décorés de cordons en relief à partir des anses, de mamelons écrasés et de boutons saillants sur le bord ainsi que des fragments de plat à pain et des récipients avec préhension à perforation verticale (Mordant 1986a ; 1997b). Toutefois, faute de série céramique suffisante, D. Mordant (1997b) renonce à voir, dans l’enceinte de Châtenay, une étape préliminaire du Cerny. Mais en raison des éléments évoquant un possible influx méridional relayé par les sites de haute-Loire (enceinte, décors plastiques, plats à pain) qui vont se développer dans le Cerny-Barbuise, D. Mordant (1986a) propose que ce site représente une étape de transition dans laquelle se mettraient en place les caractères constitutifs du Cerny-Barbuise. Les relations chronologiques entre le Cerny de Châtenay/Les Pâtures et le Cerny Videlles restent toutefois à éclaircir.

38D. Mordant (1986a) voit, dans la constitution du groupe de Cerny, un certain nombre de composantes qui ont pu s’installer successivement dans le secteur Seine-Yonne. Le substrat danubien (Villeneuve-Saint-Germain) y semble déterminant, enrichi à divers moments d’éléments méridionaux et septentrionaux. L’influx Rössen notamment, déjà souligné par G. Bailloud (1964), y est non négligeable. D. Mordant (1980a ; 1986a) insiste sur l’analogie avec certains caractères Cerny comme les inhumations allongées, perceptible dès le Cerny Videlles. Plus tard, en fin de séquence, des impacts du Rössen et Poströssen (jarres ovoïdes et bouteille décorée de triangles hachurés bordés de coups d’ongle de Cannes-Écluse), ainsi que du Chasséen (écuelle à carène basse de Marolles-sur-Seme/Le Chemin de Sens) sont sensibles (Mordant 1997b). Mais plutôt que de contacts directs et répétés avec les régions sud-orientales et nord-orientales, intervenant sans intermédiaire dans le groupe de Cerny, D. Mordant pense qu’il s’agit des effets indirects et discrets du courant Rössen, sans fusion réelle des différentes composantes (Mordant 1986a). La sépulture 4.1 de la nécropole de Passy/Richebourg avec son vase attribué initialement au Grossgartach (Thévenot 1985 ; Duhamel 1989), puis au Rössen III (Lichardus 1992) et enfin – définitivement ? – au Rössen I/II (Dubouloz 1994 ; Jeunesse 1998b), attesterait aussi de rapports ponctuels mais non fusionnels avec la sphère rhénane.

39Les chronologies locales de la mise en place de la culture de Cerny sont en contradiction avec les conceptions de J. Lichardus qui envisage une attribution chronologique plus basse des relations Rössen/Cerny, pas avant le Rössen III (Lichardus 1992). Il parallélise un certain nombre de caractères constitutifs du Cerny avec des éléments qui se manifestent tardivement à l’est de faire Cerny : décors pastillés apparaissant au plus tôt à partir du Rössen II, plats à pain se développant au Rössen III dans les pays Rhénans, architecture funéraire monumentale survenant en Bohème et en Scandinavie après le Chalcolithique ancien, etc. Avec cette théorie, J. Lichardus place résolument le groupe de Cerny dans le Chalcolithique européen qui, de ce fait, aurait un caractère expansionniste. Or, bien qu’incomplètement résolus, les aspects chronoculturels indiquent une formation beaucoup plus complexe de la culture de Cerny où les substrats locaux (danubien et mésolithique) ont probablement joué un rôle déterminant. Cette complexité est encore accrue par le fait qu’à cette période il n’est plus possible d’envisager la formation des cultures en termes d’influences réciproques directes mais plutôt comme le résultat d’assimilations dont le degré d’intégration est encore difficilement mesuré. Ainsi, il devient de plus en plus difficile d’identifier, dans les cultures matérielles, une influence rhénane ou méridionale, celles-ci apparaissant comme intégrées, voire diluées, dans l’identité culturelle des groupes humains.

40Dans le secteur Seine-Yonne, il semblerait que des changements structurels importants apparaissent progressivement dans certains domaines ; une étape ancienne du Cerny, où se manifesteraient les prémices de ces modifications, n’est pas à écarter (Mordant 1997c). Parmi eux, on peut citer le plus remarquable, à savoir l’architecture funéraire monumentale dont des prototypes existeraient dès les phases anciennes du Cerny (Marolles/Les Gours aux Lions). Dans d’autres domaines, comme l’économie carnée et les données environnementales, d’autres changements sont perceptibles, sans qu’il soit encore possible de dire s’ils interviennent brusquement ou progressivement. On voit en effet se développer la chasse au cerf (Tresser 1993) en même temps que s’amorce un début de déforestation (travaux C. Leroyer in Augereau et al. 1993). Certains de ces caractères sont d’ailleurs mentionnés par J. Lichardus pour définir le Chalcolithique (Lichardus et al. 1985 ; Lichardus-Itten, Démoulé 1997). D’après les observations faites dans les steppes pontiques et dans le bassin des Carpates, cette période se caractériserait par une meilleure adaptation aux conditions écologiques locales dans le choix des espèces animales élevées et dans celui des espèces végétales cultivées, par une plus grande maîtrise dans la zootechnie, qui autoriserait une diversification des produits de l’élevage (viande, laine et lait, mais aussi utilisation de la traction animale) et par un perfectionnement des techniques agricoles (invention de l’araire). La chasse occuperait une plus grande place dans l’alimentation carnée. Ce serait également le début d’artisanats spécialisés, avec le développement de connaissances techniques élaborées dans la fabrication d’objets en métaux précieux destinés à l’échange et l’exploitation en minières de gîtes de silex. Par ailleurs, les premières traces d’une différenciation sociale sont perceptibles dans les modes funéraires avec la présence, au sein des nécropoles, de tombes particulièrement riches en mobilier exceptionnel (objets en or, notamment) groupées dans un secteur particulier et de sépultures monumentales. Enfin, on constate une augmentation des habitats fortifiés.

41Il reste néanmoins à caractériser les modalités ayant conduit à ces changements et à découvrir les mécanismes, les effets et enfin les causes de l’évolution caractérisant cette période capitale que semble être la seconde moitié du Ve millénaire avant J.-C. Dans le cadre de ce travail, la question n’est pas tant de savoir si les changements observés dans les industries lithiques concordent ou non avec les transformations structurelles intervenant dans les steppes pontiques et les Carpates au Chalcolithique (émergence des artisanats spécialisés et échange, sur une longue distance, de produits lithiques). Il s’agirait plutôt de tenter d’expliquer ces modifications en partant des conditions naturelles et économiques préexistantes, de manière à savoir si elles peuvent être interprétées en termes de processus de changements locaux et/ou si elles participent ou non à un éventuel processus de « chalcolithisation » paneuropéen (Constantin et al. 1997a). Pour illustrer ce propos, il faut rappeler l’hypothèse de G. Bailloud quand il constatait l’assemblage, en milieu Cerny, d’une tradition lithique campignienne avec une céramique d’origine danubienne : « une telle juxtaposition de populations de niveaux socio-économiques différents ne peut durer qu’un temps, puis s’amorcent inévitablement des processus d’acculturation au bout desquels se trouve une fusion ; c’est en ces termes, selon nous, qu’il faut interpréter l’amalgame des traditions danubiennes et campigniennes dont la culture de Cerny apporte le témoignage » (Bailloud 1971 : 224).

42Aussi, le passage du Néolithique ancien au Néolithique moyen ne pourra être compris que par rapport à l’évolution du processus de néolithisation. Dans ce sens, A. Gallay (1989) propose un schéma d’évolution du Néolithique européen en quatre phases. La phase dite de « stabilisation » –troisième phase après les phases « pionnière » et « néopionnière » où, sous la pression démographique, des groupes humains d’agriculteurs sont conduits à occuper de nouvelles terres– correspondrait à la fin de la recherche de nouveaux territoires agricoles par les « pionniers » néolithiques et à l’enracinement plus profond des sociétés dans leur terroir.

43Pour son application à une archéologie microrégionale, ce schéma mériterait certains aménagements et des précisions concernant notamment la définition des structures sociales en présence (société égalitaire, protochefferie, chefferie) et les moteurs locaux de l’expansion. Néanmoins, il offre un cadre conceptuel intéressant pour replacer l’émergence du Chalcolithique dans une perspective historique. C’est au niveau microrégional que la problématique la plus féconde pourra être abordée ; le secteur Seine-Yonne pourrait en être un exemple.

2.4 Néolithique moyen II : Chasséen, Michelsberg et groupe de Noyen

44Durant la première moitié du IVe millénaire, le Néolithique de la France du Nord subit l’empreinte de deux principaux courants culturels : le Chasséen et le Michelsberg.

45Qualifié de première civilisation française (Guilaine 1980), le Chasséen occuperait, au IVe millénaire, une vaste région allant de la Méditerranée à la Somme. C’est G. Bailloud qui, le premier, a précisé l’extension du Chasséen dans le Bassin parisien ; un faciès spécifique de cette culture, le Chasséen septentrional ou Chasséen du Bassin parisien, fut alors défini (Bailloud, Mieg de Boofzheim 1976 ; Bailloud 1964). Il s’étend en Picardie, dans le bassin de l’Oise, jusqu’aux côtes normandes et descend vers le sud-est en Eure-et-Loir. Il est particulièrement bien représenté dans le bassin de l’Oise où il succède au Cerny. Dans cette région, l’installation des habitats chasséens ne change guère par rapport à la période précédente (habitat de fond de vallée, habitat de hauteur, occupation de petites buttes peu élevées). On note cependant un goût prononcé pour les sites d’éperons dont le camp de Catenoy (Blanchet et al. 1984) ou celui de Boury-en-Vexin (Lombardo et al. 1984) constituent des exemples représentatifs. D’une manière générale, les systèmes de retranchement sont bien attestés dans toute l’aire d’extension du Chasséen septentrional sous la forme de fossés interrompus, doublés ou non d’une palissade. En revanche, l’habitat lui-même reste insaisissable et, mis à part l’ouest de la France où le mégalithique est bien développé, les pratiques sépulcrales sont encore peu connues. On connaît en revanche nombre d’os humains isolés dans le matériel détritique des fosses d’enceinte, et dont l’interprétation en termes de procédures funéraires pose encore problème. Certaines fosses de retranchement à Grisy-sur-Seine (Seine-et-Marne) et à Boury-en-Vexin (Val-d’Oise) ont aussi livré des niveaux de sépultures.

46D’après G. Bailloud (1964 ; 1982), la majorité des formes céramiques (vases carénés, marmites à panse sphérique et col subcylindrique à profil en S ou à profil segmenté, et bols hémisphériques avec ou sans épaulement), totalement exemptes de décor sauf sur certains éléments très spécifiques comme les vases-supports (décor incisé de damiers, triangles et losanges), trouve des parallèles dans le Chasséen méridional. Selon cet auteur, l’émergence du Chasséen en France du Nord correspond à l’arrivée d’influx d’origine méridionale qui se seraient d’abord implantés en Bourgogne puis auraient gagné le Bassin parisien. Plus récemment, l’inflation de la documentation céramique essentiellement dans les départements de l’Oise et du Val-d’Oise a permis de montrer que le Chasséen septentrional pouvait se subdiviser en au moins trois périodes (Blanchet, Martinez 1986 ; Martinez 1991). Dans un premier temps, l’impact de l’Épirössen est important et tendrait à fusionner avec un substrat Cerny encore peu documenté. Puis le Chasséen septentrional marque une étape d’expansion vers l’ouest, clairement dissociée du Michelsberg. Enfin, l’influence du Michelsberg semble s’accroître lors de la troisième étape identifiée.

47En France, le Michelsberg occuperait une région beaucoup moins vaste que le Chasséen. Elle se limiterait, au nord-est du Bassin parisien, avec la vallée de l’Aisne et les Ardennes, l’Alsace et la Lorraine. Les relations entre le Chasséen septentrional et le Michelsberg ne sont pas encore éclaircies. On peut dire, à la suite de G. Bailloud (1982), que ces deux périodes ne se distinguent pas fondamentalement du point de vue de la forme des habitats (sites retranchés avec fosses à fond plat et palissade). Néanmoins, les sites Michelsberg de la vallée de l’Aisne se situent, à quelques exceptions près, en fond de vallée (Cuiry-lès-Chaudardes, Pontavert, Concevreux, Bazoches, etc.) ; il s’agit pour l’essentiel d’enceintes à fossé interrompu (Le Bolloch 1992 ; Dubouloz et al. 1991). Par ailleurs, les recherches sur l’habitat de Mairy dans les Ardennes ont permis de mettre en évidence des bâtiments Michelsberg caractérisés par des fondations en tranchée. Une palissade semble enclore le village (Marolle 1989).

48C’est principalement d’après le style céramique que l’on a pu dissocier, dans un premier temps, Chasséen septentrional et Michelsberg, en Bassin parisien. Depuis, les données sur l’approvisionnement carné (Arbogast et al. 1991) et l’industrie lithique (Augereau, Hamard 1991 ; Hamard 1993) permettent de préciser cette distinction. D’un point de vue de la stylistique céramique, selon G. Bailloud (1982), deux zones Michelsberg peuvent être individualisées en France du Nord. Dans la vallée de l’Aisne, la particularité de la céramique Michelsberg réside dans la proportion importante de vases à col bien individualisé et évasé (tulipiformes). Egalement nombreuses, les bouteilles à panse sphérique et à col haut avec, au plus fort diamètre de la panse, des anses à perforation horizontale. Ces deux derniers types sont bien connus en contexte Michelsberg rhénan (Le Bolloch 1992). La majorité de ces formes existe dès l’Épirössen, notamment dans le matériel de l’enceinte de Berry-au-Bac (Dubouloz 1988 ; 1991). Mais beaucoup d’éléments typiques du Michelsberg rhénan, comme les cruches et les bouteilles triconiques, ne sont pas parvenus dans cette région (étape III de J. Lüning, 1967). En revanche, ils existent plus au nord-est, à Mairy dans les Ardennes notamment (Laurelut 1989). On peut envisager que la progression géographique de l’influence de cette culture s’appauvrit à mesure qu’elle gagne le Bassin parisien. La nature des liens entre la vallée de l’Aisne, bien individualisée (groupe de Chaudardes, Soudsky 1974), et le Michelsberg rhénan reste néanmoins à élucider. En tout cas, une succession directe Épirössen-Michelsberg est hautement probable dans la vallée de l’Aisne.

49L’ensemble de ces éléments fait dire à J. Dubouloz (1991) que l’émergence de l’Épirössen puis du Michelsberg dans la vallée de l’Aisne suggère la réouverture du Bassin parisien aux influences nord-orientales. Elles participeraient, pour une bonne part, au phénomène de transformation socio-économique du Chalcolithique de la France du Nord.

50Dans le sud-est du Bassin parisien, la situation est particulièrement complexe et les découvertes posent clairement la question de la relation entre Chasséen et Michelsberg. Il y a presque trente ans, C. et D. Mordant constataient dans la céramique de Noyen « une dualité d’influences » (1972 ; 368) où l’impact des traditions Michelsberg et chasséenne était reconnu. La part des influences Michelsberg, que l’on peut rapprocher avec la production céramique des étapes I et II de J. Lüning (1967), s’exprimerait notamment dans la présence de grandes jarres ovoïdes à bord oblique et à fond légèrement aplati, de jarres également ovoïdes à bord court subvertical, de puisoirs à poignée plate, de préhensions prismatiques à perforation horizontale, etc. On discernerait les influences du Chasséen dans les marmites et les bols à petite lèvre, les vases sphériques à bord oblique et dans la présence de figurines féminines en terre cuite qui trouvent des parallèles dans le mobilier de Chassey et de Fort-Harrouard. Des céramiques d’importation sont également mises en évidence : il s’agit d’éléments de préhension multiforés et de tessons à décor gravé, caractéristiques du Chasséen de Bourgogne, et dont le dégraissant micacé, absent de la région et présent au plus près en Bourgogne, indique qu’ils n’ont pas été fabriqués dans le secteur. Cependant, pour D. Mordant (1982 ; 1986b), l’existence d’éléments céramiques typés ne suffit pas pour attribuer l’ensemble à l’une ou l’autre de ces cultures. Un groupe est créé –le groupe de Noyen– qui se caractériserait par l’amalgame d’éléments méridionaux chasséens et septentrionaux Michelsberg avec le fond Cerny. L’évolution finale du groupe de Noyen (Mordant 1986b) montre un resserrement des liens avec la sphère sud-orientale, notamment avec le Néolithique moyen bourguignon, où le groupe de Balloy (Mordant 1967) illustrerait une nouvelle pénétration des influences Michelsberg.

51La découverte de l’enceinte de Maizy, dans l’Aisne, dont la poterie est en tout point comparable à celle de Noyen, suscite une controverse sur la position de ce groupe au sein des groupes du Néolithique moyen II du Bassin parisien. M.-A. Le Bolloch (1992) discute la valeur régionale du groupe de Noyen et propose qu’il représente une étape chronologique du Néolithique moyen II du Bassin parisien dont Maizy serait le parallèle septentrional. Dans cette hypothèse, le groupe de Noyen représenterait le front de pénétration méridional de la culture de Michelsberg. Une proposition récente, fondée sur une comparaison des styles céramiques, indique au contraire que la zone nucléaire du Michelsberg se situerait dans le sud-est du Bassin parisien ; le groupe de Noyen constituerait une des principales composantes de cette culture (Jeunesse 1998c). Un processus de diffusion s’effectuerait alors d’ouest en est.

52D. Mordant (in Hénocq-Pochinot, Mordant 1991) propose, quant à lui, que le groupe de Noyen soit intégré à un horizon culturel, le Néolithique moyen Seine-Yonne, partie intégrante d’une aire géographique délimité par la Seine, la Loire, la Saône et leurs affluents. Ce complexe, au carrefour des deux principales cultures du Néolithique moyen II, le Chasséen et le Michelsberg, offrirait une image plus réaliste des relations nord-sud et illustrerait « un processus de pénétration/intégration sélective » (1991 : 208) que les données archéologiques suggèrent. Le Néolithique moyen bourguignon, le Chasséen du Centre et le Chasséen septentrional, qui sont également empreints de composantes nord et sud, appartiendraient aussi à ce complexe. La création de ce complexe géographico-culturel est justifiée par le fait que cette aire correspond à celle de l’extension du Cerny dans lequel existent, sous forme de prototypes, les principales caractéristiques du Néolithique moyen II. Il en est ainsi de l’enceinte, de certaines formes céramiques comme les marmites et de certaines données économiques (Tresser 1988b) qui assurent d’une continuité chronologique entre Cerny et groupe de Noyen en particulier.

53Néanmoins, une évolution notable est remarquée qui se traduit, dans le domaine stylistique, par la perte totale du décor céramique et, au sein du domaine spirituel, par une réorientation radicale des pratiques funéraires dans le secteur Seine-Yonne. Les structures funéraires monumentales disparaissent et les pratiques funéraires deviennent plus insaisissables, voire immatérielles.

2.5 Chronologie absolue

54L’apport de la chronologie absolue est de peu de secours dans ces débats. Elle permet cependant de situer les phénomènes culturels dans le temps, mais sans pour autant préciser les processus de mise en place des cultures ni leur chronologie interne. Sur le plan régional, le Néolithique ancien se situe dans une fourchette de datations s’étalant entre 5600/5500 et 4700/4600 av. J.-C. Il s’agit d’une fourchette large dans laquelle la séquence culturelle Rubané récent/Rubané final/Villeneuve-Saint-Germain, proposée à titre d’hypothèse par les données de la typologie céramique, est difficilement perceptible. En effet, dans le système présenté dans les pages précédentes, Balloy devrait se situer dans une étape ancienne du Néolithique régional. Or seulement certaines datations répondent à cette attente, notamment celle obtenue sur la structure 1 de la maison 1 (OXA-480 = vers 5300 à 4900 av. J.-C.) (fig. 2). La plupart se retrouve dans des intervalles centrés aux alentours de 4700 av. J.-C. (structure 13, maison 2 : Ly-5542 = vers 4800 à 4500 av. J.-C. ; structure 17, maison 3 : Ly-5540 = vers 4800 à 4350 av. J.-C. ; structure 8 : Ly-5542 = vers 4700 à 4350 av. J.-C.). Elles correspondent globalement aux datations enregistrées pour le Rubané de la vallée de l’Aisne. Une première approche de la typologie céramique ne permet pas de percevoir une chronologie interne des occupations du Néolithique ancien de Balloy (Augereau 1995a). Mais un réexamen, actuellement en cours, est nécessaire pour préciser cette situation (travaux K. Meunier, université de Paris I). Dans l’attente, les données disponibles n’autorisent pas un découpage chronologique du site. Elles seront traitées globalement.

55De surcroît, les datations de Balloy sont placées dans un intervalle identique à celui obtenu à Jablines/La Pente de Croupeton (Seine-et-Marne), dans un Villeneuve-Saint-Germain bien attesté. En outre, celles de Villeneuve-la-Guyard se situent dans une tranche chronologique antérieure à celles de Balloy (structure 61 : Ly-4507 = vers 5250 à 4800 av. J.-C. ; structure 56 : Ly-4502 = vers 5200 à 4550 av. J.-C.) (fig. 6). Sur le plan typologique, certains auteurs considèrent le site de Villeneuve comme représentatif d’une étape très récente du Rubané final annonçant le groupe de Villeneuve-Saint-Germain (étape formative, Ilett et al. 1995) ; le résultat du datage est alors en contradiction avec cette proposition. Pour d’autres, cette datation vient à l’appui de l’hypothèse du Rubané récent pour Villeneuve-la-Guyard (Prestreau 1992). Toutefois, l’intervalle de variation extrêmement large des dates de Villeneuve-la-Guyard (plus ou moins 120 ans à plus ou moins 170 ans) pourrait conduire à les considérer comme non significatives. Quant aux quelques datations obtenues sur les occupations de Passy/Les Graviers et Passy/La Sablonnière, on constate une antériorité des Graviers (Ly-8823 = vers 5100 à 4800 av. J.-C.) sur La Sablonnière (Sablonnière 4 : Ly-8824 = vers 4900 à 4600 av. J.-C.). Par ailleurs, Les Graviers se trouvent placés dans la même tranche chronologique que la maison 1 de Balloy.

56En résumé, les datations radiocarbones sur le Néolithique ancien de la région Seine-Yonne ne permettent pas, en l’état, de confirmer la séquence culturelle entrevue. On peut même affirmer que séquence radiocarbone et séquence culturelle paraissent incohérentes entre elles, du moins pour certaines occupations.

57Les premières datations sur les contextes Cerny régionaux se situent aux alentours de 4600 av. J.-C. Mais selon C. Jeunesse (1998b) et par comparaison avec la séquence rhénane, il faudrait peut-être envisager le début de la séquence Cerny vers 4800 av. J.-C. Là encore, il est difficile de corréler séquence culturelle et datations. Une séquence radiocarbone est toutefois perceptible, notamment d’après les datations de la nécropole Cerny de Balloy : elle s’échelonne de manière continue de 4700/4600 av. J.-C. à 4450/4250 av. J.-C. (Mordant 1997b). Mais elle est fondée principalement sur des contextes sépulcraux, les échantillons prélevés dans l’enceinte de Balloy n’ayant pas fourni de mesures, faute de collagène en quantité suffisante. Ces contextes sont pauvres en éléments céramiques sur lesquels s’est construite la séquence culturelle (Louboutin, Simonin 1997). Aussi, l’hypothèse d’un Cerny ancien auquel ferait suite le Cerny-Barbuise n’est pas vérifiée sur le plan des datations radiocarbones dans l’état actuel de la recherche. Un facteur de confusion est introduit de surcroît par la datation obtenue sur l’enceinte des Pâtures à Châtenay-sur-Seine. Les pics de probabilités se situent entre 4200 et 4000 av. J.-C., c’est-à-dire au début du Néolithique moyen II, alors que, d’après la céramique, l’enceinte serait placée dans une étape initiale du Néolithique moyen I. En contexte d’enceinte, seule la mesure radiocarbone établie à Barbuise paraît cohérente : elle indique une datation entre 4700 et 4000 av. J.-C., avec des maximums de probabilités vers 4400 et 4270 av. J.-C.

58Les datations sur le groupe de Noyen sont centrées pour la plupart entre la fin du Ve millénaire et la première moitié du IVe millénaire, entre 4700 et 3400 av. J.-C.D. Mordant (1984a) a déjà montré leur contemporanéité avec le Michelsberg de l’Aisne et de Belgique, et le Chasséen septentrional. Il souligne également leur postériorité avec le Michelsberg II du Bassin rhénan. Une révision des données typologiques conduit à revoir cette conception. C. Jeunesse envisage une antériorité du groupe de Noyen sur le Michelsberg, le premier ayant fortement influencé le second (Jeunesse 1998c). Toutefois, aucune datation radiocarbone ne vient à l’appui de cette hypothèse. Sur le plan de la chronologie interne, le corpus de dates et les données typologiques s’accordent pour envisager une évolution du groupe de Noyen dont les premières manifestations seraient représentées par l’enceinte de Grisy-sur-Seine et les fosses fb de Noyen, centrées sur la charnière entre le Ve et le IVe millénaire, puis par les fosses fd de Noyen (barrage) et, enfin, par les enceintes de Gravon et de Châtenay/Le Maran et l’occupation de Balloy/Le Gros Bois (Mordant 1984a). Quant aux datations sur la minière de Villemaur-sur-Vanne/Les Orlets, réalisées par le laboratoire de Groningen, elles sont situées entre l’extrême fin du Ve et le premier quart du IVe millénaire. Elles sont donc compatibles avec une date contemporaine du groupe de Noyen.

59En conclusion, les mesures radiocarbones disponibles ne permettent pas actuellement d’élargir le débat chronoculturel. Cela est particulièrement criant pour le Cerny où la corrélation entre typologie et chronologie absolue est impossible, faute de datation sur les contextes concernés. D’autres raisons peuvent être invoquées pour expliquer ce constat. Bien qu’assez nombreuses, les datations représentent peut-être un corpus insuffisant pour être statistiquement significatif. De nombreux auteurs ont insisté sur le danger de raisonner sur quelques dates isolées et prônent une multiplication des mesures. Ces insuffisances pourraient expliquer partiellement les anomalies parfois constatées pour le Néolithique ancien. Toutefois, pour rendre cohérent le rapprochement chronologique et culturel, il faudrait, parallèlement à une multiplication des mesures, engager une reflexion sur la valeur des échantillons soumis à l’analyse : étude de la représentativité physico-chimique, bien sûr, mais surtout représentativité archéologique dans l’examen rigoureux de la relation entre l’échantillon prélevé, son contexte de prélèvement, le mobilier, l’occupation et, par extension, le ou les événement(s) qu’il est censé dater (Evin et al. 1995 ; Voruz 1995).

2.6 Discussion

60Finalement, deux problématiques essentielles ressortent de ces débats.

611 – Le problème de l’origine du premier Néolithique reconnu dans la région pose la question du processus de néolithisation du secteur Seine-Yonne et des stimuli ayant présidé à l’évolution ultérieure du mode de vie néolithique. En premier lieu, il faut s’interroger pour savoir s’il y a eu, ou non, colonisation directe à partir des foyers danubiens les plus proches (pays Rhénans) ou colonisation secondaire à partir des groupes rubanés du Bassin parisien. En outre, dans quelle mesure la sphère méridionale a t-elle participé à la néolithisation du sud-est du Bassin parisien ?

62D’autre part, quelles furent les relations avec les derniers mésolithiques ? Comment et à quel moment ces derniers se sont-ils intégrés au mode de vie néolithique ? Y a t-il eu, dans un premier temps, emprunt mutuel d’idées et d’objets ou absence totale de contact ? Y a t-il eu acculturation, et fut-elle immédiate et complète, ou différée ? Plus généralement, quelles ont été les conséquences historiques des éventuelles relations entre colons et autochtones ?

63Ces dernières questions seront difficiles à aborder étant donné la faiblesse de la documentation sur le Mésolithique local. Toutefois, on peut traiter indirectement ce sujet en tachant de mettre en évidence le degré de pénétration de la civilisation danubienne dans le secteur Seine-Yonne. Du point de vue des industries lithiques, c’est en comparant les caractéristiques techno-typologiques locales avec celles des groupes danubiens en général et rubanés récents en particulier que l’on pourra, de proche en proche, estimer leur degré de « pureté » par rapport aux foyers de colonisation supposés. Des hypothèses sur la progression de la colonisation en Bassin parisien d’une part, et sur l’emprise locale de la civilisation néolithique de l’autre, pourront être alors proposées. Actuellement, la question ne peut être définitivement résolue puisqu’il manque encore des jalons sur la diffusion du Néolithique en Bassin parisien. Mais quelques éléments de réflexion peuvent être soumis à la discussion.

642 – La question du passage du Néolithique ancien au Néolithique moyen dans le sud-est du Bassin parisien doit être replacée par rapport à un phénomène sensible à l’échelle européenne, le Chalcolithique (Lichardus et al. 1985 ; Dubouloz 1991). Elle doit aussi être abordée sous l’angle de la logique évolutive intrinsèque des sociétés néolithiques locales. Le problème est de savoir à quel moment on peut percevoir, dans les industries lithiques du secteur Seine-Yonne, les prémices d’une évolution. Sur quelles bases et à partir de quels stimuli cette évolution s’amorce-t-elle, quelles en sont ses étapes ? Quels sont ses rapports avec l’émergence du Chalcolithique européen ?

65J. Dubouloz (1991) fait remarquer qu’un processus de mutations culturelles et socio-économiques se fait sentir quasi simultanément dans toute l’Europe et que l’on doit aborder cette question selon trois niveaux d’observation en interaction : local, régional et suprarégional, dans lesquels deux champs d’étude complémentaires doivent être différenciés : l’aspect « historico-culturel » et l’aspect « structurel ». A priori, il ne semble pas pertinent de séparer un aspect structurel d’un aspect culturel, les deux étant, dans une conception systémique des sociétés, interdépendants. Toutefois, il est commode, en première analyse, de tenter de déterminer ce qui résulte, dans l’évolution des communautés humaines, d’une influence extérieure (approche historico-culturelle) et ce qui dérive des conditions locales préexistantes (approche structurelle). Selon la définition de J. Dubouloz, l’approche structurelle rend compte de l’organisation socio-économique des sociétés et de son évolution. On peut logiquement penser que les études de technologie lithique se placent au sein de cette approche dans la limite où, au travers des modes d’approvisionnement en matière première et la mise en évidence des degrés de complexité des chaînes opératoires, elles peuvent rendre compte de l’organisation technique, économique et sociale de la production des outillages et de la division du travail. Mais on doit aussi envisager que cette organisation peut résulter, au moins en partie, de stimuli extérieurs dont les modalités sont à préciser. Aussi, d’après la définition que donnent les auteurs du Chalcolithique –à savoir, pour les données du lithique, l’émergence d’artisanats spécialisés (dont l’extraction minière est notamment présentée en exemple) et des premières manifestations de différenciation sociale (Lichardus et al. 1985)– on peut tourner la question de la manière suivante : dans le secteur Seine-Yonne, l’évolution de l’organisation de la production des outillages est-elle en continuité avec les pratiques locales antérieures et sous quel aspect se manifesterait la part d’un courant culturel européen, si du moins elle était perceptible ?

66En ce qui concerne l’étude lithique, il ne s’agit pas, on l’aura compris, de doubler la périodisation du Néolithique du Bassin parisien. Au travers d’une caractérisation technique et typologique des ensembles chronologiques définis, j’ai cherché à saisir la manifestation des phénomènes exposés dans les paragraphes précédents afin d’apporter quelques matériaux de réflexion qui, je l’espère, serviront à leur compréhension.

Table des illustrations

Légende TABL. XLV Schéma chronologique simplifié.
Crédits d’après Lichardus et al. 1985.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search