Version classiqueVersion mobile

L’herbe qui renouvelle

 | 
Pierre Lieutaghi

Plantes dépuratives et médecine traditionnelle en Haute-Provence

Chapitre 1. Le pays, la flore les ressources médicinales et la pharmacopée populaire. Les informateurs1

Texte intégral

1. Le pays

  • 1 Ce chapitre de généralités se réfère pour l’essentiel à l’ensemble des données d’ordre ethnopharmac (...)

1Telle qu’elle a été prise en compte par l’enquête, la Haute-Provence occidentale correspond en majeure partie à la fraction du département des Alpes-de-Haute-Provence (04) située à l’ouest de la Durance. Seules des visites ponctuelles ont intéressé l’extrême sud-est de la Drôme (26) et l’est du Vaucluse (84) (au nord du Luberon). Ce travail concerne donc surtout les savoirs traditionnels en « Pays de Forcalquier » et ses alentours (carte, fig. 1).

2C’est un bassin agricole fertile, coupé de larges ressauts taillés en cuestas, éminences sèches, souvent érodées, où dominent les taillis maigres et les landes (fig. 2). Il s’élève du sud au nord, des collines bordières de la Durance au pied de la chaîne de Lure, où la dépression parallèle de Saint-Étienne-les-Orgues amplifie l’effet de masse surgissante de la montagne. A l’ouest, par des gradins secs où la plaine de Banon fait figure d’oasis, on gagne progressivement le vaste plateau d’Albion et le pays de Sault.

3Lure, barrière puissante de direction est-ouest, ferme tout l’horizon nord de la région. Cette montagne sombre, très boisée, de 900 à 1 600 m, culmine à plus de 1 800 m au-dessus de Saint-Étienne-les-Orgues. Vers l’ouest, les monts d’Albion, qui haussent jusqu’à 1 300-1 400 m le plateau du même nom, la relient aux contreforts du Ventoux. Vers l’est, incurvée en un bel arc qui cerne à son ubac le cirque de Valbelle, brièvement tranchée à son pied par le cours inférieur du Jabron — rivière modeste qui draine tout le versant nord du massif — elle s’achève à quelques kilomètres de Sisteron, ville frontière entre Provence et Dauphiné.

4En pente douce sur son flanc sud, où de larges combes sont autant de passages anciens pour les hommes et leurs troupeaux, Lure se brise brutalement à la crête. Au nord, elle prend une allure de grande montagne aux à-pic impressionnants. En s’accordant seulement la pause d’un ressaut parallèle à son axe principal (montagnes de Pélegrine et de Sumiou), elle chute alors jusqu’à la vallée du Jabron : c’est un bassin étroit, clos à l’ouest, dominé au nord par les reliefs tumultueux, très érodés, des Baronnies méridionales (fig. 3). Le canton du Jabron est peu peuplé. Trois de ses communes ont été concernées par l’enquête. A l’extrême amont de la vallée, les Omergues, enclave des Alpes-de-Haute-Provence, se rattachent organiquement au pays de Séderon-Montbrun (26), où trois localités aussi ont été visitées.

5L’est de l’arrondissement de Forcalquier, et notamment sa limite naturelle, la vallée de la Durance, a été peu exploré. L’enquête a davantage égrené ses investigations vers l’ouest, en Vaucluse. Deux zones y ont été privilégiées : le plateau de Sault et ses abords ; le pied nord du Petit Lubéron. La plupart des localités concernées dans ce département appartiennent au Pays d’Apt, région où les savoirs relatifs à la flore, s’ils répètent dans l’ensemble ce qui a cours en Pays de Forcalquier, ne sont pas sans spécificités et requerraient une étude distincte.

6La Haute-Provence occidentale est une région sèche, aux cours d’eau rares, temporaires pour les plus modestes. L’été chaud et sans pluie, des précipitations de type torrentiel, surtout rassemblées à l’automne et au printemps, l’hiver froid et lumineux caractérisent un climat méditerranéen d’arrière-pays, influencé par l’altitude (méditerranéen subhumide de la classification d’Emberger, passant localement à l’humide).

7Calcaires souvent friables et marnes constituent l’essentiel du substrat. Des zones de calcaire compact induisent localement des types d’érosion karstiques : causses des monts du Vaucluse, de la région d’Oppédette ; dolines et avens du plateau d’Albion, etc. Traversant l’ensemble de la région du sud-ouest au nord-est, une bande de terrain sablo-gréseux a une incidence notable sur le sol et la végétation (mais très peu sur l’usage de la flore ; voir plus loin). Sur le plateau d’Albion, des calcaires lessivés supportent aussi des sols acides où quelques châtaigneraies fruitières de belle venue sont bien moins réputées de nos jours pour leurs marrons que pour la feuille qui sert à « plier » les fromages de Banon.

3. Montagne de Lure. Sapins du versant nord, sous les crêtes, vers 1 700 m, et bassin moyen du Jabron. Au fond, les Baronnies méridionales.

8L’agriculture traditionnelle était celle de tous les massifs calcaires du Sud : prédominance de l’élevage ovin et caprin ; céréaliculture sèche ; Légumineuses fourragères (Sainfoin, Vesces) ou à grains alimentaires (pois-chiches, lentilles). Très présent bien avant les temps historiques, très privilégié au xixe siècle quand l’exode rural a commencé, le troupeau s’est raréfié de nos jours et de vastes zones de parcours collinéennes sont désormais désertes. Ce long passé pastoral que perpétue un élevage extensif disséminé a joué un rôle majeur dans l’édification des paysages.

9La gestion traditionnelle des parcours impliquait le recours aux brûlis, toujours fréquents à la fin de l’hiver, après les temps de mistral qui sèchent les herbes mortes. Même là où le troupeau a disparu, les agriculteurs gardent l’habitude de brûler talus et friches. Il en résulte une végétation pyrophile (alliée au feu), caractérisée dans l’étage collinéen par une Graminée coriace, le Brachypode de Phénicie. Chaque année, beaucoup d’arbres du bord des chemins et des champs sont victimes de cette pyromanie millénaire. Certaines médicinales en bénéficient.

10Les nombreux petits troupeaux d’ovins qui rognaient la colline, précédés de cinq ou six chèvres défricheuses, plus nourrices (d’agneaux refusés par leur mère) que laitières, ont fait place à quelques élevages de plusieurs centaines de bêtes, souvent transhumants. Les parcours naturels ne peuvent alors fournir qu’une petite partie de l’alimentation hivernale : sont désormais favorisés les troupeaux des exploitations assez étendues et aux terres assez fertiles pour assurer des récoltes suffisantes de Légumineuses fourragères, Sainfoin et Luzerne’ (celle-ci à peu près exclusive des zones arrosables).

11Moins exigeantes que les brebis en pâturages de qualité, les chèvres font aujourd’hui des troupeaux à part entière, sélectionnés, et des fromages de qualité. Leur rapport de prédatrices capricieuses avec les espaces boisés est modéré par l’appoint de compléments fourragers à la bergerie, pratique ouvrant parfois sur l’élevage « hors sol » pur et simple.

12De nos jours, les parcelles collinéennes cultivables d’accès difficile ou trop exiguës sont laissées à l’abandon et peu à peu gagnées par la lande, celles qui justifient la mise en culture emblavées ou converties en prairies artificielles (Sainfoin). Assez souvent, les propriétaires, âgés et sans successeurs à la terre, font travailler ces champs par les mêmes « entreprises » qui se chargeront de la moisson.

  • 2 Le Lavandin, Lavandula x Burnati, est l’hybride, ordinairement stérile, de la Lavande Aspic méditer (...)

13Sur les plateaux, où les céréales conservent leur ancienne importance, la Lavande a conquis des milliers d’hectares depuis le début du siècle, où les premiers clones de Lavandin ont été sélectionnés et multipliés sur une grande échelle2. Cette Labiée aromatique fait les plus beaux paysages d’été du pays, mais ajoute aussi à ses aléas économiques : le marché de l’essence de Lavandin est des plus fluctuants.

14Les cultures intensives occupent surtout les cuvettes et les vallées, où l’extension de l’arrosage par aspersion (bassin de Forcalquier, en particulier) favorise de plus en plus le maïs. Sur ces terres les plus fertiles, la fumure organique est réservée en premier lieu au melon, semé sous film plastique : c’est l’une des productions les plus rentables, mais elle est exigeante en main-d’œuvre au moment de la récolte, et très exposée à la variation des cours du marché de Cavaillon, détenteur du label et de l’exclusivité du commerce vers l’extérieur.

15Quant aux produits de « l’agriculture sèche » traditionnelle, amandes, olives, épeautre, etc., ils n’occupent plus qu’une place très marginale, même si un regain d’intérêt à leur endroit s’est manifesté ces dernières années. La truffe et le piégeage des grives sont des ressources d’appoint moins menacées de déclin, qui associent l’intérêt pécuniaire (non négligeable certaines années, dans le cas de la truffe) aux pratiques subtiles et aux plaisirs de la chasse, au rapport secret avec la lande et les bois.

16C’est donc encore le système polyculture-élevage, fût-il en voie de fractionnement vers la spécialisation, qui prévaut dans l’économie rurale de la Haute-Provence occidentale collinéenne et montagnarde. La vallée de la Durance et le bassin d’Apt ont au contraire privilégié depuis plusieurs décennies des monocultures plus ou moins exclusives (fruitiers, vignes) ou le maraîchage intensif (Vaucluse).

17L’enquête a surtout concerné le monde paysan, celui qui détient la majeure partie du savoir sur la flore. De nos informateurs, ceux qui exercent ou ont exercé des professions non directement liées au travail de la terre n’en sont pas moins en rapport étroit avec la société rurale. Aussi peut-il suffire de rappeler que le domaine urbain au sens strict n’est pas intervenu davantage dans notre étude qu’il n’occupe de superficie en Haute-Provence. Les informations obtenues dans les villes de quelque importance, comme Forcalquier, sont pour la plupart issues de sources rurales (parents ou grands-parents agriculteurs, etc.). De surcroît, comme il sera précisé plus bas, l’enquête a suivi les pistes proposées par les gens eux-mêmes, pistes qui conduisaient d’une ferme à une autre, d’un petit village à un autre.

18Le département des Alpes-de-Haute-Provence, très étendu (6 988 km2), comptait 119 068 habitants en 1982, soit 17 habitants au kilomètre carré. Les communes rurales (pas d’agglomérations de plus de 2 000 habitants) étaient alors au nombre de 188 sur 200, avec 45,2 % de la population totale et une densité inférieure à 10 habitants au kilomètre carré. La part de la population agricole active, 11,8 %, est élevée si on la compare à celle des Bouches-du-Rhône et des Alpes-Maritimes (2,8 %) ou du Var (5,1 %). C’est la plus forte de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. La moyenne française actuelle est de 7,5 %.

  • 3 Citation tirée de Reparaz, A. de, et al., Nouvel atlas rural de la région PACA, t. 2 : Cartes analy (...)

19L’ensemble du département a perdu plus de 600 exploitations agricoles (10,9 %) de 1970 à 1980. « Ce n’est que la phase terminale d’un très long processus de contraction du « parc d’exploitations » d’une région où l’exode rural a débuté très tôt, dans le dernier tiers du xixe siècle, pour s’accélérer après la deuxième guerre mondiale »3. Au niveau national, la chute est de 20 % pendant la même période.

4. Ongles, village du pied ouest de Lure. Ce village jouit d’une situation abritée qui permet la culture de l’Olivier, ici sur son extrême limite nord dans le bassin de Forcalquier. Dans l’olivette, où les arbres ont été « rechaussés » par des apports de terre, on récolte la « Doucette des lavandes » (le Pissenlit, Taraxacum obovatum) et la « Galineta » (Podospermum laciniatum), « salades des champs » de la famille des Composées. Dans les prés acides, milieu peu fréquent dans la région, abondent le « Mourre de porc » (la Porcelle, Hypochoeris radicata) et le « Barbabou » (Salsifis des prés, Tragopogon pratensis). Au fond, le « saltus », parcours à aromatiques, landes et bois clairs.

  • 4 Source : Lure et Plateaux, bulletin du Syndicat intercommunal à vocation multiple (S1VOM) du pays d (...)

20Dans le pays de Forcalquier, l’agriculture occupe 20 % de la population active. Le nombre des exploitations a baissé de 6,75 % de 1970 à 1980 mais l’activité agricole reste supérieure à 45 % pour 20 communes sur 314.

21La vallée de la Durance, de tout temps axe de communication entre la montagne et les grandes métropoles du Sud, concentre les industries (Château-Arnoux/Saint-Auban) et l’habitat. Avec 19 000 habitants, Manosque est la ville la plus importante du département. Forcalquier, sous-préfecture, a moins de 4 000 habitants. Ailleurs, des villages souvent dépeuplés l’hiver témoignent des anciens nœuds socio-économiques d’un habitat rural d’autant plus dispersé qu’on s’élève en altitude (fig. 4). Le massif de Lure est désert au-dessus de 1 000 m, si ce n’est à l’ouest, où quelques hameaux et des « campagnes » solitaires, profitant d’une source, se sont aventurés un peu plus avant dans l’aridité des hauteurs (où la plupart des maisons, jadis, se contentaient d’une citerne).

22Aujourd’hui, dans le pays de Forcalquier, 53 % des maisons sont des résidences secondaires. Chiffre qui exprime assez le déclin de la vie rurale. Tandis qu’une « vocation touristique » reconnue assez tardivement tend à convertir le « pays à l’air le plus pur de France » en terre d’accueil pour estivants et résidents du troisième âge.

23Entre les aléas des marchés agricoles, incertitudes accrues par les conditions de climat et de sol souvent difficiles, et les perspectives limitées d’un développement touristique aux apports de toute façon bien sporadiques, la région semble trouver malgré tout un relatif équilibre dans la disparité des choix : le paysan bas-alpin vend (cher) ses ruines, mais garde ses terres, dut-il les faire travailler par d’autres. La superficie cultivée reste assez étendue et suffisamment bien gérée, les activités plus ou moins dépendantes de l’agriculture sont encore assez présentes pour que la région la plus concernée par l’enquête conserve un caractère rural prépondérant, toujours fortement marqué par l’empreinte des modes d’exploitation traditionnels.

2. Flore et végétation

Courants floraux et formations végétales

24La Haute-Provence occidentale appartient en majeure partie à l’étage supraméditerranéen du Chêne pubescent (ou Chêne blanc ; Quercus pubescens), avec une large frange montagnarde au nord (chaîne de Lure). Elle est pénétrée, en val de Durance et dans le bassin d’Apt, par des éléments de l’étage mésoméditerranéen du Chêne vert (Quercus ilex). C’est donc un lieu de rencontre entre des courants végétaux très riches et diversifiés.

25Avec la latitude et l’altitude, le cortège botanique du Chêne vert est très appauvri : le Romarin, fréquent dans la garrigue provençale et languedocienne, n’atteint pas Apt à l’ouest. A l’est, favorisé par les adrets de la Durance, il s’arrête à peu près à la hauteur de Peyruis ; il ne s’aventure que très localement dans le bassin de Forcalquier. Aussi l’étage méditerranéen proprement dit concerne-t-il peu notre région, où l’enquête ne relève que quatre médicinales qui lui soient strictement inféodées : le Romarin (largement cultivé hors de son aire), le Paliure, l’Inule visqueuse et la Salsepareille (celle-ci localisée dans les zones les plus chaudes du Vaucluse).

26La chênaie blanche couvre toute l’étendue collinéenne, des altitudes inférieures (300-350 m) jusque vers 1 200 m aux adrets, où le Hêtre lui succède. Son constituant majeur — dit « Chêne blanc » par opposition au « Chêne vert » et aussi pour le duvet grisâtre des rameaux et du revers des feuilles (fig. 5) — est un arbre de taille moyenne, trapu, qui peut vivre plusieurs siècles. Toujours traité en taillis, sauf de très rares exceptions, il fait des bois clairs, issus de rejets de souche qu’on abat tous les vingt-cinq ans. Ce Chêne à feuilles caduques les conserve, desséchées, jusqu’au printemps. Le pays lui doit ses belles rousseurs hivernales. La chênaie caducifoliée connaît deux modalités principales. Dans les basses régions, en localités bien exposées, un taux assez élevé d’espèces méridionales de la chênaie verte s’y associe encore : Genévrier oxycèdre (ou Cade), Filaire à feuilles étroites, Jasmin arbrisseau, Clématite brûlante, Pistachier térébinthe, etc. Le Chêne vert reste fréquent, surtout en sols compacts. Les sous-bois clairs et les landes sont riches en sous-arbrisseaux : Lavande Aspic, Santoline, Staehéline, Dorycnie (« Faux Thym » ou « Thym blanc » des Hauts-Provençaux), Thym, Hélianthèmes, Fumanes, etc. A mesure qu’on s’élève, les taillis maigres qui composent l’essentiel de la couverture boisée collinéenne, les landes et les pelouses de dégradation associées perdent progressivement leurs éléments les plus « chauds ». Aux moyennes altitudes et jusque vers 800-900 m, sur les pentes ensoleillées au sol friable, une Liliacée touffue, aux tiges grêles sans feuilles, l’Aphyllanthe de Montpellier, éparpille en mai des millions de fleurs d’un bleu céleste. Ce « Pan de Coucou », très apprécié par les ovins, croît en compagnie d’une flore très riche : Astragales, Sainfoin sauvage, Catananche, Iberis, Petit Genêt d’Espagne (Genista hispanica), Dorycnium pentaphyllum et hirsutum, Thym, Genêt poilu, Petite Coronille, etc. Les Orchidées sont nombreuses (genres Orchis, Ophrys, Platanthera, Cephalanthera, etc.). C’est à ce niveau que se développent les plus beaux parcours à Thym-Sarriette, issus d’abandons de champs plus ou moins anciens. C’est aussi la zone de culture de l’Olivier, longtemps considéré comme le meilleur témoin du climat méditerranéen. En régression sur ses limites climatiques, ce bel arbre reste assez courant dans la région, en situations très abritées (parfois jusqu’à 800 m). Hormis en val de Durance, les olivettes sont la plupart laissées à l’abandon.

5. Jeunes rameaux et chatons de Chêne blanc (ou Chêne pubescent, Quercus pubescens) en avril

27Dans les ravins frais, aux ubacs, et là où, dès 700 à 800 m, le taillis est assez dense et ombreux, le sol assez humifère, la chênaie blanche prend une physionomie plus forestière. Le Buis devient très abondant. La flore ligneuse est particulièrement diversifiée : Erable de Montpellier, Erable Duret, Alisier blanc, Viorne Lantane, Cytise à feuilles sessiles, Coronille arbrisseau, Sumac Fustet, Genévrier commun, etc. Les plantes herbacées font un sous-bois très distinct de celui de la chênaie maigre : Anémone Hépatique, Primevère officinale (Primula veris ssp. Columnae), Sceau-de-Salomon officinal, Mélitte à feuilles de Mélisse, Marguerite en corymbe, etc., avec des raretés comme la Fritillaire involucrée, l’Asperge à feuilles ténues. Par places, le Pin sylvestre se substitue au Chêne blanc sans que la composition du sous-bois soit sensiblement modifiée.

6. Causse à Buis et vieux Chêne blanc. Vestige de l’ancien peuplement forestier, montagne de Lure, Pas des portes, 1 100 m

28A cet « étage subméditerranéen du Chêne pubescent » se rapportent des landes à Buis parfois presque pures (calcaires compacts, lapiaz), plus souvent mêlé au Genêt cendré (fig. 6). Celui-ci constitue de son côté des peuplements très étendus sur les sols marno-calcaires défavorables au Buis, en particulier dans le bassin du Jabron et sur les cuestas du bassin de Forcalquier. Cette génistaie, superbe en mai, descend assez bas dans le méditerranéen où elle peut envahir les pelouses à Lavande Aspic, côtoyer le Genévrier Cade et le Spartier (« Grand Genêt d’Espagne »).

29A un stade de dégradation plus avancé, des Lavandaies à Lavande officinale ne font plus qu’un couvert végétal très clairsemé, souvent parsemé d’épineux (Genévrier commun, Nerprun des rochers, Eglantier, etc.). Le Thym, les Germandrées Petit-Chêne et Pouliot, la Fétuque ovine, sont au nombre des compagnes habituelles de la Lavande.

30A la pression pastorale longtemps excessive sur les communaux du pied sud de la montagne de Lure, répondent encore aujourd’hui de vastes étendues de ce peuplement constitué en bonne partie de « refus de troupeaux », de valeur pacagère très médiocre. Ailleurs, collines et surtout plateaux de moyenne altitude en montrent des exemples fréquents.

31Le Hêtre apparaît vers 1 200 m aux adrets de Lure, plus bas aux ubacs. C’est l’essence principale de l’étage montagnard. A la limite supérieure de la forêt, vers 1 700 m, le Sapin lui est associé, localisé en face sud, mais dominant sur la face nord du massif à partir de 1 500 m. Par places, aux adrets, le Pin sylvestre remplace le Hêtre, surtout sur les replats lessivés au sol acide. Sur les crêtes, le climat (sécheresse estivale et vent violent) et l’action humaine (pâturage très ancien) s’allient contre la forêt : de vastes landes à Genévrier couché et des pelouses caillouteuses la remplacent. La flore et surtout le paysage végétal ont alors des tonalités alpines, même si cet étage sans arbres ne peut être rapporté au niveau subalpin des Alpes internes (fig. 7).

32La flore de l’étage montagnard, forêt, landes et pelouses, est très riche. Elle est bien connue depuis les explorations de L. Legré (1915) mais réserve encore des surprises aux herborisants. On verra plus loin que la pharmacopée locale l’ignore à peu près complètement (la Gentiane est la seule plante exclusivement montagnarde qui apparaisse dans l’enquête).

7. Montagne de Lure. Sommet de la hêtraie-sapinière de la face sud Vers 1 700 m. Le Genévrier couché (Juniperus communis ssp. hemisphaerica) fait de vastes taches lenticulaires qui tendent à fixer la rocaille ébouleuse.

33A l’étage montagnard se rattachent, jusque vers 1 400 m, de vastes landes à Genêt cendré et des lavandaies à Lavande officinale qui succèdent aux formations analogues de l’étage collinéen, avec un sensible appauvrissement en plantes méditerranéennes. La Catananche bleue, « Herbe aux cigales », la Carline à feuilles d’Acanthe, petit soleil acéré tapi dans la rocaille, les tapis veloutés à pompons roses de l’Anthyllide des montagnes sont parmi les fleurs les plus remarquables de ces terres arides où les troupeaux se satisfont de Graminées éparses (Brome dressé, Seslérie bleue, etc.) et de Légumineuses rases.

34Entre les extrêmes méditerranéens et quasi alpins, la flore commune de l’Europe moyenne, celle qui fait les paysages de la plaine française, pénètre largement la Haute-Provence dans les vallées et les bassins. Les prairies de Mane, de Banon ou de Cereste n’ont rien de méridional. Les lieux humides, malgré des tonalités montagnardes (Aulne blanc, localement Argousier), appartiennent au même cortège floral médio-européen.

35Au bord des chemins, sur les talus, dans les champs, la part des plantes du Midi est plus forte ; on cueille côte à côte l’Achillée Millefeuille très commune par toute la France (mais sans emplois dans notre région), et une exclusive du Sud, la belle « Herbe du vent », Phlomis Herba-venti, attrape-mouche traditionnel qu’on suspendait dans les bergeries. Les moissons collinéennes, encore peu traitées, et les jachères fréquentes qui en procèdent ont des populations de plantes adventices exceptionnelles au temps des desherbants. Beaucoup d’espèces rares des terres cultivées trouvent ici leurs derniers « conservatoires naturels » (comme en quelques zones péri-méditerranéennes, au sol pauvre : haut Languedoc, Causses). Entre Apt et Forcalquier, au mois de juin, la « mauvaise herbe », fût-elle nuisible à la qualité des récoltes, fait en beaucoup de lieux la joie des regards et l’étonnement du botaniste. Parmi ces « messicoles », un bon nombre de méditerranéennes strictes ou préférantes : Chardon béni (remède de la brucellose), Vaccaire, Pied d’alouette velu, Bifora (le « Juverdin », Bifora radians, aux emplois vétérinaires), etc. Mais ce sont surtout, bien évidemment, les localités incultes sèches et bien exposées qui rassemblent le plus grand nombre d’éléments méridionaux : parcours collinéens à Thym-Sarriette, lavandaies, aphyllanthaies, landes des basses et moyennes altitudes. On verra plus loin que cette riche flore « chaude », très présente dans la région, ne délègue qu’un nombre assez restreint de médicinales à la pharmacopée traditionnelle, mais non des moindres.

  • 5 Le Catalogue raisonné des plantes vasculaires des Basses-Alpes, de L. Laurent (1935-40), est malheu (...)

36Entre Durance et Jabron, la rencontre des courants végétaux méditerranéens, médio-européens et montagnards, la diversité des sols et des expositions suscitent donc des paysages végétaux multiples. S’y rassemblent probablement plus de 1 600 plantes supérieures. Probablement, car les Alpes-de-Haute-Provence partagent avec deux ou trois autres départements français le privilège malheureux de ne pas disposer d’inventaire complet de leur flore5. Très vastes, en grande partie montagnardes et longtemps peu accessibles, les ex-Basses-Alpes ont longtemps découragé les herborisants. Mieux connue, la partie occidentale concernée par ce travail appelle cependant de nouvelles investigations, surtout aux basses et moyennes altitudes. Si on fait la somme des données existantes (que complètent mes propres notes de terrain, relatives à plusieurs centaines d’espèces), l’estimation proposée plus haut n’est pas excessive. A titre comparatif, le département du Vaucluse, bien connu depuis le récent inventaire de B. Girerd (1978), compte à ce jour plus de 1 800 plantes à fleurs et fougères. C’est dans cet environnement végétal riche et complexe que subsistent, parfois encore très opérants, parfois au lointain de quelques mémoires, les savoirs thérapeutiques interrogés ici.

La rencontre avec la flore

37En conduisant les bêtes de la bergerie au bois, l’éleveur méditerranéen traverse bien plus de milieux individualisés que n’en rencontraient sur leur périple le berger beauceron ou le vacher normand. Du pâturage extensif procèdent ici une grande diversité de formations végétales, qui traduisent aussi bien le degré de pression pastorale que l’ancienneté du parcours, voire l’état antérieur des parcelles et les étapes de l’abandon.

38Au système traditionnel de polyculture-élevage répond un paysage où le territoire de parcours des troupeaux, le saltus des géographes, fait partout transition entre le champ et le bois. En Haute-Provence où la densité des chèvres et des brebis a toujours été forte, cet espace pastoral est très étendu. Il va des chaumes pâturés au taillis en passant par la jachère, la friche, la pelouse d’aromatiques et la lande.

8. Parcours-lande de basse altitude à la fin de l’hiver (St-Michel-l’Observatoire, 04). Pelouse d’aromatiques (Thym, Lavande Aspic) envahie par le Genévrier commun, qui a ici un port prostré (au centre) et par le Genêt cendré (1er plan). Au fond, taillis maigre de Chêne blanc, où quelques pieds âgés étaient préservés pour le bois d’œuvre et la glandée.

39La pratique millénaire de la jachère reste assez fréquente en colline. C’est le « repos » de la parcelle cultivée pendant une à deux saisons, où le troupeau profite de la levée des plantes adventices (qu’il contribue davantage à trier qu’à éliminer) tout en enrichissant quelque peu le sol de ses déjections. De nos jours, cet abandon passager ne profite que localement à l’élevage : c’est plutôt par souci d’économie (d’engrais) et par défaut de temps que les terres de moindre valeur sont laissées un an sur deux, rarement davantage, au bon plaisir des herbes. Celles-ci donnent alors libre cours à leur enthousiasme conquérant : impossible de ne pas voir la puissance d’envahissement du végétal sur les jachères, où les Coquelicots la clament à des kilomètres, en juin.

40Si ce milieu de brève transition héberge surtout des plantes annuelles ou bisannuelles capables de fleurir et de fructifier entre deux labours, la friche, témoin d’un abandon d’au moins deux ans, voit la progression rapide des vivaces. Y domine le Brachypode de Phénicie, Graminée favorisée par les brûlis. Ceux-ci, on l’a vu, participent de la gestion traditionnelle des terres de parcours : ils éliminent les herbes âgées, coriaces, et les épineux. Les cendres amendent le sol. Trop longtemps répétés et associés au pâturage, ils induisent l’apparition de pelouses où les Graminées finissent par céder en grande partie la place à des aromatiques non ou peu pâturées, elles-mêmes néfastes au renouvellement de la végétation (elles secrètent par leurs racines des substances capables d’inhiber la levée des graines de beaucoup de plantes). Dans l’étage collinéen, Thym et Sarriette, souvent associés, arrivent ainsi à dominer les parcours sur anciennes cultures. Dans le montagnard, la Lavande s’y substitue.

41Avec la régression de la pression pastorale, les plantes ligneuses — et d’abord les épineux « refusés » : Nerprun des rochers, Prunellier, Genévriers commun et Cade, Églantier — finissent par occuper une fraction importante du parcours, qui prend alors une physionomie de lande (fig. 8). Le Genêt cendré, dont on a vu plus haut l’importance dans les grandes formations végétales qui se substituent à la forêt, a ici un rôle fréquent d’arbrisseau pionnier. Le Chêne blanc, propagé par les Corvidés et les petits Mammifères, lève dans les buissons d’épineux qui le protègent de la dent des chèvres. Ainsi progresse le bois, dont la réinstallation certaine reste entièrement dépendante de l’(in)action humaine. De nos jours, cependant, les feux pastoraux n’affectent plus guère la lande : dans la plupart des zones de parcours, le phytosociologue peut parler d’évolution progressive du couvert végétal. Et si on compare les paysages actuels du bassin de Forcalquier aux cartes postales du début du siècle, qui montrent un pays blanc, râpé, usé par la dent et la serpe, on a la preuve flagrante de l’extinction d’un mode de vie et du pouvoir de renouvellement de la végétation laissée à sa rigoureuse fantaisie. Sur les crêtes de Lure, qui restent fréquentées par une transhumance locale, la lande à Genévrier couché a aussi tendance à progresser de nos jours, réduisant la valeur pastorale d’une pelouse déjà maigre.

9. Le parcours est le lieu de rencontre avec la flore sauvage (et avec le gibier : ici, le fusil remplace la houlette !). 23 des 114 médicinales spontanées recensées dans l’enquête y sont cueillies, dont la majorité des aromatiques.

42Le parcours, dans son nom même, évoque un cheminement sinueux, attentif au milieu, à la valeur d’un herbage modeste qui varie avec les saisons. C’est aussi la rencontre quotidienne avec ce qui justifie toujours la musette et le couteau : la salade douce-amère des thymaies, la « Rabette » (Campanule Raiponce) fidèle au rendez-vous de mars sous l’épine où, l’an passé, on avait jugé bon de laisser les plus petites pour la graine. Et quelquefois la morille, rare et tendre corail pâle au pied des haies fraîches. Le parcours, c’est aussi le territoire fluctuant des compagnies de perdreaux, le lièvre qui détale : on n’oubliera pas le fusil, la prochaine fois.

43Du périple avec le troupeau naît le savoir subtil de l’herbe et de la bête, des eaux rares et capricieuses « qui viennent de loin, des Alpes », par de secrets réseaux profonds (fig. 9). Au temps de l’élevage « hors sol », il n’est pas du tout sûr que la truffe et la grive suffisent à enseigner encore ce déchiffrage des signes fugaces de la terre. Lecture d’un domaine où l’homme empiète largement sur ce que l’urbanisé qualifie de « sauvage » et qui s’appelle ici, tout simplement, la campagne — preuve suffisante que l’espace vécu ne connaît pas de ruptures de sens. Suivant et guidant l’errance raisonnée du troupeau, le Méditerranéen a inclus la friche, la lande, et à moindre degré le bois dans son territoire journalier. Le recours à l’aliment et au remède « sauvages » ne peut-il tenir déjà à cette simple reconnaissance du végétal que suscite la connivence de chaque jour ? Ne serait-ce pas d’abord le degré de familiarité avec un territoire « sauvage », mais annexé de fait au domaine humanisé, qui fonde la confiance en la plante et en ses pouvoirs ? Ce genre d’interrogation, qu’un ethnologue des sociétés tropicales pourrait tenir pour une lapalissade, mérite un détour dans nos pays où la société urbaine, depuis longtemps prééminente, s’octroie sur ses marges une sauvagerie de bon aloi, qui vient toujours à point pour excuser son ignorance de la terre.

44Le pâturage, qui détermine les formes de végétation du saltus et intervient encore çà et là dans l’évolution du taillis collinéen, a aussi un rôle essentiel au niveau de l’espèce : il met des plantes en évidence. Impossible de parler d’ethnobotanique méditerranéenne sans tenir compte de la sélection animale dans la flore. Beaucoup de savoirs et de pratiques en procèdent plus ou moins directement.

  • 6 De rudus, ruderis, « décombres ». Par extension, plante des lieux habités.

45Comme dans toutes les campagnes, c’est d’abord la « rudérale » modeste6, la mauvaise herbe du seuil de la maison ou de l’étable, du voisinage de la ferme et du village, qui se rappelle à l’attention des hommes. L’Ortie, qui emploie la manière forte, en est un peu l’allégorie, mais bien d’autres plantes moins ostensibles bénéficient du voisinage de l’homme et des animaux qui leur procurent les nitrates et les minéraux dont elles sont friandes (eaux usées, purins, cendres, etc.). Ces nitrophiles — qu’on dit aussi « anthropophiles » — sont parfois équipées de dispositifs qui assurent leur transport dans les pelages, ou aux basques du berger. C’est le cas de la Bardane et du Marrube, médicinales majeures de la pharmacopée locale, qui régressent et finissent par disparaître quand la maison et ses abords sont abandonnés. Le Marrube, Labiée amère dont il sera parlé plus en détail, est à la fois véhiculé dans les toisons (calices fructifères à dents crochues), exigeant en nitrates, non pâturé : ses touffes grisâtres signent littéralement la présence des ovins dans leurs lieux de densité maximum : bergeries, abreuvoirs, lieux de passages fréquents (fig. 10).

10. Marrube, Marrubium vulgare (Labiées)
Le Marrube fait partie des plantes « nitrophiles », exclusives ou quasi exclusives des sols enrichis en nitrates par les troupeaux. De surcroît il n’est pas brouté, et ses calices fructifères sont transportés dans les toisons. Il colonise ici les abords d’une bergerie temporaire à Lardiers (04), vers 900 m.

  • 7 « Badasse », terme générique, désigne les sous-arbrisseaux en touffe des pelouses pâturées, et par (...)

46Sur les pelouses d’aromatiques, « campas », « badasses » de la classification populaire des milieux7, le pacage sélectionne, outre le Thym, la Sarriette, la Rue (Ruta angustifolia ; Rutacées) et les épineux, des plantes bisannuelles ou vivaces à rosettes appliquées au sol, insaisissables par la brebis avant la montée en tige. C’est le cas de beaucoup de « salades des champs » de la famille des Composées :

  • « Doucette des Lavandes » : dite aussi « Parpelle d’agasse » (« Paupières de pie ») : Taraxacum groupe obovatum, Pissenlit des sols maigres et secs (fig. 11) ;

  • « Salades amères » du groupe des « cicori », surtout Crepis Faux-Pissenlit (Crepis vesicaria ssp. Haenseleri = C. taraxacifolia - fig. 44, 45) ;

  • — « Salades d’iode » distinguées par leur odeur spéciale : Ptérothèque de Nîmes (Crépis sancta = Pterotheca nemausensis) ; Crepis fétide, Crepis foetida (fig. 12) ;

  • « Mourre de porc » : Porcelle, Hypochoeris radicata, exclusive des sols siliceux (fig. 13).

11. Salades des champs. La pelouse sèche pâturée est riche en salades des champs, qui appartiennent pour la plupart à la famille des Composées. Encore faut-il savoir les distinguer aussi aisément que le font les récolteurs traditionnels. Ici, à côté de l’excellente « Doucette des lavandes » (le Pissenlit, Taraxacum obovatum, à dr.), dite aussi « Cul-blanc » parce que sa base est souvent étiolée, la Laitue des vignes, Lactuca viminea, est une herbe très amère, à suc laiteux, non récoltée (à comparer à la Laitue vivace, fig. 42). La pièce de 1 F donne l’échelle.

47Bien d’autres plantes à rosette appliquée au sol, bien visibles dans les éclaircies de la thymaie (où les annuelles, souvent naines, sont aussi très abondantes au printemps), n’ont pas d’usage alimentaire : Arabis hérissé, Arabis hirsuta ssp. planisilliqua (Crucifères) ; Crupina vulgaris (Composées) ; Centaurée paniculée, Centaurea paniculata (Composées) ; etc. A ma connaissance, les modes de distinction traditionnels de ces espèces, les raisons du choix de la « salade », le statut (classification ? dénomination ?) des herbes inemployées n’ont pas encore fait l’objet d’études approfondies.

12. Une « salade d’iode » dans une jachère de 9 mois le Crépis fétide, Crepis foetida. En dépit de son extrême amertume, cette Composée très commune est parfois récoltée pour la salade.

48Aux abords des fermes, la Chicorée sauvage Cichorium intybus, autre « cicori », bénéficie de la même propension à se tapir. Quant à la Piloselle (Hieracium Pilosella ; Composées), fébrifuge usité contre la brucellose, favorisée par des sécrétions racinaires inhibitrices, elle arrive à faire des taches étendues dans les pelouses pâturées où « les brebis la broutent (en fleur) peut-être pour se guérir ou se préserver (de la fièvre de Malte) ».

49Toutes ces rosettes sont aisément repérables sur les parcours à la végétation rase. « Aller aux salades des champs », c’est bien marcher sur les traces végétales du troupeau. Où les aromatiques poussent aussi en telle abondance que le moins averti des promeneurs ne saurait les ignorer. Mais la connaissance traditionnelle opère un tri rigoureux parmi les propositions en apparence similaires de la flore. Rigoureux ou arbitraire ? La Lavande Aspic, Lavandula latifolia, très commune sur les parcours de basse altitude, est à peine usitée en Haute-Provence. A cette plante camphrée, très employée en bas Languedoc, où elle est la seule du genre, les Hauts-Provençaux préfèrent la Lavande vraie (ou Lavande officinale, Lavande « fine »), Lavandula angustifolia, voire le Lavandin cultivé. Préférence accordée, une fois n’est pas coutume, à l’espèce d’affinités montagnardes, plus fréquente sur les hauteurs ? Mais ce n’est certainement pas le degré d’abondance qui règle le choix entre le Petit-Chêne vrai Teucrium chamaedrys et la Germandrée Pouliot, T. Polium (et T. Rouyanum), très rarement confondue avec lui : de ces deux Labiées amères aux propriétés identiques, la pharmacopée locale ne retient que la première ; alors que Teucrium Polium, très répandu sur les parcours caillouteux et dans les landes, jusque vers 1 000 m, est de cueillette bien plus facile et bien plus productive. Le cas semble se répéter en Languedoc, où la Germandrée Pouliot n’est jamais récoltée comme « Petit-chêne » que par suite de confusion. Mais celle-ci atteste qu’il y a bien connaissance diffuse des similitudes d’emploi de ces deux plantes très distinctes morphologiquement.

13. « Mourre de porc », Porcelle, Hypochoeris radicata (Composées) salade prostrée des prés acides

14. Plantain Oeil-de-chien ou « Badasson ». En dépit du qualificatif botanique actuel de sempervirens (« toujours vert »), le Plantain Oeil-de-chien ou « Badasson » (ex-Plantago Cynops) fait en hiver des touffes d’apparence « grillée » qui lui valent son nom vauclusien de « Badasse brune ». Ici, dans une « badassière » abandonnée par le troupeau, où les Graminées progressent (au premier plan, Fléole noueuse), où les Chênes s’installent (St-Michel-l’Observatoire, 04).

50Quant au « Badasson », grande panacée locale, c’est aussi un sous-arbrisseau très favorisé par le mode de gestion des terres marginales : délaissé par les herbivores, il peut occuper des surfaces considérables sur certaines friches collinéennes pâturées ainsi que sur les semi-cultures griffonnées de temps à autre (plantations truffières) (fig. 14). Cette abondance induite peut-elle expliquer en partie l’extrême importance de la plante dans la pharmacopée des Alpes du Sud, « l’endémisme » de ses emplois (qui sera examiné de plus près au chapitre 5) ? Ici encore, on doit se garder de tout essai de corrélation hâtif entre la mise en évidence d’une plante sauvage par l’action humaine et sa place dans les savoirs locaux : dans les Causses, où Plantago sempervirens est parfois très abondant dans les premiers stades post-culturaux, il ne connaît pas d’usages thérapeutiques.

51L’histoire du paysage végétal, dans nos pays, a rarement une influence directe sur les emplois subsidiaires de la flore. C’est l’un des paramètres de l’élaboration complexe des savoirs, où la permanence d’un symbole, d’un rituel, peut compter davantage que la profusion d’une plante, fût-elle de première importance médicinale (par exemple) ailleurs. On verra ci-dessous que la gestion traditionnelle de l’espace rural méditerranéen, si elle favorise incontestablement des pratiques de cueillette et des emplois thérapeutiques, ne détermine que partiellement la mise en pratique de la flore médicinale potentielle.

52Du moins peut-on supposer que l’importance de la pharmacopée végétale traditionnelle dans notre région n’est pas sans lien avec la complicité qui s’établit journellement, dans l’espace pastoral, entre l’homme et la plante.

3. Ressources du milieu et usage de la flore

Le « taux d’ethnobotanicité » : un outil à réajuster

  • 8 Neuf d’entre elles n’ont que des applications vétérinaires et sont donc exclues des analyses propos (...)

53159 plantes d’emploi médicinal ont été recensées par l’enquête8. Ce nombre équivaut à peu près au dixième de la flore locale, estimée, on l’a vu plus haut, à environ 1 600 espèces. La prise en compte des plantes alimentaires sauvages sans applications thérapeutiques, des végétaux divers (bois d’œuvre exclus) usités par la société traditionnelle dans ses techniques, ses jeux, ses croyances, etc., ajouterait une cinquantaine de noms à la liste (provisoire) des « plantes utiles » de la Haute-Provence occidentale. On arrive alors à un « taux d’usage » d’environ 13 % ; chiffre qui mérite d’être considéré d’un peu près.

54Dans son Cours d’ethnobotanique générale (1969 : 52-61), R. Portères définit le concept « d’ethnobotanicité ». Il y a ethnobotanicité, écrit-il, « dans tous les cas [d’]usage sans Nom, [de] Nom sans usage, [de] Nom et usage ». C’est-à-dire, déjà, lorsqu’un végétal est perçu. La comparaison entre la flore ainsi reconnue par une société et l’inventaire floristique global du territoire de cette société permet d’établir le « taux d’ethnobotanicité ». Critère qui n’est pas sans soulever de multiples problèmes, et déjà au niveau des catégories de classification traditionnelle retenues. Dans les sociétés tropicales, écrit Portères, les espèces sont souvent interchangeables au sein d’un même genre et « l’on est [donc] beaucoup plus près du taux réel de relations avec les genres qu’avec les espèces ». Dans nos régions, cette remarque peut s’appliquer aux genres plurispécifiques à espèces morphologiquement voisines, comme les Églantiers, les Aubépines, les Ronces, les Pissenlits, les Camomilles. Mais il est bien évident que la notion d’espèces prévaut pour la plupart des remèdes et des aliments végétaux spontanés : la Germandrée Pouliot, bien que succédané médicinal de la Germandrée Petit-Chêne, ne la remplace pas. Le Sureau Hièble ne se substitue pas au Sureau noir dont il est pourtant proche. Dans le genre Artemisia, l’Absinthe et l’Armoise ont des emplois très distincts, etc. Toujours est-il que l’établissement des taux d’ethnobotanicité implique et la connaissance exhaustive de la flore sauvage (et domestique) de la région considérée, et de disposer du bilan le plus complet possible des relations de la société locale avec le végétal. Il est dans la logique d’une ethnologie obstinément tournée vers « l’exotique », jusqu’à ces dernières années, que ce genre d’analyse ait été tentée à propos de pays tropicaux à la flore considérablement plus riche que la nôtre. Portères cite pour l’Afrique occidentale des taux extraordinairement élevés, mais qui sont d’emblée suspects de se référer à de nombreuses ethnies, confondues pour l’occasion : sur 14 446 espèces de cette région (carte 1969 : 57), 9 640 seraient « en relation » avec l’homme, c’est-à-dire 66,7 % ! Pour deux îles océaniennes à la flore au contraire très restreinte (environ 200 et 400 espèces), le même auteur relève des taux d’ethnobotanicité avoisinant 75 %. Ici, la nécessité de trouver des ressources (alimentaires, textiles, etc.) dans un environnement très limité induit ce que Portères appelle une « chasse aux genres ». Cette situation extrême ne saurait non plus servir d’étalon de comparaison en regard de la flore française et des plantes qui s’y trouvent « en relation » avec l’homme.

55Il ne s’agit pas de tenter des comparaisons aléatoires entre des sociétés et des environnements pour le moins éloignés mais de rappeler l’intérêt de ce genre d’estimation dans nos pays eux-mêmes, où l’on dispose d’un catalogue botanique exhaustif pour à peu près chaque arrondissement (voir S.F. Blake, 1961). Simpliste à première vue, ce rapport perception-usage de la flore/bilan floristique peut s’avérer d’une grande utilité comme témoin d’évaluation du rapport société-milieu. Établi pour le plus grand nombre possible de terroirs, il autoriserait la mise au point d’une cartographie dont l’utilité dépasserait le seul cadre ethnologique. Encore faudrait-il disposer de bilans de « savoirs naturalistes » plus détaillés que ceux de la plupart des folkloristes, et surtout réactualisés par de nouvelles enquêtes réunissant ethnographie et floristique.

56On sait depuis longtemps que l’ensemble des « plantes utiles » mises en œuvre dans une région donnée n’est pas proportionnel à la richesse de sa flore. S’il semble « normal » (à première vue !) que, sous nos climats, des terroirs à la végétation peu diversifiée ou réduite et banalisée par les modes d’exploitations agraires (Beauce, Champagne, etc.) ne mettent en œuvre qu’une pharmacopée végétale relativement pauvre, on est surpris de ne pas rencontrer une situation inverse là où l’exubérance végétale laisserait supposer une complicité plus étroite avec les herbes et les arbres. En Corse, l’enquête de P. Simonpoli et collaborateurs (1985) montre que 250 espèces sur 2 825 (J. Gamisan, 1985 — ce nombre intègre 310 plantes introduites), soit 8,84 %, ont des emplois médicinaux, alimentaires et économiques divers. Si mon décompte est juste, 88 seulement connaissent des indications thérapeutiques : il ne s’agit alors plus que de 3,11 % de la flore globale. Faut-il y voir des lacunes de l’enquête ou la preuve d’un sous-emploi des ressources médicinales — sous-emploi dont les causes restent à expliquer ?

  • 9 E. Hunn, cité par B. Meilleur, confirme « que ce pourcentage de 15 % se compare très favorablement (...)

57Le travail très attentif de Brien Meilleur (1982) dans la commune des Allues (Tarentaise, Savoie) est l’une des rares études d’ethnobotanique française moderne à tenter de mettre en évidence un taux d’ethnobotanicité. Sa catégorie des « plantes de ramassage » (qui inclut les médicinales) réunit 108 espèces auxquelles s’adjoignent une cinquantaine de plantes « nommées mais non ramassées », qui sont surtout des « espèces nuisibles ou très voyantes ». Pour une flore globale d’un millier d’espèces, on arrive donc à un taux d’ethnobotanicité de 15 à 17 %9. Cependant, sur les plantes utilisées — dont beaucoup à des fins alimentaires —, 24 seulement tiennent lieu de remède. Le taux extrêmement faible de 2,4 % peut-il être considéré comme représentatif du savoir thérapeutique local ou tient-il aux visées de l’enquête, qui n’étaient pas particulièrement ethnopharmacologiques ?

58Dans sa thèse consacrée aux Pharmacopées empiriques du département de Moselle (1975), J. Idoux fait état de 651 données intéressant des substances d’origine végétale. Celles-ci comprennent environ 95 plantes spontanées ou communément cultivées dans l’Est. Il reste à comparer ce chiffre aux inventaires floristiques du département. Si l’on postule que celui-ci héberge à peu près 1 500 espèces, comme le Luxembourg limitrophe, on a un taux d’usage médicinal de 6,33 %.

59En dépit de l’approximation de ces diverses données, qui s’appuient sur des collectes de savoirs plus ou moins fragmentaires — mais toutefois parmi les plus complètes du genre —, les écarts mis en évidence sont assez surprenants pour inciter à des analyses plus approfondies. Quelles sont les causes déterminantes de « l’usage de la flore » ? Quels en sont les facteurs limitants ? Pourquoi des terroirs très proches, dans des environnements végétaux voisins, entretiennent-ils des rapports très différents avec ce milieu ?

60Dans son enquête ethnobotanique en haute vallée de l’Aude, Jean-Claude Pons (1981) souligne la très grande disparité des savoirs entre des régions voisines : des « zones blanches » comme le Pays de Sault, où « les informateurs ont toujours nié que les gens aient eu recours aux plantes pour se guérir », côtoient des unités géographiques où la connaissance des herbes est encore en beaucoup de mémoires.

61Le moment vient donc de l’étude comparée des conditions aussi bien écologiques et floristiques que sociales, économiques et historiques qui interfèrent dans l’élaboration et le maintien de la phytothérapie populaire. Et plus encore, pour arriver à déterminer des « taux d’ethnobotanicité » fiables, de prendre en compte l’ensemble des modes de perception, de désignation et d’usage de la flore spontanée : un nom seul est déjà un rapport au milieu qui ne saurait être éludé.

La pharmacopée populaire haut-provençale en regard des propositions de la flore

  • 10 Leur écologie et leur distribution sont en cours d’étude sous l’égide du Centre d’information et de (...)

62Les 159 plantes de la pharmacopée traditionnelle recensées en Haute-Provence peuvent encore être perçues en regard de la flore médicinale potentielle de la région, c’est-à-dire des espèces locales susceptibles d’applications thérapeutiques et recensées à ce titre par les pharmacopées. Il s’agit d’environ 500 plantes supérieures et de quelques lichens10. Sur ce nombre, une centaine d’espèces rares ou localisées ne pourraient prêter pour la plupart à un emploi courant. Encore que le critère de rareté ne puisse suffire à exclure une plante du droguier populaire. C’est même parfois l’inverse : les Génepis les plus inaccessibles, les plus voisins des glaciers sont considérés comme les plus puissants (voir Meilleur 1982). La sous-espèce à fleurs parfois pourpres de la Germandrée Pouliot, Teucrium Polium ssp. purpurascens, endémique de la rade de Marseille, a des emplois locaux (voir note 83). Toujours est-il que les éléments peu répandus de la flore médicinale spontanée en Haute-Provence occidentale ne sont pas apparus dans l’enquête. Ce groupe inclut un lot de plantes montagnardes qui, pour être localisées, n’en n’ont pas moins des peuplements susceptibles d’alimenter une pratique locale. Ce n’est pas le moindre bénéfice de nos recherches que la mise en évidence de leur non-utilisation actuelle (voir plus loin).

63Restent donc à peu près 240 médicinales communes inemployées dans notre région. Autre objet de questions et d’abord de celle-ci : qu’est-ce qui induit le choix des remèdes végétaux dans les potentialités de la flore ? Le chapitre 4.5 proposera des éléments de réponse à propos de la cure d’amers dépuratifs, hypothèses qui sont loin de pouvoir éclairer, ailleurs, les processus de sélection.

64Examinée d’un peu près, sur un mode simplement biogéographique et écologique, la liste de nos médicinales d’usage actuel ou restées dans la mémoire locale enseigne déjà des choses bien curieuses. Ainsi en ce qui concerne la part de l’élément méditerranéen et subméditerranéen « chaud » (c’est-à-dire les plantes du cortège du Chêne vert et de la chênaie blanche collinéenne) : alors que cette flore est dominante dans les milieux secs des basses altitudes, elle n’intervient que pour 18,56 % dans la connaissance populaire (11 plantes cultivées — comme l’Olivier, la Sauge — et 19 spontanées, sur 159). Le reste appartient en majeure partie aux courants végétaux de l’Europe moyenne, surtout atlantique, c’est-à-dire à la flore commune de la plaine française.

65A cette relative négligence des spécificités de la flore spontanée s’ajoute la préférence manifeste pour les ressources thérapeutiques offertes par les plantes cultivées : avec 45 espèces, elles arrivent largement en tête (28,30 %) de toutes les catégories sollicitées au niveau médicinal.

66La figure 15 aide à situer la place respective de ces catégories définies dans leur rapport avec l’activité humaine. Elle montre clairement que la part de l’espace rural sous dépendance humaine forte est tout à fait prépondérante : l’essentiel de la pharmacopée végétale provient, outre des plantes domestiques, de la flore rencontrée au bord des chemins, dans les champs et surtout dans le saltus, des jachères aux landes.

67Du voisinage immédiat des lieux habités (19 plantes, 118 données) aux parcours (23 plantes, 179 données), en longeant le bord du chemin, le talus, la haie (18 plantes, 149 données), le champ cultivé (12 plantes, 64 données), en traversant la jachère et la friche (11 plantes, 166 données), la bergère et le berger rencontrent 83 plantes, soit 52,20 % de la flore médicinale d’emploi traditionnel, auxquelles se rapportent 675 données d’enquête, 59,52 % du total. A lui seul, le saltus (jachères, friches, parcours) rassemble 345 données intéressant 34 plantes : c’est l’espace majeur du récolteur de simples, celui aussi où la flore méditerranéenne (dont on a vu plus haut la mise en évidence par le troupeau) est de loin la plus sollicitée : 9 plantes sur 30 (où 11 autres espèces, je le rappelle, sont exclusivement domestiques).

15. Les plantes médicinales de Haute-Provence dans leurs rapports avec les milieux et l’activité humaine

68Hormis la Sauge et le Romarin, cultivés dans la plupart des jardins traditionnels, les aromatiques d’usage courant sont cueillies dans le saltus : Thym, Serpolet, Sarriette, Lavandes Aspic et officinale, baies de Genévrier. Comme c’est aussi le lieu préféré de récolte des « salades des champs », on voit à quel point l’économie pastorale collinéenne favorise et parfois détermine l’accès au végétal, en particulier à la plante-remède, tant par son action sur les milieux que par l’attention qu’elle suscite envers la flore.

69Dans les bois, où le troupeau entre surtout l’été, au moment des grandes chaleurs, on récolte deux fois moins de simples que sur les parcours. Hormis le Châtaignier, la flore spéciale aux sols acides est tout à fait ignorée. Elle a pourtant une belle extension sur les affleurements sablo-gréseux cénomaniens. La Bruyère Callune, qui s’y trouve très communément, n’apparaît pas dans l’enquête en dépit d’un vieux renom de diurétique.

Une montagne oubliée ? Lure et ses « herboristes »

70L’étage montagnard, dont on a vu l’importance dans la biogéographie régionale, est très riche en médicinales. Lure a de belles stations d’Aspérule odorante, de Calament à grandes fleurs, de Véronique officinale, de Carline acaule (le Chamaeleon niger des pharmacopées anciennes). La Solidage Verge-d’or, l’Epilobe, le Framboisier y foisonnent. Alchémilles, Pied-de-chat et autres montagnardes strictes sont disséminés sur les crêtes. Le Bouleau est fréquent, surtout à l’ubac. Les vénéneuses sont bien représentées : Aconits, Belladone, Actée en épi, Parisette, Ancolie, Sceau-de-Salomon verticillé, etc. Et pourtant l’enquête ne relève l’usage que de sept plantes d’altitude, dont deux au moins descendent aussi dans le milieu collinéen (Absinthe, Anthyllide des montagnes). L’Hysope, aujourd’hui réfugiée dans les hauteurs, existait autrefois dans les lieux arides des basses régions. En vallée du Jabron, des informateurs imputent sa raréfaction à des cueillettes abusives (les enfants en vendaient des bouquets aux touristes, au début du siècle).

71Avant qu’une route carrossable ne rompe l’intégrité sauvage de Lure voici une cinquantaine d’années, la montagne était surtout le territoire des bergers, des chasseurs et des bûcherons. Jadis, les récolteurs professionnels y furent assez nombreux pour que les villages du pied sud du massif, Lardiers, Saint-Etienne, Cruis, aient pu développer un commerce, voire un négoce important d’herboristerie. La chronique locale parle même de fortunes réalisées grâce aux herbes de Lure, fortunes dont témoigneraient encore quelques belles bastides du xixe siècle, à Saint-Etienne-les-Orgues. Un dicton recueilli à Malfougasse pourrait le confirmer sur le mode ironique : « Un puits et un pré suffisent à nourrir un apothicaire. »

  • 11 Cité in C.R. du Congrès de la Fédération historique de Provence, Sisteron, octobre 1970, Provence h (...)

72L’histoire des « herboristes de Lure » reste à faire. Les témoignages d’archives sont maigres. Je dois à l’amitié de Pierre Martel, fondateur d’« Alpes de Lumière » (association aujourd’hui responsable du Conservatoire ethnologique de Salagon, à Mane) les informations qui m’autorisent à poser quelques jalons préliminaires. C’est d’abord Darluc, dans son Histoire naturelle de la Provence (1782), qui fait état de l’importance des activités de cueillette en montagne de Lure : « Lardiers, écrit-il, contient une soixantaine d’habitants qui exercent de père en fils, depuis un temps immémorial, la profession de marchands droguistes. La plupart d’entre eux vont vendre leurs drogues dans les diverses provinces du royaume. » Depuis des siècles, en tout cas, puisqu’une enquête d’affouagement de 1540 dit déjà qu’une partie de la population de ce village s’en va chaque année en Basse-Provence vendre les herbes récoltées sur les cimes de la montagne de Lure11. A propos de Saint-Etienne-les-Orgues, E. Garcin relate une activité similaire : « Ce pays fournit journellement des droguistes des principales villes de France. La plupart commencent par colporter leurs marchandises ; après, ils en chargent une bête de somme, et dès qu’ils ont fait quelques économies, ils s’établissent dans une ville, où ils font ordinairement de grandes fortunes. » (Dictionnaire historique et topographique de la Provence, 1835, I : 457.) En 1887, dans ses Notices sur les communes du canton de Saint-Etienne-les-Orgues, Louis Pelloux, natif de Lardiers, cite plusieurs noms de marchands droguistes (dont l’un finit par acheter un superbe château près de Clermont-Ferrand). Il suppose que, à la fin du xviie siècle, les trois quarts de la population de son village, qui comptait alors 480 habitants, vivaient du produit de l’herboristerie et de la droguerie, vendaient « de grandes quantités de plantes aromatiques et médicinales ». Au xviiie siècle, c’est Saint-Etienne-les-Orgues qui monopolise presque entièrement la profession puisqu’on y dénombre 60 colporteurs-droguistes, contre 8 à Lardiers et 3 dans des villages voisins. Pelloux fait un portrait jovial de ces itinérants et de leur équipage :

Tous avaient des chevaux, des mulets couverts de beaux harnais, de houppes aux couleurs éclatantes, et de clochettes aux sons les plus variés. Pendant leur séjour à Lardiers, le travail faisait place aux dîners copieux, aux plaisirs de la chasse, aux parties de boules, aux réunions intimes, jusqu’au jour où il fallait s’éloigner de nouveau. A leur contact la population sédentaire cessa d’être rude, grossière, et acquit même une certaine politesse qui s’est conservée pendant bien longtemps.

  • 12 Ainsi ignore-t-il ce massif en parlant du Pied-de-chat, qu’il indique pourtant au Ventoux, où la pl (...)

73Curieusement, P. Garidel, qui cite souvent des plantes de Colmars et d’Allos (zone orientale, alpine, des Alpes-de-Haute-Provence) dans son Histoire des plantes qui naissent aux environs d’Aix (1715), ne mentionne pas Lure, « grande montagne » pourtant la plus proche de cette ville12.

74Comme Pelloux, voici un siècle, n’évoque aucune activité de cueillette contemporaine, on peut supposer que les « herboristes de Lure » avaient à peu près disparu de son temps, où la récolte des plantes sauvages ne subsistait que comme ressource d’appoint. L’un de ses héritiers, qui habite toujours Lardiers, le confirme : « Avant 14, tous les enfants faisaient des fagots d’Absinthe pour gagner quelques sous. La distillerie du village en tirait l’huile essentielle, qu’on appelait l’essence noire. » Dans les premières décennies de ce siècle, les fabriques de spiritueux délégaient encore des cueilleurs d’Absinthe et des arracheurs de Gentiane sur les crêtes du massif. Des photographies en témoignent, tout comme le nom d’un apéritif réputé dans la région : « Gentiane de Lure ». Gentiana lutea s’est d’ailleurs beaucoup raréfiée dans la localité (en extrême limite d’aire) ; c’est désormais une plante à protéger. A Saint-Etienne-les-Orgues, une informatrice seulement se souvient de l’existence d’un séchoir à plantes, dans sa maison d’enfance...

  • 13 « Il seroit à propos que ceux qui ordonnent les plantes et ceux qui les préparent, les connussent a (...)

75Au vu de ce long passé, comment expliquer la place minime de la flore montagnarde dans la pharmacopée populaire d’aujourd’hui ? Faut-il penser que les récolteurs de Lure n’étaient pas des herboristes connaisseurs des vertus des plantes, mais simplement des gens qui gagnaient leur vie en fournissant les apothicaires ? Au xviiie siècle, bien des médecins se plaignent de « l’ignorance des herboristes »13. Le qualificatif pouvait-il s’appliquer à ceux de Lure ? Pelloux, qui les présente comme de joyeux commerçants, ne dit rien de leur savoir éventuel. Cependant, les documents anciens parlent aussi de droguistes, c’est-à-dire de fabricants de remèdes, ce qui suppose un minimum de connaissances... Dans les années 30, un laboratoire de Manosque préparait encore le « véritable extrait dépuratif de Notre-Dame de Lure », d’après la formule d’un curé de la région, l’abbé Preyre (fig. 16). Dans l’attente des éclaircissements qu’une exploration plus attentive des archives locales pourrait fournir, il faut bien conclure : même si des savoirs associés aux plantes des hauteurs ont pu se perdre, il est manifeste que la Haute-Provence occidentale, aujourd’hui, tourne le dos à sa montagne (sacrée surtout depuis Giono), se montre décidément collinéenne et, pour sa pharmacopée végétale, bien sagement fidèle au plus accessible.

16. Dernière trace des herboristes de Lure. Un sirop dépuratif fabriqué à Manosque dans les années 1930 (document aimablement communiqué par Pierre Martel).

17. Grande Gentiane, Gentiana lutea (Daléchamps 1653)

76La région, où passaient les gros troupeaux transhumants des plaines, ne participait guère à cette migration saisonnière. Faut-il y voir la cause de l’extrême rareté des savoirs hérités des Alpes proprement dites ? L’Arnica est la seule plante des massifs internes qui prenne place dans la phytothérapie locale. Et encore a-t-elle suscité un sosie, l’Inule des montagnes, composée aux capitules secs assez voisins de ceux de l’Arnica vrai, qui emprunte le nom et les usages de la célèbre « Herbe aux chutes » (l’Inule est assez fréquente dans les localités rocailleuses collinéennes ; l’Arnica n’existe que dans les montagnes fraîches et acides). De surcroît, plusieurs des données intéressant les rares plantes montagnardes strictes usitées dans notre région ont été fournies par des informateurs originaires des Alpes. Ainsi de l’Absinthe et de la Gentiane bleue, dépuratives : c’est un douanier (ancien berger) en retraite, venu du col de Larche, à la frontière italienne, qui en parle.

77Pour finir, la seule « vraie » plante montagnarde de Lure à figurer dans l’enquête est la Gentiane jaune (fig. 17). « Mon mari l’utilisait ; il était berger ; il connaissait les fleurs ; il allait la ramasser du côté de Lure », dit Mme D., 84 ans, de Banon (gros village du pied ouest du massif). Mais certains indices laissent entendre un recours ancien plus fréquent aux simples des hauteurs, même s’il s’agit de confusions, comme en ce qui concerne l’Inule : « Mon mari trouvait de l’Arnica vrai à Lure », affirme Mme L. C’est que la montagne, comme partout, valorise la plante. Dioscoride l’écrivait déjà au premier siècle. Il n’y a pas de véritable Arnica à Lure, mais l’Inule y gagne les prérogatives, la nature même de la plante des Alpes. Mme L., de Banon aussi, préfère encore, à 70 ans, aller cueillir à Lure l’Anthyllide vulnéraire, qui croît pourtant près de chez elle. Et de la Lavande, elle dit : « au plus on monte, au plus c’est meilleur ».

78Ce ne sont là que des cas isolés : c’est surtout dans un périmètre restreint autour de la maison ou du village (quelques kilomètres au plus, souvent moins d’un kilomètre) qu’on récolte la majeure partie des remèdes végétaux. La comparaison entre les diverses sommes des données réparties par milieux accentue encore la disparité entre l’espace agro-pastoral et le groupe « sylva »-« montagne ». Avec un même nombre de plantes usitées (11), le bois réunit 66 données, les jachères-friches 166 (où la Plantain « Badasson » en livre à lui seul 106). Aux sept plantes de montagne, ne se rapportent que 34 informations — et encore faudrait-il soustraire une partie de celles qui se réfèrent aux espèces mi-montagnardes-mi-collinéennes. Le Frêne lui-même (16 données), rattaché à la montagne parce que l’espèce Fraxinus excelsior y est exclusive dans la région, a un très proche parent de basse et moyenne altitude, Fraxinus angustifolia, arbre fréquent au bord des cours d’eau, parfois planté près des fermes, dans l’ensemble bien plus commun que le précédent et confondu avec lui.

L’apport des plantes domestiques à la pharmacopée

79Si on rebrousse chemin jusqu’à la maison, le détour par le champ cultivé, le verger, le jardin, est riche d’enseignement : avec 43 espèces, certaines d’emploi courant, les plantes cultivées pourraient bien revendiquer le titre de pharmacopée de base en Haute-Provence occidentale.

80C’est une constante de la médecine traditionnelle que de mettre à profit les ressources thérapeutiques végétales les plus immédiates, fleurs de jardin et surtout plantes alimentaires (cuisine et médecine ont partie liée depuis toujours : en Occident, Hippocrate théorisait déjà leur rapport voici vingt-cinq siècles). Parfois, comme chez l’Ail et le Lis, la destination médicinale équivaut (ou a équivalu) au rôle culinaire ou ornemental. Avec le Poireau, l’Oignon, le Chou, ces plantes sont au premier rang du droguier populaire. Dans les jardins traditionnels, il y a toujours aussi quelques simples d’origine plus ou moins lointaine, ou rares à l’état spontané.

81En Haute-Provence, les 45 plantes cultivées d’emploi médicinal habituel ou occasionnel se distribuent comme suit (par ordre de fréquence des données recueillies, dans chaque catégorie) :

Tableau 1. Plantes cultivées d’emploi médicinal en Haute-Provence Par ordre de fréquence des données recueillies

Tableau 1. Plantes cultivées d’emploi médicinal en Haute-Provence Par ordre de fréquence des données recueillies

82Manquent à cette liste quelques plantes médicinales parfois rencontrées dans les jardins du pays, mais à propos desquelles les informations d’ordre thérapeutique font défaut. Il s’agit en particulier de l’Armoise connue sous le nom d’« Arquebuse », herbe à liqueur, non florifère, qui semble distincte de l’Aurone (Artemisia Abrotonum), et de la Verveine Citronnelle, Lippia triphylla, que l’enquête a négligée à tort du fait de son statut d’« herbe à tisane » des plus communes. La Guimauve, assez souvent acclimatée au jardin (sous le nom de « Mauve blanche »), semble surtout récoltée dans ses localités naturelles et figure donc dans le groupe des plantes des lieux humides.

83Parmi les arbres retenus dans la pharmacopée, certains ont un statut ambigu, qui existent aussi à l’état spontané ou subspontané dans la contrée. C’est le cas du Sorbier domestique, du Châtaignier, du Tilleul et du Noyer. Les trois premiers appartiennent à la flore locale (encore que l’indigénat du Châtaignier, en quelques localités siliceuses, soit douteux). Le Noyer est couramment ensauvagé en plaine, surtout au bord des cours d’eau. Mais c’est seulement dans l’espace cultivé que les trois fruitiers méritent ce nom : la coupe des taillis exclut la cueillette des sorbes et des châtaignes « sauvages ». Les races officinales du Tilleul, d’origine hybride, sont préférées au Tilia platyphyllos, d’ailleurs disséminé dans les bois les plus frais de moyenne altitude.

84Trois espèces parmi les 31 plantes dépuratives étudiées plus loin appartiennent au domaine cultivé : le Noyer, la Grande Camomille, l’Olivier. Cette catégorie thérapeutique privilégie donc très largement la plante sauvage.

85Avec 30 données, la Sauge manifeste bien son rôle de grande médicinale de la pharmacopée méditerranéenne. L’Olivier, qui est sur sa limite dans le bassin de Forcalquier, ne tient qu’une place relativement modeste avec 10 données. Le Lis, ornementale en régression, reste un vulnéraire apprécié (22 données). Le rôle mineur des céréales, où le Maïs, grâce à ses « barbes » diurétiques, arrive en tête, témoigne de l’extinction des procédés thérapeutiques anciens où la décoction d’Orge mondé, ptisanê des Grecs (d’où dérive « tisane »), constituait la base des bouillons médicamenteux.

86Il faut encore souligner la présence d’une médicinale inédite parmi les ornementales : l’Epiaire laineuse, Stachys lanata = Stachys Byzantina), dite « Main de Dieu », est citée dans cinq indications vulnéraires (feuilles en pansement). Cette Labiée d’origine ouest-asiatique est ignorée des pharmacopées mais Réguis, en 1897, relate déjà son emploi fréquent en Languedoc (1897 : 39).

Les « grandes médicinales »

87Si l’on considère (arbitrairement, mais il s’agit d’une ébauche d’interprétation) que dix données d’enquête constituent un seuil au-delà duquel la plante occupe une place notable dans la pharmacopée locale, on détermine une catégorie de médicinales majeures.

88Cette liste de 32 plantes (voir tableau 2, p. 50-51) est forcément quelque peu imprécise : elle n’apprend pas tout sur l’habitat potentiel du végétal mais indique seulement son milieu d’élection, là où il est le plus abondant et le plus souvent récolté. L’Aubépine, par exemple, commune dans les haies, se rencontre aussi à l’état disséminé dans les landes et les bois clairs. La Guimauve, exclusive des lieux humides des basses altitudes, est fréquemment cultivée dans son aire naturelle, et au-delà.

  • 1 En italique, les plantes qualifiées au moins une fois de dépuratives

Tableau 2. « Médicinales majeures » de Haute-Provence occidentale1

Tableau 2. « Médicinales majeures » de Haute-Provence occidentale1

* En italique, les plantes qualifiées au moins une fois de dépuratives

** Entre guillemets, celles que citent les informateurs

  • 14 Voir à l’annexe I.4 le détail des propriétés citées dans l’enquête, et l’annexe II (corpus des donn (...)

89De même en ce qui concerne les propriétés thérapeutiques, sont seulement retenues celles qui bénéficient du plus grand nombre de citations, explicites (guillemets) ou implicites. Dans les faits, l’éventail des indications qui mettent (ou ont mis) ces plantes en œuvre implique la prise en compte de propriétés plus nombreuses14. En dépit de ces simplifications, le tableau est riche d’enseignements. Il montre déjà la part essentielle de l’espace habité, du parcours et du cheminement qui y mène dans l’approvisionnement de la pharmacopée de base :

Tableau 3. Fréquence des « médicinales majeures » par milieux

Tableau 3. Fréquence des « médicinales majeures » par milieux

90Et encore la mention « lieux humides » s’applique-t-elle à la seule Guimauve également cultivée, la rubrique « montagne » est-elle seulement représentée par le Frêne élevé, qui appelle des réserves (voir plus haut). Une seule espèce citée est relativement rare et localisée dans notre région, c’est l’Inule des montagnes. Elle se hausse au rang des médicinales majeures du fait de la confusion qui la fait employer (avec succès) en guise d’Arnica.

91La Plantain Oeil-de-chien (« Badasson ») affirme sa place de panacée : 53 informateurs lui octroient 89 données de médecine humaine et 17 de médecine vétérinaire. Le statut exceptionnel de ce Plantain sous-arbustif, inconnu comme médicinal ailleurs en France, est examiné de plus près au chapitre 5.1.

92Second de la liste, le Sureau, surtout connu comme sudorifique-anti-inflammatoire dans les pharmacopées populaires actuelles —, a de surcroît ici un rôle important de vulnéraire, rôle partagé par 9 plantes sur 32, dont 6 ont plus de vingt données. L’examen détaillé des indications thérapeutiques recueillies au cours de l’enquête (annexe 1.5) confirmera cette place prioritaire des remèdes à visée externe (traumatologie, etc.) dans la médecine populaire locale (et aussi bien dans toutes les pharmacopées traditionnelles d’Europe occidentale).

93La répartition des propriétés des « grandes médicinales » s’établit ainsi :

  • 2 Propriétés exprimées par les informateurs eux-mêmes et propriétés établies au vu des indications, s (...)

Tableau 4. Répartition des propriétés principales des « grandes médicinales »2

Tableau 4. Répartition des propriétés principales des « grandes médicinales »2

* Propriétés exprimées par les informateurs eux-mêmes et propriétés établies au vu des indications, sont ici confondues.

  • 15 La Sauge et le Thym devraient occuper une place plus élevée dans la hiérarchie du tableau des « gra (...)

94Avec 19 propriétés principales pour 32 remèdes végétaux immédiatement accessibles, ou peu s’en faut, la phytothérapie traditionnelle haut-provençale dispose d’un large éventail de possibilités thérapeutiques. La richesse de la flore n’est pas ici un facteur prioritaire : sur les 32 plantes majeures, 6 espèces seulement sont des méditerranéennes strictes ou préférentielles : Olivier, Genévrier Cade, Marrube, Lavande, Thym, Sauge. Ces deux dernières aromatiques sont cultivées très en dehors du Midi15. Quant au « Badasson », il s’aventure dans le Sud-Est jusqu’à la Côte-d’Or, à l’Ouest jusque dans la Haute-Garonne. C’est donc bien la flore commune de la plaine française qui est sollicitée en priorité par les utilisateurs traditionnels, en Haute-Provence occidentale, cela s’accorde-t-il avec les savoirs des régions où cette flore est dominante ?

Encore quelques pas hors terrain

95A ma connaissance, la thèse de J. Idoux (1975) est le seul inventaire récent d’une pharmacopée locale à fournir des données chiffrées sur la base d’une enquête à grande échelle (département de la Moselle ; 257 informateurs connaissant un ou plusieurs remèdes ; 651 données de thérapeutique végétale). Il était intéressant de comparer les médicinales majeures alors mises en évidence (sur mes critères : J. Idoux ne prend pas en compte l’incidence de la flore ni les catégories que j’établis dans ce travail) à celles qui sont énumérées plus haut, même si l’enquête haut-provençale a fournit un nombre de données nettement plus élevé (voir tableau 5 p. 55).

96En dépit de certaines similitudes (importance prioritaire des plantes cultivées ; plantes vulnéraires en tête de liste), les disparités sont flagrantes : si les statuts de certaines plantes se rapprochent nettement (Ortie, Sureau, Chiendent, Chou, Olivier !), les médicinales majeures mosellanes, dans 12 cas sur 21, n’ont pas d’équivalent hiérarchique dans notre enquête. De surcroît, si on tient compte de la disparité initiale des données (651 en Moselle ; 1 153 en Haute-Provence, indications vétérinaires et mentions des propriétés comprises), l’écart s’accentue encore entre les deux régions.

97Quant aux propriétés des 21 plantes retenues sur la liste de J. Idoux, elles se distribuent sur un autre mode que dans notre enquête : pas de dépuratifs au sens strict selon la classification haut-provençale (le Noyer ne connaît que 7 mentions) ; pas d’adoucissants internes majeurs : la Guimauve et le Bouillon blanc n’ont qu’une mention chez Idoux ; la Mauve n’est pas citée. Les astringents sont de nature différente, comme l’Achillée Millefeuille : cette Composée, qui bénéficie de 13 mentions en Moselle, n’est pas employée dans notre région en dépit de sa grande abondance. Avec des indications dans le goître, elle pourrait occuper, dans l’Est, une « niche thérapeutique » absente, en Haute-Provence (voir le chapitre 5). Mais seule une étude comparative détaillée du rôle de toutes les espèces citées permettrait de bien cerner les modalités de l’usage des ressources thérapeutiques végétales des deux régions. Il ne s’agit ici que d’une incitation à y regarder de plus près.

Tableau 5. Comparaison des médicinales majeures de la Moselle et de la Haute-Provence

Tableau 5. Comparaison des médicinales majeures de la Moselle et de la Haute-Provence

* Entre parenthèses, indice des plantes exclues des « médicinales majeures ».

98L’enquête de J. Idoux a concerné un département où la part des activités industrielles est très forte. Le savoir recensé provient, pour plus de 50 %, de localités non agricoles ou à activités mixtes. Cette particularité peut déjà expliquer le fait que les 7 premières plantes de sa liste soient exclusives des jardins ou appartiennent aux tisanes les plus courantes de l’herboristerie (Camomille, Menthe). Quand les 7 premières plantes de notre liste proviennent, elles, de la flore sauvage. La place relativement importante de la feuille d’Olivier atteste aussi le recours à l’herboristerie, donc à la ville, et l’influence du savoir savant actuel : l’Olivier (feuille) n’a que 3 mentions en Haute-Provence, où l’arbre est commun !

99Ce bref détour par le Nord, aussi, pour rappeler l’utilité, assez mal vue en ethnologie, des incursions hors terrain, en tout cas en ce qui concerne la pharmacopée populaire française. Déjà quelque peu unifiées par une interrogation sur le fonds commun des pathologies — quelles qu’en soient les diverses approches locales —, les enquêtes d’ethnopharmacologie devraient prendre en compte le « témoin-flore » qui tient lieu de constante en dépit de ses constituants variables. Je dis « devraient prendre en compte » car il est manifeste que, dans la plupart des cas, l’ethnobotanique n’est autre chose que de l’ethnologie à prétexte végétal plus ou moins avoué (ce qui n’en fait pas pour autant une ethnologie mineure — seulement lacunaire). Quant aux collectes des folkloristes, elles s’en tiennent le plus souvent à la recette déracinée de son contexte écologique.

100Il faut souhaiter de nouvelles enquêtes qui n’excluent pas le végétal dans son milieu et qui soient aussi exhaustives que possible. L’ethnographie de base est mieux qu’une manie à laisser aux derniers érudits de village : elle est loin d’avoir dressé les inventaires qui permettraient de mieux comprendre les formes du recours au végétal dans nos contrées. C’est en tenant compte de ce « grand informateur » qu’est la flore elle-même, considérée comme un interlocuteur nécessaire, que l’ethnobotanique affirmera, dans nos pays, qu’elle est bien « au carrefour des sciences naturelles et des sciences humaines », comme l’écrit Jacques Barrau, naturaliste (1971).

101Ainsi, pour se poursuivre et s’affiner, le présent essai d’interrogation sur l’usage des ressources thérapeutiques de l’environnement végétal sollicite la comparaison. Celle-ci s’impose dans notre région elle-même entre le terrain considéré ici et la zone préalpine proprement dite, où la flore montagnarde se fait progressivement dominante tandis que les derniers éléments méditerranéens et subméditerranéens finissent par se cantonner sur les adrets les plus abrités. Que se passe-t-il là où l’influence des courants végétaux s’inverse ? Quelle est alors la part des plantes cultivées, bien moins diversifiées en altitude ? La montagne ignore-t-elle les savoirs médicinaux propres à la plaine comme celle-ci néglige l’apport des hauteurs ? L’échange par l’intermédiaire des transhumants et des ouvriers saisonniers a-t-il peu concerné les connaissances médicales traditionnelles ou bien celles-ci ont-elles régressé en même temps que la circulation des hommes et de leurs troupeaux ?

  • 16 Au moment de remettre ce chapitre à l’impression, me parvient le numéro spécial, « Ethnobotanique » (...)

102Comparaison aussi entre les savoirs des sociétés péri-méditerranéennes (et autres), qui permette l’estimation des « taux d’ethnobotanicité », précise les diverses modalités de l’usage de la flore en regard de la perception locale des pathologies et des offres du milieu, mette en lumière les divergences et les similitudes éventuelles, etc. Ceci conduisant à la définition possible « d’aires de savoirs thérapeutiques », dont on sait encore fort peu de choses des rapports avec le contexte floristique-écologique, ce qui précède l’atteste. Le chapitre 5 développera davantage ces interrogations qui dépassent le seul domaine des thérapeutiques traditionnelles16.

4. Les informateurs

Quelques portraits sur fond d’autonomie médicale

103« Quand on était malade, dit Mme C, 70 ans, de Revest des Brousses, on faisait ce qu’on pouvait. Quand ça n’y faisait rien, on allait voir un guérisseur ou une guérisseuse. Quand on était à l’article de la mort, on allait chercher le médecin. » M. et Mme C. étaient métayers. Mme C. a gardé les brebis dans la colline pendant toute sa vie. Née à Banon (à 10 km au nord), elle n’a jamais quitté ce coin de pays. Ses parents étaient métayers eux aussi, « ils avaient du mal à vivre ». Une partie des connaissances de Mme C. sur les propriétés médicinales des plantes vient de sa mère. Celle-ci tenait aussi son savoir de sa mère et avait recours aux conseils du Médecin des pauvres du Dr Beauvillard. Mme C, curieuse des choses de la nature, a chez elle un vrai musée des trouvailles qu’elle a pu faire en gardant le troupeau : fossiles, outils de silex, vieux nids d’oiseau. Elle a perfectionné ses connaissances en copiant sur un cahier des recettes trouvées dans des livres de vulgarisation actuels. Ce cahier lui sert aussi d’herbier. Mme C. connaît 23 plantes mais ne les emploie pas toutes. Elle récolte encore l’Aubépine, le Bleuet, les cynorrhodons de l’Églantier, le Petit-Chêne, le Serpolet, les pétales de Rose. Au jardin, elle cultive la Grande Camomille et la Sauge. Son mari connaît 17 plantes, en particulier dans des applications vétérinaires (« Badasson », Coquelicot, Églantier, graines de Lin).

104L’enquête a débuté par une visite chez Mme C. On la connaît bien dans la région parce que, sur le tard, elle s’est mise à peindre. Des gens viennent voir — et parfois acheter — ses toiles qui montrent toutes son lieu de vie : le hameau, les collines rousses de l’hiver, les champs de Lavande en juillet. Et son attention aux petits trésors de la colline en a fait un peu « la » bergère mythique : c’est elle qu’il fallait rencontrer d’abord, nous assurait-on. Ce qui fut fait. « Et pourquoi vous n’iriez pas voir aussi Mme L., à Banon ? » a dit un ami de Mme C, présent lors de l’entretien ; « elle sait beaucoup de choses sur les plantes, elle a un remède pour les crampes dans les jambes. » Ainsi, une informatrice ou un informateur menant à un autre, l’enquête a suivi le réseau des réputations locales, des amitiés, des parentés surtout, s’est étendue à quelques communes, à des cantons, à un territoire qui a fini par chevaucher trois départements. A Banon, Mme L., 70 ans, originaire du Contadour, sur les plateaux, venait à peine de fermer le petit café qu’elle tenait avec son époux. Sa grand-mère soignait toute la famille avec les moyens du bord, certains, comme le gratin de Mauve, mêlant cuisine et médecine. Comme Mme C, Mme L. tient une partie de son savoir de sa mère, elle-même héritière des connaissances maternelles. Mais un bon nombre de ses recettes viennent d’autres sources : l’oncle qui savait les vertus cicatrisantes de la « Main de Dieu » (l’Épiaire laineuse) ; les voisines (Mercuriale employée en lavement contre la brucellose) ; le médecin de Forcalquier qui, dans les années 30, prescrivait l’Armoise pour les troubles des règles ; le patron de la ferme où elle était bergère et qui préparait une pommade à l’oignon de Lis blanc pour aider à la mise bas des chèvres. Mme L. connaît 36 plantes et de multiples façons de les employer. Ce qu’elle ne fait plus beaucoup. Dans des boîtes en fer elle conserve pourtant la Mélisse, les pétales de Rose, la Grande Camomille, le Serpolet, l’Anthyllide vulnéraire dont elle use en dépuratif. Celle-là, elle la cueillait en montant à Lure, « où elle est meilleure, la vulnéraire à fleurs rouges ». Elle ramasse encore le Tilleul aux arbres du village. Et quand, chaque année, elle cueille les cerises chez des voisins, elle en garde les queues : « Ça peut toujours servir à quelqu’un. » Mme L. a connu les grands débuts de la culture et de la distillation de la Lavande, dans le pays. Elle se rappelle qu’au Contadour, en 1923, on produisit 120 kilos d’essence de Lavande sauvage. Il passait alors à Banon, pour la saison, dans les 2 000 coupeurs de Lavande, venus d’Italie et de Basse-Provence, à pied.

Toute plante à sa vertu, dit Mme L. On connaissait les endroits où on savait prendre telle et telle plante ; maintenant on oublie ; c’est tellement plus pratique d’aller à la pharmacie. Sur un chemin de passage, elle cueillait la « Main de Dieu ». Elle n’y est plus, oh que je la regrette ; dire que ma tante qui avait eu le doigt écrasé, cette plante lui avait sauvé son doigt. Et puis encore : La tante qui gardait les chèvres cueillait la Psoralée (Psoralea bituminosa) vers la Saint-Pierre ; elle en faisait des infusions pour ses chèvres, je peux pas vous dire pourquoi (Mme L. nous a montré cette légumineuse dont elle a oublié le nom local).

18. Mme F., de Reillanne (04), raconte ses cueillettes — et sa jeunesse de paysanne bas-alpine — sur le chemin où elle a son « coin » d’Épervière Piloselle.

105Si les informatrices nous dirigent le plus souvent vers d’autres femmes, souvent des parentes, les hommes sont aussi très présents dans l’enquête. Ce sont la plupart du temps les époux. Ils assistent aux entretiens parce que le sujet les intéresse et qu’ils ont leur mot à dire. Certains détiennent la majeure partie du savoir du couple ou bien en sont les seuls détenteurs. Ainsi Raymond F., éleveur, de Valbelle, qui a entre cinquante et soixante ans. Raymond habite la vallée en hiver. Il passe l’été avec son troupeau dans la seule ferme d’estive du flanc nord de Lure, vers 900 m. Quelques cochons y restent jusqu’en janvier, maintenant que la route est déneigée (pour l’accès aux pistes de ski de fond) et qu’il est possible de monter les nourrir.

Ce que je sais des plantes, dit-il, je l’ai appris de mes parents, depuis ma jeune enfance, et de mes voisins. J’ai eu la chance d’avoir des parents d’une génération qui connaissait encore des médicaments comme ça. Ma mère, elle avait étudié des petits livres, des petites brochures. Où elle les avait eus ? peut-être chez le pharmacien ou sur les marchés. Elle a été longtemps malade ; elle s’est toujours soignée par les plantes. Elle et mon père connaissaient chacun des plantes pour les bêtes.
— Et ton père quand il montait à Lure, il en rapportait des plantes ?
— Non, c’était toujours les plantes du tour de la maison.

106Raymond a surtout conservé les pratiques vétérinaires, comme la plupart des hommes que nous avons rencontrés (en toute région, le soin du troupeau leur appartient). Mais, dit-il :

Les maladies ne sont plus les mêmes que ce qu’elles étaient. Maintenant, il y a beaucoup plus de maladies. On fatigue le troupeau. Autrefois, il n’y avait qu’un agnelage par an, et nous on en fait deux. Avant, le troupeau sortait toute l’année, même quand il y avait un peu de neige et que les bêtes mangeaient à peine ; mais ça se voyait sur la fin de l’année : on n’en avait pas beaucoup de malades. Avec le fourrage que je ramasse, je nourris 100 bêtes ; mon père en aurait nourri 200. Désormais, il faut avoir recours aux médicaments : J’utilise les plantes et après, si je vois que c’est trop aigu, je passe aux antibiotiques.

107Raymond connaît les usages de 28 médicinales. La racine d’Iris est l’un de ses remèdes vétérinaires courants : « Quand les brebis mettent bas et qu’elles délivrent pas, tu leur fait boire la décoction. Et après, tu leur donnes un lavement d’Aigremoine. » Mais beaucoup de pratiques ne sont plus que des souvenirs, comme celles qui mettent en œuvre l’Ellebore fétide (« le fétide Ellebore », dit Raymond) : « On en frottait aux mules et aux chiens quand ils perdent le poil. » Et : « J’ai entendu dire, dans la vallée, que les gars, ils en pendaient une bonne touffe dans la bergerie. L’odeur fait fuir les mouches. C’est un préventif. »

108Parfois, c’est l’homme qui a transmis à son épouse le savoir qu’il tenait de sa mère. Mme F., 75 ans, de Reillanne (fig. 18), avait ainsi appris les emplois de 30 plantes de son mari. Et notamment celui du Chardon bénit contre la fièvre de Malte. Elle en récolte toujours quelques « bourres » chaque année : les gens du pays le savent et, au besoin, on vient lui demander sa recette (à Bonnieux [84] Mme M. fait de même).

109Ces quelques exemples résument la situation de la plupart des informateurs en ce qui concerne l’origine et l’état présent du savoir. Les sources livresques attestées sont rares : le Médecin des pauvres a été cité trois fois (et dans un cas, retrouvé en piteux état dans le poulailler !), la Médecine végétale illustrée de Narodetzki une fois, Maurice Mességué deux fois, Secrets et vertus des plantes médicinales (« Sélection ») une fois — ce dernier ouvrage n’étant pas consulté par ses possesseurs. Un guérisseur et un jeune informateur d’origine citadine possèdent des livres plus savants. Ont été cités par ailleurs comme sources de renseignements sur l’usage des plantes, mais sans précisions, des articles de journaux locaux, des magazines, des émissions de radio et de télévision. Les influences actuelles ont vraisemblablement un effet revalorisant sur des savoirs longtemps dénigrés : bien qu’émettant parfois des réserves plus ou moins désabusées sur l’intérêt de leurs connaissances, les gens finissent toujours par en parler très librement, et ne manquent pas d’opposer l’inocuité du remède végétal (mais ils en savent aussi les risques : voir chapitre 4.4) aux séquelles du remède pharmaceutique.

110Presque toujours, à la question « Et où avez-vous appris ces recettes ? », on nous répond : « C’est de ma famille », « c’est de ma mère » ; ou encore, comme l’expriment les informateurs cités plus haut, on évoque la grand-mère, l’oncle ou la tante, les voisins. A plusieurs reprises on a remémoré la veillée, moment fort de la vie sociale jusqu’aux années 50, comme le lieu d’échange des connaissances. En cassant les amandes et en triant les haricots, on parlait de la vie locale, du travail, des enfants, et aussi de la recette qui avait guéri le parent ou la voisine. Et l’on repartait tard, dans le froid, parfois sur des chemins enneigés, les enfants endormis dans les bras (certains allaient veiller à sept kilomètres). Plusieurs conservent encore les coques d’amandes, qui sont bonnes en décoction contre les rhumes et le mal de gorge. Tous regrettent les temps, pourtant difficiles, où les répits nocturnes de l’hiver aussi bien que les travaux d’été donnaient le plaisir d’être ensemble : « La solitude, on n’en parlait pas. Il y avait de l’entraide entre voisins. Même les mendiants étaient sûrs de trouver une soupe et un peu de paille. »

111Pays ouvert depuis si longtemps que l’étranger ne suscite pas a priori la défiance. Au contraire, on l’accueille, on l’interroge sans suspicion : d’où vient-il ? « Ah, c’est madame L. qui vous envoie. La pauvre, elle doit se demander si j’existe encore ! ça fait bien trois ans qu’on ne s’est pas vus. On vieillit, on ne bouge plus beaucoup. Et puis il y a tellement de choses à faire ici ». On vous fait entrer. « Vous savez, je ne sais pas grand-chose sur les plantes, ma foi, un peu comme tout le monde... Vous prendrez bien un peu de mon eau de Sauge. Elle est bonne, elle a trois ans de bouteille. Non, ce n’est pas fort, ça ne vous fera pas de mal. Et ça fait digérer. Alors vous venez pour les plantes... Mon mari va rentrer tout à l’heure ; il sait des choses pour les bêtes. Moi, je ne sors plus beaucoup, je ramasse bien quelque chose par ci, quelque chose par là. Avant la guerre c’était pas pareil, on n’allait pas chez le médecin comme maintenant... »

112Un pays où l’on parle, où l’on ne vous prend pas forcément au sérieux parce que vous écrivez dans un carnet, où l’on sait se montrer goguenard. Un pays qui a ses hargnes, ses disputes de voisinage, comme partout. Qui veille jalousement sur ses chênes truffiers : « La prochaine fois que j’en vois un dans le bois, je me l’aligne. » Mais le maraudeur est moins menacé que la « tourde », la grive de passage qu’on attend au poste, dans la cahute invraisemblable où quelquefois ronfle un poêle. Et si 1’« estranger » qui s’installe peut être sûr de le rester au moins pendant deux ou trois générations, la distance des origines, des vies, des habitudes n’interdit pas des confiances tenaces, des amitiés pointilleuses.

113Cette aisance à communiquer, à échanger, ne peut être étrangère à la diffusion des savoirs dans la région. Sur 110 personnes rencontrées, 45 connaissent au moins dix plantes et, sur leur nombre, 16 en citent plus de vingt. La plupart du temps avec un ou plusieurs emplois. Ces informateurs n’ont pas un statut « officiel » de guérisseur : il leur arrive de conseiller des plantes, ou « d’avoir une recette » (comme Mmes F. et M., citées plus haut, ou encore Mme S., 75 ans, de Séderon (26), qui prépare une pommade à l’huile et au Sureau contre les brûlures), mais leur pratique est surtout familiale. Ce mode de répartition des connaissances thérapeutiques est loin d’être le cas en toutes régions. Bien souvent, en France, le savoir est très inégalement distribué : de « grands informateurs », qui ont souvent le statut reconnu de guérisseurs, apparaissent comme des spécialistes dans des populations peu au fait des ressources médicinales de leur environnement. Et dans ce cas, il semble bien que la part de la pharmacopée végétale soit faible : le guérisseur est plutôt un magnétiseur qu’un prescripteur de remèdes végétaux.

114L’enquête, au périple quelque peu dirigé par les informateurs eux-mêmes, a surtout conduit à des gens aux compétences reconnues (mais plus souvent par ouï-dire), gens qui finissent par constituer un réseau de possibilités de soins très bien distribué sur toute la région. Si nous ne pouvons prétendre, de ce fait, avoir côtoyé l’échantillonnage moyen de la population rurale de Haute-Provence, il est manifeste que le savoir des remèdes végétaux n’est pas l’apanage d’un très petit nombre. Une anecdote l’atteste aussi : à Limans, petit village voisin de Forcalquier, l’enquêtrice a rendez-vous avec Mme C, 75 ans. C’est un beau jour. Mme C. est assise à l’ombre sur un banc de la place, en compagnie de trois amies. La conversation s’engage avec l’informatrice, qui commence par évoquer l’usage de la décoction d’écorce de Sorbier domestique « pour » la diarrhée. Les amies se mêlent à la discussion : elles aussi connaissent la recette, et en ajoutent d’autres : l’Aigremoine, « bonne pour la circulation », le Bouillon blanc adoucissant, le Petit-Chêne dépuratif, l’Olivier « pour la tension », le Pariétaire « pour les maladies de la vessie », etc. Elles ne s’étaient pas donné le mot. Un parent qui passait et qui s’est arrêté un instant a cité lui aussi un emploi de plante, a conseillé de voir sa mère, qui vit au Contadour. Une enquête en cours (mars 1986) confirme encore la grande extension de la connaissance des plantes-remèdes en Haute-Provence. Axée sur l’usage et la perception traditionnels de l’espace pastoral, elle conduit à des contacts avec des éleveurs. Le seul critère du choix des informateurs est la possession actuelle ou passée d’un troupeau mené en pâturage extensif. Déjà, des savoirs thérapeutiques ont été relevés ; une médicinale nouvelle pour la pharmacopée traditionnelle locale a été identifiée.

115Tous les informateurs connaissent au moins un guérisseur ou une guérisseuse. Il s’agit en général, de gens qui détiennent un ou plusieurs secrets, notamment pour arrêter le feu et soigner les coups de froid. Cinq d’entre eux ont été rencontrés, dont les connaissances et les pratiques diffèrent sensiblement.

116Une réputation peut s’édifier sur une seule recette. C’est le cas de M. A., 60 ans, de Goult (84), qui diffuse une préparation de cinq plantes, transmise par son cousin avant sa mort. Il la prescrit, entre autres, contre la brucellose et certaines dermatoses. A Noyer-sur-Jabron, c’est pour l’eczéma des humains et des animaux qu’on va voir Mme G., 65 ans. Elle a un secret. Chaque année, elle récolte une quinzaine de plantes pour elle et ses proches. Devant sa maison, elle a un petit jardin de simples où l’Aigremoine tient une place de choix. Son mari et son beau-père étaient cueilleurs-distillateurs de Lavande sauvage. Son fils, d’abord étudiant, a repris le métier : il distille aujourd’hui la plupart des aromatiques de la région, toujours récoltées dans leurs sites naturels. A Ferrassières (26), M. F., 65 ans, est, lui, « guérisseur d’animaux » avec une pratique de rebouteux. On porte chez lui les bêtes accidentées. Il connaît les emplois de nombreuses plantes, mais n’en a cité que six, dont le Grenadier (racine contre la strongylose). On sait l’usage millénaire de cette drogue, comme vermifuge, dans les pays méditerranéens (en Haute-Provence, le Grenadier est rarement planté en localités chaudes de basse altitude). Non loin, à Séderon (26), un homme du même âge, M. M., ancien facteur, a mentionné seize médicinales, mais il ne s’en sert pas dans sa pratique. M. M. arrête le feu, le froid, le sang, soigne le zona, l’eczéma, les brûlures graves. L’hôpital des grands brûlés de Grenoble lui envoie des patients. Il use de magie analogique. Ainsi, pour « suturer une entaille au poignet », il dit une prière (secrète) et plante son couteau dans la terre de son jardin ; le sang s’arrête. « Neuf jours plus tard, il n’y a plus de cicatrice ». Le soin des brûlures met en œuvre un rituel voisin.

117Quant à M. M., 84 ans, de Veynes (05), c’est un guérisseur réputé dans toute la région. A peine a-t-il six ans, que sa grand-mère l’emmène avec elle récolter des plantes, lui fait manipuler un squelette avant de lui enseigner l’anatomie. Il est rebouteux-magnétiseur. Ancien cheminot, skieur de la première heure et alpiniste, il se présente lui-même comme le « rebouteux des skieurs » (on venait le chercher à la gare pour remettre les membres démis, réduire les fractures). Il a perfectionné son savoir dans les livres, et son discours précis fait référence à la pensée médicale savante. M. M. connaît de nombreuses plantes qu’il allait chercher en haute montagne (Alpes et Pyrénées) et jusqu’en Bretagne. Il prescrit un mélange dépuratif végétal qu’il prépare lui-même. A 83 ans, dans les Alpes, une chute lui a fait presque perdre la vue. Actuellement il transmet ses connaissances médicinales à une jeune femme, son assistante (M. M. est un informateur « hors terrain » ; s’il est cité ici, c’est que son renom local l’autorise).

118Savoirs médicinaux largement diffusés dans le monde rural, fréquence des guérisseurs dans une région pourtant peu peuplée : la Haute-Provence occidentale atteste encore la richesse des réponses d’une société traditionnelle inventive à la « demande de soins » (et ne sont pas prises en considération ici les recettes qui mettent en jeu des substances d’origine animale ou minérale).

La profession, l’âge, le sexe et la distribution des connaissances

119Dans leur majorité (61,5 %), les informateurs exercent ou ont exercé une profession en rapport avec la terre. Parmi les plus âgés d’entre eux, beaucoup continuent d’avoir une activité à la ferme : le statut de « retraité » n’a guère de sens quand on a la chance de vieillir chez soi et de voir des enfants vous succéder. On les aide, « on se rend utile ». C’était le privilège, en grand déclin, du paysan de la société traditionnelle, quand le travail ne l’avait pas usé prématurément (rude privilège : à Dauphin, M. et Mme V., 80 ans, s’occupaient des vaches et des volailles dès l’aube).

12041 % des agriculteurs associent élevage et agriculture générale. 36 % sont des éleveurs exclusifs ou quasi exclusifs. Cinq personnes (6,8 %) ont pratiqué la récolte des plantes aromatiques. Un couple de charbonniers d’origine italienne (M. et Mme T., 78 et 72 ans, Cruis) étaient les derniers témoins de cette activité (arrêtée en 1945) dans le bassin de Forcalquier. Itinérants, ils ont véhiculé des recettes d’origine extérieure, en particulier du Gard (voir au corpus, « Germandrée Petit-Chêne », code 2315). Ils ont confirmé l’emploi du Plantain « Badasson » dans le Piémont, excluant du même coup l’hypothèse d’un « endémisme » strict de ses emplois en Haute-Provence. A noter aussi, dans les professions associées à l’agriculture, un constructeur d’alambic à Lavande et un ancien négociant en plantes aromatiques. Chez les éleveurs, les troupeaux de brebis l’emportent et concernent surtout les hommes. Les vaches sont localisées dans les zones fraîches à prairies et sources (plaine de Mane, par exemple) ; elles concernent quatre hommes.

121Chez les non-agriculteurs, la présence de quatre institutrices est notable. L’une d’elles, Mlle A., 90 ans, de Montjustin, a exercé son métier en zone de montagne (région de Barcelonnette) sur le mode itinérant ; ce qui, dit-elle, lui a fait apprendre beaucoup de choses. Aucune montagnarde stricte ne figure parmi les plantes citées par Mlle A. « Je n’ai jamais été malade », affirme-t-elle. Trois facteurs (sur 10 hommes non-agriculteurs) attestent aussi qu’un certain nomadisme peut favoriser la connaissance des plantes, en même temps qu’il la diffuse (l’un d’eux, M. M., est guérisseur ; voir plus haut).

  • 17 La publication de l’intégralité des données d’enquête (complétées par de nouvelles investigations s (...)

122En opposition à l’idée courante — et assez souvent vérifiée en France — qui fait des femmes les détentrices quasi exclusives de la connaissance des remèdes végétaux, l’enquête a révélé un large partage du savoir entre les sexes : sur 110 informateurs, 45 sont des hommes et, sur leur nombre, 14 connaissent plus de 10 plantes. Sans doute faut-il faire ici la part de la médecine vétérinaire, qui est surtout de leur ressort ; mais ils n’en connaissent pas moins un bon nombre de remèdes à destination humaine. Sur les 292 données (non anonymes) répertoriées au corpus à propos des 31 plantes dépuratives, 81 (37,6 %) sont fournies par des hommes. Mais savoir ne signifie pas forcément pratique, et l’enquête manque de précision à ce propos : 22 couples ont été rencontrés où le mari est intervenu dans la discussion en ne faisant que paraphraser l’information fournie par son épouse. Il est alors difficile de préciser qui sait, qui soigne. C’est aux mères ou aux femmes de la proche parenté qu’il incombait d’administrer les remèdes aux enfants (voir le texte), mais le soin des adultes, et notamment des traumatismes (plaies, foulures, etc.), est souvent l’affaire des hommes17. Comme l’ont déjà montré quelques exemples, ceux-ci sont parfois les seuls détenteurs du savoir thérapeutique, savoir qu’il leur arrive de transmettre à leur épouse. Ces connaissances, ils peuvent les avoir apprises aussi bien de la mère que du père (M. F., de Valbelle, déjà cité).

123Il serait aventureux, en raison de la minceur des informations disponibles ici, d’essayer d’aller plus loin dans la tentative d’éclairer cette question importante du partage du savoir et des rôles thérapeutiques. Du moins, en rappelant le facteur de doute induit par les couples rencontrés ensemble, peut-on dresser le tableau de la page 67, qui répartit à la fois les connaissances (exprimées en plantes citées) par tranches d’âge et par sexe (chaque trait représente un informateur). En dépit du nombre supérieur des informatrices (65, contre 45 hommes), il autorise des comparaisons fiables et des commentaires d’ordre général. Première constatation, banale dans le contexte français contemporain : la plus grande partie des informateurs a plus de 50 ans ; c’est au-dessus de 60 ans que le savoir est le mieux distribué chez les femmes, au-dessus de 70 ans chez les hommes. On a affaire ici à une génération issue des derniers temps de la société traditionnelle, née dans les années 1910-20.

124La part nettement plus importante des connaissances féminines chez les 60 à 70 ans tient-elle au fait que le processus d’effacement entamé par la guerre aurait affecté davantage les hommes, forcément détournés alors des apports du passé ? Dans cette tranche d’âge, un seul informateur connaît plus de 10 plantes (savoir partagé avec son épouse, fait ici à souligner) alors que onze femmes en citent de 10 à 36. De 70 à 80 ans, le savoir est plus également réparti, avec encore cependant un coefficient de connaissance par informateur nettement plus élevé du côté féminin. Au-dessus de 80 ans, il y a presque égalité de distribution du savoir — sans qu’aucun couple, cette fois, ne soit à prendre en compte. Mais on peut contester la validité d’une comparaison qui porte sur moins de dix personnes de part et d’autre. Au-delà de 90 ans, tranche d’âge qui ne concerne plus que cinq informatrices et un informateur, on peut tout au plus remarquer l’analogie avec le groupe féminin précédent.

125Au-dessous de 60 ans, les informateurs qui citent plus de 10 plantes deviennent minoritaires chez les femmes comme chez les hommes. Du côté masculin, hormis le « grand informateur » au coefficient 28 (M. F., de Valbelle, encore lui), l’informateur au coefficient 15 (M. G., viticulteur de Saint-Saturnin-d’Apt, 84) partage son savoir avec son épouse. Quant à l’homme de moins de 40 ans qui cite 12 plantes (M. M., des Omergues ; cueilleur-vendeur de plantes médicinales, distillateur), c’est un « néo-rural » qui recueille des recettes traditionnelles et consulte des livres.

19. La connaissance des plantes selon l’âge et le sexe, en Haute-Provence occidentale

126Il est probable que ce type de distribution des connaissances par tranches d’âge traduit une situation générale dans la France d’aujourd’hui (et pas seulement en ce qui concerne la thérapeutique végétale). Il témoigne, si besoin est, de l’érosion des connaissances médicinales populaires, et encore ne fait-il état que du nombre de plantes connues par les informateurs et non de celles qui sont encore effectivement usitées : on verrait alors les diagrammes chuter d’un pourcentage appréciable. Pourcentage qu’il était difficile d’établir au vu de l’état du dépouillement actuel de l’enquête ; d’autant plus que des pratiques interrompues peuvent réapparaître sporadiquement (ainsi l’emploi de la Pensée sauvage dans les dermatoses infantiles est-il mis à profit après un recours inutile aux thérapeutiques actuelles, sur le conseil d’une informatrice « qui se souvenait d’avoir vu, dans sa jeunesse... »). De nos jours, chez les gens âgés, c’est surtout l’automédication qui prévaut. La cure dépurative, objet des chapitres suivants, en est l’illustration la plus vivante.

127La figure 19 montre encore une constante notable : dans chaque tranche d’âge considérée, au-dessus de 50 ans, chez les femmes comme chez les hommes (la génération des 60-70 ans faisant exception chez ceux-ci), il y a au moins un « grand informateur » connaissant plus de 20 plantes. A partir de 70 ans, ils sont 8 sur 26 chez les femmes (30,7 %), 5 sur 23 chez les hommes (21,7 %). Sauf une exception, chez les hommes (M. M., cheminot-guérisseur, déjà cité), ce sont tous des agriculteurs. Même si ces quelques chiffres ne prouvent pas a priori que le savoir est aussi bien distribué hors du réseau (d’affinités surtout familiales) que nous avons suivi, ils disent à eux seuls un rapport au végétal peu commun dans notre pays, en un temps où ce grand interlocuteur des sociétés est laissé au soin des paysagistes et des fleuristes, le paysan producteur de la survie étant d’ordinaire oublié.

128Le propos initial de l’ouvrage, que le présent chapitre est venu compléter a postériori, ne permet pas d’explorer plus avant les données d’ordre général relatives à la connaissance et aux pratiques des informateurs. L’étude particulière des dépuratifs n’ira pas sans retours fréquents à certains thèmes abordés ici. La perception du corps et de la maladie, l’invention locale en regard du « fonds commun » de la thérapeutique végétale ne seront perçus que dans leur rapport avec les 31 plantes que j’ai jugé bon de privilégier, et qui ne sont pas forcément les plus exemplaires en ces divers domaines. Ce qui précède devrait pourtant suffire à asseoir le décor où se jouent encore les pratiques millénaires du renouvellement.

129Sans doute s’agit-il en grande partie de survivances. Au tableau des âges qui figure plus haut (fig. 19), certains traits seraient à effacer déjà... Et si le renouvellement du sang a toujours des fidèles, la transmission du savoir devient anecdotique. Au Revest-du-Bion, M. et Mme J. (72 et 54 ans) apprennent à leur fille de 19 ans ce qu’ils ont hérité de leurs parents. A Mane, la fille de Mme C, 15 ans, a le même privilège. Mme G., de Saint-Saturnin-d’Apt (84), consulte des livres, est attentive aux recettes éprouvées par les voisins. A Sault (84), Mme B., 46 ans, expérimente, soigne... Mais l’emprise de la vulgarisation actuelle finira nécessairement par être la plus forte. Une nouvelle inventivité, déjà parfois décelable, verra le jour, qui dépendra sans doute beaucoup moins du traditionnel que de la phytothérapie contemporaine. Reste à espérer la permanence du partenaire végétal, lui aussi menacé de vieillissement, et qu’il y ait toujours, bien en-deçà des livres, le premier dialogue de mars à l’abri du talus.

Notes

1 Ce chapitre de généralités se réfère pour l’essentiel à l’ensemble des données d’ordre ethnopharmacologique recueillies au cours de l’enquête 1982-83 en médecine humaine comme en médecine vétérinaire. Par « donnée », j’entends toute expression de propriété ou d’indication thérapeutique. Les chapitres suivants s’en tiennent aux seules informations associées aux 31 plantes qualifiées de « dépuratives ». Rédigé peu avant la mise sous presse, en février 1986, ce texte complémentaire peut développer certains points seulement évoqués par la suite. Qu’on veuille bien excuser des redites que le contexte n’aura pas toujours permis de supprimer.

2 Le Lavandin, Lavandula x Burnati, est l’hybride, ordinairement stérile, de la Lavande Aspic méditerranéenne, Lavandula latifolia, et de la « Lavande fine » collinéenne-montagnarde, L. angustifolia ( = Lavandula officinalis). Celle-ci produit l’huile essentielle de meilleure qualité (parfumerie), mais avec un rendement bien moindre que le Lavandin, dont l’essence à dominante camphrée a des usages surtout industriels (poudres à laver, etc.).

3 Citation tirée de Reparaz, A. de, et al., Nouvel atlas rural de la région PACA, t. 2 : Cartes analytiques, (Marseille, CNDP, 1985).

4 Source : Lure et Plateaux, bulletin du Syndicat intercommunal à vocation multiple (S1VOM) du pays de Forcalquier, n° 5 et 6, 1984-85.

5 Le Catalogue raisonné des plantes vasculaires des Basses-Alpes, de L. Laurent (1935-40), est malheureusement incomplet. Son achèvement est en cours sous l’égide de l’Université de Provence (Service des publications, 2, avenue R. Schumann, 13621 Aix-en-Provence Cedex). Dans mes « données préliminaires » sur les plantes médicinales rares de la région (1984), on trouvera la bibliographie floristique détaillée qui intéresse notre terrain.

6 De rudus, ruderis, « décombres ». Par extension, plante des lieux habités.

7 « Badasse », terme générique, désigne les sous-arbrisseaux en touffe des pelouses pâturées, et par extension, parfois, le site lui-même, habituellement qualifié de « badassière ». Ce terme s’applique souvent au Thym. La « Badasse blanche » est la Dorycnie, Dorycnium pentaphyllum = D. suffruticosum, dit aussi Faux-Thym. « Badasse brune », dans le pays d’Apt, est le nom le plus fréquent du « Badasson » (Pays de Forcalquier), le Plantain ligneux Planlago sempervirens (Plantaginacées).

8 Neuf d’entre elles n’ont que des applications vétérinaires et sont donc exclues des analyses proposées dans ce livre, qui s’en tient aux seules données relatives à la médecine humaine. Nous disposons encore d’informations sur 3 plantes non identifiées et, de ce fait, non prises en compte ici.

9 E. Hunn, cité par B. Meilleur, confirme « que ce pourcentage de 15 % se compare très favorablement au même ratio chez les chasseurs-ramasseurs en général ». A noter que la prise en compte des « noms sans usage » en Haute-Provence, noms en cours d’inventaire, donnera un taux d’ethnobotanicité global probablement voisin de 18 %.

10 Leur écologie et leur distribution sont en cours d’étude sous l’égide du Centre d’information et de réflexion sur l’environnement végétal (Association EPI-CIREV, 04300 Mane). Les espèces rares ont déjà fait l’objet d’un pré-inventaire détaillé : voir Lieutaghi, 1984.

11 Cité in C.R. du Congrès de la Fédération historique de Provence, Sisteron, octobre 1970, Provence historique, t. XXI, 1971, fasc. 85, p. 258.

12 Ainsi ignore-t-il ce massif en parlant du Pied-de-chat, qu’il indique pourtant au Ventoux, où la plante existe toujours. Seule allusion vraisemblable, mais indirecte, à Lure, à propos de l’Alchémille des Alpes : « Le R. Père Plumier, Minime, m’apporta cette plante qu’il avait trouvée aux environs du village de Manne. » (op. cit. : 15.) L’écologie de cette Alchémille lui interdit de croître ailleurs qu’à Lure, « aux environs de Mane » ; nul doute que la montagne aurait été nommée si elle avait été un lieu de cueillette connu du médecin aixois.

13 « Il seroit à propos que ceux qui ordonnent les plantes et ceux qui les préparent, les connussent assez bien pour prévenir les terribles inconvénients qui arrivent tous les jours par les méprises des Herboristes grossiers et ignorans (...). La plupart des Herboristes ne connaissent qu’un petit nombre de plantes que les gens des campagnes leur apportent dans la saison favorable ; ils ne les distinguent que par des noms corrompus... » (Chomel, 1782 : XXXIII-IV).

14 Voir à l’annexe I.4 le détail des propriétés citées dans l’enquête, et l’annexe II (corpus des données) pour les indications des plantes dépuratives. Un corpus ultérieur publiera l’ensemble des données qui ne figurent pas dans ce livre.

15 La Sauge et le Thym devraient occuper une place plus élevée dans la hiérarchie du tableau des « grandes médicinales » : ce sont des plantes connues de tous les informateurs, et plus employées, du moins comme digestives, que ne le montre l’enquête. Celle-ci, comme l’explique la préface, était conduite par des impératifs qui dévalorisaient les savoirs « banals », de ce fait parfois négligés.

16 Au moment de remettre ce chapitre à l’impression, me parvient le numéro spécial, « Ethnobotanique », du Courrier des médicinales en montagne (n.s., n° 4/5, janvier 1986 - Fondation NEMO, Usine du Pont-de-Fer, 30460 Lasalle). S’y trouve, outre une utile mise au point de J. Dos Santos sur la discipline elle-même, un article de Françoise Debelle, « Plantes et féminité : première réflexion sur le Languedoc et tableau comparatif entre régions » (10 p.). C’est encore une incitation à tenir compte des « différences significatives entre savoirs locaux ». A noter que la thèse de J. Idoux y sert aussi de contrepoint aux informations du domaine occitan.

17 La publication de l’intégralité des données d’enquête (complétées par de nouvelles investigations sur le terrain) permettra de préciser davantage la part des pratiques plus spécialement « féminines » et « masculines », et, nous l’espérons, d’éclaircir les points les plus litigieux du présent travail.

Notes de fin

1 En italique, les plantes qualifiées au moins une fois de dépuratives

2 Propriétés exprimées par les informateurs eux-mêmes et propriétés établies au vu des indications, sont ici confondues.

Table des illustrations

Légende 3. Montagne de Lure. Sapins du versant nord, sous les crêtes, vers 1 700 m, et bassin moyen du Jabron. Au fond, les Baronnies méridionales.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Légende 4. Ongles, village du pied ouest de Lure. Ce village jouit d’une situation abritée qui permet la culture de l’Olivier, ici sur son extrême limite nord dans le bassin de Forcalquier. Dans l’olivette, où les arbres ont été « rechaussés » par des apports de terre, on récolte la « Doucette des lavandes » (le Pissenlit, Taraxacum obovatum) et la « Galineta » (Podospermum laciniatum), « salades des champs » de la famille des Composées. Dans les prés acides, milieu peu fréquent dans la région, abondent le « Mourre de porc » (la Porcelle, Hypochoeris radicata) et le « Barbabou » (Salsifis des prés, Tragopogon pratensis). Au fond, le « saltus », parcours à aromatiques, landes et bois clairs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 900k
Légende 5. Jeunes rameaux et chatons de Chêne blanc (ou Chêne pubescent, Quercus pubescens) en avril
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Légende 6. Causse à Buis et vieux Chêne blanc. Vestige de l’ancien peuplement forestier, montagne de Lure, Pas des portes, 1 100 m
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Légende 7. Montagne de Lure. Sommet de la hêtraie-sapinière de la face sud Vers 1 700 m. Le Genévrier couché (Juniperus communis ssp. hemisphaerica) fait de vastes taches lenticulaires qui tendent à fixer la rocaille ébouleuse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 8. Parcours-lande de basse altitude à la fin de l’hiver (St-Michel-l’Observatoire, 04). Pelouse d’aromatiques (Thym, Lavande Aspic) envahie par le Genévrier commun, qui a ici un port prostré (au centre) et par le Genêt cendré (1er plan). Au fond, taillis maigre de Chêne blanc, où quelques pieds âgés étaient préservés pour le bois d’œuvre et la glandée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Légende 9. Le parcours est le lieu de rencontre avec la flore sauvage (et avec le gibier : ici, le fusil remplace la houlette !). 23 des 114 médicinales spontanées recensées dans l’enquête y sont cueillies, dont la majorité des aromatiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Légende 10. Marrube, Marrubium vulgare (Labiées)Le Marrube fait partie des plantes « nitrophiles », exclusives ou quasi exclusives des sols enrichis en nitrates par les troupeaux. De surcroît il n’est pas brouté, et ses calices fructifères sont transportés dans les toisons. Il colonise ici les abords d’une bergerie temporaire à Lardiers (04), vers 900 m.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 11. Salades des champs. La pelouse sèche pâturée est riche en salades des champs, qui appartiennent pour la plupart à la famille des Composées. Encore faut-il savoir les distinguer aussi aisément que le font les récolteurs traditionnels. Ici, à côté de l’excellente « Doucette des lavandes » (le Pissenlit, Taraxacum obovatum, à dr.), dite aussi « Cul-blanc » parce que sa base est souvent étiolée, la Laitue des vignes, Lactuca viminea, est une herbe très amère, à suc laiteux, non récoltée (à comparer à la Laitue vivace, fig. 42). La pièce de 1 F donne l’échelle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 12. Une « salade d’iode » dans une jachère de 9 mois le Crépis fétide, Crepis foetida. En dépit de son extrême amertume, cette Composée très commune est parfois récoltée pour la salade.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende 13. « Mourre de porc », Porcelle, Hypochoeris radicata (Composées) salade prostrée des prés acides
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 14. Plantain Oeil-de-chien ou « Badasson ». En dépit du qualificatif botanique actuel de sempervirens (« toujours vert »), le Plantain Oeil-de-chien ou « Badasson » (ex-Plantago Cynops) fait en hiver des touffes d’apparence « grillée » qui lui valent son nom vauclusien de « Badasse brune ». Ici, dans une « badassière » abandonnée par le troupeau, où les Graminées progressent (au premier plan, Fléole noueuse), où les Chênes s’installent (St-Michel-l’Observatoire, 04).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 15. Les plantes médicinales de Haute-Provence dans leurs rapports avec les milieux et l’activité humaine
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende 16. Dernière trace des herboristes de Lure. Un sirop dépuratif fabriqué à Manosque dans les années 1930 (document aimablement communiqué par Pierre Martel).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende 17. Grande Gentiane, Gentiana lutea (Daléchamps 1653)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Tableau 1. Plantes cultivées d’emploi médicinal en Haute-Provence Par ordre de fréquence des données recueillies
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Tableau 2. « Médicinales majeures » de Haute-Provence occidentale1
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende * En italique, les plantes qualifiées au moins une fois de dépuratives
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Tableau 3. Fréquence des « médicinales majeures » par milieux
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 4. Répartition des propriétés principales des « grandes médicinales »2
Légende * Propriétés exprimées par les informateurs eux-mêmes et propriétés établies au vu des indications, sont ici confondues.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 5. Comparaison des médicinales majeures de la Moselle et de la Haute-Provence
Légende * Entre parenthèses, indice des plantes exclues des « médicinales majeures ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende 18. Mme F., de Reillanne (04), raconte ses cueillettes — et sa jeunesse de paysanne bas-alpine — sur le chemin où elle a son « coin » d’Épervière Piloselle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende 19. La connaissance des plantes selon l’âge et le sexe, en Haute-Provence occidentale
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2311/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 862k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search