Version classiqueVersion mobile

Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône (viie-xve s.)

 | 
Odile Maufras

Première partie. Les sites

Chapitre 10. Une occupation du haut Moyen Âge au Porge (Roquemaure, Gard)

André Raux

Texte intégral

10.1 Introduction

1Dans le cadre d’un diagnostic archéologique, quelques vestiges, liés à une occupation rurale des vie-viiie s., ont été découverts au sud de la commune de Roquemaure (Gard). Ils sont au pied du flanc septentrional de la barre rocheuse d’Aspre et à proximité de la dépression de Tras Le Puy qui signale l’emplacement d’un ancien étang (fig. 73), disparu avant l’âge du Fer (Arthuis 1996). Cependant le secteur est encore humide puisqu’il reçoit les eaux qui s’écoulent du réseau karstique de l’Aspre vers la dépression. Ces circulations n’ont pas empêché une mise en valeur agricole précoce du secteur : plusieurs drains ont été observés sur le site, dont deux au moins sont antérieurs à notre ère (fig. 74). Les vestiges médiévaux se superposent donc à des espaces cultivés anciens, mais peut-être pas travaillés de manière continue puisque la preuve d’une exploitation agricole antique n’est pas faite.

FIG. 73
Roquemaure/Le Porge : localisation du site.

FIG. 74
Roquemaure/Le Porge : plan des vestiges.

2Ces vestiges participent d’une occupation dont la nature n’a pas été clairement définie. Quelques fosses assez larges et peu profondes, dont la fonction n’a pu être restituée, ont été mises au jour et deux fours témoignent d’une activité de séchage des céréales ou de la proximité d’un habitat. Quelle que soit la nature de ce site, il s’inscrit certainement dans le finage de l’habitat du haut Moyen Âge d’Albaredo dont l’emplacement est encore signalé à 900 m environ à l’ouest du site par les vestiges de sa chapelle, Saint-Agricol, et de son cimetière, la nécropole de l’Esperelle (Manniez 1994).

10.2 Des fosses à usage indéterminé

3Quatre fosses ont été mises au jour, toutes creusées dans le même secteur (fig. 74). Telles qu’elles apparaissent, elles présentent un alignement ; cependant, en l’absence de décapage extensif, le caractère organisé des aménagements ne peut être confirmé.

4Les creusements sont de taille variable. Ils ont un diamètre de 0,90 à 3 m et une faible profondeur conservée de 0,30 à 0,90 m sous le niveau des labours. Les fonds sont plats ou en légère cuvette et les parois indifféremment évasées ou verticales. Typologiquement, aucune de ces structures ne correspond à un aménagement de stockage, et les comblements, de sédiments argileux et sablo-limoneux, présentent des traces d’hydromorphie qui rappellent la nature humide du sol : le terrain n’est pas propice à l’ensilage enterré. Les creusements sont bien trop vastes –c’est le cas de trois d’entre eux– pour constituer des fosses de plantation, et trop réguliers pour être des chablis. Le matériau du sous-sol, un limon crayeux d’origine palustre, n’est pas propice à la construction et l’on doute que les percements aient servi à l’extraction ; leur fonction reste donc indéterminée.

5Après leur abandon, les fosses ont été comblées par des apports colluviaux, mais également par des rejets d’origine domestique, architecturale et artisanale : cendres, fragments de vaisselle et déchets alimentaires (ossements animaux), bris de tuile et pierres calcaires – informes –, ainsi que quelques scories. Ces éléments, bien qu’en faible quantité, suggèrent l’existence d’un habitat dans les environs.

10.3 Deux fours

6À proximité des fosses, deux fours ont été construits quasiment l’un contre l’autre (fig. 74). Ils sont bâtis à la manière médiévale traditionnelle, par creusement dans le sol, et seule leur base est conservée sur une vingtaine de centimètres de hauteur. La partie supérieure a disparu lors des labours pratiqués à l’époque moderne sur la parcelle (fig. 75).

FIG. 75
Roquemaure/Le Porge : détail des fours excavés.

7Les fours sont similaires : ils offrent un diamètre identique de 0,90 m et sont l’un et l’autre de facture sommaire. Ils ont été simplement creusés dans le terrain limoneux, leurs soles n’ont pas fait l’objet d’aménagement particulier –hérisson de pierre ou de tuile, apport d’une chape d’argile– comme les fours du haut Moyen Âge connus dans la région (cf. chap. 9 et 12). L’entrée du four oriental est aménagée ou consolidée par une série de pierres profondément fichées dans le substrat ; rien ne marque l’entrée du four occidental. Les couvertures étaient probablement en dôme, rupestres, constituées par évidement intérieur et consolidées par la rubéfaction dès les premières cuissons.

8Les deux fours étaient accessibles depuis une fosse-cendrier commune, aux contours flous et d’un diamètre de 5 m environ. Celle-ci servait également à leur vidange et recevait leurs cendres, évacuées au moment de l’enfournement. Pendant la cuisson, l’entrée du four était obstruée par des pierres : une meule utilisée à cette fin a été retrouvée en place devant le four oriental.

9On ne sait quelle était la fonction de ces structures de cuisson. Généralement, lorsqu’on les rencontre au sein des aires d’ensilage, elles sont supposées être liées à la torréfaction des céréales (Garnier étal. 1995 ; cf. chap. 12), quand elles sont à proximité des habitats on les considère comme fours à pain (Cuisinier, Gaudagnin 1988 : 242). Ici, la présence de graines calcinées dans le comblement des fours ne suffit pas à proposer une fonction : gesses ou vesses (graines non identifiées) et pépin de raisin se trouvaient en situation secondaire.

10Enfin, les deux structures ne sont peut-être pas contemporaines. Elles ont pu fonctionner en même temps, ou au contraire se succéder, un four remplaçant l’autre après sa dégradation.

10.4 Le mobilier

11Le mobilier retrouvé dans les fosses indéterminées, dans la fosse d’accès aux fours et dans les fours eux-mêmes, n’est pas très abondant : 51 tessons de céramique culinaire ou de stockage, une quinzaine de bris de tuiles, une cinquantaine d’ossements animaux, une poignée de scories et une demi-douzaine de petits objets. L’ensemble aide néanmoins à définir le site et surtout à le dater.

10.4.1 Indices de caractérisation du site

12Trois meules ont été mises au jour : deux en calcaire burdigalien, la troisième, provenant du four, à éléments de quartz grossiers. Elles sont de petite taille : il s’agit de meules manuelles à usage domestique. Elles confirment la culture des céréales sur le terroir. La présence de graines de gesses ou vesses et d’un pépin de raisin suppose également la culture de ces légumineuses et de la vigne.

13Quelques scories indiquent la pratique du forgeage dans les environs. Celui-ci est probablement lié à un établissement agricole, mais n’a pas nécessairement une grande importance. Les scories peuvent résulter des petits travaux d’entretien de l’outillage et de la quincaillerie.

14De l’habitat proviennent également 3 pesons, taillés dans des tuiles et indices d’une pratique du tissage (fig. 76 : nos 9, 10), des ossements animaux (non étudiés) qui sont des rejets illustrant l’alimentation carnée mais aussi sans doute l’élevage, et enfin de la vaisselle avec 3 fragments de verre et surtout des tessons de poteries culinaires.

FIG. 76
Roquemaure/Le Porge : mobilier des fosses et des fours médiévaux du Porge. 1-8 vaisselle en céramique kaolinitique grise ; 9, 10 pesons en terre cuite ; 11 palet taillé dans un galet.

15Le mobilier indique la présence d’un habitat dans l’environnement des vestiges découverts. La parcimonie des objets vient peut-être de l’éloignement relatif de celui-ci, ou bien de sa taille réduite, voire encore de sa courte durée d’occupation. Quoi qu’il en soit, le caractère agricole de l’occupation est attesté.

10.4.2 Indices de datation

16Le mobilier céramique est presque exclusivement constitué de poterie à pâte kaolinitique et réductrice (48 tessons). Pour le reste, il se compose d’un fragment d’amphore africaine, d’un fragment de sigillée et de deux tessons de céramique non tournée. Les tessons de céramique sigillée et non tournée sont manifestement résiduels dans le lot. L’amphore africaine, vase servant au transport de l’huile et de la saumure dans le commerce de l’Antiquité romaine, est courante sur les sites antiques de la région du iiie au viie s. et encore présente au début du viiie s. (Bonifay, Raynaud 1993 : 15).

17Le lot de vaisselle à pâte kaolinitique renvoie à l’extrême fin de l’Antiquité et au début du Moyen Âge. Il est caractérisé par l’absence d’élément cuit en atmosphère oxydante et par la prépondérance des formes globulaires qui sont des indices de médiévalisation que confirme la typologie des bords. Ces derniers sont encore largement empreints de tradition antique : trois bords (en amande verticale et en amande légèrement éversée avec gorge interne, fig. 76 : nos 1, 2, 8) renvoient à des formes de céramique à pisolites (forme Piso A13 : Raynaud 1993c : 529), de céramique dérivée de sigillée paléochrétienne (forme DSP 52 : Raynaud 1993b : 417) et de céramique africaine claire (forme Clair-D 103A : Raynaud 1993a : 195) connues sur les sites de consommation aux ive, ve et vie s. Ils sont associés à 5 bords du type Cathma 6 (fig. 76 : nos 3, 7) et Cathma 7 (fig. 76 : nos 4, 6) [Cathma 1993a], nombreux dans les niveaux des vie-viiie s. des sites languedociens de Lunel / Dassargues (Hérault) et d’Aimargues / Saint-Gilles le Vieux (Garnier et al. 1995 : 13-21 ; Mercier, Barberan 1996 : 22). L’association des types Cathma 6 et Cathma 7 et la prééminence de ces bords sur les autres formes –ils en représentent ici 50 %– sont reconnues pour être des caractéristiques de lots contemporains ou postérieurs au viie s. (Cathma 1993a). Ici, la faible part des bords aux formes molles typiquement médiévales (bords Cathma 1, 2, 3, voire 5), représentés par un seul exemple (fig. 76 : no 5), nous porte à croire que le site s’est trouvé abandonné avant les viiie-ixe s.

18On a donc trouvé dans les fosses et les fours découverts au Porge un mobilier conservant quelques formes de l’Antiquité tardive et des éléments de productions à peine plus récentes : le site a probablement été fréquenté au cours des vie, viie s. et peut-être encore au viiie s.

10.5 Conclusion

19Le site du Porge semble être une occupation de plein champ, faute de receler des constructions. Cependant il livre, outre des vestiges de travaux agricoles, les témoins d’activités domestiques, peut-être parce qu’il est à proximité d’un établissement rural. Cet établissement ne peut être défini avec précision : les deux fours mis au jour, ouvrant sur une même fosse d’accès, renvoient à des exemples franciliens liés à des agglomérations lâches de manses (Cuisinier, Gaudagnin 1988). De même, le four excavé de Aimargues/ Saint-Gilles le Vieux, un peu plus au sud dans le Gard et bâti dans un espace qui semble communautaire, est-il un équipement associé à un habitat groupé (cf. chap. 12). Mais ces comparaisons restent insuffisantes pour certifier la présence au Porge d’un hameau associant plusieurs unités agricoles et distant de l’habitat contemporain de l’Albaredo d’à peine 1 km. Nous sommes peut-être ici en présence d’une exploitation rurale isolée participant d’une occupation dispersée dans le finage de l’habitat principal (Manniez 1994).

201997

Table des illustrations

Légende FIG. 73 Roquemaure/Le Porge : localisation du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23058/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 74 Roquemaure/Le Porge : plan des vestiges.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23058/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 75 Roquemaure/Le Porge : détail des fours excavés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23058/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 76 Roquemaure/Le Porge : mobilier des fosses et des fours médiévaux du Porge. 1-8 vaisselle en céramique kaolinitique grise ; 9, 10 pesons en terre cuite ; 11 palet taillé dans un galet.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/23058/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

Auteur

Archéologue préhistorien, technicien de fouilles à l’Inrap

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search