Version classiqueVersion mobile

L’herbe qui renouvelle

 | 
Pierre Lieutaghi

Plantes dépuratives et médecine traditionnelle en Haute-Provence

Chapitre 6. Heurs et malheurs d’un néologisme. Ou deux cents ans de l’histoire savante et populaire des dépuratifs

Texte intégral

... il me semble que l’on doit laisser la liberté à un chacun de se faire traiter de la manière et par qui lui plaît (...) ; il n’y a que l’expérience qui puisse les détromper.
(Pierre Garidel, médecin, 1715 : XIV)

     

Passées au crible de la biochimie, de la pharmacologie et de l’observation clinique, devenues médicaments sous forme de principes actifs ou de plantes médicinales (sic), les plantes ne peuvent pas, ne doivent pas être laissées entre toutes les mains.
(A.L. Girre, pharmacologiste, 1982, 2 : 8)

1. Du côté des médecins

1La fortune d’un néologisme, c’est de rencontrer le public détenteur, depuis longtemps, d’un concept à sa juste mesure et auquel il manquait simplement la parole.

2« Dépurer », du latin depurare (de purus, « pur »), est connu dès le xiiie siècle, tout comme « dépuration », qui en dérive. Il faut attendre la fin du xviiie siècle pour qu’un substantif-adjectif vienne qualifier le remède.

3C’est en particulier chez les sudorifiques qu’on rencontrait auparavant les substances qui vont bénéficier de la nouvelle appellation. Les sudorifiques (ex-« diaphorétiques ») appartenaient à la catégorie des évacuants, « qui vident les humeurs par les voies sensibles et ordinaires » (Chomel), avec les purgatifs, les vomitifs (ou « émétiques »), les béchiques-expectorants, les sternutatoires (ou « errhins »), les emménagogues (ou « hystériques ») et les diurétiques (ou « apéritifs »). Classification assez arbitraire, au dire des anciens médecins eux-mêmes, souvent embarrassés pour situer des plantes polyvalentes — et beaucoup le sont — dans une classe qui leur convienne. D’autant plus que l’autre catégorie pharmacologique, celle des altérants, rassemble, elle, tous les remèdes végétaux non intégrés dans les évacuants... Les altérants, « par une action particulière sur les humeurs, en rétablissent la constitution naturelle, et conséquemment la santé ». On y trouve donc aussi des plantes qui mériteront plus tard l’appellation de dépuratives, comme la Fumeterre, l’Ortie, la Petite Centaurée, la Germandrée Petit-Chêne, etc.

  • 1 Fondée sur une expérimentation rigoureuse, chez l’animal, et l’observation chez un homme blessé don (...)

4Si, à la veille de la Révolution française, des pharmacopées osent la définition d’une nouvelle classe thérapeutique, c’est sans doute en écho aux progrès de la physiologie, progrès qui ont bouleversé l’ancien « cours des humeurs » et précisé l’idée de purification du sang. Cette idée, on l’a vu, est aussi ancienne que la médecine occidentale, mais elle n’est guère séparable de la dépuration de l’ensemble des humeurs avant le xviie siècle, où, en 1628, l’anglais Harvey établit de façon irréfutable la réalité de la circulation sanguine. Intégrée après bien des querelles à la médecine humorale1, cette découverte ne restera pas sans conséquences sur la thérapeutique. On est même en droit d’y reconnaître l’une des causes importantes qui vont privilégier la visée « sang » et favoriser la définition d’une classe de remèdes directement associée, appelée à rassembler des propriétés analogues mais jusqu’alors dispersées chez les « évacuants » comme chez les « altérants ».

  • 2 Une fois citée comme dépurative (sans précision d’indication) dans notre enquête, l’Aigremoine y es (...)

5En dépit des nouveaux apports de la physiologie, qui obligent les médecins à des réajustements étiologiques et nosologiques, le discours savant du xviiie siècle ne s’écarte pas beaucoup du canon des facultés — même si des esprits éclairés peuvent affirmer dès 1715 « [qu’]on se conduit plus aujourd’hui dans la Médecine par la raison que par l’autorité » (Garidel 1715 : XXXIII). Les auteurs font ce qu’ils peuvent avec une classification des propriétés depuis longtemps inamovible, mais des concepts nouveaux émergent, sinon des critiques feutrées. Chez le même Garidel, si les audaces d’une pensée foncièrement expérimentale ne vont pas jusqu’à bousculer la pharmacodymique officielle, on aperçoit bien des hésitations. Ainsi à propos de l’Aigremoine. Cette plante, écrit-il, est « l’un des meilleurs remèdes hépatiques que nous ayons (...), très propre à corriger la dyscrasie du sang » (ibid. : 13)2. C’est l’auteur lui-même qui souligne « dyscrasie » : le fait-il pour se faire pardonner l’emploi d’un terme excessivement savant (mais son ouvrage n’a rien d’une vulgarisation) ou pour signifier une distance à son égard ? Toujours est-il que, dans cette citation, il suffit de substituer « dépuratif » à « hépatique » pour trouver une définition du « champ dépuratif » très analogue à celle de Lieutaud, donnée plus loin...

6Paradoxe parmi bien d’autres, de l’histoire de cette classe thérapeutique, on trouve encore anti-dyscrasique sous la plume des pharmacologues les plus savants d’aujourd’hui (voir tableau 8 D, « Morelle Douce-amère », colonne h)...

  • 3 D’après un manuscrit du xviiie siècle, copie de plusieurs livres médicaux (bibliothèque personnelle (...)
  • 4 A « l’humorisme » fait ainsi pendant le « solidisme », qui attribue l’origine des maladies non aux (...)

7Désormais doué d’une dynamique propre, le sang devient le premier vecteur des substances médicamenteuses : « Tous les remèdes en général agissent ou en donnant du mouvement au sang, ou bien en le diminuant », dit P. Chirac en tête de sa Matière médicale3. Et c’est à l’extrême déclin de l’ancienne médecine humorale, combattue sur tous les fronts4, que la classe des dépuratifs va rassembler les drogues végétales, animales (écrevisses, cloportes, vipères, corne de cerf, etc.), minérales (mercure, antimoine, soufre, eaux thermales), ainsi que les procédés (saignée) capables de corriger le déséquilibre sanguin, cause de maladie...

8La création d’une nouvelle catégorie thérapeutique nécessitait une certaine audace : la démarche seule valait donc qu’on la combattît. Mais il ne s’agissait, en fait, que d’une tentative d’ordonner des éléments épars dans la pharmacopée antérieure, de faire seulement œuvre simplificatrice. En regard du savoir savant de la fin du xviiie siècle, il était trop tard : les dépuratifs n’eurent jamais droit de cité dans l’enseignement médical des facultés. Pour le « populaire », cette synthèse quelque peu simpliste allait au contraire valider pour longtemps une appréhension de la maladie et du remède corrélative aux origines mêmes de la médecine savante, et entretenue par celle-ci pendant des siècles.

9C’est, semble-t-il, à Joseph Lieutaud (Aix-en-Provence, 1703-Versailles, 1780), académicien, premier médecin de Louis XVI, qu’on doit la mise en forme de la classe thérapeutique en question, et le premier emploi « officiel » du terme qui la qualifie. « Mise en forme » et non vraiment création, comme Lieutaud le précise lui-même dans son Précis :

Mon dessein est de n’exposer que les meilleurs et les plus usités [des dépurants] : car je passerais les bornes que je me suis prescrites si je parcourois tous ceux auxquels on attribue cette qualité (1781 : 118).

  • 5 (Yverdon, Félice, 1772) t. 13, p. 505.
  • 6 La première édition française du Précis de Matière médicale de J. Lieutaud est de 1766. C’est la tr (...)

10Dans la deuxième et dernière édition française du Précis de la Matière médicale (1781), la seule que j’aie pu consulter, Lieutaud parle bien de « dépurants » et non de « dépuratifs ». C’est apparemment l’Encyclopédie ou Dictionnaire universel et raisonné des connaissances humaines5 qui « lance » le néologisme, en reprenant la définition de la première ou de la deuxième édition française de Lieutaud, « dépuratif » étant simplement substitué à « dépurant »6. Ce texte liminaire mérite d’être cité intégralement :

Le terme de dépuratif, qui n’est pas usité dans la langue française non plus que celui de depurantia dans la langue latine, porte avec lui sa signification, et convient mieux qu’aucun autre à ceux des médicaments auxquels nous le donnons ici ; leur effet étant de corriger et de purifier toute la masse du sang et des humeurs du corps, ou d’en séparer et faire sortir les substances étrangères, hétérogènes et de mauvaise qualité qui peuvent nuire de différentes manières à l’économie animale. C’est sous ce rapport qu’on considère les dépuratifs dans l’usage journalier qu’on en fait pour guérir les affections cutanées, vénériennes, scorbutiques, goutteuses, rhumatismales, etc. D’où l’on doit conclure que cette classe de médicaments est de la plus grande importance.
Nous ne devons pas taire que la manière d’agir du dépuratif nous est entièrement inconnue ; car n’est-il pas permis de douter que ce soit en faisant sortir peu à peu par les vaisseaux excrétoires ordinaires les molécules nuisibles adhérentes aux solides et mêlées aux fluides, ou en changeant leur nature de toute autre manière imaginée, que les dépuratifs agissent et qu’ils opèrent dans le sang une dépuration semblable à celle qui a pour effet la clarification des liqueurs troubles ? Au reste, les praticiens s’embarrassent peu de ces connaissances théoriques : il leur suffit de savoir quelles sont les maladies que l’on peut guérir ou prévenir, en employant de tels remèdes, lorsque rien ne s’oppose à leur usage.

11Définition pour le moins imprécise, qui ne manque pas d’éveiller les critiques des commentateurs peu de temps après sa publication, puisque la médecine, alors en pleine crise, où « humoristes » et « solidistes » mènent des luttes d’arrière-garde, amorce la mutation qui va conduire à la prééminence de la physiologie et de la clinique expérimentales. C’est en 1801 que Bichat publie son Anatomie générale appliquée à la physiologie et à la médecine, et l’affirmation de ce médecin révolutionnaire, selon laquelle « tout système exclusif d’humorisme ou de solidisme est un véritable contre-sens pathologique », a une allure de glas de l’ancienne médecine. Commentant l’article ci-dessus, reproduit in-extenso dans l’Encyclopédie méthodique (1792, t. 5), Fourcroy fait déjà remarquer que la Matière médicale de Lieutaud « n’a pour base que le pur empirisme ».

12Au xixe siècle, les pharmacopées savantes n’assurent qu’une postérité des plus suspicieuse à l’innovation de Lieutaud. Non seulement elles abandonnent la classe des dépuratifs (plus ou moins réintégrés aux sudorifiques-diaphorétiques), mais elles incitent volontiers à la défiance à l’égard de ces remèdes peu compatibles avec l’exigence de précision de la nouvelle médecine. Non sans donner parfois dans l’obscurantisme qu’elles dénoncent. Parlant du traitement des dermatoses par les diaphorétiques, Hanin assure ainsi

[qu’il] est rare que les affections chroniques de la peau guérissent par leur seul bienfait, et sans l’application des médicaments topiques ou externes ; il ne faut pas, ajoute-t-il, trop donner de confiance aux tisanes dépuratives dont l’usage est encore fort commun ; la plupart ne sont que palliatives, d’autres tout à fait dépourvues de vertus médicamenteuses (1820, 2 : 240).

13C’est tenir pour nulle une expérimentation séculaire dont beaucoup de praticiens dignes de foi avaient relaté les succès.

14En 1822, Le Dictionnaire abrégé des sciences médicales parle des dépuratifs au passé : [terme] « employé jadis pour désigner les médicaments auxquels on supposait la propriété d’effectuer la dépuration du sang, et par suite celle des autres humeurs. [Et précise :] le mot dépuratif n’est plus employé que dans le langage de la médecine populaire et par les médecins qui se font gloire de rester fidèles à l’humorisme ». A l’article « dépuration », le même ouvrage raille le « déluge de verbiage sur la dépuration du sang, que l’on retrouve dans le langage des gens du monde, et même de quelques médecins ». Constatant modestement le peu de savoir de son temps sur 1’« état normal du sang », l’auteur (anonyme) peut écrire : « nous ignorons donc s’il est jamais impur, et tout ce qu’on a dit sur la nécessité de le purifier n’est qu’un jeu de l’imagination rapprochant des faits avec des chimères » (t. 6, p. 3-4).

15Quant au Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques de 1831, il précise que « [lorsque] le système exclusif du solidisme eut détrôné celui de l’humorisme, tout ce qui avait rapport à [la médication dépurative], tout, jusqu’à son nom, fut banni du domaine de la thérapeutique ». Bien qu’il constate que « le moment de réhabiliter la partie humorale de la thérapeutique [soit] arrivé », Bouillaud, rédacteur de l’article, fait état, comme l’auteur précédemment cité, du peu de lumières dont dispose alors la médecine, tant sur « les diverses formes dont les altérations des liquides ou des humeurs sont susceptibles » que sur « la nature des principes actifs des médicaments », et s’interroge :

Nous le demandons aux praticiens de bonne foi, est-il quelque donnée rigoureuse et rationnelle qui puisse présider à l’administration [des dépuratifs] ? Quoi de plus vague qu’une semblable expression ? A combien de substances essentiellement différentes ne l’a-t-on pas appliquée ! D’après cela comment dire quelque chose de général sur les dépuratifs ? (t. 6, p. 229 ; c’est moi qui souligne).

  • 7 « C’est de nos jours que s’est développé l’humorisme. Cet humorisme moderne, véritable dogme, s’app (...)

16Ainsi voit-on la « médication dépurative » nécessairement sacrifiée à la double interrogation sur la réalité des processus physiologiques et le mode d’action des médicaments. Toute révolution implique la négation au moins temporaire de ce qui auparavant faisait loi, quitte à en sacrifier les bienfaits possibles. Enfin acquise à la nécessité prioritaire de l’expérience, la médecine va négliger, sinon nier une partie de l’acquis thérapeutique ancien, tenant pour nulle la validation des siècles quand il lui est impossible de la confirmer en regard des nouveaux critères. Que Claude Bernard, en 1859, qualifie le sang de « véritable produit de sécrétion interne », après avoir démontré la fonction glycogénique du foie (qui n’est pas sans faire écho à certaines vieilles représentations empiriques), que l’on assiste à la renaissance d’un « humorisme », cette fois qualifié de « physiologique »7, le concept de dépuration est trop associé à la confusion scolastique ancienne et à l’empirisme populaire pour survivre : en 1862, Littré, laconique, peut écrire dans son Dictionnaire de médecine et de chirurgie que les « dépuratifs sont ou des diurétiques ou des diaphorétiques », leur déniant ainsi toute individualité médicinale.

  • 8 (Paris, 1882) t. 27, pp. 603-607.

17Réduite à une curiosité de l’histoire médicale, la dépuration suscite pourtant, un siècle après qu’elle s’est vu attribuer une classe thérapeutique éphémère, des commentaires beaucoup plus nuancés. Ainsi, dans le fondamental Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales8, A. Dechambre établit-il un parallèle entre les découvertes de la physiologie et les attributions anciennes des dépuratifs :

On ne réfléchit pas assez que la plupart des idées mères sur lesquelles a vécu la médecine de l’antiquité avaient leur source dans une observation exacte de la nature et reposaient sur un fonds où il n’y avait d’imaginaire que l’explication théorique. Il en est ainsi en particulier de la dépuration, dont la destinée a subi bien des chances diverses depuis Hippocrate mais ne s’est jamais perdue. Or, à l’époque même où son crédit est plus déprécié que jamais, nous croyons que la science qui l’a ruinée est appelée à la relever de ses propres mains.

18Cet article, qui mériterait une citation in-extenso, est un peu à la physiologie de son temps ce que les commentaires de Chomel l’étaient à la circulation sanguine un siècle et demi plus tôt : une tentative d’intégration, une recherche de cohérence. Sans doute serait-il intéressant d’approfondir les intentions de ces derniers velléitaires de la globalité en médecine. Leurs prétentions peuvent sembler dérisoires en face de l’accumulation des données de la physiologie et de la clinique nouvelles, mais elles ont le mérite d’induire un recul théorique, une pause dans la course à l’explication où le détail finit par prévaloir sur l’ensemble.

  • 9 De cachexie, état d’affaiblissement généralisé, associé à des maladies infectieuses, nutritionnelle (...)

Il est constant, écrit Dechambre, que les maladies cachectiques9 où nous pouvons aujourd’hui assigner un rôle à la chimie vivante étaient jadis, sous d’autres noms, de celles qui relevaient de la médication dépurative (...). Théoriquement, il n’est guère douteux que les troubles permanents de la nutrition engendrent d’une façon permanente des substances anormales ou augmentent d’une façon habituelle la proportion de substances anormales : d’où il résulte la mise en jeu irrégulière de quelque fonction d’excrétion et souvent un état pathologique de l’émonctoire [processus d’excrétion] correspondant. Si l’on s’en rapporte uniquement à l’observation, on est forcé de convenir que, tout au moins, elle n’est pas en désaccord avec la doctrine de la dépuration.

19Voilà qui aurait pu amorcer une compréhension de la cure de printemps et éclairer la vieille relation appareil digestif-excrétion cutanée... Passant en revue une liste disparate de médicaments dépuratifs, le même auteur n’y trouve pas davantage matière à suspicion mais rappelle que :

La pratique de la dépuration avait ses règles. Ces diverses substances médicamenteuses ne se substituaient pas les unes aux autres indifféremment ; elles répondaient à des indications multiples. Les médicaments adoucissants, tempérants, préparaient la dépuration ; les amers et les stimulants l’opéraient, les premiers en rendant aux tissus le ton qui leur manquait, les seconds en provoquant, par une activité plus grande des fonctions circulatoires, l’acte vital à l’aide duquel s’accomplirait l’élimination des matières impures.

  • 10 Est-ce l’adaptabilité infinie de sa thérapeutique (dilutions de HCH, de Strontium 90, etc.) qui, l’ (...)

20Une telle opinion est exceptionnelle dans la médecine savante moderne. Il m’a paru nécessaire d’en faire longuement état, d’abord pour la simple évidence qui suffit ici à la démonstration, et qui témoigne d’une appréhension globale des processus pathologiques-thérapeutiques semblable à celle dont la médecine dépurative traditionnelle reste encore l’héritière. Et en même temps pour regretter que notre médecine ait perdu cette aptitude à la réduction théorique par excès de savoir parcellisé, ce qui rejette du même coup les tentatives unitaires dans la marginalité10.

21Cet essai de compréhension, sinon de justification du domaine dépuratif restera sans échos. Au xxe siècle, on ne cherche plus à valider les concepts thérapeutiques désuets, qui n’ont plus rien à enseigner, qui font piètre figure à côté du nouveau savoir. Ici et là, pourtant, chez les pharmacologues, quand il est difficile de qualifier le rôle thérapeutique d’une plante aux propriétés multiples, dont l’action physiologique intéresse plusieurs fonctions, plusieurs niveaux de l’organisme, on use éventuellement du passe-partout fabriqué par Lieutaud. Le tableau 8 A-E en fournit plusieurs exemples. Parfois des guillemets permettent le recul (voir Bardane), mais, plus souvent, le commentaire valide implicitement l’ancienne acception du terme, ainsi à propos de la Chicorée sauvage : « action diurétique, cholérétique, légèrement laxative, dépurative au total ». Quant à la Douce-amère, grand remède dermatologique des pharmacopées anciennes, savantes et populaires (2 mentions à ce titre dans notre enquête), elle bénéficie chez Bézanger-Beauquesne et al. Plantes médicinales des régions tempérées (1980 : 295), d’un commentaire qui vaut d’être reproduit en entier : « La plante est le type des anti-dyscrasiques (« dépuratifs »), c’est-à-dire qu’elle agit favorablement — peut-être par ses saponosides — sur les troubles de la nutrition (arthritisme, goutte, diabète, obésité) et sur les dermatoses provenant d’anomalies métaboliques (eczéma chronique, psoriasis, etc.). »

22A comparer avec ce que les mêmes auteurs nous apprennent de la Fumeterre : la recherche contemporaine révèle que cette plante est douée de propriétés antihistaminiques et anti-asthmatiques, qu’elle a une action spasmolytique, régulatrice du flux biliaire, que son principal alcaloïde, la fumarine (ou protopine), est antisérotonique, anti-inflammatoire, et, pour certains, anti-arythmique. Chez le chien, la Fumeterre est hypotensive avec des effets cardiovasculaires et respiratoires proches de la papaverine, action connue de la médecine populaire russe qui emploie dans l’hypertension des espèces voisines de Fumaria officinalis. Mais si « la médecine populaire de nos régions considère la plante comme un bon dépuratif et diurétique », c’est que « ces propriétés sont dues vraisemblablement aux sels de potassium »... (ibid., 125).

23Curieuse restriction, qui tend à rapporter la dépuration à une substance minérale très commune chez les végétaux et qui, pour beaucoup, explique aussi les propriétés de la Bourrache et de la Pariétaire... Il est bien clair ici que c’est l’ensemble des constituants et des propriétés du végétal qui est pris en compte dans le champ dépuratif traditionnel, comme l’illustrent remarquablement les indications recueillies au cours de l’enquête : croûtes de lait, eczéma suintant, impétigo, cholécystite, hypertension ! Car la Fumeterre sait aussi être hypotensive en France : Mlle A., 90 ans, de Montjustin, l’emploie en cure d’infusion dans ce but ; elle tient cette recette de son père.

24La Pensée sauvage, l’Anthyllide vulnéraire et la Saponaire sont aussi des dépuratifs haut-provençaux que l’ouvrage cité qualifie de ce même titre.

25Accumuler les exemples de ce genre n’appuierait pas davantage mon propos : la polyvalence et la destination thérapeutique de certains remèdes font qu’il est presque arbitraire de leur attribuer plusieurs propriétés distinctes, capables d’agir indépendamment les unes des autres. Les dépuratifs majeurs, et notamment ceux de la phytothérapie populaire, sont bien des médications globales. C’est seulement en continuant de les considérer comme tels qu’on pourra imaginer et mettre en place autour d’eux des pratiques médicales nouvelles dans la forme, où la prévention pourrait devenir une réalité saisissable par le plus grand nombre.

2. Du côté des vulgarisateurs, et du vulgaire

26Les dépuratifs, c’est un peu les Chouans de la révolution médicale du xixe siècle. Pas possible de les déloger des bocages de la tradition. Car le néologisme de Lieutaud s’y propagea aussi aisément qu’il s’était vite perdu dans les belles allées du côté savant.

27L’une des forces de la pensée traditionnelle, c’est son inertie. Inertie parfois préjudiciable, quand les houles de l’histoire l’exposent à des transgressions brutales, mais qui, dans la plupart des cas, sait endosser les à-coups avec l’assistance des cycles et du milieu qui la suscitent, la nécessitent, l’entretiennent. Cette capacité de résistance n’est pas immobilisme — les preuves en sont largement données dans ce travail — mais prudence, souvent jusqu’à l’excès, mise à l’épreuve de la nouveauté, aptitude à l’intégration quand la nouveauté ne contredit pas la cohérence des assises.

28Comment comprendre le succès extraordinaire de « dépuratif », dans notre pays, autrement que comme clarification-consolidation de certaines structures essentielles de la pensée médicale populaire ? L’idée de dépuration était ancrée depuis des siècles dans le savoir empirique et les pratiques transmises de génération à génération. Nul doute que de nombreux noms de propriétés étaient dès longtemps passés du domaine savant au langage du « vulgaire ». La nouvelle qualification ne fut adoptée aussi facilement (voir les commentaires de 1820 et 1822, cités plus haut) que parce qu’elle rencontrait le concept tout prêt à cristalliser autour d’elle — ou alors « dépuratif » était-il une production populaire antérieure à son attestation écrite chez Lieutaud : je n’ai malheureusement pas pu consulter beaucoup la littérature médicale vulgarisée du xviiie siècle (livres de colportage, etc.) qui aurait pu m’éclairer sur ce point important.

  • 11 Ce qui n’exclut pas, sous leur plume, la dénonciation du charlatanisme ; ainsi Roques : « Qu’on sac (...)

29Toujours est-il que, en dépit d’une opinion savante dans l’ensemble très défavorable, le néologisme va prospérer jusqu’au point de représenter à lui seul la spécificité — l’imprécision, pour certains — de la médecine populaire. Fait notable : les médecins de la première moitié du xixe siècle qui nous ont laissé des traités de phytothérapie restés fondamentaux, J. Roques et, surtout, J.-F. Cazin, déjà cités, usent du mot « dépuratif » sans juger utile d’y adjoindre explications ou excuses : ces cliniciens semblent ainsi faire écho à Lieutaud : « ils s’embarrassent peu de connaissances théoriques : il leur suffit de savoir quelles sont les maladies que l’on peut guérir ou prévenir en employant de tels remèdes »11. Cet usage « naturel » du concept thérapeutique dénoncé chez les théoriciens restera constant, jusqu’à nos jours chez les phytothérapeutes soucieux de transmettre leur savoir sur un mode non exclusivement savant.

30Ce qui nous vaut parfois, cependant, des justifications savoureuses, quand le public initialement visé n’a rien de populaire. H. Leclerc, dans son célèbre Précis de phytothérapie (1935 : 70) ouvre ainsi son chapitre consacré au sudorifiques et aux dépuratifs sur un ton particulièrement condescendant :

S’il est logique de faire suivre l’étude des diurétiques de celle des sudorifiques (ou diaphorétiques), il est de tradition de rattacher aux sudorifiques les dépuratifs. C’est un terme qui ne rime pas à grand chose et dont on peut mettre la Faculté toute entière au défi de préciser la signification. Cependant il n’existe peut-être pas de médicaments auxquels la médecine populaire accorde une plus grande faveur et dont elle fasse une entité thérapeutique plus solidement assise. Ne soyons pas trop sévères pour une tradition vénérable par son ancienneté ; respectons ce palladium de la santé qu’entoure la considération des foules et ne rougissons pas de prescrire les dépuratifs qu’on nous réclame journellement au nom de principes séculaires : à nous y refuser nous risquerions de voir les malades en quête du médicament de leurs rêves se soumettre sponte sua à des recettes ancestrales qui sont quelquefois l’à-rebours du bon sens ou même tomber entre les mains de philanthropes qui, dans un but charitable et pour accomplir un vœu, offrent à l’humanité trop crédule une panacée contre les vices du sang : aussi bien, la phytothérapie nous fournira-t-elle assez de simples propres à assurer l’épuration cutanée pour que nous puissions y puiser des agents auxquels ne messied pas le titre de dépuratif.

31Le même Dr Leclerc, lorsqu’il parraine un ouvrage de vulgarisation, accepte cependant qu’un chapitre y soit intitulé sans détours « Les fonctions dépuratives : urinaires et sudorales » (Leclerc et Verley-Leclerc 1954).

Les livres de santé par les plantes au début du xxe siècle

32Bien entendu, les ouvrages à destination populaire exclusive ignorent superbement les doutes et les critiques qui jalonnent l’histoire des remèdes dépuratifs de la fin du xviiie siècle. Ils s’adressent à ceux qui alimentent l’ironie de Leclerc, à ceux qui sont restés à la traîne du nouveau savoir, qui ne comprennent pas les nouveaux concepts médicaux, les nouveaux remèdes, ou qui tentent de les interpréter à l’aide des schémas du passé.

53. Couverture d’un fascicule de colportage trouvé dans une ruine à Saint-Étienne-les-Orgues (04).
(Mal) imprimé en Avignon, vers la fin du siècle dernier, c’est un bref recueil de recettes (12 p.) qui mêle les anciennes compositions d’apothicaire (elixir de longue vie à la Thériaque) aux emplois traditionnels, dont certains subsistent encore dans la région (oignon de Lis contre les panaris, pommade à la cire et à l’huile d’olive pour les brûlures, etc.). La référence à Raspail, dont c’est probablement une contrefaçon, se traduit çà et là par le recours au camphre. Ce genre de littérature a contribué à alimenter et à entretenir les pratiques de médecine traditionnelle en toutes régions.

  • 12 « Faire choix d’un médecin en cas de nécessité, c’est un acte de haute conscience. Apprendre à s’en (...)
  • 13 La « Jouvence de l’Abbé Soury » reste cependant un « remède du sang » apprécié des femmes à l’âge c (...)

33Les livres de « santé par les plantes », s’ils inondent le marché depuis une vingtaine d’années — d’abord « médecine verte » compensatrice, premier remède au mal d’être urbanisé, à l’angoisse sourde d’avoir perdu toute autre racine que celle, inévitable et de peu de secours, des pissenlits — n’étaient pas pour autant des productions marginales auparavant. Ils semblent peu fréquents dans la première moitié du xixe siècle, et sans doute jusque vers les débuts de la Troisième République (exception faite des anciens recueils de recettes, héritage du xviiie siècle, qui continuent d’avoir cours dans les campagnes — fig. 53). L’emportent alors, semble-t-il, des ouvrages à velléités « scientifiques » soucieux de diffuser l’hygiène et la thérapeutique de l’ère industrielle dans les classes laborieuses — et dans le même temps, parfois, la critique de la médecine des riches, l’incitation à des pratiques libertaires qui dénoncent implicitement le « docteur » comme représentant de l’ordre bourgeois (fig. 54)12. La fin du siècle dernier et les premières décennies du nôtre verront au contraire la publication d’un grand nombre de pharmacopées vulgarisées et de guides de santé en tout genre, où l’on décèle souvent déjà des réactions contre la « médecine chimique », où la « médecine parallèle » se met en place, où s’affermit l’idée d’autonomie thérapeutique. La Belle Époque, volontiers chauvine et revancharde, oublie son ressentiment anti-prussien quand l’outre-Rhin exporte des idées nouvelles sur la santé. Ainsi vont prospérer en France l’hygiénisme sous diverses formes, l’hydrothérapie du Curé Kneipp et quelques autres « méthodes naturelles » d’avenir parfois incertain. Kneipp, phytothérapeute sagace qui mériterait mieux que le dédain où ses homologues français l’ont tenu (la soutane, qui ne valorise plus guère le remède13, a fini par faire sourire du thérapeute), se réfère souvent aux plantes dépuratives avec une perception de leur action thérapeutique qui avoisine celle de la médecine traditionnelle. Ainsi écrit-il à propos du Ményanthe (Menyanthes trifoliata, Gentianacée, tonique amer de grande valeur) : « Lors donc que la chaleur manque à vos digestions, prenez du trèfle amer pour vous réchauffer l’estomac. » Et de l’Ortie : « les orties sont très dépuratives ; les feuilles sèches ou vertes, préparées comme tisane, font disparaître les engorgements de poitrine et de poumons, et purifient l’estomac des matières malsaines » (Kneipp 1983 ; à comparer avec ce qui est dit en 3.4).

54. Frontispice d’un « Raspail » trouvé dans une ferme abandonnée à Cruis (04).

  • 14 Voir, par exemple, les divers fascicules publiés à Toulouse, vers le début du siècle, sous le pseud (...)

34En France vers 1900, les livres de médecine végétale populaire se multiplient, où les conseils d’hygiène et les préceptes moraux étayent les professions de philanthropie — et parfois les revendications sociales des auteurs14. C’est aussi l’époque où une nouvelle race de philanthropes va profiter du marché ainsi ranimé et renouveler les pratiques de colportage sur un mode infiniment plus rentable que par le passé, sous les auspices de la pharmacie et avec l’assistance des postes et des chemins de fer.

35Précurseurs de nos guérisseurs-écrivains-P.D.G. au temps de la gloire du Bon-Marché et de Manufrance, des médecins malins vont monter des entreprises de thérapie par correspondance aussi durables que lucratives. Leur principe : la diffusion, souvent par colportage et vente sur les marchés, de manuels de santé-recueils de recettes (où l’hygiène morale conserve sa place), qui font en même temps office de représentants permanents, à domicile, des poudres, pilules, sirops et autres élixirs fabriqués par l’éditeur. En tête des ventes, La médecine végétale illustrée, du Dr. A. Narodetzki (1re éd. vers 1910), et Le médecin des pauvres, du Dr. Beauvillard (1re éd. peu antérieure).

  • 15 « La médecine végétale est un ouvrage à la portée de tous, qui renferme la description claire et dé (...)

36La médecine végétale se veut propagateur de la science médicale15. C’est une encyclopédie alphabétique d’un intérêt nullement négligeable, dont la première partie (1 345 articles) décrit le corps humain, ses maladies et leur traitement (les remèdes du laboratoire-éditeur, qui s’avèrent d’une polyvalence stupéfiante...), expose les préceptes de l’hygiène et du « régime biologique ». Des planches anatomiques révèlent les profondeurs du corps. De nombreux termes spécialisés sont expliqués. La seconde partie, « plantes et médicaments » (971 articles), fait la part belle aux seconds. Ce genre d’ouvrage va révéler à beaucoup la physiologie et la classification pathologique modernes. Celui de Narodetzky a « 1 000 pages » (c’est annoncé en titre) : c’est un livre qui ambitionne manifestement de devenir « le » livre (fig. 55).

37Le médecin des pauvres est beaucoup plus simple. Il s’adresse surtout au monde rural (10 pages de recettes de médecine vétérinaire ; des manuels spécialisés sont proposés aux « honorables cultivateurs »). Les informations sur les plantes sont plus complètes que chez Narodetzky, ne concernent que la flore commune indigène et ne glissent pas à tout propos vers le médicament maison, plus efficace que la tisane. Dans l’ensemble, c’est une manuel honnête qui préserve l’alternative médication autonome par les plantes/recours aux bons offices du laboratoire, ce qui n’est pas le propos du docteur Narodetzky.

  • 16 Ils héritent du charlatanisme un goût prononcé pour la dénomination exotique des remèdes : « Tisane (...)

38Modestes ou ostensiblement savants, ces livres de santé connaissent une large diffusion, comme le laisse supposer le nombre d’éditions (réel ou « gonflé ») annoncé en couverture : respectivement 110 et 85 pour mes exemplaires de Narodetzky (s.d., vers 1920) et de Beauvillard (1933-34) ! Leur influence sur l’histoire contemporaine de la phytothérapie populaire a souvent été supposée mais, à ma connaissance, rarement étudiée de près. S’ils réclament la lecture attentive qui ne manquerait pas de mettre en évidence les structures-clefs de la pensée médicale vulgarisatrice-commerçante16 et, corrélativement, de la demande populaire qui l’induit, les derniers grands ouvrages de colportage sont brièvement interrogés ici pour leurs nombreux et très explicites emprunts à l’idée de dépuration.

55. Page de titre du livre de santé du Dr Narodetzki.

39Rédigés par les médecins vraisemblablement au fait du peu de crédit accordé aux dépuratifs dans les Facultés, les manuels de santé-prospectus des laboratoires, stratégie de la vente oblige, tentent de répondre au mieux à la demande du client, de conforter son « image-maladie ». Laxisme lucratif que doit compenser sans doute la révélation bénévole de la Science hautaine, si longtemps restée à distance du peuple.

56. Couverture du Médecin des pauvres.
L’un des derniers livres de colportage, encore vendu sur le marchés dans les années 1940.

40Toujours est-il que l’explication-exploitation du champ dépuratif rappelle ici, et de très près, le discours de nos informateurs, digressions savantes en sus. L’article 819 de La Médecine végétale, consacré aux maladies de la peau, en témoigne si éloquemment qu’il vaut d’être cité en entier :

819. — MALADIES DE LA PEAU. — Toutes les maladies de la peau, quel que soit leur siège, ont pour cause unique une disposition générale : vice du sang. Elles sont l’expression d’une diathèse goutteuse, herpétique, syphilitique ou arthritique, mais la cause fréquente qui provoque les maladies de la peau est le mauvais fonctionnement du tube digestif. Si l’estomac digère mal, si le foie est malade, le produit de la digestion sera vicié, le sang s’altère, d’où un trouble général dans la nutrition de nos organes et de la peau. Les maladies de la peau sont aiguës ou chroniques. Dans les cas aigus, que l’on nomme éruptions cutanées, la maladie arrive à son développement en 2 ou 3 semaines, ensuite elle va en diminuant et la guérison arrive assez vite. Dans les cas chroniques, la maladie peut durer longtemps et ne céder qu’à un traitement énergique. Les maladies de la peau sont caractérisées par des éruptions, des boutons, des pustules, des rougeurs qui apparaissent sur la peau accompagnées de cuissons, de démangeaisons, quelquefois même de douleurs. Ces éruptions sont produites par l’âcreté et les humeurs dont le sang est saturé et qu’il rejette vers la peau. Et à mesure que le sang s’en débarrasse, ces impuretés se renouvellent et l’envahissent de nouveau. Toutes ces manifestations naissent, vivent et se perpétuent d’une manière chronique ; elles sont rebelles aux traitements généralement employés, tels que l’iodure, l’arsenic, le mercure, parce que ces traitements, sans guérir les maladies, altèrent les organes digestifs et fatiguent les malades ; les purgatifs à jet continu, les dépuratifs de toute espèce souvent indigestes, les tisanes qu’on recommande de tous les côtés, ne produisent aucun résultat. Quant aux pommades astringentes, aux pommades caustiques que nous voyons tous les jours surgir, elles sont tout à fait insuffisantes et souvent même nuisibles. En effet, le traitement externe peut soulager momentanément, mais guérir jamais. Il adoucit la peau mais ne fait pas disparaître la maladie ; seul un traitement dépuratif interne est capable de guérir. En effet, il faut bien se pénétrer de ceci : ces maladies ont leur siège dans le sang, et pour les guérir, il faut détruire les humeurs nuisibles et toutes les impuretés qui viennent du dedans et se trouvent dans le sang. En un mot, il faut purifier le sang. Si les dépuratifs employés jusqu’à ce jour n’ont jamais guéri radicalement et ont souvent eu le grave inconvénient de faire fixer le mal sur les muqueuses ou même sur un organe sain et, par là, provoquer une maladie grave avec des accidents de toute nature, c’est parce que leurs compositions étaient mal étudiées et faites avec des substances mal associées. Il faut éviter les médicaments alcalins dont l’usage prolongé altère le sang et amène la cachexie. Le Dépuratif Parnel est, par sa composition entièrement végétale, le meilleur régénérateur du sang pour guérir les maladies de la peau et tous les vices du sang. Dans toutes les maladies de la peau, il faut s’alimenter avec la Tarvine pour ne pas charger l’estomac et le laisser reposer. Il est, en outre, indispensable d’activer l’élimination des mauvais germes. L’eau alcaline lithinée et minéralisée, avec la Septiline (un paquet de Septiline dans un litre d’eau), est précieuse pour laver tous les organes, enlever toute inflammation ou congestion et éliminer tous les déchets, toxines, impuretés, qui encrassent l’organisme. Voir les principales maladies de la peau : Acné, Ampoules, Anthrax, Boutons, Brûlures, Dartres, Démangeaisons, Ecthyma, Eczéma, Engelures, Éphélides, Érysipèle, Érythème, Furoncles, Gale, Herpès, Ichtyose, Impétigo, Lèpre, Lichen, Mentagre, Pemphigus, Purpura, Roséole, Rupia, Scrofule, Syphilis, Teigne, Ulcères, Urticaire. Voir Hygiène de la peau.
Régime des maladies de la peau. — Voir Régime des Eczémateux. Voir le chapitre spécial sur le Dépuratif Parnel.

41(Le Dépuratif Parnel est toujours vendu en pharmacie : j’en reparlerai en 6.3).

42Le médecin des pauvres (fig. 56), sur un mode bien plus « primitif », à peine distinct du ton de l’ancienne médecine, fournit beaucoup d’exemples analogues. Le paragraphe consacré aux « vices du sang » (pp. 158-160 de mon édition) y rassemble une bonne partie des images traditionnelles du corps, de la santé et de la maladie aperçues chez nos informateurs haut-provençaux :

Tout le monde sait que la base de la santé prospère et florissante repose uniquement sur la purification du sang bien faite et bien ordonnée. Purifier le sang de toutes les aigreurs, les altérations particulières à chaque maladie et des altérations transmises par héritage ou causées par l’âge, le sexe et la constitution, voilà ce qui donne la force et la vie (...). De la pureté du sang dépend la FORCE VITALE de l’homme et de la femme, et de la vigueur des parents résultent la force et la vie des enfants.
Le rhumatisme, la goutte, la gravelle, la chorée, l’épilepsie, la folie, la syphilis, la phtisie, passent dans le sang pour reproduire la phtisie, la syphilis, la folie, l’épilepsie, la chorée, la gravelle et les rhumatismes, etc.
Dans toutes les maladies, il faut toujours chercher une cause innée, congénitale ou tardive, mais cette cause, quelle qu’elle soit, a toujours sa base dans le sang. Aussi est-il nécessaire à chacun de comprendre que, pour guérir, il faut chasser le mauvais sang, la corruption des humeurs, la bile, les acides qui sont la cause de la mort et que nous portons en nous sans le savoir.

43Le livre propose donc un Mélange dépuratif, « le seul dépuratif végétal naturel dont l’action est toujours bienfaisante et jamais nuisible », dont les plantes « rafraîchissent, purifient, clarifient et régénèrent la masse du sang ». Ce remède s’emploie contre « les maladies de la peau » perçues dans une acception plutôt large : « abcès, anthrax, goitres, glandes, démangeaisons ; eczémas, dartres, plaies de mauvaise nature »... Il faut en faire usage « à chaque changement de saison et au moindre signe d’impureté du sang » (c’est moi qui souligne).

  • 17 Au même moment, de l’autre côté de la frontière, une image moins gentille de la pureté du sang s’éd (...)
  • 18 Dans son récent Corps et chirurgie à l’apogée du Moyen-Âge (1983), travail désormais essentiel à qu (...)

44Tout au long du Médecin des pauvres, on pourrait récolter de semblables références à la thérapeutique que nous avions vue à son ultime apogée au xviie et au début du xviiie siècle. L’époque — entre les deux guerres — favorise bien sûr les glissements de sens : la pureté du sang, c’est aussi la bonne santé de la race, des enfants, de ceux qui vont remplacer les victimes de 14-1817. Mais, en général, on s’écarte peu des vieilles représentations, d’où surgissent parfois métaphores et comparaisons qui rappellent les plus vieux discours du corps (et les commentaires de nos informatrices) : « La Salsepareille est pour notre corps ce qu’est l’huile pour les rouages d’une machine » (p. 58) ; « rafraîchir le sang, rien de plus facile, mais ce n’est pas aux drogues qu’il faut avoir recours, c’est à un produit naturel qui est pour le corps humain ce que la goutte d’huile est pour la machine mécanique » (p. 195)18.

45Est-il nécessaire de faire davantage appel aux citations ? Il est clair que ce genre d’ouvrage a continué de valider le concept de dépuration presque jusqu’à nos jours, et plus encore lui a restitué une assise théorique, élémentaire mais suffisante pour le consolider en face du nouveau système médical. Quelles qu’aient pu être les influences antérieures sur la thérapeutique végétale traditionnelle, en France, les derniers livres de colportage (fussent-ils véhiculés dans la besace du facteur) ont donné aux dépuratifs un élan considérable, en ont fait des remèdes d’autant plus crédibles qu’ils étaient conseillés et expliqués par des médecins. Il faut donc y voir la dernière source majeure où s’est rafraîchie la mémoire populaire, en ce domaine. Tout travail d’ethnopharmacologie française doit en tenir compte.

  • 19 Aux manuels de santé succède ici, en particulier, l’ouvrage publié par « Sélection du Reader’s Dige (...)

46De même faut-il déjà prendre garde à l’impact de certains ouvrages actuels19 sur la connaissance des plantes médicinales : nos enquêtes nous ont montré la capacité d’assimilation de leurs données là où il existe déjà un intérêt pour le remède végétal ou bien des survivances de la connaissance traditionnelle. Impact qui induit parfois une expérimentation comparative pouvant aller jusqu’à la modification de la recette écrite (ainsi chez une informatrice de l’Hérault), mais plus souvent, semble-t-il, une banalisation du savoir local, voire l’abandon de certaines pratiques non consignées dans « le livre » et, dès lors, dévalorisées, rendues suspectes, corollaire inverse de ce qui s’est passé pour les dépuratifs, jusqu’aux années 40. A la suite d’une enquête ethnobotanique dans l’Aude, Jean-Claude Pons (1981) remarque ainsi que

l’importante littérature traitant des plantes médicinales qui est apparue sur le marché depuis quelques années a pénétré jusqu’au cœur des montagnes (...). Les gens qui ont en main ces livres s’en servent pour rationaliser leur savoir, éliminant ce qui n’est pas dans le livre, ou accordant leur connaissance [sur ce qui s’y trouve].

47L’auteur cite le cas d’une informatrice qui a modifié son mode — ancestral — de préparation de l’huile de Millepertuis sur la foi de la nouvelle méthode écrite.

  • 20 On redoute beaucoup les méfaits de l’auto-médication par les plantes, chez les pharmacologues et au (...)

48Critiquables quand elles érodent le savoir traditionnel pour y substituer des recettes banales, tolérées des rédacteurs savants comme « pouvant être mises entre toutes les mains »20, les influences livresques actuelles participent aussi de l’évolution « naturelle » de la culture médicale populaire : on ne plaide pas pour un immobilisme qui équivaudrait à une mort inéluctable, mais pour de nouvelles chances d’enrichissement.

La vulgarisation récente

49Je ne juge pas utile d’accorder une large place au traitement que les pharmacopées vulgarisées réservent de nos jours aux dépuratifs. Le concept s’y défait. Fournier (1948) est l’un des derniers à faire allusion aux humeurs. Chez Mességué, où j’ai relevé 33 plantes qualifiées de « dépuratives », il n’y a pas de lexique des termes spécialisés.

50Le tableau 15 montre ce qui était déjà apparu au tableau 7 : que le nombre des plantes considérées comme dépuratives semble croître très sensiblement du passé à nos jours. Phénomène en partie apparent, qui a deux causes majeures :

    • 21 Les plantes dépuratives citées par Lieutaud — exotiques exclues — sont les suivantes (dans l’ordre (...)

    comme les pharmacopées anciennes, Lieutaud (1781) excepté, ne donnent pas de listes de dépuratifs, j’ai retenu la seule classe des sudorifiques-diaphorétiques qui est loin de réunir tous les « dépurants » (que Lieutaud, je le rappelle, dit « très nombreux »21) ;

  1. les trois auteurs les plus récents sont des compilateurs qui rassemblent les apports des publications antérieures en y ajoutant soit des données expérimentales ( ?), soit des attributions de leur cru. Avec 34 citations du terme, qui s’ajoutent aux 13 mentions du tableau 7, P. Fournier cite à lui seul 47 dépuratives... Mais c’est aussi le vulgarisateur — non praticien — le plus exhaustif, qui passe en revue la quasi-totalité des plantes médicinales françaises (1 500 espèces). Plusieurs travaux « savants » ultérieurs empruntent ses informations sans juger utile d’en préciser la source.

51Des diurétiques comme le Genêt à balais, le Chiendent et le Céleri, des hémostatiques comme la Bourse-à-pasteur, des émollients comme la Guimauve n’appartiennent pas aux anciens dépuratifs savants ni à ceux du domaine traditionnel (où les diurétiques, en particulier, je crois l’avoir montré, sont généralement bien distingués des dépuratifs). La présence des aromatiques, Anis vert, Mélisse, Menthe, Romarin, qui figurent exclusivement chez Mességué parmi les auteurs cités, s’explique par le fait que le guérisseur-homme d’affaires a toujours pris garde de ne pas contrevenir exagérément aux interdits relatifs au commerce des médicinales : il évite donc les plantes un tant soit peu suspectes et ses « dépuratives » n’intègrent ni la Morelle Douce-amère ni la Saponaire... C’est aussi une affaire de saveur : la présence d’une aromatique dans un mélange sert souvent à masquer le goût parfois désagréable des autres plantes. Intention évidente en ce qui concerne les tisanes composées du commerce où l’Anis, la Mélisse et la Menthe tiennent une place très importante, comme au tableau 15.

52Il existe donc bien une dégradation de la classe des dépuratifs chez les auteurs postérieurs à Leclerc qui continuent d’y faire allusion. Puisqu’elle n’est plus associée à un concept limitant, fût-il diffus, cette classe tend à servir de fourre-tout. Paradoxalement, c’est dans les ouvrages savants destinés aux seuls spécialistes que ces remèdes conservent leur statut le plus strict, même s’il n’est avoué que d’une plume réticente (voir Bézanger-Beauquesne et al. 1975). La vulgarisation d’inspiration savante exclusive évite d’y faire allusion (voir Girre 1980). Bien entendu, le terme de dépuratif reste courant dans les nombreux « guides des plantes médicinales », de valeur très inégale, qui ont envahi les librairies et, par leur pléthore même, contribuent à l’égarement du néophyte devant le domaine dont ils prétendent faciliter l’accès. P. Fournier, déjà évoqué ci-dessus, s’il est d’abord botaniste (auteur des Quatre flores de la France, manuel de terrain toujours le plus utile à l’herborisant), n’en donne pas moins dans ses Plantes médicinales et vénéneuses de France (1947-48, 3 : 561) la définition moderne la plus juste du remède dépuratif, fût-elle encore tributaire de l’ancienne physiologie : « substances aptes à purifier le sang, sans purgation, en disposant les humeurs à sortir par la peau, les urines et la voie intestinale » (c’est moi qui souligne). L’action du remède n’est pas expliquée ; du moins est-elle qualifiée correctement.

Tableau 15. Plantes dépuratives des auteurs inemployées à ce titre en Haute-Provence (suite) Leur place dans les remèdes dépuratifs du commerce

Tableau 15. Plantes dépuratives des auteurs inemployées à ce titre en Haute-Provence (suite) Leur place dans les remèdes dépuratifs du commerce

1. Ces auteurs ne prennent pas en compte la classe des « dépuratifs ». Les mentions retenues sont relatives à celles des sudorifiques (ex-diaphorétiques) qui s’en rapprochent le plus.
2. Nombre de fois où la plante figure dans la formule des 33 dépuratifs végétaux ou à dominante végétale étudiés.

Tableau 15. Plantes dépuratives des auteurs inemployées à ce titre en Haute-Provence Leur place dans les remèdes dépuratifs du commerce

Tableau 15. Plantes dépuratives des auteurs inemployées à ce titre en Haute-Provence Leur place dans les remèdes dépuratifs du commerce

1. Ces auteurs ne prennent pas en compte la classe des « dépuratifs ». Les mentions retenues sont relatives à celles des sudorifiques (ex-diaphorétiques) qui s’en rapprochent le plus.
2. Nombre de fois où la plante figure dans la formule des 33 dépuratifs végétaux ou à dominante végétale étudiés.

3. Du côté des remèdes dépuratifs d’aujourd’hui

53Le même tableau 15 favorise la transition. Contrairement à ce qui était apparu au tableau 7 — qui rassemble, je le rappelle, la plupart des « dépuratives majeures » de la pharmacopée, reconnues aussi comme telles par nos informateurs — aucune des six plantes ici considérées comme importantes par les auteurs (4 mentions et plus) ne passe dans les remèdes dépuratifs retenus pour comparaison. Sur ces plantes — Bourrache, Carotte, Genévrier, Orme, Scabieuse, Souci — seuls le Genévrier et le Souci ont une présence discrète dans l’ensemble des dépuratifs végétaux du commerce. Les plantes les plus représentées dans les sept produits témoins sont des diurétiques (Chiendent, Frêne), des aromatiques (Mélisse, Menthe), et la Guimauve, adoucissante-laxative. L’absence totale de la Bourrache, de l’Orme, et de la Scabieuse, sudorifiques à visées surtout dermatologiques chez l’Orme, et respiratoires chez les deux autres, entérine le « glissement du concept » vers la banalisation : visées surtout digestives et urinaires.

54Ce que confirme l’analyse des plantes non citées en tant que dépuratives par les auteurs de ma liste et qui figurent cependant à la formule des remèdes vendus sous cette appellation. Ces plantes sont répertoriées au tableau 16.

  • 22 Peumus boldus, Monimiacées. Arbuste toujours vert sud-américain (Chili), le Boldo entre dans 86 spé (...)

55Inventaire éloquent : les purgatifs arrivent largement en tête (32 %), suivis par les stimulants (21,3 %) et les antispasmodiques (16 %) (destination gastro-intestinale), puis par les diurétiques (9,9 °7o). Les toniques hépatiques tombent à 6,8 % comme les toniques amers. Il y a encore 6,1 % de vaso-constricteurs et 0,7 % de toniques astringents (1 mention). Onze végétaux exotiques d’un intérêt non manifeste continuent d’illustrer le goût des apothicaires pour la drogue d’origine lointaine : hormis, peut-être, le Boldo, excellent stimulant des fonctions hépatiques (surtout biliaires)22, ils ont tous des succédanés indigènes. Deux d’entre eux sont des purgatifs drastiques très suspects.

Tableau 16. Plantes non regardées comme dépuratives qui entrent dans les remèdes « dépuratifs » du commerce

Tableau 16. Plantes non regardées comme dépuratives qui entrent dans les remèdes « dépuratifs » du commerce

56Sans doute une analyse comparative des divers produits considérés isolément aurait-elle été plus explicite, et plus honnête. Il existe, je l’ai dit, des formules pharmaceutiques bien équilibrées et répondant à l’intention dépurative dans ses visées les plus précises : dermatoses, « vices du sang » dans l’acception traditionnelle. Ces dépuratifs au sens strict sont rares : la « Tisane Boribel » est sans doute la mieux équilibrée ; « Médiflor 13 » s’en rapproche, malgré la Bourdaine superflue ; la « Tisane provençale » (fig. 57) et le « Dépuratif Parnel », vétéran déjà rencontré, méritent aussi la confiance, en dépit du Séné qui sacrifie en douce à l’éternel dieu des purges. Que la plupart des autres produits honorent sans réticences : ce sont presque tous des laxatifs, sinon des purgatifs camouflés, parfois des diurétiques quasi exclusifs (« Tisane orientale Soker » — car elle existe encore !)... Dans certains cas, l’usurpation de titre est manifeste : « dépuratif » n’est plus qu’un argument de vente, une utilisation commerciale de 1’« image-remède ». Ce qui implique évidemment la reconnaissance et de la présence et de la puissance de cette image par le fabricant. A cet égard, le « Dépuratif des Alpes » est exemplaire : C’est un produit de ramonage intestinal déguisé (fig. 57), qui arrive cependant au deuxième rang des ventes de dépuratifs dans la région, derrière la « Tisane provençale ».

57Ici et là, dans ce travail, j’ai déjà fait allusion aux trouvailles surprenantes que les notices associées aux dépuratifs du commerce réservent au lecteur attentif, et en particulier aux dénominations archaïques de propriétés, du genre « antiglaireux » ou « antibilieux ». La nosographie ne doit pas moins au passé et se signale parfois par son approximation : « enflures » (Solution dépurative du Dr Dubois), « hydropisie » (idem), « lymphatisme » (idem et Jénovérine), « scrofule » (Tisane Boribel), « douleurs » (Vitalyne), « boutons » (Dépuratif Richelet vitaminé PP - sic), « vices du sang » (Parnel), « intoxication du sang » (Dépurogène « T »), etc. On est vraiment très près de l’ancienne médecine ; plus encore, en l’occurrence, que nos informateurs qui usent peu de noms de maladies franchement désuets (comparaison exhaustive au tableau 17). A l’inverse on voit des néologismes empiéter sur les prérogatives du vieux « dépuratif ». Ainsi en est-il de « détoxicant » (Dépuratif Chauvin, Médiflor 13), qui fait par ailleurs carrière dans les publicités d’eau minérale. Ceux qui ricanent quand on dit « crasses du sang » parlent volontiers de « toxines »... On serait heureux de disposer d’une critique comparative de ces deux termes de la part du corps médical.

57. Les deux remèdes dépuratifs les plus vendus dans les pharmacies de la région de Forcalquier Chercher l’usurpateur du titre.

Tableau 17. Indications comparées des remèdes dépuratifs du commerce et des plantes de la pharmacopée haut-provençale qualifiées de dépuratives

Tableau 17. Indications comparées des remèdes dépuratifs du commerce et des plantes de la pharmacopée haut-provençale qualifiées de dépuratives

* Indications figurant sur les notices des produits, classées par ordre de fréquence chez ceux-ci.
** Non prise en compte ici, la « visée sang », au sens large, de nos dépuratifs, élèverait beaucoup ce total (voir 3-1).
1. Terme inusité par nos informateurs. Les mentions populaires retenues concernent, soit les« croûtes de lait », soit les « croûtes aux joues » et les « humeurs de peau des nourrissons ».
2. Sont prises en compte ici, lorsque le médicament ne comporte pas d’indications, les mentions de propriétés purgatives-laxatives.
3. Indication imprécise à laquelle il est hasardeux de rapporter des données populaires.

58. Un dépuratif non végétal, agréé par la Sécurité Sociale et prescrit sur ordonnance.
Notice à comparer avec celles des produits populaires de la fig. 57

58Au chapitre des substitutions, le « Dépuratif Chauvin » est un modèle du genre (fig. 58). Ce produit, non végétal, est l’un des rares dépuratifs nantis de la vignette et prescrits par les médecins (sinon le seul ?). Sa notice vaut le détour : « Détoxicant, stimulant des métabolismes, régulateur des oxydations cellulaires et du fonctionnement hépato-endocrinien (syndrome pré-menstruel) ». Ce qui peut être traduit en populaire par : « dépuratif, stimulant général, purificateur du sang, bon pour le foie, les glandes digestives et les troubles qui précèdent les règles ». Il y a lieu de croire que le jargon vaut remboursement puisque, un peu serré à la gorge, ce produit n’avoue rien d’autre que la cure amère des « bonnes femmes » !

59Ceci n’a rien d’une attaque anti-pharmacie. C’est une mise au point nécessaire, un rééquilibrage. Constamment dénoncée, tournée en dérision par ceux-là mêmes qui en exploitent les découvertes, la médecine populaire n’a rien à rétorquer puisqu’elle est sans parole organisée. J’ai essayé, tout au long de ce travail, d’en montrer quelques cohérences. Il peut s’y ajouter la révélation de quelques incohérences du domaine savant, détenteur patenté de la seule vérité sur le corps et ses maux.

60Incohérences (sinon duperies ?) qui pourraient être explorées plus avant dans la trentaine de produits supposés innocents qui témoignent ici de l’interprétation et de l’utilisation « savante » d’un concept officiellement considéré comme dépassé. Je m’en tiendrai à deux exemples :

  1. La Belladone, Solanacée toxique bien connue, antispasmodique toujours très prescrite aux ulcéreux, entre dans deux formules dites « dépuratives, laxatives », où sa présence n’appelle pas de mise en garde particulière. L’un de ces produits, les « Pilules Spark » (où l’on retrouve encore le bon docteur Narodetzky), est dit, de surcroît, « antibilieux, toni-dépuratif » et même « rafraîchissant », avec une composition que tout usage prolongé doit révéler plutôt caustique : Bourdaine, Boldo, Aloès, Belladone (+ un constituant non végétal : phtaléine)...

  2. Deux produits, « le Dépurogène » et le « Dépurogène T » ont pratiquement la même formule (Salsepareille, Artichaut, Ficaire, citrate de sodium), le second ne se distinguant du premier que par 0,006 g d’extrait de foie (sic) supplémentaires. Le « dépurogène » a pour indications : « états pléthoriques, variqueux, hémorroïdaires, hypertendus ; urémie, diabète, goutte, rhumatismes, artério-sclérose. » Son quasi-jumeau « traite des troubles de la ménopause et des troubles congestifs dus à la stase sanguine et à l’intoxication du sang ». Six milligrammes « d’extrait de foie » permettent donc de privilégier une visée thérapeutique déjà sous-entendue dans la notice du produit-frère et d’obtenir un visa de mise en circulation d’un médicament distinct !

61Plusieurs « dépuratifs » de la pharmacie d’aujourd’hui tombent donc sous l’accusation formulée par J. Roques, en 1837, à rencontre des remèdes de charlatans : ils « ne sont autre chose que des purgatifs drastiques plus ou moins bien déguisés » (citation complète p. 213). D’autres, s’ils ne présentent guère de risques à l’usage modéré, ne valent pas mieux en cas d’emploi prolongé. D’autres, simples duperies, déshonorent les rayons des pharmaciens (qui en voient de pires du côté des remèdes « classiques »). C’est pourtant la médecine populaire seule qui continue toujours de soulever critiques et sarcasmes...

62Remèdes ambigus, sinon fraudeurs, puisqu’ils usent d’une appellation-prétexte que leur composition est loin de toujours justifier, les « dépuratifs officiels » illustrent le détournement d’un savoir traditionnel dont la valeur intrinsèque n’a pas été prise en compte. Les données de notre enquête l’attestent : le dépuratif populaire n’est ni un purgatif ni un diurétique plus ou moins adapté à des visées thérapeutiques confuses ; c’est un procédé thérapeutique, voire diétético-thérapeutique, associé à une image cohérente du corps et de la maladie, elle-même en rapport avec les âges de la vie et les rythmes naturels ; c’est une médecine de champ aussi bien préventive que curative, logique et capable d’invention.

63Exploré d’un peu près, le concept aurait pu conduire à la mise au point, sinon de remèdes tout à fait fidèles aux intentions traditionnelles (ils n’existent que dans leur contexte éco-socio-culturel), du moins de produits susceptibles de répondre à leurs visées les plus « adaptables ». Car la purification du sang est bien plus qu’une curiosité du savoir populaire, c’est une image première de la médecine, une sorte d’archétype aux potentialités intactes, toujours susceptible de fertiliser la connaissance.

64Le dépuratif pharmaceutique abuse trop souvent du terme, ou en détourne le sens. Nul doute qu’il ait contribué à ruiner le crédit du concept auprès des médecins, à en troubler les échos dans le public. Dans cette confusion on peut voir une des raisons de la faible place actuelle de ces remèdes à l’officine : les septs produits retenus pour comparaison dans mes tableaux ne connaissent qu’une vente globale annuelle de 560 boîtes ou flacons dans cinq pharmacies de la région (soit une moyenne de 112 unités/officine/an), et, sur ce nombre, la « Tisane provençale », production locale (fiable) favorisée par son nom et peut-être par sa composition (voir p. 233), prend la part du lion avec 470 boîtes/an (94 boîtes/officine/an). Autant dire que la diffusion de la plupart des dépuratifs du commerce avoisine le négligeable...

65Avant d’être définitivement ( ?) interrompue : la commission du ministère de la Santé chargée de procéder à la révision des drogues commercialisées et de leurs appellations projette, dit-on, la suppression pure et simple du terme « dépuratif », jugé indigne d’appartenir à la pharmacopée moderne (avec de bonnes raisons, on vient de le voir...). De la sorte marginalisé, sacrifié à l’ordre clos du savoir incommunicable, le dépuratif deviendrait bientôt illégal : à l’illusion d’un peu plus de science répondrait sûrement ici encore un peu moins de clarté.

4. Du côté des pharmaciens

  • 23 A. Dechambre, cité plus haut (1882), fait allusion à un travail de « Barbier, d’Amiens » sur les su (...)

66On ne saurait reprocher aux pharmaciens d’officine la vente de produits douteux mis au point parfois depuis des dizaines d’années et qui disparaissent derrière la cohorte des remèdes de commercialisation courante. D’autant plus que leur formation ne les prépare guère à s’interroger sur les dépuratifs : j’ai vainement cherché une trace de ce concept thérapeutique aux deux fichiers « matières » de la bibliothèque de la faculté de pharmacie de Paris. Tout semble signifier la volonté d’éradication d’un terme encombrant, puisque seuls les dictionnaires médicaux lui accordent une place, généralement peu confortable23.

  • 24 Il me faut souligner l’excellent accueil que j’ai rencontré dans les cinq officines visitées, où l’ (...)

67Questionnés sur leur opinion à l’égard de ces passagers semi-clandestins de la pharmacopée moderne, les pharmaciens de Haute-Provence sont loin de se montrer toujours réservés24.

68Côté suspicion, la critique n’est pas fondée sur une connaissance véritable du remède :

Pour moi, les dépuratifs, c’est les gens qui nous achètent du sulfate de soude au printemps.

69ou encore :

Je crois que ça vient de l’ancienne médecine qui aimait bien ce terme. Je ne pense pas que ce soit si efficace que ça. Je ne peux pas porter de jugement sur les produits (sic). Mais le « Dépuratif des Alpes » ça a quand même une action (voir ce qui est dit plus haut de ce purgatif déguisé).

70Côté confiance, l’argumentation est mieux fondée, mais repose essentiellement sur une paraphrase de l’opinion populaire :

C’est bien, ça fait pas de mal, ça dégage, ça fait dégorger le client (sic). Avec ça, les gens couvraient un grand éventail de maladies. C’est efficace, la cure dépurative. Moi, je pense que ça fait du bien.

71Une pharmacie importante de Manosque fabriquait elle-même un sirop dépuratif (aujourd’hui abandonné du fait de la mévente de ces produits) et l’un de ses responsables dit sans ambages :

Je suis très partisan de cette médication. Lorsque les gens s’en servent, ils ont beaucoup moins d’ennuis : boutons, dermatoses, etc. Ça facilite les évacuations, les selles, les urines. C’était une très longue tradition. Aux changements de saison, les gens avaient l’habitude de se dépurer le sang, à la fin de l’hiver et à l’automne. La peau est un émonctoire naturel ; toutes ces cochonneries qui ne sortent plus par les voies naturelles sortent par la peau.

72Ces opinions favorables — qui, faut-il le préciser, n’émanent pas de jeunes pharmaciens nouvellement installés — attestent encore une fois la puissance des représentations attachées aux dépuratifs et la connivence qui pouvait exister il n’y a pas si longtemps entre le préparateur et l’utilisateur de ces remèdes — connivence importante pour l’entretien du concept au niveau populaire.

  • 25 Observation sujette à caution : les gens âgés font souvent acheter leurs remèdes par des tiers, en (...)

73Tous les pharmaciens interrogés constatent la désaffection croissante à l’égard des sirops et des tisanes dépuratives : « On en vend infiniment moins qu’il y a quinze ou vingt ans », dit ainsi l’un d’eux. Par contre, il semble que les acheteurs actuels ne soient pas seulement des gens âgés, comme on pourrait s’y attendre. Selon l’officine de Céreste, ces remèdes intéressent des « personnes plutôt âgées », mais les autres pharmacies ne relèvent pas la prééminence d’une tranche d’âge particulière en rapport avec les ventes de dépuratifs25.

74Un pharmacien précédemment installé près de Saint-Étienne (Loire), constate que la demande, en Haute-Provence, est très inférieure à celle qu’il rencontrait dans cette région fortement urbanisée-industrialisée. Remarque appelant à la recherche comparative entre milieux éco-socio-culturels distincts, que bien d’autres points de ce travail sollicitent. A noter que le même informateur reconnaît qu’il existe désormais une confusion entre dépuratifs et purgatifs et que la demande traditionnelle était plutôt en rapport, elle, avec le soin des dermatoses.

75Peu explorée dans le cadre de cette étude, la « piste pharmacies » vaut d’être suivie pour tout approfondissement de la connaissance des dépuratifs dans leurs rapports avec l’évolution présente de la perception médicale populaire. Et aussi bien en ce qui concerne d’autres domaines thérapeutiques. On pourrait même espérer qu’une implication plus étroite de l’officine dans les recherches ethnopharmacologiques en France favorise le rétablissement du dialogue entre perception populaire et savoir institué, aide à la compréhension mutuelle et au maintien de ces « ponts » conceptuels qui, tel le dépuratif, ne nuisent à la science que lorsqu’ils sont dévalorisés par des a priori sans fondement.

Notes

1 Fondée sur une expérimentation rigoureuse, chez l’animal, et l’observation chez un homme blessé dont le cœur était au sens propre mis à nu, la démonstration de Harvey souleva un tollé de sarcasmes dans les facultés européennes. A la mort de son auteur, en 1658, un nombre appréciable de médecins en avaient pourtant reconnu la justesse. En 1672, sur ordre de Louis XIV, la circulation fut enseignée au Collège royal de Paris.

2 Une fois citée comme dépurative (sans précision d’indication) dans notre enquête, l’Aigremoine y est aussi mentionnée comme remède de la circulation (2 mentions) et des règles (1 mention). C’est aussi un « remède du sang » important dans le Lot (thèse de D. Thiveaud 1982). Elle ne nous est pas apparue comme le « remède du foie » qu’elle reste en d’autres régions, mais le champ de ses applications traditionnelles, en Haute-Provence, apporte une nouvelle preuve de la relation foie-sang soulignée à plusieurs reprises au chapitre précédent. Sur cette relation, voir encore la très explicite introduction de Chomel au chapitre des « plantes hépatiques et spléniques » de son Abrégé de l’histoire des plantes usuelles, 1782 : 356-359, où l’auteur associe théorie des humeurs et physiologie de la circulation.

3 D’après un manuscrit du xviiie siècle, copie de plusieurs livres médicaux (bibliothèque personnelle). Cette « Matière médicale » n’est pas citée au nombre des travaux de Chirac répertoriés au catalogue de la B.N. Thérapeute montpelliérain, devenu premier médecin de Louis XV, Pierre Chirac n’a pas laissé une œuvre mémorable. Co-auteur, avec J.B. Silva, des Dissertations et consultations médicinales (1744-55, 3 vol. ), il écrit dans cet ouvrage, à propos des inflammations : « le sang est comme l’origine et la source de toutes les liqueurs qui circulent dans le corps humain. Les liqueurs produisent des maladies assorties à leur caractère, mais c’est du sang même que dépendent principalement les inflammations », etc. (t. 1, p. 196). Propos sans originalité, qu’on retrouve chez tous les médecins du temps, mais qui attestent encore la place prioritaire du sang dans la pathologie, voici un peu plus de deux siècles.

4 A « l’humorisme » fait ainsi pendant le « solidisme », qui attribue l’origine des maladies non aux désordres des fluides, mais aux seules altérations des parties « solides », des organes eux-mêmes.

5 (Yverdon, Félice, 1772) t. 13, p. 505.

6 La première édition française du Précis de Matière médicale de J. Lieutaud est de 1766. C’est la traduction de la 2e partie du Synopsis universae praxeos medicae in binas partes divisa, 2 vol. (Amsterdam, 1765). Les éditions ultérieures, en 2 vol., sont de 1770 et 1781. Le Robert donne 1792 (Encyclopédie méthodique) comme première attestation du terme.

7 « C’est de nos jours que s’est développé l’humorisme. Cet humorisme moderne, véritable dogme, s’apparente singulièrement à l’humorisme ancien et à la notion des humeurs peccantes. Il s’est manifesté par deux tendances : la notion de glandes à sécrétion interne se précise ; les recherches d’immunité se développent », écrit le Pr. Ch. Richet, dans son Histoire de la physiologie, in Histoire générale de la médecine (Paris, 1938), vol. 2, p. 321. Les progrès conjoints de la biochimie et de la pharmacologie ont fait qu’à ce nouvel humorisme n’ont pas correspondu des « remèdes de champ » analogues aux dépuratifs mais des drogues très spécifiques, comme les hormones de synthèse.

8 (Paris, 1882) t. 27, pp. 603-607.

9 De cachexie, état d’affaiblissement généralisé, associé à des maladies infectieuses, nutritionnelles, etc.

10 Est-ce l’adaptabilité infinie de sa thérapeutique (dilutions de HCH, de Strontium 90, etc.) qui, l’assimilant de plus en plus à une médecine symptomatique, vaut depuis peu à l’homéopathie une place « officielle » dans les facultés ?

11 Ce qui n’exclut pas, sous leur plume, la dénonciation du charlatanisme ; ainsi Roques : « Qu’on sache bien que tous les remèdes prônés par les charlatans sous les noms de “pilules fondantes”, “digestives”, de “sirop dépuratif”, “d’elixir anti-dartreux”, ne sont autre chose que des purgatifs drastiques, plus ou moins bien déguisés » (1837-38 ; 1 : 56).

12 « Faire choix d’un médecin en cas de nécessité, c’est un acte de haute conscience. Apprendre à s’en passer, c’est un acte de haute raison », écrit F.V. Raspail dans son Manuel annuaire de la santé pour 1847, ou Médecine et pharmacie domestiques, p. 10. Auteur célèbre de l’Histoire naturelle de la santé et de la maladie (1846, 2e éd. 3 vol. ), philanthrope combatif, polémiste vilipendé par ses confrères, familier des tribunaux pour exercice illégal de la médecine, apôtre d’une thérapeutique ultra-simplifiée puisqu’elle repose en grande partie sur l’usage du camphre, Raspail a connu une large audience dans les classes populaires. Un fermier de Saint-Étienne-les-Orgues m’a montré le manuel cité ici. Cet ouvrage exclut les plantes, si ce n’est la Chicorée, la Bourrache et quelques autres.

13 La « Jouvence de l’Abbé Soury » reste cependant un « remède du sang » apprécié des femmes à l’âge critique.

14 Voir, par exemple, les divers fascicules publiés à Toulouse, vers le début du siècle, sous le pseudonyme d’Innovator : Mon livre sur les plantes et leur mode d’emploi pour l’homme ; Mon livre sur la machine humaine et son entretien rationnel (sic) ; Mon livre pour l’homme, la femme et l’enfant. Celui-ci, sous-titré « Les conseils de tante Suzanne » (46 p.), est un recueil de recettes de médecine végétale très apparentées à celles de la médecine populaire, à la posologie souvent imprécise. Ces ouvrages ont surtout circulé dans le Sud-Ouest, où ils ont vraisemblablement laissé des traces.

15 « La médecine végétale est un ouvrage à la portée de tous, qui renferme la description claire et détaillée de chaque maladie et le meilleur traitement basé sur les dernières découvertes scientifiques. Avec ce livre de santé, grâce à la médication dépurative végétale et au régime biologique, chacun peut se soigner seul et se guérir de toutes les maladies sans drogues nuisibles » (c’est l’auteur qui souligne ; on remarquera la fonction-clef du mot dépuratif, que n’effraie manifestement pas la proximité des dernières découvertes savantes).

16 Ils héritent du charlatanisme un goût prononcé pour la dénomination exotique des remèdes : « Tisane orientale Soker », « Comprimés japonais », « Liqueur péruvienne », « Thé du Paraguay » (le maté présenté comme aphrodisiaque, tel aujourd’hui le Ginseng, est nécessaire parce que « tous les bons Français déplorent nos unions stériles et notre faible natalité »...). Chartreux, saints divers et Notre Dame elle-même sont aussi des parrainages appréciés.

17 Au même moment, de l’autre côté de la frontière, une image moins gentille de la pureté du sang s’édifie. Les historiens du nazisme ont-ils prêté attention à ses prolongements du côté de la médecine populaire ? Que disaient les dépuratifs dans l’Allemagne du troisième Reich ? « Un caractère capital du sang, à toujours avoir en mémoire chaque fois que de sang il s’agit : il est l’hérédité », remarque aussi G. Lagadec, déjà cité (1985).

18 Dans son récent Corps et chirurgie à l’apogée du Moyen-Âge (1983), travail désormais essentiel à quiconque s’intéresse aux origines de la pensée médicale en Occident, Marie-Christine Pouchelle déchiffre subtilement ce genre « d’images souterraines du corps et de la maladie », en montre l’importance dans l’édification des concepts thérapeutiques et la puissance évocatrice qui leur permet de franchir les siècles, jusqu’à nos jours.

19 Aux manuels de santé succède ici, en particulier, l’ouvrage publié par « Sélection du Reader’s Digest » : Secrets et vertus des plantes médicinales (1977). Vendu en librairie et par correspondance, cette excellente iconographie fournit de nombreuses informations dans les principaux domaines de la phytothérapie, et, si le corps du texte est plutôt anecdotique, l’index thérapeutique rassemble un large éventail de recettes (malheureusement non hiérarchisées). On notera le titre accrocheur, qui pourrait être celui d’un livre de colportage du xviiie siècle. « Secrets et vertus... », excellente opération commerciale, se rencontre de plus en plus fréquemment en milieu rural. Le terme « dépuratif » y est usité fréquemment, on l’a vu au chapitre I, mais nulle part expliqué.

20 On redoute beaucoup les méfaits de l’auto-médication par les plantes, chez les pharmacologues et autres spécialistes du remède végétal. Est-ce pour mieux détourner l’attention de la consommation désordonnée, hors de tout contrôle médical, d’une quantité sans cesse accrue de médicaments bien moins inoffensifs que la plupart des herbes ?

21 Les plantes dépuratives citées par Lieutaud — exotiques exclues — sont les suivantes (dans l’ordre de l’auteur) :
racine de Patience, Chicorée, Berle,
Bardane, Pissenlit, Cochléaria,
Ortie, Eupatoire, Cresson,
Année, Aigremoine, Capillaires,
Gentiane, Cerfeuil, Cuscute,
Carline, Véronique, Anémone, Hépatique,
Salsepareille, Houblon, Écorce de Tamaris,
Rhubarbe, Lierre, terrestre Frêne,
feuilles de Fumeterre, Absinthe (grande et petite), Genévrier,
Patience, Véronique Beccabunga.
Les plantes soulignées ne figurent pas au tableau 15, rédigé avant que j’aie pu consulter le Précis de la Matière médicale. Elles sont donc à ajouter à l’inventaire (provisoire) des dépuratifs...
Parmi les sept auteurs retenus au tableau 15, les trois plus anciens (Chomel s’y substituant donc à Lieutaud) citent au titre de sudorifiques 15 plantes qui ne sont pas au nombre des dépuratives de leurs successeurs (cas particulier de la Germandrée Scordium : chapitre 4.5). Le souci de ne pas amplifier démesurément le tableau conduit à en faire état seulement ici. Ch : Chomel 1782 ; H : Hanin 1819 ; B : Bouchardat 1873) :
Astragale (H), Consoude (B), Pétasite (Ch),
Camphrée de Montpellier (H), Cynoglosse (B), Polytric (Ch),
Daphné Garou (B), Souchel long (B),
Canne de Provence (H), Germandrée Scordium (Ch), Souchet rond (B),
Cassis (H), Impératoire (Ch),
Chèvrefeuille (B), Laurier noble (Ch),
La plupart de ces plantes poussent en Haute-Provence, mais, hormis le Cassis, il ne s’y rattache pas d’emplois au titre de l’enquête 1982-83.

22 Peumus boldus, Monimiacées. Arbuste toujours vert sud-américain (Chili), le Boldo entre dans 86 spécialités de la pharmacie française (Bézanger-Beauquesne et al. 1975). La France importerait environ 150 tonnes de ses feuilles chaque année. Très popularisée par la publicité (« Boldoflorine »), cette plante est assimilée au remède hépatique par excellence. En Haute-Provence, dans la région de Sault (84), elle a même légué son nom à la grande spécifique locale du foie, l’Anémone Hépatique, devenue « la Boldo ».

23 A. Dechambre, cité plus haut (1882), fait allusion à un travail de « Barbier, d’Amiens » sur les substances dépuratives, référence imprécise que je n’ai pu compléter à ce jour.

24 Il me faut souligner l’excellent accueil que j’ai rencontré dans les cinq officines visitées, où l’on m’a fourni sans la moindre hésitation l’état précis des ventes des dépuratifs. Je remercie en particulier Philippe Joriot, pharmacien à Forcalquier, qui a mis à ma disposition des documents indispensables à cette partie de mon étude.

25 Observation sujette à caution : les gens âgés font souvent acheter leurs remèdes par des tiers, en particulier à la campagne où la pharmacie est fréquemment éloignée du domicile.

Table des illustrations

Légende 53. Couverture d’un fascicule de colportage trouvé dans une ruine à Saint-Étienne-les-Orgues (04).(Mal) imprimé en Avignon, vers la fin du siècle dernier, c’est un bref recueil de recettes (12 p.) qui mêle les anciennes compositions d’apothicaire (elixir de longue vie à la Thériaque) aux emplois traditionnels, dont certains subsistent encore dans la région (oignon de Lis contre les panaris, pommade à la cire et à l’huile d’olive pour les brûlures, etc.). La référence à Raspail, dont c’est probablement une contrefaçon, se traduit çà et là par le recours au camphre. Ce genre de littérature a contribué à alimenter et à entretenir les pratiques de médecine traditionnelle en toutes régions.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2316/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende 54. Frontispice d’un « Raspail » trouvé dans une ferme abandonnée à Cruis (04).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2316/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende 55. Page de titre du livre de santé du Dr Narodetzki.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2316/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende 56. Couverture du Médecin des pauvres.L’un des derniers livres de colportage, encore vendu sur le marchés dans les années 1940.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2316/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Tableau 15. Plantes dépuratives des auteurs inemployées à ce titre en Haute-Provence (suite) Leur place dans les remèdes dépuratifs du commerce
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2316/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende 1. Ces auteurs ne prennent pas en compte la classe des « dépuratifs ». Les mentions retenues sont relatives à celles des sudorifiques (ex-diaphorétiques) qui s’en rapprochent le plus.2. Nombre de fois où la plante figure dans la formule des 33 dépuratifs végétaux ou à dominante végétale étudiés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2316/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau 15. Plantes dépuratives des auteurs inemployées à ce titre en Haute-Provence Leur place dans les remèdes dépuratifs du commerce
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2316/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende 1. Ces auteurs ne prennent pas en compte la classe des « dépuratifs ». Les mentions retenues sont relatives à celles des sudorifiques (ex-diaphorétiques) qui s’en rapprochent le plus.2. Nombre de fois où la plante figure dans la formule des 33 dépuratifs végétaux ou à dominante végétale étudiés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2316/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Tableau 16. Plantes non regardées comme dépuratives qui entrent dans les remèdes « dépuratifs » du commerce
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2316/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2316/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende 57. Les deux remèdes dépuratifs les plus vendus dans les pharmacies de la région de Forcalquier Chercher l’usurpateur du titre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2316/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Tableau 17. Indications comparées des remèdes dépuratifs du commerce et des plantes de la pharmacopée haut-provençale qualifiées de dépuratives
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2316/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende * Indications figurant sur les notices des produits, classées par ordre de fréquence chez ceux-ci.** Non prise en compte ici, la « visée sang », au sens large, de nos dépuratifs, élèverait beaucoup ce total (voir 3-1).1. Terme inusité par nos informateurs. Les mentions populaires retenues concernent, soit les« croûtes de lait », soit les « croûtes aux joues » et les « humeurs de peau des nourrissons ».2. Sont prises en compte ici, lorsque le médicament ne comporte pas d’indications, les mentions de propriétés purgatives-laxatives.3. Indication imprécise à laquelle il est hasardeux de rapporter des données populaires.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2316/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende 58. Un dépuratif non végétal, agréé par la Sécurité Sociale et prescrit sur ordonnance.Notice à comparer avec celles des produits populaires de la fig. 57
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2316/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 407k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search