Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Seconde partie. Études et synthèses

Chapitre 17. Études archéozoologiques

Vianney Forest et Claude Olive

Texte intégral

17.1 Introduction

1L’archéozoologie médiévale en France méridionale est en phase de maturation. Au terme d’une période initiale de défrichement, une première synthèse sur la région Rhône-Alpes avait été élaborée sur la base d’une dizaine de sites (Forest 1987). Vint ensuite un long temps au cours duquel des études archéozoologiques monographiques ont été menées par de nombreux intervenants dans un large quart sud-est de la France : Auvergne, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpes. Les données engrangées ont permis de réaliser des analyses régionalement et contextuellement plus précises, par exemple sur les zones périlagunaires de Petite Camargue (Gardeisen 1993), ou sur les sites castraux de la bordure méridionale du Massif central (Durand et al 1997). Une synthèse récente, plus thématique, sur l’alimentation carnée en Languedoc (Forest 1998a) a pu dresser un état de la composition des lots d’ossements animaux dans le quart sud-est de la France et ainsi livrer une vision élargie. Enfin, une seconde étude, beaucoup plus approfondie, réalisée à partir des sites fouillés lors d’opérations archéologiques dites « de sauvetage », est en train de s’achever sur les sites du haut Moyen Age dans la région Rhône-Alpes (Forest et al. 2001). C’est donc dans ce contexte de densification des informations archéozoologiques que se placent les analyses menées sur les mobiliers osseux fauniques recueillis sur six sites mis au jour le long du tracé du TGV-Méditerranée. Cinq se succèdent dans la Drôme entre le nord de Valence et Montélimar au sud : Châteauneuf-sur-Isère / Beaume, Upie / Les Vignarets, Crest / Bourbousson, Chabrillan / Saint-Martin, Montboucher-sur-Jabron / Constantin. Ils établissent une jonction entre le nord de la région Rhône-Alpes et la zone méditerranéenne, toutes deux assez riches en études, et ils doublent approximativement le nombre de celles-ci sur la moyenne vallée du Rhône. Le dernier site, Aimargues / Saint-Gilles le Vieux (Gard), se trouve à mi-chemin entre Nîmes et Montpellier, et vient s’ajouter aux sites qui longent de plus ou moins près les bords des zones paludéennes côtières à l’ouest du Rhône.

2Après avoir exposé les résultats obtenus sur chaque site et proposé des interprétations dans les divers axes d’investigations archéozoologiques, alimentation carnée, artisanat et, de manière plus indirecte, l’élevage des espèces domestiques, une synthèse générale, réunissant tous ces acquis, dégagera, si tant est, les lignes forces qui sous-tendent les assemblages fauniques de ces sites, et les comparera aux pôles géographiques que nous avons évoqués précédemment. La séparation géographique et l’identité différente des chercheurs qui ont assuré l’étude des mobiliers osseux indépendamment l’un de l’autre, Aimargues / Saint-Gilles le Vieux par C. Olive, les sites drômois par V. Forest, nous ont fait choisir de présenter séparément ceux-ci et le site gardois.

17.2 Les sites de la Drôme

17.2.1 Méthodes d’étude

3L’identification spécifique des ossements s’appuie sur des ouvrages généraux d’ostéologie animale (Schmid 1972 ; Barone 1976), sur notre collection personnelle de comparaison et sur des travaux plus précis que nous mentionnerons lors de leurs utilisations.

4Les études archéozoologiques ne concernent que les ossements ramassés manuellement à la truelle ou au piochon au cours de la fouille. Ceux-ci ont été comptabilisés par nombre de restes (NR). Ils ont été pesés pour les ensembles les plus lourds (supérieur à 10 g), donnant ainsi une masse de restes (MR) exprimée en gramme (g).

5La fréquence d’apparition (FA) d’un taxon est définie comme étant le rapport, exprimé en pourcentage, entre le nombre d’unités stratigraphiques où se rencontre ce taxon, et le nombre total d’unités stratigraphiques qui ont livré des restes déterminés.

6L’analyse des âges des animaux repose d’une part sur trois grandes classes (infantile, juvénile et adulte) fondées sur la taille et l’aspect des ossements, et quantifiées par le nombre minimum d’individus (NMI) de comparaison, d’autre part sur les éruptions et usures dentaires des mâchoires (Silver 1969), et enfin sur les soudures osseuses épiphysaires (Curgy 1965).

7L’estimation de la part des principales espèces dans l’apport carné est réalisée à partir des NMI (Columeau 1991) ou à partir des masses de restes considérées comme directement proportionnelles aux masses de viande.

8Les résultats ostéométriques sont présentés en annexe : les mesures sont effectuées suivant la méthode d’Angela von den Driesch (Driesch 1976). Les qualifications de « petite », « moyenne », « grande », etc., sont attribuées à une valeur par comparaison avec un corpus ostéométrique diachronique que nous avons bâti au fil de nos études archéozoologiques, en particulier chez les bovins (Forest, Rodet-Belarbi 1998 ; 2000).

9Lors de l’évocation des découpes, nous appellerons « section » ou « entaille » les marques faites par un instrument coupant, de type couperet, animé d’un mouvement puissant et violent appliqué perpendiculairement ou presque à la surface osseuse, par opposition à une « strie » qui résulte du passage doux d’un fil de lame parallèlement à la surface de l’os.

10La comparaison d’une valeur (X) issue d’un taxon autre que ceux de la triade domestique ovicaprins (O), bovins (B) et porcins (P), s’effectue vis-à-vis des valeurs cumulées de celle-ci, indépendamment des autres taxons. En d’autres termes, le rapport est calculé comme suit : X / (O+B+P+X).

11Seules les unités stratigraphiques (US) ayant livré des restes déterminés sont prises en compte dans l’étude détaillée.

17.2.2 Châteauneuf-sur-Isère / Beaume

Matériel

12Le mobilier osseux faunique est issu de 25 US (tabl. XVIII), 15 d’entre elles datent du xiiie s. et proviennent principalement de deux bâtiments, 9 appartiennent aux xive et xve s.

TABL. XVIII
Châteauneuf-sur-Isère / Beaume : liste des unités stratigraphiques étudiées (NR dét. : nombre de restes déterminés ; NR total : nombre de restes total.

Résultats

La matière osseuse

13Les surfaces osseuses sont fréquemment attaquées conjointement par les radicelles végétales et par les agents physico-chimiques du sol. En revanche, l’épaisseur et la texture des parois osseuses sont intactes.

Les espèces

14Les dénombrements d’espèces sont exposés en nombre de restes par taxon dans le tableau XIX, en nombre minimum d’individus dans le tableau XX et en nombre de restes par organe pour les principaux taxons dans le tableau XXI.

TABL. XIX
Châteauneuf-sur-Isère / Beaume : nombre de restes déterminés par unité stratigraphique.

TABL. XX
Châteauneuf-sur-Isère / Beaume : nombre minimum d’individus par taxon et par unité stratigraphique.

TABL. XXI
Châteauneuf-sur-Isère / Beaume : nombre de restes par organe, par taxon et par période (NR : nombre de restes).

Les ovicaprins

15Les restes de ce taxon se répartissent également entre le xiiie et les xivexve s. Aucune pièce anatomique n’est dominante dans la composition des lots. Sur 11 individus, 10 sont adultes et 1 est infantile. Pour la période des xivexve s., une extrémité distale de tibia (F21-US 33) est attribuée au mouton (Boessneck 1969), et une troisième molaire supérieure isolée présente une usure moyenne, « ++ », indiquant un âge de 4-5 ans.

Les porcins

16Aucun reste de très grande dimension ne permet d’évoquer avec certitude la présence du sanglier. Aucun organe n’est particulièrement représenté. Sur 10 individus, 9 sont adultes et 1 est juvénile. Tous les critères d’âges convergent vers la classe des jeunes adultes, vers 18 mois par une quatrième prémolaire non usée (F1), entre 2 et 3,5 ans par une extrémité proximale de tibia non épiphysée (US 68), une extrémité proximale de tibia non épiphysée (F28-US 54) et une extrémité proximale d’humérus non épiphysée (F20-US 32). Deux talus (F21-US 33) permettent d’estimer des hauteurs au garrot : 72 et 78 cm (Teichert 1990).

Les bovins

17La dizaine de restes provient de 5 adultes, dont l’un au moins est jeune, entre 2 et 4 ans (épiphyse distale de fémur non synostosée) [F20-US 32],

Les équidés

18Présents dans les deux périodes, les vestiges de ce taxon se concentrent dans les fosses 19 et 20. La première a livré un fémur et un tibia gauches originellement entiers qui peuvent parfaitement appartenir à un même individu. La seconde renfermait un crâne en connexion avec les sept vertèbres cervicales ; quelques débris de vertèbres thoraciques ainsi que des morceaux des premières côtes témoignent de la présence, au moins initialement, du thorax dans le prolongement du cou. L’ensemble des ossements appartenait peut-être à un même cadavre, démantelé lors de l’évolution ultérieure de la structure dans laquelle il avait été placé. Par ailleurs, un maxillaire reposait sur le lit de tuiles du bâtiment C (US 23).

19Les morphologies des reliefs d’émail (Eisenmann 1986 ; Peters comm. orale 1997) sur la face occlusale des dents sont de type caballin sur une mandibule (F1), un maxillaire (US 23), le maxillaire et la mandibule de la tête entière (F20-US 32), et de type asinien sur une mandibule (F69). L’articulation distale du tibia (F 19) est de type caballin (Peters 1998 ; Forest 1999). Enfin, les dimensions des pièces correspondent soit à des animaux proches de 1,40 m de hauteur au garrot, soit à des animaux tendant vers 1 m au garrot (mandibule de type asinien, deux métacarpes [US 67, F66-US 168]). L’âne, comme petit équidé, et le cheval, comme grand équidé, peuvent être évoqués franchement sans qu’aucun indice ne suggère la présence d’un hybride des deux espèces. Les mâchoires du crâne (F20-US 32) portent des canines développées, qui plaident pour l’identification à un mâle.

20Certains os portent des traces de couteau : col et diaphyse du fémur (F19), diaphyse du tibia (F 19), faces dorsales des os nasaux gauche et droit du crâne (F20-US 32), arcs dorsaux des sept vertèbres cervicales (F20-US 32). Si les stries sur le museau ont pu être faites lors du dépouillement, les autres ne peuvent découler que d’un désossage. Les masses musculaires du cou et d’un membre postérieur ont donc été prélevées.

Le chien

21Les 21 restes de chien, dont 16 ont été extraits d’un amas de galets (F21-US 33), proviennent d’au moins un juvénile et six adultes. Leur format est variable, comme l’illustre la cour (US 67) où un tibia permet d’estimer une hauteur au garrot à environ 72 cm, ce qui correspond à un « grand » chien de gracilité « moyenne » (Udrescu, Nicolaescu-Plopsor 1990), tandis qu’une largeur diaphysaire d’un second tibia est moitié moindre de celle de ce grand tibia.

Le lapin

22Une mandibule, une moitié distale de fémur et une moitié proximale de tibia, toutes deux non épiphysées, et une vertèbre lombaire, (F21-US 33), sont rapportées à ce taxon par les dimensions des pièces.

Les oiseaux

23Une ulna de petite taille (F17-US 48] et un tibiotarse (F18-US 162) appartiennent à des poules adultes. Une ulna (F21-US 33) présente la morphologie d’un passeriforme de type turdidé.

Interprétation

Taphonomie post-dépositionnelle

24L’altération importante des surfaces osseuses témoigne d’un certain pouvoir destructeur du sol qui pourrait en partie expliquer la rareté des restes de jeunes animaux dont la matière osseuse est plus fragile. Toutefois, il ne paraît pas assez puissant pour avoir détruit totalement leurs dents, beaucoup plus résistantes, qui sont pourtant absentes.

25Par ailleurs, il est possible que des remaniements ultérieurs des sédiments aient pu influer sur la conservation de certains ossements. Ainsi, dans les fosses 19 et 20, le squelette d’équidé peut avoir été déposé entier, puis avoir en grande partie disparu.

26Il est donc difficile de se prononcer sur la qualité de restitution du matériel osseux déposé par rapport au matériel osseux étudié. On supposera donc dans la suite de ces interprétations qu’il représente ce qui, au départ, était déposé.

Nature des restes

27Elle est difficile à définir. Les parties anatomiques et les traces d’instruments témoignent d’une découpe des animaux et d’une récupération de la viande, dont le but alimentaire est plus que probable. Dans l’amas de galets (F21-US 33) la concentration des restes de chien, dépourvus de traces, laisse supposer que cette espèce n’a pas subi le même sort que les autres, mais il peut s’agir d’une variante dans les pratiques alimentaires. Les restes de lapin peuvent, eux, appartenir à un animal intrusif.

Restes osseux et consommation de viande

28Les restes osseux montrent que l’alimentation carnée repose sur les espèces traditionnelles du Moyen Âge dans le sud-est de la France (Forest 1998a), auxquelles les équidés peuvent être ajoutés. Une quantification sommaire de l’apport carné à partir des NMI permet de mettre en évidence le rôle principal des bovins et celui, non négligeable, des équidés. Chez les porcins tous les indices d’âge convergent vers de jeunes adultes.

Restes osseux et élevage

29Le très faible volume d’os disponible pour chaque période ne permet pas de grand développement sur l’élevage. Toutefois, la forte présence des équidés par rapport aux espèces de rente est remarquable, notamment par sa fréquence d’apparition qui est supérieure à celles des porcins et des bovins. De plus, sur un même site, au sein d’une petite série osseuse, règne une grande amplitude dans le format des chiens, ce qui sous-entend une certaine diversité dans leur fonction : par exemple chien de garde pour les grands, de chasse, de compagnie pour les plus petits.

17.2.3 Upie / Les Vignarets

Matériel

30Les vestiges osseux fauniques proviennent de sept ensembles stratigraphiques, tous datés des xe-xie s. (tabl. XXII).

us

structure

datation

NR dét.

NR total

309
327

fosse 53

xe-xie s.

9

30

328

couche abandon

xe-xie s.

3

5

330

fosse 55

xe-xie s.

3

342

fosse 190

xe-xie s.

2

358

tranchée récup. du mur 54

xe-xie s.

1

1

393

fosse 247

xe-xie s.

4

713

fosse 256

xe-xie s.

1

1

TABL. XXII
Upie / Les Vignarets : liste des unités stratigraphiques étudiées (NR dét. : nombre de restes déterminés ; NR total : nombre de restes total).

Résultats

31L’action conjuguée des agents physico-chimiques sédimentaires et des radicelles végétales a rongé en profondeur la matière osseuse. En conséquence, les organes osseux sont réduits le plus souvent à l’état de débris indéterminables, soit 62 % du total des restes (tabl. XXIII).

TABL. XXIII
Upie / Les Vignarets : nombre de restes déterminés par unité stratigraphique (NR : nombre de restes).

32Dix des 14 restes identifiés sont bovins (tabl. XXIII, XXIV). Les restes de bovins et d’équidés sont issus d’adultes. Les longueurs des phalanges de bovins de la couche d’abandon (US 328) sont petites. Le fragment d’extrémité distale de tibia d’équidé adulte de la tranchée de récupération d’un mur (US 358) correspond à celle d’un animal d’environ 1,40 m au garrot. Les ovicaprins se signalent par une incisive d’adulte. Les fragments de tibia et de fibula dérivent d’un porcin juvénile.

Ovicaprins

Porcins

Bovins

Équidés

Mandibule

2

Dents inf.

1

Humérus

1

Radius

2

Fémur

1

Tibia

1

1

1

Fibula

1

Phalange 1

3

Total restes

1

2

10

1

TABL. XXIV
Upie / Les Vignarets : nombre de restes par organe et par taxon.

Interprétation

33Étant donné l’action destructrice très importante du sol, il est évident que toutes les pièces fragiles, jeunes animaux, espèces de petit format, ont probablement disparu. De plus, l’élimination des surfaces osseuses a effacé toute trace de découpe. Le matériel étudié n’est donc probablement pas représentatif de celui déposé, ce qui rend vaine toute interprétation. Tout au plus, on signalera la présence exclusive d’espèces domestiques, celles de rente, ovicaprins, porcins et bovins, mais aussi les équidés.

17.2.4 Crest / Bourbousson

Matériel

34Les 26 US, datées des xe et xie s., se répartissent dans trois bâtiments, dont une forge, et dans des fosses (tabl. XXV).

TABL. XXV
Crest / Bourbousson : liste des unités stratigraphiques étudiées (NR dét. : nombre de restes déterminés ; NR total : nombre de restes total).

Résultats

État physique des ossements

35Suivant les US, l’action des radicelles végétales et des agents physico-chimiques du sol est plus ou moins marquée. Elle peut être intense puisque parfois les radicelles végétales ont attaqué l’émail dentaire, matière pourtant très compacte.

Les espèces

36Les dénombrements d’espèces sont exposés en nombres de restes par taxon dans le tableau XXVI, en nombre minimum d’individus dans le tableau XXVII et en nombre de restes par organe pour les principaux taxons dans le tableau XXVIII.

TABL. XXVI
Crest / Bourbousson : nombre de restes déterminés par unité stratigraphique (NUS : nombre d’unités stratigraphiques ; NR : nombre de restes).

TABL. XXVII
Crest / Bourbousson : nombre minimum d’individus par taxon et par unité stratigraphique.

TABL. XXVIII
Crest / Bourbousson : nombre de restes par organe, par taxon et par période (NR : nombre de restes).

Les ovicaprins

37Plus du quart, 12 sur 42, des restes d’ovicaprins sont des cornillons plus ou moins entiers, alors que seulement trois autres pièces, dont deux dents, proviennent de la tête (tabl. XXVIII). Sur les 19 individus originels, un seul est juvénile, tous les autres sont adultes (tabl. XXVII). Deux indices appartiennent à des adultes matures : un de 7-8 ans environ par l’usure avancée, « +++/T », d’une troisième molaire inférieure (S2-F2-US 569), un de plus de 3,5 ans par une articulation distale épiphysée de radius (S2-F16- US 526). Huit restes, dont 5 cornillons, sont ovins alors que 2 restes sont caprins (Boessneck 1969) [tabl. XXIX]. Parmi les traces de découpe, nous mentionnerons le coup de tranchet assené à la base de 5 cornillons pour les séparer du crâne. Un métacarpe entier (S2-3-F2) fournit une petite hauteur au garrot d’environ 54 cm (Teichert 1975).

TABL. XXIX
Crest / Bourbousson : nombre de restes de mouton et de chèvre par organe et par période (NR : nombre de restes).

Les porcins

38Les restes de ce taxon sont absents du bâtiment 1 (tabl. XXVI). Globalement, les principaux organes du squelette sont présents (tabl. XXVIII). Aucune pièce de grandes dimensions ne plaide pour l’identification du sanglier. Un tiers des individus ne sont pas adultes : 2 infantiles et 4 juvéniles (tabl. XXVII). Un des infantiles a moins de 3 mois (quatrième prémolaire lactéale en éruption) [S3-F5-US 531]. Un des juvéniles a entre 9 et 12 mois (deuxième molaire supérieure en éruption) [S2-F2-US 511]. Trois jeunes adultes sont identifiés, dont un de moins de 2,5 ans (extrémité proximale d’ulna non fusionnée) [S2-F2-US 511], et un entre 27 et 30 mois (troisième molaire sortie et à usure non commencée « o ») [S2-F2-US 520], Deux canines inférieures de femelles ont été isolées, l’une d’une toute jeune adulte (usure non commencée) [S2-F36-US 563], l’autre d’une truie âgée (dent très usée à racine presque oblitérée) [S2-F2- US 539]. Un talus (S3-US 557) permet de calculer une hauteur au garrot proche de 65 cm, ce qui est petit comme le suggèrent certaines autres valeurs mesurées, telle qu’une largeur de col de scapula (S2-F36-US 552). Inversement, une phalange 1 (S2-F36-US 552) est assez grande.

Les bovins

39Plus du tiers des restes de ce taxon sont des fragments de côtes (tabl. XXVIII). Les 12 individus recensés sont tous adultes (tabl. XXVII). Un os coxal a une morphologie de type femelle (S2-F2-US 569). Deux autres os coxaux (S2- F16-US 526 et S2-F3-US 561) s’en approchent. Deux dimensions mesurées, largeur du col d’une scapula (S2-F2- US 539) et largeur de l’extrémité proximale d’un métacarpe (S1-F21-US 26), sont respectivement « moyenne » et « petite » (Forest, Rodet-Belarbi 2000).

Les oiseaux

40Leur présence se réduit à une diaphyse de tibiotarse de poule en période de ponte –car le canal médullaire est partiellement comblé par un dépôt minéral (Driver 1982)–, et à une diaphyse de tarsométatarse de poule dépourvu de dépôt et d’ergot.

Interprétation

Taphonomie post-dépositionnelle

41Comme l’action destructrice du sol et des végétaux est importante, une perte des ossements présents initialement, notamment les plus fragiles, est possible. Toutefois la présence d’infantiles et de juvéniles porcins témoigne d’une survivance partielle de ces pièces fragiles.

42On peut donc considérer que dans une certaine mesure, les restes osseux exhumés donnent une idée assez correcte du mobilier initialement déposé.

Nature des restes

43La présence quasi exclusive des espèces traditionnellement consommées, ovicaprins, porcins, bovins, poule chez les oiseaux, et les traces de découpe enregistrées indiquent qu’il s’agit majoritairement de déchets alimentaires. Toutefois, la concentration de cornillons d’ovicaprins, et plus particulièrement de mouton, fait écho à leur emploi dans un artisanat.

Restes osseux et consommation de viande

44La consommation carnée s’appuie sur les espèces couramment mangées (Forest 1998a). L’évaluation quantitative par le NMI des parts de viande fournies par les différents taxons donne 68 % de viande de bœuf, 22 % de porc et 10 % de mouton/chèvre. Les équidés sont absents.

Restes osseux et élevage

45En l’absence de spécialisation dans les produits, il est impossible de dire si les consommateurs sont les éleveurs ou non des animaux consommés. En conséquence, la question de l’élevage ne peut être abordée.

Restes osseux et artisanat

46Le nombre de cornillons d’ovicaprins est trop important par rapport aux autres organes squelettiques et plus particulièrement à ceux de la tête, quasiment absents. Ils ont donc été volontairement apportés sur le site et non rejetés comme déchets puisque d’autres organes habituellement considérés comme tels pour ces espèces –restes crâniens, mandibules, vertèbres– manquent. En l’absence de phalanges, qui, associées aux cornillons, plaideraient pour une activité de peausserie (Serjeantson 1989), il faut convenir que c’est la corne qui intéressait les occupants du site. Comme les cornillons ne portent aucune trace, ce n’est probablement pas cette partie de la corne qui était recherchée mais ce qui l’enveloppe, l’étui corné. En l’état actuel de nos connaissances, deux activités précises l’emploient. La première est la corneterie, qui transforme l’étui corné en objets finis. La seconde est la métallurgie du fer. En effet, la matière cornée y intervient traditionnellement pour provoquer un aciérage superficiel du fer par cémentation (Bois, Forest 2000).

47La présence d’une forge dans faire de fouille plaide pour cette seconde hypothèse, avec la coïncidence que le seul fragment osseux identifié dans les contextes de la forge (F3-US 508) est justement un fragment de cornillon. Les

48cornillons d’ovicaprins constitueraient une preuve supplémentaire du fonctionnement de la forge, en signalant une technique pointue, mais simple, de transformation qualitative du fer. Toutefois, il ne faut pas oublier que la matière cornée intervient dans la fabrication d’éléments annexes à la métallurgie, comme les manches de couteau, les cornillons établissant ainsi la jonction entre corneterie et métallurgie.

17.2.5 Chabrillan / Saint Martin

Matériel

49Les vestiges fauniques sont fournis par 64 US, appartenant à un total de 53 structures (tabl. XXX). Ces unités stratigraphiques proviennent en nombres très inégaux de divers secteurs puisqu’à lui seul le secteur nord livre 29 US. Les structures originelles sont principalement des fosses (36 des 53 structures). La datation retenue va du xie au xiie s., avec peut-être un lot du xiiie s. (US 1188).

us

Fait

Remarque

NR dét.

NR total

1103

1147

tranchée

2

3

1164

1164

fosse

1

1

1170

1171

fosse

3

4

1188

1187

1

3

1206

1206

fosse/scories

7

10

1252

1252

fosse/scories

1

1

1256

1256

excavation/scories

1

3

1102

remblai

11

16

3152

3151

fosse

1

1

3159

3151

fosse

3

3

5033

5033

fosse

5

7

5084

5084

fossé

4

4

6418

6017

fosse

2

3

6420

6017

fosse

2

2

6376

6022

fosse

3

9

6377

6022

fosse

6

6

6378

6022

fosse

14

14

6502

6081

fossoyage

3

3

6083

6084

fossé

2

3

6084

6084

fossé

2

2

6474

6084

fossé

2

6

6096

6096

fosse

1

4

6285

6096

fosse

5

5

6392

6097

fosse

1

3

6394

6097

fosse

2

2

6326

6100

fosse

29

38

6327

6100

fosse

2

3

6329

6100

fosse

6

7

6103

6103

fosse

2

2

6265

6103

fosse

2

2

6112

6112

fosse

1

1

6270

6112

fosse

2

3

6113

6113

fosse

7

15

6257

6114

fosse

2

2

6290

6318

fosse

1

1

6320

6320

remblai

30

45

6632

6595

fosse

2

2

6612

6612

fosse

2

4

6507

6613

fosse

14

26

6642

6641

7

9

6643

6643

fosse

2

5

7017

7017

fosse

1

2

7033

7021

fosse

6

13

7028

7028

fosse

4

4

7145

7145

fosse

9

15

7083

7148

fosse

2

3

7154

7154

2

3

7009

7170

fosse

1

1

7187

7187

fosse

7

7

7217

7187

fosse

33

34

7220

7187

fosse

2

2

7356

7357

fosse

1

2

11034

11033

fosse

36

39

11061

11060

fosse

85

132

11092

11092

couche

2

2

11093

11093

excavation

17

36

12011

12011

fosse

4

5

12045

12047

fosse

5

8

12048

12051

fosse

1

1

12060

12060

sous 12011

3

6

12078

12079

2 fosses

3

5

12004

12090

fosse

3

5

12122

12123

fosse

1

1

12141

12142

trou de poteau

2

3

12151

fosse

2

3

TABL. XXX Chabrillan / Saint-Martin : liste des unités stratigraphiques étudiées (NR dét. : nombre de restes, NR total : nombre de restes total).

50Certaines structures, comme les fosses 6022, 6084, 6096, 6100, 7187, comptent 3 ou 4 US. Après lecture du rapport de fouilles, il nous a semblé que l’individualisation de chaque unité stratigraphique au sein d’une fosse correspondait à une étape singulière du comblement ; aussi nous avons décidé de laisser indépendante chaque unité stratigraphique, et de travailler sur cette division stratigraphique.

Résultats

51Le nombre total de restes déterminés, 414, donne un nombre moyen de restes par unité stratigraphique faible : 6,4. La majorité des unités stratigraphiques, 42, livrent au plus 5 restes. Cinq unités stratigraphiques contenant plus de 20 restes représentent presque la moitié du nombre de restes, soit 202. Cette répartition contrastée implique que les restes fauniques doivent être interprétés comme un ensemble unique, en postulant que les unités stratigraphiques ont reçu de manière aléatoire les restes et donc que les informations récoltées représentent statistiquement l’ensemble du mobilier osseux abandonné (ou déposé), ce qui revient à assimiler l’ensemble des unités stratigraphiques à une unique structure. Toutefois, ceci ne nous empêchera pas de signaler d’éventuelles variations spatiales.

52Dans tous les tableaux, les résultats sont présentés globalement pour l’ensemble du site. Quatre tableaux concernent les résultats des dénombrements généraux, les nombres de restes et les fréquences d’apparition dans le tableau XXXI, les nombres minimum d’individus dans le tableau XXXII, les masses de restes dans le tableau XXXIII. Le tableau XXXIV expose les nombres de restes par organe squelettique pour les principaux taxons.

TABL. XXXI
Chabrillan / Saint-Martin : nombre de restes et fréquence d’apparition par taxon (NR : nombre de restes ; FA : fréquence d’apparition).

TABL. XXXII
Chabrillan / Saint-Martin : nombre minimum d’individus et proportion de viande (Columeau 1991) [NMI : nombre minimum d’individus).

TABL. XXXIII
Chabrillan / Saint-Martin : masse des restes pour les espèces principales, en grammes (MR : masse des restes).

TABL. XXXIV
Chabrillan/Saint-Martin : nombre de restes par organe pour les principaux taxons (NR : nombre de restes).

État physique des ossements

53La matière osseuse est généralement bien conservée. Les agents physico-chimiques du sol l’ont respectée, cependant, parfois les radicelles végétales ont entamé les surfaces osseuses, comme dans l’US 1102.

Les espèces

Les ovicaprins

54Ce taxon est présent dans 68 % des unités stratigraphiques (tabl. XXXI). Le quart environ des 132 restes provient de l’US 11061 sans que cette concentration corresponde à une particularité du dépôt. 36 % des restes appartiennent à la tête, 37 % aux ceintures et rayons principaux des membres (tabl. XXXIV). Les autres vestiges dérivent de la colonne vertébrale et du thorax. Les petits os, comme les phalanges, sont absents.

55Quatorze restes, dont 3 mandibules d’infantiles/juvéniles (Payne 1985), sont ovins, et 9 sont caprins (Boessneck 1969) [tabl. XXXV], Cinq restes de caprins se trouvent dans l’US 11061 et 3 autres sont des cornillons, notamment dans les US 1206 et 1256.

TABL. XXXV
Chabrillan / Saint-Martin : nombre de restes de mouton et de chèvre par organe (NR : nombre de restes).

56Les individus infantiles et juvéniles sont en nombres égaux et comptent pour 29 % des 58 individus recensés (tabl. XXXII). Quelques mâchoires permettent de préciser des âges de mort : 6 des 9 adultes ont plus de 6 ans, et parmi eux 2 sont vieux (tabl. XXXVI). Les rares épiphysations osseuses n’apportent pas d’information complémentaire : 3 extrémités distales épiphysées, une de tibia et 2 de métatarses (animaux adultes de plus de 18 mois).

TABL. XXXVI
Chabrillan / Saint-Martin : mortalité des ovicaprins d’après les mâchoires.

57Les 3 os coxaux sexés sont caprins : un de morphologie mâle (US 7009) et 2 de morphologie femelle (US 11061).

58Les dimensions des ossements sont globalement moyennes.

5915 % des pièces, ovines et caprines, de tous âges, portent des sections et des stries réalisées lors de désarticulations et de désossages (tabl. XXXV). Un cornillon de caprin est séparé de l’os frontal par section, et a été de plus amputé de son apex par une double section, latérale et médiale, qui donne une surface légèrement biseautée (US 1206).

Les porcins

60Aucune pièce ne suggère la présence du sanglier.

61Bien que le porc compte autant de restes que les ovicaprins (129), il est moins fréquent qu’eux avec 54 % d’US le contenant (tabl. XXXI), car presque la moitié des restes est issue de deux US, 6326 et 11061. Dans chacune des deux, se trouvaient des éléments de toutes les parties des squelettes d’au moins deux porcelets infantiles. Globalement, toutes les régions anatomiques sont représentées, à l’exception des doigts dont les phalanges sont quasi inexistantes (tabl. XXXIV).

62Infantiles et juvéniles comptent chacuns pour le cinquième des 45 individus (tabl. XXXII). Les indices dentaires montrent que ces jeunes animaux ont un peu tous les âges (tabl. XXXVII). Si on leur adjoint les jeunes adultes, une seule mâchoire sur 13 appartient à un individu mature de 4-5 ans. La jeunesse de la population est confirmée par les données épiphysaires puisque chez les adultes, aucune n’indique un animal mature de plus de 3,5 ans (une extrémité distale de tibia et une de métacarpe médial non épiphysées, un peu moins de 2 ans ; une extrémité distale de tibia épiphysée, plus de 2 ans ; un calcanéus non épiphysé, moins de 2,5 ans ; une extrémité proximale d’humérus non épiphysée, moins de 3,5 ans). Trois indices sexuels ont été enregistrés : ils sont tous femelles et correspondent plutôt à de jeunes adultes (un maxillaire de 15-18 mois, un maxillaire d’à peu près 18 mois avec une incisive 2 en éruption, une canine supérieure isolée dont la racine est encore largement ouverte).

TABL. XXXVII
Chabrillan/Saint-Martin : mortalité des porcins d’après les mâchoires.

63Une hauteur au garrot de 74 cm, hauteur moyenne, comme les valeurs ostéométriques, a pu être estimée à partir d’un talus (Teichert 1990).

64Les marques de découpe sont assez nombreuses. 17 % des ossements en portent (tabl. XXXIV). Elles se rencontrent quel que soit l’âge, particulièrement sur les os des infantiles des US 6326 et 11061.

Les bovins

65Malgré un nombre total de restes assez fort, 118, les bovins ne sont présents que dans 41 % des unités stratigraphiques (tabl. XXXI). En effet, deux d’entre elles, les US 7217 et 11034, contenaient 49 % des restes, quasi également répartis entre elles. La part des vestiges des mâchoires est voisine de celle des porcins (tabl. XXXIV). Dans l’US 7217, se trouvaient des restes crâniens et vertébraux d’un individu juvénile. Vingt et un des 27 restes de l’US 11034 sont issus d’une même tête d’adulte, nonobstant un doute sur la correspondance entre le crâne et les mandibules. Par ailleurs, tous les organes squelettiques les plus importants sont représentés dans l’assemblage.

6689 % des 27 individus recensés sont adultes, 3 seulement sont juvéniles (tabl. XXXII). Le juvénile de l’US 7217 est proche de 18 mois (deuxième molaire en éruption), l’adulte de l’US 11034 a plus de 8 ans (usure des molaires « +++ »). Les données épiphysaires indiquent que les adultes se partagent entre jeunes adultes, épiphysations tardives non réalisées, et adultes matures, celles-ci réalisées (tabl. XXXVIII).

TABL. XXXVIII
Chabrillan/Saint-Martin : mortalité des bovins adultes d’après les épiphysations osseuses.

67Deux coxaux sont de morphologie mâle (US 7217 et 11034).

68Les dimensions osseuses sont en général « moyennes » à « petites » avec un radius « grand » et un calcanéus qui s’inscrit de peu parmi les « très grands ». Les hauteurs au garrot, évaluées à partir du radius, 1,23 m, de d2 métacarpes, 1,10-1,15 m et 1,05-1,10 m, et de 1 métatarse, 1,14-1,21 m (Matolcsi 1970), matérialisent le format général et ses variations.

69Le pourcentage d’os porteurs de traces d’instruments est identique à ceux des deux taxons précédents, 16 % (tabl. XXXIV). Deux vertèbres thoraciques du lot de PUS 7217 portent des stries. De même, la tête de l’US 11034 est découpée.

Les équidés

70À l’exception des vestiges de l’US 1206, peu caractérisés, tous les autres sont de petites dimensions qui les rapprochent d’un équidé d’une hauteur au garrot de 1 m, qui à cette époque est plutôt celle des ânes. Les deuxième et troisième prémolaires, la première molaire d’un même maxillaire (US 6083) possèdent un dessin des crêtes d’émail de type asinien (Peters, comm. orale 1997).

71Un col d’ilium (US 5084) et une extrémité distale d’humérus (US 12004) sont striés, ce qui témoigne d’un désossage.

Le chien

72Il n’est représenté que par 2 mandibules (US 6320 et 7145).

Les oiseaux

73La poule apparaît dans 15 US, principalement par des os longs (tabl. XXXIV). La grande majorité des individus est adulte (tabl. XXXII). Parmi les 6 rayons osseux brisés du membre inférieur, 4 ont un dépôt minéral dans la cavité médullaire (femelle en période de ponte : Driver 1982) et 2 en sont dépourvus. De plus, un tarsométatarse, dépourvu d’ergot, peut être attribué à une femelle. Les indices de détermination sexuelle sont donc en majorité femelles. Une extrémité proximale de fémur est sectionnée (US 11061), et 2 extrémités distales de tibiotarse (US 7028 et 11061) portent des stries et pour l’un une section. Ces dernières traces ont été faites lors de la désarticulation, notamment lors de l’ablation probable des « pattes ».

74La présence de l’oie est révélée par un fragment mandibulaire (US 6022), une moitié distale d’ulna sectionnée à son extrémité diaphysaire (US 11092), un carpométacarpe et éventuellement une phalange postérieure (US 12011).

Les indéterminés

75Le taux d’indéterminés est relativement faible : 45 % (tabl. XXXI). Aucun particularisme n’affecte ce groupe d’ossements. Parmi eux, on note une baguette épannelée, préliminaire à la confection d’un objet (US 11034).

Interprétation

Taphonomie dépositionnelle et post-dépositionnelle

76La bonne conservation de la matière osseuse, que prouvent les nombreux restes d’infantiles et le faible taux d’indéterminés, laisse supposer que les pertes de matières osseuses après le dépôt sont faibles. Toutefois, ne connaissant pas les conditions exactes du ramassage des restes, le faible nombre de restes indéterminés peut être lié à des conditions de fouilles difficiles qui ont imposé une collecte sélective.

77En tout état de cause, il est probable que le matériel étudié reflète assez bien celui qui fut abandonné sur le site par les occupants.

Nature des restes

78L’identification d’espèces domestiques consommables et de traces de découpe conduit à définir la quasi-totalité des restes comme issue de la chaîne de préparation et de consommation de viande, bien que parfois un équarrissage puisse avoir été le seul pratiqué. Même les ensembles osseux qui auraient pu apparaître comme des cadavres abandonnés, porcelets infantiles, bovins juvéniles, tête de bovin, ont été traités. Seules, les mandibules de chien peuvent être considérées comme non liées à l’alimentation.

79Un artisanat de l’os existe, mais il n’est pas responsable de la production des déchets osseux. De plus, les cornillons de caprins doivent attirer notre attention par la matière cornée qu’ils portaient, susceptible d’être employée dans certaines industries.

Restes osseux et alimentation

80Les espèces consommées sont exclusivement domestiques : mouton, chèvre, porc, bœuf, âne, poule, oie. Le grand et le petit gibier sont absents. Les quelques traces observées de présence de l’âne nous incitent à le croire consommé.

81Aucune sélection de pièce de viande n’est apparue au sein de chacune des espèces. En revanche, une proportion non négligeable d’ovicaprins –des agneaux identifiés par les mandibules– et de porcins infantiles est consommée. De plus, chez les porcins, les indices d’animaux âgés, même chez les femelles, sont très rares.

82Au sein de la triade domestique, que ce soit par la masse de restes directement proportionnelle à la quantité de viande fournie ou par l’estimation des masses de viande à partir des NMI, le bœuf fournit 64 % de la viande, le reliquat étant partagé différemment suivant la méthode entre ovicaprins et porcins (tabl. XXXII, XXXIII). L’âne fournirait de 7 à 15 % de la viande par rapport au total de la triade domestique. La fréquence des restes de poule souligne que la consommation de celle-ci devait être soutenue, même si quantitativement il est irréaliste de chercher à l’estimer.

83De par les infantiles, les bovins jeunes adultes et l’absence de porcins âgés, l’alimentation carnée du site n’apparaît pas comme résultant de la nécessité de la réforme d’animaux élevés, c’est-à-dire abattus adultes matures ou vieux. Toutefois, ces indices ne sont pas assez marqués pour les rapprocher des sites socialement favorisés que nous avons définis récemment dans une synthèse sur l’est lyonnais aux xe-xie s. (Forest et al. 2001). Si les consommateurs sont les éleveurs, ils n’ont pas prélevé dans leurs troupeaux les bêtes les plus rebutantes, bien au contraire. Par ailleurs, l’absence totale de gibier souligne que les occupants sont totalement étrangers au monde sauvage, dont, apparemment, ils n’ont pas à se défendre par une chasse de protection.

Restes osseux et élevage

84La liste des espèces élevées est simple : mouton, chèvre, porc, bœuf, poule, âne, chien et probablement oie. Le lapin, le chat domestique et le cheval sont absents.

85Si les nombres de restes, les nombres minimums d’individus et les fréquences d’apparition, reflètent l’importance, toutes productions et services confondus, des espèces animales élevées dans ou autour du site, les composantes de la triade domestique s’équivalent.

86Les chiffres de la mortalité liée à la consommation au sein des espèces ne permettent guère d’envisager une gestion spécialisée. Tout au plus, peut-on affirmer que si les consommateurs sont les éleveurs, l’élevage est suffisamment prospère pour ne pas avoir à se contenter des animaux de réforme. De plus, ces chiffres ne correspondent pas à une vie autarcique. Dans ces hypothèses, la consommation de chèvre et d’âne pourrait être mise sur le compte d’une gourmandise plus que d’une nécessité !

Restes osseux et artisanat

87Sur 132 restes, 6 cornillons d’ovicaprins ont été inventoriés : un cornillon entier de caprin dont l’apex a été sectionné et 2 fragments non spécifiquement déterminés (US 1206), 2 cornillons entiers de caprin (US 1256 et 12122) et un cornillon entier de mouton (US 11034). Or les US 1206 et 1256 contiennent des scories résultant d’une activité de forge. Comme nous avons mis en évidence une relation possible entre la métallurgie du fer et l’emploi de la matière cornée (Bois, Forest 2000), il est intéressant de constater que 4 des 6 vestiges de cornillon trouvés se localisent dans ces 2 unités stratigraphiques.

17.2.6 Montboucher-sur-Jabron / Constantin

Matériel

88Le mobilier osseux faunique provient de 5 unités stratigraphiques –3 excavations et 2 niveaux d’occupation dans le bâtiment du haut Moyen Âge (tabl. XXXIX)– toutes datées des vie et viie s.

TABL. XXXIX
Montboucher-sur-Jabron / Constantin : liste des unités stratigraphiques étudiées (NR dét. : nombre de restes déterminés ; NR total : nombre de restes total).

Résultats

État physique des ossements

89Les os ont souffert d’une forte altération superficielle, due à la corrosion sédimentaire.

Les espèces

90Les dénombrements des espèces sont exposés en nombres de restes dans le tableau XL, et les nombres de restes par organe dans le tableau XLI.

TABL. XL
Montboucher-sur-Jabron / Constantin : nombre de restes par unité stratigraphique (NR : nombre de restes).

TABL. XLI
Montboucher-sur-Jabron / Constantin : nombre de restes par organe (NR : nombre de restes).

Les porcins

91Ils sont représentés par un maxillaire appartenant à un juvénile d’à peu près 15 mois (F1-US 26) et par une diaphyse humérale d’adulte (F3-US 34).

Les bovins

92Tous les vestiges proviennent d’individus adultes. Un est jeune, de moins de 4 ans (moitié proximale de tibia non épiphysée) [F6-US 55]. Une zone acétabulaire de coxal est de type femelle (US 96). Un radius, dont l’extrémité distale a disparu, présente au tiers de la diaphyse une déformation : le grand axe de l’os est légèrement coudé, la concavité résultante étant sur le côté médial. Cette lésion évoque une fracture en « bois vert », c’est-à-dire réalisée sur un os encore malléable de juvénile, qui ne se rompt point franchement mais se tord.

Les équidés

93Toutes les pièces se rencontrent dans la même unité stratigraphique (F6-US 55) : os pariétaux gauche et droit, portion d’os zygomatique gauche, prémolaires supérieures droites d’un même maxillaire droit, de la troisième prémolaire à la seconde molaire d’un maxillaire gauche, troisième molaire supérieure gauche, arcade incisive et mandibule droite. Cette dernière porte une troisième incisive et une troisième molaire en éruption, ce qui correspond à un âge de 4-5 ans (Châtelain 1988). De plus, l’absence de canine caractérise une femelle. Tous ces éléments pourraient appartenir par leur format à la même bête. Toutefois, le dessin des plis d’émail de la face occlusale des dents supérieures est plutôt de type asinien (Peters, comm. orale 1997) alors que celui des mandibules est plutôt de type caballin (Eisenmann 1986). Comme les mensurations des dents sont comparables à celles d’une tête pouvant appartenir à un animal assez grand, de l’ordre de 1,40 m au garrot, cette tête pourrait provenir d’un hybride de type mule.

Interprétation

94L’état de l’échantillon ne permet guère de développer. Néanmoins, la tête d’équidé dans l’excavation (F6-US 55) souligne qu’elle a recueilli, non de simples rejets alimentaires finaux, de type « déchets d’assiette », mais des éléments disparates, dont des déchets primaires dans la phase initiale de la coupe du cadavre. Cette excavation est plus un « dépotoir » qu’une « poubelle ».

17.3 Aimargues / Saint-Gilles le Vieux

17.3.1 Matériel

95Les restes osseux d’animaux prélevés sur le site de Saint-Gilles le Vieux proviennent de rejets d’origine domestique évacués dans les silos après leur abandon, dans des fosses et dans des fossés (tabl. XLII). Le remplissage de ces structures constitue des lots d’inégale importance.

TABL. XLII
Aimargues / Saint-Gilles le Vieux : distribution chronologique des restes osseux animaux.

96Des quelque 6 100 fragments osseux ou dentaires analysés, environ 85 % ont été retrouvés à l’intérieur de structures bien datées, le reste est issu de niveaux dont la datation, comprise entre le vie et le xiie s., n’a pu être précisément définie. Les échantillons, quelquefois très modestes, ne sont pas représentatifs de la durée d’une occupation ou de sa densité : ils sont un témoignage de la tendance de l’élevage, de l’importance de la chasse, donc de l’alimentation carnée.

97Aucun recollage entre les éléments anatomiques n’a pu être pratiqué d’une unité stratigraphique à l’autre au sein d’une même structure ou entre deux structures contemporaines, la forte fragmentation des éléments anatomiques ne le permettant pas.

98Environ 53 % des restes ont été spécifiquement attribués. Plus de 89 % des vestiges déterminés appartiennent à des espèces domestiques, en particulier à la triade classique du cheptel : bœuf, caprinés (moutons/chèvres) et porc. Ces vestiges représentent des rejets alimentaires. Quelques éléments correspondent au prélèvement de la peau des moutons et des chèvres.

99Parmi les restes ne comportant pas de caractères spécifiques suffisants pour une attribution certaine (fragments d’os longs, de côtes et de vertèbres), nous avons procédé à une séparation en deux groupes : d’une part les mammifères de taille moyenne (porcins, caprinés, etc.) d’autre part les grands mammifères (bœufs, équidés) [tabl. XLII]. Il existe une étroite relation entre les pourcentages d’éléments spécifiquement attribués et les deux groupes constitués avec les fragments indéterminés. En effet, les restes attribués aux porcs et aux caprinés atteignent 79 % du total des restes déterminés de mammifères et les vestiges classés dans le groupe des mammifères de taille moyenne s’élèvent également à 79 % de la somme des vestiges indéterminés de mammifères. Étant donné la très forte représentation des caprinés, il est tout à fait probable qu’une grande partie des vestiges du groupe des mammifères de taille moyenne puisse leur être imputée ; on peut émettre la même hypothèse sur la relation entre les vestiges de bovins et les restes attribués aux grands mammifères. Tous ces fragments non spécifiquement identifiés n’ont pas fait l’objet d’un rejet particulier, ils sont toujours associés aux éléments déterminés et la plupart portent des traces de découpe et de morsures comme ces derniers ; ils sont le résultat de la préparation alimentaire et de la consommation des os par les carnivores, mais aussi, en dernier lieu, du piétinement.

100L’échantillon provenant d’un silo dont la datation se situe entre le viie et le viiie s., trop modeste pour être considéré comme représentatif de deux siècles d’élevage et d’alimentation, n’est présenté qu’à titre indicatif. Le mobilier daté du vie au xiie s. servira de témoin à l’ensemble des différents échantillons bien datés, sa signification étant sujette à caution. Pour mieux appréhender le ixe s. nous avons décidé de joindre les deux lots couvrant cette période jusqu’au début du xe s. Nous avons conservé la séparation de l’échantillon daté du xie s. d’avec celui de la fin xie-début xiie s., l’analyse de ce dernier semblant indiquer un léger changement.

17.3.2 Les animaux d’élevage

17.3.2.1 La répartition des restes selon la chronologie

101Au ixe s. les espèces classiques du cheptel (bœuf, porc, mouton/chèvre) sont en compétition avec un léger avantage pour les derniers (fig. 128). Le mouton (Ovis aries) sera l’espèce la mieux représentée parmi les caprinés durant toute l’occupation du site. À partir du xe s. les caprinés dominent beaucoup plus largement, et la volaille, en particulier poules et oies, est également fortement exploitée, ceci au moins jusqu’à la fin du xie s., en partie au détriment des bœufs et des porcs (fig. 129). À cette période (xexie s.), la diminution des restes de bovins mais surtout des restes de suidés se traduit également par une augmentation non négligeable des caprinés (fig. 129, 130). La dernière période étudiée –fin xie-début xiie s.– semble indiquer, à nouveau, un réel changement. Tandis que les restes de volaille diminuent fortement (ils passent de 32 à 8 %), on voit que la consommation de la viande de bœuf remonte légèrement tandis que celle du porc semble presque tripler (fig. 131). Cette période couvrant moins d’un siècle est cependant celle qui a fourni le matériel le plus abondant, mais aussi le plus varié. La participation des équidés parmi les espèces du cheptel oscille entre 1 et 2 %, ne représentant en général que très peu de restes. Cependant les 2 % de la dernière période montrent une représentation plus positive avec 34 vestiges osseux.

FIG. 128
Aimargues / Saint-Gilles le Vieux : répartition des restes des espèces domestiques consommées entre le IXe et le début du X e s.

FIG. 129
Aimargues / Saint-Gilles le Vieux : répartition des restes des espèces domestiques consommées entre le Xe et le début du XIe s.

FIG. 130
Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : répartition des restes des espèces domestiques consommées au XIe s.

FIG. 131
Aimargues / Saint-Gilles le Vieux : répartition des restes des espèces domestiques consommées entre la fin du XIe et le début du XIIe s.

17.3.2.2 L’exploitation des animaux

102La distribution anatomique des restes des mammifères domestiques ne montre pas un choix particulier dans l’une ou l’autre des diverses structures : tous les éléments sont plus ou moins représentés. Malgré cela, il ne semble pas que ces animaux aient été abattus et dépecés sur place : on constate en effet un déficit en os crâniens, en vertèbres, en côtes et en os des extrémités de pattes –déchets classiques de la pratique de la boucherie. Pour la volaille, aucun reste de crâne n’a été repéré, ceci pourrait être le résultat de la mise à mort pratiquée également ailleurs ; cette partie peut aussi avoir été consommée par des chiens immédiatement après l’abattage. Les nombreuses traces de morsures, laissées sur l’ensemble des os, témoignent de leur présence active.

103Le nombre minimum d’individus consommés paraît difficile à établir. Chaque structure ayant fonctionné durant un temps non défini peut avoir reçu les restes de plusieurs individus d’une même espèce, chaque élément anatomique pouvant ainsi représenter un individu. De plus, chacune de ces structures a peut-être fonctionné de façon indépendante, les dépôts ne paraissant indiquer, comme nous le signalons pour la distribution des restes, aucune relation les uns avec les autres.

104L’âge d’abattage des animaux est fonction de leur utilisation. Ces âges ont été déterminés par le degré d’épiphysation des os et l’usure dentaire.

105En ce qui concerne les caprinés, il y a souvent des difficultés à différencier les ossements de mouton (Ovis aries) et de chèvre (Copra hircus), cependant parmi les restes spécifiquement identifiés sur le site, 90 % appartiennent à des moutons, quelle que soit la période ou la structure. L’abattage des chèvres se pratique dès 3 ans à toutes les époques.

106Pour les moutons, on observe trois séquences, avec des pourcentages différents selon la période. Au ixe-début xe s., 5 % sont abattus entre 3 et 6 mois, 85 % entre 12 et 24 mois, les 10 % restants sont abattus entre 3 et 4 ans. Aux xe et xie s., 20 % sont abattus entre 3 et 6 mois, 50 % entre 12 et 24 mois, les 30 % restants sont abattus entre 3 et 4 ans. À la fin du xie s. et au début du xiie s., 5 % sont abattus entre 5 et 6 mois, 65 % entre 12 et 24 mois, les 30 % restants sont abattus après 4 ans.

107Les animaux abattus entre 3/6 mois et 12/24 mois sont réservés à la consommation ; les animaux plus âgés étant probablement les reproducteurs, les femelles produisant également du lait. L’ensemble des animaux fournissent laine et peau. Des traces de découpe autour des os cornus des chèvres et des moutons indiquent probablement l’utilisation de l’étui corné comme matière première destinée à la fabrication d’objets tels que les peignes, les boutons, etc., mais également le prélèvement de la peau.

108Le porc (Sus scrofa, forme domestique) présente une courbe d’abattage assez classique, quelle que soit la période de référence. Trois classes d’âge sont présentes : 35 % de l’effectif est abattu autour de 6 mois, 45 % entre 12 et 24 mois, le reste est sacrifié après 3 ou 4 ans. Les plus jeunes sont essentiellement des mâles (90 % environ), les 12/24 mois sont pour la moitié des mâles, tandis que les individus les plus âgés sont à 90 % des femelles.

109Concernant le bœuf (Bos taurus) le schéma est pratiquement identique pour l’ensemble des structures. Les animaux sont abattus au-delà de 4 ans. Au xie s. quelques restes osseux appartiennent à un ou deux individus de moins de 24 mois. L’utilisation des bovins, de leur vivant, est souvent la traction, les femelles fournissant en plus le lait et servant à la reproduction. Des traces de découpe identiques à celles relevées autour des chevilles osseuses de caprinés ont également été observées autour de celles des bovins.

110La volaille est uniquement représentée par les poules (Gallus gallus). Jusqu’au xie s. tous les ossements appartiennent à des sujets adultes. À partir du xie s. les poules sont toujours prédominantes, avec 40 % d’individus juvéniles, et à cette espèce s’ajoutent l’oie (Anser anser, forme domestique) et le pigeon (Columba livia, forme domestique), toujours consommés adultes. Par ailleurs des fragments de coquille d’œuf de poule ont été reconnus. Il faut noter parmi le matériel osseux couvrant la période des vie-xiie s., deux fragments osseux appartenant au paon (Pavo cristatus). Cette espèce introduite par les Romains –nous l’avons signalée sur le site de Saint-Romain-en-Gal (Rhône) à partir de l’époque augustéenne (Olive 1992)– est très irrégulièrement retrouvée sur les tables médiévales, elle participe apparemment à des tables seigneuriales.

111Les équidés apparaissent parmi les restes du ixe s. Deux espèces sont présentes dès cette époque : le cheval (Equus caballus) et l’âne (Equus asinus). Pour les périodes des xe et xie s. les restes n’ont pu être attribués spécifiquement : âne et/ou cheval et/ou mulet. Durant ces périodes, les individus abattus sont tous adultes (au-delà de 4/5 ans). Pour la séquence chronologique qui s’étend de la fin du xie s. au début du xiie s., tous les ossements proviennent d’une seule structure, la fosse FS041. Il semble que les restes appartiennent à un minimum de trois individus : un premier sujet, un âne dont l’âge dentaire se situe entre 12 et 24 mois, un second individu, âne, cheval ou mulet, dont l’âge se situe entre 24 et 36 mois, le troisième enfin est un animal âgé de 4/5 ans, probablement un cheval. Le plus grand nombre de ces os a été fortement rongé par les carnivores, beaucoup sont très fragmentés et la surface osseuse très érodée ne permet pas d’affirmer qu’il y a eu prélèvement de la viande. Cependant le contexte de type essentiellement alimentaire peut faire envisager la consommation de ces deux espèces.

17.3.2.3 La morphologie des espèces domestiques consommées

112La très forte fragmentation des os n’a pas permis une étude ostéométrique très poussée. Quelques hauteurs au garrot ont pu être reconstituées à partir des os des pattes des moutons (métacarpien, métatarsien, calcanéum et astragale) : 54 cm, 55 cm, 55 cm, 60 cm, 62 cm et 65 cm. Les trois premières hauteurs concernent les brebis, les trois suivantes, plus importantes, sont vraisemblablement attribuables à des béliers : quelques chevilles osseuses prouvent leur présence sur le site.

113Les chèvres, mâles et femelles, sont porteuses de cornes en forme de sabre. Une seule hauteur au garrot a pu être calculée pour une femelle : 65 cm (ceci pour la période des xe-xiie s.).

114Quelques restes crâniens de bovins permettent de dire que les femelles portaient des cornes assez longues, retournées vers l’avant. Deux hauteurs au garrot attribuées à deux vaches ont été calculées à partir de deux métacarpiens : 108 cm (xie s.) et 113 cm (vie-xiie s.).

115Deux équidés de petite taille sont à signaler, l’un au xe s. avec 108 cm, l’autre au xe-xiie s. avec 107 cm.

116Deux hauteurs ont été estimées pour le porc : environ 67 cm pour la séquence xe s. et 69 cm pour celle du xe-xiie s.

17.3.3 Les espèces sauvages

117Les mammifères chassés sont très peu représentés, il s’agit à chaque fois du cerf (Cervus elaphus) et du chevreuil (Capreolus capreolus).

118Les espèces aviaires sont un peu plus variées : la perdrix grise (Perdix perdix), la corneille (Corvus corone), le gros-bec (Coccothraustes coccothraustes), habitants des champs et des bosquets auxquels s’ajoutent quelques oiseaux d’eau : le canard colvert (Anas platyrhynchos), la sarcelle d’hiver (Anar crecca) et la foulque macroule (Fulica atra).

  • 1 – Département d’archéozoologie, Muséum d’histoire naturelle, Genève, Suisse.

119Les poissons –dont la détermination a été faite par Jacqueline Studer1– proviennent essentiellement d’eaux calmes : fleuves lents, lacs, étangs. Sont présents : le gardon (Rutilus rutilus), espèce omnivore consommant algues et invertébrés, le rotengle (Scardineus erythrophthalmus), connu sous le nom de louzou dans le Midi et également omnivore, le brochet (Exos lucius), caché dans la végétation, il chasse, c’est un carnassier comme la perche (Perca fluvia) également identifiée, la tanche (Tinca tinca), qui consomme surtout des invertébrés –mollusques et larves d’insectes– et le goujon (Gobio gobio) qui complète cet inventaire. Le goujon est un poisson qui préfère les fleuves et les rivières aux eaux moins calmes mais que l’on peut rencontrer dans les eaux stagnantes voire saumâtres. Il se nourrit de petites proies vivantes et diverses matières organiques et végétales.

120Viennent ensuite les mollusques marins dont la provenance est sûrement méditerranéenne : très fragmentés, les restes appartiennent essentiellement à des bivalves comme les moules (Mytilidae), les peignes (Pectinidae) de type coquilles Saint-Jacques et les coques (Cardiidae).

  • 2 – La fosse FS277 date du xie s.
  • 3 – Philippe Maunoir, du département d’Herpétologie du Muséum d’histoire naturelle de Genève (Suisse) (...)

121Parmi les espèces sauvages qui riont pas nécessairement été consommées citons la tortue. L’ensemble des restes retrouvés dans un silo2 –plastron, dossière et os post-crâniens– appartiennent à un individu adulte, une émyde lépreuse (Mauremys leprosa)3. C’est une espèce vivant dans des zones humides, appréciant les fonds vaseux des eaux stagnantes. Son régime alimentaire est plutôt carnivore : têtards, grenouilles, poissons, insectes, mais elle peut se nourrir également d’algues et de plantes aquatiques. De nombreux restes de batraciens ont été identifiés ; ils appartiennent à la rainette verte (Hyla arborea) et au crapaud commun (Bufo bufo).

17.3.4 Les espèces commensales de l’homme

122Les restes de chien (Canis familiaris) sont peu nombreux mais l’importance des traces de morsures sur l’ensemble des os rejetés dans les diverses structures incite à penser qu’ils étaient très présents sur les lieux.

123Un fragment d’humérus pourrait être attribué à la souris (Mus musculus).

17.3.5 Conclusion

124Les caprinés comme les bovins fournissaient surtout la viande fraîche –bien qu’il soit possible qu’une partie ait été conservée un certain temps par fumage ou salage–, les porcs, dont la plupart des abats sont consommés rapidement, fournissant surtout des réserves de viande salée, fumée ou préparée sous forme de pâtés, ainsi que la graisse pour la cuisson d’autres aliments. L’abondance de la volaille est à mettre évidemment en relation avec la consommation de poules et de poulets, mais aussi avec la production d’œufs –consommation et reproduction. Dans son livre, M. Toussaint-Samat (1987) parle d’« importante quantité de volaille engloutie par les gens du Moyen Âge », elle souligne également le rôle des œufs dans l’« alimentation modeste et quotidienne », citant F. Braudel qui parle d’une « marchandise populaire ». Cette grande part des gallinacés dans l’alimentation semble spécifique à Saint-Gilles le Vieux, puisque, sur l’ensemble des autres sites, ils sont très discrètement représentés ou bien même pas mentionnés.

125Les équidés sont présents sur les sites étudiés par R Columeau et V Forest ; l’âne est signalé dès le ve s. dans le Var à Taradeau (Columeau 1991), au xiie s. à Viviers en Ardèche (Columeau 1991), au xie-xiiie s. dans la Drôme à Puygiron (Forest 1987). La pêche semble avoir été pratiquée dans les eaux calmes, voire dormantes, la présence de batraciens, d’une tortue aquatique et d’oiseaux d’eau suppose des étangs, des marais à proximité. Les mammifères sauvages sont peu représentés en général sur la plupart des sites. Saint-Gilles le Vieux ne fait pas exception à la règle. La consommation des mollusques n’est pas inattendue sur un lieu si proche de la Méditerranée ; elle est connue depuis la plus haute Antiquité.

126Un absent dans cette faune est le lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus), cette espèce que l’on retrouve dès l’âge du Bronze en Provence (Olive in Acovitsioti-Hameau, Hameau 1990 : 192-193) et sur tous les sites médiévaux de Provence à partir du ve s. Il est présent dans le Sud de la France dès le Paléolithique (Callou 1995), cependant certains environnements ne lui sont pas propices. Les lieux trop humides, marécageux, l’empêchent de nicher.

17.4 Synthèse

17.4.1 Composition de l’échantillon

127Les six sites étudiés forment un ensemble hétérogène autant par la datation, la géographie que par le nombre des vestiges. En effet, deux lots osseux datent des vie-viiie s., cinq des xe, xie et xiie s., un du xiiie s., et un dernier des xive et xve s. De plus, dans la moyenne vallée du Rhône, seuls deux lots, Crest / Bourbousson (xe-xie s.) et Chabrillan / Saint-Martin (xie-xiie s.), dépassent 50 restes déterminés pour la triade domestique, ce qui est pour nous le seuil minimal permettant de leur accorder une valeur interprétative et comparative. Au contraire, à Aimargues / Saint-Gilles le Vieux, site beaucoup plus riche en vestiges, deux grands ensembles se dégagent, entre le ixe s. et le début du xe s. avec 213 restes, et entre le xe s. et le début du xiie s. avec 1811 restes.

128Par ailleurs, les structures archéologiques, qui ont fourni les vestiges osseux, sont diverses : hétéroclites à Châteauneuf-sur-Isère / Beaume et à Upie / Les Vignarets, bâtiments, fosses et forge à Crest/Bourbousson, fosses essentiellement à Chabrillan / Saint-Martin et à Montboucher-sur-Jabron / Constantin, fosses et fossés à Aimargues / Saint-Gilles le Vieux. Ainsi, tout en menant l’analyse comparative, il faut garder à l’esprit cette disparité des échantillons.

17.4.2 Composition et nature des lots osseux

129La liste des espèces mammaliennes et aviaires identifiées sur les cinq sites de la moyenne vallée du Rhône est relativement courte : mouton, chèvre, bœuf, équidés (cheval, âne et leurs hybrides), chien, lapin, poule, oie et turdidés. Elle s’accroît avec des espèces sauvages à Aimargues / Saint-Gilles le Vieux : cerf, chevreuil, perdrix grise, corneille, gros bec, canard colvert, sarcelle d’hiver et foulque macroule.

130Dans la moyenne vallée du Rhône, les principales variations qualitatives s’observent sur les vestiges d’équidés, présents dans des lots aussi faibles qu’Upie / Les Vignarets et Montboucher-sur-Jabron / Constantin mais absents à Crest / Bourbousson et à Chabrillan / Saint-Martin, et les restes crâniens (autres que les cornillons) de ruminants, ovicaprins et bovins, généralement rares sauf sur le site de Chabrillan / Saint-Martin. Ni la position chronologique ni le volume des lots n’expliquent ces variations. Seules les structures fouillées peuvent donner une clef d’interprétation, qui ne relève pas de leur nature « morphologique », mais de leur fonction.

131Les fosses de Chabrillan / Saint-Martin ont recueilli les rejets d’une occupation quotidienne : ce sont des poubelles. Au contraire, sur les autres sites, il semble que les structures ont reçu des déchets disparates, abandonnés dans des zones tombées en déshérence.

132Les résultats obtenus à partir des vestiges osseux d’Aimargues / Saint-Gilles le Vieux ne peuvent faire l’objet d’une interprétation particulière : on ne connaît pas exactement l’origine des dépôts retrouvés dans les diverses structures. Cependant, ces rejets d’origine domestique sont essentiellement alimentaires.

17.4.3 La consommation carnée

133Seules les espèces domestiques, mouton, chèvre, boeuf, poule, oie, et probablement les équidés à Aimargues / Saint-Gilles le Vieux, à Châteauneuf-sur-Isère / Beaume au xiiie s. et l’âne à Chabrillan / Saint-Martin sont mangés en moyenne vallée du Rhône. Au contraire d’Aimargues / Saint-Gilles le Vieux, les espèces sauvages y font presque totalement défaut à l’exception d’un lapin et d’un oiseau, peut-être intrusifs.

134Globalement, les produits consommés sont diversifiés. La chèvre est moins mangée que le mouton. Chez les porcins, les adultes matures sont rares, et les femelles sont tuées jeunes, indice de leur éventuelle castration (Forest 1997). Les bovins sont mangés adultes plutôt jeunes, puisqu’aucun critère de vieil individu n’a été repéré.

135Dans une synthèse récemment publiée, nous avons employé le nombre de restes de la triade domestique pour suivre l’évolution de l’alimentation carnée dans le sud-est de la France (Forest 1998a). Les sites de Crest / Bourbousson et Chabrillan / Saint-Martin, avec quelque 35-40 % de restes d’ovicaprins, 30 % de restes de porcins et 30 % de restes de bovins, occupent une position singulière dans la période ixe-xiie s. (fig. 132). Ils rejoignent certains sites du nord de la région Rhône-Alpes par une part plutôt faible de restes ovicaprins et inversement par une part de restes bovins et porcins relativement forte. Ainsi, ils diffèrent des sites géographiquement voisins de la zone méditerranéenne, caractérisés par une petite proportion de restes de bovins.

FIG. 132
Les sites du TGV-Méditerranée dans leur contexte régional entre le IXe et le XIIe s. (d’apr. Forest 1998a). Tracé TGV-Méditerranée : 1 Crest / Bourbousson, Xe-XIe s. ; 2 Chabrillan / Saint-Martin, Xe-XIIe s. ; 3 Aimargues / Saint-Gilles le Vieux, IXe-début Xe s. ; 4 Aimargues / Saint-Gilles le Vieux, Xe-début XIIe s. Sites de comparaison mentionnés dans le texte : 5 Rochefort-en-Valdaine / Le Château, IXe-XIes. ; 6 Mauguio / Saint-Jacques, Xe-XIe s. ; 7 Lansargues / Moulines, IXe-XIe s. ; 8 Lunel-Viel, Xe-XIe s. ; 9 Arles / Augéry-de-Corrèges, VIIIe-Xe s.

136Dans notre étude sur la période xe-xiie s. dans le nord de la région Rhône-Alpes, D. Lalaï, C. Olive et nous-même avons mis en évidence que l’abondance des restes de porcins, plus de 50 % de la triade domestique, et la pauvreté en restes de bovins, moins de 20 %, caractérisaient des sites socialement favorisés (Forest et al. 2001). Comme de plus, la consommation d’infantiles et de juvéniles n’atteint pas les proportions trouvées dans ces sites socialement favorisés, 50 % chez les ovicaprins et les porcins, 33 % chez les bovins, et que le gibier est absent, les sites de Crest / Bourbousson et Chabrillan / Saint-Martin s’apparenteraient aux sites non socialement favorisés, en opposition avec la motte castrale voisine de Rochefort-en-Valdaine (Forest 1987 ; 1998a) [fig. 132].

137Cette comparaison n’est pas possible pour Aimargues / Saint-Gilles le Vieux, car le site se trouve en zone méditerranéenne qui se distingue nettement de la zone rhône-alpine (Forest 1998a), et où aucune synthèse, équivalente à celle du nord de la région Rhône-Alpes, n’a été réalisée à ce jour. En revanche, les nombres de restes de la triade domestique nous permettent de comparer Aimargues / Saint-Gilles le Vieux avec les sites qui en sont voisins (fig. 132). Ils suivent les orientations régionales, mais n’appartiennent pas à l’entité de la zone périlagunaire camarguaise proposée par A. Gardeisen (1993) à partir des sites d’Arles / Augéry de Cortèges (viiie-xe s.) et Mauguio / Aires de Saint-Jacques (xe-xie s.), confortée par le site de Lansargues / Moulines (ixe-xie s.) [Forest 1996], qui se distinguerait par un nombre élevé de restes de bovins. Toutefois, la période ixe-début xe s. conserve une proportion de restes de bovins relativement forte, dans le prolongement de la période viie-viiie s. (tabl. XLII), ce qui rattacherait ce lot à la zone périlagunaire.

138En quantité de viande déduite des vestiges osseux, le bœuf, comme dans de nombreux sites de la vallée du Rhône, joue un rôle majeur dans l’approvisionnement carné en moyenne vallée du Rhône et au ixe-début xe s. à Aimargues / Saint-Gilles le Vieux. Au contraire, sur ce dernier site au xe-début xie s., le profil plus méditerranéen s’impose puisque, par évaluation à partir des nombres de restes (Forest 1998a), les bovins fournissent à peine la moitié de la viande domestique, et que les ovicaprins et les porcins se partagent le restant à parts égales.

17.4.4 L’élevage

139Il concerne toutes les espèces traditionnelles d’élevage : ovins, caprins, porcins, bovins, équidés, poule, oie et chien. Il manque le chat dont les vestiges sont rares en milieu rural, autant dans le nord de la région Rhône-Alpes (Forest et al. 2001) qu’en zone méditerranéenne. L’absence du lapin domestique ou sauvage sur les deux sites importants des xe-xiie s. complète celle constatée plus au nord à la même époque (Forest 1998a ; Forest et al. 2001) ; ainsi, vers le xiie s., cette espèce n’aurait toujours pas agrandi son aire d’habitat méditerranéenne. En revanche, son absence à Aimargues/Saint-Gilles le Vieux est étonnante puisqu’il se rencontre à Lansargues / Moulines (102 restes : Forest 1996) et à Lunel-Viel (284 restes : Columeau 1990). Toutefois, les découvertes de cette espèce sont irrégulières, peut-être dues aussi à des habitudes alimentaires, car elle ne figure pas dans les spectres fauniques d’Arles / Augéry-de-Corrèges (999 restes) et Mauguio / Aires de Saint-Jacques (655 restes : Gardeisen 1993). Le canard est absent de la basse-cour, comme dans tout le sud-est de la France à l’époque médiévale (Forest 1998a), ce que le site d’Aimargues / Saint-Gilles le Vieux confirmerait puisque le canard colvert identifié a été considéré comme sauvage.

140Nous avons vu au cours des études monographiques des principaux sites rhodaniens qu’il n’était guère possible d’aborder la gestion des espèces par la mortalité des animaux. À l’échelle du cheptel global, entre le xe et le xiie s., l’équivalence en nombres de restes, si ceux-ci correspondent à l’importance de chaque espèce, tous services et produits confondus, laisse supposer que l’élevage s’équilibre entre les trois grands taxons domestiques de rente dans une totale polyvalence. L’étude du site d’Aimargues / Saint-Gilles le Vieux aboutit aux mêmes conclusions pour la période ixe-début xe s. Mais à partir du xe s., l’augmentation de la proportion des restes d’ovicaprins signale probablement une exploitation préférentielle de ce taxon, qui se manifeste aussi dans le site voisin de Lunel-Viel (Columeau 1990), et qui s’amplifiera au cours des siècles suivants (Forest 1998a).

141Bien que la présence des équidés soit marquée, elle correspond à ce qui a été trouvé dans les enquêtes précédemment citées (Forest 1998a ; Forest et al. 2001). Il est à remarquer que les grands équidés, vers 1,40 m au garrot, sont absents des sites importants des xe-xiie s., Crest / Bourbousson et Chabrillan / Saint-Martin, alors qu’ils sont présents dans le site plus ancien, Montboucher-sur-Jabron / Constantin, le site qui leur est contemporain, Upie/Les Vignarets, et dans le site plus tardif, Châteauneuf-sur-Isère / Beaume. À Aimargues / Saint-Gilles le Vieux, toutes les formes d’équidés sont observées.

142L’aspect plus zootechnique de la maîtrise du format des animaux ne peut être abordé à partir de l’échantillon de sites. Toutefois, les dimensions osseuses peuvent être replacées dans un contexte plus général à partir de synthèses déjà réalisées. Pour les ovicaprins et les porcins, les quelques mesures se placent parmi celles qui sont recensées dans le nord de la région Rhône-Alpes (Forest et al. 2001). Les bovins de la période xe-xiie s. sont petits comme dans toute la France méridionale à cette époque (Forest, Rodet-Belarbi 2000).

17.4.5 L’artisanat

143Il existe une nette concordance entre la concentration de cornillons d’ovicaprins et le travail de forge à Crest / Bourbousson et une coïncidence étrange entre les positions des quelques cornillons et des scories à Chabrillan / Saint-Martin. Une relation similaire faite sur la place du marché de Saint-Paul-Trois-Châteaux (Forest 1998b) nous avait conduit à enquêter sur le lien entre la corne et la métallurgie du fer. Ces deux nouveaux sites semblent confirmer l’emploi de la matière cornée dans l’aciérage superficiel, au moins dans la moyenne vallée du Rhône où cette tradition s’est transmise jusqu’à nos jours (Bois, Forest 2000).

17.5 Conclusion générale

144Les sites médiévaux, à l’exception du site d’Aimargues / Saint-Gilles le Vieux, mis au jour sur le tracé du TGV-Méditerranée n’ont malheureusement pas livré un mobilier faunique abondant. Malgré tout, ils soulignent l’attention qu’il faut porter, avant toute interprétation secondaire, à la nature des restes osseux, et donc à la fonction qu’a exercée la structure fouillée pour les occupants du site. Une fois, cette analyse réalisée, la consommation carnée peut être abordée. Elle est dominée, en volume de viande, par les bovins sur tous les sites, sauf à Aimargues / Saint-Gilles le Vieux, à partir du xe s. Au-delà des phénomènes taphonomiques post-dépositionnels, la proportion relativement forte de restes de bovins, notamment par rapport à ceux de porcins, paraît indiquer que les sites rhodaniens entre le xe et le xive s. ne sont pas socialement favorisés.

145Hormis Aimargues / Saint-Gilles le Vieux où à partir du xe s. se pressent un intérêt particulier pour les ovicaprins, l’élevage ne semble pas spécialisé dans une espèce. Les occupants des cinq sites de la moyenne vallée du Rhône n’auraient vécu qu’au contact des animaux domestiques, puisqu’aucune trace de chasse, qu’elle soit de prédation ou de défense des cultures, n’a été découverte. Au contraire, à Aimargues / Saint-Gilles le Vieux, un prélèvement certes ténu mais bien réel a été effectué sur les espèces sauvages.

146Malgré la faiblesse quantitative des lots étudiés, les informations qui en ont été extraites constituent de nouveaux jalons dans notre connaissance des terroirs, qui de toute manière ne livreront jamais les volumineuses séries des sites urbains. Pour l’instant, en moyenne et basse vallée du Rhône, nous ne disposons pas encore suffisamment de sites qui recouvrent la diversité archéologique, sociale et géographique nécessaire à l’élaboration d’une synthèse précise pour une période chronologique donnée, telle qu’elle a pu être menée récemment en région Rhône-Alpes pour le haut Moyen Âge.

147Les jalons posés le long du tracé TGV-Méditerranée, en quadrillant plus finement le territoire, permettront demain, ou après-demain, une approche plus détaillée de la réalité rurale du monde animal médiéval, telle qu’elle peut être restituée par l’archéozoologie.

1481999

Notes

1 – Département d’archéozoologie, Muséum d’histoire naturelle, Genève, Suisse.

2 – La fosse FS277 date du xie s.

3 – Philippe Maunoir, du département d’Herpétologie du Muséum d’histoire naturelle de Genève (Suisse), m’a aidée dans la détermination. Marc Cheylan, du laboratoire de Biogéographie et Écologie des vertébrés (EPHE, Montpellier, Hérault), a confirmé cette identification en apportant les précisions suivantes : « Il s’agit d’une découverte fort intéressante puisque c’est la deuxième mention archéologique française de cette espèce, la première étant d’âge chalcolithique (Salpêtrière, Pont du Gard), et c’est la première donnée historique. Cette trouvaille atteste –sauf transport– la persistance de cette tortue dans le Gard jusqu’à une époque tardive. Actuellement, la seule population considérée comme native se situe très à l’ouest près de la frontière espagnole (Banyuls). »

Table des illustrations

Légende TABL. XVIII Châteauneuf-sur-Isère / Beaume : liste des unités stratigraphiques étudiées (NR dét. : nombre de restes déterminés ; NR total : nombre de restes total.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende TABL. XIX Châteauneuf-sur-Isère / Beaume : nombre de restes déterminés par unité stratigraphique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende TABL. XX Châteauneuf-sur-Isère / Beaume : nombre minimum d’individus par taxon et par unité stratigraphique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende TABL. XXI Châteauneuf-sur-Isère / Beaume : nombre de restes par organe, par taxon et par période (NR : nombre de restes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende TABL. XXIII Upie / Les Vignarets : nombre de restes déterminés par unité stratigraphique (NR : nombre de restes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende TABL. XXV Crest / Bourbousson : liste des unités stratigraphiques étudiées (NR dét. : nombre de restes déterminés ; NR total : nombre de restes total).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende TABL. XXVI Crest / Bourbousson : nombre de restes déterminés par unité stratigraphique (NUS : nombre d’unités stratigraphiques ; NR : nombre de restes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende TABL. XXVII Crest / Bourbousson : nombre minimum d’individus par taxon et par unité stratigraphique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende TABL. XXVIII Crest / Bourbousson : nombre de restes par organe, par taxon et par période (NR : nombre de restes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende TABL. XXIX Crest / Bourbousson : nombre de restes de mouton et de chèvre par organe et par période (NR : nombre de restes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende TABL. XXXI Chabrillan / Saint-Martin : nombre de restes et fréquence d’apparition par taxon (NR : nombre de restes ; FA : fréquence d’apparition).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende TABL. XXXII Chabrillan / Saint-Martin : nombre minimum d’individus et proportion de viande (Columeau 1991) [NMI : nombre minimum d’individus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende TABL. XXXIII Chabrillan / Saint-Martin : masse des restes pour les espèces principales, en grammes (MR : masse des restes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende TABL. XXXIV Chabrillan/Saint-Martin : nombre de restes par organe pour les principaux taxons (NR : nombre de restes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende TABL. XXXV Chabrillan / Saint-Martin : nombre de restes de mouton et de chèvre par organe (NR : nombre de restes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende TABL. XXXVI Chabrillan / Saint-Martin : mortalité des ovicaprins d’après les mâchoires.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende TABL. XXXVII Chabrillan/Saint-Martin : mortalité des porcins d’après les mâchoires.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende TABL. XXXVIII Chabrillan/Saint-Martin : mortalité des bovins adultes d’après les épiphysations osseuses.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende TABL. XXXIX Montboucher-sur-Jabron / Constantin : liste des unités stratigraphiques étudiées (NR dét. : nombre de restes déterminés ; NR total : nombre de restes total).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende TABL. XL Montboucher-sur-Jabron / Constantin : nombre de restes par unité stratigraphique (NR : nombre de restes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende TABL. XLI Montboucher-sur-Jabron / Constantin : nombre de restes par organe (NR : nombre de restes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende TABL. XLII Aimargues / Saint-Gilles le Vieux : distribution chronologique des restes osseux animaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende FIG. 128 Aimargues / Saint-Gilles le Vieux : répartition des restes des espèces domestiques consommées entre le IXe et le début du X e s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 129 Aimargues / Saint-Gilles le Vieux : répartition des restes des espèces domestiques consommées entre le Xe et le début du XIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 130 Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : répartition des restes des espèces domestiques consommées au XIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 131 Aimargues / Saint-Gilles le Vieux : répartition des restes des espèces domestiques consommées entre la fin du XIe et le début du XIIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 132 Les sites du TGV-Méditerranée dans leur contexte régional entre le IXe et le XIIe s. (d’apr. Forest 1998a). Tracé TGV-Méditerranée : 1 Crest / Bourbousson, Xe-XIe s. ; 2 Chabrillan / Saint-Martin, Xe-XIIe s. ; 3 Aimargues / Saint-Gilles le Vieux, IXe-début Xe s. ; 4 Aimargues / Saint-Gilles le Vieux, Xe-début XIIe s. Sites de comparaison mentionnés dans le texte : 5 Rochefort-en-Valdaine / Le Château, IXe-XIes. ; 6 Mauguio / Saint-Jacques, Xe-XIe s. ; 7 Lansargues / Moulines, IXe-XIe s. ; 8 Lunel-Viel, Xe-XIe s. ; 9 Arles / Augéry-de-Corrèges, VIIIe-Xe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23123/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search