Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Seconde partie. Études et synthèses

Chapitre 23. Conclusion

Michèle Bois et Laurent Schneider

Texte intégral

1Que de chemin parcouru en archéologie depuis les quelques témoignages relevés à la sauvette lors des aménagements d’envergure de la seconde moitié du xxe s.! Dans la proche région de Montélimar, où se sont succédé, en peu d’années, le creusement d’un canal de dérivation du Rhône et les terrassements de l’autoroute A7, on se souvient peut-être du site antique ayant livré un lot de « pots à fard » détruit lors des travaux d’aménagement de l’usine hydro-électrique de Châteauneuf-du-Rhône (Veyrier 1958), ou de la fouille inachevée d’un petit établissement, probablement routier, mis au jour entre l’autoroute et la voie d’Agrippa au passage de la Riaille sur la même commune (Latarche 1969). Mais on déplore, pour la période médiévale, la disparition du château d’Ancône dont plus personne ne saurait resiruer l’emplacement exact, à la hauteur de la prise d’eau du canal de Montélimar. A contrario, il est facile d évaluer le potentiel de sites détruits par ces grandes artères de circulation terrestre ou fluviale, à l’emprise au sol bien plus large qu’une voie de chemin de fer !

2L’intérêt que présente le suivi d’un tel linéaire pour le renouvellement des données archéologiques sur le secteur traversé ne se discute guère dans la mesure où l’établissement du tracé a livré une série de sites de toutes natures et de toutes époques. Un peu à la manière d’un tirage au sort, cela a permis de rééquilibrer l’éventail des sites connus, en révélant certaines catégories, celles surtout qui étaient masquées par les vides induits par des tris résultants de la (des) problématique(s) des chercheurs locaux, ou bien qui demandaient des moyens particuliers pour être repérées. Cependant, il faut tenir compte du fait que l’établissement même du tracé biaise ce tirage au sort : il a bien évidemment évité les sites habités de nos jours qui sont, dans de nombreux cas, les héritiers des villages agglomérés à l’époque médiévale autour d’une église ou d’un château. De plus, les contraintes topographiques de ce tracé ont elles-mêmes induit des découvertes, en particulier au franchissement de la Drôme, préalablement emprunté, au xxe s. par un gazoduc, mais aussi, plus anciennement, par une voie méridienne médiévale probablement d’origine antique (cf. § 23.1.1).

  • 1 – Le site du prieuré de Roynac a été partiellement fouillé dans le cadre des opérations du TGV-Médi (...)

3Paradoxalement, les résultats de cette opération aboutissent à une représentativité étrange de l’habitat médiéval dans la région. Aucune fortification de terre n’a été retrouvée, même là où on pouvait en soupçonner l’existence, et –faut-il parler de malchance ?– dans les sites fouillés que l’on sait avoir été pourvus d’une église, Chabrillan / Saint-Martin, Roynac / Le Prieuré1 et Aimargues / Saint-Gilles, celle-ci se trouvait hors emprise. Les apports sont plus minces en ce qui concerne le haut Moyen Âge, puisqu’aucun habitat groupé n’a été découvert et à peine les abords d’une vaste nécropole à Montboucher / Le Paris ont-ils été effleurés. Mais qui pourrait se désoler de l’éclairage nouveau apporté sur les habitats écartés habituellement si difficiles à repérer, et celui de la géoarchéologie appliquée systématiquement sur un ruban de plus de 100 km ?

4Le bilan est donc largement positif et permet de brosser un tableau de la région comme on ne l’a jamais encore fait, en croisant les informations issues des données de terrain et des études complémentaires effectuées à l’occasion de cette opération (recensions d’archives, exploitation de livres terriers) avec les études précédemment menées du Valentinois (Josserand 1995) à la Valdaine et au Tricastin (Bois 1992). C’est donc essentiellement sur la zone de la rive gauche du Rhône traversée par le linéaire que vont porter les éléments de la conclusion-synthèse (MB). Les données fournies par les sites languedociens et provençaux fournissent toutefois un complément d’information par l’intermédiaire d’un chapitre de perspectives (LS).

23.1 Tableau géographique de la moyenne vallée du Rhône

5De la vallée de l’Isère au défilé que franchit le Rhône, entre Roquemaure et Châteauneuf-du-Pape, le tracé ferroviaire traverse une série de plaines et de bassins que séparent des zones de collines aux reliefs plus ou moins contrastés. Entre Isère et Drôme, la plaine de Valence présente plusieurs aspects. Au nord, des terrasses fluviatiles ont aplani les reliefs des collines molassiques de la région de Châteauneuf-en-Isère : sur les flancs de ces dernières, quelques toponymes Beaume indiquent que les hommes ont pu y creuser des cavités propices à l’habitat. Vers l’est, c’est une succession de cônes détritiques formés par les torrents issus de la frange occidentale du Vercors. Entre Upie et la Drôme, le relief est plus animé encore et la ligne a dû se glisser entre des collines boisées.

6Au sud de la rivière, des dénivelés plus importants ont rendu nécessaire l’établissement du viaduc dominant la Grenette, au-dessus du site de La Roche-sur-Grane / LesTreilayes, ainsi que du tunnel qui lui succède. Au débouché du tunnel de Roynac, s’ouvre la Valdaine, plaine autrefois boisée et parsemée de petits mamelons où sont juchés la majorité des villages formés autour d’un établissement castral médiéval : exceptions qui confirment la règle, Saint-Marcel-lès-Sauzet et Bonlieu nés en plaine autour d’une fondation monastique, bénédictine pour le premier, cistercienne pour le second.

7La ligne se rapproche ensuite du Rhône, dont elle emprunte, au sud d’Allan, un passage fossile entre les collines de Montchamp et de Roucoule, où se rejoignaient déjà la voie romaine d’Agrippa et l’autoroute A7, avant de déboucher dans la plaine de Pierrelatte et d’y rejoindre les plus basses terrasses du Rhône qu’elle ne quittera qu’au-delà de Roquemaure (Faucher 1927).

23.1.1 Les voies de communication en usage au Moyen Âge

8L’établissement d’une nouvelle ligne de communication à grande vitesse empruntant la vallée du Rhône invite à une réflexion sur la manière de s’y déplacer aux époques antérieures puisque, depuis des millénaires, elle constitue une des liaisons les plus commodes entre les pays du Nord et ceux de la Méditerranée.

9L’importance de cet axe méridien fait oublier que la moyenne vallée du Rhône se trouvait aussi au coeur des courants d’échanges entre régions occidentales et Italie : Hannibal lui-même n’y a-t-il pas conduit ses éléphants avant de les faire grimper vers l’un des cols alpin ? La vallée de la Drôme ouvre assez aisément vers celui du Montgenèvre et constituait, au Moyen Âge, l’un des itinéraires les plus utilisés depuis le Massif central vers Rome : à la fin du xixe s., son intérêt stratégique a motivé la construction d’une ligne ferroviaire, toujours en usage, qui était destinée à relier la place militaire de Briançon au chemin de fer Paris-Lyon-Marseille.

10Plusieurs tracés de chemins anciens ont été reconnus lors des différents travaux archéologiques de l’opération. Des artefacts apportés lors de réfections de chaussée ont daté certains niveaux d’utilisation, d’autres le sont seulement par chronologie relative. Des chaussées antiques mises en évidence, seules nous intéressent ici celles qui ont été déplacées de peu ou utilisées tel quel au Moyen Âge.

11Les études de photo-interprétation et les résultats archéologiques montrent que le réseau médiéval est, dans certains cas, l’héritier du réseau des voies antiques. Le tracé des deux plus importantes, la voie d’Agrippa qui dessert la rive gauche de la vallée du Rhône (Jung 1993) et la voie de Valence à Gap par la vallée de la Drôme (Desaye 1989), est connu dans ses grandes lignes grâce aux mentions des itinéraires antiques et aux positions des bornes milliaires qui le jalonnaient. Le tracé du TGV a recoupé la voie d’Agrippa, au sud d’Allan, dans un secteur où elle est restée utilisée presque jusqu’à nos jours, comme draille à travers le bois des Mattes, converti en vignobles depuis deux ou trois décennies : son assiette étant constituée directement par la terrasse caillouteuse, érosion et sédimentation se sont annulées et aucune donnée archéologique n’est venue s’ajouter aux arguments qui ont permis sa reconnaissance. D’une autre manière, de la grande voie de Valence à la vallée de la Drôme, qui aurait dû logiquement être recoupée à proximité d’Upie / Les Vignarets, aucune trace n’a été retrouvée : très probablement ce tronçon est-il encore utilisé et donc masqué par une bande d’enrobé.

12Le site de Châteauneuf-sur-Isère / Beaume semble installé auprès de la bordure ouest de la plus importante des voies médiévales joignant Valence à Romans ; elle semble avoir servi de limite aux mandements de Châteauneuf et d’Alixan, tous deux sous le haut domaine de l’évêque de Valence, tout comme Montélier plus au sud (cf. chap. 1).

13À Montboucher-sur-Jabron, sur la rive droite du Vermenon, on a pu mettre en évidence une succession de chaussées antérieures à l’actuelle route D625, autrefois dénommée « chemin de Gontardin » ou « de Costardin » suivant les communes traversées (cf. annexe 1). Cette découverte apporte la preuve de l’origine antique de cet itinéraire, le plus direct à travers la Valdaine entre Montélimar et Aouste-sur-Sye au bord de la Drôme, deux agglomérations disposant de stations de la poste impériale connues par les itinéraires antiques. On avait déjà constaté qu’il ne desservait aucun établissement médiéval d’installation tardive mais qu’il était jalonné par des mottes ou des églises rurales sises à proximité de sites occupés dans l’Antiquité (Bois 1993).

14Le site de Bourbousson a aussi permis d’étudier des tronçons de voie d’origine antique. L’un est repris par l’assiette de la départementale D93 qui longe la rive droite de la Drôme entre Crest et la vallée du Rhône, l’autre oblique vers le nord-est (cf. chap. 4). Peut-être appartenait-il à l’un ou l’autre des tracés qu’il est tentant de restituer entre cet endroit et une station de la voie d’Agrippa, Umbennum, qu’on localise à proximité de Fiancey, actuellement traversé par la RN7 ?

15Plusieurs études antérieures avaient établi l’existence d’un itinéraire nord-sud entre la voie antique de Valence à la vallée de la Drôme et la plaine de la Valdaine. Il prenait naissance à la hauteur de l’ancienne mutatio Cerebelliaca, station routière antique localisée au lieu-dit Sainte Serville ou Sainte Cerveille à Ourches. Il franchissait la Drôme entre Crest / Bourbousson et Chabrillan / Saint-Martin (Desaye 1989) et empruntait le col le moins élevé du massif qui en limite la vallée. Cet itinéraire débouche dans la Valdaine à l’est de Roynac et pouvait rejoindre à Charols celui connu sous l’appellation de « grande route des parties d’Allemagne en Provence » qui atteint le Tricastin à Portes-en-Valdaine, au pied du col d’Aleyrac (Bois 1992). Parallèle au cours du Rhône, cette voie suivait la limite orientale des plaines et des bassins rhodaniens sans vraiment entrer dans les massifs préalpins qui débutent à l’est du tracé ferroviaire. À la fin du Moyen Âge, elle desservait Romans, Chabeuil, Crest, Châteauneuf-de-Mazenc, Grignan, mais on peut raisonnablement s’interroger sur son tracé originel, notamment pour le franchissement de la Drôme. En effet, on sait que Augustum (Aouste-sur-Sye), la plus en aval des stations antiques de la vallée de la Drôme, reliée à Montélimar par le chemin de Gontardin, a été supplantée par la ville médiévale de Crest. Là, une arête rocheuse barre le cours de la Drôme : elle constitue une assiette solide aussi bien pour un château que pour l’établissement d’un pont durable. C’est probablement la présence de ce pont, qui existait avant 1280 (Brun-Durand 1878) mais dont on ignore malheureusement la date de construction, qui a attiré le trafic et entraîné l’abandon du passage à gué situé entre Crest/Bourbousson et Chabrillan / Saint-Martin : vers 1424, la description des comtés de Valentinois et de Diois ne signale-t-elle pas que personne ne peut éviter le péage de Crest parce que la grande route d’Avignon en emprunte le pont situé à la sortie de la ville (Chevalier 1874 : 269) ? Le revenu du portus, qui semble avoir été donné à Saint-Chaffre en même temps que la villa de Saint-Martin de Chabrillan au xe s., a dû alors être réduit à rien : ce déplacement du transit pourrait constituer l’une des causes de l’abandon de l’atelier de forge de Crest / Bourbousson et, peut-être, de celui de l’habitat de Saint-Martin.

16À La Roche-sur-Grane / Les Treilayes, le profond fossé partiellement reconnu s’explique mieux en le mettant en relation avec un passage ancien de la Grenette dont la passerelle récemment détruite par des crues marquait l’emplacement. Il ceinturait le point haut du site, situé hors emprise des travaux, et la fonction défensive qui semble pouvoir lui être attribuée prendrait tout son sens : il appartiendrait alors à un point de surveillance de l’accès au castrum de La Roche depuis ceux de Grane et de Chabrillan situés au-delà de la Grenette (cf. chap. 7).

17Une chaussée de voie antique retrouvée à Bonlieu témoigne du déplacement de quelques mètres à peine du chemin communal qui lui a succédé. Elle se trouve précisément sur une ligne joignant à vol d’oiseau le cimetière de Saint-Gervais-sur-Roubion, où se trouvaient l’ancienne église paroissiale, au sud-est, et Saint-Marcel-lès-Sauzet, au nord-ouest. Si l’ancienneté du premier site ne peut être établie avec certitude, le second fut le siège d’un important prieuré clunisien de la région connu depuis un peu plus de 1 000 ans. En outre, cet axe, dont quelques tronçons seulement sont conservés en majorité sur la commune de Bonlieu, passe à proximité d’une église Saint-Martin, non documentée par les textes, mais près de laquelle des vestiges antiques ont été reconnus (Bois 1992). Ce chemin a donc été totalement déclassé au profit d’itinéraires joignant les points fortifiés perchés, à l’origine des villages actuels de Saint-Gervais-sur-Roubion, La Laupie ou Sauzet.

18Ces données de terrain montrent la difficulté à distinguer et dater les chemins par leurs seules traces archéologiques : les recharges de voies ne sont pas forcément faites avec des matériaux contenant des artefacts et le comblement des fossés est rarement dû à leur transformation en dépotoir, sauf dans des zones proches d’habitat. Cependant, ces données apportent la confirmation indispensable au discours sur l’existence de tel ou tel itinéraire mis en évidence par les études de carto-ou de photo-interprétation.

23.1.2 Le milieu naturel et les espaces cultivés

23.1.2.1 L’apport de la géo-archéologie aux études d’archives

19Les analyses géo-archéologiques effectuées de manière systématique ont permis d’aboutir à une très importante synthèse sur la formation des sols durant les deux derniers millénaires, le long d’une ligne traversant plusieurs types de paysages entre la latitude de Valence et celle d’Orange. Différentes phases où domine une certaine stabilité des phénomènes hydrologiques, en particulier du viie s. à la fin du xiie s., alternent avec des périodes où l’érosion s’exerce au contraire fortement sur les pentes ; celles-ci ont pour conséquence des dépôts sédimentaires plus ou moins importants dans les zones basses, notamment entre la fin du ve s. et le viie s. et aux xiiie-xive s., avec une exagération des phénomènes après le xvie s. Pour la période médiévale, cela ouvre des perspectives pour une approche novatrice des conditions de vie des populations installées sur ces sols.

20Les conditions climatiques que l’on peut déduire de l’observation de ces phénomènes sont à nuancer, comme le rappellent justement les auteurs de la synthèse figurant dans ce volume (cf. chap. 14). En effet, aussi bien la nature de la surface du sol (couverture végétale dense ou sol nu) que les aménagements humains (fossés de drainage, endiguements latéraux ou transversaux, terrasses de culture) ont un impact non négligeable sur l’action des ruissellements dans une région au climat sous influence méditerranéenne.

21Ces données nouvelles, ainsi apportées par l’étude soigneuse d’une soixantaine de séquences sédimentaires régulièrement réparties, doivent maintenant être prises en compte dans les études de sites archéologiques afin de les affiner et de les interpréter à la lumière des données purement humaines. Façons culturales et traces agraires pourraient utilement faire l’objet d’études futures à l’instar de ce qui a été fait pour la période antique, notamment dans le Tricastin (programme Archéomedes).

22En effet, les modes de production agraire ont été, à ce jour, peu abordés, si ce n’est à travers les analyses anthracologiques, carpologiques ou fauniques (cf. chap. 15, 16, 17). Quelques mentions textuelles de droits portant sur l’exploitation des forêts ou des pâtures peuvent aussi être versées au dossier et des études restent à mener à partir des grands cartulaires qui mentionnent, plus souvent qu’on ne le croit, des cens en nature. Cependant, à part quelques exceptions concernant les propriétés épiscopales de l’évêque de Die au xiiie s. à Crest, il faut attendre le xve s. pour disposer des premiers terriers susceptibles d’être exploités systématiquement. Une étude de celui d’Allan, établi en 1483, a été commencée et a permis d’en cartographier un des quartiers de façon assez claire (Bois, Poisson 2002).

23.1.2.2 La forêt

23Si, d’une façon générale, l’ensemble des reliefs est recouvert de nos jours de bois, de médiocre valeur il faut le reconnaître, cet état résulte d’une évolution de ce dernier siècle. Il suffit de regarder quelques cartes postales du début du xxe s. pour s’en convaincre : côtes, serres, collines et montagnes diverses du sud-est de la France étaient réduites à une sorte de demi-désert desséché l’été. Les espaces boisés avaient été épuisés, peut-être moins par des défrichements proprement dits que par une exploitation abusive : les troupeaux, constitués surtout d’ovins et de caprins, ont pu avoir une action désastreuse, mais que dire des prélèvements intensifs en combustible ? Par exemple, sur un plan dressé en 1773, on dénombre neuf fours à chaux sur la cinquantaine d’hectares boisés du domaine de Boynezac, propriété de l’ordre de Malte, à La Touche dans la Valdaine (ADD : 40 H 210).

24La toponymie permet de restituer l’emplacement de certaines zones boisées. Outre les termes courants comme « bois » ou « forêt », avec ou sans qualificatif (bois d’Andrans, forêt de Bayanne), certains microtoponymes sont issus du nom local de certaines essences arbustives. Ainsi, trouve-t-on de nombreux Fraisse ou Fraissinet pour le frêne (Fraxinus), Fay, Fau, Fayn, Fayolle ou Fayard pour le hêtre (Fagus), Saulce, Sauce ou Sauzet, de salicetum pour le saule (Salix), Buissière ou Boissiers pour le buis (Buxus), ou encore Rouveyre et ses dérivés pour le chêne rouvre (Quercus petraea), recherché comme bois de charpente. Ainsi, une donation du seigneur de Rochefort accorde aux Cisterciens d’Aiguebelle le droit de prendre cinq arbres par année à Rovignana, aujourd’hui Rouvillane, sur la commune de Rochefort-en-Valdaine où subsistent seulement quelques rares beaux exemplaires conservés en limite de parcelle (Commission Cîteaux 1954 : no 22).

25La végétation spécifique que l’on devine dans ces parcelles était-elle simplement le résultat d’une réaction naturelle à un milieu donné ou peut-on envisager une action de l’homme qui aurait favorisé le développement de ces essences ? Il est certain que le saule et les différentes variétés d’osier utilisés pour la vannerie ne poussent qu’en milieu humide. On remarque aussi que le quartier des Bruyères à Allan correspond exactement à une des zones bien délimitées des terrasses caillouteuses où l’acidité des sols est suffisante pour ces plantes.

26Certains termes ont évolué et il est difficile d’en retrouver le sens médiéval exact. Ainsi en est-il des blaches, qui désignent aujourd’hui, dans la région, des parcelles où se rencontrent en majorité des chênes pubescents. Cependant, les mentions médiévales les distinguent soigneusement des autres types de bois : ainsi, dans la paroisse de Chatuzange, la Blache Ronde, située en lisière ouest de deux bois (nemori) mais qui jouxte de l’autre côté deux autres terres appartenant à des religieux, est donnée à l’abbaye de Léoncel en 1247 avec ses appartenances (Josserand 1995 : 421, n. 42, CL 148). Ne peut-on y voir un mode de culture en complant, qui permettait la mise en culture après l’abattage des chênes pubescents ou des yeuses mais aussi des châtaigniers, exploités en taillis ?

27Un autre mode de culture qu’il ne faut pas confondre avec le défrichement est la pratique de l’essartage (Josserand 1995). De nombreux quartiers, boisés ou non, portent encore ce nom d’Issart, Essart, Issartel, souvent au pluriel. Malgré le préfixe péjoratif accolé à son nom, l’actuelle commune de Malissard, entre Chabeuil et Valence, qui a succédé à une paroisse de création récente, pourrait témoigner de la lente réussite d’un point de peuplement sur ces cultures temporaires sur brûlis (cf. chap. 15), mais il ne faut pas oublier que sa position en faisait une halte commode le long de l’ancien chemin de Valence à Montvendre.

28D’autres toponymes désignant des espaces souvent boisés (Devès, Défens, Garenne) ont un sens juridique : ils ne peuvent donc fournir d’indication sur les essences poussant dans ces différents domaines réservés seigneuriaux.

29Les textes permettent rarement de savoir véritablement quel usage l’on faisait des bois dans la mesure où les droits accordés sont généraux et ne précisent guère les essences. Ainsi, à Crest au xiiie s., outre le Bois Vieux, un seul bois d’importance est signalé au quartier de Montchaud, en limite avec Eurre : son intérêt économique ressort du fait que l’évêque et Aymar de Poitiers se le sont soigneusement partagé.

30Une description du comté de Valentinois, de peu antérieure à son rattachement à la couronne de France en 1429, cite plusieurs forêts. Dans la Valdaine, la vaste forêt des Andrans, s’étendant sur trois lieues, n’est qu’un espace de chasse et de délassement du comte, d’intérêt économique négligeable. Au-delà de l’aspect anecdotique de la description qui, outre les sangliers du bois de Rentalon à Savasse, énumère les bêtes sauvages plus remarquables de la forêt de Saou (ours, cerfs, daims, chamois et bouquetins), on retiendra que le bois d’œuvre provenait de Rochefort-Samson (nemora nigra pro edificcis), en limite du Royans, et qu’autour d’Étoile, au sud de Valence, c’est seulement pour le chauffage qu’on pouvait l’exploiter (silvas etforestas pro venationibus et chalfagio). La partialité de ce document, destiné uniquement à mettre en valeur les possessions comtales, explique l’omission de la forêt de Bayanne, propriété épiscopale située entre Valence et Romans, et démontre en même temps qu’à la fin du Moyen Âge les espaces boisés ne comptent guère dans le potentiel productif de la moyenne vallée du Rhône.

31La carte de Cassini, où sont encore figurées des zones arborées, souvent des biens communs ou nobles qui ont été mis en culture définitivement après la Révolution, permet de visualiser ce qu’il restait de la forêt médiévale de Bayanne au xviiie s. Il ne faut pas l’imaginer comme une vaste étendue couvrant la plaine d’un seul tenant puisque, dès 914, une donation à Saint-Barnard de Romans situe des biens patrimoniaux dans la villa Alexiano ou in Baianna au pagus de Valence (Chevalier 1913-1926 : no 1026). Cependant, en 1067, elle avait suffisamment d’importance économique pour faire l’objet de règlements entre l’évêque de Valence et l’abbé de Romans selon lesquels, par exemple, les clercs et les hommes de l’abbaye auront le droit d’y prendre le bois nécessaire ; on y apprend aussi que les habitants du château de Pizancon y bénéficient d’usages coutumiers anciens (Chevalier 1913-1926 : nos 2028, 2029, 2030). À partir du xiie s., les textes se multipliant, on distingue nettement une mise en culture de ce secteur sans en maîtriser vraiment la chronologie : ainsi, qu’en est-il de la condamine située in Baiana qui fut donnée à l’abbaye de Léoncel par Raymond de Châteauneuf en 1163 (Josserand 1995 : 421, CL 11) ?

32Dans la Valdaine, l’examen de la carte de Cassini montre que l’emprise du bois des Andrans est encore conséquente, à l’inverse de l’ampleur plutôt réduite du bois de Patis à Montboucher-sur-Jabron. Celui-ci a été défriché après le 10 juin 1793 « Bois de Pactis divisé en 391 lots, défrichés et mis en culture » et le découpage parcellaire actuel rend compte de ce lotissement de la fin du xviiie s. (Goy 1996 : 60). Dans ce secteur, de nombreux toponymes de formation romane se rapportent à la couverture boisée : Mons Bocherii faisait probablement allusion aux arbres de la butte, support de l’établissement castral primitif, et il faut envisager une évolution phonétique de base en bousche. Le quartier de Boissonat, où se trouvait l’église Notre-Dame, devait plutôt être couvert de mauvais bois que d’une haute futaie, alors que celui du Battras, où se trouvait la maison forte du même nom, devait être envahi de broussailles, barto, avant son défrichement. Si l’on connaissait la date de formation du toponyme Les Hayes, on pourrait savoir s’il désignait un aménagement de grands arbres ou au contraire s’il avait seulement le sens actuel de « haies de clôture ».

33Ces données textuelles et toponymiques bien fragmentaires sont heureusement complétées par l’étude anthracologique effectuée sur les charbons de bois récoltés dans les niveaux anthropisés de six sites valentinois (cf. chap. 15). Ceux-ci présentent des contextes bioclimatiques très proches : compris à l’intérieur d’une fourchette chronologique d’environ quatre siècles (xe-xive s.), ils sont répartis sur une distance d’environ 35 km du nord au sud alors que leur altitude s’écarte peu de la courbe des 200 m. Il apparaît que « les forêts de chênes caducifoliés ne disparaissent pas au cours de ces quatre siècles », comme en témoigne le nombre de fragments récoltés sur les cinq sites d’habitat. Le hêtre a pu se maintenir dans la plaine valentinoise alors qu’on le rencontre aujourd’hui seulement à plus haute altitude. Il faut signaler par exemple au lieu-dit Le Fayn, point culminant à 497 m entre Drôme et Valdaine, un remarquable groupe de six hêtres qui constitue la limite des trois communes actuelles de La Répara, La Roche-sur-Grane et Roynac, à peu de distance d’une quatrième, Autichamp. Leur implantation « fait penser à des rejets devenus autonomes après la disparition d’un arbre plus gros » (Boissier 1986). Il s’agit là d’un « arbre borne » à comparer à la série des rares arbres identifiés dans la description du fief de l’évêque de Die à Crest au xiiie s. (un saule, un noyer, un route, un orme et un peuplier) parce qu’ils rythmaient le paysage et que leur position rendait incontestable la description des confronts. Ce cas emblématique montre que la conservation de certains arbres, souvent remarquables par leurs dimensions, tient aux soins particuliers dont ils ont bénéficié. Certains d’entre eux, et y compris en milieu rural, remplissent une fonction symbolique, même si celle-ci n’atteint probablement pas celle qui est attribuée aux arbres plantés sur la place des villages. L’aboutissement de ce symbole est probablement l’orme que l’on retrouve dans les armes de la ville de Vienne ou le chêne glanté d’or de celles de Privas en Vivarais.

34Il est nécessaire aussi de souligner les limites de l’étude anthracologique lorsque l’on veut aborder l’environnement naturel d’un site. Ces charbons, produits d’une action volontaire ou accidentelle, sont tous issus de niveaux anthropisés, où s’est nécessairement opéré un tri, au moins partiel, des essences dans un but utilitaire avant carbonisation. En témoignent, par exemple, les charbons de bois recueillis à Crest / Bourbousson dans un contexte d’atelier de forge, et qui proviennent d’un charbonnage antérieur : le calibrage nécessaire à la fabrication d’une charbonnière exclut en général une variété trop grande des essences. Que telle ou telle espèce ligneuse ait fait l’objet d’une recherche sélective, dans un environnement plus ou moins proche du site étudié, ne fausse pas, bien au contraire, un raisonnement global sur la région considérée. Mais ce raisonnement peut être nuancé à la fois par une étude de l’environnement végétal actuel des sites étudiés et par des exemples de l’utilisation des ressources forestières. Ainsi, l’emploi de la « feuille » pour nourrir les bestiaux est attesté de façon explicite dans le nord de la Drôme dès le xiiie s. : un droit est réservé dans des bois donnés à Léoncel pour « la pâture des herbes et des feuilles et le ramassage des branches pour le besoin des troupeaux et des bêtes » (Josserand 1995 : 549, no 210). Le bois de chêne n’est pas seulement utilisé dans la construction mais aussi pour la fabrication de tous les « vases » de moyennes ou grandes dimensions destinés à contenir des liquides, tonneaux et cornues, baquets et seaux. Il peut en être de même des branches de noisetier, dont la souplesse permet de cercler ces récipients aussi bien que de confectionner des clayonnages. Il faut aussi ajouter le frêne et le hêtre, appréciés pour la fabrication des manches d’outils, ainsi que le saule ou l’osier pour la vannerie (Mille et al. 1993). Des conditions exceptionnelles ont permis la conservation d’un meuble de bois, un coffre en orme qui serrait une réserve de céréales (blé nu, millet et seigle) dans le bâtiment incendié de Montboucher-sur-Jabron / Constantin (cf. chap. 8, 16).

35En tout état de cause, l’analyse anthracologique confirme, autour des habitats fouillés, l’existence de paysages variés au sein desquels les ressources des espaces boisés concourent fortement à la vie économique de ces écarts ou ces petits pôles d’habitat.

23.1.2.3 Herbages et élevage

36Quelques rares textes permettent de cerner la manière dont se pratiquait l’élevage dans la moyenne vallée du Rhône, plus exactement celui pratiqué par les ordres religieux –cistercien à Léoncel et Aiguebelle, templier à Richerenches– qui s’y sont implantés avant le milieu du xiie s.

37Ainsi, dès la seconde moitié du xiie s., un seigneur de Rochefort accordait aux cisterciens d’Aiguebelle le droit de pâturer sans gêner ses vassaux, primitivement établis sur son territoire, à l’est d’Allan (Commission Cîteaux 1954 : no 22) nous avons modifié cet appel pour le mettre en conformité avec l’enregistrement de l’ouvrage dans les bibliothèques. En 1239, la confirmation d’une autre donation mentionne les herbages que paissent bovins, caprins, équidés et autres herbivores dans lesquels doivent être compris les ovins qui ne sont pas mentionnés expressément (Commission Cîteaux 1954 : no 66).

38La transhumance de ces troupeaux est suggérée par le privilège de 1160 (Commission Cîteaux 1954 : no 12) de Raymond, duc de Narbonne, comte de Toulouse et marquis de Provence, accordant sa sauvegarde et la libre circulation sur toutes ses terres pour les moines, leurs biens et leurs animaux. En 1234 environ (Commission Cîteaux 1954 : no 56), une autre vente de pâturages dans le même secteur, situé juste à l’est d’Allan, ajoute l’exemption de tout droit de passage pour leurs troupeaux en particulier ceux qui « transitent vers les montagnes ». Cette draille de transhumance traversait la vallée du Rhône en direction du Vivarais où les cisterciens possédaient des pâturages d’été, à environ 70 km de l’abbaye : elle a été recoupée nécessairement par le tracé du TGV sur le terroir d’Allan, mais n’a pu être identifiée.

39Les cisterciens n’étaient pas les seuls à pratiquer les déplacements saisonniers des troupeaux puisqu’on sait qu’un procès avait opposé les templiers du Tricastin et les membres d’une famille seigneuriale détenteurs de droits héréditaires sur des pâturages dans la zone des hauts plateaux du Vercors, sur le massif du Glandasse : situés entre le mandement de Chichilliane et celui de Treschenu, aujourd’hui en Isère, ces pâturages du Trièves étaient situés dans l’ancien diocèse de Die, dans une zone d’altitude largement enneigée l’hiver. La donation faite précédemment par le Dauphin montre que, vers le milieu du xiie s., les éleveurs n’hésitaient pas à faire parcourir à leurs troupeaux une centaine de kilomètres entre la plaine rhodanienne et le haut Diois (Ripert-Monclar 1978 : no 255). On ne peut que s’interroger sur l’ancienneté d’une telle pratique qui sous-entend la mise en place d’itinéraires complexes soumis, au moins en ce qui concerne les lieux d’étape nocturne, à l’accord des propriétaires riverains.

40Ces sources textuelles ne concernent qu’un cas particulier de la vie médiévale, que l’analyse faunique effectuée sur les sites d’habitat médiévaux permet de nuancer (cf. chap. 17). Ces restes appartiennent en majorité à des animaux qui ont été consommés, mis à part quelques restes d’individus intrusifs ou appartenant à des carcasses dont la nature est difficile à expliquer.

41Les individus consommés appartiennent tous à des espèces élevées, à l’exclusion de toute espèce chassée. Contrairement à Aimargues, où se rencontrent des espèces sauvages, les habitants de la moyenne vallée du Rhône ne paraissent pas avoir eu accès au gibier. Peut-être la réglementation des droits de chasse, sur lesquels nous n’avons pas d’informations anciennes, les excluait-elle de cette pratique, comme l’exemple du site castral de Rochefort-en-Valdaine pourrait permettre de le suggérer. À partir des restes consommés –où figurent des équidés– il n’est guère possible de dégager des pratiques particulières d’élevage, ni d’aborder la façon de consommer la viande : fraîche, séchée ou salée. Seule la grande fréquence des céramiques globulaires suggère une cuisine où dominent les bouillons.

42Quelques objets métalliques peuvent être mis en relation avec l’élevage, telles les sonnailles dont une, complète, a été retrouvée dans une fosse à Crest / Bourbousson. Des forces ont dû servir à la tonte des moutons à Chabrillan / Saint-Martin ; leurs extrémités, cassées, devaient être pointues à l’origine, ce qui exclut une utilisation pour la tonte des tissus de drap qu’elles auraient risqué de percer. Des fusaïoles, à Chabrillan / Saint-Martin et Aimargues / Saint-Gilles, et des pesons témoignent de la transformation, par filage et tissage, de fibres dont la laine faisait assurément partie. Un autre produit animal recherché, le cuir, nous reste inconnu en l’absence d’outil ayant servi à son traitement. L’utilisation des produits cornés en relation avec le travail du fer est évoquée à Crest / Bourbousson et à Chabrillan / Saint-Martin, mais elle apparaît de façon plutôt marginale (Bois, Forest 2000).

23.1 .3 L’encadrement religieux et laïc des campagnes « drômoises »

43Les sources textuelles dont nous disposons pour cerner l’organisation du monde rural sont essentiellement d’origine religieuse ce qui, bien entendu, fausse considérablement notre vision du monde rural médiéval puisqu’une composante importante, celle du poids que font peser les maîtres laïcs sur les populations, n’apparaît le plus souvent qu’en négatif, au moment où ces propriétaires se défont de leurs biens au profit de telle ou telle abbaye. Les termes employés dans ces textes varient suivant les époques, et l’on passe le plus souvent du territoire de la villa à celui du castrum, alors que le terme de paroisse reste rare.

44L’éclairage fourni par ces sources, forcément partiel et partial, a été, jusqu’a présent, le seul à faire sortir de l’ombre le phénomène de l’émergence du castrum, qui a déjà fait l’objet de quelques tentatives d’approche dans cette région (Mazard 1990 ; Bois 1992 ; Josserand 1995) alors que peu d’éléments objectifs fournis par de rares fouilles étaient disponibles. Données textuelles et constats archéologiques peuvent donc être confrontés dans une approche chronotopographique de l’organisation des campagnes autour des principaux sites fouillés ici. Une première zone, située au nord du tracé ferroviaire, autour du site de Chateauneuf-sur-Isère / Baume, a déjà été abordée dans la monographie qui lui a été consacrée ci-dessus (cf chap. 1) et nous y ferons référence plus loin. Deux autres zones seront abordées ci-dessous ; l’une s’étend depuis la rive gauche de la Drôme avec Chabrillan / Saint-Martin, à la frange septentrionale de la Valdaine, avec Roynac / Le Prieuré, en passant par les collines avec La Roche-sur-Grane / Les Treilayes. L’autre est localisée au sud de la Valdaine, autour de Montboucher-sur-Jabron / Constantin et Espeluche / Saint-Romain, proches de la ville de Montélimar.

23.1.3.1 Entre la rivière Drôme et la Valdaine

45Au sud de la rivière Drôme, la ligne traverse une zone de collines divisée entre trois châtellenies –ou mandements, si l’on s’en tient à la terminologie des textes de cette région– limitrophes : Chabrillan, La Roche-sur-Grane et Roynac. Elle en évite les castra, emplacements des villages actuels, mais recoupe trois sites occupés à la fois dans l’Antiquité et au Moyen Âge, Chabrillan / Saint-Martin (cf. chap. 5), Chabrillan / L’Hortal (cf. chap. 6) et Roynac-Le Prieuré, ainsi qu’un petit écart, La Roche-sur-Grane / Les Treilayes (cf. chap. 7).

46Le castrum de Chabrillan, situé juste en aval de Crest et de Divajeu, occupe une position tout à fait excentrée par rapport à son mandement, sur la butte escarpée la plus proche de la rive gauche de la Drôme, et donc de la voie terrestre qui l’empruntait, selon une position semblable à celle du castrum de Grane, situé à un peu moins de 2 km en aval. Les situations, symétriques par rapport à la limite de leurs mandements respectifs, des deux seuls castra de cette rive suffisent à montrer l’importance de la topographie dans le choix des implantations castrales durables. Le ressort de celui de Chabrillan englobait, c’est certain, deux paroisses rurales médiévales, desservies par des communautés religieuses distinctes, Saint-Pierre et Saint-Martin. Malgré l’indigence des textes avant le xive s., les mentions d’édifices religieux disséminés dans la partie sud du terroir invitent à considérer comme probable l’existence d’autres paroisses, peut-être éphémères, en tout cas tôt disparues (cf. chap. 5).

47La première mention certaine de la Roche-sur-Grane, Ruppis prope Granam en 1279, précède de peu son échange contre Baix, sur la rive droite du Rhône, en Vivarais où les comtes de Valentinois établirent par la suite une de leurs principales résidences. Le castrum occupe le sommet d’un plateau descendant en pente assez accusée vers la Grenette au nord et bordé d’abrupts rocheux vers le sud et l’ouest. L’accès le plus aisé devait s’effectuer au point de franchissement de la Grenette et était probablement surveillé par un petit point fortifié suggéré par les vestiges retrouvés sur le site de La Roche-sur-Grane/Les Treilayes (cf. chap. 7). Le village actuel a conservé quelques éléments de fortification sur ses limites extérieures ainsi que la base d’une tour carrée au point culminant, très près de l’ancienne église. Cette dernière, ecclesia de Ruppe au xive s., sous la titulature de Saint-Jacques en 1549, constituait une dépendance du prieuré de Notre-Dame-d’Andéac, situé, quant à lui, juste au pied du castrum de Grane, sur la rive gauche de la Grenette, et rattaché à l’abbaye mère de la Chaise-Dieu, du diocèse du Puy. La fonction funéraire, et donc peut-être paroissiale, de deux autres sites religieux médiévaux ruraux a été reconnue dans le territoire de la commune actuelle, l’un au nord, l’autre au sud. La chapelle Saint-Bonnet subsiste en position dominante au-dessus de la vallée de la Grenette et marque la limite avec Grane : le lieu de culte n’est pas documenté par les textes, mais des ossements humains et des céramiques grises médiévales témoignent de la fonction funéraire du lieu dont l’hagiotoponyme est connu depuis le xvie s. Un autre, Saint-Étienne, désigne le quartier situé au sud du village, sur la pente nord du col de Tartaiguille, où, là encore, une sépulture en coffre de dalles a été mise en relation avec l’emplacement de la chapelle disparue (Colardelle 1983 : 266).

48Le territoire de la commune de Roynac, limitrophe au sud de celui de la Roche-sur-Grane, qui s’étend au nord de la Valdaine avec Puy-Saint-Martin, à l’est, et Marsanne à l’ouest, semble correspondre à peu de chose près au territoire du castrum, comme on peut en juger par le texte de donation de trois églises à Cluny, in territorio castri Roannaci sitas. Ces églises Saint-Privat, Saint-Ange et Saint-Lambert données par Artaldus, miles de Argentac, ont pu être identifiées et localisées (Bernard, Bruel 1876-1903 : no 3010). Saint-Lambert se dresse toujours à l’intérieur du castrum, déserté seulement au début du xxe s. Ce dernier occupe un petit éperon barré sur le flanc de la ligne de collines qui sépare la Valdaine du bassin de la Drôme. Les ruines des maisons abandonnées restent cantonnées dans la partie la plus basse, à l’intérieur d’une enceinte de murailles dont on suit le tracé en bordure du plateau. Le château lui-même devait occuper la partie supérieure du plateau, au-dessus de l’église Saint-Lambert que la charte du xie s. nomme une fois capella et une autre fois ecclesia : doit-on y voir une preuve que son statut n’est pas encore bien défini, ou plus simplement, comme on a pu le constater dans d’autres textes, le soin mis par le rédacteur de la charte, soucieux d’écrire un texte de qualité, d’éviter des répétitions ?

49Saint-Ange désignait probablement saint Michel, l’archange psychopompe, sous le vocable duquel se trouve l’église actuelle du cimetière, au pied du castrum, à environ 600 m à vol d’oiseau. Sa fonction funéraire est attestée par un testament daté de 1342 (ADD : E 18). Un bloc de calcaire portant une belle inscription romaine, quelques fragments de céramique gallo-romaine, des traces de murs révélées dans la parcelle limitrophe à l’ouest, font penser qu’elle a succédé à une occupation antique.

50Saint-Privat, attesté comme prieuré clunisien dépendant de Saint-Marcel-lès-Sauzet et revêtu des fonctions paroissiales dès le début du xiiie s., se trouvait dans la partie ouest de la commune, au lieu-dit Le Prieuré. À la fin du xiiie s., on connaît les exactions de seigneurs locaux, Bertrand de Taulignan et ses complices qui, « après avoir pillé le prieuré, s’étaient retirés dans Châteauneuf-de-Mazenc et se moquaient des excommunications en recevant à coups d’épées ceux qui venaient les leurs signifier » (ADI : B 3548). Le prieuré existait encore en 1626, mais ce qui restait de l’église et des bâtiments annexes formait seulement « l’appendice d’une grange » en 1865 (Vincent 1865). Les travaux archéologiques ont mis en évidence, au nord de l’ancienne ferme, l’emplacement de quelques sépultures non fouillées et, au sud, quelques aménagements liés à l’environnement immédiat du prieuré et perturbés par les eaux du ruisseau de Saint-Privat. Le site antique auquel cet établissement semble avoir succédé a été reconnu par la prospection dans les parcelles situées à l’ouest des bâtiments actuels, et donc hors emprise. À 700 m au nord du Prieuré, le Serre de Veylas, butte faisant saillie à mi-pente dans les marnes bleues violemment ravinées de la colline de Tartaiguille, portait une fortification médiévale. Il n’en subsiste qu’un tertre de forme dissymétrique largement érodé, mais un four à chaux éventré, sur la pente ouest, suffit à témoigner de bâtiments de pierre pour la mise en œuvre desquels il a été construit ou qu’il a ultérieurement transformés. Cette fortification commandait l’ancienne voie directe de Montélimar à Crest par Autichamp, encore figurée sur la carte de Cassini.

51Une autre église médiévale, Notre-Dame du Poget, fut aussi le siège d’une paroisse de Roynac. Elle se trouvait vers les confins orientaux de la commune, sur la rive ouest du ravin de Combemaux, comme l’indique le plan cadastral de 1811 ; on y a signalé des ossements humains, des débris arrachés aux anciens murs par les charrues, et des artefacts gallo-romains ont été ramassés dans les parcelles limitrophes, au nord et au sud. Ce lieu de culte apparaît pour la première fois, en même temps que Saint-Michel, dans le testament de 1342 cité ci-dessus. Elle appartenait à l’abbaye Saint-Thiers de Saou, dépendance probablement ancienne, puisqu’en 1159, un membre de la famille de Roynac porte le titre de chanoine de Saou (Chevalier 1868 : no 44). De l’autre côté du ravin de Combemaux, au lieu-dit La Motte, les restes d’une fortification médiévale occupent le sommet d’une petite butte au-dessus du confluent avec le Rif de Guelle. Elle commandait l’accès à la voie méridienne qui conduit à Chabrillan/Saint-Martin et à la vallée de la Drôme, au nord.

52À Roynac, il apparaît clairement que le chef-lieu du castrum a fédéré le territoire de trois grands domaines, munis tous trois d’une église dont la fonction funéraire est indiscutable, d’une fortification en position dominante et qui, d’une manière à première vue équivalente, ont succédé à un établissement rural antique sur lequel les renseignements font cruellement défaut. Ce chef-lieu a attiré le lieu de culte le plus durable puisqu’il a été entretenu jusqu’à la construction de l’église paroissiale au nouveau chef-lieu descendu dans la plaine à la fin du xixe s. Il est, en outre, installé en position dominante sur un plateau suffisamment vaste pour accueillir un habitat groupé conséquent. Les textes permettent de situer au xie s. l’émergence de cet habitat aggloméré autour d’une fortification, habitat à classer dans la série des castra et qui prend le pas sur d’autres sites paroissiaux. Cette mutation semble démarrer vers le milieu du xie s. mais les données manquent pour brosser un tableau plus net des époques antérieures. À Chabrillan, l’attribution à une abbaye, en pleine expansion, de biens qui semblent florissants au milieu du xe s. montre peut-être l’action entreprise par un ordre religieux dans la restauration d’un site rural que les résultats archéologiques présentent dans une certaine léthargie à cette époque : cette action, brève à nos yeux, semble s’étendre tout de même sur environ deux siècles.

23.1.3.2 Au sud de la Valdaine, de part et d’autre du Jabron

53Les découvertes localisées de part et d’autre du Jabron, sur la commune de Montboucher-sur-Jabron (une nécropole du haut Moyen Âge au Paris, les tracés successifs du chemin de Gontardin aux Hayes, deux bâtiments isolés à Constantin) ainsi que sur celle d’Espeluche (un groupement de sépultures isolées à Saint-Romain), posent en d’autres termes le problème des découpages territoriaux médiévaux.

54Ce secteur se trouve aujourd’hui en limite de plusieurs communes, Sauzet au nord, La Bâtie-Rolland à l’est, Puygiron au sud-est, Espeluche au sud et Montboucher-sur-Jabron à l’ouest. Ces dernières semblent résulter du découpage d’anciens mandements médiévaux, celui de Rochefort au sud du Jabron, et, au nord de la rivière, ceux de Montélimar à l’ouest et de Châteauneuf de Mazenc (aujourd’hui La Bégude-de-Mazenc) à l’est. Le castrum de Sauzet aurait quant à lui réussi à conserver la préséance sur la totalité d’un terroir mis en valeur plus tardivement, du moins pour sa partie méridionale. Quelques actes montrent qu’Espeluche et Puygiron, qui appartenaient initialement au mandement de Rochefort, tout comme La Touche, en ont été détachés au xiiie s. (Bois 1992). La Bâtie-Rolland et Montboucher-sur-Jabron, compris dans le domaine des Adhémar de Monteil, branche de La Garde, ne sont pas documentés aussi anciennement, mais des mentions du xiiie s. permettent de proposer un schéma concernant la genèse de leur création.

55On constate que La Bâtie-Rolland est qualifiée du nom d’une famille de ses fidèles, dont Giraud et Hugues Rolland, ses premiers représentants dans les textes, sont connus en 1212 (ADD : B 709). Hugues de la Bâtie, cité en 1272 (Chevalier 1871 : no 21) prend, en 1280, le titre de dominus de Bastia dans l’acte qui signale la première apparition de Montboucher avec Petrus Ymberti de Montebocheri (Chevalier 1871 : no 25). Cet Hugues doit être l’ancêtre d’un autre Hugues, dominus de Bastida Rollandi, témoin en 1336 de l’hommage de son seigneur, Lambert de Monteil, au comte de Valentinois, et où figurent à la fois le feudum castri de Bastida Valentinen diocesis et le castrum de Monte Bocherio (Chevalier 1871 : no 43). Montboucher comme La Bâtie ont été établis en position dominante et permettent de contrôler l’axe de circulation en direction de l’est depuis la ville de Montélimar, c’est-à-dire le chemin de Gontardin, qui suit la rive droite du Jabron puis du Vermenon, avec son embranchement vers la haute vallée du Jabron et Dieulefit. Dans les deux cas, l’église, placée sous le vocable de Sainte-Marie-Magdeleine, puis de Saint-Roch, à La Bâtie et de Saint-Blaise à Montboucher, a été implantée au pied de la fortification sommitale, sur la pente est, peut-être pour en faciliter l’orientation régulière.

56Ainsi, entre Châteauneuf de Mazenc, place forte médiévale importante, et la ville de Montélimar, Montboucher et La Bâtie-Rolland constituaient peut-être à l’origine des fortifications de limite. Mais ces dernières, suffisamment éloignées des centres urbains, ont réussi toutes deux à attirer un habitat groupé conséquent. Il est donc certain qu’au xiiie s., les chefs-lieux de ces divisions médiévales sont tous en place et cela de façon durable ; cependant, bien des incertitudes pèsent sur la genèse de cette mise en place.

57Comme nous venons de le voir pour le secteur septentrional, l’implantation des églises rurales paraît avoir précédé celle des chefs-lieux de mandement. Seules les églises romanes de Saint-Andéol à La Bâtie-Rolland et Saint-Bonnet à Puygiron, constamment entretenues au sein du cimetière communal, sont entièrement conservées en élévation et protégées au titre des Monuments historiques.

58Au sud du castrum de Montboucher, le cimetière, que longeait le chemin de Gontardin avant son déclassement par le passage de l’autoroute A7, persiste seul auprès de l’emplacement de Saint-Martin, entièrement disparue, qui partageait avec Saint-Blaise, dans le village, les fonctions paroissiales. Si son identification avec l’une des deux églises dédiées à saint Martin, figurant dans la liste des possessions de l’Ile-Barbe en 1183 situées in Montilium, est fondée, cette appartenance confirmerait bien le démembrement de Montboucher à partir du territoire de Montélimar. L’urbanisation récente du quartier a révélé, à plusieurs reprises, l’existence de tombes sous tuiles et de vestiges de constructions gallo-romaines dans les parcelles dominant le cimetière et des fragments de céramique datable du haut Moyen Âge ont été recueillies lors de prospections dans le cimetière lui-même (Bois 1992).

59Au nord-est, Notre-Dame-de-Boissonat dépendait du grand prieuré clunisien de Saint-Marcel-lès-Sauzet ; c’était un édifice régulièrement orienté, à trois absides et transept saillant, dont les vestiges d’époque romane sont remployés dans les constructions d’une ferme implantée sur le versant nord-ouest de la colline du Paris. Un établissement rural antique a dû précéder cette ferme à cet emplacement, à en juger par les vestiges exhumés dans la parcelle aux alentours : des fragments de dolium et de céramique antique dans la parcelle sud et un contrepoids de pressoir de tradition antique sorti de terre il y a une dizaine d’années, au nord (Bois 1992).

60L’église romane Saint-Andéol, qui se dresse dans le cimetière communal de La Bâtie-Rolland, dépendait aussi des clunisiens de Saint-Marcel-lès-Sauzet dont elle constituait le siège d’un prieuré rural, prioratus Sancti Andeoli au xve s. Un mur intérieur du cimetière forme un cercle partiel autour d’elle, fait très rare dans cette région : le diamètre mesuré est assez proche des « trente pas », mesure habituelle de délimitation de faire sacrée, considérée comme inviolable. Les parcelles situées au nord de l’église, où l’on note un fort recouvrement sédimentaire, ont néanmoins révélé des fragments datables de la période antique. La tranchée d’adduction d’eau au cimetière, creusée en 1987 dans la parcelle située au sud et en contrebas de ce dernier, a traversé plusieurs silos datés des xiie-xiiie s., grâce à quelques tessons de céramique grise retrouvés dans leur comblement (Bois 1992). Le site occupe une position de carrefour sur le chemin de Gontardin, à l’est d’une voie méridienne venant de Sauzet, au nord, et se dirigeant vers Puygiron au sud, factuel CD126. L’ancien tracé de la voie antique joignant Acunum à Augustum a été reconnu plus au nord et légèrement au-dessus de la parcelle qui domine l’église. Il se dirige vers l’est de façon rectiligne alors que le tracé actuel du chemin de Gontardin passe au-dessous du cimetière : il utilise en cet endroit l’assise d’une voie secondaire, antique elle aussi, mise en évidence lors des travaux de 1987. Cette voie constituait un embranchement qui franchissait le Vermenon et se dirigeait vers La Bégude-de-Mazenc. Les deux tracés du Gontardin se rejoignent à environ 2 km à l’est, au lieu-dit Le Pas de Bourbon.

61Le lieu-dit Saint-André fait-il référence à un lieu de culte qui aurait entièrement disparu, comme le suggère l’abbé Vincent, ou bien, comme le nom de Poët donné à la ferme voisine, a-t-il été plutôt donné à ce domaine par les marquis du Poët, seigneurs de La Bâtie-Rolland au xviie s., en souvenir de leur résidence, le château Saint-André du Poët-Célard ?

62Au sud du Jabron, les limites des communes de Montélimar, Allan, Espeluche et Montboucher-sur-Jabron convergent autour de la colline de la Gardette, dont le sommet porte un tertre ceinturé d’un fossé et d’un rempart de terre. Ce tertre domine le quartier de Saint-Romain, où un parc aux arbres centenaires abrite les constructions du château moderne de Saint-Romain, et occupe la zone de confluence du Jabron et du ruisseau de Citelle sur leur rive gauche. Ce quartier est limité, à l’est, par le cours de la Citelle, au-delà de laquelle s’étend le domaine du château de Lalo, propriété actuelle de la famille de la Bruyère, résidence seigneuriale d’un des coseigneurs d’Espeluche, Guillaume de Vesc, à l’époque moderne (Lacroix 1868-1893, t. VIII : 261). Au sud-est, une fortification médiévale constituée d’un tertre ceinturé d’un fossé occupait le point culminant de la colline de Pirrugier (ou Piérougier) qui pouvait surveiller la voie de passage empruntant la vallée de la Citelle, en direction de Nyons. Au sud, la colline de Montceau, dont le sommet porte la chapelle de Notre-Dame-et-Sainte-Anne, forme la séparation avec l’ancien mandement d’Allan : outre une chapelle maintes fois reconstruite, on y a reconnu un abri-sous-roche considéré comme un ancien ermitage, et, au xixe s., des tombes sous tuiles connues dans la région sous le nom de « tombes sarrasines » y ont été mises au jour.

63L’appartenance ancienne du domaine de Saint-Romain au mandement de Montélimar ressort d’un acte de 1513, selon lequel les habitants d’Espeluche sont exemptés par leur seigneur de toute corvée hors du mandement « sauf à la Gardette-Saint-Romain sur Montélimar » (Lacroix 1868- 1893, t. VIII : 261). Cependant, le terrier de la seigneurie d’Allan dressé en 1483 par le notaire Philippe du Four pour son seigneur Ludovic de Poitiers recule encore l’apparition du quartier dans les textes : les confronts nord du domaine de la grange de Bondonneau, habitée par Jean Chabanne (alias Blanc ou Albus) qui y tient un four, preuve de l’éloignement du village, se confondent avec les limites d’Allan avec Montélimar d’une part et Saint Romain de l’autre (ADD : E 1482). Le quartier de Bondonneau est toujours localisé en limite nord du territoire de la commune actuelle d’Allan, tout près de Saint-Romain.

64Le tracé de la ligne ferroviaire traverse un secteur où les divisions territoriales médiévales semblent véritablement s’interpénétrer : les grands mandements de Châteauneuf, Sauzet, Montélimar et Rochefort, ou encore de ceux de Montboucher, La Bâtie-Rolland, Espeluche et Saint-Romain qui sont démembrés des précédents, s’y rencontrent, tout comme les paroisses de Saint-Martin et Notre-Dame de Boissonat de Montboucher avec celle de Saint-Andéol de La Bâtie-Rolland. Le Jabron sépare ici même les diocèses de Saint-Paul-Trois-Châteaux et de Valence.

65Pour compliquer le problème, on constate que les ensembles funéraires mis au jour de part et d’autre du Jabron, tous deux datés du haut Moyen Âge, ne peuvent être mis en relation avec les paroisses attestées plus tardivement : la nécropole du Patis est à peu près également éloignée des trois églises les plus proches, comme l’ensemble funéraire isolé retrouvé à proximité du château de Saint-Romain qui n’apparaît pas comme étant lié à une église, même si l’hagiotoponyme invite à la prudence.

66Ainsi, ces deux secteurs s’opposent considérablement : au nord, le tracé ferroviaire semble se surimposer aux sites et voies de passage importants du Moyen Âge central, abandonnés à la fin de la période ; au sud, le franchissement du Jabron et du Vermenon se fait, au contraire, à un emplacement occupé anciennement où se mesure l’ampleur du déplacement vers de nouveaux pôles.

67Entre Roynac et Montboucher, aucun site n’a été recoupé : faut-il expliquer ce vide par la présence au Moyen Âge de forêts et de zones humides mises en valeur tardivement à partir de points de peuplement situés en hauteur, sur des sommets de colline ou au flanc des coteaux ? Si l’on excepte les sites castraux vraiment perchés, on constate que les sites religieux sont répartis autour de la plaine laissant une large zone vierge d’habitat : celle que devait occuper la forêt des Andrans.

68L’impression de continuité que donnent les prospections de surface menées sur les sites religieux connus pour avoir eu une certaine importance demande à être nuancée, comme l’indiquent les ruptures enregistrées à Chabrillan / Saint-Martin où à Roynac / Le Prieuré où la présence de ruines antiques suffit peut-être à expliquer l’installation médiévale. Néanmoins, les arguments archéologiques plaident largement en faveur de l’hypothèse selon laquelle les sites d’habitat implantés autour des églises rurales ont été concurrencés par les installations autour des sites fortifiés perchés. Les paroisses, que les rares textes disponibles présentent comme des divisions territoriales intérieures au castrum, pourraient alors être véritablement des unités d’encadrement des populations rurales bien antérieures. Dans ce cas, les ordres religieux au profit desquels ont été effectuées des donations ont pu jouer un rôle de moteur en insérant certains domaines ruraux dans de nouveaux réseaux d’échanges.

69Le rôle du chef-lieu médiéval qu’est le castrum doit donc être repensé en fonction de la désertion de sites peuplés plus anciennement, tels Chabrillan / Saint-Martin ou Roynac / Le Prieuré. Les écarts sont nécessairement des habitats dont la durée de vie est éphémère et n’entrent pas dans la même dynamique de création médiévale. Il est bien difficile de définir dans ces conditions une réelle rupture avec la période antique et encore plus de la situer chronologiquement. De même, la main-mise des seigneurs laïcs sur les biens ecclésiastiques, surtout lorsqu’ils sont isolés, peut-elle influencer leur abandon ? Il ne faut pas négliger non plus le fait que le terroir reste quadrillé longtemps par une population rurale dont on a retrouvé les vestiges d’habitat très ponctuel à Upie, Bourbousson, L’Hortal, Constantin, Le Duc. Le terroir apparaît rarement comme vide d’habitants, sauf dans les zones inhospitalières que sont les forêts et les marais ; le semis des églises apparaît plus serré qu’on pouvait le soupçonner et le castrum, pourtant présent comme chef-lieu de territoire dès le xie s., ne semble pas être un point obligé et exclusif de l’habitat avant le xiiie s.

23.1.4 viie-xve s., jalons chronologiques d’un contexte politique complexe

70Lorsqu’on essaie de rassembler les données historiques concernant l’ensemble de la région concernée par les témoignages archéologiques apportés le long du tracé du TGV, on aboutit à une sorte de paradoxe assez impressionnant : le vide de la documentation écrite locale avant le xe s. oblige à consulter des sources extérieures et on se retrouve dans un schéma de type protohistorique, même si nous ne pouvons pas mettre en doute le fait que certains des habitants dont nous avons rencontré les traces savaient écrire.

71Aussi sommes-nous tentés d’interroger à l’extrême les vestiges datés entre le viie et le xe s., afin d’en tirer des arguments susceptibles d’étayer des hypothèses historiques. Par exemple, l’impact de la domination de peuples non romains dans une région imprégnée de romanité correspond-il sur le terrain à une différence de civilisation matérielle ? En particulier, a-t-on raison de placer la césure entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge à la charnière des vie et viie s.? Plus tard, entre le VIF et le xe s., comment expliquer la disparition observée presque partout des vestiges d’habitat ? Qu’en est-il du décalage chronologique entre la réapparition des textes à partir du milieu du xe s. et celle des vestiges d’habitat ? Plus tardivement encore, données textuelles et archéologiques se complètent-elles ou se contredisent-elles ? On tentera ci-dessous de raisonner sur ces questions et de nourrir quelques hypothèses de travail, qui espérons-le, pourront aider à l’évolution des recherches à venir.

23.1.4.1 vie-viie s. : y a-t-il une réelle césure entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge ?

72La disparition de l’Empire d’Occident, en 476, simple fait politique, ne coïncide pas avec la fin de la romanité, cela a souvent été dit. En réalité, que savons-nous du degré de cette romanité conservé dans la région à la fin du ve s.? Les chefs politiques élevés dans des familles d’origine romaine ou germanique qui s’affrontèrent autour du couloir rhodanien entre la fin du ve s. et le début du viie s. ne semblent pas en tout cas se réclamer d’une culture différente. Au viie s., période encore troublée, les Francs sont en principe maîtres de la Provence, qui leur ouvre l’accès au monde méditerranéen en maintenant les échanges avec les pays du nord. C’est ainsi que Donzère, très probablement un fisc royal situé dans une position stratégique au débouché d’un défilé de la vallée du Rhône, fit l’objet, en 674, d’une donation à l’abbaye normande de Fontenelle –fondée trois décennies auparavant par saint Wandrille– par le roi mérovingien Thierry III : les revenus de ce domaine, parmi lesquels l’huile est mentionnée expressément, devaient contribuer à entretenir le luminaire et à couvrir les autres besoins de l’abbaye mère, ce qui est le signe d’une vitalité économique certaine (Chevalier 1913- 1926 : no 517).

73Cette vitalité est peut-être à mettre en relation avec les vestiges très bien conservés d’une occupation des vie et viie s. d’un site de hauteur fortifié dominant le défilé du Rhône, juste en amont de Donzère et en face de Viviers, Château Porcher à Châteauneuf-du-Rhône. La défense du côté opposé au fleuve est constituée par un très puissant rempart bastionné, à ce jour un unicum. Des vases en pierre ollaire témoignent d’une circulation de productions venues des Alpes (Ode 1996b ; 1998).

74Elle est probablement aussi à mettre en rapport avec la réoccupation attestée par la prospection de surface pour la période des vie-viiie s. d’une zone bien localisée au sein des vestiges de constructions et d’exploitation agricoles antiques (du Ier au ive s.) qui ont été reconnus sur plusieurs hectares à Lapalud/Les Girardes, à seulement une vingtaine de kilomètres au sud de Donzère. Cette réoccupation est seulement matérialisée par deux foyers dont l’un a fourni un petit lot de céramique (20 formes identifiables) daté des viie-viiie s., mais qui devaient appartenir à des constructions en dur assurément détruites par les labours (Trément et al. 2000). La structure de cuisson de Mondragon / Les Ribauds (Vaucluse) qui a fourni un petit lot de céramiques contemporaines devait appartenir à un établissement du même type. Dans les sites de Tavel / Codoyères et Roquemaure / Le Porge, proches l’un de l’autre dans le Gard, cette période est représentée par des fosses ou des fours qui ont aussi livré du matériel céramique daté des viieviiie s.

75À l’inverse, les fouilles d’envergure menées sur le site de Roquemaure / La Ramière, tout proche de la rive occidentale du Rhône dans le département du Gard, à une quarantaine de kilomètres au sud, montrent une interruption définitive d’une occupation qui avait débuté aux alentours du changement d’ère, vers le milieu du viie s. (Barberan et al. 2002). À Chabrillan / Saint-Martin, on note aussi un abandon de l’habitat entre le vie et le xie s. et il en est de même à Chabrillan / L’Hortal où un bâtiment, construit à la fin du ive s. ou au début du ve s. réoccupé dans la continuité aux vie s. et viie s. laisse place à une petite aire funéraire avant la fin de ce siècle.

76Dans le domaine funéraire, les 29 sépultures de l’extrémité sud-est de la grande nécropole effleurée par le tracé ferroviaire à Montboucher-sur-Jabron / Le Paris 1 définissent une durée d’utilisation depuis la seconde moitié du ive s. jusqu’au viiie s. Le lien topographique existant entre cette vaste nécropole, dont seule une partie a été touchée par l’emprise ferroviaire avec le chemin de Gontardin, qui passe à quelques centaines de mètres plus bas, reste à établir (Blaizot 2002). Ce secteur, nous l’avons vu plus haut, apparaît comme une zone de confins entre différents ressorts paroissiaux d’églises médiévales qui paraissent avoir été édifiées sur l’emplacement d’un établissement antique : à l’ouest, Saint-Martin (Montboucher) et à l’est, Saint-Andéol (La Bâtie-Rolland), desservies par le chemin de Gontardin, enfin au nord-ouest, Notre-Dame de Boissonnat.

77Actuellement, on ne sait où était situé l’habitat contemporain de cette vaste nécropole : faut-il mettre en relation avec elle le bâtiment retrouvé à Montboucher / Constantin ? Associé à une aire d’ensilage, il a été construit à une quarantaine de mètres de la rive gauche actuelle du Vermenon dont il a eu à subir au moins une crue. L’étude du matériel céramique permet de dater ses deux sols d’habitat successifs des vie-viie s. Cet établissement semble isolé, à la fois dans l’espace et dans le temps : aucun autre vestige d’habitat, antique ou médiéval, n’a été retrouvé à proximité, mis à part la maison sur sol excavé, plus jeune de quatre siècles (cf. chap. 8).

78Ces données pourraient paraître, à première vue, contradictoires mais ne faut-il pas au contraire y discerner la manifestation de profondes mutations : les grands sites sur lesquels se maintient une occupation de faible envergure ne participent plus du même système d’exploitation et les vestiges mis en évidence contrastent fortement avec les établissements antérieurs.

23.1.4.2 De la fin du viie s. au milieu du xe s.

79Dans la première moitié du viiie s., la poussée extrême de la conquête arabo-berbère atteint la vallée du Rhône jusqu’à Arles et Avignon ; mais dans la seconde moitié du siècle, l’autorité franque est durablement restaurée dans le sud-est de la Gaule. Les abbayes du nord de la France, telles celles de Saint-Denis et de Corbie, peuvent encore obtenir des privilèges en marchandises à prendre sur les bureaux de douane du littoral ou de la vallée du Rhône. Ces troubles politiques, dont il est difficile de suivre le détail, sont lisibles dans les listes épiscopales qui présentent systématiquement des lacunes aux viie et viiie s. Ces manques pourraient être le reflet de véritables calamités ou de profondes dévastations, mais traduisent aussi, probablement, l’usurpation des biens religieux par des mains profanes. Les personnages d’évêques hauts en couleurs que dépeint Grégoire de Tours à la fin du vie s. ne sont pas tous des saints, loin s’en faut. Même si, au siècle suivant, nous ne disposons plus de la plume d’un chroniqueur aussi prolixe, les rares événements historiques qui nous sont parvenus permettent de reconstituer une histoire violente et tragique dont nous percevons mal l’impact à travers les vestiges matériels qui nous sont parvenus. Entre la fin du viie s. et le milieu du xe s., force est de constater que la région de la moyenne vallée du Rhône n’est guère mieux documentée par les textes que par les vestiges archéologiques : tout au plus, quelques tombes appartenant aux complexes funéraires isolés de Chabrillan / Saint-Martin et Espeluche / Saint-Romain, dépourvues de mobilier et seulement datées par des méthodes d’archéométrie, montrent que la région n’est pas devenue un désert. Le silence des textes, nous venons de le voir avec le viie s., ne signifie pas forcément un abandon de la région par la population, mais l’absence de vestiges nous invite à nous interroger sur nos méthodes de recherche. Les habitats seraient-ils réduits à des campements trop éphémères pour que leurs vestiges puissent rester lisibles ? Effectivement, le ixe s. apparaît comme une période bien troublée avec, entre autres, les incursions danoises signalées en 859 à Valence, ou les razzias effectuées par les Sarrazins qui réussissent à s’installer durablement près de la Garde-Freinet, dans le Var, dans les années 880. Si la précarité des installations s’accompagnait d’un déménagement complet des maisons d’un lieu à l’autre, seules les traces de combustion ou les structures en fosses (extraction, silos, sépultures) peuvent être repérées par nos méthodes actuelles d’investigation.

80Ainsi enregistre-t-on un hiatus de plus de quatre siècles dans les couches d’occupation de la zone touchée par les investigations archéologiques à Chabrillan/Saint-Martin, alors que, durant ces mêmes siècles, une petite zone funéraire est utilisée en marge de cet espace. Quant au mobilier céramique retrouvé à Aimargues/ Saint-Gilles le Vieux, il présente une continuité depuis la fin du ive s. jusqu’au milieu du xiie s. Peut-on imaginer aussi que la réduction des échanges ait pu réduire la variété des formes céramiques utilisée dans certaines régions : celles-ci seraient-elles alors affectées d’un immobilisme réduisant les distinctions pour l’œil du céramologue ?

81Cependant, un site, documenté à la fois par les textes et par la prospection de surface, prouve que des domaines identifiés sur le terrain peuvent faire l’objet de transactions durant ces périodes obscures : il s’agit de Notre-Dame de Mastaise, où se trouve l’actuel cimetière communal de La Touche, situé sur la rive sud du Jabron à environ 6 km à l’est de l’ensemble funéraire d’Espeluche / Saint-Romain. Des éléments de parements de l’actuelle chapelle, édifice très simple à nef unique précédant une abside semi-circulaire où se lisent de nombreuses reprises, confèrent une origine médiévale à son élévation actuelle. Elle est située à proximité immédiate d’un site occupé à l’époque romaine, comme le prouve la découverte de nombreux objets romains en 1875 (collection Vallentin du Cheylard à Montélimar) et, en 1983, d’une cruche à bec trilobé en céramique à pâte grise dont la forme est attestée entre le ier et le iiie s., dans le fossé du chemin qui mène à la chapelle. Le site de Notre-Dame de Mastaise a été identifié avec la villa de Masteses, dans l’ager Tricastinensis dont Louis le Pieux confirme la possession à l’abbaye de Donzère en 827. En 835, le même empereur règle une contestation entre le donataire, l’abbé du monastère de Donzère, et un certain comte Gauthier inconnu par ailleurs (Chevalier 1913-1926 : no 638 et suppl. no 7). Il disparaît ensuite des textes intéressant le mandement du château de Rochefort pour ne reparaître qu’en 1343, au moment où s’achève le démembrement de ce dernier, lorsque le comte de Valentinois accorde à Guillaume de Rochefort tout le mandement de Masteces. La première mention textuelle du lieu de culte apparaît encore plus tardivement, au moment où Notre-Dame fut reconstruite en tant que chapelle funéraire de la famille seigneuriale de La Touche, à la fin du xvie s., l’église paroissiale Saint-Jean étant au chef-lieu actuel (Lacroix 1868- 1893, t. VIII : 177). Des pierriers de forme grossièrement quadrangulaire sont aisément repérables dans les parcelles boisées situées en amont et à proximité de la chapelle. Ces pierriers occupent une position analogue à ceux qui existent au-dessus du cimetière de Saint-Bonnet, à Puygiron, et qu’une fouille de sauvetage a pu mettre en relation avec un habitat qui s’échelonne du xiie au xive s. La permanence du toponyme, de consonance gallo-romaine, depuis le ixe s. jusqu’à nos jours, témoigne seule de la pérennité des lieux dont les alternances sont difficiles à lire (Bois 1992).

82Ainsi, l’impression d’un manque d’habitants dans la vallée du Rhône aux périodes que l’on a qualifiées d’« obscures » tend à se dissiper. Déjà le recensement des sépultures et des nécropoles effectué par Michel Colardelle dans les années 1970 permettait à l’auteur d’écrire : « ... nous sommes tentés, après le survol archéologique de cette vaste région (qui comprenait les deux Savoies l’Isère et la Drôme), de voir dans le haut Moyen Âge beaucoup plus de continuités que de ruptures. » Il constatait une répartition des nécropoles du haut Moyen Âge assez proches des terroirs occupés aux époques antérieures (Colardelle 1983). Cependant, nous venons de voir qu’une investigation à une échelle plus fine montre, au sein de ces mêmes terroirs, des différences notables dans l’organisation de leur exploitation et de l’installation humaine.

23. 1.4.3 Du xe au début du xiiie s.

83Les textes montrent, à partir du xe s., une mise en place de l’encadrement paroissial des campagnes assuré par de nombreuses installations monastiques rurales : les familles seigneuriales leur délèguent, par le jeu de donations pieuses, le soin de la mise en valeur des terres éloignées de leur lieu de résidence. La multiplication des textes de donation aux abbayes, si elle n’est pas due à des conditions plus favorables à leur conservation que pour les périodes antérieures, pourrait suggérer une restructuration des domaines ruraux. Elle pourrait signifier aussi qu’une aristocratie foncière était en mesure de disposer de surplus de richesses en faveur de communautés religieuses. Ces actions seraient à mettre au compte d’une certaine prospérité économique en même temps que d’une forte influence des idées chrétiennes sur les mentalités. Ce mouvement, qui connaît des fluctuations à mettre sur le compte, aussi bien des conditions de conservations des sources disponibles pour cette région que du contexte politique, semble s’inverser au début du xiiie s. avec la mise en place d’un nouveau système d’encadrement des hommes au sein du castrum.

84On sait que le royaume de Bourgogne, dit aussi « royaume de Provence » ou « d’Arles », un temps indépendant après les partages carolingiens est rattaché à l’Empire en 1033. Les sites qui nous intéressent ici appartiennent pour leur majeure partie à cet espace, sauf les plus méridionaux, ceux du Languedoc, l’ancien marquisat de Gothie compris dans le royaume de France dès le règne de Charles le Chauve. Les partages du royaume de Provence au xie s. amènent la domination des comtes de Toulouse sur ce que l’on appelle alors le marquisat de Provence, dont le cours de l’Isère forme la limite septentrionale extrême. Cette domination reste très théorique pour le Valentinois et le Tricastin, puisqu’évêques, comtes et grands laïcs y obtiennent des diplômes les rendant vassaux directs de l’empereur. La complexité des divisions territoriales rend difficile à cartographier les domaines appartenant aux évêques de Valence, de Die ou du Tricastin, au comte de Valentinois, à la famille des Adhémar de Monteil ou encore à celle des princes d’Orange.

85Cette période mal connue des textes prend fin avec la croisade contre les Albigeois qui entraîne de profondes mutations dues aussi bien aux faits de guerre opposant voisins proches, ou même membres d’une même famille, qu’aux nécessités de la défense du territoire : l’apport en matière de constructions de fortification nouvelle qu’il n’est pas lieu d’aborder ici semble capital. Les arguments manquent encore pour attribuer à ces campagnes militaires, peu connues pour notre région, étant marginales par rapport aux grands événements, certaines désertions de sites d’habitat. On note toutefois que les plus récentes occupations rurales recoupées par le tracé du TGV sont antérieures à cette époque, mis à part Châteauneuf-sur-Isère / Beaume situé dans une région qui pourrait ne pas avoir été touchée par la campagne de Simon de Montfort en 1217. La destruction de Chabrillan et Grane, entre autres places tenues par le comte de Valentinois, lors de cette même campagne qui a atteint Crest et la vallée de la Drôme, est tout de même attestée par un texte de 1244 (Chevalier 1897 : 218 sq). Ces faits de guerre pourraient avoir contribué à l’abandon définitif de Chabrillan / Saint-Martin, même si aucune trace de violence n’y a été décelée.

86Les sites d’habitat mis au jour le long du tracé ferroviaire, pour cette période du xie au xiiie s., ne semblent guère fortifiés : les fossés qui ceinturent le site de Chabrillan / Saint-Martin sont peut-être plus symboliques que réellement défensifs, et les constructions retrouvées, en bois, en terre, en pierre, qu’elles soient isolées ou groupées, semblent bien fragiles. Mais cette fragilité est comparable à celle des bâtiments d’autres sites dont la défense n’est assurée que par une position dominante ou des escarpements dissuasifs, sites que les conditions d’implantation du tracé ont évités. On citera ainsi les murs visibles en coupe dans les talus érodés de la motte de Veylas à Roynac, installée en position dominante par rapport à ceux du site de Roynac / Le Prieuré, dont un petit lot de céramiques atteste la contemporanéité (xie-xiiie s.).

87L’ensemble funéraire retrouvé à Châteauneuf-sur-Isère/ Beaume invite à la prudence devant la règle de l’association des lieux d’inhumation et des édifices religieux à cette époque : la découverte de ces sépultures encourage à rechercher les cas où l’autorisation d’inhumer a pu être accordée par l’autorité ecclésiastique dans des lieux distincts d’un édifice de culte.

88Si le castrum est bien perçu comme chef-lieu dès le xie s., on constate une réelle persistance de l’habitat dispersé. Cet habitat est soit disséminé, comme les sites de Montboucher / Constantin, Upie / Les Vignarets et Crest / Bourbousson en témoignent, soit rassemblé autour d’églises dont les fonctions paroissiales ne font aucun doute, comme à Roynac / Le Prieuré et Chabrillan / Saint-Martin, ou ailleurs, par exemple à Saint-Bonnet de Puygiron. Ces divisions territoriales intérieures au territoire du castrum paraissent trouver leur origine dans une organisation antérieure dont le maillage reste à cerner plus précisément. Ces églises ont été quelquefois protégées ou surveillées de façon éphémère par une fortification sise à proximité, fortification que l’on pourrait qualifier de secondaire comme nous l’avons vu à Roynac.

89Seul un texte de 1067 concernant le Valentinois montre une tentative de limitation de ces constructions : une clause indique en effet que, mis à part le castrum construit à Alixan, il est impossible d’établir un autre château dans la zone limitée par les contreforts du Vercors, l’Isère et le Rhône, où le pouvoir religieux s’exerce en exclusivité. Le château d’Alixan appartient pour moitié à l’évêque de Valence et pour moitié aux chanoines de la cathédrale sous l’autorité de l’archevêque (Chevalier 1913-1926 : no 2028). Ailleurs, l’intérêt des puissants laïcs cherchant à contrôler le territoire par des châteaux confiés à des fidèles qui leur sont liés par des liens de vassalité conduit à l’abandon des villages ecclésiaux pour ceux qui se forment autour du castrum. Le processus semble en voie d’achèvement après la croisade contre les Albigeois.

23.1.4.4 xiiie-xve s., un terroir bien organisé

90À partir du milieu du xiiie s. les progrès de l’administration delphinale et provençale permettent de disposer de documents qui, s’ils sont encore bien rares pour la région traversée par la ligne du TGV, n’en sont pas moins précieux. En effet, contrairement aux textes émanant des cartulaires d’abbayes qui apportent un éclairage précis sur certaines parcelles en laissant dans l’ombre des pans entiers de territoire, ce type d’enquête ou de description est dressé dans un but systématique. Ainsi en est-il de la description en langue romane de ce qui constitue le fieus, c’est-à-dire la seigneurie éminente de l’évêque à Crest, établie probablement vers 1280 (Brun-Durand 1878) : on y est frappé par la nature du découpage complexe des quartiers, urbains ou ruraux, rattachés d’une part à la seigneurie épiscopale, celle de l’évêque de Die, et d’autre part à la seigneurie laïque, celle du comte de Valentinois qui n’apparaît que dans les confronts, la propriété directe de l’évêque n’étant pas mentionnée. On y remarque surtout le lien entre territoire rural et parcelles urbaines : l’agglomération et son mandement forment un tout indissociable, qui a été partagé entre les deux pouvoirs de façon équivalente comme on l’a vu pour le bois de Montchaud. De par sa forme, le document n’apporte pas la preuve que les alentours de la ville fortifiée sont vides d’habitat à cette époque, excepté la Bâtie de Guillaume Ollier, mais semble en réduire la possibilité.

91La création de Crest à l’époque médiévale a très probablement influencé l’évolution des deux sites ruraux médiévaux fouillés à l’occasion des travaux : Crest / Bourbousson, localisé en limite ouest de la commune, et Chabrillan / Saint-Martin, approximativement à la même distance. Est alors effectif le déplacement du chef-lieu depuis l’agglomération antique, située à Aouste, étape sur la voie romaine vers l’Italie par le mont Genèvre, vers Crest, à environ 3 km en aval, où le pape Callixte II signa une de ses lettres, apud oppidum Cristum, le 2 mars 1119, entre son séjour dans la cité épiscopale de Valence et un arrêt dans celle de Gap (Chevalier 1913-1926 : no 3269). Quelques actes jalonnent le développement de la ville : en 1138, Arnaud de Crest, agissant en seigneur supérieur, fait une donation aux templiers de Richerenches, donation qui témoigne d’une extension urbaine sur la rive gauche de la Drôme, au quartier de la Chevalerie (Ripert-Monclar 1978 : no 45). En 1145, le même Arnaud de Crest prête hommage à l’évêque de Die pour Crest, plusieurs châteaux et diverses possessions (Chevalier 1868 : no 12). Le partage de la seigneurie est attesté par l’attribution de deux chartes qui témoignent du statut urbain accordé aux habitants de Crest avant la fin du xiie s. : la plus ancienne, datée des environs de 1170, émane de l’évêque de Die, l’autre fut signée par le comte de Valentinois en 1188 (Brun-Durand 1878).

92Même si aucune donnée archéologique ne renseigne les modalités d’installation de l’agglomération médiévale de Crest, on peut imaginer que c’est l’intérêt stratégique qui en est à l’origine, au moins pour une grande part. L’abrupte crête rocheuse, élément topographique fortement prégnant, constitue une cluse, véritable fermeture aval de la vallée de la Drôme, mais aussi une fondation de qualité pour l’établissement du pont, établi antérieurement à 1280 et que surveillait une imposante forteresse qui a contribué au développement de Crest. Des équipements urbains, tel le marché, ou religieux, en particulier la fondation d’un chapitre en 1277, ont pu aisément attirer une population marchande ou économiquement forte. La description du fief de l’évêque permet de restituer partiellement l’organisation de la ville, qualifiée de chastel, et permet de se faire une idée de l’équipement urbain : murailles d’enceinte (vingtain), rues (carrières et viols), carrefours et places, lieu de marché, église et cimetière, fours, fontaines, maisons, voûtes, colombier, ainsi que le pont et sa porte, la porta del pont.

93Pour la campagne, les descriptions sont un peu plus faciles à suivre dans la mesure où la toponymie a peu changé et où les points de repère sont essentiellement topographiques. La nature des parcelles n’est indiquée que pour les vignes situées sur les coteaux, les prés dans les secteurs bénéficiant d’un réseau d’irrigation, les jardins localisés entre les remparts et la Drôme, les condamines dont quelques-unes se retrouvent dans le quartier actuel de la Condamine, en aval de la ville. Une friche (veyre) apparaît aussi comme confront ainsi qu’un essart et une culture particulière, une genevrière (januaria) qui indique bien un milieu méditerranéen. On retrouve aussi mention de l’exploitation des matières premières, sable (polvoieleyra) et pierre de taille (perrier de Tallape). Les redevances étant exprimées seulement en setiers de froment ou en espèce, elles ne permettent pas d’appréhender la variété des autres cultures qui n’étaient pas soumises au prélèvement seigneurial.

94L’habitat de Châteauneuf-sur-Isère/Beaume, avec son ensemble funéraire particulier, s’inscrirait difficilement dans un tel document et ne figurerait que par la liste de ses redevances à payer de façon forfaitaire en argent, tout comme, à Crest, émargent simplement les personnes morales représentant un établissement religieux.

95Le manque de documents systématiques a conduit à l’étude d’un document plus tardif de deux siècles, le terrier seigneurial d’Allan daté de 1483. Ce document, probablement dressé au moment de l’accession à la majorité du seigneur Ludovic de Poitiers, rassemble l’ensemble des reconnaissances des habitants d’Allan et reflète assez complètement l’état de la propriété foncière à Allan à la date de sa rédaction. On constate une reprise en main de la seigneurie une ou deux décennies auparavant. Tout se passe comme si la crise consécutive aux troubles qui ont affecté la région durant la seconde moitié du xive s. et au début du xve s. avait abouti à une réduction notable de la population et un abandon des terres. Cela est certain pour les granges éloignées du chef-lieu, où les surfaces exprimées en chiffres ronds correspondent encore à celles des accensements d’origine sans qu’aient eu lieu de partages successoraux complexes. Ainsi, même s’il est hasardeux de tenter une reconstitution à partir de ces données du terroir d’Allan aux époques antérieures, nous pouvons être certains de l’impact de la crise du xive s. (Bois, Poisson 2002).

23.2 Vers la Méditerranée : un regard sur les grandes aires d’ensilage du haut Moyen Âge

96Si l’on tient compte uniquement du nombre d’opérations consacrées à des sites médiévaux, la disproportion est grande entre la région Rhône-Alpes et les départements du Midi méditerranéen, qu’il s’agisse du Languedoc ou de la Provence. Sur les 15 monographies de sites rassemblées dans cet ouvrage, il n’en est que six qui concernent ces deux régions, et encore, dans bien des cas, l’enquête sur ces établissements n’a guère dépassé la phase de diagnostic.

97La structure de cuisson des viie-viiie s. découverte sur le site des Ribauds à Montdragon et les deux foyers des Girardes à Lapalud dans le Vaucluse, de même que les quatre fosses et les deux fours des vie-viiie s. de l’établissement du Porge à Roquemaure (Gard) et les vestiges ténus du haut Moyen Âge de Codoyères à Tavel (Gard) ou encore du Pont des Anes à Baillargues dans l’Hérault demeurent des éléments isolés qui enrichissent certes le corpus archéologique des aménagements associés à des sites d’habitats du haut Moyen Âge méditerranéen, mais ne permettent guère une approche synthétique de la dynamique de ces établissements. Que l’on songe simplement que dans le Midi, aucun vestige de bâtiment technique ou d’habitat du Moyen Âge n’a été mis au jour sur la ligne du TGV et l’on comprendra mieux la difficulté de l’entreprise.

98Il y a cependant une heureuse exception, celle du site de Madame à Aimargues, dans le Gard, qui a été identifié avec la villa Missignaco mentionnée pour la première fois en 1007 et associée au début du xiie s. à une église Saint-Gilles. Ici, le décapage qui a porté sur 7 000 m2 a permis de révéler les marges d’un habitat du haut Moyen Âge occupé avec des phases d’intensités inégales entre le ive s. et le xiie s. Marges d’un habitat ? L’examen des vestiges de l’établissement dit « de Saint-Gilles le Vieux » fournit à lui seul une solide introduction à l’étude de l’habitat du Moyen Âge languedocien. Mis en perspective avec les rares établissements contemporains qui ont bénéficié dans cette région de publications, tel celui tout proche de Dassargues à Lunel (Hérault), ou avec de plus récentes opérations dont les résultats sont accessibles localement, comme Saint-André de Codols à Nîmes, Saint-Jean d’Aureilhan à Béziers ou l’Ermitage à Paulhan, le cas de Saint-Gilles le Vieux permet de s’interroger sur la signification historique de ces grandes aires d’ensilage. Celles-ci constituent en effet, pour l’heure, l’une des caractéristiques majeures des établissements du haut Moyen Âge méditerranéen. La recherche sur les formes d’habitats et la dynamique du peuplement du haut Moyen Âge en France méditerranéenne a longtemps accusé un retard certain par rapport à la France septentrionale, mais les travaux récents d’une archéologie de programme rompue aux études spatiales et diachroniques de même que la multiplication à partir des années quatre-vingt-dix des opérations d’archéologie préventive ont contribué, en Languedoc notamment, à un élargissement du corpus des sites étudiés et appellent aujourd’hui toute une série d’interrogations sur la représentativité et la particularité des matériaux jusqu’ici rassemblés.

99Si l’on fait exception du traditionnel fond de cabane dont on sait mieux désormais qu’il appartient également, à partir des ve-vie s., au corpus des aménagements des établissements ruraux du haut Moyen Âge méditerranéen, la documentation disponible invite à ce curieux constat : au sein de la petite dizaine de sites du haut Moyen Âge fouillés en Languedoc sur une superficie de plus de 2000 m2, les structures d’habitats proprement dites sont quasi absentes, si bien que l’on est incapable aujourd’hui de présenter le moindre plan complet d’un bâtiment de pierre, de bois ou de terre postérieur au vie s. et antérieur aux xie-xiie s. En revanche, comme à Saint-Gilles dans le cadre de l’opération TGV, les découvertes de grandes aires d’ensilage n’ont de cesse d’être multipliées pour cette même période. N’a-t-on fouillé jusqu’ici que des marges d’habitats ou des aires agricoles isolées en rase campagne ? Les méthodes de fouilles actuelles, fondées pour l’essentiel sur des décapages « à blanc », ou la taphonomie des sites ne permettraient-elles pas de détecter les vestiges d’un habitat supposé léger, ces « infraconstructions » du haut Moyen Âge chères à P. Bonnassie ? Les aires d’ensilage découvertes sur la ligne du TGV-Méditerranée à Saint-Gilles le Vieux paraissent finalement représentatives des aménagements les plus fréquemment rencontrés sur les sites ruraux du haut Moyen Âge méditerranéen. Elles sont porteuses d’interrogations sur la nature de cette documentation archéologique spécifique et appellent des réflexions sur les perspectives d’interprétation historique.

23.2.1 Une particularité de la documentation languedocienne ?

100Si l’on examine dans un premier temps la documentation rassemblée dans cet ouvrage, liée donc à la stricte emprise de la ligne TGV, le constat paraît sans ambiguïté. Avec ses 450 fosses circulaires qui occupent une surface de quelque 2 800 m2, l’établissement de Saint-Gilles le Vieux constitue un cas unique.

101Parmi la dizaine de sites médiévaux fouillés dans la moyenne vallée du Rhône, essentiellement dans la Drôme et parfois sur de grandes surfaces, il n’est pas vraiment de candidat qui pourrait soutenir la comparaison. Les deux phases d’occupation de Constantin à Montboucher-sur-Jabron ne livrent au total que 28 fosses-silos pour une surface décapée de 3 000 m2, l’habitat isolé de l’an mille des Vignarets à Upie, dont les abords ont été étudiés sur environ 3 000 m2, ne paraît posséder ni grenier ni batterie de silos, de même que celui de Bourbousson 2, tandis que L’Hortal à Chabrillan possède moins d’une vingtaine de fosses-silos dispersées sur quelque 2 000 m2. Seul finalement le site de Saint-Martin à Chabrillan a livré près d’une centaine de fosses, interprétées majoritairement comme étant des silos, mais ceux-ci n’atteignent pas les densités observées à Saint-Gilles et sont nettement plus dispersés même si des concentrations peuvent être notées.

102Si l’on élargit dans un second temps la comparaison avec les régions du Dauphiné, de la Bresse et du Lyonnais, le contraste se renforce. Parmi la vingtaine de sites médiévaux étudiés par É. Faure-Boucharlat, huit établissements ont révélé des fosses-silos mais pour un total cumulé de seulement 235 structures (Faure-Boucharlat 2001 : 101). Tous ces silos sont situés à l’extérieur des bâtiments, leur répartition est souvent lâche et lorsque ceux-ci sont tout de même regroupés en aires distinctes, on ne compte guère qu’une quinzaine d’unités par batterie. Bény, à Garavand dans l’Ain, fouillé sur près d’un hectare, montre le cas d’un établissement du xiie s. composé d’un grand bâtiment d’habitation associé à deux annexes agricoles et à trois aires d’ensilage ne regroupant au total que 35 silos. Les différences de taille des fosses sont liées à l’organisation des batteries et pourraient être adaptées à la diversité des espèces et des rendements, bien que l’on ne puisse exclure des phases d’aménagements successifs (Motte 2001).

103Rillieux-la-Pape aux Balmes, dans le département du Rhône, offre à première vue une image plus proche de Saint-Gilles parce qu’ici aussi, sur les 17 200 m2 décapés, aucun vestige de bâtiment, qu’il s’agisse d’abri ou d’habitation véritable, n’a été mis en évidence mais seulement des fosses et des « cuvettes ». Pourtant, si le site est interprété comme étant une aire agricole établie non loin d’un habitat supposé groupé, à la limite des zones de cultures, il n’existe en fait que 51 cas de silos véritables, le reste des structures correspondant à des fosses d’extraction ponctuelle de limon ou à des creusements en vue de dépotoirs. Les auteurs de la fouille s’interrogent néanmoins sur la difficulté d’identification des fonds de silos arasés qui pourraient dès lors faire varier la quantification des structures de conservation (Marchianti 2001). Une telle réflexion a été également conduite sur le site de Saint-Gilles où l’on distingue deux types morphologiques de fosses d’ensilage : l’un, plus haut que large dans sa forme complète, présente des creusements conservés sur 0,4 à 1,7 m pour un diamètre maximal de 1 à 2 m, tandis que l’autre, moins profond (0,3 à 0,5 m de hauteur conservée), est aussi large que haut et possède un diamètre maximum de 1 à 1,5 m. Malgré ces différences sensibles, les fosses qui ont été fouillées à Saint-Gilles sont toutes interprétées comme étant des structures d’ensilage. Peut-on néanmoins extrapoler ces résultats à l’ensemble des 450 fosses repérées car, en définitive, seules une soixantaine d’entre elles ont été fouillées ? Sans doute oui, parce que les vestiges de Saint-Gilles paraissent homogènes. Par ailleurs, si l’on peine à trouver des points de comparaison avec des régions légèrement plus septentrionales, comme la Drôme, le Dauphiné, le Lyonnais ou la Bresse, la situation paraît toute différente en Languedoc.

104L’exemple tout proche de Dassargues à Lunel (Hérault), exploré sur plus de 2 ha, révèle l’existence de plusieurs zones d’ensilage parfois associées à des aires de battage ou de dépiquage des céréales, regroupant plus de 334 silos (Garnier étal. 1995). Ces batteries paraissent somme toute relativement dispersées dans les champs et n’offrent pas la même image de concentration qu’à Saint-Gilles, mais le nombre éloquent de silos découverts invite néanmoins à rapprocher les deux sites. Qui plus est, à Dassargues comme à Saint-Gilles, l’habitat proprement dit n’est pas visible malgré les 2 ha fouillés in extenso et les 4 ha couverts avec une maille d’observation très fine (Garnier étal. 1995 : 1). Les auteurs devinent des habitations proches dans la périphérie de ce qui est interprété comme étant des quartiers ruraux, mais la forme exacte de cet habitat supposé groupé échappe à l’enquête. Seule une « maison » possédant une couverture de tuiles, qui pourrait être postérieure au xie s., a été découverte à proximité de l’église. Mais l’ampleur de cette construction et son implantation dans le voisinage du cimetière laissent un doute sur sa véritable fonction : dépendance du sanctuaire ou véritable habitation villageoise ? Un second bâtiment, mis au jour à environ 150 m au nord-ouest de l’église, évoque quant à lui une habitation rustique à pièce unique ou un simple édicule agraire bordant un chemin sur les marges du lieu supposé de l’hypothétique habitat groupé. Comme Saint-Gilles, le cas de Dassargues nous révélerait donc l’existence d’aires agricoles vouées au stockage et au traitement des récoltes en contact des zones de culture, mais non loin d’un habitat dont l’existence réelle n’est finalement signalée que par des rejets domestiques. Si l’importance du nombre des silos et la multiplication de ces aires d’ensilage font d’abord songer dans ces cas à la présence d’un habitat groupé et, par effet de ricochet, à des aménagements liés à une « communauté villageoise », on peut aussi s’interroger dans un second temps sur la spécialisation de ces sites d’abord réservés au stockage et à la conservation des produits agricoles. S’agit-il réellement et systématiquement d’aires agricoles « collectives » établies en marge d’un habitat pour l’heure supposé ? Le grand nombre de silos densément concentrés en batteries à Saint-Gilles invite peut-être à envisager le problème sous un autre angle, celui de sites spécialisés dans une fonction de stockage qui pourrait être liée à une forme de prélèvement seigneurial, laïc mais aussi et surtout ecclésiastique.

105Dans le suburbium de Béziers, l’exploration archéologique conduite depuis le début des années 1990 sur le site de Saint-Jean-d’Aureilhan livre là encore l’image d’un établissement du haut Moyen Âge caractérisé par plus de cinq cents silos densément répartis sur au moins 1 ha dans un rayon qui atteint plus de 200 m de distance au nord-ouest de l’église (Ginouvez et al. 1993 ; Schneider 1996 ; Jandot et al. 1999). Comme à Dassargues ou à Saint-Gilles, et malgré les 2 ha qui ont été explorés, on peine toujours à détecter les traces d’un habitat véritable avant le xiiie s. Une fois de plus, seuls les déchets domestiques retrouvés dans les comblements des silos font supposer la proximité d’une zone d’habitat, là encore supposé groupé du fait du nombre extraordinaire de silos retrouvés. L’impossibilité de procéder à des décapages exhaustifs sur ces très grands sites, qui nécessitent pour être mieux compris d’intégrer l’étude de leurs grandes marges, laisse toujours des zones d’ombre non explorées –ici les abords même de l’église– où l’on rejette peut-être trop facilement la localisation du village ou des fermes. Saint-Jean-d’Aureilhan, situé aux portes de la cité de Béziers, pourrait tout aussi bien correspondre à un site spécialisé dans le stockage, la conservation et la redistribution des produits agricoles, à un vaste grenier voire à un marché de la cathédrale, dans une villa suburbaine où le chapitre possédait biens et droits sur l’église et certaines terres depuis le xe s.!

23.2.2 Questions de chronologie

106La compréhension de ces grandes aires de silos récemment découvertes en Languedoc se heurte avant toute chose à des problèmes de chronologie et de méthode de fouille. Ces images de fortes concentrations de silos restituées lors de grands décapages archéologiques sont-elles le produit d’une occupation de longue durée, d’une accumulation dans le temps et dans l’espace de structures imputables pour partie à la contrainte spatiale de limites pérennes, ou s’agit-il au contraire d’un temps historique particulier, celui de la croissance agricole de la fin du haut Moyen Âge, de la généralisation de la dîme ou d’une expression matérielle du prélèvement seigneurial ?

107La réponse n’est pas simple car elle butte sur deux écueils majeurs ; celui, d’une part, de la fiabilité et de la représentativité de l’échantillonnage des silos fouillés car ces grandes aires ne sont –ou ne peuvent être !– explorées exhaustivement, et celui, d’autre part, de la difficulté à dater finement ces structures au cas par cas parce que leur comblement ne contient parfois pas de mobilier, ou trop peu. Ainsi, le contraste observé préalablement entre les établissements de la vallée du Rhône depuis Chalon-sur-Saône jusqu’à Valence avec ceux du Languedoc tient-il peut-être à la nature des habitats explorés ? Dans le premier secteur, ce sont majoritairement des sites à occupation brève qui ont été fouillés, comme ceux des Balmes à Rillieux-la-Pape ou de La Chapelle à Meyzieu dans le Rhône dont la chronologie est resserrée autour de l’an mille (Coquidé, Faure-Boucharlat 2001 ; Marchianti 2001). Le nombre restreint de silos retrouvés ici s’expliquerait finalement par la courte occupation de ces établissements, alors que les sites languedociens connaîtraient inversement des occupations pluriséculaires. Suivons dès lors un peu plus dans le détail la chronologie et les différentes formes d’occupation de l’espace du site de Saint-Gilles le Vieux. Si la zone explorée livre une occupation continue du ive au xiie s., la nature des vestiges mis au jour est loin d’être homogène selon les phases concernées. Pour la phase ancienne antérieure au xe s., il n’est question que de structures agraires et de façons culturales. Ce sont des éléments du terroir agricole qui sont mis en évidence et non pas de l’habitat ou de ses aménagements de stockage. L’apparition massive de silos est en fait placée dans une phase chronologique précise recentrée entre le xe et le xiie s.

108À Dassargues également, les mêmes données sensiblement mieux affinées, sont enregistrées (Garnier et al. 1995). L’occupation des vie-viie s. prend place au milieu d’un parcellaire hérité du ve s. et s’étoffe de la construction d’une ferme et de plusieurs architectures vernaculaires, annexes agraires dispersées dans les champs. On ne compte alors que neuf silos et quatre fosses d’ensilage dispersés dans le voisinage de la cabane no 1 située à près de 200 m du lieu où sera établie l’église de cette villa. Les viiie et ixe s. sont l’époque d’une quasi-désertion des lieux. Après l’abandon de la ferme et des cabanes dans le courant du viie s., les aménagements de stockage s’effacent. On ne compte guère qu’un silo pour le viiie s. et deux seulement pour le ixe s. Au cours des xe-xie s., un véritable redressement s’opère, marqué principalement par la reconnaissance archéologique de quelque 334 fosses-silos. Certes, l’incertitude des datations fondées sur de trop maigres échantillons de céramique, de même que l’impossibilité d’évaluer la durée d’utilisation de chaque silo empêchent de savoir combien d’entre eux ont pu fonctionner en même temps et Claude Raynaud insiste à juste titre sur ces difficultés majeures, mais il est un point qui paraît acquis sur ce site comme sur celui de Saint-Gilles le Vieux : la multiplication des structures d’ensilage n’est pas le fait de la très longue occupation de ces établissements mais semble devoir être située dans une phase chronologique bien précise, celle des xe-xie s. à Dassargues et des xe-xiie s. à Saint-Gilles.

109En Lauragais également les données actuellement disponibles vont dans le même sens (Cazes 1999). Le récent bilan établi dans la région Rhône-Alpes renforce encore ce premier constat (Faure-Boucharlat 2001 : 100-102). Sur les huit établissements où ont été découvertes des fosses-silos, pas un seul n’est antérieur au xe s. Le Bivan à l’Albenc montre précisément le cas d’un site à occupation longue où une demeure rurale d’époque mérovingienne réoccupe avec ses dépendances une construction d’origine antique et précède un autre bâtiment occupé brièvement à la charnière des xe et xie s. Ce n’est qu’à partir de cette dernière phase, dans la « cour » de ce nouvel établissement, qu’apparaissent un grand nombre de fosses-silos, quarante-huit fosses et au moins vingt-six silos répartis en plusieurs zones de concentration.

110Si dans le nord de la France, l’ensilage souterrain paraît pratiqué tout au long du haut Moyen Âge (Cuisinier, Gaudagnin 1988 : 218), données qui, a priori, contrastent avec celles qui sont recueillies sur le TGV-Méditerranée et en Rhône-Alpes, il est peut-être aussi lié à des problèmes de quantification. À Dassargues, on l’a vu, cette technique de stockage est également connue depuis le vie s., mais c’est avant tout affaire de proportions. Même si certains silos de cette haute période pouvaient atteindre de grandes contenances (de 50 à 140 hl), il n’en existe sur ce site que quatre de ce type pour un total de neuf silos seulement, alors que l’on en compte plus de 334 pour la phase des xe-xie s. et que ceux-ci atteignent tout de même des contenances restituées de 3 à 6 hl (Garnier et al. 1995 : 53). À Saint-Jean-d’Aureilhan près de Béziers, où plus de cinq cents fosses-silos ont été reconnues alors que le site en a sans doute recelé trois à quatre fois plus, la très grande majorité des silos datés sont situés entre le ixe et le xiie s. Cela élargit sensiblement la chronologie proposée à partir des cas de Saint-Gilles ou de Dassargues, mais c’est une fois de plus un exemple qui plaide pour situer le développement de ces grandes aires d’ensilage à partir du ixe s. avec une généralisation de ce type de stockage mieux affirmé au siècle suivant. Les plus récentes fouilles conduites en Languedoc sur d’autres sites similaires –comme celles de Saint-André de Codols aux portes de la cité de Nîmes (Maufras, Mercier à paraître) ou encore celles de l’Ermitage à Paulhan (Ginouvez, Schneider 2000 : 140-141) réalisées dans le cadre des travaux de l’autoroute A75, au cœur de la vallée de l’Hérault– semblent confirmer cette première tendance. Il y a là une perspective que les recherches futures devront s’attacher à mieux préciser si l’on veut tenter de tirer un enseignement historique de la multitude de silos que l’archéologie met désormais au jour chaque année en région méditerranéenne.

111Malgré les difficultés multiples à dater correctement ce type de structure dont les comblements ne contiennent souvent que très peu de mobiliers, il est d’une urgence impérieuse de tenter, malgré tout, d’en maîtriser, presque au cas par cas, la chronologie. Dans ce domaine le recours à des datations obtenues par radiocarbone comme cela a été expérimenté à Saint-Gilles, Saint-Jean d’Aureilhan et à Paulhan / L’Ermitage offre de solides atouts. Si l’on veut parvenir à envisager certains aspects de la croissance agricole de la fin du haut Moyen Âge, on ne peut plus se satisfaire aujourd’hui du simple repérage archéologique de batteries de silos, échantillonnés avec plus ou moins de fortune, lorsqu’ils ne sont pas tout simplement tranchés à la pelle mécanique pour en obtenir uniquement un profil. La tâche n’est pas aisée et sans doute ingrate à bien des égards, mais c’est à ce prix seulement que l’on pourra espérer contribuer à une véritable histoire agricole du haut Moyen Âge.

23.2.3 Questions de topographie

112Celles-ci sont de niveaux distincts. Elles concernent bien sûr les problèmes de topochronologie au sein d’un même site mais aussi et surtout la place occupée par ces aires d’ensilage dans le terroir agricole par rapport à l’implantation de l’habitat.

113L’absence de traces d’habitat à Saint-Gilles comme à Dassargues a d’abord suggéré que l’on se trouvait en marge de cet habitat, dans des zones qui constituaient en quelque sorte des aires agricoles vouées au stockage et au traitement des récoltes, à la limite donc des zones de culture. À Saint-Gilles, les auteurs de la fouille s’interrogent également sur la fonction des espaces dégagés entre certaines aires d’ensilage et évoquent le problème de la présence de cultures dans ces quartiers. Parmi les différentes hypothèses envisageables, on peut aussi y voir des zones de chargement/déchargement pour les récoltes. Pour Claude Raynaud, la faible contenance des silos de Dassargues indiquerait que ces structures étaient plutôt adaptées à la conservation des semences qu’à un stockage à des fins mercantiles (Garnier et al. 1995 : 53), ce qui du coup pourrait justifier en partie leur position en plein champs aux marges de l’habitat, sur des lopins familiaux, et expliquerait, dans le cas de Dassargues toujours, l’éparpillement des aires de stockage au sein du terroir. L’hypothèse est séduisante, mais le bel exemple de la maison incendiée de Constantin fouillée dans la Drôme sur la ligne du TGV nous montre également que les récoltes pouvaient être stockées dans des coffres à l’intérieur de la maison paysanne, ce qui du reste simplifiait aussi les problèmes de surveillance et de garde des réserves et des semences.

114La proposition suggérée à partir du cas de Dassargues peut être confrontée à d’autres scénarios. La forte concentration des batteries de silos de Saint-Gilles invite à s’interroger également sur l’existence d’aires collectives de stockage, plus proprement villageoises, ou encore, comme dans le cas de Saint-Jean d’Aureilhan à Béziers, sur une forme de stockage qui échapperait à la sphère paysanne pour désigner cette fois-ci des greniers seigneuriaux, laïcs ou ecclésiastiques.

115À proximité de Nîmes, l’une des aires d’ensilage du site de Codols datée des ixe-xiie s., qui a pu comporter quatre cents à cinq cents silos, couvre une superficie d’environ 4 200 m2 et se déploie dans la cour d’une ancienne villa gallo-romaine abandonnée depuis plusieurs siècles. Le dessin de ses ruines a pu servir de délimitation générale à la zone de stockage, sous la forme d’amas de cailloux formant pour partie une sorte de talus de protection, ou bien certains murs susceptibles d’être encore en élévation dans l’aile nord de la villa ont pu participer à l’organisation de celliers mieux individualisés (Maufras, Mercier à paraître). À Saint-André de Codols, le nombre élevé de silos et la cohésion topographique de ce vaste secteur de stockage font songer à la possible vocation communautaire de ces espaces.

116Il faut dès lors s’interroger sur le problème de la position occupée par ces greniers ruraux dans le terroir, parce que ceux-ci évoquent peut-être avant la lettre une structuration villageoise du finage en secteurs imbriqués autour d’un noyau central qui pourrait bien être constitué par ces grandes aires de stockage. La permanence de ces lieux de dépôt et de traitement des récoltes, pendant plusieurs siècles en un même site, fait que l’on s’interroge aussi sur les formes du contrôle seigneurial de ces espaces. Autant que le problème de la localisation de ces greniers souterrains par rapport à l’habitat groupé ou dispersé, c’est aussi le problème de leur implantation par rapport à l’église qu’il nous faut mieux envisager. L’historiographie du village méridional la plus récente, en Catalogne et en Roussillon notamment, nous a appris à partir de la lecture des textes comment, dans le cadre de la paix de Dieu, l’église et ses abords ont pu devenir, à la charnière de l’an mille, des pôles de cristallisation des hommes et des récoltes (Bonnassie 1994 ; Catafau 1998). Les celleres du Roussillon ou les sagreres de la vieille Catalogne –qui accueillent, dans l’espace sacré entourant l’église, les maisons et surtout les celliers paysans– évoquent dès la fin du xe s. l’existence d’espaces contraints spécialisés dans le stockage de la nourriture et des semences. Mais ce phénomène concomitant des événements politiques et des transformations sociales qui encadrent les décennies de l’an mille permet-il d’expliquer la genèse des grandes aires d’ensilage que l’archéologie commence à mettre au jour en France méditerranéenne ? Le développement des fouilles médiévales dans le cadre des grands décapages que favorise l’archéologie préventive nous offre, semble-t-il, l’image d’une réalité plus complexe car les liens physiques entre ces zones de stockage et l’église paraissent largement distendus.

117Certes, des sites comme Saint-Sébastien à Aniane dans l’Hérault nous livrent des exemples de silos et d’habitats installés à proximité d’un sanctuaire dans le périmètre d’un cimetière (Schneider, Paya 1995), mais dans le même temps, d’autres sites comme celui de Saint-Gilles à Aimargues nous révèlent aussi l’existence de grandes zones de stockage des récoltes qui sont établies à distance de l’église, en tout cas en dehors de son périmètre consacré. C’est ce que nous montre également à quelques kilomètres du castrum de Lunel, l’exemple de Dassargues, où les silos bien qu’implantés majoritairement en batteries sont tout de même dispersés en diverses zones du terroir dans un périmètre de plusieurs centaines de mètres autour de l’église. Le cas de figure est identique à Saint-Jean-d’Aureilhan parce que certains silos sont à plus de 200 m du sanctuaire, ou encore à Saint-André de Codols dans le Gard où les grandes aires d’ensilage sont éloignées de l’église. Dans la vallée de l’Hérault, à Paulhan encore, sur le site de l’Ermitage, une zone de stockage regroupant plusieurs centaines de silos se déploie sur une superficie de près de 0,5 ha en contrebas du relief où a été logée l’église. À Béziers enfin, dans la villa du Garissou, plusieurs aires d’ensilage des xie-xiie s. associées à des bâtiments et à des fossés de protection assurant des fonctions de drainage se développent sur des terrasses basses à plus de 200 m au sud-est de l’église (Lecuyer 1992). Tout cela invite à s’interroger sur l’absence d’un archétype de stockage des réserves agricoles durant le haut Moyen Âge.

118L’exemple de Saint-Jean-d’Aureilhan, mieux que tout autre, nous apprend aussi que la technique de stockage des céréales, et parfois de certaines légumineuses et racines, dans des silos souterrains est extrêmement dévoreuse d’espace et nécessite d’investir au bout de deux à trois siècles des surfaces qui peuvent atteindre un hectare. Problème technique seulement ou spécificité locale de ces secteurs du Languedoc central et oriental où l’impact des mouvements de la Paix de Dieu dans l’organisation des terroirs se ferait moins ressentir ? La réponse, une fois de plus, n’est sans doute pas univoque parce qu’il faut encore s’interroger sur le problème de la position centrale ou non de l’église dans le finage de la villa du haut Moyen Âge. Ce que suggèrent pour l’heure les données archéologiques, ce sont plus des images de vastes nébuleuses d’aménagements qui mêlent, dans un très large périmètre autour du sanctuaire, constructions paysannes, zones de stockage et de traitement des récoltes, champs et parfois encore, comme à Dassargues au cours des viiie-xe s., groupes de sépultures (Garnier et al. 1995 : 45) !

119Même si les liens topographiques entre l’église et les grands greniers de type collectif paraissent largement distendus dans les départements méditerranéens du Gard et de l’Hérault, il est peut-être encore une autre piste qu’il conviendrait d’examiner dans une perspective historique parce que ces silos demeurent malgré tout massivement dans le grand voisinage de l’église. Si, par nature, le silo souterrain se prête aisément à la dissimulation d’un bien que l’on voudrait soustraire à un prélèvement, on s’interrogera paradoxalement sur la signification de leur regroupement en un ou plusieurs points particuliers du terroir, ce qui implique nécessairement de recourir à un système de garde, de surveillance et peut-être aussi de contrôle des volumes stockés. Celui-ci est-il assuré dans le cadre de la villa par l’intermédiaire de l’église ? Ici se pose avec acuité le problème du lien à établir ou non entre la généralisation d’un impôt en nature sur les productions agricoles comme la dîme et le développement spectaculaire tout au long des ixe-xiie s. d’un nouveau système de stockage des récoltes organisé dans bien des cas en grandes aires supposées collectives.

120Tout autant que le lent regroupement des morts à proximité des murs du sanctuaire, l’émergence de ces lieux où le stockage agricole est concentré participe peut-être à la construction de liens communautaires qui pourraient prévaloir sur le caractère distendu de l’habitat. On aurait là du moins une piste archéologique permettant de s’interroger sur les modalités de la construction d’une identité villageoise dans le haut Moyen Âge languedocien : l’attachement d’un groupe d’hommes à un terroir passe certainement par la fixité et l’unicité du lieu d’ensevelissement des morts mais peut-être aussi par celui d’un espace précis voué au stockage des récoltes. Ces deux aspects méritent au moins d’être confrontés à une documentation archéologique qui s’accumule afin de déterminer s’il existe bien une tendance à un regroupement des structures d’ensilage au sein de certains terroirs agricoles. C’est là un défi propre aux méthodes de l’archéologie préventive, seule à même de pouvoir investir des surfaces d’étude de plusieurs hectares, étape de la recherche désormais incontournable en Méditerranée si l’on veut pouvoir progresser dans la connaissance des terroirs et des habitats du haut Moyen Âge.

121Le bilan présenté ici a permis une confrontation des données archéologiques issues des fouilles préventives effectuées sur le tracé du TGV-Méditerranée avec celles issues des études récentes des textes médiévaux et montre la complexité des processus d’évolution de l’organisation des territoires et des habitats dans la vallée du Rhône durant près d’un millénaire de Moyen Âge. Cette confrontation met en avant la richesse de la répartition de l’habitat au sein d’un espace dont toutes les richesses paraissent exploitées selon des méthodes fort éloignées des nôtres.

122Si le couloir rhodanien peut être considéré à juste titre comme un secteur propice aux échanges, on n’en perçoit guère de témoins avec les autres régions aussi bien documentées par les découvertes archéologiques. Cette importance de voie de passage serait-elle à nuancer ? Effectivement, notre perception actuelle biaise quelque peu celle de ces périodes passées. Les échanges semblent se faire de proche en proche et l’on n’a guère rencontré de témoignage d’échanges lointains, ni dans le corpus de la céramique, ni dans celui des outils, pas plus que dans les restes de faune consommée ou dans les techniques de transformation.

123Une telle mise à disposition des chercheurs de ces données issues de fouilles préventives ne cache pas les difficultés de repérage des structures médiévales souvent faites de matériaux légers voire des artefacts eux-mêmes, souvent élaborés à partir de végétaux dont les chances de conservation sont minimes. Pourtant, ces vestiges ténus sont porteurs de connaissance pour des périodes encore bien mal connues et leur mise en évidence est nécessaire à la recherche archéologique. Souhaitons que ces pages contribuent à éveiller l’intérêt des chercheurs pour ces périodes dans et hors de ces régions afin de constituer un ferment de dynamisme pour les années à venir.

1242000

Notes

1 – Le site du prieuré de Roynac a été partiellement fouillé dans le cadre des opérations du TGV-Méditerranée, mais il n’a pas donné lieu à la remise d’un rapport ni à une publication. Ce qui est mentionné ici des découvertes réalisées en fouille a été observé par l’auteur au cours de visites.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search