Version classiqueVersion mobile

L’industrie du silex du ve au ive millénaire dans le sud-est du Bassin parisien

 | 
Anne Augereau

Introduction

Texte intégral

1Les motivations de cette étude des industries lithiques du sud-est du Bassin parisien sont tout d’abord d’examiner des séries lithiques reconnues par les néolithiciens comme appartenant à des ensembles de référence. Les résultats sont ainsi mis à la disposition de ces chercheurs qui, depuis de nombreuses années, travaillent sur le Néolithique du Bassin parisien et en particulier sur le secteur Seine-Yonne, zone marquée par des phénomènes d’interpénétration culturelle. Il s’agit donc de répondre à une demande visant à élargir le champs des études sur le Néolithique.

2Ma démarche s’inscrit aussi dans une recherche, plus large, sur les sociétés néolithiques. Elle ambitionne de tester l’apport des études de technologie lithique à la connaissance de ces sociétés en les situant par rapport à celui des autres industries. La démarche est ancienne et, depuis longtemps, les industries lithiques néolithiques intéressent les préhistoriens : il faut mentionner, parmi les études les plus importantes, celles de L. Eloy (1950 ; 1951 ; 1963), L.-R. Nougier (1950), R. Daniel (1956), J. Verheyleweghen (1963), M.-C. Cauvin (1960 ; 1971). Dans des travaux plus généraux, même si elle n’a pas été abordée en termes de technologie lithique, l’industrie du silex a toujours retenu l’attention des néolithiciens comme un élément caractéristique de la culture matérielle. En France, depuis une trentaine d’années, l’étude du Néolithique a donné lieu à plusieurs synthèses régionales ou nationales qui ont pris en compte l’ensemble des données alors disponibles : la stylistique céramique bien sûr, mais aussi l’habitat, le rituel funéraire, l’économie, et enfin les industries lithiques. Ces approches ont permis de mettre au point une grille typochronologique fixant les limites géographiques et chronologiques des groupes culturels et d’émettre des hypothèses sur les processus historiques ayant abouti à ce « paysage culturel ». Pour le Bassin parisien, c’est G. Bailloud (1964 ; 1971) qui, le premier, propose une synthèse diachronique sur le Néolithique de cette région dans son contexte national, dans laquelle la part du lithique est loin d’être négligeable. Plus tard, C. Constantin (1985), s’appuyant sur une documentation plus importante du fait des nouvelles découvertes, s’attache à caractériser l’ensemble de la culture matérielle des groupes danubiens occidentaux en Hainaut et en Bassin parisien. Sur cette base, il propose plusieurs hypothèses sur leur filiation chronoculturelle. Pour la moitié sud de la France et sa façade méditerranéenne, J. Courtin (1974), J. Guilaine (1976a), J. Vaquer (1990) et d’autres, adoptent une démarche similaire pour individualiser les cultures méridionales et expliquer les processus de leur formation. En Allemagne, l’étude de J. Lüning (1967) sur le Michelsberg est la première à insérer quelques données sur le lithique pour définir cette culture. En 1979, M. Dorhn-Ihmig incorpore également les caractères des industries lithiques dans sa synthèse sur les groupes rhénans de la Céramique linéaire. Les recherches à l’échelon européen, parmi lesquelles il faut citer celles de V.G. Childe (1929 ; 1950), C. Renfrew (1973), R. Tringham (1971), se sont surtout efforcées de comprendre la dynamique de formation des civilisations néolithiques européennes au travers des contacts culturels, des emprunts d’idées, des migrations de populations et des transformations techniques et économiques. Les éléments lithiques y sont évoqués plutôt sous l’angle techno-économique que sous l’angle purement chronoculturel. Dans ces dernières analyses, les études lithiques apparaissent comme principalement descriptives et sont combinées avec d’autres aspects de la culture matérielle qu’elles aident à caractériser. À l’exemple de plusieurs auteurs dont il sera question plus loin, il s’avère indispensable d’aborder les industries lithiques néolithiques pour elles-mêmes, en termes de processus et de comportement technique au sens où l’entendait J. Tixier (Tixier et al. 1980), afin de cerner leur contribution à la connaissance des sociétés néolithiques.

3En Europe, les premières recherches sur la technologie lithique appliquée aux industries néolithiques datent des années cinquante. En Belgique notamment, L. Eloy (1950 ; 1951 ; 1963) et J. Destexhe-Jamotte (1970) apparaissent comme des précurseurs dans le domaine de l’expérimentation de la taille des roches dures. Plus tard, D. Cahen, J.-P. Caspar et M. Otte (1986 ; 1987) ont largement contribué à la connaissance des industries lithiques danubiennes de l’Europe moyenne. En Rhénanie et sur le plateau d’Aldenhoven, H. Lörh, A. Zimmermann (1977) et L. Fiedler (1979) ont tenté de caractériser les séries lithiques du Néolithique moyen et récent (terminologie européenne) de ces régions. M.E. De Grooth (1987 ; 1990), quant à elle, propose des modèles d’organisation spatiale intrasites pour la production d’une industrie lithique de la Céramique linéaire sur le plateau d’Aldenhoven. Récemment, A. Zimmermann (1995) a présenté une hypothèse de hiérarchisation des sites du Merzbach moyen associés par une relation d’interdépendance fondée sur l’approvisionnement et l’acquisition de matériaux siliceux provenant de Rijckholt. En Grèce, C. Perlès (1984a ; 1984b) a étudié les structures de production des outillages en roches dures néolithiques, et plus particulièrement les formes de l’approvisionnement en roches dures. On ne saurait non plus oublier les travaux des Polonais R. Schild, H. Krölik et M. Marczak (1985) et ceux de J. Lech (1981 ; 1982 ; 1987 ; 1990) sur l’organisation de la production et de la distribution des matériaux siliceux au Néolithique d’Europe centrale. Récemment amorcées en France, les recherches sur la technologie des industries lithiques néolithiques ont considérablement progressé. Les travaux de D. Binder (1983 ; 1987) sur les industries du Cardial ont permis de faire évoluer la problématique sur la néolithisation de la Provence. M. Plateaux (1987 ; 1990 ; 1993) a également initié une étude de technologie lithique pour le Rubané récent du Bassin parisien. Ces dernières années, un grand nombre de lithiciens néolithiciens, parmi lesquels il faut citer F. Bostyn (1994), G. Marchand (1999), M.-F. Creusillet (1997) et M. Mauvilly (1997) ont réalisé un travail méthodologique et conceptuel ou simplement descriptif, qui ont permis de replacer mon étude dans un système de références plus large. Celle-ci repose sur le postulat qui suit : l’économie lithique, aboutissant à la production de l’essentiel des outils qui parviennent à l’archéologue, est structurée et cohérente. Elle répond à des stimulations diverses, se réalise selon des schémas techniques précis et conduit à satisfaire des besoins spécifiques. La notion de système technique, définie par plusieurs anthropologues (Mauss 1947 ; Gille 1979 ; Lemonnier 1983), révèle que la mise en œuvre d’une technique est en étroite interdépendance et en interaction avec d’autres activités techniques et économiques. En effet, tout acte technique intègre des savoir-faire, des portions de chaînes opératoires, des outils utilisés dans d’autres chaînes techniques qui interviennent en amont, en aval ou parallèlement à la chaîne technique considérée. La taille des roches dures, par exemple, représenterait un sous-système de ce système technique (Tixier et al. 1980 ; Inizan et al. 1995) et, dans ce sens, on ne peut comprendre les tendances évolutives des industries lithiques que dans leur corrélation avec d’autres aspects du système (outillage en matières dures animales, approvisionnement carné, données environnementales et architecturales, etc.). À terme, une approche interdisciplinaire devient indispensable. Par ailleurs, d’après la définition de la technique comme « acte traditionnel efficace » de M. Mauss (1991b), la mise en œuvre d’une technique constituerait à elle seule un fait social total : l’étude des phénomènes techniques pourrait faire apparaître les rapports sociaux qui sous-tendent le déroulement d’une production donnée. Pour les industries de la pierre, c’est en cherchant à reconnaître les niveaux de compétence technique, les indices de l’existence de spécialistes, la division spatiale de la chaîne opératoire, les modes d’acquisition et de diffusion des matériaux lithiques, que l’on peut aborder le problème de l’organisation socio-économique de la production des outillages.

4L’économie lithique peut donc être considérée comme appartenant à un système qui se structure au rythme des changements socio-économiques. J’ai cherché ainsi à mettre en évidence, dans l’évolution de la production des outillages en silex du sud-est du Bassin parisien, des étapes qui devraient se superposer aux chronologies culturelles, admises ou en cours d’élaboration, et, peut-être, conduire à une meilleure définition de celles-ci.

5Le secteur Seine-Yonne, au sud-est du Bassin parisien, occupe une situation particulière sous plusieurs aspects. D’un point de vue chronoculturel tout d’abord, il est reconnu, à toutes les époques du Néolithique, comme une zone de contacts entre les traditionnels courants méridional et nord-oriental (Mordant in Hénocq-Pochinot, Mordant 1991). Du point de vue des ressources naturelles ensuite, et plus spécifiquement des ressources en matériaux siliceux, il est le domaine exclusif du silex de la craie et se distingue par sa grande richesse en gisements accessibles de roches siliceuses. Le silex y est surabondant mais impose, de par sa médiocre qualité, un certain nombre de contraintes techniques. Ces conditions n’ont pas manqué de jouer un rôle dans l’évolution de la production des outillages.

6Des savoir-faire et des productions lithiques sont définis ainsi que leur variabilité chronologique. On tentera de les interpréter en fonction des conditions naturelles et culturelles caractérisant le secteur. Le corpus étudié est important (environ 100 000 artefacts en silex, dont 6 000 pièces retouchées), et se répartit entre les sites danubiens de Passy, de Villeneuve-la-Guyard, de Barbey et de Balloy, les sites Cerny de Chatenay-sur-Seine, de Barbuise-Courtavant et de Balloy et les sites du groupe de Noyen, de Noyen et de Grisy. À cela, il faut ajouter l’étude de la production de haches en contexte minier de Villemaur-sur-Vanne/Les Orlets (Aube) que les données actuelles placeraient dans une période contemporaine du groupe de Noyen.

7Les résultats sont présentés sous la forme d’une synthèse plutôt que sous celle d’une présentation monographique des sites qui aurait eu l’inconvénient de décrire des séries lithiques au lieu d’évoquer les transformations d’un système de production. Avant tout, ce travail souhaite replacer les études lithiques dans une perspective évolutive et a recours à diverses spécialités (technologie lithique, ethnoarchéologie, anthropologie sociale, technologie culturelle, etc.). Plusieurs types de données archéologiques (approvisionnement carné, architecture, études environnementales, etc.) sont également mis à contribution pour tenter d’expliquer les caractères des industries rencontrées et leur évolution. Ce travail laisse donc la voie, en essayant de dégager des pistes variées, à des études ultérieures pouvant se greffer librement sur l’ossature ainsi édifiée.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search