Version classiqueVersion mobile

L’herbe qui renouvelle

 | 
Pierre Lieutaghi

Annexes

Annexe II. Corpus des données médicinales recueillies en Haute-Provence en 1982-1983

Texte intégral

1Ne figurent ici que les informations relatives aux 31 plantes dépuratives étudiées dans le texte. Une publication ultérieure réunira celles qui ont trait aux 118 autres médicinales recensées au cours de l’enquête.

2Seules les données non étudiées dans le texte bénéficient de commentaires. Ceux-ci figurent soit à la suite des indications particulièrement intéressantes, soit à la fin des listes par espèce, et sont alors d’ordre général.

Précisions pour la lecture des tableaux

Code-plante

3Le n° code attribué aux plantes est celui des Quatre flores de la France de P. Fournier (1961).

Code-propriété, code-maladie

4Voir Annexe I : « Essai de classification hiérarchisée » et « Index-code ».

5— Dans les tableaux suivants, les PROPRIÉTÉS DÉPURATIVES (codes 91 et suiv.) sont citées en tête des informations réunies à propos de chaque plante. Quand une donnée dépurative est accompagnée d’indication(s), celle(s)-ci figure(nt) immédiatement à la suite :

6— Les autres données sont transcrites dans l’ordre de la classification numérique adoptée, avec priorité aux indications. Quand une indication (194 rhumatismes, par ex.) est associée à une « propriété générale » (9311 DIURÉTIQUE, par ex. - voir Annexe I.4) c’est le code de l’indication qui prévaut, de la façon suivante :

7— Quand une même « propriété générale » est associée à des indications distinctes, celles-ci sont distribuées dans le tableau selon l’ordre des codes.

8— Si plusieurs indications distinctes, associées à une même propriété, sont données par le même informateur, un renvoi est fait à la suite de la mention de propriété :

9— Quand le même informateur cite plusieurs indications analogues relative à la même propriété (exprimée ou non), ces indications sont citées ensemble dans l’ordre des codes.

10Cela, dans certains cas, peut conduire à négliger localement l’ordre des codes.

11— Les mentions de propriété sans indications sont répertoriées en fin de liste, pour chaque plante, à l’exclusion de DÉPURATIF et assimilés.

Informateurs

12« Origine sociale » signifie simplement « mention sommaire de la profession ». Dans beaucoup de cas, des paysans âgés (au-delà de 70 et même de 80 ans) conservent une activité à la ferme, et l’épithète de « retraités (es) » ne leur convient pas.

13« Orig. Ardèche » signifie que l’informateur (trice) est originaire de ce département.

Dénomination populaire des plantes

14Cet aspect de l’ethnobotanique haut-provençale n’a pas été approfondi. Les noms recueillis sont transcrits en phonétique française.

62. Absinthe, Artemisia Absinthium (Matthioli 1566)

63. Anthyllide vulnéraire, Anthyllis vulneraria (Gerarde 1557)

64. Anthyllide des montagnes, Anthyllis montana (Daléchamps 1653)

65. Bouillon blanc, Verbascum Thapsus( Fuchs 1542 ; « Grande Molène »)

Absinthe

Artemisia Absinthium (3918), Composées

15Stations et distribution : Plus ou moins nitrophile. Aux basses altitudes, bords des routes et friches des lieux habités. Souvent cultivée dans les jardins ; rocailles et pelouses rocailleuses de l’étage montagnard (chaîne de Lure).

Aigremoine

Agrimonia Eupatoria (2128), Rosacées (fig. 34)

16Stations et distribution : Haies, talus herbeux, friches broussailleuses en sols plutôt riches, AC/AR, étage collinéen.

17Remède surtout externe, en Haute-Provence, l’Aigremoine occupe une « niche thérapeutique » assez analogue à celle du « Badasson » (Plantago cynops). La recherche actuelle confirme l’action anti-inflammatoire et antiseptique (propriétés antivirales, entre autres) de cette Rosacée modeste qui reste une médicinale connue dans beaucoup de régions et qui, de ce fait, sollicite une étude comparative prioritaire. L’emploi dans la bronchite (3 22), qui peut remémorer l’ancienne prescription dans les « crachements de sang » (hémoptysie), semble exceptionnel de nos jours (où l’on relève cependant des indications « savantes » dans l’asthme).

Anthyllide vulnéraire

Anthyllis vulneraria (s.l.) (23 97), Légumineuses (fig. 63)

18Stations et distribution : Pelouses sèches plutôt humifères ; rocailles, bois clair. AC basses régions, C dans l’étage montagnard.

19Les Anthyllides, peu représentées dans les écrits savants (tableau 8 D), ont un vieux renom de « Vulnéraires » et de dépuratifs-purgatifs en médecine populaire. Les fleurs d’Anthyllis vulneraria entraient dans les mélanges autrefois distribués par les colporteurs, comme le « Thé suisse ». D’où, peut-être, les noms de « Thé des Alpes » et de « Thé de campagne », recueillis dans notre région (où peu de plantes sont qualifiées de « Thé »). L’emploi sédatif paraît local et concerne peut-être A. montana exclusivement. Il semble que l’usage de cette espèce ait bien été « inventé » récemment par un prêtre amateur de plantes, qui, connaissant les emplois d’A. vulneraria, a jugé qu’on pouvait les étendre à une espèce voisine et, de surcroît, très agréablement parfumée.

20Les usages externes de « vulnéraire » au sens strict paraissent ignorés. Les fleurs d’Anthyllide figurent dans 3 des mélanges dépuratifs du commerce analysés au cours de ce travail, preuve supplémentaire que ce domaine de la pharmacie fait office de conservatoire d’influences traditionnelles...

Bardane

Arctium minus (3986), Composées (fig. 32 et 40)

21Stations et distribution : Plante nitrophile, rudérale, à peu près exclusive des lieux habités : voisinage des villages et des fermes, parfois chemins. AC dans toute la région (où l’espèce officinale, Arctium majus, est tout à fait absente).

Bouillon blanc

Verbascum Thapsus (3157), Scrofulariacées (fig. 65)

22Stations et distribution : Friches récentes, bord des routes, décombres, terrains vagues, sols bouleversés (travaux d’aménagement forestier, p. ex.). AC partout mais inégalement réparti.

66. Molène Lychnite, Verbascum Lychnitis (Daléchamps 1653)
Dans la région de Forcalquier, c’est le « Doigt de Notre-Dame »

67. Grande Camomille, Chrysanthemum Parthenium
Variété à capitules « doubles » simulant la Camomille vraie (Anthemis nobilis). Revest-des-Brousses (04), vieux jardin.

23Dans notre région, le Bouillon blanc (sous diverses espèces, voir obs. précédente) est employé dans ses indications classiques d’émollient interne et externe. L’usage résolutif (137 1) correspond vraisemblablement (voir Chomel 1782 : 532) à la survivance vétérinaire d’un ancien champ « vulnéraire » aux visées plus larges. La plante a récemment révélé à l’analyse des principes anti-inflammatoires identiques à ceux de l’Harpagophytum sud-africain, racine antirhumatismale de grande valeur (voir Bézanger-Beauquesne et al. 1980 : 307).

Buis

Buxus sempervirens (1254), Buxacées (fig. 21)

24Stations et distribution : Compagnon habituel du Chêne pubescent, constitue des landes étendues après dégradation de la chênaie, sur sols compacts. Très répandu jusque vers 1 200 m mais manque par places. Autrefois coupé pour la litière et la fumure.

25Obs. : Autrefois connu comme sudorifique-fébrifuge-antipaludéen (voir, en particulier, Cazin 1868 : 225), le Buis a été popularisé comme anti-grippal par la vulgarisation récente (entre autres, Dextreit, R., La Cure végétale, 1960) à la suite des travaux de Leclerc. Une action antivirale a été récemment mise en évidence... On notera le glissement de la prescription savante, 40 grammes (Leclerc), à l’interprétation populaire, 40 feuilles. Ce qui restreint sensiblement la dose de substances actives (dans le cas présent, c’est un bienfait : le Buis est une plante suspecte). La recette préfère le nombre sacré (cf. R. Allendy, Le symbolisme des nombres, 1948) à la mesure pondérale, qu’elle ignore d’ailleurs le plus souvent.

Grande Camomille

Chrysanthemum Parthenium (3905), Composées (fig. 22)

26Stations et distribution : Cultivée dans les jardins (parfois race à fleurs doubles simulant la Camomille romaine) et souvent subspontanée lieux habités, décombres.

27Digestive, anti-inflammatoire, analgésique, la Camomille est usitée en Haute-Provence dans toutes ses indications classiques. Sous le nom de « Camomille », nos informateurs emploient exclusivement (quand il s’agit d’une plante de provenance locale, non achetée en pharmacie ou sur les marchés) la Grande Camomille, Chrysanthemum Parthenium, parente de la Marguerite des prés. La Camomille romaine, Anthemis nobilis, espèce subatlantique, n’existe pas dans la région où, de surcroît, le climat ne convient pas à sa culture. La Matricaire (ou Camomille allemande), Matricaria Camomilla, y est rare et fugace. S’il y a confusion entre ces espèces (ressemblance des « fleurs », nom populaire commun), elle paraît être sans conséquences au niveau des usages : l’expérimentation traditionnelle de Chrysanthemum Parthenium en Haute-Provence montre que cette plante, aujourd’hui exclue des pharmacopées, peut être substituée aux « Camomilles » médicinales du commerce. J’ai pu vérifier son efficacité dans les migraines. Très facile à cultiver (et vite envahissante : semis naturel très actif), résistante à la sécheresse, la Grande Camomille saurait se prêter à une production locale de qualité, d’autant plus qu’il en existe une race aux capitules « doubles » très semblables à ceux d’Anthemis nobilis (fig. 66).

Petite Centaurée

Centaurium Erythraea (3 516), Gentianacées (fig. 68)

28Stations et distribution : Pelouses fraîches, bois frais ; nette préférence pour les sols siliceux dans notre région (04-84), où elle est AR et disséminée. La ssp. grandiflorum, R çà et là en 04 (prés marneux), est parfois récoltée (Forcalquier, Annot).

68. Petite Centaurée, Centaurium Erythraea (Daléchamps 1653)

69. Morelle Douce-amère, Solanum Dulcamara (Matthioli 1566)

70. Salsepareille d’Europe, Smilax aspera (Gerarde 1557)

71. Serpolet, Thymus Serpyllum (De Ville 1689)

29Avec 5 mentions de propriété dépurative sans précision d’indication, la Petite Centaurée a un statut thérapeutique analogue à celui de la Germandrée Petit-Chêne, avec toutefois une visée digestive plus importante. Cette « Gentiane des plaines » occupe à peu près exactement, aux basses altitudes, la « niche thérapeutique » qui est celle de la Grande Gentiane en montagne. Une étude comparative détaillée de ces deux espèces est souhaitable.

Chenopode Bon-Henri

Chenopodium Bonus Henricus (1149), Chénopodiacées

30Stations et distribution : Plante nitrophile du voisinage des lieux habités et, surtout, des bergeries ; reposoirs de troupeaux. A peu près exclusivement dans l’étage montagnard.

Chicorée Sauvage

Cichorium Intybus (4080), Composées-Chicoracées (fig. 41)

31Stations et distribution : Lieux sous influence humaine forte : bord des chemins et des routes, voisinage des lieux habités et des cultures, jardins, prés pâturés. Très répandu dans toute la région.

Fumeterre

Fumaria officinalis (1676), Fumariacées (fig. 24)

32Stations et distribution : Champs, jardins, jachères, vieux murs. Très répandu.

Garance

Rubia tinctorum (35 69), Rubiacées (fig. 35)

33Stations et distribution : Autrefois cultivée pour sa racine tinctoriale, surtout dans le Vaucluse. Naturalisée çà et là dans les haies des basses altitudes. R en 04.

Gentiane Bleue

Gentiana Kochiana (3 532), Gentianacées

34Stations et distribution : Pelouses subalpines et alpines. Dans notre région, la « Gentiane bleue » est la petite Gentiane printanière, Gentiana verna (3 5 2 5), AC pelouses sommitales de la montagne de Lure, où elle fleurit au premier printemps.

Gentiane Jaune

Gentiana lutea (3 540), Gentianacées (fig. 17)

35Stations et distribution : Pelouses des étages montagnard et subalpin, AR montagne de Lure, sommets et face nord (1 200-1 700 m). Très localisée au Ventoux, face nord vers 1 400 m (Girerd 1978).

36La Grande Gentiane est à sa limite sud à Lure, où des récoltes excessives (emplois médicinaux, fabriques de spiritueux) l’ont pratiquement fait disparaître. Au Ventoux, elle pourrait avoir été introduite (Girerd 1978). Dans notre région, elle n’a pas l’importance thérapeutique qu’elle connaît dans les massifs où elle reste commune.

Germandrée Petit-Chêne

Teucrium Chamaedrys (3364), Labiées (fig. 37 et 38)

37Stations et distribution : Pelouses sèches, talus, rocailles, bois clairs, C surtout dans l’étage du chêne pubescent. Atteint 1 650 m à Lure.

Germandrée Pouliot

Teucrium Polium (3 3 66), Labiées (fig. 39)

38Stations et distribution : Pelouses sèches, rocailles, taillis clairs. C étages du Chêne vert et du Chêne blanc, jusque vers 800-1 000 m.

Laitue vivace

Lactuca perennis (4152), Composées-Chicoracées (fig. 42)

39Stations et distribution : Pelouses rocailleuses, rocailles, champs caillouteux négligés (vieilles vignes, vieilles lavandaies). Répandue dans toute la région ; surtout commune dans l’étage du Chêne blanc, aux expositions ensoleillées.

Marrube Blanc

Marrubium vulgare (3383), Labiées (fig. 47, 48)

40Stations et distribution : Plante nitrophile fréquentant surtout le voisinage des fermes et des bergeries, les abords des villages. Parcours fumés, parfois prairies artificielles (Sainfoin, Luzerne). C, surtout aux basses altitudes, nulle au-dessus de 1 000-1 100 m.

Morelle Douce-amère

Solanum Dulcamara (3144), Solanacées (fig. 69)

41Stations et distribution : Haies des lieux habités, haies fraîches, bois et broussailles du bord des eaux, saules têtards. AC/AR basses régions.

Noyer

Juglans regia (1022), Juglandacées

42Stations et distribution : Cultivé jusque vers 1 200 m et souvent subspontané bord des eaux, des fossés, ravins, ruines.

Olivier

Olea europaea (3563), Oléacées

43Stations et distribution : Cultivé aux expositions favorables jusque vers 800 m. En régression. Beaucoup d’olivettes sont aujourd’hui à l’abandon.

44Beaucoup d’informateurs connaissent l’emploi hypotenseur de l’Olivier. Cet emploi, est-il d’origine savante récente (Mazet, 1938) ou s’agit-il d’une connaissance traditionnelle — mise à profit dans toute l’aire française de culture — validée par l’expérimentation actuelle ? Réguis (1897) ne cite que l’usage fébrifuge des feuilles (voir aussi pp. 101-102).

Grande Ortie

Urtica dioica (1069) Urticacées (fig. 25)

45Stations et distribution : Plante nitrophile C aux alentours des villages et des fermes. Absente ou R sur les sols très secs. Atteint 1 700 m à Lure, sur des passages de troupeaux.

Pariétaire

Parietaria diffusa (1066), Urticacées (fïg. 26 et 27)

46Stations et distribution : Vieux murs des villages et des fermes ; pied des murs, décombres ; parfois abris sous-roches, pied des falaises fumé par les oiseaux. Très répandue dans toute la région, sauf en altitude.

Pensée sauvage

Viola arvensis (1977), Viola Kitaibeliana (1977) Violacées (fig. 28 et 29)

47Stations et distribution : Ces espèces du groupe Viola tricolor ont une distribution inégale dans la région. V. arvensis : champs cultivés et jachères au sol léger, AC çà et là. V. kitaibeliana, plante naine, précoce, des éclaircies de la pelouse à Thym, est C.

Pissenlit

Taraxacum officinale (4132), Composées-Chicoracéees

48Stations et distribution : Praireies, pelouses fraîches, bord des chemeins. TC.

Plantain Oeil-de-chien

Plantago sempervirens (Pl. cynops) (1646) Plantaginacées (fig. 14, 51)

49Stations et distribution : Sols légers, caillouteux, plutôt humifères, en stations sèches et ensoleillées. C-AC jusqu’à vers 1 000 m, mais distribution inégale. Parfois très abondant sur certaines friches récentes, surtout quand elles sont griffonnées (truffières).

50Obs. : Connu de la plupart de nos informateurs, le « Badasson » a surtout des emplois externes. L’étude détaillée de cette panacée de la pharmacopée populaire haut-provençale devra faire l’objet d’une publication particulière. Figurent ici seulement les indications internes qui rapprochent cet amer des « dépuratifs majeurs » locaux, Petit-Chêne et Petite Centaurée en particulier.

51Une enquête antérieure (Lieutaghi 1981) avait mis en évidence des interdits relatifs à l’absorption des préparations de cette plante, suspicion non corroborée ici ; la place relativement modeste des attestations d’emplois internes (14 sur 50, 2 indications internes sur 14 accompagnent de surcroît l’usage externe) montre bien que le statut de « grand vulnéraire » restreint la part du remède ingéré.

52Dans cette destination, Plantago cynops, outre la visée « sang » (3 mentions) qui atteste « l’authenticité » de l’appréciation « dépuratif », est surtout, semble-t-il, un remède digestif d’apparence banale mais où peuvent intervenir les capacités anti-inflammatoires et cicatrisantes du vulnéraire.

53Comme il est dit dans le texte, dans l’attente d’informations complémentaires sur la place de cette médicinale dans la thérapeutique populaire en Italie septentrionale, les emplois du « Badasson », propres à la Haute-Provence en France continentale, doivent être considérés pour le moins comme des « endémismes relatifs » (voir p. 190).

Salsepareille

Smilax aspera (85 8), Liliacées (fig. 70)

54Stations et distribution : Garrigues, broussailles, bois, haies ; dans les régions les plus chaudes de l’aire du Chêne vert. Nulle en 04.

55Obs. : La Salsepareille, liane toujours verte, plante méditerranéenne stricte, ne pénètre pas dans la partie des Alpes de Haute-Provence concernée par notre enquête. Elle est par contre fréquente dans les stations chaudes du Vaucluse (étage du Chêne vert).

56Très ancienne sudorifique-dépurative, remède réputé de la syphilis, elle reste présente dans les formules dépuratives de la pharmacie (5 mentions), mais la pharmacopée savante n’en parle plus (voir tableau 8 E).

Saponaire

Saponaria officinalis (1521), Caryophyllacées (fig. 33)

57Stations et distribution : Sols riches et frais, surtout lieux habités : bord des routes et des fossés, haies, voisinage des jardins ; fréquente dans les cimetières. C graviers de la Durance en Vaucluse (Girerd 1978) et en 04, de la Laye, du Largue, etc.

58Obs. : Comme la Pariétaire (cf. au texte, 3.3), la Saponaire est une plante « nettoyante » dont l’emploi thérapeutique n’est pas sans analogies avec les usages domestiques. Évident en ce qui concerne les croûtes de lait (« laver la peau »), clairement exprimé par l’informatrice de Banon (Mme L.), le rapport d’idées lavage du linge-nettoyage du corps peut être aussi sous-jacent dans l’indication antirhumatismale, la notion de « laver les articulations » ayant eu cours en médecine populaire bien avant d’être exaltée par les publicités d’eaux minérales.

59N.B. : La Saponaire était couramment employée dans la région pour la lessive des tissus foncés, blouses noires en particulier. On faisait bouillir des bottes de plante et on trempait le linge dans la décoction obtenue, « qui mousse comme le savon » (M. B., 65 ans, Bouiron). Une informatrice de Forcalquier précise que cette pratique avait cours encore pendant la dernière guerre (Mme C, 70 ans).

Serpolet

Thymus groupe Serpyllum (3470), Labiées (fig. 71)

60Stations et distribution : Répandu des pelouses pâturées des basses régions jusqu’aux crêtes les plus élevées, sous des formes très voisines, d’identification souvent problématique (v. Obs. finale).

61Obs. : Considéré depuis longtemps comme un « casse-tête de botanistes », le complexe Thymus serpyllum n’a pas été rendu beaucoup plus accessible par les auteurs modernes : qu’il s’agisse de Flora europaea (1972, t. 3 : 172-182), des Suppléments à la Flore de Coste (1977 : 390-400) ou de la nouvelle Flore de France du CNRS (1975, t. 2 : 694-697), l’accord est loin d’être fait sur la définition des espèces et variétés de ce groupe où la grande proximité des « espèces » et l’existence de formes intermédiaires rendent les tentatives de formalisation plutôt arbitraires. En précisant qu’il faut employer « celui qui rampe », l’informatrice de Mane distingue peut-être les Serpolets du type angustifolius ( = Embergeri), généralement très prostrés, à tiges rampantes, de Thymus pulegioides (ex. T. Chamaedrys), Serpolet non manifestement rampant, à tiges plus élevées et à feuilles plus larges. Cette espèce bien distincte est cependant peu répandue aux basses altitudes, sauf çà et là dans les régions siliceuses (Vachères, Banon, etc.). Elle est commune dans les pelouses à sol profond de l’étage montagnard.

62Notable aussi est l’existence de races citronnées (parfois jusqu’à contrefaire la Citronnelle), aux propriétés médicinales vraisemblablement différentes de celle des races à thymol/carvacrol dominant.

Sureau noir

Sambucus nigra (3633) Caprifoliacées (fig. 30)

63Stations et distribution : Haies fraîches, voisinage des cours d’eau, villages, ruines. C, surtout dans les lieux habités.

64Obs. : Le Sureau connaît un large éventail d’indications dans notre région, la plupart appartenant au « fonds commun thérapeutique » et se retrouvant dans une bonne partie de l’Europe (où cet arbre familier occupe de surcroît une place importante dans les superstitions). Il est intéressant de noter que son usage purgatif, largement mis à profit par l’ancienne médecine, ne connaît qu’une seule mention sur la trentaine d’attestations d’emplois recueillies. Les indications en diurétique-sudorifique semblent par contre faire écho à l’observation de Cazin : « J’ai vu des campagnards faire avorter la bronchite, l’angine, la pleurésie et même la pneumonie par une transpiration provoquée au moyen d’une forte infusion de Sureau prise abondamment » (1868 : 1041). Les usages anti-inflammatoires, tant internes (maux d’estomac) qu’externes (ophtalmie, maux d’oreilles, etc.), sont eux-mêmes de très ancienne diffusion, tout comme l’action anti-cedèmateuse.

65Plus exceptionnelle est la survivance de pratiques vulnéraires au sens strict, fréquentes jadis mais aujourd’hui bien oubliées : l’utilisation du Sureau sur les brûlures et dans les « mauvaises blessures » atteste une action cicatrisante qui appelle l’observation clinique.

66Dit une seule fois « dépuratif », sans attributions dermatologiques (en dépit de l’emploi traditionnel des fleurs dans l’érysipèle, emploi de large diffusion), le Sureau sudorifique — donc dépuratif potentiel — semble connaître ici un statut analogue à celui de la Bourrache (v. au texte, p. 133) : il est cantonné dans un champ d’action anti-infectieux. Cela laisse supposer l’existence de sous-groupes thérapeutiques implicitement reconnus, au niveau populaire, à l’intérieur du domaine dépuratif proprement dit, puisque la propriété sudorifique (« noyau » de l’activité dépurative pour tous les auteurs) conduit à des visées très distinctes qui, à l’extrême, peuvent s’exclure chez une même plante.

67Mais ce simple polyvalent appelle encore d’autres questions : « double » de la Bourrache d’un bord, il chevauche largement aussi les indications de la Camomille anti-inflammatoire et analgésique (l’emploi du Sureau dans le mal de tête, attesté par les auteurs anciens, est toujours conseillé par la phytothérapie allemande). Une étude conjointe de ces trois remèdes pourrait permettre de cerner la notion populaire de succédané et d’appréhender les facteurs du choix de la plante médicinale dans une affection donnée.

Thym

Thymus vulgaris (3473), Labiées

68Stations et distribution : C dans tous les milieux secs et ensoleillés (pelouses, rocailles, bois clairs) de toute la région, jusque vers 1 300 m. Particulièrement abondant sur les anciennes cultures converties en parcours.

69Obs. : Tous les informateurs connaissent le Thym et ses emplois de digestif et de remède des refroidissements, au point qu’il n’a pas semblé utile de dresser l’état exhaustif de ce savoir. La poursuite des enquêtes doit permettre de mieux cerner les usages de ce simple « banal » et de les distinguer, en particulier, de ceux des autres anti-infectieux. Il existe, comme pour le Serpolet, des races plus ou moins citronnées qui sont connues des récolteurs traditionnels sous le nom de « thym blanc », « thym rouge » désignant la race commune, bien plus répandue.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 62. Absinthe, Artemisia Absinthium (Matthioli 1566)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 63. Anthyllide vulnéraire, Anthyllis vulneraria (Gerarde 1557)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 64. Anthyllide des montagnes, Anthyllis montana (Daléchamps 1653)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 65. Bouillon blanc, Verbascum Thapsus( Fuchs 1542 ; « Grande Molène »)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende 66. Molène Lychnite, Verbascum Lychnitis (Daléchamps 1653)Dans la région de Forcalquier, c’est le « Doigt de Notre-Dame »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 67. Grande Camomille, Chrysanthemum PartheniumVariété à capitules « doubles » simulant la Camomille vraie (Anthemis nobilis). Revest-des-Brousses (04), vieux jardin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 68. Petite Centaurée, Centaurium Erythraea (Daléchamps 1653)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende 69. Morelle Douce-amère, Solanum Dulcamara (Matthioli 1566)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende 70. Salsepareille d’Europe, Smilax aspera (Gerarde 1557)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende 71. Serpolet, Thymus Serpyllum (De Ville 1689)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2322/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search