Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Première partie. Les sites

Chapitre 11. Vestiges du haut Moyen Âge à Codoyères (Tavel, Gard)

Catherine Mercier et Catherine Monnet

Texte intégral

11.1 Introduction

1Une opération de diagnostic archéologique a été menée à l’extrémité orientale de la commune de Tavel, sur la bordure nord-est de l’étang de Pujaut. Elle a permis la reconnaissance de vestiges épars du haut Moyen Âge et la mise au jour de mobiliers domestiques. Ceux-ci se rattachent à un site qui n’a pas été identifié –probablement un habitat voisin de l’étang– ni même localisé. La découverte, trop limitée pour avoir suscité une fouille de sauvetage, a néanmoins l’intérêt de témoigner d’une occupation des VIIe-viiie s. à proximité de la zone humide et à quelques centaines de mètres de la chapelle mérovingienne Saint-Agricol, vestige de l’habitat médiéval d’Albaredo.

11.2 Le cadre géographique

2Les vestiges ont été observés au sud de la barre rocheuse limitant le massif de l’Aspre, en bordure et à l’intérieur de l’ancien étang de Pujaut, définitivement asséché au xviie s. (ADG : H282 ; Pouzol 1984) [fig. 77]. À cet endroit, le substrat est constitué, à la base, de sédiments colluviaux riches en galets issus du démantèlement des terrasses quaternaires. Vers le sud, ces dépôts, complexes, sont surmontés de niveaux argilo-limoneux à caractère palustre accusé.

FIG. 77
Tavel/Codoyères : localisation du site.

11.3 Deux fosses médiévales

3Deux fosses constituent les seules traces reconnues d’une occupation médiévale aux abords de l’étang. Ces vestiges sont mal conservés. Creusés dans les dépôts lacustres, ils ont été tronqués par les travaux agricoles récents : labours et plantation de vigne. L’absence en ce point des apports colluviaux, issus du relief proche (l’Aspre), suggère cependant leur fossilisation lors de débordements (saisonniers ?) de l’étang avant son assèchement.

4La première fosse atteint 1,20 m de long sur 0,90 m de large (fig. 78a). Elle est conservée sur 0,55 m de profondeur. Elle présente des bords très évasés, un fond irrégulier et un comblement de type dépotoir en trois apports. Le premier est une couche cendreuse de 0,15 m d’épaisseur contenant de nombreux os de faune brûlés. Le second est un crâne de cheval, disposé à plat à l’horizon du premier comblement. Le troisième consiste en un mélange de limons sableux et de cendres contenant peu d’ossements animaux brûlés et des fragments de céramique.

FIG. 78
Tavel/Codoyères : détail des fosses, a fosse 1 ; b fosse 2.

5La seconde fosse, retrouvée à 15 m de la précédente, est une structure plus vaste de 2,50 m de long sur 1,80 m de large. Elle est conservée sur 0,45 m de profondeur et offre des bords quasiment verticaux et un fond très irrégulier. Le fond de la structure a été couvert d’une couche de galets de quartzites brûlés –une centaine–, elle-même recouverte d’une couche de sables limoneux mêlés à un peu de cendre (fig. 78b). Des tessons de céramique et des ossements ont été retrouvés indifféremment entre les galets et dans le limon sableux.

11.4 Les vestiges mobiliers

6Les ossements animaux, vestiges alimentaires d’une occupation voisine, n’ont pas fait l’objet d’une étude et n’ont pas été déterminés. Les objets, outre la vaisselle en céramique, ne sont représentés que par un tesson de verre, un clou en fer et un peson assez lourd taillé dans une tuile. Le mobilier céramique, uniquement culinaire, est constitué de deux lots de fragments de pots globulaires qui illustrent une cuisine principalement faite de plats bouillis. Son étude permet en outre d’appréhender la datation des vestiges.

11.4.1 La céramique de la fosse 1

7Les deux couches de la fosse 1 ont livré 29 tessons de céramique à pâte kaolinitique dont 5 bords : 2 de type Kaol A29a, à face externe en poulie (Py 1993), 1 de type Cathma 7a, 1 de type Cathma 5b, 1 de type Cathma 5d, 2 anses dont 1 rubanée aux cannelures marquées. Certains tessons portaient des décors dont 8 ont été inventoriés : 4 mollettes (rangs de bâtonnets superposés) dont une associée au bord 5b et 4 cannelures dont une associée au bord 5d (fig. 79a).

FIG. 79
Tavel/Codoyères : mobilier céramique.
Fosse 1 : 1 Cathma 5d ; 2 Cathma 5b ; 3 autre ; 4 Kaol A29 ; 5 Cathma 7a ; 6 autre ; 7 kaol A29.
Fosse 2 : 8 Cathma 5b ; 9 Cathma 7a ; 10‑11 autres.

11.4.2 La céramique de la fosse 2

8Les comblements de la seconde fosse contenaient 42 tessons de céramique à pâte kaolinitique dont 3 fonds et 3 bords : 2 de type Cathma 7a, 1 de type Cathma 5b. Au total, 33 décors ont été répertoriés : 2 molettes (rangs de bâtonnets superposés) et 21 cannelures (fig. 79b).

9Malgré le nombre restreint de tessons, le mobilier de ces deux lots entre bien dans le faciès viie-viiie s. avec une production à pâte kaolinitique exclusivement. Techniquement très achevées ces poteries méritent l’appellation « céramique bleue craquelée » qu’on leur donne parfois : la pâte dure et sonore présente des coloris blanc bleuté et un réseau de craquelures d’un bleu plus foncé. Quelques tessons sont de couleur grise à gris foncé presque noire. La pâte est fine et dure pour l’essentiel des céramiques ; quelquefois elle contient des inclusions siliceuses lui donnant une surface bosselée. La typologie est encore empreinte des traditions tardo-antiques avec des bords A29 tendant vers le type Cathma 7b et innove avec des bords de type Cathma 7 et 5 amorçant l’évolution vers des formes plus simples, « médiévales ».

10En l’état de la recherche sur les céramiques de cette période, on ne peut que fournir une fourchette chronologique de deux siècles : viie-viiie s., mais la typologie conduit à penser que la datation est plutôt proche du viiie s. On peut, en effet, comparer le mobilier de ces deux ensembles à celui de l’US 3016 du site de Dassargues, datée de ce siècle (Garnier et al. 1995).

11Ces céramiques kaolinitiques proviennent probablement de la région d’Uzès (Gard) où des sites interprétés comme des ateliers de cette période ont été découverts en prospection à la Capelle-Masmolène et, pour des époques plus tardives, à Saint-Victor-les-Oules (Thiriot 1986b ; Bonhoure 1992 ; Cathma 1993a : 151-154).

11.5 Conclusion

12Les vestiges étudiés à Codoyères sont trop isolés et trop parcimonieux pour nous permettre de préciser la nature de l’occupation qui les a générés. Ils participent d’activités rurales, en bordure de l’étang et peut-être, comme sur le site voisin de Roquemaure / Le Porge, en marge de l’habitat d’Albaredo, situé à un peu plus d’un kilomètre au nord et localisé grâce à une anomalie parcellaire autour de la chapelle Saint-Agricol. Celle-ci est probablement fondée au viiie s. (Manniez 1994), et contemporaine des structures de Codoyères.

13En outre, l’opération a l’intérêt d’avoir fourni un lot de mobilier céramique susceptible de compléter notre connaissance des typologies médiévales : la rareté des contextes de cette période dans le Sud-Est de la France justifie en effet l’étude de tels petits ensembles céramiques qui nourrissent les bases de données.

141997

Table des illustrations

Légende FIG. 77 Tavel/Codoyères : localisation du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23068/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 78 Tavel/Codoyères : détail des fosses, a fosse 1 ; b fosse 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23068/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 79 Tavel/Codoyères : mobilier céramique. Fosse 1 : 1 Cathma 5d ; 2 Cathma 5b ; 3 autre ; 4 Kaol A29 ; 5 Cathma 7a ; 6 autre ; 7 kaol A29. Fosse 2 : 8 Cathma 5b ; 9 Cathma 7a ; 10‑11 autres.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23068/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

Auteurs

Archéologue préhistorienne, responsable d’opérations à l’Afan au moment des fouilles sur le tracé du TGV

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search