Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Seconde partie. Études et synthèses

Chapitre 20. Ensembles funéraires isolés dans la moyenne vallée du Rhône

Frédérique Blaizot et Véronique Savino

Texte intégral

20. 1 Introduction

20.1.1 Problématique générale : quelle interprétation pour ces ensembles funéraires ?

  • 1 – Nous remercions nos collègues archéologues de nous avoir confié l’étude des sépultures exhumées s (...)

1Cet article rassemble les études des sépultures issues de cinq sites fouillés sur le tracé du TGV-Méditerranée entre Valence et Avignon (fig. 139) et de trois autres, exhumés sur le tracé de l’autoroute A46 Sud (fig. 140)1. Il s’agit de petits ensembles funéraires complets et de groupes de 2 à 5 sépultures situés en dehors de tout système communautaire, qui présentent les particularités de ne pas se trouver en contact avec un édifice religieux et d’avoir une durée de fréquentation relativement courte. Tous semblent antérieurs à l’an mille.

FIG. 139
Plan linéaire du tracé du TGV-Méditerranée avec localisation des sites étudiés.

FIG. 140
Tracé de l’autoroute A46 Sud avec localisation des sites.

2Se pose donc en priorité la question du rapport de ces ensembles funéraires isolés avec l’espace funéraire communautaire. Quelle est leur signification dans une période où se met en place le réseau villageois ? Ces dernières années, l’archéologie révèle des schémas topographiques qui remettent quelque peu en question le modèle de l’association église, nécropole et habitat groupé, au terme d’un processus que l’on estime pouvoir situer au milieu du xie s. Si l’on est sûr que c’est bien l’église qui fixe le cimetière, voire qui en appelle la création, les modalités du regroupement des habitats, situés à l’origine à distance de celle-ci, sont difficiles à apprécier, et l’assemblage des trois éléments mentionnés plus haut échappe à un modèle unique. Par conséquent, il est tout à fait justifié de penser qu’en matière d’inhumation, les pratiques aient connu une certaine diversité.

3Toutefois, malgré ces récentes révisions, les petits ensembles isolés restent, dans la littérature archéologique, perçus comme un phénomène marginal, non conforme à la norme générale illustrée par le regroupement des morts dans un vaste espace communautaire autour d’un sanctuaire. De ce fait, presque systématiquement, les explications proposées évoquent une péjoration sociale ; les individus concernés sont supposés être exclus d’une communauté dont la structuration passe par un contrôle plus ou moins absolu de la part du pouvoir religieux (Sales Carbonell 1993-1994 ; Danion 1994 ; Garnotel, Paya 1996). D’après certains, ils constitueraient la population esclave des grands domaines ou encore se composeraient de non-chrétiens (Schweitzer 1984). Des hypothèses de sépultures de catastrophe ont aussi été émises (Koelher 1995 ; Paya 1996), sans toutefois avoir été confirmées par la mise en évidence de caractéristiques propres à ce genre d’ensemble (Villemeur 1994 ; Signoli et al. 1998 ; Castex, Friess 2001). Enfin, les différents processus de mise en place des communautés paysannes (Garnotel, Raynaud 1996), la relation avec diverses formes d’habitat (Garnotel, Raynaud 1996), des solutions d’attente et des difficultés liées à la restructuration du réseau paroissial (Zadora-Rio 1995 ; Paya 1996 ; Treffort 1996b) constitueraient également des explications à rediscuter.

  • 2 – Nous excluons les squelettes issus de structures domestiques comme il en existe de rares cas, qui (...)

4Les cas publiés se rapportent à une période couvrant la fin de l’Antiquité tardive jusqu’aux alentours des ixe-xe s. Ils proviennent tant du Nord que du Sud de la France, et des exemples sont connus au-delà de nos frontières, comme en Allemagne (Schweitzer 1984 ; Peytremann 1995 ; Stork 1997) ou en Catalogne (Sales Carbonell 1993-1994). Les sépultures, regroupées par 2 ou 3, se situent le plus souvent, lorsque cela a pu être démontré, en périphérie de l’habitat dont elles sont contemporaines, et parfois même à l’intérieur, intercalées entre ses différentes unités2 (Buchez 1995 ; Catteddu 1995 ; Koelher 1995 ; et site de Serris en Seine-et-Marne). Mais au cours de la plupart des interventions archéologiques sont découvertes une ou deux sépultures qui ne présentent aucun élément de datation, et/ou que l’extension de la fouille ne permet pas d’associer à des structures d’habitat.

5Les petits ensembles funéraires –qui comportent entre 10 et 40 sépultures– sont courants dès le début de l’Antiquité tardive, tandis que d’autres sont connus aux vie et viie s. Parmi ces derniers, certains ont pu être associés à un bâtiment, soit parce que les sépultures se trouvaient accolées à l’extérieur ou disposées à l’intérieur (Buchez 1995 ; et site de Serris), soit parce qu’elles se situaient à proximité d’un édifice contemporain (Garnotel, Raynaud 1996). Sur les fouilles de très grande extension, il apparaît que ces petits ensembles se trouvent dans l’environnement immédiat de grands cimetières et qu’ils sont contemporains, au moins en partie, de leur utilisation –le cas est clair à Serris ainsi qu’à Dassargues à l’époque carolingienne (Garnotel, Raynaud 1996).

6Dans un premier temps, nous proposons d’interroger nos séries par les méthodes de l’anthropologie. La priorité consiste à définir chaque ensemble en soulignant par quoi, concrètement, peut être caractérisée la « non-conformité » communément alléguée quant aux pratiques funéraires et à l’organisation des ensembles.

7La méconnaissance des types de sépultures pour la période du haut Moyen Âge, et particulièrement pour le domaine rural, nécessite de développer l’analyse archéo-anthropologique. Dans les séries publiées, les modes d’inhumation sont généralement définis de manière approximative ; de même, la typologie de référence utilisée, qui n’est pas fondée sur des exemples où l’interprétation a bénéficié d’une argumentation archéo-anthropologique, du fait de l’ancienneté des fouilles, reste parfois un peu large (Colardelle 1983 ; Colardelle et al. 1996). Une meilleure définition des types de tombe constitue donc une des conditions majeures de la réalisation de ce projet.

8Les méthodes de l’anthropologie biologique sont ici mises en œuvre pour répondre aux questions posées par le recrutement des ensembles funéraires, tout particulièrement du point de vue de la répartition par sexe et par âge. Les objectifs de ce travail consistent surtout à caractériser chaque groupement de sépultures en définissant son organisation propre (composition, structuration), et à le comparer à ce que nous connaissons des grands ensembles communautaires « standards » contemporains. On verra de quelle manière les résultats obtenus valident ou réfutent les hypothèses émises au sujet de ces petits ensembles, rappelées ci-dessus.

  • 3 – Seuls trois sites sur lesquels nous avions travaillé ont été exhaustivement exploités dans le cad (...)

9À partir de données archivées au service régional de l’Archéologie de la région Rhône-Alpes et de publications disparates, nous souhaitons, dans un second temps, élargir notre étude en recherchant des cas similaires dans la moyenne vallée du Rhône (Drôme, Ardèche, nord de l’Isère, Rhône) et en les discutant dans leur environnement. À cet égard, les ensembles exhumés sur le tracé de l’autoroute A 46 sud3 ont été utilisés au même titre que ceux issus de l’opération TGV-Méditerranée. Nous proposons d’effectuer le recensement des petits ensembles dispersés et des sépultures isolées, de faire le point sur les formes d’occupation supposées contemporaines autour de ces ensembles (domestiques, religieuses, funéraires), et de déterminer les potentialités d’étude des séries anthropologiques anciennement exhumées. Il s’agit surtout de réaliser le bilan des données relatives au sujet pour le sud de la région Rhône-Alpes.

20.2 Matériel et méthodes

20.2.1 Présentation des sites

20.2.1.1 Sites méridionaux

Chabrillan / Saint-Martin

10Le site de Chabrillan / Saint-Martin (fouille S. Martin / Afan) se trouve sur la commune de Chabrillan sur la rive gauche de la basse vallée de la Drôme, à l’angle des actuelles routes départementales 104 et 591. Il se place dans l’ensemble morphostructural du bassin de Crest, entre la plaine rhodanienne à la hauteur de Livron / Loriol à l’ouest, et les piémonts des préalpes calcaires du Diois au sud-est et du Vercors au nord-est. Le site est implanté sur une des nappes alluviales de la Drôme couverte d’un dépôt lœssique. Il comporte un ensemble de 42 sépultures primaires placées à la périphérie d’un site gallo-romain, stratigraphiquement situées entre l’Antiquité tardive et le xiie s. Un groupe de 3 tombes a également été exhumé en bordure d’un fossé comblé au vie s. (fig. 141).

FIG. 141
Chabrillan / Saint-Martin : a le site ; b plan détaillé de l’ensemble funéraire.

11Une grande villa, que l’emprise des travaux n’a pas permis de fouiller exhaustivement, a été mise au jour. Précédée d’un bâtiment modeste de la période augustéenne, elle fonctionne dès le ier s. ap. J.-C. et jusqu’à la fin du iiie s. Son abandon est marqué par une récupération des matériaux et par des installations ponctuelles à la fin du ive et au début du ve s. Le site connaît au vie s. une phase de récession spatiale par rapport à l’occupation antique. Les installations se limitent au sud-est de l’emprise et les vestiges reconnus ont été interprétés comme des structures de type défensif. En effet, deux murs construits parallèlement longent un fossé de grandes dimensions d’orientation E-O et incurvé vers le sud. Ces murs, totalisant une épaisseur de 1,40 m, ne sont liés à aucune autre structure contemporaine. Cet état effectue la transition avec les ensembles funéraires qui vont se succéder au sud et à l’ouest du site. L’emprise fouillée n’a pas fourni de structure d’habitat entre la fin du vie s. et le xie s. Pendant la période du haut Moyen Âge, cette partie du site connaît une occupation qui est uniquement de type funéraire. L’habitat ne réapparaît sur la zone fouillée qu’au xie s. avec une construction excavée sur poteaux porteurs. Mais, c’est dans le courant du xiie s. que l’occupation devient dense avec la présence de plusieurs constructions associées à des aires d’ensilage. Les trois bâtiments avec leurs dépendances, et les structures liées aux activités agricoles et même métallurgiques s’inscrivent à l’intérieur d’une limite fossoyée qui ceinture les vestiges à l’ouest, au nord et en partie à l’est. La répartition spatiale des vestiges de cette période dans l’emprise étudiée et les prospections géophysiques réalisées montrent, là aussi, que la fouille ne touche que les marges du site. Les dernières traces d’occupation repérées sont essentiellement localisées dans un secteur du site avec la présence de rares tessons céramiques datés du xiiie s.

12La zone 4, correspondant à l’emprise des sépultures les plus anciennes, est située au sud. Les limites de l’ensemble funéraire ne sont cernées de manière certaine qu’au nord et à l’est. Seules 3 sépultures primaires, orientées E-O, ont été repérées au nord du fossé C dont le comblement est daté du vie s. Aucun élément n’a permis de vérifier les relations stratigraphiques entre ce fossé et les sépultures. Ces dernières recoupent un remblai lié à l’occupation d’un bâtiment daté du iiie s. Les sépultures n’ont livré aucun mobilier céramique, ni mobilier porté, si ce n’est du matériel résiduel gallo-romain. Deux sépultures (SP4100 et SP4101) sont alignées est-ouest. Une troisième (SP4024) est légèrement décalée au sud-ouest, par rapport aux deux autres, en limite d’emprise.

13Le deuxième ensemble funéraire (zone 7) se compose de 42 sépultures primaires installées dans la partie ouest de l’espace fouillé. Les fosses, orientées O-E, sont disposées sur une rangée principale qui se développe du nord au sud, flanquée au centre de deux groupes de 4 autres sépultures chacun, à l’ouest et à l’est. Elle s’installe dans un espace vierge de tout vestige antérieur et elle se développe sur une longueur totale de 66 m. Les fosses se trouvent toutes limitées à l’est par le fossé D qui s’inscrit dans le parcellaire de l’établissement augustéen. La pérennité de cette limite peut s’expliquer par l’existence d’une superstructure liée au fossé, comme un chemin par exemple, qui aurait été détruit par la suite. À l’ouest de l’ensemble funéraire, le fossé A, orienté N-S, longe les sépultures sans les toucher. En revanche, le fossé B d’orientation NE-SO, coupe la sépulture 7334 à 4 m de son embranchement sur le fossé A. Certaines sépultures (7088, 7029, 7173, 7066 et 7052) sont recoupées par des fosses dans une première aire d’ensilage. Les sépultures les plus au sud, 12101, 12100, 12099 et 12098, ont été de même perturbées par des creusements de fosses. Le fossé B et les fosses présentent dans leur comblement du mobilier céramique daté du xiie s. Les sépultures n’ont pas livré de mobilier céramique, ni de mobilier porté. La chronologie relative permet de préciser un terminus ante quem dans le xiie s. Cet ensemble funéraire est complet, en dehors du fait que certaines sépultures ont été perturbées voire détruites par les structures postérieures. Les limites de la nécropole ont été vérifiées et si, au nord, la configuration topographique peut avoir entraîné un arasement de certaines sépultures, les autres limites ont pu être identifiées avec certitude. Enfin, aucun édifice en relation stratigraphique avec l’ensemble funéraire n’a été découvert.

Chabrillan / L’Hortal

14Le site de Chabrillan / L’Hortal (fouille P. Réthoré / Afan) se trouve sur les coteaux qui dominent la vallée de la Drôme au pied du flanc ouest de la colline Saint-Romain. Il est installé entre des formations sédimentaires de limon et de lœss du Quaternaire et le substrat molassique de l’Helvétien. Les formations sédimentaires historiques se caractérisent par des limons sableux, alluvions ou colluvions en épandage en bas de versant. L’ensemble funéraire se compose de 10 squelettes. La fouille a mis au jour un certain nombre de vestiges érodés correspondant à des occupations allant du deuxième âge du Fer jusqu’au xie s. (fig. 142).

FIG. 142
Chabrillan / L’Hortal : plan montrant l’occupation des VIeVIIe s. et les sépultures.

15La Protohistoire n’est représentée que par 2 fosses-dépotoirs. Le ive s. ap. J.-C. est représenté par l’angle d’une structure bâtie de forme rectangulaire très lessivée, par de nombreuses fosses, des trous de poteau, et des murs. Les trous de poteau semblent associés à de vastes dépressions rectangulaires interprétées comme des fonds de cabane (cf. chap. 6). Les vie et viie s. sont caractérisés par un bâti mieux conservé : il s’agit d’un édifice de forme trapézoïdale comportant une entrée en chicane, et pour lequel l’hypothèse d’une bergerie a été émise (cf. chap. 6) ; un chemin longe le bâtiment trapézoïdal à l’ouest, et s’interrompt 6 m au nord d’un groupe de 7 sépultures situé au sud de l’emprise.

16Dix sépultures ont été mises au jour qui participent d’un état mal déterminé. Deux au nord (SP21 et SP22) sont postérieures à l’occupation des vie-viie s. puisqu’elles recoupent la couche US 305 qui scelle cette phase. Les sépultures méridionales n’ont pas de relation chronologique bien établie avec le bâti (cf. chap. 6) : elles peuvent en être contemporaines comme elles peuvent, à l’instar des 2 tombes septentrionales, avoir été établies après l’abandon de l’établissement agricole, alors que celui-ci présente encore des ruines prégnantes largement respectées par les sépultures.

17Une occupation des xe-xie s. est définie par des fosses-silos, par un mur supposé marquer une limite de parcelle et par des trous de poteau.

18L’ensemble funéraire se compose donc de 10 sépultures dont 7 sont regroupées au sud de la zone fouillée, une est située au nord de ce groupe (SP 13) et 2 se trouvent à l’opposé au nord (SP21 et SP22). Il n’existe aucun sol contemporain de l’occupation funéraire. Toutes les sépultures sont orientées O-E. Un décapage a été effectué à l’est et à l’ouest des 7 sépultures regroupées, et n’en a révélé aucune autre. Au nord, les limites de l’extension de ce groupe sont connues puisque la zone fouillée se développe en ce sens. Enfin, le décapage a été étendu directement au sud des tombes, et deux sondages furent pratiqués, l’un orienté d’est en ouest à une distance de 11 m des sépultures, l’autre implanté perpendiculairement à ce dernier et à 8 m au sud-ouest des sépultures les plus occidentales. Aucun indice d’autres sépultures, même sous la forme d’os épars, n’a été repéré.

Crest / Bourbousson

19Le site de Bourbousson a été découvert sur la commune de Crest à environ 2 km au nord-ouest de l’agglomération. La plaine alluviale de la Drôme, dont le cours actuel est à 1,3 km de la zone fouillée, et les petites collines molassiques au nord constituent deux unités qui sont à l’origine d’un recouvrement important des vestiges, d’une épaisseur variant entre 2,5 et 2 m. Trois opérations ont mis au jour un ensemble de 4 squelettes d’orientations variables regroupés près d’un fossé (fig. 143 : CB49), un autre ensemble de 5 sépultures orientées NO-SE, également alignées contre un fossé (fig. 143 : CB 302, 303, 316, 317, 321), et une tombe orientée NO-SE dans les ruines de l’habitat tardo-antique (fig. 143 : CB63).

FIG. 143
Crest / Bourbousson : plan du site et contexte archéologique général.

20La parcelle située au nord dans l’emprise (fouille J.-M. Treffort / Afan : Bourbousson 1 : fig. 143) livre une abondance de vestiges de la fin du premier âge du fer. Dans sa partie est, on reconnaît des structures agraires assimilées à des fosses de plantation antiques. Dans l’emprise décapée apparaît un réseau de fossés dont ni l’installation ni l’abandon ne sont datés, mais la présence de tuiles dans leur comblement indiquerait que leur abandon s’est produit à une période historique. L’interpénétration de divers tronçons de ces fossés en plusieurs points permet de distinguer deux réseaux, bien qu’il n’ait pas été possible de préciser leurs relations stratigraphiques exactes ; l’un est composé de sections orientées NE-SO et NO-SE et comporte des tegulae dans son comblement. Les premières correspondent à l’orientation du cadastre B de Valence et à celle d’un bâtiment tardo-antique situé dans la parcelle sud. Les deuxièmes sections sont perpendiculaires à la voie romaine. Pour ces raisons, le fossé a été daté de l’Antiquité. L’autre réseau, constitué de sections orientées NNE-SSE et ONO-ESE, semble délimiter une occupation du haut Moyen Âge reconnue également dans la partie sud du site. C’est contre l’un des tronçons de fossé NO-SE que se place un groupe de sépultures éparses.

21La zone sud du site (fouille V. Bastard / Afan : Bourbousson 2 ; fig. 143) comporte des vestiges historiques datant du iiie au xie s. Une partie de cette zone est caractérisée par un habitat médiéval composé de deux bâtiments dont une forge, présentés dans ce volume (cf. chap. 4). Une portion de la voie romaine, orientée E-O, semble encore fonctionner à cette période. Au nord de cette voie et au nord-ouest des structures médiévales, une occupation du haut Moyen Âge est caractérisée par un bâtiment sur poteaux, par des fosses et par un four. Le peu de céramique recueilli ici daterait cet ensemble des VIe-VIIIe s. (cf. chap. 21). La présence de déchets de combustion sous la forme de molasse brûlée et l’indigence du mobilier céramique conduisent à envisager l’hypothèse d’une zone à vocation artisanale. Cet ensemble s’installe directement au sud d’un fossé présumé appartenir au réseau médiéval. Enfin, au nord de ce même fossé, 5 sépultures sont regroupées (fig. 143 : ensemble funéraire). L’absence de structures au nord de ce tronçon semblerait indiquer qu’il limite l’occupation artisanale mérovingienne. Dans le secteur tardo-antique de cette parcelle (Bourbousson 3), un habitat des iiie-ive s. constitué de deux bâtiments et d’un fond de cabane a été dégagé. Contre un mur de l’un de ces bâtiments, se trouve une sépulture. Le mauvais état de conservation des vestiges n’a pas permis de préciser si l’édifice était encore en cours d’utilisation lors de l’inhumation.

Espeluche / Saint-Romain

22Le site d’Espeluche / Saint-Romain (fouille C. Ronco / Afan) se trouve sur la rive gauche du ruisseau de la Citelle au nord de la commune d’Espeluche. Son profil géomorphologique présente une succession de couches de limon sableux et des affleurements de la terrasse würmienne creusée par le lit majeur de la Citelle. Il livre un ensemble funéraire de 30 sépultures orientées O-E et isolées de toute structure d’habitat (fig. 144). Un fossé orienté E-O sur le cadastre B d’Orange a été reconnu à 10 m au nord de ce groupe. Il est creusé dans la terrasse et comprend deux remplissages distincts. Dans le dernier niveau conservé de son comblement se trouvent uniquement des céramiques datées du milieu du ier s. ap. J.-C., ce qui ne permet pas de savoir s’il a été réutilisé au Moyen Âge. Toutefois, même si ce fossé, qui marque une limite de parcelle, est comblé dans l’Antiquité, la limite qu’il définit peut avoir perduré jusqu’à cette période. On notera enfin la présence d’une fosse chasséenne sous l’une des sépultures.

FIG. 144
Espeluche / Saint-Romain : plan général de l’emprise et situation des vestiges.

Mondragon / Le Duc

23Le site de Mondragon / Le Duc (fouille X. Margarit / Afan) se place dans la plaine alluviale du Rhône, à un endroit où elle commence à se rétrécir entre le massif du Chaux à l’est et les hauteurs du bois de Valbonne à l’ouest (Vaucluse). Cette plaine est constituée d’alluvions de sables fins limoneux couvrant la terrasse würmienne de galets. Le site se trouve entre le canal de Donzère et la rive gauche du Rhône, à 1,5 km au nord-ouest du village de Mondragon, à 300 m du canal de Donzère et à 2 km du Rhône, au sud de la voie communale no 5 sur la commune de Mondragon. Deux sépultures, orientées l’une N-S (MD6) et l’autre NO-SE (MD48), ont été fouillées dans l’emprise décapée (fig. 145). Le site est daté du Chasséen et n’a livré aucun vestige historique sinon un réseau de trois fossés qui fonctionnent de l’Antiquité au Moyen Âge, voire jusqu’à la période moderne, et à proximité desquels se trouvent les sépultures. Le plus large, F30, repéré au sud de l’emprise, est orienté ouest-est, sur le decumanus SD VIII du cadastre B d’Orange ; en pente vers l’est, en direction du Lez, ce fossé est un collecteur, utilisé depuis l’Antiquité jusqu’à la période médiévale. Deux autres fossés, perpendiculaires à celui-ci, sont visibles au nord : F4 à l’ouest et F1 à l’est ; tous deux fonctionnent à l’époque médiévale (et même au cours de l’époque moderne, F1), mais il n’y a aucune indication pour que le fossé F4 soit antique, bien que les deux soient distants de 35 m, soit de 1 actus.

FIG. 145
Mondragon / Le Duc : situation des vestiges historiques.

24Deux autres fossés s’ouvrent, comme l’ensemble des structures, dans la couche remaniée protohistorique et historique (US 4). L’un, F3, est parallèle au fossé F4 mais de moindre largeur, l’autre, F2, semble être un collecteur par sa taille et la direction de sa pente. Le fossé F3, situé 8 m à l’est du fossé F4 a été interprété comme la marque d’un découpage supplémentaire de la parcelle sur la trame du cadastre d’Orange. On notera que l’orientation du fossé F2 sur l’axe NO-SE diffère de celle des autres. Cette orientation est compatible avec la topographie, et parce que le fossé est en pente vers le Lez, semblerait faire partie du même système d’irrigation que les autres. Aucun élément ne permet de dater leur utilisation.

25Tous ces ensembles funéraires sont archéologiquement complets.

20.2.1.2 Sites septentrionaux

26La fouille des trois sites suivants (La Plaine, Les Estournelles et Mont Moraud) a été conduite dans le cadre de la construction du contournement est de Lyon. Ils sont tous sur la commune de Simandres, à la confluence du Rhône et de l’Ozon, sur une section comprise entre Simandres et Ternay concédée aux Autoroutes du Sud de la France (A 46 Sud : fig. 140). Cette région compose un ensemble bien différencié du plateau des Dombes au nord, du plateau calcaire de Crémieu à l’est et des Balmes viennoises au sud. Sa topographie contrastée est due principalement aux actions des deux dernières glaciations (Riss et Würm). Les sites se trouvent dans un ensemble de plaines alluviales holocènes, sur le bas de pente reliant le versant septentrional des collines du nord viennois à la plaine alluviale de l’Inversé.

27Le site des Estournelles (fouille F. Thiériot / Afan), surplombé au sud par le massif du Planet (362 m), est installé sur une petite avancée délimitée par la courbe des 215 m d’altitude. La stratigraphie du site comprend un substrat constitué de limons peu sableux jaunes carbonates, des limons sableux panachés brun-jaune homogènes et la terre végétale. Les vestiges archéologiques reconnus sont constitués par des structures en creux datées du Néolithique moyen et du Bronze final (Blaizot et al. 2001) et par quelques fosses datées des xe-xie s. (fig. 146). Trois sépultures orientées O-E se trouvent à proximité de la limite est de la surface décapée.

FIG. 146
Simandres/Les Estournelles : plan du site.

  • 4 – Dans le texte, nous différencions les sépultures de chaque site en faisant précéder le numéro de (...)

28Le gisement de La Plaine (fouille A. Bouvier / Afan), situé à environ 700 m à l’ouest de la fouille des Estournelles, présente une stratigraphie similaire. L’ensemble des structures (fig. 147), dont les datations s’échelonnent entre le Néolithique et le Moyen Âge, s’ouvre directement sous la terre végétale. Le contexte topographique du site, un méplat formé par la courbe des 217 m, est identique à celui des Estournelles. Il livre quelques vestiges ténus de l’époque charnière mérovingienne/carolingienne, dans la partie ouest, et de nombreuses structures en creux du Moyen Âge qui constituent vraisemblablement la limite d’un habitat de type « lâche » implanté au sud du tracé de l’autoroute (Bouvier 2001a). Enfin, une zone réservée à des fours domestiques est attribuée aux xe-xie s. Deux petits groupes de sépultures se situent l’un à l’ouest de la surface décapée et l’autre à l’est. Le premier comporte 4 fosses sépulcrales d’orientation diverses ; deux sont placées OSO-ENE (SP14 et SP11)4, une NNO-SSE (SP2) et la dernière est orientée SSE-NNO (SP4). Le deuxième comprend 5 inhumations, dont la position stratigraphique indique qu’elles sont contemporaines de la fin de l’occupation du site (haut Moyen Âge). Elles présentent également des orientations variées.

FIG. 147
Simandres / La Plaine : plan du site.

29Le site de Mont Moraud (fouille F. Cordier / Afan) se trouve à environ 250 m au sud de celui de La Plaine, au pied d’une colline à faciès caillouteux et au nord des bois de Cornavent, de Saint-Jean et de Servenay. Il fait partie du même ensemble géologique que les deux autres sites. On y a trouvé principalement des structures en creux à usage domestique datées du Bronze final. Deux sépultures orientées O-E (MM5 et MM6) sont isolées au milieu de l’emprise de la fouille (fig. 148) et constituent les seuls vestiges historiques avec un four à chaux probablement médiéval.

FIG. 148
Simandres / Mont-Moraud : plan du site et situation des sépultures.

20.2.2 Limites de la documentation

30Ces analyses prennent leur sens au sein de l’étude d’un terroir, et c’est pourquoi nous avions souhaité laisser une large place à une recherche documentaire, à travers laquelle nous aurions réfléchi à la place de ces ensembles funéraires par rapport à l’habitat, aux grandes nécropoles communautaires et aux cimetières regroupés autour des sanctuaires. Cette partie du travail a été amorcée dans le cadre de la rédaction du DFS (Document final de synthèse) sur les sites de Chabrillan / Saint-Martin et d’Espeluche / Saint-Romain. Les résultats ont été particulièrement décevants, à tel point que cette orientation nous a semblé compromise pour la publication. On se heurte en effet à l’état de la documentation, souvent ancienne ou résultant de trouvailles fortuites quasi impossibles à exploiter. Quant aux données récentes, dans la plupart des cas elles sont tributaires des circonstances des interventions préventives liées davantage aux programmes d’aménagement du territoire qu’à des programmes scientifiques. Notamment, les aléas de l’emprise des fouilles permettent rarement une approche globale des occupations. Ainsi, il est particulièrement difficile de mettre les sépultures, exhumées au hasard des interventions, en relation avec les espaces domestiques qui, par ailleurs, ne livrent que peu d’éléments susceptibles d’en révéler la nature ou le statut. Il semblerait que nos connaissances de la période carolingienne dans la moyenne vallée du Rhône soient particulièrement indigentes pour le milieu rural, aucun site d’habitat n’étant, par exemple, connu dans cette partie de la Drôme. La méconnaissance actuelle de la céramique et probablement aussi la nature des structures, font que ces sites ne sont pas repérés en prospection, tandis qu’il nous paraît pratiquement certain, compte tenu de la typologie des sépultures que nous avons rencontrées, que les tombes carolingiennes sont généralement attribuées à des périodes plus récentes ou plus anciennes.

31Par ailleurs, la qualité de la documentation n’est pas homogène pour chacun des sites présentés. Le site de Mondragon / Le Duc présente une forte érosion, et il est probable que l’occupation historique est détruite. Aucun vestige du haut Moyen Âge n’a été repéré dans l’emprise décapée. C’est la même chose pour Simandres / Mont Moraud, tandis que le site des Estournelles livre quelques structures en creux qui ne permettent pas de reconnaître à quelle partie de l’espace domestique nous avons affaire. À Chabrillan / Saint-Martin, les périodes antique et romane sont les mieux représentées, le haut Moyen Âge n’étant illustré que par les sépultures. L’habitat a échappé à l’emprise du tracé, et les indices que l’on a par les textes (le prieuré) et les prospections électromagnétiques (la chapelle) restent trop imprécis en regard des questions qui nous occupent (cf. chap. 5). La fouille de Chabrillan / L’Hortal n’a livré que des petites portions d’occupations de période et de nature différentes, à partir desquelles il n’est pas possible de raisonner sur la chronologie. Sur le site d’Espeluche / Saint-Romain, relativement arasé, aucun vestige contemporain de l’ensemble funéraire n’a été mis au jour. La commune est pauvre également en informations archéologiques. Il existe une motte à environ 1 km, mais les éléments dont on dispose ne permettent pas de la mettre en relation avec l’ensemble funéraire, sans compter que la distance entre les deux est assez importante. Le site de Crest / Bourbousson est de loin le plus intéressant, dans la mesure où il permet de suivre le déplacement de l’habitat de l’âge du Fer au Moyen Âge et la façon dont se structure l’espace, puisqu’un fossé semble séparer l’ensemble funéraire d’une zone à vocation artisanale contemporaine. Malheureusement, c’est justement au détriment de cette dernière que les choix de fouille ont été faits. Le site de Simandres / La Plaine reste le plus exploitable en termes d’identification des espaces domestiques (Bouvier 2001a). En effet, y ont été découvertes de nombreuses structures attribuées en partie aux viieviiie s. et en partie aux xe-xie s., dont la vocation, artisanale pour les unes, et de spécialisation des activités domestiques pour les autres, a pu être reconnue. Le manque de références pour la région, les lacunes documentaires par site et par terroir, et les difficultés rencontrées pour la datation des sépultures et des habitats du haut Moyen Âge limitent donc considérablement la mise en perspective spatiale et historique de nos résultats.

32Les investigations archéologiques relativement restreintes en surface compromettent l’étude même des ensembles funéraires. En effet, comme on le verra, les très petits groupes de sépultures semblent dispersés dans le finage de l’habitat, aux confins des parcelles qui le composent, dont les limites sont généralement marquées par un fossé. Nous nous trouvons donc forcément avec des séries incomplètes, l’occupation funéraire étant composée de plusieurs petits groupements éparpillés sur l’ensemble du village, comme en témoignent les sites de Villiers-le-Sec et de Serris / Les Ruelles en Seine-et-Marne. De ce fait, nos sépultures ne sont pas représentatives de toute la population ayant fait l’objet d’un tel traitement funéraire ; le faible effectif par groupe constitue alors un handicap pour l’interprétation de leur organisation, puisqu’il n’est pas possible d’estimer si les caractéristiques mises en évidence sont statistiquement significatives ou pas.

33Les textes se rapportant à ce domaine restent rares et en tout cas difficiles à solliciter dans la mesure où ils sont d’ordre très général (droit canon) et se réfèrent à la norme. Apparemment, l’Église n’interdit pas l’inhumation en dehors du cimetière ecclésial (Treffort 1996b : 168). Dans son article relatif aux sites du tracé de l’A46 Sud, A. Bouvier (2001b : 314) produit un texte de l’époque carolingienne dans lequel un homme demande à être inhumé sur ses terres –et donc en dehors du cimetière communautaire. Ce texte démontre que la pratique existe et qu’elle est reconnue, mais ne livre aucune information sur le phénomène.

34Cependant, en réunissant les informations ponctuelles qui proviennent des différentes sources sollicitées dans cette étude, il est possible de discuter certaines problématiques proposées. À travers ces sources, se dégagent plusieurs aspects récurrents, qui permettent d’ordonner les divers éléments de ce phénomène et de les inscrire dans un modèle cohérent.

20.2.3 Méthodologie

20.2.3.1 La définition des modes d’inhumation

35L’interprétation des sépultures nécessite une analyse du squelette in situ, et à cet effet les méthodes de « l’anthropologie de terrain », ou « archéo-anthropologie », ont été mises en œuvre (Duday 1990 ; Duday, Sellier 1990 ; Duday et al. 1990b ; Duday 1995).

36Comme on l’a évoqué ci-dessus, les sépultures du haut Moyen Âge sont définies par grandes catégories, les types retenus étant généralement argumentés à partir des seuls critères extrinsèques –architecture résiduelle, forme de la fosse. Afin de pouvoir comparer les séries entre elles, la définition précise des paramètres à partir desquels ont été effectuées les restitutions typologiques et les estimations chronologiques, est essentielle. Pour cela, il est nécessaire de donner les arguments de l’interprétation. C’est pourquoi nous avons choisi de présenter les séries sous la forme d’un catalogue analytique (cf. annexe 4) où chaque sépulture est décrite (localisation, caractéristiques extrinsèques, etc.) et analysée (étude taphonomique) dans l’objectif de fournir au lecteur les arguments de l’interprétation.

37Toutes les sépultures n’ont pas fait l’objet d’un enregistrement selon les méthodes et les objectifs de l’anthropologie de terrain. Certaines ayant été exhumées dans les premiers temps de l’opération, leur étude ne s’appuie que sur l’enregistrement photographique ou sur les dessins qui en ont été effectués.

20.2.3.2 L’estimation du sexe des adultes et de l’âge au décès des adultes et des immatures

  • 5 – Par exemple pour les adultes, aucun Indicateur d’âge utilisable dans l’état actuel des connaissan (...)

38Les méthodes employées actuellement pour l’estimation de l’âge des sujets adultes à partir du squelette sont variées et de qualité inégale, et aucune ne présente une corrélation suffisante avec l’âge5. Dans son travail sur l’estimation de l’âge par les sutures crâniennes, C. Masset a mis en évidence un certain nombre d’erreurs systématiques qui biaisent les résultats (Masset 1973 ; 1982). Cette prise de conscience permet aujourd’hui de mieux maîtriser, sinon les méthodes, du moins les problèmes.

  • 6 – La méthode de C. Masset (Masset 1982) consiste à appliquer des vecteurs de probabilité au degré d (...)

39Il est difficile d’approcher l’âge individuel au décès des adultes. Mais dans la mesure où, dans une étude démographique, c’est la courbe générale des âges de la population et non pas l’âge de chaque individu qui est discutée, c’est plus largement sur la possibilité d’une restitution à l’échelle de la population que les efforts se sont concentrés ces dernières années, à partir des critères biologiques en usage (Masset 1982 ; Sellier 1996)6. La méthode mise au point par C. Masset exige toutefois un certain effectif sous peine d’aboutir à une courbe plate et non représentative ; dans les ensembles étudiés dans le cadre de ce travail, seule la population de Chabrillan / Saint-Martin est assez conséquente pour que l’on y ait recours.

40L’estimation du sexe des adultes pose moins de difficultés –on ne dispose pas de méthode actuellement pour estimer le sexe des sujets immatures. Elle est fondée sur l’analyse des caractéristiques morphologiques de l’os coxal (Bruzek 1991 ; Bruzek et al. 1996) et son degré de fiabilité est supérieur aux méthodes classiques qui utilisent le bassin (Ferembach et al. 1979) : elle permet une estimation dont la justesse peut être évaluée à plus de 95 %.

  • 7 – Qui ne sont pas toutes construites selon les mêmes méthodes, qui ne tiennent compte que d’un seul (...)

41L’estimation de l’âge au décès des sujets immatures est obtenue par l’identification du degré de maturation dentaire et des stades de la croissance osseuse (longueurs diaphysaires et maturation). Pour les longueurs diaphysaires, des méthodes diverses ont été testées, parce que si la croissance est mieux maîtrisée que la sénescence, on a pu remarquer que la confrontation de plusieurs méthodes –et à l’intérieur de chacune d’elles de plusieurs références– aboutit à des fluctuations parfois importantes ; celles-ci reflètent en même temps la variabilité intrinsèque de la population et l’influence des populations de référence7. Ces incertitudes méthodologiques font qu’il paraît préférable de confronter plusieurs méthodes d’estimation de l’âge au décès.

42Il est important d’avoir conscience de ces difficultés, dans la mesure où elles ont un impact important sur la restitution qui va être proposée de la population, et donc sur l’interprétation de l’ensemble funéraire.

43Pour ce qui concerne l’âge dentaire, nous avons utilisé les tables de C.F.A. Moorrees, E.A. Fanning et E.E. Hunt (Moorrees et al. 1963a ; 1963b), et de Schour et Massler (1940) ; pour l’âge diaphysaire nous avons eu recours à celles de R.I. Sundick (1978), et de I. Fazekas et F. Kosa (1978) ; et pour la maturation osseuse, aux références fournies par R. Birkner (1980).

44Les sujets immatures ont été répartis selon les classes d’âge quinquennales utilisées en démographie historique, sauf pour les deux premières dont la durée est respectivement de 1 et 4 ans. Les problèmes méthodologiques énoncés ci-dessus font que certains individus peuvent appartenir à deux classes d’âge successives ; en effet, un enfant pour lequel l’âge dentaire est estimé à 4-5 ans ± 6 mois et l’âge diaphysaire entre 30 mois civils et 5,5 ans peut appartenir à la fois à la classe 1-4 et à la classe 5-9 ans. Ainsi, nous rencontrons régulièrement un problème lorsque nous voulons distribuer les individus selon des classes d’âge. Depuis peu, nous avons appris à exploiter ce handicap, c’est-à-dire à nous en servir pour mieux approcher la réalité démographique des sociétés étudiées (Sellier 1996). La méthode consiste à tester toutes les possibilités de répartition par âge offertes par notre série, afin de choisir la distribution qui se rapproche le plus d’un schéma de mortalité dit « archaïque » –ou « préjennérien »– dans lequel l’espérance de vie à la naissance eo (0) est basse (Sellier 1996). En forçant ainsi la série à se conformer le plus possible à un schéma auquel elle est doit théoriquement ressembler, on minimalise les biais méthodologiques, et seules les anomalies irréductibles –qui expriment en quoi la population étudiée se distingue de la population de référence– sont décelées –notons que l’on passe toutefois à côté d’autres anomalies non observables.

20.2.3.3 L’état sanitaire des populations et la reconnaissance des groupes familiaux

45L’état sanitaire et le degré d’apparentement constituent des paramètres importants dans l’approche socio-économique des populations. Toutefois, la taille de certains échantillons et l’état de conservation inégal de ces séries ont considérablement limité ces études, les squelettes d’Espeluche / Saint-Romain, de Crest / Bourbousson et de Mondragon / Le Duc n’étant pas en très bon état de conservation. De plus, la recherche de groupements familiaux ne peut pas être envisagée sans que l’on ait saisi les caractéristiques structurales des différents ensembles funéraires. En effet, les incertitudes méthodologiques, là encore, font que de telles études ne peuvent être mises en œuvre que dans les cas où la série est suffisamment large et où il existe des « sous-ensembles archéologiques » à l’intérieur desquels les caractères morphologiques peuvent être testés (Crubézy, Sellier 1990). Ainsi, le recueil des données nécessaires à ce type d’étude n’a pas été effectué.

46Les squelettes des plus grandes séries ont fait l’objet d’une recherche de caractères témoins de l’état sanitaire. L’état de conservation des squelettes n’a pas permis de travailler avec tous les indicateurs de stress connus, et seules les hypoplasies linéaires de l’émail dentaire (HLÉD) ont été cotées (Rose et al. 1985). La présence de lignes de Harris sur les sujets immatures n’a pas été recherchée faute de moyens radiographiques et aussi en raison de leur faible adéquation avec les stress puisque contrairement aux HLÉD, elles subissent des remaniements au cours de la croissance des individus (Garn, Schwager 1968 ; Hummert, Van Gerven 1985). Enfin, les données relatives aux cribrae, au métopisme et à la déhiscence des arcs postérieurs du sacrum sont trop lacunaires dans les séries de Crest/Bourbousson, Espeluche / Saint-Romain, etc. pour être utilisées. D’autre part, des travaux récents ont montré que le diagnostic différentiel des cribrae –anémie, inflammation, érosion post mortem– est très difficile à établir, notamment sans examen microscopique (Wapler, Schultz 1996). Ces constatations font que nous n’avons pas pris en compte ce type d’altération dans nos séries.

20.3 Typologie analytique des sépultures

47L’état de conservation parfois médiocre des sépultures –structure et squelette– ne permet pas de restituer le mode d’inhumation de tous les individus qui constituent le corpus. 34,5 % des tombes sont dans ce cas ; certaines ne livrent aucun argument archéo-anthropologique ou bien des informations dont l’ambiguïté ne nous autorise pas à les rattacher à un type précis. On rappellera en effet que l’étude taphonomique du squelette rend compte des distorsions que produit le réceptacle du corps en fonction du milieu dans lequel il évolue ; en aucun cas il ne fournit la restitution directe de l’architecture, qui résulte d’une interprétation à partir des phénomènes mis en évidence, du contexte environnemental et de la connaissance que l’on a des technologies employées aux différentes époques. Des mises en œuvre architecturales différentes peuvent ainsi produire des effets similaires sur le squelette dans le cas où les contraintes exercées sur le corps sont du même type.

20.3.1 Les tombes en fosse

48Nous avons employé le terme de « tombe en fosse » lorsque la fosse sépulcrale, dépourvue sur ses parois de tout aménagement réalisé au moyen de matériaux exogènes, constitue l’unique réceptacle du corps. La dernière synthèse effectuée par M. Colardelle et al. (1996 : 292-293) pour le sud-est de la Gaule désigne ce type de tombe par la formule « fosse rupestre en roche meuble », en référence à la tombe creusée dans le rocher, reconnue pour le premier âge roman. Certaines de ces tombes en fosse se caractérisent par une forme étroite resserrée à la tête et aux pieds, et pour cela sont dites « anthropomorphes ». Elles sont parfois munies d’une logette céphalique et couvertes de plusieurs dalles ou de tegulae juxtaposées. Aux critères généraux proposés par M. Colardelle, nous ajouterons celui, d’ordre archéo-anthropologique, « d’effet de gouttière sur le squelette » induit par le profil transversal de la fosse dont les parois sont obliques. Cette caractéristique permet de reconnaître ce type de tombe lorsque le creusement de la fosse est illisible. Dans les séries présentées ici, 49,5 % sont des tombes en fosse, mais toutes ne sont pas de type anthropomorphe (tabl. XLIII).

TABL. XLIII
Nombre de sépultures par type pour chaque site.

20.3.1.1 Caractéristiques extrinsèques

49Les informations d’ordre strictement archéologique proviennent des sites de Chabrillan / Saint-Martin, Espeluche / Saint-Romain et Mont Moraud, la nature de l’encaissant et certains problèmes de décapage n’ayant pas permis, dans les autres cas, de reconnaître la morphologie des fosses dans le sédiment.

50Dans la plupart des cas, si le profil de l’espace qui reçoit le corps peut être apprécié par les caractéristiques taphonomiques du squelette, nous n’avons que peu d’éléments pour restituer la section supérieure de la fosse qui fait très souvent défaut hormis sur le site de Chabrillan / Saint-Martin. Or, un certain nombre de sépultures sont suffisamment bien conservées pour montrer que la structure funéraire est constituée d’un double creusement, le creusement supérieur étant plus large que celui qui constitue le réceptacle du corps. Le passage entre les deux s’effectue alors au moyen d’une banquette qui reçoit la couverture (fig. 149). Ce ressaut peut être présent sur tous les côtés de la fosse (SM 12102 ou SM7339), mais parfois on ne l’observe que sur trois côtés (SM7089 ou SM7183), sachant que dans ce dernier cas son absence ne touche que l’un des côtés transversaux.

FIG. 149
Chabrillan / Saint-Martin : typologie extrinsèque des tombes en fosse.

51Seuls les sites de Chabrillan / Saint-Martin et de Chabrillan / L’Hortal livrent des couvertures en matériaux imputrescibles. Elles sont réalisées en dalles de molasse verte juxtaposées, calées à l’aide de blocs de calcaire. Ces blocs sont situés entre la dalle et la paroi du creusement supérieur de la fosse ou sont posés directement sur les dalles à l’endroit où elles se jouxtent (CH 13 : fig. 150). Toutefois seules 3 sépultures possèdent une couverture complète de dalles. Dans les autres, les lauzes ne sont présentes qu’à la tête, aux pieds ou aux deux extrémités. Dans de nombreux exemples, il ne subsiste aucun élément du couvercle, dont l’existence initiale est néanmoins attestée par l’aménagement de banquettes sur lesquelles il reposait à l’origine et par les blocs de calage. Il est alors possible d’envisager une couverture « mixte » de dalles et de bois dans les cas où les dalles sont localisées à une ou aux deux extrémités, et une couverture de bois dans ceux où il n’existe pas de fragment de dalle. Enfin, quelques fosses ne possèdent aucun de ces éléments, et aucun ressaut n’a été observé à la fouille. Souvent l’absence de ressaut semble être due à un décapage trop bas ou à un lessivage des sols qui font que le niveau d’ouverture de la fosse est confondu avec celui de la banquette. L’hypothèse d’un dépôt en pleine terre doit néanmoins, dans les cas où les fosses ne présentent aucun élément de couverture, être discutée par les méthodes de l’anthropologie de terrain.

FIG. 150
Chabrillan / L’Hortal : sépulture CH13.

52Le creusement interne reconnu archéologiquement pour 29 sépultures, affecte des formes différentes, trapézoïdale, ovale, ou globalement rectangulaire aux angles arrondis (tabl. XLIV, fig. 149) :

  • le type 1 ne concerne que 7 sépultures du site de Chabrillan/ Saint-Martin ; dans 5 d’entre elles, la moitié supérieure du squelette est placée dans la partie la plus large (type la), et dans les deux autres la position est inversée (type 1b) ; mais comme on le verra ci-dessous dans l’analyse taphonomique du squelette, la morphologie définie comme type 1b est vraisemblablement le résultat d’un artefact de fouille, et ces fosses appartiennent en réalité au type 2 ;

  • le type 2 correspond archéologiquement à 7 sépultures de Chabrillan / Saint-Martin et à une de Simandres / La Plaine ; leur forme ovale se caractérise par un rétrécissement des deux extrémités plus ou moins marqué ; dans l’une d’entre elles on reconnaît une amorce de cavité céphalique (SM7182, fig. 151a) ;

  • le type 3 est représenté par 15 sépultures à Chabrillan/ Saint-Martin et une à Chabrillan / L’Hortal ; leur forme rectangulaire aux angles arrondis constitue un espace relativement étroit pour le corps dans 8 cas (type 3a) ; dans 8 autres fosses, cet espace est beaucoup plus large (type 3b).

TABL. XLIV
Liste et caractéristiques des tombes en fosse (pour la définition des types, voir fig. 149) : + présence,  absence ; / non observable, ? incertain.

FIG. 151
Chabrillan / Saint-Martin : sépultures, a SM7182, b SM7337, c SM12153.

20.3.1.2 Caractéristiques taphonomiques

Incidences de la morphologie des fosses

53La forme du creusement interne a une incidence importante sur la position du corps au moment du dépôt, et a fortiori, sur le squelette. Ces fosses sont proches du type anthropomorphe si l’on considère la définition large de P. Troncin (1987), mais certaines entrent plus particulièrement dans celle plus restreinte qu’en donne M. Colardelle (Colardelle et al. 1996 : 291). Quarante-huit sépultures livrent les informations nécessaires à l’interprétation archéo-anthropologique de ce type de fosse.

54Dans tous les cas, le creusement interne, déjà peu large à l’ouverture, se rétrécit dans sa partie inférieure au niveau du sol d’inhumation. Les parois du creusement interne sont fréquemment obliques. Le cadavre est placé directement dans la fosse, il n’existe aucun contenant du corps en matière périssable.

55Pour 13 sépultures de notre série (10 de Chabrillan / Saint-Martin, 2 d’Espeluche / Saint-Romain, une de Simandres / La Plaine) il est possible de restituer, par l’analyse taphonomique du squelette, un profil en gouttière étroite et profonde. Une telle morphologie produit une constriction latérale importante du squelette. Celle-ci se traduit par la verticalisation quasi totale des clavicules, par un pendage médial accentué des scapulas –pouvant atteindre 8 cm–, par le maintien des humérus en vue latérale et par une projection en avant des épaules (SM7337 : fig. 151 b ; SR21 : fig. 152a ; SP332 : fig. 158c). Lorsque le fond de fosse remonte aux deux extrémités, la mandibule tombe en avant sur la colonne vertébrale tandis que le crâne reste surélevé (SR21). Le crâne est le plus souvent maintenu en vue antérieure ou en tout cas en équilibre instable (SR21) suivant la façon plus ou moins étroite dont la fosse épouse le corps. De même, les pieds témoignent de nets effets de paroi latéraux induits par le resserrement de la fosse à ce niveau. En effet, alors que sous l’action de la gravité les pieds chutent latéralement au cours de leur décomposition, ils tombent ici au contraire vers l’intérieur ou vers l’avant (SP332, SM7337). Le volume des côtes et du bassin est fréquemment préservé parce que parfois il existe une gouttière à la base du creusement. Par exemple, dans le cas du squelette de la sépulture SR21 les os coxaux ont pu s’affaisser, entraînant la rotation externe des fémurs, mais ces derniers ne se sont pas éloignés latéralement malgré ce mouvement d’éversion.

FIG. 152
Sépultures, a Espeluche / Saint-Romain : SR21 ; b Chabrillan / Saint-Martin : SM7089, c Chabrillan / Saint-Martin : SM12152.

56Ces fosses relèvent du type classique anthropomorphe dont les caractéristiques sont résumées comme suit :

  • la fosse, resserrée aux deux extrémités, est étroite et épouse la forme du corps (type 2) ;

  • le profil transversal est schématiquement oblique, la fosse étant plus étroite à la base qu’à l’ouverture ;

  • le fond est parfois adouci en gouttière ;

  • le profil longitudinal remonte fréquemment au niveau de la tête et des pieds ;

  • on observe un phénomène d’attraction des pièces osseuses périphériques du squelette vers l’axe médian conjugué à un effet de forte constriction latérale, la colonne vertébrale est située plus profondément que les membres supérieurs, la mise à plat des volumes est incomplète ou absente, et les membres inférieurs sont rapprochés l’un de l’autre au sein de la gouttière.

57L’analyse des squelettes laisse quelques doutes quant à la validité du type 1b défini par la forme du creusement reconnu à la fouille –la fosse est de forme trapézoïdale et le sujet est placé avec la moitié inférieure du corps dans la partie la plus large. Les squelettes des deux sépultures de Chabrillan / Saint-Martin concernées (SM7070, SM7068) se caractérisent par des effets de paroi et de délimitation sur les os des pieds. Ces anomalies indiqueraient soit que les bords de la fosse se situaient plus près, soit qu’il existait un moyen de contention périssable du corps (cf. § 20.4.3). Dans le premier cas, il s’agirait alors d’un type 2. De même, certaines sépultures, dont la fosse interne a été interprétée comme étant de plan rectangulaire étroit aux angles arrondis (type 3a), renferment un squelette dont les caractéristiques taphonomiques ne vont pas dans le sens d’une telle morphologie : on retiendra l’exemple de la sépulture SM12153 dont le squelette rend compte d’une contrainte au niveau des épaules tandis que les coudes sont orientés en dehors, ce qui traduirait un rétrécissement de la fosse en amont (fig. 151c). De même, la position du pied gauche, quasi de chant et en connexion, indiquerait que la fosse est aussi rétrécie en aval. De ce fait, cette sépulture pourrait aussi être de type 2.

58L’étroitesse de la fosse, l’obliquité des parois et un fond en gouttière constituent donc les traits marquants des sépultures rupestres en roche meuble dont nous disposons. Néanmoins, il existe des creusements internes plus larges que d’autres et des fonds relativement moins concaves, observations archéologiques confirmées par le fait que la majorité des squelettes rendent compte d’une constriction et d’une gouttière modérées, voire d’un simple « effet » de gouttière ; 34 des 53 sépultures en fosse sont de ce type (6 sont de type indéterminé).

59Généralement, les fosses conservent un profil transversal oblique à fond plus ou moins concave, ce qui fait que malgré leur plus grande largeur, le squelette présente des effets de contrainte (SM7089 : fig. 152b). Les sépultures SE1, MM6 et SP14 illustrent également bien ce phénomène (fig. 153). La constriction est faible à modérée puisque les coudes sont dirigés vers l’extérieur et que l’ouverture du bassin est engagée. En revanche, la gouttière est rendue perceptible par la fermeture des côtes, comme le montre plus particulièrement le squelette MM6, et par les effets de contraintes latérales sur les pieds. En ce qui concerne le squelette SE1, ces derniers se sont manifestement effondrés au sein de la gouttière ; et le pendage de la paroi est illustré par le décalage en hauteur de l’épaule droite par rapport à la gauche. Dans la sépulture SM12152 (fig. 152c), le squelette est calé contre une paroi de la fosse par son côté droit. La présence de pièces osseuses, qui se sont déplacées au contact de la paroi opposée, indique que ce bord repéré de la fosse est réel et donc que le réceptacle du corps est large. Dans cet exemple, il existe une concavité du profil transversal puisque la patella, qui fait partie des os ayant migré, repose 6 cm plus haut que le reste du squelette. Il s’agit donc là de fosses dont le profil transversal est beaucoup plus large à l’ouverture que dans les fosses de type 2, mais dont le fond est toujours concave.

FIG. 153
Sépultures : a Simandres / Les Estournelles : SE1 ; b Simandres / Mont-Moraud : sépulture MM6 ; c Simandres / La Plaine : SP14.

60Dans d’autres sépultures, la concavité du fond est infime ou nulle. Dans ce cas, l’effet de gouttière résulte non pas de la morphologie du profil transversal mais de l’enfoncement du corps dans le sol ramolli par les liquides de la décomposition. Ce simple effet de gouttière est dépeint par le squelette de la sépulture SR23 (fig. 154a) ; la mise à plat des volumes est relativement bien engagée, le pendage médial des scapulas est faible (4 cm), et les clavicules sont obliques tandis qu’il n’existe pas de constriction latérale. Avec le squelette de la sépulture SRI 5 (fig. 154b), seul le maintien de la patella gauche, en dépit de l’affaissement de l’os coxal, témoigne de la proximité de la paroi, l’ensemble du squelette illustrant plutôt cet effet d’enfoncement dans le sol par l’impression qu’il donne que sa tête est « entrée dans les épaules ». Les tombes en fosse de Chabrillan/L’Hortal se caractérisent par un fond transversalement plat. En effet, elles sont creusées à travers un sédiment meuble, mais le sol d’inhumation est systématiquement constitué de la roche indurée sous-jacente sur laquelle les fossoyeurs se sont arrêtés. Ainsi, les squelettes ne présentent aucun effet de gouttière, le corps n’ayant pu s’enfoncer dans la roche (CH29 : fig. 154c). Le fait que les pièces osseuses, qui se sont déplacées de part et d’autre du squelette, reposent moins profondément que les os en place, rend compte néanmoins de l’obliquité des parois de la fosse.

FIG. 154
Sépultures, a Espeluche / Saint-Romain : SR23 ; b Espeluche / Saint-Romain : SR15 ; c Chabrillan / L’Hortal : CH29.

  • 8 – Ce terme est présent dans un article traitant de la sépulture anthropomorphe en général (Troncin (...)

61La surélévation du fond de la fosse à la tête va produire un étagement des vertèbres cervicales, qui se présentent alors en vue crâniale ou antéro-crâniale. Mais il n’existe aucun exemple où l’on ait un véritable « coussinet »8 sous le crâne, aménagement particulier provoquant la flexion en avant de la tête. Les pendages, qui varient entre 6 et 11 cm, ont été enregistrés entre le bloc crânio-facial, le bassin et les pieds ou dans quelques cas entre l’atlas et la première thoracique.

62Dans certains exemples où une seule extrémité remonte, ce sont les pieds qui sont surélevés, ce qui relativise la notion de coussinet dans notre série.

  • 9 – Ou presque, car la tête peut tourner secondairement dans un espace vide sans provoquer d’aberrati (...)

63Une sépulture est caractérisée par un resserrement du creusement en amont des épaules et par un nouvel élargissement à l’endroit du crâne, ce qui s’apparente à une cavité céphalique (SM7182 : fig. 151a). Il s’agit du seul cas attesté d’une réelle logette qui maintienne la tête latéralement. Il est possible que la nature du sédiment, qui ne permet pas toujours de reconnaître la différence entre l’encaissant et le remplissage, soit à l’origine de l’unicité de cet exemple. Toutefois, les méthodes de l’anthropologie de terrain peuvent apporter des compléments d’information, en distinguant par exemple les cas où le crâne a tourné par rapport à son attitude initiale de ceux où sa position est celle du dépôt9. Dans certaines sépultures de type 2, la tête est maintenue, mais on a pu remarquer que même dans ces fosses rétrécies à la tête ou relativement étroites à ce niveau (types 1b et 3a) il arrive que le crâne ait pivoté secondairement. Enfin, dans le même type de fosse, le corps semble avoir été déposé à l’origine avec la tête en vue latérale. Ces remarques impliqueraient que l’attitude de la tête n’était pas stéréotypée, ce qui s’accorderait avec la quasi-absence de logette céphalique.

Milieu de décomposition

64Lorsque la fosse présente nettement des banquettes, des blocs de calage ou des éléments du couvercle, on peut envisager que le corps a évolué en espace vide. Mais on a vu que certaines fosses ne possèdent pas de ressaut, et que ce caractère ne peut être systématiquement imputé à des problèmes de conservation ou de fouille. Quoi qu’il en soit, le milieu de décomposition ne peut être approché qu’à travers l’analyse taphonomique des squelettes et en aucun cas être défini sur la seule base des éléments architecturaux : il est nécessaire de confronter les différentes données.

65L’argument indiscutable d’une décomposition en espace vide est apporté par la présence de pièces osseuses en dehors du volume initial du cadavre, et par l’effondrement des éléments qui se trouvent en position instable (Duday et al. 1990b ; Duday 1995). Or, lorsque le corps se décompose dans un espace en gouttière, les mouvements effectués par les os sont très limités, d’une part parce que la concavité maintient les pièces périphériques en équilibre, et d’autre part parce que les déplacements ont tendance à s’effectuer en direction de l’axe médian, donc à l’intérieur du volume du corps.

66Sur certains squelettes, les indices sont très ténus et se limitent à une rotation des os sur une faible amplitude. On notera des mouvements tels comme le pivotement secondaire du bloc crânio-facial, la chute latérale du tarse, suivie ou non du métatarse alors que la jambe est en vue antérieure (SM12102 : fig. 155a). De même les clavicules, en se verticalisant du fait de la constriction exercée par la gouttière, peuvent sortir du volume du corps par leur extrémité latérale (SM7182 : fig. 151a).

67D’autres présentent des signes évidents d’une décomposition en espace vide (SM7048 : fig. 155b ; CH29 : fig. 154c ; et SP2). Ce critère est bien entendu conditionné par la morphologie de la fosse, les pièces situées en équilibre instable ayant tendance à chuter non pas en dehors mais en dedans, comme en rend compte, par exemple, la patella droite du squelette de la sépulture SR15 (fig. 154b). Ce n’est que dans de rares cas que les os viennent buter contre la paroi de la fosse, ce qui confirme la restitution du mode de couverture, envisagée à partir des éléments archéologiques dont nous disposons pour les séries de Chabrillan / Saint-Martin et de Chabrillan / L’Hortal (SM7048). Dans la grande majorité, les déplacements sont limités à la zone comprise entre les os des membres inférieurs ou directement à l’aplomb de la face latérale des os longs, du fait de la gouttière (MM6 : fig. 153b ; SM7164 : fig. 156a).

FIG. 155
Chabrillan / Saint-Martin : a sépulture SM12102 ; b sépulture SM7048.

FIG. 156
Sépultures, a Chabrillan / Saint-Martin : SM7164 ; b Espeluche / Saint-Romain : SR27 ; c Espeluche / Saint-Romain : SR6.

68La situation des éléments de la couverture témoigne également dans certains cas, d’un vide sous-jacent ; dans plusieurs cas (SM7164 : fig. 156a ; SM12100 : fig. 157a), des blocs appartenant au calage et provenant de la banquette sont tombés sur le sol d’inhumation, voire en partie sur les os (SR21 : fig. 152a ; US 7049 : fig. 157b). Fréquemment, des fragments de lauze appartenant à la toiture se sont aussi effondrés à l’intérieur de la fosse.

FIG. 157
Chabrillan / Saint-Martin : a sépulture SM12100 : b sépulture SM7343 (adulte : US 7049, enfant : US 7351).

69Pour 20 fosses, aucune banquette n’a pu être observée archéologiquement. Parmi elles, il existe 7 exemples (5 à Chabrillan / Saint-Martin et 2 à Simandres / Mont Moraud) où cette absence ne peut être indiscutablement imputée à un lessivage, la profondeur conservée étant supérieure à 10 cm hauteur à laquelle se situent généralement les banquettes. Une erreur de fouille peut être mise en cause dans le cas où les éléments de calage se situent « dans la paroi ». Quinze de ces sépultures présentent les indices d’un dépôt et/ou d’une décomposition en espace vide tandis que les autres squelettes n’en offrent aucun signe tangible. Les caractéristiques taphonomiques de ces dernières ne s’écartent pas néanmoins de celles qui sont mises en évidence dans certaines sépultures, où les squelettes témoignent d’un colmatage différé du volume du corps. Deux squelettes, issus du site d’Espeluche / Saint-Romain, présentent toutes les caractéristiques d’une décomposition en espace colmaté : il s’agit des squelettes SR27 (fig. 156b) et SR26. Chez le premier, le maintien en connexion anatomique de pièces situées en équilibre instable (comme les mains) est a priori incompatible avec l’hypothèse d’une décomposition en espace vide. Chez l’autre, bien qu’il n’existe aucune pièce en équilibre instable, l’amplitude des déplacements reste faible et limitée au volume du corps, et le volume du thorax est maintenu alors que la gouttière est très faible. L’absence des pieds dans les deux cas nous conduit toutefois à relativiser cette hypothèse qui ne repose pas sur l’examen de l’ensemble du squelette. Par ailleurs, un effet de « sablier » peut être à l’origine du maintien ponctuel de certaines régions anatomiques dans la mesure où il est peu probable que la couverture ait assuré une parfaite étanchéité. Il n’existe donc aucun argument incontestable pouvant démontrer l’occurrence d’un recouvrement immédiat du corps dans ces séries. On envisagera alors qu’il existait des couvertures en matière périssable. Celles-ci reposaient sur des banquettes ou étaient maintenues en force entre les parois obliques de la fosse.

20.3.1.3 Synthèse

70Les tombes en fosse présentées ici se caractérisent par des fosses à parois obliques rétrécies à la base qui varient dans leur forme générale et dans leur mode de couverture. Certaines sont de plan résolument anthropomorphe, marqué par un rétrécissement des deux extrémités, tandis que d’autres sont rectangulaires ou trapézoïdales. L’étroitesse de la fosse qui reçoit le corps est plus ou moins marquée, de même que la concavité du fond sur les profils transversaux et/ou longitudinaux. La couverture, calée ou non par des blocs de pierre, est réalisée en dalles de molasse (sites de Chabrillan), en bois, voire par la combinaison de ces deux matériaux. Elle est placée sur une feuillure pratiquée dans les parois ou alors maintenue en équilibre entre les bords obliques. Les squelettes présentent des anomalies taphonomiques qui rendent compte de cette morphologie particulière, telles que des effets de contrainte, de constriction et de gouttière plus ou moins importants.

20.3.2 Les contenants en matière périssable

20.3.2.1 Coffres ou coffrages de planches non cloués

71En l’absence de traces ligneuses conservées, l’analyse taphonomique du squelette reste la seule voie de démonstration possible de l’existence d’une architecture périssable (Duday et al. 1990b ; Duday 1995).

72La reconnaissance d’une architecture en matière périssable s’appuie sur trois arguments principaux, concomitants ou non, qui sont :

  • les signes d’une décomposition en espace vide ;

  • la manifestation sur le squelette d’effets de paroi ou de contrainte se produisant à distance des bords de fosse ;

  • la mise en évidence dun effet de délimitation linéaire dans le mode de dispersion des ossements, à distance de la paroi de la fosse.

73Neuf squelettes rendent compte de leur dépôt à l’intérieur d’un contenant suffisamment ajusté au corps pour avoir entraîné des distorsions caractéristiques de ce type d’architecture.

74Malgré la qualité médiocre de ses ossements, le squelette 6 du site de Mondragon / Le Duc (fig. 158a) présente assez d’éléments pour que puisse être restitué un contenant à parois rigides en matière périssable. La présence de pièces en dehors du volume initial du corps, le retournement du fémur droit résultant de la mise à plat du coxal, ainsi que la reconnaissance d’un effet de délimitation sur les os disloqués des pieds, indiquent que le cadavre s’est décomposé dans un espace vide et délimité à fond plat pouvant être assimilé à un coffre ou à un coffrage de planches. La mise à plat du bassin et l’absence d’effet de constriction latérale sur le squelette montrent que le réceptacle n’était pas étroit. La sépulture SR30 (fig. 158b) constitue l’un des exemples les plus représentatifs de nos séries : la mise à plat des volumes est effective ; les humérus présentent les marques d’un effet de contrainte visibles dans leur maintien en vue latérale et l’ascension du droit ; il existe des os en dehors du volume initial du corps dont un métacarpien qui s’est déplacé latéralement ; et enfin l’effet de délimitation dessiné par les os des pieds dissociés est angulaire. Il est facile de restituer ici un contenant moyennement large.

FIG. 158
Sépultures, a Mondragon / Le Duc : MD6 ; b Espeluche / Saint-Romain : SR30 ; c Simandres / La Plaine : SP332.

75Le secteur est du site de Simandres / La Plaine livre une sépulture qui semble relever de ce type (SP332 : fig. 158c). L’ensemble des volumes est affaissé, et les cotes de profondeur enregistrées sous les os indiquent que le sol d’inhumation est plat. Des effets de contrainte se sont produits sur les membres supérieurs : le droit est décalé en hauteur par rapport au gauche et l’humérus gauche est resté en vue latérale. Il existe de plus un effet de délimitation linéaire à droite, qui passe par le membre supérieur, la phalange de la main dissociée et le tarse. Enfin, tout le pied gauche est tombé vers l’intérieur, dans le sens contraire de son mode de dislocation naturel. L’absence des bords de fosse ne permet pas en elle-même de valider les effets de contrainte et de délimitation, et ce n’est que par rapport aux caractéristiques de tout notre corpus que leur manifestation, conjuguée à l’absence d’effet de gouttière, laisse envisager l’hypothèse de la présence d’un contenant en matière périssable.

76Mis à part celui de la sépulture CH25, les contenants restitués sur les sites de Chabrillan / L’Hortal et d’Espeluche / Saint-Romain se caractérisent par la présence d’éléments de calage sous la forme de blocs de pierre placés sur le fond de la fosse. L’architecture de la sépulture SR6 (fig. 156c) n’a pas eu d’incidences sur le squelette ; si les blocs qui reposent sur le fond, et dont l’agencement est très régulier, calent des planches de bois, l’espace dévolu au corps devait être large. Il est possible que ces pierres aient eu un autre rôle que celui de caler les planches : dans la sépulture SR28 par exemple, leur sommet se trouve à une cote identique, ce qui permet d’envisager qu’elles servaient de support à la couverture du coffrage.

77Le squelette de la sépulture CH25 présente un effet de contrainte et des mouvements de grande amplitude, ces derniers étant causés ici, non pas par la position originelle du corps en déséquilibre, mais par la fracturation du contenant dans lequel il reposait (fig. 159a). En effet, les dislocations rendent compte d’une fracture du plancher sur un mode en V, des os droits étant passés à gauche et des os gauches à droite, tandis que le retournement de plusieurs côtes atteste un effondrement. Dans la mesure où le fond de la fosse, constitué de la roche indurée, est plat, on envisagera que le contenant reposait sur de petites cales en matière périssable qui, en se décomposant, ont entraîné la fracturation du fond du contenant pourrissant. De tels dispositifs ne sont pas inconnus dans l’Antiquité tardive et au haut Moyen Âge, et sont supposés avoir servi à récupérer les cordages utilisés pour descendre le contenant dans la fosse d’inhumation (Joly 1991 ; Tranoy 1995a ; Blaizot 1998).

FIG. 159
Chabrillan / L’Hortal : a sépulture CH25 ; b sépulture CH22.

78L’archéo-anthropologie ne permet pas de faire la différence entre les coffres chevillés et les coffrages de planches réalisés in situ. La présence des blocs de pierre, dont l’utilisation n’est pas toujours définie –calage ou support de la couverture du coffrage–, reste a priori le seul argument qui plaide en faveur de la présence d’un coffrage. Dans le cas de la sépulture CH25, si l’hypothèse de cales inférieures ayant servi à récupérer les cordes était retenue, la démonstration serait faite de l’existence d’un coffre et non pas d’un coffrage. Néanmoins, on connaît des cas où sont rencontrés à la fois des blocs de pierre latéraux et des cales inférieures, ce qui interdit de déduire l’existence d’un coffrage de la seule présence des pierres (Blaizot 1998).

79La restitution d’un fond en matière périssable n’est pas toujours aisée. La reconnaissance d’un « effet de sol » est en effet compliquée lorsque les parois latérales du contenant contraignent fortement le corps (forme étroite) et lorsque le fond de la fosse est constitué d’une roche dure, comme à Chabrillan / L’Hortal. Dans le premier cas, les scapulas ont un pendage médial et les humérus sont parfois situés plus haut que la face postérieure des vertèbres, ces distorsions pouvant être confondues avec un effet de gouttière. Dans le deuxième cas, l’effet de sol est inévitable, le sédiment ne pouvant en aucun cas se ramollir. Paradoxalement, il n’est pas exclu que le fond d’un contenant de bois puisse être imbibé des liquides de la décomposition et s’affaisser sous le poids du corps dont il adopte le profil. La reconstitution d’un contenant complet doit ainsi prendre en compte tous ces paramètres –largeur estimée, nature du sédiment en fond de fosse, comportement du bois– et seuls quelques cas sont recevables. Dans notre série par exemple, l’hypothèse d’un coffrage de forme large sans fond aménagé est retenue sur ces arguments pour la sépulture SR6, parce qu’il existe un effet de gouttière relativement marqué.

80Les contenants sont identifiés par les marques de contrainte qu’ils ont produites sur le squelette pendant la décomposition des parties molles. Dans les séries examinées, les contenants en matière périssable de forme relativement large ou ajustée au corps peuvent être interprétés, en l’absence de clous, comme des coffres chevillés ou des coffrages. Sur les sites de Chabrillan / L’Hortal et d’Espeluche / Saint-Romain, des blocs de pierre ayant pu faire office de calage des planches latérales attesteraient éventuellement de coffrages réalisés in situ. Pour certaines sépultures, la démonstration de l’existence d’un coffrage peut être faite plus précisément lorsque les caractéristiques taphonomiques témoignent de l’absence d’un fond construit. L’un des contenants a été placé sur des cales en matière périssable, peut-être pour faciliter la récupération des cordages, prouvant ainsi que des contenants complets ont également servi au transport du corps.

20.3.2.2 Coffrages étroits et monoxyles

81Dix squelettes issus des séries méridionales attestent que le dépôt a été effectué dans un contenant étroit (tabl. XLIII). Les caractéristiques taphonomiques sont les suivantes : les squelettes présentent une constriction au niveau de la moitié supérieure du corps. Elle se traduit par un effet de contrainte sur les humérus qui apparaissent en vue latérale voire postérieure, par leur ascension par rapport aux scapulas (CH22 : fig. 159b), et par une verticalisation des clavicules et des côtes dont les extrémités sternales parfois se chevauchent ; un effet de paroi latérale peut être perceptible sur toute la longueur du squelette (SM4100 : fig. 160a, SR7 : fig. 160b ; CH22 : fig. 159b) ou plus précisément sur les membres supérieurs lorsqu’ils sont en extension (CB317 : fig. 161a). L’hypothèse de l’existence d’un espace vide est soutenue par la présence d’ossements hors du volume du cadavre (CH22 : fig. 159b ; SM7359 : fig. 161b ; CB316, etc.).

FIG. 160
Sépultures, a Chabrillan / Saint-Martin : SM4100 ; b Espeluche / Saint-Romain : SR7 ; c Espeluche / Saint-Romain : SR2.

FIG. 161
Sépultures, a Crest / Bourbousson : CB317 ; b Chabrillan / Saint-Martin : SM7359 ; c Chabrillan / Saint-Martin : SM4024.

82Par ailleurs, chez certains squelettes, les pièces situées en dehors du volume du corps, latéralement aux os en place, reposent 4 à 5 cm moins profondément que ces derniers (SM4024 : fig. 161c ; CH22 : fig. 159b ; SM7359 : fig. 161b). De plus, on observe parfois un glissement des os des membres en direction de l’axe médian du squelette, accompagné ponctuellement d’une éversion (SM7359, CB317, CH26, CB316 : humérus gauche en arrière de la scapula). Dans le cas de la sépulture SM7359, il s’est produit une forte dislocation sur les trois os du bassin, qui présentent un étagement. Ces caractéristiques nous conduisent à envisager l’hypothèse de l’existence d’un contenant dont le fond ne serait pas angulaire mais façonné en gouttière comme lorsque le cercueil est fabriqué dans un tronc d’arbre (Duday et al. 1990a). Toutefois, la gouttière ne peut avoir été très prononcée puisque l’on n’observe pas systématiquement de glissement en dedans des pièces osseuses (SM4100 : fig. 160a ; SM4024 : fig. 161c) et que son effet sur le bassin peut être faible ou nul.

83On sait du reste que la concavité du profil interne des troncs d’arbre peut être variable et parfois même pratiquement angulaire, contrairement à la forme naturelle du matériau d’origine (Pétrequin et al. 1980 : 181 ; Schiek 1992 : tables 11, 40, etc.). Les ossements n’ont pas alors effectué les mouvements caractéristiques d’un effondrement dans une gouttière, ce qui occulte l’interprétation puisque ce type de remaniement reste le seul argument indiscutable en faveur de l’hypothèse d’un monoxyle. Dans nos séries, trois sépultures en contenant étroit ne témoignent en aucun cas de l’existence d’un fond concave : SM4100, SR7 et SR2. Par exemple, les anomalies enregistrées sur le squelette de la sépulture SR7 (fig. 160b) du site d’Espeluche/Saint-Romain montrent bien qu’une contrainte s’est exercée latéralement puisque le membre supérieur gauche en porte la marque et que le volume du bassin est maintenu ; l’hypothèse d’un contenant est retenue parce que les os des pieds disloqués traduisent un effet de délimitation rectangulaire, mais aucune dislocation n’est typique d’un fond concave. Il n’est donc pas toujours possible de différencier un monoxyle d’un coffrage –ou d’un coffre– très étroit si dans le premier cas le creusement interne est angulaire.

84Dans les configurations où le fond du contenant est concave, la différenciation avec les tombes en fosse en gouttière est fondée sur les critères suivants :

85– l’effet de contrainte se produit à distance des bords de fosse et se traduit par une délimitation linéaire s’il s’agit d’un contenant ; dans une fosse rupestre, les parois épousent le corps et les coudes sont souvent dirigés vers l’extérieur ;

86– le maintien des pièces en équilibre instable est généralement respecté dans une fosse en gouttière du fait de la proximité des parois de la fosse et de la nature même du réceptacle du corps ; en effet, le caractère meuble de l’encaissant de ces tombes en fosse permet aux restes humains de s’enfoncer pendant la décomposition, ce qui préserve l’équilibre général du squelette ; dans un contenant complet, cet équilibre est rompu ; le réceptacle est constitué d’un matériau qui le plus souvent résiste, faisant écran entre les restes en décomposition et le sédiment ; la constriction aboutit fréquemment à un effondrement du thorax et parfois du bassin, et les épaules peuvent se disloquer, l’humérus migrant en amont ou en arrière de la scapula ; on a un résultat qui est celui d’un effondrement dans une gouttière plus que celui d’un véritable effet de gouttière.

87Un indice peut toutefois être fourni, pour reconnaître un monoxyle, par la situation des pierres de calage du contenant lorsqu’elles existent. Dans quelques exemples, ces blocs sont en effet situés très près du corps, voire en partie en arrière des os (SM4100 : sous l’épaule, le bras et le genou gauches ; SM4024 : plusieurs en amont de l’épaule droite et un latéralement à la cheville gauche en dedans de l’emprise du corps –laquelle est donnée par la moitié supérieure du squelette– et donc sous le contenant présumé ; SR24 : en amont de l’épaule gauche et latéralement au crâne ; SM7359 : un bloc affectant un pendage interne et quasi engagé sous les os de l’avant-bras gauche, un autre en aval du pied droit ; SR2 : deux blocs latéralement à la jambe droite). Dans ces sépultures, la situation des pierres de calage implique forcément que la forme extérieure du contenant était convexe et donc que le tronc d’arbre n’avait pas été retouché sur sa face extérieure ; ces pierres auraient pour fonction de maintenir à l’horizontale le contenant qui du fait de sa convexité a tendance à basculer. La présence de ces pierres conjuguée à l’incertitude sur la présence d’un fond en gouttière dans les sépultures SM4100 et SR2 confirmerait l’existence de monoxyles à profil interne angulaire. En revanche, la sépulture SR7 semble relever d’un autre type : au sol, des blocs de pierre sont disposés de manière discontinue le long des parois longitudinales de la fosse, et contrairement aux exemples vus précédemment ils se situent en dehors de la zone concernée par l’effet de contrainte présenté par le squelette (fig. 160b). La mise en évidence d’un fond plat et la situation des pierres ne permettent donc pas de restituer un monoxyle mais sont, avec l’ensemble des caractéristiques taphonomiques du squelette, compatibles avec l’hypothèse d’un coffrage très étroit.

88Le creusement interne en plan des monoxyles peut être précisé par l’effet de délimitation qui apparaît sur les os dissociés des pieds. En effet, lorsque le contenant est ajusté au corps en longueur, les pièces disloquées vont buter contre sa paroi transversale. C’est le cas, par exemple, des squelettes CH22 et SM4024. Les os des pieds du squelette CH22 s’arrêtent sur deux limites, l’une en aval des pieds et l’autre latéralement à la jambe gauche (fig. 159b) ; il s’agit de délimitations linéaires de forme angulaire rendant compte d’un espace interne de plan rectangulaire. En revanche, les os des pieds de la sépulture SM4024, rassemblés en tas, dessinent une forme circulaire en plan, laissant envisager que le contenant possédait des extrémités arrondies (fig. 161c).

89Les autres monoxyles n’ont pas livré les informations nécessaires à l’identification de la morphologie de leur creusement interne, soit parce que les os des pieds ne sont pas conservés, soit parce qu’ils n’offrent aucun remaniement spécifique ; dans ce dernier cas, la taille du contenant peut être discutée, car si la paroi transversale n’a exercé aucune contrainte sur les os des pieds c’est qu’elle se situait à distance de ces derniers. C’est ce qu’indiquent manifestement les squelettes SM4100 (fig. 160a) et SR2 (fig. 160c) dont les pieds se présentent en extension.

90La situation des pierres de calage constitue là encore un indice permettant de restituer la longueur de certains monoxyles ; dans les sépultures SM7359 (fig. 161b) et SR24 certains blocs sont éloignés des os, en aval dans le premier cas et en amont dans le deuxième : il s’agit de contenants relativement longs par rapport au corps.

91Dix squelettes sont interprétés comme ceux de corps ayant été installés dans des contenants étroits. Neuf contenants peuvent être assimilés à des monoxyles, tant par les caractéristiques taphonomiques des squelettes que par les rares éléments résiduels de l’architecture. Il est possible de reconnaître des creusements internes à profil en gouttière et d’autres dont le profil est angulaire ; de même, leur morphologie en plan varie, certains affectant une forme rectangulaire et d’autres une forme aux extrémités arrondies. La convexité externe semble toutefois conservée comme l’atteste l’emplacement des calages inférieurs latéraux conservés. Dans quelques-uns, le creusement interne est assez long par rapport à la taille du corps, dans d’autres il est plus ajusté. D’après l’emplacement de certains blocs, le monoxyle paraît dans sa totalité plutôt long.

20.3.3 Les coffrages mixtes

92La sépulture SM 12098 se caractérise par la présence de 4 dalles de molasse : 2 placées de chant aux extrémités est et ouest de la fosse et 2 posées à plat sur le sol en dedans de celles-ci (fig. 162a). Un espace d’environ 10 cm est observé entre les dalles de chant et les dalles de sol. Le long du côté sud à l’intérieur de la fosse, 2 éléments, un galet et un fragment de tuile, sont plaqués contre la paroi. À l’ouest, le bloc crânio-facial repose sur l’une des dalles à plat, soit 13 cm plus haut que le reste du squelette, en aval de la quatrième cervicale. Les pieds en revanche sont situés en avant de la dalle est. Le squelette fournit peu d’arguments pour discuter la décomposition du corps dans un contenant complet en matière périssable : il n’existe ni effet de paroi linéaire, ni effet de délimitation sur les os dissociés comme ceux du pied gauche. Toutefois, les os du tarse gauche sortent du volume initial du cadavre, ce qui implique une décomposition en espace vide. Ces indices, les éléments architecturaux conservés, et les différences de niveau observées sous le crâne et sous le reste du squelette, nous autorisent à restituer des parois en matière périssable et un .plancher placé entre les deux dalles ; la planche méridionale est calée latéralement par des pierres, tandis que 2 planches transversales s’inscrivent entre les dalles de chant et les dalles du sol. Il s’agirait donc d’un coffre mixte, type défini par M. Colardelle par la mise en œuvre de planches de bois venant compléter les dalles (Colardelle et al. 1996 : 287). Dans notre exemple, les dalles verticales viennent en renforcement des planches de bois transversales et ne constituent pas les parois du réceptacle direct du corps. On remarquera également que les pieds se situent en amont de la dalle de sol de l’extrémité est, ce qui indique que le contenant était de grande taille par rapport au corps.

FIG. 162
Sépultures, a Chabrillan / Saint-Martin : SM12098 ; b Espeluche / Saint-Romain : SR17.

20.3.4 Les architectures « atypiques »

93Deux sépultures, l’une exhumée à Espeluche / Saint-Romain (SR17 : fig. 162b) et l’autre à Crest/ Bourbousson (CB302 : fig. 163), présentent des architectures particulières.

FIG. 163
Crest / Bourbousson : sépulture CB302.

94La fosse de la sépulture SR17, orientée E-O, est bordée au sud, à l’ouest et au nord de blocs de pierre disposés sur 3 assises. L’assise inférieure repose sur le sol d’inhumation. Cette régularité et le fait que des ossements s’appuient sur l’assise inférieure indiquent qu’il s’agit d’une véritable mise en œuvre architecturale et non pas du remplissage de l’espace vide situé entre les parois de la fosse et celle d’un coffrage. Les effets de contrainte et de délimitation observés sur les métatarsiens pourraient rendre compte de la présence initiale d’une paroi transversale en matière périssable à l’est, comme dans un coffrage mixte. Il n’existe en revanche aucun argument témoignant de l’existence de parois longitudinales venant doubler les murets de blocs. Le crâne est situé à une trentaine de centimètres en aval de la paroi ouest ainsi aménagée, réservant un espace archéologiquement vide de tout élément.

95Les parois de la sépulture CB302 sont bordées de moellons de calcaire d’un module moyen de 20 à 30 cm sur 10 cm. Ces moellons ne sont conservés que sur les bords sud-ouest, sud-est, et dans l’angle est de la fosse, et reposent entre 10 et 12 cm au-dessus du fond de la fosse. Ils sont disposés assez près les uns des autres, jusqu’à former une espèce d’encagement. Leur situation au-dessus du sol d’inhumation pourrait indiquer qu’ils ont servi à maintenir un couvercle. Le squelette porte la marque d’un important effet de contrainte, lequel s’est exercé à distance en dedans de ces moellons. L’hypothèse d’une contention causée par un vêtement ne peut être écartée pour la sépulture où elle se traduit par le maintien de l’extrémité distale de l’humérus gauche en dedans et en avant des côtes. Cependant, celle d’une paroi rigide est plus probable, compte tenu de l’alignement qu’offrent du crâne (basculé sur la droite et vers l’avant), du bras, de la jambe et du pied (dont les métatarsiens sont orientés vers l’avant). La position du crâne rend compte d’un effet de contrainte sur sa face postérieure, ce qui permettrait de restituer une paroi transversale en matière périssable contre laquelle il se serait appuyé. Nous n’avons pas les informations nécessaires pour discuter un éventuel effet de gouttière. Le corps semblerait avoir été déposé dans un contenant relativement ajusté dont le couvercle débordait sur une sorte de banquette –qui peut avoir été artificiellement constituée par le remblaiement de la fosse de part et d’autre des parois– et était maintenu par les pierres placées latéralement.

96Un sujet provenant du site de Chabrillan / L’Hortal a été inhumé en procubitus (sur le ventre) et constitue une exception dans la série (CH21). Le squelette, dont le coude est projeté en arrière, s’appuie par son côté droit contre une paroi ; il n’a pas été possible d’en définir la nature (paroi de la fosse ou paroi en matière périssable) puisque les bords de la fosse n’ont pu être reconnus. L’ensemble témoigne d’un colmatage différé du volume du corps, et le type de la tombe ne peut être interprété.

20.4 Les gestes funéraires

97Aucune sépulture n’a livré de mobilier funéraire, ce qui est classique dans la période chronologique considérée, ni de parure ou d’agrafe de vêtement.

20.4.1 Orientation et attitude des corps

  • 10 – À propos de la controverse sur les termes « décubitus » ou « décubitus dorsal », nous avons préfé (...)

98Mis à part le squelette CH21 qui se présente en procubitus, tous sont en décubitus dorsal10. Les sépultures des deux grands ensembles funéraires, Chabrillan / Saint-Martin et Espeluche / Saint-Romain sont orientées E-O, les squelettes ayant la tête à l’ouest. Seules 2 sépultures de Saint-Romain, situées en limite sud de l’ensemble funéraire, sont placées SO-NE (tête au sud-ouest). La même orientation E-O est observée à Chabrillan / L’Hortal, dans les sépultures situées en bordure du fossé de la zone 4 de Chabrillan / Saint-Martin et dans le secteur sud-ouest du site de Crest / Bourbousson où les sépultures s’alignent également sur un fossé. À Simandres / Mont Moraud et à Simandres / Les Estournelles les 2 squelettes sont orientés la tête au sud-ouest, tandis qu’à Mondragon / Le Duc, les squelettes ont quasi la même orientation que le fossé, l’un ayant la tête au nord et l’autre au nord-ouest. Le squelette issu du secteur antique du site de Crest / Bourbousson (CB63) est placé la tête au nord-ouest et les pieds au sud-est. Les cas de Simandres / La Plaine et de la zone nord de Crest / Bourbousson sont en revanche particuliers : dans le premier, les sépultures des deux zones ont des orientations très variées (tête au sud-ouest, au nord ou au sud pour le secteur ouest, et tête au nord ou au sud-ouest pour le secteur est) ; dans le deuxième, des sépultures semblent avoir été successivement installées sur un espace très restreint, les unes au-dessus des autres, chaque sujet étant orienté quasi perpendiculairement au précédent (cf. annexe 3 et fig. 141).

99On remarque ainsi que certains groupes parmi les plus importants en taille se comportent, du point de vue de l’orientation des sépultures, comme beaucoup d’ensembles funéraires réguliers où les sépultures s’organisent les unes par rapport aux autres selon une orientation commune. Les sépultures placées en bordure des fossés s’alignent manifestement en fonction de ces derniers, en respectant globalement leur orientation quelle qu’elle soit. Le groupe de squelettes de la zone nord de Bourbousson est une exception à ce modèle : l’économie de l’espace est dans ce cas étonnante, la zone étant vierge de structure –en tout cas de structure fossoyée–, ce qui ne saurait être fortuit. Les deux petits groupes de La Plaine ne témoignent quant à eux d’aucune régularité, peut-être parce qu’ils ne sont pas contraints par un fossé ni par aucune structure domestique dont il nous reste la trace. Ils se caractérisent néanmoins, comme dans le cas de Bourbousson, par la volonté de regrouper un petit nombre d’individus sur des surfaces d’emprise limitée, les sépultures n’étant pas disséminées au hasard sur le site.

100La position générale du corps est relativement homogène, sauf pour 4 individus dont les membres inférieurs sont légèrement fléchis à Simandres / La Plaine (SP11), à Chabrillan / L’Hortal (CH28) et à Espeluche / Saint-Romain (SR26 et SR28). À Mondragon / Le Duc (MD48) enfin, un squelette se présente avec les genoux fléchis et orientés latéralement.

101En revanche, les squelettes se caractérisent par une grande hétérogénéité dans la position des avant-bras. On note sur le seul site de Chabrillan / Saint-Martin 15 positions différentes. Celles-ci résultent des combinaisons observées sur 40 squelettes à partir de 6 fréquences possibles qui illustrent la situation de l’avant-bras par rapport au bras. On précisera que la restitution de la position des avant-bras s’appuie, bien entendu, non pas sur l’emplacement du radius et de l’ulna mais sur celui des os des mains lorsque ceux-ci sont maintenus en connexion ou groupés, puisque l’articulation du poignet est plus labile que celle du coude ; de ce fait, les os des avant-bras peuvent se déplacer au cours de l’évolution du cadavre et leur situation archéologique ne rend pas forcément compte de l’attitude initiale des membres supérieurs. Cela dit, il n’est pas exclu que les os des mains puissent se déplacer en bloc lors des remaniements affectant les régions anatomiques sur lesquelles ils reposent, ou que les membres supérieurs glissent avant la décomposition des mains lors du gonflement du thorax qui caractérise les premiers stades de la putréfaction. C’est pourquoi, nous avons retenu dans la discussion, deux grands « étages » anatomiques de situation : position basse / position haute.

102Les positions observées sont, par ordre de fréquence (tabl. XLV) :

  • 1 : l’avant-bras est en extension dans le prolongement du bras ;

  • 2 : l’avant-bras est en flexion autour de 30° et se situe donc au niveau du bassin ;

  • 3 : l’avant-bras est en flexion de 90° et se trouve alors au niveau de l’abdomen ;

  • 4 : l’avant-bras est en flexion de 120° et repose au niveau de la poitrine homo- ou controlatérale ;

  • 5 : l’avant-bras est en flexion de 140° et la main est placée au niveau des clavicules ;

  • 6 : l’avant-bras est en flexion de 180° et est ainsi ramené en avant sur la face antérieure de l’humérus, la main se situant sur l’épaule homolatérale.

TABL. XLV (suite et fin)
Position des avant-bras suivant le sexe, l’âge et le type de sépulture : 1 l’avant‑bras est en extension dans le prolongement du bras ; 2 l’avant‑bras est en flexion autour de 30° et se situe donc au niveau du bassin ; 3 l’avant‑bras est en flexion de 90° et se trouve alors au niveau de l’abdomen ; 4 l’avant‑bras est en flexion de 120° et repose au niveau de la poitrine homo ou controlatérale ; 5 l’avant-bras est en flexion de 140° et la main est placée au niveau des clavicules ; 6 l’avant-bras est en flexion de 180° et est ainsi ramené en avant sur la face antérieure de l’humérus, la main se situant sur l’épaule homolatérale ; + et ; / non observable

103Les combinaisons observées à Chabrillan / Saint-Martin sont : 1.1, 1.2, 1.3, 1.4, 2.3, 2.4, 2.5, 3.3, 3.4, 3.5, 4.4, 4.5, 4.6, 5.5, 5.6 ; on ne tient pas compte des variantes gauche/droite pour chacune d’entre elles. Elles s’enrichissent d’autres combinaisons sur les autres sites, telles que : 2.2 (Espeluche / Saint-Romain, Simandres /La Plaine), 3.6 (Chabrillan / L’Hortal), 4.3 (Espeluche / Saint-Romain, Chabrillan / L’Hortal), 6.3 (Espeluche / Saint-Romain), et 6.6 (Crest / Bourbousson).

104Aucune de ces positions n’est spécifique d’un groupe d’individus, qu’ils soient classés suivant leur âge, leur sexe ou leur situation spatiale, et certaines ne se rapportent qu’à un ou deux sujets. Si l’on regroupe ces combinaisons suivant trois catégories : position haute (par exemple 5.6, 3.4, etc.), position basse (par exemple 1.2, 2.3, etc.), position mixte (par exemple 1.4, 2.5, etc.), on remarque que sur les 13 enfants sur lesquels le caractère a été observé, 10 ont une position basse. C’est seulement sur le site de Chabrillan / Saint-Martin que la position basse semble majoritairement dévolue aux hommes tandis que les femmes sont inhumées plus souvent avec les avant-bras en position haute ; le test du d’homogénéité indique que cette différence est significative à un seuil compris entre a = 0.05 et a = 0.02 (x2 pour Iddl = 3.98). Ce phénomène n’est, en revanche, pas du tout observé sur le site d’Espeluche / Saint-Romain où les hommes et les femmes adoptent indifféremment les positions haute et basse, tandis qu’ailleurs l’effectif par sexe est beaucoup trop réduit pour être discuté. Enfin, la position mixte est indifférente au sexe et à l’âge dans chaque site. Les positions haute et basse ne sont pas représentatives d’un ensemble funéraire particulier, ni d’un secteur défini à l’intérieur des plus grands d’entre eux ; on notera seulement l’absence totale de position mixte dans le secteur nord du site de Chabrillan / Saint-Martin.

105L’analyse taphonomique du squelette CH28 –dont le type de tombe est un coffrage de planches– permet de restituer l’attitude particulière qui était la sienne à l’origine (fig. 164). Le bloc crânio-facial et la mandibule se présentent par leur face inférieure et ne sont plus en connexion –les cervicales ne sont pas conservées. L’extrémité distale du fémur gauche et l’extrémité proximale du tibia gauche sont parallèles ; la situation de la patella indique l’aplomb du genou à l’origine, et les connexions enregistrées sur le pied montre qu’il est en place. De ce fait, l’espace existant entre le pied et le coxal étant insuffisant, le genou devait être surélevé à l’origine. À droite, l’espace disponible entre le pied et le coxal est également trop court, ce qui signifie, là encore, que le genou ne reposait pas sur le sol. Le corps a donc été déposé sur le dos, la tête posée sur un élément en matière périssable, les genoux surélevés avec les pieds butant contre la paroi du contenant.

FIG. 164
Chabrillan / L’Hortal : sépulture CH28.

20.4.2 Sépultures doubles

106Deux fosses mises au jour sur le site de Chabrillan / Saint-Martin ont livré 2 squelettes chacune (SM7343 et SM7089).

107La sépulture SM7343 (fig. 157b) comporte un adulte masculin (US 7351) et un enfant décédé entre 2 et 4 ans (US 7049). L’enfant a été plaqué contre la jambe et le genou droits de l’adulte. L’occurrence d’un dépôt simultané est argumentée par la préservation de connexions anatomiques sur des pièces labiles appartenant à chacun des 2 squelettes, qui se trouvent en contact –côtes et membre supérieur gauche de l’enfant, patella et pied droits de l’adulte (cf. annexe 4). On a pu noter que le squelette de l’adulte traduit un effet de contrainte à distance des bords de la fosse et que les os dissociés de ses pieds dessinent un effet de délimitation de forme arrondie. Celui-ci se traduit encore par l’absence de dispersion des pièces appartenant au tarse droit, effondrées en avant du fémur de l’immature. Ces effets d’une délimitation observés sur les os dissociés de l’adulte alors qu’ils auraient pu se disperser parmi les os du squelette de l’enfant, montreraient que seul l’adulte se trouvait dans un contenant. La non-rectitude des effets de paroi et de délimitation, et la présence de l’enfant contre sa jambe ne nous autorisent pas à doter ce contenant de parois linéaires rigides, et nous devons plutôt envisager l’hypothèse d’une enveloppe souple (linceul : cf. § 20.4.3). Si l’enfant reposait dans une enveloppe, ce qui n’est pas démontré, elle était distincte de celle dans laquelle se trouvait l’adulte.

108La sépulture SM7089 (fig. 152b) se compose d’un adulte féminin et des restes d’un enfant mort en période périnatale (US 7335), lequel n’est représenté que par quelques os. La situation respective de ces derniers (cf. annexe 4), qui respectent la logique anatomique –les petits os n’ont pas été vus et reconnus par le fouilleur, ce qui impliquerait que les pièces manquantes ont été détruites à la fouille– laisse supposer qu’il s’agit bien des restes d’un sujet déposé à l’état de cadavre et non pas de pièces erratiques. En revanche, les lacunes font qu’il n’est plus possible de déterminer s’il s’agit d’un fœtus in situ –auquel cas on ne peut pas parler d’une « sépulture double »– ou d’un périnatal décédé après sa naissance et déposé dans cette fosse. L’anthropologie biologique ne permet pas d’apporter un élément de réponse à cette question compte tenu des incertitudes méthodologiques relatives à l’estimation de l’âge au décès des enfants décédés en période périnatale (Sellier et al. 1997). L’anthropologie biologique n’autorise pas non plus à reconnaître s’il s’agit de la mère et de l’enfant, hypothèse plausible mais non certaine. Comme le montre l’absence totale de nourrisson dans cette série, s’il ne s’agit pas d’un fœtus in situ, on pourrait tout à fait avoir « profité » du décès d’un adulte pour déposer un enfant mort à la naissance.

20.4.3 L’enveloppement du corps

109Il reste très hasardeux de prétendre reconnaître les contraintes qu’ont pu engendrer les vêtements ou les éventuels linceuls sur le squelette au cours de la décomposition. La recherche de ces éléments périssables part du postulat que le tissu est réalisé dans un matériau suffisamment résistant pour s’être décomposé après les parties molles afin d’avoir une incidence sur le squelette, ce qui n’est pas forcément le cas. Nous manquons par ailleurs cruellement de références fournies par des squelettes dont l’enveloppement est attesté d’une manière ou d’une autre (conservation des matériaux ou connaissance des modalités de l’ensevelissement). Pour l’instant, nous ne pouvons que confronter certaines anomalies qui ne sont pas le fait de l’architecture de la fosse ou du contenant éventuel, les rares observations réalisées dans des conditions exceptionnelles (Orfila, Lesueur 1831 ; Devergie, Dehaussy de Robecourt 1840 ; Roustide, Guillon 1987) et les informations livrées par l’iconographie (Alexandre-Bidon 1993 ; Treffort 1996c).

110L’éventualité d’un enveloppement des corps est discutée pour les sépultures dont le mode d’enregistrement et l’état de conservation des squelettes fournissent suffisamment d’éléments (Chabrillan / Saint-Martin, Espeluche / Saint-Romain, Chabrillan / L’Hortal et Simandres / La Plaine).

111Aucun des 16 squelettes de Saint-Romain ni des 6 de La Plaine répondant aux conditions précisées ci-dessus ne témoigne d’anomalies pouvant être considérées comme spécifiques d’un moyen de contention distinct de la morphologie de la fosse ou d’un contenant.

112En revanche, quelques squelettes du site de Chabrillan / Saint-Martin (zone 7) semblent porter des marques de contention ponctuelles, qui doivent être distinguées de celles produites par la forme étroite de la plupart des fosses. On notera que le phénomène concerne les tombes en fosse et au total 23 sépultures. Une contrainte particulièrement importante s’est exercée sur le fémur et le pied gauches du squelette de la sépulture SM7339, qui sont dirigés vers l’intérieur (fig. 165b). Sur certains squelettes, un élément en situation instable est maintenu, sans que ce fait puisse être justifié par la proximité du bord de la fosse (ni par le milieu de décomposition). Le squelette SM12152 présente un effet de paroi localisé sur le membre supérieur gauche en hyperflexion, mais dans la moitié inférieure des pièces se sont déplacées au-delà de cette limite, ce qui ne permet pas de retenir ce caractère (fig. 152c). Sur le squelette de SM7381, la contrainte est illustrée par le maintien en équilibre de l’humérus droit en amont des côtes. Une caractéristique de cette série est le maintien des mains en connexion stricte, alors qu’elles se situent en position instable ou sur une partie du corps comportant un important volume de chair, dont les sépultures SM12102 (fig. 155a), SM7069, SM7181 (fig. 166a), SM7338, etc. sont la manifestation. Toutefois, dans ce type de fosse, la conservation de ces articulations est plus probablement due à la perméabilité du couvercle à l’infiltration de sédiment, voire à des effondrements de parois, qu’à un linceul. Sur le squelette SM7339, l’indice d’une contention du corps est indirect, puisqu’il se traduit par l’extrême verticalisation de la clavicule (fig. 165b) ; cela signifie que l’humérus qui apparaît en vue antérieure a effectué une rotation latérale –l’attitude de l’avant-bras et de la main indique qu’il devrait se trouver en vue latérale– et qu’au départ, un élément exerçait une contrainte sur la moitié supérieure du corps. Dans la sépulture SM 12098 (fig. 162a), représentée par le coffre mixte, le squelette témoigne d’une contrainte sur la cheville droite, dont la cause ne peut être la paroi du coffre estimée plus à distance.

FIG. 165
Chabrillan / Saint-Martin : a sépulture SM7069 ; b sépulture SM7339.

113Le phénomène le plus courant dans la série se caractérise par des effets de contrainte limités au niveau des pieds, non induits par la forme du creusement. Les plus répandus ne concernent qu’un seul pied sur les deux (SM7050, SM7069, SM 12099, SM7181, SM7070, SM7182), généralement le gauche (le droit pour SM7070 et SM7181 : fig. 166a), qui présente une orientation forcée en dedans, tandis que l’autre pied est orienté dans l’axe de la jambe. Dans l’exemple de la sépulture SM7337 (fig. 151b), le pied droit n’a pas effectué de rotation latérale, mais l’ensemble est au contraire orienté vers l’intérieur, de même que dans le cas du pied gauche de SM7069 (fig. 165a). Dans la sépulture SM7374, l’effet de paroi concerne les métatarsiens gauches, qui se chevauchent dans le prolongement de la face latérale du tibia (fig. 166b) ; la présence d’un caillou à distance du squelette contre la paroi nord sur le fond de la fosse indique que ses limites sont justes, les cailloux n’existant pas à l’état naturel dans le lœss, et que cet effet de contrainte ne lui est pas imputable. Les pieds des squelettes des sépultures SM7343 (fig. 157b) et SM7164 (fig. 156a) offrent une dissociation d’un type particulier puisque les métatarsiens ont effectué un glissement en avant du tarse tout en gardant leur orientation et leur situation respective originelles – cela ne concerne que le pied gauche chez SM7343. Enfin, les sujets des sépultures SM7181 et SM7341 adoptent la position « du crucifié », toutes connexions préservées, qui semble difficile à maintenir sur un cadavre sans moyen de contention.

FIG. 166
Sépultures, a Chabrillan / Saint-Martin : SM7181 ; b Chabrillan / Saint-Martin : SM7374 ; c Chabrillan / L’Hortal : CH13.

114Sur le site de Chabrillan / L’Hortal, le squelette CH 13, placé dans une tombe en fosse, est caractérisé par un effet de contrainte sur tout son côté droit, qui affecte tout particulièrement le genou orienté en direction médiale (fig. 166c). Or, la phalange de l’hallux droit s’est déplacée latéralement à la cheville, prouvant que la contrainte reconnue sur l’humérus n’est pas le fait de la proximité du bord de la fosse. Par ailleurs, sachant que le fond de la fosse, constitué par le rocher, est plat, le genou n’a pu être attiré par un creusement en gouttière. Il est donc possible d’attribuer l’effet de paroi sur l’humérus et le mouvement effectué par le genou à des contraintes s’étant exercées ponctuellement sur ces régions. De même, la chute en amont de certains os des pieds entre les tibias, atteste un effet de paroi sur leur extrémité distale, qui ne peut être dû à la paroi de la fosse située plusieurs centimètres en aval.

115Il est difficile de restituer la nature de ces contraintes. Pour ce qui concerne les pieds, l’hypothèse de chaussures nous semble irrecevable dans la mesure où le phénomène systématique le plus courant ne concerne qu’un seul pied, et où les disjonctions généralement attendues dans le cas du port de chaussures ne sont pas présentes (Adam et al. 1992). Un certain nombre d’arguments permettent tout de même de proposer l’hypothèse d’un élément en matière périssable non limité aux pieds, ayant joué ce rôle de contention : la circulation de pièces osseuses à l’intérieur du volume initial du corps sur de grandes amplitudes (Roustide, Guillon 1987), et les effets d’une délimitation comme ceux observés sur les os des pieds des squelettes SM7343 (fig. 157b) et SM 12100 (fig. 157a). Dans le cas de SM7343, les os dissociés dessinent une forme arrondie. Dans celui de SM12100, ils se sont effondrés du même côté et l’ensemble affecte une forme plus angulaire. Ces observations indiquent que les deux pieds se trouvaient dans un même « contenant ». Enfin, les marques de contraintes ponctuelles et particulières viennent compléter ces remarques : les métatarsiens du squelette SM12101 ont une orientation inversée par rapport à la logique anatomique indiquant qu’ils butaient sur une paroi distincte de celle de la fosse, cette dernière se situant à une distance de 7 cm. La main droite du squelette SM7051 (fig. 167) présente exactement la même particularité au niveau des métacarpiens et des phalanges. Si l’effet de contrainte associé à cet effet de paroi très localisé rend compte de l’enveloppement des cadavres dans des « linceuls », le caractère systématique de certaines manifestations serait lié à un mode d’enveloppement particulier, où les pieds auraient été spécialement contraints. Il est même possible d’envisager une manière spéciale de replier ou de nouer le tissu au niveau des pieds qui aurait bloqué l’un des deux pieds en dedans. Au Moyen Âge, l’iconographie nous montre qu’il existe, entre le viie et le xiie s., une grande diversité de linceuls (Treffort 1996c). Mais il semblerait que jusqu’au xiiie s. le linceul ait surtout été constitué d’une pièce de tissu que l’on enroulait autour du corps en un mouvement de torsion, ou qui était maintenue par des bandelettes, sur un mode spiralé dans les pays du sud (Alexandre-Bidon 1993 : 201). Un tel système ne manquerait pas de produire des contraintes sur le squelette, à condition que l’étoffe soit assez résistante pour s’être décomposée après le corps. Si la condition est acceptable, l’hypothèse est compatible avec les phénomènes enregistrés dans cette série. Néanmoins, des infiltrations de terre dues à l’étanchéité relative des couvertures et des effondrements ponctuels des parois peuvent être aussi mises en cause dans les anomalies relevées.

FIG. 167
Chabrillan / Saint-Martin : sépulture SM7051.

20.4.4 Synthèse

116L’orientation des sépultures est, de manière générale E-O (ou SO-NE) et, dans les ensembles funéraires les plus grands, relativement homogène. Certains petits groupes sont orientés sur les fossés, en bordure desquels leurs sépultures ont été installées. Trois petits ensembles témoignent, en revanche, d’une grande variabilité dans l’orientation des corps, dont un se situe pourtant à proximité d’un fossé. Les sépultures sont individuelles, une seule double étant véritablement attestée sur l’ensemble des séries.

117Dépourvus de mobilier funéraire, comme c’est le cas au haut Moyen Âge dans notre région, les squelettes sont caractérisés par une attitude générale du corps tout à fait classique, sauf dans de rares cas. Parmi ces derniers, seul le squelette en procubitus de L’Hortal constitue véritablement une déviation par rapport à la norme. La position des membres supérieurs est très variée, mais il semblerait que chez les enfants les avant-bras soient préférentiellement situés dans la moitié inférieure du corps. Mis à part les squelettes de Saint-Martin dont la différenciation sexuelle est marquée par la position des avant-bras, les femmes et les hommes des autres sites adoptent des attitudes indifférenciées.

118Certaines anomalies taphonomiques observées sur des squelettes provenant de fosses rupestres pourraient éventuellement se rapporter à des contentions exercées par une enveloppe souple mais résistante. Elles se distinguent, en tout cas, des contraintes induites par le réceptacle rigide du corps –fosse ou contenant–, mais compte tenu du manque de référence qui est le nôtre sur le phénomène et de la nature du réceptacle, cette interprétation n’a valeur que d’hypothèse plausible. Il convient de rester prudent et d’envisager que d’autres facteurs puissent être à l’origine de la manifestation de ces événements ponctuels, que certains de nos collègues interprètent d’une façon beaucoup trop univoque, comme en témoignent quelques publications récentes (par ex. Bonnabel, Carré 1996).

20.5 Datation des ensembles funéraires

119Comme pour n’importe quelle structure archéologique, l’attribution d’une sépulture à un ensemble chronoculturel défini repose sur la confrontation de tous les paramètres qui la caractérisent. Sur les sites non stratifiés et dépourvus de mobilier qui sont les nôtres, la classification proposée à partir des propriétés propres aux sépultures ne peut être validée par l’ensemble des références extérieures auxquelles elles sont habituellement corrélées. Ces circonstances réduisent en effet le recours aux informations extrinsèques aux seules analyses par le radiocarbone, effectuées sur des squelettes provenant de tous les sites présentés ici, et aux données comparatives, issues de sites stratifiés. Mais là encore, les spécificités de la période chronologique considérée et du contexte rural dans lequel se placent nos séries nous offrent des moyens dont la pertinence reste moyenne ; ainsi, bien que les méthodes d’analyse par le radiocarbone aient gagné en précision, le degré de variation dans les résultats reste trop important pour que l’on puisse raisonner en termes de chronologie relative dans un ensemble funéraire de courte durée. Enfin, l’hypothèse d’une homogénéité des types de tombes, quel que soit leur contexte d’origine, sur laquelle repose toute démarche comparative, est loin d’être démontrée ; les sépultures reconnues en contexte urbain ou autour des édifices religieux privilégient plutôt les structures construites en dur, tandis que celles fouillées en milieu rural et dans les ensembles dispersés sont restées pour l’instant largement sous-interprétées du fait de l’absence d’indices explicites –matériaux de construction, traces ligneuses. Ce dernier point nous incite à discuter précisément les critères de la datation et à développer l’argumentation typochronologique en tentant de replacer nos résultats dans un cadre de référence élargi.

20.5.1 Contextes stratigraphiques

120Les sépultures exhumées à Simandres / Mont Moraud ne sont en liaison avec aucune structure historique et les fosses s’ouvrent dans le lœss, vierge de tout artefact. Les 5 fosses datées des xe-xie s. de Simandres / Les Estournelles sont situées 19 m au sud-ouest des sépultures. À Espeluche / Saint-Romain, aucune sépulture n’est en relation stratigraphique directe avec une autre forme d’occupation historique, et le comblement du fossé orienté sur le cadastre de Valence indique qu’il n’était plus utilisé au haut Moyen Âge ; on remarque aussi que l’orientation des sépultures n’est pas la même que celle du fossé.

121À Crest / Bourbousson, le groupe de 4 squelettes exhumés dans la partie nord du site (CB49) a été détruit sur ses quatre côtés par des phénomènes inconnus ; s’il s’agit de structures postérieures, le sol n’en a pas livré la trace. Il n’est pas exclu d’envisager que le fossé, supposé antique et tardo-antique, ait recoupé cet ensemble au nord-est, mais aucune liaison stratigraphique entre ces structures n’a pu être mise en évidence. Dans le secteur fouillé au sud, la situation des sépultures le long du fossé médiéval permet de les dater comme étant contemporaines ou postérieures à ce dernier ; dans la mesure où ce fossé limite la zone artisanale des vie-viiie s., il est attribué à cette période.

122À Chabrillan / L’Hortal, le chemin, qui longe la façade de la bergerie datée des vie-viie s. disparaît au niveau des sépultures, ce qui a conduit les archéologues à émettre l’hypothèse que la raison de cette interruption était la présence des sépultures. Rien ne prouve toutefois que le chemin ait été détruit par l’ensemble funéraire. Il peut avoir été en relation avec autre chose à l’origine, et les sépultures seraient venues s’installer à un moment où le bâtiment était en désuétude. D’autre part, bien que les 2 sépultures situées à l’écart de ce groupe semblent s’installer dans un remblai qui scelle les vestiges des vie-viie s., rien n’indique qu’elles sont contemporaines de l’occupation des xe-xie s. reconnue sur le site. La relation entre ces structures et les sépultures du groupe situé au sud n’est pas claire, car si certaines tombes sont partiellement détruites, ces perturbations, n’ayant pas été vues à la fouille, ne peuvent être rattachées indiscutablement aux structures en creux attribuées aux xe-xie s.

123Quelques sépultures situées en zone 7 du site de Chabrillan / Saint-Martin sont recoupées par des fosses d’une aire d’ensilage datée du xiie s. Le fossé B est également postérieur aux fosses sépulcrales et son comblement comporte du matériel résiduel du xiie s. Le seul élément stratigraphique est donc un terminus ante quem du xiie s. fourni par ces structures. En zone 4, l’unique relation stratigraphique réside en l’installation des sépultures dans un remblai qui comporte du matériel représentatif du iiie s. Les sépultures s’alignent en bordure du fossé C dont le comblement comprend des tessons du vie s. ; il constitue le seul argument en faveur d’une datation postérieure ou égale au vie s. Aucun sol ni aucun vestige historique ne pouvant être mis en relation avec ces 2 sépultures n’existe à Mondragon / Le Duc, mis à part ces fossés. La sépulture MD48 ne peut en aucun cas être contemporaine du fossé F03, qui appartient à un réseau créé à l’époque romaine sur la trame du cadastre B d’Orange, puisqu’elle le recoupe. En revanche, la sépulture MD6 se situe à proximité du fossé F02 et est orientée NO-SE comme celui-ci. Dans la mesure où le fossé ne respecte pas l’orientation du cadastre B, il pourrait avoir été fait après l’époque romaine. L’examen des cotes de profondeur des différentes structures permet de discuter leur contemporanéité, puisque le fond de la fosse sépulcrale se trouve 24 cm au-dessus du fond du fossé et 75 cm plus bas que son niveau d’ouverture : ils pourraient avoir été creusés à partir du même sol.

124À Simandres / La Plaine, 2 sépultures, issues du secteur est de l’emprise, recoupent un puits dont le comblement comporte du mobilier daté des viieviiie s. (Bouvier 2001a). Dans la zone ouest, les 4 sépultures se trouvent à proximité de structures domestiques attribuées à l’époque mérovingienne et d’autres aux xe-xie s., mais ne sont en relation stratigraphique avec aucune d’entre elles.

20.5.2 Chronologie absolue

125Au moins une sépulture de chaque site a fait l’objet d’une datation par le radiocarbone (2 par secteur à Saint-Martin et à Bourbousson). Cependant, les squelettes du secteur nord de Crest / Bourbousson et du site de Mondragon / Le Duc n’ont pas livré suffisamment de collagène pour que la datation soit possible, même par accélérateur. Enfin, les résultats doivent être pondérés par les circonstances dans lesquelles les datations par le radiocarbone ont été effectuées ; la valeur d’une datation unique restant posée même dans le cas d’un échantillon homogène, le fait de dater un ensemble funéraire, même de petite taille, par une seule date ne peut être satisfaisant. Par ailleurs, toutes les sépultures n’ont pas été choisies en fonction des problématiques de l’anthropologie de terrain ni des questions soulevées par l’organisation de chaque ensemble funéraire ; pour la plupart, les choix ont été réalisés au hasard par les archéologues, avant les résultats de l’analyse archéo-anthropologique. Il convient de souligner les conditions dans lesquelles sont généralement choisies les sépultures qui vont faire l’objet d’une datation, principalement sur les sites non stratifiés. Il s’agit la plupart du temps du choix empirique d’une seule personne, réalisé dans l’urgence des délais du DFS et indépendamment des problématiques méthodologiques (typochronologie) et spécifiques au gisement ; ce choix repose sur la conviction que n’importe quelle sépulture date l’ensemble funéraire, tandis que les fourchettes de probabilité du radiocarbone sont confondues avec la durée d’utilisation du cimetière. Les exemples de Crest/Bourbousson et d’Espeluche/Saint-Romain où sont datées des sépultures atypiques, ou encore de Simandres/La Plaine où le type de la tombe retenue n’est pas identifié, illustrent bien le problème ; réalisées trop tôt avant les résultats de l’étude des ensembles funéraires, les datations par le radiocarbone sont supposées ne répondre qu’à une seule question. Le site de Chabrillan / Saint-Martin est significatif à cet égard puisque, par la présence d’un monoxyle et par certains résultats relatifs à l’organisation de l’ensemble funéraire, on peut envisager l’hypothèse d’un noyau plus ancien, peut-être contemporain de la zone 4 (cf. chapitre 6). Cette question aurait mérité que d’autres datations puissent être effectuées. Les résultats sont donnés dans la figure 168.

FIG. 168
Chronologie des tombes et des ensembles funéraires : a datations absolues ; b synthèse stratigraphique et typochronologique ; c typochronologie comparative.

  • 11 – Laboratoire Archeolabs (Isère), ARC 1482 et ARC 1331.

126À Chabrillan / Saint-Martin, les sépultures SM7070 de la zone 7 et SM4024 ont été choisies au hasard, mais par bonheur elles sont représentatives des types de tombe rencontrés sur le site dans chaque zone11. Le squelette SM7070 provient d’une tombe en fosse à banquettes latérales de type 1, tandis que le squelette SM4024 est issu d’un monoxyle. La datation proposée pour SM7070 se situe pour sa plus forte probabilité (78,9 %) entre 845 et 1040 ap. J.-C. La datation de la sépulture SM4024 est placée entre 635 et 785 ap. J.-C. avec une probabilité de 72,9 %.

  • 12 – Beta Analytic inc. (Miami-Florida), Beta-113829.

127À Crest / Bourbousson, le squelette CB302, se rapportant à la sépulture dont l’architecture est atypique, fournit une date qui varie entre la fin du viie et la fin du ixe s. (1140 ± 50 BP et 1240 ± 50 BP, soit 695-880 ap. J.-C. pour 1 sigma)12.

  • 13 – Laboratoire Archeolabs (Isère), datation AMS ETH-16884, ARC 97/R1851C

128À Chabrillan / L’Hortal, le squelette CH28 a été prélevé au hasard sur la série ; il s’agit du squelette provenant d’un coffrage de planches dont la position est particulière (tête et genoux surélevés). La datation proposée s’inscrit entre 660 ap. J.-C. et 940 ap. J.-C.13, les plus fortes probabilités étant de 55,9 % entre 660 et 785 ap. J.-C. et de 37,9 % entre 795 et 895 ap. J.-C. On peut estimer à 93,8 % la probabilité pour que la datation s’établisse entre 660 et 895 ap. J.-C.

129Le squelette SR17 d’Espeluche / Saint-Romain, choisi en raison de la relative bonne conservation de ses ossements, a fait l’objet d’une datation par AMS. Le meilleur intervalle de variation est fourni entre 640 et 780 ap. J.-C. (76,7 %).

  • 14 – Centre de datation par le radiocarbone, Lyon 1, LY-6765.

130Le squelette SE1 de Simandres / Les Estournelles provient d’une tombe en fosse. La datation effectuée14 permet de situer la sépulture au tout début du xie s., entre 905 et 1155 ap. J.-C., la plus forte probabilité se présentant autour de 1016 ap. J.-C.

  • 15 – Centre de datation par le radiocarbone, Lyon 1, LY-6766.

131La sépulture MM6 de Mont Moraud, également de type tombe en fosse, est datée autour de la première moitié du xe s.15. L’intervalle en années réelles est de 678 à 1175 ap. J.-C., les probabilités étant données à 953, 918, 895 et 830 ap. J.-C.

  • 16 – Laboratoire Archeolabs (Isère), ARC 93/R1696.

132Enfin, à Simandres / La Plaine, la sépulture SP4 du secteur ouest a été datée16. Malheureusement, il s’agit d’une sépulture pour laquelle le mode d’inhumation ne peut être restitué. Les éléments résiduels du squelette montrent une certaine constriction (moitié supérieure droite), mais l’absence des limites de fosse et l’importante destruction du squelette ne permettent pas de savoir si la contrainte observée résulte d’une paroi en matière périssable ou d’un tassement du corps contre la paroi de la fosse ; il n’existe aucun effet de gouttière. La datation calibrée donne une fourchette s’étendant de 640 à 935 ap. J.-C., avec une probabilité de 68,7 % entre 640 et 785 ap. J.-C.

20.5.3 Argumentation typochronologique

133Les tombes en fosse, qui constituent la majorité des structures funéraires sur l’ensemble de nos séries, sont connues dans le sud de la France depuis le ve s. notamment en Languedoc depuis les fouilles de Lunel-Viel (Raynaud 1987 ; Gagnière 1965 pour Saint-Étienne de Candau) et dans le Vaucluse (Carru et al. 1991). On les rencontre aussi dans le Rhône (sites du Trillet à Meyzieu : Blaizot et al. 2001 ; et de La Butte à Lyon : étude inédite de F. Blaizot). Puis, partout en France, elles sont particulièrement typiques de la période carolingienne, pendant laquelle l’aspect anthropomorphe est très prononcé.

  • 17 – Voire plan trapézoïdal, qualifié également « d’anthropomorphe » (Troncin 1987 : 160).

134Seules certaines sépultures du site de Chabrillan / Saint-Martin correspondent au type anthropomorphe abouti stricto sensu (type 2), mais toutes présentent un certain nombre de caractéristiques, réunies ou non, qui en constituent les grandes lignes : fosse à parois obliques, banquettes latérales, profil transversal en gouttière, resserrement aux deux extrémités17, etc.

135Dans la moyenne vallée du Rhône, on rencontre surtout des tombes en fosse datées entre les xe et xiiie s. autour des édifices romans (Colardelle 1983 ; Colardelle et al. 1996), et notamment ceux des xe-xie s. (Troncin 1987 : 167, fig. 11). Il s’agit généralement de fosses creusées dans une roche dure. Mais dans le Lunellois (à Maughio, Lunel, Dassargues), C. Raynaud a mis au jour des fosses étroites aménagées en terrain meuble. À Lunel et à Vaison-la-Romaine (Vaucluse), elles sont couvertes principalement de tegulae mais aussi de dalles et datées autour du ve s. (Colardelle et al. 1996 : 292), mais à Dassargues où la couverture est en lauze, une datation par le radiocarbone donne une période comprise entre la fin du viie et la fin du ixe s. (Garnotel, Raynaud 1996 : 150). D’autres, de plan trapézoïdal ou anthropomorphe étroit, munies d’une cavité céphalique et couvertes de lauzes, furent découvertes autour de l’église de Lunel et attribuées aux xiie-xiiie s. Dans la Vallée des Baux, des sépultures rupestres très proches de celles de Saint-Martin ont été fouillées ; la présence d’une agrafe à double crochet dans l’une d’entre elles a conduit les auteurs à les situer entre le milieu du viie et la fin du ixe s. (Bellamy et al. 1996), mais la perduration de ce type d’agrafes jusqu’au xie s. nous invite à relativiser cette datation. Dans la moitié nord de la France, et notamment en région parisienne, les tombes en fosse, dites tombes anthropomorphes, sont fréquentes aux viiie-xe s. (Durand 1988 ; Fréville, Journa 1994). En Alsace, nous avons récemment exhumé des tombes de ce type à Strasbourg / Sainte-Barbe (Bas-Rhin) dont certaines renferment du mobilier daté du viie s. (Flotté et al. 1998 : 193, 255), tandis que sur le site d’Ottmarsheim (Haut-Rhin), nous en avons reconnu dans les niveaux antérieurs à la construction de l’église du xie s. (Blaizot et al. à paraître). Ces différentes données nous permettent d’envisager que les tombes en fosse sont particulièrement répandues durant les périodes carolingienne et romane. D’après les observations réalisées à partir de plusieurs exemples, l’étroitesse caractériserait les sépultures les plus récentes (Troncin 1987 : 171). Quant à l’alvéole céphalique, s’il existe avant le xe s. dans le sud-ouest, il serait surtout représenté aux xie et xiie s. en Provence où il perdure jusqu’au xiiie s. (Troncin 1987 : 176). Apparemment, les fosses de ce type repérées dans l’Antiquité tardive, sont couvertes de tegulae ou de bois. À Dassargues, où elles sont plus récentes, elles sont fermées par des dalles de schiste comme à Entraigues (Colardelle et al. 1996) et organisées en rangées, tandis que les corps auraient été enveloppés dans des linceuls (Garnotel, Raynaud 1996). Nous avons, pour notre part, de nombreux exemples, datés entre les viie et xe s., de couvertures en matière périssable (sites de Serris en Seine-et-Marne, d’Ottmarsheim, de Strasbourg Sainte-Barbe, etc.). Il est certain que notre série présente des ressemblances importantes avec Dassargues, tant dans le type des tombes, dans leur organisation, que dans la situation de l’ensemble funéraire qui n’est pas en contact avec un édifice religieux. La rareté des sépultures « anthropomorphes vraies » sur l’ensemble de nos séries, et l’absence de logette céphalique, sauf dans un cas à Chabrillan / Saint-Martin, seraient peut-être l’indice d’une datation antérieure au xie s.

136Les sépultures en tronc d’arbre sont certes non reconnaissables lorsque les méthodes de l’analyse archéo-anthropologique ne sont pas mises en œuvre. Dans ce cas, seule une conservation exceptionnelle des matériaux organiques permet de repérer ce type de contenant. On a par ailleurs souligné toute l’ambiguïté de cette référence aux monoxyles, dans la mesure où ils peuvent être confondus avec des coffrages étroits lorsque leur creusement interne est rectangulaire à fond plat. Mis à part ceux de l’âge du Fer, les plus anciens exemples de monoxyles vrais, connus en Rhône-Alpes et ailleurs pour les époques historiques, dateraient de la première moitié du ve s. (Saint-Laurent, à Grenoble en Isère : Colardelle et al. 1996 : 287) et des ve-vie s. (en Côte-d’Or : Maureille et al. 1995). Mais la grande période historique de ces contenants semble être l’époque mérovingienne et le début de l’époque carolingienne, un grand nombre ayant été reconnu vers les viie-viiie s. ; à Soyria (Franche-Comté) on en rencontre entre la seconde moitié du viie et la première moitié du viiie s. (Pétrequin et al. 1980), à Satigny et à Nyon, en Suisse, entre les vie et viiie s. (Privati 1983 : 57), à Varces (Isère) vers les viie-viiie s. (fouilles F. Gabayet et F. Blaizot, inédites) et à Serris (Seine-et-Marne) autour du viiie s.

137Les contenants interprétés comme des coffres non cloués ou des coffrages de planches sont également mal connus pour les mêmes raisons. En l’absence de matériaux conservés, ils sont souvent assimilés aux « sépultures en pleine terre », comme en témoigne la contemporanéité attribuée à ces deux types sépulcraux dans la typologie régionale (Colardelle et al. 1996 : 295). D’après M. Colardelle, ils semblent courants aux ive s. dans la moyenne vallée du Rhône et se raréfieraient aux vie-viie s. tandis que plus au sud, ils caractériseraient la fin du ve et tout le vie s. (Colardelle et al. 1996). Dans la moitié nord toutefois, on les observe aux viie-viiie s. (Pétrequin et al. 1980 : 185, 222 ; Maureille et al. 1995), alors qu’en région parisienne ils marquent le viiie puis la fin du xe et le xie s. En Alsace, nous en avons exhumé de nombreux exemples du viie s. conformément à ce que l’on rencontre en Suisse allemande où ils sont fréquents entre les vie et viiie s. (Martin 1991 : 176) et en Allemagne où ils dominent manifestement l’époque mérovingienne (Paulsen 1992 ; Fuchs et al. 1997 : 421 sq.). Il est possible que la raréfaction, pour l’instant attestée de ce type à l’époque mérovingienne dans la vallée du Rhône, soit liée aux problèmes d’identification exprimés ci-dessus.

138Les coffres mixtes sont connus durant toute l’Antiquité tardive dans le Languedoc, dès le ve s. à Roquemaure (Blaizot 1997), au vie à Lunel-Viel et ailleurs (Raynaud 1987). Mais dans la partie nord de la moyenne vallée du Rhône, ils ne semblent pas apparaître avant le début de l’époque carolingienne d’après la synthèse effectuée par M. Colardelle (Colardelle et al. 1996 : 288) qui les date des viiie-xe s. ; cependant, des coffrages mixtes de l’Antiquité tardive sont ponctuellement relevés à Lyon (sites de Saint-Irénée et de la clinique Saint-Charles : données inédites F. Blaizot). Une datation par le radiocarbone d’un squelette provenant d’une sépulture de ce type fouillée récemment dans la Drôme (site du Patis : Blaizot 2002) donne une date comprise entre 710 et 790 ap. J.-C. Des exemples proches de celui de Chabrillan/ Saint-Martin, où les extrémités du coffre sont marquées par une dalle, ont été rencontrés à Sézégnin au viiie s. (Privati 1983 : 59). On note en tout cas leur absence totale après le xe s. (Colardelle 1983 : 352), ce qui est le cas également dans d’autres régions.

139Les sépultures que nous avons considérées comme atypiques ne trouvent, à notre connaissance, aucun parallèle dans la littérature ; les inhumations en procubitus sont ponctuellement rencontrées à toutes les époques, et l’espèce de coffrage de moellons provenant d’Espeluche / Saint-Romain ne paraît pas correspondre à ce que M. Colardelle décrit dans sa synthèse, puisqu’il présente des formes ovales (Colardelle et al. 1996 : 288-289) ou maçonnées (Colardelle et al. 1996). En revanche, nous avons déjà rencontré une architecture du type proche de celle de Bourbousson (CB302 : blocs situés au-dessus du sol d’inhumation et disposés de manière à former une espèce d’encagement) sur le site de Varces dans l’Isère, dans des sépultures associées à l’église du xe s., et sur le site de Sertis, autour du ixe s.

20.5.4 Chronologie proposée

140La synthèse des informations est donnée dans la figure 168. L’ensemble des paramètres converge vers une datation de ces petits ensembles funéraires entre la seconde moitié du viie et la fin du xie s. Il apparaît cependant que certains sont plus récents que les autres si l’on se réfère aux résultats du radiocarbone.

141Les sépultures du site de Simandres/La Plaine sont datées par A. Bouvier des viie-viiie s. et sont ainsi mises en relation avec les structures domestiques de la première occupation historique du site (Bouvier 2001a). La datation effectuée sur une sépulture de type indéterminé la place dans le dernier tiers de la période mérovingienne et dans la pleine époque carolingienne, avec une plus grande probabilité en faveur de la première. Les deux groupes funéraires livrent 4 tombes en fosse, généralement attestées, comme on l’a vu, à partir de la seconde moitié du viie s. Même si les nombreuses variantes de la tombe en fosse ne sont pour l’instant pas suffisamment définies pour envisager que’lles puissent traduire une évolution chronologique, la durée d’utilisation de ce type de tombe semble longue. D’ailleurs, la probabilité donnée par le radiocarbone pour que la date se situe aux viie-viiie s. n’exclut pas une datation en dehors de ces limites (69 %). Malgré cela, et bien que la tombe en fosse SP332 recoupe un puits dont le comblement comporte du matériel daté des viie-viiie s., l’hypothèse d’une contemporanéité des ensembles funéraires avec cet habitat semble relativement plausible. Dans le groupe non daté par le radiocarbone la présence de tombes en fosse, dont les propriétés intrinsèques ne diffèrent pratiquement pas du groupe ouest –SP332 a néanmoins un creusement de type anthropomorphe–, est compatible avec une contemporanéité des deux petits ensembles.

142Le site de Chabrillan / L’Hortal ne comprend que 2 tombes en fosse, tandis que les 4 autres sépultures identifiées sont des contenants de bois. Dans les nécropoles stratifiées, ces derniers sont systématiquement antérieurs aux tombes en fosse lorsqu’il s’agit de formes étroites, tandis que les coffrages plus larges sont rencontrés avant et après. On rappellera que, s’ils existent en grand nombre dans l’est de la France aux viie et viiie s., la typologie régionale place leur plus haute fréquence sur les deux siècles précédents. Toutefois, les sépultures de L’Hortal recoupent un remblai qui renferme des tessons des vie-viie s. L’ensemble des informations nous conduit alors à considérer la moins mauvaise probabilité de la date 14C (660-785 ap. J.-C.) comme étant corrélée de manière satisfaisante aux autres paramètres malgré son faible pourcentage (56 %). On remarque que la fourchette chronologique retenue est la même que celle proposée pour La Plaine, alors que pour un nombre sensiblement équivalent de sépultures (tabl. XLIII), les proportions entre les fosses rupestres et les coffrages sont inversées.

143Les sépultures de la zone 7 du site de Chabrillan / Saint-Martin, où les tombes en fosse constituent 94,5 % des modes d’inhumation identifiés, sont en revanche datées après le viiie s. par le radiocarbone. De même, les sépultures de Simandres Mont Moraud et Simandres / Les Estournelles offrent une datation plutôt basse, en particulier dans le dernier cas (début xie s.). La datation obtenue aux Estournelles, qui est proche de celles proposées dans le Lunellois (Colardelle et al. 1996 : 293), permet d’attester la contemporanéité des fosses domestiques et des sépultures. A Crest / Bourbousson (secteur sud), la sépulture choisie pour une datation par le radiocarbone est malheureusement atypique. La datation la situe sans ambiguïté dans la première moitié de l’époque carolingienne, soit avant la période à laquelle appartiennent les rares sépultures que nous avons citées en comparaison. Ce résultat, que nous retiendrons en l’absence d’autres arguments, n’est pas incompatible avec l’hypothèse d’une synchronie évoquée entre la zone artisanale, le fossé et l’ensemble funéraire autour du viiie s. Nous ne disposons que de l’identification typologique d’une sépulture pour dater l’occupation funéraire de Mondragon / Le Duc. Compte tenu des résultats obtenus sur une sépulture de même type à L’Hortal et des références bibliographiques dont on dispose, une datation comprise entre les vie et viiie s. peut être envisagée. On ne dispose pour le site d’Espeluche / Saint-Romain que de la typochronologie et de la date radiocarbone pour dater l’ensemble funéraire. Si la typologie des sépultures en présence caractérise toute la période du haut Moyen Âge, le squelette SR17 est daté des viie-viiie s. par le 14C. Ce résultat doit être relativisé par le caractère atypique de la sépulture choisie, son caractère exceptionnel ne permettant pas d’affirmer qu’elle est strictement contemporaine des autres tombes. Enfin, la zone 4 de Chabrillan / Saint-Martin, qui livre des monoxyles, est indiscutablement plus ancienne que la zone 7 puisqu’elle est antérieure au ixe s. Sa situation par rapport au fossé comblé au vie s., et l’emploi du monoxyle, plutôt propre à l’époque mérovingienne et à la première moitié de la période carolingienne, pourrait plaider pour une datation autour des viie-viiie s.

20.5.5 Synthèse

144Les ensembles funéraires de Saint-Martin (zone 4), La Plaine, Bourbousson, Saint-Romain et L’Hortal ont fonctionné, d’après les données dont on dispose, autour des viie-viiie s. Les sépultures datées des trois autres ensembles (Saint-Martin : zone 7, Les Estournelles et Mont Moraud) semblent par contre plus récentes et se situent entre les ixe et xie s.

145Le premier constat est que ces ensembles ne diffèrent pas selon qu’ils sont supposés appartenir à une phase chronologique ou à une autre, ni dans leur situation topographique –limites de parcelles, de l’habitat– ni dans la typologie des sépultures rencontrées. Toutefois, tant par l’analyse radiocarbone, effectuée au mieux sur un seul squelette par ensemble, que par le contexte stratigraphique, nous n’approchons qu’un moment de leur fonctionnement, et il n’est pas exclu que certains des groupes les plus importants aient eu une durée d’utilisation qui comprenne l’ensemble du haut Moyen Âge. Seuls l’absence de recoupement entre les sépultures –confirmée par l’absence d’ossements erratiques dans le remblaiement des fosses– et le faible effectif de certains plaident en faveur d’une courte durée, ce qui pourrait paraître assez logique dans le cas où l’on n’a que 2 sépultures. Même le site de Simandres / Les Estournelles alimente cette évidence, car si la sépulture rupestre SE1 a détruit une partie du squelette précédent, le fait qu’elle se surimpose exactement à la sépulture sous-jacente est incompatible avec une importante lacune chronologique entre les deux événements.

146Le deuxième constat est celui d’une relative synchronie entre les ensembles funéraires et les structures d’habitat situées à proximité. C’est le cas à Simandres/Les Estournelles, La Plaine et Crest/Bourbousson. La contemporanéité des sépultures et de la bergerie n’est toutefois pas prouvée à Chabrillan / L’Hortal, tandis que les autres sites n’offrent aucune trace de structures domestiques du haut Moyen Âge. On note que ce phénomène concerne les plus petits groupes, les ensembles d’Espeluche/Saint-Romain et de Chabrillan/ Saint-Martin (secteur 7) se situant visiblement à une certaine distance des zones domestiques auxquelles ils sont théoriquement associés. L’absence de structure contemporaine aux alentours des sépultures de Simandres / Mont Moraud et de Mondragon / Le Duc pourrait être due aux limites mêmes de l’investigation de surface, du fait que les petits groupements funéraires apparaissent situés aux confins de l’habitat.

147Concernant la typologie, nos résultats soulèvent un certain nombre de questions, d’autant plus que les sites ruraux stratifiés sont rares et qu’assez peu d’ensembles régionaux ont fait l’objet d’une approche archéo-anthropologique. La datation absolue réalisée à Chabrillan / L’Hortal indiquerait la présence de coffrages de planches dans notre région au viiie s., à l’instar de ce que l’on rencontre dans le nord et dans l’est. Leur rareté, jusque-là attestée après le viie s. dans le sud-est (fig. 168c), pourrait bel et bien avoir pour origine une insuffisance dans l’interprétation, et il paraît important à l’avenir d’effectuer un maximum de datations sur les sépultures reconnues comme étant de ce type. La même remarque peut être émise à propos des monoxyles. S’ils sont indiscutablement fréquents au vie s. et qu’ils se trouvent systématiquement en base de stratigraphie dans les sites stratifiés, on les rencontre également au viie s. voire au viiie s. dans le nord et dans l’est, ce qui serait le cas dans les ensembles présentés ici (fig. 168). Nos séries montrent que, pour le Moyen Âge, les tombes en fosse semblent être utilisées dans la moyenne vallée du Rhône sur une assez longue période, globalement équivalente à celle des tombes rupestres stricto sensu (du viiie au xiie s. : Kerourio 1976). On remarque qu’elles sont très nombreuses à Saint-Martin où la sépulture datée par le radiocarbone indique que l’ensemble funéraire fonctionnait aux xe-xie s. Il s’agit également du type de tombe rencontré aux Estournelles et à Mont Moraud, pour lesquels les dates sont les plus tardives ; si ces sépultures sont fréquentes, dans notre région, autour du viie s., elles sembleraient prendre de l’ampleur autour du xe s. Correspondent-elles à une mode qui privilégie la simplicité de la sépulture, qui prend justement source dans le courant du viie s. (Treffort 1996a : 73) ? On constatera que ce type de tombe fait l’objet d’une des rares mentions que nous livre la littérature sur l’architecture funéraire à la fin du xe s. (Gérard, vie de Saint-Ulrich, 983-993 ap. J.-C., cité par Treffort 1996a : 75).

20.6 Le recrutement des ensembles funéraires

20.6.1 Étude de la répartition par sexe et par âge

20.6.1.1 Estimation du sexe des adultes

148L’obtention des données nécessaires à l’estimation du sexe et de l’âge au décès est soumise à l’état de conservation des ossements.

149À Chabrillan / Saint-Martin, le sexe a pu être estimé sur tous les adultes de la série, et la répartition des hommes et des femmes, proche de 50 % (21 hommes et 18 femmes) est normale (tabl. XLVI). Les 17 adultes d’Espeluche / Saint-Romain se divisent en 10 hommes et 6 femmes (1 reste indéterminé), ce qui correspond là encore à une répartition non statistiquement différente de 50/50 (x2 ; p = 48 %), (tabl. XLVII). En revanche, l’ensemble de Chabrillan / L’Hortal comprend 6 adultes dont 5 femmes –le sixième, représenté par une seule mandibule, restant indéterminé. Mais là non plus, la différence avec une répartition 50/50 n’est pas significative, le donnant une probabilité de 8 % pour 5 femmes et 0 homme, et de 23 % pour 5 femmes et 1 homme –si la mandibule est masculine. L’ensemble de 5 individus, situé dans la partie sud de Crest / Bourbousson, n’est composé que d’enfants. Le squelette CB63 isolé contre le bâtiment du iiie s. est celui d’un adulte masculin, tandis que dans le groupe des quatre adultes inhumés dans la partie nord du site, seuls 2 squelettes permettent d’estimer le sexe (1 femme, 1 homme). Enfin, 1 adulte sur 2 de Mondragon / Le Duc fournit les indices nécessaires à l’estimation du sexe : il s’agit d’une femme. L’adulte SE1 des Estournelles est féminin, ainsi que les 2 adultes de Mont Moraud, tandis que la série de La Plaine compte 3 hommes et 1 femme (2 hommes et 1 femme dans la zone est, et 1 homme dans le secteur ouest). Le squelette 4 du secteur ouest de La Plaine n’a pu être examiné, la totalité des ossements ayant été détruite pour la datation 14C.

20.6.1 .2 Estimation de l’âge au décès

Les adultes

150L’âge individuel au décès ne pouvant pas être estimé avec suffisamment de précision pour les adultes, on raisonne sur la structure par âge de la population, obtenue par un calcul de probabilités (Masser 1982). L’ensemble de Chabrillan / Saint-Martin (zone 7), qui se compose de 35 adultes, a un effectif satisfaisant pour que nous utilisions cette méthode (tabl. XLVI). Toutefois, dans 8 cas, les sutures crâniennes n’ont pas pu être lues, soit parce que le bloc crânio-facial est absent, soit parce que les sutures sont détruites. De ce fait, la structure par âge de la population a été calculée pour un total de 35 adultes, en ventilant les 8 indéterminés au prorata du nombre à partir duquel elle a réellement été calculée. Nous avons utilisé les sutures exocrâniennes, qui permettent de limiter la surreprésentation des classes les plus jeunes ; ce phénomène de rajeunissement des sutures endocrâniennes, dont les raisons restent obscures (dérive séculaire ?), a été confirmé dans notre série, puisque les calculs effectués à partir de la table endocrânienne, dont les résultats ne sont pas présentés ici, ont en effet donné une importante surreprésentation des classes jeunes (20-29/30-39 ans). La surreprésentation pourrait néanmoins malgré cela persister, dans la mesure où l’âge au décès estimé par le stade de maturation de la clavicule donne 3 individus dans la classe 20-29 ans (tabl. XLVI), contre 8 obtenus par les sutures exocrâniennes (méthode des vecteurs de probabilité). Les stades d’oblitération ont été calculés sexes réunis. À Espeluche / Saint-Romain, l’état de conservation médiocre des squelettes a permis d’évaluer le degré de synostose des sutures crâniennes de 6 individus seulement, ce qui constitue un nombre insuffisant pour calculer la structure par âge de la population ; par ailleurs, l’effectif total des adultes est de 15, également insuffisant. Le cas est identique pour les autres séries, dont les effectifs sont trop faibles (tabl. XLVII).

TABL. XLVI
Chabrillan / Saint-Martin : estimation du sexe et de l’âge au décès des adultes. Os coxaux : Bruzek 1991, Bruzek et al. 1996 ; sutures crâniennes : Masset 1982 ; sacrum ; Lovejoy et al. 1985a ; clavicule : Szilvàssy 1980. Age regr. estimation de l’âge par le calcul des régressions (Masset 1982) ; nv non vérifié ; / non observable.

TABL. XLVII
Estimation du sexe et de l’âge au décès des adultes et des grands adolescents. Os coxaux : Bruzek 1991, Bruzek et al. 1996 ; sutures crâniennes : Masset 1982 ; sacrum : Lovejoy et al. 1985a ; clavicule Szilvàssy 1980. Age regr. estimation de l’âge par le calcul des régressions (Masset 1982) ; / non observable.

  • 18 – Les régressions sont celles de l’âge moyen d’un individu en fonction du degré de synostose de ses (...)

151Nous avons alors estimé l’âge individuel au décès, par la méthode mise au point par C. Masset, fondée sur des équations de régressions polynomiales du second degré18 à partir du degré d’oblitération des sutures crâniennes (tables endo- et exocrâniennes). Elles permettent d’obtenir l’âge moyen minimum possible et l’âge moyen maximum possible (tabl. XLVII, XLVIII). L’examen de la surface auriculaire de l’os coxal (Lovejoy et al. 1985a) et celui de l’extrémité sternale de la clavicule (Szilvàssy 1980) ont également été considérés à titre indicatif. La courbe de mortalité obtenue à Saint-Martin, calculée avec l’ensemble de l’effectif (adultes et immatures), sera discutée plus loin.

TABL. XLVIII
Âge au décès des sujets biologiquement immatures. Âge dentaire : 1 Moorees et al. 1963, 2 Schour, Massler 1940 ; âge diaphysaire : 1 Sundick 1978, 2 Fazekas, Kosa 1978 ; maturation osseuse : Birkner 1980. L’âge au décès estimé en mois civils, mc indique qu’il s’agit de nourrissons et non de foetus morts in utero ; NV non vérifié ; / non observable.

Les immatures

152Tous les squelettes biologiquement immatures sauf un (SR18) présentent suffisamment d’éléments pour que l’on puisse estimer leur âge au décès. Leur nombre se répartit comme suit :

  • 10 proviennent de Chabrillan / Saint-Martin (zone 7) ;

  • 4 de Chabrillan / L’Hortal ;

  • 5 de Crest / Bourbousson (secteur sud) ;

  • 16 d’Espeluche / Saint-Romain ;

  • 3 de Simandres / La Plaine ;

  • 1 de Simandres / Les Estournelles.

TABL. XLIX
Quotient de mortalité et nombre réel des décès pour les sites de Saint-Martin et Saint-Romain.

153Les résultats sont synthétisés dans le tableau XLVIII. Les problèmes méthodologiques, énoncés en introduction à ce travail, font que certains individus peuvent appartenir à deux classes d’âge successives.

20.6.1.3 Distribution par âge et par sexe de la population inhumée

154La zone sud de Bourbousson ne renferme que 5 individus immatures décédés entre 0 et 14 ans. À Saint-Martin (zone 4), Le Duc, Bourbousson nord et Mont Moraud n’ont été inhumés que des adultes, dont l’effectif varie entre 2 et 4. Tous les petits groupes n’ont cependant pas un recrutement spécialisé suivant l’âge au décès, puisqu’aux Estournelles on trouve une femme et un enfant et qu’à L’Hortal 4 individus sur 10 sont immatures. Dans ce dernier ensemble, 5 adultes sur 6 sont féminins (le septième est indéterminé), et il n’existe aucun enfant dans les classes 0 et 5-9 ans. À La Plaine, les enfants et les adultes sont mélangés dans les deux secteurs (2 immatures sur 4 à l’ouest et 1 adolescent sur 4 à l’est) tandis qu’il n’existe qu’une seule femme (à l’est). Les deux grands ensembles, qui sont analysés plus précisément ci-dessous, renferment également des enfants et des adultes des deux sexes.

155Aucun caractère systématique n’est donc rencontré, les groupes « spécialisés », constitués d’un trop faible effectif pour être significatifs, coexistant avec des groupes dont le recrutement est plus large.

20.6.1.4 Mise en évidence des anomalies démographiques dans les plus grandes séries

156Le principe de conformité, défini en introduction (Sellier 1996), a été appliqué sur les résultats obtenus dans chaque série (tabl. XLIX). Les différentes possibilités sont de 2N-1, mais nous ne présentons pour chacun des ensembles que la combinaison retenue en fonction de la meilleure adéquation des quotients de mortalité et des indices de juvénilité à ceux d’une population théorique à schéma de mortalité archaïque. La table de mortalité n’a pu être calculée que pour les séries dont l’effectif total est suffisant, à savoir supérieur ou égal à trente sujets. C’est pourquoi la répartition par âge des petits ensembles est exprimée en nombre d’individus par classe d’âges et non en quotients.

Chabrillan / Saint-Martin

157Dans la combinaison retenue, les valeurs des indices D(5-14)/ D(20-+) (0,08) et D(5-9)/D(5-14) (2) restent excessivement faibles, et seule la deuxième se trouve dans les limites admises –le premier doit être compris entre 0,1 et 0,3 et le deuxième entre 2 et 4.

  • 19 – aqx : x est l’entrée dans la classe d’âge, a est la durée de la classe d’âge ; par exemple, 15q0  (...)

158Les quotients19 15q0 et 20q0 sont de 178 ‰ et de 222 ‰, alors que dans une population préjennérienne, ils devraient s’élever en moyenne à 350-500 ‰ pour le premier et 450-600 ‰ pour le deuxième (Acsàdi, Nemeskeri 1970 ; Sellier 1996). Un résultat comme 15q0 = 178 ‰ se situe bien en dessous de la limite minimale de variation –qui est de 318,67 ‰ pour une espérance de vie à la naissance de 30 ans par exemple–, et correspond à une espérance de vie à la naissance située entre 40 et 45 ans. En revanche, la valeur du quotient 1q0 de 44 ‰ correspond à une espérance de vie à la naissance de 66 ans. Non seulement les valeurs de 15q0 et de 1q0 s’opposent, mais elles sont peu plausibles dans une population du haut Moyen Âge, aucune population préjennérienne connue n’ayant une espérance de vie à la naissance inférieure à 20 ans ou supérieure à 40 ans. De plus, si l’on compare les quotients des classes suivantes avec ceux d’une population où l’espérance de vie à la naissance est comprise dans cet intervalle, ils paraissent tout à fait acceptables et sont donc en contradiction avec les résultats obtenus sur les deux premières classes. Nous avons alors plus précisément comparé l’ensemble de la population adulte et immature à des courbes de référence où l’espérance de vie à la naissance est de 20 et de 30 ans (fig. 169). Les anomalies touchent nettement les deux premières classes immatures (0 et 1-4 ans) qui sont sous-représentées, alors que les valeurs des trois suivantes entrent dans l’intervalle de variation des populations de référence choisies. Les résultats obtenus sur les adultes sont relativement acceptables, même sur les classes les plus jeunes.

FIG. 169
Courbe de mortalité de Saint-Martin comparée à celles de deux populations de référence (N = 45).

159Il n’est pas possible d’essayer de corriger les anomalies par la méthode des estimateurs démographiques (Bocquet-Appel, Masset 1977), la série ne remplissant pas les conditions requises (Sellier 1996), puisque la valeur du rapport D(5-14)/ D(20-+) n’atteint pas 0,1 et que l’effectif total est inférieur à 50 sujets. On retiendra alors que la population adulte de Saint-Martin se différencie d’une répartition théorique donnée par les tables types (Ledermann 1969), puisqu’elle présente un important déficit de jeunes enfants.

Espeluche / Saint-Romain

160Les quotients ont été calculés pour les classes d’âge immatures sur la base de l’effectif de la population totale. L’enfant dont l’âge au décès ne peut être estimé (SP28) a été ventilé sur la classe la plus jeune (0 an) selon le principe de conformité. Les valeurs obtenues pour 15q0 (467 ‰) et 20q0 (500 ‰) entrent dans les limites de variation admises pour les sociétés préjennériennes bien que la seconde reste faible. Ainsi, contrairement à Saint-Martin, l’équilibre entre les populations adulte et immature est respecté. En revanche, la distribution des individus entre les différentes classes d’âge n’est pas normale puisque la plus jeune est nettement sous-représentée (fig. 170) : le quotient 1q0 correspond à une espérance de vie à la naissance proche de 50 ans tandis que les valeurs suivantes sont conformes à celles que l’on rencontre dans des populations dont l’espérance de vie est de 20 et de 30 ans. La structure par âge de la population adulte n’a pu être calculée en raison du petit effectif disponible (N = 10). l’estimation de l’âge individuel au décès des adultes témoigne de la présence d’adultes âgés puisque 3 peuvent avoir dépassé 60 ans. Deux sujets sont décédés entre 20 et 29 ans.

FIG. 170
Courbe de mortalité des classes d’âge immatures de Saint-Romain comparée à celles de deux populations de référence.

20.6.1.5 Conclusion

161Dans la mesure où le principe de minimalisation des anomalies démographiques a été appliqué sur les valeurs brutes de notre série, les biais observés, à savoir la sous-représentation des deux premières classes d’âge à Saint-Martin et de la première à Saint-Romain, correspondent à la réalité de ces ensembles funéraires et non pas aux défauts des méthodes d’estimation. Ce phénomène, fréquemment observé, relève soit d’une réalité archéologique –destruction préférentielle des tombes des jeunes enfants– soit d’une réalité sociale –les inhumés ont fait l’objet d’un tri et les très jeunes enfants sont généralement enterrés ailleurs. L’hypothèse d’une destruction que l’on explique généralement par le fait que les enfants, à cause de leur petite taille, sont inhumés moins profondément que les adultes, ne peut être démontrée dans nos séries. En effet, la profondeur conservée, relativement importante, des fosses, et l’absence de recoupement entre les sépultures ou celle d’ossements erratiques dans les couches décapées nous privent d’arguments pour l’étayer. Toutefois, un article récent met en avant des problèmes de conservation dus aux caractéristiques intrinsèques et mystérieuses des os des nourrissons (Guy et al. 1997). Or, si cette raison peut être invoquée dans le cas de Saint-Romain où le déficit porte sur cette classe d’âges, elle ne concernerait pas Saint-Martin où il englobe la suivante. Si l’on retient la proposition d’une sélection, on remarque qu’elle ne s’effectue pas sur les mêmes classes d’âge dans les deux ensembles funéraires, le déficit observé à Saint-Romain restant faible puisqu’il ne s’exprime que dans le cadre d’une population dont l’espérance de vie à la naissance serait de 20 ans.

162Le petit effectif qui caractérise les autres groupes funéraires ne permet pas de discuter la distribution par âge des immatures. En tout cas, ces groupes ne sont pas constitués uniquement des classes d’âge manquantes dans les grands ensembles, puisque seul un individu décédé avant un an en est issu (Bourbousson), et que les enfants décédés entre 1 et 4 ans ne sont pas particulièrement nombreux. Les résultats obtenus sur ces petits groupes peuvent ainsi correspondre à un échantillon aléatoire d’une population naturelle, si l’on admet qu’il s’agit d’occupations ponctuelles de courte durée.

20.6.2 L’état sanitaire : l’exemple des hypoplasies linéaires de l’émail dentaire

163Le pourcentage d’hypoplasies linéaires de l’émail dentaire (HLÉD) est généralement élevé dans les populations médiévales (70 à 90 %), comme nous l’avons rappelé et montré dans l’étude de l’ensemble funéraire de Beaume (cf. chap. 2). Nous avons pu remarquer à plusieurs reprises que les fréquences chutent de façon notable si l’on évacue du comptage les traces superficielles. Dans la mesure où ces dernières peuvent être confondues avec des traces d’un autre type –les périkymaties notamment, qui ne témoignent pas de troubles mais sont les marques normales de la croissance dentaire–, nous avons choisi ici de relever uniquement les stries profondes ou celles qui se présentent sur toute la largeur de la face vestibulaire de la dent.

164Les 3 ensembles funéraires qui ne comportent que 2 sujets chacun (Le Duc, Mont Moraud, Les Estournelles) n’ont pas été pris en compte ; les résultats obtenus à Bourbousson et dans le secteur 4 de Saint-Martin où seuls 3 individus pouvaient être utilisés sur chaque site, ne sont pas considérés dans la discussion. Seul le nombre de traces par dent a été enregistré, et leur hauteur par rapport au collet n’a pas été mesurée. Nous ne raisonnerons donc pas sur l’âge auquel ces stress se sont produits. Dans chaque série, certains squelettes n’ont pas fourni les éléments nécessaires à ce type d’observation, soit parce que les dents permanentes étaient absentes, soit parce que l’usure était trop importante, soit parce que la présence de tartre ou celle de grosses caries occultaient la lecture. Les résultats sont présentés dans le tableau L.

TABl. L
Hypoplasies linéaires de l’émail dentaire (HLÉD). ND nombre de dents observées ; HP nombre d’hypoplasies sur nombre de dents ; / absence de dents permanentes, usure ou présence de tartre occultant la lecture.

165À Saint-Martin, 34 squelettes sur 42 ont pu être examinés, et 16 d’entre eux présentent des HLÉD. À Saint-Romain, la moitié seulement de la série a pu faire l’objet de cette recherche. On note 4 individus sur 15 seulement qui sont porteurs de ce type de traces. 7 squelettes sur 10 ont pu être utilisés à L’Hortal, et 5 sont concernés par une atteinte. Enfin, les dents de 5 individus sur 9 étaient observables à La Plaine, et 2 squelettes provenant du secteur est portent des HLÉD.

166Les résultats obtenus se situent bien en dessous des pourcentages observés dans les séries où toutes les marques sont prises en compte ; dans chacun des ensembles présentés, le nombre de sujets dépourvus d’HLÉD est supérieur au nombre de sujets atteints, ces derniers ne représentant que 27 % des squelettes examinés à Saint-Romain et 47 % à Saint-Martin. Il convient bien sûr de pondérer ces résultats par le nombre d’individus de chaque série, puis par le nombre de traces reconnues par rapport au nombre de dents conservées. La comparaison des quatre séries retenues montre alors que les squelettes de Saint-Martin et de Saint-Romain présentent moins d’HLÉD que les autres (fig. 171). Les individus porteurs de moins de 30 % d’atteintes –par rapport au nombre de dents observées– y sont en effet plus nombreux, tandis que dans les deux autres séries, les traces varient entre 11 et 50 %. Un seul squelette issu de Saint-Martin possède des HLÉD sur toutes ses dents, mais le nombre observable de ces dernières étant de 4 seulement, la valeur de cette observation doit être nuancée. Deux squelettes sont porteurs de deux stries par dent chacun, mais là encore une seule dent est concernée (tabl. L).

FIG. 171
Pourcentage d’hypoplasies par rapport au nombre d’individus examinés.

167L’interprétation de ces résultats reste délicate, compte tenu des écarts importants qui existent entre les effectifs des différents ensembles. Nous considérons que ceux de Saint-Romain et Saint-Martin sont mieux à même d’être discutés, et qu’ils constituent la norme du fait que l’observation est effectuée sur un plus grand nombre de squelettes que dans les autres. La présence de sujets atteints dans le seul secteur est à La Plaine ne peut pas être interprétée, les effectifs étant trop faibles de part et d’autre pour que les résultats soient significatifs. Le pourcentage de sujets concernés, et celui d’atteintes selon le nombre de dents observables de chaque sujet restent relativement faibles, parce que nous n’avons considéré que les marques ne pouvant être confondues avec un autre phénomène. Les valeurs restant alors très en dessous de celles que l’on rencontre lorsque l’on n’établit aucune distinction, on peut dire que les séries examinées ici ne témoignent pas, par le biais des HLÉD, d’un état sanitaire particulièrement déplorable.

20.7 Interprétation des ensembles funéraires

20.7.1 Caractérisation des ensembles funéraires isolés

20.7.1.1 Contexte topographique

168On a vu que seuls les sites de Crest/Bourbousson, Simandres/ La Plaine et Simandres / Les Estournelles livrent des vestiges contemporains des espaces funéraires. Il convenait, dans le cadre de la problématique retenue, d’élargir notre recherche, et de déterminer la place de ces ensembles dans l’occupation du haut Moyen Âge du territoire dans lequel ils s’inscrivent (cf. annexe 3).

169Une occupation de la fin du haut Moyen Âge a été fouillée à 500 m à l’est du site de Simandres / La Plaine (Simandres / Les Gordes). Dans un rayon de 4 km autour de ces sites, trois habitats ont été étudiés (Communay / La Garde, Communay / Charvas, Simandres / Fontaine : Bouvier 2001a). Sur le site de Communay / Charvas ont été trouvées 2 sépultures datées des viieviiie s., contemporaines de la première occupation domestique, situées en bordure d’un fossé. Enfin, un ensemble funéraire utilisé depuis le ive s. jusqu’au haut Moyen Âge, et dont l’édifice religieux, s’il existe, a échappé à l’emprise fouillée, se développe sur les ruines d’une villa romaine (site de Marenne / Saint-Fréjus : Blaizot 1993). À une distance de 60 m à l’ouest de cet ensemble, se trouve un petit groupe de 6 sépultures. Il renferme 3 adultes et 3 enfants, tous inhumés dans des tombes en fosse, type de tombe également relevé dans la nécropole située à proximité. Les structures domestiques du haut Moyen Âge les plus proches sont celles de Simandres / Fontaine (ixe-xie s.), qui se trouvent à 500 m au sud-ouest (Bouvier 1996)

170Les sépultures exhumées à Simandres / La Plaine sont placées très près des structures domestiques. Ces dernières caractérisent une activité domestico-agricole, la situation de l’habitat même restant inconnue. D’après les comparaisons que l’on peut effectuer avec d’autres sites de même nature, il semblerait que les structures agricoles se développent en marge de l’habitat, ce qui implique que les sépultures s’installent en périphérie de ce dernier, comme l’illustre le site de Rillieux-la-Pape / Les Balmes (Marchianti 2001). Le même schéma peut être proposé pour le site de Simandres / Les Estournelles où les sépultures ne sont pas très éloignées des fosses domestiques, dont elles ne sont séparées de plus par aucun fossé.

171Il n’existe pas de mention manuscrite du site de Chabrillan/ Saint-Martin qui soit antérieure au xive s. ; les textes font référence à une chapelle et à un prieuré de bénédictins (xve s.). Les recherches en archives, conjuguées aux résultats des fouilles archéologiques, tendent à montrer que, dans les siècles qui suivirent l’occupation romaine, une église nommée Saint-Martin fut fondée à l’écart du village actuel, manifestement à l’emplacement de la parcelle circulaire figurée sur le cadastre de 1812 (cf. chap. 5). L’hypothèse d’une fondation ancienne est apportée par la nature martyrologique du culte de saint Martin. Au milieu du xie s., est édifié un édifice religieux (Saint-Pierre) à l’est du bourg fortifié (actuel village de Chabrillan). Puis, dans le courant du xie s., un château est construit au sommet de la colline. À l’intérieur des remparts, se développe un habitat qui dure encore aujourd’hui, et une chapelle (Saint-Julien), édifiée à la même période, devient paroissiale. Il semblerait que par la suite seul le bourg castral ait subsisté. Aucun indice ne permet d’envisager une relation entre les ensembles funéraires exhumés sur le site et le lieu de culte Saint-Martin ; non seulement les sépultures sont situées à l’écart de tout édifice religieux, mais on ignore la date exacte de la création de la chapelle Saint-Martin. L’ensemble funéraire se développe en bordure ouest d’un fossé (D) qui appartient au parcellaire augustéen. Ce fossé devait probablement encore marquer le paysage du haut Moyen Âge puisqu’il s’agit de la seule délimitation visible de cet espace (fig. 141). Le fossé circulaire B, qui recoupe des sépultures, semble délimiter l’habitat du Moyen Âge classique (cf. chap. 5).

172La commune d’Espeluche / Saint-Romain n’a fourni aucun vestige archéologique en dehors du site, à part une motte distante d’environ 1 km. Il n’existe pas d’indice archéologique d’une contrainte matérielle de l’ensemble funéraire, bien que les fosses réparties sur sa périphérie nord-est dessinent un effet de délimitation linéaire (SR17, SR12, SR18, SR8, SR9, SR16). L’hypothèse d’une « palissade » ou d’une haie, bornant l’extension de la nécropole au nord-est, peut être envisagée, en dépit de l’absence de traces. La limite sud-ouest présente, en revanche, une organisation beaucoup plus chaotique, avec des fosses orientées de manière légèrement divergentes (SR1, SRI 5, SR25) ; 2 sépultures sont isolées du groupe et orientées différemment (SR20 et SR27).

173La recherche en archives effectuée autour de Chabrillan / L’Hortal n’a livré aucune information bien que le toponyme Hortus puisse être médiéval. En 1970, la construction d’un gazoduc a perturbé une nécropole de « sarcophages » au nord du hameau qui jouxte le site, dont la date –époque romaine ou haut Moyen Âge– est inconnue. L’emprise fouillée à Chabrillan / L’Hortal n’a livré que des vestiges disparates d’époques diverses, dont aucun ne peut être mis en relation de manière certaine avec les sépultures.

174Sur les sites de Chabrillan / Saint-Martin (zone 4), Crest / Bourbousson, et Mondragon / Le Duc, les petits groupes de sépultures se trouvent aux abords d’un fossé. Le même phénomène caractérise la zone 7 de Chabrillan / Saint-Martin. Certains sont d’origine antique, mais il est probable qu’ils marquent encore le parcellaire, souvent inchangé au début du haut Moyen Âge. Ces fossés concourent vraisemblablement à l’organisation de l’espace occupé, comme paraît en témoigner l’exemple de Crest / Bourbousson. Dans ce dernier, la structuration de l’espace est marquée par un fossé qui sépare l’ensemble funéraire d’une zone d’activité artisanale du haut Moyen Âge. Les sites de Mondragon / Le Duc et de Chabrillan / Saint-Martin (zone 4) ne fournissent en revanche aucun vestige du haut Moyen Âge dans l’emprise décapée ; si à Mondragon / Le Duc, il n’est pas exclu que l’occupation historique soit détruite par l’érosion, elle peut également se situer, comme c’est probablement le cas à Chabrillan / Saint-Martin, en dehors de l’emprise fouillée. Les 3 sépultures de la zone 4, situées en bordure d’un fossé dont le comblement est daté du vie s., s’installent aux viie-viiie s. Les limites de cet ensemble sont connues au nord et à l’est, mais rien ne démontre que ces sépultures appartiennent à un ensemble funéraire plus important qui se développerait au sud. En effet, au sud comme à l’ouest, le décapage conduit sur 10 et 4 m, n’a livré aucune fosse. De plus, l’absence de sépulture transgressant le fossé semblerait indiquer que celui-ci perdure comme limite, même après son comblement. En raison de la présence résiduelle d’un double mur, dont les techniques de construction indiquent qu’il est postérieur aux derniers vestiges de l’époque romaine datés de la fin des iie-iiies., les archéologues ont émis l’hypothèse d’une fonction défensive pour l’ensemble formé par le fossé et le double mur (Martin 2002). Mais si le fossé constitue encore aux viie-viiie s. un élément structurant du paysage, il peut avoir eu une fonction différente à ce moment-là, en marquant, par exemple, les limites d’un habitat, contemporain de ces 3 sépultures. Cette hypothèse s’appuie sur la seule présence de ces 3 sépultures en bordure du fossé, qui rappelle le schéma observé à Crest / Bourbousson.

175Les quelques vestiges repérés autour du site de Mondragon / Le Duc consistent surtout en trouvailles anciennes fortuites dans le nord de la commune. Les opérations effectuées dans le cadre des travaux du TGV constituent, pour l’instant, les seules évaluations raisonnées conduites dans ce secteur. Là encore, aucune occupation du haut Moyen Âge n’a été mise en évidence au cours des prospections. Des tessons erratiques, attribués à l’Antiquité et au bas Moyen Âge, ramassés 300 m au nord du site, sont les seuls témoins d’une présence humaine à l’époque historique. Toutefois, environ à la même distance au sud, sur le site de Mondragon / Les Ribauds, a été trouvée une structure de cuisson datée des viie-viiie s., isolée de tout contexte dans le cadre de l’emprise de la fouille (cf. chap. 9). Sur le site, les fossés sont les seuls vestiges contemporains des tombes ; une sépulture est orientée sur un réseau de fossés qui fonctionne jusqu’à l’époque médiévale, tandis que l’autre s’aligne sur un fossé non daté.

176L’ensemble de squelettes exhumé à Crest/Bourbousson 1 (CB49 : fig. 172) est installé en bordure d’un fossé médiéval, dont la contemporanéité n’est toutefois pas assurée. S’il s’agit de sépultures primaires, ce groupe est étonnant dans la mesure où il paraîtrait alors indiquer une gestion sévère de l’espace, dans une zone apparemment vide. Les dépôts successifs se font, certes, suivant des orientations complètement différentes, mais tous se recoupent franchement, comme si l’espace disponible avait été exigu. Peut-être cela signifie-t-il que le lieu de dépôt était strictement délimité. Le même phénomène a été observé sur des sites de Seine-et-Marne (Sertis / Les Ruelle et Chessy / Bois de Paris où 4 squelettes sont empilés : Danion 1994).

FIG. 172
Crest / Bourbousson : sépulture CB49.

177Ainsi, les tout petits groupes semblent s’implanter à la périphérie de l’occupation, voire de l’habitat, selon le schéma reconnu par ailleurs (site de Sertis / Les Ruelles : Peytremann 1995 : 12 ; Buchez 1995 : 112). Certains s’installent en bordure des fossés, d’autres semblent plus imbriqués dans l’espace domestique tout en privilégiant ses marges. L’imbrication domestique/funéraire n’est pas plus marquée dans les ensembles les plus récents, puisqu’on l’observe à la fois sur les sites de Simandres / Les Estournelles (xe-xie) et Simandres / La Plaine (viie-ixe). D’autres ensembles, provenant de régions différentes, s’organisent de la même manière ; par exemple, dans le Haut-Rhin, sur le site d’Ensisheim / Les Octrois, où 5 sépultures s’égrènent le long d’un chemin carolingien qui sépare deux zones domestiques (Schweitzer 1984 : 50-51). De même, sur les sites de Sertis (Seine-et-Marne), et de Villiers-le-Sec (Val-d’Oise), les groupes isolés de sépultures s’implantent en bordure des manses aux abords des chemins ou des fossés (Guadagnin 1988 : 170 ; Foucray, Gentili 1995). C’est le cas également à Bussy-Saint-Georges, en Seine-et-Marne (Buchez 1995 : 109) et à Déols (Indre) où la fouille d’un habitat structuré des viie-ixe s. a montré qu’un petit groupe de tombes était situé le long d’un fossé qui séparait deux zones domestiques (Fouillet 1999).

178Il reste impossible, dans les exemples étudiés, de situer ces ensembles isolés par rapport aux éléments structurants du terroir : édifices religieux, grandes nécropoles, cimetières paroissiaux. Seul l’exemple de Marenne/ Saint-Fréjus, utilisé ici en comparaison, témoigne de la coexistence topographique d’un petit espace funéraire et d’un grand ensemble « régulier ». Le cas est bien attesté sur des sites qui ont été extensivement décapés comme, par exemple, Sertis, Villers-le-Sec, ou Dassargues, dans le Gard (Garnotel, Raynaud 1996 : 147), et certains sont flanqués d’un édifice religieux.

179La nature des espaces domestiques en marge desquels les sépultures sont installées ne peut pas toujours être définie, lorsque les vestiges sont trop ténus comme aux Estournelles. À Simandres / La Plaine et à Crest / Bourbousson, il s’agit de zones d’activités spécialisées (agricoles, artisanales) ; c’est également le cas à Rillieux-la-Pape / Les Balmes où le site est interprété comme une espèce d’antenne entre les champs et l’habitat stricto sensu (Marchianti 2001). À Serris, les sépultures se trouvent dans les secteurs occupés par les silos et les fours. À Ensisheim / Les Octrois, les espaces domestiques associés aux sépultures répondent à des fonctions artisanales, collectives (cuisine, fours) ou économiques (Schweitzer 1984 : 92). Si à Chabrillan / L’Hortal la bergerie était contemporaine des sépultures –ce qui n’est pas démontré–, on aurait là encore une zone d’activité économique. Les sépultures ne sont donc pas situées à proximité des maisons d’habitation, mais dans les zones périphériques spécialisées.

20.7.1.2 Organisation interne des ensembles funéraires étudiés

180L’un des apports principaux de l’étude archéo-anthropologique a été de préciser quels éléments contribuent à identifier certaines sépultures carolingiennes en milieu rural, ces dernières étant encore largement mal connues.

181Les tombes utilisées par les individus qui fréquentent ces espaces funéraires isolés entrent globalement dans la typologie de référence régionale. Plus exactement, les types de sépulture identifiés dans ces séries s’inscrivent dans un contexte culturel défini ; en cela, les pratiques funéraires habituelles sont respectées et même dans les très petits groupes, ce qui permet de réfuter l’hypothèse de sépulture de « relégation », si l’on retient l’absence de traitement funéraire codifié comme critère d’identification. Seules les sépultures CH21 (Chabrillan / L’Hortal) et MD48 (Mondragon / Le Duc) s’écartent du modèle courant par les attitudes inhabituelles qui ont été celles des corps au moment du dépôt. Or, si l’on peut repérer les variations par rapport à la norme, il reste très difficile d’en apprécier la valeur ; il nous paraîtrait en tout cas audacieux d’y voir l’image d’un traitement escamoté. S’il existe des inhumations qui semblent se rapporter à des « sépultures de relégation » dans le haut Moyen Âge (Blondiaux et at 1991 ; Buchez 1995 ; Hanuliak 1997), aucun de nos exemples ne peut leur être assimilé.

182De même, l’hypothèse d’ensembles de catastrophe, parfois proposée pour définir ces petits groupes, ne trouve aucune argumentation dans nos exemples ; l’absence de dépôts simultanés, de sépultures véritablement atypiques, d’attitudes discordantes, tout comme l’allure de la courbe démographique des plus grands ensembles, qui n’est en aucun cas significative d’une mortalité soudaine touchant indistinctement l’ensemble des survivants (Castex, Friess 2001), nous paraissent constituer un faisceau d’éléments suffisamment caractéristiques d’une mortalité au rythme régulier.

183Les datations effectuées par le radiocarbone de quelques squelettes précisent la durée d’utilisation de certains types de tombe rencontrés. Ce qui frappe, et qui n’est très probablement pas le seul fait des ensembles isolés, est la diversité des types de tombe employés de façon contemporaine ; cette diversité apparaît d’autant plus flagrante dans les ensembles les plus petits, comme à Chabrillan / L’Hortal et à Crest / Bourbousson. Se pose pourtant la question de la durée d’utilisation de ces espaces funéraires, et cela même pour les tout petits groupes de 2, 5 ou 10 tombes. Celle-ci reste finalement inconnue, et l’hypothèse d’une courte durée n’est fondée que sur l’absence de recoupements entre les fosses sépulcrales et sur le faible effectif rencontré. Dans les ensembles plus grands, tels Espeluche / Saint-Romain et Chabrillan / Saint-Martin, la question d’une contemporanéité absolue entre toutes les sépultures ne peut être démontrée. Dans le premier en effet, 2 sépultures d’adultes se distinguent du groupe, à la fois par leur situation et par leur orientation (fig. 144). Il s’agit des sépultures SR20 et SR27, situées à l’écart au sud-ouest et orientées sur l’axe E-O, tandis que les autres se distribuent sur l’axe NO-SE. Dans les deux cas, ce sont des tombes en fosse, mais la sépulture SR27 contient un squelette dont les caractéristiques taphonomiques ne sont pas incompatibles avec une décomposition en espace colmaté. Si cela signifie que le corps a été immédiatement couvert de terre au moment du dépôt, on soulignera le caractère exceptionnel de ce mode d’inhumation, tant dans la série d’Espeluche / Saint-Romain que dans l’ensemble des sépultures étudiées ici. En effet, nous n’avons jamais rencontré de dépôts en pleine terre dans les séries antérieures à l’an mille que nous avons pu étudier par ailleurs (sauf cas exceptionnels), les exemples désignés comme tels s’avérant systématiquement relever d’une erreur d’interprétation. Cependant, l’interprétation de la sépulture SR27 n’est pas certifiée, puisque la morphologie des tombes en fosse en gouttière complique l’identification du milieu de décomposition (cf. chap. 2). La sépulture datée à Saint-Romain se situant dans les viie-viiie s., et les fosses anthropomorphes perdurant bien après l’an mille, il n’est en tout cas pas impossible que ces 2 sépultures au moins, puissent être postérieures aux autres.

184A Chabrillan / Saint-Martin, une partie de l’ensemble funéraire se caractérise par une disposition des fosses sur trois rangées globalement parallèles, alors que les autres sépultures se développent sur une seule rangée au nord et au sud de ce groupe (fig. 141). Certaines d’entre elles sont orientées un peu différemment (NO-SE), dont la sépulture SM7359 représentée par un monoxyle. Il s’agit du seul monoxyle de cet ensemble, observé en revanche dans 2 tombes sur 3 de la zone 4 et datées des viieviiie s. D’autre part, les sujets immatures sont principalement concentrés dans ce secteur, puisque les enfants et 2 subadultes se trouvent dans un espace compris entre la sépulture SM7049 au nord et l’extrémité sud de ce groupe. La répartition par sexe est homogène et les individus décédés avant 20 ans constituent 45 % des inhumés, ce qui est un assez bon score. Le regroupement d’individus sur le critère de l’âge au décès est couramment observé dans les ensembles funéraires du haut Moyen Âge, les jeunes enfants étant souvent placés ensemble dans un secteur choisi (Blaizot 1994 ; Castex 1994 ; Garnotel, Raynaud 1996 : 147 ; Henrion 1997 ; Niel 1997 ; etc.). Avons-nous ici un sous-ensemble contemporain de l’ensemble sépulcral ou alors un noyau plus ancien ? Mis à part le monoxyle, les autres sépultures sont du même type que celles des groupes situés au nord et au sud de celui-ci, mais on a vu que les mêmes types de tombe sont rencontrés dans les ensembles étudiés ici, entre le viie et le xie s. Afin de tester au moins l’hypothèse d’un sous-ensemble archéologique, puisqu’aucune nouvelle datation absolue n’a pu être entreprise dans le cadre de cette publication, nous avons étudié la répartition par âge de cet échantillon. Le rapport D(5-14)/D(20->), de 0,2, est meilleur ici que lorsque l’on utilise la totalité de la population inhumée, ce qui est normal puisque l’échantillon examiné comporte moins d’adultes ; le déficit persiste néanmoins parce que les valeurs de 15q0 et de 20q0 n’atteignent que 285 et 333 ‰, résultats bien en dessous de la variabilité de la mortalité préjennérienne. Le quotient entre 0 et 15 ans correspond à une espérance de vie à la naissance comprise entre 43 et 47 ans, avec laquelle seul le quotient entre 1 et 4 ans (95 ‰) est compatible. Mais un tel résultat est un peu excessif dans une population à schéma de mortalité archaïque. L’examen des quotients par classe d’âge montre que le déficit exprimé sur l’ensemble des classes inférieures à 20 ans ne touche que les deux premières catégories (1q0 = 48, 4q1 = 95) alors que dans les autres, les valeurs obtenues entrent dans les limites inférieure et supérieure de la variation pour une espérance de vie à la naissance de 20 ans (5q5 = 95, 5q10 = 47, 5q15 = 48). Il est clair que ces dernières valeurs ne sont pas formidables, puisqu’elles ne sont compatibles qu’avec une espérance de vie à la naissance de 20 ans, qui constitue la valeur la plus faible d’une population préjennérienne.

185Comment interpréter ces résultats ? Dans l’hypothèse d’un noyau plus ancien qui aurait comporté principalement des sujets immatures, les aberrations constatées dans l’effectif des différentes classes d’âge ne sont pas surprenantes en regard de la distribution par âge relevée dans les tout petits groupes isolés tels que Chabrillan / L’Hortal et Crest / Bourbousson. Si l’on considère qu’il s’agit d’une zone contemporaine des autres sépultures dont le recrutement est spécialisé en fonction de l’âge, la sous-représentation des enfants signifie qu’un grand nombre d’entre eux ont été inhumés ailleurs. Enfin, lorsque l’on envisage que le groupe central désigne un ensemble communautaire de type familial –et donc que la spécialisation porterait sur les adultes situés en périphérie–, le déficit en sujets immatures demeure puisque les deux premières classes d’âge comportent trop peu de sujets. En cela, cette hypothèse nous paraît la plus difficile à retenir.

  • 20 – Cependant, les résultats du X2 doivent être pondérés par la taille de l’échantillon, le résultat (...)

186D’autres sous-ensembles définis par l’organisation spatiale des sépultures peuvent être distingués à Chabrillan / Saint-Martin. Sur la rangée qui se développe sur l’axe N-S, les sépultures sont regroupées par petits lots de 3-4 à 8 unités, séparés par des espaces vides (fig. 141). Ces lacunes sont plus ou moins importantes, et peuvent correspondre à l’emplacement d’une (entre SM7049 et SM7050, entre SM7380 et SM7070), 2 (entre SM7066 et SM7164, entre SM7182 et SM7178), à 4 sépultures (entre SM12103 et SM7359). Même si le fossé B peut en avoir détruit une ou deux, les petits groupes ne sont pour la plupart « fabriqués » par aucune autre structure. Outre l’organisation en 3 rangées discutée ci-dessus, on peut remarquer que 2 sépultures, à l’extrémité nord, sont décalées à l’est de la rangée, et que la sépulture de l’extrémité sud du groupe central est située à distance d’un ensemble installé au sud, ces tombes constituant ainsi une petite entité à part. Chaque lot n’est caractérisé ni par un mode de recrutement spécifique fondé sur le sexe, ni par le mode d’inhumation. Tous comportent des femmes et des hommes et sont constitués de tombes en fosse. Des différences architecturales affectent toutefois la forme du creusement interne en plan et le mode de couverture (en dalles, en bois, mixte). Ces caractéristiques ne sont pas corrélées à l’âge ni au sexe des sujets, mais des types architecturaux strictement identiques se trouvent souvent côte à côte, comme SM7181 et SM7182 ou SM7338, SM7339, SM7342 pour le type 2, SM7173 et 7066 ou SM7339 et 7343 pour le type 3a, et encore SM7048 et SM7089 pour le type 3b. En revanche, les rares sépultures du type 1 sont plus disséminées. Il semblerait également que les couvertures mixtes et complètes de dalles soient plus fréquentes dans la moitié nord. Toutefois, la différence entre le nombre de tombes possédant ce type de couverture et celles dont le couvercle est en matériau organique n’est pas significative (% 2 : 1,0309, p = 30 %). Ces sous-ensembles peuvent avoir des raisons d’être diverses, comme celle de regrouper par exemple des sujets décédés autour de la même période, ce qui serait compatible avec la situation côte à côte de sépultures d’un même type. Ce phénomène pourrait alors rendre compte d’une mode ou alors de traditions indiquant des liens étroits entre certaines personnes, bien que des raisons sociales soient également des explications à invoquer. Nous avons alors recherché, afin de discuter les deux premières hypothèses, si la position des avant-bras, dont le choix peut relever de modes ou de traditions « familiales », était homogène dans chaque lot ou identique dans des sépultures placées côte à côte ; or, les trois grandes positions définies (haute, basse et mixte) sont présentes indistinctement dans tous les sous-ensembles, ce qui n’est pas étonnant puisque les diverses attitudes sont corrélées au sexe et à l’âge dans cette série. Par ailleurs, on ne trouve que deux cas où les individus juxtaposés ont une position identique des avant-bras. Ce critère ne répond donc pas à la question posée. Le regroupement d’individus en fonction de leur statut reste difficile à démontrer, bien que l’on puisse postuler que les conditions de vie sont meilleures dans une population favorisée. La distribution spatiale des individus porteurs de HLÉD a donc été examinée dans le groupe du sud, le groupe central, et les sépultures situées au nord de ce dernier. La valeur du x2 0,014, indique que les échantillons ne diffèrent pas significativement entre eux (p = 90 %) : la répartition des sujets portant des HLÉD serait donc la même dans chaque secteur20. Ainsi, nous ne pouvons pas interpréter la raison de ces petits groupements, si ceux-ci ne sont pas dus au hasard.

187À Espeluche / Saint-Romain, la répartition spatiale des deux types de tombes les plus fréquents (tombes en fosse et contenant) ne montre pas de regroupement spécifique car, même si les coffrages semblent plus courants dans la moitié sud-est de l’ensemble funéraire, le grand nombre d’indéterminés n’autorise pas à tester le caractère significatif de ce phénomène. La sépulture SR17, qui peut sembler exceptionnelle par son architecture, n’occupe pas un emplacement privilégié, elle se situe seulement en limite de l’ensemble funéraire. L’attribution d’un certain type de tombe à une classe d’âge ou à un sexe particulier ne peut pas non plus, pour les mêmes raisons, être établie avec certitude. Il semblerait que les coffrages soient plus volontiers dévolus aux enfants (5 contre 2 adultes) tandis que les tombes en fosse auraient accueilli de préférence les grands adolescents et les adultes (8 contre 3 immatures). La distribution par sexe et par âge des individus ne témoigne pas particulièrement d’un regroupement des enfants dans un secteur de l’espace funéraire. Les enfants, même ceux qui appartiennent aux deux premières classes d’âge sous-représentées, se retrouvent sur toute la surface. Inversement, on peut remarquer qu’il existe une concentration d’adultes masculins et de grands adolescents à la périphérie sud-est de l’ensemble funéraire (SR21, SR30, SR22, SR23, SR24, SR26, SR25) avec 6 hommes sur les 10 retenus dans la série (dont 2 jeunes : SR21 et SR26) et 3 des 4 grands adolescents.

188L’organisation des cimetières ne réfléchit pas l’image exhaustive de la société vivante, comme le démontrent depuis quelques années les études raisonnées des ensembles funéraires. En effet, les pratiques culturelles imposent une image déformée, et c’est exactement ce qu’illustrent les séries étudiées ici. Les deux plus grands ensembles se différencient déjà par un certain nombre de points, tant dans le recrutement que dans l’organisation spatiale des sépultures. S’ils se caractérisent par un déficit en sujets immatures, celui-ci est toutefois peu marqué à Saint-Romain, puisque les quotients de mortalité avant 15 et 20 ans restent corrects par rapport à la variabilité de la mortalité préindustrielle.

189La distribution par classes d’âge mise en évidence à Espeluche / Saint-Romain correspond à ce que l’on rencontre généralement dans les ensembles funéraires, où manquent les enfants morts en période périnatale et les nourrissons. Quelle que soit l’explication que l’on privilégie (culturelle ou naturelle, cf. chap. 5), ces caractères font que le recrutement de l’ensemble funéraire d’Espeluche / Saint-Romain n’est pas incompatible avec l’hypothèse d’une communauté familiale, les biais s’inscrivant dans la norme observée dans ces contextes. Mais si le recrutement général est correct dans l’hypothèse d’un groupe familial élargi, aucune unité n’est différenciée, l’organisation ne se faisant pas sur un modèle polynucléaire. Les seuls individus qui semblent regroupés le sont suivant leur appartenance à un même sexe et à une même classe d’âge (hommes et grands adolescents). De telles associations fondées sur l’appartenance à un même sexe sont parfois rencontrées dans les ensembles funéraires (à Serris, en Seine-et-Marne, ou à Canac : Crubézy 1988).

190Le problème est autre à Chabrillan / Saint-Martin où le déficit, très accusé compte tenu des valeurs des quotients de mortalité entre 15 et 20 ans, porte sur les deux premières classes d’âge. L’ensemble funéraire renferme-t-il donc un échantillon représentatif de la population immature décédée en dehors des plus jeunes ? En ce sens, il peut refléter la structure d’une communauté familiale, et on doit considérer l’absence des jeunes enfants comme relevant d’un biais culturel général. On a vu ci-dessus que nous n’avions pas les moyens d’interpréter la nature des sous-ensembles archéologiques reconnus, définis, pour l’un, par la présence privilégiée des immatures et, pour les autres, par de petits regroupements de tombes. Il n’est pas exclu que les sujets de l’ensemble funéraire soient apparentés et que le soient plus étroitement ceux qui sont regroupés. Mais aucune organisation familiale n’est perceptible dans la mesure où l’on ne peut que raisonner sur la structure des sous-groupes (Crubézy, Sellier 1990), et que celle-ci ne correspond ici en aucun cas au schéma théorique de familles.

  • 21 – Le terme de groupe familial est finalement commode pour désigner tout groupement d’un petit effec (...)

191Ainsi, les ensembles funéraires d’Espeluche / Saint-Romain et de Chabrillan / Saint-Martin pourraient avoir accueilli les membres d’une communauté de type familial à l’exclusion des très jeunes enfants. Ils ne renfermeraient alors qu’une partie des individus d’une communauté, seule la répartition des individus décédés après 5 ans et des adultes étant normale. Cependant, l’organisation interne de ces ensembles rompt avec l’hypothèse –rarement vérifiée– d’une structuration des ensembles funéraires du haut Moyen Âge en sous-groupes de sujets apparentés. Considérant que l’organisation d’un cimetière reflète la société telle qu’elle se définit elle-même, et bien que l’on puisse admettre que ces ensembles soient composés de groupes claniques, cette société, à travers ses pratiques funéraires, ne se définit pas par la juxtaposition de familles nucléaires, mais selon un système différent –on regroupe certains hommes, des enfants, on en exclut d’autres, etc. Nous ne pouvons pas définir les raisons de cette organisation, et particulièrement celle en sous-ensembles de Chabrillan / Saint-Martin, étroitement corrélées à la définition donnée par la société de la parenté sociale et de ce qu’elle englobe. Non seulement l’anthropologie n’est pas en mesure de répondre à cette question, puisque la parenté sociale ne peut être mise en évidence biologiquement, mais on ne dispose de plus que de peu d’informations sur les structures familiales dans les textes. Ces derniers livrent surtout des données relatives au mariage, à la tutelle ou à l’héritage, se rapportent plus particulièrement à l’aristocratie, et sont postérieurs au xie s. Pour ce qui concerne le haut Moyen Âge, si l’on sait que les dénominations d’habitat témoignent d’une structure familiale large (Fossier 1995 : 14), les structures mêmes du groupe familial restent méconnues. Nous n’avons ainsi aucune référence théorique à proposer en regard de nos résultats21.

192L’étude des tout petits groupes nous renvoie dans les mêmes impasses. Là non plus, chaque petit ensemble ne saurait a priori constituer un espace funéraire réservé à des familles nucléaires. Le site de Crest / Bourbousson est pertinent à cet égard puisqu’il ne comporte que des enfants. Ailleurs, la taille de l’échantillon ne permet jamais de savoir si la composition démographique est véritablement anormale ou si elle le paraît parce que l’effectif est trop faible, comme c’est le cas à Chabrillan / L’Hortal. Sur ce site, la proportion de femmes paraît importante (5 sur 7 dont un indéterminé), mais en réalité ne diffère pas significativement de l’effectif masculin (x2 = 23 %). On s’en tiendra alors à l’image d’un recrutement « aléatoire », bien que la constitution de ces petits groupes puisse être parfaitement raisonnée.

20.7.2 Discussion

193La fréquence de ces petits ensembles dans le finage des habitats du haut Moyen Âge nous conduit à considérer ce phénomène comme représentatif des modes funéraires de cette période, au même titre que les nécropoles et les cimetières. La situation topographique des petits groupes de sépultures, en limite des zones d’activités spécialisées des habitats, paraît systématique, les types de tombes entrent dans le modèle spécifique des sépultures du haut Moyen Âge, et le recrutement ne montre aucun caractère qui soit significatif d’un événement particulier. Ces constatations confirment que ces ensembles funéraires ne se rapportent pas à des événements ponctuels ou secondaires, mais qu’ils font partie de la norme.

194Deux types d’ensembles doivent être distingués :

  • des groupes qui comprennent ici plus de 30 à 40 sépultures, dont l’organisation est communautaire et équivalente à celle des grands cimetières contemporains ;

  • des groupes de 2 à 10 sépultures implantés sur les marges des espaces domestiques. Le site de Simandres / La Plaine, et les exemples de Serris et de Villiers-le-Sec, de nombreuses fois cités en comparaison, indiquent que plusieurs noyaux funéraires enserrent un même village.

195On a ainsi, au haut Moyen Âge, trois systèmes qui coexistent : de véritables ensembles funéraires dont certains sont marqués par l’édifice religieux, d’autres qui ne le sont pas (par exemple Espeluche / Saint-Romain), et une multiplication de très petits groupes de tombes dont le recrutement de chacun nous apparaît aléatoire. Ces différents modèles correspondent à une manière différente de s’approprier l’espace : dans l’un s’affirme un système communautaire avec ou sans ses structures symboliques, dans l’autre les morts sont rejetés par tout petits groupes, ici et là à la périphérie d’un habitat et non pas dans un lieu unique.

196Même en admettant que ces ensembles constituent la norme, dans la mesure où les petits groupes de tombes dispersés peuvent se situer à proximité d’un grand ensemble funéraire, pourvu ou non d’un sanctuaire (comme à Sertis), il apparaît bien que les individus concernés sont « écartés » du cimetière ou de la nécropole communautaire. Néanmoins, la notion d’exclusion doit être nuancée et ne saurait reposer, comme on l’a vu, sur la condition d’une péjoration de la sépulture, qui incite certains à y voir des pratiques funéraires bâclées. Les textes livrent, en outre, relativement peu de témoignages d’une discrimination par les funérailles. Ils mentionnent quelques cas où des individus sont privés d’honneurs chrétiens pour inconduite (Chélini 1997 : 446), mais on ne sait pas vraiment ce que cela implique et surtout si la définition du lieu d’inhumation entre dans ces pratiques discriminatoires. Parmi les autres hypothèses émises en faveur d’une exclusion sociale, sont invoquées celles d’enfants non baptisés, d’esclaves ou d’individus n’appartenant pas à la communauté chrétienne. Les groupes spécialisés dans le recrutement de sujets immatures, relativement fréquents (Schweitzer 1984 : 94, qui cite les cas d’Efringen et de Brisach-Hochstetten en Allemagne), pourraient éventuellement être composés de sujets non baptisés, bien qu’ils comprennent des enfants de tous âges et que l’on constate un déficit sur les classes 0 et 1-4 ans. Toutefois, ce contre-argument n’est peut-être pas très pertinent, car même si le baptême des tout-petits se pratique depuis le ve s., il n’est pas exclu que certains enfants le recevaient beaucoup plus tard. La preuve en sont les discussions sans fin dans le courant du ixe s. sur les raisons sociales et théologiques qui pourraient faire admettre le baptême des bébés, et la circulaire de Charlemagne qui impose, sous peine d’amende, de baptiser les enfants dans l’année de leur naissance (Chélini 1997 : 47-50). Il paraît en tout cas difficile d’obtenir un jour des éléments susceptibles de démontrer l’hypothèse d’espaces funéraires consacrés aux non-baptisés. La pratique du regroupement des enfants s’inscrit plus probablement dans une tendance générale que l’on rencontre depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque moderne, dans laquelle certains voient des raisons pratiques –la gêne occasionnée par la petite taille de leurs sépultures dans les grandes concessions (Balut 1984-1985 : 92). De même, avons-nous les moyens de reconnaître une population esclave ? Nous ignorons en effet tout des modalités du recrutement des esclaves au haut Moyen Âge, et nous ne disposons pas non plus de courbes démographiques de référence de tels ensembles. Dans l’hypothèse où un état sanitaire médiocre traduirait un statut social inférieur, les résultats obtenus à partir des HLÉD montrent, en tout cas, que ces individus ne sont pas défavorisés de ce point de vue. Dans le haut Moyen Âge, la population non chrétienne est essentiellement représentée, dans notre région, par les juifs, en dehors de rares unités isolées qui comprennent les esclaves –ailleurs, il s’agit des Saxons et de quelques groupes exogènes dont on ne sait pas grand-chose (Chélini 1997 : 112). Contrairement à l’idée reçue, les juifs, sont largement présents en dehors des villes, où ils exercent des activités agricoles, les textes les désignant comme propriétaires fonciers (Blumenkranz 1960 : 347). Il est vrai qu’un ensemble de type communautaire comme celui d’Espeluche / Saint-Romain n’est pas incompatible avec l’hypothèse d’une communauté juive. Mais, là encore, cela reste difficile à démontrer dans la mesure où la religion ne marque pas forcément le mode d’ensevelissement. De nombreux exemples contemporains indiquent qu’elle influence incontestablement la ritualisation qui précède l’inhumation finale, mais rarement la mise en terre elle-même, cette dernière s’inscrivant dans un contexte culturel plus large, propre à un lieu et à une époque (Chaib 1996). Les fouilles réalisées sur le cimetière médiéval juif catalan de Barcelone ont bien montré qu’il n’existait aucune différence dans les types de tombe et l’attitude des corps, entre ces sépultures et celles qui sont régulièrement exhumées en contexte chrétien (Romano 1993-1994 : 302-303). Nous nous trouvons ainsi de nouveau dans une impasse, faute de pouvoir caractériser par le seul témoin de la tombe un rituel dont la spécificité porte sur d’autres paramètres. L’exclusion constitue alors une hypothèse qui reste envisageable, mais qui ne peut en aucun cas être archéologiquement démontrée à travers nos documents.

197Parmi les nombreux exemples qui abondent outre-Rhin, nous évoquerons le site de Mittelhofen, dans le Bade-Wurtemberg, qui livre une série de petits groupes, constitués de 4 à 8 sépultures de la fin du viie au viiie s., placés d’après le plan (Stork 1997 : fig. 327) en périphérie de l’habitat (Stork 1997 : 306). Certains aspects particuliers, comme la surmasculinité de la population inhumée et la richesse du mobilier recueilli dans les tombes ont conduit l’auteur à envisager que le choix d’inhumer en contexte domestique pourrait être d’ordre social. Bien qu’intéressante, cette hypothèse semblerait toutefois devoir être pondérée. Le site n’est en effet pas dégagé dans sa totalité –ce qui peut modifier le rapport hommes/femmes– et l’on pourrait considérer que la nature du mobilier revêt un caractère plus traditionnel qu’exceptionnel dans la mesure où, comme le mentionne l’auteur, les tombes contemporaines regroupées dans les cimetières sont totalement dépourvues d’objets.

198Les relations entre ces ensembles isolés et le réseau paroissial sont loin d’être très claires. L’image d’une société parfaitement structurée par la chrétienté et celle d’un territoire largement organisé en paroisses, sont pour le haut Moyen Âge, aujourd’hui nuancées. En réalité, la contrainte paroissiale reste peu affirmée avant l’an mille, l’inhumation ad sanctos étant plus un droit qu’une obligation (Treffort 1996a : 174). Il apparaît de plus que l’Église ne s’implique pas si tôt dans les questions matérielles de la sépulture, le droit canon ne régissant pas les lieux d’inhumation (Treffort 1996b), et que les pratiques d’ensevelissement ne sont pas dévolues aux ecclésiastiques, mais à la famille ou à la communauté (Galliou 1989 ; Paya 1996 ; Treffort 1996a : 76). Enfin, si la main mise de l’Église s’amorce dans le courant du ixe s. (Treffort 1996a : 166 ; 1996b : 60) en ce qu’elle définit un lieu d’inhumation à tout individu issu d’une paroisse, chacun peut toutefois choisir son lieu de sépulture, comme en témoigne le texte du xe s. cité par A. Bouvier à propos du site de Communay / Charvas (Bouvier 2001b : 314). Ainsi, bien que des relations indéniables entre le cimetière et la célébration eucharistique soient mentionnées (Treffort 1996b), l’existence d’ensembles funéraires dépourvus de sanctuaire montrerait que la présence de l’église en tant que bâtiment, n’est pas indispensable sur le lieu de l’inhumation. On pourrait s’en étonner puisqu’il paraît attesté que les grands ensembles funéraires perdurent au-delà des viiie-ixe s. uniquement lorsqu’il existe un lieu de culte. Il semblerait alors que les édifices religieux soient principalement les symboles de la restructuration socio-économique du territoire et les moyens de marquer cette restructuration (Moreland, Van de Noort 1995), la matérialisation des aspirations du pouvoir. De ce fait, ce que l’on observe dans ces cimetières, qui perdurent grâce à la présence d’une église, est le maintien d’une emprise du pouvoir à la fois religieux et temporel en un lieu, et non pas la manifestation d’un réel besoin du rituel.

  • 22 – Dans les ensembles funéraires tardo-antiques, les enfants décédés dans les classes inférieures à (...)

199L’abondance de ces petits ensembles et de ces petits groupes de sépultures prouve qu’il ne s’agit en aucun cas d’une pratique marginale, et la relative autonomie des communautés vis-à-vis du pouvoir ecclésiastique pourrait être retenue comme explication à ce phénomène. Mais le droit du libre choix de la sépulture n’exclut visiblement pas certaines règles, comme en témoigne l’implantation systématique de ces sépultures dans des zones spécifiques du finage de l’habitat. Il ne saurait impliquer que l’on puisse être enterré n’importe où, sur un caprice du moment. La question du statut de ces individus ne peut être résolue, mais dans la perspective du droit du libre choix de la sépulture, elle est alors de moindre importance. On a d’autre part peut-être plusieurs choses. Les tout petits groupes de 2 à 10 sépultures désignent-ils, sous une forme éclatée en petits noyaux, le même phénomène que les plus grands ensembles comme Chabrillan / Saint-Martin et Espeluche / Saint-Romain ? Il faudrait avoir accès à l’ensemble de la population ainsi dispersée en limite des parcelles d’un village ou d’un domaine. L’augmentation de l’effectif pourrait ainsi nous aider à définir leur recrutement, exercice qui reste impossible à partir de nos données partielles, les trop petits échantillons n’ayant pas de valeur statistique. Par exemple, s’il existe véritablement des groupes constitués d’enfants, ceux-ci sont-ils surreprésentés dans l’ensemble de cette population dispersée ? Compensent-ils le déficit observé dans les ensembles funéraires communautaires ? On mentionnera la présence, dans le village de Serris, d’un groupe isolé de 40 sépultures contemporain du cimetière, qui comprend principalement des enfants... et des femmes. À travers quelques exemples comme ceux de Roquemaure / La Ramière, dans le Gard (Blaizot 1997)22 et de La Garde-Adhémar / Val des Nymphes, dans la Drôme (Vaireaux 1990a) [cf. chap. 1] semble se profiler un système qui nous alerte. Entre une tradition qui place les enfants à part et le libre choix du lieu de sépulture, plusieurs réalités peuvent se télescoper.

200La hiérarchisation et le statut des habitats sont rarement caractérisés, les sites n’étant souvent qu’effleurés par l’emprise des fouilles archéologiques. Si l’on s’appuie fréquemment sur la présence de ces petits ensembles funéraires pour corroborer la persistance de l’habitat dispersé (Garnotel, Raynaud 1996 : 147 ; Treffort 1996a : 168), on constate ici que ces sépultures sont rencontrées également dans des habitats groupés, en témoignent Serris, Villiers-le-Sec, Dassargues (où une zone funéraire située sur des fossés est contemporaine du cimetière paroissial : Garnotel, Raynaud 1996 : 148) et peut-être parmi nos exemples régionaux, Simandres / La Plaine et Rillieux-la-Pape / Les Balmes. Dans ces derniers en effet, bien que l’habitat stricto sensu n’ait pas été mis en évidence par la fouille, l’hypothèse d’un habitat groupé peut être retenue, ces aires spécialisées, toutes datées vers les xe-xie s., témoignant d’une communauté soudée dans ses activités de mise en valeur d’un terroir commun et d’une répartition des tâches. On peut alors envisager que ces occupations désignent des « protovillages » et, le statut des sites nous renvoyant au statut de la population, se demander si ces différentes formes d’espaces funéraires qui coexistent ne traduiraient pas, dans une certaine mesure, la complexité d’un système social que nous percevons mal.

  • 23 – Des exemples sont connus en Italie du Nord (Lambert 1996 : 33). À Rome, des petits groupes de tom (...)

201L’exemple donné dans le bilan régional, des 2 sépultures de Lyon (place des Célestins), montre que le phénomène n’est pas limité au monde rural. Toutefois, cette interprétation est soumise à la définition que l’on donne des villes du haut Moyen Âge (Reynaud 1996 : 26) et il s’agit d’un cas isolé dans la région23.

202Certains veulent voir dans ces petits ensembles la manifestation des modifications des pratiques funéraires qui marquent le viie s., dont on considère qu’elles sont en relation avec un remaniement du système socio-économique. Celui-ci se répercuterait à la fois sur les gestes funéraires (nouvelle économie funéraire) et sur la relation topographique entre les morts et les vivants (Treffort 1996a : 183, 186), puisque « étroitement liée au développement des pratiques commémoratives, la modification de ce rapport au corps (qu’il soit celui du vivant ou celui du défunt) affecte également la relation topographique entre l’habitat des vivants et celui des morts, qui se rapprochent sensiblement. Ainsi, à la faveur d’une réorganisation générale de l’occupation de l’espace rural, des protovillages se créent, incluant le cimetière ou accueillant des sépultures isolées au sein de l’habitat, hors de tout contexte communautaire » (Treffort 1996a : 186). Mais n’y a-t-il pas une certaine contradiction entre cet indéniable transfert caritatif, cette prise de conscience communautaire, et la présence de ces petits noyaux dispersés ? Mais surtout, ces derniers constituent-ils véritablement un phénomène nouveau ?

  • 24 – TGV-Méditerranée, responsable K. Roger, étude de l’ensemble funéraire tardo-antique F. Blaizot.
  • 25 – Celles du Pillon, du Trillet et des Girardes sont réalisées (Blaizot et al. 2001).

203L’usage d’inhumer dans les propriétés privées, c’est-à-dire aux confins des domaines, se rapporte d’abord à la législation et à la tradition romaine. Durant le Haut-Empire, les crémations et les inhumations situées dans le périmètre de la villa ou d’un habitat de nature indéterminée s’organisent en très petits groupes de tombes ou peuvent être isolées, tandis qu’il existe également des ensembles plus importants, même en milieu rural (Ferdière 1993 : 439, 441 ; Menessier-Jouannet 1993 : 296 ; Bel et al. 1993 ; et, pour les grands ensembles, les nécropoles de Vernègues ou des Girardes dans le Vaucluse, exhumées sur le tracé du TGV). Dans l’Antiquité tardive, on retrouve, semble-t-il, des lieux funéraires polymorphes, avec de petits ensembles situés en limite des établissements ruraux (Blaizot et al. 2001). Parallèlement, on rencontre d’autres ensembles, dont certains très étendus, situés à distance des habitats qui restent le plus souvent non identifiés ; ceux-ci perdurent parfois jusque dans le haut Moyen Âge. Les petits ensembles de l’Antiquité tardive sont composés de très peu de sépultures ; 15 au Pillon sur la commune de Marennes [cf. chap. 2], environ autant sur le site des Girardes dans le Vaucluse24, parfois de 5 à 10 (Van Ossel 1992 : 102 ; Monnier 1998 : 15) ; et on trouverait même des tombes isolées (Gébara, Pasqualini 1993 ; Van Ossel 1993). Toutefois, aucune étude systématique du recrutement de ces ensembles n’a, à notre connaissance, été engagée25. Grâce à des fouilles très extensives réalisées dans le Nord de la France, il semblerait néanmoins que l’association de ces types de cimetières avec les formes de l’habitat groupé et dispersé, comme cela est suggéré par certains pour le Bas-Empire (Blasco et al. 1987 ; Van Ossel 1993) n’est pas directement transposable dans le haut Moyen Âge, où les deux modes funéraires coexistent à quelques dizaines ou centaines de mètres, parfois même en liaison avec un habitat groupé. Néanmoins, le cas de Saint-Blaise, en Provence, où l’on assiste à un regroupement polynucléaire de divers noyaux d’habitats, à quelque distance desquels se trouvent des très petits groupes de tombes, témoigne d’un modèle plus complexe (Trément 1998). Le vie s. est plus pauvre en vestiges de ce type. Seuls quelques cas sont néanmoins relevés, comme celui de Genlis (Côte-d’Or), où une sépulture datée du vie s. se trouve le long d’un chemin à une distance de 120 m de l’habitat (Catteddu 1995 : 192). À Dassargues (Hérault), a été exhumé un petit ensemble daté du vie s. associé à un édifice d’habitat (Mercier, Raynaud 1995 : 204). Le site des Clavelles à Lurs (Alpes-de-Haute-Provence) représente également un petit ensemble funéraire isolé des vie-viies. (Boiron 1993 : 330). La rareté des informations reflète plus probablement notre difficulté à reconnaître les sépultures des ve-vie s., souvent dépourvues de mobilier dans nos régions et dont la typologie n’est pas encore bien différenciée de celles des tombes qui les précèdent ou qui les suivent directement.

204On constate alors que depuis l’Antiquité une multiplicité de lieux funéraires coexistent, certains exemples bien étudiés du Haut-Empire montrant qu’un même groupe fréquente plusieurs espaces (Bel et al. 1993). S’il est plus difficile de le percevoir, avec les données actuelles, pour l’Antiquité tardive, ce modèle reste probable, compte tenu de la petite taille des groupes exhumés et du fréquent déficit en sujets immatures que l’on rencontre dans les petits ensembles tardo-antiques –ils se trouvent ailleurs : 1 enfant sur 15 individus à Brillanne / Saint-Martin, Alpes-de-Haute-Provence (Boiron 1993 : 329) ; 4 sur 15 à Marennes / Le Pillon (cf. chap. 2), guère plus aux Girardes. La relation entre les espaces funéraires et les zones d’activité spécialisées apparaît attestée depuis l’Antiquité en contexte urbain (Tranoy 1995b), tandis qu’en contexte rural les tombes sont reléguées dans un lieu inculte (Bel et al. 1993 : 202). Au haut Moyen Âge, les sépultures semblent toutefois plus proches, mais dans certains cas seulement, des structures domestiques (Simandres/La Plaine, Simandres / Les Estournelles, Rillieux-la-Pape / Les Balmes) que’lles ne le sont dans l’Antiquité tardive. Mais ce phénomène est peut-être indépendant des sépultures elles-mêmes et n’illustrerait qu’un resserrement de l’habitat, c’est-à-dire des différentes unités qui le composent, par rapport à l’Antiquité tardive. L’hypothèse d’un modèle hérité de l’Antiquité n’est pas en porte à faux avec celle de la mise en place d’un système différent, dans la mesure où celui-ci s’appuie sur des traditions locales gallo-romaines. Ce phénomène a bien été démontré pour l’habitat puisque d’une part il se regroupe dès le iie s. en un réseau dense de petites agglomérations et que d’autre part il présente une certaine stabilité, dans nos régions en tout cas, entre la fin de l’Antiquité et le haut Moyen Âge (Parodi et al. 1987 ; 23). En effet, celui-ci ne disparaît pas, mais se déplace –comme le montre ici l’exemple de Crest / Bourbousson. L’église, qui reste en marge dans beaucoup de cas, s’installe fréquemment sur des noyaux anciens, ce qui minimise son rôle dans la création des villages (Parodi et al. 1987 : 28) et relativise de ce fait ses relations avec les espaces funéraires.

205Ces sépultures et petits ensembles du haut Moyen Âge reflètent-ils alors une tradition ou une nouvelle réalité sociale ? Ces deux hypothèses ne s’excluent nullement, et il est possible que se manifestent des traditions qui ont leurs racines dans l’Antiquité et dans l’Antiquité tardive mais que réutilisent ou sur lesquelles viennent se greffer de nouvelles structures sociales. Entre le vie et le xe s., les sépultures et les ensembles funéraires isolés ne se rapportent pas forcément à un phénomène unique dont l’explication résiderait dans leur relation exclusive avec les diverses formes d’habitats auxquelles ils peuvent être associés. Il paraît également réducteur de vouloir les interpréter à partir de ce qui se produit par la suite, comme si l’image unificatrice du système paroissial, en vigueur après l’an mille, tirait déjà à elle, par sa seule virtualité, tous les éléments de l’organisation rurale du haut Moyen Âge.

20.8 Conclusion

206L’analyse de ces sépultures et ensembles funéraires isolés permet, sinon d’écarter toutes les explications formulées a priori à partir de la simple constatation du phénomène, au moins d’en relativiser certaines. Nos résultats montrent qu’il est temps de les intégrer dans le modèle de ce qui constitue la norme au haut Moyen Âge, à savoir celle d’une gestion polymorphe des morts.

207Les études engagées ici montrent que, finalement, ce critère de non-conformité par lequel on justifiait l’interprétation d’un fait marginal se conçoit plus par rapport à l’image d’un système paroissial fort qui était la nôtre mais que les récentes études historiques (Treffort 1996a) et archéologiques (Parodi et al. 1987) battent en brèche, que par rapport aux qualités intrinsèques de ces petits groupes. Rien ne distingue les sépultures des ensembles isolés de celles des ensembles flanqués d’un sanctuaire, si ce n’est leur situation topographique et leurs effectifs, et les groupes les plus importants témoignent d’une organisation fondée sur les mêmes règles et les mêmes biais que ces pieux cimetières.

208L’hypothèse d’une « exclusion », terme qui n’est pas ici entaché d’une connotation péjorative mais qui doit se comprendre dans le sens d’un choix effectué parmi la population sur des critères qui sont les siens, ne peut être totalement écartée. Simplement, nous ne sommes pas en mesure de la démontrer, c’est-à-dire d’en reconnaître les fondements à partir des vestiges archéologiques et anthropologiques. La notion du libre choix de la sépulture, redécouverte par C. Treffort, et la mise en évidence d’une organisation des espaces funéraires sur le même modèle dans l’Antiquité nous invitent également à manier ce concept avec prudence. Nous avons, à cet égard, rappelé la complexité des dynamiques sociales et institutionnelles, celles-ci s’articulant selon la stratégie bien naturelle qui veut que toute innovation s’appuie, pour être acceptée, sur la logique des structures préexistantes, dont la raison d’être se modifie.

  • 26 – Dans ces régions, les petits cimetières isolés sont associés à des fermes dispersées à proximité (...)
  • 27 – L’article 14 du décret du 23 prairial de l’an xii autorise les inhumations en terrain privé (Vaca (...)

209C’est en ce sens que l’hypothèse d’un phénomène continu est proposée, ces groupes dispersés traduisant la persistance d’un système contrasté, hérité de l’Antiquité, dans lequel la société du haut Moyen Âge trouve encore son compte. Lorsque celui-ci disparaît, autour du xie s., le contrôle politique de l’Église est affirmé et la restructuration sociale, qui passe par une réorganisation spatiale, est effective. Mais le phénomène est récurrent. Il ressurgit sous diverses impulsions, mêmes formes et autres raisons, dans les campagnes cévenoles de ces derniers siècles (Vovelle, Bertrand 1983 : 43 ; Van Gennep 1998 : 648)26 et dans la France de l’Ancien Régime avec le développement des grandes familles27. Ces différents exemples nous engagent ainsi non seulement à analyser ces manifestations dans la perspective de la longue durée, mais aussi à ne pas voir un lien de causalité unique ou une parfaite adéquation de sens entre une forme et des réalités sociales sous-jacentes. Comme tout n’évolue pas en même temps, tout ne fonctionne pas de pair.

210Pour l’instant, ces sépultures isolées, notamment celles des plus petits ensembles, restent peu étudiées, ce qui est en grande partie dû à une absence de problématique qui leur soit propre. Nous avons tenté ici d’effectuer une synthèse, malgré le caractère lacunaire et inégal des informations qu’il a été possible de réunir. Nous souhaitions attirer l’attention sur ces petits groupes, faire le point des hypothèses émises à leur propos et essayer de les discuter à partir de nos séries, en démontrant la pertinence des méthodes de l’anthropologie biologique pour tenter de caractériser le phénomène. Nous espérons ainsi que ces vestiges seront moins négligés au cours des opérations archéologiques futures, parce qu’à partir d’une interrogation adaptée ils s’intégreront dans une réflexion plus générale portant sur l’évolution des terroirs et la genèse des communautés paysannes, entre la fin de l’Antiquité et le début du Moyen Âge.

2111999

Annexe 3. Bilan régional : les ensembles funéraires isolés de l’Antiquité tardive au haut Moyen Âge

Cadre et méthode

212Les ensembles funéraires pris en compte dans le corps principal de notre article (cf. chap. 20) ont tous été découverts au cours de grands travaux linéaires comme la ligne du TGV-Méditerranée et l’autoroute A46 sud. Ils se situent donc, sans exception, à l’est du Rhône. Dès lors, il était intéressant d’élargir à l’ensemble des communes de la moyenne vallée du Rhône la reconnaissance d’autres sites susceptibles de présenter les mêmes caractéristiques, à savoir des groupes de sépultures isolés. Les communes concernées par cette annexe sont, de ce fait, localisées dans l’est du département de l’Ardèche, dans l’ouest des départements de la Drôme et de l’Isère, dans le sud du Rhône et de l’Ain et dans le nord-ouest du département de la Haute-Savoie.

213La première étape dans nos investigations s’est limitée à la consultation des dossiers de la Carte archéologique (Dracar) établie par le ministère de la Culture. Cette recherche s’est révélée infructueuse car les nombreuses découvertes se réduisaient dans la plupart des cas à des trouvailles fortuites de coffrages de dalles, sépultures facilement repérables au cours des labours ou des divers travaux (construction et voirie) mais dont le contexte archéologique était inconnu.

214Dans un deuxième temps, une sélection a été opérée dans les rapports qui concernent les sites fouillés sur les communes de la zone d’étude. Un premier tri a permis d’évacuer les inhumations associées à un édifice cultuel, ou les ensembles funéraires exhumés dans le tissu urbain. À propos des sites retenus, il faut remarquer que l’inventaire des nécropoles rurales fouillées depuis une trentaine d’années est assez important, mais que, d’une manière générale, les opérations de terrain ont rarement exploité toute l’emprise des aires sépulcrales mises au jour. Or, la connaissance des limites de ces ensembles funéraires est l’un des critères principaux d’identification de ce type de vestige dans notre étude. En conséquence, plusieurs sites n’ont pu être retenus par manque de données sur l’extension des sépultures, leur nombre exact, etc.

215Le dépouillement de la documentation archivée au SRA de Rhône-Alpes n’a permis de retenir que huit sites qui ont fait l’objet d’une fiche d’inventaire : sept ensembles funéraires se situent dans le département du Rhône et un dans l’Ardèche (fig. 173). Six ont été étudiés dans le cadre de grands chantiers, autoroutiers (rocade est et A 46 nord et sud) ou urbain (place des Célestins à Lyon).

FIG. 173
Cartographie des sites mentionnés.

216Deux sites de la Drôme et un du département de l’Ain peuvent être évoqués en marge de cette étude.

217• À Châteauneuf-du-Rhône (Drôme), au lieu-dit La Roberte, fouillé par A. Beeching en 1993 (Beeching et al. 1994), 3 sépultures, distantes de quelques mètres, sont localisées dans un secteur occupé par d’autres sépultures datées du Néolithique et vierge de toute structure du haut Moyen Âge. L’absence de mobilier pertinent n’a pas permis de dater ces sépultures avec précision. Le matériel résiduel gallo-romain donne seulement un terminus post quem, et l’architecture de l’une des sépultures évoque des modes d’inhumation du haut Moyen Âge. La situation de ces 3 inhumations d’adulte en limite d’emprise laisse une grande incertitude quant au nombre total de sépultures.

218• Le Val des Nymphes, près de La Garde-Adhémar (Drôme), est un site caractérisé par une église funéraire et une nécropole mérovingienne (Vaireaux 1990a ; 1992). À une cinquantaine de mètres, une autre nécropole dont les limites ne sont pas connues a été fouillée sur le rebord de la falaise qui surplombe l’église et son cimetière (Vincent 1986). La partie exhumée de cet ensemble funéraire se signale par son recrutement, constitué presque exclusivement d’immatures (19 immatures et 1 adulte).

219Les sépultures du Val des Nymphes et de La Roberte n’ont pas fait l’objet d’une étude archéo-anthropologique, ni de datation par le 14C. Les observations n’ont concerné que les caractéristiques extrinsèques de la sépulture (fosse, architecture de pierre, etc.). De plus, l’âge au décès des inhumés n’a pas été estimé précisément, pas plus que le sexe des adultes.

220La nécropole au recrutement spécialisé du Val des Nymphes se révèle être un ensemble d’un grand intérêt, si son temps d’utilisation est bien contemporain de celui du cimetière associé à l’édifice cultuel. La question se pose de savoir si les enfants de la communauté étaient systématiquement inhumés dans ce secteur réservé, avec ou non des classes d’âge spécifiques. Une discrimination fondée sur l’âge des individus ne peut être discutée que si l’étude de la répartition par âge de la population inhumée du grand ensemble funéraire est menée conjointement. La reconnaissance des limites de la nécropole des enfants et la fouille de la nécropole liée à l’église ne sont pas actuellement programmées. La prise en considération de ce site dans notre problématique n’est ainsi pas envisageable faute de données plus précises.

221• Dans le département de l’Ain, un petit ensemble funéraire a été reconnu à Château-Gaillard au lieu-dit Les Carrières mais il n’a pu bénéficier d’une campagne de fouille. Une dizaine de sépultures du haut Moyen Âge lato sensu ont été découvertes sur une bande étroite le long d’une limite parcellaire du cadastre antique. Ces sépultures se caractérisent par des coffrages de dalles et des « inhumations en pleine terre » orientées E-O. Dans les environs proches, au nord de l’ensemble funéraire, un habitat, caractérisé par des fonds de cabane, peut être mis en relation avec les sépultures des carrières.

Fiches descriptives

222Nous présentons ici les fiches descriptives et analytiques des huit ensembles funéraires isolés de la moyenne vallée du Rhône pris en compte par l’étude.

Charmes-sur-Rhône / Menafauries (Ardèche)

223No du site : 07 055 001
Responsable d’opération : S. Bertrand-Fregneau (Éducation nationale)

Date d’intervention : 1984
Superficie fouillée : 320 m2

224Nombre de sépultures : 9, groupées selon un axe N-S.

225Structures contemporaines associées : aire de terre rubéfiée avec galets et fragments de céramique. Situation des sépultures par rapport aux structures connues : ensemble funéraire situé 4 m à l’est de la structure rubéfiée.

226Datation proposée par l’auteur (S. Bertrand-Fregneau) : fin du iiie et milieu du ive s. d’après monnaie et typologie des sépultures. Dépôts funéraires de céramique non étudiés (mobilier gallo-romain).

227Étude archéo-anthropologique réalisée (typologie, sexe et âge) : non.

228Première estimation : 7 adultes et 1 immature orientés N-S, et 1 adulte orienté NO-SE. Caractéristiques extrinsèques des sépultures : coffrage de section quadrangulaire en tegulae, coffrage en dalles, coffrage en tegulae (fond et parois transversales) et parois longitudinales en moellons (calages d’une paroi en matière périssable ? V.S.).

Rillieux-la-Pape / Les Balmes (Rhône)

229No du site : 69 286 00
Responsable d’opération :
D. Marchianti (Afan)
Date de l’intervention : 1989-1991
Superficie fouillée : 17 200 m2

230Nombre de sépultures : 6 ; groupées : 3, isolées : 3.

231Structures associées :
– silos groupés en batterie : conservation des produits agricoles ;
– fosses d’extraction de limon ;
– fours regroupés en deux secteurs circonscrits (N et S), utilisation à des fins agricoles possibles, pas à des fins artisanales (équipements collectifs car regroupés).

232Les structures mises au jour désignent un espace agricole communautaire compris entre les champs et les habitations proprement dites.

233Situation des sépultures par rapport aux structures connues : elles se trouvent dans le voisinage des fosses d’extraction et des silos ; elles respectent ces structures et sont respectées par elles ; mais, il n’y a pas de preuve d’une synchronie.

234Datation proposée par D. Marchianti pour les structures domestiques : xexie s. Datation proposée par V. Savino pour les sépultures : d’après la typologie des tombes et la chronologie relative, les inhumations peuvent être antérieures ou contemporaines des fosses.

235Étude archéo-anthropologique réalisée (typologie, sexe et âge) par V. Savino dans le cadre de cet article. Les limites des fosses n’ont pas pu être identifiées. Tous les squelettes sont en décubitus dorsal avec les membres inférieurs en extension.

T1

236Tête à l’ouest. Main gauche sur l’épaule gauche ; main droite détruite.

237Argumentation
• Distorsion de la colonne vertébrale.
• Effet de paroi (humérus gauche en vue antéro-latérale ; maintien de l’humérus droit en vue latérale avec le coude surélevé ; verticalisation moyenne de la clavicule gauche ; coxaux fermés).
• Disjonction (vertèbres cervicales ; tibia gauche avec rotation interne et glissement du genou (fémur et tibia gauche) vers l’axe médian ; os du tarse antérieur ; légère disjonction du coxal gauche avec glissement de l’os en aval ; premières côtes droites avec glissement des extrémités thoraciques en amont ; chevauchement et rapprochement vers l’axe médian des extrémités sternales des côtes gauches).
• Indices d’espace vide (une vertèbre cervicale et os du tarse distal gauche en dehors du volume initial du cadavre).

238Interprétation
La distorsion de la colonne vertébrale, les nombreuses disjonctions avec glissement des pièces osseuses en direction de l’axe médian, la surélévation du coude et l’effet de paroi sont des arguments compatibles avec la présence d’un contenant monoxyle assez large à fond concave et aux parois latérales non linéaires. Toutefois, sur le terrain, l’hypothèse est quelque peu infirmée par le décalage en hauteur de l’épaule droite alors que le coude est orienté vers l’extérieur. Mais, les multiples brisures observées sur l’humérus et la scapula droite sont vraisemblablement dues à la pelle mécanique qui a peut-être traîné une partie des os.

T2

239Tête au nord et pieds au sud ; main gauche en avant des vertèbres cervicales et thoraciques, main droite détruite. Avant-bras et main droits, moitié distale de la colonne vertébrale, bassin et fémur détruits.

240Argumentation
• Effets de paroi et de contention sur épaule droite (verticalisation de la clavicule, maintien de l’humérus droit en vue latérale : effet de maintien sur humérus gauche resté en vue latérale).
• Disjonction d’une vertèbre cervicale.

241Interprétation
Aucun indice d’espace vide. Le maintien des humérus en vue latérale ne peut être interprété sans les limites de fosse.

T3

242Tête à l’ouest et pieds à l’est. Main gauche sur humérus droit, main droite en avant de l’hémithorax controlatéral. Jambes croisées, avec pied gauche en avant du pied droit.

243Argumentation
• Disjonctions (vertèbres cervicales C1-C2 et C3).
• Effets de paroi et de contention (décalage en hauteur de l’épaule droite par rapport à la gauche).
• Effet de gouttière (pendage médial des scapulas ; maintien des volumes [thorax et bassin]).
• Argument en faveur d’un espace vide (extrémité distale de la clavicule droite en dehors du volume initial du cadavre).

244Interprétation
Les effets de contrainte et de constriction sont dus à la présence de parois de fosse ou d’un contenant en matière périssable. Mais l’effet de gouttière plaide plutôt pour une tombe en fosse étroite à la base.

T4

245Scapula droite au nord et membre inférieur droit au sud. Destruction partielle du côté droit et destruction complète du côté gauche du squelette. L’analyse taphonomique ne peut être effectuée à partir des restes osseux conservés.

T5

246Tête à l’ouest et pieds à l’est ; main gauche sous mandibule ? main droite en avant épaule homolatérale.

247Argumentation
• Effets de paroi et de contention (humérus gauche en vue latérale, extrémité sternale des côtes gauches sur la colonne vertébrale).
• Disjonctions (humérus droit sur l’hémithorax droit en vue postérieure ; du coxal droit et du membre inférieur droit ; disjonctions accompagnées d’un glissement en aval du coxal droit et d’un glissement vers l’axe médian et en aval des os du membre inférieur demeuré en vue antérieure ; disjonction de la jambe gauche avec un glissement des os en aval).
• Indices d’espace vide (certains des os dissociés [extrémité proximale des tibia et fibula gauches] se situent en dehors du volume initial du cadavre).

248Interprétation
Les effets de paroi et de constriction sur les humérus, les nombreuses disjonctions avec un glissement vers l’axe médian de certaines pièces osseuses plaident pour un contenant en matière périssable avec un fond concave, de type monoxyle.

T6

249Tête à l’ouest et pieds à l’est ; main gauche en avant de l’ilium droit, main droite en avant de la poitrine gauche.

250Argumentation
• Effets de paroi et de contention (les humérus en vue latérale ; verticalisation complète de la clavicule gauche ; coxaux fermés ; pied gauche maintenu latéralement).
• Disjonctions (vertèbres cervicales ; basculement en arrière du bloc crânio-facial ; premières côtes).
• Indices d’espace vide (vertèbre cervicale en dehors du volume initial du cadavre à gauche du bloc crânio-facial).

251Interprétation
La nature de l’espace vide ne peut être définie faute de données précises (profondeur inconnue des pièces osseuses dissociées, profils longitudinal et transversal de la fosse non documentés).

252Le groupe de 3 sépultures est composé d’une femme adulte et de deux enfants de moins de 10 ans –un des deux immatures n’a pas été vu car il était absent du lot. Les sépultures dispersées sont représentées par un jeune adolescent (T2), par une femme adulte (T1) et par un adulte au sexe indéterminé (T6). Les sépultures du groupe présentent deux orientations : O-E pour l’adulte (T3) et l’enfant le plus âgé (T5), N-S pour le second immature (T4). Les deux autres adultes ont, tout comme T3 et T5, la tête à l’ouest et les pieds à l’est. En revanche, le jeune adolescent a la tête au nord et les pieds au sud (Marchianti 2001).

Décines-Meyzieu / Le Trillet (Rhône)

253No du site : 69 282 018
Responsable d’opération : D. Frascone Date d’intervention : 1992
Titulaire de l’autorisation de fouille : R. Royer (ministère de la Culture, SRA Lyon)
Superficie fouillée : 5 000 m2, versant septentrional d’une petite colline

254Nombre de sépultures : 32, groupées, la plupart datant de l’Antiquité tardive, fin ive s. et plein ve s. ; présence de rares sépultures du haut Moyen Âge ; 24 sont orientées N-S, 6 sont orientées E-O.

255Structures associées : enclos carré des ier-iie s. ap. J.-C. avec deux structures d’habitat. Quatre structures d’habitat sont attribuées à l’Antiquité tardive, iiie-ive s.

256Situation des sépultures par rapport aux structures connues : l’aire funéraire se trouve à une distance de 80 m au nord de la zone bâtie.

257Étude archéo-anthropologique (typologie, sexe et âge) effectuée. Modes d’inhumation diversifiés : contenants non cloués de plan rectangulaire, trapézoïdal ou hexagonal, tombes en fosse. Rare mobilier. Recrutement : 12 immatures, 17 adultes, 3 indéterminés ; Adultes : 11 hommes, 5 femmes, 1 indéterminé ; sous-représentation des classes 0 et 1-4 ans. Publication : Blaizot et al. 2001.

Marennes / Le Pillon (Rhône)

258No du site : 69 281 001
Responsable d’opération : S. Martin (Afan)
Date de l’intervention : 1991
Superficie fouillée : 9 000 m2

259Nombre de sépultures : 15, groupées (3 groupes très proches implantés d’est en ouest).

260Structures contemporaines associées : espace domestique (bâtiment, fosse) installé dans un enclos du ier s. ap. J.-C. L’occupation domestique est datée du iie au ve s. (Blaizot et al. 2001).

261Situation des sépultures par rapport aux structures connues : l’ensemble funéraire se situe directement au nord-ouest d’une zone d’habitat tardo-antique. L’implantation des sépultures respecte l’axe de l’un des fossés d’un enclos daté du ier s.

262Datation proposée : seconde moitié du ive s., voire début du ve s. d’après le mobilier et la typologie des sépultures.

263Étude archéo-anthropologique réalisée (typologie, sexe et âge) : oui. Contenants en matière périssable avec ou sans clou. Nombreux mobilier. Recrutement :

2647 adultes et 5 immatures. 3 squelettes dont le stade de maturation est indéterminé. Sous représentation des classes 0 et 1-4 ans. Deux groupes caractérisés par des pratiques funéraires distinctes concernant l’orientation des défunts et les dépôts d’offrandes.

265Publication : Blaizot et al. 2001.

Marennes / Saint-Fréjus (Rhône)

266No du site : 69 281 002
Responsable d’opération : S. Martin (Afan)
Date de l’intervention : 1991-1992
Superficie fouillée : 1 ha

267Nombre de sépultures : 6 ; groupées : 5 ; isolées : 1, localisée à 15 m à l’est du petit groupe.

268Structures associées : nécropole communautaire (116 inhumations) installée sur les ruines d’une villa romaine. Aucun lieu de culte n’a été mis au jour dans l’emprise.

269Situation des sépultures par rapport aux structures connues : le groupe de 6 sépultures se situe à 60 m à l’ouest de l’ensemble funéraire.

270Datation proposée par F. Blaizot : nécropole communautaire en usage du ive s. au haut Moyen Âge ; le groupe isolé de 6 sépultures présente un mode d’inhumation semblable à un des types rencontrés dans la nécropole ; nonobstant, la synchronie n’est pas prouvée.

271Étude archéo-anthropologique réalisée (typologie, sexe et âge) : oui, par F. Blaizot (Afan) pour le rapport de fouille (Blaizot 1993). Mode d’inhumation : tombes en fosse de type anthropomorphe pour les 6 sépultures. Recrutement : 3 adultes (2 femmes et 1 indéterminé) et 3 enfants.

Communay / Charvas (Rhône)

272No du site : 69 272 012
Responsable d’opération : A. Bouvier (Afan)
Date de l’intervention : 1991
Superficie fouillée : 4 500 m2

273Nombre de sépultures : 3, groupées.

274Structures associées : réseaux de fossés qui contiennent des bâtiments sur poteaux. En dehors de ces réseaux, se trouvent un bâtiment et des fosses annexes. On observe une limite nette entre activité artisanale, élevage et habitat.

275Situation des sépultures par rapport aux structures connues : il est impossible de dire si les sépultures sont dans l’habitat ou en bordure de l’habitat circonscrit par les fossés.

276Datation proposée par A. Bouvier pour les structures domestiques : une première occupation aux ve-viiie s. et une deuxième aux xe-xie s. Les sépultures sont postérieures au premier réseau fossoyé et elles semblent contemporaines de la phase d’occupation ve-viiie s.

277Étude archéo-anthropologique réalisée (typologie, sexe et âge) : non. Deux coffres de schiste vides d’ossements : l’un complet (vie-viie s.?), l’autre mixte (contemporain ou postérieur au viiie s.?).

Lyon / Place des Célestins (Rhône)

278No du site 69 603 23
Responsable d’opération : C. Arlaud et J.-M. Lurol (Afan)
Date de l’intervention : 1992
Superficie fouillée : inconnue

279Nombre de sépultures : 2, isolées.

280Structures associées : chemin, fossé, structures d’habitat (construction et fosses).

281Situation des sépultures par rapport aux structures connues : pas de relation stratigraphique possible entre le chemin et la sépulture 130 ; la sépulture 131, située 5 m au sud de la première, se trouve à quelques mètres à l’est du bâti.

282Datation proposée par les auteurs : haut Moyen Âge sans autre précision.

283Étude archéo-anthropologique (typologie, sexe et âge) réalisée par M. Billard (bénévole) [Arlaud, Lurol 1993]. Concernant SP130, le maintien en connexion stricte des os (articulations labiles et persistantes) est pour l’auteur un argument fiable d’une décomposition dans un espace rapidement colmaté. Le squelette est celui d’un homme adulte. (L’architecture se caractérise par un coffrage de moellons légèrement ovalaire que l’on rencontre de la fin du ixe jusqu’au milieu du xie s. ve. s.). Pour SP131, sépulture très incomplète, les arguments font défaut pour identifier le mode d’inhumation. Le squelette est celui d’un homme adulte.

Sainte-Foy-lès-Lyon / Rue J.-B.-Simon (Rhône)

284No du site : 69 202 027
Responsable d’opération : T. Vicard (Afan)
Date de l’intervention : 1997-1998
Superficie fouillée : 500 m2

285Nombre de sépultures : 2, groupées.

286Structures contemporaines associées : pas de certitude. Antérieures ou contemporaines des structures de l’Antiquité tardive/haut Moyen Âge.

287Situation des sépultures par rapport aux structures connues : au cœur des autres structures (fosses dont la fonction est mal connue).

288Datation proposée par T. Vicard : Antiquité tardive/haut Moyen Âge.

289Étude archéo-anthropologique réalisée (typologie, sexe et âge) : non. Sépultures en pleine terre d’après l’auteur du DFS (Vicard 1998). Un adulte, SP15, et un immature, SP14 (pour la sépulture 15, d’après le cliché photographique et le relevé graphique, on observe une disjonction du coude droit et un premier métatarsien déplacé latéralement au fémur droit en dehors du volume initial du cadavre ; ces arguments plaident plutôt pour une décomposition en espace vide ; la nature de l’espace vide ne peut être identifiée avec les éléments à notre disposition ; pour la sépulture 14, on note seulement un effet de paroi en arrière du bloc crânio-facial de l’immature, V.S.).

Synthèse

290Deux des trois ensembles funéraires recensés pour l’Antiquité tardive se situent près d’un bâtiment : Le Pillon et Le Trillet. Le dernier ensemble, Ménafauries, pour lequel la surface décapée n’a concerné que la zone funéraire, ne peut être associé à aucune occupation contemporaine. Pour ces ensembles de 10 à 30 individus, l’organisation en rangée n’est pas systématique. En revanche, l’implantation des inhumations forme des groupes assez compacts dans l’espace puisqu’il n’y a pas, pour les exemples rencontrés, de sépultures isolées à distance du noyau central.

291Pour les sites du haut Moyen Âge, les ensembles inventoriés totalisent un nombre très limité de sépultures par rapport aux effectifs connus des ensembles funéraires antiques. À Lyon, place des Célestins, 2 sépultures seulement sont localisées près des habitations et à Sainte-Foy-lès-Lyon, 2 inhumations se situent dans une zone périphérique d’habitat. Enfin, à Rillieux-la-Pape/Les Balmes, 3 sépultures se trouvent dispersées dans la zone de stockage de produits agricoles, à l’ouest d’un petit ensemble de 3 inhumations. Les unités d’habitation n’ont été révélées par la fouille que dans un cas, à Lyon, où les 2 sépultures se situent entre un chemin et un bâtiment. À Rillieux, aucune structure ne permet d’envisager la présence de bâtiment dans l’emprise fouillée. Ainsi, les batteries de fosses et de silos se répartissent systématiquement autour de plusieurs secteurs vierges de structures, suffisamment grands pour que l’on puisse y restituer vraisemblablement des activités agricoles diverses. Les sépultures dispersées, quant à elles, se situent plus ou moins en marge des aires d’ensilage (T1, T2 et T3) et le petit groupe composé de 1 adulte et de 2 immatures est localisé directement à l’ouest d’un des secteurs vierges précités. Dans un cas seulement, à Marennes/Saint-Fréjus, le groupe d’inhumations se situe près d’une nécropole de grande taille.

292Les 2 sépultures de la place des Célestins, à Lyon, de par leur situation dans l’espace, leur orientation et leur mode d’inhumation différents, ne présentent pas assez d’éléments pour être associées avec certitude. En revanche, les 2 sépultures mitoyennes de Sainte-Foy-lès-Lyon, avec leur orientation identique et la présence de 1 adulte et 1 immature inhumés vraisemblablement dans le même type de contenant en matière périssable, pourraient être contemporaines. À Rillieux-la-Pape/Les Balmes, la sépulture de la femme adulte est flanquée au sud par 2 sépultures d’immature ; elles forment, là encore, un groupe homogène, puisque les inhumations se respectent mutuellement dans leur implantation.

293Pour ce qui concerne le mode d’inhumation, les exemples rencontrés ne diffèrent pas de ceux découverts dans les nécropoles communautaires du haut Moyen Âge.

294Enfin, le recrutement de ces petits ensembles ne paraît pas spécialisé pour l’Antiquité tardive et pour le haut Moyen Âge. La répartition des adultes par sexe est normale, mais le recrutement des ensembles funéraires de l’Antiquité tardive se caractérise par un déficit des classes immatures les plus jeunes (0 et 1-4 ans : Blaizot et al. 2001). Pour les ensembles funéraires du haut Moyen Âge, les effectifs sont trop faibles pour que la répartition par classe d’âge soit pertinente ; du moins compte-t-on indistinctement pour chaque groupe des adultes et des immatures. En revanche, pour tous les ensembles inventoriés, la classe d’âge des 0 an fait systématiquement défaut. Cette absence, souvent mise sur le compte de facteurs d’érosion lorsque les fosses sont peu profondes, paraît, dans les cas discutés, plutôt relever d’un biais culturel. Là encore, ces caractéristiques sont les mêmes que celles que l’on rencontre généralement dans les ensembles communautaires.

Annexe 4. Catalogue analytique des sépultures

Chabrilian / Saint-Martin (Drôme)

295Tous les squelettes sont inhumés en décubitus dorsal avec la tête à l’ouest et les membres inférieurs en extension.

SM4024 (fig. 180)

296Architecture et forme de la fosse
Fosse, au plan incomplet, creusée dans le lœss et le remblai gallo-romain et partiellement détruite par le décapage. Dimensions : L estimée : 1,90 m ; prof. : 0,35 m. Pierre sous l’épaule droite.

297Attitude du squelette
Adulte masculin. Main gauche sur l’abdomen ; main droite sur l’hémithorax gauche. Destruction du bloc crânio-facial, de la ceinture scapulaire gauche et de la moitié proximale du fémur gauche.

298Argumentation
• Effets de paroi et de constriction (maintien de l’humérus droit en vue latérale, pendage médial de la scapula et verticalisation de la clavicule et des côtes avec chevauchement des extrémités).
• Mise à plat relative des volumes.
• Indices d’espace vide (disjonction des pieds surtout à droite, déplacement du 3e métatarsien droit en dehors du volume initial du cadavre en aval du pied, hallux et métatarsiens situés 0,04 à 0,05 m plus haut que le tarse contre la paroi de la fosse).

299Interprétation
Contenant étroit en matière périssable calé latéralement par la pierre dont la situation, en partie en arrière du squelette, laisse envisager un monoxyle.

SM4100 (fig. 176)

300Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse non observées. Dimensions : L estimée : 1,75 m ; l estimée : 0,50 m. Pierres sous l’épaule droite et sous le genou gauche.

301Attitude du squelette
Adulte masculin. Main gauche sur l’abdomen ; main droite sur l’hémithorax gauche. Destruction du bloc crânio-facial et d’une partie des pieds.

302Argumentation
• Effets de paroi et de constriction (maintien de l’humérus droit en vue latérale, pendage médial de la scapula et verticalisation de la clavicule et des côtes avec chevauchement des extrémités, mise à plat relative des volumes, rotation externe de la jambe et du pied droit et effet de paroi sur le pied gauche).

303Interprétation
Pas d’argument probant pour une décomposition en espace vide mais effet de constriction sur la ceinture scapulaire et effet de paroi latéral perceptible sur toute la longueur du squelette. Indices de colmatage différé du volume du corps. Hypothèse d’un contenant étroit en matière périssable calé latéralement par une pierre dont la situation, en partie en arrière du squelette, laisse envisager un monoxyle.

SM4101

304Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse non reconnues excepté au nord. Dimensions : L connue : 1,93 m ; l connue : 0,50 m ; prof. 0,15 m. Dans tiers nord-est, un moellon sur le fond de la fosse et contre la paroi nord.

305Attitude du squelette
Adulte féminin. Main droite sur le coxal droit ; main gauche sur l’avant-bras droit.

306Argumentation
• Effet de paroi (maintien des humérus, verticalisation des clavicules).
• Indices d’espace vide (mise à plat des volumes, pièces osseuses en dehors du volume initial du cadavre [phalanges de pied, 1er cunéiforme et 1er métatarsien]).

307Interprétation
Effet de paroi sans effet de gouttière, profil plat de la fosse : contenant moyennement étroit en matière périssable calé latéralement par une pierre.

SM7029

308Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le lœss et recoupée par une fosse dans le tiers est. En plan, parois longitudinales rectilignes, paroi transvervale ouest courbe. Dimensions : L conservée : 1,05 m ; l : 0,57 ; prof. : 0,35 m.

309Attitude du squelette
Adulte masculin. Main gauche sur l’hémithorax droit ; main droite sur l’hémithorax gauche.

310Argumentation
• Effet de gouttière (humérus en vue postéro-latérale situés 0,04 m plus haut que la colonne vertébrale ; mise à plat des volumes incomplète).
• Colmatage différé voire progressif de certaines parties du corps (mains demeurées en connexion alors que la gauche est en position instable contre les extrémités sterno-latérales des côtes).

311Interprétation
Hypothèse de tombe en fosse au creusement interne étroit (creusement externe détruit ?).

SM7048 (fig. 165)

312Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans lœss. Plan de type 3b. Dimensions du creusement interne : L : 1,95 m ; l : 0,66 m ; prof. : 0,36 m ; creusement externe détruit. Banquette sur les quatre côtés : haut, à l’est : 0,36 m ; haut, à l’ouest : 0,30 m. Une lauze de molasse à plat sur chaque banquette transversale. Sur la banquette sud, deux fragments de lauze et trois tuiles incomplètes juxtaposés. Au-dessus de la colonne vertébrale et des iliums, une lauze de chant et une autre à plat dans le comblement. Une lauze visible contre la paroi nord, à l’ouest, et un bloc de molasse au-dessus des côtes gauches toujours dans le comblement.

313Attitude du squelette
Adulte masculin. Main gauche en dedans de la cuisse homolatérale ; main droite, par sa face dorsale, en partie en arrière du tiers proximal du fémur droit.

314Argumentation
• Profil de fosse concave (bloc crânio-facial et pieds situés 0,07 m plus haut que le bassin).
• Basculement en arrière du bloc crânio-facial, effondrement en avant de la mandibule sur la colonne vertébrale.
• Mise à plat des volumes.
• Déplacement en dehors du volume initial du cadavre de pièces osseuses bloquées par paroi nord de la fosse (3e et 4e métatarsiens gauches, patella gauche et hallux gauche).

315Interprétation
Décomposition en espace vide ; tombe en fosse au creusement interne large ; couverture mixte en matière périssable et en dalles maintenue par des calages.

SM7049

316Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le lœss. Plan rectangulaire aux petits côtés courbes. Dimensions : L : 1,17 m ; l : 0,46 m ; prof. : 0,11 m.

317Attitude du squelette
Enfant décédé vers sa cinquième année. Avant-bras gauche en extension dans le prolongement du bras ; avant-bras droit ramené en avant sur l’abdomen.

318Argumentation
• Disjonctions du coude droit, de la clavicule gauche et des os de la tête ; rotation vers la gauche du bloc crânio-facial et effondrement de la mandibule et de la clavicule gauche en amont de l’épaule gauche ; clavicule gauche et extrémité proximale de l’ulna droite en dehors du volume initial du cadavre.
• Effet de contrainte sur la partie supérieure gauche du squelette ; humérus en vue antéro latérale et côtes en vue exothoracique.
• Mise à plat de l’hémithorax droit et des iliums.

319Interprétation
Décomposition en espace vide ; l’absence d’effet de délimitation ne permet pas de restituer, avec certitude, un contenant en matière périssable.

SM7050

320Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss. Plan de type 3b. Dimensions : prof. : 0,40 m ; creusement externe : L : 2,35 m ; l : 0,80 m ; creusement interne : L : 2,10 m ; l : 0,70 m. Banquette sur trois côtés : haut. : de 0,07 à 0,22 m selon un pendage O-E. Calages de tuile et de blocs de molasse grossière juxtaposés sur la banquette nord ; moellon de molasse grossière sur la banquette sud ; fragment de tuile sur la banquette ouest.

321Attitude du squelette
Adulte masculin. Main gauche sur le coxal droit ; main droite en aval de l’hémithorax gauche.

322Argumentation
• Rotation secondaire du bloc crânio-facial vers la gauche ; articulations globalement maintenues.
• Mise à plat des volumes.
• Effet de gouttière (humérus situés 0,065 m plus haut que la colonne vertébrale, humérus gauche bloqué par la paroi de la fosse).
• Effet de paroi (ascension de l’humérus droit et verticalisation de la clavicule droite qui sort du volume initial du cadavre par son extrémité distale ; orientation perpendiculaire à l’axe du pied de certains os du tarse, des métatarsiens et des phalanges droits en vue médiale ; à gauche, effondrement des métatarsiens et des phalanges en aval du tarse avec une orientation en dedans des extrémités).

323Interprétation
Décomposition en espace vide ; tombe en fosse au creusement interne large ; couverture en matière périssable avec calages de pierre et de tuile.

SM7051 (fig. 191)

324Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss. Dimensions : creusement externe : L : 2,15 m ; l : 0,63 m ; prof. : 0,40 m ; creusement interne : l : 0,53 m. Banquette attestée au sud : haut. : 0,18 m. Calages de molasse juxtaposés sur la banquette sud. Deux cailloux effondrés sur le fond de la fosse près de la limite supposée de la banquette.

325Attitude du squelette
Adulte masculin. Main gauche sur abdomen ; main droite contre la face latérale de l’ilium droit. Jambe et pied gauche recoupés par fosse.

326Argumentation
• Articulations globalement préservées.
• Effet de paroi (verticalisation des clavicules, humérus gauche maintenu en vue latérale, léger décalage vers le haut de l’humérus droit) ; effet de paroi en aval du poignet droit (phalanges et métacarpiens, en connexion, orientés en amont par leur extrémité distale) ; effondrement du pied droit avec effet de paroi latéral.
• Effet de délimitation matérialisé par l’avant-bras et le pied droit ; la patella droite contre la face postéro-latérale du radius droit respecte cette limite. • Indices d’espace vide (rotation secondaire du bloc crânio-facial, mise à plat des volumes, effondrement des calages).

327Interprétation Décomposition en espace vide ; tombe en fosse ; couverture en matière périssable avec calages de pierre. Les effets de délimitation et de paroi observés sur la main et sur le pied droits du squelette semblent témoigner de contraintes ponctuelles.

SM7052

328Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss, recoupée à l’est par une fosse. Plan de type 3b ? Dimensions conservées : creusement externe : L : 1,35 m ; l : 0,70 m ; prof. : 0,36 m ; creusement interne : L : 1,35 m ; l : 0,45 m. Banquette sur parois longitudinales : haut. : 0,36 m ; deux dalles de molasse juxtaposées sur banquettes couvrant toute la fosse ; sous les dalles, calages de molasse juxtaposés sur banquettes sud et nord.

329Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche repose en partie en amont de l’épaule droite ; main droite sur côtes homolatérales ; moitié distale des jambes et pieds recoupés par une fosse.

330Argumentation
• Effets de paroi et de constriction (à droite, maintien en équilibre instable du membre supérieur, verticalisation de la clavicule et décalage en hauteur de l’épaule ; à gauche, humérus dirigé en dedans par son extrémité distale).
• Effet de gouttière (maintien du volume de la cage thoracique et du bassin).
• Patella droite en place, déplacement de la gauche sur la face antérieure de la patella droite.

331Interprétation
Aucun argument taphonomique pour une décomposition en espace vide ; tombe en fosse avec couverture de dalles calées par des pierres.

SM7066

332Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le lœss et la terrasse würmienne et recoupée à l’ouest par fosse. Plan de type 3a. Profil longitudinal concave. Dimensions conservées : L : 1,82 m ; l : 0,50 m ; prof. : 0,41 m.

333Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche dans le pelvis ; main droite sur vertèbres thoraciques.

334Argumentation
• Effet de gouttière (pendage médial des scapulas de 0,05 m, humérus situés 0,07 m plus haut que la colonne vertébrale
• Verticalisation moyenne des clavicules, mise à plat relative des côtes
• Volume du bassin maintenu).
• Effet de paroi (disjonction du tarse gauche avec calcaneus en vue postérieure). • Déplacement (l’atlas repose en amont de l’épaule droite et sort du volume initial du cadavre).

335Interprétation
Décomposition en espace vide ; tombe en fosse avec couverture en matière périssable.

SM7068

336Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans lœss. Plan de type 1b. Dimensions : L : 2,23 m ; l : 0,71 m ; prof. : 0,35 m. Banquette sur quatre côtés : haut. : 0,33 m à l’est et 0,22 m à l’ouest ; l moyenne : 0,15 m ; l à l’est : 0,40 m. Dalle de molasse à plat sur banquette et dans comblement au-dessus des membres inférieurs du squelette.

337Attitude du squelette
Adolescent décédé vers l’âge de 15 ans. Main droite sur l’abdomen ; avant-bras gauche sur le droit.

338Argumentation
• Effets de paroi et de constriction (à gauche, rotation interne complète de l’humérus en connexion avec la scapula demeurée en vue postéro-latérale ; extrémité proximale de l’humérus gauche dirigée en dedans ; pieds en connexion effondrés avec extrémités des tarses dirigés vers l’extérieur ; en revanche, métatarsiens et phalanges orientés vers l’axe médian).
• Volume de l’hémithorax gauche et du bassin maintenu.
• Mise à plat des côtes droites.
• Indices d’espace vide : rotation vers la droite du bloc crânio-facial ; effondrement de la mandibule en vue supérieure ; affaissement de l’humérus et de la scapula gauches dû à la forme de la fosse.

339Interprétation
Espace vide ; tombe en fosse au creusement interne étroit ; couverture mixte en matière périssable et en dalle de molasse. La position des pieds témoigne d’une contention peut-être due à la présence d’une enveloppe souple car les bords de fosse sont situés à distance.

SM7069 (fig. 188)

340Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss. Plan de type 3a. Dimensions : creusement externe : L : 2,14 m ; l : 0,73 m ; prof. : 0,38 m ; creusement interne : l 0,53 m. Banquette sur trois côtés : haut. : 0,10 m.

341Attitude du squelette
Jeune adulte masculin. Main droite sur l’abdomen ; main gauche contre la face latérale du fémur homolatéral ; mains en connexion stricte.

342Argumentation
• Effet de paroi (décalage en hauteur de l’épaule gauche par rapport à la droite, tarse gauche en vue distale et métatarsiens gauches effondrés en dedans par leur extrémité distale, tarse droit en vue médiale et métatarsiens droits en vue dorso-médiale orientés vers l’axe médian).
• Relative mise à plat des volumes.

343Interprétation
Aucun indice fiable de décomposition en espace vide. La relative mise à plat des volumes témoigne peut-être d’un colmatage différé avec un colmatage progressif des mains, surtout la droite qui est maintenue alors qu’elle est située sur un fort volume de chair.

344L’effet de paroi observé sur les pieds rend compte d’une contrainte qui ne serait pas incompatible avec l’hypothèse d’une enveloppe souple. Possibilité de tombe en fosse au creusement interne étroit avec une couverture en matière périssable.

SM7070

345Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss. Plan de type 1b. Dimensions : creusement externe : L : 2,33 m ; l : 0,75 m ; prof. : 0,29 m ; creusement interne : l : 0,55 m. Banquette sur trois côtés : haut. : 0,20 m ; moellon de molasse sur la banquette sud et petit galet à l’est sur la banquette nord.

346Attitude du squelette
Adulte masculin. Main gauche en connexion stricte sur les vertèbres thoraciques ; main droite dissociée dans l’abdomen.

347Argumentation
• Effet de paroi (tarse droit en vue médiale alors que métatarsiens et phalanges sont orientés médialement).
• Mise à plat des volumes excepté du coxal gauche.
• Tarse gauche en connexion en vue médiale ; en revanche, naviculaire et métatarsiens dissociés et effondrés en vue proximale.

348Interprétation
Aucun argument taphonomique en faveur d’une décomposition en espace vide. L’hypothèse est celle d’une tombe en fosse avec couvercle en matière périssable calé par des pierres. L’effet de paroi sur le pied droit suggère une contrainte ponctuelle.

SM7088

349Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le lœss et recoupée à l’ouest et à l’est par d’autres fosses. Dimensions : L conservée : 1,40 m ; l : 0,40 m ; prof. : 0,20 m. Dans le comblement, alignement de pierres et de fragments de tuile posés à plat contre la paroi sud et situés 0,11 m au-dessus du fond de la fosse.

350Attitude du squelette
Adulte masculin. Main gauche en aval de la poitrine droite ; main droite disloquée dans l’hémithorax gauche. Destruction du bloc crânio-facial, du membre supérieur droit, d’une partie du membre supérieur gauche, des ceintures scapulaires, des jambes et des pieds.

351Argumentation
Maintien des volumes, surtout celui du bassin.

352Interprétation
Tombe en fosse au creusement interne étroit ; le milieu de décomposition ne peut être défini.

SM7089 (fig. 156)

353Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss. Plan de type 3b. Dimensions : creusement externe : L : 2,15 m ; l : 0,75 m ; prof. : 0,45 m ; creusement interne : L : 1,75 m ; l. 0,55 m. Banquette sur trois côtés : haut. : 0,28 m à l’est, 0,24 m à l’ouest. Moellon de molasse sur la banquette sud et petit galet à l’est de la banquette nord ; moellon de molasse à plat sur les banquettes nord, sud et est ; à l’est, bloc de molasse planté de chant sur le fond de la fosse et contre la paroi du creusement ; sur ce bloc et sur les banquettes nord et sud reposent deux fragments de dalle.

354Attitude des squelettes
Adulte féminin. Main gauche disloquée dans la poitrine droite ; main droite sur l’épaule droite. Enfant. Mort en période périnatale d’après la situation des membres inférieurs par rapport aux côtes : tête à l’est et pieds à l’ouest ; os du squelette situés dans la moitié droite abdomen du squelette adulte.

355Argumentation
• Effet de paroi (pied gauche en vue latérale et coxal gauche maintenu).
• Indices d’espace vide (pièces osseuses en dehors du volume initial du cadavre [cuboïde, 4e métatarsien]).
• Rotation du bloc crânio-facial.
• Mise à plat des volumes.

356Interprétation
Espace vide ; tombe en fosse au creusement interne large ; couverture en matière périssable avec calages. L’effet de paroi observé sur le côté gauche est du au profil transversal oblique et concave de la fosse. Sépulture double ou femme enceinte ? Les éléments à notre disposition ne permettent pas de répondre à la question car le squelette de l’enfant a été partiellement détruit à la fouille.

SM7164 (fig. 166)

357Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss. Plan de type 1 a ? Dimensions : creusement externe : L : 2,07 m ; l : 0,65 m à l’ouest et 0,48 m à l’est ; prof. : 0,35 m ; creusement interne : l : 0,45 m à l’ouest. Banquette sur trois côtés : haut. : 0,30 m à l’est et 0,35 m à l’ouest. Moellon de molasse et fragments de lauze sur la banquette nord. Alignement de moellons de molasse à plat sur la banquette sud. À l’est, deux fragments de dalle superposés sur les banquettes nord et sud, calés par un moellon situé sur le fond de fosse et contre la paroi. Sur la droite du bloc crânio-facial du squelette, galet sur le fond de la fosse.

358Attitude du squelette
Adulte masculin. Main gauche sur l’abdomen ; main droite sur l’hémithorax gauche. Bloc crânio-facial et pieds situés 0,09 m plus haut que le bassin (profil longitudinal de la fosse concave).

359Argumentation
• Effet de gouttière (léger décalage en hauteur de l’épaule droite par rapport à la gauche, patella gauche contre la face latérale des os longs).
• Effet de contrainte (pied droit en vue latérale, moitié proximale des métatarsiens droits en avant du calcaneus droit).
• Articulations globalement maintenues.
• Indices d’espace vide (déplacement dans le volume initial du cadavre des pièces osseuses dissociées [tarse gauche et patella gauche] ; rotation du bloc crânio-facial).
• Mise à plat des volumes.
• Chute du calage (galet) posé à l’origine sur la banquette sud.

360Interprétation
Espace vide avec colmatage différé ; tombe en fosse ; couverture en matière périssable avec calages. Contrainte sur les os dissociés du pied compatible avec l’hypothèse d’une enveloppe souple autour du corps.

SM7173

361Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss et terrasse graveleuse recoupée au sud par une fosse. Plan de type 3a. Dimensions du creusement externe : L : 1,98 m ; l : 0,81 m ; prof. : 0,35 m. Banquette sur trois côtés : haut. : 0,25 m. Moellons de molasse et galet sur les banquettes nord, sud et est. À l’est, deux lauzes juxtaposées et calées par moellons sur banquettes nord et est. Moellon de molasse sur les côtes gauches du squelette.

362Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche contre la face latérale du fémur homolatéral ; main droite contre la face médiale du fémur droit.

363Argumentation
• Effet de gouttière (léger décalage en hauteur de l’épaule droite par rapport à la gauche, verticalisation des clavicules, humérus en vue antérolatérale, coxal gauche maintenu en vue antérieure).
• Articulations globalement maintenues et déplacement dans le volume initial du cadavre des pièces osseuses dissociées (tarse gauche et patella gauche).
• Indices d’espace vide : chute du calage posé à l’origine sur couverture mixte.

364Interprétation
Espace vide ; tombe en fosse avec creusement interne étroit ; couverture mixte en lauze et en matière périssable avec calages.

SM7178

365Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le loess et la terrasse graveleuse. Plan de type 3a. Dimensions : L : 1,90 m ; l : 0,75 m ; prof. : 0,46 m. Absence de banquette ; parois de la fosse obliques.

366Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche sur la crête iliaque droite ; main droite en amont de l’ilium gauche.

367Argumentation
• Effet de gouttière (humérus et scapula gauche en vue latérale, verticalisation extrême des clavicules).
• Articulations globalement maintenues, en particulier main gauche en position instable.
• Indices d’espace vide (situation de la mandibule en dehors du volume initial du cadavre).

368Interprétation
Peut-être tombe en fosse étroite à profil concave.

SM7181 (fig. 187)

369Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss et la terrasse graveleuse. Plan de type 2. Dimensions : creusement externe : L : 2,20 m ; l : 0,52 m ; prof. : 0,31 m ; creusement interne : parois obliques avec rétrécissement important à la base. Banquette attestée au nord : haut. : 0,22 m. Moellons de molasse à l’ouest de la banquette.

370Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche sur la crête iliaque droite ; main droite sur le coude gauche. Pieds situés 0,06 m plus haut que le crâne et le bassin.

371Argumentation
• Effet de gouttière (décalage en hauteur de l’épaule gauche par rapport à la droite, verticalisation moyenne des clavicules, pendage médial de 0,07 à 0,09 m des scapulas, coxaux maintenus). • Effets de paroi et de contention (pied droit en vue latérale avec les extrémités distales des métatarsiens dirigés en dedans).
• Mise à plat des côtes.
• Déplacement de la patella droite dans le volume initial du cadavre.
• Articulations globalement maintenues, en particulier celles des mains alors qu’elles sont en position instable ; pieds en connexion stricte dans l’attitude du « crucifié ».

372Interprétation
Pas d’argument taphonomique pour un espace vide. En revanche, les caractéristiques extrinsèques de la sépulture plaident en faveur de l’hypothèse d’une tombe en fosse avec creusement interne étroit et couverture en matière périssable avec calage. La position des pieds et le maintien en connexion stricte des mains rendent compte de contraintes peut-être liées à la présence d’une enveloppe souple autour du corps.

SM7182 (fig. 152)

373Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement avec amorce de logette céphalique. Plan de type 2. Dimensions : creusement externe : L : 2,04 m ; l : 0,70 m ; prof. : 0,33 m ; creusement interne : l : 0,35 m. Banquette sur quatre côtés : haut. : 0,23 m. Deux dalles de molasse juxtaposées sur les banquettes recouvrent la fosse. Calages au nord et à l’est.

374Attitude du squelette
Adulte masculin. Main gauche en arrière du coxal homolatéral ; main droite sur la tête fémorale droite.

375Argumentation
• Effet de gouttière (décalage en hauteur de l’épaule gauche par rapport à la droite, verticalisation des clavicules, scapulas en vue latérale).
• Effet de contention (tarses en vue médiale ; en revanche, le métatarse droit est en vue distale et le gauche est effondré et légèrement dirigé en dedans).
• Indices d’espace vide (clavicules en dehors du volume initial du cadavre par leur extrémité distale).
• Mise à plat engagée des côtes et des iliums.

376Interprétation
Tombe en fosse avec creusement interne étroit et couverture en dalle de molasse avec calages. L’effet de paroi et de constriction sur les métatarsiens témoigne de contraintes dues à la présence d’une enveloppe souple autour du corps ou à un colmatage rapide.

SM7183

377Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement qui recoupe lœss et terrasse graveleuse. Plan de type 3a. Dimensions : creusement externe : L : 1,90 m ; l : 0,74 m ; prof. : 0,37 m ; creusement interne : parois obliques évasées pour profil transversal. Banquette sur trois côtés : haut. : 0,30 m. Moellons et galets sur les banquettes longitudinales.

378Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche en dedans de l’épaule homolatérale ; main droite sur le coude gauche.

379Argumentation
• Effet de gouttière (amplitude limitée du déplacement de la phalange de la main à l’extérieur de l’humérus gauche, pendage médial de la scapula droite, verticalisation moyenne des clavicules, maintien relatif des iliums).
• Indices d’espace vide (phalange de la main en dehors du volume initial du cadavre).
• Mise à plat des côtes.

380Interprétation
Tombe en fosse, avec creusement interne étroit et couverture en matière périssable avec calages.

SM7334

381Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse détruites.

382Attitude du squelette
Adulte masculin. Destruction partielle du squelette. Membre supérieur gauche détruit ; main droite contre la face postéro-latérale du fémur homolatéral.

383Argumentation
• Effet de paroi (maintien en position instable de l’avant-bras droit et de certaines phalanges de la main).
• Mise à plat des volumes du thorax et du bassin.
• Déplacement dans le volume initial du cadavre du 5e métatarsien gauche.

384Interprétation
Les arguments taphonomiques font défaut pour l’identification du mode d’inhumation.

SM7337 (fig. 153)

385Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss. Plan de type 2. Profil longitudinal concave. Dimensions : creusement externe : L : 1,92 m ; l : 0,56 m ; prof. : 0,42 m ; creusement interne : L : 1,65 m ; l : 0,36 m. Banquette : haut. : 0,27 m. Alignement sur plusieurs assises de moellons et de fragments de tuile sur la banquette nord. Au sud, même alignement de moellons et fragments de tuile sur une assise.

386Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche contre la face latéro-postérieure du fémur homolatéral sur le fond de la fosse ; main droite dans le pelvis. Bloc crânio-facial et pieds situés 0,11 m plus haut que le bassin.

387Argumentation
• Effet de gouttière (épaules surélevées, fort pendage médial [de 0,07 à 0,08 m] des scapulas, clavicules verticalisées).
• Effet de paroi latéral et distal sur les pieds.
• Métatarsiens et phalanges effondrés en avant des éléments en place.

388Interprétation
Tombe en fosse au creusement interne étroit ; couverture en matière périssable maintenue par des calages.

SM7338

389Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss. Plan de type 2. Dimensions : creusement externe : L : 1,88 m ; l : 0,80 m ; prof. : 0,40 m ; creusement interne : L : 1,55 m. Banquettes sur quatre côtés : haut. : 0,20 m. Dans le comblement, moellons et tuiles situés 0,32 m au-dessus du fond de fosse. À l’est, fragments d’une dalle de molasse juxtaposés sur la banquette sud. À l’ouest, moellons et fragments de tuiles sur les banquettes sud, ouest et nord.

390Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche sur poitrine gauche ; main droite en connexion sur avant-bras gauche.

391Argumentation
• Effet de gouttière (décalage en hauteur de l’épaule gauche par rapport à la droite, verticalisation de la clavicule gauche, pendage médial des scapulas de 0,07 à 0,08 m, maintien du volume du thorax et du bassin).
• Effet de paroi sur les métatarsiens gauches.
• Articulations globalement maintenues.

392Interprétation
Les arguments taphonomiques témoignent plutôt d’une décomposition en espace colmaté. En réalité, les caractéristiques extrinsèques de la sépulture (tombe en fosse au creusement interne étroit et couverture en matière périssable maintenue par des pierres de calage) sont compatibles avec l’hypothèse d’un espace vide initial qui se serait alors colmaté rapidement.

SM7339 (fig. 186)

393Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss. Plan de type 3a. Dimensions : creusement externe : L : 2,05 m ; l : 0,80 m ; prof. : 0,53 m ; creusement interne : L : 1,55 m. Banquette sur quatre côtés : haut. : 0,41 m à l’ouest, 0,36 m à l’est. Deux moellons juxtaposés à l’ouest de la banquette sud.

394Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche en connexion stricte sur le fond de la fosse contre la face latéro-postérieure du fémur homolatéral ; main droite en connexion sur l’ilium gauche.

395Argumentation
• Effet de contrainte (verticalisation de la clavicule gauche et rotation externe de l’humérus, fémur et pied gauches en vue latérale).
• Articulations globalement maintenues.
• Indices d’espace vide (rotation du bloc crânio-facial, extrémité distale de la clavicule gauche en dehors du volume initial du cadavre).

396Interprétation
Tombe en fosse avec couverture en matière périssable calée par des pierres.

SM7341

397Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss. Plan de type 2. Dimensions : creusement externe : L ; 2,05 m ; l : 0,70 m ; prof. : 0,43 m ; creusement interne : L : 1,55 m. Banquettes : haut. : 0,28 m. Brique au nord-ouest sur la banquette, bloc à l’est à cheval sur les banquettes nord et sud ; bloc en molasse à plat dans le comblement, quelques centimètres au-dessus des tibias du squelette.

398Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche contre la face antéro latérale du fémur gauche ; main droite en connexion sur l’ilium gauche. Bloc crânio-facial surélevé par rapport au reste du corps.

399Argumentation
• Étroitesse de la fosse (blocage des humérus contre la paroi de la fosse et verticalisation des clavicules).
• Effet de gouttière (mise à plat limitée des côtes et des iliums).
• Maintien en position instable de l’avant-bras gauche et des articulations labiles ; légère disjonction du coude droit ; patellas en place ; pieds en connexion stricte dans la position du « crucifié ».
• Indices d’espace vide (extrémité distale des clavicules et extrémité proximale de l’ulna droite en dehors du volume initial du cadavre, léger basculement des os de la tête au cours de la décomposition, bloc de molasse effondré).
• Le maintien du pied gauche résulte peut-être de la présence d’une enveloppe souple décomposée après colmatage.

400Interprétation
Tombe en fosse au creusement interne étroit ; couverture en matière périssable maintenue par des calages.

SM7342

401Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss (creusement externe détruit). Plan de type 3a. Dimensions du creusement interne : L : 1,70 m ; l : 0,55 m ; prof. : 0,15 m. Banquette : haut. : 0,15 m.

402Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche sur l’abdomen ; main droite sur avant-bras gauche.

403Argumentation
• Étroitesse de la fosse (humérus restés en vue latérale, verticalisation moyenne des clavicules).
• Disjonctions (coude droit et mains dans le volume initial du cadavre).
• Mise à plat du thorax engagée, volume du bassin maintenu.

404Interprétation
Aucun indice d’espace vide. Tombe en fosse au creusement interne étroit. La destruction du creusement externe ne permet pas de restituer la couverture de la sépulture.

SM7343 (fig. 168)

405Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss. Plan de type 3b. Dimensions : creusement externe : L : 2 m ; l : 0,65 m ; prof. : 0,34 m ; creusement interne : L : 1,70 m. Banquette : haut. : 0,28 m. Moellon sur la banquette nord, moellons et fragments de tuile sur la banquette sud et moellon sur la banquette est.

406Attitude des squelettes
Adulte masculin. Main gauche dissociée en aval de l’hémithorax droit ; main droite effondrée dans le pelvis. Enfant. Mort entre 2 et 4 ans, il jouxte la fibula droite du squelette adulte. Membre supérieur droit disparu ; avant-bras gauche sur l’abdomen.

407Argumentation sur le squelette adulte (US 7409)
• Effet de paroi (les deux humérus sont restés en vue latérale ; décalage en hauteur de l’épaule droite par rapport à la gauche ; verticalisation de la clavicule droite ; tarse proximal gauche en vue distale et effondrement du tarse distal et des métatarsiens gauches en connexion avec les phalanges ; métatarsiens et phalanges gauches et droites orientés en dedans par extrémités distales).
• Effet de délimitation sur les os du tarse distal droit effondrés et dispersés en avant du fémur de l’immature.
• Mise à plat relative des volumes.
• Indices d’espace vide (rotation vers la droite du bloc crânio-facial et dislocation de la mandibule).

408Argumentation sur le squelette de l’immature (US 7351) :
• Effet de contrainte sur le côté supérieur gauche dû à la situation du corps, à l’origine plaqué contre l’adulte.
• Disjonction du bloc crânio-facial et de la mandibule, qui est tombée en avant et en partie en dehors du volume initial du cadavre.
• Effet de paroi (bloc crânio-facial en vue supérieure).

409Interprétation
Espace vide ; tombe en fosse avec couverture en matière périssable calée par des pierres et des tuiles. Sépulture double : il semble que les dépôts aient été simultanés : s’ils avaient été successifs, les os en situation peu stable – patella droite de l’adulte et côtes gauches de l’immature – auraient été perturbés, ce qui n’est pas le cas. Les effets de contrainte et de délimitation observés uniquement sur le squelette adulte semblent rendre compte, non pas d’un contenant rigide, mais d’une enveloppe souple.

SM7344

410Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss (creusement externe détruit). Plan de type 1a. Dimensions du creusement interne : L : 1,34 m ; l : 0,40 m à l’ouest, 0,30 m à l’est ; prof. : 0,23 m. Banquette : haut. : 0,23 m. Moellon sur la banquette nord ; à l’est, moellon planté de chant contre la paroi et sur le fond de la fosse. Profil longitudinal : pendage dans la moitié ouest de la fosse (vertèbre cervicale située 0,10 m plus haut que le bassin et les pieds, destruction au cours du décapage du bloc crânio-facial surélevé).

411Attitude du squelette
Enfant décédé entre 8 et 10 ans. Main gauche dissociée dans le pelvis ; main droite sur la face antéro-inférieure du coxal droit.

412Argumentation
• Mise à plat des volumes à l’exception du coxal gauche, légèrement maintenu.
• Rotation externe du membre inférieur droit avec patella en place.

413Interprétation
Aucun indice d’espace vide. Tombe en fosse ; couverture en matière périssable (avec calages ?).

SM7352

414Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse détruites. Longueur conservée du fond de la fosse : 0,40 m.

415Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche sur la poitrine homolatérale ; avant-bras droit ramené en avant sur l’abdomen.

416Destruction des os de la tête et du cou, des ceintures scapulaires, des moitiés proximales des humérus, de l’avant-bras gauche, du coxal et du membre inférieur gauche, et du membre inférieur droit à l’exception du tiers proximal du fémur.

417Argumentation
• Effet de contrainte (côtes droites verticalisées en vue supéro-exothoracique, maintien de l’humérus droit en vue latérale).
• Mise à plat des côtes gauches et du coxal droit.

418Interprétation
Aucun indice d’espace vide. La nature de la contrainte ne peut être déterminée car on ne peut dire si elle est due à la paroi de la fosse ou à la paroi d’un contenant en matière périssable.

SM7353

419Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss et la terrasse graveleuse (creusement externe détruit). Plan de type 1a. Profil longitudinal : le fond présente à l’ouest un petit ressaut d’une longueur de 0,10 m. Dimensions du creusement interne : L : 1,83 m ; l : 0,52 m à l’ouest, 0,36 m à l’est ; prof. : 0,20 m. Une dalle de molasse repose sur la banquette sud et dans le comblement au-dessus du bloc crânio-facial et de la cage thoracique. Galet de grande taille sur la banquette nord-ouest et sur la dalle de la banquette sud.

420Attitude du squelette
Adulte masculin. Main gauche sur la face interne de la cuisse gauche ; main droite sur l’ilium gauche. Bloc crânio-facial situé en partie sur le petit ressaut à l’ouest.

421Argumentation
• Disjonctions (vertèbres cervicales, clavicule droite, premières côtes particulièrement à gauche, coude droit, os des pieds).
• Effet de gouttière sur le côté droit avec un pendage médial de la scapula de 0,06 m.

422Interprétation
Espace vide attesté par l’effondrement des vertèbres cervicales et par le déplacement de la clavicule droite et des côtes gauches. Tombe en fosse ; la destruction du creusement externe ne permet pas la restitution de la couverture.

SM7359 (fig. 179)

423Architecture et forme de la fosse
Fosse oblongue creusée dans le lœss. Dimensions : L estimée : 2,20 m ; l : 0,68 m à l’est, 0,60 m à l’ouest ; prof. : 0,10 m. Moellon de molasse sur le fond de la fosse et contre la paroi nord du creusement dans la moitié ouest ; à l’est et toujours contre la paroi au nord, deux pierres juxtaposées sur le fond de la fosse. Au sud et à l’est du creusement, alignement de pierres sur fond de fosse.

424Attitude du squelette
Adulte masculin. Avant-bras gauche et droit en situation secondaire.

425Argumentation
• Effet de constriction (fermeture excessive des côtes [moitié sternale en avant sur la colonne vertébrale], scapula gauche maintenue de chant, verticalisation extrême des clavicules).
• Déplacements (dislocation et étagement des os du bassin, déplacement médial du membre inférieur gauche [calcaneus et phalanges à distance et en dehors de la cheville], chassé-croisé du membre supérieur et du fémur droit avec inversion de la position de l’avant-bras par rapport à l’humérus).
• Indices d’espace vide (mouvements effectués par les os, présence de pièces osseuses en dehors du volume initial du cadavre).
• Effet de délimitation au nord (extrémité proximale de l’ulna droite, extrémité distale de l’humérus droit, extrémité proximale du tibia droit, bord inférieur coxal droit, calcaneus et phalanges gauches dissociés).
• Indices de la concavité du fond (éversion du fémur, déplacement médial du membre inférieur gauche, pièces osseuses ayant migré latéralement situées moins profondément).

426Interprétation
Contenant étroit en matière périssable (effet de délimitation) ; les indices de la concavité du fond et la situation des pierres de calage très près du corps permettent de restituer un cercueil aménagé dans un tronc d’arbre. L’emplacement des calages installés à l’ouest montrerait que la taille du contenant était supérieure à celle du corps.

SM7374 (fig. 189)

427Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss (creusement externe détruit à l’ouest). Plan de type 3a ? Dimensions du creusement interne : L : 1,89 m ; l : 0,45 m ; prof. : 0,39 m. Banquette à l’est : haut. : 0,13 m.

428Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche en amont de l’épaule gauche ; main droite sur l’hémithorax gauche.

429Argumentation
• Effet de constriction (verticalisation extrême des clavicules, maintien de l’humérus droit en vue latérale, maintien du volume de l’hémithorax gauche, mise à plat incomplète des côtes droites en vue exothoracique, coxal gauche maintenu).
• Effet de contrainte latéralement sur le pied gauche.
• Déplacement de plusieurs os du pied dans le volume initial du cadavre (phalanges et métatarsien droit).
• Indices d’espace vide (extrémité distale des clavicules en dehors du volume initial du cadavre, rotation latérale du tarse droit).

430Interprétation
Tombe en fosse. Le plan de son creusement interne, resserré à chaque extrémité, donne à penser que les effets de contention et de contrainte ne sont pas dus à la proximité de la paroi, ni à la présence d’un contenant en matière périssable.

SM7375

431Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss. Plan de type 1a. Dimensions : L : 1,55 m ; l : 0,55 m ; prof. : 0,41 m ; creusement interne : L : 1,35 m. Banquette sur quatre côtés : haut. : 0,13 m. Dans le tiers est de la fosse, dalle de molasse sur les banquettes nord, est et sud.

432Attitude du squelette
Enfant décédé autour de 4 ans. Main gauche et main droite contre la face latéro-postérieure des iliums. Perturbations exogènes (par un fouisseur) : côtes, extrémité proximale de l’ulna gauche, 3e métacarpien gauche et fibula droite. Certaines pièces se situent au-dessus du fond de la fosse.

433Argumentation
• Mise à plat des volumes.
• Os des pieds dissociés.
• Indices d’espace vide (pièces osseuses en dehors du volume initial du cadavre ; la raison de ces mouvements demeure toutefois suspecte [fouisseur ?]).

434Interprétation
Tombe en fosse ; couverture mixte en dalles et en matière périssable ?

SM7380

435Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss. Plan de type 3b ? Dimensions : L : 2,30 m ; l : 0,72 m ; prof. : 0,25 m ; creusement interne : I : 0,60 m. Banquette sur trois côtés (N, S et E) : haut. : 0,10 m. À l’ouest, dalle de molasse de chant sur le fond de la fosse et contre sa paroi. Sur la banquette sud, à l’est, moellon de molasse.

436Attitude du squelette
Adulte masculin. Main gauche en connexion sur l’ilium droit ; main droite dans l’abdomen. Coude droit légèrement écarté du corps.

437Argumentation
• Léger effet de gouttière (surélévation des coudes par rapport à la colonne vertébrale, verticalisation moyenne des clavicules et des scapulas).
• Mise à plat complète des côtes et incomplète du bassin.
• Effet de paroi latéral sur le pied et la patella droite (rotation externe du fémur et de la patella maintenue en équilibre instable contre l’extrémité distale du fémur, rotation externe du tarse).
• Indices d’espace vide (déplacement de la patella gauche bloquée par la paroi nord du creusement en dehors du volume initial du cadavre ; dislocation de la mandibule).

438Interprétation
Tombe en fosse ; couverture en matière périssable.

SM 7381

439Architecture et forme de la fosse
Fosse oblongue creusée dans le lœss. Dimensions : L : 1,09 m ; l : 0,44 m à l’est, 0,35 m à l’ouest ; prof. : 0,16 m.

440Attitude du squelette
Enfant décédé vers l’âge de 2 ans. Main gauche sur le fond de la fosse, en position latérale par rapport à l’ilium homolatéral, avant-bras droit sur l’hémithorax gauche.

441Argumentation
• Effet de paroi (humérus droit en vue postérieure et scapula droite orientée en dehors par son angle inférieur, bloc crânio-facial en bon rapport avec la mandibule et en vue supérieure).
• Effet de délimitation sur les phalanges des pieds (pieds en vue dorsale avec phalanges perpendiculaires à l’axe des pieds).
• Indices d’espace vide : rotation secondaire du bloc crânio-facial.

442Interprétation
Colmatage différé ; la nature des effets de contrainte ne peut être identifiée.

SM7382

443Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le lœss et recoupée à l’ouest par la fosse-dépotoir. Dimensions : L conservée : 0,73 m ; l : 0,44 m à l’est, 0,35 m à l’ouest ; prof. : 0,10 m.

444Attitude du squelette
Restes osseux d’un sujet décédé autour de l’âge de 1 an. Pièces osseuses perturbées avec membres inférieurs en connexion à l’est.

SM 12098 (fig. 182)

445Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le lœss, de plan rectangulaire, aux angles arrondis à l’est. Sépulture recoupée au nord par une fosse domestique. Dimensions : L : 2,14 m ; l : 0,80 m ; prof. : 0,40 m. À l’ouest, dalle de molasse posée de chant contre la paroi et sur une autre dalle de molasse qui repose elle-même à plat sur le fond de la fosse. À l’est, deuxième dalle plantée de chant dans le fond de la fosse et appuyée contre la paroi. Au pied de cette dernière, une quatrième dalle de molasse repose à plat sur le fond de la fosse. Un fragment de tuile et un galet reposent sur le fond de la fosse, contre la paroi sud.

446Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche contre les côtes droites, main droite sur l’épaule homolatérale. Côté gauche du squelette détruit, à l’exception de la jambe. Bloc crânio-facial reposant sur une dalle à plat, à l’ouest.

447Argumentation
• Mise à plat complète des volumes.
• Disjonctions (os de la tête, os du pied gauche [talus, naviculaire, deux cunéiformes]).
• Indices d’espace vide (rotation secondaire du bloc crânio-facial, mise à plat des volumes, os dissociés du pied gauche en dehors du volume initial du cadavre).

448Interprétation
Contenant de type coffrage mixte, avec dalles de molasse et parois en matière périssable.

SM12099

449Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss. Plan de type 3a. Dimensions : creusement externe : L : 1,78 m ; l : 0,55 m ; prof. : 0,70 m ; creusement interne : L. : 1,70 m. Banquette sur trois côtés : haut. : 0,12 m. La paroi nord de la fosse présente un palier.

450Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche sur la poitrine gauche et main droite sur l’épaule controlatérale. Tête et pieds situés 0,06 m plus haut que bassin.

451Argumentation
• Mise à plat du volume du thorax.
• Maintien relatif des coxaux.
• Articulations globalement maintenues.
• Effet de paroi sur le pied gauche orienté médialement.

452Interprétation
Tombe en fosse ; couverture en matière périssable. L’effet de contention sur le pied gauche et le maintien des connexions labiles sont des arguments compatibles avec l’hypothèse d’une enveloppe souple, ou peuvent encore être attribués à des infiltrations de terre.

SM12100 (fig. 167)

453Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss (creusement externe détruit) et recoupée à l’ouest par une fosse clandestine. Dimensions : L : 1,90 m ; l : 0,45 m ; prof. : 0,20 m. Moellon effondré sur la fibula droite du squelette.

454Attitude du squelette
Adulte masculin. Main gauche en amont du coxal droit ; os de la main droite sur la poitrine homolatérale. Membre supérieur gauche, une partie du membre supérieur droit, os de la tête et vertèbres cervicales ainsi que côtes supérieures absents.

455Argumentation
• Mise à plat des volumes.
• Effet de contrainte et de délimitation (pied gauche effondré en avant du pied droit sans dispersion des os).
• Indices d’espace vide (chute d’un moellon de la banquette).

456Interprétation
Tombe en fosse ; couverture en matière périssable avec calage. L’effet de contention sur le pied gauche associé à un effet de délimitation angulaire sur les os dissociés plaident en faveur de l’hypothèse d’un contenant non rectiligne (enveloppe souple).

SM12101

457Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le lœss et recoupée à l’ouest par une fosse. Plan rectangulaire aux angles arrondis. Dimensions : L conservée : 1,20 m ; l : 0,70 m ; prof. : 0,55 m.

458Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche en connexion dans le pelvis ; main droite globalement maintenue sur la face interne de la cuisse droite. Squelette recoupé au niveau de la 2e vertèbre lombaire.

459Argumentation
• Mise à plat du bassin.
• Disjonctions multiples au niveau des pieds (tarse gauche en vue médiale [calcaneus, talus et tibia dissociés], déplacement du cuboïde gauche bloqué par la paroi nord de la fosse en dehors du volume initial du cadavre, effondrement des métatarsiens gauches, déplacement dans le volume initial du cadavre du naviculaire et du cunéiforme médial, tarse droit en vue médiale, métatarsiens effondrés et orientés médialement par face distale).

460Interprétation
Espace vide ; colmatage rapide du volume du corps suggéré par le maintien des connexions de la main gauche située sur un fort volume de chair.

SM12102 (fig. 164)

461Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss. Plan de type 1a. Dimensions : L : 2,32 m ; l : 0,80 m ; prof. : 0,48 m ; creusement interne : L : 1,95 m. Banquette sur quatre côtés : haut. 0,20 m.

462Attitude du squelette
Adulte masculin. Main gauche et main droite en connexion sur la face antéro-médiale des fémurs homolatéraux. Tête située 0,06 m plus haut que le bassin.

463Argumentation
• Mise à plat du thorax engagée, bassin ouvert.
• Disjonctions (tarse gauche en vue médiale, métatarsiens effondrés et bloqués par la fosse parallèlement à l’axe médian ; le tarse droit est bloqué par la paroi de la fosse en vue distomédiale ; les métatarsiens sont bloqués de même avec une orientation sur l’axe longitudinal).
• Indices d’espace vide (léger pivotement du bloc crânio-facial, pièces osseuses en dehors du volume initial du cadavre [scaphoïde et cunéiforme contre la paroi de la fosse, phalanges en aval des métatarsiens]).

464Interprétation
Tombe en fosse ; couverture en matière périssable. Maintien des connexions des mains vraisemblablement dû à un colmatage rapide des volumes ou à la présence d’un linceul.

SM12103

465Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss. Plan de type 2. Dimensions : L : 2,55 m ; l : 0,91 m ; prof. : 0,45 m ; creusement interne : I : 0,42 m. Banquette sur trois côtés (O, N, S) : haut. 0,10 m. Sur la banquette ouest, petit moellon en molasse.

466Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche sur l’hémithorax droit ; main droite dissociée en amont du coxal gauche.

467Argumentation
• Mise à plat des volumes.
• Articulations globalement maintenues.
• Effet de contention et de paroi (verticalisation des clavicules, têtes humérales orientées médialement avec rotation interne complète de l’humérus gauche).
• Aucun indice probant d’espace vide.

468Interprétation
Tombe en fosse ; couverture en matière périssable avec calages.

SM12152 (fig. 160)

469Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss (creusement externe détruit). Plan de type 3b. Dimensions restituées du creusement externe : L : 2,25 m ; l : 0,80 m à l’ouest, 0,60 à l’est ; prof. : 0,41 m ; creusement interne : L : 1,85 m. Banquette sur quatre côtés : haut. : 0,41 m. Couverture mixte en matière périssable et en dalles de molasse effondrées dans le comblement au-dessus du sol d’inhumation. Lauzes dans la moitié est et le tiers ouest de la fosse.

470Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche sur l’épaule homolatérale ; main droite dissociée sur les vertèbres thoraciques et sur les côtes gauches.

471Argumentation
• Effet de contrainte sur le côté droit du squelette (maintien de l’humérus droit en vue antéro-latérale, patella droite en position instable contre l’extrémité latérale du fémur, blocage du naviculaire droit dissocié contre la face latérale du tarse).
• Effet de paroi absent à gauche.
• Indices d’espace vide (extrémité distale de la clavicule droite en dehors du volume initial du cadavre, légère rotation du bloc crânio-facial, déplacement de la patella gauche bloquée par la paroi de la fosse ainsi que le 5e métatarsien gauche).

472Interprétation
Tombe en fosse ; couverture mixte en matière périssable et en dalles. Effet de contrainte noté sur le côté droit, vraisemblablement dû à l’obliquité du profil transversal au sud.

5M12153 (fig. 155)

473Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans le lœss (creusement externe détruit). Plan de type 2 ? Dimensions du creusement interne : L : 1,80 m ; l : 0,58 m à l’ouest et 0,32 m à l’est ; prof. : 0,29 m. Profil longitudinal concave. Banquette restituée au sud : haut. 0,29 m. Moellon de molasse sur la banquette sud ; fragment de tuile et moellon posés à plat dans le comblement au-dessus des pieds du squelette.

474Attitude du squelette
Adulte masculin. Main gauche dissociée sur la face médiale de la cuisse homolatérale ; main droite en connexion stricte sur la partie antéromédio-latérale du coxal gauche. Bloc crânio-facial détruit situé à l’origine 0,06 m plus haut que bassin et pieds situés 0,09 m plus haut que les coxaux.

475Argumentation
• Mise à plat modérée des volumes.
• Disjonctions (tarse gauche en vue médiale, métatarsiens gauches effondrés en avant et orientés perpendiculairement au tarse ; même phénomène à droite avec les os du tarse dissociés [talus, 1er et 2e cunéiformes]).
• Indices d’espace vide (les os dissociés du tarse droit sont situés en dehors du volume initial du cadavre contre la face latérale du tibia droit ; phalange localisée entre le tiers proximal des deux tibias).

476Interprétation
Tombe en fosse ; couverture en matière périssable avec calages ; creusement interne peu large.

Chabrillan / L’Hortal (Drôme)

477Les squelettes sont en décubitus dorsal avec la tête au nord-ouest et les pieds au sud-est, excepté le squelette 21 inhumé en procubitus (sur le ventre). Les membres inférieurs sont en extension, sauf ceux du squelette 29 légèrement fléchis vers le côté gauche. D’après l’analyse taphonomique, le cadavre de la sépulture 28 avait à l’origine les genoux surélevés.

CH13 (fig. 151 et 190)

478Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement (creusement externe détruit). Plan de type 3b. Dimensions : L : 2 m ; l : 0,75 m ; prof. : 0,41 m ; creusement interne : L : 1,85 m. Banquette restituée sur quatre côtés : haut. : 0,10 à 0,25 m. Couverture complète en dalles de molasse sur les banquettes calée par des pierres. Fond de fosse constitué du substrat siliceux induré.

479Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche sur la poitrine controlatérale ; main droite dissociée sur l’hémithorax gauche.

480Argumentation
• Glissement des os de la tête et du cou (angulation forte au niveau cervico-thoracique avec décalage du bloc crânio-facial par rapport à la mandibule).
• Mise à plat des volumes.
• Effet de contrainte (deux humérus maintenus de chant, verticalisation des clavicules, décalage en hauteur de l’épaule gauche par rapport à la droite, rotation interne du fémur droit).
• Effet de délimitation, à gauche, sur certaines pièces osseuses en dehors du volume initial du cadavre (phalange de la main, 2e métatarsien gauche).
• Indices d’espace vide (glissement des os de la tête et du cou, mise à plat des volumes, pièces osseuses en dehors du volume initial du cadavre).

481Interprétation
Tombe en fosse ; couverture en dalles de molasse avec calages. L’effet de délimitation dont on observe ponctuellement des traces ne plaide pas pour l’hypothèse d’un contenant à parois rigides, mais plutôt pour celle d’une enveloppe souple.

CH21

482Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse non reconnues et absence d’architecture de pierre.

483Attitude du squelette
Adulte masculin. Inhumation en procubitus. Avant-bras gauche ramené en aval de la poitrine ; main droite contre la face latéro-postérieure du coxal droit.

484Argumentation
• Articulations globalement maintenues excepté le coude gauche.
• Effet de paroi (décalage en hauteur de la moitié droite du squelette par rapport à la gauche, verticalisation de la clavicule droite, situation du coude droit à l’origine surélevé et bloqué contre une paroi).
• Aucun indice indiscutable en faveur d’un espace vide.

485Interprétation
L’effet de paroi observé sur le côté droit n’indique pas la nature de cette paroi (bord initial de la fosse ?). Le type de tombe ne peut être identifié.

CH22 (fig. 175)

486Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse non reconnues excepté au sud et absence d’élément d’architecture en dur.

487Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche en aval de l’hémithorax droit ; main droite en aval du coude gauche.

488Argumentation
• Articulations globalement maintenues excepté celle du coude gauche.
• Effet de contention (verticalisation des clavicules, décalage en hauteur des humérus par rapport aux scapulas ; à droite, maintien du coxal, chute médiale de la patella, pied effondré médialement).
• Indices d’espace vide (patellas, os de la main droite et pièces osseuses du pied gauche dissociées en dehors du volume initial du cadavre ; ces os du pied gauche se situent en périphérie et sont 0,03 m moins profondément enfouis que la fibula gauche).

489Interprétation
L’effet de contrainte observé sur le côté droit à distance du bord de la fosse implique que le corps évoluait dans l’espace vide d’un contenant en matière périssable étroit. La situation des os périphériques moins enfouis pourrait indiquer que les parois n’étaient pas strictement verticales.

CH25 (fig. 174)

490Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse non observées ; profil plat du fond.

491Attitude du squelette
Enfant décédé entre 3 et 5 ans. Avant-bras gauche et droit en extension dans le prolongement des bras.

492Argumentation
• Disjonctions (membre supérieur gauche à grande distance à l’extérieur de la scapula gauche, os du bassin disloqués, glissement médial du fémur droit qui passe en avant du tiers distal du fémur gauche, disjonctions des tibias [déplacement du gauche en dehors et en aval des métatarsiens, glissement médial du tibia droit en connexion lâche avec le fémur], fibula droite située latéralement et en aval du tibia droit) ; disjonctions importantes au niveau du thorax (première côte droite en vue inférieure, bascule des trois suivantes avec extrémité sternale en amont des têtes, retournement des suivantes en vue inférieure) ; glissement en aval de la clavicule droite ; les trois dernières cervicales en vue caudale, éjection en avant des huit premières vertèbres thoraciques avec côtes correspondantes engouffrées dans l’espace ainsi libéré ; verticalisation forte des côtes gauches et glissement en aval de la clavicule gauche.
• Effet de paroi (membre supérieur gauche en vue postérieure avec décalage en hauteur par rapport au droit, humérus droit en vue postérieure).
• Effet de délimitation (humérus gauche, ilium gauche, extrémité distale du fémur droit et du tibia droit).

493Interprétation
Espace vide. Les violentes disjonctions rendent compte d’effondrements alors que la décomposition du cadavre était avancée. Les disjonctions au niveau du thorax sont caractéristiques d’une fracture sur un mode « en V ». En revanche, pour la moitié inférieure, le phénomène est différent car seuls les os droits sont passés à gauche (les os gauches sont en place). Ces effondrements peuvent avoir été causés par des fractures d’un support du corps en matière périssable. Ces fractures se seraient produites à des endroits différents ce qui expliquerait la diversité des mouvements effectués par les os. Ces phénomènes ne sont pas dus à la forme de la fosse (fond plat) mais peut-être à la présence initiale de petites cales en matière périssable. Enfin, l’effet de délimitation sur les os dissociés et l’espace vide constituent des arguments en faveur de l’hypothèse d’un contenant.

CH26

494Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse non reconnues.

495Attitude du squelette
Immature décédé vers l’âge de 11-12 ans. Avant-bras gauche sur la poitrine et os de la main droite dans la moitié gauche de l’abdomen. Absence des os de la tête, de la moitié proximale de la colonne vertébrale, d’une partie des côtes, du membre supérieur droit et des pieds.

496Argumentation
• Effet de paroi (décalage en hauteur de l’humérus gauche par rapport à la scapula, maintien de l’humérus gauche en vue antéro-latérale).
• Mise à plat des volumes.
• Rotation externe du fémur et du tibia gauche.
• Indices d’espace vide (mouvement effectué par l’humérus gauche et mise à plat des volumes).

497Interprétation
L’effet de paroi associé à une contrainte importante sur l’humérus gauche et l’éversion du membre inférieur gauche, dus vraisemblablement à un fond légèrement en gouttière, sont des arguments qui permettent d’envisager la présence d’un contenant étroit dont l’angle entre le fond et la paroi latérale serait un peu concave.

CH27

498Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse observées au nord-est et au sud-ouest : sépulture recoupée dans le quart sud-est par une fosse. Contre la paroi nord, alignement de blocs de molasse dont certains reposent sur le sol d’inhumation et d’autres sont situés de 0,04 à 0,05 m au-dessus. Fond de fosse présentant un pendage de 0,09 m vers le nord-ouest. Sur l’avant-bras droit, plaque de molasse ; une deuxième plaque sur le fond de la fosse entre les fémurs du squelette.

499Attitude du squelette
Adolescent décédé vers l’âge de 15 ans. Avant-bras gauche sur l’abdomen, main droite dans le pelvis. Jambes et moitié distale des fémurs perturbées par la fosse. Absence du membre supérieur gauche à l’exception de l’extrémité distale de l’avant-bras et de la scapula gauche.

500Argumentation
• Mise à plat des volumes.
• Effet de délimitation linéaire sur les os du pied droit effondrés perpendiculairement à l’axe de la jambe.
• Indices d’espace vide (mise à plat des volumes, chute latérale du pied droit).

501Interprétation
L’effet de délimitation, observé uniquement sur un pied, ne permet pas la restitution certaine d’un contenant. Les blocs de la paroi nord-ouest de la fosse ont pu faire partie de la couverture, ou bien ils ont été utilisés comme éléments de calage d’un contenant en bois.

CH28 (fig. 185)

502Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse reconnues au nord-est, au sud-est et au sud-ouest. Dans la moitié nord de la paroi nord-est, bloc et moellon juxtaposés contre le creusement et sur le fond de la fosse. Extrémité sud-est : dalle de molasse posée de chant contre la paroi de la fosse. Pendage du fond de fosse de 0,06 m vers le nord-ouest.

503Attitude du squelette
Adulte féminin. Avant-bras gauche sur l’abdomen, avant-bras droit sur la poitrine homolatérale. Moitié proximale de l’humérus droit déplacée sur la mandibule (labour ?).

504Argumentation
• Disjonctions (bloc crânio-facial et mandibule en vue inférieure [cervicales absentes]) ; à gauche, extrémité distale du fémur et extrémité proximale du tibia juxtaposées (distance entre pied gauche en place et coxal gauche insuffisante pour y restituer le membre inférieur en extension) ; disjonction du fémur et du tibia droits avec la même distance insuffisante entre le pied et le coxal ; ces anomalies indiquent que les genoux étaient à l’origine surélevés ; pieds effondrés avec un métatarsien orienté perpendiculairement à l’axe du pied.
• Effet de contrainte (scapula et humérus gauches en vue antéro-latérale, léger décalage en hauteur du coxal gauche).

505Interprétation
L’amplitude des déplacements témoigne de l’existence d’un espace vide. La tête reposait initialement sur un élément (en matière périssable ?) Parois en matière périssable calées par les pierres et la dalle ?

CH29 (fig. 163)

506Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse reconnues au nord-est, au sud-est et au sud-ouest. La moitié est de la paroi nord-est est bordée de blocs situés 0,08 m au-dessus du fond de la fosse, certains étant en appui sur des fragments de dalle. Certains fragments de dalle inclinés vers le bas en direction de la paroi.

507Attitude du squelette
Adolescent décédé vers l’âge de 15 ans. Perturbations exogènes : absence du bassin, de la moitié proximale du fémur gauche, des côtes et du membre supérieur gauches, de la colonne vertébrale et des ceintures scapulaires. Avant-bras droit sur l’abdomen.

508Argumentation
• Affaissement des volumes.
• Déplacement latéral du 2e métatarsien droit à distance du tarse ; déplacement latéral du 2e métacarpien droit à distance de l’extrémité distale du fémur homolatéral.
• Indices d’espace vide (pièces osseuses en dehors du volume initial du cadavre).

509Interprétation
Les grandes amplitudes observées pour les déplacements indiquent que l’espace dans lequel évoluait le cadavre était assez large. Les blocs situés bien au-dessus du sol d’inhumation ont vraisemblablement servi de calage pour une couverture en dalles de molasse. En dedans de ces blocs se trouvent des fragments d’une dalle, vestiges du couvercle. Leur pendage témoigne d’un effondrement à l’intérieur de la fosse, ce qui expliquerait leur conservation à ce niveau.

CH30

510Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le substrat siliceux induré et recoupée par une autre fosse dans son angle sud/sud-est. Au nord-ouest et au sud-ouest, contre les parois de la fosse, petits moellons de molasse dans le comblement, un peu au-dessus du fond de la fosse.

511Attitude du squelette
Adulte féminin. Les avant-bras sont ramenés en avant sur l’abdomen.

512Argumentation
• Mise à plat des volumes.
• Effet de paroi (maintien du seul bras droit en vue latérale).
• Disjonction (coude gauche avec extrémité proximale de l’avant-bras en dehors du volume initial du cadavre).

513Interprétation
Espace vide. L’effet de paroi sur le bras droit n’est pas dû au bord de la fosse et les pierres pourraient appartenir à un blocage de la couverture. Les éléments manquent pour l’interprétation de la sépulture, tombe en fosse ou coffrage.

CH31

514Cette « sépulture » n’est représentée que par une dépression dans le substrat induré qui contient un fragment de mandibule d’un adulte. Il s’agit soit du fond d’une sépulture arasée, soit d’une mandibule erratique accidentellement rapportée dans le comblement d’une structure non funéraire.

Crest / Bourbousson (Drôme)

515Au cours de l’intervention de terrain, les sépultures n’ont pas fait l’objet d’un enregistrement selon les méthodes de l’anthropologie de terrain. L’estimation du mode d’inhumation a donc été réalisée ici à partir des clichés photographiques uniquement. Tous les squelettes sont inhumés en décubitus dorsal avec la tête au nord-ouest et les membres inférieurs en extension.

CB49 (fig. 196)

516Cet ensemble, situé au nord-ouest d’un tronçon de fossé orienté N-E/S-O (F0347), est détruit sur ses quatre côtés et n’est conservé que sur 0,75 m du sud au nord et sur 0,50 m d’est en ouest. Il se compose des restes de sujets adultes.

517Taphonomie
1er lot : deux coxaux et deux fémurs incomplets en connexion lâche. D’après la position des os, le corps a été déposé en décubitus dorsal avec la tête au nord.
2e lot représenté par un bassin complet avec deux fémurs en connexion lâche et la colonne vertébrale en connexion stricte, conservée de la 9e thoracique à la 5e lombaire. Enfin, une côte gauche en bon rapport anatomique avec la 9e thoracique. Sépulture primaire, corps déposé en décubitus dorsal, la tête au nord-ouest.
3e lot constitué d’un bloc crânio-facial en connexion lâche avec les quatre premières cervicales. Le maintien de ces connexions en majorité labiles témoigne d’une sépulture primaire. Partie anatomique placée en décubitus dorsal, la tête regardant au nord. La situation des os implique une rotation secondaire du bloc crânio-facial. Liaison de contiguïté positive (Duday 1987) entre le bloc crânio-facial et la mandibule disloquée en amont : os de la tête d’un même sujet.
4e lot composé des restes d’un thorax comprenant côtes supérieures et moyennes gauches et droites. Absence de vertèbre, mais côtes en bon rapport anatomique : sépulture primaire. Côtes, en vue endo-supérieure, plaquées contre le bloc crânio-facial du lot 3, de part et d’autre duquel elles ont glissé ; à gauche, déplacement en aval de la première côte et de la clavicule. Ensemble placé en décubitus dorsal avec la tête à l’ouest.

518Détermination du NMI
Ensemble composé des restes d’au moins deux individus : présence de doublets (coxaux et fémurs des lots 1 et 2). De plus, incompatibilité entre le lot no 4 de côtes robustes et côte gracile associées aux restes du squelette no 2. Il n’est en revanche pas possible d’estimer, à partir des ossements, si le bloc crânio-facial et les cervicales correspondent à un de ces deux individus, ou s’ils appartiennent à un autre squelette. Mais un certain nombre d’observations nous autorisent à discuter l’hypothèse selon laquelle nous serions en présence de quatre sujets :
• différents segments caractérisés par des orientations différentes d’éléments en connexion anatomique, chaque ensemble se superposant à un autre ;
• déplacement difficile des trois premières cervicales sans disjonction (connexion labile) ;
• le déplacement des autres régions est aussi peu envisageable puisqu’il est difficile d’imaginer que les côtes gauches et droites, détachées des vertèbres ici absentes, aient été replacées secondairement dans une situation de proximité anatomiquement correcte ou que les hanches aient été maintenues (connexion labile : Duday 1995).
Néanmoins, les conditions de prélèvement et de transport peuvent être telles qu’elles aient privilégié le maintien de certaines connexions labiles ; il est donc difficile d’affirmer que l’on est réellement en présence de quatre individus différents et de sépultures primaires.

519Dynamique de constitution
Les os des différents squelettes n’étaient séparés que par une faible couche de terre, ce qui nous conduit à nous interroger sur le caractère simultané ou successif des dépôts, qu’ils soient primaires ou secondaires. Lot 1 antérieur à 3 et à 4, car les côtes de 4 sont posées sur la moitié droite de l’abdomen de 1 et plaquées contre bloc crânio-facial de 3.
Lot 3 antérieur à 4 car les côtes de 4 ont glissé de part et d’autre du bloc crânio-facial situé entre 0,04 et 0,10 m plus profondément que celles-ci. S’il s’agit de sépultures primaires, le thorax venant sur le bloc crânio-facial, l’absence de la colonne vertébrale s’expliquerait par le fait qu’elle a été « éjectée » parce qu’elle s’est retrouvée en surplomb lors de la décomposition des chairs (le lessivage des sols et d’autres interventions postérieures, qui ont détruit une partie de cet ensemble, seraient à l’origine de sa disparition). Le fait que les côtes aient pu ainsi glisser contre le bloc crânio-facial indique que celui-ci était en partie découvert au moment où le lot no 4 a été déposé ; ceci signifie soit que les deux dépôts sont simultanés, soit que l’on a recreusé jusqu’au squelette sous-jacent, soit que 3 se trouvait dans un contenant qui était préservé lors de l’inhumation de 4. Le maintien des quatre premières cervicales dans le prolongement du bloc crânio-facial et la situation de la mandibule sur la partie postéro-médiale du coxal droit du lot 1 nous conduisent à privilégier la deuxième hypothèse si ce sont des cadavres qui furent déposés ; s’il s’agit de dépôts d’ensembles en partie décharnés, ces dépôts peuvent être simultanés. Lot 2 antérieur à 4 car les côtes de ce dernier reposent sur l’ilium du premier. 2 est antérieur à 3 d’après la situation respective du bloc crânio-facial, des vertèbres du lot 3 et de l’ilium du lot 2.
Enfin, il est probable que si 1 et 2 sont primaires, ils ne sont pas contemporains puisqu’il ne reste plus rien du premier en amont de ses coxaux. Cet espace est occupé par 4 et par 3, mais aussi par le bassin et la colonne vertébrale de 2 qui se situent dans son prolongement au nord-est.

520Interprétation
Il reste difficile de distinguer s’il s’agit de dépôts primaires successifs dont chacun aurait perturbé le précédent, ou d’une « vidange » de sépultures à l’origine établies en un autre lieu. Si cet ensemble est le résultat des dépôts successifs de deux, trois ou quatre sujets en décubitus dorsal, ceux-ci ont été effectués sur une surface définie, probablement exiguë compte tenu des recoupements partiels. Le premier sujet à avoir été déposé est un adulte féminin orienté la tête au nord (no 1). Le deuxième est un adulte masculin inhumé la tête à l’ouest (no 2). Le bloc crânio-facial et les cervicales font l’objet d’un troisième dépôt ou d’un remaniement du premier, tandis que l’ensemble de côtes a été placé en dernier lieu.
Aucune couche de terre ne sépare les différents lots aux endroits où ils se recouvrent. S’il s’agit de dépôts primaires, il semble qu’il se soit écoulé un laps de temps suffisamment long entre chacun d’entre eux puisque la décomposition du sujet précédent était à chaque fois avancée. La terre de recouvrement aurait été ôtée jusqu’à ce que les os de l’individu précédent apparaissent, à moins que l’ensemble ne se trouvât dans une espèce de caveau construit en matière périssable aménageant un espace vide unique pour l’ensemble, ce que nous ne pouvons pas prouver. S’il s’agit de dépôts secondaires, ils ont pu être pratiqués en une seule fois.

CB63

521Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse non reconnues. Sépulture installée sur un mur de l’Antiquité tardive (M17) et contre le parement extérieur d’un mur de bâtiment daté du ive s. (M18).

522Attitude du squelette
Adulte masculin. Sépulture partiellement détruite : absence des deux tiers inférieurs du thorax, d’une partie des bras, des avant-bras, du fémur droit, des jambes et des pieds. Mains situées en amont des épaules.

523Argumentation
• Effet de paroi (décalage en hauteur de l’épaule et du coxal droit par rapport à leurs homologues gauches).
• Indices d’espace vide (petits os des mains ou des pieds situés à l’intérieur du fémur gauche en dehors du volume initial du cadavre).

524Interprétation
Il n’est pas possible de discuter de la nature de cet espace vide (simple fosse couverte ou contenant en matière périssable).

CB302 (fig. 184)

525Architecture et forme de la fosse
Dimensions : L conservée : 1,50 m ; l : de 0,60 à 0,90 m. Contre la paroi longitudinale nord-ouest et dans l’angle est de la fosse, alignement de moellons situés 0,10 à 0,12 m au-dessus du fond de fosse.

526Attitude du squelette
Enfant décédé autour de 2-3 ans. Mains absentes ; avant-bras droit sur l’abdomen et avant-bras gauche en amont de celui-ci.

527Argumentation
• Disjonction (coude gauche avec un décalage en hauteur de l’avant-bras gauche par rapport à sa situation d’origine).
• Effet de paroi (flexion en avant et à gauche du bloc crânio-facial, maintien de l’humérus droit, décalage en hauteur de l’humérus et du coxal droits par rapport aux gauches, orientation médiale de l’humérus gauche).
• Observations non vérifiables : scapula gauche de chant avec un pendage distal de l’humérus gauche ; aucune pièce osseuse en dehors du volume initial du cadavre.

528Interprétation
Si les moellons, situés sur un ressaut, ont servi de calage à une couverture en matière périssable, l’effet de paroi mis en évidence témoigne de l’existence de limites internes. Deux restitutions possibles : soit le fond est surcreusé et l’effet de paroi enregistré à droite est celui d’un creusement interne ; la contrainte exercée en arrière de la tête et sur l’épaule gauche pourrait également être due à une forme particulière du creusement longitudinal qui aménagerait une surélévation ; soit le corps a été déposé dans un contenant en matière périssable rigide ou souple assez étroit.

CB303

529Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse non observées. Un galet se situe sur le squelette au niveau du pelvis.

530Attitude du squelette
Enfant décédé entre 3 et 5,5 ans. Mains absentes ; avant-bras droit sur l’abdomen et avant-bras gauche en extension dans le prolongement du bras.

531Argumentation
• Disjonction du coude gauche (extrémité proximale de l’avant-bras gauche à l’extérieur de la palette humérale).
• Mise à plat des volumes.

532Interprétation
L’état d’enregistrement ne permet pas de discuter le mode d’inhumation de ce sujet. Le galet témoigne peut-être de l’existence d’un espace vide s’il s’est effondré sur les os.

CB316

533Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse non reconnues. Un galet se situe à l’extérieur et à distance de l’épaule droite du squelette.

534Attitude du squelette
Enfant décédé entre 2,5 et 5 ans. Le cliché ne permet pas de reconnaître la position des avant-bras.

535Argumentation
• Disjonctions (vertèbres lombaires dissociées et en amont du coxal droit avec la première en vue crâniale ; la clavicule (droite ?) s’est déplacée en avant de la colonne vertébrale et son extrémité sternale se situe sur les côtes gauches).
• Effet de constriction (les humérus sont en vue latérale avec leur extrémité distale dirigée vers l’intérieur ; le tiers proximal de l’humérus gauche est passé en arrière de la scapula à plat).
• Indices d’espace vide (extrémité distale de la clavicule droite en dehors du volume initial du cadavre, côte située en avant du frontal).

536Interprétation
La constriction observée sur le thorax explique que les déplacements se sont effectués en amont et non pas latéralement : le corps a été déposé dans un contenant très étroit.

CB317 (fig. 178)

537Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse non reconnues.

538Attitude du squelette
Enfant décédé entre 8 et 12 ans.
Mains en aval du pelvis. Absence du bloc crânio-facial, des ceintures scapulaires, de l’humérus gauche, des côtes gauches, des jambes et des pieds.

539Argumentation
• Effets de paroi et de constriction (verticalisation des côtes droites, maintien de l’humérus droit en vue latérale, maintien des avant-bras à l’intérieur alors que le coude n’est pas dirigé vers l’extérieur).

540Interprétation
Le fémur gauche est en vue médiale mais la situation du coxal gauche n’est pas connue. L’éversion du fémur peut provenir de la mise à plat du coxal dans un espace vide assez large. Or, la moitié supérieure du squelette indiquerait au contraire que cet espace était plutôt étroit. Dans ce cas, le fémur n’a pu s’éverser que parce que le fond présentait une pente à ce niveau.

CB321

541Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse non observées.

542Attitude du squelette
Squelette de sujet décédé entre 0 et 6 mois. Sépulture lessivée, il ne reste du squelette que le thorax et le fémur gauche.

543Interprétation
La destruction de la quasi-totalité des ossements ne permet pas de discuter du mode d’inhumation.

Espeluche / Saint-Romain (Drôme)

544Tous les squelettes sont inhumés en décubitus dorsal avec la tête au nord-ouest et les membres inférieurs en extension, exceptés les squelettes des sépultures 26 et 28 qui ont les genoux légèrement fléchis. Les sépultures 20 et 27 sont orientées O-E.

SR1

545Architecture et forme de la fosse
Fosse à double creusement dans la terrasse würmienne. Limite de la fosse inconnue à l’est. Dimensions : L conservée : 1,60 m ; l : 1,20 m ; creusement interne : l de 0,55 à 0,60 m. Banquette sur trois côtés : l : 0,35 m.

546Attitude du squelette
Adulte féminin. Absence d’une partie du squelette : membres supérieurs, os de la tête, coxal et côtes gauches.

547Argumentation
• Disjonction fibulo-tibiale de la cheville gauche.
• Dislocations (métatarsiens droits orientés perpendiculairement au tarse droit, tarse et métatarsiens gauches effondrés avec les métatarsiens en bon rapport anatomique situés en aval du tarse) ; ces phénomènes se sont produits dans un espace vide.

548Interprétation
Tombe en fosse avec couverture (en matière périssable ?).

SR2 (fig. 181)

549Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse non reconnues dans le substrat graveleux.

550Attitude du squelette
Adulte masculin. Absence du membre supérieur droit et des os de la tête.
Avant-bras gauche dans l’abdomen et main droite sur la poitrine homolatérale.

551Argumentation
• Disjonction de l’extrémité distale des tibia et fibula gauches.
• Effet de contrainte latéral (maintien de l’humérus et pendage interne de la scapula gauches, coxaux fermés, maintien des chevilles serrées, maintien du volume des côtes droites avec leur tête en avant de la colonne vertébrale).
• Disjonction distale de l’avant-bras gauche ; disjonctions au niveau des pieds (métatarsiens effondrés sans dispersion des pièces osseuses).
• Indices d’espace vide (fragment distal de la fibula droite et phalange de pied en dehors du volume initial du cadavre).

552Interprétation
La présence de fortes contraintes latérales conjuguée à la situation des pierres localisées très près du corps sont des éléments qui peuvent témoigner de l’existence d’un contenant de type monoxyle à creusement interne angulaire et étroit.

SR3

553Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans la terrasse würmienne et tronquée par décapage dans son tiers est. Plan de type 3. Profil longitudinal concave. Dimensions conservées : l : 0,75 m ; prof. : 0,38 m.

554Attitude du squelette
Adulte féminin. Destruction au niveau des extrémités distales des fémurs. Main gauche en aval de l’hémithorax droit ; main droite dans l’abdomen.

555Argumentation
• Effet de gouttière (pendage médial des scapulas de 0,06 m, maintien des humérus situés 0,07 m plus haut que la colonne vertébrale, verticalisation moyenne des clavicules, côtes gauches remontées « en paquet », volume du bassin maintenu).
• Effet de paroi (décalage en hauteur de l’épaule gauche par rapport à la droite, maintien du bloc crânio-facial en vue supérieure [galet situé en amont du bloc crânio-facial]).
• Extrémité distale de la clavicule gauche en dehors du volume initial du cadavre.

556Interprétation
Espace vide ; fosse rupestre avec un creusement interne étroit.

SR4

557Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse estimées par la présence de gros galets placés en périphérie. L’hypothèse d’une structure domestique n’est pas exclue.
Dimensions : diamètre moyen de 1 m.

558Attitude du squelette
Enfant décédé entre 3 et 5 ans. Absence des os des extrémités, d’une grande partie de la colonne vertébrale et du membre supérieur droit. Fémurs ramenés en avant du thorax.

559Argumentation
Disjonctions (effondrement de la mandibule en vue inférieure, scapula gauche dans l’hémithorax gauche, fémur droit en connexion lâche avec le tibia situé plus ou moins latéralement aux côtes droites et orienté selon la logique anatomique).
• Tibia gauche parallèle au droit.

560Interprétation
La situation relative des différentes pièces osseuses et des os longs gauches indiquerait qu’il s’agit d’une inhumation primaire dans laquelle le corps a été déposé avec les membres inférieurs en hyperflexion sur le thorax. Toutefois, l’orientation du fémur droit est étonnante dans la mesure où elle indique qu’après s’être détaché du coxal (articulation labile) il se serait déplacé en amont au lieu de bascule, en entraînant le tibia (articulation persistante). Mais le côté droit du squelette, dont plusieurs pièces font défaut, peut avoir été remanié. Dans ce cas, le remaniement s’est produit en espace vide puisque tous les os reposent sur le fond de la fosse.

SR5

561Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse non reconnues dans la terrasse würmienne.

562Attitude du squelette
Os d’un squelette perturbé (sujet décédé vers l’âge de 5 ans) mais en bon rapport anatomique. Directement sur les os, reposaient cinq moellons de calcaire alignés sur l’axe O-E.

SR6 (fig. 173)

563Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans la terrasse würmienne. Dimensions : L : 1,45 m ; l : 0,65 m. Au nord et au sud, contre les parois longitudinales, alignement de moellons de calcaire sur le fond de la fosse.

564Attitude du squelette
Enfant décédé autour de 4-5 ans.
Absence des os des extrémités et d’une grande partie de la colonne vertébrale. Coudes légèrement écartés du corps. Les avant-bras reposent en avant de l’abdomen.

565Argumentation
• Effet de paroi (maintien des humérus).
• Léger effet de gouttière (verticalisation des clavicules et pendage médial moyen des scapulas).
• Mise à plat des volumes.
• Indices d’espace vide (extrémité distale des clavicules en dehors du volume initial du cadavre).

566Interprétation
Les observations architecturales et taphonomiques sont compatibles avec l’hypothèse d’un coffrage de bois large (faible contention sur les coudes) et sans fond (effet de gouttière : corps enfoncé dans le sol).

SR7 (fig. 177)

567Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans la terrasse würmienne. Dimensions : L : 2,35 m ; l : 0,70 m. Dans la moitié est, la paroi nord est bordée de petits moellons de calcaire sur le fond de la fosse. Deux moellons contre la paroi et sur le fond de la fosse au sud.

568Attitude du squelette
Adulte masculin. Mains sur l’abdomen.

569Argumentation
• Effet de paroi (à gauche, ascension de l’épaule, maintien de l’humérus, verticalisation de la clavicule ; à droite, orientation médiale de l’humérus ; tarse gauche maintenu et métatarsiens en vue médiale).
• Mise à plat du volume du thorax mais maintien des coxaux.
• Indices d’espace vide (rotation secondaire de la tête, extrémité distale des clavicules et naviculaire en dehors du volume initial du cadavre).

570Interprétation
Les observations architecturales et taphonomiques sont compatibles avec l’hypothèse d’un coffrage de bois étroit encore matérialisé par des traces noires.

SR8

571Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans la terrasse würmienne. Dimensions : L : 1,25 m ; l : 0,60 m. Fosse bordée de moellons calcaire sur le fond.

572Attitude du squelette
Restes osseux d’un enfant décédé vers l’âge de 10-12 mois, représentés par des dents et la partie pétreuse du temporal droit. Les diaphyses fémorales et humérales sont très altérées.

SR9

573Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse non observées.

574Attitude du squelette
Restes osseux d’un enfant décédé entre 2 et 3 ans, qui comportent quelques fragments du bloc crânio-facial et de vertèbres cervicales.

SR10

575Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans la terrasse würmienne. Dimensions : L certifiée : 1,10 m ; l : 0,50 m. Moellons de calcaire contre les parois et le fond de la fosse.

576Attitude du squelette
Restes osseux d’un immature décédé vers l’âge de 18 mois.

577Argumentation
Effet de délimitation observé sur le bloc crânio-facial en vue latérale gauche, l’humérus et un fragment de diaphyse fémorale, dont l’étiologie ne peut être interprétée.

SR11

578Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans la terrasse würmienne. Dimensions : L : 1,20 m ; l : 0,45 m. Cailloux alignés contre les parois nord et sud dans la moitié est de la fosse et contre la paroi transversale ouest.

579Attitude du squelette
Squelette d’immature très mal conservé.

580Argumentation
Les données disponibles ne permettent pas de discuter du mode d’inhumation.

SR12

581Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans la terrasse würmienne. Dimensions : L : 1,40 m ; 1 : 0,55 m. Pierres alignées contre les parois nord, ouest et sud de la fosse et situées 0,15 à 0,20 m au-dessus du fond de la fosse, certaines effondrées dans la fosse. Aucune pièce osseuse n’a été dégagée sur le fond de la fosse. L’hypothèse d’une sépulture n’est étayée que par la morphologie de la fosse et les éléments de calage situés contre ses parois longitudinales.

SR13

582Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans la terrasse wümienne et tronquée à l’est. Dimensions : L conservée : 1,30 m ; l : 0,55 m. Moellons de calcaire sur le fond de la fosse et contre ses parois longitudinales. Pendage du fond de fosse de 0,06 m vers l’est.

583Attitude du squelette
Enfant décédé vers l’âge de 5-6 ans. Avant-bras disloqués dans la partie basse du thorax et dans l’abdomen.

584Argumentation
• Disjonctions (bascule du bloc crânio-facial en vue supérieure, glissement en aval de l’humérus droit et disjonction de l’avant-bras droit dus vraisemblablement à la chute du moellon).
• Effet de gouttière (pendage médial des scapulas et forte verticalisation des clavicules).

585Interprétation
Espace vide ; l’hypothèse est celle d’un coffrage calé par des pierres et sans fond construit.

SR14

586Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans la terrasse würmienne. Limites reconnues dans la moitié est de la fosse, l’autre moitié étant détruite. Deux galets sur le sol d’inhumation et contre les parois.

587Attitude du squelette
Il ne demeure du squelette d’un enfant décédé avant 5 ans que les os long des membres inférieurs en vue antérieure.

SR15 (fig. 162)

588Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans la terrasse würmienne. Dimensions : L conservée : 2,25 m ; l : 0,70 m.

589Attitude du squelette
Adulte féminin. Main droite dans l’hémithorax gauche.

590Argumentation
• Disjonctions (extrémité proximale des avant-bras gauche et droit située très en aval des palettes humérales).
• Effet de contrainte (à droite, maintien de l’humérus, maintien du coxal en vue antéro-médiale, chute médiale de la patella gauche située en arrière-extrémité distale du fémur gauche, délimitation sur les os dissociés du tarse, affaissement du bloc cranio-facial).
• Mise à plat des volumes excepté du coxal droit.
• Indices d’espace vide (déplacement de la patella droite, extrémité distale des clavicules en dehors du volume initial du cadavre).

591Interprétation
L’effet de paroi, situé à distance du bord reconnu de la fosse, pourrait indiquer la présence initiale d’un contenant en matière périssable. Mais il est plus vraisemblable que les bords de la fosse aient été obliques et que l’effet de paroi marque la limite inférieure du creusement, comme le montrent la chute en dedans de la patella droite et le maintien in situ de la patella gauche malgré l’effondrement du coxal. Dans ce cas, il s’agirait plutôt d’une tombe en fosse avec couverture en matière périssable.

SR16

592Architecture et forme de la fosse
Limites de la fosse détruites.

593Attitude du squelette
Adulte féminin. Squelette incomplet : présence du thorax, de la clavicule droite, du membre supérieur gauche, du bassin, du tiers proximal du fémur gauche. Avant-bras gauche en avant de l’abdomen.

594Argumentation
La clavicule droite sort du volume initial du cadavre par son extrémité distale, mais il peut s’agir d’un remaniement postérieur à la décomposition.

595Interprétation
Aucun élément ne permet de discuter du mode d’inhumation.

SR17 (fig. 183)

596Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans la terrasse würmienne. Dimensions : L : 2,70 m ; l : 0,85 m. Les parois nord, sud et ouest sont bordées de pierres de différents modules disposées sur trois assises au nord et au sud et sur une assise contre la paroi transversale ouest. Les premières assises sur le sol d’inhumation ; hauteur totale des trois assises : 0,27 m.

597Attitude du squelette
Adulte féminin. Corps placé à 0,70 m de la paroi transversale ouest. Main gauche en aval du thorax ; main droite en amont de la poitrine homolatérale.

598Argumentation
• Effet de gouttière (humérus en vue latérale situés plus haut que la colonne vertébrale, pendage médial des scapulas et verticalisation des clavicules).
• Disjonctions (rotation secondaire du bloc crânio-facial, disjonctions des poignets et du coude gauche, os des pieds dissociés).
• Effet de paroi et de délimitation (métatarsiens gauche et droit en aval et en dehors des chevilles sur un axe perpendiculaire à l’axe médian).
• Mise à plat des volumes.
• Indices d’espace vide (rotation secondaire du bloc crânio-facial, pièces osseuses en dehors du volume initial du cadavre).

599Interprétation
Absence de paroi latérale contre les pierres puisque l’humérus gauche repose en partie sur les moellons. Toutefois, la disjonction du coude droit peut être due au fait qu’il était surélevé à l’origine et appuyé contre une paroi. À l’est, l’effet de paroi observé sur les os des pieds dissociés témoigne de la présence initiale d’une paroi perpendiculaire à l’axe de la fosse.

SR18

600« Sépulture » représentée par une légère dépression dans la grave avec un fragment de voûte crânienne très altérée.

SR19

601Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans terrasse würmienne. Les deux tiers ouest de la fosse sont détruits.

602Attitude du squelette
Adulte de sexe indéterminé. Squelette incomplet : présence d’une partie des pieds, des jambes et de l’extrémité distale des fémurs.

603Argumentation
Effet de paroi sur le pied droit.

604Interprétation
Éléments disponibles insuffisants pour discuter du mode d’inhumation.

SR20

605Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans la terrasse würmienne. Dimensions : L 2,30 m ; l : 0,80 m.

606Attitude du squelette
Adulte masculin. Les avant-bras sont sur la moitié inférieure du thorax.

607Argumentation
• Effet de gouttière (humérus en vue latérale situés plus haut que la colonne vertébrale, pendage médial des scapulas, forte verticalisation des clavicules et coxaux fermés).
• Disjonctions importantes au niveau des coudes.
• Effet de paroi de part et d’autre des pieds, surtout à gauche avec les métatarsiens orientés vers l’axe médian.
• Indices d’espace vide (pièces osseuses en dehors du volume initial du cadavre [extrémité distale des clavicules et phalange située entre les cuisses]).

608Interprétation
Tombe en fosse au creusement interne étroit et concave avec couverture en matière périssable.

SR21 (fig. 154)

609Architecture et forme de la fosse
Bord de fosse repéré au nord, sur lequel reposent deux moellons 0,15 à 0,20 m au-dessus du sol d’inhumation. Une pierre se situe dans la fosse sur le fémur gauche. Plan de type 2. Profil longitudinal concave.

610Attitude du squelette
Adulte masculin. Tibias et pieds en partie détruits. Avant-bras sur le pelvis.

611Argumentation
• Effet de gouttière (humérus situés plus haut que la colonne vertébrale, pendage médial des scapulas, forte verticalisation des clavicules et coxaux fermés, avec pourtant une éversion des fémurs).
• Disjonction importante au niveau de la mandibule, tombée en avant sur la colonne vertébrale.
• Indices d’espace vide (pièces osseuses en dehors du volume initial du cadavre [deux phalanges situées entre les cuisses]).

612Interprétation
L’éversion des fémurs ne s’est pas accompagnée d’un déplacement des patellas puisqu’elles sont demeurées plaquées contre l’extrémité distale des fémurs. L’ensemble des informations permet de conclure que nous sommes en présence d’un dépôt effectué dans une tombe en fosse, laquelle est creusée en gouttière étroite et fermée par une couverture en matière périssable avec calages.

SR22

613Architecture et forme de la fosse
Moitié ouest de la fosse détruite.

614Attitude du squelette
Adolescent. Squelette incomplet : présence des pieds, des membres inférieurs, du bassin et des os de la main gauche. Main gauche sur la face interne de la cuisse homolatérale.

615Argumentation
• Indices d’espace vide (métatarsiens dissociés situés en dehors du volume initial du cadavre).
• Déplacement de la patella entre les cuisses.
• Effet de paroi latéral sur les coxaux et le pied droit (tarse en vue distale et bassin maintenu).
• Effet de délimitation en arrondi sur les métatarsiens dissociés.

616Interprétation
Éléments insuffisants pour distinguer un dépôt en contenant étroit d’un dépôt dans une fosse étroite qui serait pourvue d’une couverture en matière périssable.

SR23 (fig. 161)

617Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le limon sableux et tronquée par le décapage mécanique à l’ouest et à l’est.
Dimensions : l : 0,55 m au centre et 0,35 m à l’est. Pierres situées contre les parois entre 0,07 et 0,11 m au-dessus du fond de fosse.

618Attitude du squelette
Grand adolescent décédé entre 17 et 19 ans. Main gauche contre la face latérale du fémur gauche et main droite sur face interne de la cuisse homolatérale.

619Argumentation
Léger effet de gouttière (pendage médial moyen des scapulas, verticalisation moyenne des clavicules et mise à plat incomplète des coxaux). Effet de contrainte (membre supérieur gauche maintenu de chant contre le bord de la fosse).
• Mise à plat des côtes.

620Interprétation
Au cours de la décomposition du corps, aucune pièce osseuse ne reposait en équilibre instable, ce qui explique vraisemblablement l’absence d’os en dehors du volume initial du cadavre. L’architecture de la tombe et les arguments taphonomiques plaident plutôt pour l’hypothèse d’une tombe en fosse. Couverture en matière périssable avec calages.

SR24

621Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le limon sableux ; limites non observées sauf à l’ouest. Au nord-ouest, trois moellons alignés reposent sur le fond de la fosse.

622Attitude du squelette
Adulte masculin. Les avant-bras sont en extension dans le prolongement des bras. Destruction de la moitié de la jambe gauche et des pieds.

623Argumentation
• Effet de paroi bilatéral (membres supérieurs maintenus de chant ; à droite, l’effet de paroi se prolonge jusqu’à la cheville).
• Fort effet de contention bilatéral (pendage des scapulas, maintien des humérus associé à un effet de délimitation linéaire prolongé sur les avant-bras, chevauchement des extrémités sternales des côtes [à droite], verticalisation complète de la clavicule gauche avec un déplacement en aval et coxaux fermés).
• Déplacements (glissement de l’extrémité distale du fémur gauche et de l’ulna gauche vers l’axe médian).
• Métatarsien en aval du sacrum et en dehors du volume initial du cadavre.

624Interprétation
Espace vide ; les effets de paroi et de contention témoignent de la présence d’un réceptacle étroit. Le glissement vers l’axe médian indique que le fond de ce contenant était concave. Enfin, les pierres de calage, dont certaines sont situées très près du corps, impliquent que le contenant était en matière périssable de type monoxyle ; sa taille était supérieure à celle du corps (distance des blocs aux extrémités).

SR25

625Architecture et forme de la fosse
Limites du creusement non observées.

626Attitude du squelette
Jeune adulte masculin. Main gauche sur la poitrine homolatérale ; main droite sur les côtes inférieures droites. Destruction de l’extrémité distale des fémurs, des tibias et du pied droit.

627Argumentation
• Disjonctions scapulo-humérales à gauche et à droite ; rotation latérale du tarse gauche.
• Effet de gouttière (humérus légèrement moins enfoui que la colonne vertébrale, verticalisation des clavicules, fermeture des côtes en avant de la colonne vertébrale, bassin peu ouvert).
• Indices d’espace vide (rotation du tarse gauche et têtes humérales en dehors du volume initial du cadavre).

628Interprétation
Espace vide. La constriction du thorax et la fermeture du bassin rendent compte de la présence d’une gouttière limitée sous l’axe médian du corps puisqu’on observe une mise à plat de la scapula gauche et une absence de constriction sur les humérus. L’hypothèse selon laquelle il faudrait y voir un contenant peu étroit à fond concave pourrait être émise, mais l’ouverture totale des humérus ne va pas en ce sens. Sur la base de la typologie établie pour la série, on penche plutôt pour une tombe en fosse à fond en gouttière et à couverture en matière périssable.

SR26

629Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le limon sableux. Plan de type 3. Dimensions : L conservée : 1,65 m ; l : 0,50 m à l’ouest et 0,60 m à l’est. Profil longitudinal concave.

630Attitude du squelette
Adulte masculin. Destruction des pieds du squelette. Avant-bras en extension dans le prolongement des bras. Genoux légèrement fléchis vers le côté droit du squelette.

631Argumentation
• Bascule en arrière du bloc cranio-facial.
• Faible effet de gouttière (pendage médial des scapulas, mise à plat incomplète des côtes et du bassin).
• Aucun indice d’espace vide mis à part la bascule du bloc cranio-facial.

632Interprétation
Espace colmaté douteux. L’analyse taphonomique n’a pas concerné l’ensemble du squelette, ce qui relativise l’hypothèse. Un colmatage relativement rapide des volumes est envisageable s’il s’agit d’une tombe en fosse avec couverture en matière périssable.

SR27 (fig. 169)

633Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le limon sableux ; limites de la fosse non reconnues.

634Attitude du squelette
Adulte féminin. Destruction des pieds du squelette. Main gauche sur la branche pubienne droite ; main droite sur l’avant-bras gauche ; coudes écartés du corps.

635Argumentation
• Effet de gouttière (pendage médial des scapulas).
• Articulations globalement maintenues, surtout pour les os en situation instable (clavicule droite, mains).
• Aucun indice d’espace vide.

636Interprétation
Espace colmaté ? L’absence des pieds ne permet pas de valider avec certitude cette hypothèse. Un colmatage rapide des volumes est là encore envisageable si la tombe est en fosse avec une couverture en matière périssable.

SR28

637Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le limon sableux. Limites de la fosse non conservées. Dimensions : l restituée : 0,65 m.
Contre les parois longitudinales nord et sud, présence de moellons de calcaire alignés et situés de 0,03 à 0,06 m au-dessus du fond de la fosse. Leur sommet se trouve toujours au même niveau : 0,12 m au-dessus du fond de la fosse.

638Attitude du squelette
Grand adolescent féminin. Destruction des pieds du squelette. Main gauche dans l’abdomen ; main droite en aval de l’hémithorax gauche. Genoux légèrement fléchis vers le côté gauche du squelette.

639Argumentation
• Effet de contrainte (humérus gauche maintenu en vue latérale).
• Effet de gouttière (verticalisation des clavicules, têtes humérales moins profondément enfouies que la colonne vertébrale).
• Disjonctions (trois premières cervicales dissociées en aval dans la moitié supérieure du thorax ; disjonction des os de la jambe droite).
• Indices d’espace vide (fibula droite en dehors du volume initial du cadavre).
• Effet de délimitation (à gauche, sur l’humérus et le genou ; à droite, sur l’épaule, le grand trochanter fémoral et le tiers distal de la fibula dissociée).

640Interprétation
L’effet de délimitation est plutôt dû au creusement de la fosse. Tombe en fosse ; couverture en matière périssable soutenue par les alignements latéraux de moellons.

SR29

641Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le limon sableux. Limites de la fosse non reconnues, excepté au sud. Présence de moellons calcaire contre la paroi sud et sur le fond de la fosse.

642Attitude du squelette
Squelette d’immature dont il ne demeure que le bloc crânio-facial et trois os des membres inférieurs.

SR30 (fig. 171)

643Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le limon sableux. Limite de la fosse non observée à l’est. Dimensions : L conservée : 2,10 m ; l : 0,65 m.

644Attitude du squelette
Adulte masculin. Mains dissociées dans le pelvis.

645Argumentation
• Effet de contrainte (humérus maintenus en vue latérale et décalage en hauteur de l’épaule droite par rapport à la gauche).
• Effet de constriction (pendage interne des scapulas et verticalisation des clavicules).
• Mise à plat des volumes.
• Indices d’espace vide (métatarsiens en dehors du volume initial du cadavre).
• Disjonctions (genou droit, os des pieds).
• Effet de délimitation angulaire sur les os des pieds dissociés.

646Interprétation
Il est difficile de distinguer un coffrage de planches latérales d’une fosse légèrement surcreusée en gouttière qui serait couverte d’un élément en matière périssable.

Mondragon / Le Duc (Vaucluse)

MD6 (fig. 170)

647Architecture et forme de la fosse
La fosse recoupe un sol daté du Néolithique récent. Limites de la fosse non reconnues.

648Attitude du squelette
Adulte féminin. Sujet inhumé en décubitus dorsal, la tête au nord. Mains placées de chaque côté des têtes fémorales homolatérales.

649Argumentation
• Effet de contrainte (humérus droit en vue antéro-latérale et avant-bras gauche en connexion maintenu de chant).
• Mise à plat des volumes.
• Disjonctions (membre inférieur droit avec rotation complète du fémur, os du pied gauche).
• Effet de délimitation linéaire sur les os dissociés du pied.
• Indices d’espace vide (retournement du fémur droit, mise à plat des volumes et pièces osseuses en dehors du volume initial du cadavre).

650Interprétation
Les effets de contrainte et de délimitation témoignent de la présence d’un contenant en matière périssable. L’absence de constriction sur le corps implique que le contenant était assez large.

MD48

651Architecture et forme de la fosse
La fosse recoupe un sol daté du Néolithique récent. Limites de la fosse non reconnues.

652Attitude du squelette
Adulte de sexe indéterminé. Sujet inhumé en décubitus dorsal, la tête au nord-est et les membres inférieurs fléchis avec les genoux dirigés vers l’extérieur. Membre supérieur droit absent. Avant-bras gauche dans l’abdomen avec le coude écarté du corps.

653Argumentation
• Disjonctions (chute et éversion du fémur droit, affaissement de la mandibule en amont de l’épaule droite).
• Indices d’espace vide (effondrement des os des membres inférieurs et situation de la mandibule).

654Interprétation
La nature de l’espace vide ne peut être précisée. La position des membres inférieurs et du coude gauche interdit d’y voir un contenant à parois rigides, à moins que celui-ci soit très large puisque aucun effet de contrainte n’a été observé.

Simandres / Les Estournelles (Rhône)

655Tous les squelettes sont inhumés en décubitus dorsal avec la tête à l’ouest et les membres inférieurs en extension.

SE1 (fig. 157)

656Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le limon. Plan de type 3b. Dimensions : L ; 1,90 m ; l : 0,55 m. Recoupe SE2.

657Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche sur la face interne de la cuisse homolatérale avec le coude écarté du corps ; main droite en aval de la poitrine gauche.

658Argumentation
• Disjonctions (coude droit, extrémité distale de l’avant-bras gauche, fibula gauche, rotation secondaire du bloc crânio-facial, disjonction des os des pieds dans le volume initial du cadavre).
• Léger effet de gouttière (mise à plat incomplète du thorax, léger décalage en hauteur de l’épaule droite par rapport à la gauche, verticalisation de la clavicule gauche sans pendage médial de la scapula).
• Effet de contrainte (à gauche, humérus en vue antéro-latérale et coxal maintenu).
• Indices d’espace vide (rotation secondaire du bloc crânio-facial, extrémité distale de la fibula gauche en dehors du volume initial du cadavre).

659Interprétation
Tombe en fosse au creusement assez large ; l’effet de contrainte observé à gauche est dû au bord de la fosse oblique. Couverture en matière périssable ?

SE2

660Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le limon ; limites illisibles. Recoupée par SE1.

661Attitude du squelette
Immature (5-9/10-14 ans). Squelette recoupé par la sépulture 1. Sont absents : le bloc crânio-facial, la douzième vertèbre thoracique, les vertèbres lombaires, le sacrum, le coxal gauche, le membre inférieur gauche, le tibia droit et l’avant-bras gauche. Main droite dans l’abdomen.

662Argumentation
• Mise à plat du thorax incomplète.
• Nombreux déplacements de pièces osseuses à l’intérieur du volume initial du cadavre.
• Disjonctions de la colonne cervicale par segmentation (déplacement en bloc des trois premières cervicales avec retournement complet des autres vertèbres) ; les disjonctions de la fibula droite, de l’avant-bras droit et des os des pieds sont vraisemblablement dues à l’installation de l’inhumation postérieure.

663Interprétation
Le recoupement de ces sépultures selon un même axe est sans doute à l’origine des nombreuses mobilisations de pièces osseuses observées sur le squelette. Pour la partie du corps non touchée par l’intervention postérieure, le maintien correct des articulations du thorax et sa mise à plat incomplète sont des arguments qui plaident en faveur de l’hypothèse d’une gouttière.

Simandres / La Plaine (Rhône)

664Tous les squelettes sont inhumés en décubitus dorsal avec les membres inférieurs en extension, excepté le squelette de la sépulture 11 qui a les membres inférieurs légèrement fléchis vers le côté droit du squelette. Une des neuf sépultures n’a pas pu bénéficier d’un enregistrement (non présentée ici).

SP2

665Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le limon. Plan de type 3b. Dimensions : L : 1,20 m ; l : 0,55 m.

666Attitude du squelette
Enfant décédé entre 1 et 4 ans. Squelette orienté ONO-ESE. Absence des vertèbres lombaires, du sacrum, des os du coxal gauche et des os des pieds, excepté un os du tarse proximal gauche. Main gauche dans la moitié inférieure de l’hémithorax gauche ; main droite contre les dernières côtes, le coude est projeté en arrière.

667Argumentation
• Effet de contrainte (bloc crânio-facial en vue antéro-supérieure, humérus gauche maintenu en vue latérale).
• Effet de gouttière (bloc crânio-facial moins profondément enfoui que le bassin et « rentré » dans les épaules, mise à plat incomplète des côtes).
• Disjonctions (articulation de la hanche droite ; extrémité proximale de la fibula gauche).
• Indices d’espace vide (extrémité proximale de la fibula en dehors du volume initial du cadavre).

668Interprétation
Tombe en fosse ; le mauvais état de la fosse sépulcrale ne permet pas d’en restituer la couverture.

SP4

669Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans limon ; limites non reconnues.

670Attitude du squelette
Squelette d’adulte orienté SSE-NNO.

671Squelette incomplet : manquent les os de la tête, le membre supérieur gauche, la moitié distale de l’avant-bras droit, les mains, le coxal gauche, une grande partie des fémurs et des os des pieds.

672Argumentation
• Effets de contrainte et de contention à droite (verticalisation de la clavicule, maintien de l’humérus en vue latérale, extrémité sternale des côtes en avant de la colonne vertébrale).
• Indices d’espace vide (extrémité distale de la clavicule en dehors du volume initial du cadavre).

673Interprétation
L’absence de la limite de fosse ne permet pas de définir la nature de la contention. L’os long en amont de l’épaule droite a été vraisemblablement mobilisé lors du décapage. Le mode d’inhumation ne peut être déterminé avec les éléments disponibles.

SP11

674Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le limon ; limites non observées.

675Attitude du squelette
Enfant décédé entre 5 et 9 ans.
Squelette orienté OSO-ENE, incomplet : absence des os des extrémités, d’une partie des vertèbres cervicales, des vertèbres thoraciques, des vertèbres lombaires et du sacrum. Avant-bras gauche en extension dans le prolongement du bras, avant-bras droit dans l’abdomen avec le coude écarté du corps.

676Argumentation
• Articulations globalement maintenues.
• Effet de gouttière (maintien du volume du thorax et du coxal gauche).

677Interprétation
Les arguments taphonomiques plaident en faveur de l’hypothèse d’une tombe en fosse au creusement assez large.

SP14 (fig. 159)

678Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le limon. Plan de type 3b.

679Attitude du squelette
Adulte masculin. Squelette orienté O-S-O/E-N-E. Main gauche sur la poitrine droite ; main droite sur la poitrine controlatérale ; coudes légèrement écartés du corps.

680Argumentation
• Effet de paroi (maintien des humérus en vue latérale, verticalisation des clavicules).
• Effet de gouttière (mise à plat incomplète des côtes).
• Mise à plat engagée des coxaux.

681Interprétation
Tombe en fosse aux parois obliques ; couverture en matière périssable ?

SP322

682Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le limon ; limites non reconnues.

683Attitude du squelette
Adulte masculin. Squelette orienté NNO-SSE. La position de la main gauche ne peut être restituée. Main droite le long de la moitié proximale du fémur homolatéral.

684Argumentation
• Mise à plat des volumes avec effet de sol sous les os.
• Effet de contrainte (décalage en hauteur de l’épaule droite par rapport à la gauche).
• Effet de délimitation (linéaire à droite sur l’humérus, phalange de main dissociée et métatarsiens).
• Indices d’espace vide (rotation externe du tarse droit).

685Interprétation
Malgré l’absence des limites de fosse, les arguments taphonomiques plaident en faveur de l’hypothèse d’un contenant en matière périssable.

SP331

686Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le limon ; limites non reconnues.

687Attitude du squelette
Il ne demeure du squelette, orienté NNO-SSE, que quelques côtes gauches et droites.

SP332 (fig. 172)

688Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le limon. Plan de type 2.

689Attitude du squelette
Adulte féminin. Avant-bras en aval des côtes ; squelette orienté NNO-SSE.

690Argumentation
• Effet de contrainte avec constriction latérale (décalage en hauteur de l’épaule droite par rapport à la gauche, verticalisation de la clavicule droite, pendage médial de la scapula droite, coxal droit maintenu, métatarsiens gauches orientés vers l’intérieur).
• Indices d’espace vide : rotation externe du tarse droit.

691Interprétation
Tombe en fosse au creusement inférieur étroit au niveau du sol d’inhumation. Couverture en matière périssable ?

SP333

692Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le limon. Plan de type 2. Dimensions : L : 2,65 m ; l : 0,85 m.

693Attitude du squelette
Adulte masculin. Mains et métatarsiens gauches non conservés. Avant-bras sur l’abdomen. Squelette orienté OSO-ENE. Coudes légèrement écartés du corps.

694Argumentation
• Effet de contrainte (décalage en hauteur de l’épaule droite par rapport à la gauche).
• Indices d’espace vide (rotation externe des tarses).

695Interprétation
Tombe en fosse ; couverture en matière périssable ?

Simandres / Mont Moraud (Rhône)

696Les deux squelettes sont inhumés en décubitus dorsal avec la tête à l’ouest et les membres inférieurs en extension.

MM5

697Architecture et forme de la fosse Fosse creusée dans le limon.
Plan de type 3b. Dimensions : L : 1,95 m ; l : 0,63 m à l’ouest, 0,42 m à l’est.

698Attitude du squelette
Adulte féminin. Mains non conservées.
Avant-bras gauche en avant de l’abdomen ; avant-bras droit le long de la tête fémorale droite ; coudes écartés du corps.

699Argumentation
• Effet de contrainte (extrémité distale de l’humérus droit bloqué par le bord de fosse, verticalisation de la clavicule droite).
• Indices d’espace vide (extrémité distale de la clavicule droite en dehors du volume initial).

700Interprétation
L’analyse taphonomique a été gênée par l’absence des os des extrémités, de la colonne vertébrale, des côtes et du bassin. Cette sépulture, située très près de MM6, présente comme elle les caractéristiques extrinsèques d’une tombe en fosse aux parois obliques avec couverture en matière périssable. L’effet de gouttière ne peut être démontré par manque d’éléments osseux.

MM6 (fig. 158)

701Architecture et forme de la fosse
Fosse creusée dans le limon. Plan de type 3b. Dimensions : L : 1,95 m ; l : 0,58 m à l’ouest, 0,40 m à l’est.

702Attitude du squelette
Adulte féminin. Main gauche en avant de l’hémithorax contro-latéral ; main droite contre la face postéro-latérale de la tête fémorale droite.

703Argumentation
• Légère disjonction du pied droit, en vue dorso-médiale alors que le membre inférieur est en vue antérieure.
• Effet de gouttière (mise à plat incomplète du thorax, chute latérale des patellas contre la face latérale des fémurs sans déplacement).
• Effet de paroi bilatéral (coxal gauche maintenu, patella droite bloquée).
• Indices d’espace vide (patella gauche légèrement en dehors du volume initial du cadavre).

704Interprétation
Tombe en fosse à parois obliques et au fond légèrement concave ; couverture en matière périssable.

Notes

1 – Nous remercions nos collègues archéologues de nous avoir confié l’étude des sépultures exhumées sur les sites dont ils avaient la responsabilité, et tout particulièrement C. Ronco qui a réalisé la fouille de l’ensemble funéraire d’Espeluche / Saint-Romain. Nous tenons également à souligner que sans la bonne volonté des personnes responsables de la coordination de l’opération TGV et de celles qui en assuraient le contrôle scientifique, ce projet n’aurait pu voir le jour. Il convenait en effet, afin d’orienter l’étude des sépultures dans des problématiques définies, qu’une personne se charge de coordonner les interventions menées en contexte funéraire. Ce rôle fut confié à F. Blaizot sur la section Valence-Avignon, et nous remercions à cet égard V. Bel (responsable du secteur Valence-Avignon), J.-P. Daugas (conservateur régional de l’Archéologie, Rhône-Alpes) et T. Odiot (coordinateur de l’opération TGV). Notre reconnaissance est grande enfin, envers É. Boucharlat (conservatrice régionale adjointe des monuments historiques de Rhône-Alpes) et P. Sellier (chargé de recherche au CNRS, laboratoire d’antropologie de l’université de Bordeaux) qui, en suivant de près la rédaction de cet article, nous ont prodigué aide et nombreux conseils. Nous n’oublions pas non plus les divers relecteurs du projet de publication ou du DFS, dont les remarques nous ont été précieuses (P. Beck, B. Bizot, H. Duday, Ch. Mazard, C. Raynaud, P. Sellier).

2 – Nous excluons les squelettes issus de structures domestiques comme il en existe de rares cas, qui semblent se rapporter à des phénomènes différents, ponctuels (Blondiaux et al. 1991 ; Buchez 1995).

3 – Seuls trois sites sur lesquels nous avions travaillé ont été exhaustivement exploités dans le cadre de cet article. Pour des raisons diverses (accessibilité du matériel et de la documentation, monographies déjà publiées par ailleurs), les autres sites septentrionaux n’ont été utilisés qu’à titre comparatif (cf. annexe 3).

4 – Dans le texte, nous différencions les sépultures de chaque site en faisant précéder le numéro de la fosse sépulcrale de deux lettres relatives au nom du site : SM (Chabrillan / Saint-Martin), CH (Chabrillan / L’Hortal), CB (Crest / Bourbousson), SR (Espeluche / Saint-Romain), MD (Mondragon / Le Duc), SE (Simandres / Les Estournelles), SP (Simandres / La Plaine), MM (Simandres / Mont Moraud).

5 – Par exemple pour les adultes, aucun Indicateur d’âge utilisable dans l’état actuel des connaissances n’a un coefficient de corrélation supérieur ou égal à 0.9, seuil en dessous duquel l’âge proposé ne saurait refléter l’âge réel (Sellier 1996).

6 – La méthode de C. Masset (Masset 1982) consiste à appliquer des vecteurs de probabilité au degré d’oblitération des sutures endocrâniennes et/ou exocrâniennes, à partir de tables construites à l’aide d’une population de référence standardisée ou dont l’espérance de vie à la naissance est connue. Ainsi, ce n’est point l’âge individuel de chaque adulte qui est obtenu, mais la structure par âge de la population. Les histogrammes indiquent donc la déformation que présente la population archéologique par rapport à une courbe théorique de référence, la situation de chaque sujet dans chaque classe n’étant pas possible. Cette méthode fait « disparaître l’identité des sujets », mais a pour avantage de contourner certaines erreurs systématiques. Récemment, P. Sellier a proposé une méthode qui a pour principe de minimiser les anomalies démographiques de l’échantillon en l’obligeant à se conformer le plus possible à une population théorique à laquelle la population archéologique, suivant son contexte, a le plus de chances de ressembler. De cette manière, on espère échapper aux biais introduits par les méthodes de détermination de l’âge, pour ne discuter que les réelles anomalies présentées par la population inhumée (Sellier 1996).

7 – Qui ne sont pas toutes construites selon les mêmes méthodes, qui ne tiennent compte que d’un seul critère à la fois (chaque critère est corrélé à l’âge mais les critères ne sont pas corrélés entre eux) et qui ne sont pas toutes homogènes dans leur constitution, les effectifs étant souvent faibles, etc.

8 – Ce terme est présent dans un article traitant de la sépulture anthropomorphe en général (Troncin 1987 : 174) et désigne une « marche » aménagée dans le réceptacle du corps et non pas un élément périssable qui induirait un espace vide secondaire.

9 – Ou presque, car la tête peut tourner secondairement dans un espace vide sans provoquer d’aberrations anatomiques tant que les six dernières cervicales sont encore maintenues par les ligaments.

10 – À propos de la controverse sur les termes « décubitus » ou « décubitus dorsal », nous avons préféré celui de « décubitus dorsal » pour désigner la position allongée sur le dos ; en effet, « décubitus », du latin decumbo, signifie « reposer sur un plan horizontal, être couché », mais ne précise pas de quelle manière.

11 – Laboratoire Archeolabs (Isère), ARC 1482 et ARC 1331.

12 – Beta Analytic inc. (Miami-Florida), Beta-113829.

13 – Laboratoire Archeolabs (Isère), datation AMS ETH-16884, ARC 97/R1851C

14 – Centre de datation par le radiocarbone, Lyon 1, LY-6765.

15 – Centre de datation par le radiocarbone, Lyon 1, LY-6766.

16 – Laboratoire Archeolabs (Isère), ARC 93/R1696.

17 – Voire plan trapézoïdal, qualifié également « d’anthropomorphe » (Troncin 1987 : 160).

18 – Les régressions sont celles de l’âge moyen d’un individu en fonction du degré de synostose de ses sutures crâniennes suivant son sexe.

19 – aqx : x est l’entrée dans la classe d’âge, a est la durée de la classe d’âge ; par exemple, 15q0 = quotient de mortalité entre 0 et 15 ans, 5q5 = quotient de mortalité entre 5 et 9 ans, etc.

20 – Cependant, les résultats du X2 doivent être pondérés par la taille de l’échantillon, le résultat du test pouvant être faux compte tenu de la variation dans le nombre d’observations.

21 – Le terme de groupe familial est finalement commode pour désigner tout groupement d’un petit effectif de tombes. Il reste toutefois difficile à démontrer. S’il manque les classes d’âge communément absentes dans les ensembles funéraires, on peut éventuellement le cerner. Mais si le système exclut telle ou telle relation de parenté, telle ou telle classe d’âge, on va se trouver avec une structure « atypique », qui ne correspond à rien en soit. Dans ce cas, la structure démographique présente en effet trop de biais par rapport à une population naturelle. Cela signifie soit que le noyau familial n’est pas l’image prépondérante que la société donne d’elle-même parce que les statuts individuels ou une réalité sociale relative à un autre registre prennent le pas sur l’image du groupe familial et l’occultent, soit que sa définition du groupe familial ne nous est pas compréhensible.

22 – Dans les ensembles funéraires tardo-antiques, les enfants décédés dans les classes inférieures à celle de 5-9 ans, sont généralement rares ou absents (Alduc-Le-Bagousse : Sansilbano-Collilieux 1991). Sur le TGV-Méditerranée, le site de La Ramière a livré un ensemble funéraire spécialisé puisqu’il comporte des enfants décédés entre 0 et 4 ans, organisé en petits groupes de 2 à 6 sépultures dispersés autour des ruines de la villa gallo-romaine. Il semble donc réunir les enfants exclus des cimetières communautaires, contrairement aux ensembles présentés ci-dessus pour le haut Moyen Âge. Il comporte aussi un sous-ensemble composé uniquement d’hommes.

23 – Des exemples sont connus en Italie du Nord (Lambert 1996 : 33). À Rome, des petits groupes de tombes sont dispersés dans les habitats abandonnés (Meneghini, Santangeli-Valenzani 2000 : 264).

24 – TGV-Méditerranée, responsable K. Roger, étude de l’ensemble funéraire tardo-antique F. Blaizot.

25 – Celles du Pillon, du Trillet et des Girardes sont réalisées (Blaizot et al. 2001).

26 – Dans ces régions, les petits cimetières isolés sont associés à des fermes dispersées à proximité desquelles ils se situent, ou alors à un village groupé, et dans ce cas, les ensembles funéraires se trouvent dans les espaces agricoles un peu plus éloignés (Durand 1993 : 124).

27 – L’article 14 du décret du 23 prairial de l’an xii autorise les inhumations en terrain privé (Vacant et al. 1941 : 744).

Table des illustrations

Légende FIG. 139 Plan linéaire du tracé du TGV-Méditerranée avec localisation des sites étudiés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 140 Tracé de l’autoroute A46 Sud avec localisation des sites.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 141 Chabrillan / Saint-Martin : a le site ; b plan détaillé de l’ensemble funéraire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende FIG. 142 Chabrillan / L’Hortal : plan montrant l’occupation des VIe‑VIIe s. et les sépultures.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 143 Crest / Bourbousson : plan du site et contexte archéologique général.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 144 Espeluche / Saint-Romain : plan général de l’emprise et situation des vestiges.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 145 Mondragon / Le Duc : situation des vestiges historiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 146 Simandres/Les Estournelles : plan du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 147 Simandres / La Plaine : plan du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 148 Simandres / Mont-Moraud : plan du site et situation des sépultures.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende TABL. XLIII Nombre de sépultures par type pour chaque site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 149 Chabrillan / Saint-Martin : typologie extrinsèque des tombes en fosse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 150 Chabrillan / L’Hortal : sépulture CH13.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende TABL. XLIV Liste et caractéristiques des tombes en fosse (pour la définition des types, voir fig. 149) : + présence,  absence ; / non observable, ? incertain.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende FIG. 151 Chabrillan / Saint-Martin : sépultures, a SM7182, b SM7337, c SM12153.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende FIG. 152 Sépultures, a Espeluche / Saint-Romain : SR21 ; b Chabrillan / Saint-Martin : SM7089, c Chabrillan / Saint-Martin : SM12152.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende FIG. 153 Sépultures : a Simandres / Les Estournelles : SE1 ; b Simandres / Mont-Moraud : sépulture MM6 ; c Simandres / La Plaine : SP14.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende FIG. 154 Sépultures, a Espeluche / Saint-Romain : SR23 ; b Espeluche / Saint-Romain : SR15 ; c Chabrillan / L’Hortal : CH29.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende FIG. 155 Chabrillan / Saint-Martin : a sépulture SM12102 ; b sépulture SM7048.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende FIG. 156 Sépultures, a Chabrillan / Saint-Martin : SM7164 ; b Espeluche / Saint-Romain : SR27 ; c Espeluche / Saint-Romain : SR6.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende FIG. 157 Chabrillan / Saint-Martin : a sépulture SM12100 : b sépulture SM7343 (adulte : US 7049, enfant : US 7351).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende FIG. 158 Sépultures, a Mondragon / Le Duc : MD6 ; b Espeluche / Saint-Romain : SR30 ; c Simandres / La Plaine : SP332.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende FIG. 159 Chabrillan / L’Hortal : a sépulture CH25 ; b sépulture CH22.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende FIG. 160 Sépultures, a Chabrillan / Saint-Martin : SM4100 ; b Espeluche / Saint-Romain : SR7 ; c Espeluche / Saint-Romain : SR2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende FIG. 161 Sépultures, a Crest / Bourbousson : CB317 ; b Chabrillan / Saint-Martin : SM7359 ; c Chabrillan / Saint-Martin : SM4024.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende FIG. 162 Sépultures, a Chabrillan / Saint-Martin : SM12098 ; b Espeluche / Saint-Romain : SR17.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 163 Crest / Bourbousson : sépulture CB302.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende TABL. XLV
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende TABL. XLV (suite et fin)Position des avant-bras suivant le sexe, l’âge et le type de sépulture : 1 l’avant‑bras est en extension dans le prolongement du bras ; 2 l’avant‑bras est en flexion autour de 30° et se situe donc au niveau du bassin ; 3 l’avant‑bras est en flexion de 90° et se trouve alors au niveau de l’abdomen ; 4 l’avant‑bras est en flexion de 120° et repose au niveau de la poitrine homo ou controlatérale ; 5 l’avant-bras est en flexion de 140° et la main est placée au niveau des clavicules ; 6 l’avant-bras est en flexion de 180° et est ainsi ramené en avant sur la face antérieure de l’humérus, la main se situant sur l’épaule homolatérale ; + et ; / non observable
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 164 Chabrillan / L’Hortal : sépulture CH28.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 165 Chabrillan / Saint-Martin : a sépulture SM7069 ; b sépulture SM7339.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende FIG. 166 Sépultures, a Chabrillan / Saint-Martin : SM7181 ; b Chabrillan / Saint-Martin : SM7374 ; c Chabrillan / L’Hortal : CH13.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende FIG. 167 Chabrillan / Saint-Martin : sépulture SM7051.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 168 Chronologie des tombes et des ensembles funéraires : a datations absolues ; b synthèse stratigraphique et typochronologique ; c typochronologie comparative.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende TABL. XLVI Chabrillan / Saint-Martin : estimation du sexe et de l’âge au décès des adultes. Os coxaux : Bruzek 1991, Bruzek et al. 1996 ; sutures crâniennes : Masset 1982 ; sacrum ; Lovejoy et al. 1985a ; clavicule : Szilvàssy 1980. Age regr. estimation de l’âge par le calcul des régressions (Masset 1982) ; nv non vérifié ; / non observable.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende TABL. XLVII Estimation du sexe et de l’âge au décès des adultes et des grands adolescents. Os coxaux : Bruzek 1991, Bruzek et al. 1996 ; sutures crâniennes : Masset 1982 ; sacrum : Lovejoy et al. 1985a ; clavicule Szilvàssy 1980. Age regr. estimation de l’âge par le calcul des régressions (Masset 1982) ; / non observable.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende TABL. XLVIII Âge au décès des sujets biologiquement immatures. Âge dentaire : 1 Moorees et al. 1963, 2 Schour, Massler 1940 ; âge diaphysaire : 1 Sundick 1978, 2 Fazekas, Kosa 1978 ; maturation osseuse : Birkner 1980. L’âge au décès estimé en mois civils, mc indique qu’il s’agit de nourrissons et non de foetus morts in utero ; NV non vérifié ; / non observable.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende TABL. XLIX Quotient de mortalité et nombre réel des décès pour les sites de Saint-Martin et Saint-Romain.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende FIG. 169 Courbe de mortalité de Saint-Martin comparée à celles de deux populations de référence (N = 45).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 170 Courbe de mortalité des classes d’âge immatures de Saint-Romain comparée à celles de deux populations de référence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende TABL. L
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende TABl. L Hypoplasies linéaires de l’émail dentaire (HLÉD). ND nombre de dents observées ; HP nombre d’hypoplasies sur nombre de dents ; / absence de dents permanentes, usure ou présence de tartre occultant la lecture.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 171 Pourcentage d’hypoplasies par rapport au nombre d’individus examinés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 172 Crest / Bourbousson : sépulture CB49.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 173 Cartographie des sites mentionnés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23153/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search