Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Seconde partie. Études et synthèses

Chapitre 21. La céramique dans la moyenne vallée du Rhône (vie-xiiie s.)

Alban Horry

Texte intégral

21.1 Introduction

  • 1 – Je tiens ici à remercier tout particulièrement Élise Faure-Boucharlat pour sa bienveillance et la (...)
  • 2 – Au lieu-dit Les Girardes, sur la commune de Lapalud, dans la plaine du Tricastin, deux foyers méd (...)

1Cette étude1 présente les différents lots de céramique médiévale découverts, entre 1995 et 1996, sur les sept sites de la moyenne vallée du Rhône occupés entre la fin de l’Antiquité et le xiiie s. : Upie / Les Vignarets (Drôme), Crest / Bourbousson 2 (Drôme), Chabrillan / L’Hortal (Drôme), Chabrillan / Saint-Martin (Drôme), La Roche-sur-Grane / Les Treilayes (Drôme), Montboucher-sur-Jabron / Constantin (Drôme) et Lapalud / Les Girardes (Vaucluse)2. Un lot découvert à Châteauneuf-sur-Isère / Beaume (Drôme) est présenté en première partie de cet ouvrage (cf. chap. 1). Si les lots présentés ne se sont pas révélés très abondants, avec 9 198 tessons sur l’ensemble, ils constituent cependant un groupe homogène qui permettra d’esquisser un lien entre les études réalisées antérieurement pour le Dauphiné, le Lyonnais, la Provence et le Languedoc.

2L’aire géographique concernée est située entre le nord de la vallée de la Drôme et le nord du département du Vaucluse. Le tronçon étudié correspond à une soixantaine de kilomètres.

3La période chronologique traitée va de la fin de l’Antiquité au début du bas Moyen Âge. Afin de replacer le mobilier des sites étudiés dans un contexte archéologique et géographique large, il a été procédé à un dépouillement exhaustif des rapports de fouilles et des données bibliographiques disponibles concernant la céramique médiévale dans le département de la Drôme. Chaque site fait l’objet d’une notice présentant et analysant les différents lots. Cette étude n’intègre pas, dans cette première phase, d’analyses des pâtes des céramiques. Les identifications de productions proposées ci-dessous se fondent par conséquent sur le seul examen macroscopique.

21.2 Le point sur les connaissances dans le département de la Drôme

4La connaissance des céramiques médiévales drômoises souffre globalement d’un manque de références. Quelques publications récentes apportent de nouveaux éléments pour la connaissance des ateliers, des sites de consommation et de la diffusion des produits céramiques.

5L’étude réalisée en 1983 par Michel Colardelle (1983) sur les contextes funéraires fournit de nombreux renseignements sur le type de mobilier rencontré dans les sépultures et sur les sites découverts à proximité immédiate des nécropoles. Un des intérêts majeurs du mobilier funéraire reste le bon état de conservation des récipients qui permet fréquemment l’observation de formes entières qui font défaut sur les sites d’habitat où le taux de fragmentation est souvent assez élevé.

6La région de Larnage, dans la vallée du Rhône (nord de la Drôme), a fait l’objet d’une étude sur les ateliers de potiers de l’époque moderne, dans le cadre du groupe de recherche sur les céramiques médiévales et modernes en Rhône-Alpes (Faure-Boucharlat et al. 1996b).

7Les ateliers de la région de Dieulefit, dont l’activité céramique est à ce jour toujours florissante, ont été étudiés au travers des textes d’archives (Amouric et al. 1995) et plusieurs expositions ont permis de retracer une partie de l’évolution du vaisselier produit dans ces ateliers (Thiriot 1986c).

8Plusieurs opérations en cours compléteront sans doute les connaissances actuelles ; c’est le cas de l’opération réalisée sur le site de Saint-Gervais, à Beauvallon (Tarpin 1996), qui a révélé une occupation des environs de l’an mille et de celle sur le site de hauteur de Château-Porcher, à Châteauneuf-du-Rhône, occupé durant le haut Moyen Âge (Ode 1998). Le programme de recherche « Occupation des sols en Tricastin ive-xe s. » (Ode 1996a) devrait par l’intermédiaire de sondages et de prospection fournir des éléments précieux sur les céramiques utilisées dans le sud de la Drôme durant le haut Moyen Âge.

9Sont donc présentés ci-dessous les renseignements fournis par le dépouillement des rapports de fouilles et quelques publications concernant les découvertes de céramiques médiévales dans la Drôme, en partant du nord du département. Cet inventaire n’est cependant pas exhaustif, car certaines opérations réalisées sur des sites médiévaux n’ont pas fait l’objet d’un inventaire archéologique ni d’une étude détaillée du mobilier céramique médiéval, ou tout simplement ne le mentionnent pas.

10Les données de cet inventaire ont été rassemblées en plusieurs ensembles correspondant à des aires géographiques. La première est constituée par la partie nord et nord-est du département de la Drôme, comprenant la vallée du Rhône, entre Saint-Rambert d’Albon et Châteauneuf-sur-Isère et la partie méridionale de la vallée de l’Isère. La deuxième correspond aux communes situées à proximité de la ville de Valence, entre la vallée de l’Isère et la vallée de la Drôme jusqu’au massif du Vercors. La troisième aire géographique s’étend le long de la vallée de la rivière Drôme, le Diois correspondant aux communes situées sur le massif du même nom faisant partie des Préalpes du Sud. La « Drôme provençale » correspond à la partie méridionale du département, avec la vallée du Rhône entre Loriol et Pierrelatte, le Tricastin et le massif des Baronnies.

21.2.1 Nord de la Drôme : vallée de l’Isère, Romanais

11Plusieurs campagnes de sondages archéologiques sur le site de la Tour, à Albon, ont permis d’analyser quelques lots de céramique médiévale dont l’étude a été réalisée par Bruna Maccari-Poisson (Poisson 1996).

12À Bren, la fouille d’un atelier de potier daté des environs du xe s. (Faure-Boucharlat 1986b) a livré de la céramique cuite en atmosphère réductrice. Les vases observés portent des bords en bandeau et des bords évasés avec ou sans gorge. Il s’agit d’oules, avec parfois des décors à la molette et des décors lissés. Dans ce lot, on trouve en outre des formes ouvertes de type jatte à bord horizontal et parois évasées, formes que l’on observe rarement durant cette période. Ce mobilier trouve, pour les formes fermées, de nombreux points de comparaison dans les régions limitrophes. Il s’agit de la seule fouille d’un atelier de céramique médiévale dans ce département.

13À Clérieux, une sépulture découverte à l’intérieur de la chapelle Saint-Jean a livré un vase en céramique de couleur bistre, avec un bord rond évasé associé à une anse unique, une paroi globulaire et un fond bombé. Cette forme s’apparente à celle de récipients datés des xiie-xiii s., et peut être interprétée comme un coquemar (Colardelle 1983 : 245, fig. 100).

14Des sondages réalisés dans l’emprise de l’église Notre-Dame de la Mure, à Érome, ont révélé des sépultures, dont une contenait une cruche en céramique grise (Colardelle 1983 : 250).

15À Saint-Donat-sur-l’Herbasse, des fouilles menées en 1981 (Mazard, Montjoye 1981) sur un ensemble prieural ont permis la découverte de céramiques datées des xie-xiie s. (céramique grise assez grossière avec un dégraissant calciteux très visible qui s’apparente à celle des sites de Peyrins et Romans) avec des fonds bombés et des becs pincés.

16Les études réalisées par Chantal Mazard en 1980 (Souchon-Mazard 1980) sur les sites ruraux du Romanais et sur les mottes du Dauphiné (Colardelle, Mazard 1979), livrent quelques renseignements sur les céramiques des xexie s. À Chatillon / Saint-Jean, à l’emplacement d’une motte, au lieu-dit Le Fort, l’auteur note la découverte de tessons de céramique grise fine, appartenant à des récipients de forme globulaire (bords évasés, anses larges, décors à la molette). À Clérieux / Saint-Jean de Chatillon, les céramiques ramassées en surface sont des récipients à bords évasés et parois globulaires, parfois ornées de décors à la molette simple, et fonds bombés lenticulaires. Ce mobilier est comparé à celui de Charavines et daté du xie s. (Souchon-Mazard 1980 : 27-29). Le site de Châteauroux, à Peyrins, situé dans les ruines d’un château construit sur une motte, a livré des tessons de céramique grise avec des bords en bandeau et des bords évasés, associés à des parois décorées à la molette. Au quartier des Balmes, à Romans, il faut signaler des céramiques grises avec des bords en bandeau et des bords évasés ; à noter en outre deux fonds marqués et une anse portant un décor lissé. Le mobilier de Saint-Pierre, à Romans, est à peu de choses près identique avec, en plus, des cruches à bec ponté. Ces deux derniers lots sont datés des environs de l’an mille.

17Les fouilles préventives menées préalablement à la construction de l’autoroute A49 ont permis d’analyser quelques lots de céramique médiévale (Faure-Boucharlat 2001). À Beauregard-Barret, le site des Matras a livré un petit lot datable des environs de l’an mille, avec des bords en bandeau et de bords évasés associés à des fonds bombés et marqués. À Chatuzange-le-Goubet, sur le site de Pourcieux, le remplissage de fosses-silos liées à un habitat comporte du mobilier médiéval daté des xexie s. avec des bords en bandeau, des bords évasés, des fonds bombés et des fonds plats. Ces céramiques trouvent leur parallèle dans des lots découverts plus au nord lors de la même opération, dans la vallée de l’Isère, à Saint-Marcellin / Les Basses Plantées et à L’Albenc (Faure-Boucharlat 2001 : 327-354).

18Des tranchées réalisées dans la cour de la cure à Hostun ont permis d’étudier des sépultures du Bas-Empire et une fosse contenant du mobilier céramique médiéval avec des bords en bandeau (Mège 1995). Des fouilles menées par la suite ont révélé des sépultures dont certaines contenaient des céramiques des xiie-xiiie s. (Rolland 1996).

19Une fouille de sauvetage réalisée à Tain-L’Hermitage révèle une occupation de la fin de l’Antiquité avec, en particulier, de nombreuses céramiques dérivées de sigillées paléochrétiennes. Le début de l’époque médiévale est illustré par des céramiques grises à bord en bandeau, bords évasés, parois décorées à la molette et fonds bombés. Il faut noter également des céramiques glaçurées attribuables aux xiiie-xive s. avec des pichets (Réthoré 1995).

21.2.2 Valentinois

20À Besayes, un sauvetage urgent, placé sous la direction de F. Vaireaux, a livré de la céramique médiévale commune grise que ses caractères typologiques placent entre le viiie et le xiie s. (Vaireaux 1990b).

21À Chabeuil, une fouille de sauvetage, réalisée en 1969 (Rouveure 1969), a permis la découverte de nombreuses céramiques médiévales. Le rapport, assez ancien, ne fournit pas d’analyse du mobilier. Les planches qu’il contient présentent essentiellement des marmites et permettent d’attribuer ce lot au bas Moyen Âge.

22Dans le remplissage d’un fossé, sur le site des Cachets 2 fouillé lors de l’opération TGV-Méditerranée, à Chabeuil (resp. Y. Billaud), il faut signaler la découverte de plusieurs récipients médiévaux. Il s’agit de quatre marmites en céramique commune grise dont la forme évoque des récipients attestés aux xive-xve s.

23Toujours en contexte rural, les fouilles de la nécropole des Bérards à Châteaudouble (Vaireaux 1987-1988) ont révélé un mobilier céramique très pauvre, constitué uniquement de bords de récipients que l’on peut placer entre le vie et le viiie s.

24À Étoile-sur-Rhône, au lieu-dit Bois Rond, plusieurs découvertes liées à une nécropole et à un habitat ont permis d’analyser des céramiques médiévales, avec des pégaus à fond bombé, des cruches à bec ponté et des tessons portant des décors à la molette (Colardelle 1983 : 251).

25Lors de l’opération TGV-Méditerranée, des sondages d’évaluation, réalisés sur le site de Montvendre / Les Châtaigniers Sud (resp. S. Saintot), ont livré quelques tessons de céramique médiévale dont des bords en bandeau en commune grise. À Ourches (Buis 1966), au lieu-dit La Beaume de Cornillane, trois sépultures étaient associées à une fosse qui a livré de la céramique, avec des formes globulaires à fond bombé et un gobelet en pâte grise.

  • 3 Analyse rapide effectuée par Élise Faure-Boucharlat et Alban Horry en 1997. Remerciements à Hélène (...)

26Dans la ville de Valence peu de vestiges médiévaux ont été révélés. La plupart des découvertes restent fortuites et hors contexte stratigraphique. Les fouilles réalisées dans la ville basse en 1986 (Odiot 1986) ont livré un mobilier céramique très proche du vaisselier rencontré dans des contextes lyonnais des xiiie-xive s. (Vicard 1996 : 218-232), avec de la vaisselle de table (pichets, cruches) et de la vaisselle culinaire (oules). Le musée de Valence possède dans ses collections plusieurs lots céramiques issus de fouilles anciennes et de découvertes fortuites, qui ont fait l’objet d’un rapide examen3. À cette occasion, certains ensembles ont pu être datés des xiiie-xive s., et un lot assez abondant a pu être daté du xviiie s. Il faut citer également les céramiques découvertes lors des fouilles archéologiques du baptistère, à proximité de la cathédrale. Si tous ces ensembles ne peuvent être associés à des données stratigraphiques, ils donnent des informations précieuses sur le faciès du vaisselier que l’on peut rencontrer en milieu urbain à l’époque médiévale.

27Près de Vaunaveys-la-Rochette, une découverte fortuite a permis d’observer les restes de production d’un atelier. La chronologie de ce mobilier est à rapprocher de celle de Bren, dans le nord du département, c’est-à-dire aux environs de l’an mille. Il présente les mêmes caractéristiques typologiques.

21.2.3 Vallée de la Drôme, Diois

28Dans le quartier de l’église à Aubenasson (Colardelle 1983 : 235-236, fig. 98, nos 2 et 3), plusieurs sépultures ont livré des récipients en céramique : une oule à bord évasé, paroi globulaire et fond plat, ainsi qu’une petite marmite tripode glaçurée. La première forme appartient au répertoire des xiie-xiiie s. et la seconde aux xive-xve s. Toujours dans le même secteur, un sauvetage archéologique récent (Rolland 1995) a permis d’observer d’autres sépultures dont une contenait un vase funéraire daté des xiiexiiie s.

29Sur le site de Saint-Pierre, à Beaumont-en-Diois, une des sépultures découvertes contenait un pégau en commune grise (Colardelle 1983 : 239). Ce récipient possède une anse plate et des parois fines portant plusieurs registres de décors à la molette.

30Sur le site d’un prieuré, au quartier de Montlahuc, à Bellegarde-en-Diois, des tessons de céramique, un col de pot en pâte grise décoré à la molette et des fragments de pégaus ont été découverts (Colardelle 1983 : 240).

31Plusieurs opérations archéologiques réalisées dans la ville de Die ont livré de la céramique médiévale non étudiée à ce jour, en particulier sur le site de L’Hôpital (Réthoré 1994).

32À Luc-en-Diois, des sondages réalisés en 1991 ont révélé une occupation jusqu’au viie s. L’auteur (Réthoré 1991) évoque à ce propos les dérivées de sigillées paléochrétiennes.

33Des sépultures découvertes dans la chapelle Notre-Dame de Luynes à Mirabel-et-Blacons contenaient des pégaus dont un vase en céramique grise de forme globulaire avec une anse rubanée, trois larges becs pincés et un fond bombé. Cette forme a été datée des xiie-xiiie s. (Colardelle 1983 : 254, fig. 100).

34Près de l’église Notre-Dame du Bourg, à Saillans, une sépulture découverte de façon fortuite contenait un vase funéraire « en céramique grise micacée ». Il s’agit d’une cruche à bec ponté (Colardelle 1983 : 267, 271).

35La fouille de la nécropole de Sainte-Croix (Colardelle 1983 : 145-166) a révélé des sépultures qui contenaient du mobilier funéraire, en particulier des céramiques et du verre. Les récipients en céramique appartiennent au répertoire classique des pégaus en commune grise. L’auteur décrit des vases en pâte blanche et surface grise (kaolini tiques) et les rattache aux productions des ateliers de la région de Dieulefit. Parmi les formes, il faut citer une oule à bord évasé, paroi globulaire, fond bombé, et deux récipients de type coquemar à bord évasé, paroi globulaire, fond plat et anse unique. Le site a également livré des bords en bandeau et des fonds bombés. Ces céramiques s’intégrent dans une typologie dont la datation peut se situer entre le xie et le xiiie s. Ces éléments fournissent également des renseignements sur la diffusion des productions kaolinitiques dans la vallée de la Drôme.

21.2.4 Drôme provençale

36Des sépultures sous dalles découvertes lors de travaux près de l’église Saint-André, à Aubres (Colardelle 1983 : 238, fig. 98, nos 4 et 5), ont livré deux vases complets. La description des pâtes laisse envisager des productions kaolinitiques. Le premier récipient est une cruche à bec ponté à bord évasé, paroi évasée et fond plat étroit ; le bec ponté, de dimensions assez modestes, est opposé à une anse large rubanée. Le second est un coquemar à bord évasé, paroi globulaire, fond plat, possédant une seule anse. Ils sont tous deux datés des xiie-xiiie s.

37Au lieu-dit La Chapelle Saint-Étienne, à Bellecombe-Tarendol, plusieurs sépultures contenaient des pégaus (Colardelle 1983 : 240, fig. 98). Le vase décoré est une cruche à bec pincé à paroi globulaire et fond plat en commune grise, daté des xiie-xiiie s.

38Des sépultures découvertes au quartier de Saint-Ariès, à La Motte-Chalancon, contenaient des vases funéraires (Colardelle 1983 : 242, fig. 100). Un de ces récipients est décoré. Il s’agit d’une oule à bord évasé, paroi globulaire et fond bombé en pâte grise très claire. Cette forme appartient au répertoire des xe-xie s.

39À Saint-May, au quartier Saint-Laurent, plusieurs sépultures liées à l’abbaye de Bodon ont été découvertes. Certaines possédaient dans leur remplissage des vases funéraires : une oule à bord évasé, paroi globulaire et fond bombé ; une cruche à large bec pincé ; une cruche à bec ponté. Ces formes s’inscrivent dans un répertoire typologique compris entre les xie et xiiie s. (Colardelle 1983 : 269-271).

40À Clansayes sur le site de Fauverges (Alcamo 1986 : 145- 146), la fouille d’une structure interprétée comme un fond de cabane, a livré un mobilier céramique constitué d’ollae en céramique commune grise kaolinitique. Ces formes ont été datées des vie-viie s.

41Les sondages réalisés en 1985 sur le site des Aures à La Roche-Saint-Secret-Béconne (Alcamo, Lagrand 1985) ont permis l’étude d’un lot de céramiques datées du haut Moyen Âge (vie-viie s.). La céramique kaolinitique du sondage I semble appartenir à différents horizons chronologiques. À côté des bandeaux triangulaires et des bords de gobelets caractéristiques du haut Moyen Âge, des bandeaux et des bords évasés appartenant aux Moyen Âge « classique » sont attestés.

42Une sépulture, située à proximité de l’église Saint-Jean-Baptiste de Charols (Colardelle 1983 : 242, fig. 100) a livré une cruche à bec pincé (forme haute) en céramique kaolinitique (pâte blanche de type Dieulefit).

43Sur la commune de Châteauneuf-de-Bordette a été découvert, sans autre précision de localisation, un petit coquemar en commune grise à pâte micacée (Colardelle 1983 : 242-243). Ce vase possède un bord en bandeau associé à une anse unique, une paroi globulaire et un fond plat. Cette forme se rapproche d’exemplaires connus dans des contextes du xiiie s., en particulier sur le site de Chabrillan / Saint-Martin (cf. chap. 5).

44Les sondages effectués à Châteauneuf-du-Rhône en 1985 (Vingtain 1985) ont révélé un mobilier céramique compris entre le xiie et le xve s. Il s’agit en grande majorité de vaisselle à vocation culinaire, et dont les formes sont proches d’exemplaires méridionaux. Des sondages effectués en 1989 dans le quartier du Palais (Ronco 1989) ont livré des sépultures médiévales dont une contenait un pégau, il s’agissait en fait d’une cruche à large bec pincé, paroi globulaire et fond bombé.

45Le site de hauteur de Saint-Saturnin-Château Porcher, à Châteauneuf-du-Rhône (en cours d’étude, fouille placée sous la direction de B. Ode), a connu une occupation durant le haut Moyen Âge (vie-viie s.) matérialisée par des céramiques kaolinitiques, des amphores africaines et de la pierre ollaire (Ode 1998). Il faut également signaler deux oppida qui ont été réoccupés à la fin de l’Antiquité et pendant le haut Moyen Âge. Il s’agit de l’oppidum des Gettes à Eyzahut, à la limite orientale de la Valdaine (Sergent 1996a), et de celui de Sainte-Euphémie, à Pont-de-Barret (Sergent 1996b), qui ont tous deux livré de la céramique kaolinitique. À Sainte-Euphémie, les découvertes actuelles permettent d’attribuer cette réoccupation aux ive-vie s.

46Les prospections effectuées en 1993 à Colonzelles, par F. Vaireaux, ont permis d’étudier un ensemble de céramiques médiévales. Le mobilier correspondant au haut Moyen Âge est représenté à 70 % par de la céramique grise kaolinitique avec des bords en bandeau. L’occupation des xiie-xiiie s. est également représentée par des céramiques kaolinitiques avec des bords évasés.

47Pour le bas Moyen Âge, J.-P. Gayraud a réalisé en 1975 une étude sur le mobilier provenant des fouilles du village déserté de Condorcet (Gayraud 1975). Celui-ci laisse apparaître de fortes similitudes avec le mobilier provençal et languedocien pour les xiiie-xve s. Il contient de nombreux éléments constituant le vaisselier provençal, en particulier les majoliques primitives à décor vert et brun.

48Les études réalisées par J.-C. Alcamo sur les céramiques kaolinitiques fournissent des renseignements abondants sur le vaisselier en usage aux xiie-xiii s. dans le sud de la Drôme : à Dieulefit, sur le site de Notre-Dame de la Calle, un abondant mobilier daté des xiie-xiiie s. a été découvert lors de sauvetages successifs entre 1977 et 1980 (Alcamo 1986 : 149-155). L’auteur définit deux productions : une première est datée fin xiie-xiiie s., la seconde du xiiie s. L’ensemble de la première production est illustré par de la céramique grise kaolinitique ; il provient d’une grande fosse-silo. À l’intérieur du chœur de l’église Saint-Pierre (Alcamo et al. 1983), un remblai a livré du mobilier céramique daté des xive-xve s. Il est constitué de céramique grise kaolinitique et de céramique kaolinitique glaçurée.

49À Donzère, le musée conserve trois vases découverts sur le site de l’Abri de Jonas (Feuillet 1987). Il s’agit d’ollaea. bord en bandeau et d’une jatte, que l’auteur date de l’époque mérovingienne (ve-vie s.). Ce mobilier rappelle en particulier celui de l’atelier de Bollène (Thiriot 1996a). Sur le site de la chapelle Saint-Benoît, des fouilles réalisées à partir de 1976 ont permis la découverte de plusieurs sépultures. L’une d’elles contenait une cruche en céramique kaolinitique (pâte blanche de type Dieulefit) qui est datée du xiiie s. (Colardelle 1983 : 250).

50Les différentes opérations réalisées sur le site du Val des Nymphes, à La Garde-Adhémar, par F. Vaireaux ont livré du mobilier céramique médiéval dont les caractéristiques le rapprochent de celui connu dans le sud de la Drôme (Vaireaux 1990 ; 1992). Le répertoire des formes est très restreint et compris dans une fourchette postérieure au vie s. et antérieure au xiie s. avec des bords évasés et des bords en bandeau. La céramique kaolinitique est majoritaire avec 75 % des tessons.

51Des sondages réalisés à proximité du château de Grignan (Trézin 1984) ont permis la découverte d’un mobilier céramique assez abondant constitué de productions en cuisson réductrice datées des xie-xiiie s., en particulier des bords en bandeau, des bords évasés, des cruches à bec pincé et ponté. La description des pâtes ne permet pas de savoir s’il s’agit de productions kaolinitiques. Pour le bas Moyen Âge et l’époque moderne, les sondages ont permis l’observation d’un mobilier assez riche avec des céramiques émaillées importées dont des faïences hispaniques à décor lustré (Trézin 1984).

52La fouille du prieuré de Montbrison-sur-le-Lez, entre 1976 et 1979 (Mège 1976 ; 1980), a livré de nombreuses sépultures qui contenaient du mobilier funéraire (Colardelle 1983 : 257, fig. 103). Il s’agit en majorité de cruches à bec ponté à bord évasé, paroi globulaire et fond plat. Il faut signaler en outre une oule à bord évasé, paroi globulaire et fond plat portant un décor à la molette daté des xiie-xiiie s.

53Les travaux réalisés à l’emplacement des Halles à Montélimar ont permis la découverte de trois vases funéraires : un petit coquemar et deux petites cruches à bec pincé. Les deux premiers récipients sont en pâte grise kaolinitique et datés du xiiie s. Une cruche en pâte jaune micacée porte une glaçure parsemée. L’auteur propose une datation plus tardive pour le troisième, entre les xive-xvie s. (Colardelle 1983 : 256).

54Une cruche à bec ponté en pâte grise a été découverte dans une sépulture à Nyons, près de l’emplacement de l’église paroissiale Saint-Vincent (Colardelle 1983 : 259-260). Elle possède un bord évasé, une paroi globulaire avec bandes d’argile rapportées et un fond lenticulaire. L’auteur fixe la datation de ce récipient aux xie-xiie s.

55À Puygiron, à proximité de la chapelle Saint-Bonnet, la fouille de fosses a livré un abondant mobilier céramique en grise kaolinitique (Alcamo 1986 ; Alcamo, Bois 1987). Daté des xiie-xiiie s., il est constitué en majorité de récipients à vocation culinaire, avec des oules à bord en bandeau et bords évasés. Les récipients destinés aux liquides, comme les cruches à bec pincé ou à bec ponté et la gourde, sont également représentés.

56Dans le quartier de Saint-Auban, à Rémuzat, une découverte fortuite a permis d’identifier des céramiques médiévales qui, d’après la description, doivent être kaolinitiques (de type Dieulefit). Il s’agit d’une oule à bord en bandeau et fond plat et d’un coquemar (Colardelle 1983 : 263). Ces deux récipients sont datés des xiiie-xive s.

  • 4 – Je tiens à remercier ici Michèle Bois pour m’avoir fourni ces quelques renseignements suite à une (...)

57La commune de Rochefort-en-Valdaine a fait l’objet de plusieurs études. J.-C. Alcamo a publié un petit lot de céramiques kaolinitiques découvertes au lieu-dit La Série (Alcamo 1985 ; 1986 : 147-148) qu’il attribue au xe s. Les differentes opérations archéologiques réalisées sur le site du Château (Bois 1983-1987 ; Bois et al. 1987 : 54-60) ont livré un mobilier céramique varié et daté des xiiie-xive s. Les auteurs signalent en particulier l’hégémonie des productions kaolinitiques. Un rapide examen permet de remarquer des productions importées du Sud de la France et du Bassin méditerranéen (faïences lustrées hispaniques et faïences à décor vert et brun)4.

58Lors de l’opération du TGV-Méditerranée, la fouille du site du Prieuré, à Roynac, a permis la découverte d’un petit lot de céramiques exclusivement kaolinitiques, avec des bords en bandeau, des bords évasés, des fonds plats et des fonds bombés appartenant soit à des ouïes, soit à des cruches à bec ponté. La chronologie de ce mobilier aux caractères proches de ceux des sites de Chabrillan / Saint-Martin ou Dieulefit peut être placée aux environs des xie-xiiie s.

59À Sahune, une découverte fortuite de fosses médiévales a livré de la céramique en pâte grise, avec des formes globulaires à fond bombé et des cruches à bec ponté (Faure-Boucharlat 1980 : 191).

60La fouille de fosses-silos sur le site de la rue des Écoles, à Saint-Paul-Trois-Châteaux, a révélé un abondant mobilier céramique médiéval étudié par C. Raynaud (1992a). Il est daté des xiie-xiiie s. et est constitué entièrement de productions kaolinitiques. Il est très proche des productions de Bollène (Thiriot 1986a ; 1986b) et de Dieulefit (Alcamo 1986). D’autres opérations menées à Saint-Paul-Trois-Châteaux ont permis la découverte de mobilier céramique médiéval.

61Un lot, daté des ve-vie s., trouvé lors de la fouille d’un habitat rural à Saint-Vincent près de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Odiot, Raynaud 1992) offre de fortes similitudes avec celui des contextes provençaux et languedociens.

62Au lieu-dit Cimetière des Sarrazins, site d’une nécropole à Souspierre, ont été découverts de nombreux tessons de céramique grise, un vase entier et une cruche à becs pincés multiples (Colardelle 1983 : 261).

21.3 Comptage, typologie, classification

21.3.1 Comptage

63Les céramiques présentées dans cette étude ont fait l’objet d’un comptage qui a pris tout d’abord en compte les fragments de formes (bords, fonds, anses) permettant de déterminer un nombre minimum d’individus ou NMI (Arcelin-Pradelle, Laubenheimer 1985). En raison de la faible importance numérique de certains lots, le recours à des statistiques s’est révélé injustifié.

21.3.2 Typologie

  • 5 – Au sein d’un programme collectif de recherche, coordination Michel Lenoble, SRA Rhône-Alpes.

64Afin d’harmoniser les differentes études, nous avons utilisé une typologie élaborée conjointement par G. Ayala / Afan, É. Faure-Boucharlat / Drac, A Hony / Afàn et M. Lenoble / Drac pour le traitement de lots de céramique du haut Moyen Âge dans la région Rhône-Alpes5. La méthode utilisée par le groupe Cathma pour le mobilier languedocien (Cathma 1993a) est également prise en compte, ainsi que la typologie des communes grises publiée par J.-P. Pelletier pour la Provence (Pelletier, Vallauri 1994 ; Pelletier 1997). Il est clair que la typologie élaborée ci-dessous ne constitue qu’un instantané des connaissances actuelles par rapport aux sites étudiés. Elle reste ouverte et toute découverte ultérieure pourra la compléter.

65La typologie proposée est double :

66– une typologie fragmentaire ou détaillée, qui prend en compte les bords, les fonds ou autres segments inventoriés ;
– une typologie « fonctionnelle » ou globale, qui prend en compte les formes et qui classe les differents vases identifiés dans des catégories générales. Les vases munis de bords identiques peuvent parfois avoir des usages différents.

21.3.2.1 Typologie fragmentaire. fig. 174

67Les bords sont classés par ordre numérique (1, 2, etc.) et regroupés entre formes fermées et formes ouvertes. Au sein des grands types, les variantes sont indiquées par des lettres (1a, 1b, etc.).

FIG. 174
Typologie fragmentaire.

Les formes fermées

681 – Lèvre évasée simple (type Cathma 2) avec deux variantes :
a – extrémité arrondie,
b – extrémité rectangulaire ou triangulaire.

692 – Lèvre évasée avec gorge interne (type Cathma 5 et Pelletier A2).

703 – Lèvre à section anguleuse, à bandeau externe proche du type Cathma 6 et du bandeau de première génération à Lyon (Horry 2000) avec trois variantes :
a – lèvre à section triangulaire sans gorge interne,
b – lèvre à section triangulaire avec gorge interne prononcée (type Cathma 6a et Pelletier A4),
c – lèvre triangulaire avec repli interne, ou crochet (type Cathma 6b et Pelletier A6).

714 – Lèvre en bandeau proche du type Cathma 8 et du bandeau de deuxième génération de Lyon (Horry 2000) avec quatre variantes :
a – lèvre en bandeau, axe vertical, face externe rectiligne ou convexe,
b – lèvre en bandeau, axe convergent,
c – lèvre en bandeau, axe divergent,
d – lèvre en bandeau, extrémité supérieure rentrante.

725 – Lèvre rentrante ou infléchie (type Cathma 10) avec deux variantes :
a – lèvre rentrante, face supérieure horizontale ou convexe,
b – lèvre rentrante, face supérieure concave.

Les formes ouvertes

736 – Lèvre verticale, extrémité arrondie :
a – rebord vertical, extrémité arrondie,
b – rebord vertical ou oblique extrémité aplatie (horizontale, biseautée ou rentrante).

747 – Rebord caréné.

758 – Rebord incurvé externe (extrémité ourlée ou en bourrelet).

769 – Lèvre à extrémité arrondie, munie d’une collerette avec deux variantes :
a – collerette simple,
b – collerette pendante.

7710 – Rebord à marli.

7811 – Rebord arrondi rentrant ou en bourrelet :
a – paroi oblique rectiligne (extrémité simple ou ourlée),
b – paroi évasée à rebord rentrant.

21.3.2.2 Typologie globale

79Cette typologie prend en compte les formes reconnues après inventaire des céramiques des sept lots étudiés. Quelques vases incomplets ont été intégrés.

80Lors de la consultation des données sur les découvertes anciennes, il est apparu que l’utilisation du terme « pégau » est très fréquente, surtout en contexte funéraire. Ce terme d’origine provençale (Pelletier 1996b) peut regrouper plusieurs types de récipients aux fonctions diverses. Leur durée d’utilisation est assez longue et comprise entre la fin du xie et le xive s. Ce terme ne sera pas utilisé dans la typologie globale. Les références de figures prennent en compte des exemplaires complets.

Les formes fermées

• Les pots

81La vocation de ce type de récipient est multiple. Il peut être utilisé comme pot à cuire, d’où les traces de feu que portent les parois de certains vases, mais peut également être destiné au stockage de denrées diverses.

82Olla – L’utilisation du terme latin olla évoque une forme dans la lignée de celles de l’Antiquité. Elle appartient au répertoire dit « de première génération » en Lyonnais (Horry 2000). C’est un pot de forme globulaire, sans élément de préhension, à fond plat. Cette forme est équipée de bords de types 3 et 4 (fig. 192 : no 12).

83Oule – Si les caractères morphologiques de cette forme ne diffèrent pas de ceux de l’olla, l’utilisation du terme « oule » évoque plutôt une vaisselle médiévale. C’est un pot de forme globulaire, à fond bombé, sans élément de préhension. Cette forme est équipée de bords de types 2 et 4 (fig. 193 : no 2).

84Coquemar – Pot de forme globulaire à fond plat ou bombé muni d’un seul élément de préhension. Cette forme est équipée de bords de type 2 ou 4d. Dans les contextes funéraires, elle prend le nom de « pégau ». Des récipients munis d’une seule anse et aux caractères morphologiques identiques sont attestés dans l’atelier de Saint-Blaise de Bauzon à Bollène (Thiriot 1996b) [pour exemple : fig. 188 : no 1 ; 190 : no 4].

85Pot de stockage – Récipient de grandes dimensions à paroi globulaire (un seul exemplaire, incomplet : fig. 187 : no 7). Des formes identiques sont connues en Provence.

• Les vases à liquide

86Sont répertoriés les récipients destinés au stockage, au service et à la consommation des liquides. Il s’agit pour la plupart de cruches, récipients de forme globulaire tous munis de bec verseur.

87Cruche à bec pincé, forme haute – Les récipients identifiés (fig. 175 : no 9 ; 187 : no 8) sont munis d’un large bec pincé avec des lèvres de type la ou 2. Un de ces exemplaires possède un très large bec (fig. 175 : no 9). Cette forme est identique à celles découverte à Charavines (Isère) dans un contexte du xie s. (Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1993). D’autres formes de dimensions plus importantes possèdent une paroi globulaire sur fond plat.

88Cruche à becs pincés multiples – Récipient possédant quatre becs pincés, une paroi globulaire et un fond bombé (fig. 194 : no 7). Aucun élément de préhension. Des formes presque identiques sont connues en contexte funéraire. L’absence d’anse sur une cruche est également observée sur un vase funéraire provenant de Chambéry / Lémenc, en Savoie (Colardelle 1983 : 287).

89Cruche à bec pincé, forme basse – Ce récipient est caractérisé par une très large ouverture, un bec pincé, une anse opposée au bec, une paroi globulaire et un fond plat (fig. 187 : 2,9). Il est identique à certains vases découverts en contexte funéraire. Il possède le plus souvent des bords évasés de type 2. Cruche à bec tubulaire-ponté – Cette forme possède un bord évasé de type 2 et une paroi globulaire (fig. 178 : no 31). Le fond et le type d’anse restent inconnus. Elle possède en outre un petit bec tubulaire prenant appui sur la lèvre. Elle est assez proche de récipients connus à Lyon dans des contextes des ixe-xe s. (Maccari-Poisson 1991). Plus au sud, des exemplaires sont connus en Languedoc, à Loupian (Hérault) dans un contexte xie-xiie s. (Cathma 1993a : 175) et à Lunel-Viel (Hérault) dans un silo daté des xe-xie s. (Raynaud 1990 : 258).

90Cruche à bec ponté – Récipient de forme globulaire, à fond bombé. Un bec ponté constitué d’une plaque d’argile rapportée prend appui sur la lèvre évasée ou rentrante et le haut de la panse. Ce bec est opposé à une anse large, le plus souvent rubanée (fig. 185 : no 19).

91Gourde – Seuls quelques fragments permettent d’évoquer ce récipient (fig. 185 : no 15) par comparaison avec des exemplaires entiers provenant d’autres sites que ceux qui sont concernés par cette étude.

Les formes ouvertes

• Formes basses

92Mortier – Récipient dont la forme est inspirée des exemplaires de l’Antiquité (fig. 181 : no 20). Le bord de type 9 est associé à une paroi évasée et un fond plat.

93Bol caréné – Petit récipient à bord ourlé ou en bourrelet dont le haut de la paroi forme une carène (fig. 192 : no 11) ; le bas de la paroi est évasé, le fond est plat. Ces formes trouvent leur inspiration dans les récipients en céramique fine de l’Antiquité tardive, en particulier en céramique luisante (type Lamboglia 1/3). On les rencontre surtout dans des contextes septentrionaux : en Lyonnais (Horry 2000 ; Faure-Boucharlat 2001), en Bourgogne (Catteddu et al. 1992), en Franche-Comté (Musée des Ducs de Wurtemberg 1995) et dans les régions de l’Est et du Nord de la France.

94Jatte – Cette forme (fig. 181 : no 18) à paroi évasée et fond plat n’est présente à ce jour que dans les contextes antiques tardifs (Pelletier 1997). Certaines formes sont assimilées à des jattes dans le mobilier provenant de l’atelier de Bren (Faure-Boucharlat 1980) et daté du xe s.

• Formes hautes

95Gobelet – Récipient à parois cylindriques et tronconiques (fig. 181 : no 23), sans élément de préhension et à fond plat. Les exemplaires issus des fouilles du TGV sont incomplets, ils sont cependant comparables à des récipients connus dans la région Rhône-Alpes (Faure-Boucharlat 2001) et dans les régions méridionales (Pelletier, Vallauri 1994 ; Pelletier 1997). La plupart des exemplaires connus possèdent un fond plat, mais il faut signaler certains exemplaires à fond bombé en Savoie à Seyssel, Ain (Bizot, Serralongue 1988), et à Lyon (Faure-Boucharlat et al. 1980).

• Autres formes

96Couvercles – Formes assez rares, dont les exemplaires attestés sont fragmentaires (fig. 194 : no 6).

21.3.3 Les types de production

97Les céramiques ont été classées dans de grands groupes génériques caractérisés par leur méthode de fabrication. À ce jour, aucun programme d’analyse n’est en cours sur le mobilier étudié ci-dessous. La céramique grise kaolinitique offre cependant des caractères morphologiques suffisamment marqués pour être individualisée. Les céramiques ont été classées par simple observation externe. Les abréviations Red., Red. gl., etc. seront utilisées dans les tableaux de comptage.

Céramique à cuisson réductrice (Red.)

98Sont regroupés dans cette catégorie tous les vases et tessons cuits en atmosphère réductrice, à pâte grise siliceuse non kaolinitique et non glaçurée. Leur texture est assez grossière et présente de nombreuses inclusions sableuses. Les aléas de la fabrication des vases ont pu parfois donner des variations de couleurs assez marquées. La nature des cuissons et post-cuissons est très variable (Pelletier, Vallauri 1994 : 161). Les coloris sont variés et peuvent aller du gris très clair au noir, en passant par le beige foncé. Les tessons peuvent être parfois de couleur beige, brune ou rouge et être classés dans cette catégorie. Les teintes ne sont pas toujours identiques en surface et dans les cassures. Une description plus détaillée des caractéristiques des pâtes sera réalisée dans les notices de sites (cf. § 21.4).

Céramique à cuisson réductrice et glaçure plombifère (Red. gl.)

99Pâte grise siliceuse assez grossière avec glaçure plombifère parsemée.

Céramique grise kaolinitique (Kaol.)

100Cette catégorie a été distinguée des céramiques grises non glaçurées. Si les techniques de fabrication sont identiques, avec l’utilisation de la postcuisson réductrice, la répartition chronologique et géographique de ces productions invite à les séparer, en raison de la nature de l’argile utilisée. Elle est facilement identifiable par une pâte dure particulièrement résistante et parfois assez fine. La couleur de la pâte est le plus souvent gris clair, voire blanche à surface beige, blanche ou grise et parfois bleutée. Sont regroupés dans cette catégorie les tessons kaolinitiques à surface de couleur rosée, qui témoignent d’une postcuisson oxydante. Les tessons regroupés dans cette catégorie ne portent pas de glaçure plombifère.

Céramique à cuisson oxydante (Oxyd.)

101Céramique à pâte rouge, à cuisson oxydante, dont le traitement est différent suivant l’utilisation. Elle est grossière pour les récipients culinaires et fine pour la vaisselle de table. Cette catégorie est souvent peu représentée. Pour les périodes du bas Moyen Âge, certains tessons non glaçurés peuvent appartenir à des récipients dont la glaçure est partielle et par conséquent non visible sur cette partie du vase.

Céramique oxydante glaçurée (Oxyd. gl.)

102Céramique à pâte rouge portant une glaçure plombifère.

21.4 Les ensembles par site

103Les notices d’ensembles par site ne prennent pas en compte la répartition selon les unités stratigraphiques de chaque chantier. En effet, l’homogénéité des lots et leur aspect quantitatif ont suggéré d’effectuer des regroupements et de les présenter dans leur globalité.

21.4.1 Upie / Les Vignarets (Drôme)

104Le mobilier céramique du site des Vignarets à Upie (resp. J.-M. Lurol / Afan), composé de 842 tessons, provient de fosses, de niveaux de sols et d’abandon. Le lot le plus abondant est issu des niveaux de remblais d’abandon.

Types de production

105La céramique à cuisson réductrice est la seule représentée. Une de ses caractéristiques majeures réside dans l’hétérogénéité des tessons. Afin de ne pas multiplier les types de production, ils ont tous été classés dans un même groupe. En deçà d’un changement de couleur, les caractères morphologiques restent identiques. Les pâtes identifiées sont, pour la plupart, assez grossières avec de nombreuses inclusions de particules sableuses. Les coloris vont du gris clair au brun, en passant par des pâtes, dites « sandwich » au cœur rouge et aux surfaces brunes, et des pâtes de couleur beige. Toutes ces céramiques sont en mauvais état de conservation et très érodées. Le sédiment dont elles proviennent en est peut-être responsable. La céramique kaolinitique est ici absente.

Aspects typologiques

106Les types de lèvres identifiés témoignent d’une maigre diversité des profils (tabl. LI). Les lèvres de type 2 (fig. 175 : nos 10-12) sont majoritaires avec 48 %, suivies des lèvres de type 4c (fig. 175 : nos 2-7) avec 39 % et le type la (fig. 175 : no 9) avec 7 %. Les types 4a (fig. 175 : no 1) et 4b (fig. 175 : no 8) restent anecdotiques avec respectivement 4 % et 2 %. Tous ces bords appartiennent à des formes fermées : oules et cruches à bec pincé. Les oules possèdent des bords de types 2 et 4 ; leur diamètre d’ouverture est situé entre 110 et 170 mm. Les cruches à bec pincé (2 vases) sont caractérisées par un bord de type la associé à un large bec pincé (fig. 175 : no 9).

TABL. LI
Upie / Les Vignarets : répartition des bords par type dans la production kaolinitique, seule représentée.

FIG. 175
Upie / Les Vignarets : céramique Xe-XIe s. 1-8 ouïes à lèvre en bandeau ; 9 cruche à bec pincé ; 10-13 pots à lèvre excisée ; 14 fond marqué.

107Tous les fonds identifiés sont bombés ou lenticulaires. Un exemplaire porte une marque en relief (fig. 175 : no 14) dont le motif est difficilement perceptible ; il est assez proche d’un modèle cruciforme. Les anses sont rubanées et peuvent être associées aux cruches à bec pincé. Un seul tesson porte un décor peigné ondé réalisé sur pâte fraîche.

Proposition de datation

108Les éléments les plus caractéristiques de ce lot sont les fonds bombés et le fond marqué, associés à des lèvres de type 4 et de type 2. Le manque de diversité du vaisselier est une constante des lots dauphinois datés des xexie s. Le fond marqué constitue un élément datant utile dans les lots typologiquement peu diversifiés. Ces marques sont, à ce jour, attribuées aux xe-xie s. (Faure-Boucharlat 1980 ; 2001).

109La présence d’un tel fond sur ce site constitue un élément supplémentaire pour la connaissance de faire de répartition des fonds marqués, qui est constituée par le Lyonnais et le Dauphiné (Reynaud et al. 1975). Les cruches à bec pincé évoquent des récipients connus à Charavines dans un contexte daté de la première moitié du xie s. (Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1993).

110La comparaison avec des lots plus méridionaux n’a pas fourni d’éléments supplémentaires de chronologie. Il est possible d’intégrer ce lot dans un faciès dauphinois identique aux sites plus septentrionaux. Très homogène sur l’ensemble des phases d’occupation et d’abandon du site, il peut être daté des environs de l’an mille.

111Les trois analyses au radiocarbone réalisées sur des charbons de bois se situent également aux alentours de l’an mille (cf. chap. 3).

21.4.2 Crest / Bourbousson 2 (Drôme)

112Le lot de Bourbousson à Crest (resp. V. Bastard / Afan), est constitué de 2 250 tessons représentant un nombre minimum de 302 individus. Ce lot est réparti en trois ensembles. Le premier provient de couches d’abandon du site, avec un mobilier très fragmenté et résiduel provenant vraisemblablement du site gallo-romain proche. Les deux autres correspondent à l’occupation de deux bâtiments. Les tessons proviennent pour la plupart de niveaux de sols, d’où une forte fragmentation, et pour certains de fosses qui ont livré des céramiques plus abondantes et mieux conservées (cf. chap. 4).

113Les productions rencontrées sont peu diversifiées. Il s’agit en grande majorité de céramiques à cuisson réductrice (93 %), assez grossières, présentant de nombreuses inclusions. Leur aspect érodé est peut-être lié au sédiment où elles ont été découvertes. Ces céramiques sont très proches de celles que l’on rencontre sur le site d’Upie / Les Vignarets. La céramique grise kaolinitique (7 %) et la céramique à cuisson oxydante (0,33 %) sont représentées par quelques tessons qui sont vraisemblablement résiduels et que l’on peut associer à la proximité du site gallo-romain de Bourbousson 1. Les quelques tessons de grise kaolinitique ne sont illustrés que par des fragments de parois.

21.4.2.1 Une fréquentation au haut Moyen Âge

114Les traces d’une fréquentation du site durant le début du Moyen Âge sont fournies par des tessons, peut-être en situation résiduelle dans le bâtiment 1, qui se distinguent nettement du reste du mobilier.

115Les lèvres sont représentées par les types 3a (7 %), 9 (5 %), la et 5b (2 %) en céramique à cuisson réductrice. La grise kaolinitique a livré un bord de type 2 (fig. 176 : no 3) et un de type 7 (fig. 176 : no 15). Ces derniers appartiennent à un répertoire typologique que l’on peut rattacher à l’Antiquité tardive et au haut Moyen Âge.

FIG. 176
Crest / Bourbousson : céramique du haut Moyen Âge. 1-9 ollae ; 11 bord en bourrelet, récipient non identifié ; 12, 13 bords de cruches ; 14 gobelet ; 15 bord de récipient non identifié ; 16 bord de coupe en jatte ; 17-19 mortiers.

Proposition de datation

116Les bords les plus caractéristiques restent les bords triangulaires de type 3 (fig. 176 : nos 1, 2, 4-9) qui appartiennent à des ollae attribuées aux ve-vie s. C’est également le cas des bords de type 9 qui équipent les formes ouvertes de type mortier ou jatte (fig. 176 : nos 16-18). Le type 9a (fig. 176 : no 17) est présent aux ve-viie s. en Lyonnais (Horry 2000 : 22) et jusqu’au viie s. à Saint-Blaise, dans les Bouches-du-Rhône (Démians d’Archimbaud 1994 : 173-176). Le type 9b (fig. 176 : no 18) est très proche de formes antiques et d’exemplaires de dérivées de sigillées paléochrétiennes. Le bord de type 7 (fig. 176 : no 16) en grise kaolinitique appartient peut-être à une forme ouverte de type bol caréné dont les exemplaires connus en Rhône-Alpes sont datés des ve-VIIe s., et des ve‑-vie s. dans les régions méridionales, à Lombren (Cathma 1993a : 116-117). Le bord de type 5b (fig. 176 : no 14) est à ce jour connu en Lyonnais dans des contextes des VIIe-IXe s. (Horry 2000 : 20). Hormis les deux exemplaires en céramique grise kaolinitique, tous ces récipients sont en pâte siliceuse assez grossière à cuisson réductrice identique à celle des bords de type 2 et 4c. Ces vases proviennent en majorité de remblais et sont assez fragmentés. Ils sont peut-être liés à une occupation plus précoce. Lors d’un sauvetage à l’ouest du site, plusieurs observations avaient permis d’envisager une telle hypothèse. Dans le secteur 5, un bord de type 3a en céramique réductrice a été inventorié (fig. 176 : no 1). Il est proche de ceux connus sur les ollae des ve-vie s. à Lyon (Ayala 2000 : 233). Un bord de type 3c (fig. 176 : no 8), semblable à des exemplaires méridionaux, est daté des vie-viiie s. Cette éventuelle fréquentation durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge peut être mise en relation avec le site gallo-romain de Bourbousson 3, dont la dernière occupation est située dans le courant du ve s. Tous ces éléments permettent de placer celle-ci dans une large fourchette chronologique située entre le vie et le viiie s.

21.4.2.2 Le mobilier du bâtiment 1

117La fouille de ce premier bâtiment a livré 1 045 tessons. La céramique à cuisson réductrice est ici majoritaire avec 95 %. La grise kaolinitique représente seulement 5 %. Les céramiques gallo-romaines résiduelles sont illustrées par des productions à pâte rouge, des céramiques à revêtement argileux et très vraisemblablement par une partie des grises kaolinitiques.

118Les types de lèvres en céramique à cuisson réductrice identifiés sont dominés par les bords évasés (fig. 177 : nos 11-22) de type 2 (64 %), suivi des lèvres en bandeau de type 4c (9 %) et de lèvres de type 1b avec 7 % (tabl. LII). Les autres types sont développés plus haut en raison de leur caractère chronologique particulier. Tous les fonds observés présentent un bombement plus ou moins prononcé. Les formes identifiées sont les oules avec des bords de type 2 et 4c, à parois globulaires et fonds bombés. Un bord de type 2 est associé à une cruche à bec ponté presque tubulaire (fig. 177 : no 6), le bord de type la (fig. 177 : no 7) appartient aux cruches à bec pincé. Les anses sont toutes plates et rubanées et appartiennent sans doute aux cruches. Quatre tessons portaient des décors à la molette simple, peu élaborés. Un seul tesson portait un motif lissé (fig. 177 : no 5).

FIG. 177
Crest / Bourbousson : céramique du bâtiment 1, Xe-XIe s. 1-4 ouïes à lèvre en bandeau ; 5 décor lissé sur paroi ; 6 cruche à bec tubulaire ponté ; 7-22 pots à lèvre évasée.

TABL LII
Crest / Bourbousson : mobilier du bâtiment 1. Répartition des bords par type et mode de cuisson.

21.4.2.3 Le mobilier du bâtiment 2

119Les deux phases du bâtiment ont livré 1 155 tessons. La céramique à cuisson réductrice en représente 92 %, suivie de la grise kaolinitique avec 8 %. Les pâtes rencontrées sont identiques à celles du bâtiment 1. Parmi les lèvres identifiées, le type 2 domine avec 56 %, suivi par le type 4c avec 42 % et enfin le type la avec 5 %. Les types 3a, 3c, 4d et 6a ne sont représentés respectivement que par un seul exemplaire, soit 2 % (tabl. LIII). Les formes sont peu variées et identiques à celles des céramiques du bâtiment 1. Il s’agit en grande majorité d’oules équipées de bords de type 2 (fig. 178 : nos 17-26) et 4 (fig. 178 : nos 1-15), de cruches à bec ponté équipées de bords de type 2 (fig. 178 : no 26), et de cruches à bec pincé avec des bords de type la (fig. 178 : no 27) ; le type 6a est représenté par un gobelet tronconique (fig. 176 : no 13) ; trois fragments de bords appartiennent à des couvercles. Tous les fonds sont bombés ou lenticulaires, leur bombement n’est jamais très régulier et très prononcé. Cinq d’entre eux portent des marques en relief (fig. 178 : nos 29-32) ; les motifs utilisés offrent plusieurs points de comparaison avec ceux de Charavines (Isère). Le fond le mieux conservé porte une croix aux branches assez courtes, entre lesquelles se trouvent trois boules (Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1993 : 196, fig. 35 no 8). Un autre fragment doit appartenir au motif à la croix, et trois autres encore portent des croix simples. Les anses sont plates et rubanées, une seule est associée à un bord de type 2. Les décors consistent pour la plupart en des impressions à la molette simple.

FIG. 178
Crest / Bourbousson : céramique du bâtiment 2, Xe-XIe s. 1-15 ouïes à lèvre en bandeau ; 16-20 fonds marqués ; 21-30 pots à lèvre évasée ; 31 cruche à bec tubulaire ponté ; 32 cruche à bec pincé.

TABL. LIII
Crest / Bourbousson : céramique du bâtiment 2. Répartition des bords par type et mode de cuisson.

Proposition de datation du mobilier des bâtiments 1 et 2

120Aucun élément de datation absolue n’est venu compléter celle fournie par la céramique. Un des arguments majeurs est constitué par les fonds bombés marqués : les céramiques à fond marqué sont connues dans une grande partie des sites médiévaux du Dauphiné et du Lyonnais (Faure-Boucharlat 1980 ; Faure-Boucharlat et al. 1980 ; Faure-Boucharlat 2001) ; quelques exemplaires découverts dans le Sud restent anecdotiques (Kauffmann et al. 1987 ; Cathma 1993a : 140-144) ; ce type de fonds est daté des xe-xie s.

121La céramique grise kaolinitique est ici minoritaire avec 7 %. Elle est représentée par de très petits fragments de parois qui laissent envisager leur résidualité. Ils viendraient alors compléter les 84 tessons de céramique gallo-romaine. La proximité du site gallo-romain de Bourbousson 3 explique la présence d’éléments antérieurs à l’occupation médiévale. Les pâtes rencontrées à Bourbousson 2 sont grossières et rappellent par leur aspect morphologique celles d’Upie / Les Vignarets et de Chabrillan/L’Hortal.

122Si l’on exclut les éléments attribués au haut Moyen Âge, ce mobilier est très proche de celui d’Upie / Les Vignarets –daté des xe-xie s.– par ses caractères typologiques, morphologiques et chronologiques avec une forte proportion de bords de type 2 et 4c associés à des oules. Les cruches à bec ponté tubulaire sont très proches d’exemplaires connus dans les régions méridionales. À Loupian, ces formes sont datées des xe-xiie s. (Cathma 1993a : 175), et à Lunel-Viel une forme presque similaire a été découverte dans un silo et datée des xe-xie s. (Raynaud 1990 : 257-260).

123Tous ces éléments permettent d’englober cette céramique dans un vaisselier de tradition dauphinoise des xe-xie s.

21.4.3 Chabrillan / L’Hortal (Drôme)

124Le mobilier céramique trouvé à Chabrillan / L’Hortal (resp. R Réthoré / Afan) est réparti à l’intérieur de deux ensembles qui correspondent aux deux états médiévaux de l’occupation du site : l’établissement rural bâti du haut Moyen Âge et l’ensilage du Moyen Âge médian (cf. chap. 6). Il est constitué de 604 tessons correspondant à un nombre minimum de 132 individus.

21.4.3.1 Le mobilier du premier état médiéval

125Il est constitué de 201 tessons provenant en majorité de couches d’occupation et de remblais. La céramique gallo-romaine, résiduelle, est représentée par 26 tessons avec des céramiques à revêtement argileux, une paroi d’amphore gauloise, une d’amphore hispanique et une paroi d’amphore non identifiée. Ce lot a livré un tesson de paroi de céramique dérivée de sigillée paléochrétienne et une paroi de céramique commune grise à revêtement proche de la dérivée de sigillée.

126La grise kaolinitique est ici majoritaire avec 70 % des individus. Les bords identifiés sont assez variés avec une répartition assez régulière au sein des différents types (tabl. LIV). Le plus représenté est le type 3a avec plusieurs variantes. Il est suivi du type 2 et, dans des proportions identiques, des types la, 1b, 3b, 3c, 4a, 4b, 4c, 8, 10, 1 la et 11b. Malgré la fragmentation des tessons et le manque de profils complets, il est possible de déduire que la plus grande partie de ces bords appartient à des formes fermées de type olla. Un bord de type 2 porte une anse. Le bord à marli de type 10 (fig. 179 : no 17) pourrait appartenir à une jatte ou une assiette : il est très proche de certains exemplaires de dérivée de sigillée paléochrétienne, en particulier du type DSP 1 (Py 1993 : 411). Un fragment d’écuelle à bord rentrant de type 11a a également été inventorié. Les fonds sont plats (fig. 179 : no 8) et les anses rondes (fig. 179 : no 7). Aucun décor n’a été observé, à l’exception d’une incision sur un fond plat (fig. 179 : no 8).

FIG. 179
Chabrillan / L’Hortal : céramique du premier état médiéval, VIeVIIIe s. 1 bord de cruche ? 2-6 bords de pots à cuire ; 7 bord d’olla à anse ; 8 fond plat avec décor incisé ; 9 gobelet ; 10-17 formes ouvertes ; 18 forme non identifiée ; 19-32 bords d’ollae de première génération.

TABL. LIV
Chabrillan / L’Hortal : mobilier du premier état médiéval, (VIeVIIIe s.). Répartition des bords par type et mode de cuisson.

127La céramique à cuisson réductrice est également bien représentée, avec 21 % des individus et des bords de type la, 2, 3a et 6a. Le bord 6a appartient à un gobelet possédant un décor peigné (fig. 179 : no 9).

128Il faut enfin signaler un fragment de fond de récipient en pierre ollaire.

Proposition de datation

129Un des éléments les plus marquants de cet ensemble est la représentation majoritaire des céramiques grises kaolinitiques, qui totalisent 70 % du lot.

130Le bord de type 2 avec anse (fig. 179 : no 7) est proche de la forme A2A de Saint-Blaise (Pelletier, Vallauri 1994 : 165), qui est daté des vie-viie s., ou du type Kaol. A11 (Py 1993). Les bords en bandeau sont illustrés par des types variés, les premiers correspondant au type le plus précoce (type 3) avec trois variantes :

131– le type 3a (fig. 179 : no 19) est proche de modèles connus à Lyon aux vie-viie s. (Horry 2000) et sur d’autres sites de la région Rhône-Alpes (Faure-Boucharlat 2001) ; sur le site de Saint-Vincent, en Drôme du sud (Odiot et al. 1992 : 115-139), il est présent dans un contexte de la fin du ve et du début du vie s. ; il est également attesté aux vie-viie s. sur le site des Aures, à la Roche-Saint-Secret (Alcamo, Lagrand 1985 : 199) ; il est présent à Viviers (Ardèche) dans un contexte fin ve-début vie s. (Esquieu 1984 ; 1988) ; il est assez proche du type A4 de Saint-Blaise daté des vie-viie s. (Pelletier, Vallauri 1994 : 167) ; enfin, les niveaux de la fin du ve et du vie s. de Lunel / Dassargues (Hérault) ont livré un assez grand nombre de bords de type 3a (Garnier et al. 1995 : 8) ;

132– le type 3b (fig. 179 : nos 22-26), de forme triangulaire, trouve de nombreux points de comparaison dans différentes régions ; au nord de la région Rhône-Alpes, il est présent de manière systématique dans les lots des ve-vie s. et jusqu’au viie s. (Ayala 2000) ; plus au sud, il est comparable au type A5 de Saint-Blaise, daté des vie-viie s. (Pelletier, Vallauri 1994 : 167) ; en Languedoc, ce type est présent dans des ensembles du vie s. (Cathma 1993a : 116-122 ; Cathma 1997 : 109) ;
– les bords de type 3c (fig. 179 : no 4) sont proches d’exemplaires connus sur les sites plus méridionaux ; le bord à crochet à bourrelet interne est connu dans le remplissage d’un four à Bollène (Thiriot 1996b : 25) dont la datation par radiocarbone est large (entre 470 et 600) ; il correspond à Saint-Blaise à la forme A6, dans les niveaux les plus tardifs, à partir du dernier tiers du vie s., et qui se développe surtout durant le viie s. (Pelletier, Vallauri 1994 : 166, 168) ; sur le site de Dassargues, ces bords sont attestés dans des contextes situés entre le viie et le début du viiie s. (Garnier et al. 1995 : 13- 14) ; plus au nord, il est parfois attesté dans la vallée de l’Isère (Faure-Boucharlat 2001) et jusqu’à Lyon (Horry 2000).

133Les types 4b et 4c (fig. 179 : nos 27-30) sont présents également. Leur apparition est connue en Lyonnais à partir du viie s., en particulier sur les sites de la place des Célestins (Horry 2000) et de la rue Pierre-Audry, à Lyon (Faure-Boucharlat 2001).

134Le type 6a, que l’on l’associe à des gobelets (fig. 179 : no 9), est connu sur les sites de la région Rhône-Alpes. Il s’agit de formes cylindriques ou tronconiques ornées souvent de décors peignés. À Lyon, la plupart des sites datés des vie-viiie s. en ont livré (Faure-Boucharlat, Reynaud 1986 ; Maccari-Poisson 1994 : 95 ; Horry 2000). Plus au sud, il est connu à Saint-Blaise (Pelletier, Vallauri 1994 : 179) dans un contexte du vie s. Dans la Drôme, le site des Aures (Alcamo, Lagrand 1985 : 199) a révélé des types identiques et datés des vie-viie s.

135Le type 10 (fig. 179 : no 17) pourrait appartenir à une jatte ou une assiette. Il est très proche de certains exemplaires en dérivée de sigillée paléochrétienne, en particulier le type DSP la (Py 1993 : 411), attesté jusqu’au vie s.

136Le type 11b appartient sans doute à une écuelle ou à une assiette à bord rentrant. La taille du fragment incite à rester prudent ; en effet, il pourrait très bien s’agir d’un récipient gallo-romain. Le site a livré des niveaux d’occupation antique datés des iiie-ive s. contenant ce type de récipient en grise kaolinitique. Plusieurs fragments de bords appartiennent à des récipients ouverts d’assez grandes dimensions, dont la fragmentation ne permet pas d’évoquer une forme précise (fig. 179 : nos 15-16).

137Le lot contient également une paroi de céramique dérivée de sigillée paléochrétienne.

138Le fond de récipient en pierre ollaire est proche d’exemplaires rencontrés sur les sites alpins et en Provence. À Saint-Blaise, ces vases sont attestés entre le vie et le viie s. (Vallauri 1994).

139Tous ces éléments suggèrent de dater cette occupation entre la fin du vie et le viiie s. Aucun élément de datation absolue n’est venu compléter l’étude céramologique. Ce lot, par sa diversité, évoque une durée d’occupation assez longue sur le site.

21.4.3.2 Le mobilier du second état médiéval

140Le mobilier associé aux fosses de stockage du deuxième état médiéval est constitué de 395 tessons appartenant à 55 individus pour lesquels quatre productions ont été discernées. Il provient, en majeure partie, du remplissage de fosses et de remblais.

141La céramique à cuisson réductrice est ici majoritaire avec 62 % des individus. Les pâtes sont assez grossières avec de nombreuses inclusions sableuses. Les couleurs varient du gris au noir en passant par le brun. Les bords (tabl. LV) sont représentés en majorité par le type 4 suivi des types 2 et la. Le type 4 offre trois variantes (a, b, c) avec une utilisation plus abondante du bandeau divergent 4c (fig. 180 : nos 1-20). Tous les fonds sont bombés ou lenticulaires. Deux fonds marqués ont été identifiés. Le premier porte une marque cruciforme incisée, le second est orné d’un décor épigraphique moulé (fig. 180 : nos 11, 21). Tous les bords appartiennent à des formes fermées, les oules et la cruche à bec pincé. Un exemplaire de cette dernière possède un large bec (fig. 180 : no 20).

FIG. 180
Chabrillan / L’Hortal : céramique du second état médiéval, XeXIe s. 1-10 ouïes à lèvre en bandeau ; 11 fond marqué ; 12‑17 pots à lèvre évasée ; 18-19 formes ouvertes résiduelles ; 20 cruche à bec pincé ; 21 fond marqué incisé.

TABL. LV
Chabrillan / L’Hortal : mobilier du deuxième état médiéval, (Xe-XIe s.). Répartition des bords par type et mode de cuisson.

142La grise kaolinitique, avec 34 % des individus, a livré des bords de type 2, 4b et 4c. Des bords de formes ouvertes, de type 7b, 8 et 11b (fig. 180 : nos 18, 19) sont résiduels. Aucun fond n’a été découvert.

143La céramique à cuisson réductrice glaçurée est illustrée par un seul tesson de paroi. La pâte est grossière avec de nombreuses inclusions, et recouverte d’une glaçure plombifère épaisse et granuleuse de couleur vert foncé.

144Seule une paroi de céramique à cuisson oxydante a été trouvée.

Proposition de datation

145En l’absence de datation absolue, et l’apport de la stratigraphie étant limité, la datation reposera sur l’analyse céramologique. Cet ensemble se rapproche de ceux précédemment étudiés d’Upie / Les Vignarets et Crest / Bourbousson. Ses composantes typologiques permettent de le rattacher à un vaisselier des environs de l’an mille. Il convient de signaler l’aspect particulier des productions rencontrées. Sur les deux sites présentés plus haut, la céramique kaolinitique était presque absente, au contraire des productions en céramique siliceuse à cuisson réductrice. À L’Hortal, la céramique à cuisson réductrice non kaolinitique est encore prépondérante, avec 62 %, mais les productions kaolinitiques sont cette fois présentes. Si l’on exclut la présence de mobilier gallo-romain résiduel ou du haut Moyen Âge, elle est tout de même représentée par 34 % des individus. La situation géographique du site, au sud de la rivière Drôme, est-elle à mettre en rapport avec la diffusion de produits kaolinitiques ? La distribution des céramiques kaolinitiques sera développée dans la synthèse.

146La datation peut reposer sur la typologie. Les bords de type 4c et 2 sont bien représentés et sont associés à des fonds bombés. Ces vases, dont on trouve de nombreux exemples dans le Dauphiné et le Lyonnais, sont à classer dans un vaisselier des xe-xie s., au même titre que ceux des sites de Bourbousson et des Vignarets. Ceci est confirmé par les deux fonds marqués : le premier présente un motif épigraphique inédit associé à une croix (fig. 180 : no 11) ; le second porte une marque simplement incisée et cruciforme (fig. 180 : no 21). Des motifs identiques sont connus à Charavines (Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1993 : 196).

147L’apparition de glaçure plombifère constitue également un élément datant. Les glaçures primitives sont attestées en région Rhône-Alpes dès la fin du haut Moyen Âge. À Lyon, sur le site de la place Adolphe-Max, plusieurs récipients sont recouverts de glaçure dans des contextes du xe s. (Maccari-Poisson 1991). À Charavines, quelques vases portent une glaçure plombifère épaisse, parfois granuleuse, de couleur olivâtre, dans un contexte daté précisément du début du xie s. (Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1993). Plus au sud, les contextes provençaux des xe-xie s., en particulier Arles (Piton 1993), ont livré des vases recouverts d’une glaçure verte monochrome sur une pâte brune ou grise, parfois décorés d’écailles en relief ou de motifs imprimés identiques à ceux que l’on rencontre sur les productions dites forum ware ou vetrina pesante. Ils proviennent du Latium ou du Nord de l’Italie (Bonifay et al. 1986 ; Cathma 1992).

148Tous ces éléments permettent de dater largement cette dernière occupation des xe-xie s. Les lèvres en bandeau sont majoritaires. Dans le nord de la région Rhône-Alpes, ce phénomène constitue un argument en faveur d’une datation plus haute auxe-début du xie s. (Faure-Boucharlat 2001).

21.4.4 Chabrillan / Saint-Martin (Drôme)

149Le mobilier céramique médiéval découvert sur le site de Chabrillan / Saint-Martin (resp. S. Martin /Afan) totalise 4 452 tessons pour un nombre minimum de 887 individus. L’ensemble des vestiges céramiques a pu être attribué aux trois grandes périodes d’occupation du site : la première correspond à la transition entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge la deuxième, très sommaire, aux environs de l’an mille ; la troisième et dernière période correspond à la densification maximale de l’occupation aux xiie-xiiie s.

21.4.4.1 Le mobilier du début du haut Moyen Âge

150L’occupation du début du haut Moyen Âge sur le site de Saint-Martin est matérialisée par quatre fosses, un fossé et une structure en creux interprétée comme une mare. Les céramiques du haut Moyen Âge seront présentées globalement, car le mobilier n’est pas assez abondant pour être étudié par unité stratigraphique, les similitudes de chaque lot permettant le regroupement. Il en résulte un lot constitué de 206 tessons.

151Les céramiques fines sont représentées en majorité par les dérivées de sigillées paléochrétiennes avec 16 fragments. Seuls deux bords peuvent être confrontés à la typologie. Il s’agit d’un fragment d’assiette de type DSP 4 (fig. 181 : no 22) et d’un bord de petit bol proche de la forme DSP 6, avec un décor de guillochis (fig. 181 : no 21). Un bord de mortier à collerette appartient à une production en pâte grise avec engobe sombre (fig. 181 : no 20) : ces productions rappellent les dérivées de sigillées paléochrétiennes. Les céramiques à revêtement argileux sont vraisemblablement résiduelles, avec seulement quelques parois et un fond (fig. 181 : no 25). La céramique luisante est illustrée par un bord de forme ouverte non identifiée, un fond annelé de forme ouverte et un fond de petite forme fermée.

FIG. 181
Chabrillan / Saint-Martin : céramique des Ve-VIe s. 1-15 ollae en céramique réductrice ; 16-18 jattes en céramique réductrice ; 19-20 mortiers en céramique réductrice ; 21 bol en DSP ; 22 assiette de type DSP 4 ; 23 gobelet en céramique réductrice ; 24 amphore africaine ; 25 fond de céramique à revêtement argileux ; 26 spatheia d’Afrique du Nord.

TABL. LVI
Chabrillan / Saint-Martin : céramique du début du haut Moyen Âge (Ve-VIe s.). Répartition des bords par type et mode de cuisson.

152Les céramiques communes se répartissent en deux productions : la grise kaolinitique et la céramique à cuisson réductrice (tabl. LVI). Les productions kaolinitiques, avec 53 % des individus en céramique commune, sont évoquées en majorité par des formes fermées avec des ollae aux bords de type la (fig. 181 : nos 9, 11), 2 (fig. 181 : no 10), 3a et 3b (fig. 181 : nos 1-6, 12-15), le type 3b étant majoritaire. Une jatte de type 1 la (fig. 181 : no 18) et un bord de type 6b (fig. 181 : no 17) constituent les deux seules formes ouvertes dans cette production. La céramique à cuisson réductrice, avec 47 % des individus en céramique commune, possède des caractères typologiques identiques aux productions précédentes avec les ollae à bord de type la, 3b (fig. 181 : nos1-3), un gobelet avec un bord de type 6a (fig. 181 : no 23), une forme ouverte à bord rentrant de type 6b et un bord de mortier de type 9b (fig. 181 : no 19). Enfin il faut mentionner une écuelle ou assiette à bord de type 11b (fig. 181 : no 16).

153Les amphores (identification C. Bonnet/Afan) sont en partie résiduelles, avec des productions du Haut-Empire comme les amphores gauloises. Un bord (fig. 181 : no 24) est très proche des amphores africaines cylindriques Keay XXXV. Un fond de petit conteneur s’apparente aux spatheia d’Afrique du Nord (fig. 181 : no 26). Une paroi d’amphore hispanique de type Dressel 23 et des parois de productions orientales non identifiées complètent cet ensemble.

154Enfin, ce lot contient également 7 fragments de verre olivâtre clair.

Proposition de datation

155Le répertoire des céramiques dérivées de sigillées paléochrétiennes reste assez pauvre avec seulement deux formes identifiées : une assiette de type DSP 4 attestée entre la seconde moitié du ive s. et le début du vie s. (Py 1993 : 412 ; Rigoir, Rigoir 1994 : 141-143), et un petit bol proche de la forme DSP 6, qui est diffusée entre la seconde moitié du ive s. et le début du vie s. (Py 1993 : 412 ; Rigoir, Rigoir 1994 : 141-143). La céramique luisante est attestée sur plusieurs sites de Narbonnaise jusqu’au début du vie s. (Raynaud 1990 : 293-294).

156Les céramiques communes fournissent des éléments de datation assez précis. Ces productions sont représentées en grande majorité par les ollae à bord en bandeau triangulaire de type 3b, à paroi globulaire et vraisemblablement à fond plat. Elles appartiennent au répertoire des formes de l’Antiquité tardive ou du « très haut Moyen Âge » (ve-vie s.), et sont présentes sur tous les sites de la vallée du Rhône, en Provence et en Languedoc. Les bords de ces ollae sont identiques aux « urnes » en grise kaolinitique du site de Fauverges à Clansayes (Alcamo 1986 : 194), ou du site du Pontiar I à Vallon-Pont-d’Arc, (Ardèche) dans un contexte fin ve‑début vie s. (Alcamo, Lagrand 1985 : 14). Il est également possible de citer, à titre comparatif, des exemplaires découverts sur le site de l’Abri de Jonas à Donzère (Feuillet 1987). La jatte en grise kaolinitique avec un bord de type 1 la est fréquente sur de nombreux sites méridionaux, en particulier à Saint-Vincent près de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme) et sur le site du Pontiar I à Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche) dans des contextes de la fin du ve et du début du vie s., et sur d’autres sites méridionaux (Py 1993, type Kaol. C9) entre 400 et 500. Les bords de type 3c à crochet, fréquents dans les contextes de la fin du vie au viiie s., sont absents de ce lot. Les mortiers à collerette sont des formes assez peu fréquentes qui rappellent celles du Haut-Empire et qui sont attestées jusqu’au vie s.

157Les amphores africaines cylindriques, de type Keay XXXV, sont attestées sur plusieurs sites méridionaux, en particulier dans des contextes du milieu du ve s. à Marseille (Bonifay 1986). L’amphore de petites dimensions est assez proche des spatheia d’Afrique du Nord. Ces petits conteneurs sont attribués généralement au ve s. (Bonifay 1986 ; Cathma 1993b ; Conges, Leguilloux 1991), certains perdurant jusqu’au viie s. (Bonifay et al. 1989 ; Py 1993 : 18). À titre comparatif, les exemplaires découverts à Saint-Jean-de-Garguier (Bouches-du-Rhône) pourraient être tardifs : vie-viie s. (Féraud 1987). Il est également possible de citer un exemplaire provenant d’une sépulture à Saint-Étienne-de-Candau (Gard) et daté du ve s. (Gagnière 1965 : 79).

158Ce lot peut être en de nombreux points comparé à celui de l’état IV du site de Saint-Vincent près de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Odiot, Raynaud 1992), dont la fourchette chronologique se situe entre 475 à 525. Tous les éléments qui le constituent argumentent en faveur d’une datation placée dans le courant du ve s. ou au début du vie s.

21.4.4.2 Une occupation aux xe-xie s.?

159Les indices de fréquentation du site aux environs de l’an mille restent très ténus. Sa situation géographique incite à envisager les caractéristiques morphologiques et typologiques du mobilier céramique en les comparant avec les sites proches de Crest / Bourbousson et Chabrillan/ L’Hortal. Quelques tessons de céramique à cuisson réductrice dont la pâte est assez granuleuse se rapprochent de ceux des productions attestées aux xe-xie s. sur les sites voisins. Ils sont associés à un bord en bandeau de type 4c.

21.4.4.3 Le mobilier des xiie-xiiie s.

160Il faut, avant toute chose, préciser que le mobilier étudié ci-dessous représente un échantillonnage des types de formes rencontrées sur le site. En effet, les structures n’ont pas toutes été fouillées de façon exhaustive, il en résulte parfois que le céramologue se trouve confronté à des lots de céramiques assez fragmentées et qui ne permettent pas toujours d’identifier les formes réelles. Une datation séparée de chaque structure avait été envisagée, mais la cohérence de l’analyse chronologique n’était pas assurée en raison de la faiblesse numérique de certains ensembles. Les caractères spécifiques de ce lot suggèrent par conséquent de traiter les céramiques de cette occupation dans leur globalité. Ce choix ne nuit pas à l’élaboration des arguments de datation, au vu de l’homogénéité des céramiques découvertes. Les renseignements fournis par la stratigraphie restent assez maigres en comparaison de l’étendue du site. Pour la numérotation des structures, il convient de se référer à la monographie du site (cf. chap. 5). En revanche, quelques ensembles seront présentés individuellement car ils se sont révélés assez abondants.

161Cette analyse laisse apparaître la domination des pâtes kaolinitiques (tabl. LVII). En effet, elles représentent 92 % des individus. Les pâtes sont le plus souvent à parois externes grises, avec parfois des reflets bleutés. Le cœur est blanc ou gris clair. Elles se caractérisent également par une certaine finesse et par leur aspect assez sonore.

TABL. LVII
Chabrillan / Saint-Martin : des XIIe-XIIIe s. Répartition des bords par type et mode de cuisson.

162Les pâtes sableuses à cuisson réductrice, avec seulement 8 % des individus, présentent un aspect granuleux et assez grossier qui les rapproche des productions découvertes sur les sites voisins.

163Les bords en bandeau sont très nettement dominants avec 49 % (fig. 182-184). Leur diamètre est variable et compris entre 100 et 160 mm, avec des concentrations à 120 et 130 mm. Ils sont dominés par le type 4c (34 %), suivi du type 4a (9 %). Ils équipent les oules de dimensions variées, dont certaines portent parfois des décors à la molette (fig. 182 : no 5). Le type 4d fait son apparition (6 %), il est très souvent observé sur des vases munis d’une anse que l’on peut désigner comme des coquemars (fig. 188 : nos 1, 5). Tous ces bords sont très proches de ceux rencontrés sur le site de Notre-Dame de la Calle à Dieulefit. Dans l’atelier de Saint-Blaise de Bauzon, à Bollène (Vaucluse), les bords en bandeau sont très minoritaires par rapport aux lèvres évasées et rondes (type 2 et la).

FIG. 182
Chabrillan / Saint-Martin : céramique kaolinitique des XIIeXIIIe s. 1‑28 ouïes à lèvre en bandeau.

FIG. 183
Chabrillan / Saint-Martin : céramique kaolinitique des XIIeXIIIe s. 1‑29 ouïes à lèvre en bandeau.

FIG. 184
Chabrillan / Saint-Martin : céramique kaolinitique des XIIeXIIIe s. 1‑18 ouïes à lèvre en bandeau.

164Avec 45 %, le bord évasé à gorge interne de type 2 est également bien représenté (fig. 185-187). Il est identique au type 1 de Saint-Paul-Trois-Châteaux où cette forme représente 49 % des bords étudiés. La gorge interne est plus ou moins prononcée. Ces pourcentages sont très proches de ceux de l’atelier de Saint-Blaise de Bauzon (43 %). Le diamètre de ce type de bord est compris entre 100 et 160 mm avec une majorité de récipients dont le diamètre maximal est situé autour de 120 mm. Il faut noter le cas exceptionnel (fig. 185 : no 6) d’un récipient d’un diamètre de 240 mm. Ce type peut être associé dans la grande majorité des cas à des formes fermées comme les cruches à bec pincé ou les cruches à bec ponté. Les cruches à bec ponté sont représentées par 24 individus (fig. 185 : nos 11, 19 ; fig. 186 : nos 13, 17). Les becs sont assez importants. Aucune forme complète n’a permis de définir le type de fond utilisé. Par comparaison avec d’autres sites, il est possible d’évoquer l’utilisation majoritaire du fond bombé. Les cruches à bec pincé de forme basse (fig. 187 : nos 2, 9) trouvent des comparaisons sur de nombreux sites, à Viviers (Leenhardt, Vallauri 1988), Digne (Démians d’Archimbaud, Pelletier 1995b), d’autres sont de dimensions plus importantes (fig. 187 : no 8).

FIG. 185
Chabrillan / Saint-Martin : céramique des XIIe-XIIIe s. 1-10 pots à lèvre évasée ; 11,12, 19 cruches à bec ponté ; 13, 14, 16-18, 23-26 pots à lèvre évasée ; 15 gourde ; 20 oule à lèvre évasée ; 21, 22 cruches à bec pincé.

FIG. 186
Chabrillan / Saint-Martin : céramique des XIIe-XIIIe s. 1-1214-16 pots à lèvre évasée ; 13 cruche à bec ponté ; 17 cruche à bec ponté ; 18,19 cruches non identifiées.

FIG. 187
Chabrillan / Saint-Martin : céramique des XIIe-XIIIe s. 1 cruche à bec ponté ; 29 cruches basses à bec pincé ; 3-6 cruches à bec pincé ; 7 jarre ; 8 cruche haute à bec pincé.

165Le type la correspond au type 2 de Saint-Paul (Raynaud 1992a : 184) qui est dénommé « à lèvre ronde », il est associé à des cruches à bec ponté. Il ne représente que 4 % des exemplaires. À Bollène (Thiriot 1996b), il en représente 44 %. Les diamètres rencontrés sont identiques à ceux du type 2.

166Le site n’a livré qu’un seul bord de type 5a (fig. 187 : no 11). Le type 5c (fig. 187 : no 7 ; fig. 188 : no 4) est proche de bords connus sur le site de Notre-Dame de la Calle à Dieulefit (Alcamo 1986 : 197). Un bord appartient vraisemblablement à un récipient destiné au stockage (fig. 187 : no 7).

FIG. 188
Chabrillan / Saint-Martin : céramique kaolinitique des XIIeXIIIe s. 15 coquemars ; 2 cruche à bec ponté ; 3, 4 pots ; 6 fond plat ; 78 couvercles.

167Un petit bord d’ouverture étroite évoque une gourde (fig. 185 : no 15). D’autres fragments de ces récipients ont été découverts, ils sont identiques à des exemplaires rencontrés à Puygiron (Alcamo 1986 ; Alcamo, Bois 1987).

168Quelques bords sont à associer à des couvercles sans que l’on puisse préciser leur forme complète (fig. 188 : nos 7, 8).

169Les fonds bombés (fig. 189 : nos 1-5, 8-11) sont majoritaires (243 individus) ; le bombement peut être plus ou moins prononcé. Les fonds plats (fig. 189 : nos 6, 7 ; fig. 188 : nos 1, 5, 6) restent peu fréquents (41 exemplaires).

FIG. 189
Chabrillan / Saint-Martin : céramique des XIIe-XIIIe s. 1‑11 fonds bombés.

Proposition de datation

170L’argumentation chronologique du lot de Chabrillan / Saint Martin s’est révélée difficile en raison du manque d’éléments de datation absolue ; elle est fondée uniquement sur l’analyse céramologique. Le nombre de tessons par structure demeure souvent insuffisant pour que l’on puisse établir des datations précises. La stratigraphie n’a fourni que de maigres renseignements qui ne permettent pas de percevoir des nuances chronologiques : dans certains ensembles, la mise en évidence de phases stratigraphiques n’a pas suffi pour établir une différenciation dans le mobilier, qui est très homogène. Pour la typologie, le vaisselier analysé ne se fait pas remarquer par sa diversité.

171Le lot des céramiques kaolinitiques de Saint-Martin est, à peu de choses près, identique à celui de Notre-Dame de la Calle à Dieulefit (Drôme) par les caractères morphologiques et typologiques, et à celui de la rue des Écoles à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Raynaud 1992a), tous deux datés des xiie-xiiie s. La production du xiiie s. de Saint-Blaise de Bauzon à Bollène (Thiriot 1987) offre également de nombreuses similitudes avec les cruches à bec ponté et les coquemars ; en revanche, le bord en bandeau n’est pas très abondant. Le lot de Saint-Martin est très différent dans sa typologie de celui de l’atelier de Saint-Victor-des-Oules (Gard) daté des xiie-xiiie s. : les lèvres rondes et les lèvres rentrantes (Thiriot 1986b : 138) en particulier, sont absentes du site de Saint-Martin.

172Les bords en bandeau de type 4 ne constituent pas à eux seuls des éléments datant précis. En effet, on les rencontre sur la majorité des sites médiévaux de la région entre le viie et le xiiie s.

173Le coquemar à bord de type 4d et fond plat (fig. 188 : nos 1, 5) est connu en contexte funéraire, en particulier à Châteauneuf-de-Bordette (Colardelle 1983 : fig. 100), et daté du xiiie s. à La Sône, Isère (Colardelle 1983 : fig. 94, no 4) ; on le retrouve à Viviers (Ardèche) dans un contexte des xiie-xiiie s. (Leenhardt, Vallauri 1988). Des formes presque identiques proviennent du site de Saint-Bonnet à Puygiron (Alcamo, Lagrand 1985 ; Alcamo 1986). Un exemplaire daté du xiiie s. provient de la nécropole de Saint-Jaumes, à Sault dans le Vaucluse (Gagnière 1965 : 107). Toujours en contexte funéraire, cette forme est présente dans le niveau 3, daté des xie-xiie s., des fouilles de la cathédrale Notre-Dame de Digne (Démians d’Archimbaud, Pelletier 1995b). Le bord de type 4d associé à une anse est également observé à Dieulefit (Alcamo 1986 : 200). Enfin, l’atelier de Roussillon (Vaucluse) a livré un pot à anse et rebord en bandeau avec une datation xie-xiie s. (Blaison et al. 1996 : 46).

174Un bord de type 5c (fig. 187 : no 7) évoque des récipients de grandes dimensions, de type jarre ou récipient destiné au stockage, connus dans le Vaucluse, en particulier dans l’atelier de Bonnieux (Blaison et al. 1996), et dont la production est datée du xiiie s. L’apport de bandes d’argile a plutôt une vocation de renfort que de décoration.

175La comparaison du lot de Saint-Martin avec les sites voisins des Vignarets, de Bourbousson et de L’Hortal, qui ont livré respectivement des lots datés des xe et xie s., fournit quelques arguments. Sur les sites précédemment mentionnés, il faut remarquer l’absence de productions kaolinitiques et la présence systématique de fonds marqués. L’analyse des céramiques de Chabrillan / Saint-Martin laisse découvrir des différences évidentes. Ces caractères sont d’ordre typologique et technologique :

  • omniprésence des productions kaolinitiques ;

  • absence de fonds marqués ;

  • utilisation du fond plat ;

  • apparition de formes nouvelles, comme le coquemar avec bord en bandeau rentrant de type 4d et la cruche à bec pincé à fond plat et large ouverture ;

  • absence de formes culinaires de type marmite, dont la diffusion est effective à partir de la fin du xiie s. et surtout au xiiie s. en région Rhône-Alpes (Vicard 1996 : 262-264), et au xiiie s. en Languedoc (Leenhardt, Vallauri 1998 : 218-219) ;

  • absence de production à cuisson oxydante portant une glaçure plombifère, dont l’émergence se situe au début du xiiie s. en région lyonnaise (Vicard 1996 : 277-279) et au xiiie s. dans le Midi méditerranéen (Vallauri, Leenhardt 1997).

176En prenant en compte tous les éléments de comparaison, ce lot est à placer postérieurement au xie s. Il est, de toute évidence, assez clair que l’approvisionnement en céramique du site est très différent de ceux qui sont étudiés à proximité et dans des contextes chronologiques différents. Sans la possibilité de recours à des éléments de datation absolue, ce lot sera placé prudemment dans une fourchette chronologique située entre le xiie et le début du xiiie s.

177Nous allons présenter ici de façon plus détaillée le mobilier provenant d’une fosse, car ses caractères typologiques et technologiques se différencient de ceux précédemment étudiés. La céramique à cuisson réductrice y est majoritaire avec 63 tessons et 4 individus. Les formes rencontrées sont illustrées par trois coquemars (fig. 190 : nos 2-4) et un vase de grandes dimensions peut-être destiné au transport de denrées (fig. 190 : no 1). Les coquemars se caractérisent par un bord de type 2 associé à une anse unique, une paroi globulaire et un fond bombé. Cette forme apparaît dans la région Rhône-Alpes dès le xiie s. (Vicard 1996 : 264-265). Un récipient presque identique, daté du xiiie s., est signalé à Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans la Drôme (Raynaud 1992a : 188). Le récipient de grandes dimensions possède un bord droit, arrondi à son extrémité, sur lequel se rattache une anse en panier. Une anse latérale prenant appui sur le bord et sur le haut de la paroi constitue un second élément de préhension. La pâte de ce vase est assez grossière et de couleur brune. Sa fonction reste indéterminée, mais ses dimensions importantes et la spécificité des éléments de préhension évoquent le transport de denrées. Il n’est pas sans rappeler certaines formes connues à Lyon dans des contextes du xiiie s. (Vicard 1996 : 209). La grise kaolinitique n’a livré que 12 tessons et 2 individus avec un bord de type 2 (fig. 190 : no 6) et un de type 4c (fig. 190 : no 5). Cette fosse a livré en outre un tesson à pâte rose recouvert d’une glaçure jaune. Le type de glaçure utilisé est différent de celui connu dans les contextes des xe-xie s. (cf. chap. 6). Les caractères typologiques particuliers de ce lot permettent de l’individualiser par rapport au reste du mobilier. Il pourrait correspondre à un vaisselier en utilisation à partir du xiiie s. Cette fosse est associée à une structure artisanale ou un foyer dont la datation par archéomagnétisme est fixée aux xiie-xiiie s.

FIG. 190
Chabrillan / Saint-Martin : céramique du XIIIe s. recueillie dans la fosse 1 vase de transport ; 2-4 coquemars ; 5 oule à lèvre en bandeau ; 6 oule à lèvre évasée.

21.4.5 La-Roche-sur-Grane / Les Treilayes (Drôme)

178Le site des Treilayes, à La-Roche-sur-Grane (resp. I. Rémy / Afan), n’a livré qu’un lot assez réduit de 156 tessons constitué de grise kaolinitique en majorité (80 %) et de céramique à cuisson réductrice (20 %). Il convient cependant de citer les quelques éléments le constituant. Il apparaît que les bords en bandeau de type 4 (fig. 191 : nos 1-4) sont majoritaires (tabl. LVIII), et particulièrement le type 4c. Il faut par ailleurs remarquer l’aspect très évasé d’un bord d’oule (fig. 191 : no 1) portant un décor à la molette. Un seul bord de type 2 a été observé (fig. 191 : no 5). Tous les fonds sont bombés.

FIG. 191
La Roche-sur-Grane / Les Treilayes : céramique des Xe-XIe s. 1-4 ouïes à lèvre en bandeau ; 5 lèvre évasée.

TABL. LVIII
La Roche-sur-Grane / Les Treilayes : répartition des bords par type et mode de cuisson.

Proposition de datation

179La stratigraphie n’est d’aucun secours pour la datation. Seuls les aspects purement typologiques peuvent être utilisés. Ce mobilier peut être placé dans une large fourchette chronologique située entre le xe et le xiie s. La situation du gisement au sud de la rivière Drôme explique probablement la place occupée par les productions kaolinitiques.

21.4.6 Montboucher-sur-Jabron/ Constantin (Drôme)

180Le mobilier céramique du site de Montboucher/ Constantin (resp. M. Goy / Afan) est constitué de 587 tessons avec un nombre minimum de 112 individus. Il est réparti en deux ensembles chronologiques distincts correspondant chacun à l’occupation d’un bâtiment.

21.4.6.1 Le mobilier du bâtiment A

181La céramique provenant de l’occupation du bâtiment A et contenue dans le remplissage des fosses est constituée de 185 tessons pour un nombre minimum de 28 individus. Au sein de cet ensemble, la grise kaolinitique est majoritaire avec 90 % des individus. L’observation rapide des pâtes laisse apparaître leur finesse, l’insertion de dégraissants et de particules de mica. La céramique siliceuse à cuisson réductrice représente 10 % des individus.

182L’analyse des bords (tabl. LIX) indique que le type 3c est le plus représenté avec 5 individus (fig. 193 : nos 12-17) et peut parfois prendre la forme d’un bourrelet plus ou moins prononcé. Il est suivi des bandeaux triangulaires de type 3a et 3b avec gorge interne assez prononcée (fig. 192 : nos 1-5), ainsi que des bandeaux proches du type 4a. Les types la et 2 sont également représentés (fig. 192 : nos 6-10). Tous ces bords sont à associer à des formes fermées de type olla. Un bord de type 7b est associé à une forme ouverte, une coupe carénée (fig. 192 : no 11). Tous les fonds découverts sont plats et assez étroits (fig. 192 : nos 18, 19).

FIG. 192
Monboucher-sur-Jabron / Constantin : céramique du bâtiment A. 1-1012-17 ollae ; 11 coupe carénée ; 18, 19 fonds d’ollae.

FIG. 193
Monboucher-sur-Jabron / Constantin : céramique du bâtiment B, XIe s. 1-13 ouïes.

TABL. LIX
Montboucher-sur-Jabron / Constantin : bâtiment A. Répartition des bords par type et mode de cuisson, VIe-VIIIe s.

Proposition de datation

183La chronologie de ce bâtiment ne bénéficie pas de datation absolue. Elle s’appuiera sur des éléments comparatifs de céramologie méridionale. En effet, les formes et les types rencontrés sont beaucoup plus proches des faciès méditerranéens que de ceux du Dauphiné et du Lyonnais. Les bords de type 3b s’inscrivent dans une tradition encore empreinte d’éléments de l’Antiquité tardive. Ils correspondent au type 6a de la Cathma (Cathma 1993a). Ils trouvent leur parallèle sur le site de Saint-Vincent à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Odiot, Raynaud 1992), dans un lot daté de la fin du ve ou du début du vie s. Sur le site des Aures (Alcamo, Lagrand 1985), les bandeaux triangulaires sont datés des vie-viie s. À Viviers (Ardèche), les occupations des vie-viie s. livrent un mobilier identique (Esquieu 1984 ; 1988). L’occupation dite « tardo-antique » de Dassargues, à Lunel (Gard), a révélé un lot assez considérable de bords triangulaires datés des ve-vie s. (Garnier et al. 1995 : 8-11).

184Le type 3c constitue également un bon indice de datation ; en effet, il est à ce jour connu sur de nombreux sites méridionaux et produit dans les ateliers de grise kaolinitique de Bollène (Thiriot 1986b). Il apparaît au plus tôt à la fin du vie s. et connaît une diffusion maximale aux viie et viiie s. (Garnier et al. 1995).

185La coupe carénée de type 7b n’est pas sans rappeler des formes connues dans le courant de l’Antiquité tardive et au début du haut Moyen Âge. Des coupes, ou bols, s’inspirant très vraisemblablement de modèles en céramique fine –céramique luisante ou dérivée de sigillée paléochrétienne– sont fréquentes dans la région lyonnaise dans des contextes des ve-viie s. (Ayala 2000 : 227 ; Horry 2000 : 21-22). À Dassargues (Garnier et al. 1995 : 14), le mobilier du viie s. a livré une coupe en grise kaolinitique présentant des caractéristiques proches.

186L’analyse céramologique permet par conséquent d’envisager une occupation aux vie-viiie s. pour le bâtiment A.

21.4.6.2 Le mobilier du bâtiment B

187L’occupation du bâtiment B et les fosses-silos qui lui sont associées ont livré 452 tessons de céramique représentant un nombre minimum de 55 individus. Les vases correspondent en grande majorité à des productions en pâte kaolinitique. Certains vases ayant subi les dégradations occasionnées par leur contact avec le feu, il n’a pas toujours été possible de les raccorder à une production précise.

188L’analyse de la typologie laisse apparaître un vaisselier assez peu diversifié et proche de ceux connus sur les autres sites. Les types les plus représentés sont les bandeaux 4c (tabl. LX) avec 16 individus (fig. 193 : nos 1-4, 6-12), le type 4d est plus rare (fig. 193 : no 5). La taille de ces bandeaux est assez importante. Le bord évasé de type 2 est bien illustré par 9 exemplaires. Il faut enfin signaler les types la et lc. Tous les fonds découverts sont bombés ou lenticulaires (fig. 193 : no 13). Le répertoire des formes est constitué exclusivement de formes fermées. Iil se limite à quatre types de vases :

189– l’oule (fig. 193 : nos 1, 2) utilisée comme pot à cuire ou pot de stockage avec un bord de type 4 ; sur un exemplaire (fig. 193 : no 13), l’absence de bord est liée à une action volontaire afin de transformer le récipient à des fins de stockage ;

190– la cruche à bec ponté (bords de type la et 2), dont aucun exemplaire complet n’a pu être analysé (fig. 194 : nos 3-5) ; il est cependant possible d’observer des récipients de dimensions assez importantes avec un diamètre d’ouverture compris entre 160 et 200 mm ;

191– la cruche à becs pincés multiples ; le récipient découvert sur le site se caractérise par l’absence d’élément de préhension et possède quatre becs pincés, une paroi globulaire et un fond bombé (fig. 194 : no 7) ;

192– le couvercle avec des dimensions moyennes et un bouton de préhension central (fig. 194 : no 6).

FIG. 194
Monboucher-sur-Jabron / Constantin : céramique du bâtiment B, XIe s. 1, 2 pots à lèvre évasée ; 3-5 cruches à bec ponté ; 6 couvercle ; 7 cruche à becs pincés multiples.

TABL. LX
Montboucher-sur-Jabron / Constantin : bâtiment B. Répartition des bords par type et mode de cuisson, XIe s.

Proposition de datation

193Le lot provenant de l’occupation du bâtiment B possède des caractères morphologiques marqués qui facilitent l’argumentation. Les bords en bandeau de type 4c associés à des oules à fond bombé sont surtout présents dans des contextes des environs de l’an mille et jusqu’au xiiie s. Ils peuvent être comparés à ceux découverts à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Raynaud 1992a), qui sont datés des xiie-xiiie s.

194Le type 2 seul ne fournit pas d’indice chronologique très précis, cependant son association avec des cruches à bec ponté le rapproche d’un vaisselier en utilisation dès l’an mille et jusqu’au xive s. (Vicard 1996 : 218-224). Les ateliers de Bollène, datés du xiie s., connaissent cette forme (Thiriot 1996b). Les pégaus rencontrés en contexte funéraire, en particulier à Montbrison-sur-le-Lez et Nyons, sont des cruches à bec ponté réutilisées (Gagnière 1965 ; Colardelle 1983 : 103-108). La cruche à bec pincé quadrilobé est assez proche de récipients découverts dans des sépultures (Bailly-Maître 1985 ; Gagnière 1965 : 93) et datés du xie s.

195Les fonds bombés et lenticulaires constituent également de bons indices chronologiques : plus au nord, leur apparition semble liée à celle des fonds marqués dans le courant du xe s., et perdure durant tout le xie s. (Faure-Boucharlat 2001). Cette occupation n’a livré aucun fond plat étroit, lequel est très fréquent au haut Moyen Âge et semble réapparaître avec un format plus large dans la région dans le courant du xiie s. –en particulier sur le site de Chabrillan / Saint-Martin. Le site n’a pas révélé de fonds marqués. Il est fort probable qu’il soit situé hors des courants de diffusion de ceux-ci. La quasi-exclusivité des productions à pâte kaolinitique n’est peut-être pas étrangère à ce phénomène ; en effet, à ce jour aucun fond marqué n’a été observé sur les céramiques grises kaolinitiques. Le couvercle ne fournit pas d’élément de datation supplémentaire. Il est cependant très proche des exemplaires connus sur d’autres sites méridionaux, en particulier à Puygiron (Alcamo, Bois 1987) et au Castelas de Cucuron (Fixot, Pelletier 1983 : 114).

  • 6 – Archeolabs réf. ARC 96/R577D.

196Tous les éléments constituant ce lot laissaient envisager une datation aux xe-xie s. Celle-ci a été confortée par une datation par dendrochronologie effectuée sur le bois des poutraisons du bâtiment, qui donne une date d’abattage postérieure à 1024 et antérieure à 1060 (avec réserve)6.

21.4.7 Lapalud / Les Girardes (Vaucluse)

Le mobilier

197Le mobilier céramique provient du remplissage d’un foyer. Il est constitué à 100 % de céramique grise kaolinitique. Cette structure contenait également de la céramique antique résiduelle liée au site gallo-romain proche.

198Les types de bords inventoriés (tabl. LXI) appartiennent à un répertoire facilement identifiable. Le type la appartient à des récipients non identifiés (fig. 195 : no 2). Le type 2 (fig. 195 : no 1), avec 1 individu, est associé à une anse. Les lèvres 3c dites « à crochet », au nombre de 8 (fig. 195 : nos 11-18), sont également représentées. Elles appartiennent à des formes fermées de type olla à parois globulaires et fond plat étroit (fig. 195 : nos 9, 10). Les formes ouvertes sont représentées par le type 6b qui caractérise les gobelets tronconiques ou bols (fig. 195 : nos 3-5). Il faut enfin signaler trois couvercles (fig. 195 : nos 6-8) qui peuvent être associés aux formes fermées comme les ollae. Aucun décor n a été observé. Tous les fonds inventoriés sont plats et assez étroits.

FIG. 195
Lapalud / Les Girardes : céramique du haut Moyen Âge, VIIeVIIIe s. 1 pot à anse ; 2 alla ; 3-5 gobelets ; 6-8 couvercles ; 9101920 fonds d’ollae ; 11-18 ollae.

TABL. LXI
Lapalud / Les Girardes : répartition des bords par type dans la production kaolinitique, seule représentée.

Proposition de datation

199La datation de cet ensemble reposera sur l’analyse céramologique.

200Le type la n’apporte pas d’élément de datation. Le type 2 associé à une anse est proche d’exemplaires connus plus au sud, en particulier le type A2A de Saint-Blaise (Pelletier, Vallauri 1994 : 165 ; Py 1993, Kaol. A11). Il est diffusé dès la fin du ve s. et ce jusqu’au début du viie s.

201De toute évidence c’est la représentation majoritaire (8 exemplaires) du type 3c qui fournit les éléments chronotypologiques les plus marqués. Au nord, ce type est attesté dans la vallée de l’Isère, sur le site de L’Albenc (Isère), dans un contexte des viie-viiie s. (Faure-Boucharlat 2001). Il est signalé à Lyon, place des Célestins, dans un contexte des viie-viiie s. (Horry 2000). Mais il faut se rendre plus au sud pour le rencontrer de façon systématique sur les sites du haut Moyen Âge. En Provence, à Saint-Blaise, il est présent dans les niveaux des phases VII et VIII datées respectivement de la fin du vie s. et du courant du viie s. (Démians d’Archimbaud 1994 : 166-169). Ils sont signalés également dans le reste de la Provence, à Fontaine-de-Vaucluse (Borgard 1984), à Arles (Bouches-du-Rhône), à Marseille (Bouches-du-Rhône), etc. (Pelletier 1997 : 112-116). En Languedoc, plusieurs sites livrent ce type dans des niveaux des viie-viiie s., à Dassargues par exemple (Garnier et al. 1995).

202Les gobelets, ou bols, aux bords de type 6b sont connus dans la Drôme sur le site des Aures dans un contexte vie-viie s. (Alcamo 1986) ; en Provence, ils sont mentionnés dans la phase IV de Saint-Blaise, c’est-à-dire au vie s. (Démians d’Archimbaud 1994 : 177-179). Ils sont également attestés fréquemment plus au nord en Lyonnais où ils sont fréquents dans les contextes des vie-viiie s. (Faure-Boucharlat, Reynaud 1986 ; Horry 2000 : 21). Ce mobilier offre de nombreuses similitudes typologiques avec celui de Mondragon / Les Ribauds (cf. chap. 9).

203La proximité du site de Bollène, avec ses ateliers de vaisselle kaolinitique (Thiriot 1986a ; 1986b ; 1996a ; 1996b), permet de poser pour hypothèse que les productions en grise kaolinitique des Girardes en proviennent, en raison des caractères morphologiques et typologiques qui sont presque identiques.

204Tous les éléments ci-dessus permettent de rattacher prudemment ce lot aux viie-viiie s.

21.5 Synthèse

21.5.1 Du vie au viiie s.

205Les lots du haut Moyen Âge proviennent tous de sites du sud de la Drôme, et d’un site du nord du Vaucluse : Chabrillan / L’Hortal, Chabrillan / Saint-Martin, Montboucher / Constantin et Lapalud / Les Girardes.

206La comparaison avec des lots issus de fouilles régionales s’est imposée. Au nord, il est possible de se référer à des sites du Lyonnais et du Dauphiné. À Lyon, le faciès céramologique des ve-viiie s. est illustré par plusieurs ensembles de référence. La période de transition entre l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge est représentée par des lots assez abondants (Ayala 1994 ; 2000). Les vie-viiie s. sont illustrés par plusieurs sites (Faure-Boucharlat, Reynaud 1986 ; Maccari-Poisson 1994 ; Horry 2000 ; Faure-Boucharlat 2001). Les régions méridionales offrent de nombreux groupes de référence, avec les différentes études réalisées par le groupe Cathma pour le Languedoc-Roussillon, et pour la Provence les études réalisées au sein du Laboratoire d’archéologie médiévale méditerranéenne.

207Sur les sites étudiés ci-dessus, la cuisson en atmosphère réductrice est utilisée de façon presque systématique pour la vaisselle commune. Ce phénomène est observé en Provence (Pelletier 1997), où dès le début du ve s., que ce soit pour la vaisselle de table ou la vaisselle culinaire, la cuisson réductrice devient quasi exclusive. Plus au nord, dans la région Rhône-Alpes, les céramiques à cuisson oxydante sont encore bien représentées jusqu’à la fin du viie s. (Faure-Boucharlat 2001).

208Les céramiques communes représentent l’essentiel du vaisselier. Il s’agit sans doute de productions locales, voire régionales. Contrairement aux régions proches du littoral méditerranéen, aucune production de vaisselle commune importée de Méditerranée orientale ou d’Afrique du Nord n’a été identifiée (Cathma 1991).

209Dans la vaisselle commune, les céramiques grises kaolinitiques sont majoritaires. À Chabrillan / Saint-Martin, elles représentent 53 % des céramiques communes dans un contexte des ve-vie s. Plus au sud, à Montboucher / Constantin, la vaisselle kaolinitique est largement majoritaire avec 90 % des individus céramiques recueillis dans les niveaux d’occupation du bâtiment des vie-viie s. À Lapalud/Les Girardes, elle représente la totalité du vaisselier. Il manque des références pour le haut Moyen Âge dans les régions situées au nord de la rivière Drôme. Il est possible cependant de se référer à l’étude d’un lot découvert dans la vallée de l’Isère à L’Albenc (Faure-Boucharlat 2001). Les céramiques des occupations datées des vie-viiie s. sont représentées en grande partie par de la céramique siliceuse à cuisson réductrice. Les productions kaolinitiques sont minoritaires avec 19 % des fragments. Plus au sud, ce sont plusieurs ensembles de référence qui permettent d’effectuer des remarques d’ordre comparatif. À Aimargues (Gard), le mobilier des viieviiie s. est constitué exclusivement de pâte kaolinitique (Mercier, Barberan 1996). L’analyse des lots drômois laisse également apparaître l’absence de céramiques à pisolithes rencontrées fréquemment à l’ouest du Rhône au ve s. (Cathma 1986).

210La vaisselle kaolinitique est en grande partie à vocation culinaire. Parmi les formes fermées identifiées, les pots constituent de loin le type le plus utilisé. Ces ollae descendent en ligne directe des pots à cuire de l’Antiquité. Certaines productions en grise kaolinitique des iiie-ive s. (Alcamo 1986 : 186) possèdent déjà les mêmes caractéristiques morphologiques avec bord en bandeau, paroi globulaire et fond plat. Les récipients des ve-vie s. se caractérisent par un col plus ou moins haut (fig. 181 : nos 1 -3), par un diamètre d’ouverture compris entre 140 et 150 mm et par un épaulement assez marqué. Certains exemplaires possèdent des stries de tournage assez marquées sur le haut de la paroi. Il faut noter un exemplaire assez particulier (fig. 181 : no 15), découvert à Chabrillan/Saint Martin, avec un ressaut au milieu du col, mais l’aspect fragmentaire de ce récipient ne permet pas cependant d’en définir la forme réelle. Ces ollae sont toutes pourvues de fonds plats.

211Aux récipients à bord en bandeau triangulaire et fond plat des ve-vie s. (Chabrillan / Saint-Martin et Chabrillan / L’Hortal) succèdent, aux viieviiie s., des modèles dont la morphologie des lèvres change, comme le type dit « à crochet » (Chabrillan / L’Hortal, Montboucher / Constantin et Lapalud / Les Girardes). Ce type de bord est sans doute caractéristique des régions méridionales. À ce jour, il est totalement absent d’une grande majorité des sites du haut Moyen Âge de la région Rhône-Alpes. Deux exemplaires sont signalés à Lyon (Horry 2000 : 19), et l’étude du lot de céramiques provenant du site de L’Albenc, dans la vallée de l’Isère, révèle une fréquence assez minoritaire de ceux-ci (Faure-Boucharlat 2001). Sur de nombreux sites provençaux et languedociens, ce type est attesté dans les contextes des viie-viiie s. (Borgard 1984). Les récipients des vie-viiie s. (Montboucher / Constantin et Lapalud / Les Girardes) préfigurent déjà l’oule médiévale avec la disparition du col. L’analyse typologique laisse apparaître l’utilisation d’un répertoire de bords assez varié. L’ouverture des vases est comprise entre 140 et 170 mm, le diamètre maximal de la panse atteint 260 mm. Les fonds sont plats, étroits et d’une largeur comprise entre 50 et 100 mm. Ce type de fond, que l’on rencontre à Montboucher et Lapalud, est absent des sites du Lyonnais et du Dauphiné, il est caractéristique des sites méridionaux.

212Quelques rares formes ouvertes attestent encore l’influence du vaisselier antique. Il peut s’agir de jattes, d’assiettes à bord rentrant (bord de type 11b), ou de bols carénés. Les jattes (Chabrillan / Saint-Martin) ne sont attestées que dans les contextes proches de l’Antiquité tardive. Il en est de même pour les assiettes ou les écuelles à bord rentrant. Les bols carénés sont une constante des sites du haut Moyen Âge, en particulier dans les contextes ve-viie s. en Lyonnais, mais également dans une grande partie de la France septentrionale. On voit également l’apparition des gobelets tronconiques, parfois ornés de décors peignés dont le modèle est à rechercher dans les vases en pierre ollaire des vallées alpines (Haldimann, Steiner 1996). Ces formes, toujours en grise réductrice, apparaissent au plus tôt à la fin du vie s. dans le Sud, à Bollène (Thiriot 1995a), aux vieviie s. à Marseille (Bonifay, Pelletier 1983 : 334-342), et sont diffusées jusqu’au viiie s. En Lyonnais et en Bresse, les gobelets sont attestés sur la plupart des sites entre la fin du vie et le viiie s. (Faure-Boucharlat 1986a ; Horry 2000 ; Faure-Boucharlat 2001).

213Les céramiques fines tardives ne sont évoquées que par quelques fragments de dérivées de sigillées paléochrétiennes et de céramique luisante, certainement résiduels.

214Les amphores sont très souvent résiduelles, cependant il est possible de citer les productions africaines à Chabrillan (fig. 181 : nos 24, 26). Dans le Midi, les amphores africaines sont présentes jusque dans les contextes du viie s. à Marseille (Bonifay 1986 ; Bonifay et al. 1989), voire de la seconde moitié du viiie s. dans le Gard (Cathma 1993a : 150-151).

21.5.2 Période carolingienne

215La période carolingienne constitue une des lacunes majeures dans la connaissance des céramiques médiévales en région Rhône-Alpes. Les sites étudiés ci-dessus n’ont pas permis d’identifier de lot attribuable à l’époque carolingienne. Si la typologie de l’Antiquité tardive et de l’époque mérovingienne commence à être cernée de façon plus précise, il n’en est pas de même pour la période située entre le viiie et le xe s. Une hypothèse pourrait expliquer ces manques : la céramique carolingienne est identique soit à celle de l’époque mérovingienne, ou à celle des environs de l’an mille. À ce jour, aucune donnée de chronologie absolue (14C, dendrochronologie, numéraire) ne plaide pour une continuité dans les caractères du vaisselier sur les sites entre la période mérovingienne et carolingienne. L’analyse typologique ne permet pas de définir avec précision les composantes du vaisselier carolingien.

  • 7 – Ce terme est utilisé à Lyon pour caractériser les bords en bandeau et les ouïes utilisées entre l (...)

216Quelques éléments de réflexion peuvent être suggérés pour la région Rhône-Alpes : cette période voit l’apparition du fond bombé ; à la fin de l’époque carolingienne (début du xe s.) apparaissent les premiers fonds marqués (Maccari-Poisson 1991 ; Faure-Boucharlat 2001) ; il faut noter également une diffusion plus large de la lèvre évasée qui devient concurrente des bords en bandeau de deuxième génération7, lesquels représentent l’essentiel du vaisselier à partir du viiie s. La comparaison avec des lots méridionaux ne fournit pas d’élément supplémentaire. En Languedoc, les faciès du ixe s. se caractérisent par de la céramique à post-cuisson oxydante et par des céramiques à bandes peintes (Cathma 1997), deux types absents des sites étudiés ci-dessus. Les pots globulaires dominent le vaisselier. Les transformations du répertoire s’opèrent à partir du xe s.

21.5.3 Du xe au xie s.

217Les lots à disposition laissent apparaître une forte proportion de mobilier des environs de l’an mille. L’étude comparative de ces derniers permet d’observer de fortes similitudes typologiques et morphologiques d’un gisement à l’autre. Les sites qui se trouvent au nord de la rivière Drôme, ou à proximité immédiate de celle-ci, ont livré des céramiques identiques. Pour définir les composantes du faciès des environs de l’an mille, on dispose de cinq ensembles : les habitats d’Upie / Les Vignarets, de Crest / Bourbousson, de Montboucher / Constantin et, dans une moindre mesure, les tranchées effectuées à La Roche-sur-Grane / Les Treilayes.

218Tous les vases découverts témoignent des mêmes procédés de fabrication. On peut noter l’utilisation systématique de la cuisson réductrice sur des pâtes siliceuses. La disparité dans les coloris des pâtes évoque l’utilisation d’argiles diverses pour les sites du nord de la Drôme. Les pâtes sableuses sont majoritaires sur les sites des Vignarets, de Bourbousson et de L’Hortal. Elles sont en grande majorité assez grossières avec de nombreuses inclusions et l’emploi de gros dégraissants. Il faut noter une certaine similitude d’aspect et de texture entre les productions médiévales des xexie s. et les productions antiques de commune sombre rouge datées des iiie-ive s., en particulier sur les sites de Montélier / Claveysonnes (Réthoré 1998) et Crest / Bourbousson 3. Ces trois gisements se singularisent également par l’absence ou la présence minimale de céramiques kaolinitiques. A contrario, le site de Montboucher / Constantin est représenté à plus de 90 % par de la grise kaolinitique. Si les connaissances sur les céramiques des sites de consommation sont assez précises, il n’en est pas de même pour les sites de fabrication.

  • 8 – À ce propos, pour les céramiques de Charavines (Isère) : « L’hypothèse de petits ateliers à faibl (...)

219Aucun atelier daté des environs de l’an mille n’a été fouillé dans la région concernée. Les centres de production des céramiques kaolinitiques étudiés par J. Thiriot dans la région de Bollène concernent le haut Moyen Âge ou le xiiie s. Un atelier fouillé à Bren (Faure-Boucharlat 1986b), dans le nord du département de la Drôme, et daté du xe s. a livré un vaisselier aux caractéristiques proches de celui des sites étudiés ci-dessus. Un « atelier » médiéval a été repéré en prospection, il y a quelques années, près de Vaunaveys-la-Rochette (comm. pers., É. Faure-Boucharlat). L’analyse rapide du mobilier révèle qu’il présente de nombreuses similitudes avec celui de Bren pour la typologie et pour le type d’argile utilisé. Il s’agit de productions à pâte assez grossière avec de nombreuses inclusions sableuses que l’on peut placer entre les xe et xie s. L’approvisionnement en céramique des sites étudiés devait être très vraisemblablement local (Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1993)8. Le fonctionnement d’ateliers locaux à faible rayon de diffusion est très certainement l’hypothèse la plus probable pour cette période.

220Le vaisselier est constitué essentiellement de formes fermées globulaires sans élément de préhension et destinées à la cuisson ou au stockage. On peut à ce propos évoquer les oules dont le bord est tronqué pour leur utilisation comme pots de stockage (fig. 193 : no 13). Tous les vases possèdent des fonds bombés ou lenticulaires. Les dimensions de ces récipients sont moyennes, avec des diamètres d’ouverture situés entre 110 et 160 mm, et une hauteur de 200 à 230 mm. Ils sont systématiquement équipés de bords en bandeau ou évasés de type 1, 2 ou 4.

221Les récipients destinés au stockage ou au service des liquides ne sont pas très variés : il s’agit de la cruche avec bec pincé ou bec ponté. Les cruches à bec pincé sont de dimensions assez modestes et se rapprochent de modèles connus dans le Nord-Dauphiné. À Upie, il s’agit d’un petit récipient avec un large bec, ou « bec de canard », associé à un petit bord évasé (type la). Les anses qui peuvent leur être associées sont rubanées. Un modèle se singularise : il s’agit de la cruche à becs pincés multiples –quatre en l’occurrence– découverte dans l’habitat de Montboucher / Constantin. Ce récipient est également caractérisé par l’absence d’élément de préhension. Les cruches à bec ponté peuvent être différentes suivant les sites. À Bourbousson, le bec est constitué d’un tube de pâte appliqué sur l’orifice, rattaché à la partie supérieure de la lèvre, laissant un petit interstice. À Montboucher, les becs pontés sont d’un modèle plus proche de ceux rencontrés sur les autres sites. Ils ne semblent pas cependant attester une technique différente suivant la géographie. L’étude réalisée sur le Bassin rhodanien en 1978 (Faure-Boucharlat et al. 1980) laissait envisager cependant l’utilisation de méthodes de fabrication différentes entre le Dauphiné et la Provence.

222Les décors ne sont pas très fréquents et le répertoire reste simple. Il s’agit presque toujours de motifs réalisés sur pâte fraîche, en creux ou en relief. Il peut s’agir de molettes (fig. 182 : no 5 ; fig. 191 : no 1) ou de lissage (fig. 177 : no 5).

223L’utilisation de glaçure plombifère sur les vases reste un phénomène très marginal aux xe-xie s. À Charavines, l’utilisation de revêtement glaçuré ne représente que 0,2 % des 43 146 tessons (Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1993 : 193). Sur les sites du TGV-Méditerranée, un seul tesson de ce type a été découvert dans une fosse de Chabrillan / L’Hortal dont le comblement est daté des xe-xie s. Les mêmes remarques que pour les tessons trouvés en Dauphiné peuvent être formulées : la couleur est olivâtre, l’aspect granuleux, et la pâte est grossière et épaisse. En Provence et en Languedoc oriental, les céramiques glaçurées des environs de l’an mille ne sont pas d’origine locale et proviendraient, comme le prouvent certaines analyses géochimiques, du Latium ou d’Italie du Nord (Bonifay et al. 1986 ; Cathma 1992). En revanche, les quelques analyses réalisées sur des exemplaires provenant du Lyonnais ou du Viennois ont montré qu’il s’agissait de productions locales (Reynaud et al. 1975 : 262-263).

224Les céramiques des xe-xie s. se singularisent par l’apport de marques en relief sur les fonds. Ces céramiques sont surtout connues sur les sites septentrionaux de la région Rhône-Alpes, dans les départements de l’Ain, de la Savoie, du Rhône, de l’Isère et dans le nord de la Drôme en contexte rural et urbain. La carte de répartition de ces fonds reste surtout concentrée en Lyonnais et en Dauphiné (Reynaud et al. 1975 ; Faure-Boucharlat 1980 ; Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1993).

225Sur les sites des Vignarets, Bourbousson et L’Hortal, le nombre des fonds marqués découverts reste assez peu important par rapport au nombre de fonds bombés (tabl. LXII). À titre comparatif, à Décines, près de Lyon, les marques concernent 22,8 % du nombre de fragments de fonds (Bouvier et al. 1992) et, à Charavines, elles atteignent 12,9 % (Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1993). Dans d’autres contextes de la région lyonnaise étudiés récemment, en particulier sur le site des Hauts-de-Feuilly à Saint-Priest dans le Rhône (Ayala et al. 2001 : 49), le taux atteint 34 % au cours du xie s.

Site

Nbre fonds bombés

Nbre fonds marqués

Upie / Les Vignarets

41

1

Crest / Bourbousson

96

5

Chabrillan / L’Hortal

11

2

tabl. lxii
Répartition numérique des fonds bombés et des fonds marqués.

226Les motifs observés rappellent un répertoire déjà utilisé en Dauphiné. L’exemplaire d’Upie / Les Vignarets est proche du motif à la croix, mais son état de conservation reste assez médiocre pour permettre une identification. À Crest / Bourbousson, cinq individus ont été découverts. Un exemplaire porte un motif de croix simple à quatre branches au milieu desquelles se trouvent de petits ronds. Il n’est pas sans rappeler un fond découvert à Lyon / Saint-Just (Reynaud et al. 1975 : pl. 11). Les autres sont très fragmentaires et évoquent également des motifs cruciformes. C’est à Chabrillan / L’Hortal que les motifs sont les plus remarquables. Le premier consiste en un motif épigraphique inédit associé à une croix. Le second porte un motif cruciforme incisé, procédé connu à Charavines (Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1993).

227Dans l’étude ci-dessus, force est de constater que les fonds marqués se rencontrent sur les sites où la céramique grise kaolinitique est minoritaire ou absente. L’aire géographique des fonds marqués ne dépasse que très rarement la vallée de la Drôme –sauf à Chabrillan / L’Hortal. Les deux exemplaires les plus méridionaux découverts à Apt, Vaucluse (Kauffmann et al. 1987) et en Arles, Bouches-du-Rhône (Cathma 1993a : 140-144) constituent un témoignage d’échanges commerciaux marginaux.

228Le phénomène inverse est observé pour la diffusion des productions kaolinitiques qui semble limitée aux régions plus méridionales. À ce propos, sur le site de Montboucher/ Constantin, le lot daté du xie s. n’a livré aucun fond marqué au sein des 90 % de céramiques grises kaolinitiques. Le marquage des fonds ne concerne pas les ateliers les plus méridionaux utilisant les gisements d’argile kaolinitique. Cette pratique semble donc le fait de petits ateliers dispersés dans les zones d’argiles siliceuses non kaolinitiques.

21.5.4 Du xiie au début du xiiie s.

229C’est le site de Chabrillan / Saint-Martin qui constitue le seul ensemble de référence pour cette période, qui voit l’essor des ateliers de la basse vallée du Rhône et de l’Uzège.

230La majorité des vases découverts sont en grise kaolinitique, laquelle représente 92 % des individus. Le lot étudié trouve de nombreux points de comparaison avec les productions de l’atelier de Saint-Blaise de Bauzon à Bollène (Thiriot 1987). Les sites utilisateurs proches révèlent l’existence d’un vaisselier dominé par les productions kaolinitiques, comme à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Raynaud 1992a), à Dieulefit (Alcamo 1986) ou encore à Puygiron (Alcamo, Bois 1987).

231Le vaisselier manque de diversité, il est exclusivement constitué de formes fermées dont il reste difficile de définir la fonction. En effet, l’utilisation des récipients peut se révéler très variée : cuisson, préparation, stockage, etc.

232Les oules sont de loin les formes les plus représentées. Le bord en bandeau (type 4) est encore largement diffusé. En région lyonnaise, la disparition de ce type semble être liée à l’apparition des marmites dans le courant du xiiie s. (Vicard 1996 : 292).

233Les vases à liquide sont exclusivement représentés par des cruches à bec ponté ou pincé.

  • 9 – À ce propos : « Tous les médiévistes s’accordent d’ailleurs à reconnaître que l’indigence du répe (...)

234L’absence de formes ouvertes destinées à la table reste une constante sur une grande majorité de sites entre le xe et le xiiie s. Il faut sans aucun doute associer ce phénomène à l’absence de mobilier autre que la céramique. Il ne faut pas négliger la part peut-être assez importante que devaient représenter les récipients en bois9. Les fouilles réalisées dans des contextes propices à la conservation du bois (à toutes époques) le prouvent. L’absence de marmite peut constituer également un indicateur chronologique. Dans le nord de la région Rhône-Alpes, cette forme apparaît à partir du premier quart du xiiie s. (Vicard 1996 : 262). À cette période, l’oule à bord en bandeau et la marmite coexistent, puis la première disparaît au bénéfice de la seconde. En Provence et Languedoc, le xiiie s. voit l’apparition des vases culinaires de type marmite (Leenhardt, Vallauri 1998).

235Si la datation du lot de Saint-Martin repose en grande partie sur la comparaison des ensembles découverts à proximité (Puygiron, Dieulefit, Saint-Paul), elle peut être fixée aux xiie-xiiie s. Cependant, quelques points méritent d’être signalés. Le vaisselier découvert témoigne d’une certaine continuité avec celui des siècles précédents ; hormis le coquemar, aucune forme nouvelle ne vient enrichir le catalogue. En tout cas, il est évident que les types rencontrés présentent des caractères morphologiques qui, sans le recours à des comparaisons avec des lots datés précisément (ateliers de Bollène), auraient incité à les placer dans un contexte plus précoce (xexie s.). En effet, les oules à bord en bandeau associées à des cruches à bec ponté pourraient sans problème évoquer un ensemble des environs de l’an mille. Cette lenteur dans l’évolution du vaisselier trouve peut-être son explication dans La situation du site en contexte rural avec très certainement des échanges commerciaux limités. En outre, une hypothèse peut être avancée concernant l’absence de glaçure : la qualité de la vaisselle kaolinitique ne nécessite pas le recours à l’utilisation de revêtements plombifères pour assurer son étanchéité. À titre comparatif, en région Rhône-Alpes, les glaçures sont présentes dès la seconde moitié du xiie s. et coïncident avec l’apparition de la vaisselle de table en commune à cuisson oxydante (Vicard 1996 : 277-278). Le site de Chabrillan/ Saint-Martin n’a livré aucun fragment de récipient destiné à la table, comme les pichets ou les formes ouvertes.

21.5.5 Aspect particulier : les céramiques kaolinitiques

236L’utilisation d’argiles kaolinitiques est une constante dans les régions proches des sites précédemment étudiés. Elle apparaît dès le ier s. en Provence (Alcamo, Muret 1984). Les lieux de fabrication sont concentrés dans la moyenne vallée du Rhône, en particulier dans la Drôme, le Vaucluse et, sur la rive droite, dans le Gard, en Uzège. Ils sont attestés de l’Antiquité au bas Moyen Âge. Des restes d’ateliers sont connus dans la Drôme dès l’Antiquité. À Dieulefit, des fosses-dépotoirs ont livré des rebuts de fabrication datés des iie-iiie s. (Goudineau, Gras 1978) et une découverte fortuite à la Répara a permis d’identifier une production du ive s. (Alcamo 1986).

237Pour le haut Moyen Âge et le xiiie s., des informations sont fournies par la fouille des ateliers de Bollène (Thiriot 1986a ; 1986b ; 1987 ; 1996a ; 1996b). Le répertoire des formes produites dans cet atelier est assez proche de celui rencontré sur les sites utilisateurs drômois. La production du haut Moyen Âge de Jonqueirolle est représentée en grande majorité par des ollae, mais il faut signaler également plusieurs formes ouvertes (bols, mortiers...). La datation de cet ensemble est établie à partir de critères typologiques et repose également sur une analyse par archéomagnétisme qui fournit une échelle large comprise entre le ive et le viie s. (Thiriot 1996a).

238À Dieulefit, la découverte, entre 1978 et 1980, de lots abondants de céramique kaolinitique (Alcamo 1986) a laissé envisager un atelier. Le répertoire des formes est essentiellement constitué de formes fermées (oules, cruches, etc.). Les lots étudiés ci-dessus permettent d’effectuer quelques remarques d’ordre statistique (tabl. LXIII). À Chabrillan / Saint-Martin, le mobilier des ve-vie s. a livré 53 % de céramique grise kaolinitique. Entre le vie et le viiie s., les comptages attestent 70 % à Chabrillan / L’Hortal, 92 % à Montboucher / Constantin et 100 % à Lapalud / Les Girardes. Les environs de l’an mille sont illustrés par 0 % à Upie / Les Vignarets, 7 % à Crest / Bourbousson dont très certainement une bonne partie de mobilier résiduel, 34 % à Chabrillan / L’Hortal, 80 % à La Roche-sur-Grane / Les Treilayes et 73 % à Montboucher / Constantin. Pour les xiie-xiiie s., c’est le site de Chabrillan / Saint-Martin qui est pris en compte avec 92 % des céramiques communes. Tous ces pourcentages doivent être pris avec une certaine réserve car les lots ne sont pas toujours quantitativement comparables.

Site

Chronologie

% Kaol

Total lot

Chabrillan / L’Hortal

vie-viiie s.

70

201

Chabrillan / Saint-Martin

ve-vie s.

53

206

Montboucher / Constantin

vie-viiie S.

90

185

Lapalud / Les Girardes

viie-viiie S.

100

205

Upie / Les Vignarets

xe-xie s.

0

842

Crest / Bourbousson

xe-xie s.

7

2250

Chabrillan / L’Hortal

xe-xie s.

34

395

La-Roche-sur-Grane / Les Treilayes

xe-xiie S.

80

156

Montboucher / Constantin

xie S.

80

452

Chabrillan / Saint-Martin

xiie-xiiie S.

92

4246

tabl. lxiii
Répartition chronologique des productions kaolinitiques.

239Plusieurs remarques méritent d’être formulées. La diffusion des productions kaolinitiques semble beaucoup plus abondante au sud de la Drôme et à proximité immédiate du sillon rhodanien. Les productions rencontrées dans les contextes de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge sont assez proches de centres de production connus : La Répara (Drôme) pour Chabrillan / L’Hortal et Chabrillan / Saint-Martin, et Bollène pour Lapalud / Les Girardes. La situation des ateliers dans des couloirs de circulation a pu faciliter la diffusion des produits. C’est le cas des ateliers de Bollène situés en vallée du Rhône. En se référant aux informations fournies par les découvertes plus anciennes, la diffusion des céramiques kaolinitiques semble assez importante dans la vallée de la Drôme et dans le sud du département. En effet, de nombreuses découvertes de céramiques médiévales, de pégaus en particulier (Colardelle 1983), mentionnent des productions de type Dieulefit qui ont pu être comparées au mobilier du site de Notre-Dame de la Galle à Dieulefit. La plupart de ces récipients appartiennent aux xiie-xiiie s. Cette période semble correspondre au moment où les céramiques kaolinitiques sont fabriquées en abondance. Un inventaire exhaustif de ce mobilier funéraire, doublé de celui provenant des sites d’habitat, reste indispensable. Si, à ce jour, il paraît assez évident que ces productions sont surtout concentrées au sud, il serait intéressant de pouvoir analyser des lots provenant du Valentinois, et surtout de la vallée du Rhône entre Valence et Saint-Vallier. En effet, des gisements d’argiles kaolinitiques sont largement utilisés à partir de la fin du xvie s. à Larnage (Faure-Boucharlat et al. 1996b) et l’hypothèse de la fabrication de vaisselle en argile kaolinitique dans ces régions à l’époque médiévale n’est pas exclue.

240Les facteurs historiques et économiques peuvent également être envisagés. Il faut cependant rester prudent et ne pas généraliser les observations car les connaissances sur les sites restent lacunaires, dans la mesure où l’emprise des fouilles ne correspond pas toujours à l’emprise totale des sites. L’absence de lots datés entre la fin ve et le viiie s. sur les sites plus septentrionaux –au nord de la rivière Drôme– ne permet pas d’effectuer des comparaisons avec les sites de la Drôme provençale de la même période. Il est cependant possible de trouver quelques éléments comparatifs dans l’étude réalisée sur le site de L’Albenc, dans la vallée de l’Isère (Faure-Boucharlat 2001). L’inventaire des céramiques de la phase d’occupation datée des vie-viiie s. permet d’observer des céramiques kaolinitiques. Elles représentent 20 % du total des tessons. Les formes rencontrées sont très proches des faciès méridionaux, avec en particulier les bords de type 3c « à crochet ». Avec une certaine prudence, il est possible de déduire que les productions kaolinitiques sont diffusées au nord de la Drôme.

241La période des xe-xie s. peut, quant à elle, être appréhendée avec plus de précision. Il apparaît clairement que dans les gisements situés au nord (Les Vignarets, Bourbousson, L’Hortal), la grise kaolinitique reste minoritaire ou est totalement absente (tabl. LXIII). En revanche, le site de Montboucher / Constantin, situé en Valdaine et par conséquent beaucoup plus méridional, révèle l’utilisation majoritaire de vaisselle kaolinitique. À titre comparatif, en Languedoc (Cathma 1993a : 220-221) les productions à pâte kaolinitique sont dominées aux xe-xie s. par les productions à pâte grise tendre. Les ateliers de vaisselle kaolinitique n’ont vraisemblablement pas cessé de produire après le viie s., cependant cette vaisselle semble se raréfier sur les sites. Ceci est-il lié à un repli économique, d’où l’approvisionnement des habitats dans des ateliers de proximité, en dehors des courants commerciaux traditionnels ? Il est fort probable qu’un phénomène identique puisse être observé dans la Drôme, en particulier à l’écart des grands axes de circulation. Les sites ayant majoritairement livré de la vaisselle kaolinitique sont situés, en effet, à proximité de gisements d’argile kaolinitique où des ateliers se sont installés dès l’Antiquité.

21.6 Conclusion

242De même qu’en Provence et en Languedoc, les faciès du mobilier céramique étudié ici pour la période comprise entre le ve et le xiiie s. sont caractérisés par l’utilisation généralisée des céramiques cuites en atmosphère réductrice (Démians d’Archimbaud, Pelletier 1995a ; Pelletier 1997). La nature des pâtes est inhérente à la situation géographique des sites et par conséquent à celle des gisements d’argile. En effet, sur chaque site a été découvert livré un mobilier en céramique commune grise très individualisé. L’approvisionnement en vaisselle de chaque habitat pourrait être lié à des ateliers locaux ayant un faible rayon d’« action ». L’utilisation des argiles kaolinitiques est une constante des secteurs les plus méridionaux.

243L’analyse typologique permet d’effectuer des observations sur les éventuelles différences ou ressemblances entre le vaisselier du Dauphiné et le vaisselier provençal et languedocien. Il apparaît clairement que le mobilier céramique des sites les plus septentrionaux est ancré dans une « tradition dauphinoise ». Les informations fournies par les différents sites étudiés ne permettent que d’esquisser les différents faciès céramologiques entre le ve et le xiiie s. En effet, les lots sont assez réduits. Il manque à ce titre des ensembles de référence pour le haut Moyen Âge dans le nord de la région étudiée. Il convient de rester prudent dans les datations car les ensembles sont parfois assez pauvres et les fourchettes chronologiques proposées restent larges.

244Au stade actuel des connaissances, il est encore assez difficile d’affirmer que la rivière Drôme et les montagnes de Marsanne constituent une frontière entre faciès septentrionaux et méridionaux. Certains traits de caractère du vaisselier méridional se trouvent mêlés à d’autres d’origine plus septentrionale. Le haut Moyen Âge est caractérisé en Rhône-Alpes par un abandon progressif de la cuisson oxydante à partir du vie s. Le vaisselier des vie-viie s. est encore empreint de traditions antiques avec les formes ouvertes constituant la vaisselle de table, comme le prouvent les analyses de lots lyonnais (Horry 2000 ; Faure-Boucharlat 2001). L’oule à bord en bandeau et fond plat en céramique commune grise devient la forme la plus utilisée. À partir du viiie s., les formes ouvertes se raréfient et laissent la place à un vaisselier peu diversifié. En Provence et en Languedoc, l’étude de nombreux sites permet d’avoir une vision assez large des faciès céramologiques du haut Moyen Âge (Cathma 1993a ; Cathma 1997 ; Pelletier 1997). En Lyonnais et en Dauphiné, les études réalisées permettent d’observer une certaine homogénéité typologique et morphologique pour les xe-xie s. (Faure-Boucharlat 1980 ; Faure-Boucharlat et al. 1980 ; Bouvier et al. 1992 ; Faure-Boucharlat 2001). Le faciès céramologique relève presque toujours des mêmes éléments : exclusivité des formes fermées, tournées et cuites en atmosphère réductrice. La Provence, hormis l’apport ponctuel d’éléments importés, offre de nombreuses similitudes avec le vaisselier drômois, en particulier à Apt (Kauffmann et al. 1987) et Cucuron (Fixot, Pelletier 1983). En Languedoc, le faciès des xe-xie s. présente quelques analogies avec l’attestation, certes anecdotique, de fonds marqués (Cathma 1993a) et de céramique à glaçure plombifère, mais d’origine italique.

245Le xiie s. semble correspondre, aussi bien dans la région Rhône-Alpes qu’en Provence et en Languedoc, à une période charnière encore tournée vers les traditions du Moyen Âge médian. Le xiiie s. voit le vaisselier se renouveler. Ces innovations sont peut-être à associer à l’arrivée de produits d’importation d’origine méditerranéenne et au recours plus régulier à des techniques qui n’étaient alors que rarement utilisées, comme le revêtement en glaçure plombifère.

246Pour finir, les contextes dont sont issus les lots étudiés correspondent à des petites unités agricoles où la vaisselle diffusée est caractérisée par des productions communes d’usage quotidien. Durant la période concernée, seules certaines zones privilégiées, comme les sites castraux ou les contextes urbains connaissent l’apport de produits « exotiques ». En effet, la situation des gisements en milieu rural, et parfois assez éloignés des grands axes de circulation, minimise les échanges commerciaux et culturels. Chaque site semble donc fonctionner en autarcie avec un approvisionnement en vaisselle d’origine locale.

2471999

Notes

1 – Je tiens ici à remercier tout particulièrement Élise Faure-Boucharlat pour sa bienveillance et la disponibilité dont elle a su faire preuve tout au long de la réalisation de cette étude.

2 – Au lieu-dit Les Girardes, sur la commune de Lapalud, dans la plaine du Tricastin, deux foyers médiévaux ont été découverts qui semblent constituer les seuls vestiges de la réoccupation, entre le vie et le viiie s., d’un site viticole antique utilisé du Ier au ive s. de notre ère (Roger 1997 ; Boissinot, Roger 1999). Les deux foyers sont à quelques mètres l’un de l’autre, au droit d’un secteur bâti antique. L’érosion très importante du site n’a pas permis la conservation des aménagements au sol et en élévation qui leur étaient contemporains, notamment des constructions qui ont pu les abriter. L’importance du mobilier médiéval retrouvé en prospection (26,5 % contre 37,6 % de mobilier antique) et la qualité des céramiques prélevées dans les deux foyers laissent croire à la présence d’un habitat sur place pendant le haut Moyen Âge, plutôt qu’à la seule activité d’épandage dans le cadre de la culture du secteur (K.R.).

3 Analyse rapide effectuée par Élise Faure-Boucharlat et Alban Horry en 1997. Remerciements à Hélène Moulin (Musée de Valence) pour l’accès aux collections.

4 – Je tiens à remercier ici Michèle Bois pour m’avoir fourni ces quelques renseignements suite à une visite du site.

5 – Au sein d’un programme collectif de recherche, coordination Michel Lenoble, SRA Rhône-Alpes.

6 – Archeolabs réf. ARC 96/R577D.

7 – Ce terme est utilisé à Lyon pour caractériser les bords en bandeau et les ouïes utilisées entre le viie et le ixe s. (Horry 2000).

8 – À ce propos, pour les céramiques de Charavines (Isère) : « L’hypothèse de petits ateliers à faible rayon de diffusion et liés à l’opportunité d’un marché est la plus probable. » (Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1993).

9 – À ce propos : « Tous les médiévistes s’accordent d’ailleurs à reconnaître que l’indigence du répertoire des terres cuites est compensée à cette époque par l’usage du bois. » (Faure-Boucharlat, Maccari-Poisson 1993).

Table des illustrations

Légende FIG. 174 Typologie fragmentaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende TABL. LI Upie / Les Vignarets : répartition des bords par type dans la production kaolinitique, seule représentée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 6,8k
Légende FIG. 175 Upie / Les Vignarets : céramique Xe-XIe s. 1-8 ouïes à lèvre en bandeau ; 9 cruche à bec pincé ; 10-13 pots à lèvre excisée ; 14 fond marqué.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 176 Crest / Bourbousson : céramique du haut Moyen Âge. 1-9 ollae ; 11 bord en bourrelet, récipient non identifié ; 12, 13 bords de cruches ; 14 gobelet ; 15 bord de récipient non identifié ; 16 bord de coupe en jatte ; 17-19 mortiers.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 177 Crest / Bourbousson : céramique du bâtiment 1, Xe-XIe s. 1-4 ouïes à lèvre en bandeau ; 5 décor lissé sur paroi ; 6 cruche à bec tubulaire ponté ; 7-22 pots à lèvre évasée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende TABL LII Crest / Bourbousson : mobilier du bâtiment 1. Répartition des bords par type et mode de cuisson.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 178 Crest / Bourbousson : céramique du bâtiment 2, Xe-XIe s. 1-15 ouïes à lèvre en bandeau ; 16-20 fonds marqués ; 21-30 pots à lèvre évasée ; 31 cruche à bec tubulaire ponté ; 32 cruche à bec pincé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende TABL. LIII Crest / Bourbousson : céramique du bâtiment 2. Répartition des bords par type et mode de cuisson.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 9,9k
Légende FIG. 179 Chabrillan / L’Hortal : céramique du premier état médiéval, VIe‑VIIIe s. 1 bord de cruche ? 2-6 bords de pots à cuire ; 7 bord d’olla à anse ; 8 fond plat avec décor incisé ; 9 gobelet ; 10-17 formes ouvertes ; 18 forme non identifiée ; 19-32 bords d’ollae de première génération.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende TABL. LIV Chabrillan / L’Hortal : mobilier du premier état médiéval, (VIe‑VIIIe s.). Répartition des bords par type et mode de cuisson.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 180 Chabrillan / L’Hortal : céramique du second état médiéval, Xe‑XIe s. 1-10 ouïes à lèvre en bandeau ; 11 fond marqué ; 12‑17 pots à lèvre évasée ; 18-19 formes ouvertes résiduelles ; 20 cruche à bec pincé ; 21 fond marqué incisé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende TABL. LV Chabrillan / L’Hortal : mobilier du deuxième état médiéval, (Xe-XIe s.). Répartition des bords par type et mode de cuisson.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 181 Chabrillan / Saint-Martin : céramique des Ve-VIe s. 1-15 ollae en céramique réductrice ; 16-18 jattes en céramique réductrice ; 19-20 mortiers en céramique réductrice ; 21 bol en DSP ; 22 assiette de type DSP 4 ; 23 gobelet en céramique réductrice ; 24 amphore africaine ; 25 fond de céramique à revêtement argileux ; 26 spatheia d’Afrique du Nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende TABL. LVI Chabrillan / Saint-Martin : céramique du début du haut Moyen Âge (Ve-VIe s.). Répartition des bords par type et mode de cuisson.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende TABL. LVII Chabrillan / Saint-Martin : des XIIe-XIIIe s. Répartition des bords par type et mode de cuisson.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 182 Chabrillan / Saint-Martin : céramique kaolinitique des XIIe‑XIIIe s. 1‑28 ouïes à lèvre en bandeau.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 183 Chabrillan / Saint-Martin : céramique kaolinitique des XIIe‑XIIIe s. 1‑29 ouïes à lèvre en bandeau.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 184 Chabrillan / Saint-Martin : céramique kaolinitique des XIIe‑XIIIe s. 1‑18 ouïes à lèvre en bandeau.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 185 Chabrillan / Saint-Martin : céramique des XIIe-XIIIe s. 1-10 pots à lèvre évasée ; 11,12, 19 cruches à bec ponté ; 13, 14, 16-18, 23-26 pots à lèvre évasée ; 15 gourde ; 20 oule à lèvre évasée ; 21, 22 cruches à bec pincé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 186 Chabrillan / Saint-Martin : céramique des XIIe-XIIIe s. 1-1214-16 pots à lèvre évasée ; 13 cruche à bec ponté ; 17 cruche à bec ponté ; 18,19 cruches non identifiées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 187 Chabrillan / Saint-Martin : céramique des XIIe-XIIIe s. 1 cruche à bec ponté ; 29 cruches basses à bec pincé ; 3-6 cruches à bec pincé ; 7 jarre ; 8 cruche haute à bec pincé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 188 Chabrillan / Saint-Martin : céramique kaolinitique des XIIe‑XIIIe s. 15 coquemars ; 2 cruche à bec ponté ; 3, 4 pots ; 6 fond plat ; 78 couvercles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 189 Chabrillan / Saint-Martin : céramique des XIIe-XIIIe s. 1‑11 fonds bombés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 190 Chabrillan / Saint-Martin : céramique du XIIIe s. recueillie dans la fosse 1 vase de transport ; 2-4 coquemars ; 5 oule à lèvre en bandeau ; 6 oule à lèvre évasée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 191 La Roche-sur-Grane / Les Treilayes : céramique des Xe-XIe s. 1-4 ouïes à lèvre en bandeau ; 5 lèvre évasée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende TABL. LVIII La Roche-sur-Grane / Les Treilayes : répartition des bords par type et mode de cuisson.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 6,6k
Légende FIG. 192 Monboucher-sur-Jabron / Constantin : céramique du bâtiment A. 1-1012-17 ollae ; 11 coupe carénée ; 18, 19 fonds d’ollae.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 193 Monboucher-sur-Jabron / Constantin : céramique du bâtiment B, XIe s. 1-13 ouïes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende TABL. LIX Montboucher-sur-Jabron / Constantin : bâtiment A. Répartition des bords par type et mode de cuisson, VIe-VIIIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 9,8k
Légende FIG. 194 Monboucher-sur-Jabron / Constantin : céramique du bâtiment B, XIe s. 1, 2 pots à lèvre évasée ; 3-5 cruches à bec ponté ; 6 couvercle ; 7 cruche à becs pincés multiples.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende TABL. LX Montboucher-sur-Jabron / Constantin : bâtiment B. Répartition des bords par type et mode de cuisson, XIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 8,4k
Légende FIG. 195 Lapalud / Les Girardes : céramique du haut Moyen Âge, VIIe‑VIIIe s. 1 pot à anse ; 2 alla ; 3-5 gobelets ; 6-8 couvercles ; 9101920 fonds d’ollae ; 11-18 ollae.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende TABL. LXI Lapalud / Les Girardes : répartition des bords par type dans la production kaolinitique, seule représentée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23173/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search