Version classiqueVersion mobile

L’industrie du silex du ve au ive millénaire dans le sud-est du Bassin parisien

 | 
Anne Augereau

Première partie. Cadres et problématiques, matériaux et méthodes

Chapitre 1. Cadre général de l’étude et état de la documentation

Texte intégral

1.1 Bref historique de la recherche archéologique

1Dans la vallée de la Petite-Seine, également appelée Bassée, tout comme dans la basse vallée de l’Yonne, les découvertes archéologiques sont conditionnées depuis fort longtemps par l’exploitation industrielle des gisements de granulats. Celle-ci a réellement pris un essor important au début des années soixante, alors que dans le même temps, de nombreux archéologues bénévoles commençaient à intervenir, parmi lesquels il faut citer C. et D. Mordant, J. Bontillot, J. Paris, H. Carré et J. Piette. C’est à eux principalement que l’on doit le contrôle de la perte du patrimoine archéologique que représentait la multiplication des carrières de granulats et la mise au point, en France, des principales techniques de fouilles en contexte de sauvetage (décapage mécanique sur de grandes surfaces notamment). Celles-ci sont d’ailleurs toujours en vigueur.

2De 1960 à 1987, les sauvetages archéologiques sont donc essentiellement accomplis par des archéologues bénévoles. À partir de 1987, sous la pression de l’intensification de l’exploitation de granulats, s’amorce un processus de professionnalisation qui se concrétise par la création d’un service départemental du Patrimoine en Seine-et-Marne (archéologues départementaux : P. Gouge et D. Mordant) et par la signature d’une convention-cadre en 1991 entre l’État, le département de Seine-et-Marne et l’Association des producteurs de granulats. Une convention semblable a été également établie pour la basse vallée de l’Yonne.

3L’essentiel de cette recherche porte sur des séries de matériel issu de fouilles préventives. Les matériaux exhumés sont fiables et de qualité car toujours rattachés à un contexte archéologique. C’est pourquoi il me paraît utile de préciser que l’archéologie préventive est à l’origine, ces dernières années, des axes de recherche les plus novateurs. La fouille du site de Balloy, par exemple, permet de renouveler la problématique sur l’émergence du Néolithique moyen I et des processus ayant présidé à la dislocation du modèle danubien (Mordant 1991 ; 1992a). Il en est également ainsi de la mise au jour des minières à silex sur le tracé de l’autoroute A5, apport fondamental à la connaissance de l’organisation techno-économique des sociétés néolithiques régionales.

1.2 Cadre naturel et ressources minérales

4La région délimitée par la Petite-Seine, la basse Yonne et la Vanne appartient au secteur sud-est du bassin de Paris. Ce dernier est constitué d’une vaste cuvette sédimentaire ceinturée par les massifs anciens (massif armoricain, massif vosgien, Morvan) dont la subsidence débute au Permo-Trias (250 millions d’années) puis fait l’objet de phases de transgression et de régression marines du Trias au Tertiaire (Poisson 1982) qui ont généré des sédimentations importantes s’accumulant à partir de la fosse de la Brie orientale. Plus précisément, la zone Seine-Yonne-Vanne se situe à l’amorce des bords méridionaux de la dépression continentale. Elle forme un bassin alluvial borné au nord par les contreforts de l’Île-de-France, correspondant aux falaises du plateau tertiaire qui s’étend dans la Brie jusqu’en Picardie. La zone ouest de cette région est limitée par le Gâtinais, prolongement sud-ouest du bassin tertiaire de l’Île-de-France. Au sud de la Seine, le plateau secondaire du Sénonais se compose de collines sillonnées par de nombreuses vallées sèches. Il est traversé d’est en ouest par la vallée de la Vanne, d’Estissac à Sens. À l’extrême sud-est, la forêt d’Othe forme une entité en relief.

5En Bassée, la Seine entaille les formations secondaires du Sénonien dont les principaux étages sont représentés par le Campanien inférieur à supérieur, essentiellement constitués de craie blanche. Du fait de la structure en cuvette du bassin de Paris, plus au sud, la Vanne et l’Yonne entament, jusqu’à Sens, les formations coniaciennes sous-jacentes. Des formations tertiaires résiduelles sont également présentes au sommet des interfluves, notamment sous forme de blocs de grès érratiques.

6L’exploitation de graviers a largement conditionné l’attention des archéologues vers les plaines alluviales. Plus récemment, le tracé linéaire de l’autoroute A 5 a permis de réunir des informations sur des zones plus rarement explorées et ainsi d’obtenir un transect archéologique et géomorphologique de la région. Quatre secteurs ont été principalement étudiés (fig. 1) :

  • La Bassée, ou vallée de la Petite-Seine, s’étend de Nogent-sur-Seine à Montereau-Fault-Yonne sur environ 40 km. À cet endroit, la Seine, avant sa canalisation, avait du mal à s’écouler du fait de la faible pente et a engendré de multiples noues, chenaux et méandres aboutissant à un territoire relativement marécageux. Ces chenaux entament les alluvions de la Seine formés au Pléistocène par un processus d’érosion glaciaire des versants crayeux de la vallée, et font émerger des dômes sablo-graveleux suffisamment élevés pour être à l’abri des crues de la rivière. Ces faibles dômes, formant des îles disséminées tout au long de la vallée et pouvant atteindre plusieurs dizaines d’hectares, représentent incontestablement l’originalité de la vallée à cet endroit. C’est bien entendu sur ceux-ci que se sont préférentiellement installés les hommes à toutes périodes. C’est également cette richesse en dépôts alluviaux qui fait de la Bassée la plus grande réserve de graviers industriels de l’est parisien.

  • La zone de confluence entre la Seine et l’Yonne, entre la Tombe, Montereau-Fault-Yonne et Misy-sur-Yonne, forme une vaste plaine alluviale constituée d’alluvions, de colluvions et d’apports éoliens. Elle est presque entièrement recouverte de limons s’étendant sur plusieurs dizaines de kilomètres carrés. Cela en fait un secteur original, fort différent de la Bassée, par le type de dépôts qu’on y rencontre, et de la vallée de l’Yonne, par sa superficie étendue. Aux portes du Sénonais, il représente la zone de transition entre le bassin tertiaire et les formations secondaires.

  • Le fond de la vallée de la basse Yonne, entre Montereau et Villeneuve-sur-Yonne, est également recouvert de placages limoneux et de colluvions. Par rapport à la Bassée, il s’agit d’une vallée moins large mais peut-être plus propice à une occupation humaine dense. En effet, la structure géomorphologique de la vallée a fait que la rivière a peu divagué, formant un milieu sec sur de plus vastes étendues. Les chenaux et noues colmatés y sont rares et si l’Yonne adopte un tracé plutôt méandriforme de Montereau à Pont-sur-Yonne, en amont elle longe assez régulièrement la falaise crayeuse de sa rive gauche. L’exploitation de graviers est moins intense qu’en Bassée mais suffisamment importante pour imposer une surveillance archéologique.

  • Enfin, la vallée de la Vanne, qui prend sa source à Estissac et se jette dans l’Yonne à Sens, a fait l’objet d’une prospection intensive lors de l’ouverture du tracé de l’autoroute A 5. La Vanne traverse de part en part le Sénonais dont le substrat, à cet endroit, est formé de craie coniacienne et santonienne. De part et d’autre de la rivière, le paysage est composé de collines crayeuses et de vallées sèches. Sur le sommet des collines, on rencontre également des formations résiduelles tertiaires (grès, sable, poudingue, etc.). L’originalité de la Vanne, comme celle de ses affluents (l’Alain, le Betrot), est que les fonds présentent des colluvions ainsi que des dépôts tourbeux. Le tracé de l’autoroute, parallèle à la Vanne, a surtout concerné les flancs de la rive droite de la vallée sur lesquels, au niveau de Villemaur-sur-Vanne, un important complexe minier a été repéré et plusieurs minières à silex fouillées.

FIG. 1
Carte de répartition des sites étudiés et principales formations géologiques.

dessin P. Pihuit/Inrap.

7Un panorama global des potentialités en silex de la région, mais également en roches variées (grès, calcaire, etc.) et des conditions de leur gîtologie, a pu être dressé grâce à une prospection systématique s’inspirant des méthodes de repérage et d’échantillonnage utilisées par les membres du programme « Matières premières et sociétés protohistoriques dans le nord de la France » (dirigé par M. Plateaux et J.-C. Blanchet ; Blanchet et al. 1989). Ce travail, en cours, doit se poursuivre dans les prochaines années mais un complément y a déjà été apporté grâce aux prospections réalisées par V. Krier et J. Delépine dans le cadre de l’opération archéologique de l’autoroute A 5 (Krier, Delépine 1989a ; 1989b ; Delépine et al. 1991 ; Krier 1990 ; 1996).

8Les étages du Crétacé supérieur de la région Seine-Yonne-Vanne, du Coniacien au Campanien, forment l’assise géologique de la majeure partie de la zone étudiée. Les formations tertiaires, du Thanétien au Stampien, sont présentes à partir de la côte d’Île-de-France mais également sous forme résiduelle sur les sommets du plateau sénonais. Ce sont surtout les formations secondaires, contenant les plus abondants gisements de silex aptes à la taille, qui font dire que cette région est très riche en silex. En surface, les formations résiduelles et remaniées offrent également quelques silex et galets de plus ou moins bonne qualité. Le Tertiaire est surtout constitué de grès, sables, argiles et meulières (fig. 1).

1.2.1 Les silex des formations coniaciennes

9Les formations coniaciennes caractérisent le soubassement crayeux du secteur sud de la zone étudiée à partir de Sens et vers l’est tout au long de la vallée de la Vanne. La craie affleure pratiquement partout sur les versants des vallées et contient des rognons de silex rassemblés en bancs parfois très discontinus comme à Villemaur-sur-Vanne/Le Grand Bois Marot. Globalement, le Coniacien supérieur offre des rognons de petite taille assez disséminés. En revanche, le Coniacien inférieur est plus riche en silex avec au moins un banc continu. Le silex apparaît sous forme de rognons, oblongs à aplatis, plus ou moins branchus. Le cortex est fin (épaisseur inférieure à 1 mm), crayeux, de couleur beige à jaunâtre. Le volume des rognons est très variable : exprimé en poids, il peut passer de quelques dizaines de grammes à une cinquantaine de kilogrammes par bloc, le poids moyen devant se situer entre 2 et 6 kg. L’intérieur des rognons est composé d’une matière siliceuse gris clair à gris foncé à grain assez fin, mais de larges zones plus grenues, en cours de silicification, grises à blanches, affectent la qualité de la roche. D’une manière générale, ce silex est tout à fait apte à la taille bien que les zones grenues puissent limiter la mise en œuvre d’un débitage laminaire régulier. Ces caractères peuvent se retrouver sur l’ensemble des silex sénoniens et il est très difficile, voire impossible, de distinguer à l’œil nu un silex coniacien d’un silex campanien. Il semblerait cependant que les silex coniaciens aient tendance à patiner en blanc-jaune alors que ceux du Campanien patineraient en blanc bleuté, bien que cela doive dépendre en grande partie des conditions sédimentologiques et hydrographiques locales.

10Le silex en plaquette est rare : il existe dans le Pays d’Othe où un lit a été repéré, intercalé entre les bancs de rognons, dans la minière de Villemaur-sur-Vanne/Les Orlets (banc 3). En majeure partie impropre à la taille (plaquettes fissurées), ce silex n’a été exploité que très occasionnellement par les mineurs néolithiques.

1.2.2 Les silex des formations santoniennes

11Au dessus du Coniacien, les formations santoniennes affleurent principalement dans la vallée de la Vanne entre Sens et Pâlis et dans la vallée de l’Yonne à partir de Pont-sur-Yonne. Ces formations sont connues pour être riches en silex. Cependant, il est parfois difficile de différencier les craies santoniennes des coniaciennes, notamment à hauteur de Villemaur-sur-Vanne dont les installations minières se situent au contact de ces deux étages géologiques. Disons que les silex santoniens ne se distinguent pas, du point de vue de leur gîtologie, des silex coniaciens.

1.2.3 Les silex des formations campaniennes

12La craie campanienne occupe le reste des assises crayeuses de la zone d’étude, à savoir : la vallée de la Petite-Seine, la basse vallée de l’Yonne jusqu’à Pont-sur-Yonne, la majeure partie de l’interfluve entre les vallées de la Seine et de la Vanne. Sur la rive droite de la Seine, la craie affleure pratiquement partout sur les versants. Sur la rive gauche, elle est partiellement recouverte par les alluvions récentes et anciennes de la rivière. Cependant, l’abondance des affleurements de craie ne correspond pas forcément à la présence de bancs de silex de manière continue. Par exemple au mont Mitel, au sud de la forêt de Sourdun, à hauteur de Blunay, la craie est exempte de silex alors que quelques kilomètres à l’ouest, en face de Hermé, le silex est présent en abondance. Plus précisément, les bancs sont fréquents dans la partie supérieure du Campanien inférieur et dans la partie inférieure du Campanien supérieur, deux formations géologiques qui, à de rares exceptions près, affleurent en quantité.

13Les silex campaniens diffèrent peu des autres silex sénoniens. Il s’agit de rognons oblongs, plus ou moins branchus, à cortex crayeux fin et à zones grenues. Leurs couleurs tireraient plutôt vers des teintes grises à noires. Il faut signaler en outre que les rognons de la région de Montereau, au sommet du Campanien supérieur, ont subi un phénomène d’épigénie leur conférant une teinte gris blond à marron que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. On peut les observer dans les carrières de Courcelles-en -Basseé et de Saint-Germain-Laval au nord-est de Montereau. Ce silex, appelé « silex campanien jaune », est présent dans la plupart des séries archéologiques de la Bassée. Sa provenance, en limite nord-ouest de cette région, atteste de l’unité géographique de ce territoire et la pérennité d’approvisionnement en silex du Mésolithique au Néolithique moyen.

14L’immense majorité des silex taillés au Néolithique dans la région Seine-Yonne provient des formations géologiques décrites supra et il est probable que les blocs ont été ramassés sur les versants crayeux au regard du cortex peu altéré et rarement roulé des produits et restes de taille. Les silex d’alluvions anciennes et récentes, dans la plupart des cas inadéquats à la taille en raison de leur petit volume et de la fréquence des fissures, n’ont été qu’épisodiquement utilisés.

15Si les versants crayeux sont riches en silex, il ne faut pas oublier que la plupart des sites néolithiques sont implantés dans le fond des vallées. Dans certains cas, comme à Noyen-sur-Seine, le plus proche affleurement se situe à 3 km à vol d’oiseau. Au contraire, à Balloy, il se trouve à quelques centaines de mètres au sud du site. D’une manière générale, la proximité des gisements de silex n’a pas semblé présider à l’installation des habitats.

1.2.4 Les formations tertiaires : argile, calcaire, sable et grès

16Certains silex taillés, notamment au Néolithique ancien, ont une origine géologique tertiaire. Il s’agit de silex à grain fin, marron ou chocolat, patinant en blanc crème, avec parfois de fines zones formant comme des rubans parallèles, et de nombreux fossiles tertiaires (oogones de carophytes et spiculés d’éponges). Le cortex peut être épais (> 5 mm) et de couleur crème. L’utilisation de grès tertiaires plus ou moins fins est également attestée pour le matériel de broyage (dont il ne sera pas question dans ce travail).

17Il fallait donc vérifier si ces matériaux avaient ou non une origine locale. Les formations tertiaires en place existent principalement au niveau de la côte de l’Île-de-France. Les étages qui s’y succèdent concernent essentiellement l’Éocène et l’Oligocène, du Thanétien au Stampien, incluant des roches diverses dont des argiles.

18Les argiles plastiques réfractaires de l’Yprésien sont une caractéristique de la région de Montereau où elles ont donné naissance à une industrie de la faïence encore très développée jusqu’au milieu du xxe s. (faïencerie de Montereau). Elles affleurent aussi tout au long de la vallée de la Petite-Seine, mais dans l’état actuel des études de technologie céramique, il est impossible de dire si elles ont également servi à la fabrication des poteries néolithiques.

19Le calcaire ludien, ou calcaire de Champigny, forme le substrat résistant du plateau briard. Il apparaît au sommet de la rive droite de la vallée de la Seine, environ jusqu’à Gouaix. Observable sur une trentaine de mètres de hauteur à Saint-Germain-Laval près de Montereau, c’est un calcaire très dur, meuliérisé dans sa partie supérieure. Dans ce secteur, il ne contient pas d’accidents siliceux de type silex bien que les cartes géologiques au 1/50 000 (Montereau, Nangis et Provins principalement) mentionnent à de multiples reprises la présence de silex. Sur le plateau briard, le calcaire de Champigny affleurant le long des cours d’eau (ru Sainte-Anne, ru de la vallée Javot, etc., aux alentours de Provins et de Longueville, au sud de Nangis) est également signalé comme présentant des silex. En fait, il s’agit de meulières, et dans l’état actuel des prospections, aucun gisement de silex tertiaire propre à la taille n’a été découvert. M. Mauger (1985) indique d’ailleurs que la limite sud du calcaire de Champigny avec silex exploitable se situerait bien plus au nord, selon une ligne brisée partant de la vallée de la Juine (Essonne) jusqu’à la vallée du Grand Morin. Quant aux formations d’épandage issues du démantèlement de l’Éocène et visibles sur la plupart des hauts de pentes interfluviales, elles ne contiennent que des fragments de meulières plus ou moins silicifiées.

20Les silex tertiaires présents dans les séries du Néolithique ancien local sont donc très probablement d’origine exogène. Le gisement connu le plus proche pourrait être situé à Jablines, à proximité de la vallée de la Marne, dans le nord du département de Seine-et-Marne, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Montereau. Le site Villeneuve-Saint-Germain de Jablines/La Pente des Croupetons (Bostyn et al. 1991 ; Bostyn 1994), contemporain de certaines installations de la région Seine-Yonne (Barbey/Le Chemin de Montereau notamment), est d’ailleurs riche de ce silex taillé. Il n’est pas exclu non plus que le Gâtinais, à l’ouest, avec le site d’Échilleuses (Loiret) [Simonin 1985 ; 1988], ait constitué un pôle d’approvisionnement en silex tertiaire pour le secteur Seine-Yonne.

21Les grès sont relativement abondants. On trouve un grès quartzite à cassure conchoïdale dans les niveaux supérieurs de l’Yprésien au sud de Voulx (environs de Montereau). Il existe également sous forme de blocs épars entre Yonne et Orvanne. Les grès de Fontainebleau (Stampien) affleurent en place au nord de Longueville et dans la forêt de Sourdun. Mais on les rencontre à l’état de blocs démantelés un peu partout sur le sommet des plateaux. Ces grès sont de bonne qualité, durs et à grain fin. Le matériel de broyage de tout le Néolithique régional a très vraisemblablement cette origine géologique.

1.2.5 Une autre matière première : le silex à grain fin

22Un silex particulier semble caractéristique des différentes étapes du Néolithique ancien régional. Il s’agit d’un silex à grain très fin, doux au toucher, de couleur gris foncé à gris-jaune, très homogène (sans zones ni plages grenues) et patinant en blanc bleuté. Le cortex est très mince (épaisseur inférieure ou égale à 0,5 mm) de couleur beige-orangé. Lorsque le silex est patiné, un liseré plus noir s’observe sur la zone de contact entre le cortex et la matière siliceuse à proprement parler. Pour le différencier des autres, ce silex a été appelé « silex à grain fin », sa finesse paraissant être sa qualité principale. On verra qu’il a fait l’objet d’un traitement particulier.

23Ce silex provient très certainement des formations secondaires locales. Il est toutefois beaucoup moins fréquent dans les affleurements que le silex secondaire courant, à zones mal silicifiées. Dans l’état actuel des recherches, deux provenances sont possibles : d’une part, à Nailly, au nord de Sens, un affleurement de silex livre des rognons de belles dimensions, à cortex fin, dont la matière siliceuse, de couleur brun-miel, est particulièrement homogène (renseignement D. Buthod-Ruffier). D’autre part, à Donnemarie-Dontilly, à une dizaine de kilomètres au nord de Montereau, un site du Magdalénien a fourni une production de lames taillées dans ce silex où toutes les étapes de la chaîne opératoire ont été reconnues (fouilles Bodu et Valentin, comm. pers.). Toutefois, il n’est pas sans rappeler le silex maastrichtien dit « de Ghlin », abondamment taillé en Belgique au Néolithique.

1.3 Sites de référence

24Les assemblages lithiques observés, représentant près de 100 000 artefacts, se répartissent sur un millénaire et demi, du Rubané final (première moitié du Ve millénaire) au groupe de Noyen (seconde moitié du IVe millénaire). Les séries appartiennent à douze ensembles dont l’inventaire suit, accompagné d’une rapide description.

1.3.1 Rubané

25Bien que les études de chronologie, qu’elles soient d’ordre céramique, architectural ou funéraire, n’aient pas encore complètement abouties dans le secteur Seine-Yonne, l’état actuel des recherches indiquerait que quatre sites, Balloy/Les Réaudins, Barbey/Le Buisson Rond, Passy/Les Graviers et Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux, appartiendraient à une étape initiale du Néolithique ancien régional. Pour certains sites comme Balloy et Barbey/Le Buisson Rond, l’attribution au Rubané final tel que défini par C. Constantin et M. Ilett (1997), peut être clairement proposée. On s’accorde aussi pour situer Villeneuve-la-Guyard à l’extrême fin de la séquence du Néolithique initial de la région, soit dans un Rubané final (Prestreau 1993), soit dans une étape de transition, voire de formation, vers le groupe de Villeneuve-Saint-Germain (Constantin et al. 1995). Pour Passy/Les Graviers, les études sont encore trop partielles ou les interprétations encore trop divergentes, pour que l’on puisse se prononcer fermement. Selon les uns, certaines structures de Passy/Les Graviers représenteraient l’étape la plus ancienne du Néolithique local (Constantin, comm. pers.). D’autres envisagent une similarité entre le Rubané récent du Bassin parisien et le site de Villeneuve-la-Guyard auquel succéderaient immédiatement les occupations de Passy/Les Graviers (Duhamel, Prestreau 1988 ; 1991).

26Dans le but de caractériser l’industrie lithique du premier Néolithique régional, les séries issues de ces quatre sites sont présentées dans un même chapitre. Les particularités propres à chacun ne seront pas pour autant gommées et pourront être intégrées dans les discussions sur les interprétations chronoculturelles.

1.3.1.1 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), secteur LR

27Repéré grâce à une prospection aérienne de A. Heurtaux, le complexe des Réaudins, sur la commune de Balloy, se situe sur la rive gauche de la vallée de la Seine, à une cinquantaine de kilomètres de Nogent-sur-Seine. Les vestiges d’occupation, qui se répartissent du Néolithique ancien aux périodes historiques, s’étendent sur quelque 20 ha et sont implantés sur un dôme sablo-graveleux. Des zones de paléochenaux encadrent le secteur à l’est, au nord et à l’ouest.

28La fouille, qui a eu lieu de 1986 à 1994, a permis d’individualiser trois ensembles néolithiques. Le secteur LR tout d’abord, au nord-est, comprend à ce jour une dizaine d’enclos funéraires en « trous de serrure », complets ou partiels, parmi lesquels une quarantaine de sépultures en fosse sont implantées. Habituellement, ce type de structure est rattaché à l’horizon Cerny. Cinq maisons danubiennes, plus ou moins bien conservées, occupent également cet espace. Le secteur LRE ensuite, à 250 m au sud-ouest de cet ensemble, est occupé par une enceinte Cerny à fossés et palissade, ainsi que par trois maisons danubiennes très érodées. Entre ces deux ensembles, le secteur R est constitué par un autre groupe d’enclos funéraires, également probablement Cerny.

29C’est sur le secteur LR de la nécropole néolithique que les principales installations datées du Néolithique ancien ont été trouvées. Elles se présentent sous deux formes (fig. 2).

30– Une installation tout à fait courante avec au moins trois bâtiments (M1, M2 et M3) et leurs fosses contiguës, parfois très riches en matériel archéologique (essentiellement des blocs de silex concassés) ainsi qu’un petit cimetière attenant composé de trois sépultures en fosses (Mordant 1991). Près de 350 kg de silex ont été répertoriés mais seulement 180 concernent la fabrication des outils. Le reste regroupe du silex concassé, des petits galets et quelques fragments thermiques. Ces pièces paraissent relativement calibrées, ce qui écarterait l’hypothèse de déchets de test de rognons de silex. Il s’agirait plutôt d’éléments s’intégrant dans l’architecture des maisons pour la fabrication de hérissons ou pour l’élévation des murs. Ce type de vestige existait également à Passy (Yonne), mais sous forme de fragments de grès (Carré, comm. pers.).

FIG. 2
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne) : plan des structures du secteur nord LR avec les installations du Néolithique ancien : bâtiments M1 à M3, et structures 7 et 8 à l’intérieur de l’enclos funéraire EIII.

Mordant 1991 : 34 ; 1992a : 111.

31– L’enclos funéraire EIII, le mieux conservé, présentait, tangentiellement au tracé du fossé, deux fosses (structures 7 et 8) contenant du matériel archéologique comparable à celui découvert dans les fosses attenantes aux maisons précédemment décrites. Pour expliquer cette association, D. Mordant (1991) propose deux hypothèses : soit les deux structures du Néolithique ancien représentent les fosses de construction d’un bâtiment complètement arasé, auquel cas l’espace entre les deux fosses paraît inhabituel (12 m), soit elles sont contemporaines de la première phase de creusement du monument funéraire. Depuis la rédaction de cet article, d’autres éléments sont apparus qui reposent la question de l’ancrage du Cerny dans les cultures danubiennes, déjà suggéré par les découvertes de Marolles où une céramique Cerny était en connexion avec un bâtiment d’architecture danubienne (Mordant, Mordant 1970). En effet, une nouvelle série d’enclos et deux autres maisons danubiennes (M7 et M8), probablement quasi-contemporaines des précédentes mais dont l’étude lithique n’est pas incluse dans ce travail, ont été découvertes. L’originalité de ce secteur est que deux des enclos funéraires sont strictement implantés sur les maisons danubiennes, selon la même orientation, leur fossé longeant les murs des habitations. Cette superposition ne peut être fortuite et les ruines des maisons devaient être visibles au moment de l’implantation des monuments (Mordant 1997a). L’interprétation de ce phénomène est encore à l’étude mais certains auteurs, constatant déjà une analogie entre ces longs monuments et les longues maisons danubiennes (Midgley 1985 ; 1997), observent à Balloy les indices matériels attestant l’occupation délibérée d’espaces domestiques antérieurs (Mordant 1997a).

32La céramique de Balloy, assez fragmentée, se caractérise par l’abondance des formes en céramique fine (profils en S), l’existence du décor incisé, souvent combiné avec des impressions au peigne, l’utilisation du peigne à deux ou trois dents et les motifs en croix ou en soleil rappelant le Rubané récent (fig. 3). Des décors en arceaux, des pincements sous les bords existent également et évoquent des éléments connus dans les contextes Villeneuve-Saint-Germain. Sur la base de la proportion de ces différents décors entre les maisons M2 et M3, D. Mordant (1991) propose des périodes d’occupation légèrement diachrones. Cependant, une étude approfondie de la céramique ne met pas en évidence de différences notables entre les ensembles céramiques de Balloy (Augereau 1995a ; Meunier 1999). De plus, l’existence de décors communs à tous les ensembles –abondance des motifs en échelle et en triangles incisés, présence des guirlandes et du motif secondaire en croix ou en soleil, thèmes décoratifs couvrants– pourrait témoigner d’occupations assez proches dans le temps, durant la période finale du Rubané telle que définie par C. Constantin et M. Ilett (1997). La présence de bracelets en calcaire à section en D conforte cette attribution chronologique.

FIG. 3
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne) : céramique rubanée.

Mordant 1991 : 35 ; dessin K. Meunier.

33L’industrie lithique étudiée de Balloy/Les Réaudins provient des maisons M1 (structures 1, 1b, 2 et 25), M2 (structures 13 et 14), M3 (structures 15, 16, 17 et 18) et de l’enclos EIII (structures 7 et 8). L’industrie de l’ensemble de ces structures, bien qu’elles soient peut-être légèrement diachrones, appartiendrait au même horizon chronologique. Elle a donc été traitée globalement et intégrée à l’étude des industries du premier groupe de sites du Néolithique ancien (Barbey/Le Buisson Rond, Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux et Passy/Les Graviers). Elle se compose, entre autres, de 17 kg d’éclats, 238 éclats retouchés et de 211 produits laminaires bruts ou retouchés (tabl. I-III).

TABL. I
Balloy/Les Réaudins, habitat rubané : inventaire général du matériel lithique.

TABL. II
Balloy/Les Réaudins, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur lame.

TABL. III
Balloy/Les Réaudins, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur éclat.

1.3.1.2 Barbey/Le Buisson Rond (Seine-et-Marne)

34La fouille de l’ensemble de Barbey a été menée par S. Renaud, et le suivi des carrières effectué par P. Gouge (Renaud, Gouge 1992). Cet ensemble se situe dans la zone de confluence de la Seine et de l’Yonne. Aux portes de la Bassée et du Sénonais, c’est un terroir différent qui s’offre à l’étude, caractérisé par une vaste plaine limoneuse, s’opposant par exemple au territoire de la Bassée où alternent méandres colmatés et dômes graveleux. La fourchette d’occupation représentée à Barbey est très large : on trouve, presque sans discontinuité, des installations allant du Paléolithique supérieur à l’époque gallo-romaine. Parmi les périodes néolithiques, c’est le Néolithique ancien qui domine. Deux secteurs diachrones, sur deux lieux-dits différents, sont concernés : Le Buisson Rond au sud et, distant de 350 m au nord, Le Chemin de Montereau, dont il sera question plus loin.

35Les installations danubiennes du Buisson Rond sont implantées à quelques dizaines de mètres au nord du lit actuel de l’Yonne. Il semblerait que six unités d’habitation soient identifiables (Renaud, Gouge 1992). En raison du substrat limoneux et de l’érosion intense, il n’a été trouvé de traces de poteaux que dans l’unité U1 (fig. 4).

FIG. 4
Barbey/Le Buisson Rond (Seine-et-Marne) : plan des structures du Néolithique ancien.

Renaud, Gouge 1992 : fig. 5.

36Cependant, l’espacement entre les cavités des unités et leur orientation, leur remplissage ainsi que la nature du matériel archéologique recueilli laissent à penser qu’il s’agit de fosses latérales d’habitations arasées. La céramique recueillie, peu abondante, situerait l’ensemble dans une étape finale du Rubané, comparable au secteur LR des Réaudins, hypothèse appuyée par la découverte d’un bracelet en calcaire à section en D, l’importance des vases en céramique fine à profil en S et des motifs en échelle et en triangles incisés, la présence du décor au peigne à deux dents organisé en T et en guirlande, et de la croix et du soleil imprimés au peigne (fig. 5) [Augereau 1995a ; Meunier 1999].

FIG. 5
Barbey/Le Buisson Rond (Seine-et-Marne) : céramique rubanée.

Meunier 1999 : 11.

37L’industrie lithique du Buisson Rond est incorporée à l’analyse des industries en silex du premier groupe de sites du Néolithique ancien régional. Elle se compose de 1 311 artefacts dont 100 pièces retouchées (tabl. IV-VI), ce qui en fait une série numériquement satisfaisante.

TABL. IV
Barbey/Le Buisson Rond, habitat rubané : inventaire général du matériel en silex.

TABL. V
Barbey/Le Buisson Rond, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur lame.

TABL. VI
Barbey/Le Buisson Rond, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur éclat.

1.3.1.3 Villeneuve-la-Guyard/ Les Falaises de Prépoux (Yonne)

38Sur la rive opposée de l’Yonne, à 5 km environ au sud de Barbey, on rencontre le site de Prépoux, localisé en bordure de la première terrasse non inondable. De 1937, date de l’ouverture d’une gravière, à 1953, divers sauvetages mettent au jour des fosses et des inhumations néolithiques et plusieurs enclos du Bronze final (Mordant et al. 1979). À partir de 1985, une opération de sauvetage est entreprise pour plusieurs années. Elle est dirigée par M. Prestreau pour le Néolithique (Duhamel, Prestreau 1987 ; Prestreau 1989) et par J.-Y. Prampart pour les âges des Métaux (Prampart, Prestreau 1989).

39Pour le Néolithique, en dehors d’un village danubien et son petit cimetière attenant, une enceinte Cerny-Barbuise et une enceinte du groupe de Noyen ont été découvertes.

40Dans l’étude lithique, seuls les ensembles danubiens ont été pris en compte. Sept unités d’habitation ont été distinguées dont quatre semblent complètes. Comme toujours, leur plan est trapézoïdal, et l’on enregistre un décalage en oblique de certaines tierces et un dédoublement de quelques poteaux (fig. 6). La céramique, de même que le lithique, provient pour l’essentiel des structures suivantes :

FIG. 6
Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux (Yonne) : plan des installations du Néolithique ancien.

d’après Prestreau 1992 : 174.

41– structures 56 et 61 qui semblent s’associer à un plan de maison, et les structures 90 et 249 dont le plan de la maison associée reste inconnu. Cet ensemble regroupe près des deux tiers du matériel archéologique, aussi bien lithique que céramique ;

  • structures 32, 67, 68 et 69 associées à la maison 70 ;

  • structures 62, 64, 66 en relation avec la maison 65 ;

  • structures 72, 150 et 158 auxquelles aucun plan de bâtiment n’a été clairement associé.

42Selon P. Duhamel et M. Prestreau (Duhamel, Prestreau 1988 ; Prestreau 1992), la céramique combine des éléments anciens, proches du Rubané récent du Bassin parisien (fig. 7) [décors au peigne en T, de bandes horizontales hachurées, de chevrons], des éléments innovants (décors couvrants, en guirlande, en arêtes de poisson) et des éléments considérés comme évolués (V pincés au-dessus des anses, cordon). L’étude du matériel de Villeneuve-la-Guyard est donc l’occasion de préciser les processus de formation du groupe Villeneuve-Saint-Germain (Prestreau 1992). C. Constantin et M. Ilett y voient d’ailleurs une « étape formative » du groupe de Villeneuve-Saint-Germain où des éléments « archaïques » côtoient des éléments plus évolués (Ilett et al. 1995 ; Constantin et al. 1995). Toutefois, soulignant la spécificité du secteur sud du Bassin parisien par rapport au nord, M. Prestreau préfère privilégier l’hypothèse d’un Rubané final (Prestreau 1993).

FIG. 7
Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux (Yonne) : céramique rubanée.

Prestreau 1992 : 184-186.

43Quant à l’industrie lithique, assez riche (27 069 artefacts en silex dont 656 produits retouchés) [tabl. VII-IX], elle est voisine des autres séries du premier groupe dont font partie Balloy, Barbey/Le Buisson Rond et Passy/Les Graviers. Cependant, elle s’en éloigne par certains aspects techniques. Plusieurs hypothèses seront énoncées pour expliquer ce fait, et la question de l’évolution entre le Rubané et le groupe de Villeneuve-Saint-Germain sera notamment évoquée.

TABL. VII
Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Pépoux, habitat rubané : inventaire général du matériel en silex.

TABL. VIII
Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur lame.

TABL. IX
Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur éclat.

1.3.1.4 Passy/Les Graviers (Yonne)

44Avec le complexe de Passy, on quitte définitivement la zone de confluence de la Seine et de l’Yonne pour se retrouver dans la vallée de l’Yonne, sur sa rive droite, à une petite dizaine de kilomètres au sud de Sens. Gisement majeur, la plaine de Passy, exploitée en gravières, regroupe une série de sites néolithiques complémentaires d’un point de vue chronologique et structurel. À Passy/Richebourg et à Passy/La Sablonnière, d’importantes nécropoles monumentales Cerny ont été mises au jour (fouilles H. Carré, P. Duhamel, M. Fonton).

45Les installations du Néolithique ancien ont été fouillées par H. Carré (1984). Les villages des Graviers et de La Sablonnière appartiennent à un ensemble plus vaste sur lequel au moins deux installations supplémentaires ont été repérées mais malheureusement très érodées ou détruites avant l’intervention des archéologues. Aux Graviers, six structures allongées, alignées parallèlement selon une orientation est-ouest, ont été fouillées à une centaine de mètres du lit actuel de l’Yonne (fig. 8). Les structures du village des Graviers, bien que conservées sur une faible profondeur (quelques dizaines de centimètres), ont livré un matériel tant céramique que lithique extrêmement abondant. Prenant le contre-pied des hypothèses les plus répandues, H. Carré (1984) suggère que ces cavités soient le cadre même de l’habitat domestique et, d’après la répartition des vestiges, il délimite des aires d’activités plus ou moins spécialisées à l’intérieur de ces structures. S’il est vrai qu’aucun trou de poteau n’a pu être identifié entre les structures, on doit remarquer malgré tout que leur espacement correspond aux critères habituels. Pour H. Carré, le village des Graviers serait plus ancien que celui de La Sablonnière. Il donne la périodisation suivante, sur la base de l’augmentation de la proportion de cordons au sein des décors céramiques (Carré 1986 ; 1996) :

  • Passy-Graviers 6 puis Passy-Graviers 1-2 et 3 ; 

  • Passy-Sablonnière 1-2 puis Passy-Sablonnière 4-5 et 6.

FIG. 8
Passy/Les Graviers (Yonne) : plan des structures du Néolithique ancien.

d’après Carré 1984 : 16.

46En 1991, P. Duhamel et M. Prestreau (Duhamel, Prestreau 1991) plaçaient Les Graviers à un stade du Néolithique ancien immédiatement postérieur à Villeneuve-la-Guyard. Actuellement, ils envisageraient plutôt une antériorité de Passy sur Villeneuve-la-Guyard. En effet, une première approche générale de la céramique montre que certains éléments, comme l’abondance des vases en céramique fine, la présence de bandes hachurées incisées, de bandes horizontales superposées réalisées au peigne (fig. 9), inclineraient à situer Passy/Les Graviers dans un Rubané final (Augereau 1995a), voire un Rubané récent du Bassin parisien (Constantin, comm. pers.). En définitive, la position chronoculturelle de Passy/Les Graviers n’est pas encore clairement établie, d’autant plus qu’il n’est pas certain, comme le faisait remarquer H. Carré, que la totalité des installations appartienne au même horizon chronologique.

FIG. 9
Passy/Les Graviers (Yonne) : céramique rubanée.

Carré 1996 : 310, 312, 316, 322.

47C’est pourquoi, en l’attente d’une analyse serrée de la céramique, l’industrie lithique de Passy/Les Graviers sera intégralement incorporée à l’étude des productions lithiques du premier groupe de sites avec Balloy, Barbey/Le Buisson Rond et Villeneuve-la-Guyard. Pour ce travail, ce sont essentiellement les structures 1, 2, 3, appartenant au même ensemble, et la structure 6 qui seront étudiées, les autres étant extrêmement arasées ou partiellement fouillées. Au total, 25 426 artefacts dont 479 produits laminaires bruts et retouchés et 1 042 pièces retouchées sur éclat (tabl. X-XV) ont été manipulés : ils représentent une série exceptionnelle pour le Néolithique ancien régional.

TABL. X
Passy/Les Graviers, structure 6, habitat rubané : inventaire général du matériel silex.
* Matière première incertaine

TABL. XI
Passy/Les Graviers, structure 6, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur éclat.

TABL. XII
Passy/Les Graviers, structure 6, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur lame.

TABL. XIII
Passy/Les Graviers, structures 1, 2, 3, habitat rubané : inventaire général du matériel en silex.

TABL. XIV
Passy/Les Graviers, structures 1, 2, 3, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur éclat.

TABL. XV
Passy/Les Graviers, structures 1, 2, 3, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur lame.

1.3.2 Groupe de Villeneuve-Saint-Germain

1.3.2.1 Barbey/Le Chemin de Montereau (Seine‑et‑Marne)

48À 350 m au nord des installations rubanées de Barbey/Le Buisson Rond, au lieu-dit Le Chemin de Montereau, quatre unités d’habitation Villeneuve-Saint-Germain ont été découvertes (fig. 10). L’une d’elles, l’unité 2, présente les restes de trois tierces dont la plus orientale montre un décalage correspondant assez bien à l’esprit des caractéristiques architecturales Villeneuve-Saint-Germain de la région. Pour les autres unités, aucun trou de poteau n’a pu être identifié mais les écarts entre les structures et leur orientation indiqueraient, comme au Buisson Rond, qu’il s’agit bien de fosses attenantes à des habitations érodées. On remarque cependant que la structure la plus septentrionale, la structure 143, possède une orientation Nord-Sud, contraire au modèle habituel. Malheureusement, la position de cette cavité, en limite de décapage, interdit pour le moment de déterminer s’il est question d’une fosse isolée ou si elle s’intègre à un ensemble architectural domestique d’un type différent des précédents.

FIG. 10
Barbey/Le Chemin de Montereau (Seine-et-Marne) : plan des structures du Néolithique ancien.

Renaud, Gouge 1992 : 24.

49Les fosses sont globalement plus grandes et plus riches en matériel archéologique qu’au Buisson Rond. La céramique appartiendrait au groupe de Villeneuve-Saint-Germain (fig. 11) étant donné la fréquence de boutons rapportés sous le bord et des bords encochés, de pastilles, et de l’apparition de motifs en V formés de pincements. En revanche, les vases à profil sinueux et le décor au peigne sont presque totalement absents. La présence d’un bracelet en schiste dans une structure décapée à quelques mètres au nord de la structure 143 viendrait à l’appui de cette attribution chronologique.

FIG. 11
Barbey/Le Chemin de Montereau (Seine-et-Marne) : céramique Villeneuve-Saint-Germain.

d’après Meunier 1998 : pl. 57, 61, 63 ; Meunier 1999 : 18 ; dessin K. Meunier.

50L’étude lithique, bien documentée (tabl. XVI-XXI), montre en outre une partition spatiale de l’activité de taille et des matières premières taillées au Chemin de Montereau. Plus précisément, l’exemple de ce site servira à illustrer l’hypothèse d’une spécialisation techno-économique d’une partie de la production de silex au Villeneuve-Saint-Germain. La situation de Barbey, aux confins du Sénonais et de la Bassée, sera rappelée dans les interprétations.

TABL. XVI
Barbey/Le Chemin de Montereau, habitat Villeneuve-Saint-Germain : inventaire général du matériel en silex du secteur nord (structures 143, 135, 137, 138, 139, 142, 146).

TABL. XVII
Barbey/Le Chemin de Montereau, secteur nord (structures 143, 135, 137, 138, 139, 142, 146), habitat Villeneuve-Saint-Germain : classification des pièces retouchées sur lame.

TABL. XVIII
Barbey/Le Chemin de Montereau, secteur nord (structures 143, 135, 137, 138, 139, 142, 146), habitat Villeneuve-Saint-Germain : classification des pièces retouchées sur éclat.

TABL. XIX
Barbey/Le Chemin de Montereau, habitat Villeneuve-Saint-Germain : inventaire général du matériel en silex du secteur sud (structures 133, 134, 136).

TABL. XX
Barbey/Le Chemin de Montereau, secteur sud (structures 133, 134, 136), habitat Villeneuve-Saint-Germain : classification des pièces retouchées sur lame.

TABL. XXI
Barbey/Le Chemin de Montereau, secteur sud (structures 133, 134, 136), habitat Villeneuve-Saint-Germain : classification des pièces retouchées sur éclat.

1.3.2.2 Passy/La Sablonnière (Yonne)

51Le village de Passy/La Sablonnière, à 350 m à l’est de celui de Passy/les Graviers, comporte une dizaine de structures, alignées parallèlement selon une orientation est-ouest (fig. 12). Pour H. Carré, La Sablonnière, installation plus récente que le village des Graviers, pourrait représenter, du moins en ce qui concerne certaines structures, une étape de transition entre le Villeneuve-Saint-Germain et le Cerny (Carré, comm. pers.). On peut, pour le moins, envisager une étape récente du groupe de Villeneuve-Saint-Germain, postérieure à celle représentée par Barbey/Le Chemin de Montereau, grâce à la profusion des décors modelés, corrolaire de la rareté des décors imprimés et incisés, et à la présence des décors de cordons saillants (fig. 13) [Meunier 1999].

FIG. 12
Passy/La Sablonnière (Yonne) : plan des structures du Néolithique ancien.

d’après Carré 1984 : 16.

FIG. 13
Passy/La Sablonnière (Yonne) : céramique Villeneuve-Saint-Germain.

Carré 1996 : 319, 327-329, 332.

52L’étude lithique de Passy/La Sablonnière a porté principalement sur les structures 1-2 et 5-6 (tabl. XXII-XXVII). Elle confirme les observations de H. Carré sur la céramique. En effet, plusieurs éléments montrent que l’on est déjà en présence de traits techniques caractéristiques des périodes suivantes, notamment le Cerny. Grâce à cette série qui regroupe 11 900 artefacts dont 769 produits bruts et retouchés, l’enracinement des caractéristiques techno-économiques du Cerny semble pouvoir être mieux évalué.

TABL. XXII
Passy/La Sablonnière, structures 5, 6, habitat Villeneuve-Saint-Germain : inventaire général du matériel en silex.

TABL. XXIII
Passy/La Sablonnière, structures 5, 6, habitat Villeneuve-Saint-Germain : classification des pièces retouchées sur éclat.

TABL. XXIV
Passy/La Sablonnière, structures 5, 6, habitat Villeneuve-Saint-Germain : classification des pièces retouchées sur lame.

TABL. XXV
Passy/La Saisonnière, structures 1, 2, habitat Villeneuve-Saint-Germain : inventaire général du matériel en silex.

TABL. XXVI
Passy/La Sablonnière, structures 1, 2, habitat Villeneuve-Saint-Germain : classification des pièces retouchées sur éclat.

TABL. XXVII
Passy/La Sablonnière, structures 1, 2, habitat Villeneuve-Saint-Germain : classification des pièces retouchées sur lame.

1.3.3 Groupe de Cerny

1.3.3.1 La transition Villeneuve-Saint-Germain/Cerny : Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures (Seine-et-Marne)

53L’enceinte des Pâtures à Châtenay-sur-Seine est localisée sur la rive droite de la Seine, à quelques kilomètres de Balloy. Elle se situe dans un contexte archéologique déjà riche, avec notamment la nécropole de l’âge du Bronze des Gobillons sur le territoire de la même commune (Bontillot et al. 1975), l’enceinte du Maran datée de l’extrême fin du groupe de Noyen (Mordant 1982 ; 1986b) et le chenal colmaté néolithique de la Bachère (fouilles P. Gouge, inédit). Découverte en 1982 à l’occasion de l’extension du décapage de la gravière, cette enceinte a fait l’objet d’une fouille de sauvetage urgent dirigée par P. Gouge. Mise à part cette structure, diverses fosses néolithiques et des inhumations néolithiques ont été fouillées aux Pâtures.

54L’enceinte est conservée sur environ 80 m (fig. 14). Au nord, elle se poursuit probablement hors de l’emprise de la carrière, au sud elle disparaît en raison de l’érosion, intense à cet endroit. Seul le fossé a été repéré sous la forme d’une succession d’environ cinq segments allongés. Très arasé, sa profondeur n’excède pas quelques dizaines de centimètres. Aucune tranchée de palissade n’a été mise en évidence mais dans le fossé, il existe quelques traces que l’on pourrait interpréter comme des trous de poteau. L’essentiel du matériel provient de la fosse nord, F5.

FIG. 14
Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures (Seine-et-Marne) : enceinte Cerny.

d’après P. Gouge/ service départ, d’archéo. de Seineet-Marne.

55Le matériel céramique recueilli dans le fossé est peu abondant et constitué que de quelques formes : bouteilles à fond aplati, bols hémisphériques et plats-à-pain. Certains éléments rappellent le Villeneuve-Saint-Germain, comme les tessons portant des décors plastiques en « moustache » s’accrochant aux anses. D’autres se rapportent au Cerny : préhension à perforation verticale, plat-à-pain et boutons au repoussé. D. Mordant (1986a ; 1997b) propose, pour la datation de cette enceinte, un stade de transition entre le Villeneuve-Saint-Germain et le Cerny où l’on serait déjà en présence du prototype de l’enceinte. Toutefois, la rareté du matériel céramique incite à rester prudent quant à cette proposition qui demande confirmation (Mordant 1997b).

56L’industrie lithique est malheureusement fort restreinte, avec une trentaine de pièces retouchées et façonnées (tabl. XXVIII, XXIX). Mais son étude sera néanmoins abordée pour tenter de préciser la genèse des caractéristiques lithiques du Cerny type Barbuise, a priori postérieur.

TABL. XXVIII
Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures, enceinte Cerny-Barbuise : inventaire général du matériel lithique.

TABL. XXIX
Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures, enceinte Cerny-Barbuise : classification des pièces retouchées.

1.3.3.2 Barbuise-Courtavant/ Les Grèves de Frécul (Aube)

57L’enceinte de Barbuise, localisée sur la rive droite de la vallée de la Seine, à quelques kilomètres au nord-est de Nogent-sur-Seine, se situe dans un contexte archéologique riche : on connaît les restes de plusieurs monuments mégalithiques (dolmens, allée couverte, menhir, etc.) ainsi qu’une importante nécropole protohistorique (âge du Fer). Elle fut fouillée au début des années soixante-dix grâce à la sagacité de J. Piette (1974 ; 1989), lors de l’exploitation de ce secteur en gravière. Elle se situe à 2,5 km au nord du cours actuel de la Seine, sur une petite éminence qui place le site hors d’atteinte des crues de la rivière. La fouille de 15 000 m2 a révélé le tracé d’une portion d’enceinte longue d’environ 150 m.

58Cette dernière est constituée, sur toute la longueur, d’une succession d’éléments de fossé doublée d’une tranchée de palissade (fig. 15). Les éléments de fossé s’organisent à partir de cette tranchée, comme une suite de cavités irrégulières à l’extérieur du camp, de morphologie et de taille variables. Contrairement à l’enceinte contemporaine de Balloy, les fossés de Barbuise présentent un remplissage dissymétrique classique des enceintes plus récentes (Noyen et Grisy notamment) avec une poche de gravier sur le bord interne.

FIG. 15
Barbuise-Courtavant/Les Grèves de Frécul (Aube) : plan des structures fouillées avec l’enceinte Cerny.

Piette 1974 : 5 ; 1989 : 122.

59La grande majorité du matériel récolté provient des éléments de fossé doublant la palissade et plus particulièrement des fosses F20, 21, 22 et 23, toutes localisées dans la partie sud. Les fosses nord ne recelaient aucun matériel mais le décapage, plus profond dans ce secteur, a pu faire disparaître une bonne part de l’information.

60Le mobilier céramique est bien représenté avec au moins une centaine d’individus reconstitués. La majeure partie des formes est composée de types hémisphériques à bord droit et de quelques bouteilles à col évasé et à fond pointu. Sur les formes hémisphériques, le décor s’organise en panneaux horizontaux et/ou en guirlandes réalisés à la spatule ou au poinçon à partir des anses à perforation verticale. Des plats-à-pain ont également été trouvés.

61C’est le mobilier lithique, présenté ici et déjà étudié par ailleurs (Augereau 1989b), qui semble numériquement le plus abondant à Barbuise avec un total de 573 artefacts dont 74 pièces retouchées et façonnées, 7 nucléus, 26 lames brutes et retouchées, et 443 éclats (tabl. XXX-XXXIII). Il sera étudié en complément de l’industrie de l’enceinte Cerny de Balloy, plus fournie, pour préciser la nature de la production lithique du Cerny type Barbuise.

TABL. XXX
Barbuise-Courtavant/Les Grèves de Frécul, enceinte Cerny-Barbuise : inventaire général du matériel en silex.

TABL. XXXI
Barbuise-Courtavant/Les Grèves de Frécul, enceinte Cerny-Barbuise : classification des pièces retouchées sur éclat.

TABL. XXXII
Barbuise-Courtavant/Les Grèves de Frécul, enceinte Cerny-Barbuise : classification des pièces retouchées sur lame.

TABL. XXXIII
Barbuise-Courtavant/Les Grèves de Frécul, enceinte Cerny-Barbuise : classification des pièces façonnées.

62La découverte de ce site s’est révélée d’une importance primordiale pour le Néolithique moyen I du Bassin parisien. G. Bailloud (1964) et C. Constantin (1985) en font un site de référence individualisant un faciès original du Cerny, le groupe de Cerny-Barbuise, sur les bases suivantes : la rareté du décor de boutons au repoussé caractéristique du Cerny éponyme, la fréquence du décor à la spatule, l’implantation en fond de vallée, et la présence de l’enceinte.

1.3.3.3 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne), secteur LRE

63À 250 m au sud-ouest de la nécropole du secteur LR, dont il a été question plus haut, se situe l’enceinte Cerny de Balloy/Les Réaudins (Mordant 1992a ; Augereau et al. 1992) [fig. 16], au pied du versant sud de la vallée et au débouché d’une vallée sèche. Le cours actuel de la Seine se trouve à 1,5 km au nord mais un important chenal colmaté, non daté, est à moins de 500 m de l’enceinte. Celle-ci circonscrit une aire de 1,5 ha. L’aire interne a livré deux (ou trois) maisons Villeneuve-Saint-Germain largement érodées, des structures de combustion Cerny, quatre inhumations dont une du Néolithique moyen II et une du Néolithique final, et enfin diverses structures des âges des Métaux. Il faut signaler aussi des lambeaux de niveau(x) d’occupation plus ou moins colluvionnés contenant une céramique comparable à celle recueillie dans le fossé d’enceinte. En dépit d’investigations fines, aucune organisation interne n’a été reconnue dans ces restes de niveaux d’occupation certainement remaniés. Quelques trous de poteaux, mal conservés, forment une structure d’habitat incomplète, et qui reste douteuse (ensemble 1). De forme ellipsoïdale, l’enceinte est composée d’un chapelet de fosses, doublé, à l’intérieur, d’une tranchée de palissade. Une seconde tranchée cerne une superficie plus petite.

FIG. 16
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne) plan des structures Cerny du secteur sud LRE avec l’enceinte.

Mordant 1992a : fig. 14.

64Le matériel recueilli dans les fosses de l’enceinte est extrêmement abondant et représente un lot de matériel Cerny sans équivalent. Près de 30 000 restes ont été inventoriés sur le terrain. La plupart de ces vestiges sont des détritus domestiques. Cependant, on remarque des dépôts plus singuliers : par exemple dans F10 des vases reconstitués à au moins 25 % ainsi que quelques vases quasi entiers, un bucrane de bœuf et un objet fait de trois hémimandibules de bœuf étaient regroupés au fond du fossé.

65Les vestiges céramiques sont nombreux, mais en l’absence de remontages poussés, il est difficile d’estimer le nombre d’individus représentés (fig. 17). Un total d’environ 500 pourrait être envisagé. Ce matériel rappelle évidemment celui de Barbuise-Courtavant et permet de préciser le faciès Cerny-Barbuise (Bourdeau 1997). Les formes sont peu variées : on trouve essentiellement des vases à col (bouteilles) à anses en boudin à perforation horizontale, en disposition ternaire, et des vases plus ou moins hémisphériques avec systématiquement deux anses en oreille diamétralement opposées, à perforation verticale, avec parfois une pastille enfoncée s’intercalant entre les anses. Plats à pain et vases à bouche carrée complètent cet inventaire sommaire. Comme à Barbuise, la technique décorative la plus représentée est l’impression sur pâte fraîche à l’aide d’une spatule aiguisée de section convexe ou d’un poinçon de section grossièrement quadrangulaire. Le décor s’organise en panneaux, en soleil ou en guirlande. Les boutons au repoussé sont extrêmement rares (un seul tesson présente cette caractéristique), mais il existe des boutons rapportés s’organisant par paires sur quelques vases hémisphériques.

FIG. 17
Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne) : céramique Cerny.

D. Mordant/service départ, d’archéo. de Seine-et-Marne ; dessin P. Pihuit/Inrap.

66Le matériel en silex est très abondant dans les éléments de fossé. Au total, on compte 25 088 artefacts dont 2 985 pièces retouchées (tabl. XXXIV-XXXVII). Il sera étudié en détail dans la troisième partie de ce travail avec l’industrie de Barbuise.

TABL. XXXIV
Balloy/Les Réaudins, enceinte Cerny-Barbuise : inventaire général du matériel lithique.

TABL. XXXV
Balloy/Les Réaudins, enceinte Cerny-Barbuise : classification des pièces retouchées sur éclat.

TABL. XXXVI
Balloy/Les Réaudins, enceinte Cerny-Barbuise : classification des pièces retouchées sur lame.

TABL. XXXVII
Balloy/Les Réaudins, enceinte Cerny-Barbuise : classification des pièces façonnées.

67En conclusion, on peut dire que le site de Balloy représente un terrain particulièrement favorable pour la connaissance de l’évolution des occupations du Néolithique ancien au Néolithique moyen régionaux. Une réorganisation de l’occupation du territoire s’observe, du Rubané final au Cerny : le domaine des morts se trouve complètement séparé de celui des vivants (Mordant 1991 ; 1992a). Dans le domaine techno-économique, un changement est également perceptible (Augereau et al. 1993). Reste à mettre en évidence les moteurs de ces transformations économiques et sociales.

1.3.4 Groupe de Noyen

1.3.4.1 Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères (Seine-et-Marne)

68À quelques dizaines de kilomètres en aval de Barbuise, sur la rive gauche de la Seine, on trouve le site de Noyen-sur-Seine. Des fouilles préventives y ont débuté en 1970 sous la direction de C. et D. Mordant. La dernière intervention date de 1987 sur les niveaux tourbeux mésolithiques. La reconnaissance du site est due à une photographie aérienne de D. Jalmain, en 1960, sur laquelle apparaissait nettement l’enceinte néolithique dans un regain de luzerne.

69Le site est implanté dans un ancien méandre de la Seine, actuellement totalement exploité en carrière, délimitant une surface d’environ 8 ha, sur une butte de graviers. Quatre ensembles, du Mésolithique au Néolithique moyen, peuvent être individualisés.

701 – Un chenal colmaté ferme le méandre et est parallèle au tracé du barrage néolithique qui sera évoqué plus loin. Actif au Tardiglaciaire, il commence à se colmater au Préboréal. La stratigraphie montre des vestiges s’échelonnant du Préboréal à l’époque gallo-romaine, mais c’est au Mésolithique (Boréal) que les restes d’occupation sont les plus importants. L’occupation mésolithique principale (couche 9, 7d et 10a) [Marinval-Vigne, Mordant 1989] se caractérise par des restes d’activités de chasse (ossements de sanglier, de chevreuil et de cerf, pour l’essentiel, et portant des marques de découpe) et de pêche (vertèbres de poisson, nasses à poisson, notamment). L’industrie lithique associée, en majorité sur éclat, semble étroitement liée à ces activités (Augereau 1989a). Dans ce travail, on fera référence à l’industrie lithique mésolithique des niveaux tourbeux (couche 9, 7d et 10a). Relativement abondante, elle représente un indice sur la culture matérielle avant la néolithisation.

712 – Un barrage, constitué d’une palissade reconstruite au moins quatre fois, et parallèle au chenal, ferme le méandre à l’est et se caractérise par un nombre limité d’interruptions (Mordant 1981 ; Mordant, Mordant 1972 ; 1988 ; Mazingue, Mordant 1982) [fig. 18]. Les tranchées appartenant aux étapes de réfection intermédiaires (fb et fc) sont associées à une série de fosses, 17 au total, les fosses fd. Le matériel, d’origine détritique pour l’essentiel, est réparti d’une manière homogène sur l’ensemble des fosses fd avec néanmoins des concentrations plus nettes dans les fosses les plus longues (fd 5, fd 14-15, etc.). Il faut ajouter à cela des dépôts plus particuliers de par leur position et leur nature (Mordant 1980b ; Mazingue, Mordant 1982) : vase entier et retourné dans le fond de fd 13, vases écrasés en place, restes humains groupés ou non dont un crâne triforé associé à une défense de sanglier dans le fond de fd10, etc. Le matériel céramique de ces fosses fd a permis de définir le groupe de Noyen appartenant à l’horizon chronologique du Néolithique moyen II (Mordant 1982 ; 1986b ; Hénocq 1984). Il se distingue par une absence totale de décor, par la fréquence des marmites, des puisoirs que l’on rencontre aussi dans le Chasséen méridional, par l’abondance des jarres ovoïdes, et des jarres à épaulement qui trouvent des parallèles dans les cultures issues du Rössen.

FIG. 18
Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères (Seine-et-Marne) : plan des structures du secteur oriental (barrage) avec en grisé les fosses fd (fosses fermant le méandre).

Mordant, Mordant 1988 : 236.

72L’industrie lithique des fosses fd de Noyen, abondante, sera présentée dans ce travail et permettra, avec celle de Grisy-sur-Seine, de définir l’industrie du groupe de Noyen. Elle correspond à 3 202 artefacts, en silex pour l’essentiel, dont 290 pièces retouchées sur éclat, 62 nucléus, 9 pièces façonnées sur bloc et plus de 2000 éclats (tabl. XXXVIII-XL).

TABL. XXXVIII
Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères, fosses fd, retranchement du groupe de Noyen : inventaire général du matériel lithique.

TABL. XXXIX
Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères, fosses fd, retranchement du groupe de Noyen : classification des pièces retouchées sur éclat.

TABL. XL
Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères, fosses fd (fosses fermant le méandre), retranchement du groupe de Noyen : classification des pièces retouchées sur supports laminaires.

733 – Une enceinte, postérieure au barrage puisqu’elle le recoupe, s’appuie sur le bras nord du méandre. Elle circonscrit une surface d’environ 3 ha. Elle est de structure classique avec une tranchée de palissade externe doublée d’une suite de segments de fossé. Par rapport au Cerny, les enceintes du groupe de Noyen se distinguent par un certain nombre de caractères récurrents, définis d’ailleurs à partir de l’étude de Noyen (Mordant, Mordant 1972 ; 1988 ; Mordant 1992b ; Mazingue, Mordant 1982 ; Augereau, Mordant 1993) : plus grande régularité des éléments de fossé (régularité des dimensions des segments, de leur morphologie et de leur remplissage), nombre important d’interruptions et construction en arc de cercle s’appuyant sur un bras de rivière.

74L’enceinte de Noyen a la particularité de contenir relativement peu de matériel archéologique. Celui-ci est essentiellement représenté par des vestiges de faune et quelques tessons de céramique. Le silex y est particulièrement rare et aucune étude lithique n’a pu être réalisée.

754 – Enfin, un niveau d’occupation a été conservé, à l’intérieur du barrage, grâce à une gouttière de limon qui a piégé les vestiges. A priori, il serait contemporain des fosses fd, mais une occupation Cerny est également décelable par endroits. D. Mordant (1977 ; 1980b ; 1981) a pu mettre en évidence une organisation de l’occupation avec des zones de dépotoirs au nord et des traces d’activités en relation avec le traitement des céréales (associations caractéristiques de vases à provision écrasés sur place et de fragments de meules en grès éclatées au feu) ainsi que des infrastructures d’habitat.

1.3.4.2 Grisy-sur-Seine/Les Rouqueux (Seine‑et‑Marne)

76Le finage de la Ferme d’Isle à Grisy-sur-Seine, auquel appartient le lieu-dit Les Rouqueux, représente un ancien terroir agricole de 250 ha. Il se situe sur la rive droite de la Seine, juste en face de Noyen, à environ 5 km à vol d’oiseau. Le territoire de la Ferme d’Isle fait l’objet d’un suivi archéologique continu depuis 1978 en raison de l’extraction des sables et des graviers (fouilles C. et D. Mordant, P. Gouge). Il s’agit d’un terroir exemplaire, caractéristique de la Bassée, correspondant à un dôme graveleux ceinturé de toutes parts par des noues. À ce jour, 80 ha de structures archéologiques ont été explorés. L’occupation la plus importante semble être celle du Bronze final/Hallstatt ancien avec de nombreuses structures domestiques et des complexes funéraires étendus (Mordant, Gouge 1992). Les périodes plus récentes sont également représentées (résidence latifundiaire du Hallstatt final : Gouge, Mordant 1992).

77L’enceinte néolithique se situe sur le lieu-dit Les Rouqueux, dans la partie nord-est du finage (fig. 20). Fouillée sous la direction de C. et D. Mordant, elle est de forme arquée et s’appuie sur un ancien bras de Seine. Elle enclôt environ 4 ha. Comme à Noyen, les éléments de fossé, qui s’alignent d’une manière continue, sont de morphologie régulière, de grande taille et leur remplissage montre la classique poche de graviers sur le bord interne. Cependant, la palissade est constituée de trous de poteaux séparés, fait rare parmi les enceintes du Néolithique moyen II basséen (Mordant 1982). Le matériel archéologique est plus abondant que dans l’enceinte de Noyen et se trouve fréquemment concentré au niveau des interruptions. La céramique est bien représentée et ses grandes composantes se rapportent globalement au groupe de Noyen. Cependant, quelques éléments comme les récipients à large col en entonnoir et leur panse basse rappellent clairement des formes de l’Épirössen et pourraient indiquer que Grisy se situe dans une étape légèrement plus ancienne que celle du groupe de Noyen (Mordant 1982 ; 1986b). L’industrie du silex de Grisy, quant à elle, est tout à fait proche de celle de Noyen. Elle sera incluse dans ce travail et est représentée par 1 739 artefacts dont 218 pièces retouchées et façonnées, 26 nucléus, 1 442 éclats (tabl. XLI, XLII).

FIG. 20
Grisy-sur-Seine/Les Rouqueux (Seine-et- Marne): enceinte du groupe de Noyen.

Mordant, Gouge 1992:141.

TABL. XLI
Grisy-sur-Seine/Les Rouqueux, enceinte du groupe de Noyen : inventaire général du matériel lithique.

TABL. XLII
Grisy-sur-Seine/Les Rouqueux, enceinte du groupe de Moyen : classification des pièces retouchées sur éclat.

1.3.4.3 Le complexe minier du Pays d’Othe :
l’exemple de Villemaur-sur-Vanne/ Les Orlets (Aube)

78La notion de complexe minier a été établie par P.-A. de Labriffe (Labriffe, Thébault 1992 ; 1995 ; Labriffe et al. 1995) à la suite de la fouille de plusieurs minières à silex du Pays d’Othe et du Sénonais dans le cadre du sauvetage archéologique de l’autoroute A 5. Quatre minières ont été explorées : Serbonnes dans l’Yonne et, dans le Pays d’Othe, Villemaur-sur-Vanne/Le Grand Bois Marot, Villemaur-sur-Vanne/Les Orlets et Pâlis/Le Buisson Gendre. Seules les trois dernières appartiennent au complexe minier du Pays d’Othe, connu dès la fin du xixe s. Par ailleurs, une dizaine de sites d’extraction supplémentaires, des polissoirs et des indices d’habitats néolithiques ont été repérés par le biais de prospections complémentaires et de dépouillements bibliographiques (Labriffe 1992b).

79Ce sont les minières situées sur la commune de Villemaur-sur-Vanne dont il sera question ici. Établies en vis-à-vis, elles se placent sur les versants est et ouest d’une petite vallée asséchée, perpendiculaire à la vallée de la Vanne. Dans l’état actuel des données et dans l’attente du résultat des datations par le carbone 14, il semblerait que la minière du Grand Bois Marot soit sensiblement plus récente que celle des Orlets. Les techniques de fabrication et la typologie des outils miniers en bois de cerf indiqueraient en effet une période finale du Néolithique en terminologie française (Sidéra 1991). De même, la découverte de quelques racloirs à encoches caractéristiques s’accorde avec ces conclusions. En revanche, le site des Orlets montre des techniques de fabrication de l’outillage minier en bois de cerf plus compatibles avec ce que l’on connaît au Néolithique moyen II (Sidéra 2000). Enfin, un vase rattaché au groupe de Noyen a été découvert dans une sépulture à inhumation située dans le remplissage terminal d’un puits (Labriffe et al. 1995).

80La minière du Grand Bois Marot, située sur le versant ouest, et qui fit l’objet des premières investigations en 1991, est sans doute la mieux conservée mais aussi la plus complexe. L’équipe archéologique dirigée par P.‑A. de Labriffe a pu y déterminer les principales orientations méthodologiques et y définir les caractéristiques essentielles de l’extraction minière en Pays d’Othe (Labriffe, Thébault 1992 ; Labriffe et al. 1995). La technique d’évaluation des potentiels en bancs de silex par creusement de puits de forage-test, préliminaire à toute exploitation, y a été largement observée. Préliminaire à l’exploitation proprement dite, cette phase de forage représente une appréciation de la richesse en silex. On rencontre aussi ce système dans la minière des Orlets mais d’une manière moins systématique. En effet, contrairement au Grand Bois Marot où le banc de silex est singulièrement irrégulier et oblige à des explorations préliminaires incontournables, aux Orlets, la matière première s’organise en au moins deux lits continus sur toute l’étendue de l’exploitation : le forage d’exploration y paraît moins nécessaire. Néanmoins, cette technique a été employée en limite de l’exploitation, là où les bancs de silex s’approfondissent ou s’appauvrissent.

81Du point de vue de la transformation de la matière première, c’est également au Grand Bois Marot que l’étude est la plus complète (Augereau 1995b). Ce site exceptionnel, sur lequel les amas de taille de surface sont presque intégralement conservés, a permis de mettre au point des méthodes d’analyse applicables à des séries de grande ampleur (800 kg d’artefacts lithiques triés et dénombrés en quelques semaines) et de nourrir ainsi des conclusions d’ordre quantitatif (estimation des temps de travail et du nombre d’ébauches de haches produites) et qualitatif (détermination des niveaux de compétence technique mis en œuvre par les tailleurs néolithiques) sur les étapes de transformation de la matière première, avec le soutien méthodologique de la taille expérimentale réalisée par J. Pelegrin (UMR 7055 du CNRS). Quelques hypothèses sur l’organisation techno-économique de la production de haches en Pays d’Othe au Néolithique final ont pu ainsi être émises.

82L’étude lithique des Orlets, site moins bien conservé, n’a pu être aussi finement menée. Les amoncellements de restes de taille de surface ont disparu et il ne reste que les artefacts piégés dans le remplissage terminal des puits. L’expérience montre, par comparaison avec les amas de taille quasi complets du Grand Bois Marot, que ces ensembles récoltés dans les têtes de puits constituent des échantillons représentatifs de la composition des restes de taille initiaux. En revanche, aucune étude d’ordre quantitatif n’est possible. Mais, par confrontation avec les données réunies au Grand Bois Marot, on pourra toutefois faire des propositions sur l’organisation probable de la taille du silex en contexte minier au groupe de Noyen. Par ailleurs, si la destination de la matière première extraite reste massivement la fabrication d’ébauches de haches, on remarque aussi des productions secondaires orientées vers la fabrication de lames et surtout d’éclats. Ces derniers ont été parfois obtenus selon une méthode de débitage rappelant les méthodes de taille levalloisiennes.

83Dans ce travail, ce sont principalement les informations rassemblées sur la minière de Villemaur-sur-Vanne/Les Orlets qui illustreront les conclusions sur la production de haches au groupe de Noyen dans le Sénonais. Cependant, on fera largement référence aux observations plus complètes réunies au Grand Bois Marot de manière à éclairer les résultats plus partiels des Orlets. Les séries étudiées sont abondantes : 800 kg d’artefacts étudiés au Grand Bois Marot, plus de 300 kg aux Orlets (tabl. XLIII, XLIV).

TABL. XLIII
Villemaur-sur-Vanne/Le Grand Bois Marot : composition des amas de taille selon la distribution pondérale des restes par catégories techniques.

TABL. XLIV
Villemaur-sur-Vanne/Les Orlets : composition des concentrations de silex des structures étudiées, selon la distribution pondérale des restes par catégories techniques.

1.4 Qualité et représentativité de la documentation

84La documentation lithique étudiée est abondante, diversifiée et toujours située dans un contexte archéologique précis. Néanmoins, les attributions chronologiques, notamment en ce qui concerne celles des diverses étapes du Néolithique ancien, restent pour le moment hypothétiques, selon les auteurs eux-mêmes. Il va sans dire que les conclusions formulées sur une éventuelle évolution du lithique au cours du Néolithique ancien sont provisoires et pourraient être précisées ou fortement nuancées, voire remises en question, par des découvertes futures. Elles peuvent néanmoins constituer matière à réflexion et orienter les études à venir, lorsque la documentation sera plus variée.

85La seconde remarque porte sur la vision de l’occupation du territoire au Néolithique au travers des sites décrits supra. Ces derniers ont fait l’objet de fouilles récentes ou représentent des secteurs particulièrement bien explorés en raison de l’exploitation extensive de granulats ou de l’augmentation de tracés autoroutiers. Ils sont en quelque sorte le reflet de l’histoire des relations entre l’archéologie et les sites d’exploitations industrielles. C’est pourquoi il est indispensable de compléter cet exposé par un bref aperçu des documentations disponibles issues par exemple de fouilles plus anciennes ou de prospections menées sur des secteurs actuellement peu menacés par les exploitants, mais risquant cependant une dégradation irréversible par des labours profonds. Ces investigations donnent un état d’occupation du territoire varié.

86Au Néolithique ancien, la Bassée semble peu occupée (Mordant 1984b ; 1986a), le village danubien de Balloy faisant figure d’exception et les prospections ayant donné, pour cette période, peu de résultats. En effet, ce fond de vallée présente rarement les conditions conformes aux implantations habituelles des premiers néolithiques du Bassin parisien (Boureux, Coudart 1978) ; les zones offrant des couvertures limoneuses à proximité immédiate des fleuves y sont rares. Il faut néanmoins mentionner l’importante terrasse limoneuse au sud de Noyen-sur-Seine, à Villiers-sur-Seine, dans laquelle coule l’Orvin, et dont la prospection intensive devrait se dérouler les prochaines années. En revanche, la zone de confluence de la Seine et de l’Yonne, de la même façon que la basse Yonne, paraît beaucoup plus densément peuplées dès les débuts du Néolithique. Il faut citer les découvertes anciennes et les nombreux sites fouillés dans ce secteur comme Misy-sur-Yonne (Mordant, Mordant 1977) et Marolles-sur-Seine (Mordant, Mordant 1970) pour la zone de confluence, Armeau, Cheny (fouilles P. Parruzot), Charmoy et Marsangy (fouilles H. Carré) pour la basse vallée de l’Yonne, dont certains ont d’ailleurs permis une première définition du Rubané récent du Bassin parisien (Bailloud 1964). D’autre part, dès le Villeneuve-Saint-Germain, l’implantation ne se limite plus au fond de la vallée : les premières terrasses sont habitées et, à Fontaine-la-Gaillarde, un site Villeneuve-Saint-Germain est connu en rebord de plateau (prospection D. Buthod-Ruffier).

87Le Cerny marquerait l’occupation extensive de l’ensemble des biotopes présents dans la région Seine-Yonne et la Bassée, et les versants seraient à cette période complètement colonisés (Mordant 1984b ; 1986a) : les indices d’occupations des plateaux et des vallées secondaires sont fréquents, voire systématiques.

88Il est plus difficile de se prononcer sur le secteur de la vallée de la Vanne, l’abondance des silex taillés ayant polarisé depuis plus d’un siècle les prospecteurs locaux aux dépens de la recherche de traces d’habitat. En Pays d’Othe, les prospections réalisées dans le cadre du projet autoroutier par P.-A. de Labriffe (programme P14, « Minières et ateliers néolithiques ») ont fourni quelques indices d’habitat du Néolithique moyen. C’est dans la plaine de Troyes, à l’extrême est, que les données sont les plus fournies : mentionnons les découvertes de Moussey et de Saint-Léger-près-Troyes avec des bâtiments et du mobilier caractéristiques du Villeneuve-Saint-Germain (fouilles D. Rolin, opération archéologique de l’autoroute A5).

89On ne peut prétendre, à partir de ces quelques données supplémentaires, restituer fidèlement l’évolution de l’implantation des installations néolithiques. Bien des zones d’ombre demeurent et le lancement de programmes de prospection moins circonstanciels s’impose pour vérifier ce qui appartient actuellement au domaine des hypothèses. D’autre part, quelques objectifs visant à assurer et à étoffer les constats généraux exposés peuvent déjà être énoncés. À l’aide des sciences naturelles et d’un travail de confrontation des données de terrain, un thème de recherche, déjà largement amorcé grâce aux découvertes de Noyen (Marinval-Vigne, Mordant 1989) devrait conduire à obtenir une vision moins théorique de l’occupation des sols en précisant les relations entre les différents types d’implantations et le milieu naturel. Ainsi, la notion de terroir pourrait être mieux cernée.

90Pour finir, le contexte archéologique dont proviennent les matériaux étudiés dans ce travail amène à formuler quelques remarques quant à la qualité de la documentation. D’une part, il faut rappeler que l’érosion dans ces régions, où de surcroît les stratigraphies font défaut, est particulièrement intense. Dans la plupart des cas, il s’agit en effet de fonds de fosses très arasées et il n’est pas improbable d’envisager que près de 50 à 90 % des dépôts originels aient disparu. D’autre part, force est de convenir que, dans la plupart des cas, on ne connaît pas la vitesse de remplissage des structures. Ceci est particulièrement vrai pour les fosses d’enceintes où de multiples recreusements et réaménagements sont perceptibles, introduisant la notion de durée dans la mise en place des rejets. De plus, la nature des dépôts est essentiellement détritique, suggérant que les vestiges récoltés dans les structures y ont été apportés après une sélection dont les critères échappent à l’analyse.

91Enfin, lorsque l’habitat semble dispersé, comme au Néolithique ancien, et que les découvertes sont soumises au planning des exploitations des gravières, il est quasiment impossible de suivre l’évolution de l’implantation de l’habitat au sein des micro-aires et d’obtenir une périodisation claire des phases d’occupation. Ceci n’est pas sans répercussion sur la pertinence des résultats d’une éventuelle analyse spatiale des activités.

92Sélection naturelle et humaine, temps et espace apparaissent donc comme des paramètres difficilement maîtrisables influant sur la représentativité des séries soumises à l’étude. Dans l’état actuel des recherches, ces problèmes sont incontournables et, dans toutes les analyses, on est donc forcé de poser le postulat selon lequel l’échantillon observé est significatif. Dans l’idéal, les conclusions ne devraient s’imposer que sur des observations effectuées sur un grand nombre de sites donnant des résultats récurrents. Cette obligation est difficile à remplir. Elle obligerait de surcroît à attendre l’exploration exhaustive d’un territoire avant toute étude de synthèse, démarche totalement en opposition avec le déroulement d’une recherche dynamique. Néanmoins, le contexte archéologique dont sont issus les artefacts doit être pris en compte en arrière-plan des réflexions sur les vestiges archéologiques en général et les industries lithiques en particulier. Plus spécialement, les conclusions sur le déroulement spatial des chaînes opératoires, d’après la composition des restes de taille dans les différentes matières premières, doivent tenir compte de ces facteurs.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 Carte de répartition des sites étudiés et principales formations géologiques.
Crédits dessin P. Pihuit/Inrap.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende FIG. 2 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne) : plan des structures du secteur nord LR avec les installations du Néolithique ancien : bâtiments M1 à M3, et structures 7 et 8 à l’intérieur de l’enclos funéraire EIII.
Crédits Mordant 1991 : 34 ; 1992a : 111.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 3 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne) : céramique rubanée.
Crédits Mordant 1991 : 35 ; dessin K. Meunier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende TABL. I Balloy/Les Réaudins, habitat rubané : inventaire général du matériel lithique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende TABL. II Balloy/Les Réaudins, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur lame.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende TABL. III Balloy/Les Réaudins, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur éclat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 4 Barbey/Le Buisson Rond (Seine-et-Marne) : plan des structures du Néolithique ancien.
Crédits Renaud, Gouge 1992 : fig. 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 5 Barbey/Le Buisson Rond (Seine-et-Marne) : céramique rubanée.
Crédits Meunier 1999 : 11.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende TABL. IV Barbey/Le Buisson Rond, habitat rubané : inventaire général du matériel en silex.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende TABL. V Barbey/Le Buisson Rond, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur lame.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende TABL. VI Barbey/Le Buisson Rond, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur éclat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 6 Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux (Yonne) : plan des installations du Néolithique ancien.
Crédits d’après Prestreau 1992 : 174.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 7 Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux (Yonne) : céramique rubanée.
Crédits Prestreau 1992 : 184-186.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende TABL. VII Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Pépoux, habitat rubané : inventaire général du matériel en silex.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende TABL. VIII Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur lame.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende TABL. IX Villeneuve-la-Guyard/Les Falaises de Prépoux, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur éclat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 8 Passy/Les Graviers (Yonne) : plan des structures du Néolithique ancien.
Crédits d’après Carré 1984 : 16.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 9 Passy/Les Graviers (Yonne) : céramique rubanée.
Crédits Carré 1996 : 310, 312, 316, 322.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende TABL. X Passy/Les Graviers, structure 6, habitat rubané : inventaire général du matériel silex.* Matière première incertaine
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende TABL. XI Passy/Les Graviers, structure 6, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur éclat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende TABL. XII Passy/Les Graviers, structure 6, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur lame.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende TABL. XIII Passy/Les Graviers, structures 1, 2, 3, habitat rubané : inventaire général du matériel en silex.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende TABL. XIV Passy/Les Graviers, structures 1, 2, 3, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur éclat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende TABL. XV Passy/Les Graviers, structures 1, 2, 3, habitat rubané : classification des pièces retouchées sur lame.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 10 Barbey/Le Chemin de Montereau (Seine-et-Marne) : plan des structures du Néolithique ancien.
Crédits Renaud, Gouge 1992 : 24.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 11 Barbey/Le Chemin de Montereau (Seine-et-Marne) : céramique Villeneuve-Saint-Germain.
Crédits d’après Meunier 1998 : pl. 57, 61, 63 ; Meunier 1999 : 18 ; dessin K. Meunier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende TABL. XVI Barbey/Le Chemin de Montereau, habitat Villeneuve-Saint-Germain : inventaire général du matériel en silex du secteur nord (structures 143, 135, 137, 138, 139, 142, 146).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende TABL. XVII Barbey/Le Chemin de Montereau, secteur nord (structures 143, 135, 137, 138, 139, 142, 146), habitat Villeneuve-Saint-Germain : classification des pièces retouchées sur lame.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende TABL. XVIII Barbey/Le Chemin de Montereau, secteur nord (structures 143, 135, 137, 138, 139, 142, 146), habitat Villeneuve-Saint-Germain : classification des pièces retouchées sur éclat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende TABL. XIX Barbey/Le Chemin de Montereau, habitat Villeneuve-Saint-Germain : inventaire général du matériel en silex du secteur sud (structures 133, 134, 136).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende TABL. XX Barbey/Le Chemin de Montereau, secteur sud (structures 133, 134, 136), habitat Villeneuve-Saint-Germain : classification des pièces retouchées sur lame.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende TABL. XXI Barbey/Le Chemin de Montereau, secteur sud (structures 133, 134, 136), habitat Villeneuve-Saint-Germain : classification des pièces retouchées sur éclat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 12 Passy/La Sablonnière (Yonne) : plan des structures du Néolithique ancien.
Crédits d’après Carré 1984 : 16.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 13 Passy/La Sablonnière (Yonne) : céramique Villeneuve-Saint-Germain.
Crédits Carré 1996 : 319, 327-329, 332.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende TABL. XXII Passy/La Sablonnière, structures 5, 6, habitat Villeneuve-Saint-Germain : inventaire général du matériel en silex.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende TABL. XXIII Passy/La Sablonnière, structures 5, 6, habitat Villeneuve-Saint-Germain : classification des pièces retouchées sur éclat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende TABL. XXIV Passy/La Sablonnière, structures 5, 6, habitat Villeneuve-Saint-Germain : classification des pièces retouchées sur lame.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende TABL. XXV Passy/La Saisonnière, structures 1, 2, habitat Villeneuve-Saint-Germain : inventaire général du matériel en silex.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende TABL. XXVI Passy/La Sablonnière, structures 1, 2, habitat Villeneuve-Saint-Germain : classification des pièces retouchées sur éclat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende TABL. XXVII Passy/La Sablonnière, structures 1, 2, habitat Villeneuve-Saint-Germain : classification des pièces retouchées sur lame.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 14 Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures (Seine-et-Marne) : enceinte Cerny.
Crédits d’après P. Gouge/ service départ, d’archéo. de Seineet-Marne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende TABL. XXVIII Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures, enceinte Cerny-Barbuise : inventaire général du matériel lithique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende TABL. XXIX Châtenay-sur-Seine/Les Pâtures, enceinte Cerny-Barbuise : classification des pièces retouchées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 15 Barbuise-Courtavant/Les Grèves de Frécul (Aube) : plan des structures fouillées avec l’enceinte Cerny.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende TABL. XXX Barbuise-Courtavant/Les Grèves de Frécul, enceinte Cerny-Barbuise : inventaire général du matériel en silex.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende TABL. XXXI Barbuise-Courtavant/Les Grèves de Frécul, enceinte Cerny-Barbuise : classification des pièces retouchées sur éclat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende TABL. XXXII Barbuise-Courtavant/Les Grèves de Frécul, enceinte Cerny-Barbuise : classification des pièces retouchées sur lame.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende TABL. XXXIII Barbuise-Courtavant/Les Grèves de Frécul, enceinte Cerny-Barbuise : classification des pièces façonnées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3k
Légende FIG. 16 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne) plan des structures Cerny du secteur sud LRE avec l’enceinte.
Crédits Mordant 1992a : fig. 14.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende FIG. 17 Balloy/Les Réaudins (Seine-et-Marne) : céramique Cerny.
Crédits D. Mordant/service départ, d’archéo. de Seine-et-Marne ; dessin P. Pihuit/Inrap.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende TABL. XXXIV Balloy/Les Réaudins, enceinte Cerny-Barbuise : inventaire général du matériel lithique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende TABL. XXXV Balloy/Les Réaudins, enceinte Cerny-Barbuise : classification des pièces retouchées sur éclat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende TABL. XXXVI Balloy/Les Réaudins, enceinte Cerny-Barbuise : classification des pièces retouchées sur lame.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende TABL. XXXVII Balloy/Les Réaudins, enceinte Cerny-Barbuise : classification des pièces façonnées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 18 Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères (Seine-et-Marne) : plan des structures du secteur oriental (barrage) avec en grisé les fosses fd (fosses fermant le méandre).
Crédits Mordant, Mordant 1988 : 236.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende TABL. XXXVIII Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères, fosses fd, retranchement du groupe de Noyen : inventaire général du matériel lithique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende TABL. XXXIX Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères, fosses fd, retranchement du groupe de Noyen : classification des pièces retouchées sur éclat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende TABL. XL Noyen-sur-Seine/Le Haut des Nachères, fosses fd (fosses fermant le méandre), retranchement du groupe de Noyen : classification des pièces retouchées sur supports laminaires.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 20 Grisy-sur-Seine/Les Rouqueux (Seine-et- Marne): enceinte du groupe de Noyen.
Crédits Mordant, Gouge 1992:141.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende TABL. XLI Grisy-sur-Seine/Les Rouqueux, enceinte du groupe de Noyen : inventaire général du matériel lithique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende TABL. XLII Grisy-sur-Seine/Les Rouqueux, enceinte du groupe de Moyen : classification des pièces retouchées sur éclat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende TABL. XLIII Villemaur-sur-Vanne/Le Grand Bois Marot : composition des amas de taille selon la distribution pondérale des restes par catégories techniques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende TABL. XLIV Villemaur-sur-Vanne/Les Orlets : composition des concentrations de silex des structures étudiées, selon la distribution pondérale des restes par catégories techniques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23418/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search