Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Première partie. Les sites

Chapitre 12. Habitat et terroir du ive au xiie siècle à Saint-Gilles le Vieux (Aimargues, Gard)

Odile Maufras et Catherine Mercier

Texte intégral

12.1 Introduction

1Le site de Saint-Gilles le Vieux (Aimargues, Gard), à mi-chemin entre Nîmes et Montpellier, est établi dans l’arrière-plaine littorale languedocienne, entre les collines de la garrigue nîmoise au nord et le plateau de la Costière du Gard au sud (fig. 80). Il est en bordure de la vallée du Vidourle, sur la rive gauche d’un cours d’eau secondaire, la Cubelle, et à l’aplomb de leurs alluvions limoneuses propices à l’agriculture.

FIG. 80
Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : localisation du site.

  • 1 – Prospections inédites de F. Favory (université de Besançon), C. Raynaud (CNRS) et K. Roger (Afan)

2Ce milieu naturel varié n’a pas manqué d’attirer un habitat. Connu depuis les prospections de 19931, celui-ci se trouve au carrefour de trois axes routiers anciens (fig. 81) : la voie nord-sud qui relie l’arrière-pays à la côte (actuelles RD 378 et RN 313) et les circulations est-ouest du Garni Roumieu (actuelle RN 113) et du chemin d’Aigues-Vives (Hamlin 1983 : 324v ; Chouquer 1995 : 26).

FIG. 81
Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : le site et les villae voisines.

3Les étapes d’occupation sont caractéristiques de la région. Le mobilier de prospection révèle des indices d’une présence ténue à l’âge du Fer, puis un peu plus importante au Haut-Empire. Après un hiatus, les vestiges sont plus conséquents à partir de la seconde moitié du ive et au ve s. L’occupation est apparemment continue ensuite, avec une déprise progressive et l’abandon au xiie s.

  • 2 – L’opération archéologique, motivée par la construction de la ligne TGV-LN5, a été prescrite par l (...)

4Lors du dépouillement du cadastre napoléonien de la commune d’Aimargues, la simple mention d’un « pont Saint-Gilles-Vieux » a autorisé une identification du site. Le dépouillement des textes modernes a confirmé cette dernière car, en 1659, une mention associe l’église Saint-Gilles Viel à des repères topographiques, en l’espèce des chemins. Par récurrence, cette mention peut être rapprochée de celle de la villa Sancti Egidii Veteris en 1202, de ï’ecclessia Sancti Egydii de Missiniaco en 1119, puis de la villa Missignaco en 1007. L’intervention archéologique menée en 19952 s’est traduite par l’ouverture du terrain sur une bande de plus de 170 m de long pour environ 40 m de large, soit près de 7 000 m2 ; elle n’a pas touché directement le centre du site, mais ses abords (fig. 81). Y ont été découverts des éléments du parcellaire antique et du parcellaire médiéval, quelques structures de combustion et un grand nombre de fosses du Moyen Âge, principalement dévolues à l’ensilage et réparties en secteurs distincts. Ces aires, notamment parce qu elles ont également constitué une zone de rejet, ont livré une documentation qui permet d’éclairer quelques aspects de l’habitat limitrophe et de l’insérer dans le contexte local de l’occupation du sol. Elles apportent aussi, après les résultats des fouilles voisines de Lunel-Viel et de Lunel / Dassargues (Hérault), une illustration supplémentaire de la campagne médiévale et des structures de l’habitat entre Lunellois et petite Camargue depuis le ive jusqu’au xiie s.

12.2 Contexte régional et histoire du site

  • 3 – Cette synthèse reprend partiellement les éléments d’un DEA (Mercier 1995) et les premiers résulta (...)

5Le cas de Saint-Gilles le Vieux illustre bien l’apport du croisement des données d’une archéologie extensive. Les résultats des prospections réalisées sur les deux rives du Vidourle depuis une quinzaine d’années permettent de proposer une carte archéologique par période et de placer le site dans le contexte d’évolution du peuplement régional. De même, le dépouillement des textes médiévaux éclaire l’histoire du site depuis la mention de la villa et de son territoire au xie s. jusqu’à sa désertion et son morcellement aux xiie-xiiie s.3.

12.2.1 L’évolution du peuplement

  • 4 – Près de 5000 fragments de céramiques, de verrerie, de lampes à huile, d’objets de toilettes (épin (...)

6L’occupation est modeste dans la région pendant les iie et Ier s. av. J.-C. et seuls quelques sites franchissent le changement d’ère. En revanche, à partir des années 50 de notre ère, la multiplication des centres d’habitat ex nihilo témoigne d’une phase de colonisation liée au défrichement des terres. Ce sont quelques villae et habitats groupés importants très attractifs comme Lunel-Viel et Ambrussum à Villetelle (Hérault), ou encore probablement le site du Cailar/ Les Virunes (Gard) desquels dépendent de nombreux petits établissements, fermes et annexes agraires (Fiches 1989 ; Favory et al. 1994a : 159-160 ; 1994b). Attestée à cette période, l’importance de l’habitat antique de Saint-Gilles le Vieux ne peut être mesurée exactement : une villa, une ferme ? La grande quantité et la qualité du mobilier trouvé en fouille dans un fossé-dépotoir4 des années 50-150 (Barberan et al. 1996 : 39-48) permettent d’exclure la présence unique d’une annexe agraire et d’envisager un véritable établissement, mal cerné car localisé dans des parcelles aujourd’hui incultes et impropres à la prospection.

7Cet habitat antique semble avoir disparu dans la seconde moitié du iie s. Les données ponctuelles obtenues lors de la campagne de fouille, confortées par celles résultant de prospections menées en 1993, montrent que le site est occupé durant les Ier et iie s. puis probablement déserté pendant plus d’un siècle. Ce phénomène est fréquent dans la région : environ la moitié des sites occupés depuis le milieu du ier s. sont désertés avant la fin du iie s. Il faut éviter d’interpréter ce recul comme un signe de déclin démographique, ce mouvement trahissant plutôt un resserrement dans des habitats groupés préexistants, peut-être des agglomérations secondaires, sièges de circonscriptions territoriales, qui s’en trouvaient renforcés aux dépens de l’habitat dispersé (Favory et al. 1994a : 130). Cette situation est remise en cause à une période indéterminée, probablement dès l’Antiquité tardive qui voit l’apparition d’un nouveau réseau d’habitats.

8Celui-ci s’annonce à la fin du Bas-Empire : redistribution de l’habitat avec subsistance d’établissements anciens et créations nouvelles. Saint-Gilles le Vieux est probablement de nouveau occupé par un habitat à partir du ive s. Là encore, les résultats des fouilles et des prospections se rejoignent pour souligner la présence non négligeable de mobilier de l’Antiquité tardive puis du haut Moyen Âge. Saint-Gilles le Vieux appartient au groupe des sites qui se maintiennent ensuite. En effet, comme pour la période précédente, si l’on note un nombre important de sites créés aux ive-ve s., ceux qui sont désertés le sont également. Les désertions concernent des sites nouvellement apparus et des établissements anciens dont la fondation date du ier s. Il semble, hormis le cas de Lunel-Viel, et peut-être celui des Virunes, qu’aucun site créé au début de notre ère ne soit occupé après les ive-ve s. (Favory et al. 1994a). Quant à Ambrussum, l’occupation se réduit considérablement au iiie s., le site étant définitivement déserté au cours du ive s. (Manniez, Fiches 1995). Comme au Haut-Empire, dans l’ensemble de la région, ces désertions sont la conséquence d’un rassemblement des populations dans quelques centres d’habitat plus attractifs au détriment des petits établissements (Raynaud 1989 ; Raynaud 1990 ; Favory et al. 1994b ; Mercier 1994 ; Mercier, Raynaud 1995 ; Mercier à paraître).

9La période suivante ne marque pas de changement particulier, mais poursuit le processus : pas de création mais encore de nombreux abandons au vie s. puis une stabilisation à partir des viie-viiie s. En totalité, dans toute la région étudiée, une quinzaine de sites présentant des indices de densification de l’occupation à partir des ve-vie s. ont été repérés en prospection ; Saint-Gilles le Vieux en fait partie. Il s’agit de grands habitats –villae ou agglomérations disposant d’une église– installés sur plusieurs hectares, occupés pendant une longue durée, de la fin de l’Antiquité à la fin du haut Moyen Âge. Ces sites sont représentatifs d’un processus majeur dans la dynamique de peuplement en Languedoc oriental : l’émergence de l’habitat groupé durant l’Antiquité tardive et la genèse du village médiéval. Dassargues, site voisin de Saint-Gilles le Vieux, en constitue un bel exemple avec des résultats de fouille et des études des textes qui éclairent cette évolution (Garnier et al. 1995).

10Durant les ixe-xe s. apparaissent les grands habitats qui complètent le réseau des villae d’origine antique tardive, ainsi que de nombreux petits habitats dépendant des précédents. À partir de cette période, la connaissance des habitats majeurs est considérablement enrichie par les données textuelles : en 813, mention des villae Armacianicus (Aimargues), Teliano (Teillan), Malas-Pelles (Malaspels) [Aimargues, Gard], etc. et de divers biens situés dans leur territoire (Devic, Vaissette 1872-1892 : II, cc 78). La plupart de ces villae deviennent chefs-lieux de paroisse : en 1096, une donation concerne des biens in parrochia et in ejus terminio de Lunello Vetere (Lunel-Viel), de Adaznegues (Dassargues) [Cassan et al. 1900-1910 : 222], Dans certains cas, il n’y a aucune certitude : le statut ancien indéfini de Saint-Gilles le Vieux fait l’objet d’une longue querelle infructueuse entre les chapitres de Montpellier et d’Alès au xviiie s. (ADG : G 373 ; ADH : G 2086).

11Un autre processus est à considérer : l’apparition des premiers castra aux xe-xie s., alors que le réseau des habitats ruraux est en place depuis le ixe s. Il est difficile de connaître leur date de fondation, ces établissements étant généralement mentionnés tardivement, au xie s., et souvent impossibles à prospecter car toujours occupés. Toutefois, de nombreux indices tendent à indiquer la possibilité de leur apparition à la fin du xe s., comme l’ont démontré A. Parodi et J.-M. Malvis pour Melgueil (Mauguio) et pour Lunellum-Novum (Lunel) dans l’Hérault (Malvis 1988 : 27-32 ; Parodi 1992 : 641- 654). Le phénomène semble identique dans le Gard : Posqueria (Vauvert) est mentionné pour la première fois en 1066 comme élément d’un nom de personne, Rostagnus de Poskeriis et le castrum vers 1131 (Florençon 1983 : 91) mais les prospections réalisées sur la motte appelée Castellas livrent des céramiques des xe-xie s. (Ouriachi, Favory 1991 : 25-26). En revanche, le cas de Castlar (Le Cailar) est plus ambigu : le site est mentionné pour la première fois en 1031 (ADG : H 106, H 107), mais pourrait être beaucoup plus ancien, peut-être même d’origine antique (Florençon 1983 : 37-42). À partir du xiie s., le réseau castral se complète, non par de nouvelles créations, mais grâce à une évolution du statut d’anciennes villae désormais appelées castra dans les textes. À cette époque, le terme castrum s’est vidé de son sens. Il ne désigne plus le support de l’autorité banale, mais s’applique à tous les villages groupés et enclos (Bourin-Derruau 1987 : I, 73). C’est le cas d’Aimargues, qui est mentionné régulièrement comme villa depuis le début du ixe s. et jusqu’au milieu du xiie s., puis comme castrum (castra de Armazanicis en 1158 [Dévie, Vaissette 1872-1892 : V, 1226]). C’est également le cas de Gallargues-le-Montueux, cité depuis 1007 comme villa (Germer-Durand 1874 : 163-165) puis en 1257 comme Castro de Galazanicis (Millerot 1880 : 448-451).

12Entre les xie-xive s., ce phénomène de multiplication des sites nouveaux génère l’abandon d’un grand nombre d’entre eux mais également de sites anciens créés aux ive-ve s. Bien qu’il n’y ait aucune certitude, par manque de finesse des datations, de la façon dont se réalise ce processus de désertion, on peut envisager deux phases dans ce mouvement : abandon des petits établissements dépendants avec regroupement dans les principaux habitats, puis abandon de ces derniers au bénéfice de quelques-uns d’entre eux et des castra. En effet, les sites annexes semblent majoritairement délaissés au cours du xie s., alors que les sites plus importants le sont entre le xiie et le xive s. Parmi ces derniers, Saint-Gilles le Vieux, mentionné comme villa Missignaco et possédant une église, est déserté durant le xiie s. L’étude du mobilier recueilli lors de la fouille a démontré l’absence de céramique postérieure au milieu du xiie s. (Mercier à paraître). L’église subsiste seule jusqu’aux guerres de religion. Ceci est le sort commun de beaucoup de villae face à l’attraction d’habitats voisins plus importants. Dans le cas de Saint-Gilles le Vieux, il s’agit des castra voisins d’Aimargues et de Gallargues et de la villa d’Aigues-Vives qui s’approprient ainsi le territoire de l’ancienne villa Missignaco. À partir du xive s. et jusqu’à nos jours, le réseau est solidement établi, seuls de grands domaines agricoles, les mas, s’y ajoutent au xvie s.

12.2.2 De la villa Missignaco au site déserté de Sancti Egidii Veteris

12.2.2.1 L’habitat et le territoire au xie s.

  • 5 – E. Germer-Durand identifie la villa Missignaco avec le site de Saint-Géniès-des-Mourgues/Sainte-C (...)
  • 6 – « ... dans le comté de Nîmes, en Litoraria, dans le territoire des villae qui sont désignées, c’e (...)
  • 7 – « ... dans le comté de Nîmes, en Litoraria, dans le territoire des villae désignées, c’est-à-dire (...)

13Contrairement à l’essentiel des sites du haut Moyen Âge de la région connus par les textes à partir du début du ixe s., la villa Missignaco5 est mentionnée tardivement, en 1007, lors de la rétrocession de droits par une famille de particuliers à l’évêque et aux chanoines de l’église cathédrale de Nîmes : in comutatu Nemausense, in litoraria, in terminios de villas que sunt prenominatas, hoc est : Margines, Veneranicus, Armacianicus, Missignaco, Galacianicus, Malum-Expellis (…) in istaspredictas villas superius scriptas (…) in mansis et in campis et in vineis (Germer-Durand 1874 : 163-165)6. Une dizaine d’années plus tard, en 1016, la villa est à nouveau mentionnée lors d’une donation à ce même chapitre : in comutatu Nemausensis, in Litoraria, in terminios de villas prenominatas, id est Margines vel Missignaco. Quantum infra, ipsas villas vel in eorum terminios habeo, ipsa portione mea, qui michi obvenit de genitori meo vel de genitrice mea, id est in mansis coopertis, casaliciis disruptis, curtis, ortis, oglatis, terris et vineis, cultis vel incultis, arboribus pomiferis et inpomiferis, totum et ab integrum dono (Germer-Durand 1874 : 181-182)7.

14Ces deux textes apportent des indications sur la géographie administrative du site : in comutatu Nemausense, in litoraria. D’après les travaux d’A. Parodi, la Litoraria pourrait être une viguerie du comté de Nîmes. Elle n’est jamais mentionnée comme telle dans les textes mais l’analogie avec la vicaria Vallis Anagia (la Vaunage) citée une seule fois en 879 permet de penser qu’il s’agit d’une ancienne viguerie ayant perdu son rôle juridique. Connue dès 789, la Litoraria disparaît après 1016. Elle correspond à la basse vallée du Vidourle et à la Petite Camargue. Il semble que la vallis Anagia et la Litoraria n’aient plus d’attribution judiciaire à la fin du ixe s (Parodi 1992 : 531-657). Elles subsistent en tant que microrégion, repères géographiques commodes pour la localisation de biens faisant l’objet de transaction.

15À Saint-Gilles le Vieux et dans les autres villae mentionnées en 1007 et en 1016, les biens sont localisés in terminios de villas, formule faisant référence à la fois à l’habitat et à son territoire ; de même, la formule in istas predictas villas ne permet pas la précision. En revanche, la mention infra, ipsas villas vel in eorum terminios fait distinctement référence aux deux composantes de la villa : d’une part l’habitat et d’autre part le territoire (Parodi et al. 1987) ; mais la formulation ne permet pas d’identifier les biens compris dans l’un ou dans l’autre, ceux-ci faisant l’objet d’une énumération sans précision. Tout de même, ces références laissent envisager l’existence d’un centre d’habitat contrôlant la campagne environnante à Saint-Gilles le Vieux au début du xie s. Cet habitat pourrait être bien plus ancien, la céramique recueillie lors de la fouille attestant une occupation depuis le ive jusqu’au xiie s. avec une densification des vestiges à partir du xe s. (Mercier à paraître). À Dassargues, site reflétant la même évolution chronologique que Saint-Gilles le Vieux, un texte daté de 789 permet de supposer l’existence d’un habitat groupé autour de son église dès cette époque ; ce dernier est perçu par la fouille seulement au xie s. avec la concentration des maisons et de l’église dans une parcelle d’où rayonne un ensemble de chemins desservant la campagne environnante (Garnier et al. 1995).

16À Saint-Gilles le Vieux, la fouille ayant concerné des zones dévolues aux activités agraires, l’habitat est connu seulement par les textes de donation du xie s. Les biens énumérés, possédés en alleux, sont de trois sortes : des bâtiments d’habitation, leurs dépendances immédiates et les terres cultivées. Les premiers sont évoqués par des manses, le texte de 1016 précisant qu’ils sont couverts, et par des casals en ruine, bâtiments désaffectés mais toujours cités. Les deuxièmes, éléments inséparables de la maison, sont mentionnés sous forme de cours, jardins et clos. Les troisièmes concernent le territoire cultivé : champs, terres et vignes cultes ou en friches et arbres fruitiers ou non. Il est difficile de restituer le paysage d’après des biens énumérés dans des chartes à vocation juridique, les termes utilisés correspondant à des formules standardisées pouvant désigner les biens eux-mêmes ou des revenus qui en proviennent (Magnou-Nortier 1974 ; Parodi et al. 1987 : 23-24). Dans les deux textes cités, les biens mentionnés concernent plusieurs villae, six dans le premier cas, deux dans le second. Cette imprécision peut indiquer que ce sont les revenus qui font l’objet de donations.

17L’église apparaît pour la première fois en 1119 dans une bulle de Callixte II comme dépendant de l’abbaye de Saint-Gilles-du-Gard : ecclesia Sancti Egydii de Missiniaco (Teulet 1863 : 237). À cette date, c’est la seule église contrôlée par Saint-Gilles dans la région d’Aimargues, la majorité des autres églises dépendant de l’abbaye de Psalmodi (Saint-Laurent-d’Aigouze, Gard) et quelques-unes du chapitre cathédral de Notre-Dame de Nîmes.

12.2.2.2 L’abandon de l’habitat au cours du xiie s.

18C’est au début du xiiie s. que la villa Missignaco change de nom. En 1202, on trouve la première mention de la Villa Sancti Egidii Veteris (Teulet 1863 : 237). En 1208, l’ancien nom est encore usité : ecclesiam sancti Egidii de Missiniaco (Goiffon 1882 : 104-112). Mais au milieu du xiiie s., les textes ne mentionnent plus que Saint-Gilles le Vieux : 1250, perpetuo vicario ecclesie Sancti Egidii veteris (Goiffon 1882 : 125-126), 1257, decimaria Sancti-Michœlis et Sancti-Egidii veteris (Millerot 1880 : 448-451).

19Cette évolution du nom du lieu dans les textes permet de percevoir les changements de l’habitat. En 1119 et en 1208, l’église est nommée de façon suivante : Sancti-Egidii de Missiniaco, faisant ainsi référence à la villa avec un fort lien de dépendance –marqué par l’utilisation de la préposition de– entre l’église et l’habitat qu’elle dessert. En revanche, en 1202, l’habitat est appelé Villa Sancti Egidii Veteris. Ce passage d’un anthroponyme à un hagiotoponyme traduit une situation tout à fait différente, l’habitat prenant alors le nom de l’église. De même, les textes de 1250 et 1257 mentionnent l’ecclesia et la decimaria Sancti Egidii Veteris. L’absence de préposition marque désormais la prépondérance de l’église et la subordination de l’habitat et du territoire à son égard, l’ajout du qualificatif Veteris à l’hagiotoponyme suggérant le déclin du site. Pourquoi une telle évolution du nom ? On peut se demander si les textes ne trahissent pas une situation de fait : l’habitat n’existe plus au début du xiiie s.

20À cette analyse des textes répond l’étude des données de fouille de Saint-Gilles le Vieux : provenant de la fosse 41, le mobilier le plus tardif découvert sur le site date de la première moitié du xiie s. (Mercier à paraître). On peut donc placer l’abandon du site de la villa entre le début du xiie s. et le début du xiiie s., le nom utilisé ensuite dans les textes faisant référence à l’édifice ecclésial, qui demeure seul. À cette date, dans le cas de Saint-Gilles le Vieux comme pour de nombreux autres sites de la région, le passage d’un anthroponyme à un hagiotoponyme ne traduit pas l’importance de l’église comme facteur et guide de regroupement de l’habitat, mais, au contraire, l’affaiblissement ou la disparition de ce dernier. Un texte plus tardif éclaire l’évolution du site. À la fin du xive s., le rôle de procuration du diocèse de Nîmes mentionne le Prior Sancti Egidii Veteris, ruralis (Perrin, Font-Réaulx 1972 : I, 574). D’autres sources citent des églises dites sine cura ou ruralis. Leur étude montre que ces édifices sont d’anciennes églises paroissiales déchues. Ce sont des bénéfices toujours « pourvus de revenus et de dîmes, qui acquittent des redevances mais ne comportent pas de paroissiens » et dont le titulaire est tenu « d’entretenir les bâtiments et d’assurer un service liturgique minimal » (Avril 1990 : 36-37).

12.2.2.3 Le démembrement du territoire dans la seconde moitié du xiie s.

  • 8 « ... la voie publique qui va du pont du Rhony jusqu’au pont neuf du Vidourle et du pont jusqu’au m (...)
  • 9 – « ... le castrum d’Aimargues, les villae de Margines et de Teillan et les autres lieux... »

21Bien que nous n’en ayons pas la preuve directe, le territoire de Saint-Gilles le Vieux semble partagé très tôt entre ses voisins : Gallargues, Aigues-Vives et Aimargues. En 1185, lors de l’inféodation du costrum d’Aimargues par le comte de Toulouse en faveur de Raymond d’Uzès, les limites du territoire concédé suivent la strata publica qua itur a ponte de Roanis usque ad pontem novem de Vidorle et a ponte usque ad monasterium sancti petri de Salmodis et a monasterio usque ad villam de Anglas et a villa de Anglas usque ad pontem de roanis sicut aqua discurit8 [le territoire comprenant] castri Armazanicis et villa de Margueris et de Teillano et aliorum locorum9 (ADG : C 51).

22Tous les repères topographiques cités sont connus. La limite nord matérialisée par la strata publica serait à identifier au chemin des pèlerins mentionné en 1272 : stratam publicam, seu caminum romeun (Rouquette 1914 : 814-815), soit une partie de la RN 113 et de factuel chemin d’Aigues-Vives, voies pérennisant toujours des limites communales. Le ponte de Roanis peut correspondre à factuel pont de l’Hôpital sur le Rhony et le pontem novem de Vidorle au pont de Lunel, ce dernier étant mentionné sous la forme Pont Neuf de Lunel en 1296 (Vidal 1993 : 176). La limite orientale suit le cours du Vidourle jusqu’au mas de Psalmodi (Saint-Laurent-d’Aigouze). La limite sud court dans les marais entre Psalmodi et le mas d’Anglas (Vauvert). Enfin, la limite ouest remonte le cours du Rhony jusqu’au pont de l’Hôpital (fig. 81).

23Tel qu’il est défini dans ses confronts, ce territoire englobe ou morcelle ceux de nombreuses villae anciennes dont, au nord, Saint-Gilles le Vieux ; il comprend plusieurs centres d’habitat : castri Armazanicis et villa de Margueris et de Teillano et aliorum locorum. Ces précisions permettent de supposer qu’à cette date, outre Aimargues, seules les villae de Margines et de Teillan sont encore occupées par un habitat ; les autres, probablement Véranègues, Malaspelles et Saint-Gilles le Vieux, simplement dénommées « autres lieux », sont soit en fort déclin soit déjà désertées. Ces observations rejoignent les données issues de l’étude du dossier textuel sur l’abandon de l’habitat de Saint-Gilles le Vieux au xiie s.

  • 10 – « ... la voie publique qui va du pont du Rhony jusqu’au pont du Vidourle… »

24En 1488, la description des limites du territoire d’Aimargues reprend les mêmes repères topographiques qu’en 1185 : strata publica qua itur de ponte ramis usque ad pontem nominis de Vidorle10 mais plus aucune villa n’est mentionnée, ce qui conforte l’idée de l’absorption de leur population par le costrum d’Aimargues (ADG : C 51).

25Ce phénomène de démembrement des territoires de villae aux xiie-xiiie s. est bien connu dans la région. Par exemple, en 1252, une partie de la dîmerie de Dassargues est englobée dans le territoire et la juridiction de Lunel ; en 1352, une partie des habitants de Marsillargues paie une dîme au prieur de Dassargues. L’actuelle limite de ces deux communes perpétue ce démembrement territorial (Garnier et al. 1995 : 3-6).

12.2.2.4 La dîmerie et l’église à l’époque moderne

26Les textes modernes soulignent la ruine de l’église et confirment la division du territoire de Saint-Gilles le Vieux.

27En 1659, l’évêque de Nîmes s’inquiète : « il y avoit anciennement une autre (église) dans le terroir dudit Aimargues au lieu appellé Saint Gilles Viel sur le grand chemin du pont de Lunel à Beaucaire et d’Aimargues à Galargues, dont les vestiges et les marques paroissent sur une petite éminence de terre et nous avons appris que le revenu de cette église (…) est sous-affermé (…) sans pourvoir au service divin qui se doit faire pour raison de ladite église » (ADG : G 373, G 1298, f° 38-39). Il ordonne vainement la reconstruction de l’édifice. Dans la première moitié du xviiie s., un texte indique que « cette église dont on voit encore les fondements (…) fut détruite, comme une infinité d’autres, lors des anciennes guerres de religions (…) n’ayant pas esté rebattie et n’y ayant plus ny habittans ny curé ». Ce texte relatant les étapes d’un procès entre le chapitre de Montpellier, celui d’Alès et la congrégation de Saint-Ruf, détenteurs d’églises dans la région, précise que la « dixmerie de Saint Gilles le Vieux se trouvant limitrophe des terroirs d’Aigues-Vives, Aimargues et Galargues et enclavée dans ces paroisses, chaqune de ces communautés enclavèrent une partie de ce terroir et dixmerie dans le leur et mirent ces terres sur leur compoi » (ADH : G 2086). Le chapitre de Montpellier, sommé de contribuer aux charges de la paroisse d’Aigues-Vives, de celles d’Aimargues et du Grand Gallargues à raison des fruits décimaux qu’il perçoit dans la filliale de Saint Gilles le Vieux essaye de démontrer, sans y parvenir, qu’il n’est pas co-décimateur parce que Saint-Gilles le Vieux « étoit anciennement une Paroiffe particulière » (ADG : G 373 ; ADH : G 2086). Suite à ces querelles, en 1765, les chapitres de Nîmes et de Montpellier font réaliser le bornage des dîmeries de Saint-Gilles le Vieux et de Gallargues, l’acte indiquant que la première est également limitrophe des dîmeries de Malaspelles et de Doulouzargues (ADG : G 338 ; ADH : G 2086). Au milieu du xviiie s., la dîmerie de Saint-Gilles le Vieux subsiste donc toujours malgré la disparition de l’édifice ecclésial en tant que lieu de culte.

28La visite pastorale de 1659 donne plusieurs indications permettant de localiser l’emplacement de l’église de Saint-Gilles le Vieux. Tout d’abord, l’édifice se situe au croisement de deux chemins : le grand chemin du pont de Lunel à Beaucaire, appelé strata publica en 1185 –soit une partie de la RN 113 et du chemin d’Aigues-Vives– et le chemin d’Aimargues à Galargues –soit les actuelles RD 378 et RN 313. Ce carrefour se retrouve aisément sur la carte de la Baronnie du Cailar (1726), la carte de Cassini (1781) et les cadastres napoléoniens de Gallargues et d’Aimargues (1831). Ensuite, précision importante, car trois communes se partagent l’étendue de la dîmerie de Saint-Gilles le Vieux, l’église est située dans le terroir d’Aimargues donc au sud du grand chemin du pont de Lunel à Beaucaire (RN 113 et chemin d’Aigues-Vives, fig. 81). Lors de l’étude du parcellaire d’après les plans cadastraux, G. Chouquer a pressenti une telle localisation, mettant notamment en évidence l’important carrefour de voies lié au site (Chouquer 1995). Sur les cadastres napoléoniens de Gallargues et d’Aimargues, c’est vers ce carrefour que se dirige le chemin de Gallargues à Saint-Gilles Vieux pour y franchir le ruisseau du Razil sur le Pont de Saint-Gilles Vieux.

29Le report sur ces cadastres des repères topographiques mentionnés dans les textes de bornage permet d’appréhender les limites de la dîmerie moderne de Saint-Gilles le Vieux. Les bornes sont localisées dans des terres dont les propriétaires sont nommés, avec –dans quelques cas– des précisions sur le nom de chemins ou de ruisseaux les confrontant : « chemins de Gallargues à Aimargues », « de Gallargues à Vauvert », « des Arnavès », « ruisseau du Razil » (ADG : G 338 ; ADH : G 2086). Ces indications déterminantes autorisent à restituer une limite territoriale au nord, à l’ouest et au sud du site (fig. 81). Aucun texte décrivant la limite orientale n’a pour l’heure été trouvé. Mais la mention dans ce secteur, des dîmeries de Saint-Roman de Malaspelles et de Saint-Vincent de Doulouzargues –avec lesquelles la dîmerie de Saint-Gilles le Vieux partage des limites communes– fixe, pour cette dernière, une frontière au-delà de laquelle son territoire ne peut pas s’étendre. Les limites de la dîmerie de Saint-Gilles le Vieux n’ayant guère dû varier à travers les siècles, nous pouvons ainsi avoir une bonne idée du territoire de la villa Missignaco au Moyen Âge.

12.3 Les vestiges

  • 11 – En effet, les vestiges en creux linéaires n’étaient qu’exceptionnellement conservés sur plus de 0 (...)

30L’opération archéologique réalisée aux abords de l’habitat de Saint-Gilles le Vieux a révélé des vestiges en creux : fossés antiques, fossés et quelques fosses des ive-vie s., nombreuses fosses, fossés, et quelques fours et foyers du Moyen Âge. Hormis ponctuellement une murette de consolidation de paroi de silo, aucune construction n’a été mise au jour. Les niveaux de circulation ont totalement disparu sous l’effet des labours pratiqués aux époques moderne et contemporaine. Ces derniers ont effacé progressivement le sommet de la quasi-totalité des structures, de même que les couches de sédimentation et de remblai les plus hauts. De ce fait, les découvertes restituent une image partielle de l’occupation ancienne du tènement : des aménagements faiblement creusés (petits fossés11) et des éléments en élévation peu ou pas fondés (murets, palissades, talus, aménagements de sols, voire maison) ayant pu exister et n’étant plus décelables. Par ailleurs, le site se caractérise par sa faible amplitude stratigraphique : les vestiges sont juxtaposés, parfois ils se recoupent, exceptionnellement ils se superposent. Cet état de fait a facilité leur vision intégrale dès l’achèvement du décapage et a permis leur échantillonnage. Chacun des trente fossés découverts a été fouillé dans le cadre de sondages réduits. Les grandes fosses ont été traitées de même, à l’exception de l’une d’entre elles, particulièrement riche en mobilier céramique et zoologique (la fosse 41), qui a bénéficié d’une fouille complète. Enfin, 15 % des fosses de stockage ont fait l’objet d’une fouille, soit une soixantaine sur les quelque 450 silos mis au jour. Le dégagement de l’ensemble des aménagements agraires et la fouille d’une partie d’entre eux ont permis de restituer deux grandes phases d’organisation du terroir : l’une antique (des ier-iies.), l’autre tardo-antique et médiévale (du ive au milieu du xiie s.).

12.3.1 Le mobilier céramique, élément chronologique

31La fréquentation du site durant la Protohistoire est attestée par quelques tessons d’amphore massaliète et de céramique commune non-tournée (6 tessons) provenant de la fouille de deux fosses. Ces rares éléments de l’âge du Fer ne permettent pas une datation précise.

32Le mobilier est beaucoup plus conséquent pour le Haut-Empire. Une étude fine, réalisée par S. Barberan, de l’abondant mobilier issu de la fouille d’un fossé (4395 tessons) a permis de dater le comblement de celui-ci entre les années 50 et la seconde moitié du iie s. (Barberan et al. 1996 : 39-48). Mais cette étude concerne uniquement le mobilier contenu dans ce fossé, elle n’autorise en rien la datation de la totalité de l’occupation antique, largement hors emprise. Aucun autre élément déterminant n’est connu pour cette période : les quelques autres tessons trouvés en fouille sont soit fort roulés soit en position remaniée.

33Après un hiatus au iiie et pendant l’essentiel du ive s., l’occupation du site de Saint-Gilles le Vieux est assurée de façon continue depuis la fin du ive s. jusqu’au milieu du xiie s. La fréquentation du site à partir des dernières années du ive s. jusqu’au ixe s. est confirmée par le mobilier contenu dans le comblement de quelques fossés et de rares fosses. À partir du xe s. et jusqu’au xiie s., l’occupation s’intensifie avec la multiplication des aménagements en creux.

34En ce qui concerne l’analyse purement céramologique, le mobilier céramique antérieur au début du xe s. est de trop faible importance pour apporter des informations nouvelles aux connaissances déjà acquises régionalement. Les douze lots de céramique (de 3 à 39 tessons) datés de façon large de l’Antiquité tardive fournissent juste assez d’indices (amphore africaine, céramique commune à pisolithes et à pâte kaolinitique, DSP, Claire D, etc.) pour placer une occupation à partir du dernier quart du ive, au ve, puis au vie s. Provenant de l’ensemble du site, le mobilier de prospection, beaucoup plus important, confirme ces datations.

  • 12 – Silo 77 : datation 14C calibrée : cal AD 1030 – cal AD 1260. La probabilité que la date calibrée (...)
  • 13 – Silo 242 : datation 14C calibrée : cal AD 900 – cal AD 1155. La probabilité que la date calibrée (...)

35Dans la mesure où le mobilier médiéval recueilli à Saint-Gilles le Vieux renouvelle les informations typologiques avec notamment l’enrichissement du corpus grâce à la présence de poteries complètes, il a fait l’objet d’une première publication dès la fin de la fouille (Mercier, Barberan 1996). Sur 69 lots de céramique postérieure au vie s. provenant de la fouille, seulement 21 comportent suffisamment de tessons pour faire l’objet de datations fines. De plus, des analyses au radiocarbone ont été pratiquées sur des charbons de bois provenant de cinq fosses. Trois d’entre elles ont permis de confirmer et d’affiner les datations céramologiques pour des contextes des xe-xiie s.12. En revanche, les résultats de deux d’entre eux sont douteux, l’étude céramologique préliminaire retenant une fourchette chronologique comprise entre le ixe et le xe s. pour le premier et la fin du xe et le xiie s. pour le second alors que les analyses au radiocarbone proposent respectivement les xie-xiiie s. et les viiie-xe s.13.

36Un seul lot de céramique (86 tessons) est daté des viie-viiie s. (Mercier, Barberan 1996 : 4). Avec une production à pâte kaolinitique exclusivement, une typologie encore empreinte de tradition antique avec des bords caractéristiques de l’Antiquité tardive mais également innovante avec des bords à section triangulaire et carrée (types Cathma 6 et 7), des formes fermées de type pot à cuire, ce mobilier entre bien dans le faciès viie-viiie s. connu dans la région (Garnier étal. 1995).

37La période suivante n’est pas représentée de façon évidente. Deux lots de céramiques (63 et 192 tessons) sont datés prudemment du ixe et de la fin de ce siècle au début du xe s. (Mercier, Barberan 1996 : 5-6). La réalité d’une occupation de cette période est tout de même illustrée par la présence de la céramique claire peinte. Bon marqueur chronologique, celle-ci est associée à des céramiques à pâte kaolinitique mais aussi à des productions se développant à partir de cette période : pâte tendre et sableuse à post-cuisson réductrice ou oxydante. La typologie se caractérise alors par des bords arrondis et rectangulaires (types Cathma 2, 3 et 5). Si les formes fermées, pots à cuire et pots à eaux, sont majoritaires, on note aussi la présence d’une forme ouverte avec un petit bol.

38L’occupation du site semble s’intensifier à partir du xe s. Cinq lots de mobilier (de 63 à 108 tessons) sont datés du xe-début du xie s., huit (de 60 à 246 tessons) du xie s. et cinq (de 87 à 1 772 tessons) de la fin du xie et du xiie s. (Mercier, Barberan 1996 : 6-23). Le mobilier se caractérise alors par la présence quasi exclusive de poteries grises : les xe-début du xie s. sont dominés par les poteries à pâte tendre contenant du mica (plus de 50 % en moyenne), les taux baissant ultérieurement aux xie et xiie s. face à la concurrence des céramiques à pâte kaolinitique. Durant cette période, la pâte sableuse grise est faiblement attestée (moins de 20 %) et les pâtes à cuisson oxydante sont représentées de manière anecdotique (moins de 5 %). Typologiquement, ce sont les bords de formes rondes (type Cathma 3) et rectangulaires (type Cathma 5) qui sont les plus fréquents. Ce répertoire des xe-xiie s. comporte uniquement des formes fermées dont des exemplaires complets sont connus : gourde, pots simples et pots munis d’anse et de bec (fig. 82).

FIG. 82
Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : la céramique commune des XeXIIe s. à pâte grise tendre à décor de lignes polies (nos 1, 2 et 4) et à pâte kaolinitique à décor à la molette ou sans décor (nos 3 et 5) : 1 gourde ; 2, 3, 5 pots simples ; 4 pot à bec et anses.

39Hormis la céramique kaolinitique provenant probablement d’Uzège où des ateliers ont été fouillés à Saint-Victor-les-Oules pour les xiie-xiiie s. (Thiriot 1986b ; Bonhoure 1992), les lieux de production des autres poteries ne sont pas localisés, faute de découvertes et d’analyses physico-chimiques permettant de distinguer les groupes de pâtes ; l’existence de petits centres locaux reste hypothétique (Cathma 1993a). L’analyse du mobilier de Saint-Gilles le Vieux constitue un apport important au dossier sur les céramiques régionales médiévales connues depuis les fouilles de Lunel-Viel (Raynaud 1990), de Lunel/ Dassargues (Garnier et al. 1995), de Mauguio / la Motte et de Mauguio / Les Aires de Saint-Jacques (Cathma 1993a : 175-185) et pour l’étude des céramiques issues de fouilles plus récentes comme celles de Lansargues / Moulines (responsable L. Martin / Afan) ou de Saint-Sériès / Saint-Félix (responsable D. Paya/Afan).

12.3.2 L’implantation de l’habitat médiéval dans un paysage antique

40Le parcellaire de la plaine alluviale entre Rhôny et Vidourle est largement marqué par les réseaux antiques. Le cadastre B de Nîmes y joue un rôle particulièrement structurant (Chouquer, Favory 1992 : 147) ainsi que le réseau de la Vistrenque dont le chemin des canaux constitue un axe majeur (Chouquer 1995 : 26). Aucune limite orientée selon l’un de ces deux réseaux n’a cependant été perçue dans l’étroite fenêtre ouverte par le chantier archéologique. Néanmoins, on retiendra l’idée de l’impact des formes anciennes de structuration de la campagne dans la formation d’un habitat à la fin de l’Antiquité et pendant le haut Moyen Âge. C’est en effet le carrefour routier du chemin de Gallargues à Aimargues et du chemin d’Aigues-Vives (ou « chemin des canaux ») dont G. Chouquer souligne l’ancienneté, qui a cristallisé l’habitat (fig. 81). En outre, l’orga nisation parcellaire médiévale, pour autant que l’on puisse en juger dans le cadre étroit de l’emprise du chantier, s’inscrit dans une trame héritée d’une occupation antérieure.

  • 14 – Une partie de la quarantaine de fragments de poterie (amphores, sigillée, communes) découverts da (...)

41Les fossés et les quelques fosses antiques mis au jour révèlent une première organisation agraire du secteur, vraisemblablement du ier s. de notre ère (fig. 83)14. On en discerne quelques parcelles inscrites dans une trame orthogonale dont l’orientation à NL 22-25° O est proche du cadastre C de Nîmes (système 1 : fig. 83). Cette structuration est rapidement relayée, dans le courant de la première moitié du ier s., par une série de fossés et de saignées de plantation qui complètent, et par endroits modifient, le parcellaire existant. Ces derniers se trouvent inclinés sensiblement plus à l’ouest, selon une orientation difficile à préciser sur les petites longueurs mises au jour (entre NL 40° O et NL 42° O) et indépendante de tout cadastre antique répertorié (système 2 : fig. 83). Aucune phase de déprise agraire majeure n’accompagne la disparition de l’habitat à la fin du iie et au iiie s. puisque ce système fossoyé reste utilisé –avec un entretien régulier attesté par des recreusements successifs– jusqu’à l’Antiquité tardive. Par ailleurs, le comblement des fossés au cours des ive-vie s. ne signifie pas pour autant l’oubli du parcellaire qu’ils organisaient. Leur effacement n’a aucune influence sur la morphologie agraire du secteur : l’orientation du système fossoyé antique marque la campagne durablement. Un élément fort du paysage médiéval reprend en effet deux axes antérieurs.

FIG. 83
Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : le parcellaire antique dans l’emprise de la fouille.

42Au Moyen Âge, l’espace est structuré en deux zones nettement distinctes, l’une, à l’ouest, est vierge d’aménagements excavés, l’autre, à l’est, est au contraire densément percée de fosses (fig. 84). La séparation des secteurs est matérialisée par deux grands fossés disposés en L qui suivent, l’un (le fossé 1) le tracé, l’autre (le fossé 2), l’axe –avec un décalage de quelques mètres vers l’est–, de deux limites de parcelles antiques. Comme à Dassargues, on perçoit ici l’imbrication dans le parcellaire antique des aménagements du Moyen Âge (Garnier et al. 1995 : 35). Le secteur occidental est uniforme, il ignore la trame des champs de la période précédente et forme une grande aire ouverte sans doute vouée à la culture et/ou au pacage. Le secteur oriental présente quant à lui un morcellement interne dont l’orientation est radicalement différente de celle des fossés antiques. Cette nouvelle orientation est mesurable à l’extrémité est du chantier, où quelques fossés rectilignes sont conservés : le grand fossé 3 et quelques fossés secondaires. Ils sont disposés selon un plan orthogonal et inclinés nettement plus à l’est que les précédents, à NL 14° E (fig. 84, 89). Entre les deux ensembles de fossés, les limites ébauchées par l’ensemble des silos s’adaptent à la structuration de la parcelle. Les silos suivent à l’ouest le tracé des deux fossés en L auxquels ils s’adossent. À l’est, ils semblent être contenus par le fossé 3. Les fossés rectilignes n’ont peut-être pas été les seuls à structurer l’espace de stockage. On note en effet la présence de fossés au tracé courbe qui ont pu participer de la subdivision du secteur de stockage avant d’être recoupés par des silos. Leur appartenance à la période médiévale n’est toutefois pas attestée.

FIG. 84
Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : vestiges médiévaux dans l’emprise de la fouille.

  • 15 – L’habitat antique n’a pas été localisé cependant il paraît avoir été bien plus à l’ouest (Barbera (...)

43L’impression qui prévaut à la lecture de ces aménagements est celle de l’insertion, dans une trame préexistante, d’une structuration nouvelle. Ainsi l’organisation agraire médiévale semble-t-elle s’établir dans un paysage dont la configuration antique est encore partiellement vivace. Des fossés sans doute encore, des haies ou des talus peut-être, constituent des limites assez fortes et commodes pour que les paysans du Moyen Âge les respectent, mais à l’intérieur desquelles ils instaurent leur propre organisation, en l’occurrence ici probablement la culture à l’ouest et le stockage en aire ouverte à l’est. L’impact de l’habitat médiéval dans le parcellaire est limité : aucune des nouvelles orientations n’a marqué le paysage durablement et le probable groupement des manses à proximité du carrefour n’a pas généré de parcellaire concentrique. Néanmoins, la formation d’un réseau de chemins en étoile, complémentaire du croisement de routes initial semble bien médiéval15 (fig. 81).

12.3.3 Indices sur l’organisation du stockage des récoltes

44Près de 450 fosses circulaires ont été mises au jour sur une surface de quelque 2 800 m2 constituant l’essentiel des aménagements découverts sur le site et correspondant à des structures de stockage de l’époque médiévale. La fouille d’une soixantaine d’entre elles et l’analyse de leur répartition spatiale permettent d’avancer quelques arguments sur l’organisation de la conservation des récoltes.

12.3.3.1 Les silos

45Les silos ont été installés dans un terrain stable présentant deux composantes qui se superposent : en surface un sol limoneux dont l’épaisseur varie entre 0,45 et 0,60 m ; au-dessous un substrat à accumulation calcaire ou lits de galets de sols ferciallitique tronqué (carte pédologique, feuille de Montpellier, no 23 ; carte géologique, feuille de Lunel, no Fv). Cet encaissant offre une bonne cohésion et surtout une grande solidité, particulièrement aux parties basses des fosses. Celles qui ont été fouillées ont révélé la coexistence de deux types morphologiques.

  • 16 – Compte tenu des labours du terrain sur environ 0,50 m de hauteur, cela correspond à une structure (...)
  • 17 – L’altération des structures est surtout le fait des labours pratiqués postérieurement sur l’empri (...)
  • 18 – Sur le mode de restitution des contenances, voir Raynaud 1990 : 82-83.

46Le premier type est supposé plus haut que large dans sa forme complète16, il est approximativement circulaire en plan. Son diamètre maximal se développe sur les deux tiers, voire les trois quarts inférieurs de son profil en forme de poire ou de goutte. Son fond est plat ou légèrement concave, ses parois bombées forment une liaison angulaire ou arrondie avec la base et, quand l’état de conservation est bon, il présente un rétrécissement au niveau de l’ouverture (fig. 85 : nos 1 ; fig 86 : nos 1-3). Le surplomb que forme le terrain encaissant dans la partie supérieure de la fosse est le plus souvent dégradé après l’abandon et l’on en retrouve quelques rares éléments dans son remplissage17. Ces fosses présentent une hauteur conservée de 0,4 à 1,7 m pour un diamètre maximal de 1 à 2 m. Les contenances sont variables, de 3,6 à 24 hl : 27 % des fosses contiennent moins de 5 hl ; 36 % entre 5 à 10 hl ; 18 % entre 11 et 12,5 hl ; 18 % également sont de grand volume, de 17 à 24 hl18.

FIG. 85
Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : exemples de silos de l’aire III.

FIG. 86
Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : exemples de silos de l’aire V.

  • 19 – Inversement ce type correspond à une structure où la hauteur conservée est inférieure à la moitié (...)

47Le deuxième type est morphologiquement similaire au premier et s’en distingue essentiellement par des proportions différentes : il est aussi large que haut dans sa forme restituée19, c’est-à-dire qu’il est beaucoup moins profond que le précédent. Aucune des fosses de ce groupe morphologique ayant fait l’objet d’une fouille ne présente nettement d’ouverture étroite. Cependant nous ne savons pas toujours déterminer si cela tient à une particularité typologique ou à la mauvaise conservation du sommet des structures (fig. 85 : nos 2 ; fig. 86 : nos 4, 5). Ces fosses sont profondes de 0,3 à 0,5 m (hauteur conservée) pour un diamètre maximum de 1 à 1,5 m. Hormis une fosse qui présente une contenance de 6,4 hl, les autres offrent un volume compris entre 2,4 et 4,7 hl.

  • 20 – Nous comptabilisons en outre 6 fosses dont le profil est intermédiaire entre les deux types.

48Sur le site, les fosses du premier et du second type peuvent être considérées en nombre équivalent. On en compte respectivement 30 et 26 dans l’un et l’autre, mais l’on ne sait établir si la différence résulte d’une disproportion réelle ou bien des aléas de notre échantillonnage20. La répartition spatiale de ces structures ne met en évidence aucune caractéristique particulière puisqu’elles sont présentes sur l’ensemble de la parcelle ensilée. Les tailles et les profils de ces fosses de stockage permettent de rapprocher leurs volumes de ceux des silos de Lunel-Viel (Raynaud 1990 : 75-83) et de Dassargues (Garnier étal. 1995 : 39-40 et 53-56).

49Aucune fosse n’a livré d’indice sur son comblement primaire. Il en résulte une certaine difficulté à proposer une fonction particulière à chacun des deux types. Les silos servent habituellement de réserves de denrées agricoles susceptibles d’être conservées par l’enfouissement : les céréales (blé dur et orge vêtue) sont présentes sur le site (cf. § 12.3.4.1) ; les légumineuses de conservation, qui occupent une place très importante dans l’alimentation médiévale, et les légumes-racines tels les raves, les panais ou carottes également cultivés au Moyen Âge (Amouretti, Cornet 1993 : 130 ; Stouff 1996 : 71). Rien n’indique cependant que telle ou telle de ces denrées se soit mieux conservée dans un silo du premier type plutôt que du second. Les deux catégories morphologiques ne répondent du reste peut-être pas aux exigences de conservation particulières aux produits que les silos recevaient. Il est possible que ce soit la destination de ces produits qui ait conditionné le choix de leur stockage. Les silos du second type, de contenance inférieure à 5 hl, servaient peut-être au stockage des graines destinées à l’alimentation, tandis que les plus grands ont pu être dévolus aux réserves de semences, utilisées en volumes importants au moment des semailles. Dans son ouvrage sur Lunel-Viel, Claude Raynaud montre que la contenance moyenne des petits silos équivaut approximativement à la ration annuelle de grains d’une personne, telle qu’on peut l’envisager pour la période médiévale (Raynaud 1990 : 89). Les céréales contenues dans un silo du second type peuvent donc nourrir une famille d’une demi-douzaine de personnes pendant environ deux mois. En l’absence de données sur les structures de conservation complémentaires installées au sein de l’habitat de Saint-Gilles le Vieux (greniers ou silos), il est difficile d’évoquer précisément la fonction des aménagements mis au jour.

50La fermeture des fosses était sans doute assurée par un bouchon de terre, manifestement complété par une couverture de une à plusieurs dalles, retrouvées en nombre dans les comblements d’abandon. Il s’agit de grandes pierres calcaires plates qui ont sans doute été disposées à plat et jointoyées à la terre pour former un bouchon étanche. Les silos dont l’ouverture est bien conservée présentent un rétrécissement sommital destiné à recevoir cette fermeture. Les fosses peu profondes présentent également pour certaines un léger surplomb de la partie supérieure. Elles ont pu être obstruées de la même manière que les silos du premier type. Quand elles sont très larges et qu’il est difficile de restituer un étranglement dans leur profil, nous supposons qu’elles ont simplement été bouchées par une couche de sable ou de terre, surtout si elles ont servi au stockage de racines. Un élément particulier a été remarqué qui met en valeur l’utilisation de dalles dans le processus d’ensilage : dans un silo dégradé, la fosse FS269 de l’aire III, une douzaine de pierres plates, la plupart de grande taille, ont été rangées. Quatre d’entre elles ont été plaquées contre les parois de la fosse, sommairement, sans mortier et sans disposition jointive, pour former une sorte de coffre. Les autres ont été installées à l’intérieur, les unes contre les autres et sur chant. Ces pierres, probablement récupérées au moment de l’ouverture pour la vidange des silos voisins, étaient sans doute destinées à servir lors d’un prochain ensilage mais ont finalement été oubliées (fig. 87). Ce système de fermeture avec des pierres paraît constituer la seule protection du silo. Il n’a pas été retrouvé de fondations de superstructures dans les aires d’ensilage.

FIG. 87
Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : remplissage de dalles dans le silo FS269, aire III.

51Le silo dans lequel les dalles ont été rangées, contenait également un seau en métal, abandonné au fond de la structure et partiellement écrasé par les dalles disposées au-dessus de lui. Il pourrait s’agir d’une mesure à grain d’une contenance de 5 à 7 1 (fig. 88) [cf. § 12.3.4.3].

FIG. 88
Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : le seau métallique du silo FS269, aire III.

52Quant à l’entretien des silos, aucune trace de curage ni de feu pour leur assainissement n’a été observée.

12.3.3.2 Les aires d’ensilage

53L’espace dévolu à l’ensilage est situé entre l’emplacement présumé de l’église Saint-Gilles, au carrefour à l’est, et un vaste champ, à l’ouest. Il occupe ainsi une situation intermédiaire, à la fois séparé mais proche de l’habitat et jouxtant une zone de production agricole. Ce quartier n’a pas été observé dans son ensemble et l’on ne sait quelle part de la surface ensilée représentent les quelque 2 800 m2 qui en ont été ouverts. Néanmoins, l’espace dégagé est suffisant pour que l’analyse de la répartition spatiale des structures qui l’occupent permette d’appréhender son organisation.

54Les silos n’y sont pas uniformément répartis. Ils sont regroupés en plusieurs secteurs qui correspondent à autant d’aires d’ensilage. Celles-ci sont individualisées et limitées par des fossés –à l’est notamment– ou par des espaces linéaires vides de creusements qui doivent correspondre à des talus, des chemins d’accès, peut-être des palissades, et par endroits par des fossés peu profonds et non conservés comme le suggère la présence des quelques tronçons de fossés courbes (fig. 89). Ces derniers, recoupés par des dépotoirs et des silos, ont, au cours de l’utilisation de l’aire d’ensilage, été relayés par d’autres limites.

FIG. 89
Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : la structuration de l’espace au Moyen Âge.

55Le nombre et la surface de ces aires sont difficiles à déterminer précisément dans la mesure où elles n’ont pas été observées dans leur intégralité –à l’exception d’une seule, l’aire I– et parce que leurs limites ont manifestement évolué. L’aire I, au nord-ouest, présente une superficie de 400 m2. L’aire III qui la jouxte à l’est atteint presque le double. Cependant on observe un espace linéaire non utilisé qui la traverse et la divise peut-être en deux aires de taille sensiblement identique à la superficie de la précédente. L’aire V paraît également très vaste ; ici, c’est la densité des structures qui n’a peut-être pas permis de distinguer une division interne.

  • 21 – Les silos de l’aire IV n’ont fourni aucun lot de céramique postérieur au  xie s., mais ils sont c (...)

56Les aires de stockage semblent, pour la plupart, avoir fonctionné entre le xe et le xiie s. La céramique provenant du colmatage des silos permet de retenir un terminus ante quem au xiie s., probablement avant le milieu de ce siècle21. Le terminus post quem est plus délicat à fixer car il dépend de la durée d’utilisation de la fosse comme lieu de stockage, puis, une fois celle-ci désaffectée, de la durée du comblement comme lieu de dépotoir. La première peut être fixée entre dix ans et un demi-siècle, durée maximale compatible avec la morphologie des excavations (Garnier et al. 1995 : 53-55). Quant à la seconde, elle peut être estimée entre quelques jours et six mois, si l’on en croit l’expérience conduite à Lunel-Viel pour mesurer le temps de comblement d’un silo laissé à l’air libre (Raynaud 1990 : 82). Pour la plupart des aires de stockage, le terminus post quem –estimé d’après la datation des céramiques contenues dans les fosses et pondéré par le temps d’utilisation de celles-ci comme lieu de stockage puis comme dépotoir– peut être fixé durant le ixe s., plus vraisemblablement au xe s. La présence d’un silo des VIIe-viiie s. dans l’aire IV ne présage pas de l’antériorité de celle-ci, mais simplement du faible nombre des aménagements du haut Moyen Âge sur le site.

57En revanche, les différents secteurs de stockage n’ont pas fonctionné exactement de la même manière. À l’est, à proximité du carrefour routier et probablement de l’habitat, faire V et, dans une moindre mesure, faire III ont été beaucoup plus densément percées de silos. Ceci, soit parce que plusieurs familles se partageaient ces espaces correspondant alors à plusieurs aires plus restreintes mais sensiblement identiques en capacité de stockage à celles de l’ouest ; soit parce que, collectives, elles ont été continuellement ensilées, tandis que les aires plus éloignées de l’habitat n’ont pu servir que les années de récolte abondante. Il en résulte, à l’est, un certain nombre de recoupements entre les silos les plus récents et les silos antérieurs, ainsi que le recours à des consolidations de parois quand une nouvelle fosse est percée dans un terrain déjà remanié (fig. 86). À l’ouest les recoupements sont rares, anecdotiques. Si les silos des aires I, II et IV n’ont pas été recoupés après leur abandon et le colmatage rapide qui a suivi, c’est qu’ils sont probablement restés visibles ou signalés en surface.

58Ainsi donc, s’il a pu exister une certaine rotation dans l’utilisation des aires d’ensilage occidentales, il faut, semble-t-il, exclure l’idée d’une alternance du stockage et d’une autre activité agricole, culture ou jardinage ; même si le sol des aires, enrichi par les rejets domestiques effectués dans les structures abandonnées, aurait pu s’y prêter.

59Faute d’indices pour appréhender précisément la durée d’utilisation des fosses et en l’absence également de datation précise de l’abandon de chacune –85 % n’ont pas été fouillés et celles qui l’ont été sont datées au mieux à 150 ans près–, on ne sait pas évaluer combien de silos servaient en même temps, ni quelle était la capacité de stockage annuelle de chaque aire. Il est difficile dans ces conditions d’envisager à quel type de division répondait l’organisation du quartier d’ensilage. Les aires étaient-elles familiales ? appartenaient-elles à des familles élargies, à des groupements de familles ou étaient-elles collectives ? Si la fonction du groupement des silos en plusieurs aires n’est pas élucidée, on remarque cependant que la répartition en batteries n’est pas propre au site de Saint-Gilles, mais au contraire courante. On la retrouve par exemple sur les sites médiévaux voisins de Dassargues (Garnier et al. 1995) et de Lunel-Viel (Raynaud 1989) ou encore sur les sites éloignés comme Béziers / Saint-Jean d’Aureillan dans l’Hérault (Jandot et al. 1999), Meyzieu/La Chapelle et Rilleux-la-Pape/ Les Balmes dans le département du Rhône. Sur ces derniers sites, le groupement des structures semble correspondre à une organisation communautaire (Coquidé, Faure-Boucharlat 2001 : 291 ; Marchianti 2001 : 281).

60Pour autant que les aires d’ensilage puissent paraître spécialisées, elles n’en demeurent pas moins des lieux d’activités variées. On peut se poser à nouveau le problème de la présence de cultures dans ce quartier. Un espace quadrangulaire non ensilé, dégagé sur environ 170 m2 entre les aires II et IV, a pu servir de potager, mais peut-être aussi à la stabulation d’animaux domestiques. Ou bien, puisque ce lopin est à la fois proche des silos et de la parcelle de culture occidentale, de zone de dépiquage, ou encore, d’espace de stockage aérien provisoire. On peut supposer en effet qu’un secteur était nécessaire à l’entassement des gerbes après la moisson pour le traitement des grains préalablement à leur répartition dans les silos, puis de nouveau après leur récupération au moment de l’ensemencement.

61La préparation des grains (séchage des céréales) ou bien leur transformation (cuisson du pain) a été pratiquée dans un four installé au croisement de deux fossés, en dehors de la zone d’ensilage V, mais comme elle à quelque distance de l’habitat (fig. 84). Cet écart est fréquent au Moyen Âge, pour des raisons de sécurité (Cuisinier, Gaudagnin 1988 : 242 ; Garnier et al. 1995 : 40). Le four correspond à un modèle classique (Cuisinier, Gaudagnin 1988 : 40, 242-246). Il est creusé dans le terrain naturel depuis une large fosse qui a servi d’accès et de cendrier. Il présente un plan circulaire de 1,87 m de diamètre et un profil en cloche qui conserve l’amorce d’une cheminée. Sa sole est faite d’un lit de fragments de tuiles disposés à plat et couverts d’une couche d’argile qui remonte sur les bords. Cette dernière couvrait probablement à l’origine toute la hauteur de la structure (fig. 90). Deux autres structures de combustion ont été mises au jour : deux modestes foyers en cuvette ont simplement été creusés dans le sol de l’aire V (fig. 84). Comme le four, ils ont probablement servi au séchage des céréales : des foyers similaires ont été fouillés sur le site voisin de Dassargues, qui avaient cette fonction (Garnier et al. 1995). L’aménagement sommaire des foyers de Saint-Gilles suggère qu’ils n’ont eu qu’un rôle secondaire, peut-être occasionnel.

FIG. 90
Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : a coupe ; b restitution du four.

62Enfin, neuf larges fosses de faible profondeur, aux parois très évasées et aux contours plus ou moins réguliers, occupent des emplacements variés dans les aires de stockage. On les trouve à l’angle de deux fossés (à l’ouest) ou en bordure des aires (fig. 84). Ces fosses ont servi, au moins en dernier lieu, soit de dépotoir domestique riche en débris de vaisselle et en faune, soit de dépotoir agricole, comme on le suppose pour toutes les autres. Ces dernières contiennent peu de rebuts de cuisine mais des charbons de bois et des cendres en abondance. On peut penser qu elles ont servi pour brûler les résidus du nettoyage d’espaces agraires ; ou bien, comme cela est avancé pour des creusements similaires à Dassargues, à la préparation du compost (Garnier et al. 1995 : 56).

12.3.4 La vie quotidienne : production et consommation

63Les silos et les fosses-dépotoirs découverts à Saint-Gilles ont été colmatés après abandon, dans la majorité des cas, par des apports d’origine domestique : rejets de cendres et de charbons provenant de la vidange de foyers, restes alimentaires tels les ossements animaux et graines ou pépins carbonisés, bris de verre (très peu) et surtout de vaisselle, fragments de construction tels des petits moellons de calcaire et des morceaux de torchis, ainsi que de rares vestiges de métallurgie sous forme de quelques scories isolées. Ce mobilier permet de compléter l’approche de la vie économique telle qu’elle a pu être abordée par l’analyse des structures agraires. Il forme également le seul indice pour illustrer la vie matérielle de l’habitat de Saint-Gilles le Vieux.

12.3.4.1 Campis, vineis, arboribus pomiferis et impomiferis

64L’analyse carpologique des semences carbonisées découvertes dans les dépotoirs du site met en évidence la pratique d’au moins quatre cultures qui précisent les mentions textuelles de campis et de vineis : celles du blé nu (Triticum aestivum/durum), de l’orge polystique vêtue (Hordeum vulgare L.), de la lentille (Leus culinaris Med.) et de la vigne cultivée (Vitis vinifera subsp.) dont les carporestes sont identifiés de manière certaine, et très bien représentés dans les échantillons. La culture de l’avoine, de la fève, du pois chiche et de l’olivier est probable. Ces céréales, légumineuses et fruitiers sont bien caractéristiques de l’époque. D’autres plantes ont été identifiées mais, compte tenu de leur faible représentation, il n’est pas certain que’lles aient été cultivées. Dans certains cas, il s’agit d’adventices (cf. chap. 16).

65Le blé nu et l’orge polystique vêtue, dont la présence est dominante à Saint-Gilles le Vieux, sont des céréales majeures durant le Moyen Âge (Ruas 1992 : 20) et, en particulier, les seules dont la présence est assurée aux xe-xie s. sur le site voisin de Lunel-Viel, Hérault (Ruas 1990 : 97). La lentille représente la seule légumineuse dont l’importante présence amène à penser qu’elle est cultivée. Au xe s., dans les silos de Lunel-Viel, elle est attestée en faible quantité ; là, la fève et le pois chiche cultivés dominent (Ruas 1990 : 97). La vigne est présente sous forme de pépins de raisin dont la diversité des formes est due, sans doute, à la culture de plusieurs variétés.

  • 22 – Ces identifications ont été réalisées par Archéolabs en 1995.

66Bien qu’il n’y ait pas eu d’étude anthracologique, les charbons de bois utilisés pour des analyses au radiocarbone ont été identifiés22. Ces analyses n’ayant concerné que cinq échantillons, cette liste des essences présentes sur le site n’est donnée qu’à titre indicatif. Le chêne (Quercus sp.) à feuilles caduques et à feuilles persistantes (probablement le chêne vert), forme (Ulmus sp.) et le pin (Pinus sp.) ont été utilisés au moins comme bois de chauffage.

12.3.4.2 Élevage, chasse et pêche

67Les restes osseux d’animaux prélevés sur le site de Saint-Gilles le Vieux mettent en lumière une consommation de viande variée, faite principalement des produits de l’élevage, mais également de ceux de la chasse et de la pêche (cf. chap. 17).

68Les lots de faune ont été retrouvés dans leur majorité à l’intérieur de structures bien datées par l’analyse céramologique, permettant une approche chronologique de leur consommation. L’alimentation est principalement fournie par les animaux de la trilogie classique du cheptel, bœuf, caprinés (moutons ou chèvres) et porc, qui dominent pendant toute l’occupation du site. La volaille, retrouvée dans les dépotoirs des xe et xie, est également exploitée : poules, et dans une moindre mesure, oies et pigeons sont consommés. Le paon reste rare. Cette grande part des gallinacés dans l’alimentation est un trait spécifique de Saint-Gilles le Vieux, puisque sur l’ensemble des autres sites médiévaux connus, ils sont très discrètement représentés, voire pas du tout.

69Certains animaux d’élevage sont utilisés pour la traction, les bovidés et les équidés notamment dont l’âge d’abattage n’est qu’exceptionnellement inférieur à 4 ans. Avec les autres espèces, ils fournissent la viande, le lait, les œufs, la laine et la peau, parfois sans doute aussi la corne ou les os pour la confection d’objets, le cas est attesté pour les caprinés (cf. chap. 17).

70La chasse pourvoit à un supplément de viande et de peau, mais en faible proportion puisque seuls le cerf (Ceruus elaphus) et le chevreuil (Capreolus capreolus) sont représentés. Les espèces aviaires sont un peu plus variées : la perdrix grise (Perdix perdix), la corneille (Corvus corone) et le gros-bec (Coccothraustes coccothraustes) sont chassés dans les champs et les bosquets. À ceux-ci s’ajoutent quelques oiseaux d’eau : le canard colvert (Anas platyrhynchos), la sarcelle d’hiver (Anas crecca) et la foulque macroule (Fulica atra). La pêche, pratiquée en eaux calmes et en mer, fournit les tables en gardons (Rutilus rutilus), rotengles (Scardineus erythrophthalmus), brochets (Exos lucius), perches (Perca fluvia), tanches (Tinca tinca), goujons (Gobio gobio), moules (Mytilidae), peignes (Pectinidae) de type coquilles Saint-Jacques et coques (Cardiidae).

12.3.4.3 Outillage agricole et objets domestiques

  • 23 – Les objets découverts sur le site de Saint-Gilles sont catalogués avec l’ensemble des objets des (...)

71Plusieurs outils destinés à la production ou à la transformation des cultures ont été découverts sur le site. Ces objets sont utilisés aux champs ou dans l’espace domestique23. Associé à du mobilier de la fin du xie-xiie s., un seau en métal a été retrouvé au fond d’un silo. Il s’agit d’un objet apode réalisé en trois parties et deux métaux. La vasque est faite d’une plaque de cuivre repoussée de 1 mm d’épaisseur qui présente un fond bombé et une ouverture semble-t-il circulaire (l’objet est déformé). L’ouverture est ceinturée par une haute bande de fer plate légèrement plus épaisse (de 2 à 4 mm). Deux anneaux y sont soudés qui reçoivent l’anse, également en fer. L’anse est plate, elle offre une épaisseur constante de 4 mm et une largeur qui varie de 12 mm aux bords et 21 mm au centre. Elle épouse une forme en croissant de lune. Ses extrémités sont glissées dans les anneaux –à ce niveau leur section s’arrondit légèrement– et tordues en forme de goupille pour ne pas s’en échapper. L’objet à une hauteur de 200 mm environ –avec l’anse rabattue– et un diamètre à l’ouverture évalué à 300 mm. La contenance du seau est voisine de 5 à 7 1 (fig. 88). L’absence de pied montre qu’il ne s’agit pas d’un chaudron ; le matériau de fabrication indique que l’objet ne servait pas à puiser l’eau, il aurait très vite rouillé. D’ailleurs, la forme de l’anse serait tranchante pour la main de son utilisateur si celui-ci utilisait l’ustensile pour transporter quelque chose de lourd et l’objet est trop peu épais pour être destiné à porter un gros poids. Il est possible que ce contenant ait servi de mesure à grain. Il aurait été utilisé pour la comptabilisation des semences lors de l’engrangement et/ou au moment de la récupération des denrées.

72Une reille d’araire ou de charrue a également été trouvée dans un contexte daté de la fin du xie ou du xiie s. Il est en fer, formé d’une lame triangulaire longue de 220 mm et large de 13 mm, légèrement dissymétrique, et d’une soie légèrement vrillée de 330 mm de long qui présente une section rectangulaire (cf. chap. 22 : fig. 202 : no 70). Il correspond aux modèles connus pour le Moyen Âge, mais ne diffère pas beaucoup des socs antiques ou modernes (fig. 91). Un soc similaire a été retrouvé à l’Isles-Bouzon (Gers) sur le site de Corné, il est daté des xiie-xiiie s. Au sujet d’un autre objet de ce type, G. Villeval note leur stabilité morphologique (Musée des Augustins 1990 : 41), laquelle est confirmée par la découverte de teilles antiques similaires dans le Doubs, la Marne et les Alpes de Haute-Provence (Ferdière 1988 : 32) ainsi que par la représentation d’un araire moderne du Comtat Venaissin qui comporte un soc exactement du même type (Benoit 1975 : 154).

FIG. 91
Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : reille d’araire ou soc de charrue en fer.

73Huit pierres à aiguiser ont été découvertes. Ce sont des objets très rustiques : de simples galets, ramassés dans un environnement qui en contient en grand nombre, que l’affûtage répété a usé, le plus souvent sur une seule face. Deux pierres seulement ont été sommairement taillées. La plus petite parmi les objets entiers mesure 140 mm de long, et la plus grosse 285 mm. On peut imaginer qu’en fonction de leurs dimensions ces objets servaient préférentiellement à l’affûtage des couteaux ou bien à des lames plus grandes, telles que des serpes, des faucilles ou des faux.

74Les meules sont toutes de taille modeste. Elles proviennent probablement de moulins domestiques. Elles peuvent être fines (fig. 92 : nos 1, 2) ou plus épaisses (fig. 92 : nos 3-5) mais présentent toutes un diamètre similaire. Il n’en a été retrouvé que les broyeurs (ou catilli). La découverte de cinq exemplaires n’est pas suffisante pour que l’on puisse en déduire que les meules dormantes (ou metae) avaient dans l’habitat une situation fixe, peut-être maçonnée. Il est possible aussi que les meules aient été utilisées sur les aires d’ensilage, pour la mouture du grain dès son extraction des silos. S. Motte et É. Faure-Boucharlat suggèrent à propos d’une telle meule rotative retrouvée sur une aire d’ensilage du site médiéval de Bény/Domaine de Garavand (Ain), que ces objets puissent témoigner de la présence de structures familiales au sein d’aires communautaires (Motte 2001 : 136-137).

FIG. 92
Aimargues/Saint-Gilles le Vieux. Broyeurs de meule : 1-4 en calcaire coquillier ; 5 en basalte.

75Les deux morceaux de mortier mis au jour relèvent eux aussi des ustensiles de cuisine. L’un est en calcaire dur, l’autre en molasse, mais ils sont trop fragmentés pour que l’on puisse restituer leurs formes et leurs dimensions. Un pilon a également été retrouvé. Il est lui aussi aménagé dans un galet, simplement coupé en deux dans sa longueur. La surface de pilonnage, à la base de l’objet, est plane et polie, sans doute du fait du broyage d’aliments –ou autres matières– mêlés à des liquides.

76Quelques outils et objets rejetés dans les dépotoirs des aires d’ensilage témoignent de productions et de transformation de matériaux d’origine animale : une lame de forces provenant d’un comblement de fosse du xe ou début du xie s. illustre la tonte des moutons. La laine est probablement travaillée dans l’habitat voisin, au moins en partie : une dizaine de fusaïoles en terre cuite, une aiguille et deux alènes en os témoignent du tissage, artisanat commun des habitats du haut Moyen Âge et traditionnellement féminin.

12.4 Conclusion

77La fouille des abords de Saint-Gilles le Vieux et l’analyse des textes d’archives relatifs au site apportent un éclairage, certes très incomplet, mais néanmoins consistant sur un habitat médiéval dans la plaine littorale languedocienne.

78L’origine de l’habitat reste incertaine. Le mobilier découvert en prospection et les quelques fosses et silos des ve, vie, viie s. attestent une occupation dès l’Antiquité tardive. Celle-ci est à mettre en relation –après l’occupation des ier-iie s., le hiatus du iiie et peut-être du ive s.– avec la multiplication des sites ruraux de cette période et l’expansion agricole qu’ils traduisent. À Saint-Gilles le Vieux, tous les aménagements de la basse Antiquité et du haut Moyen Âge sont localisés dans la parcelle orientale dont la structuration est liée à l’habitat médiéval. Mais ils sont à la fois trop peu nombreux et trop dispersés pour que l’on puisse y reconnaître une quelconque organisation et percevoir déjà l’existence d’un habitat fixe. Ce n’est qu’au xe s. que l’on voit les aménagements agraires se multiplier, les aires d’ensilage se dessiner et, textes à l’appui, que l’on peut annoncer le développement d’une communauté agricole bien structurée qui exploite intensivement son finage depuis un habitat probablement groupé. Celui-ci est doté d’une église (Saint-Gilles) en 1119 au plus tard. Il est placé au carrefour de voies anciennes, dans une campagne mise en valeur depuis l’Antiquité. Il occasionne – dans son environnement immédiat au moins et dans les lignes prégnantes du paysage dont il a hérité – un morcellement nouveau. Celui-ci ne marquera pas durablement le parcellaire ; seul le réseau étoilé de chemins qu’il semble avoir généré est encore remarquable de nos jours.

79Mais cet habitat quel est-il ? La fouille ne permet pas d’envisager son emplacement exact. Sa configuration, sa taille, l’importance de sa population nous échappent, tout autant que son organisation sociale. Seuls son économie et son environnement sont illustrés, inégalement, par le matériel des dépotoirs et, dans une moindre mesure, les textes de 1007 et 1016. Céréales et légumineuses sont probablement cultivées en rotation sur les campis et les terris ; plusieurs variétés de raisins proviennent des vineis. À ces terrains cultivés s’ajoutent les jardins (ortis et oglatis) producteurs sans doute de légumes raves ou verts, ainsi que les vergers (arboribus pomiferis) dont peut-être des olivettes. Les arbres non fruitiers sont cités également par les textes (arboribus impomiferis) et quelques essences connues : le chêne, l’orme et le pin sont présents dans le paysage. Le cheptel est classique. Bœuf, porc, mouton et chèvre dominent l’élevage. L’alimentation carnée est complétée par les produits du commerce, de la pêche et de la chasse. Les oiseaux d’eau, les poissons d’eaux calmes et les coquillages témoignent de la proximité des étangs littoraux et de la mer. Les mammifères sauvages, peu représentés, indiquent peut-être l’éloignement du milieu forestier.

80Les textes et le mobilier concordent pour situer la désertion du site dans le courant du xiie s., concurrencé par les habitats voisins, Aimargues notamment. Seule alors l’église, bâtie sur une petite éminence, marquera le paysage pour quelques siècles encore.

811996

Notes

1 – Prospections inédites de F. Favory (université de Besançon), C. Raynaud (CNRS) et K. Roger (Afan).

2 – L’opération archéologique, motivée par la construction de la ligne TGV-LN5, a été prescrite par le SRA du Languedoc-Roussillon et réalisée par l’Afan entre le 10 juillet 1995 et le 9 février 1996 (fouille et élaboration du DFS). Elle a été conduite sous la coordination de J.-O. Guilhot et N. Le Meur, et sous la responsabilité d’O. Maufras, par une équipe de quatre personnes en moyenne. S. Bonnaud, G. Colomer, J.-J. Donato, C. Mercier, C. Noret, ponctuellement assistés de A. Garnotel, H. Petitot et A. Raux ont participé à la fouille ; S. Barberan, L. Bouby, C. Mercier, C. Olive, aux études de postfouille.

3 – Cette synthèse reprend partiellement les éléments d’un DEA (Mercier 1995) et les premiers résultats d’une thèse en cours (université de Provence).

4 – Près de 5000 fragments de céramiques, de verrerie, de lampes à huile, d’objets de toilettes (épingles, aiguilles, cuillère à parfum), de matériaux de construction (pierres, tuiles, enduits peints, clous), etc. sont issus de deux sondages restreints. Le matériel est peu fragmenté et les nombreux collages réalisés ont montré que les objets avaient pour la plupart été cassés lors du rejet, induisant la proximité de l’habitat (Barberan et al. 1996 : 35).

5 – E. Germer-Durand identifie la villa Missignaco avec le site de Saint-Géniès-des-Mourgues/Sainte-Colombe de Missargues (Hérault). P. Florençon montre que cette localisation est erronée et qu’il s’agit bien de Saint-Gilles le Vieux (Florençon 1983 : 83).

6 – « ... dans le comté de Nîmes, en Litoraria, dans le territoire des villae qui sont désignées, c’est-à-dire : Margines, Véranègues, Aimargues, Missignaco, Galargues, Malaspelles (…) dans ces villae décrites ci-dessus (…), des manses et des champs et des vignes. »

7 – « ... dans le comté de Nîmes, en Litoraria, dans le territoire des villae désignées, c’est-à-dire Margines et Missignaco. Autant que je possède dans ces villae et dans leur territoire, la part que j’ai reçu de mon père et de ma mère, c’est-à-dire des manses couverts, des casals ruinés, des cours, des jardins, des clos, des champs, des terres et des vignes cultes ou en friche et des arbres fruitiers ou non, j’en donne l’intégralité. »

8 « ... la voie publique qui va du pont du Rhony jusqu’au pont neuf du Vidourle et du pont jusqu’au monastère Saint-Pierre de Psalmodi et du monastère jusqu’à la villa d’Anglas et de la villa d’Anglas jusqu’au pont du Rhony en suivant le cours d’eau... »

9 – « ... le castrum d’Aimargues, les villae de Margines et de Teillan et les autres lieux... »

10 – « ... la voie publique qui va du pont du Rhony jusqu’au pont du Vidourle… »

11 – En effet, les vestiges en creux linéaires n’étaient qu’exceptionnellement conservés sur plus de 0,10 m de hauteur.

12 – Silo 77 : datation 14C calibrée : cal AD 1030 – cal AD 1260. La probabilité que la date calibrée soit située : entre cal AD 1030 et cal AD 1145 est de 45,6 % ; entre cal AD 1145 et cal AD 1260 est de 50,7 %. Silo 241 : datation 14C calibrée : cal AD 730 – cal AD 985. La probabilité que la date calibrée soit située : entre cal AD 730 et cal AD 770 est de 2,5 % ; entre cal AD 770 et cal AD 985 est de 93,6 % : courbe de calibration de Stuiver et Becker (1986) ; analyse réalisée par Archéolabs, 1995.

13 – Silo 242 : datation 14C calibrée : cal AD 900 – cal AD 1155. La probabilité que la date calibrée soit située : entre cal AD 900 et cal AD 975 est de 7,4 % ; entre cal AD 975 et cal AD 1070 est de 67,7 % ; entre cal AD 1070 et cal AD 1155 est de 23,4 %. Fosse 41 : datation 14C calibrée : cal AD 1000 – cal AD 1190. La probabilité que la date calibrée soit située : entre cal AD 1000 et cal AD 1015 est de 4,3 % ; entre cal AD 1015 et cal AD 1165 est de 86,7 % ; entre cal AD 1165 et cal AD 1190 est de 5,4 %. Silo 269 : datation 14C calibrée : cal AD 1035 – cal AD 1255. La probabilité que la date calibrée soit située entre cal AD 1035 et cal AD 1145 est de 43,2 % ; entre cal AD 1145 et cal AD 1255 est de 53,1 % : courbe de calibration de Stuiver et Becker (1986) ; analyse réalisée par Archéolabs.

14 – Une partie de la quarantaine de fragments de poterie (amphores, sigillée, communes) découverts dans le comblement de plusieurs fossés incite à situer au ier s. de notre ère une première utilisation mais ces éléments remaniés par les travaux agraires sont sans valeur chronologique ferme. La datation de la période de comblement s’impose plus nettement, le reste du mobilier (amphore africaine, DSP, communes à pisolithes et kaolinitique) étant caractéristique de la fin du ive., du ve et du vie s. sans que l’on puisse affiner.

15 – L’habitat antique n’a pas été localisé cependant il paraît avoir été bien plus à l’ouest (Barberan et al. 1996 : 35).

16 – Compte tenu des labours du terrain sur environ 0,50 m de hauteur, cela correspond à une structure dont la hauteur conservée est supérieure à la moitié du diamètre.

17 – L’altération des structures est surtout le fait des labours pratiqués postérieurement sur l’emprise des aires d’ensilage et due, dans une bien moindre mesure, à leur exposition aux intempéries après leur abandon.

18 – Sur le mode de restitution des contenances, voir Raynaud 1990 : 82-83.

19 – Inversement ce type correspond à une structure où la hauteur conservée est inférieure à la moitié du diamètre.

20 – Nous comptabilisons en outre 6 fosses dont le profil est intermédiaire entre les deux types.

21 – Les silos de l’aire IV n’ont fourni aucun lot de céramique postérieur au  xie s., mais ils sont cinq seulement à avoir été fouillés. Les deux silos fouillés de l’aire II n’ont quant à eux pas fourni de lot de mobilier suffisamment abondant pour leur attribuer une datation.

22 – Ces identifications ont été réalisées par Archéolabs en 1995.

23 – Les objets découverts sur le site de Saint-Gilles sont catalogués avec l’ensemble des objets des sites présentés dans le présent volume, cf. chap. 22.

Table des illustrations

Légende FIG. 80 Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : localisation du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 81 Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : le site et les villae voisines.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23083/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 82 Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : la céramique commune des Xe‑XIIe s. à pâte grise tendre à décor de lignes polies (nos 1, 2 et 4) et à pâte kaolinitique à décor à la molette ou sans décor (nos 3 et 5) : 1 gourde ; 2, 3, 5 pots simples ; 4 pot à bec et anses.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23083/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende FIG. 83 Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : le parcellaire antique dans l’emprise de la fouille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23083/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 84 Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : vestiges médiévaux dans l’emprise de la fouille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23083/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 85 Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : exemples de silos de l’aire III.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23083/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 7,8k
Légende FIG. 86 Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : exemples de silos de l’aire V.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23083/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 87 Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : remplissage de dalles dans le silo FS269, aire III.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23083/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 88 Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : le seau métallique du silo FS269, aire III.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23083/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 89 Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : la structuration de l’espace au Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23083/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 90 Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : a coupe ; b restitution du four.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23083/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 91 Aimargues/Saint-Gilles le Vieux : reille d’araire ou soc de charrue en fer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23083/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 92 Aimargues/Saint-Gilles le Vieux. Broyeurs de meule : 1-4 en calcaire coquillier ; 5 en basalte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23083/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

Auteurs

Archéologue médiéviste, responsable d’opérations et de recherches à l’Institut national de recherches archéologiques préventives. Odile Maufras conduit depuis 1994 des opérations de fouille de sauvetage sur des sites ruraux et urbains, principalement en Languedoc et en Provence. Elle a notamment participé à l’encadrement d’opérations de terrain sur des grands tracés, comme le TGV Méditerranée, et s’est fortement impliquée dans la préparation des publications correspondantes. Parmi nombre d’autres activités, citons les études archéologiques et les analyses architecturales du château des Baux-de-Provence (Bouches-du-Rhône) et les fouilles du tunnel de la Major au pied de la cathédrale de Marseille. Odile Maufras a été membre de la commission interrégionale de l’archéologie du Centre-Est de 1998 à 2002.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search