Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Seconde partie. Études et synthèses

Chapitre 15. Écologie des forêts et exploitation des bois : l’apport de l’anthracologie

Laurent Fabre

Texte intégral

15.1 Introduction

1D’un point de vue écologique, la moyenne vallée du Rhône est actuellement une zone biogéographique de contraste où sont perçues des influences méditerranéennes. Les rives gauches du Rhône et de l’Isère sont définies par le contexte bioclimatique mésoméditerranéen caractérisé par le chêne pubescent (Quercus humilis). Celui-ci se développe sur ce côté avec le hêtre (Fagus silvatica), jusque dans le contexte bioclimatique supraméditerranéen situé plus au nord –monts du Matin et montagne du Vellan dans la Drôme (fig. 117). Dans ce même contexte, sur la rive droite, le long de la Vouze, le chêne pubescent s’associe au chêne sessile –ou rouvre– (Quercus petraea). Un peu plus bas, sur les bords du Rhône et vers Largentière en Ardèche, il s’associe dans la transition du niveau inférieur du contexte mésoméditerranéen au chêne vert (Quercus ilex) et dans son niveau supérieur au chêne sessile (Quercus petraea). La rive droite de la Drôme définit, d’un point de vue biogéographique, une limite du contexte supraméditerranéen et collinéen. Le chêne pubescent domine, le pin sylvestre (Pinus sylvestris), est présent. Le sous-bois est constitué de nombreuses rosacées avec du merisier (Prunus avium), du cerisier de Sainte Lucie (Prunus mahaleb) et du genévrier (Juniperus sp.) En lande-garrigue, le chêne pubescent est présent au côté du chêne vert, avec le genêt scorpion (Genista scorpius) et les genévriers commun (Juniperus communis) et oxycèdre (Juniperus oxycedrus). Le hêtre se développe actuellement à côté de La Rochette-sur-Crest, le long de la Rave, avec le chêne pubescent et le buis. En pré-bois-lande il pousse en association avec le genévrier commun.

FIG. 117
Plan schématique des principaux contextes bioclimatiques rencontrés dans la moyenne vallée du Rhône. Les deux premières espèces peuvent définir un contexte bioclimatique de type montagnard. Le hêtre est plus ubiquiste.

2L’emplacement et la composition des boisements actuels sont les produits ultimes d’une histoire longue, configurée par le climat, le relief, la nature des sols et les activités humaines. Ces dernières ont modifié au cours du temps et de manière complexe –directement ou indirectement– les conditions de vie et de rivalité entre les espèces, influençant ainsi l’expression des dynamiques spontanées de la forêt. La présence et l’abondance relative d’une espèce, dans le passé ou le présent, définissent de façon immédiate un contexte bioclimatique. Cependant, ce sont la topographie, la nature des sols et l’homme qui configurent les rapports de concurrence entre les espèces. Dans l’évolution de ces rapports, le Moyen Âge a pu se montrer déterminant. Révélée par les sources écrites comme une époque de remise en valeur d’espaces anthropisés et de création de terroirs, la phase comprise entre le xe et le xiiie s. est souvent décrite comme une période de stabilisation des formations forestières (Durand 1991 ; 1998).

3Au cours du temps, depuis l’âge du Bronze final IIIb, nous pouvons dire que les végétations de la basse vallée de l’Ardèche et de la moyenne vallée du Rhône ont connu un impact anthropique « classique » (Heinz 1988 ; Fabre 1998). Dans les premiers temps, les communautés sont allées récolter du bois dans des zones forestières peu touchées par l’action humaine antérieure et sont à l’origine d’une nouvelle dynamique de végétation, jusque-là inconnue. Succédant aux chênaies-hêtraies de départ installées autant sur les versants que sur les plateaux, nous voyons se mettre en place au cours du ve et du ive s. avant notre ère des chênaies à chênes sempervirents et caducifoliés de substitution. Les hommes y puisent combustibles et matériaux de construction. Il y a eu certainement une transformation des couverts arborés (futaies) en couverts arbustifs (taillis) par un traitement de coupes régulières. La connaissance du paysage de la plaine n’est cependant pas précise à partir des données recueillies dans cette région.

4Ces chênaies, subissant une exploitation plus importante au cours de l’âge du Fer, évoluent en chênaies largement dominées par les chênes verts sur les versants les plus xérophiles, et en chênaies de substitution dominées par les chênes caducifoliés avec un sous-bois dense de buis (Buxus sempervirens) ou de bruyères (Erica sp.) sur les plateaux. Les domaines du hêtre et du pin sylvestre (Pinus sylvestris) ou de Salzmann (Pinus Salzmanni) sont alors réduits à des zones particulières, que l’on pourrait qualifier de refuges, dans des domaines préservés –à l’image de la forêt de Valbonne à Pont-Saint-Esprit, dans le Gard, ou bien en altitude, ou encore en ripisylve– où certaines conditions hygrométriques ont pu être conservées –sols particuliers, plateaux filtrants, etc. L’intérêt majeur des études anthracologiques déjà réalisées est de proposer que les mécanismes d’une dynamique écologique inféodée à l’impact anthropique –à l’origine d’anthroposystèmes– se sont mis en place et ont été périodiquement renouvelés dans cette région, non à partir du Néolithique comme on le pense classiquement, mais bien plus tardivement au cours de la Protohistoire. La période antique est encore trop mal documentée dans cette région pour appréhender de manière explicite l’évolution des couverts végétaux.

5Dans le cadre de cette synthèse, nous essaierons de répondre aux questions suivantes : entre le xe et le xive s., dans quels contextes écologiques et sous quelle forme une partition territoriale des activités a-t-elle pu se mettre en place ? De quelle manière ont-ils a-t-elle été maintenue ? Quels facteurs écologiques ont pu déterminer l’activité des communautés rurales successives ?

15.2 Méthodologie

6Pour répondre à ces diverses interrogations, six sites médiévaux mis au jour sur le tracé du TGV-Méditerranée, tous dans le département de la Drôme, ont été analysés, ils ont livré les charbons de bois nécessaires à cette étude. Ils s’échelonnent dans le temps entre les xe-xie s. et les xiiexive s. Ce sont Upie / Les Vignarets (xe-xie s.), Crest / Bourbousson 2 (xe-xie s.), La Roche-sur-Grane / Les Treilayes (xie-xiie s.), Chabrillan / Saint-Martin (xie-xiiie s.) et Châteauneuf-sur-Isère / Beaume (xiie-xive s.). Les restes carbonisés d’un septième site, fouillé en dehors du cadre du TGV mais également dans la Drôme, ont été associés à cet ensemble : Chabeuil / Les Brocards (xe-xive s.) [fig. 118]. Les charbons de bois proviennent de niveaux stratigraphiques d’origine domestique et artisanale : sols d’habitat, charpente incendiée, dépotoirs en fosse, rejets de forges. Ils ont été collectés après tamisage, à la maille de 4 mm, des prélèvements de sédiment effectués pendant la fouille. Les charbons de bois ont alors été soumis à l’identification anatomique sous microscope à réflexion. Leur détermination a été guidée par l’utilisation d’atlas xylologiques (Schweingruber 1990) et de collections de référence du laboratoire Paléoenvironnements, Anthracologie et Action de l’homme, ESA 5059 du CNRS de Montpellier (Hérault). Les résultats sélectionnés sont présentés de manière synthétique dans le tableau V pour chaque site.

FIG. 118
Localisation des sites pris en compte par l’analyse anthracologique.

7Notre sélection a été fondée sur le fait que seuls les échantillons anthracologiques présentant les garanties de représentativité écologique nécessaires à leur interprétation pouvaient être retenus (Chabal 1991 ; Fabre 1996 ; Chabal et al. 1999). Cela impliquait de notre part d’attribuer à des phases chronologiques un échantillon anthracologique regroupant plusieurs unités stratigraphiques. Ce n’est qu’a posteriori que les échantillons ont été cumulés en respectant leur datation, site après site. Dans le cadre d’une interprétation paléoécologique de peuplements forestiers, notamment de type chênaies, l’échelle biséculaire fournit le plus d’informations exploitables. Un écosystème forestier n’est condamné à disparaître que sur le long terme, ou lors de catastrophes. L’examen en écologie forestière oblige aussi à débattre des enchaînements et des renouvellements des peuplements. Pour des sites réunis dans une zone assez réduite (30 km), à des altitudes comprises entre 100 et 300 m, ce n’est qu’à l’échelle régionale, qui est celle de cette synthèse, que la variabilité des contextes bioclimatiques pourra être abordée. Il est bien évident que le nombre de sites retenus définit un caractère irréductiblement condensé, synthétique, de l’information environnementale. Nous étudions des territoires d’activité et non un environnement global, à l’échelle de la vallée. Cependant, nous l’abordons au travers de paysages, ces traductions imagées de chaque territoire. C’est avec les autres disciplines qu’un environnement plus large pourrait être appréhendé. L’anthracologie a ses limites, tout comme l’archéologie. À toutes périodes, l’impact des sociétés humaines sur les boisements a été trop souvent surévalué. Avant la période moderne, tout donne à penser que le combustible est récolté dans un espace très proche des sites. Des modèles, justement non fondés sur des observations paléobotaniques, montrent que des rayons d’activité réduits (de 370 à 1 300 m) suffisent largement à pourvoir des communautés de 40 à 70 habitants en combustible et espaces ouverts pour toutes leurs activités vivrières et agropastorales (Chabal et al. 1999). Cela reste valable, dans le cadre d’économies spéculatives ou non, sur des périodes de trois siècles. Ainsi, le maillage défini par les opérations archéologiques du TGV-Méditerranée peut caractériser la représentativité d’un état écologique, d’un biotope forestier exploité dans la moyenne vallée. Il peut aussi se montrer révélateur de certains états environnementaux, sans dépasser toutefois les limites des territoires d’activité. L’anthracologie classique reste inféodée aux limites imposées par l’archéologie.

15.3 Présentation des sites

8Le site d’Upie / Les Vignarets est sur la rive droite de la Drôme, tout comme le gisement de Crest / Bourbousson 2. Ils sont localisés en pied de pente, au contact avec la terrasse alluviale et les collines molassiques. Les charbons de bois prélevés au cours de la fouille d’Upie / Les Vignarets, et retenus pour cette synthèse, proviennent essentiellement de sols d’occupation d’un bâtiment rural attribués aux xe-xie s. Ceux de Crest / Bourbousson 2 proviennent majoritairement des unités stratigraphiques d’un petit habitat médiéval associé à une forge et attribué aux xe-xie s. Le site de La Roche-sur-Grane / Les Treilayes est sur la rive gauche de la Drôme, tout comme le site de Chabrillan / Saint-Martin. Les sédiments charbonneux issus du premier site proviennent de fosses attribuées aux xie-xiie s. Les charbons du second sont issus de contextes domestiques (sols d’habitat et fosses-dépotoirs) et sont attribués à une phase couvrant les xie, xiie et xiiie s. Le site de Châteauneuf-sur-Isère / Beaume, dans le bas Dauphiné, se trouve sur la rive gauche de l’Isère. Il est implanté sur la terrasse rissienne dite « de Saint-Marcel-les-Valence ». Les charbons analysés proviennent de fosses-dépotoirs et de sols d’habitats attribués à une phase xiie-xive s. Pour Chabeuil / Les Brocards, situé dans le Valentinois (rive gauche du Rhône), les charbons de bois soumis à l’anthracoanalyse sont issus d’un fossé drainant. Ces charbons sont attribués à la période médiévale (xe-xive s.)

15.4 Résultats

9L’analyse anthracologique des sites archéologiques médiévaux retenus met en évidence la persistance d’espaces maintenus boisés –et notamment une forêt constituée essentiellement de chênes caducifoliés– et présentant deux faciès : chênaie-hêtraie ou bien chênaie à frênes et à ormes. Nous reviendrons plus tard, site après site, sur ces combinaisons. Dans la perception globale de l’exploitation des environnements forestiers, la description des résultats anthracologiques caractérise un changement centré sur les xe-xiie s. En effet, bien que l’on ait affaire à des contextes archéologiques comparables, on note une augmentation sensible de la diversité spécifique (le grain) à partir du xie s. –sites de Chabrillan / Saint-Martin et de Châteauneuf-sur-Isère / Beaume. Cela évoque, sans conteste, la rupture mise en évidence à peu près pour la même époque en Languedoc (Durand 1991 ; 1998) et qui est interprétée comme une redéfinition de l’ossature du paysage végétal. Aline Durand note, en Languedoc, que la morphologie et la taille du parcellaire, héritées des périodes antique et carolingienne, connaissent aussi une transformation à partir du milieu du xe s. Dans le cas des sites de la moyenne vallée du Rhône, puisque la biodiversité enregistrée augmente à partir du haut Moyen Âge, on peut émettre l’hypothèse que l’anthropisation des milieux forestiers va croissant. Cela peut être autant dû à un impact de plus en plus fort sur le milieu qu’à l’augmentation de la taille des parcelles exploitées, par exemple. On ne lit pas de manière aussi évidente ce phénomène pour les occupations antérieures dans cette région (Fabre 1997).

10À Upie / Les Vignarets et à La Roche-sur-Grane / Les Treilayes, les résultats de l’analyse anthracologique des charbons de bois associés à l’implantation médiévale révèlent d’abord une assez grande richesse taxonomique : de 14 à 15 taxons (tabl. V). Certains prélèvements, issus de dépotoirs et traduisant une certaine durée de production, restent monospécifiques : ils ne contiennent que du chêne caducifolié et peuvent évoquer une sélection de combustible pour la mise au feu. La notion de sélection ne sous-entend pas nécessairement une caractéristique spécifique. En effet, elle peut être mise en relation avec le calibrage du combustible. La recherche de petit bois, par exemple, peut induire une récolte spécifique, car certaines essences, naturellement ou artificiellement arbustives (taillis de chênes), peuvent produire une biomasse combustible importante et facile à récolter. De toute évidence, les approvisionnements en bois à Upie / Les Vignarets et à La Roche-sur-Grane / Les Treilayes ont été effectués dans des chênaies caducifoliées développées sous divers faciès, comme celui de la chênaie-hêtraie à hêtres (Fagus silvatica), en mélange avec la chênaie-frênaie à frênes (Fraxinus sp.) et ormes champêtres (Ulmus minor). D’autres échantillons anthracologiques contiennent par ailleurs de l’érable {Acer sp.) et du prunellier (Prunus spinosa). Ces deux taxons peuvent coexister dans des chênaies mésophiles à chênes pubescents (Quercus humilis), à hêtres, frênes et cornouillers (Cornus sanguinea). Cependant, le prunellier se rencontre surtout dans les lisières forestières et les haies, sur alluvions riches. La chênaie caducifoliée à frênes, mise en évidence, rappelle encore les formations forestières exploitées pour le bois qui apparaissent pendant l’Antiquité dans les plaines méridionales (Chabal 1991). L’analyse complémentaire du contenu charbonneux de fosses mises au jour à Upie/ Les Vignarets vient corroborer l’hypothèse déjà posée : celle d’un ravitaillement dans une formation forestière de type chênaie-hêtraie majoritaire, mais où le buis (Buxus sempervirens) et le noisetier (Corylus avellana) définissent des sous-bois de substitution (tabl. V).

TABL. V
Résultats des analyses anthracologiques réalisées sur les sites médiévaux mis au jour sur le tracé du TGV-Méditerranée dans la Drôme.

11L’interprétation des résultats d’Upie / Les Vignarets et de La Roche-sur-Grane / Les Treilayes révèle donc une grande richesse écologique. En plus de la chênaie-hêtraie au sens large, on note : une ripisylve marquée par le frêne et la vigne (Vitis vinifera) ; un faciès de lisières forestières ou de haies où se rencontrent l’orme champêtre (Ulmus minor), des prunoïdées (Prunus sp.), des rosacées et des érables {Acer sp.) ; un milieu plus xérophile et ouvert révélé par la présence de chênes (Quercus sp.) à feuillage sempervirent, comme le chêne vert et les filaires (Phyllirea sp.) ; un milieu montagnard, révélé par le sapin (Abies alba) ; et enfin une zone réservée à la viticulture. Certains de ces faciès de chênaies caducifoliées avaient déjà été mis en évidence à Upie/Les Vignarets pour l’époque campaniforme (Fabre 1997). Autour du xie s., le milieu forestier exploité est proche dans sa composition des forêts néolithiques visitées, mais de nouvelles dynamiques de substitution, dénotées par le buis et le noisetier, sont venues s’ajouter.

12Les boisements enregistrés par l’anthracologie entre le xe et le xiie s. sur les sites d’Upie / Les Vignarets et de La Roche-sur-Grane / Les Treilayes peuvent traduire une diversification de l’approvisionnement, tout comme les différentes tonalités d’une même formation développée selon un gradient d’altitude et/ou de longitude assez contrasté –présence de sapins et de pins sylvestres ou de Salzmann. Cela suppose un certain déplacement dans une zone géographique toutefois restreinte, et de ce fait un système économique particulier. Ce que nous pouvons dire, c’est qu’à l’époque médiévale (xe-xiie s.), la plaine valentinoise fut bien une zone où le hêtre a pu se maintenir tardivement au sein de chênaies à chênes pubescents plus ou moins déstructurées, sous contrainte anthropique dans des conditions édaphiques particulières (stations fraîches et humides).

13Dans le cas de Châteauneuf-sur-Isère / Beaume, site plus tardif et dont certains échantillons proviennent de contextes d’incendie, le bois de construction a pu être mis en évidence (tabl. V). Ainsi, le noisetier, le hêtre et les chênes caducs ont été utilisés à des fins architecturales. Généralement issu du furetage ou du fourrage, dans le cadre d’une implantation le bois d’œuvre peut tout autant révéler l’existence de bois de garde ou de réserve que de droits de marronnage. En général, ce n’est qu’à partir du xiiie s. que le commerce du bois de futaie apparaît. La question de l’origine du bois d’œuvre à Châteauneuf-sur-Isère / Beaume reste posée. De toute façon, l’analyse anthracologique complète montre que le bois a été récolté majoritairement dans le niveau moyen d’un contexte bioclimatique de type mésoméditerranéen, où une chênaie-hêtraie était encore bien représentée. Les fragments de charbons de bois traduisent un biotope forestier lui aussi en transformation : les essences pionnières comme les éricacées et le noisetier sont bien présentes. On peut noter cependant que les activités humaines qui s’exercent autour du site semblent se répercuter aussi dans des zones de latitude ou d’altitude supérieures : c’est que que traduit la récolte de bois, qui provient d’un milieu bioclimatique plutôt mésoméditerranéen, voire supraméditerranéen, différent de l’environnement immédiat du site.

14Ce dernier contexte bioclimatique est déjà bien représenté à Chabrillan / Saint-Martin et à Crest/Bourbousson 2 (tabl. V) autour du xie s. Là encore, le domaine de la hêtraie-chênaie, actuellement réfugiée sur les marges du couloir Rhône / Saône, est bien représenté. L’analyse des charbons de bois contenus dans les sols d’occupation à Châteauneuf-sur-Isère / Beaume, à Chabrillan / Saint-Martin et à Crest / Bourbousson 2, et de datations différentes, révèle encore d’un point de vue paléoécologique l’existence de formations de substitution de la chênaie caducifoliée mais aussi d’une chênaie-hêtraie plus thermophile avec la présence de fabacées (légumineuses) et d’éricacées. On note pour ces dernières que les expositions sud leur sont actuellement défavorables (Godron, Mandin 1993). Associées à des essences de sous-bois comme le lierre (Hedera hélix), le buis, les sorbiers (Sorbus sp.), l’orme champêtre, la lantane (Vibumum lantana) et diverses rosacées, les fabacées et les éricacées évoquent un environnement forestier où des pratiques d’essartage ont pu intervenir. Ces deux dernières familles ont tendance à se développer largement lorsqu’elles ne rencontrent plus de concurrence dans leur environnement. Elles sont caractéristiques des parcelles déboisées de manière temporaire ou définitive. Certains faits anthracologiques de Châteauneuf-sur-Isère / Beaume ou de Chabrillan / Saint-Martin montrent aussi une exploitation et une récolte de bois dans un contexte bioclimatique de transition vers le supraméditerranéen contrasté, c’est-à-dire un contexte mésoméditerranéen supérieur avec deux variantes bioclimatiques : humide et fraîche avec les sureaux (Sambucus sp.) et les sapins, sèche et fraîche avec les éricacées, les fabacées et le pin sylvestre. Cela évoque encore des situations paléoécologiques proches de celle d’Upie/Les Vignarets.

15Un peu plus bas dans la vallée du Rhône, le site archéologique de Crest / Bourbousson 2, sur la rive droite de la Drôme, a livré des charbons à partir de sols d’habitat et d’un contexte de forge des xe-xie s. D’un point de vue écologiquement représentatif, ces charbons montrent que le bois a bien été récolté dans des contextes bioclimatiques de méso-à supraméditerranéens, où les chênes à feuillage caduc dominaient encore. De même, une chênaie-hêtraie, moins thermophile que celle qui est perçue à Upie / Les Vignarets aux xe-xie s. –où les chênes verts étaient présents– ou à La Roche-sur-Grane / Les Treilayes entre le xiie et le xive s., était visitée. Les formations forestières semblent aussi matures que celles qui ont été décrites plus haut, permettant au hêtre de se maintenir en plaine. Les combustibles dérivés, issus du contexte de la forge, dénotent encore l’utilisation du chêne caducifolié, du hêtre et du pin sylvestre. On peut émettre l’hypothèse que du charbon de bois a pu être fabriqué sur place, dans les zones mêmes où le bois était récolté. Avec la présence récurrente de buis, de clématites (Clematis sp.), de cornouillers, d’ormes champêtres, de pins sylvestres, de prunoïdées et de rosacées pomoïdées, les milieux forestiers visités pour l’exploitation des bois sont très semblables à ceux d’Upie / Les Vignarets, de La Roche-sur-Grane / Les Treilayes, de Châteauneuf-sur-Isère / Beaume et de Chabrillan / Saint-Martin.

16Dans le cas de Châteauneuf-sur-Isère / Beaume, la présence concomitante d’essences anthropogènes, comme le châtaigner (Castanea sativa), le noyer (Juglans regia) –ce dernier présent également à Chabeuil / Les Brocards– et l’olivier (Olea europaea) à Chabrillan / Saint-Martin, laissent supposer que des territoires ou des parcelles étaient voués plus particulièrement à l’arboriculture, ou bien présentaient des bordures de plantes fructifères comestibles. C’est bien l’éventail « classique » de la fructiculture médiévale que l’on rencontre ici, avec les cornouillers (Cornus sp.), les prunelliers, le merisier (Prunus avium), les sorbiers, des pruniers (Rosaceae Prunoïdeae) et des pommiers (Rosaceae Pomoïdeae) [Ruas 1992]. Sans que l’anthracologie puisse déterminer le degré de domestication des différentes espèces (la détermination anatomique ne permet pas une telle discrimination), on peut supposer qu’une certaine part des essences reconnues d’un point de vue générique ont participé à l’arboriculture fruitière. Ces essences, pour la plupart appartenant à des formations buissonnantes, peuvent former les « bordures anthropiques » décrites par Aline Durand (1998). De même, les fragments de charbons de bois de vigne, non reconnue à Châteauneuf-sur-Isère / Beaume ni à Crest / Bourbousson 2, peuvent évoquer la présence de zones vouées à la viticulture dans le secteur, à toutes périodes. Mosaïque d’espaces ouverts temporairement et de franges boisées plus fermées, délimités par des liserés arbustifs utiles, l’espace arboré révélé par l’anthracologie sur ces sites a pu intégrer des activités agricoles, arboricoles et pastorales dans une zone de plaine en contact avec des coteaux.

17De ce fait, tous les sites, proches d’un point de vue chronologique, présentent les mêmes contextes bioclimatiques, avec somme toute, très peu de variantes. Raisonner en écologie forestière pose nécessairement la question des successions végétales et des renouvellements des peuplements. Dans le cadre de cette synthèse couvrant seulement quatre siècles, nous voyons que les forêts de chênes caducifoliés ne disparaissent pas. On note une augmentation du nombre de ces faciès. La présence et l’abondance d’une espèce en un lieu sont régies par trois conditions : l’adaptabilité de l’espèce aux conditions abiotiques, l’histoire précédente de l’espèce au point considéré et les rapports de concurrence avec les autres êtres vivants (Chabal et al. 1999). Il en est de même pour les populations. En partant de cette remarque nous pouvons dire que les dynamiques de renouvellement des populations d’arbres autour des sites de la moyenne vallée du Rhône ont dû être affectées par l’action humaine, ce de manière emboîtée sur de telles périodes –entre un et trois siècles. Mais selon les conditions propres à chaque site, le degré de l’impact reconnu reste variable, il n’est jamais définitif, la forêt se maintient. Elle se transforme d’une part dans sa composition et d’autre part dans ses dynamiques de substitution. Sur quatre cents années, elle évolue « naturellement » au sein des anthroposystèmes qui la configurent. Et il est normal de constater une récurrence, à différentes périodes, de la présence de certaines essences, comme les pionnières par exemple, qui profitent des nouvelles conditions que met en place l’homme simplement en coupant du bois. Les dynamiques de concurrence entre les espèces jouent plus ou moins fortement selon le degré et la fréquence de l’impact. En rabattant régulièrement le même taillis, des espèces jusque-là inféodées à des essences dominant l’espace aérien profitent des ouvertures maintenues de manière artificielle pour, peu à peu, devenir dominantes. On a pu montrer ainsi que la composition des taillis de chênes verts languedociens est due aux coupes régulières que l’homme imposa durant quatre siècles (Fabre 1996) au détriment des chênes pubescents. Il n’y a que la présence du sapin à Chabrillan / Saint-Martin et à Upie / Les Vignarets qui peut poser le problème d’une provenance un peu plus lointaine du bois. Il faut cependant savoir qu’avec le hêtre, le sapin caractérise actuellement le contexte bioclimatique montagnard dans le secteur des Préalpes du Dauphiné et de la Savoie. Ainsi, le sapin a pu configurer, à la période médiévale, un contexte bioclimatique situé plus en plaine en association avec les chênes caducifoliés et le hêtre, dans des stations basses mésophiles.

15.5 Conclusion

18L’accumulation de tous ces résultats pose le problème classique de l’interprétation des « déboisements » de la période médiévale. Mais bien souvent, certaines imprécisions et mauvaises interprétations rendent le sujet extrêmement complexe. Ainsi, les termes de « taillis » ou de « bois » sont très souvent interprétés comme des définitions structurales. Or, il faut savoir que ces termes, de droit romain jusqu’à la moitié du xixe s., définissent des biens et non des végétations. Ainsi, un « taillis » médiéval et historique désigne une récolte de bois, comme une « moisson » une récolte de céréales et non une végétation arbustive. Le « taillis », ainsi repéré, participe des défrichements. De même le droit d’« affouage » participe sans conteste des essartages. Un défrichement n’est pas comparable à un déboisement ou à une déforestation si ce n’est temporaire.

19L’extension des domaines religieux, dès le milieu du xiie s., et notamment autour de Valence, ne signe pas automatiquement une intensification de la déforestation, mais plutôt une redéfinition des parcours et des zones potentiellement défrichables. En aucun cas nous n’avons la trace de déboisements définitifs. Dans une économie de défrichement, qui suppose que l’on ouvre temporairement les parcelles en débarrassant leur sol de la biomasse ligneuse aérienne, pour la céréaliculture notamment, l’hypothèse d’une utilisation généralisée des techniques d’essartage est soutenable. Le terme essair utilisé dans le cartulaire de Saint-Barnard de Romans, près de Châteauneuf-sur-Isère / Beaume, nous le rappelle. De même, les novaliae désignent les espaces voués à ces pratiques. Les dynamiques végétales et les différents contextes forestiers révélés par l’anthracologie corroborent encore cette hypothèse. Les pratiques d’essartage au Moyen Âge ne se traduisent pas nécessairement par des déboisements massifs et / ou définitifs. Il faut bien se rendre compte qu’écorcer les plus gros arbres et abattre les autres, puis les brûler, demande beaucoup moins de travail que d’arracher des arbres et de labourer une terre. De même, il est plus difficile à un agriculteur de cultiver en prairie qu’en forêt. La prairie –naturelle ou artificielle– reste une parcelle agricole qui nécessite des aménagements comme un arrachage des arbres, des labours assez profonds et un entretien par le pâturage pour sa permanence (Daget 1978). Les essarts requièrent un aménagement de coupe, puis le passage de l’araire et un entretien pâturé ou de fauche définissant leur caractère surtout temporaire. Il ne semble pas que les éléments ligneux mésophiles disparaissent du complexe écologique, malgré la mise en valeur des terrains, à l’inverse de ce qui se passe en basse altitude en Languedoc à la même période (Durand 1991).

20Au contraire, ces activités intégrées les unes aux autres permettaient la mise en place et l’entretien d’une économie se développant sur des espaces assez réduits et assez riches. Cela suppose cependant un aménagement préalable des surfaces –de type faïsses. Des berges boisées –chênaies-hêtraies à frênes, frênaies-ormaies– de moyennes vallées et de plaines basses ont déjà été décrites dans le même contexte bioclimatique, dès la période gallo-romaine par L. Chabal (1991), et au seuil du xie s. par A. Durand (1991), en Languedoc. Mais pour cette même période, les marqueurs anthropiques, comme la vigne, sont absents, au contraire de ce que nous voyons en moyenne vallée du Rhône. Là, les terroirs « humides » de plaine bordant les cours d’eau –basses terrasses fluvioglaciaires quaternaires– ont pu être voués à une céréaliculture intensive, mais aussi au pâturage, d’où leur désignation de « condamines », comme dans le cartulaire de Léoncel de 1137. On peut légitimement se demander si ces « condamines » sont comparables à celles du Languedoc (Durand 1998) ou de la basse Auvergne (Fournier 1962). Des arbres utiles ou des fruitiers comme le noyer, le châtaignier, les cerisiers ou le prunellier n’apparaissent qu’au xiiie s. en Languedoc, tout comme à Châteauneuf-sur-Isère / Beaume. En ce qui concerne Chabeuil/Les Brocards (tabl. V), les arbres fructifères comestibles révélés par l’analyse anthracologique peuvent faire partie de l’arboriculture médiévale sans plus de précision ethnologique et chronologique.

21Ainsi le schéma valentinois peut-il se rapprocher du schéma héraultais. Là où se sont accumulées les alluvions fluviatiles de l’Isère, l’implantation montre une colonisation probante où des essartages plus définitifs, soit conservés en essarts, soit correspondant à des déboisements, ont pu se mettre en place. Par contre, sur des zones plus contrastées, l’anthracologie propose la mise en place d’un système fondé sur l’extension des zones essartées temporairement, assurant à la fois la production céréalière et le saltus. Néanmoins, nous ne pouvons pas lire dans nos résultats l’existence de cariçaies ou de roselières permanentes. Dans le cas de la transformation de parcelles forestières en prairies, évoquées par l’analyse géomorphologique (cf. chap. 14), avant que les espèces palatables ne se fixent d’elles-mêmes l’homme devait nécessairement y mener son bétail, introduisant par zoochorie les espèces herbacées. Mais les analyses carpologiques (cf. chap. 16) ne montrent pas l’existence de telles formations à dominance ou codominance de graminées, de cypéracées et/ou de légumineuses.

22Par ailleurs, en ce qui concerne la céréaliculture, l’analyse carpologique (cf. chap. 16) se montre tout aussi intéressante car elle propose de reconnaître la pratique d’une agriculture de type biennal en moyenne vallée du Rhône. Or l’essartage, ou « issart », permet d’exercer l’agriculture –notamment céréalière– de manière temporaire en abattant une parcelle boisée, en brûlant le bois, en ensemençant le terrain, avant de l’abandonner de nouveau à la forêt. On sait par exemple que jusqu’au xviiie s. il s’est fait, en Languedoc, des « défrichements appelés bousigues qu’on cultive et qu’on sème une ou deux années, puis qu’on abandonne (…), car la terre travaillée est emportée à la moindre pluie, ces défrichements se faisant sur le penchant des montagnes » (Sigaut 1975). Comme le révèle A. Durand (1991 ; 1998), le terme de « rompude » peut aussi désigner cette technique d’essartage. On sait aussi que dans le massif des Maures, au xixe s., la durée de la période forestière était encore de quinze à vingt ans, en y pratiquant quatre à cinq récoltes successives (Sigaut 1975). Ces techniques n’étaient pas singulières et l’on peut légitimement penser que de telles pratiques s’effectuaient couramment en d’autres lieux. Sur les essarts méridionaux, la culture du froment était généralement suivie de celle du seigle, puis du millet ou de l’avoine (cf. chap. 16). L’hypothèse de systèmes de culture syncopée proposée par R. Fossier (comm. orale, Aix-en-Provence, 1996) mériterait d’être posée pour le contexte médiéval de la moyenne vallée du Rhône, tout comme celle de l’utilisation des sols par essartages temporaires et longues friches, déterminant un rythme ternaire qui dominait en Provence et en Languedoc (Durand 1998) aux xie et xiie s.

23Ainsi, les données recueillies par l’anthracologie sur la période xe-xive s. en moyenne vallée du Rhône peuvent montrer que la définition des terroirs et leur exploitation dépendent déjà de leur localisation –couloirs de la Drôme, du Rhône et de l’Isère. La configuration plus ou moins contrastée des contextes bioclimatiques rencontrés –du mésoméditerranéen au supraméditerranéen–, se traduisant par des faciès forestiers plus ou moins distincts –de la ripisylve aux lisières forestières– et possédant une valeur immobilière ou mobilière plus ou moins grande –des taillis aux futaies déjà établies–, a pu générer différents types de possessions : seigneuriale, séculière, etc. Les exemples connus suggèrent que les modes de mise en valeur et de transmission se distinguaient les uns des autres. Sur les terroirs humides, la céréaliculture intensive a pu aussi se développer. C’est en fonction de la qualité de la végétation des jachères, des chaumes de céréales, et en complément de l’alimentation herbacée des zones forestières et marécageuses, que les bouviers choisissaient les lieux de pâturage de leur bétail. Cependant, ni l’existence de prairies, formations artificielles, ni leur entretien par les « aumailles » (bovidés notamment) n’ont pu être constatés. L’analyse faunistique (cf. chap. 17) ne caractérise pas une dominance des cheptels par les ovins. Autour des implantations et des habitats, certaines parcelles ou bordures ont pu être vouées plus particulièrement à la mise en place et à l’entretien d’essences fruitières et utiles –de la vigne au châtaignier. Sur les terrains localisés plus aux marges de la plaine, il se peut que des défrichements extensifs aient été réalisés, autorisant peut-être des systèmes de culture syncopée avec un saltus permettant à la fois le parcours des « ouailles » (ovins) et les droits d’usage comme le « glandeyage » (pour l’alimentation des porcs). Mais, il se peut que les « faïsses » de versant aient été vouées à la viticulture et à l’arboriculture selon leur degré de pente et selon leur exposition, à l’image du rittochino italien (Landi 1980) signalé par A. Durand (Durand 1998). Ainsi, nous pouvons dire à partir de nos résultats que la période médiévale a pu se montrer déterminante dans la mise en place de l’ossature paysagère dans la plaine et les terroirs humides de la moyenne vallée du Rhône, et par conséquent de la répartition forestière, sans que l’on puisse augurer de son emprise réelle dans l’espace. Cependant, cette structuration de l’espace est bien moins évidente dans des contextes plus élevés –coteaux, versants, etc. Ce qui est certain, c’est que l’impact anthropique enregistré sur les espaces forestiers a permis l’expression de dynamiques de maintien des zones boisées, et non de dynamiques de disparition. Il se pourrait bien que ces zones aient connu des aléas encore plus déterminants au cours de l’histoire, des déboisements plus définitifs à partir du xive s. et notamment au xviie s., lorsque les activités artisanales et l’élevage ont été regroupés sur des espaces réduits. De même, nous ne percevons pas encore dans ces faciès la forêt « jardinée », préservée du pacage et des coupes trop fréquentes.

24Cette synthèse anthracologique constitue seulement une première approche paléoenvironnementale des formations ligneuses de la moyenne vallée du Rhône. Il est bien évident qu’un plus grand nombre de sites médiévaux analysés permettraient d’affiner certaines hypothèses. Toutefois, à partir de territoires d’activité, de grands traits paléoécologiques ont pu être décrits.

252000

Table des illustrations

Légende FIG. 117 Plan schématique des principaux contextes bioclimatiques rencontrés dans la moyenne vallée du Rhône. Les deux premières espèces peuvent définir un contexte bioclimatique de type montagnard. Le hêtre est plus ubiquiste.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 118 Localisation des sites pris en compte par l’analyse anthracologique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23113/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende TABL. V Résultats des analyses anthracologiques réalisées sur les sites médiévaux mis au jour sur le tracé du TGV-Méditerranée dans la Drôme.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23113/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search