Version classiqueVersion mobile

L’herbe qui renouvelle

 | 
Pierre Lieutaghi

Plantes dépuratives et médecine traditionnelle en Haute-Provence

Chapitre 4. Le Petit-Chêne, le Marrube. Les amers et la cure dépurative

Texte intégral

« Quand l’homme observe, expérimente, classe et spécule, il n’est pas plus poussé par les superstitions arbitraires que par les caprices du hasard. »
(Cl. Lévi-Strauss, La pensée sauvage, 1962, p. 291)

1La Germandrée Petit-Chêne, on l’a vu à plusieurs reprises, a un statut très particulier parmi les plantes dépuratives de la Haute-Provence : non citée comme telle par les auteurs, elle bénéficie de 17 mentions d’emploi explicites relatives à ce champ thérapeutique, où elle arrive largement en tête devant la Bardane (9 mentions). De surcroît, la majorité des informateurs qui la citent se contentent de dire qu’elle est dépurative, sans préciser d’indications (12 cas sur 17). Ainsi apparaît-elle ici comme un remède intégralement « populaire », telle la Pariétaire, quand les autres plantes exclues du domaine dépuratif savant et qui ne disposent que d’une seule attestation d’usage à ce titre dans notre enquête, peuvent être considérées, on l’a vu, comme de simples « dépuratives par extension ». Cette plante pourrait donc résumer à elle seule, et peut-être expliquer, les prérogatives reconnues à ces remèdes par la médecine traditionnelle de notre région.

1. Les Germandrées, situation floristique

  • 1 Tandis que, en Languedoc, aujourd’hui encore, c’est très généralement la Brotonique — ou Broutouniq (...)
  • 2 Dans le haut Minervois (Hérault), à Authèze, une informatrice emploie aussi, sous le seul nom de «  (...)
  • 3 Sous-espèce du groupe Polium, la Germandrée de Rouy, Teucrium polium ssp. Rouyanum Schreb., est une (...)

2La Germandrée Petit-Chêne (Teucrium Chamaedrys L. ; Labiées) est une petite plante largement répandue en Haute-Provence et dans la plupart des régions calcaires de France, aux basses et moyennes altitudes, en sols secs. Elle fréquente les pelouses ensoleillées, les rocailles, les bois clairs. Commune dans la zone du Chêne pubescent, elle peut s’élever assez haut sur les adrets de l’étage montagnard (ainsi à 1 650 m, montagne de Lure, Pas de la Graille). Ses fleurs roses, en épis unilatéraux feuillés, ses feuilles à la découpe caractéristique, qui lui valent son nom, la rendent facilement reconnaissable (fig. 37 et 38). Les vingt-trois informateurs qui en ont parlé la connaissent tous sous le seul nom français de « Petit-Chêne »1. Sous le nom impropre de « Petit-Chêne », nous avons aussi obtenu une information (« dépuratif », sans précision d’indication) concernant une autre Germandrée, Teucrium polium L., la Germandrée Pouliot2. Plante toute cotonneuse-blanchâtre fréquente à basse altitude, parfois plus commune que la précédente en stations méridionales3, le Pouliot en est très distinct morphologiquement (fig. 39).

37. Germandrée Petit-Chêne, Teucrium Chamaedrys (forme robuste des sols riches). Remarquer la corolle (rosée) unilabiée, à étamines longuement saillantes, les feuilles à la découpe caractéristique, d’où la plante tire son nom spécifique.

38. Germandrée Petit-Chêne (dessin D. Dore). Par excellence l’herbe des cures dépuratives en Haute-Provence occidentale. Ici, forme grêle des sols arides.

  • 4 Pline, Histoire naturelle, XXI, 21.

3Ici, la confusion de nom est manifestement induite par l’équivalence des emplois, une saveur similaire. Médicinale ancienne, connue des hippocratiques cinq siècles avant notre ère, « herbe célèbre par les éloges de Musée et d’Hésiode qui la proclament bonne à tous les usages »4, T. polium semble à l’extrême bord de l’oubli en phytothérapie populaire française. On peut même se demander si, en Haute-Provence, ce n’est pas la confusion avec le Petit-Chêne qui conserve un statut de remède à ce Pouliot — tout à fait distinct, faut-il le préciser, de la Menthe du même nom.

39. Germandrée Pouliot, Teucrium Polium (Mattioli, 1566). Avec ses feuilles assez larges et d’allures plane, la figure évoque surtout la sous-espèce Rouyanum (voir note 80).

  • 5 « Race chimique » stable héréditairement, le plus souvent semblable au type par ses caractères morp (...)
  • 6 Une autre Germandrée est apparue au cours de l’enquête. Il s’agit d’une sous-espèce à fleurs blanch (...)

4Plusieurs autres Germandrées sont présentes en Haute-Provence occidentale. La plus répandue, la Germandrée de montagne, Teucrium montanum L., est fréquente dans les lieux rocailleux collinéens et montagnards, en particulier sur les « pelouses écorchées » des crêtes ; c’est une plante prostrée-gazonnante, à tiges sous-ligneuses à la base, à feuilles linéaires à linéaires-oblongues, entières, très discolores (vert foncé en dessus, blanches-tomenteuses en dessous), coriaces, subpersistantes, à fleurs blanc-jaunâtre en têtes terminales (en montagne de Lure, certains sujets ont des fleurs très odorantes ; peut-être s’agit-il d’un chimiotype5 particulier). Il semble que cette plante soit aussi employée comme « Petit-Chêne » dans la région, mais les informations obtenues à son propos, très imprécises, demandent confirmation. Autres Germandrées notables, dans la zone étudiée, Teucrium Botrys L., annuelle assez peu commune des pelouses à sol plutôt léger et profond, et Teucrium scordium L., plante vivace des lieux humides, rare et plus ou moins fugace (transport de migrateurs ?), notée seulement aux environs de Banon et de Mane. Non employées de nos jours au niveau populaire, à ma connaissance, ces Germandrées ont joui d’une très grande réputation dans les siècles passés, en particulier le Scordium, que certains auteurs ont élevé au rang de panacée. Dans tout ce qui concerne le Petit-Chêne, il faut garder à l’esprit les relations que la médecine ancienne et ses marges populaires ont établies entre les emplois de cette plante et ceux des diverses espèces citées ici6.

2. Au fil des saisons, de l’histoire, des symboles

5Avec la Germandrée Petit-Chêne (l’information qui concerne Teucrium polium lui étant associée dans ce qui suit), la fonction préventive du remède dépuratif se manifeste au plus haut point : c’est par excellence, dans tout le Midi méditerranéen, la plante des cures de printemps et d’automne, celle qui contribue au renouvellement du sang aux moments cruciaux de l’année, quand les équinoxes annoncent l’ère des chaleurs et celle des froids. Comme ils soulèvent les marées, comme ils font tourner les mauvais vins, décanter les bons, comme ils élaborent les sucres, aiguisent les acides, précipitent les lies, comme ils endorment et réveillent les semences, les renversements cosmiques bouleversent le cours des humeurs, et d’abord de la plus visible, de la plus vitale, du sang. De tout temps, les hommes ont associé des pratiques médicales (elles-mêmes souvent dépendantes d’un rituel magique ou religieux) au cours des astres et, dans les pays tempérés, à la lente pulsation des saisons. Ce que la moderne chronobiologie redécouvre et précise est à la base des thérapeutiques les plus anciennes, et il n’est pas douteux que la cure dépurative de printemps et d’automne en soit la survivance.

  • 7 Contraria contrariis, « les contraires par les contraires » : on combat la cause d’une maladie par (...)

6En développant, en critiquant la pensée médicale antique au iie siècle de notre ère, en structurant la pathologie humorale et la thérapeutique par les contraires7 dans une œuvre qui, au dire de ses contemporains, comportait plusieurs centaines de titres, Galien élaborait l’une des théories les plus durables et les plus inamovibles de l’histoire des sciences : il faut attendre le xixe siècle et la prééminence de la physiologie expérimentale pour qu’une nouvelle image du corps — préparée cependant par de nombreux travaux ponctuels depuis la Renaissance — finisse par s’imposer. J’ai déjà évoqué l’ombre de cette œuvre tutélaire sur la médecine savante du passé comme sur la pensée médicale populaire de nos pays. Il faut encore la remémorer — non comme point de départ absolu, mais comme témoin majeur d’une perception du corps plus ancienne que l’histoire — pour comprendre le fonctionnement, en partie symbolique, du remède dépuratif, sa place dans une thérapeutique encore affiliée aux saisons.

7Ici, le corps se relie, s’imbrique avec les éléments fondateurs de la nature dans un système cohérent, unitaire, dont la logique rend compte au mieux de la perception la plus évidente du monde et des phénomènes vivants. Une logique bâtie sur des évidences perceptibles aux sens : voilà ce qui permet à une théorie de franchir les siècles. N’est-ce pas notre expérience immédiate du monde qui fonde la géométrie euclidienne et nous interdit (nous interdira ?) toujours d’adhérer autrement que sur le mode spéculatif à l’espace et au temps de la physique moderne ?

8A partir des quatre éléments, auxquels correspondent des « qualités premières », Galien, à la suite d’Hippocrate, établit une grille de corrélation avec les quatre humeurs-fluides vitaux du microcosme humain :

9Au xviie siècle, le schéma est quelque peu modifié, le sang étant surtout considéré comme chaud et humide (feu + air). On peut en déduire la représentation suivante, où chaque humeur figure entre les deux qualités qui lui sont alors associées :

10Les « qualités secondes » procèdent du mélange des qualités premières. L’état d’équilibre terminal — la répartition des « qualités » chez chaque individu qui définit sa nature physique et la couleur de son mental, de son « humeur » — constitue le tempérament.

11Chez Hippocrate, plus de six siècles avant Galien, l’altération des humeurs dans leur qualité intrinsèque ou dans leurs proportions relatives est déjà établie comme cause fondamentale des maladies (ou dyscrasie, s’opposant à la crase, ou équilibre des humeurs). A ces désordres, l’organisme réagit par la coction :

Tous les accidents qui proviennent de l’altération, âcreté ou intempérie des humeurs, finissent lorsque ces humeurs sont cuites ou tempérées (Baissette 1936, 1 : 258).

12Si la coction ne peut s’accomplir, c’est la mort. On en reconnaît le travail par l’attention à un certain nombre de signes :

Faciès, urines, sueurs, pus des plaies, expectoration, surface de la langue. Et ce que nous appelons aujourd’hui résolution est une des phases de ce phénomène général de la coction. Le neuvième jour de la pneumonie, les septenaires de la typhoïde sont les vestiges isolés de ces lois dont nous avons perdu les directions complexes et cohérentes. La coction de l’humeur obéit à des lois soumises à l’espace et au temps : elle aboutit à l’expulsion ou au dépôt qui se font dans une partie quelconque du corps. Cet effort d’expulsion, c’est la crise ; elle a lieu à des jours fixes, ce sont les jours critiques (ibid. : 258).

13Les catégories, en apparence simplistes, de la médecine antique vont ainsi de pair avec l’observation — et l’observance — des rythmes. Les maladies répondent aux humeurs, les humeurs aux saisons :

  • 8 Bazin, article « Dermatoses », in Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales (Paris, 1882, (...)

Le corps de l’homme se trouve incessamment soumis à des influences nombreuses qui peuvent à tout instant détruire ou troubler [l’état d’équilibre], influences venues du milieu, c’est-à-dire des saisons, des climats, de l’habitation, des variations de l’atmosphère, du chaud et du froid, du sec, de l’humide, etc., influences venues de l’alimentation, du genre de vie, de l’exercice, de l’âge. De là toutes les maladies, quels qu’en soient le siège et la forme. Ainsi (...), on peut dire qu’à part l’influence des âges, cette étiologie [est] tout entière placée dans l’action des causes extérieures8.

  • 9 Comme pour tout ce qui concerne le domaine populaire dans l’ancienne médecine, c’est très généralem (...)

14Ces longues citations, ces rappels historiques ferment ici le décor de fond édifié peu à peu, au fil des pages, pour la compréhension du rôle dépuratif. Il est bien évident, désormais, que celui-ci ne peut être compris que comme la formulation populaire d’une appréhension de la triade nature-corps-maladie au moins aussi ancienne que la pensée occidentale, formulation en beaucoup de lieux similaire à celle de la médecine savante depuis les Grecs, mais non sans spécificités, d’une part au niveau de certaines indications, comme on l’a vu, mais aussi sur le plan des principes thérapeutiques, à commencer par la cure. Car celle-ci, tout en étant l’héritière de l’antique observation scrupuleuse des rythmes et de leur corrélation, a progressivement cessé d’avoir cours aux temps modernes dans la médecine savante : bien rares sont les auteurs postérieurs à la Renaissance qui font état de la durée précise et de la périodicité d’une prescription9. Comme si, en devenant prérogative urbaine, dès le Moyen-Âge, cette médecine savante devait éluder une attention aux cycles naturels que les gens des campagnes, eux, conservaient nécessairement. Comme si la physiologie, pour s’édifier en savoir du corps, et du corps seulement, se devait d’oublier les échos les plus manifestes, en lui, de l’univers inconnaissable.

  • 10 La médecine savante a conservé — et fort développé — la cure entendue comme période consacrée de fa (...)

15La science analytique se reconnaît d’abord à la distance qu’elle établit entre elle et son objet. Ainsi peut-elle maintenant associer de nouveau corps et cosmos dans l’espérance d’un système unitaire, ayant attesté qu’une même trame d’énergie se prête aux tissages du temps dans le cœur de l’homme comme en celui des galaxies. Et s’efface sous nos yeux la pensée qui n’avait pas su s’interroger sur les risques inhérents à l’éternel retour10.

3. Les amers, le chaud, le froid, le renouvellement du sang

16L’examen des tableaux 7 et 8 montre que les principaux dépuratifs haut-provençaux, comme les « dépuratifs majeurs » reconnus chez les auteurs, appartiennent tous plus ou moins à la catégorie (organoleptique) des amers. Sans entrer dans les détails de la pharmacologie savante, un rappel des constituants chimiques présents dans ces plantes confirmera cette unité sous-jacente :

Tableau 12. Constituants chimiques présents dans les principales plantes dépuratives

Tableau 12. Constituants chimiques présents dans les principales plantes dépuratives

17Unité de saveur, seulement : en dépit de certaines similitudes chez des espèces appartenant à la même famille (Germandrée-Marrube ; Gentiane-Petite Centaurée ; Chicorée-Pissenlit), le principe amer en cause est loin de pouvoir être rapporté à une seule classe chimique. De surcroît, la plupart des plantes citées, auxquelles des hétérosides, des alcaloïdes, des lactones, etc. confèrent leur amertume, ne doivent pas leurs propriétés à ces seules substances. Les plantes qui appartiennent à la catégorie des « toniques amers » des auteurs sont en italique : elles sont à peine majoritaires.

  • 11 La Scabieuse a une très ancienne réputation de remède dermatologique (grec scabies, « gale ») et pu (...)

Le tableau ci-dessus exclut 3 dépuratives importantes, la Pariétaire, la Pensée sauvage et la Fumeterre. Les deux premières, on l’a vu, tiennent une place essentielle en médecine infantile, dans la région. La Fumeterre était aussi d’usage dans les croûtes de lait, en infusion, à la façon de la Pensée sauvage (voir corpus). Ces plantes ne sont pas des amères : outre le refus certain de cette saveur par les bébés, il est manifeste que la nature de remède « fort » attribuée aux amers fait que la médecine traditionnelle ne les prescrit pas dans le plus jeune âge. La Fumeterre, qui est amère à l’état frais, perd cet inconvénient au séchage, mais conserve sa qualité de plante « chaude » et « sèche » (voir plus loin). Il y aurait lieu de s’interroger ici encore sur les rapports entre l’amer et le sang : à partir de quel âge met-on l’enfant à l’épreuve (c’en est une) de cette saveur curative, qui ne saurait convenir au sang imparfait du nourrisson (pas plus qu’on ne la tolère dans l’alimentation de celle qui allaite, ni dans les thérapeutiques éventuelles qu’elle peut être amenée à suivre) ? En administrant le Petit-Chêne — ou encore la Petite Centaurée, la Gentiane — aux enfants plus grands, les parents visent-ils seulement la dépuration ? N’y associent-ils pas plus ou moins consciemment l’apprentissage symbolique des épreuves de l’existence ?
Le Petit-Chêne, dit M. B., 80 ans, de Mane, c’est pour quelqu’un d’un peu anémique, c’est pour fortifier.
Pourtant on n’était jamais anémiques, et on nous en a fait boire, rétorque Mme B.
Une informatrice de Reillanne (Mme F., 70 ans) nous a appris en mai 1984 que, dans sa famille, on donnait à boire en dépuratif aux enfants jusque vers 10-12 ans l’infusion de fleurs sèches de Scabieuse (Scabiosa Columbaria ; Dipsacées), parce qu’ils n’avaient pas encore l’âge de prendre du Petit-Chêne. Cette jolie fleur très commune dans la région (prés et coteaux secs, friches) est confondue par la médecine populaire avec l’espèce — officinale — voisine des lieux humides, Succisa pratensis (Scabiosa Succisa)11. Si l’herbe est amère, les fleurs sèches ne le sont pas et conviennent donc aux enfants.
Aujourd’hui, le remède infantile se doit de revêtir un déguisement de friandise. Finie la potion amère. En même temps s’opère une confusion entre douceur et remède, et cet amalgame pourrait bien s’avérer capable de fonder un préjugé favorable à l’égard du médicament « dur », donc une propension ultérieure à la dépendance.

  • 12 La question de la « qualité » des plantes est fréquemment objet de discussion chez les anciens méde (...)

18La saveur du remède est donc un indice important de ses attributions. Tout comme dans la médecine du passé, où le « degré » de la « qualité » — chaude, froide, sèche ou humide — reconnue à la plante répondait à sa « force », force de la saveur, de l’odeur, et force d’action physiologique. Il peut être utile de considérer nos dépuratives en regard de cette classification ancienne où chaque substance médicinale est assortie d’une qualité elle-même scindée en quatre degrés. La colonne d du tableau 8 montre que 17 des plantes, sur 29, appartiennent à la catégorie « chaud et sec », et que la plupart des amers du tableau ci-dessus y figurent. Seuls, en effet, la Chicorée sauvage et le Pissenlit sont considérés comme des espèces froides, la Pensée sauvage, elle, étant qualifiée de « sèche et un peu froide » par les uns, « d’un peu chaude et sèche » par les autres12. Il est intéressant de souligner que les plantes de cures saisonnières les plus courantes sont chaudes et sèches lorsqu’il s’agit de remèdes au sens strict (Germandrée, Bardane, Marrube, Fumeterre), froides et sèches quand elles appartiennent à la catégorie des aliments-remèdes, cas de la Chicorée, du Pissenlit et de la Laitue vivace (consommée dans la région sous le nom de « Laurige » ou « l’Aurige » [fig. 43]).

  • 13 L’examen de la classification des aliments végétaux, au xviie siècle, montre clairement que, s’il e (...)

19Il importe aussi de tenir compte du degré de qualité attribué à la plante : un remède du premier degré exercera son action thérapeutique avec douceur (ainsi du bourgeon de Peuplier, qu’on emploie comme sédatif sur les hémorroïdes). A l’inverse, la Clématite, âcre et caustique, est considérée comme chaude au quatrième degré ; la Ciguë, poison paralysant, est froide aux quatrième degré (le 4e degré exprime généralement la toxicité). En dépit des lacunes des tableaux à cet endroit (les auteurs consultés n’attribuent pas un degré de qualité dans tous les cas, et certaines plantes ne sont pas du tout classées), il apparaît que les amers médicamenteux sont souvent chauds et secs jusqu’au troisième degré, tandis que les amers-aliments ne dépassent pas le deuxième degré de froideur : au-delà, ils exerceraient une action néfaste sur l’économie13.

20Pas plus, semble-t-il, que dans les recueils des folkloristes du passé, nous ne trouvons chez nos informateurs d’allusion explicite au chaud et au froid ; ils ne citent pas davantage l’amer dans une perspective de rafraîchissement ou de réchauffement. Même si des investigations plus approfondies, en Haute-Provence ou ailleurs, peuvent infirmer ces remarques, il est déjà notoire que les catégories ici en cause participent de l’élaboration d’un savoir qui témoigne, en bien d’autres lieux, d’une étroite parenté ancestrale avec les théories de l’ancienne médecine savante. Mais la connaissance populaire œuvre dans l’implicite : le concept de « refroidissement » conserve une bonne place dans les prescriptions traditionnelles (8 citations dans notre enquête) — tout comme dans les notices des remèdes antigrippaux de la pharmacie ; les idées de « froid » et de « chaud » ne sont pas pour autant exprimées.

21L’ont-elles jamais été ? C’est du dehors qu’on théorise. Naît alors la pensée savante, qui finit par se détourner de ce qui l’a nourrie (ainsi l’ingrat qui a fait les écoles rougit-il un jour de sa mère analphabète). Les naturalistes et médecins grecs du ve siècle, Empédocle, Hippocrate, ont ordonné une perception du monde où le mythe était déjà la mémoire de l’intuitif originel. La médecine des temps historiques a retenu le système moins le mythe, tout en s’efforçant de plaquer ce système sur les dogmes de l’Église. Très en-deçà du remue-ménage idéologique, la pensée populaire garde, elle, ses références muettes, ignore tout ce qui se trame au-dessus de la surface des mots qui lui servent à reconnaître et non à expliciter. Et cependant elle s’alimente aussi de ce qui reste à la traîne du grand savoir, qui disparaît dans son sillage, qui regagne les profondeurs.

  • 14 Voir A.L. Austin et R.L. Roys, Ethnobotany of the Maya (New Orleans, Tulane University, 1931).

22En Amérique latine, où la théorie humorale avait probablement déjà cours avant la conquête (on a de bonnes raisons de le penser14), où le chaud et le froid sont à la base des thérapies traditionnelles, ces catégories ne sont que très rarement exprimées :

Malgré la coutume indigène de considérer toutes les plantes du point de vue du chaud et du froid, les milliers de plantes médicinales enregistrées par les Espagnols à leur arrivée dans le Nouveau Monde ont été décrites du point de vue de leur action médicinale, mais rarement comme chaudes ou froides (...). La nature d’une maladie, la diversité des organes qu’elle touche, le degré de déséquilibre qui l’accompagne déterminent la catégorie chaud/froid de la maladie. Le phénomène chaud/froid ne peut exister que par rapport à un processus qui se déroule dans le corps ou la composition d’une plante, d’un aliment ou d’un minéral. Il correspond à une certaine conception des flux d’énergie inhérents à tous les rythmes biologiques et indique la tendance d’action ou de réaction à la substance considérée, aliment ou médicament. L’information obtenue et la possibilité pour le praticien de classer reposent sur la compréhension des différents facteurs en cause. Cette connaissance a peu de chance d’être communiquée et n’est donc pas consignée car elle relève d’un talent ou d’un « secret du métier » (Goldwater 1983 : 44, 45).

23L’une des règles fondamentales de l’hygiène traditionnelle est de déjouer, en toutes leurs manifestations, les méfaits du froid contraire à la vie, du froid qui ralentit les coctions, qui fige les « esprits animaux » — qui « arrête le sang », dit-on aujourd’hui. A la fin de l’hiver, la cure dépurative aura donc pour première fonction de restaurer les énergies du corps. Elle permettra par ailleurs l’évacuation des substances morbides que l’organisme affaibli n’a pu éliminer normalement.

  • 15 Mme T. fait allusion à des « néo-ruraux » installés dans les collines, au-dessus de sa ferme. Ce so (...)
  • 16 « Purger » est encore attesté ici dans le sens de « débarrasser ». de « purifier », nullement dans (...)
  • 17 Recueil D. Dore, hors enquête OPIE, mai 1984 — Dans le riche ouvrage collectif La vallée de la plai (...)

Le Petit-Chêne, dit Mme T., 75 ans, de Limans, on dit que c’est très bon pour la circulation du sang. On en parlait justement avec ma belle-fille. Elle me disait qu’il fallait que je prenne un peu de Petit-Chêne pour purger un peu le sang, surtout en cette saison [l’enquête a lieu le 10 mai]. Justement, lundi, je comptais demander à ceux de la Rouge, ceux qui vendent des plantes15. C’est une petite plante des sous-bois, qui a des petites feuilles comme le Chêne.
(Mais Mme T. connaît surtout les emplois de la Bardane, le Rapapéou ; fig. 40) : L’arrapa-péou, c’est une plante qui accroche quand c’est sec (...). C’est la racine qui est bonne. On fait bouillir la racine.
— Vous m’avez dit, quand je suis venue vous voir, que c’était pour purger le sang que vous faisiez des cures de cette plante.
— Ça, ma sœur en faisait beaucoup à mon beau-frère.
— Au printemps ?
— Oui, eh oui ! C’est à la belle saison, c’est maintenant que ce serait bon toutes ces plantes !
— Pourquoi au printemps ?
— C’est le moment où le sang a le plus de force, parce que l’hiver, c’est la saison morte. C’est maintenant : on fait comme les plantes. Ah, on revit ! le sang se rajeunit. Ça fait du bien, ça aide au sang à se purifier. Pardi, c’est maintenant la saison !
— Des gens disent qu’on peut aussi faire des cures en automne. Vous en avez entendu parler ?
— Moi, je sais que c’est au printemps, au moment où on sort de l’hiver, que c’est très bon. Vous voyez en hiver, je m’enlourdis, et maintenant, en travaillant avec la saison, je reprends plus de forces. Je maigris plutôt, voyez. C’est le renouvellement du sang qui fait ça. Surtout à mon âge, c’est bon, quand on n’a plus les règles. C’est là qu’il paraît que c’est bon pour purifier le sang avec les plantes. Mais il paraît que ça travaille, faut faire gaffe, faut pas non plus en abuser, de ces choses-là (...). Oh, ça purifie, oh ! On peut en prendre un peu, puis s’arrêter, puis en reprendre encore un peu. Oh, ça doit travailler !
— Donc, ces plantes, elles peuvent faire du mal, éventuellement ?
— Eh, si t’en prends trop, c’est sûr. Faut pas exagérer, ça purge, ça doit purger16. Dans le temps, on se soignait rien que par les plantes. Oh, ça revient... Ils étaient pas plus bêtes. C’était bien fait. Et comment voulez-vous qu’ils fassent : il y avait pas toutes ces petites fioles, toutes ces piqûres... Il fallait faire avec ce qu’ils avaient17.

40. La Grande Bardane, Arctium majus (Matthioli 1566)
Les anciens appelaient la Bardane Personata parce que ses feuilles, personata folia, « feuilles à masques », sont assez grandes pour que les enfants les découpent en masques — ce qu’il leur arrive de faire encore. Ses noms populaires de « Glouteron » (croisement de l’ancien français « gletteron » et de « glouton ») et « d’Herbe aux teigneux » font allusion aux capitules hérissées de bractées crochues, les « teignes ». Mais ce dernier sobriquet est aussi le nom d’une maladie soignée par la plante : la Bardane est le grand remède populaire des dermatoses, pouvoir qui la met d’emblée au rang des dépuratives majeures.

24A ce riche témoignage, Mme D., 86 ans, Banon, ajoute des précisions intéressantes concernant le lieu et l’époque de la cueillette du Petit-Chêne.

Les plantes ont leur région. Dans les bois, on en rencontre des masses, pas dans les terrains riches. Sur les aires, ça vient comme ça dans le gazon. Ce sont des plantes de juin (...), il faut les cueillir à l’aube de la Saint-Jean. Enfin, elles ne sont sûrement pas meilleures qu’à un autre moment... Ce sont de vieilles traditions, elles ne sont plus suivies. C’est à ce moment-là que la végétation [fleurit] dans les terrains pauvres (recueil hors enquête OPIE, 30 mars 1984).

25Plante du solstice d’été, le Petit-Chêne sera conservé d’une année sur l’autre, et utilisé en infusion ou en décoction au moment des équinoxes. Il n’est peut-être pas exclu de penser que la cueillette à la Saint-Jean, au plus fort des influences « chaudes », octroie des vertus supplémentaires à une plante « chaude et sèche au troisième degré », préventive ou curative des affections qui procèdent d’influences froides (mais nous n’avons qu’une information à ce propos, et le Petit-Chêne est loin d’être la seule « herbe de la Saint-Jean »). On notera le doute de l’informatrice sur la validité du rituel de cueillette, qu’elle dit par ailleurs avoir vu pratiquer par sa mère mais qu’elle n’aurait jamais suivi elle-même.

26Au chapitre 3.1, j’ai déjà abordé les relations entre la thérapeutique dépurative et le domaine du sang, en m’inspirant des données recueillies à propos du Petit-Chêne. On voudra bien s’y reporter pour ce qui concerne l’interprétation des indications précisées par nos informateurs : hypertension, etc. Élargi par les compléments d’enquête de 1984, le concept de « renouvellement » mérite qu’on s’y attarde davantage.

  • 18 G. Lagadex (1985) note aussi que « les règles sont considérées comme le phénomène le plus important (...)

27Mme T. l’explique superbement : son sang « travaille avec la saison », il est au maximum de ses énergies « comme les plantes ». En lui s’opère un tri, l’amaigrissement qu’elle constate en témoigne : « C’est le renouvellement du sang qui fait ça. » De surcroît, comme elle ne vit plus la dépuration cyclique des règles, le grand cycle des saisons s’y substitue. La prescription de la plante dans la « circulation du sang », information recueillie auprès de quatre femmes de 55 à 70 ans, cette dernière précisant « circulation chez les femmes ») peut donc s’entendre, très vraisemblablement, comme une extension de la visée dépurative au domaine strictement gynécologique. Notre informatrice ici la plus âgée (Mme S., 70 ans, Séderon, 26) confirme cette hypothèse par son indication du Petit-Chêne dans la « préménopause », en cure d’infusion au printemps et à l’automne18.

  • 19 Ces deux plantes ont cependant un statut traditionnel de remèdes féminins. L’Alchémille, très peu c (...)
  • 20 Ces données figurent au Corpus général qui, pour les raisons évoquées dans la préface, sera publié (...)
  • 21 Cependant, près de Veynes (05), un guérisseur à qui nous avons demandé s’il existait des dépuratifs (...)

28Quand les plantes à hormones sexuelles, Sauge (œstrogènes) et Alchémille (action « progestérone-like »), par exemple, ne sont pas (ou plus) perçues comme remèdes gynécologiques dans notre région — pas plus que comme dépuratives19 —, on est en droit de se demander pourquoi une plante qui en est dépourvue vient s’y substituer, en pratique populaire. La réponse déjà esquissée plus haut tient manifestement au fait que la vie menstruelle est d’abord associée à l’image du sang et son cycle aux cycles naturels. Une « plante du sang » qui sert en même temps aux cures saisonnières pourra donc être préférée aux plantes proprement gynécologiques, comme l’Armoise. Encore faudrait-il savoir débrouiller les contradictions qui apparaissent ici : pourquoi, en l’occurrence, l’Armoise, herbe de la Saint-Jean par excellence, amère et chaude au deuxième degré, considérée comme remède de la circulation par les informatrices (qui associent explicitement ce sang aux troubles menstruels20), n’est-elle pas dite dépurative, ni employée en cures de printemps ou d’automne ? Est-ce parce qu’elle a un statut de remède spécifique — en l’occurrence sédatif des douleurs menstruelles et régulateur du cycle en cas de règles insuffisantes ou d’aménorrhée — qu’elle n’apparaît pas au rang des dépuratifs, eux polyvalents par définition21 ?

  • 22 Voir information anonyme, du Vaucluse, recueillie au cours de l’exposition « les simples entre natu (...)

29Au moment de son « renouvellement » printanier, le sang, qui se ranime comme les sèves, est chargé des impuretés accumulées lors de la stase hivernale. Il tend vers le froid, il est à la fois en accord et en désaccord avec la dynamique de la nouvelle saison. Le dépuratif amer va lui insuffler sa chaleur et permettre le « décrassement » nécessaire22, en même temps que le légume de saveur identique, mais adoucie, opérera au niveau digestif le « désengorgement » des viscères (voir section suivante).

30A l’automne, « c’est pour aider le sang à passer l’hiver » (guérisseur de Veynes, voir note 98), donc avec une intention préventive, que la cure d’amers se répète. Cette pratique semble presque aussi courante que celle du printemps puisque trois des cinq informatrices qui citent la cure de Petit-Chêne énoncent cette bipolarité thérapeutique (l’une précisant même « mars, et surtout en automne »).

  • 23 Expression de Cesle, médecin latin du ier siècle avant notre ère, citée par Bazin, Dictionnaire enc (...)
  • 24 Recueil personnel, Mane, 1974 ; informateur : M. R., 45 ans.

31Si la dépuration printanière n’a pas lieu, il y a risque de voir les « crasses » de la stase hivernale demeurer dans l’organisme, le sang ranimé charrier les impuretés dont il est toujours chargé en des lieux du corps d’où il sera difficile de les déloger. D’où le recours, aussi, à l’exutoire cutané : l’éruption est la preuve du décrassement, on l’a déjà vu, et dans certains cas il n’est pas bon de l’interrompre brutalement (voir ce qui est dit des croûtes de lait, au chapitre 3.3). Il s’agit alors d’une « maladie dépurative »23. Ici intervient en particulier le Marrube, plante « qui fait sortir les boutons », parfois non sans risques (voir plus bas), parfois comme preuve de l’action du remède sur une affection déjà existante : conseillée à un agriculteur dans la bronchite, cette plante a provoqué l’apparition d’un anthrax à la main, anthrax qualifié par le patient lui-même de « saletés qui devaient sortir »24.

  • 25 Mme A., 70 ans, Mane. Recueil D. Dore, hors enquête OPIE, mai 1984. Mme A. dit aussi : « Ma mère, e (...)

32On retrouve, ici, l’idée de nettoyage étroitement associée au traitement dépuratif, écho d’une image du corps très analogue à la représentation chrétienne de l’âme, qu’il importe de purifier par des rituels cycliques. Est-il fortuit que Pâques soit aussi, sur le plan religieux, la fête du sacrifice, de la purification par le sang versé, du renouvellement spirituel ? L’amer est une eucharistie du corps, le remède universel : « C’est au moment où le sang se renouvelle [qu’on emploie le Petit-Chêne], et là, comme on dit, il a besoin d’être lavé, nettoyé. C’est pour tout, le Petit-Chêne »25.

  • 26 Le couple froid-chaud comme schéma directeur de la pensée médicale populaire reste très vivace aux (...)

33La cure d’automne, elle, ne bénéficie pas de semblables commentaires. Elle paraît plus routinière, peut-être parce qu’elle ne dispose pas du soutien quasi mythique du renouvellement. Il est néanmoins permis au commentateur de se laisser aller à la dérive de son propre imaginaire et de se représenter le dépuratif de la Saint-Michel domptant les énergies excessives du dragon, du feu de l’été, le faisant rentrer dans les obscurités du corps — comme l’équinoxe de septembre enfouit au profond des terres les puissances de la végétation. En même temps qu’il en nourrit le sommeil, qu’il le préserve du gel fatal, qu’il lui confie la graine du printemps en garde26.

L’aliment-remède. La cure « d’amers froids »

34Mme D., 86 ans, Banon, déjà citée plus haut, nous a tenu des propos intéressants pour la compréhension des relations pratiques alimentaires-plantes dépuratives, relations déjà apparues à propos de l’Ortie (voir le chapitre 3.2) et qui, à n’en pas douter, interviennent fréquemment de façon sous-jacente dans la prescription saisonnière des plantes amères :

  • 27 Recueil hors enquête OPIE, mars 1984.

— Le Petit-Chêne, vous l’avez utilisé vous-même ?
— Ah, c’est amer ! oh pauvre de moi ! Je ne me suis jamais dépurée, j’ai toujours eu une vie trop maigre. On était pauvres, on mangeait peu de viandes, on mangeait des légumes27.

35Cette information a contrario cerne bien le rapport dépuration-régime : les gens frugaux — cette frugalité fût-elle forcée — n’ont pas besoin de se dépurer. Encore faut-il savoir de quelle frugalité il s’agit. L’excès de nourriture carnée était exceptionnel chez les paysans bas-alpins du passé, alors qu’il est souvent dénoncé, au xixe siècle, par les médecins de la classe bourgeoise citadine. Il est intéressant de tenter de comprendre la fonction de la plante amère en regard des pratiques alimentaires, quand cette plante est elle-même un aliment, salade des champs ou herbe à cuire, et de savoir s’il existe vraiment un régime végétal qui puisse exclure le recours au dépuratif (même si l’enquête initiale n’a fait qu’effleurer ces questions).

41. Chicorée sauvage, Cichorium Intybus (Masclef 1891). Les fleurs sont bleu-ciel

  • 28 « Au même titre que l’aliment cru, l’aliment ‘frais’, juste cueilli ou tué, donne ‘plus de force qu (...)

36Associée, on vient de le voir, à la dynamique des saisons, la cure vise autant à soutenir un processus organique de reviviscence, où « le sang se rajeunit », qu’à purifier ce sang « enlourdi » autant par la stase hivernale, le froid qui ralentit toutes les fonctions organiques, que par une alimentation elle-même privée des énergies de la viande et du végétal frais28. Je ne peux que faire allusion aux pratiques alimentaires qui constituent ici, avec le cycle dépuratif, un couple indissociable. Le travail récent d’Anne-Marie Topalov (1983) en fait l’analyse approfondie. J’en retient la prééminence, pour la période 1850-1900, de la « trilogie alimentaire de base » : pain, 2-3 kg par jour et par personne, légumineuses, 2 kg/j, pommes de terre, très peu ; trilogie augmentée d’apports saisonniers : légumes et fruits, surtout « sauvages », volailles, gibiers et poissons (au total 10 kg/an), huile et miel. De 1900 à 1950, la trilogie de base, très modifiée, intègre : pain, 1,5 kg/j, pommes de terre, 1 kg/j, porc, 25 kg/an. Il s’y adjoint à la saison : légumes frais du jardin, fruits ; lait et produits laitiers ; volailles et gibier, œufs ; poisson frais ou acheté salé ; huile et gras de lard ; miel et sucre.

42. Laitue vivace, Lactuca perennis
Rosette en juin ; pente rocailleuse à Buis, vers 1100 m. Belle Composée glauque aux capitules bleu-violacé, des rocailles et des champs caillouteux négligés, c’est une « salade douce » récoltée sous le nom de « Laurige » (ou « l’Aurige »), surtout au nord de notre région, semble-t-il. On la mange aussi cuite en omelette. La racine amère est employée en décoction dépurative, emploi peut-être endémique mais à rapprocher de celui des « Cicôri » (voir texte). Médicinale inconnue des modernes (voir tableau 8 D), considérée comme maturative au xviie siècle, elle appartient aux diverses Laitues sauvages, Chondrilles et Chicorées des anciens botanistes, toutes qualifiées de « froides et sèches ». Très voisine, à l’état de rosette, de la Laitue des vignes, Lactuca viminea (fig. 11), elle en est parfaitement distinguée, à distance, par les récolteurs locaux dont l’oeil décourage le botaniste accoutumé aux modes d’identification de la systématique savante.

37Les informateurs qui parlent des pratiques dépuratives surtout vivaces dans leur enfance se réfèrent donc à un temps où la nourriture d’hiver est encore constituée en bonne partie d’aliments « de mauvaise digestion », à l’égard desquels l’ancienne médecine ne ménage pas ses critiques. Ainsi De Ville (1689) dit-il à propos des fèves « qu’elles font la chair molle, enflent le ventre, [que] leur trop grand usage rend stupide et cause de fâcheux songes », et des lentilles — très consommées autrefois en Haute-Provence — « qu’elles font un sang grossier à ceux qui en usent trop, et les rendent sujets aux maux atrabilaires, comme aux cancers, à la gale, aux ulcères, et aux douleurs de nerfs » (ibid., 2 : 639, 649). Cette défiance à l’égard des légumineuses sèches persiste encore ; notre alimentation urbaine les cantonne plus ou moins aux plats « campagnards », ou supposés l’être.

43. Laitue vivace, Lactuca perennis (Matthioli 1566)
« Chondrille bleue à larges feuilles »

  • 29 Ils étaient très nombreux. Au début du xxe siècle, estime A.M. Topalov, 65 % des paysans bas-alpins (...)

38Le pain lui-même, était loin d’être toujours « de facile digestion et coction ». Au siècle dernier, les moins fortunés29 pouvaient encore consommer des pains voisins de ceux que signale Constantin (1597), médecin aixois, tel

celuy qui est fait de la farine de laquelle on a tiré la fleur, le plus subtil et le meilleur : tellement que le résidu est le son avec bien peu de la plus crasse farine, qui sert seulement de colle pour former le pain. De celuy-cy use principalement le plebee, et gens de travail (...). Dix livres de semblable pain à chaque jour, ne sont presque suffisantes pour la nourriture d’un rurau : aussi vont-ils trois ou quatre fois du ventre le jour.

39Plus médiocre encore, le pain « d’espeaute » ( = épeautre),

entre tous les pains desquels on use en ce pais, le moins nutritif et le plus excrémenteux, duquel en plusieurs lieux [de la Provence] parfois les pauvres sont contrains se soubstenir, non sans danger d’engendrer disenteries.

  • 30 Sous ce nom sont récoltés le Crépis Faux-Pissenlit, Crepis vesicaria (L.) ssp. Haenseleri (Boiss.) (...)

40D’où le recours aux salades, à l’aliment-remède, jouvence printanière toujours prisée des Haut-Provençaux dont les « salades amères »30, mangées en quantité en mars-avril, paraissent insupportables aux palais citadins qui les goûtent pour la première fois. S’y rapportent la Chicorée sauvage (fig. 41) et le Pissenlit, et, à un moindre titre, la Laitue vivace (fig. 42 et 43), seules mentionnées explicitement comme dépuratives au cours de l’enquête. La première est citée comme « cure de printemps » des enfants et des adultes : on la mangeait parfois cuite, et on en buvait l’eau de cuisson. Chez les bébés, c’est l’infusion des fleurs qui était donnée au biberon (F. 90 ans, Montjustin), apprentissage de l’amer par la partie la moins « terrestre » du végétal, seule convenable à des êtres encore imparfaitement incarnés. A Forcalquier, Mme A., 65 ans, précise que « les cicóri, il faut les consommer bien blancs » mais « qu’on les cueille profond car la racine est dépurative ». Ainsi le plaisir d’une salade adoucie par l’étiolement — on la ramasse volontiers sous les vieux tas de paille — va-t-il quand même de pair avec l’intention thérapeutique... Quant au Pissenlit, c’est surtout en salade qu’on l’emploie, mais il arrive encore que des gens âgés le fassent cuire quand il fleurit et qu’il devient trop dur et trop amer pour être consommé cru (information recueillie hors enquête OPIE).

41Peut-être est-il permis de supposer, malgré le défaut de précision de l’enquête à cet endroit, que la cure dépurative de salades des champs (à noter que « sauvage », épithète d’urbanisés, n’apparaît jamais spontanément dans les propos de nos informateurs) concerne surtout le domaine digestif. L’estomac, l’intestin et les glandes abdominales sont fatigués, irrités par les aliments à peu près exclusivement « chauds » et « secs » de la mauvaise saison : les herbes comestibles amères possèdent une action à la fois rafraîchissante et tonique qui en rétablit les fonctions. La Chicorée, écrit De Ville, « est bonne dans les intempéries chaudes de l’estomac et du foye, et n’est pas nuisible dans les froides » (1689, 1 : 162), tolérance assez rare dans l’ancienne diététique savante pour être soulignée. Chomel, de son côté, convient que « les feuilles de Chicorée (...) sont des remèdes apéritifs tempérés, très utiles dans les obstructions des viscères et dans les maladies causées par une bile épaisse » (1782 : 592), ce qui correspond tout à fait à l’état digestif traditionnel de la fin de l’hiver ! Cazin remarque aussi que la Chicorée sauvage (« amie du foie », chez Galien lui-même) « peut être fort utile dans les engorgements lents et chroniques des viscères abdominaux (...), pour combattre une irritation sourde (...) résultant de l’engorgement, d’une sorte de stase » (1878 : 299).

45. Crépis Faux-Pissenlit

45. Crépis Faux-Pissenlit
« Salade amère » des plus récoltées dans les friches pâturées, au premier printemps, le Crépis Faux-Pissenlit, Crepis vesicaria ssp. Haenseleri ( = Crepis taraxacifolia) fait partie de la catégorie des plantes « qui font l’oursin » : elles se roulent sur elles-mêmes dès la cueillette, faculté qui n’est pas sans rapport avec celle de se tapir au plus près du sol, ce qui les préserve de la dent des brebis. La « Doucette des lavandes » (fig. 11) fait de même. Ici, la même plante dans son site naturel et aussitôt après récolte.

42Ces salades, Chicorée, Pissenlit et autres amères, si elles ont sans doute d’abord une visée digestive au niveau populaire, sont aussi des dépuratives au sens large, l’enquête le laisse entendre (voir Corpus), convenant aux principaux domaines évoqués dans ce travail : dermatoses, circulation, rhumatismes. Des compléments d’informations devraient permettre de mieux cerner la fonction de ces plantes printanières « qui sont à la fois des remèdes et des aliments » (Roques, 1837), qui témoignent de la relation étroite entre le corps et le végétal dans la société traditionnelle, qui attestent la possibilité d’une « thérapeutique intégrée », non inféodée au remède sensu stricto. La figure 46 essaie d’illustrer la place de l’amer-aliment et de l’amer-remède dans les rythmes saisonniers.

43Ce qui précède laisse en tout cas supposer que les légumes auxquels Mme D. fait allusion (voir le début de cette section) devaient être de bien maigre chère pour ne pas nécessiter l’assistance printanière de la cure dépurative...

Amer, foie, sang : la pratique de l’imaginaire

44Qui n’a jamais craint de répandre le fiel en préparant une volaille, en détachant la vésicule gonflée de son étrange corolle lobée, en séparant le vert-jaune du rouge, l’amer de la chair la plus douce de l’animal ? Qui ne s’est jamais vu imposer, enfant, la « tranche de foie », de toutes les viandes celle qui « fait le plus de bien » ? Et cette image insoutenable (dans nos cultures aux cruautés détournées) : des soldats vietnamiens mangent avec délectation le foie de l’ennemi tout fraîchement éventré...

45Lieu de l’amer — à quoi se rapportent, chez le végétal, des sucs parfois mortels — et source de chaleur, de force, le foie est l’organe ambigu. Le sang y côtoie l’humeur âcre, et l’un n’est pas sans incidences sur l’autre : image première de la physiologie empirique, la relation amer-bile-foie-sang édifie une pensée du corps, de son fonctionnement et de ses maux qui a passé les millénaires et perdure en notre temps. Chez les hippocratiques, l’essence vitale a trois formes, la psychique, l’animale et la végétative : le pneuma psuchon, issu du cerveau, anime la pensée et se distribue dans le corps par le système nerveux ; le pneuma zôticon fait battre le cœur, nourrit le rythme, la colère et le désir ; le pneuma phusicon, enfin, siège dans le foie et circule dans le sang : c’est 1’« esprit naturel », fondement de la vie physique. Au xviie siècle, ces représentations régissent encore la médecine savante : elle pense que le foie est le lieu d’élaboration du sang, le cœur celui de sa purification au contact de l’air véhiculé par les artères (à l’autopsie, on les trouve toujours vides) ; on suppose une communication subtile inter-ventriculaire, l’existence de pores invisibles qui permettent au sang de se régénérer au contact de l’air des cavités gauches...

  • 31 Cholagogue : qui favorise l’évacuation de la bile (et, au sens large, les fonctions hépatiques) ; c (...)

46L’amer, qui a son gîte animal dans le foie, est aussi présent chez beaucoup de plantes. L’Absinthe en témoigne par simple contact. Faut-il s’étonner si ces « biles végétales » sont les remèdes traditionnels du sang d’un bord (amers « chauds », surtout), de la digestion de l’autre (amers « froids » et « chauds »), et que les dépuratives amères relient ces deux domaines comme la vésicule biliaire relie le foie à l’intestin ? Simple hasard, évidemment, si toutes ces amères alimentaires et/ou médicinales, comme le Pissenlit, la Chicorée, la Bardane, sont reconnues cholagogues et/ou cholérétiques31 par la médecine actuelle. La nature fait bien les choses. Avec le Pissenlit, l’amertume se double d’une image de la bile : la racine exsude un « lait » qui jaunit au contact de l’air. Cette plante banale est l’un de nos meilleurs régulateurs biliaires ; elle tend aussi à stabiliser le taux de cholestérol ; elle a une action antirhumatismale certaine. Son titre de dépurative n’est pas usurpé : P. Garidel dit « qu’elle est très bonne pour corriger la dyscrasie du sang » (1715 : 151). L’exemple de la Chélidoine (Chelidonium majus ; Papavéracées) n’est pas moins instructif : cette amère à suc jaune, très prescrite de nos jours par la phytothérapie, comme le Pissenlit, dans les troubles hépatobiliaires, est une plante chaude et sèche au quatrième degré, que sa toxicité exclut de la pratique populaire courante (sauf en usage externe, sur les verrues), donc des dépuratifs, mais dont « tous les plus habiles médecins modernes assurent [qu’elle] est un excellent remède pour la jaunisse » (ibid., 1715 : 104).

46. La cure amère et les rythmes saisonniers

  • 32 Effet antipaludéen, par exemple ; ce que réalise le Quinquina, connu des Indiens sud-américains bie (...)

47Ces digressions pour mieux délimiter le « champ de l’amer », où l’intelligence empirique la plus ancienne a fait ses premières cueillettes d’analogie appliquée, a su sélectionner par la suite les indications révélées par « l’effet de champ » du remède. Pourquoi l’amer chaud des auteurs anciens est-il aussi, le plus souvent, employé en fébrifuge (Gentiane, Absinthe, Buis, etc.), contredisant Galien — puisque la fièvre, « mouvement déréglé du sang » (Helvétius 1756) se traite par les substances rafraîchissantes ? Ne peut-on supposer ici que, bien avant toute médecine écrite, les amers ont été prescrits contre « les fièvres » à la suite de l’observation de l’un des effets32 de ces substances sur la régulation foie-sang, l’amer pouvant aussi être perçu comme une « nourriture du sang » au moment où le corps s’échauffe et requiert un supplément d’énergie.

48Le recours à certaines images-clefs de la physiologie empirique et aux « signes » des herbes (la saveur amère, les sucs-substituts, la forme de la plante, parfois, comme chez l’Anémone Hépatique, Hepatica nobilis), aide à comprendre que le « désengorgement » des viscères par la cure d’amers froids, propre à tempérer le « versant digestion » de l’entité foie-bile-sang, puisse s’allier à l’assistance purificatrice et dynamisante des plantes du renouvellement, amers chauds qui ajoutent au sang printanier l’énergie des sèves les plus fortes. Reste à rassembler des preuves populaires suffisamment explicites avant d’oser une théorie unitaire de la cure dépurative.

4. La durée et les risques de la cure amère

49Les données fournies par l’enquête sur les modalités de la cure (posologie, durée du traitement, etc.) n’autorisent que des remarques entachées d’approximation. A propos du Petit-Chêne, outre deux « cure de printemps » et une « cure de printemps et d’automne » sans précision d’emploi, deux cures de printemps et d’automne et un traitement « hors saison » permettent seuls de dresser ce tableau sommaire :

Tableau 13. La cure de Petit-Chêne

Tableau 13. La cure de Petit-Chêne

50Il peut être intéressant de comparer ces informations à celles que P. Petit a recueillies à Pourrières (N.-O. du Var) en 1978 (voir tableau 14, p. 172).

51A priori, il semble difficile de commenter ces prescriptions qui manquent pour le moins d’homogénéité puisque la cure de Petit-Chêne peut durer de huit jours à un mois. Il semble cependant que quinze jours doivent être considérés comme un pallier : au-delà, des temps d’arrêt sont nécessaires.

  • 33 Recueil janvier 1984.

52Des entretiens postérieurs à l’enquête initiale nous montrent pourtant que, dans certains cas, la cure peut être prolongée plus longtemps encore : jusqu’à deux mois dans le traitement d’une dermatose, chez Mme E., 70 ans, de Mane, (déjà citée à propos de la Pariétaire) : « Quand j’étais jeune, vers 12 ans, j’ai eu des boutons, on disait des humeurs. Ça devait être une sorte d’impétigo. On me faisait boire un verre de Petit-Chêne tous les matins. C’est un dépuratif. » Mme E. pense avoir suivi la cure pendant un à deux mois, « le temps qu’ont duré les boutons ». Bien qu’elle assure avoir été guérie par le Petit-Chêne, elle formule des réserves à son endroit : « Il ne faut pas en prendre trop car ça affaiblit. J’avais dû aller voir le médecin, qui m’avait donné des fortifiants33 ». De son côté, Mme A., 70 ans, également de Mane, nous dit : « Tant que j’en avais [du Petit-Chêne], j’en prenais. Je faisais des cures de deux ou trois mois, au printemps et à l’automne. Eh, c’est le moment où le sang travaille. J’en prenais tous les jours, surtout le soir avant de me coucher, j’en prenais un verre » (recueil mai 1984).

Tableau 14. La cure du Petit-Chêne (Petit 1978)

Tableau 14. La cure du Petit-Chêne (Petit 1978)

53Ce qui peut signifier jusqu’à six mois de cure par an ! Quand on connaît le goût de la plante, il s’agit presque d’une ascèse (qu’un certain nombre de gens pratiquent de nos jours avec l’assistance, elle laxative, du chlorure de magnésium)...

  • 34 En Languedoc, la cure de Petit-Chêne (qui conserve là-bas plus d’adeptes qu’en Haute-Provence) est (...)

54Même si la grande variabilité de ces données n’est pas sans rapport avec l’éloignement dans le passé des pratiques remémorées — la plupart du temps, nos informatrices/informateurs ont grand-peine à se souvenir des modalités exactes des thérapeutiques qu’on leur faisait suivre quand ils étaient enfants — il apparaît que, dans la région du moins, la durée de la cure dépurative dépende surtout de l’interprétation personnelle de l’utilisateur, avec cependant une limite habituelle à un mois. Des compléments d’information sont donc requis pour un commentaire moins superficiel34. Une attention particulière à l’origine de la connaissance du remède permettrait peut-être de dépister des « modes thérapeutiques » exprimés par des préférences dans les posologies, la durée des traitements, etc. Mais nos informateurs connaissent rarement avec précision la généalogie des recettes, et il est très difficile de structurer la transmission du savoir, encore plus d’en préciser au moins quelques sources.

47. Marrube blanc, Marrubium vulgare (dessin D. Dore)
Labiée arrière, dépurative majeure de la pharmacopée haut-provençale. Fragment de touffe. A droite, fleur isolée montrant le calice à dents crochues (transport d’animaux).

55Le Marrube (fig. 47), s’il a un statut très analogue à celui du Petit-Chêne dans la pharmacopée populaire haut-provençale (8 mentions de dépuratif sans précisions d’indication), prête à plus de précautions d’emploi. Sa propension « à faire sortir les boutons » — ce qui, on l’a vu, témoigne de la bonne marche du processus dépuratif — peut conduire à des accidents, ainsi que le rapporte Mme S., 75 ans, de Forcalquier : « C’est un remède de cheval : il faut en prendre deux jours au maximum. J’ai connu une dame qui en avait trop pris : oh, la pauvre, elle était pleine de mal. »

  • 35 Recueil P. L., Forcalquier, avril 1982. Le Marrube, Marrubium vulgare, autre Labiée amère, est fréq (...)

56Une autre informatrice parle de quatre à cinq jours de cure, tout en citant un dicton à fonction limitative transmis par un agriculteur coutumier du Marrube : « Le premier jour ça fait du bien, le deuxième jour ça fait du mal, le troisième jour ça vous tue »35.

57En Corse, où le Marrube a un statut thérapeutique voisin de celui que nos enquêtes révèlent en Haute-Provence (purification du sang, en particulier), il éveille aussi le soupçon :

À Muratu, cette plante est connue comme vénéneuse. Une personne est morte d’avoir fait une cure de marrube. Elle est amère cent fois plus que la gentiane. On dit que lorsque Jésus fut mis en croix, on lui fourra dans la bouche une pointe de marrube pour l’empoisonner (Nebiu) (P. Simonpoli et al. 1985 : 67).

58Si l’on consulte les écrits des médecins qui ont prescrit le Marrube — médicinale des plus anciennes, connue des Égyptiens voici des millénaires — on ne trouve pas trace de semblable suspicion, même si la plupart conviennent que la plante peut se montrer nuisible à forte dose, et surtout lorsqu’il y a déjà état d’irritation et d’inflammation (Cazin 1868). Chomel, qui a vu deux cures de Marrube durer plusieurs mois, à raison d’un demi-setier (1/4 de litre) d’infusion vineuse quotidienne, ne relate aucun trouble particulier (1782 : 144). Peyrilhe, l’un des pharmacologues les plus soupçonneux du début du xixe siècle, en fait l’éloge dans des maux variés dont certains, comme « l’empâtement des viscères », ressortissent à la thérapeutique dépurative (1804 : 333). On peut rappeler aussi que plusieurs praticiens du xixe, à la suite de Gilibert (1796), ont vu dans le Marrube — surtout usité au niveau pulmonaire — « l’une des meilleures plantes de l’Europe »...

59Alors, y a-t-il affabulation ? La Bardane, amère plus douce, jamais accusée du moindre méfait, est elle-même conseillée en cure de trois à sept jours seulement (précisions au Corpus) : on peut y voir un écho de la magie des nombres, qui renforcerait à la fois l’effet de la cure et l’interdit de dépassement. Significatives sont aussi les réserves exprimées par Mme T., de Limans (voir plus haut), à propos de la cure amère, de Bardane en l’occurrence. L’attention aux effets secondaires, la convergence des « précautions d’emploi » relevées aussi bien en Haute-Provence qu’en Corse appellent en tout cas une étude des modalités et des risques attachés à cette cure d’amers, qui s’étendrait à l’ensemble du domaine méditerranéen français et des pays voisins.

48. Touffe de Marrube, Marrubium vulgare Près d’un abri de troupeau, en juin, au pied ouest de la montagne de Lure, vers 900 m

  • 36 Nom le plus fréquent du Marrube en Haute-Provence occidentale et dans la plaine vauclusienne : la p (...)
  • 37 La recherche actuelle « assigne au Marrube une place importante parmi les cardiotoniques » (Leclerc (...)
  • 38 Oxford, 1703 ; trad. fr. Paris, 1730.

60Le « Mont-blanc »36 n’est pas apparu dans la présente enquête comme le remède des bronchites et de l’expectoration difficile qu’il est, par ailleurs, en médecine traditionnelle (et savante). Presque exclusivement cité comme dépuratif sans précision d’indication, il a cependant deux indications de remède du sang. Outre un « pour dépurer le sang », attribution classique de l’herbe de cure amère, il est indiqué contre la tension par une informatrice (60 ans) de Forcalquier, qui le dit aussi propre à faire « tomber la diabète »37. Cette situation thérapeutique le rapproche étroitement du Petit-Chêne, ce qui n’aide pas à élucider la sensible différence d’appréciation de leurs effets secondaires. Une curieuse expérience ancienne — qui atteste la prise en compte du rapport Marrube-sang dans la médecine savante — a voulu prouver son action purifiante : J. Friend, dans son Emmenologia, tentative d’explication mécanique de la menstruation38, mêle l’infusion de Marrube à du sang fraîchement tiré et constate qu’il devient plus vermeil, plus fluide...

61Le Petit-Chêne n’est pas exempt de soupçons non plus. Une informatrice, Mme P., d’Ongles, 80 ans, pense que son mari est mort d’avoir abusé de cette plante, qu’il employait pour se « dépurer le sang ». Faute de pouvoir commenter les méfaits possibles de cette petite Labiée (« jolie, mais affreusement amère », dit aussi une femme de Revest-des-Brousses), par défaut de renseignements suffisamment précis, je rappelle que l’administration impropre des amers a été dénoncée par les phytothérapeutes les plus lucides des siècles passés comme capable, dans certains cas, d’exacerber des troubles inflammatoires, et jusqu’à l’issue fatale. Aussi peut-on rapporter ici ce que Cazin écrit à propos de l’Absinthe, amère par excellence : « [elle] doit être proscrite chez les tempéraments sanguins ou bilieux, et dans tous les cas où il existe une irritation vasculaire, une prédisposition phlegmatique de l’estomac, de la pléthore sanguine, une tendance congestive (...), notamment vers la tête » (1868 : 5).

62Les réserves faites par certains de nos informateurs en ce qui concerne les cures d’amers pourraient donc fort bien avoir pour origine des accidents imputables à des états de susceptibilité organique non reconnus. L’exagération des risques tiendra lieu, alors, de contre-indication ou d’appel aux précautions d’emploi, comme l’illustrent parfaitement le dicton attaché au Marrube ou des enflures verbales du genre de celles que Mme A., 60 ans, de Forcalquier, utilise à propos de la cure de Bardane : « ça escagasse ».

63L’abus de la salade amère peut aussi s’avérer pernicieux, si l’on en croit la même informatrice (recueil personnel, avril 1982). Il s’agit en l’occurrence, d’une mise en garde à propos de la « Saut’ourame » ( = « Saut’oulama »), « Chante-lame » (Chondrilla juncea), Composée pourtant plus douce que le Pissenlit, qu’on récolte de préférence à demi étiolée, en tirant sur les tiges passées pour arracher un fragment de la racine porteuse de jeunes rosettes plus ou moins enfouies (d’où le nom languedocien de « Chicorée à la bûche », fig. 49). « On disait qu’il ne fallait pas trop en manger », explique Mme A., car « comme ça tache les mains, ça tache le foie ». Il faut souligner ici : 1) la relation amer-foie, clairement attestée ; 2) l’analogie entre les taches dues au latex de la plante — latex abondant chez beaucoup de Composées-Chicoracées — et une supposée salissure interne ; 3) l’importance de la notion « d’encrassement » comme facteur limitant de la cure, quand, à l’inverse, cette notion appelle la dépuration (in medio stat virtus : axiome de base implicite d’une thérapeutique axée sur la quête constante de l’équilibre) ; 4) le rapport entre taches des mains-taches du foie et lavage du linge-lavage interne du corps, association d’images apparue dans l’enquête à propos de la Saponaire (voir tableau 8 E) : nettoyage et saleté sont bien au nombre des images majeures associées à la pratique dépurative, qu’elles induisent et limitent — puisque l’excès dépuratoire, qu’il s’agisse d’un remède au sens strict (Marrube) ou d’un aliment-remède (salade amère) finit par provoquer ce que la cure était censée corriger, sinon guérir.

49. La « Chicorée à la bûche », Chondrilla juncea (Composée)
« Le Saut’oulame » des Haut-Provençaux doit ses noms aux tiges desséchées qui la font repérer de loin dans les jachères et les friches récentes. En tirant sur ces tiges coriaces (elles faisaient sauter la lame des faucilles), on extrait une rosette à l’allure de Pissenlit mais à la saveur plus douce, et fréquemment de jeunes feuilles enfouies, étiolées. Remarquer, à la brisure de la grosse racine pivotante, le latex blanc qui fait suspecter la plante de « tacher le foie » si on en consomme trop.

  • 39 Dans certains cas, l’observation savante actuelle confirme le bien-fondé de ces limitations. Ainsi (...)

64L’excès dépuratoire, c’est aussi, fût-ce à un niveau aujourd’hui non conscient, l’inobservance des rythmes, de la « prescription cosmique ». Poursuivre une cure au-delà de la période favorable, surtout quand celle-ci correspond à un moment privilégié du cycle des saisons, c’est contrevenir à un ordre plus rigoureux que celui de la prescription humaine. Peut-être subsiste-t-il un écho de l’ancienne obéissance aux préceptes cosmiques dans les restrictions attachées à une pratique médicale qui en est quelque part l’héritière39.

5. Un dépuratif strictement « populaire » ?

Les influences savantes possibles

65La Germandrée Petit-Chêne n’est pas une dépurative du « domaine savant » : à ma connaissance, aucune pharmacopée ne la cite comme telle. Lieutaud, « inventeur » du terme « dépuratif », la classe dans ses fébrifuges tout en disant, comme plusieurs de ses contemporains, que « le degré d’amertume et les vertus médicinales de cette plante la rapprochent beaucoup de la Petite Centaurée » (1781, 1 : 109). Cependant, le même auteur reconnaît à la plante des propriétés qui s’intègrent parfaitement au champ dépuratif puisqu’il l’indique, entre autres, « pour détruire les obstructions des viscères [et] rétablir le sang dans son état naturel », dans la cachexie (affaiblissement général) et les maladies de peau. Au xixe siècle, le Petit-Chêne est surtout connu comme fébrifuge et antirhumatismal. Une pharmacopée de 1819, qui reconnaît que « le Chamaedrys ne ressemble pas aux autres plantes de la famille naturelle à laquelle il appartient », lui accorde cependant la mention « sudorifique » comme première propriété (Barbier 1819-20). Les sudorifiques peuvent être souvent confondus avec les dépuratifs (voir le chapitre 3), et c’est la classe où Chomel, en 1782, range une espèce du même genre, la Germandrée Scordium, dite aussi Scordium, Germandrée d’eau, et, anciennement, Chamarras (fig. 50).

50. Germandrée Scordium, Teucrium Scordium
Le dessin et le texte que De Ville (1689) consacre à cette ancienne panacée complètement oubliée des pharmacopées savantes et populaires.

  • 40 Il s’agit parfois, ainsi à Mane, de la sous-espèce Scordioides Schreb. Celle-ci se distingue diffic (...)

66Germandrée des lieux humides, le Scordium a joui d’une véritable gloire de panacée jusqu’au xviiie siècle, où il entrait encore dans bon nombre de compositions d’apothicaires, Thériarque, Mithridat, Orvétian, et donnait son nom au célèbre « Diascordium de Fracastor ». Très rare en Haute-Provence occidentale (et inconnu avant nos propres investigations ; voir plus haut, 3.1), le Scordium est par contre présent en plusieurs localités humides des Bouches-du-Rhône40, département où sa distribution devait être bien plus importante autrefois : au début du xviiie siècle, Garidel le dit « fort commun » dans les prairies des alentours d’Aix-en-Provence. Le même auteur, homme avare d’éloges superflus, considère cette Germandrée comme : « l’une des meilleures plantes que nous connoissions dans la Médecine, [plante] apéritive, diurétique et sudorifique (...), spécifique pour la guérison des fièvres malignes, pestilentielles, et même de la peste, comme aussi de la petite vérole » (1715 : 98).

  • 41 Notable, aussi, est le fait que le Scordium, remède quasi mythique, capable d’après Galien de frein (...)

67Ceci pour mieux cerner la situation exceptionnelle du Petit-Chêne dans la pharmacopée populaire de tout le Midi méditerranéen : avant de s’interroger sur l’appartenance possible de certains de ses usages au seul domaine traditionnel, il importe de dépister les influences savantes. La proximité botanique du Scordium et les éloges qui sont prodigués à cette plante chez les anciens médecins ne doivent donc pas être négligés, même si la rareté de cette « Germandrée d’eau », en Haute-Provence, l’exclut a priori des pratiques locales et ne laisse que l’hypothèse d’une influence du second degré41.

  • 42 Les genres Ajuga et Teucrium sont voisins et leurs fleurs, caractérisées par une corolle réduite à (...)

68Le Petit-Chêne appartient à un groupe de Labiées amères aux usages voisins, où il faut citer aussi le Bugle Petit-Pin, Ajuga Chamaepitys (L.) Schreber, petite annuelle prostrée à fleurs jaunes, à feuilles nombreuses découpées en trois segments linéaires42. Cette plante, surtout messicole, est très commune dans les champs de la région, où elle ne semble pas connaître d’emplois autochtones. Par contre, en Italie du nord, c’est une herbe de cure dépurative bien connue. A Mane, une femme d’origine italienne l’a introduite dans son jardin : son mari avait l’habitude d’en user périodiquement « pour le sang » (recueil extérieur à l’enquête O.P.LE.). Dans l’ancienne médecine, le Bugle Petit-Pin est l’une des rares dépuratives prescrites en cures de durée déterminée. On la voit ainsi conseillée en breuvage pendant sept jours contre la jaunisse et, avec l’hydromel, pendant quarante jours dans la sciatique (De Ville 1689 : 452). Avec le Petit-Chêne, la racine d’Aristoloche ronde, la Gentiane et la Petite Centaurée, elle entrait dans « la poudre anti-podagrique du duc de Portland », remède célèbre que les goutteux devaient employer en cure dégressive, pendant deux ans. Très généralement le Petit-Pin était prescrit en même temps que le Petit-Chêne : une « contamination d’emplois » n’est donc pas impossible là non plus.

  • 43 Cette propriété est toujours mise à profit dans l’Hérault et en Aveyron (voir enquête-sondage EPI/F (...)

69Remède millénaire, très connu dans toute 1’Europe méridionale, le Petit-Chêne ne peut pas être davantage qualifié de « populaire », au sens strict, que les autres plantes étudiées ici. Son propre passé thérapeutique, largement attesté par les écrits savants (mais, semble-t-il, assez peu répercuté dans les livres de recettes), et les parentés non négligeables qui viennent d’être remémorées constituent un arrière-plan assez riche pour expliquer l’importance de cette plante dans la phytothérapie traditionnelle de Haute-Provence. Mais il s’est opéré un incontestable glissement au niveau des attributions thérapeutiques : ignorant à peu près ses principales indications « savantes » de fébrifuge (hormis une indication dans la fièvre de Malte, en mélange avec d’autres plantes ; voir Corpus) et d’antirhumatismal43, les méridionaux en ont fait un « remède du sang », au premier rang des dépuratifs. Situation explicable, donc, sur le fond, mais qui pose problème dans la forme : pourquoi la place du Petit-Chêne — dépuratif-herbe de cure — est-elle aussi importante ?

Le Petit-Chêne dépuratif : une élection obligée

70Si l’on procède par élimination parmi les plantes amères communes et connues comme médicinales en Haute-Provence pour trouver le ou les amer(s) chaud(s) susceptible(s) de tenir le rôle attribué au Petit-Chêne, on doit exclure :

  • les remèdes spécifiques : Armoise (amer gynécologique ; voir plus haut), Chardon béni, Chardon-Marie, Epervière Piloselle (amers fébrifuges), etc. — parce qu’un dépuratif est d’abord polyvalent ;

  • les « plantes à risques », plus ou moins toxiques en cas d’usage prolongé (Absinthe, Morelle Douce-amère, Saponaire, etc.) ;

  • les plantes rares ou trop peu répandues pour se prêter à des cueillettes régulières (Petite Centaurée, Gentiane — rapportée de la montagne par les bergers transhumants, etc.) ;

  • les « aliments-remèdes », qui, en l’occurrence, sont tous des amers froids.

71Inévitablement, on retrouve le couple Germandrée Petit-Chêne-Germandrée Pouliot, seuls à répondre au « profil » du remède requis dans l’aire géographique considérée. Apparaissent aussi le Marrube, qui semble connaître un statut de dépuratif « dur », à visée plutôt dermatologiques ( ?), et la Bardane, elle à deux destinations majeures : dermatoses, maladies infectieuses (voir tableau 8 A). Ces deux plantes connaissent aussi des emplois en cures saisonnières.

72D’autres facteurs, bien sûr, et plus subtils, contribuent au choix de la plante qui va occuper en priorité la place que lui réservent à la fois la pathologie et les particularités de la thérapeutique locale, place qu’il est possible de qualifier de « niche thérapeutique » puisqu’il s’agit exactement d’une socio-écologie du remède végétal.

73Ainsi, peut-être, en ce qui concerne le Petit-Chêne, son nom lui-même : ce qui rappelle le Chêne — et de plus, pousse dans son voisinage — en partage un peu l’énergie. Boire l’infusion de Petit-Chêne, ce serait alors absorber quelque chose de végétal auquel, dans nos contrées, est le plus étroitement associée l’idée de force. Simple supposition, mais comment négliger la très ancienne importance du verbe intercesseur ?

74Notable est aussi l’époque de floraison de la plante, qui lui octroie un statut important « d’herbe de la Saint-Jean » (voir plus haut).

6. Le savoir populaire comme système et non comme fatras

75Le remède végétal est donc au nœud d’un réseau de possibles et de nécessités. Son élection est le fait d’un déterminisme aussi complexe que rigoureux. Ce qui peut se traduire par l’affirmation que la thérapeutique traditionnelle, à l’optimum de son fonctionnement, ignore le remède fortuit, affirmation solidement fondée par les maîtres de l’anthropologie moderne, depuis des décennies, mais que beaucoup semblent ignorer qui s’autorisent pourtant à critiquer sinon à ridiculiser « l’empirisme ».

76Que penser de la façon dont des « scientifiques » parlent encore de l’apprentissage de la connaissance des propriétés des plantes, semblant prêter au hasard seul un perfectionnement hors de portée de l’intelligence « primitive » et que le prototype de l’ignare aux temps « civilisés », le paysan, héritier manifeste de la brute paléolithique, ne peut évidemment pas entrevoir du fond de son obscurantisme et de sa crasse ? On trouve ainsi, chez Girre (1981), un curieux tableau de ces origines :

Pendant des millénaires, écrit ce professeur de matière médicale, l’observation forfuite des effets des produits naturels, végétaux en particulier, sur le cours des maladies, constitue la source unique des progrès thérapeutiques (...). La connaissance tout à fait empirique des propriétés des plantes médicinales s’est d’abord transmise des uns aux autres, de famille à famille, de tribu à tribu » etc. (c’est moi qui souligne).

77Il n’est pas précisé si l’administration des « produits naturels » était elle-même « forfuite », si l’échange d’informations entre individus (stade pré-familial ?) avait quelque chance de contribuer à la fixation de cette connaissance hasardeuse. Commentant l’état de la matière médicale populaire au xixe siècle, le même auteur compare la société d’alors, où la science expérimentale en plein essor côtoie la superstition et l’analphabétisme, à la situation actuelle

de certains pays en voie de développement [où] une élite intellectuelle, très brillante, fait d’énormes travaux et des investissements primordiaux pour l’avenir de son pays, mais [où] le peuple normal est en retard d’un ou plusieurs siècles (c’est moi qui souligne).

  • 44 Autre exemple du regard savant sur le populaire — en l’occurrence les paysans du xviie siècle —, da (...)

78Le « peuple normal », c’est quand même celui dont « l’observation forfuite » a révélé aux pharmacologistes des plantes antitumorales comme les Jacaranda des Bahamas ou la Pervenche dite de Madagascar (Catharanthus roseus — étudiée d’abord pour ses emplois populaires supposés antidiabétiques) —, des sédatifs centraux comme le Rauwolfia serpentina de la médecine ayurvédique, des antispasmodiques comme l’Ammi visnaga des anciens Égyptiens, et bien d’autres remèdes de base de la pharmacie de notre temps...44.

79On croyait que Claude Lévi-Strauss, voici plus de vingt ans, avait définitivement réglé son compte à la prétention du « civilisé » de s’arroger l’exclusivité de l’invention, de l’expérimentation, de l’esprit scientifique, pour tout dire :

  • 45 Cl. Levi-Strauss, La pensée sauvage, p. 23.

Pour transformer une herbe folle en plante cultivée (...), faire apparaître (...) des propriétés alimentaires ou technologiques qui, à l’origine, étaient complètement absentes ou pouvaient à peine être soupçonnées (...), pour élaborer des techniques, souvent longues et complexes, permettant de cultiver sans terre ou bien sans eau, de changer des graines ou racines toxiques en aliments (...), il a fallu, n’en doutons pas, une attitude d’esprit véritablement scientifique, une curiosité toujours en éveil, un appétit de connaître pour le plaisir de connaître45.

80Aux antipodes du « screening » des pharmacologistes — mise à l’épreuve sur l’animal de molécules dont on peut ne rien connaître a priori — la thérapeutique populaire procède de la rencontre entre des facteurs chargés de sens, symboliques ou pragmatiques, à mi-chemin entre le concept-maladie (lui-même au centre d’un faisceau de causes) et les propositions du contexte naturel/culturel (savoir traditionnel ; influences savantes). Cette médecine — comme la nôtre — est donc parcourue de lignes de forces, les unes reconnues, les autres sous-jacentes, qui déterminent des choix et font que la maladie rencontre nécessairement son remède. Ce qui ne signifie pas forcément guérison : je parle d’une structure qui implique le maximum de chances de guérison en regard des facteurs perçus (aux différents niveaux de perception) et de la connaissance élaborée déjà acquise. Et je m’en tiens ici à la seule médecine végétale, bien plus facile à décrypter que la magie thérapeutique, pour ne citer qu’elle.

81Équipées de la même capacité d’intelligence du monde, de cribles toujours aptes à retenir le favorable-saisissable, mais confrontées à une grande variabilité de sens, à commencer par ceux que propose le milieu de vie, les sociétés vont manifester leur maîtrise de la diversité par l’établissement de schémas-types d’interprétation qui sont en même temps des sortes de cartes d’accès aux « banques de données » symboliques-pragmatiques. A la croisée des lignes de forces on trouvera donc des « associations premières » qui tiennent lieu d’entrées obligées à toutes démarche thérapeutique. Par exemple :

  • amer-foie : unité de goût (bile)

  • amer(-foie)-désengorgement-purification — sang — cure dépurative

  • jaune-foie : unité d’images (médecine par les semblables) ; bile jaune-sucs végétaux jaunes (ou organes exceptionnellement jaunes) ; Chélidoine, Épine-vinette, Ortie ( ?)

  • astringence-écoulement (médecine par les contraires) : plantes à tanins, certaines révélées par l’alimentation (glands, Plantain, Pimprenelle), etc.

Mais où le populaire l’est-il donc ?

  • 46 Il s’agit surtout d’informatrices. Les attestations d’emplois relatives au Petit-Chêne et au Marrub (...)

82Sans jamais avoir figuré au nombre des dépuratifs « savants », le Petit-Chêne occupe la première place des plantes amères employées en cure dans la région méditerranéenne française. Une vingtaine d’informateurs46 l’ont qualifié de dépuratif lors de l’enquête, mais le parti pris initial du recueil des seules mentions spontanées de propriétés (et, surtout, d’indications) a fait que beaucoup de nos interlocuteurs ont tout simplement négligé d’en parler. Le mode de questionnement adopté depuis lors, beaucoup plus approfondi et circonscrit à certaines plantes ou à certaines pratiques, montre que la quasi-totalité des gens rencontrés connaissent l’emploi dépuratif du Chamaedrys et son rôle d’herbe de cures saisonnières, ou, du moins, en ont entendu parler.

83On vient de le voir : si à la « niche thérapeutique » de la cure dépurative doit correspondre une amère chaude, c’est le Petit-Chêne qui, dans notre région, avait le plus de chance d’être choisi. La visée « sang » et « circulation », sans être au premier rang des indications savantes de cette plante, y est cependant implicitement intégrée (et même explicitement : voir la citation de Lieutaud, p. 178). Elle est au premier rang des justifications populaires de la cure (« pour purifier le sang ») parce que le couple sang-dépuration est la relation la plus fondamentale du champ thérapeutique en question.

84En suivant simplement les « lignes de forces » apparues dans l’étude des Germandrées, il s’avère qu’une plante à la fois chaude et amère, qu’on dit dépurative sans précision d’indication, ou qu’on destine particulièrement aux cures saisonnières, a nécessairement quelque chose à voir avec le domaine du sang tel qu’il est perçu au niveau traditionnel. Outre le Petit-Chêne, ainsi en est-il du Marrube, de la Bardane, de la Gentiane, de la Petite Centaurée, etc.

85Ceci pour les « associations premières ». Quant à l’élection de la plante-remède comme espèce définie, elle procède de la rencontre entre la nécessité de la cure amère (nécessité physiologique sous dépendance culturelle, économique, cosmique), l’expérimentation traditionnelle, les influences savantes anciennes ou présentes et enfin les propositions du milieu végétal. Elle désignera toujours un simple assez commun pour être ramassé partout et assez polyvalent pour tenir au mieux le rôle de « remède de champ » dévolu au dépuratif.

86Dans nos pays, les herbes de cures, d’obédience surtout populaire, on l’a vu, sont en même temps des remèdes de la médecine ancienne. Le Petit-Chêne ne déroge pas à cette règle, et le fait qu’il ne soit jamais cité comme dépuratif depuis que cette épithète a cours dans les écrits ne suffit pas à lui octroyer un statut de remède étranger au domaine savant.

87Mais est-il vraiment possible de définir un « domaine populaire » de la thérapeutique végétale ?

88Tout ce qui précède l’atteste : on ne saurait concevoir la juxtaposition, pendant des siècles et des millénaires, de deux pensées médicales complètement distinctes. Même si, dans nos pays, la médecine savante a toujours tenu à ignorer, sinon à bafouer, celle du « vulgaire », elle n’a cessé d’en intégrer les découvertes — et s’y emploie toujours avec la bénédiction des multinationales pharmaceutiques. Et la tradition médicale populaire a constamment recueilli les reliefs de la table des doctes pour les absorber en nature ou les accommoder aux sauces des diverses cultures orales.

  • 47 Marc Piault : « Si le fait d’attribuer à l’amer une vertu spécifique donne une capacité illimitée d (...)
  • 48 « Les plantes dont les feuilles ou les tiges ont une saveur amère sont couramment employées aux Phi (...)

89De multiples transferts, donc, mais qui n’ont jamais rétréci le fossé fondamental : d’un bord, une pensée qui s’instaure comme vérité d’État (voir les procès intentés aux guérisseurs, du Moyen-Âge à nos jours), qui sait très tôt se structurer comme science et tout particulièrement se forger l’arme du discours d’elle-même (seule la religion a davantage glosé sur soi) ; de l’autre, un savoir dès longtemps interdit d’expression, qui ne dispose plus de système d’explication — dans les cultures occidentales — mais, au mieux, d’allusions à des systèmes diffus (parce que la connaissance sensible n’alimente que l’invention directement opérante, le mythe et la poésie, non l’épistémologie). Ainsi peut-on définir la thérapeutique végétale populaire : un système diffus ; et sa spécificité, qui en découle : une capacité illimitée d’intégration47. Car une fois posés les schémas-types d’interprétations, l’invention opère d’elle-même, à l’optimum culturel de la société considérée48.

90Bien que, dans nos pays, la prééminence de la « science médicale » ait pratiquement anéanti la dynamique traditionnelle qui avait su propager jusqu’à nous les innombrables ramifications du savoir ancien, les preuves demeurent de la puissance de cet élan inventif. La cure dépurative saisonnière en est une, qui bénéficie de l’assistance cosmique, cet aide-mémoire originel. En dépit du bouleversement de la vie paysanne, de la transformation des pratiques alimentaires, de l’uniformisation du temps au sein de la culture urbaine — fût-elle « ruralisée » —, des gens restent assez vivants, assez près des rythmes fondamentaux, pour reconnaître en eux quelque chose qui s’apparente à la montée des sèves et à l’éveil des constellations de mars. Ils sollicitent du végétal — l’être le plus manifestement allié aux cycles, témoin et vecteur des puissances du renouvellement — l’assistance de son savoir sur la vie, tout entier rassemblé entre la fleur et l’amer. Et quelque chose alors se réinvente en eux, qui n’est sans doute pas perceptible à la chromatographie mais qui a quelque parenté avec le matin de la Saint-Jean, là où l’on cueillait toujours l’espoir.

91C’est entre étoile et corolle, dans la double palpitation du cœur et des astres, dans l’attention inlassable aux signes et aux sens, qu’est la théorie fondamentale de la thérapeutique populaire. Le matériau, au fil des siècles, trouvaille autochtone ou apport exogène, a pu masquer ce noyau ou le disperser en recettes : même comme lacune, il est toujours perceptible.

Notes

1 Tandis que, en Languedoc, aujourd’hui encore, c’est très généralement la Brotonique — ou Broutounique, Broutounico — ou encore, « l’Herbe de Garouille », ou « de la Garouille » (erbo de garrouio, Mistral, Lou Tresor dou Felibrige, Aix, Edisud, 1983, vol. 2, p. 31), d’après garrouio, « rejets de Chêne ». A noter que Mistral (1, 385) traduit broutounico par « Bétoine », autre Labiée (Stachys officinalis) au statut ancien de panacée.

2 Dans le haut Minervois (Hérault), à Authèze, une informatrice emploie aussi, sous le seul nom de « Petit-Chêne », et de la même façon, la Germandrée Pouliot et le Petit-Chêne vrai (recueil personnel, mai 1982).

3 Sous-espèce du groupe Polium, la Germandrée de Rouy, Teucrium polium ssp. Rouyanum Schreb., est une plante un peu jaunâtre dans l’inflorescence, à feuilles souvent plus grandes et plus planes que chez T. Polium ssp. Polium. Elle semble préférer les sols profonds, les localités moins ensoleillées, et se rencontre assez communément çà et là sur les pelouses arides, les talus, les terrasses à l’abandon et dans les bois clairs de l’étage du Chêne blanc.

4 Pline, Histoire naturelle, XXI, 21.

5 « Race chimique » stable héréditairement, le plus souvent semblable au type par ses caractères morphologiques et n’en différant que par les constituants.

6 Une autre Germandrée est apparue au cours de l’enquête. Il s’agit d’une sous-espèce à fleurs blanches ou pourpres de Teucrium polium, étrangère à la flore locale, la ssp. purpurascens (Bentham) S. Puech, propre au littoral marseillais et à quelques îles de la rade ; d’où le nom « d’Herbe des îles » que lui attribue notre informateur, homme de 65 ans, originaire de Marseille. Le regretté botaniste P. Martin me disait, en 1981, que la coutume existait encore, dans quelques familles de cette ville, « d’aller aux îles » en début d’été récolter cette Germandrée pour en faire une macération alcoolique, qu’on emploie aussi bien pour les maux d’estomac que comme « remontant » général, qu’on conseille même dans la dépression nerveuse. Cette pratique de phytothérapie traditionnelle survivant en milieu urbain n’est pas sans rappeler l’habitude grenobloise de se rendre en famille, le 15 août, dans le massif de la Grande Chartreuse, pour cueillir la « Vulnéraire du Dauphiné » — le Millepertuis couché Hypericum nummularium, espèce aujourd’hui protégée. Cette plante, elle aussi macérée dans l’alcool, donne un « vulnéraire » aux emplois multiples.

7 Contraria contrariis, « les contraires par les contraires » : on combat la cause d’une maladie par son contraire ; le froid par le chaud, l’inflammation par les substances froides, la pléthore par la saignée, etc.

8 Bazin, article « Dermatoses », in Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales (Paris, 1882, t. 27, p. 643).

9 Comme pour tout ce qui concerne le domaine populaire dans l’ancienne médecine, c’est très généralement par allusion, ou sur un mode dédaigneux, que les écrits savants évoquent la cure à visée dépurative. Ainsi Chomel : « Plusieurs boivent l’eau de Chicorée sauvage pour leur boisson ordinaire, en infusant quelques feuilles coupées menu dans l’eau commune, à froid ou tiède ; ils prétendent qu’un remède si simple purifie le sang, et les préserve de maladie » (1782 : 163).

10 La médecine savante a conservé — et fort développé — la cure entendue comme période consacrée de façon plus ou moins suivie au soin d’une affection. Mais qu’elle soit de sommeil ou d’eau sulfureuse, d’amaigrissement ou de désintoxication, cette « cure » oublieuse des saisons (si ce n’est de celles des stations thermales), si elle cherche à rétablir un équilibre ou à restaurer des fonctions, ne vise à aucun accord — fût-il lointain — avec une représentation du monde.

11 La Scabieuse a une très ancienne réputation de remède dermatologique (grec scabies, « gale ») et pulmonaire. C’est l’un des « dépuratifs majeurs » des auteurs (voir tableau 15), et la 32e des plantes de cette catégorie recensées en Haute-Provence.

12 La question de la « qualité » des plantes est fréquemment objet de discussion chez les anciens médecins, désaccord qui fait écho aux disputes sur la nature froide ou chaude des maladies. Ainsi, Daléchamps peut-il écrire « que plusieurs usent mal à propos de la Pariétaire, en usans aux fomentations des maladies froides veu qu’elle est froide et astringente » (1653, 2 : 137) : aux maladies froides doivent répondre des remèdes chauds, et inversement. Je fais plus longuement état de ces controverses, et de la « médecine des humeurs » en général, dans la préface au Livre des simples médecines (1986).

13 L’examen de la classification des aliments végétaux, au xviie siècle, montre clairement que, s’il existe des légumes chauds au 3e degré (tels le Cresson et la Blette) et même au 4e degré, comme l’Ail, les plantes comestibles froides ne peuvent excéder le 2e degré. D’où la suspicion séculaire à l’égard des fruits aqueux, chère froide prompte à se corrompre dans l’estomac et à engendrer des maladies de sa nature. D’où l’importance de l’acte agricole, qui abaisse le degré de froideur des aliments, nous préserve de l’état sauvage : la « Laitue sauvage » (notre Lactuca scariola) est froide au 3e degré ; la Laitue cultivée ne l’est plus qu’au 1er degré (voir De Ville 1689). Cette domestication de l’aliment est une donnée fondamentale de la diététique du temps d’Hippocrate. Pour le « père de la Médecine », « chacun [des aliments impropres à l’homme] a une qualité qui n’a pas été tempérée, ou amère, ou salée, ou acide... », et c’est l’agriculture qui « adoucit les qualités sauvages » des « végétaux que la terre produit spontanément » (Hippocrate, De l’ancienne médecine, 14 ; Du régime, II, 56, in Desage 1983, d’où j’extrais ces citations). Il faut des circonstances exceptionnelles pour que des amers chauds exclusivement médicamenteux passent de la catégorie du remède (aux principes toujours quelque peu atténués par la préparation, la dilution) à celle de l’aliment. Ainsi, en temps de peste, les gens de la Toscane mangeaient-ils le Petit-Chêne « cru, le matin à jeun, en guise de salade », le considérant comme le préservatif le plus sûr (Matthioli 1566).

14 Voir A.L. Austin et R.L. Roys, Ethnobotany of the Maya (New Orleans, Tulane University, 1931).

15 Mme T. fait allusion à des « néo-ruraux » installés dans les collines, au-dessus de sa ferme. Ce sont des récolteurs-cultivateurs artisanaux de plantes médicinales. Une personne de ce groupe vend des plantes sèches et des huiles essentielles au marché de Forcalquier, le lundi matin. Parmi sa clientèle, très hétérogène, il y a des gens âgés, de la ville même et des campagnes avoisinantes, heureux de retrouver les remèdes traditionnels qu’ils ne peuvent parfois plus aller ramasser eux-mêmes et aussi d’en faire préciser l’utilisation. Ainsi voit-on se rétablir ici et là, dans la région, une certaine dynamique sociale autour du remède végétal.

16 « Purger » est encore attesté ici dans le sens de « débarrasser ». de « purifier », nullement dans l’acception actuelle alliée à l’effet laxatif. Voir ce qui a déjà été dit de la « purge » à propos de la Pariétaire (chapitre 3, 3).

17 Recueil D. Dore, hors enquête OPIE, mai 1984 — Dans le riche ouvrage collectif La vallée de la plaine (Vosges), savoirs naturalistes populaires (1984), B. Schaal, rédacteur du chapitre « Savoirs botaniques et savoir-faire thérapeutiques », cite p. 209 une informatrice de Bionville qui tient des propos étonnamment proches de ceux de Mme T. : Le dépuratif, fallait le prendre en tisane au printemps et à l’automne, c’est les moments où le sang il est le plus actif... Au printemps, c’est pas le renouveau pour rien, l’organisme sent ça... Vous avez été calfeutré tout l’hiver et alors, l’organisme s’alourdit, il s’empâte, alors le dépuratif de printemps vous donne un coup de fouet... à l’automne, ça enlève les saletés que vous avez pu ramasser, les poussières de l’été... Je regrette d’avoir eu accès trop tardivement à l’excellent travail de Benoist Schaal : ses observations sur ce qu’il nomme « les saisons du sang » et le « triplet thérapeutique » purge-dépuration-fortifiant favorisent la compréhension du thème abordé ici et confirment l’intérêt que pourrait avoir la comparaison entre savoirs thérapeutiques régionaux.

18 G. Lagadex (1985) note aussi que « les règles sont considérées comme le phénomène le plus important et le plus spectaculaire de cet équilibre délicat qui, chez la femme, préside à ’ la circulation du sang ’, que ’ l’interruption de l’écoulement des règles ou sa modification ’ signe un mauvais fonctionnement de la fameuse circulation, véritable clef de voûte de la santé. Le sang qui n’a pu être rejeté, qui n’a pu trouver sa voie, va errer dans l’organisme en quête d’un mauvais coup, d’une issue de secours. » Les règles, ajoute-t-il, « sont un processus d’épuration cyclique [qui], pour le populaire, [réalise] chez la femme le travail que nous médecins savons être l’œuvre des reins » (c’est moi qui souligne : voir note 38).

19 Ces deux plantes ont cependant un statut traditionnel de remèdes féminins. L’Alchémille, très peu connue en France et absente de notre enquête (bien qu’elle existe sur les sommets les plus élevés de la région), a des emplois populaires fréquents, en ce domaine, en Europe Centrale. Dans le Midi, la Sauge était bue en infusion chaque jour pendant le 9e mois de la grossesse, pour faciliter l’accouchement.

20 Ces données figurent au Corpus général qui, pour les raisons évoquées dans la préface, sera publié ultérieurement.

21 Cependant, près de Veynes (05), un guérisseur à qui nous avons demandé s’il existait des dépuratifs seulement destinés aux femmes, nous a cité l’association de l’Armoise et de la Mélisse, avec un commentaire d’inspiration savante : « C’est bon pour les ovaires » (recueil hors enquête OPIE, mai 1984).

22 Voir information anonyme, du Vaucluse, recueillie au cours de l’exposition « les simples entre nature et société » à Forcalquier, en avril 1982, à propos du Plantain Plantago cynops. Il est précisé que l’emploi de cette plante, en décoction, pour la circulation et pour « décrasser le sang » est toujours actuel.

23 Expression de Cesle, médecin latin du ier siècle avant notre ère, citée par Bazin, Dictionnaire encyclopédique des sciences médicinales, Paris, 1882, t. 27, p. 619 (article « Dermatoses »).

24 Recueil personnel, Mane, 1974 ; informateur : M. R., 45 ans.

25 Mme A., 70 ans, Mane. Recueil D. Dore, hors enquête OPIE, mai 1984. Mme A. dit aussi : « Ma mère, elle était saine parce qu’elle prenait beaucoup de tisanes comme ça, de tisanes amères. »

26 Le couple froid-chaud comme schéma directeur de la pensée médicale populaire reste très vivace aux Antilles, où il témoigne encore de l’emprise de la médecine savante des xviie et xviiie siècles, importée par les colonisateurs français. Alice Peeters (1979) en montre la permanence et rappelle que « l’opposition chaud/froid est un système de relations complexes entre l’homme et l’univers et qu’il existe plusieurs niveaux d’articulation ». La comparaison entre le devenir des théories hippocratiques-galéniques dans des sociétés aussi distinctes que celles des Antilles et celles de la région méditerranéenne française (par exemple) pourrait tenir lieu « d’interféromètre ethnologique » permettant de préciser les facultés d’intégration et d’invention du domaine populaire, de mieux définir la part du « non-savant » (résumé des grands domaines pathologiques antillais chez Christiane Bougerol 1976).

27 Recueil hors enquête OPIE, mars 1984.

28 « Au même titre que l’aliment cru, l’aliment ‘frais’, juste cueilli ou tué, donne ‘plus de force que les autres’ parce qu’il est plus près du vivant » (Hippocrate, Du régime, II, 56, cité par Desage 1983 : 29).

29 Ils étaient très nombreux. Au début du xxe siècle, estime A.M. Topalov, 65 % des paysans bas-alpins « avaient juste leur nécessaire ».

30 Sous ce nom sont récoltés le Crépis Faux-Pissenlit, Crepis vesicaria (L.) ssp. Haenseleri (Boiss.) P.D. Sell ( = C. taraxacifolia ; fig. 44, 45), « Herbe aux lapins » (Forcalquier) ; Crepis sancta (L.) Babcock ( = Lagoseris sancta, Pterotheca nemausensis) ; et même, parfois, le très amer Picris Fausse-Épervière, Picris Hieracioides L. ssp. spinulosa (Bert.) Arcang. ; ainsi qu’une « salade d’iode », Crepis foetida L., d’une odeur franchement iodée, d’une amertume redoutable (fig. 12 ; voir aussi le chapitre 1.2).

31 Cholagogue : qui favorise l’évacuation de la bile (et, au sens large, les fonctions hépatiques) ; cholérétique : qui accroît le volume de bile excrété.

32 Effet antipaludéen, par exemple ; ce que réalise le Quinquina, connu des Indiens sud-américains bien avant la conquête espagnole.

33 Recueil janvier 1984.

34 En Languedoc, la cure de Petit-Chêne (qui conserve là-bas plus d’adeptes qu’en Haute-Provence) est généralement pratiquée sur une base de 3 jours, éventuellement renouvelables. L’analyse comparative de ces modalités de cure dans des régions aussi proches mais aux pratiques médicinales souvent bien distinctes est d’un intérêt manifeste.

35 Recueil P. L., Forcalquier, avril 1982. Le Marrube, Marrubium vulgare, autre Labiée amère, est fréquent en Haute-Provence occidentale sur les terres pâturées du voisinage des fermes et dans les friches au sol fumé (fig. 48). Cette nitrophile régresse là où l’élevage traditionnel disparaît, là aussi où le « village fleuri », bien propret, dûment désherbé, à la flore « normalisée », remplace l’habitat ancien et sa végétation rudérale-médicinale. Des informatrices du Vaucluse l’ont introduit dans leur jardin car elles n’en trouvaient plus à l’état spontané, dans leur voisinage. Dans l’Hérault, un informateur de Graissesac, M. B., 65 ans, déplore aussi la disparition du Marrube. Pour de plus amples détails sur les médicinales rares ou en régression de la Haute-Provence occidentale, voir Lieutaghi 1984.

36 Nom le plus fréquent du Marrube en Haute-Provence occidentale et dans la plaine vauclusienne : la plante, surtout en début de saison, a des tiges entièrement blanches-cotonneuses. L’allure générale est grisâtre, voire blanchâtre en sols secs.

37 La recherche actuelle « assigne au Marrube une place importante parmi les cardiotoniques » (Leclerc 1935 : 133).

38 Oxford, 1703 ; trad. fr. Paris, 1730.

39 Dans certains cas, l’observation savante actuelle confirme le bien-fondé de ces limitations. Ainsi en ce qui concerne la Fumeterre (fig. 24), dépuratif employé dans la cholécystite par une informatrice (65 ans) de Volonne, avec une posologie bien précise, à poursuivre une semaine au maximum, après quoi il faut « continuer la cure avec d’autres plantes ». « Tonifiante au début, (cette plante) devient par la suite, hyposthénisante, ’ antipléthorique ’, écrit H. Leclerc. J’ai vérifié ce fait sur plusieurs malades qui prenaient du suc de Fumeterre : pendant les 8 premiers jours, l’examen hématologique indiquait l’augmentation du nombre des hématies ; passé ce temps, on constatait qu’il diminuait très sensiblement » (Leclerc 1935 : 122). Même si une influence livresque reste possible, dans notre recueil, il y a bien convergence entre les résultats de l’analyse savante et les préceptes généraux de la cure dépurative.

40 Il s’agit parfois, ainsi à Mane, de la sous-espèce Scordioides Schreb. Celle-ci se distingue difficilement du type et pourrait bien n’en être qu’une forme dépendante de certaines conditions de milieu.

41 Notable, aussi, est le fait que le Scordium, remède quasi mythique, capable d’après Galien de freiner la corruption des cadavres, ait été « redécouvert » par des médecins montpelliérains du xvie siècle, Rondelet et Pélissier (ce dernier était aussi évêque de la ville...) : il y a bien un « optimum méditerranéen » dans l’usage des Germandrées.

42 Les genres Ajuga et Teucrium sont voisins et leurs fleurs, caractérisées par une corolle réduite à la lèvre inférieure, se ressemblent beaucoup.

43 Cette propriété est toujours mise à profit dans l’Hérault et en Aveyron (voir enquête-sondage EPI/FNFR, in Lieutaghi et al. 1984) et mériterait sans doute qu’on s’y intéresse de près : vérification faite par un médecin aveyronnais, elle s’est avérée des mieux fondées (arthrose). Soit dit en passant, le Petit-Chêne contient de l’harpagide, l’un des principes actifs de l’Harpagophytum procumbens, ou « Griffe du Diable », Pédaliacée du Kalahari mise à l’honneur depuis peu en phytothérapie occidentale et qui est en passe de devenir la providence des arthritiques.

44 Autre exemple du regard savant sur le populaire — en l’occurrence les paysans du xviie siècle —, dans la thèse de J. Idoux (1975) : « Les campagnards, la plupart illettrés et dénués d’esprit cartésien, s’intéressent aux puissances occultes afin de satisfaire leur attrait du mystère et de l’inconnu, de taire leur angoisse devant leur pauvreté physique et morale et compenser leur refoulement social et religieux à coups de baguettes magiques. » Dans « La médecine par les plantes (1981), J.-M. Pelt évoque les principaux apports de la phytothérapie traditionnelle à la pharmacologie et à la médecine modernes. On consultera aussi avec profit Histoire et renouveau des plantes médicinales, de P. Delaveau (1983), où les aspects historiques sont largement développés.

45 Cl. Levi-Strauss, La pensée sauvage, p. 23.

46 Il s’agit surtout d’informatrices. Les attestations d’emplois relatives au Petit-Chêne et au Marrube se partagent en effet entre : 19 provenant d’informatrices isolées, 6 d’hommes isolés, 3 fournies par les deux membres d’un couple. Le pourcentage global des données de source féminine avoisine donc 71 %. Pour l’ensemble des 31 plantes dépuratives, un calcul analogue fournit des résultats très voisins : 72,65 % de « données féminines ». La prescription des dépuratifs est-elle donc surtout du ressort des femmes ? Avant de le prétendre, il faudra disposer d’une analyse relative à l’ensemble des attestations de l’enquête qui tienne compte surtout du rapport données féminines-données masculines pour chaque type d’indication. Je rappelle que l’enquête a permis de prendre contact avec 110 informateurs, 65 femmes et 45 hommes, ce qui permet des comparaisons à peu près fiables.

47 Marc Piault : « Si le fait d’attribuer à l’amer une vertu spécifique donne une capacité illimitée d’intégration au savoir populaire (tout ce qui peut arriver de nouveau dans le système connu et qui est amer sera accepté comme amer), la ’ science ’, qui définit par exemple des protéines, acceptera dans son inventaire tout ce qui contient des protéines et aurait donc la même capacité illimitée d’intégration. En réalité il ne s’agit pas d’une telle capacité dans l’un ou l’autre cas, mais au contraire d’une capacité (celle de tout savoir) de distinguer, de repérer, de nommer ce qui paraît efficace dans le système. C’est amer ou protéine qui fait effet, et qu’importe l’objet du transfert, qui n’est pas saisi comme tel mais justement comme amer ou protéinique. »

48 « Les plantes dont les feuilles ou les tiges ont une saveur amère sont couramment employées aux Philippines contre les maux d’estomac. Toute plante introduite, offrant le même caractère, sera très vite essayée. C’est parce que la plupart des populations des Philippines font constamment des expériences sur les plantes qu’elles apprennent vite à connaître, en fonction des catégories de leur propre culture, les emplois possibles des plantes importées » (R.B. Fox, cité par C. Lévi-Strauss, La pensée sauvage, p. 23).

Table des illustrations

Légende 37. Germandrée Petit-Chêne, Teucrium Chamaedrys (forme robuste des sols riches). Remarquer la corolle (rosée) unilabiée, à étamines longuement saillantes, les feuilles à la découpe caractéristique, d’où la plante tire son nom spécifique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Légende 38. Germandrée Petit-Chêne (dessin D. Dore). Par excellence l’herbe des cures dépuratives en Haute-Provence occidentale. Ici, forme grêle des sols arides.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende 39. Germandrée Pouliot, Teucrium Polium (Mattioli, 1566). Avec ses feuilles assez larges et d’allures plane, la figure évoque surtout la sous-espèce Rouyanum (voir note 80).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 12. Constituants chimiques présents dans les principales plantes dépuratives
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende 40. La Grande Bardane, Arctium majus (Matthioli 1566)Les anciens appelaient la Bardane Personata parce que ses feuilles, personata folia, « feuilles à masques », sont assez grandes pour que les enfants les découpent en masques — ce qu’il leur arrive de faire encore. Ses noms populaires de « Glouteron » (croisement de l’ancien français « gletteron » et de « glouton ») et « d’Herbe aux teigneux » font allusion aux capitules hérissées de bractées crochues, les « teignes ». Mais ce dernier sobriquet est aussi le nom d’une maladie soignée par la plante : la Bardane est le grand remède populaire des dermatoses, pouvoir qui la met d’emblée au rang des dépuratives majeures.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende 41. Chicorée sauvage, Cichorium Intybus (Masclef 1891). Les fleurs sont bleu-ciel
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende 42. Laitue vivace, Lactuca perennisRosette en juin ; pente rocailleuse à Buis, vers 1100 m. Belle Composée glauque aux capitules bleu-violacé, des rocailles et des champs caillouteux négligés, c’est une « salade douce » récoltée sous le nom de « Laurige » (ou « l’Aurige »), surtout au nord de notre région, semble-t-il. On la mange aussi cuite en omelette. La racine amère est employée en décoction dépurative, emploi peut-être endémique mais à rapprocher de celui des « Cicôri » (voir texte). Médicinale inconnue des modernes (voir tableau 8 D), considérée comme maturative au xviie siècle, elle appartient aux diverses Laitues sauvages, Chondrilles et Chicorées des anciens botanistes, toutes qualifiées de « froides et sèches ». Très voisine, à l’état de rosette, de la Laitue des vignes, Lactuca viminea (fig. 11), elle en est parfaitement distinguée, à distance, par les récolteurs locaux dont l’oeil décourage le botaniste accoutumé aux modes d’identification de la systématique savante.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende 43. Laitue vivace, Lactuca perennis (Matthioli 1566)« Chondrille bleue à larges feuilles »
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende 45. Crépis Faux-Pissenlit
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende 45. Crépis Faux-Pissenlit« Salade amère » des plus récoltées dans les friches pâturées, au premier printemps, le Crépis Faux-Pissenlit, Crepis vesicaria ssp. Haenseleri ( = Crepis taraxacifolia) fait partie de la catégorie des plantes « qui font l’oursin » : elles se roulent sur elles-mêmes dès la cueillette, faculté qui n’est pas sans rapport avec celle de se tapir au plus près du sol, ce qui les préserve de la dent des brebis. La « Doucette des lavandes » (fig. 11) fait de même. Ici, la même plante dans son site naturel et aussitôt après récolte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende 46. La cure amère et les rythmes saisonniers
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Tableau 13. La cure de Petit-Chêne
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 14. La cure du Petit-Chêne (Petit 1978)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 47. Marrube blanc, Marrubium vulgare (dessin D. Dore)Labiée arrière, dépurative majeure de la pharmacopée haut-provençale. Fragment de touffe. A droite, fleur isolée montrant le calice à dents crochues (transport d’animaux).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende 48. Touffe de Marrube, Marrubium vulgare Près d’un abri de troupeau, en juin, au pied ouest de la montagne de Lure, vers 900 m
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 49. La « Chicorée à la bûche », Chondrilla juncea (Composée)« Le Saut’oulame » des Haut-Provençaux doit ses noms aux tiges desséchées qui la font repérer de loin dans les jachères et les friches récentes. En tirant sur ces tiges coriaces (elles faisaient sauter la lame des faucilles), on extrait une rosette à l’allure de Pissenlit mais à la saveur plus douce, et fréquemment de jeunes feuilles enfouies, étiolées. Remarquer, à la brisure de la grosse racine pivotante, le latex blanc qui fait suspecter la plante de « tacher le foie » si on en consomme trop.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Légende 50. Germandrée Scordium, Teucrium ScordiumLe dessin et le texte que De Ville (1689) consacre à cette ancienne panacée complètement oubliée des pharmacopées savantes et populaires.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2314/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 534k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search