Version classiqueVersion mobile

L’herbe qui renouvelle

 | 
Pierre Lieutaghi

Plantes dépuratives et médecine traditionnelle en Haute-Provence

Chapitre 3. Les indications des dépuratifs haut-provençaux

Texte intégral

1Le tableau 8 en cinq parties, que complète le tableau 9, permet d’appréhender en détail la fonction thérapeutique (les « champs thérapeutiques ») des plantes dépuratives de Haute-Provence, en regard des propriétés qui leur sont attribuées par la littérature savante du xviie siècle à nos jours.

2Cette simple mise en ordre — où les plantes restent classées selon la fréquence de leurs citations populaires comme dépuratives — distingue, de gauche à droite (« Champ d’application traditionnel ») :

3— les indications précisées par nos informateurs au titre de l’emploi dépuratif : « cette plante est dépurative, elle sert à... » (par exemple « à nettoyer les glaires du bébé » dans le cas de la Pariétaire ; tableau B).

4— les indications internes (sauf deux exceptions en rapport avec l’emploi interne) reconnues à la plante sans qu’il soit fait mention à leur propos de la propriété dépurative.

L’analyse des données relatives aux dépuratifs repose en bonne partie sur celle de ces indications, et l’on pourra me reprocher une prise en compte manifestement utile à mon propos. On verra dans les pages suivantes que cette extrapolation est au contraire une démarche globalisante qui vise à mettre en évidence des « champs thérapeutiques », quand l’étude des seules mentions de propriétés n’en permet qu’une approche très fragmentaire. Parmi les indications non assorties de mentions de propriétés, un certain nombre appartiennent au champ dépuratif, et il est intéressant de les distinguer de celles qui se réfèrent à d’autres emplois. Nous serons ainsi conduits à aborder le domaine des sous-entendus des thérapeutiques populaires, tout aussi riche d’enseignement (sinon plus riche) que celui de l’affirmation (apparemment) sans détours. Qu’on veuille bien se remémorer aussi le fait que la mention « dépuratif » n’a jamais été recueillie à la suite d’un questionnement où elle aurait été évoquée par l’enquêtrice, mais au fil du discours spontané des informateurs : c’était d’emblée décider d’une lecture ultérieure au second degré.

5— les propriétés citées en dehors du domaine dépuratif qu’elles aident à circonscrire. Par souci de simplification, je n’ai pas rapporté ces propriétés aux indications de la colonne précédente qui peuvent éventuellement s’y associer.

  • 1 Outre Chomel (1782) et Leclerc (1935), déjà cités, il s’agit de : F.J. Cazin, Traité pratique et ra (...)

6La partie droite du tableau, « Les appréciations savantes du xviie siècle à nos jours », détaille les propriétés reconnues par quelques auteurs, médecins, ou, pour le xxe siècle, pharmacologues. Pour des raisons et de place et d’intelligibilité de l’ensemble, cinq sources seulement ont été retenues, qui sont représentatives de leur temps1. Pour l’époque actuelle, j’ai rassemblé dans la même colonne les données de deux ouvrages, l’un destiné aux spécialistes (Bezanger-Beauquesne et al. 1980), l’autre faussement vulgarisateur, rédigé par un pharmacologue qui se garde manifestement de toute collusion avec le « populaire » (Girre 1980) : il était intéressant de faire état des propriétés attribuées aux plantes étudiées ici par ces manuels qui tiennent compte des recherches les plus récentes.

7Des citations textuelles de ces cinq auteurs ont été préférées à un répertoire anonyme de propriétés tiré d’un nombre plus élevé de pharmacopées. Il est ainsi possible de saisir d’emblée la perception globale de la plante chez les médecins ou les pharmacologues qui font autorité à leur époque.

8Les « qualités » des plantes qui figurent dans la première colonne de cette partie « savante » du tableau se réfèrent aux conceptions de la médecine ancienne des tempéraments et des humeurs, pensée millénaire qui sera évoquée plus longuement en fin de chapitre.

1. Commentaires généraux

Le champ d’application traditionnel des dépuratifs

9Les cinq volets du tableau 8 prêtent à des commentaires très approfondis. Le cadre du présent travail ne permet que de les esquisser. Du moins fondent-ils les développements qui intéressent, plus loin, les espèces végétales aux emplois les plus remarquables (Germandrée Petit-Chêne, Pariétaire, etc.).

10Les colonnes a, b, c précisent le champ thérapeutique des plantes qualifiées de dépuratives. En a, on constate que, dans la plupart des cas, comme il est dit plus haut, l’information sur la propriété dépurative n’appelle pas de précisions chez nos interlocuteurs : la plante est dépurative ; ses emplois sont tout entier compris dans cette qualification. Le Noyer, avec 7 mentions de dépuratif, ne voit pas cette propriété précisée spontanément une seule fois. Huit des 9 mentions analogues, chez la Bardane, sont dans le même cas.

11Aux 86 mentions « dépuratif », ne s’associent directement que 34 indications, sur lesquelles 15 paraphrasent presque la propriété elle-même (6 « pour dépurer le sang », 9 « cures dépuratives » et assimilés). Restent donc 19 attributions thérapeutiques proprement dites.

12Le tableau complémentaire n° 9 analyse le détail de ces attributions en regard de l’ensemble des indications ordonnées par domaines pathologiques. On peut en déduire le classement suivant : Indications relatives à :

  • la dermatologie 9

  • la circulation 4

  • la digestion 3

  • la rhumatologie 1

  • au domaine pulmonaire 1

  • aux seuls dépuratifs (glaires enfants) 1

13Pour fragmentaire qu’il soit (et entaché d’approximation du fait de l’insuffisance numérique des données), ce bilan me paraît illustrer assez bien la distribution des applications habituelles des plantes dépuratives, au niveau populaire. Car il est bien évident que les 149 autres mentions d’emplois recueillies à propos des 31 plantes, sans qu’il ait été fait allusion à un éventuel pouvoir dépuratif (emplois qui figurent à la colonne b, et, ordonnés, au tableau 9, ne se rapportent pas toutes, loin de là, au domaine qui m’occupe ici. La colonne c du tableau 8 montre déjà que les informateurs reconnaissent à 14 de ces plantes un certain nombre d’autres propriétés à implications tant internes qu’externes :

  • 2 Voir colonne h (tableau 8 B) les propriétés reconnues à la plante par les pharmacopées actuelles. L (...)
  • 3 Mességué est le seul des auteurs analysés au tableau 7 à faire état de la Camomille comme dépurativ (...)

14A ces propriétés — et à d’autres, inexprimées par nos informateurs ou hors conceptualisation populaire (voir la colonne h !) — se rapportent directement des indications de la colonne b. A cet égard, la Camomille (tableau 8 B) peut servir d’exemple : les propriétés qui lui sont reconnues, qui concernent toutes le domaine de la digestion, ont pour corollaire des indications elles-mêmes d’ordre surtout digestif2. La seule indication précisée au titre de dépuratif concerne de surcroît, le « mal au cœur »3. Ici, on a de bonnes raisons de croire à une simple usurpation de titre ; et de s’interroger déjà sur les rapports entre les fonctions digestives et le champ des plantes dépuratives.

Dépuratifs et dermatologie : une association manifeste

  • 4 Je rappelle qu’il s’agit de plantes qui connaissent au moins 4 mentions de présence chez les auteur (...)

15Très riche d’enseignement à cet égard, est la comparaison entre l’ensemble des indications relatives aux affections de l’appareil digestif et celles des onze « dépuratifs majeurs »4 dans le même domaine. Ceci parallèlement aux emplois des mêmes groupes de plantes dans les dermatoses :

Tableau 10. Relations dermatologie/affections digestives chez les plantes dépuratives

Tableau 10. Relations dermatologie/affections digestives chez les plantes dépuratives

16Les onze plantes en question rassemblent la quasi-totalité des indications relatives aux maladies cutanées. Les 3 mentions qu’elles ne couvrent pas se rapportent à la Germandrée Petit-Chêne, « tête de liste » de nos dépuratives traditionnelles, à la Pariétaire — 3 mentions de dépurative — et au Plantain « Badasson », panacée à destination surtout externe dont nos diverses enquêtes en Haute-Provence ont montré la constance du rôle dermatologique (4 mentions de dépuratif à usage interne et 4 emplois externes sur 35 indications recueillies en 1979-80).

17Dans le même temps, la très faible part prise par ces « dépuratives majeures » dans les maladies de l’appareil digestif (9,8 % des mentions) semble attester la non-complémentarité des rôles ou, pour le moins, la fonction privilégiée des dépuratifs en dermatologie traditionnelle. Aux 89,8 % du domaine dermatologique occupés par les onze dépuratives majeures, il faut aussi rapprocher les 43,7 % d’indications dermatologiques associées à la mention « dépuratif » par nos informateurs (9 mentions sur 19 ; voir en début de section) : Le champ des maladies à manifestation cutanée est à l’évidence celui où s’exerce le plus clairement, au niveau populaire, la propriété dépurative.

18L’examen de l’ensemble des attestations d’emplois recueillies au cours de l’enquête confirme cette assertion : aux 118 plantes non qualifiées de dépuratives (sur 149) ne se rapportent que 3 mentions d’usage interne en dermatologie (Ronce, racine, furonculose ; Romarin, sommités, furonculose ; Panicaut, racine, furonculose enfant). Neuf plantes ont montré des emplois externes dans le même domaine, au titre, surtout, de maturatives et d’adoucissantes.

19Quant aux remèdes dépuratifs de la pharmacie, c’est 47,58 % de leurs indications (59 mentions sur 124) qui ont trait à la dermatologie (voir le tableau 17), le domaine de la circulation occupant la deuxième place à bonne distance avec seulement 20, 16 % d’indications (25 sur 124) : le détour par le « savant » — en l’occurrence les pharmacopées — et même, ici, par le commercial, peuvent aider à préciser le « populaire » (si les dépuratifs constituent un domaine privilégié pour ce type d’approche indirect, il y aurait sans doute lieu d’appliquer la même méthode d’analyse à d’autres domaines pathologiques parfois obscurs de la phytothérapie traditionnelle : rhumatologie, gynécologie, etc.).

20Le domaine dermatologique réapparaîtra à plusieurs reprises dans les paragraphes suivants, qui en préciseront les attributions et les représentations. On verra que la plupart des champs thérapeutiques revendiqués par les plantes dépuratives y sont étroitement associés, par les racines.

« Dépurer le sang »

  • 5 « Vices du sang » n’est pas usité par nos informateurs haut-provençaux. On trouve par contre cette (...)

21« Dépurer le sang », « purger le sang », « décrasser le sang » : quand nos informateurs précisent spontanément la signification de « dépuratif », l’idée de sang est aussitôt présente, si présente qu’on la sous-entend, qu’elle est formulée seulement 6 fois sur 85 (Germandrée Petit-Chêne — 2 fois —, Bardane, Marrube, Plantain, Serpolet). Il ne s’agit pas d’une interprétation utile à mon propos : quand on sollicite des éclaircissements sur l’idée de dépuration, la réponse quasi générale est toujours la même : « ça dépure (purge, purifie, etc.) le sang » (voir, par exemple, les propos de Madame T., de Limans, cités p. 156). Même quand elle n’est pas exprimée, la « visée sang » doit donc être entendue en priorité quand un informateur parle d’un emploi dépuratif sans juger utile d’y associer des maux particuliers. J’aurais pu commencer le paragraphe des « commentaires généraux » sur ces considérations, mais sans doute valait-il mieux faire d’abord état du bloc des usages à destination dermatologique, qui constitue l’élément le plus manifestement structuré de l’ensemble des indications relatives au concept thérapeutique étudié : les dermatoses sont le symptôme de ces « crasses » ou « vices du sang »5 à quoi la cure dépurative doit remédier.

  • 6 « La physiothérapie populaire est dominée par les trois éléments majeurs que sont le foie, le sang (...)

22Avec 20 mentions au total (9 « hypertension » et 7 « circulation », à quoi s’ajoutent 4 « circulation chez la femme »), le domaine circulatoire est relativement mal représenté, et notamment chez les « dépuratifs majeurs » (voir la colonne b du tableau 8 et le collationnement comparatif des indications au tableau complémentaire n° 9). Cependant, si l’on admet que la seule qualification de « dépuratif » sous-entend la purification sanguine, il faut tenir compte des 52 cas qui autorisent cette interprétation (citations du mot « dépuratif » sans indications associées). Avec 72 citations, sang et circulation arriveraient alors largement en tête des domaines pathologiques ici considérés. Les « maladies du sang » auxquelles s’adressent les plantes dépuratives ne répondent sans doute pas aux troubles vasculaires ou cardio-vasculaires de la médecine actuelle. Dans la plupart des cas, elles se réfèrent aux maladies par encombrement ou désordre des humeurs, appréhension des processus pathologiques qui a déjà été évoquée et qui sera traitée en détail au chapitre 46. Des indices fournis par le tableau 8 permettent toutefois de supposer que le champ dépuratif au sens strict a intégré au rang de ces encrassements du sang qu’il convient de nettoyer des troubles plus spécifiquement vasculaires, à commencer par l’hypertension (dite aussi « tension »), citée 9 fois. Quant à la mention « circulation », elle englobe les troubles veineux féminins : outre les 4 « circulation chez la femme » déjà cités, 2 « règles » et 1 « préménopause » pourraient encore être regardés comme plus ou moins associés aux problèmes circulatoires du ressort des plantes dépuratives.

23En Haute-Provence, la Germandrée Petit-Chêne (tableau 8 A) est la plante qui rassemble le plus d’indications en rapport avec la circulation. Outre les 4 « circulation chez la femme » précédemment citées, elle montre 3 « hypertension » directement associées à la mention « dépuratif ». Ceci pourrait bien confirmer la présomption d’envahissement du champ traditionnel des dépuratifs par des troubles vasculaires de perception savante (c’est vers 1870 seulement que la tension artérielle est mesurée ; quant au terme d’hypertension, il n’apparaît dans notre langue qu’en 1907) : le Petit-Chêne, « remède du sang » très connu, finit par accaparer une affection fréquente chez les gens âgés (dont nos informateurs) et intégrée aux « vices du sang ».

24Ceci ne sous-entend pas que l’indication soit erronée. Mon propos n’est pas plus la critique des prescriptions populaires non orthodoxes (l’orthodoxie restant à définir) que l’affirmation a priori d’un bien-fondé constant encore que parfois occulte... Dans le cas présent, le fait que l’emploi hypotenseur ait été relaté 3 fois, et avec des restrictions touchant à des risques éventuels, inciterait à y voir de plus près. On remarquera que le Petit-Chêne ne connaît aucune mention d’auteur pour des propriétés directement en rapport avec les troubles vasculaires (voir tableau 8 A, colonne h).

  • 7 Mazet G., Gazette médicale de France, 13 janvier 1938 (cité par H. Leclerc, 1944). Popularisé par l (...)
  • 8 L’hyperglycémie est, bien entendu, la conséquence d’un trouble extra-vasculaire. Mais « avoir du su (...)

25Si la Germandrée est un « dépuratif du sang » qui semble attirer dans son sillage des usages propres aux plantes « cordiales », l’Olivier, que trois informateurs citent dans l’hypertension, est un hypotenseur de découverte récente7 — d’action manifeste tout à fait confirmée par les études cliniques — habituellement non perçu comme dépuratif (voir tableau 8 E). L’Olivier, qui n’entre que dans une seule des 33 préparations pharmaceutiques étudiées (« Tisane de santé Lehning, dépurative, laxative »), apparaît comme un « dépuratif par extension » du fait de ses usages vasculaires. Cette situation est exactement opposée à celle du Petit-Chêne — qu’on peut sans doute qualifier d’« hypotenseur par extension » —. et l’une comme l’autre témoignent de la plasticité du concept de dépuratif, le champ thérapeutique pouvant éventuellement s’ajuster à l’élargissement du domaine pathologique, et vice versa. Il ne s’agit pas d’ajustements fortuits. L’Olivier est aussi un remède du diabète et se révèle actif dans l’artériosclérose8 : n’a-t-on pas affaire ici à des « vices du sang » dans leur perception contemporaine ? Le Petit-Chêne, tonique amer polyvalent, peut avoir une incidence vasculaire bénéfique, directe ou indirecte, tout comme le Marrube, qui « dépure le sang », mais fait aussi baisser la tension et « tomber la diabète » (voir le corpus général).

26Somme toute, la rareté apparente des indications de dépuratifs relatives à la circulation tient autant au fait qu’il s’agit là de la destination « normale » de ces remèdes (il y a presque redondance à dire d’un dépuratif qu’il concerne le domaine du sang), qu’à l’évolution de la pathologie savante : il n’y a pas eu renouvellement du vocabulaire associé aux anciennes « maladies du sang » puisque celles-ci, ou ne sont plus prises en compte comme entités pathologiques, ou sont intégrées à des symptomatologies hors de la perception populaire. Le non-spécialiste (qu’il soit ou non héritier d’un savoir ancien sur la maladie et le remède) n’intégrera alors dans son bagage conceptuel que les troubles attestés par l’acte médical (la mesure de la tension), voire par l’analyse du laboratoire (le taux de sucre, à quoi correspond l’obligation du régime, c’est-à-dire une participation active à la cure, facteur capital d’élaboration d’une image-maladie par le patient et son entourage).

  • 9 Ces termes ne figurent pas dans les indications de nos dépuratifs. Le tableau 17 montre qu’ils sont (...)

27Les affections à la symptomatologie diffuse ou impliquant une terminologie rare ou très spécialisée ne passent pas le seuil d’adaptabilité aux modes de représentation hérités du traditionnel. Exception faite de celles qui lèguent aux médias et à la publicité des mots-clefs facilement associés à l’imaginaire de l’encombrement de l’organisme (« les déchets ») et de la purification : urée, acide urique, cholestérol, chlorures, etc.9.

28La bouteille de Volvic ou de Vittel est manifestement un remède dépuratif qui cache son jeu.

29Il faut enfin situer le rapport dépuratifs-circulation dans l’ensemble des indications recueillies au cours de l’enquête. Aux 118 plantes sur lesquelles elle a encore fourni des informations et qui ne sont pas prises en compte ici ne se rapportent que 13 « circulation » et 4 « hypertension ». Deux « varices » pourraient aussi être mis en parallèle avec les 4 « circulation chez la femme ». Au total, 19 indications contre 20 explicites et 52 implicites pour les trente-et-une plantes dépuratives. Le « sang » auquel s’adresse le dépuratif, qui est sous-entendu dans le seul énoncé du remède, paraît bien distinct de celui du cardiologue et du phlébologue actuel.

2. Le domaine digestif

30C’est le plus important des domaines de la « médecine interne » populaire : 172 citations sur les 846 de notre enquête globale (20,33 %). Sur ces 172 données, 51 (29,65 %) se réfèrent aux trente-et-une dépuratives et arrivent aussi en tête des domaines pathologiques associés à ces plantes. Si je n’accorde à ces informations digestives-dépuratives que le troisième rang dans l’étude particulière des indications, c’est que, je le répète, leur importance numérique est trompeuse. L’exemple de la Camomille (tableau 8 B) montre déjà que des plantes à vocation surtout gastro-intestinale, très employées dans cette destination, ajoutent ici leurs indications à celles des dépuratifs stricts. Le Thym, qui a un « volet digestif » important associé à un « volet antiseptique » (du fait de sa teneur en huile essentielle), le Bouillon blanc, à vocation surtout adoucissante, le Serpolet, parent botanique et thérapeutique du Thym, sont d’autres exemples significatifs de digestives devenues vraisemblablement « dépuratives par extension ».

31Les plantes les plus couramment perçues comme dépuratives par nos informateurs ont peu d’indications digestives. Celles qui figurent au tableau 8 A en particulier (Germandrée, Bardane, Marrube, Noyer, Gentiane) ne connaissent aucune mention à ce titre. La Gentiane elle-même, apéritive parmi les plus populaires, n’est citée qu’une seule fois comme telle, et six fois comme dépurative. On remarquera que trois de ces plantes (Germandrée, Marrube, Gentiane) sont classées en priorité parmi les amers-digestifs par les auteurs modernes (colonne h). Il y a donc ici une distorsion entre le populaire et le savant, ce que pouvait laisser supposer déjà la première approche du tableau 7.

  • 10 L’examen attentif de la composition des remèdes dépuratifs du commerce montre que ces produits sont (...)

32L’examen du tableau 17, où sont répertoriées les indications des remèdes dépuratifs vendus en pharmacie, montre que les fonctions digestives n’arrivent qu’au troisième rang, avec 21 citations, derrière la circulation (25 citations) et la dermatologie (59). Et encore la place importante accordée aux laxatifs par les formules du commerce (15 mentions) réduit-elle aux trois quarts ce domaine à la cure (ou plutôt à l’entretien !) de la constipation, 3 autres indications se rapportant plus ou moins à ses séquelles (lourdeurs, etc.)10.

33Si l’on compare ces données à celles du tableau 8, on voit tout de suite que l’éventail des indications populaires à visée digestive est beaucoup plus large, où la constipation n’intervient que pour 13,72 % (7 mentions sur 51). Outre les indications « génériques » (mal au ventre, coliques), qu’il est hors de propos d’essayer de préciser ici, on voit se côtoyer des emplois qui évoquent les propriétés des antidiarrhéiques (diarrhées, dysenterie), des antispasmodiques, voire des anti-acides ou des anti-ulcéreux (maux d’estomac, « pour fortifier l’estomac », etc.), et celles des cholagogues (foie, cholécystite).

34Les plantes qui entrent en jeu ici sont en priorité des adoucissantes-anti-inflammatoires (Pariétaire, Plantain, Bouillon blanc, Sureau), des antispasmodiques et des amers aromatiques (Camomille) ou des aromatiques (Thym, Serpolet). Les « amers purs », comme dit l’ancienne médecine, sont très peu représentés (Petite Centaurée) et seule une mention d’emploi, relative à la Camomille (fig. 22), rappelle que l’amer et l’appétit ont partie liée dans la thérapeutique. Comme il est dit plus haut, les plantes qui ont beaucoup d’indications dermatologiques sont très peu employées comme digestives : les champs thérapeutiques, ici, se repoussent manifestement. Il faut rappeler aussi que, sur les 19 attributions thérapeutiques précises qui accompagnent la mention d’emploi dépuratif dans nos informations, 3 seulement appartiennent au domaine de la digestion.

22. Grande Camomille, Chrysanthemum Parthenium (Daléchamps, 1653, où elle figure sous le nom de « Matricaire Parthenion »).

35Il n’en reste pas moins que celui-ci constitue un bloc essentiel dans l’ensemble des usages qui gravitent autour de nos dépuratives. Il peut s’avérer intéressant d’en comparer la place à son analogue dans l’ensemble des attestations d’emplois recueillies au cours de l’enquête.

Tableau 11. Situation des emplois à visées digestives

Tableau 11. Situation des emplois à visées digestives

36Pour relativement modestes qu’ils soient, les écarts montrent que les plantes qualifiées de dépuratives par nos informateurs rassemblent proportionnellement plus d’indications digestives que l’ensemble des végétaux rencontrés au cours de l’enquête. Le domaine digestif, où se retrouvent surtout des médicinales non désignées habituellement comme dépuratives, n’est donc pas sans affinités sous-jacentes avec le champ dépuratif.

37On pourra encore critiquer ici une propension à tirer un peu hâtivement parti d’un ensemble de données numériquement insuffisantes et le fait d’assimiler à des indications de plantes dépuratives des informations non explicitement recueillies comme telles. Avec neuf attestations d’emploi digestif pour une seule mention distincte de propriété dépurative, le Bouillon blanc, par exemple (fig. 23), peut-il être pris en compte dans cet essai d’interrogation sur les relations entre les deux domaines pathologiques ? Faute de disposer d’un plus large éventail de données, il m’appartenait surtout d’essayer de percevoir des résonnances : derrière la seule mention de dépuratif recueillie à propos du Bouillon blanc ou du Serpolet, il y a l’écho des autres usages, fussent-ils relatés par des informateurs différents. Ainsi les tableaux laissent-ils supposer, entre les mentions de la propriété dépurative et l’ensemble des emplois de la plante, des relations que seule une analyse globale permet de mettre en évidence avec un taux de probabilité satisfaisant.

38Relations d’ailleurs presque obligées : l’image de la dépuration intègre l’aspect excrétoire de la digestion. Même si l’opinion des auteurs est des plus variable quant à l’étendue du « champ dépuratif », on trouve souvent mention de l’appareil digestif (estomac exclu) parmi les fonctions concernées par ces remèdes. L’herboriste genèvois J. Triponez définit ainsi, récemment, le terme de dépuratif : « dénomination générale des médicaments végétaux ou autres, capables de désintoxiquer l’organisme en stimulant les fonctions des reins, du foie, de l’intestin, des glandes sudoripares et du système lymphatique » (1968 : 285).

  • 11 Le Séné, Légumineuse-Césalpiniée du N.E. africain et de l’Inde, est une laxative remarquable. Ce re (...)

39A voir la consommation de Séné dans l’industrie pharmaceutique française11, on est en droit de penser que le temps des Diafoirus est loin d’être révolu. A maintes reprises, ces dernières années, les médias ont évoqué le « problème de la constipation », présenté par les uns comme une vraie tare de nos sociétés, par les autres comme une fixation somme toute préférable à des angoisses plus cérébralisées. Avec sept mentions pour l’ensemble des dépuratifs et treize sur les 846 attestations d’emplois recueillies au cours de l’enquête, il ne semble pas qu’on ait affaire à un « problème » essentiel pour nos informateurs (même s’il s’agit d’un domaine qu’on préfère en général passer sous silence et sur lequel nous n’avons jamais formulé d’interrogations).

23. Bouillo n blanc, Verbascum Thapsus, dans une culture de Sauge Sclarée négligée, vers St-Étienne-les-Orgues. A l’arrière-plan, plaine de Cruis. Au fond, Préalpes dignoises.

40Dans le tableau 8 colonne b, figurent en italique les indications qui appartiennent au « champ dépuratif » tel que je le définis ici. En premier lieu celles qui concernent le domaine dermatologique et le « sang » (voir plus haut). En raison des commentaires précédents, les indications relatives à la digestion sont la plupart non soulignées. Des traits interrompus mettent en évidence l’alliance seulement sous-jacente avec la propriété dépurative. Par contre, les troubles biliaires (ou du « foie » au sens large) me semblent ressortir à la même catégorie que les dermatoses parce qu’ils sont étroitement reliés, dans la perception traditionnelle du corps et de la maladie, aux « vices du sang » déjà évoqués.

  • 12 Chez Galien (iie siècle), la bile jaune en excès cause l’érysipèle et les herpètes. Jusqu’à la fin (...)

41Il faut déjà rappeler ici que le système de base de la pensée médicale, en Occident (Hippocrate, Galien), met la bile au rang des quatre humeurs cardinales dont le désordre est cause de maladies, et que, comme « on se fait du mauvais sang », « on se fait de la bile ». Le langage courant, qui a oublié le phlegme (l’humeur aqueuse qui correspond à la lymphe) et la bile noire (associée à la rate), conserve encore l’écho d’une physiologie plus de deux fois millénaire là où l’imaginaire de « l’encombrement » (des « déchets » dit-on de nos jours) trouve des signes évidents où s’alimenter : le teint « bilieux » ne traduit-il pas un « empoisonnement du sang » par la bile tout comme les boutons parlent de « crasses du sang » qui s’évacuent par la peau12 ? Et l’encrassement appelle le remède dépuratif.

  • 13 Marc Piault : « Je ne suis pas tout à fait certain qu’il n’y ait pas également une représentation g (...)

42Mais, ici comme en bien d’autres lieux de la thérapeutique, où s’achève le « populaire » ? où commence le « savant » ? Les amers qui s’adressent aux troubles hépatiques sont passés de la médecine traditionnelle à la médecine savante. La Fumeterre (fig. 24), que des informateurs indiquent dans la cholécystite (affection « savante »...), est — sous forme de « nébulisat » — à la base d’une spécialité pharmaceutique très prescrite. Et l’analyse de sang révèle quotidiennement que des constituants de la bile sont bien à même de passer dans la circulation... La dépuration, sous des appellations savantes (voir la colonne h du tableau 8), reste un concept opérationnel... Ce qui précède montre cependant que son interprétation populaire non restrictive est aussi une perception du corps. Cette perception, notre allopathie symptomatique l’a pulvérisée, sans rien proposer qui édifie une appréhension cohérente, accessible à tous, des fonctions organiques, de leur équilibre et de leurs désordres13.

24. Fumeterre, Fumaria officinalis (Daléchamps 1653)

« Dépuration » et alimentation traditionnelle

43La seule indication explicite de l’Ortie (fig. 25) comme dépurative, en « préventif du mal au foie », me permet d’évoquer aussi le rôle du remède dépuratif en regard des habitudes alimentaires. Notre informateur, (M. Th., 50 ans, Céreste) précise que la plante était séchée pour être « bue en hiver, quand on mangeait du cochon ». Cette donnée est intéressante à plus d’un titre : elle est la seule de ce type pour l’ensemble des plantes étudiées ici, alors qu’elle témoigne de la fonction la plus couramment prêtée aux dépuratives, celles de pallier les effets d’une alimentation plus ou moins indigeste. Elle se réfère à une herbe actuellement inusitée comme remède digestif, en dépit de certaines confirmations savantes (voir tableau 8 E, colonne h). Elle remémore une pratique relativement récente.

25. Grande Ortie, Urtica dioica (Masclef 1891)

  • 14 Phytothérapeute-praticien d’une grande perspicacité, expérimentateur rigoureux, Cazin est aussi l’u (...)

44Conrad Gesner, célèbre médecin-botaniste du xvie siècle, dont l’Opera botanica a été publiée en 1754-70, prescrivait la racine d’Ortie dans la jaunisse. Cazin, qui le cite, dit avoir « vu employer avec avantage par les paysans, dans la gravelle, l’hydropisie, la jaunisse, la décoction de racines d’Ortie et d’Oseille » (1868 : 725)14. On a donc encore une fois affaire à un usage difficile à rapporter à un hypothétique « fonds populaire », mais qui peut très bien dériver de l’ancienne perception analogique : l’Ortie possède une racine d’un jaune remarquable (et celle de certains Rumex communs avoisine l’orangé). On sait aujourd’hui que l’action cholagogue est à rapporter à une sécrétine « d’autant plus active que les feuilles utilisées sont plus jeunes » (Garnier et al. 1961 : 341).

45Toujours est-il que l’intention préventive, ici, est claire. Il faut y voir l’illustration de la finalité première des dépuratifs usités en cure d’automne et de printemps (dont il sera parlé en détail à propos de la Germandrée Petit-Chêne), mais sur un mode restrictif. Car « la cure dépurative » est loin d’avoir une visée exclusivement digestive : les plantes qu’elle met en jeu sont, certes, dans leur grande majorité, des amères capables de stimuler la digestion, sécrétion biliaire en particulier, mais c’est au niveau bien plus large du « renouvellement » saisonnier du sang qu’il faut comprendre sa fonction. C’est encore l’occasion de rappeler que le Petit-Chêne, premier de nos dépuratifs populaires haut-provençaux, cité treize fois sans précision d’indication en ce sens, est dépourvu par ailleurs de tout emploi digestif en dépit de sa nature manifeste d’amer. On est en droit de supposer que la seule qualité de dépuratif intègre implicitement ici, outre la prévention et le traitement des troubles du « sang » (voir plus haut), ceux de désordres digestifs comme le « mal au foie ». L’Ortie, nullement amère, (voir le tableau 8 E), est aussi un remède à « spectre » différent, qui s’adresse en premier lieu aux rhumatismes, domaine secondaire du « champ dépuratif » (voir p. 135). Elle est dite dépurative dans la seule indication qui concorde avec l’appréhension habituelle des fonctions associées à cette propriété. Ainsi la comparaison entre des plantes aux emplois très distincts peut-elle aider à préciser leurs attributions respectives et à éclairer la compréhension sous-jacente du remède.

46Curatives en certains cas (dermatoses déclarées, crise rhumatismale, etc.), les plantes dépuratives ont le plus souvent un rôle préventif, qu’on pourrait aussi qualifier parfois de « dérivatif par anticipation » : « faire sortir les boutons » (Mme S., 75 ans, Forcalquier), c’est substituer un mal mineur à une affection plus grave, interne, qu’on aura d’autant plus de peine à soigner qu’elle aura mis du temps à s’instaurer. Boire l’infusion d’Ortie, c’est (si l’hypothèse de la « signature » se confirmait) « nourrir la bile » par une bile végétale et donc faciliter la digestion de façon durable. On a donc de bonnes raisons d’affirmer que, à travers le remède dépuratif, la médecine populaire outrepasse le seul niveau symptomatique auquel on a coutume de l’arrêter.

47Homme de 50 ans, l’informateur qui nous a transmis cette indication préventive de l’Ortie se réfère à un temps peu éloigné de nous (les années 40). Il est donc très probable que de semblables savoirs « para-diététiques » subsistent encore dans une région où le ramassage des salades sauvages, au premier printemps, témoigne toujours du souci d’associer l’aliment et le remède.

3. La médecine infantile par les dépuratifs

La multiplicité et diversité des formes sont des signes assez capables pour donner l’intelligence du mystère.
(Oswald Crollius 1624 : 4)

  • 15 Information recueillie postérieurement à l’enquête OPIE, en janvier 1984.

48Les plantes dépuratives ont tenu un rôle important dans la médecine infantile de Haute-Provence. Beaucoup d’informateurs gardent le souvenir — plutôt désagréable ! — de l’infusion amère qu’on leur faisait boire quand ils étaient enfants. Ainsi Madame E., 70 ans, de Mane : « Quand j’étais jeune, vers 12 ans, j’ai eu des boutons. On disait des humeurs. Ça devait être une sorte d’impétigo. On me faisait boire un verre de Petit-Chêne tous les matins. C’est un dépuratif »15. Nos enquêtes montrent que ces remèdes étaient administrés dès le plus jeune âge, sinon dès la naissance. La plupart du temps, toutefois, nos informateurs ne gardent qu’un souvenir imprécis des modalités propres aux divers traitements. Dans l’attente des informations complémentaires que de nouveaux entretiens devraient nous fournir, il est cependant possible de tenter une approche de ce domaine qui s’annonce très riche d’enseignements, autour des trois signes majeurs que sont ici les « glaires », les « coliques » et les « croûtes de lait ».

49S’il fallait s’en tenir aux catégories de la médecine contemporaine, « glaires » et « coliques » auraient dû figurer au nombre des affections étudiées au chapitre précédent, puisqu’il s’agit de troubles (de symptômes, dirons-nous) en rapport avec le domaine digestif. De même, les croûtes de lait pouvaient être associées aux dermatoses brièvement abordées plus haut. Mais la pédiatrie populaire tend à réunir ces divers signes pathologiques dans un même champ et les combat par des remèdes souvent communs. Elle fournit ainsi des pistes de questionnement et, parfois, des réponses à qui s’interroge sur le fonctionnement du concept de dépuration dans la pensée médicale traditionnelle.

  • 16 Le Bouillon blanc est parfois dit dépuratif par la vulgarisation actuelle (Secrets et vertus des pl (...)

50Au point de vue thérapeutique, deux plantes sont surtout à considérer, la Pariétaire (Parietaria diffusa, Urticacées) et la Pensée sauvage (Viola tricolor, Violacées). Elles réunissent à elles deux 14 attestations d’emplois en médecine infantile, la Pariétaire l’emportant de loin avec 10 citations d’usage interne (voir les tableaux 8 B et 8 C). Il y a par ailleurs, un emploi interne pour la Fumeterre (croûtes de lait) et, à propos du Bouillon blanc, une « diarrhée de bébé » qu’on peut sans grand risque d’erreur rapporter à une prescription à visée plus adoucissante que dépurative, la plante ayant une fonction d’émollient très courante en médecine populaire européenne16.

Crasses du corps et plantes nettoyantes : la Pariétaire

51Hypersécrétion de la muqueuse intestinale, les glaires dont il est question ici se manifestent, entre autres, dans l’entérite enfantine, affection fréquente autrefois (erreurs alimentaires, hygiène défectueuse) et cause de beaucoup de décès par déshydradation. Nul doute qu’ils aient été perçus comme des « humeurs viciées » appelant l’intervention des plantes dépuratives. Dans notre aire géographique et, semble-t-il, dans une grande partie de la région méditerranéenne française, c’est à la Pariétaire qu’on a eu le plus souvent recours quand ce symptôme se manifestait.

52Rappeler brièvement les conditions socio-économiques où ces maux sévissaient, où opéraient ces thérapeutiques, est un préalable nécessaire. Des compléments d’enquête (mars 1984) de D. Dore auprès de trois informatrices des Alpes-de-Haute-Provence (Mme D., 86 ans, Mme L., 70 ans, de Banon, Mme B., 76 ans, de Mane) en ont fourni les éléments.

Les diarrhées des bébés, dit Mme D., c’était une infection intestinale, c’était souvent des maladies d’été. Le bébé craignait la chaleur et faisait de l’infection. En plus, presque toutes les femmes allaitaient les bébés. Les plus riches confiaient les bébés aux nourrices. Nous, on n’était pas riches. Quand la femme avait nourri le sien pendant un an, elle prenait un nourrisson. Il se trouve qu’il n’y avait pas trop de reste pour le nourrisson : la personne voulait encore en donner un peu au sien et un peu à l’autre, alors on faisait de petites soupes aux bébés, des petites soupes de pain cuit. On faisait tremper le pain, on mettait à cuire dans l’eau, on le moulinait, on sucrait, on le donnait au bébé. Il y en a qui s’élevaient en partie à ça. On appelait ça la crème de pain.
C’était aussi une question de propreté, il y avait beaucoup de mouches. Il y avait des carafes avec de l’eau savonneuse pour attraper les mouches, mais ça allait sur tout et souvent les enfants s’infectaient.
On appelait le mois d’août le mois des anges parce que, à ce moment-là, il se mourait beaucoup d’enfants. En ville, il se soignait peut-être davantage l’enfant... Le lait de la mère est toujours naturel, mais si vous donnez à l’enfant un lait autre... Ici, on était dans une région de chèvres. Le lait de chèvre, on l’a su plus tard est le plus mauvais pour l’enfant.

  • 17 Il s’agit non de Parietaria officinalis, plus septentrionale, mais de P. diffusa M. et K., espèce t (...)
  • 18 Sans préciser d’emplois en médecine infantile ni faire allusion à des visées dermatologiques, visée (...)

53Urticacée très courante sur les vieux murs, dans les villages méridionaux17, la Pariétaire est surtout connue de nos jours comme diurétique-adoucissante (voir le tableau 8 B). Son emploi dans les diarrhées des nourrissons était si courant, autrefois et naguère, qu’on pourrait presque la qualifier de « panacée du jeune âge »18. Panacée suspecte, selon certains :

  • 19 Dr. J.M.F. Réguis, 1897. Réguis, médecin républicain issu du peuple et le rappelant volontiers, a r (...)
  • 20 Aigo de gouteto (ou de la gouteto) : diarrhée verte. Etymologie, selon Mistral : roman goteta, lati (...)

Trop souvent dans la première enfance, écrit Réguis19, un régime mal compris, une alimentation précoce, l’influence des chaleurs estivales (...) troublent les fonctions digestives et donnent la diarrhée verte, affection redoutable, car elle met en quelques jours la vie de l’enfant en péril. Les bonnes femmes (sic) ne s’émeuvent guère de tout cela et comme les déjections sont vertes, l’enfant a l’aigo de goutet20. Alors on lui fait consciencieusement boire de la tisane de Pariétaire, plante qui, ayant la couleur des excréments du petit malade, doit nécessairement guérir l’affection. Dire le nombre d’enfants qui, chaque année dans notre Midi, meurent victimes de ce préjugé, est impossible (1897 : 64).

26. Pariétaire, Parietaria diffusa (dessin D. Dore).
Jeunes rameaux en début de floraison. A droite, fleurs femelle et mâle

27. Pariétaire, Parietaria diffusa, dans un vieux mur (photo D. Dore)

  • 21 Rolland (1896-1914, 10 : 56) cite aussi camborousso (Provence), camborou (Apt), gambaroussé (Nice). (...)

54Cette observation réprobatrice est intéressante à plusieurs niveaux. En premier lieu, il semble que l’interprétation analogique soit à mettre au seul compte de l’auteur : celui-ci n’userait-il pas d’une similitude par trop évidente pour mieux illustrer l’absurdité qu’il se plaît à dénoncer dans les recettes populaires ? La Pariétaire n’est évidemment pas la seule plante verte — et la « médecine des signatures », pour simpliste qu’elle puisse être parfois, ne tombe jamais dans la stupidité. Nos enquêtes nous montreraient plutôt la Pariétaire associée à l’image du rouge, couleur habituelle de sa tige. Cette particularité lui vaut, dans le Var en particulier, le joli nom de Camberoussette (ou Gamberoussette = « jambe rousse »21). La couleur « un peu verte » de l’infusion de Pariétaire est cependant attestée par l’une de nos informatrices, Mme D., de Banon, sans qu’on puisse y voir l’allusion implicite à une « signature ». A noter que certaines préparations analogues, comme l’infusé de sommités de Mauve, sont sensiblement plus vertes...

  • 22 En Afrique du Nord, la diarrhée des nourrissons est assimilée à une perte d’eau à laquelle on ne pe (...)
  • 23 L’expression est empruntée aux dépuratifs du commerce. Voir texte plus loin.

55Prétendre par ailleurs que l’infusion de Pariétaire est cause de mort fait abstraction de la nécessité d’hydratation à quoi la boisson, par elle-même, peut remédier. Boisson de surcroît anti-inflammatoire et propre à calmer l’entérite. Il y aurait plutôt lieu d’incriminer l’administration du suc de la plante, pratique mentionnée par deux de nos informateurs, si ce remède était le seul usité22. A Mane, c’est le médecin du village lui-même qui conseillait l’infusion de Pariétaire, en biberons, dans la diarrhée verte (communication personnelle de Mme Vve N., son épouse, 90 ans). La plante n’est pourtant pas perçue comme antidiarrhéique. C’est une « purge » qu’on administre aux bébés « pour leur nettoyer l’intérieur » (F., 90 ans, Saint-Etienne-les-Orgues), c’est une « antiglaireuse »23 prescrite en préventive pour « les faire venir du corps » (F., 60 ans, Forcalquier), avec par ailleurs des attributions classiques de dépuratives : furonculose ; croûtes de lait (voir le Corpus pour détails sur les emplois). Lieutaud, dont la Pharmacopée de 1781 est la première à faire état d’une classe de médicaments « dépurants », range la Pariétaire parmi ses « diurétiques doux » et dit aussi à son propos : « Il est utile de savoir que [son] suc, donné depuis 1/2 once jusqu’à 1 once [ = 16 à 32 g] à des enfants qui têtent, suffit communément à leur rendre le ventre lâche » (1781, 1 : 479).

56Comment comprendre la situation de la plante dans le couple apparemment contradictoire diarrhée-purge (et même dans la triade diarrhée-purge-dermatose) autrement que comme « remède de champ » intervenant à un niveau de désordre susceptible de produire des symptomatologies variées ? La Pariétaire serait donc implicitement perçue comme une régulatrice des fonctions intestinales, éventuellement capable de traiter des troubles associés aux désordres de la digestion, ou plutôt des humeurs.

57Mme D., de Banon, confirme cette supposition :

L’espargoule, elle était bonne pour purger les bébés (...). On leur donnait une bouteille sucrée, une petite bouteille de 50 grammes. C’était l’infusion. On prenait une pincée d’espar goule, on faisait un peu bouillir. Ça devenait un peu vert.
— Vous le donniez au biberon ?
— Oh non, en tisane, je ne l’ai jamais mélangée au lait. Le lait parfois craint les mélanges. Quand je voyais que les selles..., je faisais une petite tasse d’espargoule (...). On le faisait aussi bien pour un enfant qui aura trop de selles que pour un enfant qui n’en a pas assez. L’un [des miens] en avait trop et l’autre, il fallait que je lui donne des petites tisanes qui ramollissaient, mais il me fallait lui donner des lavements d’une poire d’eau avec cette plante.

58On peut supposer que l’image des humeurs glaireuses est à même d’unifier l’arrière-plan des usages de la Pariétaire. A propos de la Squine, Salsepareille asiatique, sudorifique (-dépurative), Chomel (1782) établit clairement sa relation avec la dermatose infantile : la plante, écrit-il, « convient aux enfants encore pleins de glaires, elle facilite la sortie des dents (...) et détermine cette espèce de gourme qui coûte tant à sortir » (1782 : 224 ; c’est moi qui souligne).

  • 24 Histoire des plantes qui naissent aux environs d’Aix (1715) : ouvrage fondamental pour l’étude de l (...)

59Si l’on en croit les auteurs anciens, ces glaires peuvent tout aussi bien être dépistés au niveau pulmonaire que dans les voies urinaires. Dioscoride, au premier siècle, indique déjà la Pariétaire en potion pour faciliter l’expectoration dans la toux opiniâtre. Bien plus près de nous, le perspicace Garidel24 dit que la plante,

soit le suc, ou sa décoction, ou son eau distillée, [est] propre à inciser les glaires et le flegme visqueux [et que] le meilleur et le plus certain de ses effets est de provoquer la sortie des urines, en débouchant les reins, et détergeant le flegme visqueux qui peut se rencontrer dans les uretères, et même de chasser le sable et les petites pierres de ces endroits (1715 : 349).

60Trois de nos informateurs, en relatant l’emploi de la Pariétaire dans les maladies de la vessie, attestent encore la continuité des principaux usages anciens de cette plante qui me semble illustrer parfaitement la polyvalence du remède dépuratif, polyvalence alliée à la cohérence de représentations sous-jacentes.

61Ainsi pouvons-nous comprendre les prescriptions à visée dermatologique qui s’adressent, ne l’oublions pas, à des maladies manifestées par des « humeurs de peau ». En Haute-Provence, au début du siècle, les « boutons » étaient encore dénommés « humeurs » (cf. Mme E., 70 ans, Mane ; voir plus haut) : on y voyait la preuve de l’évacuation (ou de l’essai d’évacuation, quand ils ne « perçaient » pas) d’une sécrétion interne malsaine. Il entre dans cette perception de la maladie cutanée qu’une plante apte à chasser les glaires-humeurs ait des applications dermatologiques : il s’agit de deux manifestations d’une même pathologie.

  • 25 Dioscoride, et bien d’autres à sa suite, préconisent l’emploi externe du suc de Pariétaire sur l’ér (...)

62Dans le cas de la Pariétaire, il est très probable de surcroît que l’emploi interne dans les dermatoses ressortit à la seule interprétation populaire du remède : les pharmacopées anciennes que j’ai pu consulter, qui accordent toujours une place au moins honorable à la plante, n’y font jamais allusion25. Un informateur de 75 ans, originaire d’Allos (il connaît aussi la Pariétaire sous le nom de Camberoussette), précise qu’elle s’emploie « en infusion comme la Pensée sauvage ». Celle-ci, grand remède dermatologique de la pharmacopée populaire, avec la Bardane, est fréquemment administrée dans le cas des croûtes de lait, dites aussi « humeurs de peau des nourrissons » (voir tableau 8 C). On voit l’étendue de ces divers échos.

63Il se peut que les emplois populaires anciens aient concerné d’autres affections encore. Chez Garidel, on trouve ainsi le suc de Pariétaire en bonne place dans un « opiate céphalique » (avec de la poudre de Cumin, la Marjolaine et le miel de Narbonne), composition antispasmodique dite par cet auteur « merveilleuse pour les vertiges, pour l’épilepsie des adultes et pour celle des petits enfants, que les Provençaux appellent Goutette » (1715 : 350 ; c’est moi qui souligne). On a vu que le gouteto, évoqué près de deux siècles plus tard par Réguis, est un vocable qui désigne aussi bien les diarrhées que les convulsions des enfants, celles-ci très généralement attribuées aux vers en thérapeutique populaire. Ces vers, que l’on croyait naguère encore produits par génération spontanée dans la « coction » interne du lait ou de l’alimentation à base lactée, ne sont pas étrangers aux croûtes de lait, elles-mêmes du ressort exclusif des plantes dépuratives. Il serait intéressant d’explorer attentivement les collectes des folkloristes méridionaux et les livres de recettes pour déchiffrer plus avant ces multiples résonnances autour d’un simple qui, à l’évidence, mérite qu’on s’y intéresse de près.

  • 26 Loux 1983. Traditions et soins d’aujourd’hui : Manuel d’anthropologie du corps et de la santé dans (...)

64Dans un ouvrage récent26, Françoise Loux rappelle à juste titre, à propos des croûtes de lait, que « des états corporels qui, à nos yeux, ne seraient que malpropres, étaient autrefois interprétés comme signes de santé ». Preuves de bonne santé et d’assimilation profitable du lait maternel, ces croûtes « étaient l’exutoire des humeurs malsaines du corps : la maladie de peau est la santé des boyaux, disait-on. On s’en réjouissait car elles indiquaient que ces mauvaises humeurs ne fermenteraient pas à l’intérieur du corps de l’enfant en le rendant malade » (1983 : 222). Mme D., 86 ans, de Banon, dit aussi à propos de la rougeole de sa fille (l’enfant avait eu cette maladie dans les années 40 : « Ça lui avait ruiné le ventre, parce qu’il paraît que les boutons de la rougeole, avant que ça sorte, c’est tout dans le ventre, le feu de la rougeole avant que ça sorte sur l’épiderme » (enquête de mars 1981).

  • 27 Une enquête de 1980 nous avait aussi fourni — provenant de Reillanne, sur le terrain pris en compte (...)

65Cette appréhension de la maladie n’est pas sans ambiguité au niveau qui nous occupe. Les indications recueillies en Haute-Provence, qui ont trait aux croûtes de lait (Pariétaire, Fumeterre, Pensée sauvage) attestent bien qu’il y avait soin de ces affections. Dans le cas de la Pensée sauvage, la plante qualifiée de dépurative capable de « purger les enfants » est employée à l’extérieur, en lotions, sur les croûtes de lait (H., 75 ans, Dauphin). Chez la Pariétaire, il y a usage interne dans les croûtes de lait ce qui signifie bien une perception au deuxième degré de l’affection27. La relation glaires-croûtes de lait paraît très probable, et il est logique qu’un remède commun soit usité. Mais comment concilier évacuation des humeurs et soins des dermatoses qui sont l’expression de cette évacuation ? Nos informations témoignent-elles seulement d’un état récent des thérapeutiques traditionnelles, héritage des conseils d’hygiène qui se sont propagés dans les campagnes depuis la fin du siècle dernier, ou de pratiques plus anciennes ?

  • 28 Il se pose ici un problème d’identification précise des affections, qu’elles soient perçues par la (...)

66Il ne semble pas qu’on soit ici devant le paradoxe qui apparaîtra plus loin à propos des cures dépuratives où le Petit-Chêne et le Marrube « font sortir les boutons »... et soignent les dermatoses (question reprise au chapitre 4.2). La médecine savante a considéré longtemps la gourme (et les croûtes de lait28) comme une dépuration spontanée de l’organisme qu’il importait de ne pas contrarier. Guyon, qui distingue deux sortes de « teignes », l’une humide et peu grave, l’autre sèche et « mauvaise », dit ainsi que la première

délivre [les petits enfants] à l’advenir d’épilepsie, de défluxion sur les yeux et de plusieurs autres griesves maladies. Parquoy la guérison de cette teigne n’est si difficile, et ne doit être sollicitée par remèdes si valides aux enfants qu’aux personnes plus âgées (1671 ; 16).

67Quant à Leroy, au début du xixe siècle, il voit encore dans la gourme « une crasse dépuratoire du cerveau » et va jusqu’à affirmer que « l’intelligence des enfants dépend beaucoup d’une sécrétion complète de la gourme » (1803 : 221, 224). En 1886, dans ses Coutumes populaires de la Haute-Bretagne, P. Sébillot rapporte aussi que « si on enlevait trop tôt aux enfants les croûtes qu’ils ont sur la tête, l’humeur se porterait au cœur et ils mourraient ». Françoise Loux et Marie-France Morel, qui le citent, précisent que les mères ne toléraient toutefois qu’une quantité limitée de croûtes de lait et de poux (ils ont un rôle analogue), « l’excès étant considéré comme nocif » (1976). C’est vraisemblablement comme survivance de ce souci de propreté bien tempérée qu’il faut situer l’apparente ambiguïté relevée ci-dessus : évacuer les humeurs et, en même temps, traiter la dermatose qui en résulte.

68Ces commentaires sont bien éloignés des perspectives initiales de l’enquête, mais il est important de bâtir le nécessaire arrière-plan des informations recueillies, qui ne peuvent être comprises indépendamment du regard ancien sur le corps et la maladie. Cette sorte de chambre d’écho, où la petite Pariétaire élargit et précise son rôle, ne saurait être édifiée, dans le cadre du présent travail, pour tous les simples d’importance dont l’enquête a relevé les traces et, parfois, des usages encore vivants. Il n’en reste pas moins que toute étude sérieuse de la pharmacopée populaire résiduelle, dans nos pays, se doit de faire ainsi la part du passé là où il reste accessible, c’est-à-dire du côté des écrits savants, pratiquement seuls à témoigner de la pensée empirique où s’enracine le savoir populaire. La Pariétaire, ici, nous permet d’entamer l’illustration de cette démarche d’approfondissement.

Associations d’idées et compréhension du remède

69Reste l’analogie : à la Pariétaire est associée l’idée de nettoyage, soit des glaires proprement dites (F., 70 ans, Mane), soit de « l’intérieur des bébés » (F., 90 ans, Saint-Etienne-les-Orgues). Sa fonction de purge, tant chez l’homme que chez l’animal, peut être comprise dans le même sens puisque, de toute évidence, il ne s’agit pas d’une plante laxative (voir les commentaires des auteurs, au tableau 8 B). L’emploi de la plante dans les croûtes de lait répond aussi à un certain souci de propreté s’il est vrai que cette dermatose est perçue comme une excrétion salutaire. Le complément d’enquête de mars 1984, chez M. et Mme B., 80 et 76 ans, de Mane, précise cette appréhension du remède :

  • 29 Passage ambigu M. B. pourrait signifier que c’est la prise de la Pariétaire qui fait les selles ver (...)

— A quel moment donniez-vous la Pariétaire aux enfants ?
— Après la naissance, pour leur dégager les glaires de l’intérieur, enfin, faire un nettoyage. Alors, on la lavait bien, on la hachait, on la prenait dans un torchon ou dans un mouchoir, ça faisait sortir le jus. On y mettait un peu de sucre et on faisait boire ça, nature.
Ils avaient quel âge, les bébés ?
— A peu près un mois. Au début... C’est pour les glaires, c’est pour leur dégager l’intérieur, vous voyez (...). Ils avaient quelques jours ou quelques semaines [Mme B. explique qu’il fallait attendre que les enfants puissent boire à la cuillère] — J’en ai eu trois, et je vous jure que tous les trois en ont pris.
— Nous aussi, on en a pris (...). C’est pour nettoyer l’intestin. Si vous voyez les selles, alors, c’est vert, vert29.
— Ça nettoie, c’est pas un purgatif. Enfin, nous c’est comme ça, on l’a entendu dire et on l’a fait aux nôtres.
— On y faisait qu’une fois (...). On leur donnait juste une cuillère.
— Pas la cuillère entière (...). C’est pour les dégager après la naissance, voyez [Mme B. fait, au niveau de la poitrine, le geste de faire sortir par expectoration]. Ils sont engorgés... Ça les débarrasse... il y a des matières [gestes des mains]... il paraît que ça aide. »

70Les « usages économiques » de « l’Espargoule » peuvent-ils aider à comprendre ces indications mi-thérapeutiques, mi-ménagères ? Dès l’Antiquité, on la connaît comme « Plante à récurer ». Herba urceolis, « Herbe aux cruchons ». Au 11e siècle, son pouvoir détersif (en médecine) est mis en parallèle par Galien avec le fait « qu’on s’en sert à nettoyer le verre » (cité par J. Daléchamps 1653). Au xiie siècle, le Circa Instans de Platearius précise que « c’est une herbe que l’on claime [appelle] par autre nom vitreole qui molt durement cure les vaisseaux de voirre » [les récipients de verre] (Platearius 1913 : 159). Vitrearia, Vitriole, « Herbe à verre », sont d’autres noms courants au Moyen Âge (Rolland 1896-1914, 10 : 53), que rappelle l’italien moderne Vitriola et que l’allemand Glaskraut ne fait que traduire. Quant à Espargoule (ou encore Aspargoule, Aspargour ; voir Corpus) que Mistral rapproche de Spergula (l’Espargoutte, Caryophyllacées), nom issu d’asparagus, « asperge », n’est-il pas plus vraisemblable d’y déceler le radical asper, « rude », qui a donné par ailleurs « Prèle » (autre « herbe à récurer ») via le bas latin asperella ?

71Cette propriété nettoyante de la Pariétaire n’est pas oubliée des Haut-Provençaux. A Mane, dit une informatrice de 75 ans, on employait la Pariétaire pour laver les bouteilles tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, en guise de goupillon. Un informateur de Banon, âgé de 85 ans, raconte qu’on s’en servait aussi pour récurer les casseroles, les seaux et les couverts en fer. On frottait le métal avec la plante fraîche torsadée en tampon : « Ça fait argenté, comme neuf. » Pratique probablement commune à toute l’aire méditerranéenne de la plante : en Sicile, la Pariétaire est « très employée comme détersive pour nettoyer les verres et la verrerie en général » (Barbagallo et Furnari 1967 : 67) ; en Corse, « quand il y en avait près de la fontaine, les femmes l’utilisaient pour laver leur vaisselle » (P. Simonpoli et al. 1985 : 99) ; dans le Tuḥfat al-aḥbāb, glossaire de la matière médicale marocaine (1934 : 82), elle est citée sous le Ḥašišat az-zuǧāǧ, « Herbe au verre ».

72Herbe rèche, aux poils crochus, s’attachant facilement aux vêtements quand elle croît au pied des murs, la Pariétaire a vraisemblablement été employée dans ses usages domestiques sur la foi de cette nature quelque peu abrasive (qu’elle partage cependant avec d’autres plantes comme des Prèles communes, « tampons » séculaires, et le Gaillet Gratteron). Sa teneur en oxalate de calcium explique peut-être son action désoxydante sur les métaux. Reste que des « signes » plus subtils que l’aspect râpeux de la plante peuvent parler à l’intelligence de l’homme ancien, très réceptive aux similitudes.

73Ainsi de la fragilité et de la curieuse translucidité de la tige : la Pariétaire, fausse bourrue, se brise comme verre, justement, et montre, sous sa peau rougeâtre, veinée longitudinalement de plus foncé, une chair quasi incolore, grêle mais riche en suc. Dans la tentative de compréhension des origines de l’emploi des plantes médicinales, une certaine dérive du regard peut enseigner davantage que la pensée rationnelle. Car elle nous rapproche de la perception analogique qui constitue le décryptage premier des propositions du monde. « Quelque chose » dans la Pariétaire rappelle le verre ; la Pariétaire est (donc ?) préférée pour nettoyer le verre ; son suc abondant est une « humeur » claire qui nettoiera l’intérieur des enfants tout comme la plante entière le fait aux bouteilles. Un tel cheminement de pensée ne peut paraître absurde qu’à ceux qui ne sont pas familiers de la similitude comme apprentissage de l’usage de la nature.

74Les propos de nos informateurs, cités en début de section, fournissent de bonnes raisons de supposer que, au moins dans certains cas, les glaires dont on nous parle puissent être compris dans le sens de méconium : M. et Mme B. précisent qu’ils n’administraient la Pariétaire qu’une seule fois aux bébés « pour les dégager après la naissance ». La médecine ancienne insiste de son côté sur la nécessité impérieuse de débarrasser le nouveau-né de ce qui est perçu comme un premier encombrement intestinal :

L’enfant naissant a plus besoin d’évacuer un résidu que de recevoir un nouvel aliment, dit Leroy, [qui ne permet] jamais à une nourrice de donner le sein avant vingt-quatre heures, sans qu’on ait donné à l’enfant un laxatif pour rendre tous les excréments de toute la nourriture pendant neuf mois.

  • 30 L’image de propreté intérieure du corps est aussi remarquablement vivace chez l’informatrice (69 an (...)

75L’une des purges préconisées par cet auteur est qualifiée de « savon qui délave le méconium » (1803 : 28, 30). Il semble bien que la Pariétaire soit ici tout à fait à sa place. Voir aussi, plus loin, ce qui est dit à propos d’un emploi de la Pensée sauvage dans le Piémont30.

76La tige rouge et translucide de la Pariétaire ne connaît pas d’usages spécifiques en Haute-Provence. En Corse, au moins dans certains cas, c’est elle seule qu’on emploie : « On coupe la plante ou on l’arrache et on enlève les feuilles. Ce sont des tiges dont on fait la tisane. Cette tisane est rouge ; elle fait uriner. Elle est bonne aussi pour le sang » (P. Simonpoli et al. 1985).

77Dans les enquêtes (inédites) menées dans l’Hérault en 1982-83 par l’Office départemental d’action culturelle, la Pariétaire est mentionnée une fois aussi « pour le sang ». Ainsi se complète parfaitement l’image de la dépurative surtout connue en Haute-Provence dans la visée « médecine infantile ». Et l’incidence de l’analogie semble se confirmer, analogie qui œuvre sur un mode plus subtil que le rapport d’images au premier degré : l’infusion de Coquelicot, la plus rouge des tisanes, n’est jamais prescrite « pour le sang », à ma connaissance.

78Reste encore l’enseignement des animaux. J’ai déjà brièvement évoqué ailleurs le comportement des chiens qui broutent littéralement la Pariétaire sur les murs (observations personnelles dans le haut Var et les Cévennes du Gard) et les déductions qu’ont pu en tirer les médecins du passé ou les simples « empiriques » (1983, Terrain, 1 : 8). Rolland de son côté, cite des auteurs du xvie siècle (dont Ambroise Paré), selon lesquels les oiseaux « se purgent et se guérissent des maladies au moyen de cette plante », en particulier les coqs qui ont tué des vipères. A La Brillane, Monsieur M. « purgeait ses chiens de chasse » à la Pariétaire, qu’il faisait infuser dans leur soupe.

  • 31 Dans le Gard montagneux, la Pariétaire, dit A. Durand-Tullou, « ne doit pas être cueillie sur des m (...)

79Il n’est pas exclu que la fonction « purgative » de la Pariétaire, en médecine humaine, ait été « apprise » par observation de « l’auto-médication animale » et que l’interprétation des « signes » propres à la plante soit venue étayer, affiner ce savoir brut31.

Archaïsmes savants et chasse aux « erreurs populaires »

80A l’extrême opposé, les remèdes dépuratifs de la pharmacie du xxe siècle méritent, ici encore, un détour. La Pariétaire entre dans la composition de 5 des 33 produits retenus et, au total, dans près de 30 produits du commerce, en majorité à visée diurétique et hépatique, dont la célèbre Boldoflorine (Bézanger-Beauquesne et al. 1975 : 352). Chez les seuls dépuratifs, la présence de la plante est associée à la fois à la mention « antiglaireux » (Tisane Saint-Luc), cette propriété se retrouvant encore sur 3 autres produits (Tisane Bonnard, Tisane Laxans, Vermifuge Lune). La Tisane provençale, qui arrive

81largement en tête des dépuratifs vendus en pharmacie dans la région (en moyenne 94 boîtes/an pour chacune des cinq officines interrogées), renferme de la Pariétaire associée à 13 autres plantes. Ce produit, dont le succès (local) n’est pas sans rapport avec le nom, s’adresse aux affections suivantes : « mauvaise circulation ; insuffisance veineuse (varices, hémorroïdes) ; constipation, troubles hépato-biliaires ». Il est dit par ailleurs « dépuratif (boutons, rougeurs, démangeaisons) ». On voit que ces indications s’accordent de près avec le « champ dépuratif » populaire, dans son acception générale. Sans doute aurait-il été intéressant de demander au laboratoire marseillais qui prépare le mélange en question (au demeurant bien équilibré) si le choix de certaines des plantes qui le composent (Pariétaire, Hysope, Romarin) procède d’une quelconque influence du savoir populaire de la région ou, plutôt, si le savoir populaire a été pris en compte comme facteur susceptible de favoriser la vente. Dans l’un ou l’autre sens, la perception empirique de la maladie est en tout cas reconnue par la mention « antiglaireux » des quatre produits cités plus haut. Car il s’agit là d’une référence à ce que la médecine actuelle considère comme un simple symptôme et que, par conséquent, aucun remède « savant » ne vise à traiter directement. On découvre ici encore la capacité d’enracinement de certaines représentations du corps et de la maladie, représentations dont il est impérieux de tenir compte au niveau des politiques de santé, comme F. Loux tient à le rappeler à plusieurs reprises dans son récent ouvrage (1983) : jusqu’à nouvel ordre, rien d’intelligible ne s’y est substitué sur une large échelle (pour autant que la médecine ultra-technicisée des abords du xxie siècle puisse proposer au non-spécialiste autre chose que la dépendance quasi totale, ce qui équivaut à la naissance d’un obscurantisme bien plus obscur que celui qu’on a coutume de dénoncer). Quand Réguis, en 1897, à propos de la Pariétaire et de l’aigo de gouteto (voir plus haut p. 115), propose le « transport rapide (des enfants) de nos plaines brûlantes aux régions montagneuses [où] les Sanatoria d’altitude aideront à [en] sauver une myriade » (1897 : 65), il témoigne, certes, du souci de la vie humaine qu’on s’attend à trouver chez tout médecin, mais c’est le même homme qui écrit, dans sa conclusion :

En présence de si absurdes croyances [celles qu’il s’est employé à dénoncer tout au long de sa thèse], faut-il désespérer de les voir disparaître et se résigner à croire que l’état intellectuel du peuple n’est pas de nature à être changé ? [Le même qui constate], non sans une grande satisfaction, que beaucoup [de ces croyances] étaient ignorées de la génération [à laquelle il s’adresse], [qui réclame] pour déraciner celles qui survivent (...), une organisation médicale mieux entendue, des lois pénales plus sévères et plus efficaces (...) et des médecins assez indépendants pour dénoncer à l’autorité tous les délits d’une nature aussi grave qui se commettent sous leurs yeux (ibid. : 104).

82En 1975, dans sa thèse de Pharmacie consacrée aux guérisseurs et aux Pharmacopées empiriques du département de Moselle, J. Idoux lui fait écho :

Parmi l’ensemble des traditions locales qui constituent le folklore de chaque région, subsiste au xxe siècle une pharmacopée empirique qui, malgré les efforts louables des pouvoirs publics en matière d’éducation et d’action sanitaire et sociale, continue à bien se porter (1975 : 4).

83Ainsi la critique, certes parfois justifiée, des « erreurs et préjugés » de la médecine populaire contribue-t-elle toujours à conforter un appareil médical qui, au fil des siècles, et en dépit de ses nombreux efforts, n’a jamais pu empêcher le vulgaire de lui dérober une partie de ses prérogatives (et de son savoir). Jusqu’au point de rupture évoqué plus haut, où le savoir savant devient réellement inacessible, où l’on peut s’intéresser aux survivances de la pensée médicale traditionnelle comme à un patrimoine culturel complètement désamorcé et, de ce fait, croit-on, saisissable sans enjeux sociaux et sans risques.

La Pensée sauvage

84Evoquée çà et là au cours du chapitre, la Pensée sauvage (Viola tricolor) mérite quelques lignes particulières. Cette jolie fleur très polymorphe, présente dans toute la France, existe en Haute-Provence occidentale sous au moins deux formes à petites corolles versicolores. L’une, plante souvent naine, précoce, est répandue dans la pelouse d’annuelles vernales qui occupe les éclaircies de la thymaie ou des parcours à Brachypode de Phénicie (Théro-Brachypodion des phytosociologues). C’est la Viola Kitaibeliana Roem. et S. L’autre, Viola arvensis Murray, de plus grande taille, touffue, est propre aux champs cultivés. Les deux espèces sont récoltées (fig. 28 et 29). Les diverses espèces et variétés du « groupe Pensée sauvage » ont les mêmes propriétés.

28. Pensée sauvage, Viola tricolor (De Lobel 1587)

85Les informations recueillies sur cette plante (voir tableau 8 C et Corpus) montrent qu’elle a des emplois traditionnels très voisins de ceux de la Pariétaire, mais avec un volet dermatologique bien plus développé.

86La Pensée sauvage, contrairement à la Pariétaire, n’a pas une longue histoire thérapeutique. P.-A. Matthioli (1566) est l’un des premiers à la décrire sous le nom de « Jacée » ou « Herbe de la Trinité », avec des indications surtout pulmonaires, mais il y voit déjà aussi un excellent remède des maladies cutanées chroniques, peut-être sur la foi des écrits de son prédécesseur Leonhardt Fuchs (1549). La plante passe alors pour guérir les maux de gorge des cochons qui la mangent. Nous avons recueilli une attestation d’emploi dans le mal de gorge chez l’homme (F., 65 ans, Forcalquier ; origine de l’information : col de Larche), et cet emploi, à ma connaissance, n’a aucun autre antécédent écrit. S’agirait-il, ici aussi, à l’origine, d’un « enseignement animal » tel que nous pouvons le supposer à propos de certaines indications de la Pariétaire ?

29. Pensée sauvage naine des parcours, Viola Kitaibeliana (dessin de D. Dore)

87Au xviie siècle, la Pensée sauvage est dite « bonne pour les tranchées des petits enfants causées par une trop grande ardeur » (J.-B. De Ville 1689 : 359), ce qui correspond bien aux « coliques des enfants » de l’enquête (même informateur que ci-dessus). Les indications dermatologiques sont alors à peine évoquées par les auteurs, et la médecine savante de langue française semble les oublier jusqu’à la fin du siècle suivant. En 1779, la monographie d’un médecin allemand, Strack, entièrement consacrée à l’action de la plante dans les croûtes de lait, trouve un large écho dans notre pays. Leroy, en 1803, consacre un chapitre spécial de sa Médecine maternelle aux observations de cet auteur. On remarque, écrit-il,

qu’après quelque temps d’usage de ce remède, les croûtes laiteuses sortent en plus grande abondance (...) et qu’au moment où elle va produire sa plus grande efficacité, elle donne aux urines l’odeur de celle des chats, quelle que soit la maladie pour laquelle on l’emploie. Cet effet singulier, ajoute Leroy, prouve que ce remède est un dépuratif dont l’action est constamment la même dans notre économie, et porte spécialement sur les urines (1803 : 375, 377).

88A la suite de Strack, de nombreux médecins de la première moitié du xixe siècle ont prescrit la plante avec bénéfice dans des dermatoses diverses. « Je fais usage journellement de la Pensée sauvage dans les croûtes de lait », écrit ainsi Cazin. J. Roques citant Baumes, médecin montpelliérain, ajoute que « la Violette tricolore est encore utile à la suite de la répercussion de la croûte de lait, lorsqu’il survient quelque affection spasmodique » (1837, 1 : 390). Cet élargissement des indications traditionnelles fait curieusement écho aux diverses acceptions du gouteto évoqué à propos de la Pariétaire...

89L’engouement des temps post-révolutionnaires pour la Pensée sauvage explique-t-il la permanence des emplois de cette plante en médecine populaire jusqu’à nos jours ? Si la médecine savante ultérieure semble ne plus lui avoir prêté le même crédit, du moins en France, les livres de recettes en ont toujours fait l’un des grands spécifiques des dermatoses : « La Pensée sauvage est un dépuratif très recommandable, surtout dans les maladies de la peau, dartres, eczémas, boutons, etc. et particulièrement pour les croûtes de lait des enfants », dit, par exemple, le Médecin des pauvres (1933-34).

  • 32 Exposition itinérante réalisée par l’association Études populaires et initiatives, 04300 Mane. Un l (...)

90Si l’indication relative aux croûtes de lait que nous a fournie l’enquête, sous une forme déjà examinée plus haut (« humeurs de peau »), se réfère à un usage externe — on lave la peau avec une décoction de la plante —, une information recueillie antérieurement (1980) avait attesté la survivance, dans la région, de l’emploi interne en thérapeutique infantile : infusion de la plante entière dans l’eczéma généralisé, chez un enfant de 18 mois (Lieutaghi 1981). Au présent corpus, nous avons aussi deux emplois dermatologiques internes chez l’adulte. L’un, relatif à l’herpès et au psoriasis, associe la cure de décoction à des lotions locales (pratique de guérisseur, H. de 67 ans, Séderon, 26). Une information anonyme, de Forcalquier, portée au « livre des recettes » mis à la disposition des visiteurs de l’exposition « Les simples entre nature et société »32, associe, elle, à la Pensée sauvage deux autres plantes dépuratives, Fumeterre et Salsepareille, dans la cure de l’eczéma.

91Comme pour la plupart des simples dépuratifs étudiés ici, il apparaît une similitude flagrante entre les indications savantes et l’usage traditionnel, lequel peut toutefois induire des variantes de son cru : aucun des écrits anciens consultés ne fait allusion à un emploi externe de la Pensée sauvage. (La phytothérapie allemande actuelle y a parfois recours, conjointement à l’usage interne.) Cet emploi externe accompagne très habituellement l’absorption dans les cures populaires à visée dermatologique (cas de la Bardane, de la Douce-amère, du Chou, etc.).

92La réapparition du couple coliques infantiles-purge, déjà quelque peu interrogé à propos de la Pariétaire, prête davantage à question. Il est permis d’y voir une preuve supplémentaire de la connexion sous-jacente entre ces troubles et les croûtes de lait dans l’appréhension populaire des maladies d’enfance : la « purge » a manifestement encore ici une fonction « nettoyante » à l’encontre des mauvaises humeurs internes et externes, donc préventive à l’égard des maux que ces humeurs, négligées, pourraient susciter.

93Dans le Piémont vaudois, la Pensée sauvage, considérée comme sudorifique, dépurative et expectorante, était « donnée aux enfants dans les premières vingt-quatre heures qui suivaient la naissance » (T.-G. Pons 1978, 6 : 66). Dans le Beaufortain (Savoie), « l’infusion des fleurs administrée dans les biberons est un purgatif doux et sert à faire évacuer les glaires des bébés » ; la plante est considérée comme un « désinfectant général » (collecte G. Bonzom, 1976, inédit). L’attestation d’emploi recueillie à Banon (« pour purger les enfants ») se rapporte à ce type de prescription.

  • 33 Logique avec lui-même, cet auteur ne souffle donc mot des emplois dermatologiques de la Pensée sauv (...)

94La Pensée sauvage, chez nos informateurs, ne bénéficie que de deux mentions « dépuratif », sans précision d’indication, l’une d’elles en association avec le Petit-Chêne (voir plus loin). Mais le champ thérapeutique qu’elle recouvre, en Haute-Provence, est bien celui de la dépurative majeure reconnue par la plupart des auteurs (voir tableau 7). Elle figure à la formule de quatre des sept produits dépuratifs les plus courants chez les pharmaciens de la région, arrivant ainsi en tête des plantes utilisées dans ces préparations. Pour l’ensemble des dépuratifs végétaux étudiés, elle reste dans les toutes premières places (tableaux 7 et 15). Le tableau 8 C montre que les modernes lui conservent le statut qui lui a été attribué par la médecine empirique, hormis Girre, qui évite scrupuleusement la moindre collusion avec le populaire et qui, de ce fait, a banni le terme « dépuratif » de son langage...33.

  • 34 La « gourme » intéresse peu l’ancienne médecine : elle n’est citée qu’une seule fois dans les 650 p (...)

95L’histoire de la Pensée sauvage est exemplaire. Elle témoigne de l’étroite imbrication du savant et du populaire dans l’élaboration des savoirs que nous recueillons aujourd’hui comme héritage « traditionnel ». De surcroît, comme il s’agit d’un simple qui, vraisemblablement, est encore peu connu au xviiie siècle dans les pays de langue française (son « centre de diffusion » est germanique), elle atteste l’audience des livres de recettes qui ont alimenté la thérapeutique des campagnes depuis la Révolution. Nul doute que la destination surtout infantile des usages de la plante ait aussi favorisé leur extension à une époque où les conseils d’hygiène modifient peu à peu le comportement maternel34. La phytothérapie actuelle, si elle n’explique guère le mode d’action physiologique de la Pensée sauvage, continue d’y voir un des meilleurs remèdes des dermatoses chez l’enfant, mais c’est toujours dans le pays de langue allemande qu’elle est le plus souvent prescrite par la médecine savante.

4. Les autres domaines pathologiques en rapport avec les dépuratifs

96Consacrer un chapitre particulier à chacun des autres domaines pathologiques qui sont apparus dans l’étude des plantes dépuratives de la Haute-Provence occidentale (voir le tableau 9) reviendrait à répéter dans ses grandes lignes le paragraphe précédent. Il suffit donc de relever les données susceptibles d’affiner la compréhension du champ thérapeutique en question ici.

Maladies infectieuses et pulmonaires

97Les maladies infectieuses et les affections des voies respiratoires arrivent en tête de ces domaines subsidiaires avec vingt-deux attestations d’emplois, six d’entre elles se rapportant aux « dépuratifs majeurs ». La place relativement importante tenue par ces derniers (en regard de leur rôle au niveau digestif) pourrait laisser supposer que le « champ dépuratif » connaît ici une nouvelle extension.

98Au niveau respiratoire, il ne fait aucun doute que les sécrétions pathologiques (écoulement des fosses nasales, expectoration) appartiennent aux humeurs viciées dont la cure est du ressort des dépuratifs.

Le nom de rhume, écrit ainsi Helvetius, pris dans sa signification la plus générale, désigne un écoulement extraordinaire d’une humeur sur quelque partie (...). On l’appelle vulgairement rhume de cerveau lorsque l’humeur (engorge) les glandes du nez (...). Quand la même humeur séjourne dans les glandes de la trachée artère (...), et dans les bronches du poulmon, elle forme le rhume de poitrine.

99Quant au « rhume d’estomach », il s’explique par

les crudités aigres qui s’amassent dans ce viscère. Quelquefois, une partie [de ces crudités], en passant dans le sang, épaissit l’humeur, dont la sécrétion doit être faite dans les glandes de la trachée artère. De là naissent le gonflement et l’irritation de ces parties, et, par conséquent une toux violente (Helvetius 1703-07).

30. Sureau noir, Sambucus nigra (Masclef 1891) A gauche, fragment du corymbe fructifié

100Cette longue citation d’un célèbre thérapeute du xviie siècle (ennobli par Louis XIV et premier médecin du duc d’Orléans) montre une fois de plus que l’ancienne « médecine des humeurs » met en relation des organes et des fonctions que les progrès du savoir, depuis deux siècles, nous ont accoutumés à dissocier. Au niveau populaire, cependant, ce type de représentation fonctionne encore en sourdine.

101Le Buis (fig. 21), plante « qui fait transpirer », est explicitement cité par l’un de nos informateurs comme une dépurative utile dans les affections bronchiques. On retrouve ici l’alliance étroite entre les sudorifiques et les dépuratifs : la transpiration draine les humeurs qui encombrent les voies respiratoires et qui ne peuvent pas toujours être évacuées par l’expectoration. Au même titre est prescrit le Sureau (fig. 30), plante qui se voit reconnaître un large éventail de propriétés dont celle, aussi, de « faire transpirer » (3 mentions sur 9 ; voir le tableau 8 E), et qui a quatre emplois dans les maladies fébriles, dont la pneumonie.

31. Bourrache, Borrago officinalis. Pied issu de semis naturel dans un jardin négligé. Dépuratif classique des auteurs, la Bourrache est cantonnée, en Haute-Provence, dans un rôle pulmonaire et antigrippal qui s’accorde parfaitement avec son statut traditionnel de remède des « coups de froid ». Au sudorifique savant ne répond pas forcément le dépuratif populaire.

102On est en droit de parler ici d’une plante au statut thérapeutique voisin, mais qui n’a pas été mentionnée parmi les dépuratives : la Bourrache. Cette belle annuelle est fréquente dans les vieux jardins de Haute-Provence, et assez souvent subspontanée aux abords des villages (fig. 31). Comme l’atteste le tableau 15, c’est l’une des dépuratives les plus connues des auteurs. Chomel (1782) est le seul d’entre eux à la qualifier, non de diaphorétique ou de dépurative, mais de béchique ( = remède de la toux), privilégiant ainsi les emplois à visée pulmonaire. « Ce remède est très propre à rétablir le mouvement libre du sang, lorsqu’il croupit dans les parties où sa circulation est ralentie », écrit Chomel. Quant à Dom Nicolas Alexandre, il précise que la plante

corrige les esprits vitaux et animaux infectés par la bile noire (...), adoucit les âcretés du sang et autres humeurs [et que l’on] donne un verre de son suc aux pleurétiques avec beaucoup de succès (...), pour exciter la sueur qui les guérit (1751 : 53).

  • 35 L’analyse approfondie de l’ensemble des indications qui figurent au Corpus permettrait sans doute d (...)

103La Bourrache est donc, à mes yeux, en Haute-Provence, une « dépurative potentielle » que l’analogie d’emplois avec les « dépuratives confirmées » et l’examen des auteurs permettent de rapporter au champ thérapeutique ici étudié35. Il est intéressant d’en préciser les usages (voir le Corpus pour les modes d’emploi) :

  • 36 Voir ce qui est dit des glaires au paragraphe précédent.

— Mentions de propriété et indications éventuelles de la Bourrache :
« expectorant ; fait sortir les glaires de la poitrine » (1 mention)36
« fait sortir les crachats » (1)
« fait transpirer ; coup de froid, grippe » (1)
« adoucissant » (1)
— Indications sans mention de propriété :
Rhume (2 mentions) bronchite (1)
maux de gorge (2) toux, bronches (1)
rougeole (2) pneumonie (1)

104La propriété sudorifique, qui est au centre de l’activité thérapeutique des dépuratifs, en particulier dans les dermatoses (voir, par exemple, le statut de la Bardane et du Noyer chez les auteurs cités au tableau 8 A), peut donc justifier en partie l’application de ces remèdes au domaine des affections respiratoires. Et l’action expectorante, « qui fait sortir les glaires de la poitrine », s’accorde aussi à la perception traditionnelle de l’encombrement.

Les sudorifiques, dit encore Helvetius, entraînant par la voie de la transpiration ce qui serait resté d’humeurs superflues après saignée et emploi des vomitifs..., contribuent à redonner plus de fluidité au sang dont l’épaississement et la coagulation sont la cause la plus ordinaire des pleurésies et des péripneumonies (1793-1707, 2 : 101).

105Cette explication n’est pas sans rappeler certaines publicités actuelles qui parlent de « fluidifier le sang », ni sans éclairer un peu plus l’arrière-plan de représentations qui explique leur impact. Plus surprenante est la qualification de « dépuratif circulatoire et pulmonaire » qui figure sur l’un des produits pharmaceutiques étudiés (Lysiode, non végétal) : nul doute que ce genre d’information vise davantage à éveiller un écho favorable chez des patients « culturellement préparés » à la recevoir et à l’intégrer qu’à éclairer le médecin sur l’action du remède...

106Quant aux indications pulmonaires et infectieuses non manifestement assimilables à celles des plantes dépuratives (angine, par ex.), elles se rapportent en bonne partie au Thym, aromatique aux emplois classiques dans ces domaines (tableau 8 C) et à la Bardane (tableau 8 A) qui, outre son « volet dépuratif », possède une action antibiotique (bien établie par la recherche actuelle).

107Dans le cas de la Bardane, est-il aventureux de supposer qu’une plante remarquablement polyvalente, lorsqu’elle possède des indications qui lui octroient une place obligée chez les dépuratifs (ici, en premier lieu, celles qui justifient le nom populaire d’« Herbe aux teigneux »), révèle obligatoirement des propriétés auparavant inaperçues ?

108Un simple capable de guérir les furoncles et de faire tomber la fièvre éventuellement associée pourra s’avérer actif sur cette sorte de « dermatose de la gorge » qu’est l’angine (dans la perception traditionnelle). De là, il pourra être prescrit dans les maladies exclusivement fébriles (où la Bardane intervient aussi comme sudorifique ; voir Cazin, tableau 8 A, colonne f). Et l’on rejoint le champ de la Bourrache...

109L’ampleur et, surtout, l’indéfinition du champ dépuratif sauraient ainsi favoriser le perfectionnement du savoir médical traditionnel quand un remède spécifique s’arrête, lui, à sa spécificité (tel le Pavot, analgésique millénaire). L’étude un peu attentive des dépuratifs pourrait donc laisser supposer que les premiers remèdes d’emploi interne ont été des drogues « à large spectre » dont la polyvalence initiale se ramifia progressivement en indications précises, révélées par l’action thérapeutique elle-même, affinement des emplois qui allait forcément de pair avec un perfectionnement de l’appréhension du corps. Il ne s’agit, bien sûr, que d’une hypothèse, mais la lecture de la colonne h du tableau 8 ne l’appuie-t-elle pas quelque peu ? Ce n’est pas par complaisance à l’égard des indications populaires que les pharmacologues actuels reconnaissent aux plantes dépuratives des propriétés souvent multiples, qui ramènent à des proportions modestes les « excès » reprochés aux anciens... Cette hypothèse sur la « généalogie » des usages des plantes médicinales est reprise à la conclusion.

Rhumatologie et dépuratifs

110La rhumatologie populaire, en Haute-Provence, n’a recours qu’à cinq plantes qualifiées de dépuratives, l’Ortie (fig. 25), la Bardane, la Saponaire, la Garance, l’Aigremoine. A ces cinq plantes sont associées 10 attestations d’emplois, pour 4 indications distinctes qu’on pourrait cependant regrouper sous le seul terme de « rhumatismes » au sens large. Vingt-six plantes dépuratives sont donc sans emplois rhumatismaux, tandis que les 118 autres plantes recensées au cours de l’enquête réunissent, elles, 30 citations d’usage dans les rhumatismes. A l’évidence, il ne s’agit donc pas ici d’un domaine important du « champ dépuratif ».

32. Bardane, Arctium minus. Mane, jardin en friche. Les bractées crochues sont autant d’hameçons qui fixent solidement les capitules fructifères aux toisons et aux vêtements.

33. Saponaire, Saponaria officinalis (Daléchamps 1653)

  • 37 On peut rappeler à ce propos ce que raconte Darluc à propos de l’Aulne des bords de la Durance : «  (...)

111La Bardane (fig. 32) et la Saponaire (fig. 33), dépuratives majeures, également diurétiques et sudorifiques, rappellent que les rhumatismes sont fréquemment perçus, en médecine empirique, comme des états de rétention qui appellent, notamment, l’évacuation cutanée. Laquelle peut aussi bien être obtenue par des moyens externes37. On peut penser, d’ailleurs, que la faible part prise par les plantes dépuratives dans le traitement des rhumatismes et autres « maux de reins » (voir Ortie, tableau 8 E) tient au fait que la thérapeutique populaire, à ce niveau surtout symptomatique, use d’une majorité de soins externes à vocation analgésique : feuilles de Chou, de Morelle, de Bardane, pulpe de racine de Bryone, de Tamier, flagellation d’Ortie, etc.

112L’Aigremoine (fig. 34), citée une fois comme dépurative et une fois dans les rhumatismes, est qualifiée par ailleurs de « décongestionnante ». Voir ce qu’en disent L. Bezanger-Beauquesne et al. au tableau 8 D, colonne h : l’action anti-inflammatoire de la plante a été vérifiée récemment. On remarquera que les auteurs modernes n’hésitent pas à la qualifier à la fois d’astringente et de diurétique (Girre), contradiction déjà relevée, au xviiie siècle, par Chomel et expliquée à sa façon :

Il n’est pas surprenant qu’elle soit quelquefois astringente et apéritive [diurétique] en même temps, parce que resserrer les fibres des parties solides en augmentant leur ressort et déboucher la texture des viscères en rétablissant la fluidité des humeurs, sont des effets différents qui sont souvent produits par les mêmes causes (1782 : 360).

34. Aigremoine, Agrimonia Eupatoria (Fuchs 1542)

113L’Aigremoine antirhumatismale est, dans l’indication recueillie, associée au Frêne, panacée des rhumatisants en médecine populaire. « Ça fait meilleur effet » dit notre informateur (H. 70/75 ans, Dauphin). Il s’agit bien d’empirisme, et cet empirisme « découvre » des thérapeutiques analogues à celle de notre médecine savante (en l’occurrence, agir à la fois sur l’inflammation et sur sa cause) : sont-elles vraiment fortuites, ces lumières de « l’obscurantisme » ?

35. Garance cultivée, Rubia tinctorum (Daléchamps 1653)

  • 38 L’un des principes actifs, l’acide rubérythérique, se combine aux constituants des calculs phosphat (...)

114La Garance (fig. 35), elle, est clairement désignée (une mention) comme dépurative-antirhumatismale. Sa racine, tinctoriale bien connue, est l’une des « cinq racines apéritives » (c’est-à-dire diurétiques) de l’ancienne médecine. Prescrite par la phytothérapie actuelle contre la lithiase urinaire38, la plante a la réputation séculaire de « faire sortir beaucoup d’urine grosse » (Daléchamps 1653, 2 : 219). Au temps de Diosoride (ier siècle), on l’employait contre la sciatique, par voie interne. A ma connaissance, elle n’est citée comme dépurative par aucun auteur, et l’attribution de propriété de notre informatrice (F. 70 ans, Forcalquier) n’en est que plus intéressante : elle atteste la possibilité d’intégration du traitement interne des rhumatismes au « champ dépuratif » de la tradition. Il est précisé, de surcroît, que la Garance doit être employée en « longue cure », ce qui s’accorde bien avec le mode d’emploi habituel des plantes dépuratives.

115C’est l’Ortie qui réunit le plus grand nombre d’indications antirhumatismales (2 internes et 4 externes non prises en compte dans les tableaux) chez les plantes qualifiées de dépuratives en Haute-Provence occidentale. Bien que, à son propos, la seule mention explicite de remède dépuratif ait trait à la prévention du « mal au foie » (voir 3.2, « Dépuration et alimentation traditionnelle »), il n’est pas aventureux de penser que cette plante, qui bénéficie des quatre mentions d’auteurs nécessaires pour accéder à la catégorie (fût-elle un peu arbitraire) de mes « dépuratives majeures », est implicitement perçue, ici, comme appartenant à ce champ thérapeutique.

  • 39 Histoire naturelle, trad. J. André (Paris, Belles Lettres, 1969) XXII, 13.
  • 40 S’il sort de notre « champ dépuratif », cet emploi mérite cependant un détour. Notre enquête 1979-8 (...)

116En qualifiant l’Ortie d’antigoutteuse et d’antirhumatismale capable de favoriser l’élimination de l’acide urique (voir tableau 8 E, colonne h), l’actuelle phytothérapie savante ne fait qu’emboîter le pas à la tradition. Dès l’Antiquité, la plante tient une place importante en médecine, comme l’atteste Pline au 11e siècle : « Rien n’est plus désagréable que l’Ortie, et pourtant elle a une infinité de propriétés »39. Surtout connue comme « remède d’urgence », capable d’arrêter les hémorragies, usage parfaitement vérifié par Cazin (1868) et toujours mis à profit par certains de nos informateurs40, elle semble presque délaissée dans les indications qui nous occupent ici : elle ne figure dans aucune des formules dépuratives de la pharmacie et seule une infusion composée du commerce (« Arthroflorine », Lehning) en rappelle l’emploi ancien par les rhumatisants.

117On a donc de bonnes raisons de croire que les six mentions qui, directement ou indirectement, se rapportent à l’usage antirhumatismal de l’Ortie témoignent d’une survivance de pratiques très anciennes, non influencées par l’expérimentation contemporaine et en tous cas antérieures au xixe siècle (où l’on insiste surtout sur l’action hémostatique) (fig. 36).

36. Grande Ortie, Urtica dioica, telle qu’elle figure chez De Ville (1689). Plusieurs des indications du xviie siècle sont restées d’usage en médecine populaire haut-provençale.

118Au xviiie, Chomel relate ce qui paraît être une « mode diétético-thérapeutique » du temps, mode qui suggère tout à fait une intention dépurative : « On est depuis quelque temps à Paris dans l’usage de prendre les feuilles d’Ortie infusées dans l’eau bouillante, à la manière du thé, pour purifier le sang, pour la goutte et le rhumatisme » (1782 : 444 ; c’est moi qui souligne). L’information recueillie à Banon (Mme L., 69 ans), qui remémore l’emploi de la plante sous forme de cures de soupe et de tisane, et même en omelette, par une femme arthritique, décédée à l’âge de 96 ans, suggèrerait presque un écho de cette coutume vieille de plus de deux siècles.

119On peut rappeler ici que l’histoire des plantes médicinales fait apparaître des engouements aussi extraordinaires que tôt périssables pour des plantes indigènes élevées au rang des panacées par des auteurs parfois trop crédules. Ainsi de la Véronique officinale à la fin du xviie siècle, de « l’écorce d’Orme pyramidal », un siècle plus tard, de la Pensée sauvage au début du xixe. N’en va-t-il pas de même, de nos jours pour le fameux « aubier de Tilleul sauvage du Roussillon » ? Ces modes dévalorisent presque inévitablement les simples qui en sont l’objet aux yeux de la médecine savante des temps ultérieurs et parfois même du public. La Véronique en a fait les frais, en dépit de certaines cautions tardives. Elles peuvent aussi se perpétuer au seul niveau populaire. Elles sont loin d’être toujours sans fondement : la Pensée, on l’a vu, conserve une bonne place de remède dermatologique (mais surtout en Allemagne) ; la « gemmothérapie » a redécouvert l’Orme ; l’aubier de Tilleul a passé avec succès l’épreuve du laboratoire et de la clinique (ce qui ne le préserve pas d’un oubli futur...).

  • 41 Le Marronnier d’Inde (en réalité originaire des Balkans) a été introduit en France en 1615. Quand e (...)

120La pharmacologie empirique est un conservatoire d’influences jusqu’à présent négligé. Il serait intéressant de la questionner davantage, sur une large échelle géographique, en regard des inventaires des folkloristes et sur la base d’une bonne connaissance des pharmacopées savantes du passé, pour tenter de mettre en évidence l’étendue et la durée de propagation de certains échos dont on connaît la source. Les modes évoquées ici, dont il existe bien d’autres exemples, pourraient ainsi fonctionner comme des « marqueurs ethnologiques » et fournir des renseignements sur l’aptitude des sociétés à les intégrer, à les modifier, etc.41.

121L’Ortie, en thérapeutique populaire antirhumatismale, est généralement un remède externe, rubéfiant, destiné à produire une irritation dérivative (c’est aussi le rôle traditionnel des racines d’Arum, de Tamier, etc.). Ainsi est (était)-elle employée par les malades dont on nous a relaté les cures, trois rhumatisants et un homme « qui avait souvent la main endormie », cette dernière indication évoquant encore un commentaire du xviiie siècle : « plusieurs médecins anciens et modernes se servent des Orties pour attirer les esprits et le sang sur les parties desséchées et paralytiques, en les frappant avec un paquet d’Orties » (Chomel 1782 : 445).

Une « signature » inédite de l’Ortie

122Quelques mots sur l’analogie

  • 42 C’est l’avis du Dr A. Héraud 1949 : 38.

123Les maladies des voies urinaires n’intéressent que très partiellement le champ dépuratif. Bien que certaines pharmacopées actuelles, pour faire l’économie d’une catégorie qu’elles jugent superflue, présentent celui-ci comme la simple juxtaposition des propriétés sudorifiques, amères et diurétiques42, la pharmacopée populaire lui octroie des limites bien précises, tout ce qui précède le démontre amplement. Ainsi « les diurétiques majeurs », comme le Frêne (qui a 8 mentions d’antirhumatismal dans notre enquête), ne figurent-ils pas au nombre des plantes qualifiées de dépuratives par nos informateurs. Ainsi n’avons-nous chez celles-ci que 7 attestations d’emploi dans les affections urinaires (6 + 1 emploi dans le prostatisme), les autres plantes citées au cours de l’enquête en réunissant 14.

124Sur ces 7 mentions, l’Ortie en connaît 2, qui s’accordent toujours avec les anciennes prescriptions savantes : c’était un remède courant de la gravelle et de la rétention d’urine aux xviie et xviiie siècles et les médecins de l’Antiquité, tel Dioscoride, rapportent déjà cet usage. Voir aussi l’avis des pharmacologues modernes au tableau 8 E colonne h.

  • 43 Très généralement les informateurs ne spécifient pas la quantité de liquide employée pour une infus (...)
  • 44 Il est précisé qu’il s’agit d’une Ortie à feuilles rondes, très piquantes, poussant au bord des eau (...)

125Ce n’est donc pas l’indication elle-même qui mérite développement mais le commentaire fait à son propos par un informateur de Saint-Saturnin-d’Apt (84), M. G., homme de 55 ans : contre les calculs rénaux, faire pendant dix jours une cure de décoction d’Ortie, fraîche ou sèche, bouillie à raison d’une poignée (par litre d’eau43) ; la décoction doit réduire ; on en boit le matin à jeun et le reste pendant la journée. D’après l’informateur, l’action de la plante s’explique par la ressemblance entre les « crochets piquants de l’Ortie et les crochets des calculs » : c’est grâce aux premiers que les seconds se dissolvent. Cette recette et le commentaire de son mode d’action proviennent d’un guérisseur de l’Isle-sur-Sorgues. M. G., qui l’a mise à profit au début des années 70, dit qu’elle lui a permis d’échapper à une opération. Depuis lors, il la diffuse autour de lui44.

126A ma connaissance, l’analogie évoquée ici n’appartient pas aux « signatures » inventoriées par les médecins du xvie siècle. Comme elle se surimpose à un emploi connu de très longue date, il serait hasardeux de prétendre qu’elle a pu amorcer la pratique relatée. Si l’on s’en tient donc à un usage de l’analogie comme explication du processus d’action physiologique du remède, il n’en reste pas moins que l’on se trouve devant une pensée analogique agissante, comprise, transmise. Cela peut être qualifié, pour le moins, d’anachronique au temps de la biologie moléculaire. Et comme il s’agit du domaine populaire, on est en droit d’ajouter qu’il s’agit d’une survivance remarquable. Car le domaine savant, par l’intermédiaire de la prescription homéopathique, use quotidiennement d’un semblable mode de compréhension du rapport maladie-remède. On ne peut à la fois sourire à l’explication proposée par notre informateur à propos de l’Ortie et accepter l’indication « savante » de Sepia (la Seiche) à une femme qui broie du noir, chez qui tout s’affaisse, le mental, les traits, le corps, qui se fait pour tout dire un sang d’encre sans parvenir à en masquer l’ennemi insidieux qui la poursuit.

127Aller plus loin outrepasserait le propos d’un essai à vocation surtout interrogative, mais ce peut être l’occasion de rappeler qu’il est temps de rendre justice à la pensée analogique : elle est plus que le balbutiement de la raison, plus qu’une étape dépassée dans l’élaboration de la connaissance ; c’est un accès toujours ouvert à la compréhension du monde.

128A force de plier les choses à la syntaxe de la pensée rationnelle, qui se suffit à soi et ne considère la nature — de l’atome à la galaxie — que comme un ensemble de données réductibles, promu à la seule vocation de la consolider sans fin, nous avons oublié que ces choses pouvaient être porteuse d’un sens indéchiffrable dans le cadre de ce système d’analyse. Aux poètes l’écoute de cette parole propre des choses, aux poètes de la tenir à distance dans l’isolement de la création, de nous préserver des risques de la rencontre brute avec l’esprit de la forme, de la couleur et du parfum, quand l’intelligence peut requérir le silence de la raison.

129La pensée analytique fait de l’Ortie un matériel d’étude, en isole les constituants, en défait et en reconstitue le puzzle moléculaire, les nomme à l’intention de ceux qui savent la règle du jeu, les teste, les déclare utiles ou inutiles, les rapporte à des maux interprétés selon une grille analogue. D’emblée, on néglige de considérer l’être global comme un interlocuteur digne d’écoute, on alimente de ses fragments saisissables les systèmes de connaissance, la seule démarche de connaissance reconnue. Démarche évidemment nécessaire et fructueuse, mais qui n’avoue jamais ses limites : celles de la raison « qui ne connaît que la raison ».

130Étrange comme la pensée savante évacue l’analogie, lui concède au mieux un rôle d’aide-mémoire : « on » a « découvert » un jour, par hasard bien sûr (comme si l’esprit « pré-rationnel » ne savait qu’entériner passivement, sur un mode binaire, le bénéfice et le préjudice de sa rencontre avec le monde ; à quel moment serait donc apparue la faculté réflexive ?), on a découvert que la Chélidoine soignait certains troubles hépatiques. Par chance, elle a un suc jaune susceptible de tenir lieu de pense-bête, puisqu’il rappelle la bile. Bien plus tard, des petits malins à court de théories ont inversé les choses et prétendu que la rencontre de l’analogie avait suscité l’usage.

131Il est vrai qu’un bon nombre de « signatures » recensées ou proposées par les auteurs du xvie siècle ressemblent fort à des ficelles d’un système en quête de cohérence mais en manque de matériaux, mais faut-il pour autant rapporter au seul hasard l’association évidente du « signe » et de la fonction thérapeutique dans bien des plantes toujours estimées des pharmacopées savantes ?

132La « signature », c’est l’une des résonnances fondamentales des choses devant les aptitudes de la perception humaine. C’est une sorte d’onde de possibles qui va de la nature à l’esprit assez jeune pour en être ébranlé, assez téméraire pour en affronter le vertige, assez quêteur de sens pour lâcher quelquefois le parapet des explications.

  • 45 Yves Bonnefoy, dédicace de l’Improbable et autres essais (Paris, Gallimard, 1983).

133Ceci pour rappeler que, en tous lieux de la connaissance, il est urgent d’aspirer « à un grand réalisme, qui aggrave au lieu de résoudre, qui désigne l’obscur, qui tienne les clartés pour nuées toujours déchirables, qui ait souci d’une haute et impraticable clarté »45.

Notes

1 Outre Chomel (1782) et Leclerc (1935), déjà cités, il s’agit de : F.J. Cazin, Traité pratique et raisonné des plantes médicinales indigènes (1868 ; 1re éd. 1850 ; ouvrage majeur en français, au xixe siècle, resté fondamental) ; Bezanger-Beauquesne et al., Plantes médicinales des régions tempérées (1980 ; le point sur les connaissances pharmacologiques actuelles) ; L. Girre, Connaître et reconnaître les plantes médicinales (1980).

2 Voir colonne h (tableau 8 B) les propriétés reconnues à la plante par les pharmacopées actuelles. L’application aux affections gastro-intestinales est évidente pour plusieurs d’entre elles, ce qui est également vrai des données savantes anciennes. A noter que Girre, en rapportant à la seule « tradition » l’emploi antinévralgique, semble ignorer les vérifications expérimentales tout à fait probantes de Leclerc, reprises par G. Garnier et al. 1961 : 1422.

3 Mességué est le seul des auteurs analysés au tableau 7 à faire état de la Camomille comme dépurative. Si l’on examine d’un peu près l’ensemble des plantes ainsi qualifiées par le « guérisseur » bien connu (voir ce même tableau et ses compléments au tableau 15), on s’aperçoit qu’il a une conception assez élastique du concept, associant aux dépuratifs classiques, Bardane, Buis, Bourrache, etc., des aromatiques (Anis vert, Menthe, Romarin, etc.), des amers (Achillée Millefeuille, Artichaut...), des sédatifs (Coquelicot), etc. En ce sens, il tend à se rapprocher de l’interprétation populaire actuelle de la propriété dépurative où l’incidence des « digestifs » est manifeste. C’est aussi à ce dernier titre que la Camomille intervient (1 mention) dans les « dépuratifs » du commerce.

4 Je rappelle qu’il s’agit de plantes qui connaissent au moins 4 mentions de présence chez les auteurs retenus au tableau 7, soit : Bardane, Buis, Chicorée sauvage, Douce-amère, Fumeterre, Noyer, Pensée sauvage, Pissenlit, Ortie, Salsepareille, Saponaire.

5 « Vices du sang » n’est pas usité par nos informateurs haut-provençaux. On trouve par contre cette locution archaïque (en regard du savoir d’aujourd’hui) dans la notice d’un produit vendu en pharmacie, le dépuratif Parnel.

6 « La physiothérapie populaire est dominée par les trois éléments majeurs que sont le foie, le sang et sa circulation, et enfin les nerfs (...) ; une altération quelconque du sang peut déclencher n’importe laquelle des pathologies où il est supposé avoir sa part », écrit le Dr G. Lagadec dans le travail qu’il a consacré aux « discours de malades » recueillis au cours de ses consultations, dans l’Ouest de la France (1985). L’enquête de G. Lagadec atteste l’universalité des images-clefs de la représentation physiologique chez les non-spécialistes dans la France d’aujourd’hui : nos informateurs s’y réfèrent tout autant que ses patients. En transcrivant scrupuleusement le discours malhabile de ses interloculteurs et leurs multiples entorses à la langue (du style : « dès que ch’uis fatiguée ça s’porte sur le foie », etc.), en commentant leurs propos sur un mode quelque peu ironique, G. Lagadec nous donne en même temps à réfléchir sur la perception savante actuelle du « populaire », sur « l’approche ethnologique du patient ». L’ethnologie petit-nègre peut-elle aller sans impérialisme intellectuel ?

7 Mazet G., Gazette médicale de France, 13 janvier 1938 (cité par H. Leclerc, 1944). Popularisé par les phytothérapeutes contemporains, à commencer par Leclerc (éditions de son « Précis » postérieures à 1935), l’emploi de la feuille d’Olivier dans l’hypertension est vraisemblablement antérieur aux expérimentations savantes : nos enquêtes nous ont montré sa large diffusion populaire en région méditerranéenne, et particulièrement en Languedoc où des informateurs âgés nous ont même parlé d’accidents graves survenus à la suite de cures excessives. Chez les auteurs anciens, à ma connaissance, l’Olivier est surtout mentionné comme fébrifuge et vulnéraire, jamais dans des troubles assimilables à l’hypertension.

8 L’hyperglycémie est, bien entendu, la conséquence d’un trouble extra-vasculaire. Mais « avoir du sucre dans le sang », seule représentation populaire actuelle du diabète (grâce à l’intervention du laboratoire d’analyse !), s’inscrit parfaitement dans la catégorie de maux qui relèvent de l’emploi des dépuratifs.

9 Ces termes ne figurent pas dans les indications de nos dépuratifs. Le tableau 17 montre qu’ils sont très rares dans les notices des dépuratifs du commerce, où entrent pourtant des plantes à vocation diurétique (ont été omises, par erreur, 3 indications du dépuratif « Vitalyne » : phosphates, acide urique, urates). Ils n’apparaissent pas beaucoup plus dans l’ensemble des 846 attestations d’emplois recueillies au cours de l’enquête : urée, 2 attestations ; cholestérol, 2 ; acide urique, 1. Quant au diabète, il n’est cité qu’une seule fois en dehors des 2 mentions qui s’intègrent au champ dépuratif.

10 L’examen attentif de la composition des remèdes dépuratifs du commerce montre que ces produits sont souvent, en fait, des laxatifs déguisés. Détails au chapitre 6, p. 203.

11 Le Séné, Légumineuse-Césalpiniée du N.E. africain et de l’Inde, est une laxative remarquable. Ce remède majeur du temps de la médecine des évacuants reste très employé en Europe. La France en a importé 272 tonnes en 1981, au prix moyen de 2,80 F/kg. Ce chiffre aimablement communiqué par l’Institut technique des plantes médicinales, aromatiques et industrielles — ITEPMAI — est, au dire de ces informateurs, à multiplier vraisemblablement par 2 ou 3, un bon nombre de grossistes-importateurs refusant de faire état de leurs transactions. Ceci sur 21 000 tonnes de plantes médicinales importées).

12 Chez Galien (iie siècle), la bile jaune en excès cause l’érysipèle et les herpètes. Jusqu’à la fin du xviiie siècle, la médecine savante interprète les maladies nées de « causes internes » sur le même mode, et souvent dans les mêmes termes : « Lors que la bile flave [jaune], non naturelle et n’estant point mêlée avec aucune autre humeur séparée, occupe quelque partie, le mal s’appelle herpès. » (Guyon 1671, 2e partie : 84.) Deux millénaires de fidélité quasi aveugle aux préceptes (car Galien s’inspire lui-même des hippocratiques), c’est bien plus qu’il n’en faut pour charpenter solidement des représentations qu’on qualifie aujourd’hui de « populaires ».

13 Marc Piault : « Je ne suis pas tout à fait certain qu’il n’y ait pas également une représentation globale offerte dans toute la littérature de vulgarisation (cf. les magazines féminins notamment, les émissions médicales radio ou télévision). En outre, et a contrario, je ne suis pas tout à fait persuadé que cette intelligence du corps sous-tendue par les savoirs populaires, et cela ne fait aucun doute, soit si claire, partagée, accessible à tous. C’est justement le projet que d’en reconstituer les éléments à partir de ces représentations. »

14 Phytothérapeute-praticien d’une grande perspicacité, expérimentateur rigoureux, Cazin est aussi l’un des rares médecins de son temps à relater — fréquemment et sans a priori défavorable — les emplois traditionnels des plantes qu’il observait dans sa clientèle rurale (région de Boulogne-sur-Mer).

15 Information recueillie postérieurement à l’enquête OPIE, en janvier 1984.

16 Le Bouillon blanc est parfois dit dépuratif par la vulgarisation actuelle (Secrets et vertus des plantes médicinales, 1977).

17 Il s’agit non de Parietaria officinalis, plus septentrionale, mais de P. diffusa M. et K., espèce très voisine, à tiges plus ou moins décombantes, à feuilles petites (fig. 26 et 27 p. 114).

18 Sans préciser d’emplois en médecine infantile ni faire allusion à des visées dermatologiques, visées retenues par certains de nos informateurs, la médecine médiévale prescrit la Pariétaire « pour déboucher les conduits de l’urine et pour chasser les humeurs, ainsi que « contre les tranchées [coliques] et douleurs du ventre ». A Salerne, au xiie siècle, la pratique féminine usait de « tourtes ou [de] crêpes confectionnées de Pariétaire et de farine », mode d’administration qui convient aux enfants sevrés. Une étude comparative des emplois de cette plante dans l’étendue de son aire méditerranéenne (Europe, Afrique du Nord) serait sans doute riche d’enseignement (citations du Livre des Simples. Médecines, Lieutaghi, 1986).

19 Dr. J.M.F. Réguis, 1897. Réguis, médecin républicain issu du peuple et le rappelant volontiers, a recensé au cours de sa carrière un certain nombre « d’absurdes croyances » qu’il s’emploie à « déraciner » dans sa thèse de pharmacie. En dépit de son titre, ce travail concerne surtout la Provence, l’est du Languedoc et le sud du Massif central.

20 Aigo de gouteto (ou de la gouteto) : diarrhée verte. Etymologie, selon Mistral : roman goteta, latin guttula, « petite goutte, gouttelette » (Lou tresor dou Felibrige, Aix, Edisud, 1983, vol. 2, p. 77). Honnorat, dans son Dictionnaire provençal-français (1847, p. 361), écrit : « Nom que les nourrices donnent à plusieurs maladies des enfants à la mamelle. Sont-ils atteints de tranchées, d’une diarrhée avec coliques produite par des excréments verdâtres et glaireux, ils ont la goutteta ; ont-ils des convulsions, c’est encore la goutteta ; ces convulsions simulent-elles l’épileptie (sic), ont-ils des attaques d’éclampsie, c’est toujours la goutteta. Ainsi, dans leur langue, les tranchées, les convulsions et l’éclampsie portent le même nom de goutteta. »

21 Rolland (1896-1914, 10 : 56) cite aussi camborousso (Provence), camborou (Apt), gambaroussé (Nice). Chez De Lécluse (1601), c’est la rouge herbe.

22 En Afrique du Nord, la diarrhée des nourrissons est assimilée à une perte d’eau à laquelle on ne peut remédier qu’en supprimant toute boisson. D’où une mortalité importante par déshydratation. Cette représentation de la maladie est toujours active et peut faire obstacle à la diffusion d’une puériculture moderne de base (Nicole Ferry, communication verbale). Il serait intéressant de rechercher une possible similitude de perception dans le domaine méditerranéen français.

23 L’expression est empruntée aux dépuratifs du commerce. Voir texte plus loin.

24 Histoire des plantes qui naissent aux environs d’Aix (1715) : ouvrage fondamental pour l’étude de la pharmacopée végétale au xviiie siècle, rédigé par un médecin-botaniste herborisant doué d’un rare esprit critique, très annonciateur du Siècle des Lumières ; préface importante, suivie de 46 p. de bio-bibliographies des auteurs cités.

25 Dioscoride, et bien d’autres à sa suite, préconisent l’emploi externe du suc de Pariétaire sur l’érysipèle et les dartres. En Sicile, de nos jours, la Pariétaire est « très employée comme remède dermatologique » en médecine populaire. Voir Barbagallo et Furnari (1967). Le Dictionnaire encyclopédique Quillet (éd. 1935), à l’article « Humeur », cite encore les expressions « Humeur âcre, maligne. Humeur dartreuse, goutteuse. Débordement d’humeurs. Fondre, évacuer, purger les humeurs. (...) Aujourd’hui quelquefois : Pus. ’ Un mal blanc qui donne de l’humeur ’ » (c’est moi qui souligne).

26 Loux 1983. Traditions et soins d’aujourd’hui : Manuel d’anthropologie du corps et de la santé dans la société traditionnelle, à l’usage des écoles d’infirmières, ce livre précis, clairvoyant, respectueux, stimulant, aborde toutes les questions importantes qui ont trait à la perception populaire du corps, de son évolution au cours des âges de la vie, de ses maux, des symboles et des représentations associés. C’est la synthèse claire et simple indispensable à tous ceux qui s’intéressent à ces aspects fondamentaux de la tradition et à leur persistance dans notre temps.

27 Une enquête de 1980 nous avait aussi fourni — provenant de Reillanne, sur le terrain pris en compte ici — une observation récente et précise de guérison d’un eczéma étendu, chez un enfant de 18 mois, par une cure interne de Pensée sauvage.

28 Il se pose ici un problème d’identification précise des affections, qu’elles soient perçues par la médecine populaire ou par les praticiens. Les auteurs sont loin d’être d’accord sur ce sujet, bien que, depuis Littré (Dictionnaire de médecine et de chirurgie, 1862), « gourme » soit généralement usité comme terme générique englobant des dermatoses diverses affectant le visage et la tête des enfants, dermatoses allergiques ou infectieuses (impétigo, etc). Quant aux croûtes de lait au sens strict, qui se manifestent surtout chez les bébés pléthoriques, parfois mal nourris, elles sont regardées de nos jours comme une excrétion cutanée sans gravité, mais susceptible de dégénérer en dermatose infectieuse. Les médecins des siècles passés ont bien distingué des affections, mais sur un mode inverse : leur « gourme » paraît correspondre aux croûtes de lait sensu stricto, leur « croûte de lait » à l’impétigo ou à des infections dermatologiques plus ou moins analogues. « Gourme » n’appartient pas au vocabulaire médical de nos informateurs et, dans l’état actuel de nos investigations, il est impossible de savoir exactement à quoi se rapportent les « croûtes de lait » dont on nous a parlé, même si « humeurs de peau » et « croûtes sur les joues » peuvent faire penser à la « gourme » des modernes. Ce dernier terme est employé une fois dans les indications des dépuratifs du commerce (« Solution dépurative du Dr Dubois » ; non végétale).

29 Passage ambigu M. B. pourrait signifier que c’est la prise de la Pariétaire qui fait les selles vertes, cette couleur étant le résultat du « nettoyage »...

30 L’image de propreté intérieure du corps est aussi remarquablement vivace chez l’informatrice (69 ans) de Banon qui, à propos de la Saponaire, affirme : « Elle fait au corps comme elle fait au linge » (voir Corpus).

31 Dans le Gard montagneux, la Pariétaire, dit A. Durand-Tullou, « ne doit pas être cueillie sur des murs bâtis, la chaux la rendant toxique » (s.d., 8). En Haute-Provence, où elle pousse surtout sur ce type de mur, nous n’avons jamais recueilli d’interdit à son propos. Il semble, toutefois, que cette plante particulièrement riche en nitrate de potassium (où certains croient trouver la seule explication de ses vertus diurétiques), quand elle croît sur les murs, puisse aussi en être plus ou moins dépourvue et que cette variabilité influe sur l’action thérapeutique. « Elle contient souvent du nitre en nature, dit Bosc ; mais il y a lieu de croire que ce n’est qu’accidentel, car les pieds crus loin des murs n’en présentent point » (Nouveau cours complet d’agriculture, 1822, t. 11, p. 230). La question mérite d’être élucidée, dans l’hypothèse d’une rediffusion des usages les mieux éprouvés de ce simple.

32 Exposition itinérante réalisée par l’association Études populaires et initiatives, 04300 Mane. Un livre-catalogue en reprend intégralement le contenu (voir Lieutaghi 1983).

33 Logique avec lui-même, cet auteur ne souffle donc mot des emplois dermatologiques de la Pensée sauvage où la plante a pourtant son champ d’action majeur. A peine lui concède-t-il une place en « pharmacie dermo-cosmétologique » (1981 : 248-249).

34 La « gourme » intéresse peu l’ancienne médecine : elle n’est citée qu’une seule fois dans les 650 pages de la pharmacopée de Chomel (1783).

35 L’analyse approfondie de l’ensemble des indications qui figurent au Corpus permettrait sans doute d’élargir cette zone des « dépuratifs potentiels ». Seraient alors à considérer en priorité les plantes auxquelles le tableau 15 attribue à la fois un large statut de dépuratives et des emplois traditionnels : Dompte-venin, Genévrier, Souci.

36 Voir ce qui est dit des glaires au paragraphe précédent.

37 On peut rappeler à ce propos ce que raconte Darluc à propos de l’Aulne des bords de la Durance : « Le peuple se sert des feuilles pour les douleurs de rhumatisme : il en fait un grand lit pour s’y coucher tout nu et provoquer la sueur » (1752, 1 : 465). Ces feuilles étaient auparavant chauffées au four (voir Réguis 1897 : 65).

38 L’un des principes actifs, l’acide rubérythérique, se combine aux constituants des calculs phosphatiques et entraîne, soit la désagrégation, soit la réduction de volume des « pierres » qui pourront alors être évacuées naturellement. Pour plus de détails, voir Tétau et Bergeret 1972 : 135-137.

39 Histoire naturelle, trad. J. André (Paris, Belles Lettres, 1969) XXII, 13.

40 S’il sort de notre « champ dépuratif », cet emploi mérite cependant un détour. Notre enquête 1979-80 (loc. cit.) a montré qu’il était toujours actuel dans la région de Banon d’où nous viennent aussi les données rapportées au présent corpus. Il est particulièrement intéressant de relever l’utilisation, au Contadour, des graines d’Ortie dont l’infusion est bue en cure contre l’hémorragie utérine (F. 65 ans) : très employées par l’ancienne médecine, et depuis les hippocratiques (voir Daléchamps 1653, 2 : 139-140), ces graines sont inusitées de nos jours, peut-être à cause de la suspicion de plusieurs thérapeutes du xixe siècle à leur égard. Au xvie siècle, déjà, Matthioli les jugeait dangereuses. Il y a là matière à recherche pour le pharmacologue.

41 Le Marronnier d’Inde (en réalité originaire des Balkans) a été introduit en France en 1615. Quand et comment a-t-il inspiré la thérapeutique magico-analogique bien connue, qui consiste à porter sur soi ses fruits (trois, en général) contre les hémorroïdes ? Peut-être y a-t-il eu report sur ce fruit « exotique » d’une pratique antérieure qui mettait en œuvre un ou des fruits indigènes ? La Pomme de terre prête à interrogation analogue : en Charolais, contre les rhumatismes, on la garde en poche jusqu’à ce qu’elle se flétrisse (recueil Annie Henry, 1980 ; in Lieutaghi 1984).

42 C’est l’avis du Dr A. Héraud 1949 : 38.

43 Très généralement les informateurs ne spécifient pas la quantité de liquide employée pour une infusion ou une décoction. « Pour une casserole d’eau » est la mesure la plus couramment admise, et si on requiert plus de précisions, en demandant par exemple « un litre d’eau ? », on nous répond évasivement « oui, à peu près un litre »... Les gens règlent les quantités de liquide et de plante en fonction des doses qu’ils vont absorber, non en tenant compte d’un mode d’emploi déterminé.

44 Il est précisé qu’il s’agit d’une Ortie à feuilles rondes, très piquantes, poussant au bord des eaux et dans les fossés. Cette description est ambiguë : les feuilles rondes suggèrent la Petite Ortie, Urtica urens, mais la taille attribuée à la plante, 1 m à 1,50 m est celle de la Grande Ortie, Urtica dioica, bien plus répandue dans la région. A noter qu’un autre informateur (H. 60 ans, Digne) connaît l’emploi de l’Ortie « contre les calculs rénaux ».

45 Yves Bonnefoy, dédicace de l’Improbable et autres essais (Paris, Gallimard, 1983).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau 10. Relations dermatologie/affections digestives chez les plantes dépuratives
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2313/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende 22. Grande Camomille, Chrysanthemum Parthenium (Daléchamps, 1653, où elle figure sous le nom de « Matricaire Parthenion »).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2313/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Tableau 11. Situation des emplois à visées digestives
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2313/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende 23. Bouillo n blanc, Verbascum Thapsus, dans une culture de Sauge Sclarée négligée, vers St-Étienne-les-Orgues. A l’arrière-plan, plaine de Cruis. Au fond, Préalpes dignoises.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2313/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende 24. Fumeterre, Fumaria officinalis (Daléchamps 1653)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2313/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende 25. Grande Ortie, Urtica dioica (Masclef 1891)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2313/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende 26. Pariétaire, Parietaria diffusa (dessin D. Dore).Jeunes rameaux en début de floraison. A droite, fleurs femelle et mâle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2313/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende 27. Pariétaire, Parietaria diffusa, dans un vieux mur (photo D. Dore)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2313/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende 28. Pensée sauvage, Viola tricolor (De Lobel 1587)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2313/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende 29. Pensée sauvage naine des parcours, Viola Kitaibeliana (dessin de D. Dore)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2313/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende 30. Sureau noir, Sambucus nigra (Masclef 1891) A gauche, fragment du corymbe fructifié
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2313/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende 31. Bourrache, Borrago officinalis. Pied issu de semis naturel dans un jardin négligé. Dépuratif classique des auteurs, la Bourrache est cantonnée, en Haute-Provence, dans un rôle pulmonaire et antigrippal qui s’accorde parfaitement avec son statut traditionnel de remède des « coups de froid ». Au sudorifique savant ne répond pas forcément le dépuratif populaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2313/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Légende 32. Bardane, Arctium minus. Mane, jardin en friche. Les bractées crochues sont autant d’hameçons qui fixent solidement les capitules fructifères aux toisons et aux vêtements.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2313/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende 33. Saponaire, Saponaria officinalis (Daléchamps 1653)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2313/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende 34. Aigremoine, Agrimonia Eupatoria (Fuchs 1542)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2313/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende 35. Garance cultivée, Rubia tinctorum (Daléchamps 1653)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2313/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende 36. Grande Ortie, Urtica dioica, telle qu’elle figure chez De Ville (1689). Plusieurs des indications du xviie siècle sont restées d’usage en médecine populaire haut-provençale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2313/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 420k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search