Version classiqueVersion mobile

L’industrie du silex du ve au ive millénaire dans le sud-est du Bassin parisien

 | 
Anne Augereau

Liminaires

À Raphaël, Lorenzo et Gilda

À Claude, Christiane et Jean-Marc

Texte intégral

Remerciements

1Mes remerciements iront en premier lieu à Claude et Daniel Mordant auprès desquels j’ai passé près de quinze ans de mes activités archéologiques, avec qui j’ai appris le métier d’archéologue, et en particulier la rigueur dans la collecte des données et l’honnêteté dans l’interprétation des résultats. Leur soutien, leurs encouragements et leurs conseils, tout au long de la conception de ce travail, furent pour moi un atout précieux. Il me faut également signaler que ce manuscrit n’aurait pu voir le jour sans l’activité archéologique qu’ils ont menée depuis près de trente ans en Bassée.

2C’est Marion Lichardus-ltten, mon professeur, qui m’a prodigué, sans réserve, les meilleurs conseils pour l’élaboration de ma thèse dont est issu cet ouvrage. Ses encouragements répétés et son constant souci de l’avancement de mon travail m’ont permis de parvenir au bout de cette entreprise.

3À Jacques Pelegrin, de l’UMR 7055, je dois la plus grande partie de ma formation en technologie lithique. C’est toujours avec chaleur et disponibilité qu’il m’a accueilli au laboratoire de Meudon, puis à la MAE, où j’ai pu bénéficier de discussions hautement fructueuses pour la progression de mon travail. Qu’il soit également remercié pour l’intérêt enthousiaste qu’il porte à mes travaux, que ce soit dans le cadre de ma thèse ou dans le cadre de l’étude lithique en contexte minier pour laquelle il a réalisé la taille expérimentale. Il a aussi effectué une relecture attentive de ce manuscrit et a contribué sans nul doute à son amélioration.

4Ensuite, je remercie tous les responsables de chantier qui m’ont confié l’étude de leur matériel et qui, constamment, ont prêté un vif intérêt à mes résultats. Il s’agit de Sandrine Renaud, Henri Carré, Patrick Gouge, Pierre-Arnaud de Labriffe, Jacques Piette et Michel Prestreau. Je suis également reconnaissante envers Claude Constantin, de l’UMR 7041, qui m’a encouragé, conseillé et guidé dans l’élaboration de cette thèse.

5C’est sans nul doute Didier Binder, de l’ERA 36, qui, grâce à une relecture attentive de la première version de cet ouvrage, m’a permis de tirer tout le parti des résultats de ce travail. Je lui exprime ici ma profonde gratitude.

6Merci également à Catherine Perlès, directrice de l’UMR 7055, grâce à qui j’ai pu affiner les interprétations exposées dans ma thèse et avec qui une passionnante discussion scientifique s’est engagée.

7Avec Pierre Lozouet, du laboratoire de Biologie des invertébrés marins et Malacologie du Muséum national d’histoire naturelle, j’ai pu m’initier au traitement informatique des données et particulièrement à l’analyse cladistique. C’est Simon Tillier, de ce même laboratoire, qui m’a autorisé l’accès au programme Hennig 86 pour le traitement cladistique de mes données. Je les assure ici de ma sincère reconnaissance.

8C’est à Jean-Marc Séguier qu’a échu la fastidieuse tâche de corriger la forme de ce travail. Qu’il soit également remercié pour sa patience infinie et son appui réconfortant.

9Merci à tous les fouilleurs, bénévoles mais aussi salariés, de l’Afan puis de l’Inrap, qui ont participé, avec enthousiasme, à l’exhumation des matériaux étudiés dans cette thèse et plus particulièrement : Phillippe Beaufort, Anne-Sophie Blin, Benoît Blivet, Christophe Bourdeau, Frédéric Dugois, Frédéric Ferdouel, Valérie Gerspacher, Chantal Hénocq-Pochinot, Vincent de Lachaux, Frédérique Lefebvre, Nicolas Mordant, Pierre Nouvel (aussi pour sa participation active au tri du matériel Cerny de Balloy), Franck Prétreux, Catherine Raoult (qui m’a également efficacement secondée dans le tri des amas de taille de la minière de Villemaur-sur-Vanne), Jean-Paul Ritter, Robert Talin, Dominique Thébault, Stéphane Thuillier, Nathalie Tucky-de Lachaux… Ils sont nombreux, que tous ceux que j’oublie veuillent bien m’excuser.

10Je ne saurai terminer sans remercier Madame Henri Carré pour sa gentillesse et son accueil chaleureux ainsi que ma mère, Christiane Augereau, pour sa compréhension et sa grande patience.

11Il me faut savoir gré au service départemental du Patrimoine de Seine-et-Marne pour la mise à disposition de moyens matériels, comme la base logistique de Bazoches-lès-Bray, où j’ai pu mener un certain nombre des études présentées dans cet ouvrage.

12Enfin, il m’est particulièrement agréable de remercier les membres du jury qui ont bien voulu examiner ma thèse dont est issue ce manuscrit et lui attribuer la mention « très honorable avec les félicitations » à l’unanimité. Il s’agit de Didier Binder (chargé de recherche au CNRS, examinateur), Jean-Paul Demoule (professeur à l’université de Paris I, examinateur), Marion Lichardus (professeur à l’université de Paris I, directrice), Daniel Mordant (archéologue départemental de Seine-et-Marne, examinateur), Catherine Perlès (professeur à l’université de Paris X, présidente), Pierre Pétrequin (directeur de recherche au CNRS, rapporteur).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search