Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Seconde partie. Études et synthèses

Chapitre 18. Les établissements ruraux : implantation, organisation et architecture

Élise Faure-Boucharlat et Jacques-Léopold Brochier

Texte intégral

18.1 Introduction

1La maison civile médiévale a, depuis près de deux décennies, fort heureusement gagné la faveur des archéologues et des historiens. Cependant, les sources sollicitées –analyse du bâti, données textuelles et iconographiques– favorisent l’approche de la maison urbaine ou villageoise, postérieure au xiie s. La récente publication Cent maisons médiévales en France en est une bonne illustration (Esquieu, Pesez 1998). Ce sont donc bien les grands programmes d’archéologie préventive extensive qui ont enrichi le plus considérablement le corpus de la maison rurale ; et les fouilles du TGV-Méditerranée y participent très positivement, tant par la qualité des données recueillies que par les spécificités architecturales mises en lumière. En effet, si la maison ou la « cabane » à armature de bois, de plain-pied ou à sol excavé, est désormais assez bien connue grâce à des publications fondatrices (Chapelot, Fossier 1980) et à des synthèses plus récentes (Lorren, Périn 1995 ; Ruralia 1996 ; Ruralia 1998 ; Faure-Boucharlat 2001), « l’authentique » maison de terre crue, parce que ses traces archéologiques posent encore plus de difficultés d’interprétation, interroge davantage ; mais les archéologues ont pris conscience que le caractère relativement marginal qu’on lui reconnaissait, du moins avant la fin du Moyen Âge, n’est en fait qu’une illusion (Pesez 1998 : 163-167). Les lignes qui suivent contribuent à montrer que les conditions de l’exploration comptent pour beaucoup dans la validité des résultats.

  • 1 – Dans les lignes qui suivent, les sites sont indiqués par le nom de lieu-dit. Cette synthèse s’app (...)

2Cet essai de synthèse sur l’organisation et l’architecture des établissements ruraux porte en lui-même ses limites, en raison de la taille restreinte de l’échantillon sur lequel il s’appuie. De l’ensemble des sites présentés dans ce volume, six seulement sont pris en compte dans cette étude : Beaume à Châteauneuf-sur-Isère, Les Vignarets à Upie, Bourbousson 2 à Crest, Saint-Martin et L’Hortal à Chabrillan et enfin Constantin à Montboucher-sur-Jabron (fig. 133). En outre, ils se répartissent sur une longue période chronologique, du vie au xive s. ; l’hétérogénéité de la série ne doit donc pas être sous-estimée1.

FIG. 133
Localisation des sites pris en compte dans cette étude (tronçon nord du tracé du TGV entre Valence et Montélimar).

3L’entreprise jouit heureusement de quelques atouts qui en assoient la crédibilité. Les sites en question prennent en effet place dans un ensemble géographique homogène, tronçon –moins de 60 km de long– de la moyenne vallée du Rhône, entre Valence et Montélimar, tout entier compris dans factuel département de la Drôme. Des conditions naturelles d’implantation à peu près analogues et un contexte culturel commun assurent à ce tour d’horizon architectural une certaine cohérence, du moins au plan régional. En ce sens, les acquis qui s’en dégagent témoignent bien des procédés et des savoir-faire des bâtisseurs du Moyen Âge, dont la réunion ici n’est pas fortuite mais, au contraire, en lien réel avec l’histoire et la géographie du secteur où ils se sont développés.

4Dans la série des atouts, on évoquera, bien sûr, l’état de conservation globalement satisfaisant des vestiges archéologiques qui en a facilité la lecture. Par exemple, la maison de Constantin, grâce à l’incendie qui a précipité son abandon, constitue à elle seule une sorte de laboratoire des procédés de construction et de l’équipement intérieur de la maison paysanne. Dans une moindre mesure, c’est aussi un incendie qui a fossilisé des éléments de paroi de terre à Beaume et à Bourbousson. Autre intérêt, et non des moindres, la contribution de la géo-archéologie à l’analyse et à l’interprétation des vestiges de ces constructions fragiles, où, comme on le verra, l’emploi de la terre crue est prépondérant. Dans ces conditions, seul le recours à une méthode d’observation particulièrement minutieuse a permis de détecter la nature des matériaux et les modalités de leur mise en œuvre. On comprendra qu’une large place soit faite ici aux processus de conservation et de dégradation des constructions, de façon à tenter de renouer le fil entre les vestiges observés et la composition des édifices dont ils portent témoignage.

18.2 Présentation de l’échantillon

18.2.1 Un champ chronologique large

5Les données archéologiques discutées ici s’inscrivent, on l’a dit, dans un champ chronologique large, dans lequel le Moyen Âge central (xe-xie s.) est le mieux représenté, puisqu’il concerne cinq des six sites. Aux Vignarets, l’occupation, de courte durée, se place exclusivement durant cette période, tandis qu’un établissement antique et une fréquentation du haut Moyen Âge ont été mis au jour à proximité de l’établissement de Bourbousson. À Constantin, l’habitat des environs de l’an mille s’installe, après un hiatus considérable, en lieu et place d’un bâtiment des vie-viie s. À L’Hortal comme à Saint-Martin, sites voisins, l’occupation médiévale fait suite à une occupation antique. Mais, dans le premier cas, les vestiges les plus remarquables appartiennent à la période mérovingienne –les traces des xe-xie s. se résument à quelques fosses–, tandis que dans le second cas, c’est la période du plein Moyen Âge (xie-xiiie s.) qui voit le retour d’une occupation structurée dans les ruines de l’antique établissement. Malgré l’emprise explorée à Saint-Martin (près de 8 000 m2), la continuité de l’occupation n’a pu être formellement démontrée ; toutefois, divers indices la suggèrent : pour les ve-vie s., les vestiges construits sont, certes, peu nombreux dans l’espace fouillé, mais l’abondance de mobilier domestique de cette période et les signes d’une importante activité de récupération des matériaux antiques abondent dans le sens d’une occupation toute proche. Si, pour le reste du haut Moyen Âge, les traces d’habitats font défaut dans l’emprise de la fouille, le site connaît alors une vocation funéraire durable (viiie-ixe s.).

6En matière de chronologie, une dernière observation s’impose : deux sites seulement, Beaume et Saint-Martin, sont en activité au-delà de 1100. Ce sont d’ailleurs les seuls qui, comme on le verra plus loin, pourraient évoquer un habitat groupé, si ce n’est directement par les données archéologiques recueillies, du moins sous l’angle d’une approche élargie du terroir ; à tel point que les auteurs des monographies qui les concernent établissent un lien entre les vestiges fouillés et des hameaux des agglomérations actuelles de Châteauneuf-sur-Isère et de Chabrillan.

18.2.2 Contexte d’implantation des établissements

7Si l’on excepte le site de Beaume, le plus septentrional, et celui de Constantin, le plus méridional, installés dans la plaine à moins de 10 km du cours du Rhône, les autres établissements, plus à l’écart du fleuve (entre 16 et 20 km), trouvent place sur la frange occidentale des collines molassiques du bas Dauphiné. D’une manière générale, les conditions d’implantation apparaissent favorables, qu’il s’agisse de l’accès à l’eau, de la fertilité des terres, de la proximité des voies de circulation, de la facilité de l’approvisionnement en matériaux divers –terre argileuse, galets de rivière, affleurements rocheux et bois–, sans parler de la possibilité de remployer des éléments provenant de constructions préexistantes, comme à Saint-Martin. Ainsi, Constantin cumule la proximité de la rivière du Vermenon et de la voie ancienne dite de Gontardin ; Les Vignarets se trouvent au passage du ruisseau de l’Ourches et de voiries probablement héritières du réseau antique, comme celle dite des Alpes, de Briançon à Valence ; à Bourbousson, la fouille a montré que l’accès au site correspondait à une dérivation d’une voie préexistante, probablement antique ; enfin, l’établissement de Beaume est borné, à sa limite est, par l’ancien chemin de Romans à Valence, etc. Dans tous les cas examinés ici, les constructeurs se sont fournis aisément en matériaux d’origine locale.

8Le travail réalisé sur l’histoire du paysage (cf. chap. 14) montre que la fourchette chronologique dans laquelle s’inscrivent la plupart des sites analysés ici correspond à un long moment de stabilité, de trois à quatre siècles. Cette période calme n’a connu que peu d’inondations ou d’érosions, et, dans un paysage où la forêt est loin de tenir une place majeure, s’est développé un sol aux bonnes qualités agricoles. Les phénomènes de sédimentation sont donc rares, ce qui explique que l’on trouve, à plusieurs reprises, sur un même site et pratiquement au même niveau, des traces d’occupation de périodes différentes, en l’occurrence les vie-viie s. et les xe-xie s. Par conséquent, se pose la question de la signification du hiatus représenté par les viiie-ixe s. –dans la mesure où l’archéologie, notamment la typochronologie du mobilier, a réellement capacité à fournir des critères de datation efficaces. L’absence de vestiges de cette période n’apparaît alors pas comme fortuite et, par la négative, pourrait porter témoignage d’une déprise du peuplement rural dans les secteurs étudiés, durant la période carolingienne. En revanche, les forts épisodes d’érosion –surtout sur versants et pieds de versant, comme dans le nord du tracé– connus du milieu du ve au vie s., puis après le xiie s., ont pu soit détruire des sites, soit gêner fortement leur implantation. C’est un paramètre à prendre en compte dans l’explication de la faible densité des vestiges archéologiques durant ces périodes.

9De ces critères d’implantation, il est difficile de dégager ceux qui furent les plus déterminants. Le caractère globalement hospitalier de la région a, à l’évidence, favorisé la mise en place d’une occupation lâche. Mais le tableau est à nuancer : les sites de Beaume et de Saint-Martin, probables points de fixation d’une petite agglomération, échappent, quant à eux, au schéma des habitats dits « intercalaires », dont l’émergence et la désertion répondent au rythme de la mise en valeur de ce petit territoire. À cette forme de distinction s’en superpose une autre, fondée sur la durée de vie des établissements : aux installations apparemment éphémères, telles que Constantin, Les Vignarets ou Bourbousson, on opposera une fois encore les habitats plus durables de Beaume et de Saint-Martin. Encore que les situations soient à nuancer, comme à Bourbousson où l’on observe une certaine « continuité » de l’occupation du iie au xie s., sans parler des périodes protohistoriques.

18.2.3 Organisation spatiale des établissements

10En tout état de cause, le terme « établissement », utilisé jusque-là à dessein, recouvre des réalités variées, que l’on prenne en compte la distribution topographique des bâtiments ou leur vocation. Quelques traits communs se dégagent néanmoins. D’une manière générale, on a affaire à des ensembles restreints, voire à des constructions isolées. La démonstration archéologique de l’isolement de l’imposant bâtiment des Vignarets n’est qu’en partie assurée ; celle des deux petits bâtiments de Bourbousson l’est un peu mieux. La taphonomie de ces sites, c’est-à-dire les conditions de leur fossilisation et de leur conservation, montre que le paléosol médiéval est tronqué tout autour des vestiges, fortement aux Vignarets, un peu moins à Bourbousson (fig. 99, 102, 103). Le doute subsiste également pour le site de Constantin, où l’on ne saurait écarter l’existence de constructions annexes situées hors de l’emprise de la fouille, ou disparues ; du moins, l’occupation du haut Moyen Âge, comme celle du Moyen Âge central, ne livre pas d’indices à mettre en relation avec un regroupement d’habitats.

11Le cas de Beaume, quant à lui, évoque un tout autre processus. Entre le xiie et le xve s., à partir des données archéologiques, et jusqu’aux temps modernes, à partir des données textuelles, on peut suivre la mise en place d’un véritable hameau, que les limites de la fouille n’ont pas permis d’appréhender dans sa globalité : de l’unique bâtiment des phases 1 et 2, jusqu’au hameau signalé par les textes du xvie s., en passant par l’unité d’exploitation de la phase 3, avec ses trois ou quatre bâtiments (fig. 7).

12C’est le site de Saint-Martin qui pose les questions les plus complexes sur les rythmes et les déplacements de l’occupation au sein d’un terroir largement humanisé dès l’Antiquité. Durant tout le Moyen Âge, l’organisation de l’espace, telle qu’elle s’est dessinée dans l’Antiquité, reste très prégnante et contraint les installations médiévales par son réseau viaire et fossoyé, voire par l’emprise des constructions de la grande villa du ier s. Les vestiges mis au jour, qui s’étendent sur la fourchette xie-xiiie s., composent un ensemble d’équipements agricoles : parmi des batteries de silos et de fosses diverses se répartissent des constructions légères, dont plusieurs abritent des structures de combustion. Abris temporaires ou permanents, annexes agricoles, locaux artisanaux..., il est impossible de dire si les constructions en question appartiennent à un hameau agricole relativement important ou à plusieurs unités d’exploitation distinctes. Il n’empêche que l’on tient les indices d’un regroupement, si ce n’est de l’habitat proprement dit, du moins des moyens d’exploitation. Les rapports de ce noyau avec un lieu de culte (prieuré Saint-Martin) et une motte castrale constituent probablement le fil conducteur entre l’habitat du Moyen Âge central et le réseau villageois moderne.

18.3 Les constructions rurales

18.3.1 Plan et composition

13De l’observation du plan et de la composition de ces constructions rurales ne ressortent guère de règles communes. Certes, deux cas seulement échappent au principe des plans rectangulaires simples : le grand bâtiment carré des Vignarets (cf. chap. 3) et l’originale construction trapézoïdale de L’Hortal (cf. chap. 6). Mais la taille des bâtiments offre une réelle diversité que n’expliquent pas seulement les différentes utilisations comme habitations ou locaux utilitaires. Aux petites maisons de Constantin (24 à 35 m2) s’opposent la grande bâtisse des Vignarets (130 m2), il est vrai subdivisée en plusieurs pièces, et les deux bâtiments de Bourbousson (91 et 120 m2). Entre ces extrêmes, les bâtiments de Beaume, qu’il s’agisse de l’habitat présumé ou d’annexes agricoles, s’étagent entre 53 et 73 m2, fourchette dans laquelle rentrent aussi ceux de L’Hortal ; mais dans son deuxième état, le bâtiment A de Beaume, doté d’une adjonction, dépasse lui aussi les 100 m2. Le site de Saint-Martin, qui réunit le plus grand nombre de constructions, offre des écarts de taille particulièrement marqués : aux petits édifices de moins de 30 m2 s’oppose un grand bâtiment de 120 m2 dans sa phase de plus grand développement (bâtiment 9) ; il est à remarquer que son espace est nettement subdivisé, comme dans celui des Vignarets évoqué plus haut. L’orientation des constructions, d’une manière générale, évite l’axe nord-sud. Prédominent les orientations E-O et surtout NE-SO (Bourbousson, Beaume : phases 2 et 3, Constantin), plus propices à la protection contre vent et pluie. La disposition de l’entrée, quand elle a été repérée, montre des solutions variées : milieu ou extrémité d’une façade, à l’est, à l’ouest ou au sud, jamais au nord. Lorsque l’établissement comporte plusieurs bâtiments, ces choix découlent de la relation fonctionnelle des différentes unités entre elles ; c’est assez clair à Beaume où l’orientation des constructions et la circulation semblent s’établir autour d’un espace collectif, interprété comme une cour. Cette logique paraît inversée à Bourbousson où les deux bâtiments, pourtant orientés de la même façon, semblent se tourner le dos. Est-ce pour protéger l’habitat (bâtiment 1) des nuisances de l’atelier métallurgique (bâtiment 2) ? Quant à Constantin, la persistance de l’organisation des constructions est frappante : à environ trois siècles d’intervalle, les petits bâtiments connaissent la même orientation (E-O) et sont également dotés d’une entrée au sud, les mêmes causes produisant probablement les mêmes effets. Enfin, à Saint-Martin, l’orientation et la disposition des constructions sont avant tout tributaires du choix initial des occupants : s’installer sur des constructions préexistantes, souvent remployées en fondation, adaptation pratique qui estompe forcément les contraintes de la topographie locale.

18.3.2 Les procédés architecturaux : le rôle premier de la terre crue

18.3.2.1 La conservation de l’architecture de terre et l’identification de ses vestiges

14Avant même d’interpréter les observations de fouilles et de s’engager dans un discours sur l’architecture, la première question à se poser, quant à l’habitat de terre, est celle de sa conservation. Les structures de terre crue sont éminemment périssables. Les chances de pouvoir les identifier à la fouille sont minimes.

15Notre capacité, ou incapacité, à interpréter les documents de terrain est soumise à trois facteurs :

16– le contexte taphonomique du site, c’est-à-dire les conditions de son enfouissement et de sa fossilisation, qui va, en premier, assurer ou non la conservation de ces vestiges toujours très discrets ;

17– les phénomènes qui, depuis leur dépôt dans le sol jusqu’à nos jours, vont détruire peu à peu ces documents ; il s’agit de mouvements du sol, comme le gonflement et le retrait dus à certaines argiles gonflantes (phénomènes vertiques), mais également l’énorme travail de bioturbation effectué par les racines, les animaux fouisseurs divers, surtout les vers de terre, qui déplacent des quantités énormes de terre ;

18– enfin, les compétences et la sensibilisation du fouilleur à la reconnaissance de structures, jamais évidentes à lire sur le terrain.

19Les agents destructeurs de ces constructions en terre crue sont tels que, même avec la meilleure volonté du monde, celles-ci pourront passer inaperçues. Confrontés à cette question de la reconnaissance de l’habitat de terre sur un site du Néolithique ancien de Bulgarie, nous avons recherché des modèles, dans le village actuel de Kovacevo, de « fossilisation » de maisons abandonnées, construites en briques de terre crue –les travaux ethno-archéologiques portent le plus souvent sur la qualification de l’habitat actuel, peu, voire pas du tout, sur son état après abandon et son évolution plusieurs décennies après. Nous avons donc effectué la fouille d’un mur de briques de terre crue enfoui il y a cinquante ans sous 40 cm de terre de jardin : cinq décennies après, ce mur, large de 50 cm, n’est pratiquement plus repérable à la fouille (Brochier 1994). Les briques, que nous savons avoir existé, ne sont plus reconnaissables, sinon sous la forme de cellules amiboïdes de quelques centimètres carrés (fig. 134a). L’identification est rendue d’autant plus difficile que la terre utilisée pour la construction est la même que celle du jardin, ou/et du substrat ; ce qui est le cas général de l’habitat de terre, un de ses intérêts étant la disponibilité immédiate de la matière première. Les constructions abandonnées, dès qu elles ne sont plus protégées par un toit, s’érodent rapidement, les parois « fondent » et prennent une forme en tas, au sein duquel il sera archéologiquement impossible d’identifier un mur. Autant dire que l’on peut fouiller dans un mur de terre crue sans s’en rendre compte. En outre, les briques ou parois fabriquées souvent avec la terre se trouvant autour de l’habitat, contiennent tessons, graviers, ossements, charbons –susceptibles de provenir de niveaux plus anciens, lors du creusement de fosses pour s’approvisionner en terre !– et ressemblent ainsi à de véritables couches archéologiques élevées en murs. On n’oubliera pas la forte hétérogénéité chronologique du mobilier archéologique pouvant résulter, après destruction, de cette configuration stratigraphique retournée. Les constatations que nous avons pu faire autour des fermes en pisé existant encore de nos jours en Bas-Dauphiné nous conduisent à la même conclusion.

FIG. 134
Fossilisation de murs en terre crue : traces au sol, difficultés de reconnaissance, a murs d’adobe. Le premier stade de dégradation par les agents atmosphériques est la dislocation en agrégats et fines. Enfouies dans le sol, les briques s’altèrent en cellules « amiboïdes » (50 ans suffisent : Brochier 1994). Au stade final, les structures de terre prendront une forme en tas étalé, difficilement reconnaissables (même par analyse micromorphologique) du substrat sur lequel elles reposent et dont elles sont bien souvent issues ; b murs de terre crue (bauge ou pisé). Cas d’un mur ayant chauffé, et d’un alignement de pierres contre un mur. Les cellules de terre crue cuite vont se conserver ; l’alignement de pierres marquera en négatif le mur qui ne sera plus identifiable.

20L’habitat de terre, pour le Moyen Âge comme pour l’Antiquité et la Préhistoire, est largement sous-évalué (Brochier 1999). Les risques de sa destruction et de sa non-identification sont largement plus nombreux que les chances de sa conservation et de son observation. Ces dernières sont de trois types :

  • le recouvrement rapide par agent naturel, mais aussi et surtout par l’homme, dans le cas d’effondrements de murs, dont le haut va piéger le bas, et d’habitat dense de type agglomérant ;

  • la cuisson par le feu (durcissement), la rubéfaction (couleur) dans le cas d’un incendie ;

  • l’existence d’un élément signifiant, qui va permettre d’identifier le mur par une trace en positif quand il existe un solin de pierre, ou quelques nodules de terre rubéfiée (fig. 134b), ou encore par une trace en négatif (sablière de bois, alignement de pierres contre le mur, trous de poteaux, etc).

21Ces conditions de conservation et d’identification de l’architecture de terre sont toujours très lacunaires. Ce qui nous parvient à la fouille n’est qu’un instantané limité dans le temps et l’espace, une parcelle de compréhension du terrain, et ne représentera jamais la totalité des solutions architecturales d’un site. L’exemple ethno-archéologique nous montre encore que plusieurs modes de construction en terre peuvent coexister sur la même maison (adobes, bauge, pisé, torchis). La tendance à la généralisation à partir d’une structure qui paraît bien conservée, fait exceptionnel, reste dangereuse. L’examen des découvertes faites sur le tracé du TGV-Méditerranée permet, par l’ampleur des investigations de terrain, de reconsidérer la question de l’habitat de terre avec documents à l’appui.

18.3.2.2 Les conditions de conservation des vestiges de constructions en terre

Piégeage dans une zone en creux, recouvrement rapide et incendie

22Les structures conservées du site de Beaume se trouvent précisément dans une zone déprimée. Plus aucun vestige n’existe dès que le substrat s’élève et vient affleurer les labours. Des parois de terre fossilisées par cuisson lors d’un incendie ont ainsi pu être découvertes lors de la fouille (fig. 135). Fait plus rare, la base d’un mur, ni rubéfiée, ni cuite, a été reconnue sur plusieurs mètres de longueur grâce à sa composition plus graveleuse et à son aspect plus compacté. Elle a été protégée par l’effondrement des pans supérieurs du mur. Peu après l’abandon, une colluvion sablo-limoneuse est venue, du versant voisin, recouvrir le site et préserver ces structures.

FIG. 135
Châteauneuf-sur-Isère / Beaume : le bâtiment A vu du sud : les parois de terre crue (pisé) reposent directement sur le sol.

23Les matériaux utilisés sont, pour la plupart, d’origine locale. Il s’agit, pour la base du mur non rubéfiée, de graviers à matrice argileuse provenant de l’horizon d’altération de la terrasse alluviale pléistocène sur laquelle est construit le site. Ce matériel, dans l’ensemble très graveleux, n’est pas propice à la fabrication de briques ou de torchis sur clayonnage (Cra terre 1979) ; il est, par contre, encore utilisé de nos jours pour le pisé.

24Les pans de parois rubéfiés, sont moins graveleux, plus limono-sableux. Plusieurs matériaux ont pu contribuer à leur édification. Une couche limoneuse, présente à 1 m de profondeur sur 0,20 m d’épaisseur, a certainement été exploitée, pour des emplois limités. Elle a également pu servir comme enduit, de couleur rouge en l’occurrence. Des lœss ou lehms (lœss altérés) pléistocènes ont également été utilisés en faible quantité. Ils n’existent pas sur le site même ; il faut aller les chercher à quelques kilomètres, vers Valence. Tous ces matériaux limoneux sont adaptés à plusieurs types de mises en œuvre : bâti entre colombage, torchis, adobes, pisé. Leur position archéologique dans le site les place plutôt dans des parties élevées de la construction (étage ?).

25Notre connaissance des structures de terre de Beaume résulte donc de la coïncidence de plusieurs facteurs : un incendie, une zone déprimée, un recouvrement rapide. Sans l’application de l’une ou l’autre de ces conditions, ces murs de terre n’auraient pas été perçus. Sans la zone déprimée, les labours les auraient fortement abîmés ; sans le recouvrement rapide, les structures se seraient altérées sous l’action des agents météorologiques ; sans l’incendie, les murs auraient bien été là, mais il n’est pas évident qu’ils aient pu être repérés lors de la fouille.

Conservation partielle, recouvrement rapide et troncature

26Sur le site des Vignarets, les sondages ont permis d’explorer une surface de 10 ha. La paléosurface médiévale apparaît fortement tronquée par l’alluvionnement postérieur qui l’a érodée, surcreusée en maints endroits (cf. chap. 14, fig. 98). Cet alluvionnement s’est soldé par un arasement du site, mais aussi par son recouvrement rapide, le préservant des labours et d’autres actions destructrices. Les murs sont identifiés par des moellons calcaires assemblés au mortier de terre sur un à deux niveaux ; les sols en terre battue et certaines soles de foyer en terre sont conservés. Le mode de recouvrement, un alluvionnement déposant un petit gravier sur 0,60 m d’épaisseur, a permis cette conservation. Par contre, cette dynamique a tronqué les élévations ; les conditions humides ont, de plus, été destructrices à l’égard des structures de terre effondrées. La taille des graviers de l’alluvionnement est largement inférieure à celle des « moellons » qui n’ont été que peu perturbés et, en tout cas, pas emportés. Comme il n’existe pas de pierres de construction, ni en structure d’effondrement, ni éparses dans la couche, on peut conclure que l’élévation des murs n’était pas en pierre, ni en bois (pas de trace de poteaux), mais en terre. L’effondrement de murs en terre a préservé des érosions postérieures la structure de pierre se trouvant à leur base, ce que n’aurait pas fait aussi efficacement une paroi en bois (Blockbau ou planches). Ce processus peut être observé dans la même région sur des maisons modernes tombant en ruine (fig. 138).

27La terre utilisée est un mélange de graviers et de limons argileux. Les cônes alluviaux détritiques qui se sont accumulés au pied du Vercors pendant les périodes glaciaires offrent un matériel varié, allant de graviers à matrice limono-argileuse à des bancs plus fins limono-argileux. Les murs en pisé des fermes actuelles montrent un matériel mélangeant graviers calcaires et sédiment limono-argileux, semblable à celui qui a été utilisé pour confectionner les soles de foyer de l’habitat médiéval. Ce type de matériel, lessivé par l’eau, sera des plus difficile, voire impossible, à distinguer de l’alluvionnement graveleux venant le recouvrir. Techniquement, les matériaux présents sur le site, très graveleux, plutôt sablo-limoneux, s’accordent plus avec une mise en œuvre sous forme de pisé, de bauge, ou de torchis épais entre colombages ; l’adobe et le torchis sur clayonnage peuvent être exclus (Cra terre 1979).

28Le site des Vignarets illustre donc le cas typique où, alors qu’aucune structure de terre élevée n’a été reconnue à la fouille, l’examen des conditions sédimentaires locales et taphonomiques permet de conclure à une architecture de terre. La rareté des poteaux, la largeur des murs et la bonne conservation rectiligne des solins plaident en faveur de murs de terre épais.

29Le cas de Bourbousson est similaire. Les solins, en pierres assemblées à la terre, sont fossilisés par l’effondrement des murs de terre, comme le montre leur très bonne conservation (bâtiment 1 : fig. 40). Le bâtiment 2 présente également une structure effondrée en tas, repérée, en l’absence de solins de pierre, par le caractère rubéfié des terres à la suite d’un incendie (fig. 42). Le recouvrement protecteur est dû aux colluvionnements issus du versant voisin. Ils n’empêcheront pas de fortes érosions postérieures de tronquer toute la partie située en aval du site (au sud de la voie romaine et de la départementale 93), où plus aucun vestige médiéval ne subsiste.

30La matière première utilisée est un mélange de limons argileux d’inondation et de colluvions plus ou moins graveleux. De nombreux éléments de terre crue, cuite, présentent très épisodiquement des empreintes de tiges, ils sont d’un matériau non graveleux, limono-sableux à sablo-limoneux. Il s’agit d’un limon lœssique local qui pouvait affleurer à l’époque sur le versant, ou se trouver en creusant à 1 ou 2 m de profondeur sur le site voisin de Bourbousson 3. Ce matériel, déjà dégraissé naturellement au sable fin, a servi sur ce site, à l’époque romaine, pour fabriquer des briques de terre crue (Bastard à paraître). Aucune forme de brique, si ce n’est un élément tétraédrique, n’a pu être identifiée ici. La couleur jaune clair et la texture fine de ce limon aisément reconnaissable permettent d’exclure son utilisation en grande quantité. On ne le retrouve pas dans les couches de destruction ; il n’a été utilisé que dans des conditions architecturales particulières. Comme aux Vignarets, la largeur des solins, de 0,60 à 0,90 m, la rareté des poteaux et la qualité de la terre locale évoquent des élévations en terre pleine, bauge ou pisé, plutôt qu’en torchis. La morphologie taphonomique de la couche argileuse qui recouvre le mur oriental du bâtiment 2 (première phase), en tas étalé allongé de 4 m de largeur sur 4 m de longueur, rappelle tout à fait les formes des murs actuels en pisé, « fondus » sous l’action des agents météorologiques.

31C’est une nouvelle fois un incendie qui a permis l’effondrement, le recouvrement et finalement le repérage du dernier bâtiment (xe-xie s.) de terre et de bois de Constantin. Le matériel le plus employé est un tout venant terreux, incluant des tessons et des débris organiques, bâti entre poteaux de bois espacés de 0,80 m (technique du colombage plutôt que du pisé). La bonne conservation de pans de murs est due à l’incendie et à l’effondrement, mais également à l’excavation sous le plancher qui les a piégés et protégés (fig. 64). Un autre bâtiment plus ancien (ve-viie s.) n’a été repéré, comme aux Vignarets et à Bourbousson, que par la présence d’une assise de galets préservée par l’effondrement des murs, non rubéfiés et non identifiables (fig. 61, 62). La stabilité paysagère du viie au xe-xiie s. a permis, comme à Bourbousson, que des vestiges immobiliers du haut Moyen Âge côtoient des structures du milieu du Moyen Âge. Le recouvrement alluvionnaire de la rivière voisine les a préservés jusqu’à nos jours des actions destructrices post-dépositionnelles par une couche protectrice qui peut atteindre 1 m d’épaisseur.

Non-conservation des structures, fortes troncatures

32C’est le cas de sites où aucune couche n’est conservée et où ne subsistent plus que les structures en creux. Les érosions et/ou l’absence de dynamiques sédimentaires d’enfouissement ont pu conduire à une disparition totale des structures en élévation. Le site de Saint-Martin, où ne sont connues que des structures en creux, fait partie de cette catégorie. Nous rajouterons volontiers tous ceux que l’absence de fosses ou leur trop grande dispersion n’ont pas permis de révéler lors de l’opération des sondages exploratoires.

18.3.2.3 Un bilan nettement en faveur des murs de pleine terre

33Le nombre non négligeable de structures de terre crue découvertes sur le nord du tracé du TGV –s’étalant entre le VIF et le xive s. il est vrai–, alors que les conditions de conservation ne sont pas spécialement favorables, laisse supposer une généralisation de ce mode de construction au Moyen Âge et un nombre encore plus important de sites dans ce secteur, les structures immobilières en étant toujours difficilement détectables.

34L’utilisation de la terre est toujours locale. Des besoins spécifiques limités en matériel non graveleux (enduits fins, torchis de lissage) ont pu conduire à des apports extérieurs jamais très lointains (lœss ou lehm de Valence à Beaume), ou à des excavations jamais très importantes (terre rouge pour enduit à Beaume, lœss à Bourbousson). Dans l’ensemble, voire dans un même bâtiment, les techniques de mise en œuvre de la terre sont diverses. Les murs peuvent s’appuyer ou pas sur un solin de pierre. L’élévation, reconnue en place seulement à deux endroits (Beaume et Constantin), n’a pu être réalisée qu’en murs épais (de 0,50 à 0,80 m) de terre pleine. Partout, les critères taphonomiques (bonne conservation des bases de murs, recouvrement par effondrement nécessitant un mur épais) et sédimentaires (qualité technique des terres locales impropres au torchis sur clayonnage ou à l’adobe) plaident pour des murs en terre pleine : bauge, remplissage entre colombage ou pisé. Constantin est le seul cas avec poteaux de bois permettant d’envisager des colombages (fig. 64). Ailleurs, l’absence de poteaux supports suggère un type de construction en bauge, ou plutôt, vue la mauvaise qualité des terres, en pisé, nécessitant un coffrage et un battage au pisoir. L’utilisation de cette technique reste cependant non démontrée. Il faudrait pour cela trouver les traces des planches de coffrages ou les joints entre « passées » hautes d’une soixantaine de centimètres. Pour les premières, cela est quasiment impossible ; pour les seconds, la hauteur généralement conservée ne nous laisse que peu de chance de les repérer. Le torchis sur clayonnage, qui est le plus souvent envisagé sur la base de quelques éléments cuits et empreintes végétales, n’apparaît qu’épisodiquement. En fait, tous les blocs appelés « torchis » sont loin de présenter des empreintes et n’importe quel type de mur de terre va donner, en chauffant lors d’un incendie, des éléments irréguliers cuits et rubéfiés que nous préférerons appeler « terre crue, cuite » plutôt que torchis, pour ne pas préjuger de la mise en œuvre d’origine. Comme nous l’avons dit en préambule, les briques de terre crue sont très difficilement identifiables. Cependant, la rareté des terres susceptibles de s’adapter à la fabrication d’adobes en fait un mode de construction forcément très limité, s’il a existé

18.3.3 Les matériaux auxiliaires

18.3.3.1 La pierre en soubassement

35Aucune des constructions mises au jour dans la Drôme sur le tracé du TGV n’a connu d’élévation en pierre. Celle-ci, quand elle est présente, est cantonnée au soubassement des murs de terre ou de terre et bois. Elle est totalement absente de trois des bâtiments de Beaume (A, B et C), dont les murs de pisé reposent directement sur le sol (fig. 135). Il en va de même pour le bâtiment le plus récent de Constantin, dont un des quatre murs repose cependant sur une sablière basse en bois (fig. 64).

36Quelle que soit l’époque, les murs solins connaissent à peu près la même configuration : conservés sur une à deux assises –leur hauteur est partout inconnue–, ils sont composés d’un mélange de galets de rivière et de parpaings irréguliers, les plus gros éléments, en majorité des galets, étant réservés aux parements. Quelques particularités peuvent être relevées, comme le remploi de fragments de terre cuite à Constantin (premier bâtiment) et des parements en épis à Bourbousson pour le bâtiment 2 (premier état). Les éléments sont généralement liés à l’argile ; la présence de mortier est toutefois mentionnée à Beaume (bâtiments D et E : fig. 136). Lorsqu’on a pu l’observer, les angles sont chaînés. Une relative diversité règne quant à la largeur de ces soubassements. La taille la plus fréquente se situe entre 0,50 et 0,60 m, mais des murs plus épais (de 0,80 à 0,90 m) équipent le bâtiment 1 de Bourbousson et, pour partie, celui des Vignarets. Aucune structure ne comporte de trace d’ancrage de quelque support que ce soit. L’ensemble de ces caractéristiques est en accord avec la restitution d’élévation en terre, faisant également office de murs porteurs, comme cela est démontré ci-dessus. Les ouvertures semblent, la plupart du temps, se présenter comme une simple interruption du mur (Bourbousson, Beaume, Les Vignarets). Un seul cas de seuil construit a été observé à Constantin pour le bâtiment le plus ancien : deux grosses pierres disposées en boutisse délimitent un passage d’environ 0,80 m de large (fig. 62).

FIG. 136
Châteauneuf-sur-Isère / Beaume : mur de refend du bâtiment D : la paroi de terre reposait sur un mur solin de pierres liées au mortier.

18.3.3.2 Le bois pour un usage diversifié

37Si l’on met à part le site de Saint-Martin, examiné plus loin, le bois n’est utilisé qu’en matériau auxiliaire dans certaines élévations, où d’autres techniques (clayonnage, colombage) sont employées en concurrence ou en complément du pisé ou de la bauge.

38Bien qu’aucun élément n’en ait été détecté à Bourbousson ou aux Vignarets, on ne peut, évidemment, conclure que ces sites ont totalement ignoré l’emploi du bois dans les élévations. En revanche, la démonstration de cet emploi est faite à Constantin (autour de l’an mille) et à Beaume (au xiiie s.) où, il faut le rappeler, la destruction par incendie en a favorisé la conservation. C’est ainsi que la petite maison de Constantin révèle au moins trois procédés de construction associés : pour trois murs, la technique du colombage est attestée (fig. 64), notamment par des négatifs et des fragments calcinés de pièces de bois régulièrement espacées, distantes de 0,80 m environ, et assemblées par des chevilles. Un des murs (ouest) reposait sur une sablière basse en bois, tandis que les deux autres étaient dépourvus de soubassement. Les vestiges désignent le torchis sur clayonnage de branchages pour la confection du dernier mur (est). On verra plus loin que le bois contribuait également à l’aménagement intérieur de cette maison. Le bâtiment A de Beaume, quant à lui, associe également trois modes de construction. La terre pleine, ou pisé, constitue, on l’a vu, la partie inférieure de trois des murs (fig. 135) ; le système du pan de bois ou colombage semble prendre la relève pour les parties hautes. C’est le seul cas où les observations suggèrent l’éventualité d’un étage. Enfin, le quatrième mur (nord) pourrait avoir comporté du torchis sur clayonnage. Ces deux sites attirent l’attention sur la capacité des constructeurs à diversifier la mise en œuvre des matériaux sur un même chantier. Les analyses anthracologiques de fragments calcinés de bois de construction, tant à Beaume qu’à Constantin, indiquent que le chêne et l’orme ont dû fournir l’essentiel de la matière première.

39Quelques rares cas montrent que les constructeurs ont eu recours au bois pour des éléments porteurs, détachés des murs. Mais il s’agit toujours de dispositifs limités, voire accessoires. À L’Hortal, qu’il s’agisse du grand bâtiment A ou de la cabane C, un support central contribuait à maintenir la couverture ; dans le premier cas, il reposait sur un puissant massif maçonné ; dans le second, il était fiché dans le sol (fig. 53). À Constantin, deux trous de poteaux suggèrent un renfort pour la stabilité de la poutre faîtière. Enfin, à Bourbousson, on a relevé, dans les deux états du bâtiment 1, le négatif d’un poteau dans l’espace intérieur ; s’agit-il de l’ancrage d’une « béquille » pour la charpente ou d’un élément d’une cloison légère ? Le même édifice fait encore appel à des supports de bois externes pour le maintien du débord du toit.

18.3.3.3 Les couvertures : une question en suspens

40Si l’on excepte la présence quasi anecdotique de fragments de tuiles dans la composition de quelques solins, ou bien malaxés à la terre des parois, on peut exclure que la terre cuite ait participé à la construction des élévations. La question se pose pour les toitures. De bons arguments plaident pour une couverture de tuile sur plusieurs bâtiments de Beaume, qui sont aussi les plus récents de la série. Partout ailleurs, c’est l’hypothèse d’une couverture légère (végétale) qui prévaut. Deux sites livrent quelques informations supplémentaires sur l’aspect de ces toitures. Le bâtiment incendié de Constantin possédait probablement un toit à double pente (deux poteaux axiaux supportant une panne faîtière). Des vestiges calcinés, on a relevé des éléments de poutres équarries en orme et des pierres ayant probablement servi au calage d’une couverture en matériaux périssables (chaume, roseaux ?) [fig. 137]. À Bourbousson, on peut restituer un toit très débordant, mentionné plus haut, grâce aux négatifs de supports verticaux régulièrement disposés le long de trois de ses côtés et au tracé d’un mur doublant le quatrième (fig. 40). Un tel dispositif, destiné avant tout à protéger les maçonneries contre les eaux de toiture, offrait aussi un abri couvert courant tout autour de la maison, indéniable élément de confort.

FIG. 137
Montboucher-sur-Jabron / Constantin : éléments de poutraison (au premier plan) et coffre en bois.

18.3.4 Un site hors normes : Saint-Martin à Chabrillan

41Les vestiges médiévaux mis au jour à Saint-Martin rentrent difficilement dans les catégories dégagées ci-dessus. Neuf constructions au moins, de nature et de taille variées, sont réparties sur 6000 m2 environ (fig. 48). On a signalé plus haut qu’elles se superposent aux substructions d’un établissement antique, que la plupart d’entre elles utilisent pour tout ou partie de leurs fondations. Ces contraintes, ou plutôt cet avantage, s’accompagnent cependant d’une grande diversité des modes de construction, fait accentué par les modifications apportées au cours de l’utilisation des locaux. Au total, ressort l’impression d’une architecture assez hétéroclite, résultat d’une série d’astucieuses adaptations.

42Seul le grand bâtiment 9, qui s’inscrit en totalité dans le bâti préexistant, remodelé à cet effet, adopte les procédés d’une architecture à solins de pierre que l’on pourrait qualifier, dans le contexte de cette étude, de classique. Les autres constructions associent en général plusieurs techniques, parmi lesquelles l’emploi de la pierre en soubassement n’est qu’accessoire. Toutefois, le fait le plus original réside dans la place importante tenue ici par le bois qui, loin d’être un matériau secondaire, constitue dans plusieurs cas l’armature même des constructions ; il s’agit bien d’une architecture de bois. Peu d’indices relatifs à la composition des parois ont été trouvés sur le site, mais la disposition des supports verticaux laisse la voie ouverte à plusieurs hypothèses, pans de bois et/ou torchis ; en tout état de cause, des murs de pleine terre, sans poteaux sont exclus.

43Quatre unités au moins sont des « cabanes » à sol excavé et armature de bois, de la plus simple (bâtiment 5, premier état) avec deux poteaux d’axe seulement, à la plus vaste et la plus complexe (bâtiment 5, deuxième état) qui associe poteaux fichés dans le sol et poteaux ancrés dans un soubassement de pierre ou reposant sur une sablière horizontale. Avec trois files de poteaux et quatre travées, couvrant une surface de 45 m2, il s’agit d’une construction relativement imposante.

44L’analyse détaillée des structures montre que tous les bâtiments ont connu différentes étapes de construction, les aménagements successifs tendant vers un agrandissement des locaux et/ou un renforcement du bâti. Ainsi, la cabane 5 passe de 23 à 30 m2 ; la cabane 7 est reconstruite sur un soubassement de pierre assez élaboré qui subdivise désormais l’espace. Enfin, le bâtiment 1 est, à l’origine, entièrement sur poteaux plantés ; par la suite, les parois de la fosse sont en partie doublées par des solins de pierre qui déterminent un espace mieux protégé, éventuellement fermé par des parois à pans de bois. Mais, même après de tels aménagements, les constructeurs restent fidèles aux procédés de l’architecture de bois.

45En zone rurale, l’installation de constructions légères, avec plus ou moins de soin, sur les vestiges d’un établissement antérieur construit « en dur » est un fait désormais couramment attesté par l’archéologie du haut Moyen Âge. Le cas de Saint-Martin, quant à lui, apparaît particulièrement tardif (xie-xiie s.) et constitue un exemple peu commun de pragmatisme architectural combinant, en tant que de besoin, matériaux pérennes et matériaux périssables.

18.4 Habiter, travailler : la vocation des constructions

46Restituer la vocation des constructions découvertes lors des fouilles est l’exercice le plus délicat qui revient à l’archéologue, tant les indices des activités qui s’y sont déroulées sont ténus et équivoques. Il ne faut donc pas cacher la part de subjectivité attachée aux interprétations proposées ici. Si, en définitive, la place réservée à l’habitation proprement dite est la plus difficile à démontrer, la place dévolue à des activités spécifiques, notamment artisanales, transparaît plus clairement, permettant parfois de définir, au moins de façon schématique, la répartition fonctionnelle des espaces.

47Une fois encore, les conditions de destruction du second bâtiment de Constantin (xe-xie s.) ont permis d’observer nombre d’éléments de confort que l’on suppose réservés à une maison d’habitation : des parements revêtus d’enduit, un plancher sur vide sanitaire, l’apport de remblais drainant à la base des murs et globalement une architecture relativement « savante » associant plusieurs techniques d’élévation. Ce à quoi s’ajoutent divers aménagements et objets en accord avec les activités domestiques : foyer central, coffre de bois et pot de terre cuite enfermant les réserves alimentaires... Mais le confort semble s’arrêter là, car la petite taille de la bâtisse (24 m2) ne va pas sans une certaine promiscuité et l’absence d’annexe à proximité suggère la polyvalence des activités en un même lieu. Quant au bâtiment plus ancien (vie-viie s.) découvert sur le même site, il n’a livré aucun indice sur sa destination ; rien ne s’oppose à ce qu’il ait abrité un habitat, mais rien ne le démontre. En tout état de cause, le voisinage d’une importante série de fosses-silos, qui dépasse les nécessités d’un simple groupe familial, lui confère une vocation agricole.

48L’image de la répartition des activités entre les constructions composant un établissement agricole peut en partie être restituée à partir du hameau de Beaume, du moins durant la phase 3 de l’occupation (fig. 7). Plusieurs faits caractérisent le bâtiment A comme probable habitation : foyer et silo intérieurs, sol nettoyé, dispositif d’assainissement du sol, qualité de l’architecture. En outre, le petit bâtiment B qui lui est accolé, sans communication directe, s’il s’agit bien d’une sorte de remise, témoigne du souci de la séparation fonctionnelle des locaux (fig. 9, 11). Il faudrait également tenir compte du fait que le bâtiment A a pu comporter un étage, augmentant la surface utile et diversifiant les modalités de l’occupation. Le troisième bâtiment à plan très allongé (C), avec un sol en bris de tuiles pour seul aménagement notable, suggère une bergerie, ou encore une remise ou un atelier. Faut-il voir dans les vestiges très dégradés de L’Hortal (bâtiment B avec foyer et bâtiment C à plan irrégulier et ouverture en chicane) une hiérarchie du même ordre, entre l’abri des hommes et celui des animaux ?

49À Bourbousson, où prime la vocation artisanale de l’établissement, la destination des constructions se laisse appréhender de façon relativement aisée. Ainsi, les activités se répartissent entre deux bâtiments nettement séparés. Divers indices conduisent à considérer que le bâtiment A a servi d’habitation ; les arguments sont conformes aux faits signalés dans les exemples précédents : présence d’un foyer et d’une fosse (silo ?) à l’intérieur, d’un abondant mobilier domestique et, dans un second temps, d’un cloisonnement de l’espace en deux pièces, dont l’une probablement réservée au repos. Il est à noter, en outre, le soin particulier apporté à lutter contre les infiltrations d’eau dans cette construction en bas de pente : drain périphérique et mur de doublage de la façade nord. Il ne fait guère de doute que le deuxième bâtiment (B), doté de plusieurs structures foyères, abrite, durant les deux phases de son occupation, des fonctions artisanales, notamment un atelier de métallurgie dont la forge est installée dans une petite annexe attenante.

50L’organisation fonctionnelle des constructions dispersées sur le site de Saint-Martin est plus difficile à décrypter que partout ailleurs. En particulier, la présence d’habitations n’est pas démontrée. On admettra toutefois que le bâtiment 1, relativement vaste (43 m2) et amélioré, dans un deuxième temps, par l’ajout de parois sur solins de pierre et d’un foyer élaboré, a pu abriter un groupe humain. Les autres constructions légères à sol excavé, qui abritent parfois des foyers en relation spatiale avec des fosses-silos (bâtiments 5 et 7, par exemple), rentrent probablement dans un dispositif d’équipements domestiques et agricoles (préparation des récoltes avant ensilage ?). En tout cas, c’est bien une vocation artisanale, en l’occurrence la métallurgie, qui prévaut pour le grand bâtiment 9, apparemment le plus solidement construit de la série. Globalement, les vestiges de Saint-Martin restituent l’image d’une certaine précarité, du moins par rapport aux autres sites pris en compte dans cette approche, en raison des matériaux mis en œuvre où prédomine nettement le bois. Cette appréciation pourrait fausser l’interprétation : dans les régions plus septentrionales en effet, habitations comme annexes agricoles et artisanales adoptent toutes une architecture légère, d’où ne transparaît pas une hiérarchisation qualitative des espaces entre lieux de vie et locaux utilitaires. Or, Saint-Martin semble bien rentrer dans cette catégorie !

51L’établissement des Vignarets s’écarte de tous les schémas évoqués ci-dessus, puisqu’il réunit sous un même toit différentes fonctions (fig. 36). Parmi les cinq pièces qui couvrent 130 m2, la plus vaste, qui était réservée à l’habitat (B), ressort nettement grâce à son foyer principal particulièrement bien agencé livrant les indices d’un dispositif de crémaillère –l’hypothèse d’une cheminée est également évoquée– ; des traces d’aménagements divers, comme des banquettes le long des murs (?), ainsi qu’un foyer secondaire, évoquent un certain niveau de confort, bien que le sol n’ait connu que la terre battue. Par opposition, la petite pièce voisine (C) apparaît bien comme un local utilitaire : elle semble avoir abrité un atelier métallurgique. La destination des autres espaces n’est pas tranchée ; du moins peut-on avancer qu’ils n’ont pas accueilli d’animaux, bien qu’aucune autre construction annexe n’ait été retrouvée à proximité. On ne peut écarter l’hypothèse que le bâtiment ait comporté un étage qui aurait offert une belle surface de grange et de grenier.

52De ce tour d’horizon à partir d’un échantillon fort disparate, il faut le rappeler, ne ressort donc pas de modèle d’organisation. Toutefois, quelques traits généraux méritent d’être mis en avant. La taille des constructions n’est pas sans rapport avec l’aménagement de leur espace intérieur. Ainsi, tous les grands bâtiments mentionnés ci-dessus sont subdivisés. Parmi les constructions de taille plus réduite, seul le bâtiment D de Beaume comporterait un mur de refend. Les plans complexes du bâtiment 9 de Saint-Martin (deux puis quatre pièces) et du bâtiment 2 de Bourbousson (trois espaces) s’expliqueraient par des nécessités techniques, puisque tous deux abritent un atelier de métallurgie. À l’exception de la grande bâtisse polyvalente des Vignarets, il apparaît que les occupants ont préféré répartir les différentes fonctions dans des bâtiments distincts : l’ajout d’une petite annexe au bâtiment d’habitation de Beaume en est une illustration.

53Quant à la maison paysanne proprement dite, elle échappe à toute typologie (plan, surface, divisions). Mais on relève la répétition de certains aménagements liés au confort et à la vie communautaire, comme des dispositifs contre l’humidité des sols ou des murs, des emplacements pour les réserves alimentaires, des traces de meuble, sans parler des rejets domestiques. Mais, surtout, le foyer domestique constitue probablement le marqueur essentiel, autant que symbolique, qui distingue le lieu de vie des autres espaces de l’établissement.

18.5 Conclusion

18.5.1 Traces archéologiques et espaces habités : une corrélation difficile à établir

54En dehors des sites mis à contribution dans cette synthèse, ce sont soixante séquences sédimentaires recoupant la période médiévale qui ont pu être étudiées de Valence à Orange (cf. chap. 14). Le calage chronologique de formations sédimentaires, souvent sans vestiges archéologiques, avec une résolution de temps suffisante, permet, à côté de l’habitat, d’aborder la question de l’espace occupé et de l’espace construit.

55L’approche taphonomique des vestiges d’architecture de terre démontre que les sites découverts correspondent à des conditions de conservation diverses, mais toujours très ponctuelles. La qualité de l’enregistrement apparaît, de façon paradoxale, à la fois très mauvaise et plutôt bonne dans le nord du tracé du TGV. En effet, c’est là où les conditions d’érosion sont les plus drastiques et où le paléosol médiéval apparaît le plus en lambeaux que se trouvent tous les sites d’habitat médiévaux comportant des structures immobilières. Entre Valence et Montélimar, le milieu géographique présente un relief varié : terrasses et collines des pieds du Vercors, basses plaines de la Drôme et du Roubion/Jabron (fig. 133). Si la présence de pentes multiplie les effets de l’érosion sur les buttes et les versants, elle a aussi pour effet de recouvrir rapidement et de préserver des habitats dans les creux.

56En revanche, plus au sud, dans les plaines rhodaniennes du Tricastin et d’Orange, le paléosol médiéval est conservé sur de grandes surfaces. La question de l’absence de vestiges d’habitat s’y pose différemment. Il n’y a pas érosion ; la topographie médiévale est préservée, enfouie sous un à plusieurs mètres de sédiment. Plusieurs raisons pourraient expliquer l’absence de découverte d’habitats construits dans ce secteur :

57– il n’y a, à l’origine, pas, ou très peu, d’habitats dispersés dans ce secteur de la plaine rhodanienne ;

58– en l’absence de constructions de pierre, les structures immobilières de bois et/ou de terre sont très difficiles à lire dans les sondages s’il n’y a pas eu incendie ;

59– les conditions de fossilisation par les limons d’inondation du Rhône et de ses affluents sont néfastes aux constructions de terre crue ; ou alors ces recouvrements ne sont pas assez fréquents, pas assez rapides, laissant le temps à l’habitat de se dégrader fortement.

60Pourtant, des habitats néolithiques et protohistoriques, bâtis en matériaux tout aussi fragiles quant à leur conservation, ont été reconnus dans le même secteur. Les traces de construction y sont toujours très discrètes et découvertes seulement sur de grandes surfaces fouillées. Il faut reconnaître que les sites préhistoriques sont plus prolixes en vestiges mobiliers, tessons et silex, que la plupart des sites médiévaux. Très peu de tessons épars, d’époque médiévale, ont été recueillis sur le sud du tracé. On peut, à ce titre, exclure l’existence d’habitats agglomérés, générant beaucoup de déchets, qui n’auraient pas manqué d’être repérés dans les sondages. Par contre, on ne peut pas totalement exclure que de tout petits habitats ruraux, dispersés, bâtis en terre ou bois, éminemment périssables –et n’ayant pas « bénéficié » d’un incendie–, aient pu passer inaperçus lors de cette opération. Cependant, le suivi géo-archéologique de la phase de sondages et l’attachement porté aux structures anthropiques discrètes et aux sédimentations anthropogènes nous permettent d’affirmer que fort peu de sites ont échappé aux archéologues, et qu’aucun site, de l’ampleur de ceux trouvés au nord, n’était implanté dans le tronçon sud du tracé. Il existerait donc une différence d’occupation de l’espace entre la plaine rhodanienne, au sud, et les versants, collines et plaines des rivières préalpines, au nord, l’opposition nord/sud naissant également du fait que le tracé du TGV longe les piémonts au nord, et ne s’engage dans la plaine rhodanienne qu’au sud de Montélimar. L’opposition résiderait davantage entre l’occupation de la plaine et celle de sa bordure de collines. Rappelons que la longue pédogenèse qui a donné naissance au paléosol du haut Moyen Âge marque, du viie au xiie s., une grande stabilité dans l’histoire du paysage (cf. chap. 14). Du viie au milieu du xe s., le bilan hydrologique apparaît comme positif et deux types de terroirs s’opposent : au nord, les pentes et pieds de versants, les cônes et terrasses pléistocènes bien drainés, au sud, les basses plaines rhodaniennes frappées par un haut niveau des nappes phréatiques, espaces de prairies humides. Cette image paléoenvironnementale pourrait en partie expliquer la répartition de l’habitat, les terrains mieux drainés des versants étant préférés pour leur implantation. Cependant, du milieu du xe s. jusqu’au xie-xiie s., des conditions climatiques nouvelles, plus sèches et plus chaudes, améliorent le drainage naturel des plaines et réduisent donc l’opposition entre plaine rhodanienne et versants. Or, les traces d’habitat de cette période s’observent toujours sur le nord du tracé. Les raisons de cette « bipartition », qu’il faudrait encore confirmer par d’autres fouilles et sondages en dehors du linéaire du TGV – il est évident que les sites, en l’occurrence très profondément enfouis au sud, auront du mal à apparaître dans les labours ! –, sont alors à rechercher dans une gestion différente de l’espace en moyenne vallée du Rhône, ce dont il faudra mieux tenir compte dans les années à venir.

18.5.2 Une architecture régionale ?

61Si l’emploi de la terre pour édifier les parois des maisons, non seulement comme écran entre des supports isolés (torchis ou pan de bois), mais aussi dans la masse des murs porteurs (pisé banché, bauge), caractérise la majorité des constructions évoquées ici, on doit reconnaître une certaine diversité dans la mise en œuvre, à laquelle le bois et la pierre contribuent parfois. Le large champ chronologique pris en compte (vie-xive s.) peut expliquer, en grande partie, une telle diversité. Mais pas seulement, puisqu’elle transparaît aussi à l’intérieur de périodes plus limitées, voire à l’intérieur d’un même édifice (Beaume, Constantin). La part du pragmatisme n’est pas à négliger.

62Mais, en définitive, c’est bien l’hégémonie de la terre crue qui se dégage du portrait de la maison rurale dans cette partie de la vallée du Rhône. On suppose qu’elle résulte, pour une bonne part, des conditions d’implantation des chantiers qui favorisent le recours à ce matériau omniprésent –on l’a vu plus haut, dans la plupart des cas, la terre est extraite sur le site même de la construction–, encore que le bois et la pierre n’offrent pas de réelle difficulté d’approvisionnement mais sont susceptibles d’engendrer les coûts d’un transport, même réduit. En tout état de cause, l’environnement géologique et végétal, dans la région considérée, n’est probablement pas de nature à influer fortement sur les choix technologiques.

63Déterminisme géographique, en partie, mais aussi déterminisme culturel : le secteur semble se rattacher à une tradition architecturale méridionale où, de l’Antiquité au Moyen Âge, le recours aux matériaux minéraux –pierres en soubassement et terre en élévation voire élévation en pleine pierre– l’emporte sur l’emploi des matériaux végétaux (Garnier et al. 1995 ; Mercier, Reynaud 1995). De l’échantillon observé, il ressort que l’on ignore quasiment les constructions à ossature de bois et poteaux plantés –sauf cas particulier de Saint-Martin décrit plus haut. Les supports de bois, s’ils existent, sont toujours utilisés de façon secondaire– renfort de charpente, armature de cloison à pan de bois ou en torchis. Il est clair que l’aire considérée ici échappe au « monopole » de l’architecture de bois, comme l’archéologie le met globalement en évidence, en milieu rural, dans le nord-ouest de l’Europe, y compris dans des régions toutes proches comme le nord Dauphiné, le Lyonnais, la Bresse... (Faure-Boucharlat 2001), tout en gardant à l’esprit que l’utilisation de la terre crue, outre le bois, est probablement sous-évaluée du fait de la difficulté de la mettre en évidence lors des fouilles. Les informations recueillies grâce aux opérations du TGV-Méditerranée élargissent donc notre connaissance du paysage architectural médiéval et révèlent que ce secteur de la moyenne vallée du Rhône, entre Valence et Montélimar, se caractérise par la pérennité de l’architecture en terre crue, à l’écart, semble-t-il, des apports technologiques des constructeurs « charpentiers » d’Europe septentrionale. C’est peut-être plus l’absence de supports de bois que la seule utilisation de la terre qui en est le trait le plus marquant.

64On ne saurait clore cet aperçu historique sans évoquer la permanence des savoir-faire liés au matériau terre en bas Dauphiné. De nos jours, dans la plaine de Valence, existent encore de nombreuses fermes et maisons édifiées en terre au cours des siècles derniers. La technique du pisé y prédomine largement. On relève, non loin des habitats de Beaume, des Vignarets ou de Bourbousson, de nombreuses constructions en terre, d’époques moderne et contemporaine, bâties avec les mêmes matériaux que celles du Moyen Âge (fig. 138). Cependant, la densité de cette architecture de terre diminue nettement dans les collines molassiques, puis au sud de la rivière Drôme, où l’on s’écarte des traditions bas-dauphinoises. Qu’il s’agisse du Valentinois, de la vallée de l’Isère ou du pays de Chambaran, l’habitat traditionnel offre, encore aujourd’hui, un précieux catalogue des différentes techniques de construction assemblant terre, bois et pierre en soubassement. Les inventaires qui lui sont consacrés contribuent à préserver le témoignage de ce patrimoine menacé (Raulin 1977 ; Mazard 1999 : 177-193). À l’archéologue de puiser dans ce vivier matière à réflexion et à inspiration.

FIG. 138
Construction contemporaine en pisé sur soubassement de pierres assemblées au mortier de terre crue, à Saint-Hilaire-du-Rosiers (Isère) en basse vallée de l’Isère (date de construction inconnue). L’effondrement et l’érosion des murs de pisé constituent des tas de terre qui seraient très difficiles à identifier après recouvrement, lors d’une fouille. Par contre, lorsqu’un soubassement existe comme ici, les premiers niveaux de pierre ont des chances d’être préservés par les masses de terre effondrées (cf. § 2.2.2).

651999

Notes

1 – Dans les lignes qui suivent, les sites sont indiqués par le nom de lieu-dit. Cette synthèse s’appuie sur les données fournies par les présentations monographiques réunies dans ce volume, auxquelles le lecteur est invité à se référer (cf. 1re partie).

Table des illustrations

Légende FIG. 133 Localisation des sites pris en compte dans cette étude (tronçon nord du tracé du TGV entre Valence et Montélimar).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 134 Fossilisation de murs en terre crue : traces au sol, difficultés de reconnaissance, a murs d’adobe. Le premier stade de dégradation par les agents atmosphériques est la dislocation en agrégats et fines. Enfouies dans le sol, les briques s’altèrent en cellules « amiboïdes » (50 ans suffisent : Brochier 1994). Au stade final, les structures de terre prendront une forme en tas étalé, difficilement reconnaissables (même par analyse micromorphologique) du substrat sur lequel elles reposent et dont elles sont bien souvent issues ; b murs de terre crue (bauge ou pisé). Cas d’un mur ayant chauffé, et d’un alignement de pierres contre un mur. Les cellules de terre crue cuite vont se conserver ; l’alignement de pierres marquera en négatif le mur qui ne sera plus identifiable.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23133/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 135 Châteauneuf-sur-Isère / Beaume : le bâtiment A vu du sud : les parois de terre crue (pisé) reposent directement sur le sol.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23133/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 136 Châteauneuf-sur-Isère / Beaume : mur de refend du bâtiment D : la paroi de terre reposait sur un mur solin de pierres liées au mortier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23133/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 137 Montboucher-sur-Jabron / Constantin : éléments de poutraison (au premier plan) et coffre en bois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23133/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 138 Construction contemporaine en pisé sur soubassement de pierres assemblées au mortier de terre crue, à Saint-Hilaire-du-Rosiers (Isère) en basse vallée de l’Isère (date de construction inconnue). L’effondrement et l’érosion des murs de pisé constituent des tas de terre qui seraient très difficiles à identifier après recouvrement, lors d’une fouille. Par contre, lorsqu’un soubassement existe comme ici, les premiers niveaux de pierre ont des chances d’être préservés par les masses de terre effondrées (cf. § 2.2.2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23133/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search