Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Seconde partie. Études et synthèses

Chapitre 16. Les semences carbonisées et la perception de l’économie végétale

Laurent Bouby

Texte intégral

16.1 Introduction

1La carpologie s’est d’abord plus particulièrement attachée aux époques pré- et protohistorique et a connu en France un développement tardif mais intense, au cours des quinze dernières années, en ce qui concerne le Moyen Âge. Le nombre de fouilles entreprises, mais aussi les bonnes conditions de conservation que l’on rencontre plus souvent sur les sites médiévaux, permettent de recueillir ainsi une quantité de renseignements sur l’agriculture et l’alimentation végétale à cette période. Cet essor n’a cependant pas touché jusqu’à présent la vallée du Rhône. Dans un espace géographique proche, les seules publications que l’on peut citer sont celles des habitats du lac de Paladru, Isère (Lundström-Baudais, Mignot 1993) et du site de Lunel-Viel, Hérault (Ruas 1990).

2Le nombre important de fouilles suscitées sur des sites médiévaux dans la vallée du Rhône à l’occasion de l’implantation de la future ligne ferroviaire du TGV-Méditerranée permet en partie de combler cette lacune. Au total, ce sont six sites qui ont fourni des informations carpologiques (fig. 119). Tous ces gisements sont situés en plaine, sur des sols calcaires souvent d’origine alluviale. La plupart se trouvent en moyenne vallée du Rhône, dans un espace dominé par la série du chêne pubescent (Quercus pubescens Willd.) connaissant des influences méditerranéennes. La seule exception est le site de Saint-Gilles le Vieux, à Aimargues (Gard), qui est situé en domaine méditerranéen avec une végétation dominée par la série du chêne vert (Quercus ilex L.). Même si aucun espace bâti n’a pu être fouillé à Saint-Gilles le Vieux, tous les sites représentent des sites d’habitat, ruraux et, semble-t-il, isolés. Ces ensembles présentent également une bonne cohérence chronologique. Hormis une fosse de Montboucher-sur-Jabron/Constantin (Drôme) datée du vie-viie s. et certains échantillons d’Aimargues/Saint-Gilles le Vieux dont la datation demeure imprécise (viie-xiie s.), tous sont compris dans une fourchette chronologique allant du xe au xiiie s. Cette fourchette sera considérée comme un ensemble homogène lors de la discussion, l’importance de l’échantillonnage et la précision des datations n’étant pas toujours suffisantes pour permettre d’avoir une lecture diachronique à l’intérieur de cette période.

FIG. 119
Répartition des sites ayant fourni des informations carpologiques : 1 Châteauneuf-sur-lsère / Beaume (Drôme) ; 2 Upie / Les Vignarets (Drôme) ; 3 Crest / Bourbousson 2 (Drôme) ; 4 Chabrillan / Saint Martin (Drôme), 5 Montboucher-sur-Jabron / Constantin (Drôme) ; 6 Aimargues / Saint-Gilles le Vieux (Gard).

3L’objectif de ce travail est tout d’abord de présenter brièvement les résultats obtenus sur chaque site. On abordera ensuite de façon plus générale l’agriculture et les ressources végétales dans l’espace chronologique et la région précisés ci-dessus. L’ensemble des données permettra de discuter l’importance économique des différentes plantes attestées, sans négliger les biais taphonomiques qui ont pu affecter notre documentation. Une discussion concernant plus précisément certaines pratiques agricoles pourra ensuite être engagée, principalement à partir d’ensembles et de données carpologiques particuliers. La rareté des données préalablement disponibles, l’ampleur des espaces géographiques et chronologiques pris en considération, ainsi qu’une certaine hétérogénéité des modes de récupération des carporestes constituent évidemment des limites qui imposent une perception schématique d’une économie agricole sans doute beaucoup plus diversifiée et variable.

16.2 Méthode

4Les conditions d’échantillonnage ne sont pas toujours identiques d’un site à l’autre. Dans la plupart des cas, un volume de 10 à 50 litres de sédiment fut prélevé pour chaque échantillon. La procédure habituelle fut de tamiser les prélèvements à l’aide de cribles à mailles de 2 et 0,5 mm puis d’isoler les carporestes lors d’un tri général, non spécifique à la carpologie. Dans certains cas, seul un tamisage sur un maillage de 2 mm fut pratiqué (Aimargues / Saint-Gilles le Vieux, certains échantillons de Châteauneuf-sur-Isère/ Beaume). Pour des contextes particuliers des sites de Montboucher-sur-Jabron/Constantin et de Châteauneuf-sur-Isère/ Beaume, un échantillonnage plus précis a été appliqué en laboratoire. De façon générale, l’échantillonnage a donc pu causer une perte d’information en ce qui concerne les herbacées sauvages et, dans le groupe des plantes domestiques, les millets notamment.

5L’intégralité du matériel carpologique recueilli est composée de restes carbonisés. L’identité du mode de conservation permet une meilleure comparaison entre les ensembles. Effectivement, selon le mode de conservation –dont les principaux sont la carbonisation, l’imbibition et la minéralisation– la composition du spectre carpologique n’est pas comparable (Green 1979). Par exemple, les céréales et, dans une moindre mesure, les légumineuses apparaissent plus fréquemment à l’état carbonisé, alors que les fruits, les condiments et les plantes sauvages sont mieux représentés dans les contextes gorgés d’eau.

6Les résultats complets des identifications sont donnés, pour chaque échantillon, dans les tableaux. Le tableau VI synthétise ces données pour chaque site, sans toutefois inclure les identifications trop peu précises pour receler la moindre information économique ou écologique. Le tableau VII offre un aperçu rapide des plantes à valeur économique attestées sur chaque site. Dans le premier tableau, les taxons sont classés selon les grands types de milieux dans lesquels on les rencontre le plus souvent de nos jours. Cette classification est fondée sur des travaux de botanique actuels, notamment la Flore de France (Guinochet, Vilmorin 1973-1984), et pour les adventices, Jauzein 1995 et Montégut 1997. Il faut garder à l’esprit que cette classification ne restitue nullement la complexité écologique et la variabilité des groupements végétaux. Rares sont les espèces strictement inféodées à un groupement et la composition de ces derniers varie en fonction du milieu. En ce qui concerne les adventices, s’ajoute l’influence des techniques agricoles. L’attribution et la signification écologique des herbacées sauvages, et tout particulièrement des mauvaises herbes, seront discutées plus en détail, à partir des données archéologiques (cf. § 16.9.2.2.).

TABL. VI
Résultats carpologiques (ent. semences entières ; fg. fragments de semences ; cf. certainement ; / ou).

TABL. VI (suite)
Résultats carpologiques (ent. semences entières ; fg. fragments de semences ; cf. certainement ; / ou).

TABL. VI (suite et fin)
Résultats carpologiques (ent. semences entières ; fg. fragments de semences ; cf. certainement ; / ou).

TABL. VII
Plantes attestées sur les différents sites (cf. certainement, / ou).

7Pour les ensembles les plus riches, les données sont également présentées sous forme de graphiques montrant les proportions des taxons les plus importants d’après leur nombre de restes. De la fragmentation de certains restes résulte une importante difficulté de quantification. Nous avons choisi de diviser systématiquement le nombre de fragments par deux. Il s’agit d’une approximation qui ne peut être évaluée que dans des cas précis. Pour les ensembles les plus riches de Montboucher-sur-Jabron / Constantin et de Châteauneuf-sur-Isère / Beaume, les masses de semences et de fragments ont pu être mesurées. Connaissant la masse d’un nombre donné de semences, on peut évaluer précisément le nombre de semences représenté par une masse mesurée de fragments. On obtient alors un résultat comparable ou un peu supérieur au chiffre obtenu en divisant le nombre de fragments par deux.

16.3 Montboucher-sur-Jabron / Constantin

8Les semences recueillies et étudiées sur le site de Constantin appartiennent à deux ensembles chronologiques. Le lot de semences datées des vie-viie s. provient du comblement, semble-t-il naturel, de deux fosses ayant peut être possédé une fonction primaire de stockage. L’ensemble du xie s. se compose d’un échantillon issu d’une fosse de même nature que les précédentes et de plusieurs échantillons collectés à l’intérieur d’un bâtiment (bât. B). Il s’agit pour ces derniers de prélèvements effectués dans le sédiment contenu dans deux vases en céramique et un coffre en bois. Les prélèvements représentent 101 de sédiment, à l’exception du contenu des vases qui fut prélevé en totalité (quelques litres) et d’un échantillon de 2 l pris dans le coffre pour être observé finement en laboratoire. Les carporestes présentent dans l’ensemble un bon état de conservation. Malgré une fragmentation parfois importante, les semences sont faiblement érodées et offrent de bonnes conditions de détermination.

Première phase d’occupation (vie-viie s.)

9Cet ensemble, très limité, se compose de deux échantillons ayant livré 8 restes au total (tabl. VII). Le millet commun (Panicum miliaceum L.) est le seul représentant des plantes domestiques, généralement cultivées. Les plantes sauvages sont plus variées. Trois espèces herbacées sont correctement identifiées. Hormis le gaillet croisette (Galium cruciata (L.) Scop.), il s’agit vraisemblablement de mauvaises herbes des cultures.

Seconde phase d’occupation (xie s.)

10Dans une fosse, ont été trouvés quelques restes parmi lesquels on remarque la présence du blé nu (Triticum aestivum/durum) et du millet commun (tabl. VIII). Ceux-ci sont accompagnés du chêne (Qaercus sp.) et de plusieurs herbacées sauvages, généralement des mauvaises herbes. Cependant, l’essentiel de la documentation provient du bâtiment (tabl. IX et X).

TABL. VIII
Montboucher-sur-Jabron / Constantin : échantillons prélevés dans les fosses (ent. semences entières, fg. fragments de semences, cf. certainement, / ou).

TABL. IX
Montboucher-sur-Jabron / Constantin : bâtiment du XIe s., contenu des céramiques (ent. semences entières, fg. fragments de semences, cf. certainement ; / ou).

TABL. X
Montboucher-sur-Jabron / Constantin : bâtiment du XIe s., contenu du coffre en bois (ent. semences entières, fg. fragments de semences, cf. certainement ; / ou).

11Alors qu’un vase contenait peu de carporestes, le second est beaucoup plus riche. L’échantillon est dominé à 96 % par les gesses (fig. 120). La distinction des deux espèces de gesses cultivées, gesse chiche (Lathyrus cicera L.) et gesse jarosse (Lathyrus sativus L.), est difficile à partir des semences. Seules les données biométriques peuvent constituer un élément de diagnostic. Les mesures de largeur effectuées sur 100 individus provenant de la partie médiane de la gousse et 100 individus provenant de la partie terminale, comparées aux données publiées par H. Kroll (1979), pour des graines de l’âge du Bronze ancien à Dimini (Grèce), ne s’inscrivent pas exactement dans l’une ou l’autre des deux populations (fig. 121). Elles se rapprochent toutefois des valeurs attribuées à la gesse chiche. La largeur moyenne (2,70 mm) des individus terminaux de Constantin se place au cœur de l’intervalle de la population de Dimini. Cependant, la largeur moyenne des individus médians (2,99 mm) se situe à l’intérieur du domaine de chevauchement entre gesses chiche et jarosse. Il semble donc plus probable que les graines de Constantin appartiennent à la gesse chiche.

FIG. 120
Montboucher-sur-Jabron / Constantin, bâtiment du XIe s., position et composition des ensembles carpologiques.

FIG. 121 
Comparaison de la largeur des graines de gesse de Montboucher-sur-Jabron / Constantin (Drôme, France) et de Dimini (Grèce) d’après un échantillon de 100 individus (d’apr. Kroll 1979).

12Les semences provenant de ce vase gisaient sous forme de concentration. De plus, le vase avait subi une troncature du col qui pouvait faciliter la fonction de stockage. Ces observations archéologiques associées à la forte dominance d’une espèce cultivée permettent de conclure qu’il s’agit d’une petite réserve de graines de gesses conservées dans un vase. Les plantes minoritaires dans cet échantillon, domestiques ou sauvages, poussaient vraisemblablement en position d’adventices dans la culture de gesse.

13Le coffre en bois présentait une situation comparable. Les semences se trouvaient sous forme de concentration à l’intérieur des débris de celui-ci. L’ensemble est dominé à près de 70 % par le blé nu (fig. 120), les autres plantes étant présentes dans des proportions très faibles à l’exception du millet commun (près de 24 %). On se trouve manifestement en présence d’une réserve de blé nu. Le seigle (Secale cereale L.), l’orge polystique vêtue, le millet d’Italie (Setaria italica (L.) Beauv.) et les herbacées sauvages représentent des adventices. Leur signification écologique sera discutée ultérieurement. Compte tenu du nombre important de semences recueillies, la situation du millet commun est plus difficile à appréhender. Les fruits de cette céréale sont de petites dimensions. Leur nombre ne représente donc pas un volume important parmi les grains de blé nu, ce qui n’incline pas à penser que le millet commun était cultivé et stocké volontairement en mélange avec le blé. D’autre part, la quantité de semences semble forte pour une plante croissant naturellement comme adventice. Peut-être le millet commun représente-t-il la céréale cultivée avant le blé nu sur la parcelle ? Un stock important de semences aurait alors été disponible dans le sol pour germer avec le semis de blé nu. À moins qu’il ne s’agisse des grains de millet constituant des traces du stock ayant précédé le blé nu dans le coffre.

16.4 Upie / Les Vignarets

14Plusieurs prélèvements sédimentaires réalisés à l’intérieur du bâtiment du xe-xie s. des Vignarets (Upie, Drôme) ont livré des semences carbonisées (tabl. XI). Ces sédiments proviennent du niveau d’occupation du bâtiment et de six fosses creusées à l’intérieur de celui-ci. Chaque prélèvement représente un volume de 20 l de terre environ. La qualité de conservation des carporestes, ne révélant pas d’érosion particulière, peut être jugée satisfaisante. Certaines fosses ont pu posséder une fonction initiale de stockage. Cependant, le caractère diffus des semences et leur association avec divers éléments de rejet –tessons de céramique, charbons de bois, mobilier métallique– à l’intérieur des remplissages laissent envisager une origine purement détritique des vestiges, sans doute liée aux déchets produits quotidiennement dans l’habitat, et non à un dépôt en rapport avec une activité précise comme le stockage.

TABL. XI
Upie/Les Vignarets (Xe-XIe s.) : échantillons de 20 l chacun environ (ent. semences entières, fg. fragments de semences, cf. certainement ; / ou).

15Les plantes attestées laissent apparaître une bonne variété de plantes domestiques, notamment des céréales (tabl. VI et XI, fig. 122). Le blé nu est le taxon dominant avec 39 % des restes collectés. Le seigle et l’orge polystique vêtue occupent des proportions plus modestes mais étaient sans doute également cultivés. L’absence des éléments discriminants n’a pas permis d’identifier l’avoine comme une forme cultivée mais la proportion qu’occupe la plante en nombre de restes, immédiatement après le blé nu, supporte cette hypothèse. Plusieurs autres espèces domestiques affichent une présence beaucoup plus discrète et, à l’exception de la vigne (Vitis vinifera L. subsp. vinifera), il est difficile de dire si elles étaient réellement exploitées. On compte parmi celles-ci le millet commun, la lentille, peut-être la vesce cultivée (Vicia sativa L.) et une forme de blé vêtu, vraisemblablement l’amidonnier ou l’épeautre (Triticum cf. dicoccumhpelta).

FIG. 122
Upie / Les Vignarets : proportions en nombre de restes des principaux taxons.

16Les herbacées sauvages possèdent des caractéristiques intéressantes. Il s’agit tout d’abord de quatre espèces que l’on rencontre aujourd’hui fréquemment dans les cultures céréalières. On peut ensuite souligner leur forte représentation (14 % du total des restes étudiés), due principalement à la présence marquée de l’ivraie enivrante (Lolium temulentum L.). On remarque enfin la présence exclusive d’espèces produisant des semences de grandes dimensions, particulièrement difficiles à extraire des moissons lors des nettoyages (vannages, criblages). Ceci pourrait indiquer que seules des récoltes déjà nettoyées ont été introduites dans le bâtiment. Il faut malgré tout garder à l’esprit que le mode d’échantillonnage pratiqué a pu être défavorable aux petites semences de mauvaises herbes et à certains vestiges de vannes.

16.5 Crest / Bourbousson 2

17Seules trois unités stratigraphiques correspondant au remplissage de deux fosses et à une décharge de foyer ont procuré des semences carbonisées, en nombre très limité (tabl. XII). Tous les échantillons sont datés du xexie s. La seule espèce domestique mise en évidence est le blé nu qui apparaît dans deux contextes. Elle s’accompagne d’une plante de fourrés ou de haies, l’églantier (Rosa sp.), et d’une herbacée qui peut croître dans les cultures d’hiver, le gaillet gratteron (Galium aparine L.).

TABL. XII
Crest / Bourbousson 2 (Xe-XIe s.) : échantillons de 10 à 50 l chacun environ (ent. semences entières ; fg. fragments de semences, / ou).

16.6 Aimargues / Saint-Gilles le Vieux

18Parmi la soixantaine de fosses-silos fouillées à Saint-Gilles le Vieux (Aimargues, Gard), huit ont bénéficié d’un échantillonnage qui a fourni des semences archéologiques (tabl. XIII). Ces fosses se trouvent à l’intérieur de deux des aires d’ensilage (aires I et V). Le matériel céramique que’lles contenaient n’a pas toujours autorisé une datation précise. Si cinq d’entre elles peuvent être attribuées aux xe-xiie s., les trois dernières se situent dans une fourchette chronologique plus large (viie-xiie s.). Il est néanmoins vraisemblable que’lles soient contemporaines des premières car les xexiie s. semblent correspondre à la période durant laquelle la zone d’ensilage se développe le plus fortement. Les neuf prélèvements de sédiment atteignaient un volume de 40 à 60 1. chacun et ont tous été tamisés sur un crible de 2 mm. Les carporestes se trouvent dans un état de conservation souvent médiocre, ce qui a parfois des conséquences sur l’identification de certains taxons faiblement représentés.

TABL. XIII
Aimargues / Saint-Gilles le Vieux (ent. semences entières, fg. fragments de semences, cf. certainement, / ou).

19Les semences, toujours retrouvées de façon diffuse à l’intérieur des silos et en association avec divers types de rejets, représentent des déchets, peut-être produits par l’habitat qui semble se développer à proximité, et non les réserves initialement conservées dans les structures. Les espèces attestées ne possèdent donc a priori aucun lien agricole ou phytosociologique entre elles. À la lumière du faible échantillonnage dont nous disposons, il semble que les fosses situées dans faire d’ensilage V renferment une densité en carporestes plus élevée que les fosses de faire I. Ceci pourrait être lié à la proximité de l’habitat.

20Les taxons mis en évidence se rattachent pour la plupart au groupe des plantes cultivées. Les proportions entre les principaux taxons ou groupes de plantes sont partiellement illustrées par la figure 123, fondée uniquement sur les échantillons datés sans ambiguïté des xe-xiie s. On remarque parmi les céréales la domination nette du blé nu et la part non négligeable de forge vêtue. Ces deux espèces étaient vraisemblablement cultivées à Saint-Gilles le Vieux. D’autres céréales n’apparaissent qu’à l’état de traces et leur détermination même n’est pas totalement assurée. Il s’agit d’un blé vêtu, amidonnier ou épeautre, et, dans les échantillons datés avec une précision moindre, de l’engrain (Triticum cf. monococcum L.), du seigle et du millet italien. L’avoine n’a pas pu être attribuée, d’après les critères anatomiques, à une forme cultivée ou sauvage. À l’état de traces dans deux échantillons, elle s’affirme plus fortement dans une fosse, prenant la seconde place après le blé nu, ce qui pourrait représenter un indice ténu de sa mise en culture.

FIG. 123
Aimargues / Saint-Gilles le Vieux : proportions en nombre de restes des principaux taxons présents dans les fosses des Xe-XIIe s.

21Si l’on considère l’ensemble des échantillons, la proportion des graines de lentille doit être nuancée par rapport au taux qui apparaît dans la figure 123. Néanmoins, la fréquence avec laquelle la plante se manifeste dans les échantillons et le nombre total de ses restes sont de bons éléments pour considérer cette légumineuse comme effectivement cultivée. Il en va différemment des autres légumineuses, fève (Vicia faba L.), gesse et pois chiche (cf. Cicer arietinum L.), dont la faible représentation n’autorise aucune hypothèse. De plus, les deux derniers taxons ne sont pas identifiés avec certitude.

22Le groupe des fruitiers se compose de la vigne cultivée et de l’olivier (Olea europaea L.). Les deux fragments d’endocarpes appartenant à ce dernier indiquent des noyaux de petites dimensions. Cependant, la taille des noyaux ne peut pas être considérée comme un critère pertinent pour distinguer olivier sauvage et cultivé (Leveau et al. 1991 ; Terral 1997).

23Les herbacées sauvages sont faiblement représentées. Il s’agit dans tous les cas de plantes produisant des semences de dimensions assez grandes. Ceci est certainement dû à l’emploi d’une maille de tamis trop lâche qui implique la disparition d’un certain nombre d’adventices. Ce phénomène a pu également être défavorable à la représentation des millets.

16.7 Chabrillan / Saint-Martin

24Parmi les nombreux prélèvements effectués sur le site de Saint-Martin / Chabrillan (Drôme), vingt-trois contenaient des semences carbonisées d’époque médiévale (xe-xiiie s.). Ceux-ci sont originaires de six des douze zones définies sur le site (zones 1, 5, 6, 7, 11 et 12) et proviennent de contextes variés, fosses diverses, niveaux charbonneux liés à l’utilisation de fours et calages de poteaux. Les prélèvements correspondent à des volumes de 15 à 20 l de sédiments. L’érosion des carporestes, bien que variable, est en règle générale assez forte.

25Les échantillons positifs sont répartis sur une large surface à l’intérieur du site mais on remarque deux zones de concentration. Celles-ci correspondent également à une plus grande richesse des échantillons en carporestes. La première, plus particulièrement évidente, concerne le bâtiment du xiie ou début du xiiie s. situé dans la zone 1. Le deuxième ensemble est constitué de fosses liées à un autre bâtiment, daté des xexie s. et localisé en zone 6. Ces concentrations pourraient résulter de la proximité des lieux d’habitation favorisant l’accumulation de déchets domestiques.

26Les résultats obtenus (fig. 124, tabl. XIV, XV, XVI) montrent une grande diversité carpologique, notamment parmi les plantes domestiques. La documentation disponible ne permet pas la perception de différences entre échantillons des xe-xie s. et échantillons des xiie-xiir s.

FIG. 124
Chabrillan / Saint-Martin (XIe-XIIIe s.) : proportions en nombre de restes des principaux taxons attestés.

TABL. XIV
Chabrillan / Saint-Martin, zone 1 (XIIe-début XIIIe s.) : échantillons de 15 à 20 l chacun, ent. semences entières ; fg. fragments de semences, cf. certainement ; / ou).

TABL. XV
Chabrillan / Saint-Martin, zones 5 et 6 : échantillons de 15 à 20 l chacun (ent. semences entières, fg. fragments de semences, cf. certainement, / ou).

TABL. XVI
Chabrillan / Saint-Martin, zones 7, 11 et 12 (XIe-début XIIIe s.) : échantillons de 15 à 20 l chacun (fg. fragments de semences, ent. semences entières).

27En ce qui concerne les céréales, le blé nu occupe une très forte proportion avec 67 % du total des restes étudiés. Le millet commun et l’orge polystique vêtue semblent également cultivés. Ils sont attestés par un nombre conséquent de vestiges et l’orge apparaît dans de nombreux échantillons. Le critère quantitatif pourrait également indiquer une exploitation de l’avoine qui est même dominante à l’intérieur d’un échantillon (zone 6, US 6439). L’identification spécifique a toutefois été encore une fois impossible. Le seigle et le millet italien sont en revanche beaucoup plus discrets.

28Le groupe des légumineuses, également diversifié, est constitué de la fève, de la lentille et d’une gesse. Aucune de ces plantes n’est cependant représentée de façon significative. La présence de deux semences de chanvre (Cannabis sativa L.) doit être soulignée. Il s’agit d’une plante utilisée pour le textile ou pour la production d’huile.

29La forte fréquence de la vigne cultivée traduit probablement sa culture locale. Les restes de noisettes (Corylus avellana L.) et de pépins de mûres du roncier (Rubus fruticosus L.), espèces que l’on rencontre fréquemment à l’état sauvage, sont plus probablement les indices d’une activité de cueillette. On ne peut cependant pas exclure la mise en culture du noisetier ou son entretien dans des espaces aménagés comme les haies.

30Le groupe des plantes sauvages comporte une grande partie de restes qui n’ont pas pu être identifiés avec précision compte tenu de leur état de conservation. Les taxons déterminés de façon satisfaisante correspondent pour la plupart à des adventices.

16.8 Châteauneuf-sur-Isère / Beaume

31Les nombreux et divers restes carpologiques étudiés sur le site de Châteauneuf-sur-Isère (Beaume, Drôme) proviennent de différentes unités stratigraphiques appartenant à deux bâtiments de terre et, plus particulièrement de deux fosses-silos découvertes à l’intérieur de l’un d’eux (tabl. XVII). Plus précisément, les semences sont issues de niveaux de sol, d’occupation et de destruction des bâtiments, ainsi que de deux niveaux du remplissage secondaire de chaque fosse-silo. Tous les ensembles sont datés des xiie-xiiie s.

TABL. XVII
Châteauneuf-sur-Isère/Beaume (XIIe-XIIIe s.) [ent. semences entières ; fg. fragments de semences, cotyl. cotylédons, élem. élément, cf. certainement, / ou].

TABL. XVII (suite et fin)
Châteauneuf-sur-Isère / Beaume (XIIe-XIIIe s.) [ent. semences entières ; fg. fragments de semences, cotyl. cotylédons, élem. élément, cf. certainement, / ou].

  • 1 – Certains lots furent directement prélevés à vue au cours des fouilles (fait 17, US 48 et 77, fait (...)

32Les modes de prélèvements des vestiges sont de nature et de fiabilité variables1. Les semences sont en général bien conservées, notamment pour les niveaux les plus riches. En ce qui concerne la couche de paille de la fosse-silo 55 (US 185), la conservation peut même être qualifiée d’exceptionnelle, certains éléments extrêmement fragiles nous étant parvenus.

16.8.1 Les niveaux des deux bâtiments

33Les quatre contextes correspondant à des niveaux de sol, d’occupation ou de destruction de ces deux bâtiments ont livré des carporestes en nombre variable. Ceux-ci se trouvaient en position très diffuse dans les couches, mélangés avec divers autres éléments archéologiques. La figure 125 montre une domination nette de la lentille. Cette légumineuse est fortement liée au bâtiment 17 pour lequel elle constitue la très grande majorité des restes étudiés, suggérant ainsi qu’il s’agit des déchets d’une plante exploitée et cultivée. Le seigle et l’avoine, autres plantes domestiques d’importance, sont en revanche plus fortement attestés dans le bâtiment 18. D’autres plantes domestiques n’apparaissent qu’à l’état de traces dans les deux bâtiments. On compte parmi elles l’orge polystique à grains vêtus, le blé nu, le millet commun et la vigne cultivée. Les plantes sauvages sont rares et appartiennent, dans la flore actuelle, à des milieux divers.

FIG. 125
Châteauneuf-sur-Isère / Beaume : proportions en nombre de restes des principaux taxons attestés dans les niveaux des bâtiments.

16.8.2 Les fosses-silos

34Des semences carbonisées ont été retrouvées, souvent sous forme de concentrations, dans quatre des niveaux de remplissages de deux fosses-silos. Malgré la richesse carpologique, la position stratigraphique et la présence de différents éléments intrusifs en mélange avec les semences indiquent qu’il s’agit de dépôts secondaires.

35Une exception réside dans la partie inférieure du premier remplissage (US 185) de la fosse-silo 55. Ce niveau s’individualise de la partie supérieure, également très riche en carporestes, par un mince horizon sableux. Le niveau inférieur, qui reposait donc immédiatement au contact du fond de la fosse, se présente au premier abord sous la forme d’éléments végétatifs fortement tassés, contenant une très faible proportion de sédiment. L’analyse a montré que ce matériel se compose, pour quelque 19 %, d’éléments d’épis. On distingue des entre-nœuds et des glumelles isolés, mais également des fragments d’épis mieux conservés, portant encore des glumes, des glumelles et parfois des grains. Tous les restes identifiés appartiennent au seigle. Le second ensemble, des fragments de tiges de graminées que l’on peut sans doute attribuer à de la paille de seigle, compte pour près de 65 % du total. Viennent ensuite des semences isolées, dominées par le seigle mais comportant également une proportion importante de grains d’avoine cultivée (Avena sativa L.). À ces deux céréales s’ajoutent quelques individus d’orge polystique vêtue, de millet commun, de pois (Pisum sativum L.), de gesse chiche ou cultivée, de lentille, des fragments de coques de noix (Juglans regia L.), et un ensemble de semences de mauvaises herbes dominé par la nielle des blés (Agrostemma githago L.) et le chénopode blanc (Chenopodium album L.).

36La situation, la composition et l’excellente préservation de cet ensemble montrent qu’il s’agit d’une couche de paille retrouvée en position primaire au fond du silo. Les éléments de diagnose permettent d’attribuer la paille au seigle, sans toutefois exclure la présence minoritaire d’autres céréales, tout particulièrement d’avoine. Les semences découvertes parmi les éléments végétatifs proviennent pour une partie de la récolte de seigle elle-même et pour une partie sans doute de plantes qui la colonisaient, notamment les mauvaises herbes. Cependant, il est probable que certains restes comme les fragments de coque de noix proviennent du niveau supérieur. Cette possibilité d’intrusion est renforcée par la présence de rares charbons de bois et par la minceur de l’horizon stérile séparant les deux niveaux.

37Parmi les trois ensembles carpologiques trouvés en position secondaire, les plus riches sont le niveau supérieur du premier remplissage de la fosse 55 (US 185) et le troisième remplissage de la fosse 70 (US 198). Tous deux possèdent une composition très largement comparable (fig. 126, 127). Les principales caractéristiques en sont la très forte domination de l’avoine cultivée précédant légèrement le seigle, tous deux entre 40 et 50 %, et une proportion importante de nielle des blés, excédant de peu les 10 %. Dans les deux couches, une vingtaine de plantes supplémentaires se limite à une proportion totale de 1 %. De plus, celles-ci sont généralement identiques dans les deux ensembles. Il s’agit de diverses céréales et légumineuses ainsi que du lin, plantes cultivées ou colonisant accidentellement les cultures d’avoine ou le seigle. On trouve également des restes de fruitiers cultivés ou sauvages mais certainement exploités : le pommier domestique (Malus commuais Borkh.), la vigne cultivée, le noyer, le noisetier et la ronce. La similarité s’étend aux herbacées sauvages, plantes que l’on observe aujourd’hui à l’état d’adventices ou dans les prairies et pelouses.

FIG. 126
Châteauneuf-sur-Isère / Beaume : proportions en nombre de restes des principaux taxons dans la couche de grains de la fosse 55.

FIG. 127
Châteauneuf-sur-Isère / Beaume : proportions en nombre de restes des principaux taxons attestés dans le troisième remplissage de la fosse 70.

38La très forte similarité carpologique entre ces deux ensembles indique certainement une origine identique. La grande densité de semences et la domination de l’avoine et du seigle plaident pour l’hypothèse de réserves brûlées et rejetées dans les fosses après l’incendie des bâtiments. Une analyse minutieuse révèle qu’il ne s’agit pas de stocks de seigle et d’avoine mélangés, résultant éventuellement de cultures en méture, mais que ces deux céréales étaient conservées et donc cultivées séparément. Effectivement, on trouve à l’intérieur des deux couches de petits agglomérats de semences qui renforcent l’hypothèse de produits stockés. Cependant, ces agglomérats contiennent presque exclusivement des grains de seigle et de nielle des blés. Des grains d’avoine n’apparaissent que très occasionnellement en leur sein. On peut donc en conclure que seigle et avoine ont brûlé séparément.

39Le dernier remplissage de la fosse-silo 70 (US 188) se distingue des deux couches précédentes tout d’abord par une richesse carpologique bien moindre, ensuite par la rareté de l’avoine, représentée ici par un seul individu. Le seigle en revanche est toujours dominant. Il s’accompagne d’autres plantes minoritaires : l’orge polystique vêtue, la nielle des blés et plusieurs taxons représentant sans doute des mauvaises herbes.

40L’importance et la fréquence du seigle et de l’avoine sont des caractères majeurs des échantillons étudiés à Beaume. Tous deux semblent dominer l’économie céréalière du site.

16.9 Discussion

16.9.1 Les plantes exploitées

41L’évaluation par la carpologie de l’importance économique des plantes domestiques présente différentes difficultés méthodologiques. Outre les problèmes de quantification, les principales difficultés concernent la représentativité des échantillons. On a eu l’occasion d’évoquer l’impact des conditions de conservation sur la composition du spectre carpologique. Les ensembles étudiés sont de ce point de vue aisément comparables. Tous constitués de matériel carbonisé, ils documentent essentiellement l’exploitation des céréales et des légumineuses. Il faut garder à l’esprit que des grandes catégories de plantes à valeur économique –tels les arbres fruitiers, les plantes textiles, oléagineuses, condimentaires ou les légumes– sont défavorisés par ce mode de conservation et demeureront moins bien perçus. Une autre difficulté s’attache à la nature de l’échantillon. M. Rösch et al. (1992), notamment, distinguent les concentrations de semences, ou ensembles fermés, qui représentent des plantes qui ont dû croître ensemble –il s’agit souvent de réserves– des ensembles ouverts constitués de restes en position plus diffuse, résultant de dépôts d’origines multiples. Les ensembles ouverts délivrent des informations plus fiables sur l’économie végétale du site. En revanche, on peut souligner que les ensembles fermés seront plus riches en informations sur les pratiques agraires et les conditions écologiques des cultures. Les ensembles ouverts que nous avons étudiés ne contiennent jamais d’éléments d’épis qui constituent une part importante des déchets produits lors des activités de battage et de nettoyage des céréales. Il s’agit plus probablement de déchets produits plus en aval dans la chaîne de traitement des récoltes, notamment lors de la préparation alimentaire.

16.9.1.1 Céréales

42Le blé nu est la seule céréale attestée dans tous les sites. Généralement dominant dans les sites qui présentent des ensembles ouverts, il figure également dans un contexte de stockage à Montboucher-sur-Jabron/Constantin. Cette fréquence et cette abondance sont les signes de l’importance du blé nu dans l’agriculture régionale au Moyen Âge. Il est remarquable de constater que, d’après l’enquête générale de 1338 menée dans les maisons de l’ordre des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, depuis la vallée de l’Isère jusqu’à la Camargue et la Provence, un nombre important de seigneuries cultivant seulement le blé d’hiver se trouve localisé au nord d’Avignon et dans le couloir rhodanien (Duby 1958).

  • 2 – Les entre-nœuds d’épis possèdent en revanche différents caractères qui, lorsque les restes sont b (...)

43Il est regrettable que l’identification de cette céréale ne puisse être précisée par la carpologie à partir des seules semences2. Effectivement, l’appellation blé nu recouvre le froment (Triticum aestivum L.), le blé panifiable classique, et différents blés durs dont les plus connus sont le blé dur au sens strict (Triticum durum Desf.) et le blé poulard (Triticum turgidum L.). Les blés durs sont généralement utilisés dans la fabrication de pâtes, galettes ou gruaux divers. Il est fort probable que les grains de blé nu identifiés sur les sites de la vallée du Rhône appartiennent au froment. Ce blé est omniprésent dans les textes. En revanche, il ne semble pas exister de mention médiévale du blé dur, alors que son extension en Languedoc est bien connue à partir du xvie s. (Cornet 1992). La présence des blés durs à grains nus, plus particulièrement du blé poulard, ne doit cependant pas être totalement exclue. On sait aujourd’hui que le blé poulard est cultivé en Europe dès le Néolithique (Maier 1996) et il semble d’après des attestations carpologiques qu’il soit présent en Angleterre tout au long de la période médiévale, alors que les premières mentions écrites dans ce pays ne datent que du xvie s. (Greig 1996).

44Si l’on admet que les restes exhumés appartiennent bien au froment, leur abondance dans des ensembles ouverts, qui en l’absence d’éléments caractéristiques de rejets de battage peuvent être interprétés comme des déchets alimentaires, indique vraisemblablement l’importance de ce blé dans l’alimentation de gens vivant en milieu rural, dans des conditions semble-t-il modestes. Il pourrait donc apparaître que l’hypothèse générale qui attribue la production de froment avant tout au bénéfice des nantis alors que les paysans se nourriraient de céréales moins nobles (Duby 1973) ne se vérifie pas localement. Plus au sud cependant, en Languedoc, le paysan est pourtant réputé être un mangeur d’orge (Le Roy Ladurie 1966 ; Durand 1998). Cette éventuelle importance du froment dans l’alimentation des humbles en vallée du Rhône est une hypothèse qui mérite de plus amples recherches avec, souhaitons-le, la découverte et l’étude de nouveaux habitats dont la situation sociale des occupants pourrait être bien caractérisée par l’archéologie.

45Les autres céréales, moins fréquentes ou attestées avec des taux moins élevés, semblent jouer un rôle plus limité. L’avoine et le seigle sont fortement représentés dans la plupart des échantillons du site de Châteauneuf-sur-Isère / Beaume. On les retrouve dans des proportions plus limitées à Upie/ Les Vignarets, où ils conservent une certaine importance, puis, plus discrètement, à Chabrillan / Saint-Martin I. À Montboucher-sur-Jabron / Constantin les deux céréales semblent totalement absentes, mais le site est dominé par des ensembles représentant des réserves, peu représentatifs des plantes globalement exploitées sur le site. À Aimargues / Saint-Gilles le Vieux, l’avoine est présente, peut-être cultivée, mais le seigle semble anecdotique, sinon absent. Est-ce un hasard si l’importance de ces deux céréales, réputées nordiques et convenant bien aux climats rigoureux, semble connaître un gradient décroissant du nord vers le sud dans notre documentation ? Viennent conforter cette impression la forte représentation du seigle et de l’avoine dans les habitats du lac de Paladru (Lundström-Baudais, Mignot 1993), en contexte montagnard, et leur absence à Lunel-Viel (Ruas 1990), au sud et en plaine. Selon E. Le Roy Ladurie (1966), la culture du seigle ne semble réellement prendre de l’importance dans le Midi méditerranéen qu’au début du xvie s. La rareté du seigle dans l’agriculture languedocienne médiévale est confirmée par A. Durand (Durand 1998), mais cette dernière estime que l’avoine détenait une certaine importance, puisqu’apparaissant avec un même nombre d’occurrences que le froment dans les actes du xiie s. Cette culture semble cependant assez fortement liée aux zones montagneuses dans le Languedoc du Moyen Âge. L’impression qui se dégage de notre documentation, accordant une faible part au seigle et à l’avoine à mesure que l’on descend le couloir rhodanien, est extrêmement fragile et l’étude de nouveaux ensembles peut modifier ce tableau. Il serait notamment intéressant d’étudier des ensembles localisés sur les reliefs avoisinant la vallée.

46L’orge polystique vêtue est très fréquente. Elle apparaît sur tous les sites, à l’exception de Crest/Bourbousson 2. La proportion qu’elle occupe parmi les restes étudiés est néanmoins toujours faible. Son taux le plus élevé se manifeste à Aimargues/Saint-Gilles le Vieux, où elle représente une proportion de 16 %. Il pourrait être surprenant que cette proportion sur le seul site languedocien ne soit pas plus élevée. Effectivement, E. Le Roy Ladurie (1966) a montré l’importance au xiie s. de l’orge polystique vêtue dans l’agriculture du Languedoc et de tout le Midi méditerranéen où elle constituait selon lui, avec le froment, la base de tous les fermages dans la plaine. E. Le Roy Ladurie signale que lorsque l’on monte vers la montagne au nord et à l’ouest, la part de l’orge polystique, ou d’hiver, diminue au profit du seigle, de l’avoine et de la paumelle, orge à deux rangs semée au printemps. Le même phénomène est observé dans la Provence de la première moitié du xive s. par L. Stouff (Stouff 1970). Cette diminution de la part de l’orge polystique à mesure que diminue l’influence climatique de la Méditerranée explique peut-être la relativement faible proportion de cette céréale dans les sites de la moyenne vallée du Rhône.

47Le millet commun est relativement fréquent parmi les sites étudiés et se trouve parfois attesté par un nombre de restes assez élevé. On peut rappeler que c’est la seule céréale représentée dans l’échantillon des vie-viie s. de Montboucher-sur-Jabron / Constantin.

48M.-P. Ruas (Ruas 1992) remarque que les mentions carpologiques de millet commun semblent précisément atteindre leur apogée pour la période médiévale au cours des xie-xiiie s. Les mentions écrites de millets concernant la France médiévale sont peu fréquentes. La raison de cette discrétion ne résiderait pas dans une faible extension de leur culture mais dans le fait que celle-ci soit réservée à un usage exclusivement domestique, sans faire l’objet de prélèvements seigneuriaux (Cornet 1992). Selon ce même auteur, le millet serait souvent une culture dérobée. Olivier de Serres, agronome régional, écrit que l’on peut semer du millet immédiatement après une moisson de blé ou sur le guéret préparé pour une culture de froment. On récolte alors le millet immédiatement avant de semer le blé. Cette succession millet-froment explique peut-être l’importante proportion de grains de millet que l’on a constatée dans la réserve de blé nu de Montboucher-sur-Jabron / Constantin.

49Le millet d’Italie est en revanche beaucoup plus discret dans nos échantillons. Il n’est attesté sans ambiguïté qu’à Montboucher-sur-Jabron / Constantin et pourrait être présent à Aimargues/Saint-Gilles le Vieux et Chabrillan / Saint-Martin I. Il n’est jamais suffisamment bien représenté pour montrer son exploitation. Ceci semble faire écho à une situation beaucoup plus générale puisque M.-P. Ruas (1992) précise que les mentions médiévales du millet d’Italie restent anecdotiques en France et que l’on ne peut y voir la plupart du temps qu’une adventice.

50Il faut cependant conserver une certaine prudence quant à la faible représentation des millets compte tenu du biais qui peut être introduit par le mode de conservation. D’après leur étude portant sur un nombre considérable de sites en Suisse et en Allemagne du Sud-Ouest, M. Rösch et al. (1992) indiquent que le millet peut être largement sous-représenté lorsque l’on dispose de peu de milieux humides. Dans les sites qu’ils ont étudiés, la céréale apparaît effectivement avec beaucoup plus de poids dans les ensembles provenant de milieux humides que dans les ensembles carbonisés.

51Les blés vêtus, engrain, amidonnier ou épeautre, semblent être représentés de ci de là par de rares caryopses. Mais leur présence est tellement fugace qu’aucune espèce n’a pu être identifiée de façon assurée. Rien n’atteste donc la culture de ces plantes qui semblent ne représenter que des adventices, comme cela paraît être le cas de façon générale pour le Moyen Âge en France (Ruas 1992).

16.9.1.2 Légumineuses et plantes à fibres

52Les restes de légumineuses sont moins abondants que ceux de céréales et les espèces sont moins assidûment présentes au sein des spectres carpologiques. Deux taxons possèdent cependant de forts taux et dominent parfois les échantillons sur certains sites. Il s’agit de la lentille à Upie / Les Vignarets, Châteauneuf-sur-Isère / Beaume et de façon moins nette à Aimargues / Saint-Gilles le Vieux, ainsi que de la gesse à Montboucher-sur-Jabron/ Constantin. On possède là des signes concrets de l’exploitation de ces plantes. La fève, l’ers, le pois, le pois chiche et la vesce sont nettement moins bien documentés et il est difficile de dire si toutes ces légumineuses étaient effectivement cultivées. Il est remarquable que, à l’exception de l’ers, toutes les légumineuses attestées à Aimargues / Saint-Gilles le Vieux soient également présentes sur le site voisin et sensiblement contemporain de Lunel-Viel (Ruas 1990). Mais, si la lentille est la mieux représentée sur le premier gisement, ce sont la fève et le pois chiche qui auraient constitué des stocks de plantes cultivées à Lunel-Viel. Cet élément permet donc de confirmer la présence du pois chiche et son exploitation conjointe à celle de la fève et de la lentille dans la région. Si lentille et gesse semblent être, à la lumière de notre documentation, les légumineuses qui se détachent en moyenne vallée du Rhône, cela ne semble pas vrai sur un plan plus général. D’après les semences carbonisées, M.-P. Ruas (1992) note que la lentille semble devenir une culture mineure, sinon limitée, dès le haut Moyen Âge alors qu’elle était très répandue durant l’Antiquité. Les dernières recherches sur le Languedoc médiéval montrent que la lentille n’apparaît que sur 5 des 29 sites étudiés, plus particulièrement sur les sites du haut Moyen Âge (Ruas 1998). Les légumineuses principales seraient plutôt la fève et le pois. C’est la même image que renvoie l’étude de la documentation relative aux jardins urbains en France médiévale (Higounet-Nadal 1989). La fève et le pois sont les productions de base alors que lentilles, vesces et gesses semblent liées à des régions limitées, dont le Languedoc. Il est trop tôt pour savoir si la tendance qui semble se dégager de notre étude reflète un particularisme local ou s’il ne s’agit que d’un biais lié à une documentation trop restreinte.

53Malgré la rareté des restes qui témoignent de leur présence, les plantes oléagineuses ou textiles méritent quelque attention. La mise en évidence de ces plantes est plus fréquente dans les milieux humides et leur seule présence en milieu sec mérite d’être mentionnée. Le lin, attesté par deux fois à Montboucher-sur-Jabron/Constantin et à Châteauneuf-sur-Isère / Beaume, a pu être attribué dans les deux cas à des plantes en position d’adventices dans des cultures de céréales. Il est néanmoins vraisemblable que la présence du lin comme plante adventice découle de l’existence locale de cultures de cette plante. Le lin est attesté par un nombre de semences carbonisées plus important sur deux sites du ixe-xe s. dans les Bouches-du-Rhône : Augery-de-Corrèges et Eyguières (Ruas 1998). Le chanvre n’est mentionné qu’à Chabrillan/ Saint-Martin I. Chanvre et lin sont tous deux présents dans les milieux humides du lac de Paladru (Lundström-Baudais, Mignot 1993).

16.9.1.3 Arbres fruitiers

54Les arbres fruitiers représentent une autre catégorie de plantes économiques généralement mal représentée dans les ensembles carbonisés. Ceci n’empêche cependant pas la vigne d’apparaître sur la plupart des sites, avec un nombre de restes généralement faible mais qui est relativement élevé à Chabrillan/Saint-Martin I. Cette récurrence de la vigne est probablement le signe du développement de sa culture. Rien n’indique cependant que la vigne constitue ici une culture commerciale. D’autant plus que les vignobles de la vallée du Rhône et du Midi méditerranéen connaissent au Moyen Âge de grandes difficultés d’écoulement de leurs vins vers les marchés nordiques, les plus importants débouchés commerciaux, se heurtant aux barrages des Bordelais et des Bourguignons qui entendent privilégier leurs productions (Lachiver 1988). La vigne pouvait être simplement cultivée pour la production de vin domestique ou la consommation des raisins secs ou frais.

55Les autres arbres fruitiers ne sont présents que de façon accidentelle. Il ne semble pas étonnant de rencontrer l’olivier en Languedoc, à Aimargues / Saint-Gilles le Vieux, sous le climat qu’il affectionne. Il n’est sans doute pas surprenant non plus de trouver le noyer à Châteauneuf-sur-Isère/ Beaume. Le nord de la Drôme et l’Isère adjacente constituent traditionnellement, et encore aujourd’hui, l’une des deux principales zones de production de noix en France. Le dernier fruitier assurément cultivé est le pommier que l’on trouve sur le même site. Le statut du noisetier est ambigu. Représente-t-il un arbre cultivé ou simplement une essence sauvage fournissant des fruits pour la cueillette ? La part de celle-ci semble d’ailleurs limitée puisque seules les mûres de la ronce constituent un élément fiable pour attester cette activité.

56Inutile de préciser que la plupart des ressources fruitières demeurent sans doute dans l’ombre, comme les légumes qui sont très rarement mis en évidence par la carpologie.

16.9.2 Les pratiques agraires

16.9.2.1 Le stockage

57Les renseignements sur la mise en réserve des récoltes proviennent de deux sites, de deux types de contextes qui renvoient à deux types de stockage.

58À Châteauneuf-sur-Isère / Beaume, les concentrations de semences retrouvées dans les fosses-silos ne sont pas en rapport avec la fonction de stockage de ces dernières. Seule une couche de paille fut retrouvée en position primaire au fond de l’une des fosses. Il faut s’interroger sur les raisons de ce dépôt. De la paille a parfois été brûlée dans les fosses-silos afin de sécher les parois avant d’engranger une nouvelle récolte, comme le mentionne le baron de Servières (Servières 1783, cité par Beutler 1981). Cependant, l’excellente conservation de ce lit végétal, tassé au fond de la fosse, dont on a pu extraire de nombreux éléments fragiles comme des fragments de glumes, indique sans doute que sa combustion fut lente. Un feu de paille destiné à sécher les parois de la fosse n’aurait vraisemblablement pas produit des restes aussi tassés et aussi bien conservés.

59L’hypothèse la plus plausible est que ce lit végétal constitue le vestige d’un chemisage de paille destiné à protéger sur le long terme les produits en réserve de l’humidité suintant des parois. Les exemples historiques de cette pratique abondent (Gast, Sigaut 1979). Selon L. Kuntz (1981), dans la Moravie du xviiie s., des restes de paille et de grains accrochés s’accumulent au fond des fosses et il est nécessaire de les nettoyer avant tout nouvel usage. Il est d’ailleurs surprenant que le chemisage de paille ne soit pas encore, à notre connaissance, attesté en France par l’archéologie. Les dépôts primaires au sein de fosses de stockage n’ont semble-t-il jamais livré de couches ou placages de paille, notamment les silos médiévaux étudiés par M.-P. Ruas à Lunel-Viel (Ruas 1990) et à Chadalais, Haute-Vienne (Devalette et al. 1994), ce dernier contenait en revanche des restes du bouchon constitué de paille et d’argile.

60Les deux réserves de Montboucher-sur-Jabron / Constantin, l’une provenant d’un vase et l’autre d’un coffre en bois, possédaient un volume assez limité et se trouvaient dans un bâtiment dont plusieurs aspects indiquent qu’il s’agit d’un habitat : présence d’un foyer, d’un plancher et d’un revêtement sur les murs (cf. chap. 8). Ces divers éléments pourraient indiquer que les stocks de Constantin, peut-être prélevés dans des réserves plus importantes, étaient destinés à être rapidement consommés par les occupants. Auquel cas, nous aurions un indice direct de l’usage des gesses dans l’alimentation humaine.

16.9.2.2 Les adventices : écologie et implications agricoles

61Les herbacées sauvages sont assez fréquentes parmi les restes examinés. Ces plantes apparaissent dans tous les sites et représentent parfois, comme à Châteauneuf-sur-Isère/Beaume, des quantités de semences très importantes. Le classement effectué dans le tableau VI d’après l’écologie actuelle montre que la majorité de ces taxons sont le plus fréquemment observés de nos jours comme adventices des cultures. Parmi celles-ci, le groupe des plantes préférentiellement liées aux cultures d’hiver, généralement des céréales semées à la fin de l’automne, est plus étoffé que celui des mauvaises herbes de printemps, plus typique des céréales semées au printemps ou des cultures sarclées, comme le sont souvent les légumineuses. Les autres herbacées sauvages croissent le plus souvent aujourd’hui à l’intérieur de formations herbeuses comme les prairies ou les pelouses. Cette première classification doit cependant, comme nous l’avons dit, être confrontée aux données archéologiques. Afin d’attester correctement un groupement écologique par l’archéologie, il est utile de disposer d’ensembles représentant des plantes ayant possédé un lien lors de leur croissance. De telles conditions se présentent tout spécialement lors de l’étude d’ensembles de stockages, contenant des plantes qui ont toutes les chances d’avoir poussé conjointement dans le même champ. On doit donc avant tout fonder notre raisonnement sur l’analyse du coffre et du remplissage de la céramique de Montboucher-sur-Jabron / Constantin, et sur les concentrations de semences de Châteauneuf-sur-Isère/ Beaume, ces dernières étant supposées représenter des stocks accidentellement brûlés et rejetés dans les fosses.

62Une seule espèce d’adventice est correctement identifiée à l’intérieur de la réserve de gesse en céramique de Constantin : l’aspérule des champs (Asperula arvensis L.). Curieusement, cette adventice est généralement considérée comme étant caractéristique des cultures d’hiver, alors que les légumineuses sont souvent semées au printemps. Deux explications sont possibles. Les gesses ont tout d’abord pu être semées en automne. C’est souvent le cas pour les légumineuses sous les climats à étés chauds, notamment sous le climat méditerranéen. D’autre part, il n’est pas impossible que dans des conditions écologiques qui lui sont favorables –substrat alcalin, sol sec, été chaud– l’aspérule se développe dans les cultures de printemps.

63Le contenu du coffre présente une diversité de mauvaises herbes plus intéressante. Il peut tout d’abord paraître surprenant de constater la présence de deux plantes que l’on rencontre aujourd’hui le plus souvent dans les pelouses et prairies : l’alchémille (Alchemilla sp.) et la knautie des champs (Knautia arvensis (L.) Confier.). Les autres herbacées sauvages possèdent en revanche un statut classique d’adventices qui s’accorde mieux avec le contexte de leur découverte. Le chénopode blanc (Chenopodium album) est la seule plante qui s’affiche préférentiellement au sein des cultures de printemps. Les autres sont plus typiques des céréales d’hiver, tout particulièrement la nielle des blés (Agrostemma githago L.) et l’ivraie enivrante (Lolium temulentum L.). Avoine sauvage (Avena fatua/sterilis) et renouée liseron (Polygonum convolvulus L.) sont plus polyvalentes et fréquentent les cultures d’hiver et de printemps selon les conditions particulières du milieu. Dans ce cas précis, la présence marquée de la nielle des blés et de l’ivraie enivrante nous laisse supposer qu avoine et renouée liseron sont également liées aux semis d’hiver. L’ensemble du panel d’adventices attesté au sein de la culture de blé nu indique très vraisemblablement qu’il s’agit d’une culture d’hiver.

64Les deux concentrations de semences de Châteauneuf-sur-Isère / Beaume montrent une situation comparable. On retrouve un cortège de plantes de pelouses, prairies et friches qui incluent la knautie des champs, le plantain lancéolé (Plantago lanceolata L.), la petite pimprenelle (Sanguisorba minor Scop.), et sans doute la centaurée scabieuse (Centaurea cf. scabiosa L.) et le brome stérile (Bromus cf. sterilis L.). Les adventices de printemps se limitent à l’éventuelle présence de l’ornithogale à fleurs penchées (cf. Ornithogalum nutans L.). Parmi les adventices d’hiver, on retrouve la nielle des blés, l’ivraie enivrante et la renouée liseron, auxquelles s’ajoutent l’aspérule des champs et, sans doute, le bleuet (Centaurea cf. cyanus L.) ainsi que la spargoute des champs (cf. Spergula arvensis L.). L’ensemble du cortège de mauvaises herbes est donc caractéristique des cultures d’hiver. Les concentrations de semences étant constituées de seigle et d’avoine, il est difficile de savoir si ce cortège s’attache aux deux espèces ou à une seule d’entre elles. Son rapport avec le seigle se manifeste par le nombre important de semences de nielle des blés que l’on retrouve à l’intérieur des agglomérats de grains de seigle. L’avoine est une céréale que l’on sème fréquemment au printemps mais aucun indice malherbologique ne vient mettre en évidence cette pratique à Beaume. La période de semis de l’avoine demeure donc inconnue.

65Les autres sites ne comportent que des ensembles détritiques, qui ne permettent donc pas d’établir de lien entre adventices et cultures. Il est cependant intéressant de constater à l’intérieur de ces derniers une prépondérance comparable des mauvaises herbes d’hiver, tout particulièrement de la nielle des blés et de l’ivraie enivrante qui sont les herbacées sauvages les plus fréquentes et dont le nombre de restes est le plus élevé. L’ensemble de la documentation semble donc renvoyer l’image de la prédominance des cultures d’hiver. Une certaine prudence est toutefois de mise car les adventices d’hiver présentes dans les ensembles ouverts produisent des semences de grandes dimensions qui ont pu subsister après les opérations de vannage et de criblage, alors que d’autres mauvaises herbes ont pu être éliminées. Les adventices de printemps sont attestées de façon sporadique et leur lien avec des cultures n’a pas pu être établi à l’intérieur d’ensembles de stockage. La plus forte présence des adventices de printemps se manifeste par le nombre relativement élevé de semences de chénopode blanc que l’on rencontre dans le coffre de blé nu à Montboucher-sur-Jabron / Constantin, et dans la couche de paille de seigle de Châteauneuf-sur-Isère/Beaume. On a vu précédemment que de solides indices existaient pour penser que le blé nu à Constantin et le seigle à Beaume étaient des cultures d’hiver. Sans exclure un lien entre chénopode blanc et une éventuelle culture de millet à Constantin, la présence de mauvaises herbes de printemps dans des céréales d’hiver peut s’expliquer par la pratique de sarclages des céréales qui aurait abouti à un replacement partiel de la flore adventice d’hiver par une flore de printemps. Le sarclage des céréales semble avoir été courant au Moyen Âge (Sigaut 1988 ; Cornet 1992). D’après une étude qui englobe la moyenne vallée du Rhône, G. Duby (1958) indique que ce sont des femmes qui étaient généralement salariées pour sarcler les céréales cultivées au profit des hospitaliers dans la première moitié du xive s.

66La présence, à l’intérieur de moissons, de plantes que l’on rencontre aujourd’hui dans les pelouses, prairies et friches provoque également une interrogation. Ces restes ont bien évidemment pu se trouver accidentellement mêlés aux céréales au cours des différentes phases de la récolte à l’enfouissement des vestiges. Leur représentation marquée au sein des deux ensembles attribués à des stockages laisse envisager une autre hypothèse. Les techniques agricoles employées représentent dans les champs un facteur écologique de première importance et influent fortement sur la composition des cortèges d’adventices. On sait que les techniques anciennement en usage ont pu favoriser au sein des cortèges d’adventices la présence de plantes qui sont aujourd’hui cantonnées à d’autres groupements, comme les cortèges rudéraux, de prairies, forêts et lisières (Behre, Jacomet 1991). La flore adventice des champs de l’agriculture moderne est très largement dominée par les espèces annuelles à reproduction sexuée (thérophytes). Cette situation est due à l’intensité du travail du sol. Un allégement du travail du sol crée des conditions favorables au développement d’espèces annuelles ou bisannuelles à reproduction végétative –géophytes et hémicryptophytes (Jauzein 1995 ; Montégut 1997). Les plantes de prairies et pelouses retrouvées au sein des concentrations de céréales appartiennent à ce groupe de plantes. Leur présence dans les champs de céréales médiévaux de la moyenne vallée du Rhône est certainement à mettre en relation avec l’usage de l’araire qui, ne permettant pas un travail du sol aussi intense qu’avec la charrue, ne bouleverse pas aussi fortement les conditions de croissance des géophytes et hémicryptophytes, favorisant ainsi leur développement aux côtés des thérophytes.

16.10 Conclusions

67La documentation carpologique recueillie éclaire partiellement l’économie végétale dans la moyenne vallée du Rhône et en Languedoc oriental entre les xe et xiiie s. La plupart des informations concernent l’exploitation des céréales et des légumineuses. Les céréales, qui tiennent le premier rôle, semblent largement dominées par la culture du blé nu. Il est même envisageable que celui-ci ait tenu un rôle important dans l’alimentation des occupants des sites. À ses côtés, diverses espèces, dont le seigle, l’orge polystique vêtue, l’avoine et le millet commun, occupent une place plus réduite.

68Les mauvaises herbes attestées montrent que cette céréaliculture est dominée par les semis hivernaux. Ceci s’accorde bien avec la pratique de la rotation biennale des cultures, encore largement employée dans le Midi de la France au Moyen Âge (Contamine et al. 1993). Cependant, si G. Duby (Duby 1958) estime que la rotation biennale est bien le système le plus fréquent dans la région au xive s., il perçoit une part, généralement minoritaire mais importante, de céréales de printemps. Ces cultures ne sont pas révélées par notre documentation relative aux mauvaises herbes des cultures. On peut cependant soupçonner que le millet soit, comme à l’accoutumée, une culture dont le semis avait lieu au printemps. Il est également envisageable que l’avoine et une partie de l’orge et du blé aient été semées à cette saison. Il est d’autre part possible que des changements soient intervenus entre l’époque que documente notre étude et le xive s. décrit par G. Duby avec notamment une extension de la culture de l’avoine favorisant les semis printaniers. En Languedoc, l’association rotation triennale et culture de l’avoine de printemps est déjà perceptible aux xie et xiie s., mais, il est vrai, plus particulièrement dans l’arrière-pays montagneux et aux sols pauvres (Durand 1998).

69Les légumineuses, diversifiées, et semble-t-il dominées par la lentille, paraissent jouer un rôle non négligeable dans l’alimentation mais il est impossible de préciser leur situation dans le système agraire. Prenaient-elles leur place dans la rotation des cultures de pleins champs, notamment comme cultures dérobées, comme cela était le cas en Languedoc (Durand 1998), ou constituaient-elles de simples cultures jardinées ?

70Quelques données apparaissent enfin relatives aux ressources fruitières. Elles concernent notamment la culture de la vigne qui semble avoir connu un développement particulier, mais on se situe là dans un pan de l’économie agraire qui nous échappe en grande partie.

711997

Notes

1 – Certains lots furent directement prélevés à vue au cours des fouilles (fait 17, US 48 et 77, fait 18, US 162 et 163 et fait 55, US 185), d’autres résultent d’un tamisage sous eau d’échantillons de 20 à 30 l sur une maille de 2 mm (fait 55, US 185 et fait 70, US 198) ou de flottation manuelle sur tamis de 2 et 0,5 mm (fait 18, US 162 et fait 70, US 188). Un échantillon de la couche de paille de l’US 185 du fait 55 fut prélevé en bloc et directement étudié sans tamisage préalable.

2 – Les entre-nœuds d’épis possèdent en revanche différents caractères qui, lorsque les restes sont bien conservés, peuvent permettre de trancher entre les diverses espèces de blés nus.

Table des illustrations

Légende FIG. 119 Répartition des sites ayant fourni des informations carpologiques : 1 Châteauneuf-sur-lsère / Beaume (Drôme) ; 2 Upie / Les Vignarets (Drôme) ; 3 Crest / Bourbousson 2 (Drôme) ; 4 Chabrillan / Saint Martin (Drôme), 5 Montboucher-sur-Jabron / Constantin (Drôme) ; 6 Aimargues / Saint-Gilles le Vieux (Gard).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende TABL. VI Résultats carpologiques (ent. semences entières ; fg. fragments de semences ; cf. certainement ; / ou).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende TABL. VI (suite)Résultats carpologiques (ent. semences entières ; fg. fragments de semences ; cf. certainement ; / ou).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende TABL. VI (suite et fin)Résultats carpologiques (ent. semences entières ; fg. fragments de semences ; cf. certainement ; / ou).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende TABL. VII Plantes attestées sur les différents sites (cf. certainement, / ou).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende TABL. VIII Montboucher-sur-Jabron / Constantin : échantillons prélevés dans les fosses (ent. semences entières, fg. fragments de semences, cf. certainement, / ou).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende TABL. IX Montboucher-sur-Jabron / Constantin : bâtiment du XIe s., contenu des céramiques (ent. semences entières, fg. fragments de semences, cf. certainement ; / ou).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende TABL. X Montboucher-sur-Jabron / Constantin : bâtiment du XIe s., contenu du coffre en bois (ent. semences entières, fg. fragments de semences, cf. certainement ; / ou).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 120 Montboucher-sur-Jabron / Constantin, bâtiment du XIe s., position et composition des ensembles carpologiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 121 Comparaison de la largeur des graines de gesse de Montboucher-sur-Jabron / Constantin (Drôme, France) et de Dimini (Grèce) d’après un échantillon de 100 individus (d’apr. Kroll 1979).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende TABL. XI Upie/Les Vignarets (Xe-XIe s.) : échantillons de 20 l chacun environ (ent. semences entières, fg. fragments de semences, cf. certainement ; / ou).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende FIG. 122 Upie / Les Vignarets : proportions en nombre de restes des principaux taxons.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende TABL. XII Crest / Bourbousson 2 (Xe-XIe s.) : échantillons de 10 à 50 l chacun environ (ent. semences entières ; fg. fragments de semences, / ou).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende TABL. XIII Aimargues / Saint-Gilles le Vieux (ent. semences entières, fg. fragments de semences, cf. certainement, / ou).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende FIG. 123 Aimargues / Saint-Gilles le Vieux : proportions en nombre de restes des principaux taxons présents dans les fosses des Xe-XIIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 124 Chabrillan / Saint-Martin (XIe-XIIIe s.) : proportions en nombre de restes des principaux taxons attestés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende TABL. XIV Chabrillan / Saint-Martin, zone 1 (XIIe-début XIIIe s.) : échantillons de 15 à 20 l chacun, ent. semences entières ; fg. fragments de semences, cf. certainement ; / ou).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende TABL. XV Chabrillan / Saint-Martin, zones 5 et 6 : échantillons de 15 à 20 l chacun (ent. semences entières, fg. fragments de semences, cf. certainement, / ou).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende TABL. XVI Chabrillan / Saint-Martin, zones 7, 11 et 12 (XIe-début XIIIe s.) : échantillons de 15 à 20 l chacun (fg. fragments de semences, ent. semences entières).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende TABL. XVII Châteauneuf-sur-Isère/Beaume (XIIe-XIIIe s.) [ent. semences entières ; fg. fragments de semences, cotyl. cotylédons, élem. élément, cf. certainement, / ou].
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende TABL. XVII (suite et fin)Châteauneuf-sur-Isère / Beaume (XIIe-XIIIe s.) [ent. semences entières ; fg. fragments de semences, cotyl. cotylédons, élem. élément, cf. certainement, / ou].
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 125 Châteauneuf-sur-Isère / Beaume : proportions en nombre de restes des principaux taxons attestés dans les niveaux des bâtiments.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 126 Châteauneuf-sur-Isère / Beaume : proportions en nombre de restes des principaux taxons dans la couche de grains de la fosse 55.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 127 Châteauneuf-sur-Isère / Beaume : proportions en nombre de restes des principaux taxons attestés dans le troisième remplissage de la fosse 70.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23118/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 11k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search