Version classiqueVersion mobile

L’herbe qui renouvelle

 | 
Pierre Lieutaghi

Plantes dépuratives et médecine traditionnelle en Haute-Provence

Chapitre 2. Essai de situation botanique et pharmacologique des plantes dépuratives de la Haute-Provence occidentale

Texte intégral

Dépuratives et usage du milieu

1La distribution des plantes dépuratives par milieux n’est pas sans analogies avec celle qui a été établie pour les 159 plantes de l’enquête. A une exception importante près : la part des plantes cultivées, 4 sur 31 (12,8 %), est très faible. Et encore intègre-t-elle deux arbres (Noyer, Olivier) prescrits pour leurs feuilles, partie étrangère aux emplois « domestiques » courants. La Garance, jadis cultivée, n’existe plus qu’à l’état naturalisé, dans les haies. La Grande Camomille est la seule cultivée-médicinale à part entière. C’est donc essentiellement le domaine « sauvage » qui alimente la pharmacopée ici étudiée. Il se décompose ainsi, dans l’ordre adopté plus haut, qui va de l’espace habité à la montagne :

  • Plantes cultivées : 4

  • Camomille, Garance, Noyer, Olivier

  • Lieux habités ; plantes rudérales, nitrophiles : 5

2Absinthe, Bardane, Marrube, Ortie, Pariétaire

  • Haies, chemins, talus : 5

3Aigremoine, Chicorée sauvage, Morelle Douce-amère, Saponaire, Sureau

  • Plantes des terres cultivées : 2

4Fumeterre, Pensée sauvage

  • Pelouses fraîches : 2

5Petite Centaurée, Pissenlit

  • Parcours (pelouses sèches, landes) : 7

6Anthyllide vulnéraire, Germandrée Petit-Chêne, Germandrée Pouliot, Laitue vivace, Plantain « Badasson », Serpolet, Thym

  • Bois, garrigues : 2

7Buis, Salsepareille

  • Montagnes : 4

8(Absinthe), Chénopode Bon-Henri, Gentiane bleue, Grande Gentiane.

9On remarquera encore la première place des herbes des parcours, pelouses et landes, suivies par les rudérales et les médicinales du bord du chemin. Avec 4 plantes sur 7, la montagne est bien représentée, toutes proprotions gardées. Cependant, la liste distingue deux Gentianes qu’il est possible de confondre au niveau des emplois (et que les tableaux suivants réuniront sous un seul nom générique, tout comme les deux Germandrées des parcours) ; quant à l’Absinthe, d’optimum montagnard, c’est aussi une semi-rudérale fréquente à basse altitude.

10Pour l’essentiel, 76 %, les dépuratives sont donc des plantes des espaces habités, pastoral et agraire, des cheminements familiers. La flore méditerranéenne stricte n’y intervient que pour 16 % (Salsepareille, Marrube, Garance, Thym, Olivier), taux voisin de celui qui a été observé pour l’ensemble de l’enquête (18,8 %). La flore domestique exceptée, on a donc ici un recours au végétal qui résume bien celui de la pharmacopée générale de la région.

11On verra plus loin que l’importance particulière de la flore sauvage n’est nullement fortuite : la cure dépurative fait appel à la plante comme vecteur d’énergie brute, pouvoir que la domestication atténue au maximum. Quand elle met en jeu des plantes alimentaires, il s’agit de « salades des champs » (Chicorée sauvage, Laitue vivace) qui conservent intacte la vertu de l’amer. La seule dépurative cultivée usitée pour elle-même et non pour une partie subsidiaire (comme la feuille du Noyer peut l’être en regard de la noix) est aussi une amère : la Grande Camomille.

L’interrogation des données

12Plutôt que de tenter de définir d’emblée la fonction, sinon la nature du dépuratif, tel qu’il est perçu, prescrit ou dénoncé par les auteurs depuis la fin du xviiie siècle (époque où le concept se voit doté du substantif sur lequel nous nous interrogeons ici), j’ai choisi de laisser parler d’abord les données brutes — les citations de nos informateurs — en leur octroyant deux étalons de comparaison :

  1. les listes des plantes dépuratives de quelques pharmacopées de 1782 à 1975 ;

  2. les formules des dépuratifs, tisanes composées ou sirops, vendus en pharmacie, avec une référence particulière à des produits commercialisés par les officines de Haute-Provence occidentale.

13Le tableau 7, p. 78, illustre ce mode de questionnement comparatif. Il établit une représentation graphique de présence-absence en regard des médicinales classées par ordre de fréquence de leurs citations explicites comme dépuratives (c’est le seul critère retenu : 17, coefficient de la Germandrée Petit-Chêne, signifie que 17 informateurs ont usé spontanément, à son endroit, du mot « dépuratif »).

14Trente-et-une plantes sur 149 citées (soit 20,8 %) se voient attribuer une ou plusieurs mentions de « dépuratif » par nos informateurs. Un souci de simplification a fait associer dans le tableau 7 (ainsi que dans le tableau 8) la Germandrée Pouliot à la Germandrée Petit-Chêne et la Gentiane bleue à la Gentiane jaune, les usages à l’intérieur de ces paires d’espèces pouvant être confondus. Le tableau comporte donc 29 noms pour une liste effective de 31 plantes.

Les données livresques

  • 1 Les auteurs sont, dans l’ordre chronologique : J. Lieutaud, Précis de la matière médicale (1781 ; l(...)

15C’est la seule classification à laquelle on puisse se référer (on verra qu’elle ne saurait être tenue pour garant d’un statut cohérent du remède dépuratif). Les données fournies par sept pharmacopées à peu près échelonnées sur deux siècles1, occupent la partie gauche du tableau. Essai de visualisation qui n’est pas sans défauts : en premier lieu, il intègre un peu arbitrairement au champ des dépuratifs des plantes que deux pharmacopées du xixe siècle (Hanin, Bouchardat) rassemblent dans la classe des sudorifiques (ex-diaphorétiques). Au temps de Lieutaud (1781), le terme de « dépuratif » apparaît pour la première fois dans les textes. Quelques décennies plus tard, il est l’objet de la risée de la médecine savante, qui s’invente une assise expérimentale aux antipodes des théories héritées des anciens, et il disparaît de la plupart des pharmacopées. On peut toutefois, sans grands risques d’erreur, confondre sudorifiques et dépuratifs dans les textes comme ils le sont, en fait, dans la pratique. Les premiers constituent un peu le « noyau dur » des seconds. Leclerc, dans son Précis (ouvrage qui inaugure la renaissance de la phytothérapie expérimentale en France), les associe d’ailleurs explicitement dans un même chapitre : « les sudorifiques et les dépuratifs ».

  • 2 A posteriori, ne disposant plus de l’ouvrage de Lieutaud, je lui ai substitué dans les tableaux 8 e (...)

16Autre point litigieux : le nombre et la nature des ouvrages inventoriés. J’aurais pu écarter a priori les travaux du type pharmacopées alphabétiques ou systématiques (dans l’ordre botanique) qui n’établissent pas de classification explicite des remèdes ; mais c’eût été renoncer aux données des ouvrages de vulgarisation actuels, pratiquement tous de ce type. Quant aux sept manuels retenus, leur sélection, arbitraire, ne repose que sur un impératif : s’échelonner à peu près régulièrement dans le temps du xviiie siècle à nos jours. Sans doute aurait-il fallu explorer davantage la bibliographie pour dresser des tableaux plus précis et, surtout, isoler le domaine proprement savant (représenté par cinq médecins : Lieutaud, Hanin, Bouchardat, Leclerc, Valnet) de la vulgarisation dont témoignent Fournier, Mességué et partiellement, Valnet2.

17Il reste que, passé un certain seuil d’exploration livresque, seuil que je ne suis pas loin, sans doute, d’avoir atteint, il s’ajoute peu d’informations nouvelles. Au niveau de la vulgarisation actuelle, Fournier, compilateur scrupuleux et assez exhaustif, Valnet, praticien autorisé (mais au savoir un peu désordonné), et l’ambigu Mességué sont des sources suffisamment représentatives de l’acception moderne du remède dépuratif végétal. Dans le cours du texte, d’autres auteurs (des xviie et xviiie siècles en particulier) viendront au besoin étayer mon propos.

Les remèdes dépuratifs de la pharmacie actuelle

18Pour controversé qu’il soit dans le corps médical (voir le chapitre 6), le concept de dépuratif reste assez opérationnel au niveau populaire pour justifier la présence, en pharmacie, d’une quarantaine de spécialités, dont 33 à la composition exclusivement ou quasi exclusivement végétale ; la liste en est donné au tableau 6, p. 75.

  • 3 Paris, s.d. (vers 1910). Cet ouvrage est considéré plus attentivement au chapitre 5.

19Il semble intéressant de comparer notre liste de dépuratifs « traditionnels » à celle des plantes qui entrent dans la formule de ces produits. Une influence du remède « savant » sur le savoir populaire est peut-être à envisager parfois. Ainsi, du « Dépuratif Parnel », sirop quasi centenaire qui était au nombre des remèdes propagés par le livre de santé du Dr Narodetzki3 (comme ceux de la maison Peyronnet l’étaient par le Médecin des pauvres, du Dr Beauvillard). L’un de nos informateurs nous a montré un exemplaire du livre de Narodetzki qui a pu servir de référence à des pratiques autonomes, voire à des guérisseurs. Quant au « Dépuratif Parnel », il s’en vend encore quelques flacons dans les pharmacies de la région (fig. 20)...

Tableau 6. Produits pharmaceutiques étudiés

Tableau 6. Produits pharmaceutiques étudiés
  • 4 Le « collodion salicylé », emplâtre coricide commercialisé sous le nom de « Feuille de Saule », peu (...)

20Cette incidence du savant ( ?) sur le populaire à travers des formules de produits autrefois couramment utilisés, si elle se vérifie vraisemblablement dans certains cas extérieurs à la présente enquête4, ne pouvait justifier une étude particulière dans l’état de nos informations en Haute-Provence. La mise en évidence des continuités éventuelles ou des discontinuités entre savoir populaire, savoir savant et applications actuelles au niveau de la pharmacie (on peut même parler parfois, sans grand risque d’erreur, d’un écho des représentations populaires du corps et de la maladie dans le remède du commerce) présentait par contre un intérêt d’autant plus grand que, à ma connaissance, ce genre de rapprochement ne semble pas avoir été tenté à propos de la pharmacopée végétale traditionnelle en France. La situation propre du remède dépuratif dans la pharmacie contemporaine et sa perception chez les pharmaciens sont examinées de plus près au chapitre 6.

20. Un vétéran de la pharmacie « lancé » voici à peu près 80 ans par un livre de santé, la Médecine végétale illustrée de A. Narodetzky.

Les dépuratifs végétaux de Haute-Provence occidentale en regard des données livresques et des formules actuelles de la pharmacie

Commentaires du tableau 7 (p. 78)

21L’examen du tableau 7 fait apparaître six constatations principales :

  1. Plus des deux tiers des plantes reconnues comme dépuratives par nos informateurs (24 sur 31) ont un statut analogue chez un ou plusieurs auteurs. Cependant, s’il existe une unité de vues manifeste pour certaines d’entre elles, qui sont citées au moins cinq fois sur sept (Bardane, Buis, Fumeterre, Salsepareille), le degré d’attribution du titre varie beaucoup avec les pharmacopées et les époques. Si Lieutaud (1781) classe 11 des 31 plantes dans la même catégorie que les informateurs haut-provençaux (mais il précise lui-même qu’il répertorie seulement une partie des « très nombreux » dépuratifs), ses successeurs du xixe siècle n’en retiennent que 7 (parmi leurs « sudorifiques »). Leclerc (1937), premier phytothérapeute au sens actuel à reprendre l’appellation, est le plus éloigné du domaine populaire avec 6 plantes seulement. En cela, il cautionne encore la seule classe des « sudorifiques-diaphorétiques » de ses prédécesseurs. Et c’est avec la vulgarisation d’aujourd’hui qu’on trouve la concordance la plus forte, en particulier chez Valnet (1972) : 16 mentions sur 31. Chez cet auteur, médecin, et chez ses contemporains non médecins — et cependant plus circonspects — il faut sûrement faire intervenir la prise en compte des ouvrages à caractère populaire antérieurs, sans parler du souci probable, mais pas forcément conscient, d’adopter un langage thérapeutique entendu par le public visé. Le tableau 15 appelle des remarques similaires.

  2. Sept plantes ne connaissent aucune attestation dans la littérature-témoin, mais deux d’entre elles (Pariétaire et Olivier) se retrouvent dans des formules de la pharmacie. A noter que la Pariétaire connaît des mentions modernes de dépurative, « hors tableau », chez A. Poletti (1978) et dans Secrets et vertus des plantes médicinales (1977). Ce dernier ouvrage est, à ma connaissance, le seul qui attribue la même qualification au Chénopode Bon-Henri.

  3. La plante de loin la plus citée par les informateurs, la Germandrée Petit-Chêne, fait partie des cinq espèces tout à fait « hors statut ». Cette situation laisse supposer un « endémisme » d’usages et appelle une étude particulière (chapitre 6).

  4. Le groupe des plantes qui connaissent plus d’une mention en Haute-Provence est aussi celui qui est le plus représenté dans les médicaments du commerce (plus grande fréquence des tirets dans le haut droit du tableau, plus grande fréquence totale dans l’ensemble des remèdes étudiés).

  5. Il existe manifestement des plantes qu’on pourrait qualifier de « dépuratives majeures ». Ce sont celles que le tableau met en évidence par les traits les moins discontinus. La Bardane, qui est citée par les sept auteurs consultés, qu’on retrouve dans trois des septs produits et qui bénéficie de neuf mentions dans l’enquête en est le meilleur exemple. On peut lui associer 10 plantes qui ont au moins quatre citations d’auteurs : Noyer, Chicorée sauvage, Fumeterre, Pensée sauvage, Pissenlit, Buis, Douce-amère, Ortie, Salsepareille, Saponaire. Toutes, hormis le Buis, « passent » dans les produits à visée dépuratives. La lecture des tableaux 8 A-E montrera que les indications attribuées à ces espèces par nos informateurs révèlent un usage au titre de dépuratif plus fréquent que ne le laissent supposer les simples mentions de propriété dépurative, seules retenues ici. Ainsi de la Fumeterre : elle est citée deux fois comme « dépurative » mais connaît de surcroît cinq indications dans des dermatoses (domaine classique des dépuratifs ; voir p. 98). La Saponaire, dite une seule fois « dépurative », a six indications à ce même titre, etc.

Tableau 7. Les plantes dépuratives de la pharmacopée populaire haut-provençale en regard des données livresques et des formules de pharmacie

Tableau 7. Les plantes dépuratives de la pharmacopée populaire haut-provençale en regard des données livresques et des formules de pharmacie

1. Ces auteurs ne prennent pas en compte la classe des « dépuratifs ». Les mentions retenues sont relatives à celles des sudorifiques (ex-diaphorétiques), qui s'en rapproche le plus.
2. Nombre de fois où la plante figure dans la formule des 33 dépuratifs végétaux ou à dominante végétale étudiée.
3. Voir au tableau 15, la liste des autres plantes indigènes qui entrent dans la composition de ces produits.

226. Les plantes peu ou non citées par les auteurs peuvent-elles être qualifiées (dans ma perspective) de « dépuratives mineures » ou ne méritent-elles pas du tout l’application de dépuratives ? Le tableau 8 A-E aidera aussi à répondre à cette question.

23A côté de ces points principaux, qui seront rediscutés plus loin, le tableau 7 appelle encore d’autres remarques, fût-ce par ses limites mêmes. On l’a vu, les vulgarisateurs modernes non ostensiblement détournés du traditionnel reprennent volontiers le terme de « dépuratif », ce qui sous-entend une adhésion plus ou moins ouverte au concept. C’est le cas de Fournier (1947-48), Valnet (1972), Mességué (1975). Mais bien d’autres auteurs non retenus ici en font largement usage et le définissent dans leur glossaire (de façon variable : voir le chapitre 6). A. Poletti (1978-82), par exemple, attribue la mention à 13 plantes de notre liste. Quant aux Secrets et vertus des plantes médicinales (1977), ouvrage de très large diffusion, vrai Médecin des pauvres actuel (voir p. 217, et note 149, p. 223), il remporte la palme toutes catégories avec 17 mentions ; et il s’agit d’un manuel en bonne partie rédigé par des médecins et des pharmacologistes... Bien entendu, ces livres peuvent qualifier de dépuratives des plantes qui ne sont pas prises en compte ici : au tableau 15, on verra qu’ils outrepassent même très largement le champ des dépuratifs tel qu’il est établi par nos informateurs, et l’on sera conduit à douter de la validité de bon nombre de leurs attributions : le titre de « dépuratif » est le plus flou, donc le plus facilement usurpé de la pharmacopée empirique !

  • 5 La présence du Buis n’est relevée que dans deux spécialités sur l’ensemble des remèdes à destinatio (...)
  • 6 Quatre produits dépuratifs de la pharmacie sont qualifiés « d’antiglaireux » : Tisane Bonnard, Tisa (...)

24Les raisons du « passage » ou du non-passage d’une plante connue comme dépurative au niveau du produit commercialisé prêtent aussi à question. Le Buis, plante largement attestée comme dépurative par les auteurs (fig. 21), ne connaît aucune mention dans les remèdes étudiés5. Une vague suspicion de toxicité et un goût peu agréable, en infusion, suffisent-ils à expliquer l’exclusion de cet arbrisseau, quand des plantes, elles franchement suspectes et à employer sous surveillance, comme la Douce-amère (Solanacées), figurent dans des produits en vente libre ? A l’inverse, des dépuratifs « populaires » ignorés par les auteurs, comme la Pariétaire, tiennent un rang assez honorable dans les mélanges de la pharmacie. Y aurait-il (ou y aurait-il eu) contamination du laboratoire par le savoir traditionnel ? Plus raisonnablement, on peut supposer que les laboratoires, dont l’interprétation du remède dépuratif est souvent très élastique, associent de telles plantes à leurs formules pour des propriétés distinctes de celle(s) qui leur vaut (valent) leur statut de dépuratives au niveau populaire. Dans le cas de la Pariétaire, c’est vraisemblablement l’action diurétique-adoucissante qui est retenue le plus souvent. Mais que penser de sa présence dans une tisage dite « purgative, laxative, dépurative, antiglaireuse » (Tisane Saint-Luc) ? Le tableau 8 B montre que, dans la médecine populaire haut-provençale, la plante est étroitement associée à ces « glaires » qui, faut-il le préciser, ne sauraient définir une pathologie précise pour notre médecine savante6.

21. Buis, Buxus sempervirens (Matthioli 1566)

25Les dépuratifs de la pharmacie seraient-ils parfois des héritiers camouflés des anciennes représentations du corps, de la maladie et du remède ? Je reviendrai plus longuement au chapitre 3.3 sur le cas très significatif de la Pariétaire.

A Tableau 8. Les plantes dépuratives de la pharmacopée populaire haut-provençale : champ d’application et appréciations savantes

A Tableau 8. Les plantes dépuratives de la pharmacopée populaire haut-provençale : champ d’application et appréciations savantes

Antifongique ( = fongicide) : qui entrave le développement des mycoses. Cholagogue : qui favorise l’évacuation de bile (et, au sens large, les fonctions hépatiques). Cholérétique : qui accroît le volume de bile excrété. Emménagogue : qi provoque, éventuellement accroît, facilite les règles. Eupeptique : synonyme de « digestif », qui facilite la digestion Hémostatique : qui favorise la coagulation du sang, anti-hémorragique. Hypoglycémiant : qui abaisse le taux de gluco ; dans le sang (voir diabète). Hypotenseur : qui abaisse la tension artérielle. Kératinisant : qui favorise la production de kératine, élément constitutif principal de l’épiderme, des cheveux, des ongles... Topique : remède appliqué à l’extérieur. Noms en italique : indications qui appartiennent au « champ dépuratif », tel que je le définis ici. - - - - - indique l’alliance seulement sous-jacente avec la propriété dépurative.

B Tableau 8. Les plantes dépuratives de la pharmacopée populaire haut-provençale : champ d’application et appréciations savantes

B Tableau 8. Les plantes dépuratives de la pharmacopée populaire haut-provençale : champ d’application et appréciations savantes

* Antifongique ( = fongicide) : qui entrave le développement des mycoses. Cholagogue : qui favorise l’évacuation de la bile (et, au sens large, les fonctions hépatiques). Cholérétique : qui accroît le volume de bile excrété. Emménagogue : qui provoque, éventuellement accroît, facilite les règles. Eupeptique : synonyme de « digestif », qui facilite la digestion. Hémostatique : qui favorise la coagulation du sang, anti-hémorragique. Hypoglycémiant : dans le sang (voir diabète). Hypotenseur : qui abaisse la tension artérielle. Kératinisant : qui favorise la production de kératine, élément constitutif principal de l’épiderme, des cheveux, des ongles... Topique ; remède appliqué à l’extérieur, Noms en italique : indications qui appartiennent au « champ dépuratif », tel que je le définis ici. qui abaisse le taux de glucose. - - - - - indique l’alliance seulement sous-jacente avec la propriété depurative.

C Tableau 8. Les plantes dépuratives de la pharmacopée populaire haut-provençale : champ d'application et appréciations savantes

C Tableau 8. Les plantes dépuratives de la pharmacopée populaire haut-provençale : champ d'application et appréciations savantes

* Antifongique ( = fongicide) : qui entrave le développement des mycoses. Cholagogue : qui favorise l’évacuation de la bile (et, au sens large, les fonctions hépatiques). Cholérétique : qui accroît le volume de bile excrété. Emménagogue : qui provoque, éventuellement accroît, facilite les règles. Eupeptique : synonyme de « digestif », qui facilite la digestion. Hémostatique : qui favorise la coagulation du sang, anti-hémorragique. Hypoglycémiant : qui abaisse le taux de glucose dans le sang (voir diabète). Hypotenseur : qui abaisse la tension artérielle. Kératinisant : qui favorise la production de kératine, élément constitutif principal de l’épiderme, des cheveux, des ongles... Topique : remède appliqué à l’extérieur. Noms en italique : indications qui appartiennent au « champ dépuratif », tel que je le définis ici. -----indique l’alliance seulement sous-jacente avec la propriété dépurative.

D Tableau 8. Les plantes dépuratives de la pharmacopée populaire haut-provençale : champ d'application et appréciations savantes

D Tableau 8. Les plantes dépuratives de la pharmacopée populaire haut-provençale : champ d'application et appréciations savantes

* Antifongique ( = fongicide) : qui entrave le développement des mycoses. Cholagogue : qui favorise l’évacuation de la bile (et, au sens large, les fonctions hépatiques). Choléréfique : qui accroît le volume de bile excrété. Emménagogue : qui provoque, éventuellement accroît, facilite les règles. Eupeptique : synonyme de « digestif », qui facilite la digestion Hémostatique : qui favorise la coagulation du sang, anti-hémorragique. Hypoglycémiant : qui abaisse le taux de glucose dans le sang (voir diabète). Hypotenseur : qui abaisse la tension artérielle. Kératinisant : qui favorise la production de kératine, élément constitutif principal de l’épiderme, des cheveux, des ongles... Topique : remède appliqué à l’extérieur. Noms en italique : indications qui appartiennent au « champ dépuratif », tel que je le définis ici. -----indique l’alliance seulement sous-jacente avec la propriété depurative.

E Tableau 8. Les plantes dépuratives de la pharmacopée populaire haut-provençale : champ d’application et appréciations savantes

E Tableau 8. Les plantes dépuratives de la pharmacopée populaire haut-provençale : champ d’application et appréciations savantes

* Antifongique ( = fongicide) : qui entrave le développement des mycoses. Cholagogue : qui favorise l’évacuation de la bile (et, au sens large, les fonctions hépatiques). Cholérétique : qui accroît le volume de bile excrété. Emménagogue : qui provoque, éventuellement accroît, facilite les règles. Eupeptique : synonyme de « digestif », qui facilite la digestion. Hémostatique : qui favorise la coagulation du sang, anti-hémorragique. Hypoglycémiant : qui abaisse le taux de glucose dans le sang (voir diabète). Hypotenseur : qui abaisse la tension artérielle. Kératinisant : qui favorise la production de kératine, élément constitutif principal de l’épiderme, des cheveux, des ongles... Topique : remède appliqué à l’extérieur. Noms en italique : indications qui appartiennent au « champ dépuratif », tel que je le définis ici. -----indique l’alliance seulement sous-jacente avec la propriété dépurative.

Tableau 9. Indications populaires des plantes dépuratives de Haute-Provence occidentale

Tableau 9. Indications populaires des plantes dépuratives de Haute-Provence occidentale

1. Les appellations des maladies sont celles des informateurs.
2. Bardane, Buis, Douce-amère, Fumeterre, Noyer, Ortie, Pensée Sauvage, Pissenlit, Salsepareille, Saponaire (voir chap.l).
3. Aurait pu figurer à la rubrique « circulation », mais les troubles circulatoires cités ici sont présentés comme spécifiquement féminins par nos informatrices.
* Le chiffre exprime la quantité de mentions recueillies à propos de l’affection considérée. Les tirets matérialisent l’importance relative des domaines pathologiques et des indications qui les concernent.

Notes

1 Les auteurs sont, dans l’ordre chronologique : J. Lieutaud, Précis de la matière médicale (1781 ; lre éd. 1766) ; L. Hanin, Cours de matière médicale (1819) ; M.A. Bouchardat, Manuel de matière médicale, de thérapeutique et de pharmacie (1873) ; H. Leclerc, Précis de phytothérapie (1935) ; P. Fournier, Le livre des plantes médicinales et vénéneuses de France (1947-48) ; J. Valnet, Phytothérapie, traitement des maladies par les plantes (1972) ; M. Mességué, Mon herbier de santé (1975).

2 A posteriori, ne disposant plus de l’ouvrage de Lieutaud, je lui ai substitué dans les tableaux 8 et 15 un auteur un peu antérieur et bien plus renommé au xviiie siècle : P.J.B. Chomel, Abrégé de l’histoire des plantes usuelles (1782). Ce changement est sans incidence sur mon propos général.

3 Paris, s.d. (vers 1910). Cet ouvrage est considéré plus attentivement au chapitre 5.

4 Le « collodion salicylé », emplâtre coricide commercialisé sous le nom de « Feuille de Saule », peut avoir induit l’usage, dans la même indication, des feuilles de Saule véritables (enquête Pierre Lieutaghi-Dorothy Dore ; Hérault, 1983 - non publié). Mais l’appellation pharmaceutique dérive peut-être elle-même de l’emploi traditionnel de la cendre de bois de Saule, mêlée à du vinaigre, sur les cors et les verrues. Et pour ajouter à l’imbroglio, « salicylé » est construit sur Salix, nom latin de l’arbre qui permit la découverte de l’acide salicylique..

5 La présence du Buis n’est relevée que dans deux spécialités sur l’ensemble des remèdes à destination humaine commercialisés en France. Voir Bezanger-Beauquesne et al. 1975 : 113.

6 Quatre produits dépuratifs de la pharmacie sont qualifiés « d’antiglaireux » : Tisane Bonnard, Tisane Laxans, Vermifuge Lune, Tisane Saint-Luc.

Table des illustrations

Titre Tableau 6. Produits pharmaceutiques étudiés
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende 20. Un vétéran de la pharmacie « lancé » voici à peu près 80 ans par un livre de santé, la Médecine végétale illustrée de A. Narodetzky.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2312/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Tableau 7. Les plantes dépuratives de la pharmacopée populaire haut-provençale en regard des données livresques et des formules de pharmacie
Légende 1. Ces auteurs ne prennent pas en compte la classe des « dépuratifs ». Les mentions retenues sont relatives à celles des sudorifiques (ex-diaphorétiques), qui s'en rapproche le plus.2. Nombre de fois où la plante figure dans la formule des 33 dépuratifs végétaux ou à dominante végétale étudiée.3. Voir au tableau 15, la liste des autres plantes indigènes qui entrent dans la composition de ces produits.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2312/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende 21. Buis, Buxus sempervirens (Matthioli 1566)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2312/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre A Tableau 8. Les plantes dépuratives de la pharmacopée populaire haut-provençale : champ d’application et appréciations savantes
Légende Antifongique ( = fongicide) : qui entrave le développement des mycoses. Cholagogue : qui favorise l’évacuation de bile (et, au sens large, les fonctions hépatiques). Cholérétique : qui accroît le volume de bile excrété. Emménagogue : qi provoque, éventuellement accroît, facilite les règles. Eupeptique : synonyme de « digestif », qui facilite la digestion Hémostatique : qui favorise la coagulation du sang, anti-hémorragique. Hypoglycémiant : qui abaisse le taux de gluco ; dans le sang (voir diabète). Hypotenseur : qui abaisse la tension artérielle. Kératinisant : qui favorise la production de kératine, élément constitutif principal de l’épiderme, des cheveux, des ongles... Topique : remède appliqué à l’extérieur. Noms en italique : indications qui appartiennent au « champ dépuratif », tel que je le définis ici. - - - - - indique l’alliance seulement sous-jacente avec la propriété dépurative.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2312/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre B Tableau 8. Les plantes dépuratives de la pharmacopée populaire haut-provençale : champ d’application et appréciations savantes
Légende * Antifongique ( = fongicide) : qui entrave le développement des mycoses. Cholagogue : qui favorise l’évacuation de la bile (et, au sens large, les fonctions hépatiques). Cholérétique : qui accroît le volume de bile excrété. Emménagogue : qui provoque, éventuellement accroît, facilite les règles. Eupeptique : synonyme de « digestif », qui facilite la digestion. Hémostatique : qui favorise la coagulation du sang, anti-hémorragique. Hypoglycémiant : dans le sang (voir diabète). Hypotenseur : qui abaisse la tension artérielle. Kératinisant : qui favorise la production de kératine, élément constitutif principal de l’épiderme, des cheveux, des ongles... Topique ; remède appliqué à l’extérieur, Noms en italique : indications qui appartiennent au « champ dépuratif », tel que je le définis ici. qui abaisse le taux de glucose. - - - - - indique l’alliance seulement sous-jacente avec la propriété depurative.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2312/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre C Tableau 8. Les plantes dépuratives de la pharmacopée populaire haut-provençale : champ d'application et appréciations savantes
Légende * Antifongique ( = fongicide) : qui entrave le développement des mycoses. Cholagogue : qui favorise l’évacuation de la bile (et, au sens large, les fonctions hépatiques). Cholérétique : qui accroît le volume de bile excrété. Emménagogue : qui provoque, éventuellement accroît, facilite les règles. Eupeptique : synonyme de « digestif », qui facilite la digestion. Hémostatique : qui favorise la coagulation du sang, anti-hémorragique. Hypoglycémiant : qui abaisse le taux de glucose dans le sang (voir diabète). Hypotenseur : qui abaisse la tension artérielle. Kératinisant : qui favorise la production de kératine, élément constitutif principal de l’épiderme, des cheveux, des ongles... Topique : remède appliqué à l’extérieur. Noms en italique : indications qui appartiennent au « champ dépuratif », tel que je le définis ici. -----indique l’alliance seulement sous-jacente avec la propriété dépurative.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2312/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre D Tableau 8. Les plantes dépuratives de la pharmacopée populaire haut-provençale : champ d'application et appréciations savantes
Légende * Antifongique ( = fongicide) : qui entrave le développement des mycoses. Cholagogue : qui favorise l’évacuation de la bile (et, au sens large, les fonctions hépatiques). Choléréfique : qui accroît le volume de bile excrété. Emménagogue : qui provoque, éventuellement accroît, facilite les règles. Eupeptique : synonyme de « digestif », qui facilite la digestion Hémostatique : qui favorise la coagulation du sang, anti-hémorragique. Hypoglycémiant : qui abaisse le taux de glucose dans le sang (voir diabète). Hypotenseur : qui abaisse la tension artérielle. Kératinisant : qui favorise la production de kératine, élément constitutif principal de l’épiderme, des cheveux, des ongles... Topique : remède appliqué à l’extérieur. Noms en italique : indications qui appartiennent au « champ dépuratif », tel que je le définis ici. -----indique l’alliance seulement sous-jacente avec la propriété depurative.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2312/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre E Tableau 8. Les plantes dépuratives de la pharmacopée populaire haut-provençale : champ d’application et appréciations savantes
Légende * Antifongique ( = fongicide) : qui entrave le développement des mycoses. Cholagogue : qui favorise l’évacuation de la bile (et, au sens large, les fonctions hépatiques). Cholérétique : qui accroît le volume de bile excrété. Emménagogue : qui provoque, éventuellement accroît, facilite les règles. Eupeptique : synonyme de « digestif », qui facilite la digestion. Hémostatique : qui favorise la coagulation du sang, anti-hémorragique. Hypoglycémiant : qui abaisse le taux de glucose dans le sang (voir diabète). Hypotenseur : qui abaisse la tension artérielle. Kératinisant : qui favorise la production de kératine, élément constitutif principal de l’épiderme, des cheveux, des ongles... Topique : remède appliqué à l’extérieur. Noms en italique : indications qui appartiennent au « champ dépuratif », tel que je le définis ici. -----indique l’alliance seulement sous-jacente avec la propriété dépurative.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2312/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre Tableau 9. Indications populaires des plantes dépuratives de Haute-Provence occidentale
Légende 1. Les appellations des maladies sont celles des informateurs.2. Bardane, Buis, Douce-amère, Fumeterre, Noyer, Ortie, Pensée Sauvage, Pissenlit, Salsepareille, Saponaire (voir chap.l).3. Aurait pu figurer à la rubrique « circulation », mais les troubles circulatoires cités ici sont présentés comme spécifiquement féminins par nos informatrices.* Le chiffre exprime la quantité de mentions recueillies à propos de l’affection considérée. Les tirets matérialisent l’importance relative des domaines pathologiques et des indications qui les concernent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2312/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search