Version classiqueVersion mobile

L’herbe qui renouvelle

 | 
Pierre Lieutaghi

Annexes

Annexe I. Une classification pratique des maladies et des propriétés des plantes Sa nécessité et ses limites

Texte intégral

1L’appréhension populaire actuelle des maladies s’exprime par un discours composite où l’influence de la connaissance ancienne, sinon très ancienne, du corps, des affections et de leurs symptômes rencontre constamment le langage et les concepts de notre médecine savante. Ceux-ci, faut-il même le rappeler, sont désormais véhiculés dans tous les milieux sociaux, et aussi bien à la campagne qu’en ville. Le recours au médecin, les conseils du pharmacien, la lecture des notices ésotériques qui accompagnent les médicaments, les articles de vulgarisation médicale et les émissions de télévision au propos analogue sont autant de sources bien connues où s’alimentent désormais les représentations courantes du corps et de la maladie — en même temps que s’imprécisent celles de la santé. Manifeste, aussi, est l’apport des nouveaux livres de médecine par les plantes qu’on trouve de plus en plus souvent chez les informateurs, parfois grâce à ce « néocolportage » qu’est la vente par correspondance. Ces ouvrages, comme les anciens livres de recettes, induisent des pratiques et en éliminent d’autres par effet indirect, dévalorisant, sur les savoirs traditionnels qui ne s’y trouvent pas validés. Ils renferment souvent des lexiques pathologiques qui peuvent tenir lieu de références et induire de nouvelles classifications empiriques (voir le chapitre 6.2).

2Enquêter sur les thérapeutiques populaires par les plantes conduit évidemment à la prise en compte de ce discours hybride où s’exprime le mal, son lieu et son remède. Discours qui est aussi celui du questionnant et qui le renvoie aux limites incertaines où s’arrêtent les vagues lumières de son savoir sur lui-même.

1. Un essai de classification

3Il n’entre pas dans les intentions de ce travail de proposer un nouveau décryptage des influences disparates où évolue, sans jamais se figer — mais dans une structure en bien des points inamovible —, la parole du corps aux prises avec ses propres ombres. Cependant, en raison de l’abondance et de la diversité de nos données il m’est apparu nécessaire d’agencer, dans une intention simplement pratique, l’expression des pathologies où s’inscrivent les thérapeutiques recueillies au cours de l’enquête.

4Nous avons opté pour une mise en forme des données brutes qui privilégie l’entrée « plante », et aussitôt après, les indications. Celles-ci, pour se prêter à l’analyse (ici ou en d’autres mains) requièrent un classement assez souple et précis à la fois pour rendre compte tant de l’expression populaire de la maladie que de l’influence savante. Il faut également qu’il soit assez ouvert pour intégrer les précisions que de nouvelles informations d’enquête pourraient fournir.

5Les indications et les propriétés qui figurent au corpus disposent donc chacune d’un indice numérique répondant à une classification hiérarchisée sur le modèle du tableau suivant :

6Le codage adopté offre neuf entrées dont les huit premières correspondent aux « domaines pathologiques » tels qu’ils sont définis plus loin. Les domaines 1 à 6 (affections externes ; digestion et excrétion urinaire ; ORL/voies respiratoires ; cœur et circulation ; vie génitale ; système nerveux) comportent des « sous-domaines » qui correspondent, soit à des fonctions, soit à des regroupements d’affections. L’entrée 9 conduit aux « propriétés générales » (voir annexe 1.4), 91 regroupant les données du « champ dépuratif ».

7Le schéma général de classification est le suivant (un seul chiffre, mots en capitales : « DOMAINES PATHOLOGIQUES » ; nombre à 2 chiffres : « sous-domaines pathologiques ») :

8L’ordre général adopté correspond à peu près à celui de la fréquence des citations recueillies dans les différents domaines (données de notre enquête mais aussi données antérieures et travaux extérieurs). Pour chaque « sous-domaine » — ou domaine non subdivisé — les indications sont énumérées, de 1 à 9, dans l’ordre progressif de gravité, qui correspond à peu près à la fréquence inverse des attestations.

9Cette classification est en partie arbitraire si l’on se réfère à celle de la nosographie savante actuelle. Elle ne se prétend ni globale, ni définitive. Elle ne cherche pas non plus à traduire au plus près une classification empirique que l’enquête n’a pas tenté de prendre en compte pour elle-même (et qui requiert un mode d’approche spécifique, d’autant plus qu’il s’agit d’un savoir aussi complexe que diffus). C’est une tentative à vocation immédiatement opérationnelle, qui vise les principaux objectifs suivants :

10— A) Permettre la mise en ordre des données d’ordre thérapeutique (médecine humaine) recueillies au cours de l’enquête. Ceci au risque d’effacer certaines particularités du discours recueilli, puisqu’il n’est pas possible de faire état de toutes les synonymies en dotant d’un indice particulier chacune des dénominations équivalentes (« croûtes aux joues » pour « croûtes de lait », par exemple). Bien entendu, celles-ci figurent au corpus, même si un indice identique les unifie. Dans certains cas, ce qui nous apparaît comme synonymie répond à une distinction populaire parfois importante pour la compréhension de la classification ou de la représentation des maladies. Ainsi est-il nécessaire de séparer « glaires » et « crachats » au domaine des affections respiratoires.

11— B) Distinguer le symptôme de l’affection proprement dite. Cette distinction, qui n’est pas toujours évidente, répond évidemment à un choix « savant ». Elle est nécessitée par le mode de perception populaire des affections. Celui-ci, s’il est loin de s’arrêter toujours à leurs seuls signes perceptibles (voir l’exemple assez probant de la Pariétaire), peut se contenter d’en faire état. On dira ainsi « pour tirer le pus » en cas de plaie purulente, ou, données plus approximatives, « pour le mal de ventre », « pour les douleurs », etc. Ce type d’information, qui n’est évidemment pas à négliger, peut déjà s’éclairer d’être situé dans un champ qui en facilite les échos et de rencontrer ses analogues grâce au traitement informatique éventuel.

12Pour ne pas alourdir excessivement les tableaux, la mention « symptômes, etc. » annonce aussi bien un symptôme proprement dit qu’une catégorie de classification ne pouvant être rapportée à une indication bien définie (« maux de reins », « enflure », par exemple).

13Dans la hiérarchisation adoptée, les symptômes occupent la première place de la première subdivision des sous-domaines pathologiques ; ex. : 22, bouches, dents ; 221, symptômes ; 2211, 2212, etc., détails.

14— C) Intégrer la totalité des affections communément perçues au niveau populaire. Cette exhaustivité (qui reste évidemment relative) est la condition nécessaire pour tout emploi ultérieur de la grille de classification. La présente enquête a fourni des données sur 144 indications médicinales (en médecine humaine), nombre relativement modeste en regard des 257 affections répertoriées au cours de l’enquête sondage E.P.I.-F.N.E.R. de 1979-80 (Lieutaghi 1984). Dans le cas présent, l’influence savante contemporaine reste très discrète : une seule mention relative à l’acide urique, aucune à l’infarctus, etc. Comme ce type d’information est appelé à apparaître de plus en plus souvent dans les enquêtes, pour les raisons rappelées en début de chapitre, il a semblé nécessaire de préparer, en quelque sorte, sa venue en reprenant les index des pharmacopées populaires le plus couramment utilisées de nos jours. D’où la juxtaposition de la nosographie traditionnelle (ex. : jaunisse) et la nosographie savante (ex. : hépatite). Les dénominations populaires des maladies sont celles que nos enquêtes nous ont fournies depuis 1979.

15— D) Faire place aux propriétés citées par nos informateurs ainsi qu’à celles qui sont susceptibles d’être mentionnées dans des enquêtes ultérieures. Cette question appelle des commentaires détaillés et sera reprise plus bas (I.4).

16— E) Favoriser un futur traitement informatisé des indications de la thérapeutique végétale traditionnelle. Ceci en regard de l’entrée « plante », par ailleurs privilégiée au corpus. Il s’agit en effet « d’ethnopharmacologie et d’ethnomédecine comparatives » : le présent essai fait constamment appel à la comparaison : comparaison entre informations du même terrain concernant la même plante ou relatives à des plantes différentes — de la même contrée ou de régions distinctes —, entre données populaires et prescriptions de la médecine savante passée et actuelle, etc. D’où la mise en œuvre d’une documentation étendue. S’il s’agissait d’appréhender la situation d’un usage médicinal à un niveau plus large, qui tînt compte, par exemple, des données des folkloristes et des enquêtes récentes, à un échelon national, ceci en regard d’une analyse aussi représentative que possible de la médecine ancienne, il est bien évident que les limites d’un traitement manuel de l’information seraient vite atteintes.

  • 1 Outil de classification, de comparaison et d’échange d’informations, un système de codage ne peut ê (...)

17Ce qui ne signifie pas que la mise en place d’un outil informatique plus ou moins sophistiqué aide forcément à y voir plus clair. La démarche comparative adoptée conduit à l’usage d’un tel outil mais nécessite en même temps une réflexion approfondie sur son emploi, c’est-à-dire de bien cerner en premier lieu les objectifs dont il peut favoriser l’atteinte (voir Loux et Richard 1981). Il ne s’agit ici que d’un premier essai de mise en ordre des seules indications thérapeutiques ; mais cette mise en ordre est indispensable à l’établissement de corpus uniformisés susceptibles de se prêter, par la suite, à l’informatisation1.

2. « Domaines pathologiques » et « champs thérapeutiques »

  • 2 L’exemple du diabète (déjà retenu en note, p. 102) incite à rappeler certaines causes actuelles de (...)

18Pour imparfaite qu’elle soit, la classification proposée répond à peu près à l’appréhension commune des maladies courantes. Quant aux « domaines pathologiques » qui en constituent l’entrée, c’est une sorte de « classification naturelle » qu’on retrouve sous des appellations diverses au cours des temps et qui vaut aussi bien pour l’ancienne médecine que pour le praticien d’aujourd’hui. Seule dérogation importante, déjà évoquée : les troubles endocrinologiques et nutritionnels, qui ne pouvaient être clairement distingués par la pathologie avant les travaux de Claude Bernard, doivent être regroupés dans un chapitre particulier. Faut-il le préciser, ces troubles, qui sont aujourd’hui reconnus et nommés sous influence savante quasi exclusive, n’ont pas tous échappé à la perception empirique ; l’existence de remèdes antidiabétiques à la pharmacopée végétale populaire en est la preuve (Mûrier noir, Olivier, Centaurée rude, etc.2).

19A ces « domaines pathologiques » répondent les « champs thérapeutiques » explorés tout au long de ce travail. Ils sont en rapport avec le niveau de perception des organes et/ou des maladies : plus cette perception est fine, plus le champ thérapeutique est restreint. On privilégie alors les remèdes spécifiques, tels l’Epervière Piloselle ou le Chardon bénit dans la fièvre de Malte, affection fébrile aux signes caractéristiques bien connus des Haut-Provençaux.

20Quand la définition ou la localisation du mal posent problème, c’est le remède « à large spectre » qui intervient. Ainsi des aromatiques (Sauge, Thym, etc.) ou des amers (Camomille) dans les « maux de ventre ».

21A l’extrême, le champ thérapeutique se confond avec le domaine pathologique. C’est le cas des dépuratifs, qui peuvent même, comme on l’a vu, recouvrir plusieurs grands secteurs pathologiques considérés comme associés (dermatologie-maladies d’enfance, par exemple). Il arrive donc, ici, que l’énoncé de la propriété se suffise à elle-même, en particulier dans le cas des plantes prescrites en cures à visée préventive ou considérées comme curatives à des niveaux profonds, très en amont du symptôme (Germandrée Petit-Chêne, Marrube, etc.).

22Pour répondre à cette compréhension traditionnelle de la maladie (ou de la fonction à soutenir, à renforcer) implicitement exprimée dans l’énoncé du traitement, il s’avère nécessaire d’attribuer le rang de « domaine pathologique » aux diverses expressions de la thérapeutique dépurative et donc d’en faire un secteur à part entière de la classification qui suit.

3. Quelques précisions

A propos de terminologie

23Ma liste des maladies ne rassemble que les termes les plus courants, qu’ils appartiennent au « fonds traditionnel » ou qu’ils aient été empruntés au domaine savant actuel. Dans certains cas les approximations ou les lacunes conceptuelles de la nosographie empirique ont nécessité le recours à une terminologie savante plus ou moins distante du discours populaire. Ces emprunts obligés attestent, en eux-mêmes, l’impossibilité où nous sommes de restituer de façon univoque l’état de la perception du corps et de la maladie à un instant donné de l’histoire de nos sociétés : il faut jeter des « ponts sémantiques » entre les représentations populaires (vision à tendance globalisante) et les représentations savantes (vision foncièrement analytique).

24S’ils tendent à préciser les concepts, ces emprunts ne permettent pas pour autant de contourner toutes les difficultés d’une classification évidemment imparfaite. Où situer, par exemple, cet « acide urique » perçu comme un trouble de la nutrition par la médecine savante mais que le non-spécialiste interprète en général comme une « maladie du sang » (toujours avec l’assistance de l’analyse de laboratoire) et associe par ailleurs aux rhumatismes ?

25Aussi souvent que possible, j’ai privilégié le populaire puisqu’il s’agit bien de faire état d’une taxinomie traditionnelle. Ainsi « vitamine » est-il couplé à « croissance » parce qu’il s’agit de l’association d’idée la plus fréquente.

A propos des affections externes (12 à 18)

  • 3 Dans le Lot, D. Thiveaud a ainsi recueilli 89 attestations d’emplois externes (traumatologie non co (...)

26C’est dans le domaine des affections « visibles », manifestées par une lésion ou un symptôme externe évident, que les enquêtes ethnopharmacologiques réunissent de nos jours le plus grand nombre de données, du moins en ce qui concerne la France3. Aussi étais-je naturellement conduit à placer cette « médecine externe » en tête de mon inventaire, en respectant autant que possible les subdivisions populaires implicites. Celles-ci, qui ne correspondent que partiellement à la compréhension savante contemporaine, mériteraient une attention spéciale au chapitre de la dermatologie, domaine particulièrement complexe où le spécialiste lui-même hésite souvent à formuler un diagnostic, où la classification semble ne jamais faire l’unanimité : il arrive que l’approche globalisante de la thérapeutique populaire produise des résultats là où le médicament spécifique d’origine pharmaceutique reste sans action, si ce n’est, passagèrement, au niveau du symptôme. Sur quels critères, ou plutôt sur quels ensembles de facteurs se fonde la prescription dermatologique traditionnelle ? Qu’est-ce qui fait distinguer le bouton des boutons ? Quel est le diagnostic populaire de l’érysipèle, dermatose qui bénéficie de traitements quasi spécifiques ? Pourquoi la médecine empirique associe-t-elle très généralement la cure interne aux soins locaux, attestant par là une compréhension de la maladie non restreinte aux seules manifestations externes ? Ces diverses questions ont été abordées dans le texte, et des plantes comme la Pariétaire et la Pensée sauvage ont fourni quelques éléments de réponse. Mais les inconnues restent nombreuses, que mon essai de classification fait apparaître, qui appellent de nouvelles directions d’enquête.

27S’il est inutile de justifier le choix des différentes entrées de cette classification, lesquelles introduisent à des domaines reconnus de tout temps, le niveau des « sous-domaines pathologiques » prête à interrogation. Et le champ des affections externes est celui qui nécessite le plus de subdivisions à ce stade. Ici, ma classification est plus intuitive que fondée sur la systématique populaire des maladies en France, systématique sur bien des points occulte et dont l’étude, je le répète, reste à faire. Je ne crois pas déplacé d’avoir ainsi manifesté l’écho de mon propre acquis empirique, d’avoir séparé le bouton des boutons, d’avoir associé l’ulcère variqueux aux plaies anciennes dans une catégorie « plaie » distincte de la catégorie « peau », comme le faisaient les gens encore pénétrés de culture traditionnelle parmi lesquels j’ai été élevé, comme le font toujours, fût-ce implicitement, nos informateurs de Haute-Provence.

28N.B. — 1 Des traitements externes sont parfois mis en œuvre dans des affections perçues comme exclusivement internes, seuls ou en association avec une administration par voie buccale, ou autre (ex. : Absinthe sur l’abdomen contre les vers ; F., 50 ans, Lardiers), ou dans les maux externes qui ne répondent pas aux catégories 12 à 19 (ex. : Bouillon blanc en compresse sur les hémorroïdes ; inf. anonyme, Gréoux-les-Bains). Ces usages externes ne sont pas distingués dans l’essai de classification suivant. Un traitement plus complet des informations devra bien entendu les faire apparaître, au même titre que les autres modes d’emploi.

29— 2 La rhumatologie populaire, qui use conjointement de soins externes et de soins internes, avec une certaine préférence pour les premiers, fait naturellement transition avec les affections internes proprement dites.

A propos des maladies infectieuses

30Les affections qui se manifestent par une élévation prononcée de la température sans signes organiques manifestes (les « boutons » faisant exception) constituent un domaine à part entière de la médecine traditionnelle. L’imprécision forcée du diagnostic populaire en ce domaine et la fréquence des fièvres périodiques (paludisme, etc.) dans nos pays, jusqu’au début de ce siècle, ont conduit le thérapeute empirique à privilégier des remèdes symptomatiques « à large spectre », susceptibles de couvrir un ensemble d’affections impossibles à distinguer clairement (nous agissons de même en absorbant une bonne dose d’aspirine au début d’un accès fébrile dont il nous importe peu de connaître l’origine...).

  • 4 Sur 53 attestations d’emploi concernant les maladies fébriles, 21 ont trait à la fièvre de Malte, l (...)

31Cette amplitude d’action fréquemment associée au fébrifuge populaire autorise le passage d’un « cycle pathologique » à un autre. En Haute-Provence, la disparition des fièvres périodiques de la société traditionnelle a plus ou moins coïncidé avec l’apparition de la brucellose, devenue endémique et toujours très présente. Cette fièvre « ondulante », qui tient une place particulièrement importante dans la pathologie infectieuse de perception populaire dans la région4, a ainsi hérité des indications anciennes de plantes comme le Chardon bénit et l’Epervière Piloselle, qui étaient vraisemblablement employées auparavant contre la malaria et les affections analogues. La recherche actuelle a confirmé la grande efficacité des deux plantes en question, douées d’une puissante action antibiotique-anti-inflammatoire dans la mélitococcie. Elle n’explique pas le choix ancestral des amers (et, d’un autre bord, des plantes à tanin comme les Potentilles et la Benoîte) en thérapie anti-infectieuse et, si elle valide le médicament, elle ne s’interroge guère sur les ressorts de la pensée empirique qui l’a perpétué jusqu’à nous tout en sachant moduler son usage en fonction de l’évolution des pathologies.

Seules les affections fébriles répondant à la définition populaire sont répertoriées en 7. Les autres maladies infectieuses ou inflammatoires avec température sont traitées aux différents domaines pathologiques auxquels elles se réfèrent. « Angine », par exemple, figure au paragraphe O.R.L., « rhumatisme articulaire aigu » à la rhumatologie, etc.

4. Les mentions de propriété

32L’expression d’une propriété signifie que le processus d’action du remède est pris en compte, quand la seule mention de l’indication (c’est-à-dire de la maladie, ou de son symptôme) n’implique pas nécessairement la distance entre le mal et son traitement où peut s’élaborer ce genre de réflexion. D’où l’importance du recueil de l’expression spontanée des propriétés reconnues aux plantes. J’insiste sur « spontanée » car un questionnement mal conduit, qui chercherait à éveiller des souvenirs d’indications dans la mémoire de l’interlocuteur, pourrait justement avoir recours à la « grille propriétés » pour favoriser ces émergences.

33C’est à partir du recueil de la mention spontanée de dépuratif qu’est élaboré l’ensemble de ce travail. Il en a permis la structuration de base et, à chaque instant, favorisé le développement, de l’interrogation à l’essai de réponse.

34A première vue, on se trouve ici devant une terminologie bien moins complexe que celle qui concerne les symptômes et les maladies. L’expérience immédiate de l’utilisateur empirique a bien davantage trait aux maladies qu’aux remèdes. En soi, le corps est déjà un premier aide-mémoire de la classification pathologique : il est bien évident que les fonctions organiques manifestes et les symptômes connus de tous (le mal de gorge, la toux) édifient dès l’enfance une systématique spontanée du champ physiologie-santé-maladies. La réponse « naturelle » à la question sur les emplois d’une plante se situera donc très habituellement au niveau de l’indication : « on s’en sert pour les hémorroïdes, dans le diabète... ».

35Ce type de réponse sous-entend évidemment qu’une propriété est implicitement reconnue. Et la médecine savante, en parlant de remèdes anti-hémorroïdaires et antidiabétiques, ne fait que la paraphraser. On peut cependant douter de la valeur d’un distinguo du genre hémorroïde/indication — antihémorroïdaire/propriété : « anti » précédant un nom de symptôme ou de maladie, ne construit pas un sens thérapeutique plus subtil que l’antonymie. Le remède, ici, est simplement désigné comme le contraire de l’affection. La propriété désignée peut être alors qualifiée de « propriété au premier degré » puisque le processus d’action n’est pas évoqué.

36Quand l’expression de la propriété évoque un mode d’action physiologique, deux cas sont possibles : 1) l’activité du remède intéresse une affection ou un symptôme particuliers ; 2) elle concerne une fonction ou des fonctions (ou encore des symptômes) associées à des pathologies diverses. Dans le premier cas, il s’agit d’une propriété spécifique, tel « hypoglycémiant », qui précise « antidiabétique » (expression d’une propriété au premier degré). Dans l’autre cas, on peut parler de « propriété générale » : le remède dépuratif — ce qui précède le démontre amplement — représente au mieux cette catégorie puisqu’il élève la notion de propriété jusqu’au niveau du concept thérapeutique. La propriété générale désigne donc une action curative susceptible d’intéresser plusieurs types d’affections : « diurétique », par exemple, peut aussi bien se rencontrer à propos des problèmes urinaires et cardiaques, des rhumatismes ou de la grippe.

Les propriétés citées dans l’enquête

37La phytothérapie traditionnelle accorde une importance prioritaire aux « propriétés générales », ce qui valide l’hypothèse de l’existence d’une « médecine empirique de champ » non inféodée aux seuls symptômes. Le tableau ci-dessous, qui rassemble la totalité des propriétés citées par nos informateurs, en médecine humaine, à propos des 149 plantes de l’enquête, en témoigne éloquemment (voir p. 269).

38Cette liste, qui rassemble 31 « concepts de propriété », prêterait à beaucoup de commentaires. Elle montre déjà que les « propriétés au premier degré » et les « propriétés spécifiques » de la médecine populaire haut-provençale ne concernent pour la plupart que des domaines pathologiques banals. Le concept moderne de propriété spécifique (hypotenseur, cholagogue) franchit très rarement la frontière du domaine savant, puisque « tonique-cardiaque » (pour « tonicardiaque ») est seul à témoigner de son influence. De surcroît, des locutions du genre « pour fortifier l’estomac » (qui évoque l’ancien « stomachique », apparemment tombé en désuétude), « bon pour les intestins », conservent une imprécision qui les apparente aux propriétés que je qualifie de générales.

Du pour et du contre

39Absents manifestes : les noms composés sur « anti » que seul « anti-inflammatoire » remémore (peut-être parce que, à la fois, il figure sur les médicaments les plus courants et se réfère à une réalité pathologique fondamentale, l’inflammation). Dans les index des ouvrages modernes de thérapeutique, ce modèle de vocable est très répandu puisqu’il se prête à la création de néologismes à partir de la plupart des noms d’affections ou de symptômes (anti-goutteux, anti-cystalgique, anti-tumoral, etc.). « Contre » n’apparaît lui-même que deux fois, dans l’expression « contre les vers » et dans le mot composé « contre-poison ». A l’inverse, on notera la fréquence des « pour » et des « bon pour ». Comme si l’appréhension populaire de la propriété des remèdes reposait moins sur l’antagonisme que sur une idée de complémentarité : « pour fortifier l’estomac » implique une image du processus thérapeutique distincte de celle qui est attachée à « contre la faiblesse d’estomac ». La première locution en appelle davantage aux ressources du corps, ne donne pas tous les pouvoirs aux médicaments, comme le fait la seconde. A l’évidence, il y a ici des arrières-plans qui mériteraient d’être explorés.

Le mode d’expression de la propriété thérapeutique

40L’enquête, qui ne visait pas primitivement à des développements d’ordre ethnomédical, n’a pas prêté une attention particulière au mode d’expression de la propriété et de l’indication des plantes. Ce qui précède montre qu’il s’agit d’un facteur à prendre en considération, qui peut aider à comprendre le rapport au médicament (dans sa nature et ses effets), qu’il s’agisse du remède traditionnel ou de la prescription médicale actuelle.

41Si la thérapeutique populaire ne dispose que d’un vocabulaire restreint pour désigner les propriétés des plantes, elle sait pallier l’ignorance (ou la non-intégration au discours) du mot-concept par une périphrase au sens analogue. Ainsi trouve-t-on dans l’enquête 12 « pour uriner » à côté de 11 « diurétique ». Et il est bien évident que « pour dormir » équivaut à « somnifère » et que « pour faire venir les règles » est synonyme d’« emménagogue ». Ces locutions devaient être recensées comme propriétés sensu stricto. De même ai-je fait figurer au tableau général un certain nombre d’expressions — du genre « pour le foie », « pour le cœur » —, qui, sans avoir toujours valeur de propriété dans l’acception savante du terme, appartiennent à une catégorie de classification moins restrictive que l’indication.

42A propos de terminologie, on peut encore faire remarquer que la liste des propriétés rassemble surtout des concepts de la thérapeutique traditionnelle, la plupart d’entre eux conservant leur validité en médecine actuelle (tels « diurétique », « calmant », « purgatif », etc.). Ils sont parfois exprimés par une terminologie désuète, comme « carminatif » et « contre-poison » (devenu « antidote »). « Désinfectant » cède la place, de nos jours, à « antiseptique ». Les emprunts à notre vocabulaire savant sont rares : « antiinflammatoire », « reminéralisant », et « tonique-cardiaque », déjà mentionné. Un seul archaïsme manifeste : « assouplissant » (pour « émollient » — cité à propos de la Mauve), que je n’ai pas rencontré dans les pharmacopées postérieures au xviiie siècle, mais dont nous ignorons malheureusement la source précise (femme, 60 ans, Banon).

43Dans ses grandes lignes, l’inventaire des propriétés résume ce qui figure dans les livres de recettes (comme le Médecin des pauvres, déjà cité) et les pharmacopées vulgarisées de la première moitié de ce siècle.

Des pistes de recherche

44Interpréter la fréquence des propriétés recueillies, qu’énumère le tableau de la p. 269, fournirait un complément d’information très utile à la compréhension des domaines pathologiques visés par la médecine populaire des Alpes du Sud. Ce travail, à conduire parallèlement à l’analyse de l’inventaire global des indications, m’entraînerait plus près de l’épidémiologie que de l’ethnobotanique. Il requerrait, de toute façon, un supplément de données sur les propriétés et une expérience qui n’est pas la mienne. Il me reste à souhaiter qu’il soit entrepris ultérieurement, sur la base des informations rassemblées ici, qui offrent déjà bien des pistes de réflexion (comme l’équivalence numérique de « purgatif » et d’« abortif », cités 8 fois chacun...).

Place des propriétés dans le tableau général

45Dans le tableau-codage des indications-symptômes-propriétés, celles-ci (mots en capitales) ont été scindées en deux groupes : les « propriétés générales », subdivisées en sept « idées-clefs », sont toutes rassemblées en 9. Les « propriétés du premier degré » et les « propriétés spécifiques » sont dispersées parmi les différents domaines pathologiques, soit en regard des symptômes et des indications auxquelles elles se réfèrent (« VERMIFUGE » avec « vers intestinaux », par exemple), soit à la suite des groupes de symptômes qui peuvent s’y rapporter (« pour le foie » = « CHOLAGOGUE s.l. » après « crise de foie », « bile », « jaunisse », etc.).

46Comme en ce qui concerne les indications, figurent au tableau tous les noms de propriétés courants, ceux que propagent les pharmacopées vulgarisées et les médias. J’ai exclu les termes spécialisés — comme « hypoglycémiant », « cholérétique », « vaso-constricteur », etc. — qu’il est très peu probable de rencontrer au niveau du commun discours sur le corps et la maladie, même si la vulgarisation s’en empare. Au besoin ils pourront être introduits lors d’études ultérieures.

5. Inventaire des indications

47Le cadre du présent travail ne permet que de dresser un état brut de l’ensemble des indications recueillies au cours de l’enquête. Ce simple bilan, déjà riche d’enseignement, doit intéresser le chercheur concerné par notre ethnomédecine indigène. Il peut servir d’étalon de comparaison pour les travaux qui prennent en compte des données similaires.

48Les indications sont réunies en « domaines pathologiques » selon l’ordre adopté dans le tableau général de classification, p. 259. A l’intérieur de chaque domaine, c’est l’ordre de fréquence des citations qui prévaut. Quand plusieurs indications disposent du même nombre de mentions, elles sont rangées selon la hiérarchie des indices-code. Le numéro code associé aux noms d’indications cités permettra, au besoin après couplage avec celui des plantes, de retrouver les modes d’emploi, les précisions sur les informateurs, etc. Bien entendu, à ce stade, le traitement informatique peut seul permettre un accès facile aux données.

6. Le champ d’application de la thérapeutique végétale

Résumé chiffré

49La connaissance populaire des maladies, telle que notre enquête l’a révélée en Haute-Provence occidentale, peut être traduite schématiquement de la façon suivante :

Notes

1 Outil de classification, de comparaison et d’échange d’informations, un système de codage ne peut être l’affaire d’un chercheur isolé, et surtout quand il s’agit d’un système ouvert, susceptible d’intégrer de nouvelles unités taxinomiques. On doit donc d’emblée supposer l’intervention d’un organisme centralisateur qui diffuserait le code initial — dont le mien, je le rappelle, se veut simplement l’ébauche — et assurerait sa mise à jour régulière.

2 L’exemple du diabète (déjà retenu en note, p. 102) incite à rappeler certaines causes actuelles de l’érosion du savoir médical populaire. Révélé par l’analyse du laboratoire, « l’excès de sucre » est aujourd’hui, de très loin, le symptôme le mieux mémorisé de cette affection. Il n’est pourtant pas objectivé par le patient ni par ses proches comme peut l’être, par exemple, la diurèse excessive d’où la maladie tire son nom (grec diabêtês, « qui traverse »). Le diabète de la médecine ancienne, qui se rapporte à toute affection caractérisée par une surabondance des urines, connaît aujourd’hui une définition plus restrictive et, heureusement, beaucoup plus précise. Mais un tel progrès ne va pas sans contrepartie, comme la perte de la perception empirique des symptômes. Toutes les affections objectivées, de nos jours, par des procédés où le non-perçu (l’acide urique, le cholestérol, la vitesse de sédimentation sanguine, etc.) fait loi au détriment des signes ressentis par le malade lui-même, sont en même temps des anémies sémantiques où la voix des machines, si bénéfique soit-elle, finit par réduire la parole du corps à des balbutiements.

3 Dans le Lot, D. Thiveaud a ainsi recueilli 89 attestations d’emplois externes (traumatologie non comprise) sur un ensemble de 473 données, emplois qui arrivent en tête des affections citées, devant l’appareil digestif (80 mentions) et les affections cardio-vasculaires (59 mentions). Je n’ai malheureusement pas pu consulter sa thèse de pharmacie (1982), que résume un article de Quercy recherches (1983).

4 Sur 53 attestations d’emploi concernant les maladies fébriles, 21 ont trait à la fièvre de Malte, largement en tête devant la grippe (14 mentions).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search