Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Première partie. Les sites

Chapitre 13. L’établissement du Pont des Ânes (Baillargues, Hérault)

Alexandrine Garnotel

Texte intégral

13.1 Introduction

1Dans la plaine languedocienne, à l’est de Montpellier, le site du Pont des Ânes est en bordure du chemin de Nîmes qui le longe au sud, et à environ 500 m à l’ouest du ruisseau du Bérange (fig. 93). Il est installé dans un horizon de limon argileux brun-rouge très homogène et compact dit « sol rouge fersiallitique ». Ces terres, propices aux cultures, recouvrent le substrat constitué d’un horizon d’argile jaune à inclusions calcaires incluant des poches de cailloutis fluviatile pris dans une argile rouge. Ce substrat porte le nom local de taparas. En outre, le site occupe l’extrémité sud-est du territoire de Baillargues, limitrophe de Mudaison au sud et de Saint-Brès à l’est. L’examen des cadastres napoléoniens révèle que, dès 1810, cette partie de territoire du Pont des Anes est cédée à Baillargues par la commune de Mudaison dont il dépendait antérieurement.

FIG. 93
Baillargues/Pont des Ânes : localisation du site.

2Deux occupations successives ont été reconnues : de la première ont été vus des fosses, des fossés, un bâtiment et un four associés à des mobiliers du vie s., de la seconde seulement un dépotoir du xie s. L’une et l’autre n’ont livré que des vestiges lacunaires, notamment parce qu’elles s’étendent en partie hors emprise.

13.2 Un petit habitat rural du vie siècle

13.2.1 Les aménagements agraires

3Quelques saignées de culture, fossés et fosses témoignent des activités agraires qui caractérisent l’occupation du site.

4Un ensemble de huit petites tranchées oblongues correspond à autant de saignées de culture. Elles sont groupées et présentent individuellement des dimensions variant de 0,70 à 0,90 m de longueur pour une largeur moyenne de 0,20 m et une profondeur conservée de 0,10 m (saignées A : fig. 94). Elles peuvent être associées à cinq autres creusements semblables découverts lors des premiers sondages archéologiques opérés sur ce site, à proximité et au nord de l’extrémité occidentale du fossé B (Roger 1995). Elles sont en majorité orientées E-O, seules deux d’entre elles sont orientées N-S. Elles se répartissent de part et d’autre du fossé B, dont on ne sait s’il leur est contemporain ou postérieur. L’orientation des saignées est légèrement divergente de celle du fossé, laissant penser qu’elles ont pu s’aligner sur une autre limite dont aucune trace ne nous est parvenue. Leur disposition semble épouser un angle de parcelle disparu. Plusieurs exemples de ces saignées de culture sont connus dans la région notamment à Lunel / Dassargues, Hérault (Garnier et al. 1995) ainsi qu’à Maugio/La Mougères de Vauguières, Hérault (Garnotel, Garnier 1993). Ce type d’aménagement correspond à un défonçage destiné à favoriser la pénétration des racines dans l’encroûtement calcaire du substrat et donc un enracinement plus profond des cultures, probablement de la vigne.

FIG. 94
Baillargues/Pont des Ânes : plan général des vestiges. A saignées de défonçage ; BC fossé ; DE mur ; F four ; G fosse ; l’ensemble de fours.

5Cet ensemble n’a livré qu’un fragment de céramique sableuse réductrice qui ne suffit pas pour proposer une datation.

6Le fossé B, percé selon une orientation approximativement E-O, coupe le secteur des saignées de défonçage/plantation. Les récents travaux menés par G. Chouquer ont montré la présence probable d’un réseau cadastral Nîmes B fossoyé sur plusieurs parcelles immédiatement au sud-ouest du site (Chouquer 1995). Il se peut que le fossé B, qui suit une orientation similaire, appartienne à ce réseau.

7Dans le comblement du fossé ont été trouvés des tessons de céramique du ve s. de notre ère.

8Un second fossé, C, s’inscrit en retour du précédent. Avec lui, il signe un déplacement d’environ 2 m vers le nord et de quelques décimètres vers l’ouest de l’angle de parcelle dessiné par les saignées de défonçage.

13.2.2 Les vestiges bâtis

9À l’est de l’emprise, un mur est conservé qui appartient probablement à un bâtiment occulté en majeure partie par le chemin agricole au sud de l’emprise (mur D : fig. 94). Orienté E-O, le mur est conservé sur 11 m de long. Il a une largeur de 0,80 m. À l’extrémité orientale, où il est bien conservé, il présente un double parement avec un blocage au centre. Sa maçonnerie est constituée de blocs de calcaire froid et de blocs de molasse. On note la présence d’un dormant de meule en réemploi dans la fondation. Au sud du mur, deux couches, interprétées comme des sols de terre battue successifs, ont été observées sur une surface très réduite. Elles semblent correspondre à des sols intérieurs.

10On peut supposer que le mur constitue la façade nord d’un petit bâtiment qui se développe hors emprise, selon un plan exigu. En effet, on n’observe pas de vestige bâti au sud de la desserte, dont la largeur n’excède pas 3 m. Il pourrait s’agir d’une annexe agraire, d’un habitat permanent ou saisonnier, lié aux travaux des champs.

11Un second mur est conservé, quelques mètres à l’ouest du bâtiment. Il suit une orientation différente et son mauvais état de conservation empêche d’en saisir la fonction (mur E : fig. 94).

12À une dizaine de mètres au nord du bâtiment, le four F est construit en terre ; il recoupe le fossé B (fig. 94). On note la disposition rigoureusement perpendiculaire du four par rapport au fossé, la porte de l’un installée dans le creusement de l’autre. Ceci laisse supposer que l’emplacement du four F est lié à une limite toujours vive, héritée du fossé et donc que l’aménagement du four succède de peu au remblaiement du fossé.

13Le four nous est parvenu dans un état de conservation satisfaisant hormis pour sa partie supérieure, arasée par les labours (fig. 95). Il est constitué de deux grandes fosses contiguës orientées N-S. La fosse septentrionale est la chambre de cuisson, l’autre, la fosse-cendrier, permet d’y accéder et en reçoit la vidange. L’ensemble est creusé dans le sol et entame le substrat. La chambre de cuisson est circulaire, d’un diamètre de 1,30 m, et ses parois se prolongent en un dôme creux composé d’argile, conservé sur 0,40 m de hauteur. L’intérieur de la voûte est tapissé d’une couche d’argile rougie et durcie par le feu. La sole est plane et forme une légère cuvette vers l’entrée, elle présente une surface irrégulière, recouverte d’argile rubéfiée. L’utilisation de ce four est marquée par une fine couche de charbons sur la sole, témoin de sa dernière utilisation, située, par le mobilier céramique, à la fin du ve ou au début du vie s. On note la présence d’un petit emmarchement de 5 cm entre la sole et la fosse-cendrier.

FIG. 95
Baillargues/Pont des Ânes : le four F vu de l’est, avant la fouille de sa fosse-cendrier

14La bouche ou porte de ce four s’ouvre vers le sud (vers le bâtiment donc), directement dans la fosse-cendrier. L’empreinte dans le sol permet d’estimer la largeur de cette porte à 0,45 m, sa hauteur peut être évaluée à 0,40 m, l’épaisseur du bâti est de 0,40 m. Elle est renforcée par deux piédroits latéraux. L’un de ces piédroits subsiste, il est fait de gros blocs grossièrement agencés en calcaire tendre ou en pierre froide posés de chant ou à plat contre le flanc de la fosse, incliné ici de 30° vers l’intérieur. L’ensemble est lié par de la terre argileuse compacte, du cailloutis de petit calibre et des fragments de tuile. En vis-à-vis, on observe l’empreinte du piédroit effondré dont les constituants sont certainement à rechercher dans l’accumulation de gros blocs sur le point bas de l’ouverture. Ces piédroits supportaient soit un linteau soit un arc formant la partie supérieure de la porte.

15La fosse-cendrier est un creusement en rectangle grossier de 1,40 m sur 1,20 m, aux angles arrondis, aux parois quasiment verticales et au fond concave. Le fond, à cinq centimètres au-dessous du niveau de la sole, est en pente vers le sud ; le point bas étant à l’opposé de l’ouverture du four. La fosse-cendrier est progressivement comblée par les résidus de combustion dont il est difficile de savoir s’ils subissent de fréquents curages. Les cendres sont abondantes vers l’ouverture, alors que les couches charbonneuses sont plutôt périphériques, mêlées aux apports de terre résultant de l’érosion des flancs de la fosse. En fin d’utilisation, l’accès au four ne se fait plus que par un chenal creusé dans le comblement.

16Ce type de four est connu dans le bassin de Lunel-Mauguio, à Dassargues où plusieurs exemplaires ont pu être étudiés (Garnier et al. 1995). Il s’agit de fours domestiques destinés à la cuisson du pain, leur taille laissant penser qu’ils servent à l’ensemble d’une communauté. L’exemplaire du Pont des Anes présente des caractéristiques structurelles identiques à celles des fours observés à Dassargues, avec un état de conservation bien meilleur.

17Une grande fosse (G) recoupe le fossé B à son extrémité orientale ; elle est à quelques mètres du four. Elle présente un aspect particulier par sa taille, sa forme oblongue et la régularité de sa profondeur (fig. 96). Elle mesure 5,80 m de long sur 1,50 m de large. Le creusement entame le taparas sur 0,30 m de profondeur. Le fond est plat, les parois sont presque verticales. Le comblement, hétérogène et meuble, est composé de limon argileux brun foncé à noir mêlé de charbons de bois, de fragments de tuiles et de moellons de calcaire et de cailloutis. Y était conservé du mobilier du vie s., la présence de céramiques à pisolithes pouvant plutôt indiquer la première moitié du siècle. Au premier abord, il était tentant d’y voir le creusement d’un deuxième four, d’autant plus que ce type de four domestique est souvent retrouvé en batterie et que le four F et la fosse G du Pont des Ânes présentent la même orientation et les mêmes indices de datation. La fonction de cette fosse reste difficile à cerner. N’est-elle que le négatif d’une activité d’extraction de l’argile du taparas ? Faisait-elle office de cave ? Et dans ce cas quel type de couverture faudrait-il lui attribuer ? On peut aussi lui supposer une fonction de bassin de décantation. Seule certitude, le comblement de cette fosse atteste qu’elle a été utilisée en dernier lieu comme dépotoir.

FIG. 96
Baillargues/Pont des Ânes : la fosse G vue du nord-ouest, avant sa fouille.

18L’existence d’un petit bâtiment avec ses deux sols successifs, la proximité du four, voire de deux fours, incitent à reconnaître dans le site du Pont des Anes un petit habitat. Les indices de datation associés au four et à la fosse voisine désignent le vie s. comme période d’utilisation. Le fossé en L, peut-être déjà associé au bâtiment, fait remonter la datation au ve s., et le mobilier de trois fosses voisines retrouvées lors du diagnostic montre que l’occupation agraire a duré jusqu’au viie s. au moins. On est peut-être ici en face d’une dépendance d’un hameau ou village voisin, les informateurs locaux ayant rapporté l’existence de tombes à 300 m au nord-ouest du site. Si la documentation reste trop lacunaire pour en tirer d’autres arguments, la comparaison avec d’autres sites peut éclairer cette hypothèse. Ce type de bâtiment est en effet connu à Dassargues (Lunel, Hérault) où deux cabanes excavées ainsi qu’un édifice rectangulaire de plain-pied, utilisés entre le ve et le viie s. ont pu être interprétés comme des annexes agricoles (Garnier et al. 1995 ; Mercier, Raynaud 1995). Ces constructions vernaculaires sont situées à proximité de l’habitat, dans un contexte d’exploitation agraire dense, similaire au Pont des Ânes.

13.3 L’occupation au xie siècle

19Aucun vestige, relatant l’occupation du secteur entre le vie et le xie s. n’est conservé, soit parce que le secteur s’est trouvé déserté, soit plus probablement parce que l’occupation agraire de ces siècles n’a pas laissé de trace sur l’emprise de la fouille.

20En revanche, l’occupation du xie s. est connue par la découverte d’un dépotoir constitué de plusieurs fosses. Les fosses I, situées au sud-ouest, le long du chemin actuel, ont été colmatées par des rejets d’origine domestique, riches en cendres et en mobilier céramique, ce qui laisse penser à la proximité d’un habitat et donc à une occupation du site perdurant dans le Moyen Âge classique. Le lot de céramique trouvé dans ces fosses se démarque nettement de l’ensemble précédent avec un faciès médiéval. Des études récentes, non encore publiées, placeraient plutôt ces céramiques au xie s.

13.4 Conclusion

21Le site du Pont des Ânes témoigne d’une occupation rurale du secteur, permanente ou discontinue, du ve au viie s. puis au xie s. Les deux sites observés se développent largement hors emprise, limitant les possibilités d’interprétation.

22Les aménagements du vie s. indiquent que les lieux ont été habités par une petite communauté. L’exiguïté du bâtiment incite à penser qu’il s’agit d’un habitat saisonnier lié aux travaux des champs : une annexe agraire qui dépendrait d’un habitat plus important dans le voisinage. Toutefois il n’est pas complètement certifié que le bâtiment du vie s. soit isolé, qu’il n’existe pas dans ses abords immédiats un ou plusieurs autres bâtiments, même si la prospection pédestre systématique menée sur les parcelles jouxtant le site est restée totalement négative. On sait en effet le peu de traces que laissent ces habitats au sol.

23La relation entre le premier site et l’occupation du xie s. n’est pas établie. On peut considérer que le dépotoir du xie s. témoigne d’un habitat qui s’est développé à partir du noyau initial du vie s., à l’image du hameau de Dassargues, progressivement constitué depuis l’occupation modeste du ive s. Mais la superposition des deux occupations du Pont des Ânes relève peut-être du hasard. Seuls des décapages extensifs auraient permis de livrer les éléments nécessaires à l’analyse de la succession des occupations.

242000

Table des illustrations

Légende FIG. 93 Baillargues/Pont des Ânes : localisation du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23088/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 94 Baillargues/Pont des Ânes : plan général des vestiges. A saignées de défonçage ; BC fossé ; DE mur ; F four ; G fosse ; l’ensemble de fours.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23088/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 95 Baillargues/Pont des Ânes : le four F vu de l’est, avant la fouille de sa fosse-cendrier
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23088/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 96 Baillargues/Pont des Ânes : la fosse G vue du nord-ouest, avant sa fouille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23088/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Auteur

Docteur en archéologie médiévale, diplômée de l’université de Provence

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search