Version classiqueVersion mobile

L’île de Tatihou (Manche) à l’âge du Bronze

 | 
Cyril Marcigny
, 
Emmanuel Ghesquière

Chapitre 1. Contexte général

Cyril Marcigny et David Flotté

Résumé

L’île de Tatihou, à Saint-Vaast-la-Hougue, est un îlot d’une vingtaine d’hectares situé sur la côte nord-est du département de la Manche en Basse-Normandie. Avant les campagnes de fouilles qui ont été menées de 1996 à 1998, les périodes préhistoriques et protohistoriques étaient relativement mal connues et l’île semblait n’être véritablement occupée qu’à partir du xvie s., et ce dans un but uniquement militaire. En juin 1996, la surveillance des travaux de terrassement du jardin a établi l’existence d’une occupation de l’âge du Bronze. Une évaluation complémentaire, sous la forme de tranchées réalisées sur l’ensemble de la surface menacée, a été effectuée durant le mois de juillet de la même année. Une fouille d’urgence, effectuée du 19 août au 31 octobre 1996 par une dizaine d’archéologues bénévoles ou professionnels, a souligné la richesse de l’occupation du site qui comporte aussi des traces d’occupations postérieures à l’âge du Bronze (La Tène finale/Gallo-romain précoce et période moderne). Il a été ensuite décidé de réaliser une campagne de diagnostic sur le reste des terrains disponibles de l’île de manière à évaluer le potentiel archéologique du site dans son ensemble et ainsi valider certaines des hypothèses proposées dans le cadre du Document final de synthèse de 1996.

Texte intégral

1Tatihou est un petit îlot d’une vingtaine d’hectares situé sur la côte nord-est du département de la Manche en Basse-Normandie (fig. 1). Avant les fouilles de sauvetage liées à la création d’un jardin, les périodes préhistorique et protohistorique étaient relativement mal connues et l’île semblait n’avoir été véritablement occupée qu’à partir du xvie s., et ce dans un but uniquement militaire.

FIG. 1. Localisation géographique du site.

1.1 Un peu d’histoire

2Pour les périodes anciennes, malgré un environnement archéologique particulièrement riche (Cliquet 1992 ; Michel 1973-1974), aucune concentration structurée de vestiges du Paléolithique et du Mésolithique n’a été mise au jour sur l’île. Tout au plus peut-on citer les quelques éléments lithiques, datés du Paléolithique moyen, recueillis par G. Vilgrain lors de prospections (ainsi que ceux de la collection L. Bogard et R. Lemière déposée au musée de Cherbourg).

3La Préhistoire récente est représentée par quelques découvertes, faites au début du xixe s., compilées par M.-B. Bender dans le cadre d’un inventaire (Bender 1967). On citera pour mémoire la découverte d’une hache polie en diorite de 6 cm de long (Harmois 1912) et de dix bracelets gris blanchâtre en « phyllade » (Voisin 1908). Deux des dix bracelets sont décrits par A. Voisin, ils ont respectivement un diamètre extérieur de 13 et 12,4 cm et un diamètre intérieur de 6,7 et 6,9 cm ; les deux pièces ont une épaisseur de 7 mm et une section triangulaire à retouches latérales. Régionalement ce type de vestiges, relativement courant, s’inscrit dans un horizon chronologique compris entre le Villeneuve-Saint-Germain dans sa phase moyenne et le début du Néolithique moyen I.

4La Protohistoire est représentée par la découverte en 1906 d’un dépôt de haches à douille de 200 pièces (Doranlo 1926) dont certaines probablement de type Couville. Cette référence bibliographique doit être considérée avec la plus extrême précaution puisqu’elle n’a jamais été reprise par la suite. Les conditions d’enfouissement et la localisation de ce dépôt sont donc inconnues.

5Pour la fin de l’âge du Fer et l’époque gallo-romaine, aucune découverte n’est signalée. île ou presqu’île, Tatihou ne semble pas avoir été occupée intensément durant ces périodes.

6En 1082, l’île est citée, pour la première fois, lors du don par Guillaume le Conquérant de la baronnie de Quettehou à l’abbaye de la Trinité de Caen (Delisle 1914). C’est sûrement après ce don que Tatihou prend le nom de « l’île Madame » (Leterrier 1963).

7L’île n’est plus mentionnée jusqu’au milieu du xvie s., époque où est élevé le premier élément de fortification dénommé « tour de Tatihou ». L’emplacement exact de ces constructions est inconnu (Détrée 1993). À partir de 1689, suite à de nombreux combats navals, un réseau de retranchements et de redoutes est élaboré. À la fin du xviie s., après la bataille de La Hougue, dont les navires gisent encore près de l’île (L’Hour, Veyrat 1995), l’ingénieur de Combes fait édifier (sous l’égide de Vauban) la tour encore visible actuellement et les fortifications de l’île.

8Au xviiie s., le fait que l’île ne soit accessible qu’à marée basse a décidé l’administration royale à faire construire un lazaret pour la mise en quarantaine des équipages des navires suspectés d’infections contagieuses. Mis en service en 1722, l’établissement doit accueillir essentiellement les vaisseaux en provenance d’Italie, d’Espagne et de Provence. À l’origine, le lazaret forme un quadrilatère d’environ 2 ha, clos par un mur d’enceinte percé de meurtrières. Après une baisse d’activité durant le second quart du xviiie s., le lazaret assure de nouveau sa fonction en 1770. En 1791, l’administration de l’île passe sous la responsabilité du ministère de la Guerre qui affecte l’établissement à l’usage d’un régiment de Génie (Leroux 1897). En l’an XII, l’usage du lazaret est rétabli, une partie des locaux reste toutefois affectée au Génie. À cette époque, de nouveaux espaces sont aménagés sous la forme de cours entourées de murs. Ainsi la redoute est ceinturée de manière à augmenter la surface consacrée au stockage des marchandises ; le lazaret couvre alors 4 ha. Lorsque la fièvre jaune ravage l’Espagne, la commission sanitaire centrale propose de revoir le plan de ce type d’établissement. Parmi ses propositions, la plus importante concerne la création d’une double enceinte de forme carrée qui doit clore l’ensemble des bâtiments. Peu à peu abandonné dans la deuxième moitié du xixe s., le lazaret est transformé en laboratoire maritime en 1881. En 1926, les lieux sont occupés par une colonie de vacances, l’Ermitage de Tatihou, jusqu’à l’aube de la Seconde Guerre mondiale. Les bâtiments et le clos sont alors aménagés de manière à répondre à leur nouvelle fonction. Après la guerre, les bâtiments sont affectés à un centre de rééducation.

9Depuis 1990, le conseil général de la Manche a entamé des travaux de réhabilitation. L’île de Tatihou abrite maintenant une réserve d’oiseaux marins, le musée maritime qui est chargé de mettre en valeur le mobilier archéologique recueilli sur le site sous-marin des épaves de la bataille de La Hougue et le centre de culture scientifique qui accueille des groupes intéressés par l’étude de la faune et de la flore marine. La dernière phase des travaux d’aménagement de l’île, qui est à l’origine de l’opération archéologique, concerne la réalisation d’un jardin maritime.

1.2 L’opération de fouille

10Aborder l’historique puis les différents problèmes inhérents à la réalisation d’une opération de fouille préventive peut sembler ici totalement inutile et relever de la longue complainte de l’archéologue et cette monographie n’en est pas le cadre. Cependant, il a paru important à bien des égards de mettre en parallèle les moyens techniques et humains mis en œuvre et les résultats scientifiques de manière à quantifier les éventuelles pertes d’information et évaluer les méthodes utilisées pour y pallier.

1.2.1 Historique

11Dans le cadre de l’aménagement du jardin du clos du lazaret (sous la maîtrise d’œuvre de l’atelier Traverses et la maîtrise d’ouvrage du conseil général de la Manche), une surveillance des travaux de décapage a été demandée par le service régional de l’Archéologie (SRA) au mois de juin 1996 (fig. 2). À la suite de cette opération qui a établi l’existence d’une occupation de l’âge du Bronze, une évaluation complémentaire, sous la forme de tranchées réalisées sur l’ensemble de la surface du jardin, a été effectuée durant le mois de juillet de la même année.

FIG. 2. Implantation de la fouille de 1996 et des sondages de 1997 et 1998.

12Un rapport liminaire a alors été déposé au SRA et examiné par Marc Talon et Joël Vital dans le cadre d’une expertise pour la Cira du Grand-Ouest. Cette première analyse soulignait le caractère exceptionnel du site, le bon état de conservation des structures archéologiques, la richesse du mobilier lithique et céramique ainsi que l’étendue du gisement sur les 2,5 ha du jardin. Une fouille préventive a donc été réalisée du 19 août au 31 octobre 1996 par une dizaine d’archéologues bénévoles ou professionnels (sous la direction de Jean Desloges [SRA], au mois d’août puis de Cyril Marcigny, Inrap). Elle a souligné la richesse de l’occupation du site qui comporte aussi des traces d’occupations postérieures à l’âge du Bronze (La Tène finale/Gallo-romain précoce et période moderne). Le document final de synthèse (DFS) a été réalisé de novembre 1996 à février 1997. À l’issue de cette première campagne, le site a fait l’objet de plusieurs présentations au public et deux articles ont été rédigés (Marcigny, Ghesquière 1996 ; 1998b).

  • 1  Ces deux dernières opérations ont été réalisées par 5 à 6 archéologues, les travaux de postfouille (...)

13Après la fouille, il a été décidé de réaliser une campagne de diagnostic sur le reste des terrains disponibles de l’île, soit environ 17 ha (fig. 2 et 3), de manière à évaluer le potentiel archéologique du site dans son ensemble et ainsi valider certaines des hypothèses proposées dans le cadre du DFS de 1996. La première phase de ces sondages a été effectuée en juin 1997 au nord du lazaret et dans la plaine à l’est du jardin (les autres parties de l’île étant inaccessibles en juin à cause de la nidification des goélands). Une campagne complémentaire a été réalisée de septembre à octobre 1998 dans la réserve ornithologique et au nord de la plaine1.

FIG. 3. Plan masse du site et implantation des sondages géomorphologiques.

1.2.2 Impératifs de terrain et problématique

14La conduite du chantier archéologique a été réalisée en parallèle avec les travaux d’aménagement du jardin. Les décapages et le stockage des terres ont dû concilier des impératifs contradictoires. L’espace confiné du clos est rapidement devenu trop étroit ; des zones archéologiques non décapées ont donc subi les vicissitudes des passages d’engins, des stockages et des manutentions de terre en vue de la réutilisation de tous les matériaux sur le site. L’ensemble de ces problèmes de gestion a parfois nui à la bonne conservation des structures et altéré les possibilités de lecture.

15Cependant, dans la plupart des cas, l’absence de travaux agricoles modernes combinée à une érosion naturelle ou anthropique nulle a facilité la conservation exceptionnelle des structures archéologiques. Ces dernières sont observables dès le décapage de la terre végétale (une vingtaine de centimètres sous le niveau du sol actuel), sous la forme de concentrations de mobilier et de pierres. La profondeur de décapage est cependant extrêmement fluctuante et tente de suivre le niveau de lecture des structures (à un niveau où le limon encaissant de teinte plus claire permet l’identification des contours des structures). Les nombreux travaux réalisés lors de la mise en place du centre de rééducation sur l’île après la Seconde Guerre mondiale ont aussi profondément affecté le sous-sol. Ainsi, à l’emplacement du stade du centre, les couches superficielles ont été décapées et remplacées par un épais remblai de sable. À d’autres endroits, la terre végétale a été enlevée et réutilisée. L’épaisseur de limon décapé lors des travaux archéologiques est donc comprise entre 0,40 et 1 m. Lorsque les couches superficielles n’ont pas été remaniées, les structures archéologiques apparaissent, après décapage, sous la forme d’anomalies sombres.

16Les zones décapées correspondent aux excavations du projet de jardin (fig. 2 et 3). Un carroyage temporaire, orienté suivant les axes principaux de chaque fenêtre fouillée, a été implanté de manière à relever l’ensemble des indices archéologiques par zone. La totalité des structures mises au jour a été fouillée à la main, dans leur intégralité ; seuls les fossés ont été en partie sondés mécaniquement (à 50 %), de manière à obtenir des coupes débordantes. Le même mode opératoire a été utilisé lors de la réalisation des sondages en 1997 et 1998. Le maillage des tranchées a été de respectivement 40 m la première année puis de 20 m la seconde.

17Le contexte chronoculturel associé au caractère inédit du type d’occupation rencontré à Tatihou offrait la trop rare opportunité d’observer les principales composantes culturelles d’une phase chronologique mal représentée dans la région, si ce n’est par les dépôts d’objets métalliques découverts anciennement. La problématique élaborée avant l’intervention s’est donc efforcée de poser un certain nombre de questions à la hauteur de la qualité et de l’intérêt du site. Les travaux initiés en 1996 devaient expliciter :

  • l’approche paléoethnologique, à travers l’étude de l’habitat sous toutes ses formes, l’étude des structures (lecture morphologique et tentative d’interprétation) et en particulier les structures de combustion nombreuses sur le site ;

  • l’approche culturelle et chronologique, appréhendée grâce à l’étude du mobilier céramique et lithique (étude pétrographique, chaîne opératoire et typologie), en substance rechercher les caractères endogènes et exogènes du corpus ;

  • l’approche paléoenvironnementale ou paléoécologique permettant de restituer l’environnement végétal, le cadre topographique de Tatihou à l’âge du Bronze (île ?, presqu’île ?, position continentale ?) et l’interaction homme/milieu ;

  • l’ensemble tendant finalement à une tentative de lecture de la vie quotidienne sur le site et à une compréhension des comportements socio-économiques et socioculturels qui ont régi l’occupation.

18Bien que les réponses à ces questions ne soient pas encore toutes arrivées à maturation ou n’aient pas toutes abouti, l’étude, nécessairement pluridisciplinaire, a exploré chacune de ces voies.

Notes

1  Ces deux dernières opérations ont été réalisées par 5 à 6 archéologues, les travaux de postfouille ont été réalisés par 2 personnes pendant respectivement 3 jours en 1997 (du 22 au 25 juillet) et 5 jours en 1998 (du 12 au 16 octobre). Durant cette dernière période, une aide à la préparation à la publication de deux mois (un mois pour la rédaction et un mois pour les illustrations) a été programmée de manière à préparer la monographie du site.

Table des illustrations

Légende FIG. 1. Localisation géographique du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23298/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 2. Implantation de la fouille de 1996 et des sondages de 1997 et 1998.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23298/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 3. Plan masse du site et implantation des sondages géomorphologiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23298/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2003

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search