Version classiqueVersion mobile

L’herbe qui renouvelle

 | 
Pierre Lieutaghi

Plantes dépuratives et médecine traditionnelle en Haute-Provence

Conclusion

Texte intégral

N’y a-t-il de savoir que conceptuel ? Le savoir dit empirique relève-t-il d’une communication — ou plutôt d’une communion — tout aussi efficace qu’intuitive avec le monde, en deçà de tout langage constitué ? J’ai bien conscience à la fois de faire scandale et de scier la branche universitaire sur laquelle je me trouve perchée (beaucoup y sont même assis). Mais il n’y a de recherche qu’aventureuse et il ne saurait y avoir d’analyse des thérapeutiques médiévales ou « primitives » qu’en dehors de la position ethnocentrique qui consisterait à prendre un aspect de notre civilisation contemporaine — la Science — comme étalon de toute « vraie connaissance ».
(Marie-Christine Pouchelle 1981)

1Chaque partie de cette étude a prêté à des commentaires tenant lieu de conclusions partielles (et provisoires). Si bien qu’il suffit, ici, d’un rappel des principales constatations, hypothèses et pistes de questionnement déjà établies ou simplement suggérées. S’y ajouteront seulement quelques réflexions supplémentaires touchant à la genèse possible de la médication dépurative, et au bon usage de la tradition.

Un remède-mémoire des origines

2Bien avant que les chirurgiens ne se hasardent à une exploration du corps humain, le choc de l’analogie a suscité des représentations et, par la suite, catalysé des pratiques évolutives que l’expérience affinera (les siècles remplaçant avantageusement les souris blanches). Tout au long de mon travail, l’interrogation des savoirs recueillis en Haute-Provence, l’essai de juxtaposition d’éléments à première vue disparates, ont montré que la thérapeutique végétale populaire reste toujours, çà et là, l’héritière de l’antique « rêverie du corps », fût-ce à travers les influences savantes. De surcroît, il est apparu que l’imaginaire était bel et bien inducteur de logique structurante, tant au niveau de la compréhension du phénomène santé-maladie qu’au stade des pratiques. Ceci à l’horizon de l’empire médical contemporain qui s’emploie à désamorcer les anciens concepts jusqu’en leurs balbutiements crépusculaires — au besoin par l’assimilation réductrice de leurs potentialités récupérables.

3Jamais écrite, la médecine traditionnelle par les plantes de nos contrées ne montre ses profondeurs qu’à son extrême déclin. Et ce qui appartient au tréfonds, à l’obscur, qui est comme l’inconscient de la recette, s’avère particulièrement riche de sens, révèle plus que la structure : le regard-origine de son élaboration.

4Accoutumés à ne voir dans la thérapeutique populaire par les plantes qu’une piètre ébauche de notre médecine symptomatique, sinon un ramassis de tentatives discordantes, parfois heureuses, souvent douteuses, d’affronter la complexité du corps souffrant, nous y reconnaissons d’autant moins les traces d’une méthode que cette thérapeutique nous apparaît aujourd’hui à l’état de fragments épars. Le présent travail montre que le rapprochement des bribes, fût-il entaché d’approximation ou facilité par des grilles étrangères (les théories de la médecine savante ancienne, surtout), construit une image où l’ordre n’est pas absent : la phytothérapie populaire ne répond pas moins à un (ou des) système(s) que la magie thérapeutique.

  • 1 Marc Piault : « C’est une hypothèse hautement spéculative et dont l’exploration ne paraît guère pos (...)

5Témoins les plus manifestes, parmi les remèdes végétaux, d’une pensée médicale globalisante par essence et par nécessité, les dépuratifs pourraient bien représenter la survivance d’un système premier, d’une médecine d’avant la médecine1. Car seuls des « remèdes de champ » étaient à même de fonder une thérapeutique saisissable par des sociétés où le symptôme, qui peut représenter à soi seul la maladie (ainsi de la fièvre), ne conduit pas forcément à un remède spécifique du mal, souvent non reconnu, qui en est la cause.

6Au moins deux des « dépuratives majeures » étudiées ici, la Pariétaire et la Germandrée Petit-Chêne le prouvent : ces remèdes s’adressent à des « états du corps » plus qu’à des maladies nommément désignées. Leur fonction est de corriger des déséquilibres (visibles ou possibles), de prévenir des désordres potentiels inhérents à l’évolution organique (la croissance du nourrisson, la réponse du sang aux rythmes cosmiques, par exemple) plutôt que de « soigner » dans l’acception présente de ce terme. Et quand il existe un état pathologique attesté par un signe manifeste, une « maladie objectivée », le remède ne devient pas pour autant symptomatique, comme je l’ai montré à propos des traitements à visée dermatologique, domaine le mieux circonscrit de la médication dépurative.

7Une thérapeutique sans assises théoriques (pour autant qu’il puisse en exister à l’optimum des cultures traditionnelles !) traiterait la dermatose par des moyens exclusivement externes. Nos investigations (comme la plupart des données des folkloristes) montrent à l’évidence le contraire. Il peut être intéressant de l’illustrer une dernière fois en associant à trois dépuratives déjà étudiées le Panicaut, plante surtout connue comme diurétique mais qui appartient aux « dépuratives potentielles » de la flore haut-provençale (il s’agit, semble-t-il, en l’occurrence, d’un savoir endémique) :

Tableau 18. Soin des dermatoses et médication interne

Tableau 18. Soin des dermatoses et médication interne
  • 2 Les derniers livres de colportage l’ont confortée, sinon rénovée, mais n’ont nullement plaqué une t (...)

8De surcroît, faut-il le rappeler, c’est souvent le seul traitement interne des dermatoses qui est retenu (Petit-Chêne, Bardane, Pariétaire, Gentiane, etc.) : impossible de ne pas reconnaître une « pensée de la maladie »2.

9La reconstitution du puzzle dépuratif semble montrer que la notion de champ thérapeutique, représentée au mieux par ce concept, est bien une forme originelle de la pensée médicale : elle seule permet de pallier les insuffisances du diagnostic empirique. On peut même supposer, comme je l’ai suggéré (à propos de la Bardane, p. 134, et du « domaine de l’amer », p. 184), que la polyvalence de la médication à visée dépurative associée au domaine pathologique qui exprime la « perception de champ » de la maladie est le tronc commun d’où dérivent d’une part l’affinement de l’étiologie traditionnelle, d’autre part la connaissance d’un bon nombre de traitements spécifiques.

  • 3 Se rappeler que des récepteurs spécifiques de certaines molécules élaborées par les plantes ont été (...)

10A l’origine, la plante est porteuse d’un ou de plusieurs facteurs susceptibles de déclencher une « séquence de compréhension » : reconnaissance du signe par des récepteurs mentaux peut-être innés3 — mise à l’épreuve de l’information recueillie, sur un mode quasi déterminé (champ de l’amer, champ de l’aromate, champ du suc laiteux...) — affinement de l’usage par sélection dans l’effet de champ.

  • 4 Marc Piault : « Pourquoi faut-il nécessairement que le savoir d’aujourd’hui soit le résultat de l’a (...)

11Les divers plans d’appréhension de la Germandrée Petit-Chêne, en Haute-Provence, apparaissent sous ce jour comme une coupe géologique de l’histoire des remèdes. Ainsi appréhendée, la médication dépurative contemporaine n’est plus un éparpillement hasardeux de recettes : elle exprime, rassemblées en un même temps de l’histoire des sociétés, les différentes phases de l’élaboration de la connaissance conjointe du remède et de la maladie, l’affleurement des strates passées côtoyant les savoirs récents qui en procèdent (fig. 59). Approfondir notre connaissance du domaine dépuratif pourrait donc s’apparenter à une archéologie du savoir thérapeutique en Occident. Comme la plante reste témoin du regard d’origine, le remède de champ conserve la mémoire des étapes de son évolution4.

59. Généalogie possible des usages du Petit-Chêne

12Cependant, pour que ce halo de résonnances qui entoure la trajectoire des dépuratifs puisse continuer d’exercer sa fonction de réanimateur permanent d’intuitions et d’images, il importe d’approcher ce concept avec une autre attention que celle de l’analyste prétendu objectif. Qui a le bonheur d’en deviner la rumeur de source sous le sable des mots, dans la parole d’un vieil homme subtil ou dans le récit hésitant d’une paysanne émue de raconter sa jeunesse — qu’elle explore sereinement jusqu’à la jeunesse même de la pensée — comprend qu’il s’agit d’un savoir impossible à saisir intégralement du dehors, parce que les concepts premiers s’adressent à l’en deçà de la raison (voir la citation de Marie-Christine Pouchelle qui ouvre le chapitre). Rester ouvert à leurs propositions, c’est continuer de nourrir le primitif qui demeure en nous, et son savoir du renouvellement.

  • 5 Les travaux en cours en Cévennes sous l’égide de la Fondation NEMO permettront sans doute des compa (...)

13Les « survivances » du genre de celles qui sont apparues au long de mon étude semblent rester d’autant plus cohérentes et associées à la perception et à l’usage du milieu végétal qu’elles sont recueillies dans des sociétés encore imprégnées par les modes anciens de penser et d’agir. A cet égard, la Haute-Provence atteste l’intérêt de l’exploration des terroirs méditerranéens et méditerranéo-montagnards, où la « tradition des plantes » paraît plus riche et plus largement distribuée que dans des zones rurales depuis longtemps vouées à la culture industrielle. Mais à la pauvreté des thérapeutiques végétales, dont les rapports avec les conditions de milieu restent alors à préciser (voir chapitre 1.3), peut très bien répondre un recours accru à d’autres procédés à visée préventive ou curative. Un « blanc » pose aussi bien question qu’un savoir manifeste. En toute région, sur le seul plan médicinal, la distinction du fonds commun et des particularismes fournit de nouveaux éléments pour la compréhension des systèmes médicaux et l’histoire des remèdes5.

14Sur le même mode, des investigations comparatives devraient intéresser les différents massifs montagneux de notre pays, les diverses unités culturelles alliées ou non à des entités écologiques-géographiques. Ce qui n’exclut pas de sonder les régions « pauvres » ou supposées l’être. Ne serait-ce que pour déceler ce qui peut s’y substituer aux thérapeutiques de champ traditionnelles, à base végétale, si celles-ci n’y occupent qu’une place restreinte.

15Le domaine dépuratif n’est pas le seul qui puisse justifier ce genre de recherche : la perception et le traitement des blessures, brûlures et autres types de lésions externes non assimilables aux dermatoses prêtent aussi en premier lieu à questionnement car il s’agit d’un secteur de la médecine populaire encore très actif et très diversifié. Ici, la prééminence du symptôme pourrait conduire à une analyse complémentaire de celle que j’ai tentée à propos des remèdes de champ. Les dérivatifs, médication externe à visée interne (inflammations, infections), requièrent aussi une étude prioritaire.

L’enseignement de la tradition

16Validée par l’analyse du laboratoire et l’expérimentation clinique, une recette empirique peut s’intégrer facilement au savoir médical « savant ». Mais un regard est par excellence ce qui se perd.

  • 6 Marc Piault : « Il n’est pas évident que les pratiques anciennes se référaient toutes à une réflexi (...)

17L’utilisateur traditionnel des remèdes végétaux a quelque part, ne serait-ce qu’au lointain de ses pratiques, l’éclaircissement hérité de ce regard déjà plusieurs fois rencontré, où le corps, la maladie et la plante-remède s’assemblent dans un même territoire de compréhension. Regard aujourd’hui usé jusqu’à ne plus percevoir que le contour des anciens concepts mais où subsiste parfois l’étincelle témoin de la cohérence passée6.

18Qu’en est-il, sans cette lueur, de la connaissance venue jusqu’à nous, de ses chances de persistance, de ses transformations (fig. 60) ?

19Les considérations finales du chapitre précédent montrent que l’usage savant contemporain des remèdes dépuratifs doit en abolir le concept-porteur : irréductible en termes de savoir rationnellement établi, le dépuratif est purement et simplement déclaré hors-la-loi et, dans l’attente du décret d’éradication, laissé au populaire et à ceux qui en exploitent la crédulité. Rigueur qui n’exclut pas l’attention éventuelle aux éléments de l’expérience empirique considérés comme « sains » : où l’effet thérapeutique est assimilable à ceux de l’allopathie classique, donc susceptible d’être reproduit, sous les auspices de la Recherche, avec un taux satisfaisant de fiabilité — donc éventuellement convertible en données économiques.

20Si l’ambiguïté des remèdes dépuratifs de la pharmacie justifie la plus grande prudence, il semble que la dénonciation « officielle » vise d’abord le résidu inconnaissable du concept. Et sans forcément qu’il y ait recours aux démonstrations d’inefficacité, sans même qu’il y ait conscience de l’objet réel du procès. Il s’agit simplement d’un phénomène de rejet : le dépuratif s’est aventuré trop avant dans une culture où les images du corps et de la maladie s’assurent dans une connaissance délibérément détournée de l’intuitif (même si ce facteur intervient toujours en bonne place dans son élaboration). Comme il a trait à un domaine-clef du pouvoir savant, il ne peut bénéficier de la tolérance amusée où prospèrent l’astrologie et les entreprises analogues. Et le tri (nécessaire) des apports de la tradition ne retient que ce qui s’accorde aux formes du savoir en cours.

60. Marchande de simples à Forcalquier en avril 1976.
Sur son étal on trouvait le Plantain « Badasson », vendu « pour les plaies ». Alors que s’étiole ce savoir traditionnel des remèdes végétaux, l’abondance des livres de vulgarisation, les émissions de radio et de télévision, la demande croissante en soins de santé « doux » induisent de nouveaux modes d’apprentissage et de partage de la connaissance des herbes, un nouveau souci de prévention, de nouvelles pratiques autonomes : le « savoir populaire » se renouvelle et s’enrichit sous nos yeux.

21Dans l’affaire, il y a une perte essentielle : la représentation d’un corps non séparé du monde que nul autre concept thérapeutique n’a portée jusqu’à nous, dans nos pays (je parle de la thérapeutique saisissable, qui met en jeu un remède toujours perceptible comme tel). C’est à la force de cette représentation que la médication dépurative doit d’avoir survécu quand beaucoup de visages et d’usages de l’ancienne médecine sont passés au rang des curiosités historiques : parle-t-on encore d’altérants, d’alexitères, d’Orviétan ou de Thériaque ?

22S’il est très peu probable que cette dynamique originelle puisse rejouer, tant du fait de son propre épuisement que par défaut de la vision globalisante qui en fut l’initiatrice et l’entretien au long des siècles, il est toujours possible d’y voir un témoin privilégié de nos propres interrogations et d’abord de celle-ci : qu’est-ce que le corps pour une médecine qui ne sait plus en proposer d’image saisissable, où l’excès de savoir finit par empêcher la formulation d’un sens à tous perceptible ?

23Médecine où des hypothèses nouvelles et même des techniques de pointe font pourtant ressurgir l’idée de dépuration, sur des modes étrangers à la capacité d’intégration du domaine populaire.

  • 7 Dr. Ph. Lagarde, Ce qu’on vous cache sur le cancer (Paris, Éd. Pierre Marcel Favre, 1981), p. 158.

24Dépuration que certaines thérapeutiques préventives, voire curatives du cancer, où le processus pathogène est perçu comme un « encombrement » au niveau cellulaire (accumulation de « résidus » autour de la cellule pré-tumorale), où le traitement implique « d’empêcher la formation ou l’introduction de résidus dans l’organisme » et de « provoquer l’élimination accrue des déchets éliminables par les fonctions d’épuration »7.

  • 8 Voir, des Drs M. Tétau et Cl. Bergeret, La phytothérapie rénovée (1972). A propos de ces deux bourg (...)

25Dépuration masquée d’un néologisme, le « drainage » préconisé par la phytothérapie contemporaine, qui met en jeu aussi bien les dépuratives anciennes (Pissenlit, Artichaut, Fumeterre, etc.) que les trouvailles récentes de la « Gemmothérapie » : bourgeons de Bouleau et de Chêne, par exemple8.

26Quant à la purification du sang, c’est bien l’objet de la plasmaphérèse : des procédés sophistiqués permettent de séparer globules rouges et plasma dans certaines maladies où le sang véhicule des déchets susceptibles d’obstruer le rein et les vaisseaux (conflit antigène/anticorps), voire dans des cas d’intoxication (empoisonnement phalloïdien, par exemple) ou des troubles d’origine inconnue. Ici, on conserve même le plasma (remplacé par celui d’un donneur ou un plasma de synthèse) dans l’espoir que les progrès de la médecine permettront d’y déceler un jour les causes du mal pour lequel on a usé des derniers recours de la technologie hospitalière...

27Curieusement, ces procédés actuels de dépuration (au sens large) tiennent davantage de la recette que du système thérapeutique. Ils témoignent des inconnues et des limites de la « science médicale » et pourraient prêter aux critiques habituellement formulées à l’encontre de la médecine empirique, regardée comme une somme fortuite de procédés dépourvus de toute cohésion...

  • 9 Mais Secrets et vertus des plantes médicinales (1977) qualifie aussi cette plante de dépurative...

28Il serait pour le moins tendancieux de prétendre que le « champ dépuratif » traditionnel est sans obscurités, qu’il exprime, lui, une pensée thérapeutique sans faille. J’ai montré que plusieurs des 31 plantes étudiées ici peuvent être qualifiées de « dépuratives par extension » car elles représentent une adaptation du concept à des données étrangères à son acception courante. Ainsi des aromatiques comme le Thym et le Serpolet, de l’Olivier hypotenseur, du Bouillon blanc adoucissant. C’est aussi la situation du Chénopode Bon-Henri, émollient et laxatif non étudié dans le texte (voir tableau 8 D), qui témoigne de la confusion, fréquente aujourd’hui, entre dépuratif et plante à visée digestive banale9. Du moins, cette plasticité qui peut induire des confusions permet-elle aussi au non-spécialiste d’intégrer des éléments nouveaux à son savoir physiologique-thérapeutique : on a vu l’assimilation de l’hypertension au champ dépuratif à propos du Petit-Chêne, remède du sang (voir p. 101), l’explication possible de certaines indications (hépatiques, pulmonaires...) par « effet de voisinage » de ce même champ thérapeutique.

29Le concept de dépuratif reste donc, dans beaucoup de cas, un facteur de compréhension, tant du fonctionnement de l’organisme que du mode d’action du remède. A ce seul titre il mérite déjà l’attention du thérapeute actuel.

30Compréhension bien approximative, dira-t-on, qui se réfère à une image du corps simpliste, dérisoire auprès du savoir contemporain. Compréhension, pourtant, et qui vaut mieux que la confusion effrayante du « consommateur de soins médicaux » moyen aux prises avec un appareil théorique et technique impossible à saisir comme entité intelligible.

31Le premier enseignement de la tradition concerne donc la cohérence et l’intelligibilité des systèmes médicaux. Les dépuratifs attestent l’importance — sinon la fonction pré-thérapeutique propre — des fondements symboliques de la connaissance médicale. Ils montrent que l’idée de prévention va de soi dans un contexte où le temps est une dimension vécue de la physiologie. Alors qu’il est presque illusoire d’espérer sa libre prise en compte lorsqu’elle se réduit à un ensemble de procédés associés à la seule hypothèse du risque et non à l’envie, même obscure, d’un accord avec des équilibres supérieurs.

32La cure, application de l’idée de relation, voire d’échange effectif par l’intermédiaire de la plante-remède entre la nature du dehors et celle de l’homme, le dissocié, si elle exprime l’essentiel du concept de dépuration, s’entoure de potentialités thérapeutiques distinctes dont nos investigations ont montré la richesse et, dans bien des cas, la pertinence. Le remède du sang, allié au cycle des saisons, est le centre de gravité d’un ensemble non clos de savoirs et de pratiques plus ou moins étroitement dépendants de son influence. Le concept de dépuration, outre le domaine du sang et la dermatose-exutoire, ses applications maîtresses, concerne aussi, on l’a vu, la médecine infantile, certaines maladies infectieuses, la rhumatologie et des troubles nutritionnels d’assimilation récente (diabète, etc.). Ceci grâce au réseau de liens sous-jacents qui unifie et justifie des usages à première vue discordants (encombrement respiratoire et arthrose, par exemple). On peut donc avancer l’idée de « champ d’élucidation » autour du dépuratif puisque le concept tient lieu d’explication, à distance, d’un acte médical qui lui doit ses assises théoriques. Que ce concept ne soit jamais formulé en tant que tel mais comme simple mot de passe de l’intuitif (« c’est dépuratif »), ouvrant la séquence de compréhension-utilisation du remède, ne change en rien sa fonction : c’est bien une référence première.

33Référence encore utilisable, fût-ce sous une forme rajeunie ? La thérapeutique populaire « de champ », à enracinement symbolique, a réussi la gageure de rassembler corps, maladie et remède dans un système dynamique où l’inconscient est comme naturellement à sa place, en regard d’une nature dont il détient quelques clefs. La science du monde et du corps comme objets distincts et distants ne peut prétendre à une pareille ébauche d’unité : pour gagner l’intelligibilité — au péril de son institution —, la médecine devrait (ré)intégrer la notion de sens et de signe en amont de l’étiologie, là où le langage est tout simplement celui du vivant, non celui des disciplines qui le masquent en l’accaparant.

34Faire aller la science de pair avec des pauses conscientes de la raison, une étape enrichissant l’autre, cette ambiguïté pourrait bien, seule, nous préserver d’un avenir sans autre alternative que l’opacité des savoirs ultra-spécialisés et la maigreur des croyances nourries de leur dénonciation (quand ce n’est de la mouture qu’en délivrent les médias). Mais déjà certains s’aventurent dans cette voie où la dérive rigoureuse est aussi chance de renouvellement.

  • 10 Je rappelle les principes que souhaitait propager l’enquête-animation conduite par l’association EP (...)

35On peut s’étonner qu’à la richesse de plus en plus grande du savoir savant ne répondent pas des pratiques de plus en plus simples, jusqu’à la remise du soin de préserver la santé entre les mains des intéressés eux-mêmes10. Cette incapacité du partage de ce qui incombe manifestement à tous — inventer une thérapeutique saisissable, facteur d’autonomie, donc de conscience — suffit à faire douter du bien-fondé des choix de notre système médical (bien fidèle, ici, à ses prérogatives séculaires).

61. Seule figure ancienne du « Badasson », chez John Gerarde (1557)

  • 11 Marc Piault : « Les techniques du corps sont et/ou renvoient à une pensée du monde. C’est sans dout (...)

36Les dépuratifs ne peuvent sans doute pas prétendre à la survie sur leur mode ancestral au temps de la biologie moléculaire. Du moins, regardés d’un peu plus près, sauraient-ils donner l’idée d’une autre médecine, associée davantage à une pensée du monde qu’à une technique du corps11. Ils suggèrent la possibilité d’une zone transitoire entre le domaine savant et une appréhension intuitive du monde — tout aussi capable de clartés que la raison raisonnante —, d’un lieu du savoir qui rassemble, qui concilie parole et corolle, saison et raison, pour davantage de vie.

Notes

1 Marc Piault : « C’est une hypothèse hautement spéculative et dont l’exploration ne paraît guère possible. Une fois encore tout est là : la confusion entretenue par le terme de thérapeutique, qui mélange les opérations d’entretien avec celles de remise en état. Ces opérations ne recouvrent pas toujours suivant les temps et les lieux les mêmes représentations, pratiques et mises en ordre du corps, de la santé et du monde. On ne s’en sortira jamais tant qu’à l’approche des soins on ne reliera pas une élaboration précise des formes et désignations du couple maladie-santé » (source : voir note 6).

2 Les derniers livres de colportage l’ont confortée, sinon rénovée, mais n’ont nullement plaqué une théorie sur l’incohérence (voir chapitre 6.2).

3 Se rappeler que des récepteurs spécifiques de certaines molécules élaborées par les plantes ont été mis en évidence dans la cellule nerveuse humaine. On peut très bien imaginer une structure mentale apte à décripter le « message thérapeutique » d’une saveur ou d’une forme. Cette idée revient à J. Dos Santos, qui l’a formulée lors de l’une de nos conversations. Elle est quelque peu développée par ailleurs chez P. Delaveau, dans Histoire et renouveau des plantes médicinales (1982 : 21 et suiv.).

4 Marc Piault : « Pourquoi faut-il nécessairement que le savoir d’aujourd’hui soit le résultat de l’accumulation des savoirs précédents ? N’y a-t-il pas des savoirs contradictoires, des options conceptuelles opposées (...), (suite de la note p. 246) des ruptures, des sauts qualitatifs, des contournements, des cheminements séparés ou coextensifs, des allers et des retours, des emprunts ? L’archéologie reconstruit un moment donné du temps, elle n’élabore pas nécessairement un système inéluctable de causalité historique liant l’état présent des choses à ce qui serait ses origines. »

5 Les travaux en cours en Cévennes sous l’égide de la Fondation NEMO permettront sans doute des comparaisons fructueuses entre l’ouest et l’est du Rhône.

6 Marc Piault : « Il n’est pas évident que les pratiques anciennes se référaient toutes à une réflexion d’ensemble cohérente, perceptible par tous. Pas plus qu’aujourd’hui, au niveau même des spécialistes, leur connaissance n’implique une maîtrise de la rationalité propre à leur discipline et au sens du développement scientifique contemporain. »

7 Dr. Ph. Lagarde, Ce qu’on vous cache sur le cancer (Paris, Éd. Pierre Marcel Favre, 1981), p. 158.

8 Voir, des Drs M. Tétau et Cl. Bergeret, La phytothérapie rénovée (1972). A propos de ces deux bourgeons, les auteurs disent qu’ils « constituent une thérapie de base utile en cas d’allergie, mais aussi de toute intoxication endogène ou exogène déterminant divers symptômes dont l’asthénie est le plus fréquent ». Quant au Bouleau, il « a la propriété d’augmenter de 37 % la vitesse à laquelle le sang est épuré des particules de carbone (test de Halpern) ». A noter que le bourgeon de Chêne était déjà distillé au printemps par les empiriques du xvie siècle, dans une intention analogue.

9 Mais Secrets et vertus des plantes médicinales (1977) qualifie aussi cette plante de dépurative...

10 Je rappelle les principes que souhaitait propager l’enquête-animation conduite par l’association EPI en 1979-80 (Lieutaghi 1984) : « Il n’est pas question de substituer le fanatisme du naturel au fanatisme de la drogue pharmaceutique mais de donner à chaque thérapeutique la place qui lui est due. »

11 Marc Piault : « Les techniques du corps sont et/ou renvoient à une pensée du monde. C’est sans doute là le fond d’un débat généralement escamoté, et pour cause, car il faudrait alors éclaircir les choix véritables qui sous-tendent les options dominantes actuelles. »

Table des illustrations

Titre Tableau 18. Soin des dermatoses et médication interne
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende 59. Généalogie possible des usages du Petit-Chêne
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2317/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende 60. Marchande de simples à Forcalquier en avril 1976.Sur son étal on trouvait le Plantain « Badasson », vendu « pour les plaies ». Alors que s’étiole ce savoir traditionnel des remèdes végétaux, l’abondance des livres de vulgarisation, les émissions de radio et de télévision, la demande croissante en soins de santé « doux » induisent de nouveaux modes d’apprentissage et de partage de la connaissance des herbes, un nouveau souci de prévention, de nouvelles pratiques autonomes : le « savoir populaire » se renouvelle et s’enrichit sous nos yeux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2317/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende 61. Seule figure ancienne du « Badasson », chez John Gerarde (1557)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2317/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 400k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search